Version classiqueVersion mobile

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Historiographie, réceptions universitaire et scolaire. Recevoir un prix

Gabriela Mistral et le Prix Nobel, ou le revers de la médaille

Catherine Pergoux-Baeza

Texte intégral

À la mémoire de Virginia Vidal

1Gabriela Mistral, de son vrai nom Lucila Godoy Alcayaga, est née en 1889 dans le village de Vicuña, au nord du Chili, et décède en 1957 à New York. Elle emprunte son nom à Frédéric Mistral et publiera toujours sous ce pseudonyme.

2Gabriela Mistral est considérée comme la plus grande poétesse chilienne, et elle est le premier écrivain d’Amérique Latine (et la première femme) à obtenir le Prix Nobel de Littérature en 1945 (avant Miguel Ángel Asturias en 1967, Pablo Neruda en 1971, Gabriel García Márquez en 1982, Octavio Paz en 1990 et Mario Vargas Llosa en 2010).

3Le poème qui la rend célèbre, tiré de son recueil Desolación (Désespoir) publié en 1922, est inspiré d’un épisode tragique de la vie de la poétesse : le suicide de son amoureux qui se tua d’une balle dans la tête et sur qui on retrouva une lettre adressée à Lucila.

4Cette histoire a nourri une légende, celle de la poétesse tragique et passionnée qui a reporté ses désirs de maternité frustrés sur les enfants qu’elle éduquait car elle était institutrice de formation. C’est d’ailleurs ainsi que Gabriela Mistral est présentée par H. Gullberg dans son discours de réception prononcé lors de la remise du Prix Nobel de Littérature le 10 décembre 1945 :

  • 1 « Discours de réception prononcé par H. Gullberg lors de la remise du Prix Nobel de Littérature à G (...)

Les poèmes écrits en souvenir du mort firent connaître le nom du nouvel auteur, et l’œuvre poétique sombre et passionnée de Gabriela Mistral commença à se répandre dans toute l’Amérique du Sud. Pourtant ce n’est qu’en 1922 seulement qu’elle fit imprimer à New York son grand recueil de poèmes, Desolación « Désespoir ». Ce sont les larmes d’une mère qui éclatent au milieu du livre, dans le quinzième poème, larmes versées sur le fils du mort, ce fils qui ne devait jamais naître. […] Gabriela Mistral reporta son amour maternel sur les enfants qu’elle enseignait. C’est pour eux qu’elle avait écrit ces simples chansons et ces rondes réunies à Madrid, en 1924, sous le titre Ternura « Tendresse ». En son honneur, quatre mille enfants mexicains chantèrent une fois ces rondes. Gabriela Mistral devint le poète de la maternité d’adoption1.

5Et le discours s’achève par ces mots :

  • 2 Ibid., p. 20.

Vous avez fait un bien long voyage pour être reçue par un discours aussi bref. En l’espace de quelques minutes, j’ai raconté, comme un conte, aux compatriotes de Selma Lagerlöf, la remarquable pérégrination que vous avez accomplie pour passer de la chaire de maîtresse d’école au trône de la poésie. C’est en rendant hommage à la riche littérature ibéro-américaine que nous nous adressons aujourd’hui tout spécialement à sa reine, la poétesse de Desolación, qui est devenue la grande cantatrice de la miséricorde et de la maternité2.

6La légende est née et restera à jamais associée à cette figure tutélaire dont on ne retiendra que certains motifs poétiques, tels que la passion amoureuse, l’obsession de la mort, l’éternité, Dieu, la nature et la vie rurale. Les poèmes les plus connus et les plus étudiés (en particulier à l’école au Chili) sont également les plus conventionnels (sur les enfants, les gens modestes ou défavorisés, la nature, etc.).

  • 3 Ces lettres ont été publiées sous le titre Niña errante, Cartas a Doris Dana, Santiago, Lumen, 2009

7Or en 2009 se produit un coup de théâtre : on publie la correspondance3 entre Gabriela Mistral et Doris Dana, sa secrétaire particulière américaine qui l’accompagne les dernières années de sa vie, et c’est alors qu’apparaît au grand jour une relation passionnée entre les deux femmes.

8Gabriela Mistral, que la légende avait érigée en une sorte de sainte asexuée, était lesbienne. Un véritable scandale éclate au Chili !

9Nous souhaitons ici nous intéresser précisément à la manière dont a été créée la figure de la poétesse « politiquement correcte », en cachant ce secret inavouable dans un pays très catholique et conservateur. Il apparaît en effet que Gabriela Mistral a été placée au centre d’un système de représentations et qu’on a élaboré un discours critique sur des bases radicalement fausses qui correspondaient aux représentations traditionnelles du féminin.

  • 4 Vidal, V., « Gabriela, Madre Nuestra », Araucaria, no 45, Madrid, 1989, p. 85 (notre traduction).
  • 5 Gabriela Mistral a publié de son vivant les quatre œuvres poétiques suivantes : Desolación (1922), (...)

10Signalons tout d’abord que si aujourd’hui personne ne remet en doute l’immense talent de Gabriela Mistral, ce ne fut pas toujours le cas. Rappelons par exemple qu’elle ne reçut le Prix National de Littérature que neuf ans après le Prix Nobel. En vérité, peu de Chiliens l’ont aidée et elle dut même souvent vaincre de nombreuses oppositions. C’est ce qui fait dire à Virginia Vidal qu’elle « ne fut jamais prophète en son pays4 » même si aujourd’hui elle est à l’honneur, après de longues années d’oubli et d’indifférence. Ainsi ces dernières années plusieurs de ses œuvres ont été rééditées au Chili, car mis à part Lagar, paru en 1954 à Santiago, toutes avaient été publiées à l’étranger5.

11À l’époque, la critique officielle chilienne n’a pas décelé, ou en tout cas n’a pas célébré le talent de la poète, à l’exception de Hernán Díaz Arrieta, l’un des critiques chiliens les plus célèbres, plus connu sous le pseudonyme de « Alone ». Il faut dire que Gabriela Mistral est une personne qui dérange : issue d’un milieu très modeste, travaillant comme institutrice pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa mère, elle n’hésite pas, très jeune, à écrire dans des journaux et à exposer ses idées. En outre, elle manifeste un grand désir d’indépendance qui choque parfois l’opinion. Virginia Vidal met en évidence quelques-unes des raisons qui expliquent les accusations dont elle a souvent été victime :

  • 6 Vidal, V., op. cit., p. 85 (notre traduction). « La poetisa fue vilipendiada porque era sospechosa. (...)

La poétesse a été vilipendée car elle était suspecte. Les motifs ne manquaient pas : elle fumait beaucoup et sans se cacher ; elle écrivait sur la maternité comme n’importe quelle mère, sans avoir jamais accouché ni être mariée ; elle défendait avec ferveur les mères célibataires ; elle n’utilisait pas de chapeau à l’époque où même les ouvrières le portaient ; elle était ennemie de la vie sociale ; par-dessus tout, elle connaissait l’amour6.

12Et c’est finalement à l’étranger qu’elle passera l’essentiel de sa vie, fuyant le Chili dans lequel elle ne se sentit jamais tout à fait acceptée, et où elle dut même faire souvent face au rejet de certains de ses concitoyens, qui lui reprochaient ses origines et ses idées trop « socialisantes ».

13Aujourd’hui, grâce surtout à la mise au jour de sa prose journalistique et épistolaire, on découvre que l’œuvre de Gabriela Mistral a été réduite à ce qu’on a bien voulu en montrer, et ce en particulier au Chili. En effet, le discours officiel a essentiellement retenu de sa poésie certains aspects qui correspondraient soi-disant à l’expression de périodes déterminées de la vie de Lucila Godoy. Ainsi par exemple, on a longtemps analysé Desolación en faisant référence à la relation amoureuse que Gabriela Mistral avait entretenue avec son jeune amant Romelio Ureta. Celui-ci se suicidant plus tard, pour des problèmes d’argent, les commentateurs ont eu tôt fait d’expliquer cette mort tragique par un supposé désespoir amoureux, d’autant plus qu’une lettre de Lucila Godoy était retrouvée dans les habits du défunt. Les indices biographiques ont ainsi contribué à l’élaboration d’une légende, qui voudrait que les vers déchirants de Desolación répondent à cette situation tragique, alors qu’il s’agit très vraisemblablement, comme pour toute œuvre d’art, d’une recréation, d’une transfiguration de la réalité, qui inclut aussi une bonne part d’imagination. Il est vrai que le ton désespéré jaillit avec force dans de nombreux poèmes, comme ces « Coplas » dans lesquelles Gabriela Mistral clame sa douleur :

Tout prend, dans ma bouche,
un goût persistant de larmes :
le pain de chaque jour, le chant
et jusqu’à la prière.

Je n’ai point d’autre office,
après celui de t’aimer en silence,
que cet office de larmes, dur,
que tu m’as laissé.

Yeux gonflés
de chaudes larmes !
Bouche triste et tremblante
où tout devient prière !

J’ai honte de vivre
dans cette lâcheté,
sans aller à ta recherche
ni réussir à t’oublier !

Un remords me fait saigner
de voir un ciel
que ne voient plus tes yeux,
de caresser des roses
nourries de tes os !

  • 7 Mistral, G., Poèmes choisis, op. cit., p. 112-114 (traduction de Mathilde Pomès).

Chair misérable,
pulpe piteuse, accablée de lassitude
qui ne descend pas dormir à ton côté,
mais s’accroche, tremblante,
au sein impur de la vie !7

Desolación, 1922.

Todo adquiere en mi boca
un sabor persistente de lágrimas :
el manjar cotidiano, la trova
y hasta la plegaria.

Yo no tengo otro oficio,
después del callado de amarte,
este oficio de lágrimas, duro,
que tú me dejaste.

¡Ojos apretados
de calientes lágrimas !
¡Boca atribulada y convulsa
en que todo se me hace plegaria !

¡Tengo una vergüenza
de vivir de este modo cobarde !
¡Ni voy en tu busca
ni consigo tampoco olvidarte !

Un remordimiento me sangra
de mirar un cielo
que no ven tus ojos,
¡de palpar las rosas
que sustenta la cal de tus huesos !

¡Carne de miseria,
gajo vergonzante, muerto de fatiga,
que no baja a dormir a tu lado,
que se aprieta, trémulo,
al impuro pezón de la Vida !

  • 8 Nous citons une expression employée par Nathalie Grande tirée de son article intitulé « La maltrait (...)

14Ainsi, l’image généralement répandue de Gabriela Mistral et de sa poésie est-elle celle de l’amante souffrant de la mort ou de l’abandon de l’être aimé, déçue par diverses relations amoureuses toujours vouées à l’échec. À cette interprétation « autobiographique et sentimentalisante des œuvres féminines8 » a été associée une autre image, tout aussi puissante et répandue, que rappelle Soledad Bianchi :

  • 9 Bianchi, S., Poesía chilena, Santiago, Ediciones Documentas/CESOC, 1990, p. 177 (notre traduction). (...)

Quand nous ne la voyons pas comme l’amante pleine de ressentiment et amère, nous l’imaginons entourée d’enfants qui chantent ses rondes ou récitent ses poèmes. Blessée par son échec amoureux, on nous dit que Gabriela Mistral a cherché la consolation parmi les enfants à qui elle a consacré sa vie d’institutrice et pour lesquels elle s’est dévouée en composant plusieurs de ses œuvres poétiques en prose et en vers9.

  • 10 Les Doodle de Google marquent des événements particuliers et proposent différents hommages.

15Gabriela Mistral a en effet composé plusieurs berceuses et autres poèmes pour enfants, largement diffusés en Amérique Latine, comme cette « ronde » intitulée « Dame la mano » dont les premiers vers ont fait l’objet du Doodle de Google le 7 avril 201510 :

Donne-moi ta main

Donne-moi ta main
et nous danserons ;
donne-moi ta main
et tu m’aimeras.

Nous serons ainsi
qu’une seule fleur,
ainsi qu’une fleur,
une fleur, c’est tout.

C’est le même chant
que nous chanterons ;
c’est le même pas
que nous danserons.

Comme un seul épi
nous ondulerons,
comme un seul épi
un épi, c’est tout.

Tu t’appelles Rose
et moi Espérance,
mais nous oublierons
ton nom et le mien.

  • 11 Mistral, G., op. cit., p. 86-87 (traduction de Mathilde Pomès).

Et sur la colline
nous ne serons plus
qu’une unique danse,
unique, c’est tout11.

Ternura, 1924

Dame la mano

Dame la mano y danzaremos,
dame la mano y me amarás.
Como una sola flor seremos,
como una flor, y nada más…

El mismo verso cantaremos,
al mismo paso bailarás.
Como una espiga ondularemos,
como una espiga, y nada más…

Te llamas Rosa y yo Esperanza,
pero tu nombre olvidarás,
porque seremos una danza
en la colina, y nada más…

16Soledad Bianchi voit là une nouvelle réduction de l’œuvre mistralienne, qu’elle analyse comme le résultat d’une pression exercée par l’idéologie dominante de l’époque, qui souhaitait étouffer les préoccupations sociales que la poétesse abordait dans ses poèmes ou dans sa prose. On a donc voulu effacer l’engagement pour des causes humanitaires qui a toujours été celui de Gabriela Mistral, et ne retenir de son œuvre que les aspects les moins dérangeants et les plus proches du conservatisme social dominant.

17C’est pourquoi elle propose de modifier l’image de la poétesse, en rappelant certains événements volontairement oubliés, qui contribuent à transformer radicalement la perception qu’on pouvait avoir à la fois de la femme et de son œuvre. Elle donne ainsi quelques exemples révélateurs du parti pris de l’idéologie dominante :

  • 12 Bianchi, S., op. cit., p. 177-178 (notre traduction). « En las escuelas chilenas nunca se enseñó qu (...)

Dans les écoles chiliennes on n’a jamais enseigné que la poétesse s’était prononcée contre le gouvernement militaire de Carlos Ibáñez del Campo (1927-1931). Avons-nous su un jour, nous autres étudiants chiliens, que quand elle refusa de représenter ce régime, en tant qu’ambassadrice en Amérique Centrale et qu’elle manifesta en outre publiquement son désaccord, elle fut en représailles privée de sa pension de retraite, seule entrée d’argent fixe pour subvenir à ses besoins ? […] Gabriela Mistral s’est non seulement prononcée contre les régimes militaires (voir « No creo en la mano militar ») mais elle a aussi été l’ennemie déclarée du nazisme (voir « El otro desastre alemán » et du fascisme (« diable fasciste » selon ses mots). Cette opposition lui valut que Mussolini ne l’accepte pas en tant que Consul en Italie. Gabriela Mistral ne resta pas non plus indifférente face au franquisme et sa sympathie envers les Républicains ne se limita pas à des déclarations : quand en 1938, elle publia Tala, son troisième recueil de poèmes, elle céda ses droits d’auteur aux enfants basques qui avaient perdu leur foyer à cause de la Guerre Civile. […] Dans les années cinquante, alors qu’elle exerçait ses fonctions de Consul en Italie, elle reçut l’ordre du gouvernement de González Videla de ne pas accepter Neruda, en fuite, qui avait été destitué de ses fonctions de sénateur. « Comme c’est mal me connaître ! Plutôt mourir que de fermer ma porte à l’ami, au plus grand poète de langue espagnole et enfin, à un chilien pourchassé. J’ai été pourchassée, et comment ! » avoua-t-elle après s’être rebellée et avoir désobéi aux ordres12.

18Elle dévoile également les nombreuses opinions défendues par Gabriela Mistral, qui pendant longtemps ont été passées sous silence :

  • 13 Ibid., p. 179 (notre traduction). « La mujer defensora de la justicia social que se presentó como p (...)

La femme défenseur de la justice sociale qui milita pour la réforme agraire et l’éducation gratuite et obligatoire ; la paysanne chilienne qui n’oublia jamais ses origines et lutta contre la pauvreté et les différences sociales ; l’« indo-espagnole » ou « indo-américaine », toujours consciente de notre américanité, partisane de développer le testament de Bolívar car, selon elle, dans l’unité latino-américaine, dans la défense de notre identité culturelle, de notre propre langue et de nos propres terres se trouvait notre seule défense contre l’impérialisme étranger13.

19Durant la longue période de la dictature chilienne, sous le régime du Général Pinochet (1973-1990), cette image conservatrice de la poétesse n’a été que renforcée. Preuve en est le billet de banque de 5000 pesos émis à partir de 1981 à l’effigie de Gabriela Mistral. Sur le verso est reproduite l’allégorie de la création représentée sur la médaille du Prix Nobel de Littérature. On y voit une femme qui se tient debout et qui joue de la lyre devant un homme assis occupé à écrire. Les stéréotypes classiques sont ici convoqués : le poète (masculin) est inspiré par sa muse (féminine), même si ici le créateur est une femme ! Au recto du billet, on trouve sur la moitié droite le portrait de profil de Gabriela Mistral dont le regard est dirigé vers la moitié gauche du billet qui est occupée par une nouvelle allégorie représentant cette fois l’amour maternel, avec une femme qui tient sur ses genoux un garçonnet, tandis qu’un autre enfant est debout à ses côtés. On a ainsi l’impression que la poétesse porte un regard bienveillant sur cette scène attendrissante. Ce billet, qui a été émis jusqu’en 2009 (donc bien après la fin de la dictature) et qui est resté en circulation jusqu’à une époque récente, a donc contribué à la fois à mythifier la poétesse chilienne et à l’enfermer dans une image de la femme résolument traditionnelle et conservatrice.

  • 14 Comme le décrit une scène marquante du film de Costa Gavras, Missing, qui remporte la Palme d’Or et (...)

20En effet, l’idéologie dominante du régime militaire visait à réduire la femme à son rôle traditionnel d’épouse et de mère. Dès les premiers jours après le coup d’État, les femmes qui déambulaient dans la rue, vêtues de pantalons, étaient arrêtées par les militaires et sommées de porter à nouveau des jupes (quand on ne leur coupait pas d’autorité leurs pantalons14) tandis que les hommes aux cheveux longs étaient poursuivis et rasés. Dans ses discours, le Général Pinochet ne manquait jamais de rappeler quelle était la place de la femme dans la société, comme dans cet extrait d’un discours prononcé à l’occasion d’un anniversaire du Secrétariat National de la Femme : « La femme dès qu’elle devient mère, n’attend plus rien sur le plan matériel, cherche et trouve dans son enfant la finalité de sa vie, son unique trésor et le but de ses rêves. »

21Cependant, Gabriela Mistral n’était pas mariée et n’avait pas d’enfant. Elle courait donc le risque d’appartenir à cette catégorie de femmes, cibles de moqueries et de rejet dans la société patriarcale : les vieilles filles, sorte de ratées sociales, voire de marginales, tenues à l’écart pour n’avoir pas mené à bien leur mission d’épouses et de mères. Mais qu’importe, Gabriela Mistral, auréolée de gloire grâce à l’obtention du Prix Nobel de Littérature, devait coûte que coûte correspondre au modèle attendu. C’est pourquoi le billet de banque représente l’allégorie de l’amour maternel et contribue à installer la légende : Gabriela Mistral n’était pas mère, mais c’était une femme qui avait sacrifié sa vie personnelle pour défendre les plus pauvres, les déshérités, les orphelins. Alors que le Général Pinochet s’était auto-désigné « père de la patrie », Gabriela Mistral devenait ainsi « mère de la patrie » : mère sans enfants, certes, mais mère de tous les Chiliens, c’est-à-dire une allégorie de la maternité et de la femme-vierge-sainte qui coïncide totalement avec l’idéologie catholique dominante ainsi qu’avec les emblèmes nationalistes et traditionalistes utilisés et exploités par la junte militaire.

22Cette vision réductrice largement répandue a par ailleurs eu pour effet d’enfermer Gabriela Mistral dans une sorte de contre-modèle pour les poétesses chiliennes qui se sont consacrées à l’écriture pendant la période dictatoriale. En effet, elles ont souvent eu du mal à se retrouver dans ce discours lyrique qu’elles considéraient comme trop conservateur. Mais à la lumière des révélations récentes sur son histoire personnelle, plusieurs écrivains et critiques littéraires ont entrepris une révision critique des œuvres de Gabriela Mistral qui, à bien des égards, peut être considérée comme une grande féministe latino-américaine.

23C’est ce que fait par exemple la poétesse Verónica Zóndek dans le prologue à sa réédition de Locas Mujeres, en 2003. Elle présente ainsi son projet :

« J’en ai tué une en moi/je ne l’aimais pas » est le premier vers de « L’Autre », le poème qui en général ouvre le groupe de poèmes réunis dans la partie Femmes Folles du recueil Lagar I. Avec ce poème, Gabriela Mistral nous fait entrer pleinement dans le ton et la chair que refléteront les poèmes inclus dans cette partie. Comme une sorte de cartographie de l’être féminin, ces poèmes sont des « portraits parlés » de femmes, d’autres femmes, qui sont aussi elle-même, produisant ainsi une galerie de figures folles, folles à lier, car définitivement elles ne correspondent pas à l’image attendue de la femme. Gabriela Mistral montre dans ces poèmes sans aucun tabou le malaise qu’elle ressent dans le monde où elle a dû évoluer, son incapacité à s’adapter aux normes établies, son étrangeté ainsi que la multiplicité des êtres qui la composent. Jamais univoques, toujours en conflit, ces personnages rendent compte de la complexité et de la lutte des voix internes de la poétesse. […]

  • 15 Mistral, G., Locas Mujeres, Santiago de Chile, Lom, 2003, p. 5-8. « “Una en mí maté/ yo no la amaba (...)

Femmes folles, aussi bien dans Lagar I que dans Lagar II est surtout un portrait vivant et violent de cette lutte pour la parole entreprise par Gabriela Mistral. Des poèmes presque sculptés, si austères qu’ils se crevassent jusqu’à faire saigner les plaies. Gabriela Mistral établit un registre extrêmement personnel et précis qui fait que sa voix poétique s’installe et resplendisse malgré les tentatives de la canoniser au sein du modèle de la « grande mère nationale » et « martyr de l’amour », délimitant ainsi, avec son vers honnête et juste, le terrain du jeu poétique. C’est en raison de la proximité de ces poèmes, de l’actualité de leur écriture et de leur parole, que nous devons les lire depuis notre contemporanéité. Je crois qu’une lecture minutieuse de ces poèmes la révélera comme l’une des poétesses les plus remarquables d’aujourd’hui15.

  • 16 Wood, M. E., Locas Mujeres, Documentaire, 72 mn, 2010.
  • 17 Il s’agit du film d’Andrés Wood, Violeta se fue a los cielos (110 mn, 2011), auquel nous consacrons (...)

24Soulignons à ce propos l’importance d’un documentaire réalisé par la chilienne María Elena Wood à ce sujet, précisément intitulé Locas Mujeres16. Ce titre, emprunté directement à Gabriela Mistral comme nous l’avons vu, évoque aussi évidemment le qualificatif très péjoratif fréquemment attribué aux lesbiennes. Et il fait également référence à l’audace de cette femme qui choisit de vivre différemment dans une société très corsetée. Il est intéressant de noter que María Elena Wood est la sœur du réalisateur Andrés Wood, auteur renommé de plusieurs films de fiction. Lui aussi a consacré un film17 à une autre grande voix féminine chilienne, Violeta Parra. Le frère et la sœur Wood ont donc eu à cœur, chacun à leur manière, de braquer le projecteur sur le parcours exceptionnel de deux grandes créatrices chiliennes qui ont marqué le xxe siècle.

*

25Nous pouvons en conclure que le cas de Gabriela Mistral est singulier dans l’histoire de la littérature hispano-américaine car bien qu’elle obtienne une reconnaissance internationale grâce au Prix Nobel qui lui est décerné en 1945, la réception de son œuvre pose encore problème de nos jours. Contrairement à de nombreuses écrivaines qui ont sombré dans l’oubli ou qui ont été minorées, Gabriela Mistral a été exposée et magnifiée, mais au détriment de la diffusion et de la valorisation de son œuvre qui mérite un examen plus attentif. Si son nom est très connu en Amérique Latine, c’est parce qu’il a servi à baptiser nombre d’écoles, de parcs et de places. En revanche, ses œuvres étaient restées quelque peu dans l’oubli avant que des rééditions récentes n’attirent à nouveau l’attention. La relecture critique des œuvres de Gabriela Mistral s’avère en effet nécessaire car sa transformation en icône de la poésie chilienne et latino-américaine a finalement éloigné les lecteurs et l’a enfermée dans une vision stéréotypée de la littérature dite « féminine ». Nous ne pouvons donc que nous féliciter du travail de réhabilitation de son œuvre actuellement engagé afin de lui accorder toute la place qu’elle mérite dans l’histoire littéraire mondiale.

Notes

1 « Discours de réception prononcé par H. Gullberg lors de la remise du Prix Nobel de Littérature à Gabriela Mistral le 10 décembre 1945 », in G. Mistral, Poèmes choisis, Paris, Éditions Rombaldi, Collection des Prix Nobel de Littérature réalisée sous le patronage de l’Académie suédoise et de la Fondation Nobel, juin 1968, p. 18-19 (traduction de Pierre Barkan).

2 Ibid., p. 20.

3 Ces lettres ont été publiées sous le titre Niña errante, Cartas a Doris Dana, Santiago, Lumen, 2009.

4 Vidal, V., « Gabriela, Madre Nuestra », Araucaria, no 45, Madrid, 1989, p. 85 (notre traduction).

5 Gabriela Mistral a publié de son vivant les quatre œuvres poétiques suivantes : Desolación (1922), Ternura (1924), Tala (1938), Lagar (1954). Ses publications posthumes sont Poema de Chile (1967) et Poesías completas (1968).

6 Vidal, V., op. cit., p. 85 (notre traduction). « La poetisa fue vilipendiada porque era sospechosa. Motivos no faltaban : fumaba mucho y sin esconderse ; escribía sobre la maternidad como madre alguna lo ha hecho, sin haber parido ni estar casada ; defendía con fervor a la madre soltera ; no usaba sombrero cuando hasta las obreras lo llevaban ; era enemiga de la vida social ; sobre todo, sabía de amor. »

7 Mistral, G., Poèmes choisis, op. cit., p. 112-114 (traduction de Mathilde Pomès).

8 Nous citons une expression employée par Nathalie Grande tirée de son article intitulé « La maltraitance historiographique : l’exemple des autrices du xviie siècle (Lafayette, Scudéry, Sévigné, Villedieu) » publié dans le présent ouvrage.

9 Bianchi, S., Poesía chilena, Santiago, Ediciones Documentas/CESOC, 1990, p. 177 (notre traduction). « Cuando no la vemos como la amante resentida y amarga, la imaginamos rodeada de chicos que cantan sus rondas o recitan sus poemas. Dolida por su fracaso amoroso, se nos dice que Gabriela buscó consuelo en los niños a los que se consagró en su vida de maestra, y a los que se dedicó componiendo muchas de sus obras poéticas en prosa y en verso. »

10 Les Doodle de Google marquent des événements particuliers et proposent différents hommages.

11 Mistral, G., op. cit., p. 86-87 (traduction de Mathilde Pomès).

12 Bianchi, S., op. cit., p. 177-178 (notre traduction). « En las escuelas chilenas nunca se enseñó que la poetisa se había pronunciado contra el gobierno militar de Carlos Ibáñez del Campo (1927-1931). ¿Supimos, alguna vez, los estudiantes chilenos que cuando ella se negó a representar este régimen, como embajadora en Centroamérica, y, además, manifestó su desacuerdo públicamente, fue privada represivamente de su jubilación, única entrada fija que tenía para vivir ? […] Pero Gabriela no sólo se manifestó contra los regímenes militares (ver “No creo en la mano militar”) sino, también, fue expresa enemiga del nacismo (ver “El desastre alemán”) y del fascismo (“diablo fascista”-según sus palabras). Esta oposición le significó que Mussolini no la aceptara como Cónsul en Italia. Tampoco la Mistral permaneció indiferente ante el franquismo, y su simpatía por los republicanos no se limitó a declaraciones : cuando, en 1938, publica Tala, su tercer libro de poemas, cedió sus derechos de autor a los niños vascos que habían perdido sus hogares a causa de la Guerra Civil. […] Hacia los años cincuenta, cuando ejercía como Cónsul en Italia, recibió la orden del gobierno de González Videla de no aceptar al Neruda perseguido que había sido desaforado como Senador. “¡Qué poco me conocen ! Me hubiera muerto cerrándole la puerta de mi casa al amigo, al más grande poeta del habla hispana y, por último, a un chileno perseguido. Yo fui perseguida ¡Y cómo !”, confesó después de rebelarse y desobedecer el mandato. »

13 Ibid., p. 179 (notre traduction). « La mujer defensora de la justicia social que se presentó como propiciadora de la reforma agraria y partidaria de la educación gratuita y obligatoria ; la campesina chilena que nunca negó sus orígenes y combatió contra la pobreza y las diferencias sociales ; la “indoespañola” o “indoamericana”, siempre conciente de nuestra americanidad, partidaria de desarrollar el testamento de Bolívar porque, a su parecer, en la unidad latinoamericana, en la defensa de nuestra identidad cultural, de nuestra lengua y tierra propias, teníamos la única defensa contra el imperialismo extranjero. »

14 Comme le décrit une scène marquante du film de Costa Gavras, Missing, qui remporte la Palme d’Or et le Prix d’interprétation masculine pour Jack Lemmon à Cannes en 1982 puis l’Oscar du meilleur scénario en 1983.

15 Mistral, G., Locas Mujeres, Santiago de Chile, Lom, 2003, p. 5-8. « “Una en mí maté/ yo no la amaba” es el primer verso de “La Otra”, poema que generalmente encabezaba el grupo de poemas reunidos en la sección Locas Mujeres del poemario Lagar I. Con este poema la Mistral nos introduce de lleno en el tono y la carne que han de reflejar los poemas incluidos en la sección ya mencionada. Especie de mapografía del ser femenino, estos poemas son “retratos hablados” de mujeres, otras mujeres, que son ella misma, produciendo así una galería de figuras locas, locas de atar, porque definitivamente no corresponden a la imagen que de la mujer se espera. La Mistral muestra en estos poemas sin tapujo alguno su incomodidad para con el mundo en que le tocó desempeñarse, su incapacidad de ajustarse a las normas establecidas, su extrañeza y la multiplicidad de habitantes que la conformaban. Nunca unívocos, siempre en conflicto, estos personajes dan cuenta de la complejidad y pugna de las voces internas de la poeta. […] Locas mujeres, tanto de Lagar I como de Lagar II, es sobre todo un vivo y estremecedor retrato de esa lucha por la palabra que la Mistral emprendió. Poemas casi esculpidos, que de tan austeros se resquebrajan hasta sangrar por la herida. La Mistral establece un registro extremadamente personal y preciso que hace que su voz poética se instale y resplandezca a pesar de los intentos de canonizarla dentro del patrón de “gran madre nacional” y “mártir del amor”, marcando así, con su verso honesto y certero, la cancha del juego poético. Por la cercanía de estos poemas, por la actualidad de su escritura y su decir, es que debemos leerla desde nuestra contemporaneidad. Creo que una lectura minuciosa de estos poemas, la develaría como una de las poetas más relevantes hoy. »

16 Wood, M. E., Locas Mujeres, Documentaire, 72 mn, 2010.

17 Il s’agit du film d’Andrés Wood, Violeta se fue a los cielos (110 mn, 2011), auquel nous consacrons une étude dans le présent ouvrage.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search