Version classiqueVersion mobile

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Des conquérantes

Eleonora de Fonseca Pimentel (1752-1799) : la conquête de la République parthénopéenne

Émilie Lehours

Texte intégral

  • 1 Terme qui pourrait se traduire par « renaissance » ou « résurrection » et qui évoque la période de (...)
  • 2 Giuseppe Mazzini (1805-1872), Camillo Cavour (1810-1861) et Giuseppe Garibaldi (1807-1882) sont tro (...)

1Le xixe siècle représente un véritable tournant pour l’Italie fragmentée. La période de l’Unité italienne est une période charnière qui conduira finalement à la naissance d’une seule et même patrie. Les portraits des révolutionnaires armés, les grandes figures politiques qui contribuèrent à cette unification sont gravés dans les annales au même titre que les hommes qui prirent la plume pour défendre ou s’opposer au Risorgimento1. Les femmes souvent laissées pour compte apportèrent leur pierre à l’édifice, à la tête de cercles privés, sur le champ de bataille et par le biais de l’écriture journalistique, poétique ou romancée. Plusieurs mouvements proto-féministes s’enchaînent et se croisent à la fois, reflet d’une situation confuse entre avancées et retours en arrière : les partisanes de la République napolitaine de 1799, les groupuscules des sociétés secrètes ou des salons littéraires, les mazziniennes patriotes et mères de la patrie, les espionnes de Cavour, les protectrices et bienfaitrices de l’état pontifical, les garibaldiennes et brigandes2.

2La littérature italienne du xixe siècle compte peu de femmes considérées comme engagées pour la patrie. Dans l’engagement patriotique, il faut extraire deux notions qui se distinguent et se juxtaposent à la fois : le sentiment d’appartenance à une seule et même nation intrinsèquement lié à la maternité (la mère est au centre du foyer et élève ses fils au combat patriotique) et une revendication féministe, dont l’objectif est avant tout une réforme du système éducatif, excluant les femmes jusqu’alors. Le cas d’Eleonora de Fonseca Pimentel est atypique en ce sens qu’elle œuvra en réelle politicienne en fondant le journal républicain Le Moniteur napolitain et en proposant une refonte du système politique à la fin du xviiie siècle, anticipant les bouleversements relatifs à l’Unification. Si elle n’entre pas dans la catégorie des éducatrices, elle est connue de prime abord pour ses sonnets dédiés à son fils mort-né. Deux pans distinguent son activité intellectuelle : un pan purement littéraire classicisant et un pan politico-journalistique.

« Haec ornamenta mea » : mon enfant, ma chair, ma patrie

  • 3 Fonseca Pimentel, E. (de), Il Monitore repubblicano del 1799, a cura di Benedetto Croce, Napoli, Il (...)

3À l’image de Cornélie qui présenta ses enfants comme ses bijoux, son bien le plus précieux, l’Italie risorgimentale prône la maternité. La maternité est en quelque sorte un passe-droit, une justification des écrits de femmes ; si les armes, l’aspect militaire sont un engagement somme toute masculins, l’engagement féminin passe par la maternité. La maternité occupe une place prépondérante, mais également la non-maternité, comme c’est le cas pour Eleonora de Fonseca Pimentel qui consacra plusieurs sonnets à son fils mort à huit mois ou à sa fausse couche à cinq mois de grossesse. Elle est la première figure féminine incontournable du Risorgimento et forme en quelque sorte une passerelle entre le classicisme des vers arcadiens et la naissance d’une poésie de propagande. Fondatrice du journal politique en Italie avec la création du Moniteur napolitain en 1799, dont le siège se trouvait dans la maison où elle avait autrefois été élevée, elle « œuvra et écrivit au nom de la liberté, et au nom de la liberté elle mourut sur l’échafaud3 », selon l’historien Benedetto Croce. Née à Rome en 1752 dans une noble famille portugaise, elle dut s’installer à Naples en 1760 suite au conflit opposant les Portugais au Vatican. Elle bénéficia d’une éducation éclectique entre lettres classiques, poésie, mathématiques, astronomie, chimie, minéralogie, botanique, économie, droit. Elle était également polyglotte et parlait le grec, le latin, le portugais, le français, l’italien. Elle fréquenta alors les cercles intellectuels de Naples. Cette riche culture lui valut d’être admise en 1768 à l’Académie des Philalètes (amateurs de la vérité) sous le nom de Epolnifenora Olcesamante (anagramme de ses prénom et nom) et à l’Arcadie sous le nom d’Altidora Esperetusa (en hommage à sa double origine portugaise et italienne) la même année. Bien avant les soulèvements en vue d’une République parthénopéenne ou napolitaine, Eleonora de Fonseca Pimentel hisse la bannière patriotique en intimant à « Partenope » (nom antique de Naples) de s’extraire de son sommeil et d’agir.

  • 4 « Parthénope, Parthénope / Abandonne ton long repos […] / À présent toi, belle Parthénope, / Exalte (...)

Partenope, Partenope
lascia il lungo riposo […]
Or tu, bella Partenope,
De’ tuoi Sovrani il bel desir seconda,
E la gran Coppia ad incontrar ti affretta.
Vedi, che Italia istessa
In cocchio trionfale
Il gran venir percorre, e a noi si apressi4.

  • 5 Croce, B., Curiosità storiche, Napoli, R. Ricciardi Editore, 1921, p. 34.
  • 6 En 1790, Eleonora Pimentel traduisit un ouvrage latin de Niccolò Caravita, dans lequel il prônait j (...)

4Cette poésie reprend au premier abord le style ampoulé des arcadiens et l’idée d’une scène pastorale, mythologique. L’Italie y est personnifiée, et Eleonora évoque Porcia et Camille, deux femmes fortes connues pour leurs actions valeureuses, les classant parmi les femmes d’exception, car elles adoptèrent un comportement masculin tout en conservant leurs atours féminins. Porcia est citée dans les « Vies » plutarquiennes ; fille de Caton d’Utique et épouse de Brutus, elle se perça la cuisse à l’aide d’une dague afin de prouver à son mari qu’elle ne partageait pas seulement sa couche, mais était également en droit d’être au courant de ses entreprises politiques. Camille est une femme guerrière citée dans L’Enéide de Virgile. Elle perdit la vie en combattant et fut considérée comme une virago. Il en va de même pour Eleonora Pimentel qualifiée de « femme virile5 », qui se montra impassible en montant sur l’échafaud selon les journalistes ayant relaté l’événement. De prime abord monarchiste, Eleonora Pimentel rédigea un épithalame en 1768 – Le temple de la gloire – lors du mariage de Ferdinand IV avec Marie-Caroline d’Autriche, sœur de Marie-Antoinette, ainsi qu’un sonnet lors de la naissance de leur seconde fille en 1773 et une cantate – La naissance d’Orphée – au moment de la naissance de leur premier fils en 1775. Ses éloges lui valurent une entrée à la cour en tant que bibliothécaire de la Reine et lui permirent de bénéficier d’une pension. Elle loua les entreprises de Ferdinand IV quand il décida de se dédouaner de l’Église en refusant de payer l’impôt pontifical6, puis lors de l’annexion de la ville de San Leuco, en province de Naples, dans le but de la moderniser. Au fond, même pro-monarchistes, ses idées reflétaient les avancées du siècle des Lumières, qui s’attirèrent les foudres des Bourbons et qui conduisirent bon nombre de penseurs à l’échafaud.

  • 7 Cet épisode tiré de la biographie d’Eleonora de Fonseca Pimentel renvoie au mariage malheureux cont (...)

5Son parcours littéraire et politique la dépouilla des qualités dites féminines, et sa vie privée entérina cette personnalité hors norme. Elle épousa le capitaine Pasquale Tria de Solis en 1778 ; elle avait alors vingt-cinq ans et lui, quarante-huit. Méfiant à l’égard des gens lettrés, le mari d’Eleonora se mit à douter des intentions de son épouse et développa une jalousie maladive, se sentant en situation d’infériorité7. Femme battue, Eleonora reçut, à l’âge de trente-trois ans, l’autorisation de retourner vivre chez son père. Ce renversement patriarcal n’est pas le premier dans la famille Pimentel, car la mère d’Eleonora avait légué la fortune patrimoniale à sa fille et non à ses fils, alors que cette dernière restait célibataire et sans enfant. De patrimoine, on passe à un matrimoine en quelque sorte. Son mariage malheureux amena par conséquent Eleonora à inverser les rôles en quittant le foyer conjugal, après avoir perdu un enfant de huit mois et après une fausse couche qu’elle mit d’ailleurs en vers comme pour chasser la douleur.

  • 8 « Ah ! douce espérance / Que la cruelle Parque coupa, / Et tua le fruit tant attendu / Dans sa pris (...)

Ahi ! la speranza amabile
Parca crudel recise,
E dentro il chiuso carcere
L’atteso frutto uccise […]
Io, di me stanca, in dubbio,
Non sento più da noti
Internamente scuotermi
Soavi e lenti moti […]
E fra dolente spasimi
Quel, che ne serba in vita/Umor potente e vivido
Sol ritrovò l’uscita8 […].

  • 9 Marinelli, D., I giornali, Due codici della biblioteca nazionale di Napoli, Napoli, Marghieri, 1901 (...)

6L’univers domestique, féminin, est traité de manière classique, selon les principes académiques de l’Arcadie romaine dont faisait partie Eleonora, offrant une thématique inédite au lecteur. Elle fait une description à la fois très précise et métaphorique de l’avortement qu’elle subit. Elle détourne l’aspect purement scientifique par les rimes sans pour autant le dépouiller de sa substance ; elle décrit les quelques jours où le bébé ne bouge plus, la rupture de la poche des eaux, l’intervention du chirurgien, l’extraction du fœtus et puis, enfin, le renoncement à devenir mère. Au xviiie siècle, l’utérus était « pensant » ; en 1772, Giacomo Casanova publia justement une controverse, Lana Caprina, une controverse médicale sur l’utérus pensant à l’université de Bologne, sur l’ouvrage du professeur d’anatomie bolonais Petronio Zecchini, Di geniali della dialettica delle donne ridotta al suo vero principio, dans lequel il affirmait que le cerveau féminin n’était autre que son utérus. Au xixe, il disparaît au profit d’un patriotisme virulent. Diomede Marinelli rapporte, à propos de la révolutionnaire Luisa Sanfelice, à laquelle Eleonora Pimentel rendit hommage avant de subir le même sort le 20 août 1799, « qu’au moment de mourir son utérus se déchira libérant des menstruations9 », comme si par l’acte d’embrasser des idées révolutionnaires et politiques, réservées aux hommes, les femmes perdaient leur féminité. Oser parler de la matrice, de l’avortement était risqué mais novateur. Seule une femme était en mesure de le faire, et Eleonora confirma en ce sens son implication en tant qu’académicienne en proposant sur le fond une thématique nouvelle, mais en respectant sur la forme le style arcadien ; il s’agit là d’une belle pirouette intellectuelle, comme le fut son soudain revirement politique – pressenti toutefois –, qui aboutit à une république éphémère à Naples pour laquelle elle livra une bataille acharnée.

« Il resto di niente » : voir Naples et mourir

  • 10 Le Moniteur républicain daté du 14 mai 1799.

7L’écrivain Enzo Striano a consacré un roman à Eleonora Pimentel en 1986, adapté au cinéma en 2004 par Antonietta De Lillo. Le titre, dont la traduction française est « Rien de rien », est une expression napolitaine qui insinue que même quand il ne reste plus rien, l’espoir continue d’agir, et c’est justement ce que souhaitait Eleonora, qui agit pour l’avenir. La figure révolutionnaire d’Eleonora est clairement mise en évidence au moment des premiers frémissements républicains à Naples. Successivement sous domination espagnole et autrichienne, Naples avait retrouvé une relative indépendance en 1734 avec le roi Charles II de Bourbon qui laissa une ville culturellement florissante par le développement d’un patrimoine architectural. L’agriculture occupait également une place prépondérante, et les années de règne de Charles III furent marquées par un excellent rendement. Cet équilibre restait cependant précaire et Naples, toujours plus peuplée, perdit pied après le départ du roi. Une crise majeure où épidémies et famine sévissaient s’installa pendant cinq ans. L’arrivée de Ferdinand IV et de sa future épouse Marie-Caroline en 1768 représentait un espoir et une sortie de crise pour les Napolitains. Citoyenne aisée, Eleonora vit elle aussi cette accession au trône comme un bienfait pour la population et se rangea du côté régalien. La République napolitaine ou parthénopéenne fut proclamée en janvier 1799 et prit fin en juin de la même année. En 1798, le roi Ferdinand IV, encouragé par son épouse Marie-Caroline d’Autriche et par l’amiral britannique Nelson, engagea le royaume de Naples dans une guerre contre la France. D’abord victorieuse, cette aventure se termina par un désastre. À la suite des combats qui se déroulèrent les 22 et 23 janvier 1799, les troupes françaises entrèrent dans Naples sous les accents d’un hymne composé par Domenico Cimarosa, résolument antimonarchiste, tandis que la cour fuit à Palerme. Les troupes françaises, soutenues par un groupe de jeunes Napolitains, intellectuels et gens du peuple, proclamèrent en janvier 1799 la « République parthénopéenne » dans la partie continentale du royaume de Bourbon de Naples. Le nouveau gouvernement s’attacha presque immédiatement à construire un nouvel ordre républicain reposant sur l’abolition de la féodalité et la suppression des fiefs. Une première loi du 9 février 1799 divisait le territoire de la nouvelle République en onze départements, eux-mêmes divisés en cantons et municipalités. À l’instar de ce qui s’était fait en France, la nouvelle subdivision bouleversait de fond en comble l’organisation territoriale séculaire. Le nouvel échafaudage administratif, trop novateur, prêtait le flanc aux critiques et rebutait. Un projet de constitution (jamais adopté) élaboré par Francesco Mario Pagano prévoyait d’aller encore plus loin avec la création de dix-sept départements. Cependant, Bonaparte échouait devant les remparts de Saint-Jean-d’Acre en Terre sainte, la flotte britannique s’était emparée de Malte et de Minorque, et une escadre russe avait débarqué aux îles Ioniennes, bloquant la progression de la flotte française en Méditerranée. L’armée de Naples de Macdonald, rappelée d’urgence, abandonna le sud de l’Italie. Après son départ, Britanniques, partisans du royaume de Naples, et insurgés libérèrent tout le sud de la péninsule. Le 24 juin 1799, l’éphémère république cessa d’exister, même si pour Eleonora « l’Italie restera[it] une Nation guerrière10 ».

  • 11 Ce sonnet fut d’attribution incertaine pendant un temps, avant qu’Anna Maria Macciocchi ne l’attrib (...)
  • 12 Urgnani, E., op. cit., p. 31.

8Les événements inhérents à la Révolution Française étaient le sujet des débats organisés dans les maisons particulières des pro-réformistes à Naples. Eleonora y prit part dès 1789 et constitua en quelque sorte un premier journal dont l’oralité était le critère principal. Le caractère oral du relais révolutionnaire et patriotique fut un réel garde-fou. Accusée de conspiration, déchue de son titre de bibliothécaire de la Reine, elle fut brièvement emprisonnée en 1798 avant d’être relâchée faute de preuve. Pendant sa détention, elle dénigra Marie-Caroline dans un sonnet, la traitant de « tribade impure », puis évoqua sa sœur dont l’« indigne tête roula à terre11 ». Cette brève expérience carcérale décupla l’engagement républicain d’Eleonora qui abandonna par ailleurs sa particule et les vers pour une prose consacrée à la cause politique. Selon Elena Urgnani, « entre le 19 et le 20 janvier » on assista à une action patriotique menée par un groupe de femmes « majoritairement de classe moyenne, mais aussi aristocrates » avec à sa tête Eleonora Pimentel. Elles étaient pour la plupart « vêtues en homme » ; le patriotisme est encore une fois associé à l’univers masculin. « Le drapeau tricolore fut hissé afin d’indiquer aux Français que la voie était libre. » Eleonora « récita son Hymne à la liberté aujourd’hui perdu12 ».

9Le Moniteur – en version papier cette fois – couvre l’intégralité de la période républicaine à Naples et comprend trente-cinq numéros s’étalant du 2 février 1799 au 8 juin de la même année à raison d’une publication deux fois par semaine (le mardi et le samedi). Il est un véritable témoin des événements de 1799 et atteste l’existence d’une république à Naples, certes ponctuelle dans le temps, mais qui aura un impact moins d’un siècle plus tard au moment des insurrections pro-unitaires. Le premier numéro proclame officiellement la république napolitaine « une et indivisible » :

  • 13 Il Monitore repubblicano, 2 febbraio 1799.

Nous sommes enfin libres, et le jour est arrivé pour nous aussi, celui où nous pouvons prononcer les noms sacrés de liberté et d’égalité, nous présenter à la République Mère comme ses dignes enfants et aux peuples libres d’Italie et d’Europe comme leurs dignes compatriotes13.

10Dans cet article fondateur du journal politique en Italie, le peuple napolitain est vu comme un martyr et l’histoire antique semble se répéter quand Eleonora affirme que le peuple craignait l’annexion de ses propriétés, le renversement de la religion catholique et le viol de ses femmes ; on pensera à l’enlèvement des Sabines ou encore le viol de Timoclée par un capitaine thrace, deux épisodes souvent repris dans la littérature et reproduits en peinture.

11Les positions politiques d’Eleonora furent diffusées dans le journal qu’elle rédigeait à son domicile et sont très tranchées quant aux dérives de Robespierre. Elle se range du côté de la démocratie. Une commission fut créée, sur le modèle du conseil municipal d’aujourd’hui, dont le compte-rendu était rédigé puis publié dans le Moniteur. Dans un premier temps, concentrés exclusivement sur Naples et sa campagne, les articles du Moniteur s’ouvrent ensuite aux autres régions italiennes – du Sud vers le Nord – au fil des numéros et relatent les événements militaires. Bien que le foyer révolutionnaire se trouvât à Naples, le retentissement allait être, à terme, national :

  • 14 Il Monitore repubblicano del 1799, op. cit., p. 6-7.

Elle [Eleonora], avec ses meilleurs compagnons de lutte et de mort, entendit et répéta que la cause pour laquelle elle se battait n’était pas seulement confinée à Naples, mais embrassait toute l’Italie14

  • 15 Il Monitore repubblicano, 19 febbraio 1799.

12Les actions sont reportées de manière chronologique et détaillées, comme le ferait un reporter en direct : « Regards sur les derniers événements », « État de l’opinion publique ». Aucune analyse des faits n’est établie. Cependant, Eleonora s’attache à prouver la véracité des faits et documente ses articles par des lettres. Les thématiques retentissent presque comme des leitmotivs : célébration de la liberté, indépendance napolitaine, souveraineté du peuple qui est mobilisé à plusieurs reprises : « … nous invitons le Gouvernement à établir des actions civiques… » ou « Le théâtre de marionnettes et les chanteurs ambulants mis au service de la propagande républicaine… » L’idée est de rendre la politique plus accessible en passant par des journaux en langue vernaculaire ou par des divertissements populaires, et elle obtient gain de cause : « Fut promulguée la motion qu’ils [les artistes] puissent divertir le peuple sur les places avec leur théâtre de marionnettes ambulant, tout en traitant de sujets démocratiques15… » La religion ayant une place prépondérante en Italie et plus particulièrement à Naples, Eleonora consacra quelques papiers aux événements liés à saint Janvier, saint patron de Naples. Ces publications pourraient sembler à première vue hors contexte, mais elles attestent l’attachement de la journaliste à sa ville d’adoption et amènent les plus réfractaires à lire le journal. À cause de ses idées révolutionnaires, Elenora Pimentel fut pendue sur la place du marché le 20 août 1799.

  • 16 Croce, B. Eleonora de Fonseca Pimentel, Roma, Tipografia Nazionale.
  • 17 Gennaro, A., Poesie, Napoli, 1796, I, p. 26.
  • 18 Domenico Galdi (1934), Bice Gurgo (1935), Goffredo Bellonci (1937).

13La figure d’Eleonora Pimentel est ambivalente en fonction de l’angle abordé dans les biographies la concernant. La première fut rédigée par l’historien Benedetto Croce en 188716 et ne manque pas de remettre Eleonora à sa place de femme, certes intelligente, mais en aucun cas douée pour la politique. Don Antonio di Gennaro, au contraire, dédia avant Croce un sonnet à Eleonora, en 1796, en insistant sur le fait que « l’intelligence féminine n’est pas secondaire17 » ; l’auteur associe justement l’intelligence au militarisme en choisissant le personnage mythologique de Minerve pour illustrer son propos. Tandis que certains historiens18 ont besoin de normaliser Eleonora en la replaçant dans un foyer conjugal épanouissant et heureux, faisant fi de la réalité et des écrits d’Eleonora retranscrivant sa douleur suite à la perte de ses enfants, d’autres, en revanche, dressent le portrait d’une Marianne napolitaine :

  • 19 Vincenzo Cuoco rapporté par Anna-Maria Rao, dans son article : « Eleonora de Fonseca Pimentel, le m (...)

Eleonora Fonseca Pimentel, Audet viris concurrere virgo (qui osa concurrencer les hommes). Mais elle fut poussée vers la Révolution, comme Camille vers la guerre, par le seul amour de la patrie. Jeune encore, les vers de cette femme célèbre avaient mérité l’approbation de Métastase. Mais la poésie ne faisait que la moindre partie des connaissances dont son esprit était orné […] Avant de marcher vers l’échafaud, elle demanda du café : forsam haec olim meminisse juvabit (peut-être un jour même ces souvenirs auront pour nous des charmes) furent ses dernières paroles19.

  • 20 Maria Maddalena Morelli est née à Pistoia en 1727 et morte à Florence en 1800. Très cultivée et pro (...)

14Cette citation de Vincenzo Cuoco est le prisme de toutes les facettes d’Eleonora qui embrassa des convictions masculines en composant de la poésie, un genre littéraire concédé aux femmes, qui mourut comme un homme mais en réclamant un café. Toute une théorie de femmes guerrières se place aux côtés d’Eleonora, étoffant la liste des femmes valeureuses ayant œuvré pour leur peuple depuis les Vies plutarquiennes. Cet emprunt militaire se retrouve dans les écrits arcadiens d’Eleonora qui opte plutôt pour des figures mythologiques guerrières, comme c’est le cas dans l’une de ses compositions poétiques où la reine Marie-Thérèse d’Autriche apparaît sous les traits de Pallas/Athéna. À rebours de la figure féminine choisie pour emblème de la république française, Eleonora proposa celle d’un jeune homme arborant les instruments liés à l’agriculture et à la guerre, creusant la contradiction émanant de sa personnalité hybride, difficile à cerner. La prise de parole et l’appareil communicationnel furent en ce sens un atout pour cette femme entrée de prime abord dans une académie littéraire qui ne représente, au fond, qu’une microsociété basée sur une structure organisationnelle commune aux structures politiques comme le sénat. De cette enceinte masculine Eleonora passe dans une autre, le salon, par le biais du journalisme, là où les femmes étaient admises. À l’instar de Bologne, Naples était plutôt philogyne quant à l’introduction des femmes dans le milieu intellectuel et quant à leur accès aux différents savoirs. L’Arcadie, fondée à Rome en 1690, accueillit quatre cent cinquante autrices italiennes et d’origine étrangère entre sa date de création et la fin du xviiie siècle. La consœur directe d’Eleonora Pimentel était alors Maria Maddalena Morelli20 connue sous le pseudonyme de Corilla Olimpica.

  • 21 Pietro Metastasio (1698-1782), dit Métastase en Français, était poète et librettiste d’opéra. Il fa (...)
  • 22 Baldassare, P., Egloghe pastorali, Napoli, Signorelli, 1770, Egloga V.
  • 23 Voltaire, Œuvres complètes, Paris, Imprimerie de la Société Littéraire-Typographique, 1785, vol. XI (...)
  • 24 Campolungo, E., Sepolcretum amicabile Emanuelis Campolungi, Napoli, éd. inconnu, 1781, I, p. 132.
  • 25 Gorani, G., à propos d’Eleonora Pimentel dans une lettre adressée à Charles Bonnet le 29 octobre 17 (...)
  • 26 Urgnani, E., op. cit., p. 357 : « […] oggi molti pensano che la de Fonseca fosse una grande patriot (...)
  • 27 Ibid., p. 359.

15La fortune d’Eleonora de Fonseca Pimentel est assez hétéroclite et se fonde en premier lieu sur des échanges épistolaires auxquels elle participe ou non. Cette correspondance la mentionnant commence en 1768, elle est alors âgée de seize ans. C’est un ami abbé, Domenico Saccenti, qui l’honora en louant ses connaissances et son talent d’oratrice. La correspondance qu’elle entretint avec Métastase21 pendant plusieurs années vient renforcer l’admiration qu’elle suscita parmi ses confrères. Elle inspira justement Baldassare Papadia dans une églogue pastorale où elle revêtit le rôle d’une nymphe22. En tant que versificatrice, elle reçut également plusieurs hommages en vers, dont le plus connu fut sans doute celui d’un Voltaire vieillissant en 1775. Il y dévoile sa grande admiration pour la poétesse, mais fonde tous ses espoirs de renouveau et de modernité sur la ville de Naples23. Si Voltaire est l’exception qui confirme la règle, la fortune critique d’Eleonora est avant tout locale et amicale. Un érudit napolitain, Emanuele Campolungo, lui consacra deux épitaphes – elle n’était pas encore morte ! – dans son recueil Epitaffi sepolcrali dans lequel il apostrophe le voyageur afin qu’il s’arrête sur la tombe d’Eleonora « poétesse digne des plus grands éloges24 ». Cet écrit la rapproche d’Elisabetta Sirani (1638-1665), peintre bolonaise, dont la renommée gagna l’Italie puis l’Europe, bien qu’elle n’ait jamais quitté l’enceinte de Bologne. Le poète encourage également le voyageur à se recueillir sur la tombe de cette femme talentueuse. Ce premier pan élogieux se focalise exclusivement sur la « dama letterata25 », tandis qu’un second pan moins dithyrambique apparaît à la sortie du Moniteur. Il s’agit plutôt de brefs portraits biographiques truffés d’erreurs et occultant les épisodes gênants de la vie d’Eleonora afin de la rendre politiquement correcte. Sa mort divisa ; martyr de la Révolution, elle devint l’Olympe de Gouges napolitaine et déchaîna les esprits pro ou contra. Elena Urgani déplore ce revirement « martyrologique », car il exalta la figure jacobine d’Eleonora, occultant son passé littéraire et scientifique26 et, pire, créant une faille dans laquelle s’engouffra le régime fasciste qui détourna la figure d’Eleonora en « mère de la patrie27 ».

*

16Même si deux périodes bien distinctes constituent la biographie d’Eleonora de Fonseca Pimentel, d’abord sa carrière littéraire d’académicienne, puis par la suite de journaliste politique, elles semblent presque interchangeables. Eleonora démontra en effet un élan patriotique dans ses vers arcadiens et milita pour l’érection de statues monumentales en hommage aux plus grands noms de la littérature latine et italienne : les écrivains Virgile et le Tasse, ou bien le philosophe et juriste napolitain Gaetano Filangieri. Cette alternance de féminité et de masculinité, de poésie et de journalisme, de littérature et de politique et ce passage d’épouse-mère à révolutionnaire en font une personnalité certes ambivalente et déroutante pour les intellectuels de l’époque, mais aussi profondément engagée et encline à la constitution d’un pays démocratique où soufflerait un vent de liberté et d’égalité.

Notes

1 Terme qui pourrait se traduire par « renaissance » ou « résurrection » et qui évoque la période de l’Unification italienne (1848-1870).

2 Giuseppe Mazzini (1805-1872), Camillo Cavour (1810-1861) et Giuseppe Garibaldi (1807-1882) sont trois acteurs de la période unitaire italienne ; ils ont œuvré en tant que patriotes.

3 Fonseca Pimentel, E. (de), Il Monitore repubblicano del 1799, a cura di Benedetto Croce, Napoli, Il Mulino, 2000, préface, I.

4 « Parthénope, Parthénope / Abandonne ton long repos […] / À présent toi, belle Parthénope, / Exalte le beau désir de tes souverains / Et hâte-toi d’aller à la rencontre de ce grand Couple. / Tu vois, c’est l’Italie elle-même / Dans un char triomphal / Qui remonte le long chemin, et se rapproche de nous », in E. de Fonseca Pimentel, La gioia d’Italia, Napoli, éd. inconnue, 1782, p. 3-5.

5 Croce, B., Curiosità storiche, Napoli, R. Ricciardi Editore, 1921, p. 34.

6 En 1790, Eleonora Pimentel traduisit un ouvrage latin de Niccolò Caravita, dans lequel il prônait justement la séparation de l’Église et de l’État.

7 Cet épisode tiré de la biographie d’Eleonora de Fonseca Pimentel renvoie au mariage malheureux contracté par Artemisia Gentileschi (1593-1662), qui se sépara rapidement d’un mari jaloux de la réussite de son épouse. Il dilapidait l’argent du foyer et laissait des dettes qu’Artemisia devait ensuite régler. La jalousie, les coups furent des éléments de force majeure qui conduisirent au divorce.

8 « Ah ! douce espérance / Que la cruelle Parque coupa, / Et tua le fruit tant attendu / Dans sa prison close […] / Moi, lasse, en proie au doute, / Je ne sens plus depuis des nuits / Ces mouvements doux et lents / Ces agitations à l’intérieur de moi […] / Et entre de douloureux spasmes / Ce qui le gardait en vie / L’humeur puissante et liquide / Se rompit pour l’expulser… », in E. Urgnani, La vicenda letteraria e politica di Eleonora de Fonseca Pimentel, Napoli, La Città del Sole, 1998, p. 163-164.

9 Marinelli, D., I giornali, Due codici della biblioteca nazionale di Napoli, Napoli, Marghieri, 1901, XV (D. 34-44), non paginé.

10 Le Moniteur républicain daté du 14 mai 1799.

11 Ce sonnet fut d’attribution incertaine pendant un temps, avant qu’Anna Maria Macciocchi ne l’attribue définitivement à Eleonora de Fonseca Pimentel dans sa biographie datée de 1999.

12 Urgnani, E., op. cit., p. 31.

13 Il Monitore repubblicano, 2 febbraio 1799.

14 Il Monitore repubblicano del 1799, op. cit., p. 6-7.

15 Il Monitore repubblicano, 19 febbraio 1799.

16 Croce, B. Eleonora de Fonseca Pimentel, Roma, Tipografia Nazionale.

17 Gennaro, A., Poesie, Napoli, 1796, I, p. 26.

18 Domenico Galdi (1934), Bice Gurgo (1935), Goffredo Bellonci (1937).

19 Vincenzo Cuoco rapporté par Anna-Maria Rao, dans son article : « Eleonora de Fonseca Pimentel, le monitore napoletano et le problème de la participation politique », in Annales historiques de la Révolution française, 344, avril-juin 2006, p. 179.

20 Maria Maddalena Morelli est née à Pistoia en 1727 et morte à Florence en 1800. Très cultivée et profondément monarchiste, elle se fait vite remarquer dans le milieu scientifique des académies et rentre à l’Arcadie en 1771 sous l’impulsion de Marie-Caroline.

21 Pietro Metastasio (1698-1782), dit Métastase en Français, était poète et librettiste d’opéra. Il faisait également partie de l’Arcadie.

22 Baldassare, P., Egloghe pastorali, Napoli, Signorelli, 1770, Egloga V.

23 Voltaire, Œuvres complètes, Paris, Imprimerie de la Société Littéraire-Typographique, 1785, vol. XIV, CL-XXXVI : « Beau rossignol de la belle Italie / Votre sonnet cajole un vieux hibou / Au mont Jura retiré dans un trou / Sans voix, sans plumes, et privé de génie. / Il veut quitter son pays morfondu : / Auprès de vous à Naples il va se rendre / S’il peut vous voir, et s’il peut vous entendre, / Il reprendra tout ce qu’il a perdu. »

24 Campolungo, E., Sepolcretum amicabile Emanuelis Campolungi, Napoli, éd. inconnu, 1781, I, p. 132.

25 Gorani, G., à propos d’Eleonora Pimentel dans une lettre adressée à Charles Bonnet le 29 octobre 1789, Ms. Bonnet, 40, f. 206, Bibliothèque publique et universitaire de Genève.

26 Urgnani, E., op. cit., p. 357 : « […] oggi molti pensano che la de Fonseca fosse una grande patriota ».

27 Ibid., p. 359.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search