Généalogie de la comédie

1La comédie est au début du xixe siècle un genre multiforme et en évolution. Au Théâtre-Français, on donne régulièrement Molière, Marivaux et Beaumarchais, qui représentent les orientations traditionnelles, c’est-à-dire la peinture satirique des contemporains et l’analyse psychologique. Ces modèles suscitent des émules, pour la plupart oubliés aujourd’hui, comme Louis-Benoît Picard, dont La Petit Ville, représentée en 1802 à l’Odéon, connaît un grand succès. Avec L’École des Vieillards, comédie en cinq actes et en vers, Casimir Delavigne parvient en 1823 à entrer à la Comédie-Française. Talma et Mademoiselle Mars, les « stars » incontestées, sont pour beaucoup dans la réussite des pièces qu’ils interprètent.

2Mais la comédie est surtout associée au nom d’Eugène Scribe, grand pourvoyeur du théâtre du Gymnase, qui la renouvelle largement. Scribe a d’abord produit de nombreux vaudevilles, c’est-à-dire des petites pièces légères mêlées de couplets, dont il épaissit l’intrigue et qu’il situe dans un cadre réaliste et contemporain ; il s’oriente tout naturellement ensuite vers la forme plus ambitieuse de la comédie d’intrigue : thèmes traditionnels, milieux sociaux bien identifiés, canevas structurés sont autant d’éléments qui expliquent son succès ininterrompu pendant un demi-siècle. Il oriente également le genre vers l’histoire et la politique : Bertrand et Raton (1833) s’intéresse à un épisode de l’histoire du Danemark, la chute du premier ministre Struensée, inspirateur d’une politique réformiste et amant de la reine. Le Verre d’eau (1840) évoque une révolution de palais sous le règne de la reine Anne d’Angleterre.

3Dumas, comme Scribe, a commencé par le vaudeville, mais se limite à deux titres. En revanche, la comédie l’attire très vite. Son premier essai, une petite pièce en un acte, intitulée Le Mari de la veuve, est représenté à la Comédie-française en 1832. Viennent ensuite les « grandes » comédies en cinq actes (Mademoiselle de Belle-Isle, Un mariage sous Louis XV, Les Demoiselles de Saint-Cyr) également destinées au Théâtre-Français, puis les comédies en trois ou quatre actes, données à l’Odéon ou au Variétés, enfin les « petites » en un acte, proches des proverbes, représentées au Gymnase. Contrairement à Scribe, il s’attache moins à mettre en scène ses contemporains (sauf dans les petites pièces) que la société d’Ancien Régime. Créateur du drame en habits noirs, Dumas, paradoxalement, adopte dans ses comédies la démarche hugolienne qui consiste à parler du présent par le biais du passé. La comédie entretient une certaine distance chronologique ; elle s’intéresse à la France de Louis XIV et de Louis XV (mais jamais de Louis XVI), ainsi qu’à l’Angleterre de Charles II ; elle mélange les personnages historiques et les personnages fictifs, montre l’histoire par le petit bout de la lorgnette, ressuscite une époque disparue. Cela ne l’empêche pas de servir de cadre pour des questions contemporaines : une pièce comme Un Mariage sous Louis XV traite du mariage arrangé, non pas sous l’angle bourgeois et prosaïque privilégié par Scribe, mais avec une coloration aristocratique et brillante, teintée de marivaudage, qui convient au public du Théâtre-Français. La peinture des mœurs et l’évasion temporelle ne sont pas perçues comme incompatibles. L’actualité, elle, s’invite dans les petites pièces en un acte, qui font le lien entre le théâtre de société en vogue au xviiie siècle et les Proverbes de Musset ; avec leur mécanique bien huilée et leur tempo effréné, elles évoluent dans un climat léger qui frôle parfois l’absurde.

4Dans la généalogie de la comédie, Dumas constitue donc un maillon central, largement inspiré de Marivaux et de Beaumarchais, et annonçant Labiche. Il opère des rencontres inattendues en traitant sur le mode comique des thèmes empruntés à la tragédie ou au drame. Parodiant les autres et se parodiant lui-même, il illustre l’infinie plasticité d’un genre constamment renouvelé.