Version classiqueVersion mobile

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Écrire et action

Dhuoda, femme d’exception du ixe siècle

Laure Crémona

Texte intégral

  • 1 Les épouses de Wilhelmus (Guillaume de Toulouse) furent Vuithburgis et Chungundis. (Guibourc et Cun (...)

1Les recherches sur les personnages historiques appelés à façonner les héros épiques du cycle de Guillaume d’Orange conduisent sur les traces de Guillaume de Toulouse, qui est considéré comme l’un des points de référence historique sur lesquels la construction de ce personnage de fiction s’est appuyée. À une époque presque contemporaine de celle où vécut le comte de Toulouse, connu aussi sous l’identité de Guillaume de Gellone, celui à qui Saint-Guilhem-le-Désert doit son nom, (lieu où il fonda une abbaye et qui lui valut cette appellation de saint), nous trouvons un texte où son nom est mentionné. Les prénoms de ses épouses1 apparaissent également lors de l’énumération de tous les défunts de cette illustre famille :

  • 2 Dhuoda, Manuel pour mon fils, Introduction, texte critique, notes par P. Riché, Traduction par B. d (...)

Quos de quosdam praedictis supra praetermisi personis, his breuiatos agnosce. Id sunt : Wilhelmus, Chungundis, Gariberga, Vuithburgis, Teddericus, Gothzelmus, Guarnarius, Rothlindis2.

2Il s’agit à l’origine d’un manuscrit rédigé par une femme appartenant à l’aristocratie carolingienne, Dhuoda, épouse de Bernard, duc de Septimanie, fils de Guillaume de Toulouse et de Vuithburgis, l’une de ses deux épouses. Le nom de cette noble dame est celui que nous trouvons retranscrit en Guibourc dans les chansons de geste. L’ouvrage s’ouvre en mentionnant le prénom de Dhuoda, ce qui permet de lui attribuer ce manuel :

  • 3 Ibid. [Épigramme, 1-2], p. 72-73 : « Début du Manuel que Dhuoda adresse à son fils Guillaume. »

Incipit liber Dhuodane Manualis quem ad filium suum transmisit Wilhelmum3.

3Son nom apparaît à nouveau dans le prologue de son liber manualis :

  • 4 Ibid. [Prologue, 5-6], p. 80-81 : « Moi, Dhuoda, malgré mon faible esprit, indigne de la société de (...)

Dhuoda quanquam in fragili sensu, inter dignas uiuens indigne4

4Voici comment l’identité de cette femme se dévoile pour la première fois. Pourquoi n’a-t-elle jamais été évoquée dans toutes ces lectures faites auparavant ? Texte trop ancien ou parce que l’œuvre d’une femme, avec tout ce que cela sous-entend dans le petit monde des lettres qui encore en 2016 vient de s’émerveiller devant la treizième femme, heureuse lauréate du prix Goncourt !

5Donc au ixe siècle, déjà, une femme pouvait écrire ! Pour que cela ne semble pas si surprenant, cette étude va essayer de nous la rendre plus proche, malgré tous ces siècles passés.

Femme et genre au Moyen Âge

6Au Moyen Âge, et sans doute plus encore à l’époque carolingienne, nous ne pouvons parler que d’un rapport binaire de genres en fonction de la sexualité. Comme en ce qui concerne tout contexte culturel, nous trouvons des marques du genre spécifiques et différentes de celles répertoriées au début du xxie siècle dans le monde occidental.

7Considérer la femme comme une image de l’Autre, ce n’est pas si éloigné de ce qu’évoque Judith Butler en parlant d’une certaine pensée féministe dans son ouvrage Trouble dans le genre quand elle rappelle que :

  • 5 Butler, J., Trouble dans le genre, préface de É. Fassin, traduit de l’Anglais par C. Kraus, Paris, (...)

d’autres, à la suite de Beauvoir, soutiennent plutôt que le seul genre à être marqué est le genre féminin, que la personne universelle est assimilée au genre masculin, moyennant quoi les femmes sont réduites à leur sexe et les hommes glorifiés pour incarner, au-delà du corps, la personne universelle5.

8Cette vision peut résumer une représentation reflétant la mentalité médiévale : il y a d’abord les hommes puis les femmes. De plus, on ne peut ignorer que la misogynie régnant au Moyen Âge est fortement influencée par les prises de position des Pères de l’Église. En particulier, nous pouvons rappeler la déclaration de Tertullien dans De Cultufeminarum selon laquelle la femme est la porte du diable :

  • 6 Tertullien, La Toilette des femmes (De Cultufeminarum), Introduction, texte critique, traduction et (...)

Tu es diaboli ianua… / C’est toi la porte du diable6

9La femme est on ne peut plus clairement évoquée comme une image de l’Autre, d’une influence néfaste sur l’homme. L’exemple le plus édifiant reste la figure d’Ève dans la Genèse, manipulée par le malin, coupable d’avoir éloigné l’homme du jardin d’Éden.

  • 7 Casagrande, C., Vecchio, S., Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge, Paris, Flammarion, Aubier, (...)

10On ne peut non plus ignorer que l’image de la femme ne peut être dissociée d’un des sept péchés capitaux : la luxure. Comme l’écrit Carla Casagrande : « la littérature médiévale est peuplée de démons qui sous les habits de femmes généralement fort belles cherchent à entraîner des ermites, des moines, des clercs et des saints dans les turpitudes de la luxure7. »

L’édition du texte et les manuscrits

11Pendant longtemps, il n’existait qu’une édition d’Édouard Bondurand, parue en 1887, que Pierre Riché, à qui nous devons l’édition de cet ouvrage et qu’il présenta comme thèse complémentaire en 1962 à Paris, qualifie d’insuffisante. Ce nouvel opus est publié pour la première fois en 1975. C’est la découverte du manuscrit de Barcelone par André Vernet, professeur à l’École des Chartes, en 1957, qui rendait pour lui nécessaire une nouvelle édition.

12Nous connaissons trois manuscrits du Manuel de Dhuoda conservés :

13• Le manuscrit de Paris BnF, no 12.293 du fond latin (médiocre retranscription du xviie siècle à partir d’un manuscrit appartenant à Pierre de Marca, archevêque de Toulouse, puis de Paris, mort en 1662).

14• Le manuscrit de Nîmes, bibliothèque municipale de Nîmes (fin xe-début xie), no 393, découvert en 1885.

15• Le manuscrit de Barcelone, biblioteca central de Barcelone (1re moitié xive), no 569, découvert en 1957.

16Ce dernier pourrait dériver du manuscrit du Manuel reçu par Guillaume, le fils auquel Dhuoda adressa son ouvrage et qui mourut justement à Barcelone ; par cela, il nous apparaît comme essentiel.

Vie de Dhuoda

17La majorité des renseignements qui nous sont parvenus concernant Dhuoda ne proviennent que de la lecture de son Manuel. Ces éléments autobiographiques nous paraissent relativement importants quand nous savons que rares sont les traces conservées éclairant la vie de ses contemporains. En effet, si nous pouvons encore admirer aujourd’hui le monastère de Saint-Guilhem, il ne reste rien des habitations faites de bois et de torchis comme nous le rappelle Martin Gravel dans son article « Dhuoda et son temps ».

18L’auteur nous renseigne sur la difficulté de conservation des écrits remontant à l’ère carolingienne, ainsi :

  • 8 Gravel, M., « Dhuoda et son temps », in Dhuoda, Belle-fille de saint Guilhem et autres femmes de ca (...)

Il en est de même pour les vestiges de l’écrit. D’un côté, les grands ouvrages font l’objet de toutes les attentions, qu’il s’agisse d’œuvres comme la vie de Charlemagne par Éginhard, ou des codex les plus somptueux, comme les grandes bibles de Charles le Chauve. Ils font oublier que la plupart des pratiques d’écriture étaient faites de petites notes, de billets, de listes… elles dépendaient de supports modestes, des tablettes de cire aux écorces bouillies en passant par les retailles de parchemin. De ce quotidien, presque tout a été perdu8.

Origine familiale de Dhuoda

  • 9 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit., p. 22.

19Il est vraisemblable que Dhuoda a terminé sa vie à Uzès. Selon certaines sources, il en serait ainsi en raison de son origine familiale. Bondurand avance l’hypothèse qu’il s’agirait d’une aristocrate de Septimanie, descendant des Wisigoths. Mais devant la gratuité de cette hypothèse, nous pouvons nous interroger sur les origines de son prénom. Le nom de Dhuoda serait « plutôt d’origine germanique et il est surtout porté dans les régions septentrionales9 ».

20Cependant, c’est elle-même qui nous renseigne dans son ouvrage sur ses origines aristocratiques :

  • 10 Ibid. [I, 5, 80-82], p. 110-111 : « Je pense à ceux dont j’ai entendu lire l’histoire, et aussi à c (...)

Considero quos audiui legere, etiam et uidi aliquos ex parentibus meis tuisque, fili, qui fuerunt in saeculo quasi potentes, et non sunt10

Une femme instruite au ixe siècle !

  • 11 Riché, P., Éducation et culture dans l’occident barbare (vie-viiie siècle), Paris, Seuil, 1973 (réé (...)
  • 12 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit., p. 32.

21Pourquoi devrait-on être surpris que cette femme ait reçu une éducation à la hauteur de son rang ? Il faut rappeler que « la transmission de la culture intellectuelle dans les milieux laïcs s’était interrompue en Gaule au milieu du viie siècle11. Il faut attendre la fin du viiie et le ixe siècle pour constater que les aristocrates, surtout ceux qui font partie des grandes familles, désirent à nouveau recevoir et transmettre une instruction qui était jusqu’alors l’apanage des clercs12 ».

  • 13 Ibid. [I, 7, 3-10], p. 114-115; [II, 1,5], p. 118-119; [III, 8, 32-33], p. 168-169 ; [VII, 3,11-12] (...)

22Dans son manuel, Dhuoda donne les références d’ouvrages qu’elle a utilisés nous montrant ainsi quelles ont pu être ses lectures13 : nous pouvons y trouver des ouvrages de grammairiens, des glossaires, des poètes. Elle cite de Prudence, le Liber Cathemerinon, des poètes mérovingiens, dont l’œuvre a ou non été conservée, les pères de l’Église, notamment Augustin, Grégoire le Grand et Isidore de Séville, des contemporains comme Alcuin, Raban Maur, pour ne rappeler ici que les plus connus. Elle a également connaissance de la règle de saint Benoît, de trois passions de saints martyrs et d’un apophtegme des Pères du désert. Nous trouvons tous ces renseignements au fil de son manuel.

  • 14 Ibid., p. 36.

23Et pour terminer la liste de ses références culturelles, ajoutons bien évidement la Bible, Ancien et Nouveau Testaments dont nous pouvons relever de nombreuses citations : « elle cite de mémoire le plus souvent et adapte à son texte les versets bibliques14 ».

24Pour résumer, ses sources sont avant tout religieuses ; si elle mentionne des grammairiens, elle n’évoque aucun auteur profane et les seuls poètes retenus sont chrétiens. Et, comme il nous est démontré, étant donné que les foyers culturels à l’époque carolingienne sont plutôt situés au nord de la Loire, l’hypothèse d’une origine de ces territoires serait la plus plausible. L’éditeur dans son introduction constate ceci :

  • 15 Ibid., p. 44-45.

La culture littéraire de Dhuoda ne vaut pas celle de ses contemporains, mais elle est en quelque sorte, plus personnelle, plus originale. Son Manuel est à mi-distance entre les œuvres des clercs lettrés et les textes que nous ont conservés les cartulaires carolingiens15.

  • 16 Meyers, J., « La Comtesse Dhuoda et son Liber manualis », in Dhuoda, Belle-fille de saint Guilhem e (...)

25Vraisemblablement Dhuoda parlait la « lingua romana » qui est celle des serments de Strasbourg, contemporains de la rédaction du Manuel. Mais elle écrit en latin, une langue qui est marquée par l’influence d’une expression orale. Pour Jean Meyers, bien que la langue dont la comtesse fait usage ne soit pas considérée comme celle des puristes, elle est « caractéristique de la renaissance carolingienne16 ».

Dhuoda et la famille de Bernard de Septimanie

26Si les manuscrits de ce Manuel n’avaient pas été conservés, il ne resterait aucune trace de Dhuoda : les chroniqueurs carolingiens parlent de Bernard de Septimanie, mais jamais il n’est question de son épouse. C’est elle-même qui nous renseigne sur leur mariage dans la préface de son ouvrage :

  • 17 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit. [praef. 1-6], p. 84-85 : « La 11e (sic.) année de l’empire d (...)

Anno feliciter, Christo propitio, xi, domno nostro Ludouico condam fulgente in imperio […] iii Kalendarum iulii diem, in Aquisgrani palatio, ad meum dominum tuumque genitorem Bernardum legalis in coniugio accessi uxor17.

  • 18 Souvent nous trouvons l’expression « donner sa fille en mariage », qui est explicite quant à la pos (...)

27Nous pouvons noter que le mot latin utilisé pour « père » est genitor. D’autre part, l’expression « donnée en mariage », qui est courante dans la langue française18, montre sa position dans ce contrat ; le traducteur en choisissant un passif souligne la soumission de la femme à une décision appartenant à d’autres.

28Dhuoda épouse donc Bernard le 29 juin 824 dans la chapelle du palais d’Aix et comme le souligne Pierre Riché :

  • 19 Ibid. [X, 4, 40], p. 350-353 : « dans la Marche et en bien des régions ».
  • 20 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit., p. 17-18.

… ce détail a son importance, car nous savons que le père de Bernard, Guillaume de Gellone, était le cousin germain de Charlemagne. La parenté entre Bernard et l’empereur Louis l’appelait à de hautes fonctions. Dhuoda n’en parle que par allusions, et nous dit simplement qu’elle aida Bernard dans ses entreprises « in Marchis et in multis locis19 ». En effet, peu de temps après son mariage, l’empereur confia à Bernard le commandement de la Marche d’Espagne et le soin de la défendre contre les Musulmans. Après une brillante victoire en 827, Bernard fut nommé camerarius à la cour d’Aix et devint le principal soutien de Louis contre les menées de son fils Lothaire20.

29Nous n’avons aucun renseignement sur le sort de Dhuoda après son mariage, en dehors de ce qu’elle veut bien nous confier par le biais de son Manuel : elle met au monde le 29 novembre 826 un fils nommé Guillaume en mémoire de son grand-père saint Guilhem de Gellone :

  • 21 Ibid. [Praef. 6-9], p. 84-85 : « C’est encore sous ce règne, en la 13e (sic.) année, le 3 (sic.) de (...)

Et iterum in tertio decimo anno regni eius, iii Kalendarum decembrium, auxiliante, ut credo, Deo, tua ex me, desideratissime fili primogenite, in saeculo processit natiuitas21.

  • 22 Wala : ecclésiastique carolingien (772-836), cousin de Charlemagne, fils de Bernard, comte de Saint (...)

30Elle exprime souvent l’admiration qu’elle a pour Bernard et parle des nombreux déplacements dans lesquels elle doit le suivre avec son enfant. Certaines sources, dont Wala22, évoquent le fait que Bernard ait délaissé Dhuoda pour l’impératrice Judith de Bavière, épouse de Louis le Pieux, laissant même parfois entendre qu’il ait pu être le père illégitime du roi Charles le Chauve, les relations entre Bernard et l’impératrice ayant débuté avant le mariage du comte.

31Longtemps Dhuoda fut installée à Uzès, chef-lieu d’un comté de la Marche de Gothie. Quoiqu’il en soit, le 22 mars 841, naissait leur second, fils Bernard :

  • 23 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit. [Praef. 10-17], p. 84-85 : « C’est dans la succession et l’a (...)

Voluente et crescente calamitate huius saeculi miseria, inter multas fluctuationes et discordias regni, imperator praedictus uiam omnium isse non dubium est. Nam infra xxviii anno regnieius, non perueniens adsummum, uitam saeculi debitam finiuit. Post mortem quoque eius, in anno sequente, natiuitas fratris tui xi Kalendas aprilis : ex meo secundus post te, in Vzecia (sic) urbe, Deomiserante, egressus est utero23.

32Ils furent à nouveau séparés lors du conflit qui éclata entre les trois fils de Louis le Pieux, Charles II le Chauve et Louis le Germanique contre Lothaire et l’allié de Bernard, Pépin II d’Aquitaine, petit-fils de Louis Le Pieux.

  • 24 Ibid. [Praef. 34-35], p. 86-87.
  • 25 Ibid. [X, 4, 39], p. 350-351.

33Bernard apportait son soutien à Pépin contre Charles. En janvier 841, il rencontre Charles à Bourges et se réconcilie avec lui après la bataille de Fontenay-en-Puisaye (22 juin 841), qui, d’après l’historien Nithard qui y participa, fut un « immense massacre ». L’armée de Pépin et Lothaire est battue. En gage de son allégeance à Charles, Bernard lui envoie son fils Guillaume. C’est le 30 novembre 841, suite à cette décision24, que Dhuoda décide d’écrire son Manuel. Lorsqu’elle évoque Bernard, Dhuoda emploie l’expression « mon seigneur et maître »/« domini et senioris mei Bernardi25 ». Et nous constatons qu’il ne s’agit pas de simples mots quand nous apprenons de la plume de la comtesse quelle vie est la sienne à partir de 841. La réalité des faits peut paraître cruelle au regard de notre siècle : en effet, très rapidement après la naissance de son second fils, Bernard, qui se trouvait en Aquitaine, demande à l’évêque d’Uzès de lui apporter son fils dernier-né. Le bébé n’est pas encore baptisé, puisque Dhuoda ignore le prénom que portera ce petit enfant ; nous savons également qu’à cette période le baptême d’un enfant avait lieu relativement peu de temps après sa naissance.

34Cet événement peut être mis en rapport avec la « commendatio » de son fils aîné Guillaume. Ce fils dans l’idée du roi Charles le Chauve était peut-être considéré comme un otage, et c’est pourquoi Bernard désirait avoir près de lui son autre garçon pour l’élever selon ses principes.

  • 26 Ibid. [XI, 2, 2-5], voir citation infra.

35Le 30 novembre 841, date à laquelle elle commence la rédaction de son Manuel26, alors que son mari l’oblige à vivre à Uzès, son petit enfant est déjà loin d’elle. Elle réagit à la « commendatio » de Guillaume en lui dédiant cet ouvrage, et en lui demandant de le faire lire plus tard à son frère. Dhuoda s’exprime en ces termes dans la fin de sa préface :

Etenim paruulum illum, antequam baptismatis accepisset gratiam, dominus et genitor Bernardus utrique uestrum, una cum Elefanto, praedictae ciuitatis episcopo, et cum ceteris fidelibus suis, in Aquitaniae partibus ad suam fecit adduci praesentiam.

Sed cum diu, ob absentiam praesentiae uestrae, sub iussione senioris mei, in praedicta, cum agone illius iam gaudens, residerem urbe, ex desiderio utrorumque uestrum hunc codicillum secundum paruitatis meae intelligentiam tibi transcribi et dirigere curaui.

Item eiusdem. Licet ex multis sim occupata angustiis, ut tuo aliquando conspicerem aspectu, tamen haec una secundum Deum in arbitrio Domini constat prior[i]. […]

  • 27 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit. [Praef. 17-39], p. 84-87 : « Il était encore tout petit et n (...)

Audiui enim quod genitor tuus Bernardus in manus domni te commendauit Karoli regis ; admoneo te ut huius negotii dignitatem usque ad perfectum uoluntati operam des. Tamen, ut ait Scriptura, primum in omnibus regnum Dei quaere et cetera tunc adicientur, ea quae necessaria sunt animae et corpori tuo fruenda27.

36Le reflet de la solitude et de l’inquiétude de la princesse se ressent dans ces lignes. L’ouvrage sera terminé pour les seize ans de Guillaume :

  • 28 Ibid. [X, 2, 70-73], p. 346-347 : « Ces vers s’achèvent, Dieu aidant, alors que sont accomplis deux (...)

Finiunt uersiculi, Deo iuuante, / Annis praeteritis octo binis deductos, / Incohans december, Andreae sanctifesta, / Aduentus Verbi28.

  • 29 Ibid., p. 21.

37Quelques chapitres seront rajoutés ainsi qu’une souscription qui porte la date du 2 février, il « s’agit certainement du 2 février 84329 ».

  • 30 Ibid., p. 21.
  • 31 Plantevelue ou Plantapilosa signifie « le rusé, le renard », cf. Dhuoda, Manuel pour mon fils, lu p (...)

38Nous n’avons plus de traces de Dhuoda après cette date alors qu’elle devait avoir environ quarante ans. Nous ignorons si elle était toujours vivante quand Bernard de Septimanie, son époux, fut décapité sur les ordres de Charles le Chauve à Toulouse en 844 après avoir été accusé de trahison. Nous savons également par des sources historiques que son fils Guillaume se rallia à Pépin II d’Aquitaine et en reçut, en 845, le comté de Bordeaux, il tenta en 848 de « mettre la main sur la Marche d’Espagne et s’empara de Barcelone30 ». L’année suivante, il fut pris et exécuté de la même façon que son père. Il est d’autre part souvent évoqué que le second fils de Bernard et Dhuoda puisse être Bernard Plantevelue31, ce « célèbre » personnage, père de Guillaume le Pieux fondateur de l’abbaye de Cluny.

39Nous pouvons prendre connaissance à travers le témoignage de cette princesse de ce qu’a pu être la vie d’une femme de son rang durant le haut Moyen Âge.

  • 32 « Mais s’ils manquent de continence, qu’ils se marient ; car il vaut mieux se marier que de brûler  (...)

40Il nous renseigne également sur le mariage qui paraît clairement comme étant un pacte social et territorial entre hommes, soutenu et encouragé par la religion chrétienne, qui donne ce conseil : « plutôt se marier que de brûler32 », et dans lequel la femme sert accessoirement de monnaie d’échange.

Le Manuel : un ouvrage politique

41Le Manuel, ou Liber Manualis, a été écrit à Uzès par Dhuoda, entre le 30 novembre 841 et le 2 février 843. C’est elle-même qui l’indique au terme de son ouvrage :

  • 33 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit. [XI, 2, 2-7], p. 368-371 : « Ce livre a été commencé en la 2(...)

Incoatio huius libelli ii° anno obitus Ludouici condam imperatori, ii° Kalendas decembri, sancti Andreae missa, incoante sanctum Domini Aduentum. Finitus est autem, auxiliante Deo, iiii° nonas februarii, Purificationis sanctae et gloriosae semperque uirginis Mariae33.

  • 34 Ibid., p. 11.

42Elle l’a commencé la deuxième année après la mort de Louis le Pieux († 20 juin 840) le 30 novembre 841, alors que son fils, Guillaume, né le 29 novembre 826 [Praef. 6-9] a exactement quinze ans. Elle termine la rédaction de son ouvrage le jour de la fête de la Purification, c’est-à-dire le 2 février. « D’autres indications nous permettent de situer cette date en 84334. »

Un liber Manualis

  • 35 Id.

43Un Liber Manualis est un petit livre que l’on pouvait tenir dans la main pour s’en servir quotidiennement. Il s’agit là d’« une expression classique35 » que Dhuoda a empruntée pour titrer son ouvrage et ce Manuel entre dans le genre littéraire des « miroirs » :

  • 36 Ibid. [Prol. 20-22], p. 80-81: « Tu y trouveras tout ce que tu as envie de connaître, en abrégé ; t (...)

Inuenies in eo quidquid in breui cognoscere malis ; inuenies etiam et speculum in quo salutem animae tuae indubitanter possis conspicere36.

  • 37 Ibid., p. 12-13.

44Le miroir est un genre « très ancien, puisqu’il remonte à l’antiquité égyptienne et hébraïque, qu’il apparaît dans la littérature latine sous des formes diverses, et qu’il s’est transmis aux civilisations byzantine et même arabe. Aux ve et vie siècles, les clercs se plaisent à tracer le portrait idéal du prince chrétien ou même du simple laïc37 ».

  • 38 Ibid., p. 14.
  • 39 Id.
  • 40 Id.

45L’originalité de cette œuvre est qu’elle fut écrite par une femme et non par un clerc, et « cela lui donne une place unique dans la littérature latine du haut Moyen Âge38 ». Voici donc une œuvre presque unique en son genre, il s’agit d’un traité d’éducation adressé par une mère à son fils (seulement un autre exemple est connu : trois lettres d’exhortation adressées par Herchenfreda à son fils Desiderius, futur évêque de Cahors). Au-delà des autres miroirs carolingiens qui lui sont contemporains (lutte contre les vices, pratique des vertus, respect envers ses parents, roi, seigneur et prêtres, pratique de la prière, sainteté du mariage, etc.), « c’est un testament spirituel39 » qu’elle adresse à ce fils que l’on a éloigné d’elle. « L’œuvre a un caractère autobiographique que n’ont pas les autres miroirs40. » Il faut également reconnaître à cet ouvrage un intérêt historique concernant la période troublée qui suit la mort de Louis le Pieux et qui conduira au partage de Verdun en 843.

  • 41 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit., p. 15.
  • 42 Ibid., p. 24.

46Nous devons le considérer comme le témoignage d’une aristocrate carolingienne qui a reçu une instruction relativement importante et qui a voulu transmettre par le biais d’un écrit adressé à son fils aîné l’essentiel de ses références culturelles. Ainsi que l’écrit Pierre Riché, « le manuel va nous permettre de faire le bilan de la culture profane et religieuse d’une laïque au milieu du ixe siècle41 ». Nous y voyons clairement le témoignage de l’engagement d’une femme dans un contexte politique particulier, celui du partage de Verdun. Il s’agit d’une « époque où l’aristocratie carolingienne commence à se révolter contre la monarchie ». À cette époque, le roi Charles le Chauve n’était pas encore légitime en France Méridionale. C’est pourquoi Dhuoda recommande à son fils la fidélité au roi Charles et à sa famille. Désormais Guillaume devient le vassal de ce seigneur, et nous pouvons confirmer que : « le Manuel est un véritable traité de fidélité vassalique42 ».

  • 43 Ibid. [X, 2, 18-25], p. 342-343: « 5. Crains et chéris en premier lieu le Seigneur Dieu de tout ton (...)
  • 44 Ibid., p. 27.

47Est-il utile de rappeler que la puissance des liens de parenté et de lignage est une des caractéristiques de la société féodale ? Le Manuel en fait évidemment un de ses propos, en précisant que ces liens tiennent même une place plus importante que ceux de la fidélité au roi. Dhuoda parle de la hiérarchie des obéissances : « d’abord à Dieu, puis à son père, enfin au roi43 ». Pour elle, « un jeune aristocrate doit surtout respecter son père. C’est un crime que de le trahir, comme l’ont fait les enfants de Louis le Pieux44. » Dhuoda fait allusion à la révolte des fils du roi Louis en parlant du comportement qu’un fils doit observer envers son père :

Suscipe, si ad hoc Deo perueneris auxiliante, senectam illius, et ne contriste seum in uita sua, neque spernas eum in uirtute tua.

  • 45 Ibid. [III, 1, 17-24], p. 134-137: « “Soutiens”, si grâce à Dieu tu y parviens, “sa vieillesse ; ne (...)

Absit hoc a te ; ante operiat tellus corpus meum humo qua milli ita proueniat, quod futurum esse non credo. Nec pro hoc dico ut timeam sed cauendum est ut in tuo cogitatu nunquam hoc scelus surgat aliquando, quod in multis, non tui similes, audiuimus opus patratum45.

48Son discours prend alors une dimension politique. À ce propos, nous pouvons citer Jean Meyers :

  • 46 Dhuoda, Manuel pour mon fils, lu par J. Meyers, op. cit., p. 65.

… il ne faut pas oublier que Guillaume n’est pas le seul destinataire de l’œuvre. On peut donc aussi y lire avant tout une condamnation sans appel des enfants de Louis le Pieux, dont la révolte contre leur père et seigneur avait semé la désolation dans l’Empire et dans la famille de Bernard. Pour Dhuoda, cette révolte était un scandale qui mettait en péril les fondements mêmes des relations sociales46.

49Elle s’adresse aux fils de Louis, surtout à Charles, on peut y voir aussi un moyen de rappeler à son mari la fidélité due au roi, et bien sûr à Dieu, car il s’agit également d’un Manuel de spiritualité. Nous ne pouvons éluder cette dimension de l’ouvrage, la religion chrétienne tenant une place éminente dans l’Occident carolingien.

Conclusion

50Dhuoda nous montre un visage plus original que réel des femmes de son siècle. Nous pouvons cependant nous interroger sur la fin de cette princesse, dont la vie fut tellement contrainte. A-t-elle pu, par la miséricorde de ce Dieu qu’elle vénérait tant, quitter ce monde avant de connaître les destins sombres qui furent réservés à ses proches ? Pour saluer son engagement, nous pouvons reprendre cette citation de Philippe Machetel :

  • 47 Machetel, P., in Dhuoda, Belle-fille de saint Guilhem et autres femmes de caractère au Moyen Âge, o (...)

Ballotée par les jeux d’alliance, les ambitions des hommes et les conflits qui marquèrent la fin de l’empire de Charlemagne, la vie de cette femme fut écrasée par la dureté de la société médiévale. Pourtant jamais son esprit ne renonça. Son combat intellectuel, toujours actuel, restera à jamais parmi les grands exemples de destins de femmes dont les actions et l’esprit guident notre société dans sa recherche du sens de notre humanité47.

51Ce parcours que nous venons de suivre nous laisse bien comprendre que la vision réductrice qui est celle que nous retenons trop souvent de la femme médiévale est un peu simpliste. Et que malgré le poids qui a voulu longtemps faire taire ces voix féminines, elles ont pu parfois même résister au défi du temps qui passe.

  • 48 Établie d’après les sources bibliographiques.

52Chronologie générale48

53• En 778, Naissance de Louis le Pieux, à Cassinogilum (site dont la localisation demeure incertaine, soit Casseuil près de Bordeaux, soit Chasseneuil-du-Poitou dans la Vienne).

54• 13 juin 823, Naissance de Charles le Chauve le à Francfort-sur-le-Main, mort le 6 octobre 877 à Avrieux (Savoie), fils de Louis le Pieux et Judith de Bavière.

55• 29 juin 824, Mariage de Dhuoda avec Bernard de Septimanie dans la chapelle du palais d’Aix-la-Chapelle.

56• 29 novembre 826, Naissance de Guillaume de Septimanie, fils de Bernard de Septimanie et Dhuoda.

57• 20 juin 840, Mort de Louis le Pieux, à Ingelheim près de Mayence.

58• 22 mars 841, Naissance de Bernard, second enfant de Dhuoda et Bernard.

59• 22 juin 841, La bataille de Fontenay-en-Puisaye, qui marque la réconciliation entre Bernard et Charles le Chauve. Guillaume est envoyé à Charles (la « commendatio » de Guillaume).

60• Entre le 30 novembre 841 et le 2 février 843, Dhuoda écrit le Manuel pour mon fils, ou Liber Manualis.

61• Août 843, Partage de Verdun.

62• En 844, Bernard de Septimanie est décapité sur les ordres de Charles le Chauve à Toulouse après avoir été accusé de trahison.

63• En 845, Nous savons également par des sources historiques que son fils Guillaume après s’être rallié à Pépin II d’Aquitaine reçoit le comté de Bordeaux.

64• En 848, Guillaume tente de s’emparer de la Marche d’Espagne et prend Barcelone.

65• L’année suivante (849), il fut pris et décapité. [Guillaume a 23 ans et le roi Charles le Chauve, 26 ans].

Notes

1 Les épouses de Wilhelmus (Guillaume de Toulouse) furent Vuithburgis et Chungundis. (Guibourc et Cunégonde, mais quelles raisons nous contraignent encore à traduire les noms de personnes aujourd’hui ?).

2 Dhuoda, Manuel pour mon fils, Introduction, texte critique, notes par P. Riché, Traduction par B. de Vrégille et C. Mondésert, s. j., Paris, Éditions du Cerf, 1997 [X, 5, 1-5], p. 354-355 : « Trouve ici brièvement les noms de différentes personnes omises parmi celles nommées plus haut. Ce sont : Guillaume, Cunégonde, Gerberge, Guibourc, Thierry, Gaucelme, Garnier, Rodlinde. » Toutes les traductions sont celles extraites de cet ouvrage.

3 Ibid. [Épigramme, 1-2], p. 72-73 : « Début du Manuel que Dhuoda adresse à son fils Guillaume. »

4 Ibid. [Prologue, 5-6], p. 80-81 : « Moi, Dhuoda, malgré mon faible esprit, indigne de la société des dignes femmes… »

5 Butler, J., Trouble dans le genre, préface de É. Fassin, traduit de l’Anglais par C. Kraus, Paris, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales », 2006, p. 73.

6 Tertullien, La Toilette des femmes (De Cultufeminarum), Introduction, texte critique, traduction et commentaire de M. Turcan, Paris, Éditions du Cerf, 1971 [I, 1, 14-15], p. 42-43.

7 Casagrande, C., Vecchio, S., Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge, Paris, Flammarion, Aubier, 2003, p. 237.

8 Gravel, M., « Dhuoda et son temps », in Dhuoda, Belle-fille de saint Guilhem et autres femmes de caractère au Moyen Âge, actes du colloque tenu le 26 mai 2012 en l’Abbaye de Gellone, dans le cadre de la commémoration du 1200e anniversaire de la mort de Guilhem, Saint-Guilhem-le-Désert, Éditions Guilhem, 2014, p. 4.

9 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit., p. 22.

10 Ibid. [I, 5, 80-82], p. 110-111 : « Je pense à ceux dont j’ai entendu lire l’histoire, et aussi à certains de mes parents et des tiens, mon fils, que j’ai connus : ils ont fait figure de puissants dans le siècle, et ils ne sont plus. »

11 Riché, P., Éducation et culture dans l’occident barbare (vie-viiie siècle), Paris, Seuil, 1973 (rééd. 1995), p. 250 et suiv. et 274.

12 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit., p. 32.

13 Ibid. [I, 7, 3-10], p. 114-115; [II, 1,5], p. 118-119; [III, 8, 32-33], p. 168-169 ; [VII, 3,11-12], p. 300-301 ; [IX, 1, 2-3], p. 326-327.

14 Ibid., p. 36.

15 Ibid., p. 44-45.

16 Meyers, J., « La Comtesse Dhuoda et son Liber manualis », in Dhuoda, Belle-fille de saint Guilhem et autres femmes de caractère au Moyen Âge, op. cit., p. 28.

17 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit. [praef. 1-6], p. 84-85 : « La 11e (sic.) année de l’empire de feu notre seigneur Louis, heureusement régnant alors par la faveur du Christ, […] le 3 (sic.) des calendes de juillet, au palais d’Aix, j’ai été donnée en mariage comme épouse légitime à mon seigneur Bernard, ton père. »

18 Souvent nous trouvons l’expression « donner sa fille en mariage », qui est explicite quant à la position de la femme dans certains contextes socio-culturels.

19 Ibid. [X, 4, 40], p. 350-353 : « dans la Marche et en bien des régions ».

20 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit., p. 17-18.

21 Ibid. [Praef. 6-9], p. 84-85 : « C’est encore sous ce règne, en la 13e (sic.) année, le 3 (sic.) des calendes de décembre, qu’avec l’aide de Dieu, comme je le crois, tu es né de moi en ce monde, toi mon fils premier-né tant désiré. »

22 Wala : ecclésiastique carolingien (772-836), cousin de Charlemagne, fils de Bernard, comte de Saint-Quentin, lui-même fils de Charles Martel. Wala avait épousé Rodlinde, une fille de Guillaume de Gellone qui était également petit-fils de Charles Martel. Cf. Paschase Radbert, Epitaphium Arsenii, Berlin, ed. Dümmler, 1900.

23 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit. [Praef. 10-17], p. 84-85 : « C’est dans la succession et l’aggravation des malheurs de ce misérable monde, au milieu des nombreuses vicissitudes et discordes du royaume, que ledit empereur a suivi le chemin commun à tous. En effet, durant la 28e (sic.) année de son règne, il acquitta prématurément la dette de sa vie terrestre. Et après sa mort, l’année suivante, naquit ton frère, le 11 (sic.) des calendes d’avril, dans la ville d’Uzès : le second après toi, il est issu de mes entrailles, par la miséricorde de Dieu. »

24 Ibid. [Praef. 34-35], p. 86-87.

25 Ibid. [X, 4, 39], p. 350-351.

26 Ibid. [XI, 2, 2-5], voir citation infra.

27 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit. [Praef. 17-39], p. 84-87 : « Il était encore tout petit et n’avait pas reçu la grâce du baptême quand Bernard, votre seigneur et père à tous deux, le fit amener auprès de lui en Aquitaine, accompagné par Elefantus, évêque de ladite cité, et par d’autres de ses fidèles. Mais après être restée loin de votre présence, en cette ville où je réside par l’ordre de mon seigneur, joyeuse d’ailleurs de ses succès, j’ai pris soin, poussée par le regret de votre absence à tous les deux, de te faire transcrire et remettre ce petit volume, qui est à la mesure de la petitesse de mon esprit. Malgré le nombre des inquiétudes qui me préoccupent, celle de te voir un jour de mes yeux est pourtant la seule qui soit au premier plan selon Dieu, si tel est le bon plaisir du Seigneur. […] J’ai appris que Bernard ton père t’a “recommendé” entre les mains de monseigneur le roi Charles ; je t’invite à t’acquitter avec une parfaite bonne volonté de tes nobles devoirs. Cependant, comme dit l’Écriture, “cherche d’abord en tout le royaume de Dieu, et le reste te sera alors donné par surcroît” : tout ce qui est nécessaire au profit de ton âme et de ton corps. »

28 Ibid. [X, 2, 70-73], p. 346-347 : « Ces vers s’achèvent, Dieu aidant, alors que sont accomplis deux fois huit ans déjà passés, en la fête de saint André, au début de décembre, mois de l’Avent du Verbe. »

29 Ibid., p. 21.

30 Ibid., p. 21.

31 Plantevelue ou Plantapilosa signifie « le rusé, le renard », cf. Dhuoda, Manuel pour mon fils, lu par J. Meyers, Paris, Éditions du Cerf, coll. « L’abeille », 2012, p. 172.

32 « Mais s’ils manquent de continence, qu’ils se marient ; car il vaut mieux se marier que de brûler » [Paul, 1 Co. 7, 9].

33 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit. [XI, 2, 2-7], p. 368-371 : « Ce livre a été commencé en la 2e (sic.) année après la mort de feu l’empereur Louis, le 2 (sic.) des calendes de décembre, fête de saint André, au commencement du saint Avent du Seigneur. Il a été terminé, Dieu aidant, le 4 (sic.) des nones de février, fête de la Purification de la sainte et toujours Vierge Marie. »

34 Ibid., p. 11.

35 Id.

36 Ibid. [Prol. 20-22], p. 80-81: « Tu y trouveras tout ce que tu as envie de connaître, en abrégé ; tu y trouveras aussi un miroir dans lequel tu pourras contempler sans hésitation le salut de ton âme. »

37 Ibid., p. 12-13.

38 Ibid., p. 14.

39 Id.

40 Id.

41 Dhuoda, Manuel pour mon fils, op. cit., p. 15.

42 Ibid., p. 24.

43 Ibid. [X, 2, 18-25], p. 342-343: « 5. Crains et chéris en premier lieu le Seigneur Dieu de tout ton cœur et ton esprit, en y employant toutes tes forces ; ensuite ton père de toutes façons. 6. Quant au glorieux descendant d’une race, d’une lignée d’ancêtres, qu’il rehausse par l’éclat de ses hauts faits, ne laisse pas de le servir assidûment. »

44 Ibid., p. 27.

45 Ibid. [III, 1, 17-24], p. 134-137: « “Soutiens”, si grâce à Dieu tu y parviens, “sa vieillesse ; ne l’attriste pas durant sa vie, et dans ta vigueur ne le méprise pas”. Loin de toi pareil mépris ! Que la terre couvre mon corps avant que ton père ait à souffrir rien de tel, ce qui n’arrivera pas, j’en suis sûre. Si j’en parle, ce n’est pas que je le craigne : il faut seulement veiller à ce que jamais dans ta pensée ne surgisse une seule fois l’idée d’un pareil forfait, effectivement commis, nous le savons, par beaucoup de gens, mais qui ne te ressemblent pas. »

46 Dhuoda, Manuel pour mon fils, lu par J. Meyers, op. cit., p. 65.

47 Machetel, P., in Dhuoda, Belle-fille de saint Guilhem et autres femmes de caractère au Moyen Âge, op. cit., en présentation de l’ouvrage (hors pagination).

48 Établie d’après les sources bibliographiques.

Auteur

Doctorante en études médiévales, université d’Angers, 3L.AM

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search