Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome I

 | 
Gyula Kristó

Préface

Sándor Csernus et Noël-Yves Tonnerre

Texte intégral

1Sándor Csernus

2directeur de l’Institut hongrois de Paris

3Noël-Yves Tonnerre

4professeur d’histoire médiévale à l’université d’Angers

5Ce livre sur l’histoire de la Hongrie se veut d’abord la réponse à une très grosse lacune de l’historiographie française. En dehors des quelques rares histoires générales de la Hongrie, il n’existe aucun travail permettant aux lecteurs français de découvrir l’ensemble du Moyen Âge hongrois. Compte tenu de l’importance du sujet, cette lacune est surprenante. Pourtant, l’intérêt pour l’histoire de cette région est de plus en plus manifeste comme en témoigne l’intérêt suscité par un livre publié en Hongrie en 1989 sur l’histoire riche et complexe de la Transylvanie ainsi que plusieurs ouvrages sur Budapest. Plus récemment le colloque organisé à l’Institut hongrois de Paris en 1997 sur le thème Les Hongrois et l’Europe. Conquête et intégration…, a permis une synthèse de la recherche actuelle sur l’installation des Mayars dans le bassin des Carpates. (publiée en 1999).

6De leur côté des périodiques scientifiques ont accompli et continuent à accomplir un rôle important (La Nouvelle Revue de Hongrie et La Revue d’Histoire comparée pour le passé, les Cahiers d’Études hongroises pour le présent). En même temps, dans la coopération interuniversitaire franco-hongroise, la place des recherches communes concernant le Moyen Âge est en plein développement (comme à l’université d’Angers, l’université de Caen, l’université Paris III – CIEH, EHESS, l’université Paris IV). Elles représentent une base solide pour des programmes thématiques et des publications en liaison avec des presses universitaires, comme ici celle de Rennes.

7Ce livre retrace donc l’histoire des premiers siècles du royaume hongrois médiéval, l’histoire d’un royaume, qui comprend au Moyen Âge la plus grande partie du bassin moyen du Danube, depuis la Bukovine à l’ouest de l’Ukraine actuelle jusqu’à la Croatie, depuis les monts Tatras au nord de la Slovaquie jusqu’aux Alpes de Transylvanie. Cet espace géographique abrite les Hongrois depuis la fin du ixe siècle (895-896) et le royaume de Hongrie depuis sa fondation en l’an mil jusqu’à son démantèlement après la première guerre mondiale, à l’issue des traités de Versailles (pour la Hongrie, à Trianon, le 4 juin 1920). Il a été la position avancée de la chrétienté latine, face à Byzance et aux peuples de la Steppe, mais aussi le trait d’union entre l’est et l’ouest de l’Europe, entre le monde germanique et la Russie. Il a été « écu de la Chrétienté » occidentale face aux attaques venues de l’est (pétchenègues, coumans, mongoles et turques), et cette mission collective, très fortement ancrée dans son histoire médiévale, joua un rôle décisif dans la formation de la conscience nationale hongroise. Par la proximité des Balkans, la Hongrie a été enfin en relation étroite avec le littoral adriatique et l’Italie. Sans aucun doute, la Hongrie, royaume héréditaire, puis électif, joue, tout au long du Moyen Âge un rôle souvent prédominant dans l’Europe du centre-est. Il est difficile de comprendre la composition actuelle des populations, les structures administratives héritées, la présence des Sicules et des Saxons en Roumanie et dans les villes de Slovaquie, l’expansion des ordres monastiques et chevaleresques, si l’on ignore le Moyen Âge magyar, tant cette région a été marquée par le gouvernement des rois hongrois.

8À la lecture de cette histoire du Moyen Âge hongrois, force est de constater que c’est une page importante également du point de vue du rayonnement de la civilisation française en Europe centrale, car si les liens avec le monde germanique furent toujours importants, il faut souligner que les souverains hongrois, voulant préserver leur indépendance, eurent aussi le souci d’établir une relation solide avec le monde latin, notamment avec la France, d’où la présence de nombreux moines français, surtout bénédictins, cisterciens et franciscains, des alliances matrimoniales, qui eurent une grande influence sur la culture hongroise de l’époque. L’armée ­d’Étienne Ier se lance dans la première bataille décisive pour la chrétienté sous la bannière de saint Martin de Tours (natif de la Pannonie occidentale devenue la Hongrie) et l’acte fondateur de l’État est très fortement lié au génie du « pape de l’an mil », l’auvergnat Gerbert d’Aurillac, qui a préparé et soutenu cet acte et qui – d’après la tradition – envoya la couronne au futur saint Étienne.

9L’intérêt d’une découverte de l’histoire hongroise vient aussi de la qualité du travail des historiens hongrois. Dès la deuxième moitié du xixe siècle, les chercheurs hongrois se sont lancés dans la publication des chroniques et des actes royaux (plus de 5 000 actes rien que pour la période arpadienne) mais c’est surtout depuis les années soixante-dix que l’histoire médiévale a pris son essor avec un développement spectaculaire de l’archéologie et une exploitation systématique des sources écrites. Les fêtes liées au millénaire de la « Conquête » du pays (Millennium, 1896) ont largement favorisé les recherches médiévales en Hongrie. Après des périodes de bouleversements politiques et sociaux, et surtout après les deux premières décennies de la domination communiste, les recherches concernant le Moyen Âge ont progressivement repris leurs droits.

10D’abord timide, l’ouverture vers les centres de recherche extérieurs n’a cessé de s’affirmer à partir des années soixante-dix pour connaître un essor spectaculaire dès la fin des années quatre-vingt, ce qui a permis une approche comparative de plus en plus riche. La France y occupe une place éminente grâce à une coopération avec l’École des hautes études en sciences sociales et grâce aux divers programmes interuniversitaires (notamment l’Atelier franco-hongrois de l’université E.L.T.E. de Budapest, dirigé par György Granasztói), aux programmes de recherche et aux cotutelles de thèse qui annoncent une nouvelle aire de travail commun pour une jeune génération de chercheurs pleine de promesses.

11Les grandes générations des historiens hongrois francophones, de la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours, ont travaillé et travaillent toujours en étroite collaboration avec leurs collègues français. Parmi eux, les noms des historiens (médiévistes ou par leurs œuvres de synthèse contribuant à la promotion des études médiévales) comme Ignace Kont, Sándor Márki, István Hajnal, Sándor Eckhardt, János Gyo˝ry, Tibor Klaniczay, Kálmán Benda, László, Makkai, et de nos jours Éva H. Balázs, Domokos Kosáry, Béla Köpeczi, György Gyo˝rffy, Ilona Sz. Jónás, font déjà depuis longtemps autorité dans la communauté internationale des historiens tout comme Pál Engel, Erno˝ Marosi, Gábor Klaniczay (Une liste des publications en français des historiens hongrois préparée par Henri Toulouze, est disponible sur le site internet de la bibliothèque universitaire de Szeged).

12L’ouvrage de Gyula Kristó s’inscrit donc dans le renouveau de l’historiographie hongroise. Académicien, professeur à l’université de Szeged, l’auteur est l’un des universitaires les plus connus de l’Europe du centre-est. Au cours des trente dernières années, notamment grâce à son autorité et à son activité, une véritable école de recherche et de formation de médiévistes a pu être créée à Szeged, ville qui abrite le deuxième pôle universitaire du pays. Au fil des pages de ce livre on découvrira la grande érudition de l’auteur pour évoquer le caractère complexe de l’histoire événementielle mais aussi sa capacité à utiliser toutes les sources écrites et non écrites afin de retracer l’évolution de la société médiévale.

13Les quatre siècles qui sont traités ici (de la Conquête à l’extinction de la dynastie nationale) correspondent à la dynastie des Árpáds, la seule dynastie authentiquement magyare. Par-delà une histoire événementielle complexe on distinguera ici trois périodes. La première dure à peine un siècle. C’est l’histoire d’un peuple nomade chassé de la Steppe par les Petchénègues qui utilise à partir de la fin du xe siècle le bassin des Carpates pour de fructueuses opérations de razzias en Germanie et en Italie, et va jusqu’en France et en Espagne. Ce sont des opérations programmées, parfois à la demande de princes occidentaux qui sollicitent l’aide des Hongrois contre leurs ­adversaires. Les Hongrois sont ici les héritiers d’autres peuples de la Steppe, les Huns et les Avars. L’organisation de la société est elle-même très proche de celle du monde turc. Cependant cette phase dévastatrice s’arrête très vite. Après la défaite du Lechfeld en Germanie (955) les Magyars se sédentarisent et abandonnent le paganisme. Ce changement est en fait imposé par les deux princes qui se succèdent à la tête du peuple hongrois : Géza et son fils Étienne. Chefs de la tribu des Árpád installée au bord du Danube, ils parviennent, non sans violences, à rassembler autour d’eux différentes tribus et à imposer la christianisation sous l’égide de Rome. C’est un choix décisif qui se fait dans un environnement exceptionnellement favorable : un Empire byzantin qui cherche avant tout à écraser la puissance bulgare et, par conséquent, a besoin de la neutralité hongroise, un Empire romain-germanique affaibli par la disparition prématurée d’Otton II et les ambitions universalistes d’Otton III, une papauté inventive, dirigée par un ancien archevêque de Reims avisé et savant, Sylvestre II, très attaché à favoriser un état chrétien aux limites de l’Occident.

14La fondation de l’état hongrois fut un acte majeur. Elle s’inscrit dans le processus d’expansion de la chrétienté occidentale et le rôle confié à ce nouveau royaume est comparable à celui que les Vikings-Normands devaient jouer à l’ouest et au sud. Les pouvoirs chrétiens de l’an mil espéraient renforcer les défenses de l’Occident en s’appuyant sur la vitalité de ces nouveaux peuples. Ici, comme en Sicile, l’intégration de nouvelles communautés ethniques devait se révéler extrêmement bénéfique.

15La réussite du roi Étienne est surprenante. En créant des comitats sur un modèle carolingien, en élaborant une législation, il parvint à établir un état durable alors que l’assise démographique du peuple hongrois était faible : les Magyars n’étaient pas plus d’une centaine de milliers. Pour maintenir leur domination, les Hongrois ont dû s’appuyer sur d’autres groupes nomades, en particulier d’origine turke (Sicules, Petchénègues, Coumans), ils ont dû également assimiler complètement les populations locales. Bien sûr, la transformation d’un peuple nomade en peuple d’agriculteurs ne se fit pas en une seule génération. Le paganisme est resté très vivace, on le voit sous le règne d’André Ier de 1047 à 1061. Plus gravement, l’unité du royaume n’est pas assurée : le principe de primogéniture se heurte aux traditions nomades, d’où la constitution de duchés qui enlèvent au roi le gouvernement d’une partie du royaume. Les crises qui en résultent expliquent que les Hongrois n’aient joué qu’un rôle passif dans les quatre premières croisades, qui leur ont permis néanmoins de nouer des contacts privilégiés avec les représentants de passage des dynasties occidentales. La royauté qui dispose d’un très vaste domaine et d’un monopole fiscal parvient à faire progresser son autorité. Une nouvelle étape dans l’évolution arrive avec le règne de Ladislas Ier (le futur saint Ladislas, 1077-1096) qui entre parmi les saints patrons du royaume arpadien) et rend les structures politiques – avant tout juridiques et ecclésiastiques – beaucoup plus fiables.

16Le xiie siècle apparaît bien comme un siècle d’affirmation du pouvoir royal, accompagné d’une expansion extérieure. Mais c’est également le début d’une volonté d’expansion du royaume vers le monde slave et la Méditerranée. Les rois Coloman, Béla II, Géza, Béla III entretiennent une politique extérieure active multipliant alliances diplomatiques et expéditions militaires, au risque parfois d’épuiser les ressources du royaume, comme par exemple en Russie. On retiendra ici l’importance des relations avec Byzance. La Hongrie, qui possède quelques monastères de rite oriental reste, malgré la rupture de 1054, un intermédiaire privilégié entre la chrétienté d’Occident et l’orthodoxie. Le caractère exceptionnel de ce rôle fut récemment reconnu symboliquement quand le 20 août 2000 (fête du roi saint Étienne) l’Église orthodoxe a accueilli le premier roi de Hongrie parmi les saints de l’Église orientale, une première hautement significative car l’Église orthodoxe n’a pas reconnu de canonisation faite par l’Église catholique depuis la fameuse scission du xie siècle.

17La dernière période de la dynastie arpadienne présente un étonnant contraste. D’un côté, il y a un affaiblissement très net de la puissance royale confrontée au début au début du xiiie siècle à la plus violente menace qu’ait connue le royaume avec l’invasion des Tatars, avant-garde de l’empire des Mongols. En même temps, il y a une montée en puissance de la haute aristocratie. C’est alors que le patrimoine royal, jusque-là très vaste, est disloqué. L’évolution du royaume est alors semblable à celle qu’a connue le royaume d’Angleterre avec la Magna Carta. La Bulle d’or accordée en 1222 par le roi André II modifie les structures politiques du pays. Béla IV (1235-1270) peut être considéré comme le second fondateur du royaume, compte tenu de l’importance extraordinaire de son œuvre de reconstruction des structures politiques, administrative, et matérielles après le ravage des Tatars (1242), notamment son vaste programme de construction de châteaux et de fortifications, mais il ne parviendra pas à relever réellement l’autorité monarchique.

18D’un autre côté, la Hongrie s’intègre très fermement à l’Occident comme le démontrent l’arrivée de nombreux hospites et surtout le dynamisme urbain qui entraîne l’essor spectaculaire des échanges. C’est aussi l’époque où la condition paysanne connaît une amélioration sensible avec la diffusion du statut de iobagiones qui donnent, à défaut de la propriété, une véritable possession héréditaire. Une frange non négligeable de ces couches paysannes accède à la noblesse avec la donation de fiefs. Enfin, le xiiie siècle hongrois est une période de forte progression de la coopération avec les pays occidentaux, notamment avec la France, et une période extrêmement importante pour le développement de la culture hongroise. Au moment de l’extinction de la grande dynastie nationale des Arpadiens, le royaume de Hongrie, certes affaibli, reste un des plus grands pays de l’Europe chrétienne, convoité par les dynasties les plus dynamiques et les plus prestigieuses de l’époque.

19Les quatre siècles se terminent donc par l’alliance avec les princes angevins de Naples. Une nouvelle période s’ouvre, qui va voir un lignage d’origine capétienne gouverner la Hongrie. Ce sera l’objet d’un second livre sur la Hongrie médiévale qui présentera l’histoire du royaume magyar de l’accès au trône de la dynastie angevine jusqu’à l’avènement des Habsbourg (1301-1526).

20On ne saurait terminer cette préface sans remercier Mme Chantal Philippe pour la qualité de sa traduction ainsi que l’Institut culturel hongrois et la Fondation du millénaire hongrois qui ont permis la réalisation de cet ouvrage.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540