Version classiqueVersion mobile

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Des conquérantes

La question du genre dans l’engagement politique et social de Rachel Carson (1907-1964)

Gelareh Yvard-Djahansouz

Texte intégral

« À mesure qu’il progresse vers son but avoué de conquête de la nature, l’homme laisse derrière lui un impressionnant sillage de destruction, affectant la terre où il habite, et les êtres qui partagent avec lui cette demeure. »

  • 1 Carson, R., Silent Spring, Boston, Houghton Mifflin Company, 1962. Traduction: Printemps silencieux(...)

Rachel Carson1

  • 2 Le premier succès de l’Environmental Defense Fund fut de faire interdire l’utilisation du DDT d’abo (...)

1Rachel Louise Carson est l’une des voix les plus importantes qui s’est levée au xxe siècle et qui a changé le cours de l’histoire. C’est la première femme à attirer l’attention du public sur les enjeux environnementaux dans son livre iconique, intitulé Printemps silencieux, considéré comme l’un des plus beaux exemples de littérature apocalyptique. Premier ouvrage de vulgarisation scientifique sur le scandale des pesticides, Printemps silencieux sera à l’origine d’une campagne pour l’interdiction du Dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT) aux États-Unis. En octobre 1967, grâce à un fond commémoratif de $ 14,000, le Rachel Carson Fund, une organisation écologiste, Environmental Defense Fund2, fut créée en son honneur pour engager un procès contre le gouvernement afin d’interdire ce pesticide et de financer des poursuites contre l’utilisation des produits chimiques et d’autres problèmes environnementaux.

  • 3 Elle est morte suite à un cancer le 14 avril 1964.

2Cette victoire historique d’une femme contre les lobbies de l’industrie chimique a été à l’origine de la naissance du mouvement écologique moderne de la fin du xxe siècle, qui a un nombre largement majoritaire de femmes comme force motrice. Rachel Carson devient également une source d’inspiration importante pour l’écologie profonde et pour l’écologie populaire (grassroots), puis plus tard pour l’écoféminisme. Elle sert de modèle à toutes les femmes engagées dans la cause de l’écologie à travers le monde. Même si son sort tragique ne lui a pas permis de voir le fruit de son travail3, son héritage encouragera l’opinion publique à se manifester en faveur de la protection de l’environnement lors de la première « Journée de la Terre » en avril 1970, conduisant le gouvernement fédéral américain sous l’égide de Richard Nixon à créer l’Agence de protection de l’environnement (EPA) en décembre 1970 avant que le Congrès ne vote une myriade de lois afin de combattre diverses formes de pollution dans la décennie qui suit sa publication.

De l’écriture de la nature à une écriture engagée

  • 4 Au Pennsylvania College for Women, maintenant Chatham College.

3Cette écrivaine de la nature devient le symbole même d’une écriture engagée attachée à défendre l’environnement naturel. Aujourd’hui de nombreux écrivains écologistes se tournent vers son travail pour perfectionner leur propre style. Rachel Carson estimait qu’il était crucial pour les scientifiques de défendre leurs croyances scientifiques et morales et de représenter les intérêts à la fois du public et de la nature, dans un souci de réunir les humains et le monde naturel, ce qu’elle allait faire par le biais de son écriture. Écrivaine, scientifique et biologiste, elle a grandi dans la petite ville de Springdale en Pennsylvanie, où elle est née le 27 mai 1907. Sa mère, Maria Carson, femme cultivée et très influencée par le Nature Study Mouvement, lui transmet deux de ses passions : la littérature et l’amour de la nature. Dès sa plus tendre enfance, Rachel Carson essaie de combiner ces deux centres d’intérêt en écrivant des histoires sur la nature, ce qui la conduit à la publication de sa première nouvelle à l’âge de dix ans, dans le prestigieux magazine St. Nicolas. Première de sa classe pendant ses études secondaires, elle poursuit des études supérieures et obtient sa licence en biologie et en littérature4 en 1929, puis un troisième cycle en zoologie et en génétique à l’Université de Johns Hopkins en 1932. À cette époque, beaucoup de femmes n’avaient pas la chance de poursuivre des études supérieures. Elle interrompt ses études doctorales en 1935 après la mort de son père afin d’aider financièrement sa famille en acceptant un poste d’enseignant.e et ensuite d’assistant.e dans un laboratoire.

4Carson joue de nombreux rôles durant sa courte existence. Elle devient militante écologiste avant l’apparition du concept même d’écologisme environnemental. Femme scientifique à une époque où la science et les affaires publiques sont dominées par les hommes, elle met le public américain en garde contre l’un des plus grands « progrès scientifiques » du xxe siècle, à savoir les pesticides. Mais Carson est d’abord et avant tout une écrivaine de la nature. Grâce à ses talents naturels pour l’écriture, elle décide de combiner la littérature et les sciences dans ses écrits sur le monde naturel.

  • 5 Carson, R., The Sense of Wonder, New York, Harper & Row, 1965. Il est écrit à l’origine en 1956 com (...)
  • 6 Carson, R., Under the Sea Wind, New York, Oxford University Press, 1941. Traduction: La Vie de l’oc (...)

5Rachel Carson a seulement écrit quatre livres dans sa vie. Le cinquième, The Sense of Wonder, sur le développement du sens inné de l’émerveillement des enfants pour le monde naturel, est publié à titre posthume en 19655. Le style de Carson a été délibérément et minutieusement développé et perfectionné depuis sa plus tendre enfance. Elle a été profondément influencée par un panthéon d’auteurs et de poètes qu’elle admirait. Son premier travail consiste à rédiger des textes radiophoniques sur la pêche et la vie marine pour l’émission Romance Under the Waters. En 1936, elle est embauchée par le Bureau des pêches (Fish and Wildlife Service) au ministère de l’aménagement du territoire (US Department of Agriculture), et commence ainsi sa carrière au sein du gouvernement fédéral. Elle devient ensuite rédactrice en chef de toutes les publications pour cette administration. Elle écrit des brochures sur la conservation des ressources naturelles et des articles scientifiques, notamment dans le Baltimore Sun. Les brochures qu’elle écrit à la fois pendant et après la Seconde Guerre mondiale ont fourni des sources d’information précieuses sur la conservation de la nature pour les journaux et les magazines, ainsi que pour les programmes de radio à travers les États-Unis. Durant son temps libre, elle se tourne vers une prose plus lyrique, comme on peut le lire dans un article publié en 1937 dans l’Atlantic Monthly, « Undersea », dans lequel sa fascination pour le monde naturel est bien perceptible. Elle combine un langage poétique et une précision scientifique dans son premier livre, Under the Sea Wind publié en 19416, qui a comme objet la vie des océans.

  • 7 Carson, R., The Sea Around Us, New York, Oxford University Press, 1951. Traduction: Cette mer qui n (...)

6Malgré son travail à temps plein, elle poursuit ses recherches sur la vie marine au Bureau des pêches à Woods Hole, Massachusetts, et passe ses week-ends et ses soirées à écrire sur la vie marine. En 1951, elle publie The Sea Around Us7, qui remporte le National Book Award et figure au palmarès des meilleures ventes du New York Times pendant des mois (quatre-vingt-six semaines). La même année, elle reçoit la prestigieuse bourse de la fondation Guggenheim, ce qui lui permet de démissionner de son poste au gouvernement pour se consacrer à l’écriture à plein temps, tout en subvenant aux besoins de sa famille.

  • 8 Carson, R., The Edge of the Sea, Boston, Houghton Mifflin Company, 1955. Traduction: Là où finit la (...)

7En 1953, elle déménage avec sa mère à Southport Island dans le Maine. Elle rencontre Dorothy Freeman, qui y a une résidence secondaire, et qui devient sa meilleure amie et confidente intime. Les deux femmes ont une passion commune pour la nature et c’est ainsi que commence une correspondance régulière jusqu’à la fin de la vie de Rachel Carson. La même année, elle commence à écrire un livre sur le littoral dans lequel elle exprime sa philosophie de l’écologie et de la nature. Bien que certaines parties de celui-ci soient publiées dans le New Yorker et le Reader’s Digest, son deuxième livre The Edge of the Sea paraît en 19558 et reste un best-seller pendant plusieurs semaines.

  • 9 Les articles du New Yorker sont parus le 16, le 23 et le 30 juin 1962.

8Tous les écrits de Carson diffusés entre 1941 et 1958 l’ont rendue célèbre et populaire en tant que naturaliste et écrivaine scientifique, mais ils ne sont pas encore engagés. En 1960, Carson change de ton et devient plus militante lorsque la section nationale de la Société Audubon l’embauche pour collecter des informations sur les effets néfastes de l’utilisation très répandue des pesticides synthétiques, notamment le DDT, par le ministère de l’Agriculture (USDA). Pendant quatre ans, elle fait des recherches documentaires et des centaines d’études de cas concernant les personnes exposées aux pesticides et leur impact sur l’environnement en général. Ses découvertes inquiétantes l’incitent à écrire son livre le plus influent. Elle est encouragée notamment par l’éditeur du New Yorker9, William Shawn, à publier d’abord sous forme abrégée une série d’articles pour ce magazine prestigieux pendant l’été 1962, avant de trouver une maison d’édition, Houghton Mifflin, qui accepte de les publier sous forme d’un livre, dans lequel elle dénonce non seulement l’utilisation des pesticides de synthèse, qu’elle préfère appeler des « biocides », mais appelle à un changement dans l’attitude de l’homme envers le monde naturel, mettant en cause l’utilisation des produits chimiques aux États-Unis.

  • 10 Carson, R., Silent Spring, op. cit.
  • 11 À l’origine, pour son livre, elle avait proposé le titre de The Control of Nature, et ensuite Man A (...)

9Malgré son combat contre le cancer du sein, elle publie son livre en 196210. Elle choisit enfin le titre de Silent Spring11 (Printemps silencieux) pour décrire la possible absence du chant des oiseaux dans un avenir où toute forme de vie sera décimée par des pesticides. Printemps silencieux est une révélation choquante pour la plupart des Américains qui avaient une image très positive des pesticides. Dans son livre, les êtres humains sont seulement une partie de la nature, bien distingués par leur pouvoir de la modifier, et ce de manière irréversible. Carson tente de combler ce qu’elle estime être des lacunes dangereuses dans la communication entre les scientifiques, les entreprises et les citoyens. Elle s’appuie sur un discours des droits des citoyens et sur la responsabilité des entreprises et du gouvernement fédéral. Elle conclut en déclarant:

  • 12 Carson, R., Silent Spring, op. cit., p. 262. « We stand now where two roads diverge… The road we ha (...)

Nous voici maintenant à la croisée de deux routes divergentes […]. La route sur laquelle nous voyageons depuis longtemps est décevante parce que facile, une autoroute douce et rapide sur laquelle nous progressons à grande vitesse, mais qui, à la fin, nous conduit au désastre. D’un autre côté, l’autre route – la moins fréquentée – nous offre notre dernière, notre unique chance d’atteindre une destination qui assure la préservation de notre Terre12.

Critiques genrées et androcentriques de l’œuvre de Rachel Carson

10Les attaques de Carson contre le Ministère de l’agriculture (USDA), l’industrie chimique et les centres de recherche universitaires, ainsi que le soutien du public qu’elle génère seront considérées comme une menace grave et immédiate aux intérêts économiques et à l’intégrité institutionnelle de ces entités. Cette scientifique, qui n’a pas mis en avant sa sexualité, devient néanmoins la cible d’insultes sexistes. Une campagne de relations publiques est vite montée pour la discréditer, en grande partie parce qu’elle est tout d’abord une femme et qu’elle est, en outre, à l’avant-garde de son époque. Ce qui est intéressant ici dans cette deuxième partie est la nature sexuée et le langage sexiste de ces critiques genrées dans cette campagne de dénigrement, à la fois de Carson en tant que personne et de sa vision de la science et du progrès. Ces critiques, toutes masculines, illustrent l’attitude sexuée et androcentrique de la culture et de la politique américaine concernant les progrès des sciences.

  • 13 Montefiore, J., « The fact that possesses my imagination: Rachel Carson, Science and Writing », in (...)

11Avant la publication de son livre, elle était consciente qu’elle allait susciter de violentes critiques, et afin d’éviter toute autre polémique, elle reste très discrète sur sa vie personnelle. Cette femme, non conventionnelle, non mariée, à la tête d’une famille, avec l’enfant de sa sœur défunte, né hors mariage qu’elle a adopté, ne s’est jamais conduite comme une femme de son temps. D’abord elle ne parle jamais de sa maladie, ni de ses relations avec une autre femme, Dorothy Freeman, qui était d’ailleurs mariée. Les deux femmes, qui avaient un certain nombre d’intérêts communs, en particulier leur amour de la nature et des océans, ont commencé à échanger une correspondance très régulière et passionnée à partir de 1953, et ce pendant les douze dernières années de la vie de Rachel Carson13. De plus, elle met en doute la société de consommation qui était si chère aux Américains dans les années 1950.

12Comme cela était prévisible, après la publication de Printemps silencieux, beaucoup cherchent à la discréditer, à la fois sur le plan personnel et sur le plan émotionnel, tout en remettant en cause ses compétences scientifiques. Les voix qui voulaient la faire taire se répartissent en deux catégories principales: d’abord la presse populaire. De nombreux articles ont été publiés l’année qui a suivi la publication de Printemps silencieux dans des revues de presse populaire dont le lectorat était très varié, telles que Time, Newsweek et US News and World Report, ou encore Good Housekeeping, Sports Illustrated et Life. La deuxième catégorie des critiques provient des membres de la communauté scientifique, qui publient des articles incendiaires dans des revues spécialisées et scientifiques, comme Chemical and Engineering News et Science. Pour ces hommes, les recherches entreprises par Carson sont dénoncées comme suspectes. Elle est traitée d’« amateur » ou de simple « journaliste scientifique », faisant une nette distinction entre la science dite « dure » de la chimie et la science « molle » (soft) de la biologie.

  • 14 Smith, M. B., « “Silence, Miss Carson!” Science, Gender, and the Reception of “Silent Spring” », in (...)

13Certaines des attaques les plus vicieuses contre Rachel Carson et Printemps silencieux viennent de ceux qui avaient le plus grand intérêt économique dans l’utilisation généralisée des pesticides chimiques. Les responsables de communication pour les industries chimiques et le ministère de l’Agriculture lancent une campagne anti-Carson. L’entreprise chimique Velsicol à St. Louis, le plus grand producteur de DDT à l’époque, tente même de convaincre son éditeur, Houghton Mifflin, de ne pas publier le livre, en lui envoyant une lettre agressive de cinq pages14. Ils menacent même d’intenter un procès en diffamation contre les « insinuations » de Carson. P. Rothberg, président de Montrose Chemical Corporation en Californie, l’un des plus grands producteurs de DDT à l’époque, a même qualifié Rachel Carson de « défenseur fanatique de la nature ». Mais cette tentative d’entraver la publication n’a pas été couronnée de succès. Juste après la publication de Printemps silencieux, l’entreprise Monsanto publie une parodie de son dernier chapitre dans son magazine intitulé « L’Année de la désolation » (« The Desolate Year ») qui décrit un monde envahi par des insectes.

  • 15 Lear, L., Rachel Carson: Witness for Nature, New York, Henry Holt & Co., 1997, p. 429. (« Why a spi (...)

14En 1962, au sommet de la guerre froide avec l’Union Soviétique, toute critique contre le gouvernement américain était considérée comme antipatriotique ou favorable envers le communisme et on l’accuse d’être « radicale et déloyale ». L’ancien ministre de l’Agriculture, Ezra Taft Benson, a écrit en privé à l’ancien président Dwight Eisenhower pour dénoncer ses idées communistes: « Pourquoi une vieille fille sans enfant était-elle si préoccupée par la génétique […] Elle était probablement communiste15. » Ou encore George Decker, entomologiste et conseiller au ministère de l’Agriculture, qualifie son travail de « science fiction », la comparant à une série télévisée très populaire à l’époque, intitulée Twilight Zone.

  • 16 Darby, W., « Silence Miss Carson », Chemical and Engineering News, vol. 40, oct. 1, 1962, p. 60-61. (...)
  • 17 Stare, F., « Some Comments on Silent Spring », Nutrition Reviews 21, janv. 1963, p. 1-4. (« The bro (...)
  • 18 « In Miss Carson’s case, research limited to selective reading, plus the urging of “friends” with s (...)

15La liste de critiques genrées et de préjugés sexistes contre Carson et sa vision du progrès est très longue. L’une des critiques les plus sexistes est parue dans Chemical and Engineering News en octobre 1962, peu après la publication du livre par William Darby, président du département de biochimie et directeur de la Division of Nutrition à l’École de médecine de l’université Vanderbilt qui attaque Carson dans son article intitulé « Silence, Mademoiselle Carson! ». Le titre lui-même se montre critique à l’égard d’une femme mal informée qui parlerait de ce qu’elle ne connaît pas. Pire, elle porte un jugement sur le monde des sciences, un domaine réservé aux hommes. Darby la décrit comme « une folle anti-progrès », (antimodern freak) « qui plaît aux jardiniers biologiques, aux ligueurs anti-fluorures, et aux adorateurs d’« aliments bios16 ». Darby conteste également le style féminin de son discours. Cependant, de nombreux lecteurs s’opposent à Darby en envoyant des lettres de protestation au magazine. Une autre critique célèbre est celle de Frederick Stare, un médecin qui a écrit pour la Nutrition Reviews, une revue spécialisée de nutrition. Celui-ci insiste encore une fois sur son « image émotionnelle » tout en critiquant sa naïveté scientifique antipatriotique, qui ose protester contre une « technologie brillante […] qui a permis à l’homme de conjurer la famine, la maladie et l’agitation sociale et politique17 ». Il a même mis en question sa qualité de scientifique en ignorant ses diplômes et sa carrière de biologiste marin, la reléguant au rôle d’« essayiste sentimentale et irréaliste18 ».

  • 19 Ira, B., « Silent Spring by Rachel Carson, Review », Science, vol. 137, Sept. 28, 1962, p. 1042-104 (...)
  • 20 Jukes, Th. H., « People and Pesticides », American Scientist, vol. 51, sept. 1963, p. 355-361.

16Dans son ouvrage, Carson insiste sur « l’équilibre de la nature ». Une telle vision du monde naturel a soulevé la colère du bactériologiste agricole Ira Baldwin de l’Université du Wisconsin. Baldwin a écrit: « En effet, la civilisation moderne ne pouvait pas exister sans une guerre sans relâche contre le retour d’un véritable équilibre de la nature19. » Baldwin juge ses propos antimodernes, la traitant de « déséquilibrée » et d’« émotionnelle ». Comme Carson utilise fréquemment des termes comme « nature », « naturel » et « équilibre de la nature », ses critiques dans la presse populaire l’ont qualifiée d’amoureuse de la nature, sentimentale et panthéiste, dans la tradition de Ralph Waldo Emerson ou Henry David Thoreau. Par exemple le biologiste moléculaire Thomas H. Jukes, dans la revue American Scientist, lui reproche de partager la vision préservationniste de John Muir lorsqu’il écrit: « ces idéalistes hypocrites qui voudraient avoir à la fois la modernité et un équilibre de la nature20 ».

  • 21 Darby, W. J., « Réfutation de Mlle Carson », America, oct. 27, 1962, p. 107.
  • 22 Food faddist.

17La presse populaire s’intéresse, quant à elle, à la vie privée de Carson. Le magazine Life publie un article à son sujet accompagné de photos qui la montrent en train de parler avec des enfants lors d’une promenade dans la nature ou en train d’observer des oiseaux avec un groupe de membres de la Société Audubon, donnant par ce biais l’image d’une mère au foyer. Dans un article, la revue catholique, America, attaque la « sensiblerie21 » de Carson et son manque d’équilibre. Dans une perspective identique, on peut signaler aussi un article de la National Review qui critique la dimension « émotionnelle et subjective » de son livre. Quant au Newsweek, il évoque des insinuations qui ne seraient rien de plus que des ragots. En outre, Carson est constamment accusée d’être une « écolo » marginale obsédée par l’alimentation biologique22. À cette époque, le grand public américain n’avait pas encore appris à apprécier les vertus de l’agriculture biologique. Pour terminer, nous pouvons également citer le grand caricaturiste Bill Mauldin du Chicago Sun-Times, qui insiste sur la dimension genrée de la controverse sur Carson et Printemps silencieux. En octobre 1963, il la compare à Jessica Mitford, auteur de The American Way of Death, qui s’en était prise, quant à elle, à l’industrie funéraire. Les critiques de Rachel Carson et de son œuvre continuent même dans ses nécrologies, en 1964.

Héritage de l’engagement politique de Rachel Carson

18Bien que Carson n’ait pas cherché à être une « écologiste » ni même à être considérée comme une écrivaine féministe engagée dans le domaine de l’écologie, au sens contemporain du terme, le destin en a voulu autrement. Parce qu’il inclut une documentation détaillée sur les dangers des pesticides et des avertissements contre leur utilisation aveugle, Printemps silencieux est un récit engagé qui est très différent, à bien des égards, du type d’écriture que Carson avait pratiqué jusqu’alors. C’est pourquoi, Printemps silencieux a souvent été comparé à la Case de l’oncle Tom de Harriet Beecher Stowe pour sa capacité à faire sortir ses lecteurs de leur somnolence éthique et morale, et aux écrits de Charles Darwin sur l’évolution et sur l’origine des espèces, parce qu’il n’hésita pas, à l’époque, à remettre en cause le paradigme scientifique dominant.

  • 23 Rachel Carson, dans une lettre à l’éditeur de Washington Post, april 22, 1953: « … the real wealth (...)

19En 1953, Rachel Carson commence à s’engager politiquement, au plus fort du maccarthysme, lorsqu’elle écrit une lettre au Washington Post. Elle dénonce l’administration d’Eisenhower qui avait remplacé des conservationnistes professionnels affectés à des postes gouvernementaux de haut niveau au ministère de l’Aménagement du territoire par des républicains nouvellement élus. « La vraie richesse de la Nation était […] les ressources de la terre, de l’eau, des forêts, des minéraux et de la faune […]. C’est l’une des ironies de notre temps qu’en nous concentrant sur la défense de notre pays contre ses ennemis extérieurs, nous soyons devenus inconscients de ceux qui voudraient le détruire de l’intérieur23. »

20Rachel Carson envisageait son rôle de scientifique comme consistant à promouvoir la responsabilité publique concernant les questions environnementales, le gouvernement et les entreprises ayant, quant à eux, une responsabilité envers le bien-être de la communauté humaine et le monde naturel. En outre, parce que le bien-être humain dépend des écosystèmes, Printemps silencieux peut également être perçu comme une déclaration des droits de l’homme. En étudiant l’impact des pesticides sur le monde vivant, du sol aux rivières, des plantes aux animaux jusqu’à nos cellules et notre ADN, Printemps silencieux présente une vision écologique du monde.

  • 24 John F. Kennedy, lors d’une conférence de presse en janvier 1963.

21Après la publication de Printemps silencieux, le gouvernement fédéral réagit rapidement. Ainsi, le président John F. Kennedy demande au Comité consultatif présidentiel des sciences de la vie (Life Sciences Panel of the President’s Science Advisory Committee) de faire une enquête sur les allégations avancées par Carson. En outre, lors d’une conférence de presse avec le président Kennedy, le 29 août 1962, à un journaliste qui lui faisait part de l’inquiétude du public quant à l’utilisation des pesticides. JFK répondait: « Je sais […] et j’y pense particulièrement, bien sûr, depuis le livre de Mlle Carson24. » Le comité l’invita même à témoigner en janvier 1963. En outre, le 3 avril de cette même année, une série populaire, CBS Reports, présentée par le journaliste Eric Sevareid, lui consacrait un documentaire incluant des entretiens avec des scientifiques et des membres du gouvernement, ce qui suscita des enquêtes parlementaires au Congrès.

22À l’époque, quelques élus soutiennent la publication de Carson, notamment le député démocrate de l’état de New York, John Lindsay, qui deviendra par la suite maire de New York. Le 4 avril 1963, le lendemain de la diffusion du documentaire de la CBS, le sénateur du Connecticut Abraham Ribicoff demande une enquête parlementaire sur la pollution et sur la réglementation fédérale des pesticides. Le 15 mai 1963, le comité présidentiel rend son rapport de quarante-six pages, intitulé « L’Usage des pesticides » (« Use of Pesticides ») qui révèle la véracité des allégations de Rachel Carson, ce qui renforce sa crédibilité scientifique. L’enquête parlementaire au Sénat débute le 16 mai 1963, comme par hasard, un jour après la publication du rapport présidentiel.

  • 25 Cité in L. Lear, Rachel Carson – Witness for Nature, Owl Books, Henry Holt and Company, New York, 1 (...)

23Le 4 juin, Rachel Carson témoigne devant la sous-commission du Sénat, accueillie par le sénateur Ribicoff qui déclare: « Vous êtes la femme qui a été à l’origine de tout cela. » Lors de son témoignage devant le Congrès, elle déclare: « … le droit du citoyen de se sentir en sécurité chez soi, à l’abri des poisons répandus par d’autres personnes […] Je suis fortement convaincue que cela doit ou devrait être un des droits humains fondamentaux25» Le ministre de l’Aménagement du territoire de l’époque, Stewart L. Udall, est immédiatement converti à sa cause. Il invite Carson à assister à l’un des « Séminaires Kennedy » à la maison de Robert F. Kennedy, le frère du président. Dans les administrations Kennedy et Johnson, Udall sera le principal défenseur de la réglementation des pesticides au gouvernement, ce qui l’amène à publier, toujours en 1963, un ouvrage intitulé The Quiet Crisis sur les problèmes environnementaux. De même, un juge à la cour suprême, William O’Douglas, un écologiste très proche de la famille Kennedy, devient lui aussi un de ses partisans, allant même jusqu’à en écrire la préface, dans laquelle il déclare:

  • 26 O’Douglas, W., Préface de S. Udall, The Silent Crisis, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1963.

Ce livre est la plus importante chronique de ce siècle pour la race humaine. Il constitue un appel pour une action immédiate et pour un contrôle efficace de tous les marchands de poison26.

  • 27 Il y avait la loi sur les insecticides de 1910 et la Loi fédérale sur les insecticides, les fongici (...)
  • 28 Le chlordane, l’heptachlore, la dieldrine, l’aldrine et l’endrine.

24Tout au long des années 1960, les questions environnementales occupent les gros titres dans les médias et aboutissent au succès de la première « Journée de la Terre », en avril 1970. L’Administration Nixon crée l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA) en 1970. À cette époque, les réglementations fédérales concernant les pesticides visaient seulement leur efficacité et la fraude dont ils étaient l’objet27, mais pas l’impact de leur utilisation en termes de sécurité. Donc le Congrès modifiera la loi pour inclure les conditions d’utilisation des pesticides. De même, en 1972, il transfère cette autorité à l’EPA pour la protection de la santé publique. En vertu de son autorité, l’EPA agit pour interdire ou restreindre les produits qui constituent le DDT en 197228 et assume la responsabilité des nouveaux produits chimiques. Elle s’intéresse aussi à la mise en application de la loi fédérale sur le contrôle des substances toxiques, promulguée par le Congrès en 1976.

  • 29 La préface de Roger Heim, directeur du musée national d’Histoire naturelle de France et président d (...)

25Considérée comme une œuvre séminale dans l’environnementalisme, Printemps silencieux a été traduit dans de très nombreuses langues. Vendu à plus de deux millions d’exemplaires, il n’a jamais cessé d’être réédité aux États-Unis cinquante-quatre ans depuis la date de sa première publication. Très rapidement, Printemps silencieux devient un best-seller international. Les traductions en Europe et à travers le monde seront publiées en allemand dès 1962; en français, suédois, danois, néerlandais, finnois et italien en 1963; en espagnol, en portugais et en japonais en 1964; ainsi qu’en islandais en 1965, en norvégien en 1966, en slovène en 1972, en chinois en 1979, en thaï en 1982, en coréen en 1995 et en turc en 2004. Des versions abrégées de Printemps silencieux et des sélections apparaissent dans la presse populaire en Europe aussi, dans Paris-Match et La Dépêche du Midi notamment, dans le journal italien L’Europeo, l’hebdomadaire hollandais Elseviers Weekblad, l’hebdomadaire Vi en Suède, ou Helsingin Sanomat, le plus grand journal finlandais. D’abord publié sous forme d’extraits par le magazine Paris-Match, Printemps silencieux est immédiatement un grand succès en France et, dès sa troisième édition, six semaines après sa publication en mai 1963, il conquiert un large public français29. Huit programmes à la radio française lui consacrent des émissions la même année. L’édition britannique de Printemps silencieux sort dès février 1963. Le ministre de l’Agriculture Christopher Soames, fils du célèbre explorateur Ernest Shackleton, qui reconnaît la valeur du livre, en écrit la préface et participe le 20 mars 1963 à un débat historique de cinq heures sur le livre.

  • 30 Carson, R., Printemps Silencieux, op. cit., p. 154.

26Avec un million d’exemplaires vendus aux États-Unis et de nombreux ouvrages critiques expliquant son importance, Printemps silencieux est un monument de l’histoire culturelle et sociale, non seulement aux États-Unis mais encore à travers la planète. Des citations tirées de ce livre sont même devenues des slogans pour les mouvements sociaux. Par exemple, « L’obligation d’endurer nous donne le droit de savoir30. » Au xxie siècle, alors que les appels pour la justice environnementale sont entendus dans le monde entier, le travail de Rachel Carson apparaît très pertinent et même prémonitoire. Elle élabore en effet une vision de la nature qui entre en consonance avec la philosophie de l’écoféminisme qui se développe une décennie après sa publication. Bien que le label d’« écoféministe » soit anachronique, Carson manifeste clairement une vénération pour le monde naturel que l’historienne Carolyn Merchant qualifie d’« écoféminisme culturel ». Selon celle-ci, en effet:

  • 31 Merchant, C., Death of Nature, New York, Harper’s Collins, 1980 (« The scientific revolution of the (...)

La révolution scientifique des xvie et xviie siècles réorganise la perception humaine du monde naturel en termes mécanistes et change les attitudes à l’égard d’une nature qui avait été perçue jusqu’alors comme féminine. Ainsi, graduellement, les scientifiques en sont venus à concevoir la nature comme une sorcière imprévisible qui demande à être contrainte et maîtrisée. La quête de la domination de cette nature est le pendant de la domination dont les femmes ont été l’objet ; elle renforce la tendance culturelle qui les subordonne dans la société31.

  • 32 Ils apparaissent le 11 avril 1970 pour lui rendre hommage à l’anniversaire de sa mort, puis le 27 m (...)
  • 33 Dans le titre de la chanson Silent Spring, du groupe de rock écossais Primal Scream, on trouve une (...)

27Rachel Carson est devenue une véritable icône culturelle. Non seulement un timbre est à son effigie et une statue a été construite en son honneur, mais elle apparaît aussi dans plusieurs bandes dessinées et à titre d’exemple, dans Peanuts en 1962 et 1963. Afin d’éviter d’aborder des questions qui pourraient donner lieu à controverse, Charles Schultz, son auteur, fait surtout allusion à sa trilogie consacrée à la mer au lieu de se référer à Printemps silencieux. Elle est également mentionnée dans Le Gordo de Gus Arriola, qui met en scène des personnages mexicains32. Rachel Carson est également une source d’inspiration pour la musique populaire, notamment en 1969 lorsque la chanteuse-compositrice Joni Mitchell fait référence à elle dans Big Yellow Taxi. Des références à son œuvre apparaissent dans de nombreuses autres chansons33. De même, son engagement inspirera des générations de militants écologistes et de défenseurs des droits des animaux.

28À l’époque de la publication de Printemps silencieux, toutefois, elle est déjà engagée dans une bataille personnelle contre le cancer du sein qu’elle perdra moins de deux ans après, mais qui renforce encore son statut d’icône du mouvement en faveur de la santé des femmes. Rachel Carson est aujourd’hui bien plus qu’une écrivaine et une femme engagée. Elle a changé le cours de l’Histoire depuis un demi-siècle. Elle décède à l’âge de cinquante-six ans, mais sa voix ne s’est jamais éteinte. Et son nom restera éternel, tout comme sa prose éloquente et son style lyrique qui sont devenus le fer de lance du mouvement environnemental des cinq dernières décennies.

Notes

1 Carson, R., Silent Spring, Boston, Houghton Mifflin Company, 1962. Traduction: Printemps silencieux, trad. J.-F. Gravand, Paris, Plon, 1963, p. 97. « As man proceeds toward his announced goal of the conquest of nature, he has written a depressing record of destruction; directed not only against the earth he inhabits but against the life that it shares with him. »

2 Le premier succès de l’Environmental Defense Fund fut de faire interdire l’utilisation du DDT d’abord dans l’État de New York puis dans l’ensemble du pays en 1972.

3 Elle est morte suite à un cancer le 14 avril 1964.

4 Au Pennsylvania College for Women, maintenant Chatham College.

5 Carson, R., The Sense of Wonder, New York, Harper & Row, 1965. Il est écrit à l’origine en 1956 comme un article de magazine intitulé: « Aidez votre enfant à s’émerveiller. »

6 Carson, R., Under the Sea Wind, New York, Oxford University Press, 1941. Traduction: La Vie de l’océan, trad. P. de Lanux, Paris, Amiot-Dumont, 1952.

7 Carson, R., The Sea Around Us, New York, Oxford University Press, 1951. Traduction: Cette mer qui nous entoure, trad. C. Delavaud, Paris, Stock, 1975.

8 Carson, R., The Edge of the Sea, Boston, Houghton Mifflin Company, 1955. Traduction: Là où finit la mer. Le rivage et ses merveilles, trad. A. de Cambiasy, Paris, Amiot-Dumont, 1957.

9 Les articles du New Yorker sont parus le 16, le 23 et le 30 juin 1962.

10 Carson, R., Silent Spring, op. cit.

11 À l’origine, pour son livre, elle avait proposé le titre de The Control of Nature, et ensuite Man Against the Earth aux éditions Houghton Mifflin, mais son éditeur Paul Brooks lui propose le titre de Silent Spring qui lui plaît immédiatement.

12 Carson, R., Silent Spring, op. cit., p. 262. « We stand now where two roads diverge… The road we have long been traveling is deceptively easy, a smooth superhighway on which we progress with great speed, but at its end lies disaster. The other fork of the road – the one less traveled by – offers our last, our only chance to reach a destination that assures the preservation of the earth. »

13 Montefiore, J., « The fact that possesses my imagination: Rachel Carson, Science and Writing », in Women: A Cultural Review, vol. 12, 2001, p. 48. « L’expression de leur amour était limitée presque exclusivement à des lettres et des baisers d’adieu très occasionnels ou à se tenir les mains. » (« The expression of their love was limited almost wholly to letters and very occasional farewell kisses or holding of hands. »)

14 Smith, M. B., « “Silence, Miss Carson!” Science, Gender, and the Reception of “Silent Spring” », in Feminist Studies, vol. 27, n° 3, autumn 2001, p. 736. « Notre approvisionnement alimentaire sera réduit à la parité qui existe à l’est du “rideau de fer” c’est-à-dire aussi inefficace que dans les pays communistes. » (« Our supply of food will be reduced to East-curtain parity i.e., as inefficient as the Communist nations east of the “Iron Curtain”. »)

15 Lear, L., Rachel Carson: Witness for Nature, New York, Henry Holt & Co., 1997, p. 429. (« Why a spinster with no children was so concerned about genetics […] She was probably a communist. »)

16 Darby, W., « Silence Miss Carson », Chemical and Engineering News, vol. 40, oct. 1, 1962, p. 60-61. (« … the organic gardeners, the anti-fluoride leaguers, the worshippers of “natural foods”, and those who cling to the philosophy of a vital principle, and pseudo-scientists and faddists. »)

17 Stare, F., « Some Comments on Silent Spring », Nutrition Reviews 21, janv. 1963, p. 1-4. (« The broad application of a brilliant technology […] has allowed man to stave off starvation, disease, and social and political unrest. »)

18 « In Miss Carson’s case, research limited to selective reading, plus the urging of “friends” with special interests, is certainly no diploma of equivalency for the academic training and experience required for authority », id.

19 Ira, B., « Silent Spring by Rachel Carson, Review », Science, vol. 137, Sept. 28, 1962, p. 1042-1043.

20 Jukes, Th. H., « People and Pesticides », American Scientist, vol. 51, sept. 1963, p. 355-361.

21 Darby, W. J., « Réfutation de Mlle Carson », America, oct. 27, 1962, p. 107.

22 Food faddist.

23 Rachel Carson, dans une lettre à l’éditeur de Washington Post, april 22, 1953: « … the real wealth of the Nation are […] the resources of the earth soil, water, forests, minerals and wildlife […] It is one of the ironies of our time that, while concentrating on the defense of our country against enemies from without, we should be so heedless of those who would destroy it from within. »

24 John F. Kennedy, lors d’une conférence de presse en janvier 1963.

25 Cité in L. Lear, Rachel Carson – Witness for Nature, Owl Books, Henry Holt and Company, New York, 1997, p. 454. (« … the right of the citizen to be secure in his own home against the intrusion of poisons applied by other persons. I speak not as a lawyer but as a biologist and as a human being, but I strongly feel that this is or should be one of the basic human rights. »)

26 O’Douglas, W., Préface de S. Udall, The Silent Crisis, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1963.

27 Il y avait la loi sur les insecticides de 1910 et la Loi fédérale sur les insecticides, les fongicides et les rodenticides de 1947 (FIFRA), et un amendement de 1952 à la Loi sur les aliments, drogues et cosmétiques qui établit une procédure pour les résidus chimiques dans les aliments.

28 Le chlordane, l’heptachlore, la dieldrine, l’aldrine et l’endrine.

29 La préface de Roger Heim, directeur du musée national d’Histoire naturelle de France et président de l’Académie des Sciences, contribue à son succès.

30 Carson, R., Printemps Silencieux, op. cit., p. 154.

31 Merchant, C., Death of Nature, New York, Harper’s Collins, 1980 (« The scientific revolution of the sixteenth and seventeenth centuries reordered the human perception of the natural world in mechanistic terms and changed attitudes toward nature as a living, feminine organism requiring a special kind of stewardship in early modern Europe. Thus gradually, male scientists came to conceive of nature as an unpredictable harridan in need of constraint and mastery, and the notion of nature as a partner eroded. The quest to dominate a female nature paralleled and reinforced the cultural trend toward the increased subordination of women in society. »)

32 Ils apparaissent le 11 avril 1970 pour lui rendre hommage à l’anniversaire de sa mort, puis le 27 mai 1984 pour commémorer son anniversaire.

33 Dans le titre de la chanson Silent Spring, du groupe de rock écossais Primal Scream, on trouve une référence directe à son œuvre, pour n’en citer qu’une.

Auteur

Maîtresse de conférences en civilisation HDR en civilisation américaine, université d’Angers, CIRPaLL

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search