Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Épilogue. La naissance de Confrontations (1975-1979)

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 René Rémond à Pierre Toulat, 2 mai 1967, p. 4.

« L’intelligence est un devoir et une vertu1 »

Ironique histoire

  • 2 François Dosse, Le chant du cygne, op. cit., p. 323.
  • 3 François Hourmant, Le Désenchantement des clercs, figures de l’intellectuel dans l’après-Mai 1968, (...)
  • 4 Idem, p. 69.
  • 5 Cornélius Castoriadis, « Les Divertisseurs », dans Le Nouvel Observateur, 20 juin 1977, repris dan (...)

1Le milieu des années 1970 se définit par le retour philosophique du sujet, par la contestation du paradigme structuraliste et marxiste, et enfin par l’arrivée des « Nouveaux Philosophes » qui expriment leur mea culpa politique (communiste ou gauchiste). Inévitable décalage : lorsque se ferme brutalement l’ère althussérienne en 19752, le CCIF propose des cours sur sa pensée. Au moment où se développe un véritable « Munich intellectuel », le « 61 » disparaît de la scène publique dans l’indifférence générale. À la fin de l’été 1973 se développe l’affaire Soljénytsine qui divise les intellectuels3. Alors que la revue Esprit choisit de se positionner sur un front antitotalitaire « indissociable de la prise en compte de l’idée démocratique4 », le CCIF s’enferme dans des choix confessionnels. En 1977, une polémique autour des « Nouveaux Philosophes » se développe : le nœud porte alors sur l’illégitimité de ces jeunes penseurs « divertisseurs » qui s’approprient la lutte antitotalitaire sans réellement en faire l’analyse5. Le CCIF ne participe pas à cette réflexion sur l’engagement et sur le rôle de l’intelligentsia française car il a disparu.

  • 6 Gérard Cholvy, « 1975 : tournant spirituel et intellectuel », dans Revue des Deux Mondes, mai 1996 (...)

2Paradoxalement ces années 1975-1976 manifestent les frémissements d’un renouveau catholique. Mais ce renouveau se formalise en des mouvements plus attestataires, moins soucieux d’apporter à la société une touche originale que de se retrouver ensemble. La réorganisation du catholicisme se fait autour de pôles bien étrangers au Centre : Communio, les charismatiques, les mouvements scouts ou encore les Silencieux6. La création de la revue Communio en langue française, au moment même où le CCIF disparaît n’est pas un hasard de chronologie. Il y a ici un véritable transfert d’une partie de la jeune génération intellectuelle catholique vers un nouveau type d’engagement. Le liminaire de la nouvelle revue constitue l’envers en quelque sorte de la problématique qu’a incarnée le CCIF pendant près de trente ans :

  • 7 Liminaire, premier numéro, 1975. C’est au domicile du père Daniélou le 16 mars 1974, en la présenc (...)

« Le danger est réel de s’enfermer dans une expérience illimitée, ou bien de se contenter de l’analyse ambiguë des « faits de vie », ou encore de réduire la charité évangélique à une pratique de solidarité humaine. Nous voudrions donc replacer l’urgence des problèmes locaux dans l’exigence première de la communion, qui fait que chaque personne, chaque communauté est catholique, et que chaque réponse est articulée de manière cohérente7. »

3Communio, c’est alors d’une certaine manière le « Benda catholique » qui stigmatise la trahison de clercs qui ont quitté le champ du savoir pour l’insertion dans le lit du temporel. La jeune génération qui s’investit dans l’aventure (l’abbé Dagens, Rémi Brague, Jean Duchesne, Jean-Luc Marion) est affirmative, plus spirituelle, plus intransigeante. Elle ne souhaite pas que l’Église se définisse par les réponses qu’elle donne aux questions de son temps, mais par un message révélé qu’elle doit manifester. Elle récuse l’engagement tel que les intellectuels catholiques du « 61 » l’ont vécu pendant trente ans et recherche davantage la spéculation métaphysique. Quant aux plus anciens, ils trouvent dans cette revue la possibilité de réaffirmer leur foi dans une Église en crise : c’est le cas de Claude Bruaire ou du cardinal Daniélou qui ont été l’un et l’autre des fidèles du « 61 ».

  • 8 Lettre de René Rémond à André Aumonier, 3 octobre 1975, p. 1.
  • 9 « Dossier hiérarchie, 1964-1975 », carton 28, AICP.

4En 1975, le Centre est confronté à une grave crise financière8 et le don généreux de Paul VI (100 000 francs)9 ne suffit pas à le renflouer. Devant cette situation l’équipe décide le redéploiement du Centre sous une nouvelle étiquette.

Les Semaines sociales : le contrat équivoque

  • 10 « Protocole d’accord », p. 2, ARMA.

5Le CCIF rédige une plate-forme et un protocole pour des interlocuteurs potentiels. Ce rapport de cinq pages pose plusieurs questions fondamentales : raisons de survie, objectifs concrets à poursuivre, moyens. Il souligne également que la priorité doit être le dialogue : faire dialoguer des croyants entre eux et faire dialoguer des chrétiens avec ceux qui estiment avoir quelque chose à leur dire10. Il rappelle enfin la nécessité d’entretenir un vivier où il sera possible par la suite de puiser pour continuer la fonction enseignante de l’Église. Face à ce Munich intellectuel catholique, il s’agit de rester debout pour participer à un renouveau formel (rendre de nouveau possible la parole raisonnée sur la foi) et à un renouveau intellectuel.

6Le CCIF se propose donc de prendre contact avec la Paroisse universitaire et les Semaines sociales afin de constituer entre les personnes (et non les institutions) un nouvel organisme. La mise en place de cette proposition signe l’arrêt de mort du Centre catholique des intellectuels français :

  • 11 Idem.

« Quel que soit le sort réservé au CCIF, il faut considérer que le processus engagé est irréversible. Dans ces conditions, la fonction principale de l’équipe consiste, en dehors de la gestion des affaires courantes, à engager et à mener à bien les négociations visées ci-dessus. Si ces négociations aboutissent favorablement, la relève se trouvera assurée d’elle-même, en cas d’échec, l’équipe du CCIF est hors d’état d’assurer seule, avec les moyens limités dont elle dispose, les fonctions définies par la plate-forme. Comme il est exclu de continuer sur la lancée antérieure, il appartiendra alors à l’équipe de tirer les conséquences de cette situation en assurant, dans les moins mauvaises conditions possibles, la liquidation du Centre. En raison des impératifs financiers, le choix entre les deux solutions ne pourra être différé au-delà du 1er février 197611. »

  • 12 En 1974, le bureau rassemble Alain Barrère (président), Alfred Michelin et Jean Rivero et Henri Th (...)
  • 13 Voir à ce propos Philippe Lecrivain, « Semaines sociales de France », dans Catholicisme et son art (...)
  • 14 Lettre circulaire du 17 novembre 1973, p. 1, carton Semaines sociales, AICP.
  • 15 « Projet de travail pour deux ans », carton Semaines sociales 2, n° 8, AICP.

7Dès ses origines, le Centre avait entretenu des contacts privilégiés avec certains membres des Semaines sociales12. Joseph Folliet, son secrétaire général, était ainsi un des fidèles intervenants du « 61 ». Le projet de fusion intéresse d’autant plus les Semaines qu’elles connaissent depuis le milieu des années 1960 des difficultés13. Depuis 1973, Alain Barrère et son équipe avait entrepris un temps d’études pour déterminer de nouvelles voies possibles14. L’équipe se donnait alors deux ans pour faire le point15. Deux ans plus tard, la situation ne s’était pas améliorée :

  • 16 30 octobre 1975, 1 page.

« Le week-end des Semaines sociales s’est continué dans une atmosphère presque dramatique. À un moment, j’ai cru que toute l’équipe allait démissionner. Autant je crois qu’il faut procéder à des renouvellements, d’ailleurs difficiles, autant je ne crois pas qu’il faille tout mettre en l’air16. »

  • 17 Lettre circulaire, janvier 1978, p. 1, « dossier 5 », archives Confrontations, ARMA.
  • 18 « Projet », p. 9, « dossier 5 » archives Confrontations, ARMA.
  • 19 Les deux interventions sont publiées dans RD 89, La société désorientée, juin 1978, Paul Thibaud, (...)

8Ceux qui avaient incarné un catholicisme de présence, au service de la société, vont donc se retrouver pour prolonger ensemble cette ligne. En décembre 1975, des membres des deux groupes se retrouvent pour établir un projet commun et déterminer précisément tous les problèmes concrets : locaux, secrétariat, organe de diffusion, finances. Le 20 mai 1976, la fusion des deux groupes est annoncée. En avril 1977, différents groupes de travail sont constitués. « Chances et limites d’une société de consommation », « L’articulation entre le discours et la pratique politique », « Vie quotidienne et vie privée », « La foi chrétienne dans la société actuelle », « Les nouvelles déterminations sociales et culturelles du travail », « Hommes et femmes » sont les thèmes proposés par Jean Baboulène, Jacques Antoine, André Astier, Michel Coloni, Jean-Pierre Duport, Christian Join-Lambert, Pierre Mayol, Marcel Merle, Jean-Louis Monneron, Joseph Musseau, Bernard Porte et Jacques Poulet-Mathis. En octobre 1977, cent vingt personnes se rassemblent parmi les trois cents qui avaient répondu positivement au questionnaire du printemps et tiennent « L’assemblée constitutive de Confrontations17 ». Lors de ce week-end, la nouvelle équipe fait appel à deux intellectuels dont les « réflexions sont en rapport étroit avec les hypothèses de travail sur lesquelles s’appuie Confrontations18 » : Paul Thibaud, le nouveau directeur d’Esprit et l’abbé Maurice Bellet19.

9Un bulletin de liaison naît en novembre 1977. Un cahier – fruit du premier travail commun – paraît sous le titre Inégalités, travail et changement. Ce sera le seul. Brutalement, un an après le lancement de Confrontations, les Semaines sociales décident de reprendre leur indépendance.

L’échec de la fusion

  • 20 Compte rendu du 4 novembre 1978, 7 p., carton Semaines sociales 2, AICP.

10Dès le départ, les objectifs n’avaient pas été suffisamment définis : pour le « 61 » l’expérience commune devait se substituer entièrement au CCIF et aux Semaines sociales ; pour ces dernières, la fusion apparaissait davantage comme un moyen de renouveler chaque groupe. De fait, Alain Barrère explique ce désengagement par la lecture trop exclusivement culturelle des faits de société et par une insuffisance accordée aux problèmes sociaux20. Du côté du « 61 » c’est l’étonnement et la déception :

  • 21 René Rémond à Alain Barrère, 28 novembre 1978, p. 1, « dossier Semaines sociales-CCIF 1978 », arch (...)

« L’équipe du CCIF regrette que tout n’ait pas été fait pour assurer le succès de l’expérience. Elle craint que le retrait des Semaines sociales ne compromette son développement et elle redoute que la dispersion des efforts et des moyens entre plusieurs institutions n’aboutisse en définitive à la dispersion de toutes. Pour ces mêmes motifs le CCIF […] n’entend pas revenir sur l’engagement pris à l’égard de Confrontations pour la durée précitée21. »

  • 22 La dernière session consacrée la responsabilité sociale des chrétiens a rassemblé en novembre 1999 (...)

11Les Semaines sociales vont alors organiser des sessions régionales sous l’impulsion de Georges Hahn à partir de 1980 et, en 1987, de Nouvelles Semaines sociales sont constituées pour « Repenser le social » dans « la dynamique des droits de l’homme ». Pari gagné : les Semaines sociales ont retrouvé un public et ont réussi à faire entendre de nouveau la voix de certains intellectuels catholiques au sein de la cité, au rythme d’une session de travail et de réflexion tous les deux ans, puis annuelle22.

12Le CCIF choisit de continuer seul l’expérience de Confrontations qui se donne pour but de :

  • 23 « Statuts », archives « Confrontations », ARMA.

« […] favoriser la rencontre de personnes ou de groupes différents par leurs convictions, leurs milieux, leur éducation ou leurs responsabilités afin de mener une réflexion approfondie sur les problèmes posés par les mutations religieuses, psychologiques, sociologiques, culturelles, économiques, politiques de notre temps- et faire connaître les résultats de ces rencontres en France et à l’étranger, en liaison avec les autres institutions ou organismes préoccupés des mêmes problèmes23. »

  • 24 La première équipe animatrice est composée de René Rémond, Jean Baboulène, Jean-Louis Monneron, Ma (...)
  • 25 Le 2 décembre 1983, l’équipe réunit ainsi Jean Greisch, Michel de Certeau et Pierre-Jean Labarrièr (...)
  • 26 Recherches et Débats cesse d’être imprimé par Le Centurion en juillet 1983, les travaux du groupe (...)

13Le 21 mai 1979, l’association « Confrontations, société, culture et foi » est déclarée à la préfecture. Jean-Louis Monneron en prend la présidence, Suzanne Villeneuve devient secrétaire et Joseph Musseau, trésorier24. De 1978 à 1979, date de la déclaration à la préfecture, c’est le CCIF qui continue donc le travail. Un premier cahier consacré en mars 1978 à « Langages et cultures » est le résultat d’un colloque de la Faculté de philosophie de l’Institut catholique de Paris dont le doyen est alors l’abbé Pierre Colin, un ami fidèle du Centre. En juin 1978, paraît un second numéro sur La société désorientée. Jusqu’au milieu des années 1980 le travail de Confrontations sera fait dans le prolongement de celui du Centre catholique des intellectuels français25. Par la suite, sociologues, politologues et journalistes animeront l’équipe de direction et orienteront le foyer vers un questionnement plus d’actualité26.

  • 27 C’est avec ces principes que Roger Aubert définit en partie les traits de la génération théologiqu (...)

14C’est donc à partir de 1970 que le CCIF a subi de plein fouet la crise qui traverse le catholicisme en concentrant toutes ses divergences. Il reflète, de façon exemplaire, la division des catholiques et leurs difficultés à communiquer. Par son incapacité à se prolonger dans les nouvelles problématiques, il manifeste l’éclatement du catholicisme français, la montée de l’intransigeance et d’un certain manichéisme. C’est donc davantage sur le rapport à la crise confessionnelle que se consomment les ruptures que sur son inadéquation à la culture du temps. Tout en ayant pris acte des nouveaux enjeux qu’incarnait la théologie post-conciliaire (dépassement de l’existentialisme, avènement des sciences humaines, sécularisation et déchristianisation27), le CCIF n’a pas réussi à proposer un discours cohérent et ne peut véritablement s’appuyer sur la théologie qui en ces années est une « theologia quaerens ».

  • 28 François Hourmant, op. cit. p. 194.
  • 29 Idem, p. 248.

15La division des animateurs sur les orientations du Centre à partir de 1972 manifeste en outre la déchirure du tissu chrétien : la nouvelle génération se refuse à une théologie équilibrée qui lui paraît neutraliser tous les conflits. L’impossible renouvellement générationnel conduit le Centre à s’épuiser, puis à disparaître à un moment où sa méthode intellectuelle s’affirme peu à peu dans la sociabilité intellectuelle laïque. La fin de la décennie 1970 se manifeste en effet par un décloisonnement de la vie intellectuelle qui s’exprime lorsque la gauche antitotalitaire et la nébuleuse aronienne signent le Manifeste du CIEL dans le journal Le Monde du 27 janvier 197828. En 1979, Esprit appelle à « penser avec d’autres », à « débattre avec ceux qui ne sont pas membres attitrés de la tribu29 ». En dépassant la crise confessionnelle qui la secoue, Esprit devient un élément important dans la redéfinition des intellectuels, le CCIF, au contraire, ne fait plus entendre sa voix, alors qu’il a concrétisé pendant les décennies précédentes un intellectuel, en dialogue avec d’autres, refusant toutes les formes de « terrorisme intellectuel ».

  • 30 Christian Duquoc, art. cit., p. 1055.

16Si le CCIF n’a pas réussi à juguler la crise, il reste que ces années de difficultés n’ont pas été pour autant des années de vide intellectuel. Le souci du dialogue et de la modération dont il a su faire preuve est au contraire exemplaire d’un certain type de catholiques qui ont voulu incarner la voie moyenne et qui n’ont pas cru que tout était politique. Démissionnaires pour la droite catholique, insuffisamment ouverts pour la gauche, ces intellectuels n’ont plus leur place dans un monde manichéen. Ces catholiques sont d’autant mis au ban qu’ils ne contestent pas l’institution ecclésiale, ils refusent en outre la voie du vécu non épaulée par une réflexion intellectuelle. Leur foi s’exprime par une démarche de vie (que manifeste leur souci de porter un regard sur le monde) et une interrogation intellectuelle. Conscients des problèmes confessionnels, ils n’ont pas toujours eu les moyens de donner vie à cette « théologie de la corrélation » qui correspond si bien à leurs conceptions, une théologie qui sait mettre en valeur « la fécondation mutuelle de la foi et de la culture30 ».

Notes

1 René Rémond à Pierre Toulat, 2 mai 1967, p. 4.

2 François Dosse, Le chant du cygne, op. cit., p. 323.

3 François Hourmant, Le Désenchantement des clercs, figures de l’intellectuel dans l’après-Mai 1968, PU de Rennes, « Res Publica », 1997, p. 58-71.

4 Idem, p. 69.

5 Cornélius Castoriadis, « Les Divertisseurs », dans Le Nouvel Observateur, 20 juin 1977, repris dans François Hourmant, p. 106-107.

6 Gérard Cholvy, « 1975 : tournant spirituel et intellectuel », dans Revue des Deux Mondes, mai 1996, p. 96-105.

7 Liminaire, premier numéro, 1975. C’est au domicile du père Daniélou le 16 mars 1974, en la présence du père Balthasar, de Robert Toussaint de chez Fayard, de Jean-Luc Marion et de Jean Duchesne que le projet est lancé : Jean Duchesne, « Communio et la Cité », dans Revue des Deux Mondes, mai 1996, p. 113.

8 Lettre de René Rémond à André Aumonier, 3 octobre 1975, p. 1.

9 « Dossier hiérarchie, 1964-1975 », carton 28, AICP.

10 « Protocole d’accord », p. 2, ARMA.

11 Idem.

12 En 1974, le bureau rassemble Alain Barrère (président), Alfred Michelin et Jean Rivero et Henri Théry (vice-présidents), E. Gounot et R. Lavialle, Philippe Farine (secrétaires), Louis Estrangin (trésorier), Jacques Antoine, Bernard Porte et F.-P. Mercereau (membres).

13 Voir à ce propos Philippe Lecrivain, « Semaines sociales de France », dans Catholicisme et son article dans Le mouvement social en France, art. cit.

14 Lettre circulaire du 17 novembre 1973, p. 1, carton Semaines sociales, AICP.

15 « Projet de travail pour deux ans », carton Semaines sociales 2, n° 8, AICP.

16 30 octobre 1975, 1 page.

17 Lettre circulaire, janvier 1978, p. 1, « dossier 5 », archives Confrontations, ARMA.

18 « Projet », p. 9, « dossier 5 » archives Confrontations, ARMA.

19 Les deux interventions sont publiées dans RD 89, La société désorientée, juin 1978, Paul Thibaud, « Le christianisme dans la modernité », p. 69-77 et Mauric Bellet, « Passer outre », p. 175-194.

20 Compte rendu du 4 novembre 1978, 7 p., carton Semaines sociales 2, AICP.

21 René Rémond à Alain Barrère, 28 novembre 1978, p. 1, « dossier Semaines sociales-CCIF 1978 », archives Confrontations, ARMA.

22 La dernière session consacrée la responsabilité sociale des chrétiens a rassemblé en novembre 1999, deux mille cinq cents personnes.

23 « Statuts », archives « Confrontations », ARMA.

24 La première équipe animatrice est composée de René Rémond, Jean Baboulène, Jean-Louis Monneron, Marcel Merle, Michel Coloni, André Astier, Pierre Colin, Christian Join-Lambert, Jean-Pierre Duport, P. Mayol et Suzanne Villeneuve. En 1982 : Jean-Louis Monneron, Marcel Merle, André Astier, Renaud Sainsaulieu, Jacques Lagroye, Pierre-Jean Labarrière, Gwendoline Jarczyk, Michel Coloni. Informations dans « Intellectuels chrétiens aujourd’hui », Renaud Sainsaulieu, dans Confrontations, activités 1997-1998, 1998, p. 7.

25 Le 2 décembre 1983, l’équipe réunit ainsi Jean Greisch, Michel de Certeau et Pierre-Jean Labarrière autour de Paul Ricœur pour discuter sur son Temps et récit (débat retranscrit dans Confrontations, 1984, p. 1-31.)

26 Recherches et Débats cesse d’être imprimé par Le Centurion en juillet 1983, les travaux du groupe perdent encore davantage de visibilité (sans préjuger de la qualité intellectuelle des cahiers qui n’ont pas été étudiés).

27 C’est avec ces principes que Roger Aubert définit en partie les traits de la génération théologique post-conciliaire, dans Bilan de la théologie, op. cit. p. 486 et sequentes.

28 François Hourmant, op. cit. p. 194.

29 Idem, p. 248.

30 Christian Duquoc, art. cit., p. 1055.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540