Version classiqueVersion mobile

Le théâtre de Dumas père, entre héritage et renouvellement

 | 
Anne-Marie Callet-Bianco
, 
Sylvain Ledda

Partie IV. Théâtre historique, théâtre politique

Théâtre historique, théâtre politique

Texte intégral

1S’inscrivant dans une époque agitée qui voit se succéder les régimes, le théâtre de Dumas prend nécessairement une portée historique et politique. À l’influence des prédécesseurs, comme Shakespeare, Corneille, Schiller, Chénier, fait écho celle des contemporains, Hugo, Nerval, Musset. Cet héritage sera ensuite transmis aux générations suivantes, représentées par Sardou et Rostand. On voit donc se dessiner une ligne directrice dont Dumas est le maillon central.

2Le romantisme n’a pas inventé le théâtre politique, mais il a poussé très loin sa fonction critique. Cette dimension est particulièrement évidente chez Dumas qui choisit comme cadre non seulement l’Antiquité, l’histoire française ou étrangère, mais aussi l’actualité. Les drames de la période 1830-1844 véhiculent une réflexion sans complaisance sur le pouvoir et sa légitimité, évoquant l’absolutisme (Catherine Howard), les compromissions et des crises du parlementarisme (Richard Darlington), les inévitables déceptions qui suivent les révolutions (Angèle) ; ils relayent enfin des interrogations cruciales, comme la question du meurtre politique ou du tyrannicide. Ils sont également subversifs dans leur peinture de la société et de ses mœurs, en représentant sur scène la bâtardise, l’inceste et l’adultère. Toutes ces raisons expliquent leurs démêlés avec la censure ; les pièces créées entre 1830 et 1835 bénéficient de son interruption, mais rencontrent ensuite des obstacles lors de leurs reprises ; les suivantes, comme Léo Burckart, Lorenzino, Une Fille du Régent, sont souvent soumises à modifications.

3Abolie une deuxième fois en 1848, la censure est à nouveau rétablie en juillet 1850. Mais depuis quelque temps déjà, Dumas a relégué la posture critique au second plan. Percevant la fracture qui divise le pays entre conservateurs et radicaux, il se veut l’acteur d’une grande réconciliation nationale. Ce qu’il n’a pas pu faire sur le terrain politique (il n’est jamais parvenu à être élu député), il l’entreprend dans ses romans et au théâtre. Les pièces prennent la forme de mélodrames patriotiques à la tonalité consensuelle ; les antagonismes se réduisent, des discours justificateurs dédouanent certaines figures décriées (Saint-Just dans Les Blancs et les Bleus), certains épisodes, comme le retour des Cent-Jours dans La Barrière de Clichy, sont mobilisés pour susciter une adhésion générale. Recoller les morceaux du roman national implique de réintégrer toutes les sensibilités dans une Histoire unificatrice. La peinture des mœurs s’assagit également, comme si Dumas avait conscience d’avoir été au bout des limites.

4Historiques ou fictifs, les personnages emblématiques de ce théâtre s’inscrivent dans une lignée, une tradition de représentation. Certains, tel le duc de Guise, sont contaminés par les codes d’autres genres, comme la comédie ou le vaudeville, et perdent ainsi leur caractère purement historique. D’autres deviennent des types : échappant à leur créateur, Antony, l’homme fatal, ou Muller, le héros vertueux d’Angèle, sont investis de valeurs changeant avec les époques et suscitent des avatars sur les scènes étrangères. Enfin, la production dramatique de Dumas, puisant dans l’héritage européen, devient à son tour une source d’inspiration dans certains pays voisins, comme le Portugal, qui s’en sert comme modèle pour mettre en place un théâtre national.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search