Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Conclusion. Le choix des fidélités plurielles

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Issu d’une double filiation, celle du Centre universitaire catholique et celle de Pax Romana, le Centre catholique des intellectuels français définit sa voie par apports et rejets successifs. Si à l’origine, il est soucieux d’élever la culture religieuse au niveau de la culture profane, il choisit rapidement une voie plus réflexive. Ni mouvement ni école, mais carrefour de recherches, il devient alors le premier organisme catholique, de cette ampleur, à proposer un dialogue entre chrétiens et entre croyants et non-croyants. Cette création marque de ce fait une nouvelle et importante étape dans l’histoire du catholicisme et dans celle des intellectuels en affirmant la spécificité d’une catégorie d’intellectuels qui assument une double vocation : être d’authentiques penseurs et d’authentiques croyants.

  • 1 Jean-François Sirinelli rappelle que le spectateur engagé est trop souvent « interprété, à tort, c (...)
  • 2 Michel Foucault définira ces experts comme des intellectuels spécifiques, Dits et écrits, tome 3, (...)

2Profondément animé de l’esprit de présence au monde, le Centre catholique des intellectuels français n’envisage pas de ne pas inscrire son action dans la société. Pendant plus de trente ans, il devient, collectivement, un « spectateur engagé1 ». Il joue ainsi un rôle de plate-forme de l’intelligence, analysant largement les grandes mutations de la société française. S’il se désintéresse globalement de la vie économique – tâche assumée par les Semaines sociales – il sait, lors des grands bouleversements techniques du début des années 1960, en souligner non seulement les enjeux économiques mais également humains. Il saisit les principaux changements sociaux comme le montre l’intérêt porté à la sexualité, à la vieillesse ou à l’enseignement. Sur le terrain politique, il se fait plus discret mais, lorsque la morale l’exige, il prend la parole comme en témoignent les prises de position sur la décolonisation, le procès Rosenberg ou enfin la dictature brésilienne. C’est cependant la décennie 1950 qui marque l’apogée de cet intérêt pour l’agora lorsqu’il privilégie l’analyse du marxisme et de la construction européenne. En délaissant par la suite, cet engagement de type sartrien, le Centre catholique des intellectuels français reprend sa place originale au sein de l’intelligentsia en se présentant comme un centre d’expertise à usage interne (le catholicisme) et à usage externe (la société française2). Cette compétence scientifique le conduit naturellement à exercer une position sociale sans revendiquer un engagement strictement politique.

3Soucieux de manifester la réintégration définitive des catholiques au sein de la société française, le Centre est tout autant préoccupé par un engagement interne, au sein de l’Église, en cherchant à faire évoluer le regard de celle-ci sur le monde et en montrant l’aptitude du catholicisme à la modernité. Il œuvre à la reconnaissance par la théologie des nouveaux champs de recherche, qu’il s’agisse de la philosophie, des sciences humaines ou encore des sciences physiques ou biologiques, grâce à un effort original de transversalité et d’interdisciplinarité. L’équipe puise alors dans le monde de la recherche et de l’enseignement, mais aussi de l’entreprise et de l’expertise technocratique. Une bonne partie des représentants du corps social est donc sollicitée : universitaires, hauts fonctionnaires, dirigeants politiques ou syndicaux, journalistes. Sont d’abord invités certains réseaux traditionnels de la recherche confessionnelle : jésuites des Études et de Fourvière, dominicains de Saint-Jacques et de la Maison du Cerf, enseignants de l’Institut catholique de Paris et de Toulouse ; mais aussi certains espaces de sociabilité catholique laïque : proches de la revue Esprit, d’Économie et Humanisme, ou encore de la rue de Tournon. Grandes plumes catholiques comme intermédiaires culturels se côtoient ainsi au « 61 ». Si l’effort de dialogue entre courants du catholicisme est constant, l’équipe valorise cependant la ligne transigeante mais dans sa diversité. Cette première originalité s’accompagne d’une seconde : l’ouverture à l’intelligentsia non croyante. Dans un contexte intellectuel marqué fortement par l’exclusivisme, le CCIF choisit une autre forme d’expression intellectuelle, fondée sur le débat et l’accueil de l’altérité. Le dialogue constitue non seulement un chemin de reconnaissance – une sorte de légitimité intellectuelle des catholiques – mais tout autant un chemin de connaissance – l’autre participe à la purification de l’expression chrétienne. La radiographie intellectuelle qui a été élaborée souligne ainsi l’ouverture du Centre et sa puissance attractive. Elle montre également le laboratoire d’idées qu’il a été pendant près de trente ans.

4Se proposant d’être à l’interface du culturel et du religieux, les intellectuels catholiques subissent les contraintes consubstantielles à leur spécificité de croyants : ils doivent demeurer les fidèles enfants de leur mère l’Église tout en conservant leur autonomie et en prenant place dans l’élaboration de la doctrine catholique, domaine jusque-là réservé aux clercs. L’histoire du « 61 » est donc jalonnée de différends avec le Magistère romain : dès 1947, les soupçons pèsent sur le petit foyer ; en 1952, les premières critiques romaines se font entendre ; quatre ans plus tard, c’est le rappel à l’ordre : l’abbé Berrar est convoqué au Saint-Office. Cette crise anticipe donc d’un an celle qui secoue profondément le catholicisme français en 1957. L’histoire du CCIF est alors exemplaire puisqu’elle souligne à la fois l’intense activité intellectuelle des foyers confessionnels, la liberté de recherche dont ils ont pu bénéficier dans un premier temps, puis la montée des suspicions et le recours aux sanctions dans la décennie suivante. Cette évolution, qui correspond à celle des autres groupes catholiques français ouverts, montre le décalage entre une romanité largement imprégnée d’une vision intransigeante et soucieuse de rétablir l’ordre du Christ dans la société, fondée sur une vision pyramidale et hiérarchique et un catholicisme libéral, acceptant l’accélération de la sécularisation, manifestant l’originalité d’une pensée ouverte à l’altérité, valorisant la théologie de l’histoire et des réalités terrestres, soucieuse de manifester les valeurs du monde profane. Le Centre catholique des intellectuels français fait donc le choix du pluralisme dogmatique et philosophique et établit, bien avant que le Magistère n’en fasse son discours officiel, le dialogue avec les autres formes de pensée. Il contribue à la prise de conscience d’un nécessaire aggiornamento et réussit ainsi à éloigner durablement les catholiques d’une vision intransigeante et à accepter un nouveau rapport à la société.

  • 3 Pierre Colin, « L’inachèvement de la crise moderniste », dans Recherches de science religieuse, ja (...)

5L’histoire du CCIF souligne enfin l’épanouissement d’une figure plus complète de l’intelligentsia catholique. Laïc ou ecclésiastique, philosophe, historien ou scientifique, tous participent au même degré au renouvellement de la pensée théologique. Ce foyer permet ainsi à des laïcs de jouer un rôle de théologiens en veston comme il aide les clercs à sortir de leur milieu propre pour se confronter à d’autres formes d’intelligence et de rapport à la vérité. Le CCIF gère ainsi le hiatus entre autonomie et identité collective en constituant un « rempart efficace contre le retour de la crise moderniste3 ».

  • 4 Étienne Fouilloux, « Chrétiens en mai 1968 », art. cit., p. 264-265.
  • 5 Voir sur ce point le dernier numéro de la revue Esprit : « Splendeurs et misères de la vie intelle (...)

6Obéissants au réel, les intellectuels catholiques du « 61 », subissent les mêmes soubresauts que les autres clercs. Mais, dégagés de tout philo-communisme, le choc de 1956 puis, presque vingt ans plus tard, celui de L’archipel du Goulag ne les déstabilisent pas. Les deux épisodes ne font que confirmer leur analyse du système soviétique et de la pensée marxiste. En revanche, comme le reste de l’intelligentsia, ils sont frappés par les désordres nés du processus de la décolonisation qui durcissent les clivages préexistants, puis paient un lourd tribut à la crise intellectuelle du début des années 1970, lorsque le modèle du clerc est détrôné par l’invasion de nouveaux modes d’information et de consécration. Entrant dans « les basses eaux mythologiques », ils doivent également répondre à une crise strictement interne liée à l’implosion du catholicisme occidental. L’accélération que constitue le développement de la technique, puis l’amplification de la sécularisation dans la société – perçue comme la phase ultime de la modernité – déstabilise profondément l’intelligentsia catholique. Résolument optimiste sur le monde profane, celle-ci répond difficilement au pessimisme d’une génération qui critique les formes qu’a pu prendre la modernité : colonialisme, sous-développement ou encore surarmement. La théologie de l’humilité, de l’enfouissement, du dépouillement qui s’épanouit alors se développe en dehors de ses cadres4. Lorsque le dialogue fraternel fait place à l’affrontement conflictuel, la méthode du CCIF apparaît obsolète. Pour résoudre cette crise l’équipe confessionnalise avec un certain excès ses thèmes de réflexion. Ce choix, s’il est finalement attendu par le public catholique comme par la hiérarchie, enferme le Centre dans une problématique plus restrictive. Cela est d’autant plus dommage que les échappées du CCIF en terrain laïc prouvent la valeur de la réflexion des chrétiens et la pertinence des questions posées en termes d’éthique ou encore de régulation internationale. De fait, nés d’un double déblocage franco-romain, les intellectuels catholiques disparaissent plutôt en raison du retour d’un blocage romain5.

  • 6 C’est en 1999 qu’a été fondée l’Association des scientifiques chrétiens pour « […] favoriser les r (...)
  • 7 Le président de Confrontations, Renaud Sainsaulieu, dans un bilan avoue des moyens modestes et une (...)
  • 8 Langages et cultures, RD 88, mars 1978.
  • 9 Gérard Defois, « De l’action catholique aux communautés nouvelles », la « socialisation » catholiq (...)

7Malgré la création de l’Association des philosophes chrétiens et celle des scientifiques chrétiens, l’œuvre du CCIF n’a pas véritablement été prolongée. Certes, leurs organisateurs sont d’anciens fidèles du « 61 » : le scientifique Jacques Arsac et le philosophe Francis Jacques participaient l’un et l’autre au comité de rédaction de Recherches et Débats6, mais ces nouveaux espaces de réflexion veulent surtout rendre possible et visible la pensée catholique. Ils ne font pas du dialogue avec l’intelligentsia laïque la base de leur réflexion. Quant à Confrontations qui a succédé officiellement au Centre catholique des intellectuels français en 1978, elle a d’abord privilégié certaines pistes : la démocratie, l’Europe (avec de nombreux contacts noués avec des intellectuels de l’Est) mais ses travaux ont toujours connu une modeste diffusion7. C’est en réalité l’Institut catholique de Paris qui, à travers ses colloques et sa formation continue, prolonge la tâche menée par le Centre. Cette forme de « filiation » avait d’ailleurs été affirmée dès 1976 lors de la publication par Recherches et Débats d’un colloque organisé par le doyen de la Faculté de philosophie de l’Institut catholique de Paris, l’abbé Colin, sur « Langages et cultures8 ». Mais ce sont désormais principalement des clercs qui pensent, et c’est au sein d’une institution universitaire, avec l’étroitesse que cela comporte pour la réflexion globale sur la société, que celle-ci s’accomplit. De la même manière, l’association ALETHE qui s’est constituée en marge de l’Institut catholique de Paris pour développer plus librement le dialogue avec la modernité philosophique est animée par deux ecclésiastiques : l’abbé Lafon et l’abbé Delzant. Le grand objectif du CCIF avait été au contraire de donner toute sa place au laïcat au sein de la réflexion théologique. L’histoire du catholicisme depuis les années 1980 est donc marquée par la cléricalisation de l’intelligence catholique. La présence au monde qui reste une exigence pour le catholique – la stratégie d’intégration ne concerne plus autrui mais lui-même dans une société qui se construit en dehors de lui9 – peut-elle s’exprimer principalement à travers la voix cléricale ? La question reste posée.

8L’histoire du CCIF telle qu’elle a été faite ici s’est voulue, avant tout, une histoire des idées et une histoire des hommes et de leur itinéraire intellectuel. Certains animateurs ont joué un rôle très important par leur présence active. Madeleine Leroy, les abbés Berrar et Biard, François et René Bédarida, Étienne Borne, le père Dubarle, Paul Germain, Jean-Louis Monneron et René Rémond sont de ceux qui ont largement donné de leur temps et de leur disponibilité sans compter, remettant à plus tard pour certains leur œuvre majeure. Ils ont indéniablement permis le développement d’une aventure collective menée avec ardeur et conviction.

Notes

1 Jean-François Sirinelli rappelle que le spectateur engagé est trop souvent « interprété, à tort, comme l’apologie de la tour d’ivoire. Le spectateur est celui qui délibérément prête attention au monde qui l’entoure et non celui qui, par indifférence ou désinvolture, laisse planer son regard ou se contente d’ironiser.La parole argumentée et publique est action », Deux intellectuels dans le siècle. Sartre et Aron, op. cit., p. 115.

2 Michel Foucault définira ces experts comme des intellectuels spécifiques, Dits et écrits, tome 3, 1976-1979, Gallimard, 1994, p. 112-113.

3 Pierre Colin, « L’inachèvement de la crise moderniste », dans Recherches de science religieuse, janvier-mars 2000, p. 84. Cet article rejoint notre position en traitant le sujet philosophiquement.

4 Étienne Fouilloux, « Chrétiens en mai 1968 », art. cit., p. 264-265.

5 Voir sur ce point le dernier numéro de la revue Esprit : « Splendeurs et misères de la vie intellectuelle », mars-avril 2000, p. 1-253.

6 C’est en 1999 qu’a été fondée l’Association des scientifiques chrétiens pour « […] favoriser les relations de la science et de la foi en vue de l’épanouissement de l’homme », « Éditorial », dans Association des philosophes chrétiens, cahier 26, p. 2.

7 Le président de Confrontations, Renaud Sainsaulieu, dans un bilan avoue des moyens modestes et une visibilité faible, Confrontations. Doutes et convictions de chrétiens d’aujourd’hui. Activités 1997-1998, 1998, 191 p.

8 Langages et cultures, RD 88, mars 1978.

9 Gérard Defois, « De l’action catholique aux communautés nouvelles », la « socialisation » catholique dans une société dite « sécularisé en France », dans Mélanges Jacques Gadille, op. cit., p. 356.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540