Version classiqueVersion mobile

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Cinéma et danse : à la rencontre des créatrices

Violeta d’Andrés Wood : itinéraire d’une artiste engagée

Catherine Pergoux-Baeza

Texte intégral

À la mémoire d’Adriana Castillo de Berchenko

  • 1 Violeta se fue a los cielos, film d’Andrés Wood, Chili, 2011, 110 mn. Le film a été diffusé en Fran (...)

1Violeta se fue a los cielos1 est un film de fiction réalisé en 2011 par le cinéaste chilien Andrés Wood. Le réalisateur s’attache dans cette œuvre à retracer l’itinéraire de la chanteuse Violeta Parra, « véritable icône de la culture chilienne », « mère de la folk latino-américaine » comme l’annonce la publicité qui accompagne la sortie du film. Violeta naît en 1917 au centre-sud du Chili, dans la région de Chillán, au sein d’une famille très modeste d’origine paysanne. Très tôt, elle s’initie au chant et à la guitare, car elle accompagne ses parents qui animent les fêtes villageoises lesquelles rythment la vie quotidienne à cette époque. Son père est d’ailleurs professeur de musique mais il sombre dans l’alcoolisme et meurt prématurément. Elle compose ses premières chansons à l’âge de douze ans et décide par la suite de monter à la capitale Santiago pour entrer à l’école normale. C’est là qu’elle commence à chanter pour subvenir à ses besoins, partout où elle trouve du travail : bars, petits cirques, salles des quartiers populaires.

2Puis Violeta se marie et de cette union naissent ses deux enfants Isabel et Ángel. Poussée par son frère aîné Nicanor (grand poète chilien récemment décédé à l’âge de 103 ans, Prix Cervantes 2011), elle effectue à partir de 1952 des recherches sur le terrain, dans les zones rurales chiliennes, à la découverte du folklore de son pays. C’est ainsi que Violeta est partie, souvent accompagnée de ses enfants, recueillir et enregistrer les chants populaires, les poèmes et les danses des différentes provinces chiliennes. Ce travail l’a ainsi conduite à faire émerger une tradition populaire jusqu’alors méconnue et en voie de disparition.

3Entre temps, elle s’est séparée de son premier mari, puis s’est remariée et a eu deux filles, Carmen Luisa et Rosita Clara. Lors d’une hépatite qui la cloue au lit durant plusieurs mois, elle se met à coudre et à broder ses fameuses « arpilleras », ces tableaux de tissus qui racontent aussi bien des épisodes de la vie quotidienne que les grands événements de l’Histoire chilienne. La radio lui ouvre finalement ses portes et elle commence à diffuser son œuvre, d’abord les chansons folkloriques qu’elle a recueillies, puis ses propres créations, dans lesquelles bien souvent elle dénonce et condamne les injustices sociales. Le contact avec le grand public se produit ainsi pour la première fois, et en 1954 on lui propose une tournée à l’étranger, en Pologne et dans plusieurs pays socialistes. Elle reste ensuite près de deux ans en France où elle se produit en concert et enregistre deux disques.

  • 2 Parra, V., Poésie populaire des Andes, traduit par Fanchita Gonzalez-Batlle, Paris, François Masper (...)

4De retour au Chili, elle poursuit ses recherches sur le terrain et donne des récitals dans plusieurs universités et à la Bibliothèque Nationale (ce qui donne lieu à une scène marquante dans le film). Puis elle entreprend une série de voyages en Europe et décide de rester à nouveau à Paris. En avril 1964, elle expose ses « arpilleras », ses toiles et ses sculptures au musée du Louvre, au pavillon de Marsan. C’est la première fois que ce musée consacre une exposition à l’œuvre d’une artiste latino-américaine. Le Figaro titre alors « Léonard de Vinci a fini au Louvre, Violeta Parra y débute ». En 1965, François Maspero publie son ouvrage Poésie populaire des Andes2. Mais si sa notoriété internationale ne fait plus de doute, sa reconnaissance au Chili se fait attendre. On peut d’ailleurs remarquer qu’encore aujourd’hui au Chili, aucune grande rue ne porte son nom. Violeta souffrira de ce manque de reconnaissance de la part de ses compatriotes, qui ne l’estiment pas à sa juste valeur. Il faut dire que Violeta était une femme au fort tempérament et au ton très libre, certainement en avance sur son temps et parfois incomprise.

5À partir de 1958 elle tombe amoureuse d’un musicien et musicologue suisse, Gilbert Favre, avec qui elle partage la dernière période de sa vie, jusqu’à leur séparation, peu avant la mort de Violeta, en 1967. Son décès tragique (elle se suicide d’une balle dans la tête le 5 février 1967) provoque une véritable commotion : les artistes qui commencent à former ce qu’on appellera ensuite le mouvement de la nouvelle chanson chilienne se sentent orphelins. Ils considèrent Violeta comme leur mère, ou plutôt leur guide : c’est elle qui leur a ouvert la voie et qui leur a fait découvrir la richesse du folklore de leur pays. Ce sont d’abord ses enfants, Ángel et Isabel qui poursuivront leur carrière artistique au Chili, puis en exil en France durant la dictature après 1973. Mais aussi tous les plus grands artistes qui débutent leur carrière à la fin des années 60 : Víctor Jara, assassiné quelques jours après le coup d’État, mais aussi des groupes qui deviendront célèbres, comme Quilapayún (exilé en France) et Inti-Illimani (exilé en Italie). Tous revendiqueront l’héritage de Violeta et ne cesseront d’interpréter ses chansons. Certaines sont si connues qu’on en oublie presque qu’elles ont été créées par la chanteuse chilienne. Citons l’exemple de « Gracias a la vida » interprétée par une multitude d’artistes (Joan Baez, Mercedes Sosa mais aussi U2, Shakira ou Luz Casal).

  • 3 Parra, V., Décimas, Santiago de Chile, Editorial Sudamericana, 1989.
  • 4 Parra, V., Veintiuno son los dolores, Santiago de Chile, Editorial Aconcagua, 1978.

6Signalons que lorsqu’on évoque Violeta Parra, on oublie souvent de rappeler son importante production poétique, contenue dans ses ouvrages Décimas3 et Veintiuno son los dolores4. Et si on la rappelle, c’est parfois pour mieux la distinguer de la « vraie » poésie, savante. On a donc eu tendance à limiter la valeur de cette poésie, dite populaire. Pourtant, l’œuvre de Violeta Parra symbolise la recherche d’une écriture authentique, qui vise la valorisation de l’identité chilienne, en s’appuyant sur les racines folkloriques pour mieux les faire revivre. Son discours s’inspire en effet du parler populaire, qu’elle retranscrit dans ses Décimas pour raconter divers épisodes de sa vie, d’où le sous-titre de l’ouvrage : Autobiografía en verso. Ainsi, même si Violeta Parra a toujours été une artiste admirée par un public nombreux, ce n’est que durant ces dernières années qu’une série d’hommages lui ont été rendus, à l’initiative de ses enfants Isabel et Ángel, qui ont également obtenu la création d’une fondation Violeta Parra (inaugurée à Santiago en 1993) ainsi que l’ouverture très récente (en octobre 2015) d’un musée consacré à leur mère. Il faut dire aussi que la figure de Violeta Parra, si populaire et directement associée au mouvement de la nouvelle chanson chilienne qui est né juste avant l’élection de Salvador Allende, a été interdite et censurée pendant les 17 ans de dictature de 1973 à 1990. Ses chansons, interprétées par Quilapayún, Inti-Illimani et bien d’autres artistes chiliens ou étrangers sont devenues l’expression de la résistance à l’oppression. Aujourd’hui encore, ses compositions trouvent un écho chez les jeunes générations qui les interprètent sur des rythmiques modernes, que ce soit façon rock ou rap.

7L’empreinte de Violeta Parra reste donc vivace dans le panorama artistique chilien, malgré une tentative d’effacement de son œuvre pendant la dictature. Elle n’avait cependant jamais fait l’objet d’un film. En portant à l’écran le personnage de Violeta, Andrés Wood actualise sa mémoire et lui rend hommage, en montrant toute l’étendue de son talent, mais aussi toute la complexité de cette femme hors-norme et engagée. Il lui rend peut-être aussi justice, car elle n’a pas toujours reçu de son vivant la reconnaissance qu’elle méritait. Grâce à ce film, Violeta Parra trouve la place qui lui revient dans l’histoire artistique chilienne et devient accessible aux jeunes générations, comme le souligne Ángel Parra dans une interview :

  • 5 Crousse, N., « Le poignant destin de Violeta Parra », mis en ligne le mercredi 10 octobre 2012. Art (...)

Elle est également moderne, si l’on peut dire, par la résistance des thèmes de ses chansons, qui sont encore aujourd’hui citées en référence par le mouvement estudiantin. Ces deux dernières années, le Chili a connu beaucoup de protestation contre le nouveau système d’éducation, très discriminatoire. Et Violeta Parra est une des icônes centrales de ce mouvement de protestation5.

8Il insiste sur ce point dans une autre interview, en répondant à la question posée « Que représente Violeta pour la nouvelle génération au Chili ? » :

  • 6 V.o.scope, supplément cinéma de la revue Vocable, consulté le 12/06/2016 à l’adresse http://www.crd (...)

Le film était important pour que les nouvelles générations connaissent davantage son combat. Environ 500 000 chiliens ont vu le film et lors des manifestations d’étudiants cette année il y avait des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Violeta ne s’en est pas allée au ciel ». C’était très beau6.

  • 7 Parra, Á., Violeta Parra, ma mère, traduit de l’espagnol par Bertille Hausberg, Paris, Écriture, 20 (...)

9Le film retrace ainsi l’itinéraire souvent tourmenté de la chanteuse, et la narration s’organise à partir du point de vue de son fils Ángel. Il s’agit en effet d’une libre adaptation cinématographique de l’œuvre écrite par Ángel Parra sur sa mère, Violeta Parra, ma mère7 (2011). C’est l’enfant que l’on voit au début du film et c’est son point de vue qui domine ici, puisque c’est aussi son histoire qu’il raconte. En effet, il ne s’agit pas d’un documentaire, mais bien d’un film de fiction à la subjectivité revendiquée. Ce qui explique aussi que tous les membres de la famille n’apparaissent pas à l’écran. Certains ont d’ailleurs exprimé le souhait de ne pas être mentionnés, en particulier Isabel, qui ne partage pas la vision que son frère donne de leur mère. C’est pourquoi elle est absente du film, alors qu’elle a longtemps joué et travaillé avec sa mère et son frère.

10Comme dans l’œuvre d’Ángel Parra, passé et présent se mêlent constamment au moyen de flash-backs. Dans le film, Violeta, au seuil de sa mort, se remémore les différents épisodes de sa vie qui défilent devant nos yeux, et nous la découvrons à plusieurs époques, sans que la chronologie soit toujours respectée. En effet, c’est la chronologie des souvenirs qui est à l’œuvre dans ce film. C’est à partir de la détonation, du coup de feu fatal du 5 février 1967, qu’Ángel Parra se remémore quelques moments partagés avec sa mère. Il présente son œuvre comme une succession d’instantanés (au sens photographique) qui sont autant de déclarations d’amour à Violeta :

Ses funérailles seront nationales, le gouvernement enverra des couronnes, des autorités civiles, ecclésiastiques, y assisteront. Condoléances inutiles. Il était trop tard. Pour le peuple, elle n’est pas morte. Pour moi non plus. Dimanche 5 février 1967.

Je crois avoir entendu ma mère dire un jour que j’ai tété son sein jusqu’à plus de trois ans. Cela a-t-il un sens ? Je ne le sais pas. Paresseux, lambin, collé à ses jupes. Peu importe.

Cet aliment vital m’a aidé à me forger une mémoire où je garde, comme un trésor enterré en d’autres temps, ce que je veux raconter. Simplement. Des choses vécues et des souvenirs. Des moments privilégiés, ma mère tenant par la main son seul fils. Son fils unique.

La mémoire nous trahit, elle est trompeuse, mais restitue aussi des situations oubliées. Le cours du temps me fera peut-être voir les choses sous un autre jour et changera ce que je crois être la réalité.

  • 8 Ibid., p. 40-41.

Je vous demande de ne pas prendre ce que j’écris aujourd’hui pour des vérités définitives. Ce sont des instantanés, tout comme les histoires que vous trouverez ici. Les déclarations d’amour valent à l’instant où on les fait. Voici les miennes8.

11Il ne s’agit donc pas pour Ángel Parra ni pour Andrés Wood de faire le récit exhaustif et fidèle de la vie et de l’œuvre de Violeta Parra, mais au contraire de mettre en lumière quelques aspects de sa personnalité et de ses créations. Cette démarche a d’ailleurs été assez mal comprise par certains membres du clan Parra, en particulier par l’une des petites-filles, Tita, qui a posté un commentaire très virulent après avoir vu le film, créant alors la polémique au Chili. Cette réaction immédiate et vive s’explique sans doute par le fait que le cinéaste a pris le parti de présenter toutes les facettes de Violeta, des plus lumineuses aux plus sombres, n’hésitant pas à faire le portrait d’une femme tourmentée et pleine de contradictions, au caractère « adorable et violent » comme la décrivent souvent ceux qui l’ont côtoyée. C’est une Violeta saisie dans toute son humanité qui nous est montrée ici, loin des conventions des biopics qui tendent à idéaliser ou à mythifier, comme le remarque Clément Graminiès :

  • 9 Graminiès, C., « Déconstruire le mythe ». Article consulté le 12/06/2016 à l’adresse http://www.cri (...)

Biopic sur la chanteuse folk chilienne Violeta Parra, le film d’Andrés Wood n’en a pas les symptômes habituels. Ne cherchant pas à perpétuer le mythe, le réalisateur se débarrasse d’artifices encombrants pour se mettre à hauteur de femme et saisir toute la douleur sourde qui n’a jamais cessé de nourrir cette artiste polyvalente. […] La création au travail est le principal leitmotiv de ce projet qui refuse l’embaumement pour faire de Violeta Parra un être vivant9.

12Andrés Wood s’est non seulement inspiré du récit biographique et romancé d’Ángel Parra, mais il a aussi travaillé avec lui à l’écriture des dialogues. Il s’agit donc d’une recréation à quatre mains, d’une subjectivité totalement assumée, en particulier concernant le choix des épisodes représentés à l’écran, qui ne peuvent donner qu’une image forcément partielle (et partiale) de la vie de l’artiste. Ángel Parra présente ainsi le projet filmique :

  • 10 V.o.scope, art. cit., p. 4 (notre traduction). « La película no es una radiografía sino un todo bas (...)

Le film n’est pas une radiographie mais un tout basé sur mes souvenirs d’enfance. Le film est comme un rêve, une idée lyrique sur quelqu’un qui, même si elle n’est plus là, a laissé une œuvre qui palpite en nous. Elle continue à exister à travers ses chansons, ses peintures et ses tapisseries et nous, ses enfants et petits-enfants, continuons à diffuser ce magnifique héritage. Andrés Wood est un être d’une extraordinaire sensibilité et il a pris ce morceau d’argile et il l’a modelé avec son talent. J’étais à ses côtés pour l’aider à le modeler tant pour la partie musicale que pour la correction des dialogues10.

13La métaphore de l’argile et du modelage représente bien la démarche à l’œuvre dans ce film : la Violeta qui nous est présentée ici est une création artistique, née du travail conjoint d’Ángel Parra, d’Andrés Wood, mais aussi de la monteuse Andrea Chignoli et de toute l’équipe de tournage. Ángel Parra apparaît bien sûr comme le dépositaire de l’esprit de sa mère, incarnée ici par la fabuleuse actrice Francisca Gavilán, qui interprète elle-même les chansons de Violeta. En effet, Isabel, en désaccord avec son frère Ángel au sujet de la réalisation de ce film, s’est opposée à ce que les chansons originales de sa mère soient utilisées pour la bande-son. C’est donc Francisca Gavilán qui interprète chacune des chansons, et l’on peut souligner la prouesse artistique de cette actrice qui ressemble à s’y méprendre à la « vraie » Violeta. Là encore, la collaboration d’Ángel Parra a été déterminante, comme il le raconte lui-même :

  • 11 Id. : « Desde un principio yo sabía que ella tenía que cantar porque eso le daba la autorización dr (...)

Depuis le début je savais que c’était elle qui devait chanter car cela lui conférait l’autorisation dramatique pour s’approprier Violeta. J’ai travaillé avec elle deux mois, à raison de huit heures par jour, pour lui apprendre à jouer le cuatro et le charango, et l’imprégner de Violeta. Nous avons travaillé avec un ancien disque pour que son interprétation colle à celle de ma mère. Ensuite nous avons effacé l’enregistrement original et elle a chanté comme elle le sentait. Quand Andrés a écouté l’enregistrement, il n’arrivait pas à le croire11.

14Francisca Gavilán incarne magistralement Violeta et la fait revivre sous nos yeux. Son naturel et sa spontanéité nous font presque oublier qu’elle joue un rôle de composition, sans doute le rôle de sa vie, qui la consacre définitivement en tant qu’actrice, elle qui avait surtout travaillé pour des feuilletons télévisés. Par ailleurs, l’incarnation est telle que comme le fait remarquer Ángel Parra, ce film provoque un changement de regard du public sur la figure de Violeta, qui était devenue une icône un peu figée :

  • 12 Entretien avec Ángel Parra par F. Margolin, livret de présentation du film.

Avant le film, ma mère était devenue une chanson : « Gracias a la vida », alors qu’elle était une artiste bien plus complète, avec ses peintures, ses tapisseries, sa poésie et sa musique. […] Ma mère était déjà une icône mais avec le film, les spectateurs ont pu l’approcher12.

15Le film contribue donc à humaniser l’artiste en l’abordant dans toute sa richesse et sa complexité, en montrant sa force et ses failles et en insistant sur sa place de femme dans la société chilienne de l’époque. En effet, Violeta était une femme en avance sur son temps, très libre et indépendante, qui a fait des choix souvent mal compris, en particulier en ce qui concerne sa famille. C’est ainsi, comme il a été dit, qu’après dix ans de mariage, elle décide de se séparer et de partir avec ses deux enfants. Elle se remarie ensuite et a deux autres filles. Pour mener à bien ses recherches musicologiques, elle est souvent absente du foyer ; elle disparaît parfois plusieurs semaines pour revenir avec des cadeaux pour tous, en général de la nourriture. En 1954, on lui propose de faire une tournée en Europe pour participer à des rencontres de jeunes. Lors du voyage en bateau, elle apprend que son bébé, Rosita Clara, âgé de quelques mois, est décédé d’une pneumonie. Malgré la profonde douleur qui la saisit et qui lui inspirera la chanson « Verso por la niña muerta », elle poursuit son voyage et ne rentre au Chili que deux ans plus tard. Elle essuiera à ce propos des critiques sévères qui alimenteront une sorte de légende noire à son sujet : mère absente, indifférente à la mort de l’un de ses enfants, qui parvient à exposer au Louvre grâce à ses relations amicales avec Pablo Neruda, etc. Dans son ouvrage, Ángel Parra revient à plusieurs reprises sur le côté hors-norme de sa mère qui se rebellait contre son destin de femme. Ainsi, il se souvient de sa relation de couple avec son propre père :

  • 13 Parra, Á., op. cit., p. 43.

Sa relation avec mon père l’étouffait, elle ne voulait rien de ce qu’il lui offrait. Fonder une famille, avoir une jolie maison, des enfants, la stabilité. Il avait un bon salaire. J’imagine ma mère fuyant avec effroi tout ce qui pouvait faire d’elle une maîtresse de maison rêvant d’accéder à la petite bourgeoisie. Un balai et un foulard sur la tête au lieu d’une guitare et de la liberté. Jamais13.

16Dans une interview il évoque également le féminisme de sa mère :

  • 14 V.o.scope, op. cit., p. 4 (notre traduction). « En aquella época, en Latinoamérica, había mucho mac (...)

À cette époque-là, en Amérique Latine, il y avait beaucoup de machisme, un héritage de la tradition judéo-chrétienne espagnole. D’où des viols, l’abus de pouvoir des patrons, la violence au sein de la famille… Très jeune, elle a été consciente de tout cela. Cependant, ce n’était pas une femme à défiler avec un drapeau mais avec sa guitare14.

17L’engagement de Violeta est en effet artistique et il se confond avec son émancipation. C’est par son travail acharné de chanteuse et de musicienne qu’elle est parvenue à sortir de la misère et c’est grâce à cet art populaire qu’elle poursuivra la voie qu’elle a choisie, comme le rappelle son fils Ángel :

Elle se rappelait à chaque instant l’histoire de sa mère et de ses frères et savait qu’elle pouvait aller de l’avant sans l’aide de mon père, une aide qui compromettait sa liberté.

  • 15 Parra, Á., op. cit., p. 174.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle était autonome, indépendante, libertaire. Le couple en général avait pour elle quelque chose d’essentiellement bourgeois, de commode. Elle me l’a fait sentir plus d’une fois. Elle appelait ça « dormir sur ses lauriers »15.

  • 16 Ibid., p. 81.

18Ses compositions naissent souvent de la rencontre décisive avec des femmes du peuple, autodidactes comme elle, qui lui transmettent les chansons du folklore mais aussi leurs coutumes ancestrales, comme celle de la veillée funèbre du petit ange. C’est une femme, Rosa Lorca, « matrone, chanteuse, reine de la cuisine et de l’alcôve16 » qui initie Violeta à cette cérémonie populaire ayant pour but de faciliter la montée au ciel du petit enfant décédé. D’après Ángel, cette rencontre a été décisive :

  • 17 Ibid., p. 87.

Si ce souvenir est aussi présent, cinquante-cinq ans plus tard, je peux imaginer l’impression produite sur ma mère. Sa vie en a été transformée. Elle est entrée en religion. Elle s’est donné pour tâche de sauver cet immense patrimoine pour le restituer au peuple. Par sa seule volonté. […] Rosa Lorca m’apparaît aujourd’hui comme le symbole de toutes les autres chanteuses que ma mère a pu côtoyer sur les routes du Chili. À partir de cette rencontre, personne n’a pu la détourner de son chemin17.

19En s’inspirant de cette expérience, Violeta crée l’une de ses chansons les plus célèbres, « Rin del angelito », interprétée par Francisca Gavilán dans le film lors d’une scène particulièrement saisissante.

20Dans plusieurs de ses chansons, Violeta évoque le sort des femmes du peuple, confrontées aux injustices, à la violence, à la misère, à la mort. Elle marque clairement sa solidarité avec elles et n’hésite pas à dénoncer leurs conditions de vie, qui ont été aussi les siennes, comme le souligne Ángel :

Mère fondatrice, en avance sur son temps, toujours en progrès et en mouvement. Les hommes craignaient cette force irrésistible avec laquelle elle a traversé la vie. Voilà pourquoi ils la freinaient, la faisaient poireauter et lui mentaient.

  • 18 Ibid., p. 39.

Les grands-mères, les mères et les fiancées, les rebouteuses et les matrones la considéraient comme l’une d’entre elles. Elle les représentait. Parce qu’elle osait dire la vérité en regardant droit dans les yeux, sans jamais les baisser. Elle était l’élément qui venait perturber les bureaucrates attendant tranquillement la retraite. Elle les dénonçait, les détestait et ils le lui rendaient bien. À cette occasion, elle allait constater, comme tant d’autres fois, qu’elle n’obtiendrait pas les moyens de mener à bien son travail18.

21L’une de ses chansons, « Yo canto la diferencia » naît ainsi d’une expérience vécue par Violeta, qui aide en urgence l’une de ses voisines mapuche, à accoucher dans la solitude et la pauvreté. Cette chanson prend alors l’allure d’un manifeste par lequel Violeta signe l’une de ses premières compositions :

  • 19 Ibid., p. 129.

Avec la naissance de cette petite fille, une immense compositrice est venue au monde, Violeta Parra ; elle a ouvert cette nuit-là les vannes de son talent pour les mettre au service du peuple19.

22La première strophe de la chanson ne laisse planer aucun doute, il s’agit pour Violeta de faire entendre sa voix afin de dénoncer une situation intolérable :

  • 20 Notre traduction. Le texte original est cité par P. Manns, Violeta Parra, Madrid, éd. Júcar, 1984, (...)

Je veux chanter à la chillaneja
si je dois prendre la parole
ma guitare ne doit pas servir
à me faire applaudir
mais à montrer la différence
entre le vrai et le faux
sinon je ne chanterais pas20

  • 21 Ibid., p. 127. Cette chanson s’achève par ces vers :

23Malgré le suicide de Violeta, sa voix ne s’est pas éteinte, au contraire. Et l’on peut dire que le succès du film au Chili n’a fait que raviver l’intérêt pour cette femme géniale, certes traversée par la souffrance, mais jamais victime. Le film s’achève évidemment par le coup de feu fatal, mais Andrés Wood choisit d’accompagner le générique de fin par sa chanson la plus célèbre, « Gracias a la vida21 », concluant ainsi par un hymne à la vie l’itinéraire exceptionnel de cette grande artiste.

Notes

1 Violeta se fue a los cielos, film d’Andrés Wood, Chili, 2011, 110 mn. Le film a été diffusé en France sous le titre Violeta.

2 Parra, V., Poésie populaire des Andes, traduit par Fanchita Gonzalez-Batlle, Paris, François Maspero, 1965.

3 Parra, V., Décimas, Santiago de Chile, Editorial Sudamericana, 1989.

4 Parra, V., Veintiuno son los dolores, Santiago de Chile, Editorial Aconcagua, 1978.

5 Crousse, N., « Le poignant destin de Violeta Parra », mis en ligne le mercredi 10 octobre 2012. Article consulté le 12/06/2016 à l’adresse http://www.lesoir.be/96562/article/culture/cinema/2012-10-10/poignant-destin-violeta-parra.

6 V.o.scope, supplément cinéma de la revue Vocable, consulté le 12/06/2016 à l’adresse http://www.crdp-strasbourg.fr/main2/arts_culture/cinema/documents/violeta.pdf (notre traduction). « La película era importante para que las nuevas generaciones supieran más sobre su lucha. La vieron unos 500 000 chilenos, y en las manifestaciones de los estudiantes de este año había pancartas donde se leía “Violeta no se fue a los cielos”. Era muy bello. »

7 Parra, Á., Violeta Parra, ma mère, traduit de l’espagnol par Bertille Hausberg, Paris, Écriture, 2011 [éd. originale : Parra, P., Violeta se fue a los cielos, Santiago de Chile, Catalonia, 2006].

8 Ibid., p. 40-41.

9 Graminiès, C., « Déconstruire le mythe ». Article consulté le 12/06/2016 à l’adresse http://www.critikat.com/actualite-cine/critique/violeta.html.

10 V.o.scope, art. cit., p. 4 (notre traduction). « La película no es una radiografía sino un todo basado en mis recuerdos infantiles. El filme es como un sueño, una idea lírica sobre alguien que, aunque ya no esté, ha dejado una obra palpitando entre nosotros. Ella sigue existiendo a través de sus canciones, de sus pinturas y de sus tapicerías, y nosotros, sus hijos, sus nietos, seguimos difundiendo este magnífico legado. Andrés Wood es un ser de una extraordinaria sensibilidad y él tomó este trozo de greda y con su talento lo fue modelando. Yo estaba a su lado para ayudarle a modelarlo tanto en la parte musical como en la corrección de los diálogos. »

11 Id. : « Desde un principio yo sabía que ella tenía que cantar porque eso le daba la autorización dramática para adueñarse de Violeta. Trabajé con ella dos meses, a razón de ocho horas diarias, para enseñarle a tocar el cuatro y el charango, e impregnarla de Violeta. Trabajamos con un disco antiguo para que su interpretación estuviese pegada a la de mi madre. Luego borramos la grabación anterior, y ella fue cantando como lo iba sintiendo. Cuando Andrés escuchó la grabación, no se lo podía creer. »

12 Entretien avec Ángel Parra par F. Margolin, livret de présentation du film.

13 Parra, Á., op. cit., p. 43.

14 V.o.scope, op. cit., p. 4 (notre traduction). « En aquella época, en Latinoamérica, había mucho machismo, herencia de la tradición judeocristiana española. De ahí las violaciones físicas, el abuso de poder de los patrones, la violencia intrafamiliar… Ella fue consciente de todo esto desde muy joven. No obstante, no era una mujer de andar con una bandera sino con la guitarra. »

15 Parra, Á., op. cit., p. 174.

16 Ibid., p. 81.

17 Ibid., p. 87.

18 Ibid., p. 39.

19 Ibid., p. 129.

20 Notre traduction. Le texte original est cité par P. Manns, Violeta Parra, Madrid, éd. Júcar, 1984, p. 169.

« Yo canto “a la chillaneja”

si tengo que decir algo

y no tomo la guitarra

por conseguir un aplauso.

Yo canto la diferencia

que hay de lo cierto a lo falso,

de lo contrario, no canto. »

21 Ibid., p. 127. Cette chanson s’achève par ces vers :

« Gracias a la vida que me ha dado tanto.

Me ha dado la risa y me ha dado el llanto. »

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search