Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Arts visuels et écritures littéraires

Ainsi soit Benoîte Groult : jeux et enjeux d’une « (auto)bio-graphique »

Cécile Meynard

Texte intégral

1Art Spiegelman, l’auteur de Maus (1992, prix Pulitzer), définit le roman graphique par le biais d’une boutade : « Un roman graphique est une bande dessinée qui nécessite un marque-page1. » Au-delà de l’humour, la réflexion est sérieuse, puisque le roman graphique est de fait plus long qu’une bande dessinée traditionnellement limitée par les quarante-six ou soixante-deux pages correspondant aux formats d’impression habituels. Mais un roman graphique ajoute aussi souvent une vraie ambition intellectuelle, littéraire et esthétique à l’association texte-image2, ce qui en fait un objet complexe. C’est le cas tout particulièrement des œuvres de Catel.

  • 3 Catel a inventé ce terme « bio-graphique », qui n’est pas encore tout à fait entré dans le vocabula (...)

2Notre objet d’étude, Ainsi soit Benoîte Groult, est plus hybride encore. Catel a publié chez Grasset ce « livre », classé le 6 novembre 2013 par la revue Télérama précisément – et sans doute faute de mieux – dans la rubrique « roman graphique ». Mais elle désigne elle-même comme une « bio-graphique3 » cette biographie associant texte et image selon les grands codes traditionnels de la BD. De fait, Ainsi soit Benoîte Groult est déjà un objet original par rapport au genre du roman graphique, en ce qu’il présente non une fiction mais la biographie en images et en textes de la grande écrivaine féministe et de ses combats. Mais nous verrons que d’autres éléments rendent cette œuvre inclassable. Alors, (nouvelle) forme artistique entre lisible et visible ? en-deçà ou au-delà de la littérature ? En tout cas, les lecteurs sont explicitement amenés à s’interroger sur les enjeux féministes mais aussi esthétiques de cette bio-graphique.

*

  • 4 « Quand Catel dessine la bio-graphique de Benoîte Groult », Féminitude, juin-juillet-août 2014, n°  (...)

3Interviewée par Féminitude au sujet des deux BD qui ont marqué le plus son adolescence, Catel répond : « Agrippine de Bretécher et Maus de Art Spiegelman. En un sens, je me situe entre les deux, entre l’humour et le grave, dans le réalisme simplifié en noir et blanc4. » Cette réponse permet aussi de placer Catel entre le féminisme décapant et déjanté de Claire Brétécher qui s’exprime sous la forme traditionnelle de la BD et l’engagement politique décalé d’Art Spiegelman, l’un des fondateurs du roman graphique.

4Catel s’est fait une spécialité des biographies en images de femmes extraordinaires et féministes à leur façon (Olympe de Gouges, Kiki de Montparnasse, et plus récemment Joséphine Baker). Comme ses autres bio-graphiques, les planches d’Ainsi soit Benoîte Groult, sont en noir et blanc, les couleurs étant réservées à la couverture, en l’occurrence du rouge et du jaune, couleurs vives en accord avec la dimension un peu provocatrice de l’image qui l’illustre : on y voit une Benoîte Groult hilare, qui pose debout dans son salon, en expliquant : « Je n’aime pas la BD. »

5Ainsi soit Benoîte Groult se distingue toutefois des autres bio-graphiques de Catel par plusieurs aspects. Tout d’abord, il s’agit du premier ouvrage qu’elle réalise en solo, assurant à la fois le « scénario » – même si le terme semble en partie inapproprié ici – et l’image. Ensuite, il s’agit de la bio-graphique d’une femme encore vivante. De fait, pour ses autres héroïnes, Catel avait pu retranscrire l’ensemble de leur vie, de leur naissance jusqu’à leur mort, mais en s’appuyant exclusivement sur de la documentation : dans le cas présent, le parcours biographique n’est pas achevé ; en revanche, cette situation un peu particulière lui a permis de multiplier les interviews de Benoîte Groult et même de nouer une relation amicale avec cette dernière, au point de partager certains événements importants de sa vie publique et privée. Elle parvient donc à restituer une image très familière d’une femme exceptionnelle prise dans sa vie de tous les jours. Catel le précise explicitement :

  • 5 « Quand Catel dessine la bio-graphique de Benoîte Groult », loc. cit.

En réalité, je me suis complètement éloignée de l’idée que je m’étais faite de mon projet. J’avais imaginé faire trois gros chapitres en trois entretiens, dans ses trois maisons (Doëlan, Hyères et Paris) et sur trois pans de sa vie (sa jeunesse, ses amours, la politique). Mais en vivant au côté de Benoîte, j’ai réalisé que tout ce qui se passait en dehors était aussi intéressant, voire plus, que ce qu’elle avait déjà raconté de sa vie dans ses livres, de façon romanesque ou documentée. J’ai compris qu’il fallait que je raconte tout ce que je partageais au quotidien avec elle5.

  • 6 Groult, B., Mon évasion, Paris, Grasset, 2008.
  • 7 Catel, Ainsi soit Benoîte Groult (désormais abrégée en ASBG), Paris, Grasset, 2013, p. 23. Toutes l (...)

6L’ouvrage est donc organisé en vingt chapitres selon une temporalité à la fois interne (récit de la vie de Benoîte Groult, en suivant globalement la chronologie, comme le fait l’écrivaine elle-même dans son autobiographie, Mon évasion6) et externe (dates du 28 mai 2008 au 5 juin 2013, depuis la première manifestation d’intérêt de Catel pour la biographie de l’écrivaine féministe, jusqu’à la résurrection du rosier « Benoîte Groult » narrée dans les dernières planches). Catel entremêle récit du passé lointain et récit du passé très proche, voire du présent (avec un double effet de reportage en direct et de mise en abyme quand elle se représente par exemple en train d’esquisser un portrait de l’écailler qui leur propose des huîtres, et qu’elle reproduit cette esquisse sur la même page (Illustration n° 17) : elle joue sur une temporalité et une structure narrative complexes.

Illustration n° 1. Planche n° 23 d’ASBG.

  • 8 « Quand Catel dessine la bio-graphique de Benoîte Groult », loc. cit.

7Elle précise aussi que « le fait d’approcher le personnage public et intime [lui] a permis de concevoir un portrait en puzzle, avec lequel [elle a] essayé de faire un livre complet et sensible8 ». Cette conception originale d’une biographie que l’on serait tenté de désigner comme « éclatée » permet ainsi non seulement de donner au lecteur à reconstituer le puzzle d’une vie, mais aussi de rendre mieux compte des multiples facettes de cette personnalité hors du commun.

  • 9 Groult, B. et F., Journal à quatre mains, Paris, Denoël, 1962.
  • 10 ASBG, op. cit., voir par exemple p. 210.
  • 11 Groult, B., Mon évasion, Paris, Livre de poche, 2010, p. 63.
  • 12 ASBG, op. cit., p. 79.

8Par ailleurs, autre originalité du projet, cette bio-graphique s’est construite en relation de fidélité, mais aussi de complémentarité consciente et intentionnelle, avec les récits que l’écrivaine a donnés de sa vie, que ce soit dans le célèbre Journal à quatre mains9, tenu avec sa sœur Flora pendant la Seconde Guerre mondiale, ou surtout dans son autobiographie parue en 2008, Mon évasion. Cette complémentarité est double : d’abord simplement chronologique, Ainsi soit Benoîte Groult prend en quelque sorte le relais de Mon évasion en prolongeant le récit de la vie de l’écrivaine jusqu’à l’année 2013 (date de parution du livre de Catel). Il s’agit donc pour la dessinatrice de montrer Benoîte Groult entre 2008 et 2013 dans sa vie quotidienne, ses engagements, ses activités féministes toujours intenses, son indépendance viscérale (à plus de quatre-vingt-dix ans, elle possède par exemple toujours sa petite voiture, qu’elle conduit comme un bolide10), le lien fort qu’elle entretient avec ses filles adultes, et plus généralement avec toute sa descendance, ses goûts (Catel consacre ainsi toute une page aux « objets auxquels Benoîte tient le plus dans sa maison de Beg-Roudou », ASBG, p. 223), etc. On trouve aussi au fil des pages des informations sur le présent et son lien avec le passé. L’écrivaine évoque ainsi son premier amoureux, qu’elle a revu seulement après la mort de son troisième mari, Paul Guimard, « un fils de paysans qui avait réussi à coups de bourses diverses à accéder à la Sorbonne, mais qui habitait chez sa mère, toujours revêtue d’un tablier, dans un pavillon à Vanves, adresse impardonnable11 » : Ainsi soit Benoîte Groult évoque avec tendresse ces amours qui ont résisté au temps, mais peuvent être compromises par des problèmes de santé (le rendez-vous est annulé parce que le vieil ami a une angine12).

  • 13 Groult, B., Mon évasion, op. cit., p. 80.

9D’autre part, la complémentarité se fait par l’éclairage de non-dits ou de zones d’ombre caractérisant les textes autobiographiques de Benoîte Groult. Certaines informations sur le passé n’étaient pas données – ou seulement de façon allusive – dans l’autobiographie, par exemple la relation amoureuse nouée avec François Mitterrand, alors que la planche de Catel est sans équivoque (ASBG, p. 157). Il en va de même pour l’évocation des relations amoureuses entre Nicole Groult, la mère de Benoîte, et Marie Laurencin, évoquées sur le mode hypothétique dans l’autobiographie : « Je suppose qu’avec Marie, elle a découvert la complicité, le plaisir entre femmes, pour lequel la société avait beaucoup d’indulgence à cette époque. On ne prenait pas cette forme d’amour au sérieux13. » Ces suppositions prudentes sont confirmées dans la transposition libre et explicite qu’en donne Catel, présentant Nicole Groult et Marie Laurencin épanouies dans le même lit, avec ce commentaire en voix off « L’amour féminin, c’était le plaisir sans la douleur. Nicole gérait… » (ASBG, p. 86). Autant d’informations oubliées ou omises auparavant par Benoîte Groult, jugées inopportunes alors, ou encore qui ne pouvaient être dites du vivant de Paul Guimard…

10La dernière spécificité de cette bio-graphique, par rapport à celles précédemment réalisées par Catel, est sa variété et sa richesse du point de vue graphique : de fait, on n’y trouve pas seulement des planches de vignettes comme dans ses autres bio-graphiques, selon le schéma traditionnel du genre de la BD. Catel exploite toute la diversité des vignettes contemporaines (avec ou sans cadre, larges, pleine page, etc.), et n’hésite pas à se libérer du système traditionnel des bulles entourant les paroles prononcées par un personnage ou ses pensées, en faisant intervenir la parole de l’écrivaine (ou les siennes), à la façon d’un narrateur en « voix off », au-dessus de la vignette, voire de la planche, ce qui est une pratique de plus en plus répandue dans la BD contemporaine (par exemple chez Enki Bilal), mais constitue aussi un clin d’œil à Bécassine, seule référence en matière de BD pour Benoîte Groult, et maintes fois mentionnée dans Ainsi soit Benoîte Groult. L’usage de cette « voix off » s’apparente par moment à la restitution d’un monologue intérieur, et introduit dans le format de la BD la dimension de récit qui en est le plus souvent exclue.

11Mais Catel va plus loin du point de vue iconique puisqu’elle insère aussi dans son livre différents types d’images : aquarelles (dont les originaux sont en couleur, comme en témoignent plusieurs photographies des carnets sur lesquels Catel les dessine14), esquisses ou dessins. Elle rend aussi par ses dessins hommage aux autres arts (reproduction de tableaux et œuvres d’art : tableaux et esquisses de Marie Laurencin (ASBG, p. 51), buste de Nicole Groult par Zadkine (p. 53 et 129), à l’artisanat (meubles d’André Groult, p. 54 et de Lison de Caunes, p. 246-247).

12Le souci d’exactitude et de réalisme est constant, et la bio-graphique s’apparente à une véritable enquête de journaliste, s’appuyant sur l’observation mais aussi sur une documentation fouillée, que Catel reproduit en images : photographies, pages de journaux (voir par exemple la représentation de la Une de Libération avec un extrait de l’article de Catel sur Benoîte Groult, ASBG, p. 18). Elle croque également des scènes en direct, au moment même où elle les voit, voire les vit. Par exemple, la restitution de l’émission d’Isabelle Giordano semble saisie sur le vif par des dessins griffonnés à la façon des illustrations de comptes rendus de procès à huis-clos (ASBG, p. 267-268). Elle reproduit des documents personnels de Benoîte Groult (le plus émouvant étant la reproduction de la dernière lettre de Kurt, l’amant américain (ASBG, p. 161), n’hésitant pas à les accumuler sur la page comme sur un bureau (voir par exemple les lettres échangées entre Benoîte et elle, littéralement reproduites en fac-similé p. 278-279, Illustration n° 2).

Illustration n° 2. Planches n° 278-279 d’ASBG.

13Même les supports d’écriture et de graphisme l’intéressent, comme les différents carnets de moleskine dans lesquels elle prend ses notes et crayonne ses dessins (voir par exemple p. 24-25, Illustration n° 3).

Illustration n° 3. Planches n° 24-25 d’ASBG.

14Du point de vue visuel, en recourant à des genres et styles différents, Catel prend beaucoup plus de liberté que dans les autres bio-graphiques : le contenu à la fois biographique et autobiographique et le mélange des styles iconiques font ainsi d’Ainsi soit Benoîte Groult un objet singulier, dont il convient maintenant d’analyser l’intérêt et les enjeux.

*

15De façon tout à fait évidente, cette bio-graphique donne à voir et à comprendre Benoîte Groult en posant sur elle un regard de journaliste menant une enquête, parfois tendre mais sans concession : Catel vise à restituer l’apparence, les caractéristiques physiques et l’expressivité de l’écrivaine, à tous les âges. L’absence de complaisance et l’objectivité parfois un peu cruelle de la dessinatrice sont soulignées par Benoîte Groult elle-même dans sa préface : « Je m’étais beaucoup servie de ma propre vie pour mes livres, et je pensais qu’il ne restait plus rien à glaner. Mais j’ai découvert une autre Benoîte et je peux dire que je n’y ai pas vraiment cru ! » (ASBG, p. 7) De fait, Catel met en scène aussi bien le charme et la classe de l’écrivaine que son dos voûté, ses trous de mémoire ou son caractère bien trempé. Mais surtout, elle raconte différemment sa vie. L’image, par sa dimension synthétique, permet, face à la linéarité des mots, de mettre sous les yeux du lecteur certaines informations sans s’appesantir dessus. La force visuelle immédiate de cette dernière permet de dramatiser le récit, ce qui est particulièrement frappant au moment de l’évocation du désespoir éprouvé par Benoîte Groult quand elle n’arrive pas à avoir d’enfant de Philippe, le jeune frère de Pierre Heuyer, son jeune mari mort d’une hémoptysie à vingt-trois ans :

Hélas, Philippe et moi n’avons pas réussi à forcer le destin. Moi qui ai été enceinte si souvent contre mon gré, cette fois-là, j’ai échoué dans ma tentative. Et, pour comble d’horreur, Philippe, le petit frère, qui venait d’avoir vingt ans, se faisait tuer quelques jours plus tard. C’était comme si Pierre mourait une deuxième fois. Et je n’oublierai jamais l’émotion de mon beau-père, me serrant dans ses bras le jour de l’enterrement de son deuxième fils et me murmurant à l’oreille : « tu portes peut-être tout ce qui restera de mes deux enfants. »

La vie est une salope, elle m’a refusé ce cadeau. Elle n’apprécie pas qu’on prenne trop de libertés avec elle. Elle me signifiait que mon histoire d’amour était close. Définitivement cette fois… Que j’étais deux fois veuve en quelque sorte. (Mon évasion, op. cit., p. 97)

16Catel condense ce drame personnel en deux vignettes qui disent autrement, mais de façon tout aussi efficace, le chagrin évoqué dans l’autobiographie (ASBG, p. 125, Illustration n° 4).

Illustration n° 4. Planche n° 125 d’ASBG.

17La vignette de droite, sans cadre, visualise le sentiment de solitude douloureuse de Benoîte Groult, dont le corps nu et blanc est représenté dans un cercle noir aux bords déchiquetés, et contraste ainsi brutalement avec la scène de funérailles représentées dans la vignette à sa gauche, avec de nombreux personnages en vêtements noirs sur fond blanc. Catel ajoute à cet effet de dramatisation en écrivant en majuscules les mots essentiels – « VEUVE », « ÉCHEC », « SALOPE » –, ce qui leur donne une très forte expressivité.

18Dans son livre, Catel procède aussi, en exploitant le potentiel de l’association texte/images, au réagencement du récit : elle n’hésite pas à reprendre les éléments importants de la vie de Benoîte Groult en les mettant en scène selon une composition différente de ce que cette dernière avait fait dans Mon évasion. Il en va ainsi de la planche mettant en scène l’épisode traumatisant et fondateur de la gifle donnée par Georges de Caunes à Benoîte. Dans Mon évasion, l’écrivaine en fait un récit ironique, à la troisième personne du singulier, comme pour mieux se mettre à distance de ce moi fragile et un peu lâche qui se laissa humilier par un mari machiste :

La scène se passait à Port-Manech, chez « les Paul » justement, au cours d’un dîner réunissant une dizaine d’amis. Georges était rentré du Groënland depuis un mois et avait oublié à quel point sa femme pouvait être… emmerdante quand elle croyait avoir raison. Il s’agissait du cheval de Caligula, ou de quelque autre détail concernant un empereur romain, et elle la ramenait un peu trop avec ses compétences historiques.

« Ah, pas de bas-bleuisme en vacances, je t’en prie ! » lui avait conseillé Georges, agacé.

Au lieu de s’écraser, elle prit feu, Georges aussi. Il s’était alors levé de table, et lui avait asséné une vraie gifle devant les invités sidérés. (Mon évasion, op. cit., p. 140-141)

19Par cette mise à distance froide et par le recours à l’antiphrase (elle feint presque d’adopter le point de vue du mari), elle évite tout pathos et tout effet de dramatisation dans sa dénonciation d’un scandale et amène habilement les lecteurs à prendre son parti. Mais elle fait suivre ce récit d’une apostrophe cinglante tout autant qu’apitoyée à la « pauvre Zazate » qu’elle était alors :

[…] Je me demande aujourd’hui, ma pauvre Zazate, comment cette gifle qui, sur le moment, te ferma la bouche, ne t’ouvrit pas les yeux ? Te restait, chevillée au cœur, ta volonté d’être heureuse, qu’un geste malheureux ne suffisait pas à désarçonner. Et puis les corps ne renoncent pas en un jour à leurs douces habitudes, les odeurs restent familières, les mots continuent à se dire, portés par le courant (loc. cit.).

20Sans justifier sa faiblesse d’alors, elle l’explique, et le dédoublement opéré, par le jeu des pronoms personnels « je » et « tu », entre le moi d’autrefois et celui d’aujourd’hui, lui permet de souligner l’importance de son évolution, de sa libération du corset des conventions et des habitudes. Elle suscite ainsi chez le lecteur un sentiment de compassion et de solidarité envers la femme violentée qu’elle a été. Mais l’on est surtout frappé par la lenteur et la complexité du processus de détachement de Benoîte Groult vis-à-vis de son mari. Le traitement que fait Catel de cet épisode est tout différent (Illustration n° 5).

Illustration n° 5. Planche n° 146 d’ASBG.

21En effet, contrairement au récit de Benoîte Groult, elle donne un rôle décisif immédiat à « l’incident ». Exploitant une fois de plus le principe de la voix off, elle relate très succinctement l’événement à la première personne du singulier, d’une voix neutre, presque blanche, en recourant à un présent de narration qui introduit une valeur très forte d’actualisation (ASBG, p. 146) : le triptyque de vignettes larges, scandé par le discours de Benoîte Groult en voix off, crée un effet d’accélération dramatique par rapport au texte et constitue ainsi une sorte de synthèse brutale d’une période de flottement assez longue. Mais, dans son infidélité, on peut voir une sorte d’hommage à la force de caractère insoupçonnée d’une jeune femme qui réussit à avoir la volonté de s’arracher au confort de la routine et de la sécurité – si désagréables soient-elles en l’occurrence – pour prendre son indépendance. Catel choisit en somme d’insister plus sur le courage de la rupture que sur l’apathie devant le comportement scandaleux de l’homme.

22À côté de cette vision renouvelée, complétée, parfois subjective ou du moins réinterprétée, de la vie de l’écrivaine, Catel a souhaité aussi relater une partie de sa propre vie, créant un effet de comparaison entre la femme féministe d’aujourd’hui et celle d’hier, et jouant des échos entre les genres de la biographie, de l’autobiographie et de cette forme originale qu’est la bio-graphique. Elle se met ainsi en scène dans son livre, indépendamment de la biographie de son écrivaine (Benoîte Groult n’est d’ailleurs pas toujours le personnage central du livre, et elle ne figure même pas dans plusieurs planches) : l’œuvre prend ainsi une dimension auto-bio-graphique affirmée. La première page s’ouvre d’ailleurs, non sur Benoîte Groult mais sur Catel elle-même, au moment où Libération lui commande une double-planche sur le sujet de son choix, suscitant chez elle à la fois un élan d’enthousiasme débordant et une grande angoisse sur le choix de la personnalité à présenter : Brétécher ou Groult ? Elle représente aussi en images son propre caractère, son physique, son expressivité, par exemple sa gêne et sa timidité lors de la première rencontre avec Benoîte Groult, mais aussi son tempérament affirmé : elle n’hésite pas à s’opposer à l’écrivaine, en particulier sur le sujet de la bande dessinée. La bio-graphique se fait ainsi de plus en plus personnelle, de plus en plus autobiographique, au fur et à mesure de l’avancement du projet. Dans la dernière partie du livre, on entre même dans le cercle familial de Catel : elle met en scène la rencontre de Benoîte avec sa sœur Brigitte, sexologue, ses parents, Jean et Christiane ; et le dernier chapitre, où Benoîte apparaît très peu, évoque les péripéties de la réception par Catel du rosier « Benoîte Groult », resté coincé cinq jours à la poste, et met en scène sa fille, Line, qui le plante en chantant « Rosa, rosa, rosam » (p. 234).

23Par cet entrelacement entre deux destins et deux portraits de femmes, Catel parvient ainsi à représenter une complicité féminine, par exemple en mettant en scène sans mots leurs larmes partagées quand Benoîte Groult lui montre la dernière lettre de Kurt, mais aussi leurs échanges de correspondance, leurs coups de téléphone : en ce sens, la bio-graphique constitue une belle illustration de la « sororité » défendue par Benoîte Groult (Mon évasion, op. cit., p. 301).

24Mais c’est aussi, bien sûr, une complicité féministe qui est représentée dans toute sa complexité. De fait, à travers la représentation double de la personnalité de l’écrivaine et de la sienne, la dessinatrice met en parallèle deux incarnations, deux générations, deux époques : Benoîte Groult en pantalon, chaussures plates, peu maquillée, face à Catel, la femme « libérée » d’aujourd’hui, y compris dans ses contradictions. Benoîte Groult critique les talons – qui abîment les vertèbres des femmes – et la dictature contemporaine de l’hyper-féminité, mais Catel n’hésite pas pour autant à lui rendre visite en femme fatale : talons, jupe et maquillage appuyé (ASBG, p. 16). La bio-graphique se fait même défense et illustration de la condition féministe, par exemple, quand, en pleine conférence de Benoîte Groult à l’Unesco sur le sujet du droit des femmes, Catel répond à un texto de sa fille en lui disant que c’est son père qui ira la chercher car c’est lui qui l’a en garde cette semaine (p. 34). La vignette représente le téléphone de Catel avec sa réponse, et au-dessus, les paroles de Benoîte Groult expliquant qu’Olympe de Gouges n’obtint qu’une chose malgré tous ses combats : « LE DROIT AU DIVORCE ». Par cet effet d’écho, Catel montre que, symboliquement, la femme d’aujourd’hui n’est plus simplement mère et épouse, elle peut exister par et pour elle-même, et se reposer sur son ex-conjoint pour un partage des tâches domestiques et pour l’éducation des enfants. Mais la dessinatrice, reprenant à son compte les indignations de Benoîte Groult, fait surtout de son livre un ouvrage militant en associant au poids des mots le choc des images, pour pasticher le célèbre slogan de Paris-Match, que ce soit pour donner à voir et à dénoncer les violences diverses exercées par la société sur les femmes (voir entre autres les planches consacrées à l’auto-avortement (ASBG, p. 142), ou à l’excision (ASBG, p. 175 et 176), mais aussi d’autres injustices, par exemple l’exposition coloniale de 1931 (ASBG, p. 68) qui illustre la bonne conscience du racisme français à l’époque, par le biais d’une vignette représentant des hommes, femmes et enfants noirs, à demi-nus, présentés sur scène dans une reconstitution approximative de leur village. Mais il est évident toutefois que le principal enjeu pour Catel, est de rendre compte des problèmes de la condition féminine en général à travers l’évocation de la vie de la femme d’exception qu’est Benoîte Groult. Cela dit, la bio-graphique pose également une question fondamentale : celle des enjeux et de la légitimité artistique d’un tel projet, au-delà de l’intérêt de son engagement.

*

25De fait, Catel participe sans aucun doute avec son livre à la création d’une nouvelle forme artistique, entre littérature et arts graphiques. Les jeux de mise en page et les effets iconiques et graphiques propres au genre de la BD lui permettent ainsi de restituer, sans forcément recourir aux mots, une atmosphère ou un état d’esprit particulier, en créant des effets d’échos symboliques, parfois très poétiques. Il en va ainsi de la mise en scène, en une séquence presque cinématographique, du récit du premier baiser échangé sur un bateau de pêche avec Paul Guimard. Cet épisode raconté dans Mon évasion est introduit d’une façon originale par Catel, via sa lecture par Olivier Nora, le directeur de Grasset, lors de la fête donnée pour les quatre-vingt-dix ans de Benoîte Groult (p. 84 et 85, Illustration n° 6).

Illustration n° 6. Planche n° 84 d’ASBG.

26Elle opère une jolie transition dans la vignette de l’éditeur vu de profil, lisant l’extrait de Mon évasion face à Benoîte Groult âgée, vers les images du souvenir raconté : des vaguelettes entourent le visage attendri de l’écrivaine comme si elle était progressivement gagnée par le flot du souvenir et rajeunissait à mesure du récit. Et Catel obtient un bel effet de parallélisme avec la vignette de la page suivante, présentant Benoîte de profil, avec le même sourire mais cinquante ans plus tôt, au moment du baiser, Paul remplaçant dans l’image Olivier Nora (Illustration n° 7).

Illustration n° 7. Planche n° 85 d’ASBG.

  • 15 Thierry Groensteen désigne de façon significative cette relation des vignettes entre elles, à la fo (...)

27La planche évoquant les amours de Benoîte avec Kurt est également très travaillée, induisant une lecture à la fois diachronique (en suivant la logique du récit) et synchronique (en considérant les vignettes et leur contenu dans leur relation visuelle avec les autres vignettes15) : ici, on observe une partition binaire entre côté droit et côté gauche de la planche, comme pour symboliser visuellement la double vie de Benoîte (p. 159, Illustration n° 8).

Illustration n° 8. Planche n° 159 d’ASBG.

  • 16 Groult, B., Les Vaisseaux du cœur, Paris, Grasset, 1993.

28Les deux vignettes du haut les montrent enlacés, habillés puis nus, tête en bas, avec un effet de tournoiement qui restitue assez bien l’espèce de frénésie amoureuse qui saisit les deux amants quand ils se retrouvent ; la vignette centrale large crée un effet d’écho symbolique entre les deux mains enlacées que l’on aperçoit à gauche dans la chambre et l’avion sur la droite, aperçu par la fenêtre, et qui, en rappelant le métier de Kurt, annonce la séparation proche ; et enfin la vignette basse, large, montre le retour de la jeune femme à la vie quotidienne (et à la création littéraire renouvelée par l’histoire d’amour interdite, puisque cette dernière lui inspire son roman le plus célèbre, Les Vaisseaux du cœur16) avec un nouvel effet d’écho entre la partie gauche de l’image, sur laquelle figure un Paul Guimard, assez morose en mari trompé, même s’il fait un compliment (« Les Vaisseaux du cœur est ton meilleur roman ») et la partie droite représentant une Benoîte radieuse, rêveuse, et qui ne répond pas à la question posée par son époux : « qui est ce marin pêcheur ? » : les trois images illustrent ainsi la parole de l’écrivaine qui surplombe en voix off cette dernière vignette (« Je suis une femme comblée : j’ai DEUX AMOURS. Complémentaires. Sans faire l’économie d’une certaine souffrance, je mesure mon bonheur. »).

  • 17 Comme le rappelle avec humour Jean-Luc Godard : « Mot et image, c’est comme chaise et table : si vo (...)

29Il s’agit bien d’exploiter toute la complémentarité entre texte et image plus que de relayer ou de remplacer l’un par l’autre17. De la même façon, les effets de zoom et de travelling qu’assure la juxtaposition des vignettes de formats différents et ceux des différents types de bulles entourant les paroles enrichissent également la signification du texte. La succession de vignettes larges et de vignettes en gros plan permet par exemple d’insister sur des détails qui prennent alors une valeur significative, comme dans la planche représentant Georges de Caunes qui tente de retenir par le bras sa « Chouquette » qui le quitte après la gifle : Catel ne présente symboliquement que le bras de Georges et celui de la jeune femme dont le reste du corps et le visage sont déjà hors du cadre de la vignette, comme pour rendre plus palpable la réalité de son départ (p. 146, voir ci-dessus Illustration n° 4). L’accumulation de bulles fragmentant dans la vignette centrale les nombreuses et vaines paroles de Georges pour dissuader sa femme de le quitter met particulièrement bien en scène son illusion de pouvoir continuer à dominer par les mots et son impuissance à y parvenir désormais, laissant la place au discours de Benoîte elle-même dans la vignette du bas.

30Catel joue surtout poétiquement de l’association entre différentes formes iconiques pour un surcroît de sens et d’effet sur le lecteur : l’on est frappé par l’hétérogénéité harmonieuse et l’inventivité de l’objet produit, livre hybride qui n’est en définitive ni BD, ni roman graphique, ni biographie, ni autobiographie, ni catalogue d’accompagnement d’une exposition d’aquarelles et de dessins de Catel, mais un peu de tout cela à la fois… Dans ce livre elle expose sa réflexion sur la relation entre texte et image mais surtout sur la question de la légitimité et de la valeur de la bande dessinée, et bien sûr plus largement, des romans graphiques, et du genre qu’elle invente, la bio-graphique ; et elle met aussi précisément en pratique ses théories. Elle relate au fil des planches l’évolution de son projet à travers le temps : partant de la double page « carte blanche » proposée par Alain Blaise dans Libé pour un « reportage dessiné » (titre de rubrique reproduit dans la bio-graphique, p. 18, avec un intéressant effet de mise en abyme), également qualifié de « reportage BD », elle fait en quelque sorte le récit de la façon dont elle va relever un défi : prouver qu’elle est plus qu’une simple « auteure de BD ». La réalisation de la bio-graphique est ainsi conçue comme une trajectoire, qui se fait parfois parcours du combattant face à une Benoîte Groult dubitative sur l’intérêt et la valeur littéraire et plus largement intellectuelle du projet de Catel. Elle affronte ainsi avec gentillesse mais fermeté la colère de la vieille dame quand cette dernière, comprenant un peu tard qu’elle a signé un contrat pour que la jeune femme réalise « une Bédé » sur elle (p. 103), lui affirme que ce genre est trop simpliste pour arriver à raconter sa vie (p. 126) ; elle recourt le plus souvent à l’humour pour démonter ses préjugés, par exemple quand Benoîte Groult estime que Brétécher est une « sociologue » qui a osé faire de l’humour au féminin et a ainsi « guéri bien des femmes de ce terrible esprit de sérieux qu’elles se croyaient obligées de cultiver », elle lui répond du tac au tac :

– Tu vois que la BD peut exprimer des choses ?
– C’est de la BD, Brétécher ? C’est plutôt des dessins avec du texte, non ?
– Oui, la BD c’est exactement ça !… ta mauvaise foi me fait bien rire ! (p. 199)

31De même, quand l’écrivaine craint d’être représentée « comme une sorte de Bécassine dont la vie défile dans des petites cases ? », elle souligne avec humour la différence majeure entre son projet et celui d’Émile Pinchon en 1905, qui, symboliquement, ne donnait le plus souvent pas de bouche à son personnage de bonne bretonne : « Ha ! Ha ! Tu es ma BENOÎTINE ! Mais contrairement à Bécassine tu as de grandes bulles pour t’exprimer ! » (p. 296-297).

32Benoîte Groult, malgré ses réticences, a tout de même participé au projet du livre, d’une façon d’ailleurs de plus en plus active et positive, en se prêtant d’abord au jeu des interviews et des rencontres, mais aussi en écrivant des commentaires sur les dessins, croquis et aquarelles de Catel (voir par exemple p. 26 ou p. 162). Plus précisément, Catel met littéralement en scène la conversion progressive de l’écrivaine, de la méfiance et du mépris envers la BD vers un aveu humble d’incompétence pour juger cet « art » et à une forme de respect vis-à-vis de ses qualités et de ses pouvoirs. Ainsi, lors d’une conversation dans le salon à Beg-Roudou, en Bretagne, l’écrivaine s’exclame : « La création est une forme de jeunesse. […] L’écriture est un cadeau. Toi, tu as le dessin. C’est une force ! la clé de notre liberté. Tant que tu pourras dessiner, tu resteras vivante » (p. 224, Illustration n° 9).

Illustration n° 9. Planche n° 224 d’ASBG.

  • 18 Elle s’écarte d’ailleurs par là d’une des caractéristiques propres au genre du roman graphique (qu’ (...)

33Ce commentaire en forme d’hommage est révélateur de son évolution. La dernière image de la planche est d’ailleurs une aquarelle, pratique courante dans cette bio-graphique où nombre de chapitres s’achèvent sur une illustration très travaillée, en rupture avec la ligne claire qui domine les planches, comme si Catel voulait rappeler régulièrement la dimension artistique de son projet18.

34Enfin, dans les dernières pages de sa bio-graphique, elle représente la réaction émue de Benoîte Groult devant l’ensemble des planches qu’elle a enfin sous les yeux : « C’est étrange de se voir dessinée… Ma famille, mes amours… C’est ton interprétation… tout est juste et pourtant différent ». (p. 318, Illustration n° 10).

Illustration n° 10. Planche n° 318 d’ASBG.

  • 19 Il s’agit bel et bien d’effets cinématographiques, déjà relevés par Umberto Eco en 1964 dans son es (...)
  • 20 « Quand Catel dessine la bio-graphique de Benoîte Groult », Féminitude, art. cit.

35La répartition de la parole de l’écrivaine en plusieurs bulles dans l’espace des vignettes, due en premier lieu à des raisons pratiques de répartition dans l’espace libre, semble reproduire visuellement le flux de la pensée exprimée en mots. De plus Catel joue de tous les effets de travelling, avant, arrière et circulaire19 : la planche commence avec un plan large sur le TGV où se trouvent les deux femmes avec un fort effet de perspective vers l’avant, un travelling avant faisant apparaître Benoîte, de face dans la deuxième vignette, puis un travelling circulaire, donnant à voir sur deux vignettes le profil d’une Catel ravie et Benoîte Groult de trois-quarts, puis l’inverse, suivi d’un travelling arrière en plongée qui permet de mettre en scène le train qui s’éloigne, pour finir sur le dessin en gros plan d’une page du carnet de Catel, avec une déclaration de Benoîte Groult – signée significativement du surnom de « Benoîtine » – qui vaut légitimation du genre de la bande dessinée : « La littérature et la BD ont des pouvoirs différents. » L’écrivaine finira d’ailleurs par s’associer explicitement au projet, évoquant « [leur] livre » devant les journalistes, comme le mentionne Catel avec amusement20.

*

  • 21 Marin, L., Des pouvoirs de l’image, Gloses, Paris, Seuil, 1993, p. 9.

36Le titre Ainsi soit Benoîte Groult ne doit pas être considéré seulement comme une boutade ou un clin d’œil par rapport au titre de l’ouvrage théorique fondamental de Benoîte Groult, Ainsi soit-elle (d’ailleurs déjà repris par l’écrivaine elle-même pour sa biographie Ainsi soit Olympe de Gouges), qui était lui-même une réponse féministe à l’acceptation chrétienne « Ainsi soit-il » (équivalent de « Amen »). En l’occurrence, il s’agit d’affirmer avec ce titre le souhait que Benoîte Groult advienne, se réalise pleinement : la bio-graphique apparaît peut-être ainsi comme le lieu idéal associant et texte et image pour que se reflète cette réalisation de soi. De fait, l’on assiste à une véritable interaction entre les images de Catel et le texte de Benoîte. Comme le note Louis Marin : « L’image traverse les textes et les change ; traversés par elle, les textes la transforment21. »

37Il faut conclure non sur le « mot de la fin », mais sur la « vignette de la fin », celle qui introduit la table des matières, avec un effet d’ouverture plein d’humour tendre : « Benoîtine » y est représentée, un peu effarée, en train d’ouvrir la porte aux héroïnes de BD (choisies parmi les plus féministes) dont le nom se finit de la même façon (Secotine, Agrippine, Joséphine et Tartine), ce qui d’une certaine façon, lui fait rejoindre leur bande à l’issue du livre : Benoîte Groult semble enfin devenue définitivement – et surtout avec son accord – un « personnage » à part entière de la bio-graphique de Catel.

Notes

1 Spiegelman, A., http://lewebpedagogique.com/1es1chato/tag/art-spiegelman/ (consulté le 18 mars 2017)

2 Benoît Peeters affirme ainsi que le roman graphique a un « auteur complet » ou un duo d’auteurs complets, la collaboration entre le dessinateur et le scénariste se pensant alors en terme d’échange et d’enrichissement mutuel (Peeters, B., Case, planche, récit, Paris-Tournai, Casterman, 1998).

3 Catel a inventé ce terme « bio-graphique », qui n’est pas encore tout à fait entré dans le vocabulaire, y compris chez Grasset, puisque la maison d’édition préfère, sur la première de couverture d’Ainsi Benoîte Groult, parler des « biographies graphiques » de Catel. À noter qu’Ainsi soit Benoîte Groult a reçu le prix Artemisia de la « BD féminine » en 2014, nouvelle preuve de ce flottement conceptuel.

4 « Quand Catel dessine la bio-graphique de Benoîte Groult », Féminitude, juin-juillet-août 2014, n° 32. Également disponible sur https://pourlinstant.net/2014/07/07/la-rencontre-catel-dessine-la-bio-graphique-de-benoite-groult/7juillet 2014.

5 « Quand Catel dessine la bio-graphique de Benoîte Groult », loc. cit.

6 Groult, B., Mon évasion, Paris, Grasset, 2008.

7 Catel, Ainsi soit Benoîte Groult (désormais abrégée en ASBG), Paris, Grasset, 2013, p. 23. Toutes les planches et vignettes sont reproduites avec l’aimable autorisation de Catel et des Éditions Grasset.

8 « Quand Catel dessine la bio-graphique de Benoîte Groult », loc. cit.

9 Groult, B. et F., Journal à quatre mains, Paris, Denoël, 1962.

10 ASBG, op. cit., voir par exemple p. 210.

11 Groult, B., Mon évasion, Paris, Livre de poche, 2010, p. 63.

12 ASBG, op. cit., p. 79.

13 Groult, B., Mon évasion, op. cit., p. 80.

14 On peut voir ces photographies des carnets sur le site de Catel : http://www.catel-m.com/ (consulté le 18 mars 2017) et sur le site de Pour l’instant : https://pourlinstant.net/2014/07/07/la-rencontre-catel-dessine-la-bio-graphique-de-benoite-groult/ (consulté le 18 mars 2017).

15 Thierry Groensteen désigne de façon significative cette relation des vignettes entre elles, à la fois chronologique et visuelle, par le terme de « tressage » (Groensteen, T., « Du 7e au 9e art : l’invention des singularités », Cinémaction, hors-série Cinéma et bande dessinée, Corlet/Télérama, Courbevoie, 1990, p. 16-28 ; et « Le réseau et le lieu : pour une analyse des procédures de tressage iconique dans la bande dessinée », in M. Rivière et J. Baetens (dir.), Temps, narration et image fixe, Rodopi, Amsterdam-Atlanta, coll. « Faux-titre », 2001, p. 117-129).

16 Groult, B., Les Vaisseaux du cœur, Paris, Grasset, 1993.

17 Comme le rappelle avec humour Jean-Luc Godard : « Mot et image, c’est comme chaise et table : si vous voulez vous mettre à table, vous avez besoin des deux ! » (« Ainsi parlait Jean-Luc, Fragments du discours d’un amoureux des mots », Télérama, n° 2278, 08 09 1993 ; cité par M. Joly, Introduction à l’analyse de l’image, Paris, Nathan/Sejer, 2004, p. 101).

18 Elle s’écarte d’ailleurs par là d’une des caractéristiques propres au genre du roman graphique (qu’elle illustre pourtant dans la plupart de ses planches) : dans ce dernier, comme le note Jan Baetens, « on renonce souvent au “beau style”, auquel on préfère un graphisme moins parfait, mais plus personnel, l’authenticité l’emportant sur le savoir-faire parfois soupçonné de froideur et de manque de profondeur (le fait que les sujets d’un roman graphique tendent à se centrer sur l’autobiographie ou l’autofiction ne fait évidemment qu’accroître cette propension au dessin plus rapide, plus direct, moins “joli”) » (Baetens, J., « Le roman graphique », in É. Maigret et M. Stefanelli (dir.), La bande dessinée : une médiaculture, Paris, Armand Colin, 2012. Accessible sur https://books.google.fr/books ?id =s-ZgOSTOei0C&pg =PT129&dq =roman+graphique&hl =fr&sa =X&redir_esc =y#v =onepage&q =roman %20graphique&f =false) [consulté le 18 mars 2017].

19 Il s’agit bel et bien d’effets cinématographiques, déjà relevés par Umberto Eco en 1964 dans son essai Lettura di Steve Canyon, à propos de la bande dessinée : « Dans la bande dessinée banale, pratiquement bi-dimensionnelle, on arrive à des constructions très élaborées, dans le contexte de la case, qui procèdent naturellement d’une attention sophistiquée prêtée aux phénomènes cinématographiques. Parfois, le goût du cadrage commande la main du dessinateur à tel point qu’il est conduit à des virtuosités inutiles en termes de message » (cité par Ian Gordon, dans son article : « La bande dessinée et le cinéma : des origines au transmédia », in É. Maigret et M. Stefanelli (dir.), La Bande dessinée : une médiaculture, op. cit.).

20 « Quand Catel dessine la bio-graphique de Benoîte Groult », Féminitude, art. cit.

21 Marin, L., Des pouvoirs de l’image, Gloses, Paris, Seuil, 1993, p. 9.

Table des illustrations

Légende Illustration n° 1. Planche n° 23 d’ASBG.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Illustration n° 2. Planches n° 278-279 d’ASBG.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Illustration n° 3. Planches n° 24-25 d’ASBG.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Illustration n° 4. Planche n° 125 d’ASBG.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Illustration n° 5. Planche n° 146 d’ASBG.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Illustration n° 6. Planche n° 84 d’ASBG.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87522/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Illustration n° 7. Planche n° 85 d’ASBG.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87522/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Illustration n° 8. Planche n° 159 d’ASBG.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87522/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Illustration n° 9. Planche n° 224 d’ASBG.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87522/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Illustration n° 10. Planche n° 318 d’ASBG.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87522/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr