Version classiqueVersion mobile

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Conclusion

Frédérique Le Nan

Texte intégral

  • 1 Calle-Gruber, M., « Entretien avec M. Calle-Gruber », in A. Frantz, S.-A. Crevier-Goulet, M. Calle- (...)

1Un projet comme GEDI pouvait-il « modifie[r] de l’intérieur1 » l’Université, comme l’exprime si bien M. Calle-Gruber, en offrant à ses membres la possibilité de travailler ensemble et librement sur un objet de recherche convergent ? Oui, cela requiert beaucoup de sérieux et une forte implication. En l’occurrence il s’agissait d’un programme transdisciplinaire, ambitieux et courageux.

  • 2 Perrot, M., « Préface. En tout genre », in D. Chevallier, M. Bozon, M. Perrot, F. Rochefort (dir.), (...)

2Quant à cet axe « Voix de femmes », il a réuni durant plusieurs années des chercheur.e.s en littérature et civilisation, soucieux.ses de faire émerger des auteures oubliées, parce qu’écartées des anthologies, des canons universitaires, de la lourde institution qu’est l’agrégation. Le but de cette équipe était encore de renouveler la lecture des textes en usant d’outils conceptuels libérateurs pour la parole critique. Notre approche devait montrer combien dans le champ du littéraire se font entendre des voix multiples et pas seulement masculines, combien il était nécessaire de soumettre nos analyses à la complexité textuelle et référentielle des œuvres citées, combien il était heureux de « souffrir » ce que M. Perrot envisage comme une « rupture d’évidence2 », pour mieux appréhender la fluidité des genres, leur construction et leur dé-construction au sein des textes, afin de tenir à distance la force du préjugé et nos habitudes de pensée qui l’ont si fortement nourri.

  • 3 Viennot, É., « Le genre, cet inconnu. Le mot et la chose dans l’étude de l’Ancien Régime », in D. F (...)

3Nous avons cherché au sein de ce livre à en produire la cartographie la plus vaste possible : « ce “bruit de fond” misogyne est en effet repérable dans toute la production écrite, quels que soient les genres que l’on considère, demande à être étudié, isolé, mis en relation avec les stratégies auctoriales et éditoriales, avec les autres prises de positions politiques et/ou religieuses des auteurs, et bien entendu avec leur formation3… », selon les mots d’É. Viennot. Cerner cette aporie, mettre la lumière sur l’immense infortune à leur endroit, recenser les lieux où, malgré tout, ces choses-là se font, ce travail méticuleux nous parut indispensable parce que leur disgrâce continue de prévaloir dans les sociétés savantes, quoi qu’on en dise.

  • 4 Ibid., p. 154.

4À tous égards, notre projet a tenté de répondre à ce cahier des charges, de comprendre aussi et plus globalement quand et comment en France s’est installé le refus catégorique d’admettre que des femmes aient pu prendre place dans le mouvement majeur de la création littéraire et plus largement artistique. Pour ne choisir qu’un seul exemple ici, citons celui des troubadours et des trouvères de l’Occitanie médiévale et du domaine d’Oïl, qui exercèrent leur art durablement pendant trois siècles. Quand et comment avons-nous oublié que des femmes contribuèrent activement à l’essor de cet élan poétique et musical par le biais d’un mécénat bien constitué, alors qu’en leur temps et ultérieurement, les poètes eux-mêmes, des témoins avertis comme André le Chapelain ou Jehan de Nostredame entendaient louer leur talent et s’en remettaient à leur jugement ? De même, venant naturellement prolonger ce mouvement initié en Occitanie, le xvie siècle s’est révélé le théâtre d’un puissant mécénat féminin dont l’influence sociétale n’a pas fini d’être évaluée. « Ainsi, rappelle É. Viennot, l’existence de nombreuses femmes mécènes, qui jouent un rôle prépondérant dans la vie culturelle de l’Ancien Régime, détermine des rapports particuliers entre elles et les hommes qu’elles patronnent, puisqu’ils dépendent d’elles pour leur célébrité, voire pour leur subsistance4. » Les choses ne peuvent être dites autrement quant à l’implication avérée des femmes du côté de l’art et de la littérature.

Notes

1 Calle-Gruber, M., « Entretien avec M. Calle-Gruber », in A. Frantz, S.-A. Crevier-Goulet, M. Calle-Gruber (dir.), Fictions des genres, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », 2013, p. 155.

2 Perrot, M., « Préface. En tout genre », in D. Chevallier, M. Bozon, M. Perrot, F. Rochefort (dir.), Au bazar du genre. Féminin/masculin en Méditerranée, Paris, éd. Textuel et le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, 2013, p. 15.

3 Viennot, É., « Le genre, cet inconnu. Le mot et la chose dans l’étude de l’Ancien Régime », in D. Fougeyrollas-Schwebel, Ch. Planté, M. Riot-Sarcey et C. Zaidman (dir.), Le Genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme/RING », 2003, p. 157.

4 Ibid., p. 154.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search