Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome I

 | 
Gyula Kristó

Avant-propos

Texte intégral

1Le présent ouvrage retrace plus de 400 ans de l’histoire d’un pays d’Europe centrale, la Hongrie. Cette période est sensiblement plus longue que la période capétienne de l’histoire de France (897-1328), mais elle lui est contemporaine. L’époque des Capétiens directs commence en 987, lorsque Hugues Capet, duc des Francs, est élu roi, et elle s’achève en 1328 lorsque la mort de Charles IV le Bel met fin à 341 années de règne de succession en ligne directe. Les 406 années d’histoire hongroise traitées ici sont caractérisées par la domination de la maison des Árpáds, qui accéda au pouvoir vers 850 et s’éteignit en 1301, faute d’héritier mâle. Toutefois, il convient de commencer l’étude de cette période en 895, car c’est le moment où les Magyars ont pénétré dans le bassin des Carpates et ont pris possession d’un territoire dont une partie est la Hongrie actuelle. Pour la nation hongroise, c’est une date plus importante que la simple prise de pouvoir d’une dynastie dans un obscur passé. Les Hongrois ont donné à cette dynastie le nom d’Árpád, qui accéda à la dignité de prince en 895, et dont les descendants portèrent pendant 14 générations le titre de princes, puis de rois de Hongrie.

2Qui étaient les Magyars avant 1100, d’où venaient-ils quand ils s’établirent dans le bassin des Carpates ? S’il y a en Europe un peuple au passé énigmatique, c’est assurément le peuple hongrois. La langue hongroise appartient à la famille des langues finno-ougriennes, les parents linguistiques des Hongrois sont les Finnois et les Estoniens, ainsi qu’un certain nombre de populations de Russie à faible effectif (en particulier les Vogouls et les Ostiaks). Toutefois, ils se sont dissociés très tôt (au cours des Ier et IIe millénaires av. J.-C.), si bien que les Hongrois d’aujourd’hui ne comprennent aucune de ces langues apparentées, pas plus qu’aucun autre membre de la famille linguistique ne comprend le hongrois. Les Magyars s’étant séparés de leurs derniers parents linguistiques aux confins de l’Europe et de l’Asie vers 700 av. J.-C., la langue hongroise vit depuis presque 2700 ans une vie indépendante ; bien qu’à l’origine, celle-ci ait certainement été parlée par une communauté restreinte, ce peuple, en dépit de son faible effectif, a traversé les tourmentes de plusieurs millénaires, et n’a pas été contraint de changer de langue. C’est donc seulement la période la plus reculée de l’histoire des Hongrois qui se rattache à l’histoire des Finno-ougriens. À partir de 700 av. J.-C., ils n’ont plus aucun lien avec leurs parents linguistiques, toutefois la tradition historique a complètement oublié ce fait, et c’est seulement au xviiie siècle que la linguistique comparative a permis de montrer que la langue hongroise n’était pas isolée en Europe, mais qu’elle appartenait à la famille des langues finno-ougriennes (ouraliennes selon la nouvelle terminologie). Les Magyars avaient déjà adopté le nomadisme plusieurs siècles avant J.-C. Ils ont d’abord subi l’influence de peuples de langue iranienne, puis, au cours des premiers siècles après J.-C., de peuples de langues turques. Les premiers récits où il est question d’eux remontent au ixe siècle ; ils y sont mentionnés sous le nom de Turks et classés parmi les peuples de race turke. Le peuple hongrois qui figure dans les pages des chroniques apparaît comme un peuple de culture totalement turque, à l’organisation politique de type turque, vivant et s’habillant à la mode turke, qui, dans les dernières décennies du ixe siècle, pratiquait l’élevage nomade dans les grandes prairies (la steppe) d’un pays appelé Etelköz (la région de la Szeret, du Prut et du Dniestr) situé à l’est du bassin des Carpates. C’est là que se déroulèrent, dans les dernières années du ixe siècle, les événements qui obligèrent les Magyars à quitter leur habitat, et aboutirent à la prise de possession de leur nouveau pays, à ce qu’on appelle la conquête.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540