Version classiqueVersion mobile

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Historiographie, réceptions universitaire et scolaire. Recevoir un prix

Les voix divergentes des écrivaines italiennes du XIXe siècle. Résistance proto-féministe et réception des auteures dans l’Italie risorgimentale

Émilie Lehours

Texte intégral

  • 1 Moderata Fonte a publié Il Merito delle donne (Le Mérite des femmes) en 1592.
  • 2 En réponse à l’ouvrage misogyne Dei donneschi difetti (Des défauts des femmes) de Giuseppe Passi (1 (...)
  • 3 Arcangela Tarabotti était une religieuse engagée contre la prise de voile forcée et a dénoncé les c (...)
  • 4 Paolo Mattia Doria, Ragionamenti ne quali si mostra la donna in quasi tutte le virtù più grandi non (...)
  • 5 Ludovico Domenichi, Rime diverse d’alcune nobilissime et virtuosissime donne, 1559. Francesco Agost (...)
  • 6 De Giorgio, M., Le Italiane dall’unità a oggi, Roma-Bari, Editori Laterza, 1992, p. 377.
  • 7 Casati, G., Dizionario degli scrittori d’Italia, Milano, Romolo Ghirlanda Editore, 1926, 3 vol. 

1La littérature féminine italienne connut un rebond suite aux événements liés aux soulèvements unitaires tout au long du xixe siècle. On a, d’une part, une vraie revendication féministe qui s’attache à demander une revalorisation du statut de la femme et, d’autre part, une mise en récit des modèles féminins rêvés ou détestés. Les premières revendications que nous prendrons soin de qualifier de proto-féministes firent leur apparition au xvie siècle dans une ville peuplée par autant de religieuses que de courtisanes : Venise. Moderata Fonte (1555-15921), Lucrezia Marinelli (1571-16532), et Arcangela Tarabotti (1604-16523) sont les trois pionnières d’une littérature nouvelle axée sur des valeurs sociétales et qui remet en question la condition de la femme d’une manière générale. Grâce aux Lumières françaises qui entrouvrirent leurs portes aux femmes, et ce plus particulièrement dans le milieu artistique, avant de les refermer avec l’avènement des Institutions napoléoniennes, les académies italiennes accueillirent des femmes italiennes et françaises (on pensera à Émilie du Châtelet) et publièrent des essais visant à intégrer la femme dans les milieux savants4. Des essais sur la chimie, l’astronomie, la botanique pour les femmes furent également publiés. À partir de 1789, la Révolution française eut un impact sur la pensée politique et intellectualiste italienne, jusqu’à devenir ce fil rouge qui conduisit aux soulèvements locaux puis nationaux revendiquant l’Unité italienne. Rosa Califronia publia La Défense des droits de la femme en 1794 sur le modèle de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791) d’Olympe de Gouges. Elle y reprend les lieux communs relatifs au sexe faible véhiculés par les hommes et tente de démontrer leur caractère inique et infondé. Une bibliographie philogyne et non plus proto-féministe initiée au xvie siècle continua de diffuser de manière perlée les noms des écrivaines jusqu’au xxe siècle5. Quant aux dictionnaires mixtes, le pourcentage de femmes y est nettement inférieur pour ne pas dire inexistant : le Dictionnaire international des écrivains du jour (1890) d’Angelo Gubernatis compte cent quatre-vingt écrivaines pour quatre mille cinq cent vingt-cinq écrivains, soit 4 % de femmes. Pourtant, le faible pourcentage n’empêcha pas Paolo Mantegazza de déclarer : « Notez que ce chiffre est encore trop favorable aux femmes, car par galanterie nous acceptons leurs plus pâles manifestations d’esprit6. » Giovanni Casati ne fait pas mieux qu’Angelo Gubernatis en 1926 : son Dictionnaire des écrivains d’Italie7 ne comprend pas moins de huit mille six cent onze écrivains dont huit mille deux cent trente-trois hommes et trois cent soixante-dix-huit femmes, soit environ 4,5 %. Visiblement pluridisciplinaires pour certains, voire associant les femmes qui lisent aux femmes qui écrivent, ces traités laissent des traces biographiques et textuelles de femmes souvent tombées dans l’oubli. Au fur et à mesure, le simple recensement des écrivaines prend la forme d’une histoire littéraire des femmes qui s’enclave dans l’histoire politique et c’est ce basculement que nous mettons ici en évidence.

  • 8 De Giorgio, M., op. cit., p. 3.
  • 9 En français : L’ange du foyer.
  • 10 Mazzini, G., Dei doveri dell’uomo, Milano, Rizzoli, 1949 p. 55.
  • 11 Id.

2D’après Benedetto Croce : « Les Agnesi, les Ardinghelli, les Barbapiccole, les Faustine Pignatelli forment une chaîne tout au long du siècle avec les conspiratrices et les républicaines de la fin du siècle, dont Eleonora de Fonseca Pimentel est la figure héroïque » et « Les mères du Risorgimento sont vraiment les héritières des poétesses moquées de l’Arcadie8. » Benedetto Croce considère qu’une chaîne féminine s’est formée depuis la création des académies, que les femmes du Risorgimento héritèrent de cette lignée d’intellectuelles, mais sans pour autant dépasser cette frontière féminine. Si le critique a le mérite de mettre en évidence la présence, même minoritaire des femmes à l’Académie, il ne les autorise pas pour autant à s’inscrire dans l’histoire littéraire générale, mais crée une histoire à part, la leur, les faisant mères littéraires comme des mères supérieures au couvent. L’Italie risorgimentale prône donc la maternité. Si l’on reprend les écrits antiques – Pline l’Ancien, Histoire naturelle – ou médiévaux – Boccace, De mulieribus claris – les femmes étaient vierges ou « filles de » (modèle virginal), post-unitaires elles ne sont plus que mères. La femme est l’angelo del focolare9 et cette image de la femme-mère est véhiculée dans les écrits à caractère religieux, politique, dans les romans et dans l’iconographie contemporaine de cette période. Giuseppe Mazzini (1805-1872), qui contribua à la diffusion d’une nouvelle Italie, adopte un discours bienveillant envers les femmes dans son traité politique Des devoirs de l’homme. Il passe par Dieu pour uniformiser le sexe en quelque sorte. Il interpelle les fils et filles de Dieu : « L’homme et la femme ont des fonctions distinctes dans l’Humanité ; mais ces fonctions sont louables d’égale manière10… » Le pilier familial est la femme (mère, épouse, sœur et non célibataire, donc toujours liée à un homme par le sang ou le mariage). Giuseppe Mazzini interpelle les hommes : « Ôtez toute idée de supériorité de votre esprit : non, vous n’en avez aucune11. » Selon lui, l’homme et la femme jouent un rôle différent, mais important. Il confère une certaine importance à la femme, certes, mais la cantonne dans son rôle de femme au foyer, éducatrice, mais difficilement intellectuelle.

  • 12 Ibid., p. 127.

3En littérature, on distingue clairement deux modèles féminins : la Nouvelle Héloïse rousseauiste et l’écrivaine adhérant aux nouvelles idées émancipatoires. Les unes écrivirent pour leurs enfants et contribuèrent à la construction d’une mémoire historique nationale tandis que les autres créèrent des anti-héroïnes indépendantes. Durant tout le xixe siècle, on compte autant de poétesses que de romancières ou essayistes, voire plus de poétesses si l’on inclut les femmes qui allient les deux. La correspondance revêt également une importance particulière, sans pour autant que cette épistolarité puisse être considérée comme une œuvre littéraire. De nombreuses correspondances mère-fils sont éditées après l’unification, ainsi cette lettre du soldat Emilio Morosini pendant la campagne contre les Autrichiens, datée du 3 avril 1848. « Pauvre maman ! Comme je t’admire ! Croire que je vais à l’encontre de graves dangers et me laisser partir seul quand même […] c’est une preuve de valeur et de patriotisme12. » L’amour de la patrie serait ainsi synonyme de guerre et de courage. L’amour maternel aide à tenir psychologiquement. Pour constituer une nation il faut des individus/des individualités. La femme doit donc se placer et définir son rôle, un rôle nouveau comme la nation, et ce rôle se fait par le biais de la famille, de l’utérus (et non du cordon ombilical car la mère sacrifie en quelque sorte ses enfants sur l’autel de la patrie), mais ne confère pas d’indépendance à la femme et encore moins une liberté de penser. L’amour de la patrie est un amour muté et les enfants en sont le miroir.

  • 13 Russo, A., « “Dio protegga l’Italia, guai a chi la tocca !” Il Risorgimento nazionale attraverso le (...)
  • 14 Cf. D’Azeglio, C., Lettere al figlio (1829-1862), a cura di D. Maldini Chiarito, Roma, Istituto per (...)
  • 15 Bologne fut un foyer de femmes peintres entre le xve et xviiie siècle. Les cours de Turin et Floren (...)

4Ces échanges épistolaires sont une véritable manne historique. En ce sens, on assiste à une retranscription fidèle des événements. Costanza d’Azeglio (1793-1862), dont le fils diplomate n’avait pas toujours la possibilité de se tenir informé des événements, envoya des rapports détaillés des batailles, comme l’aurait fait un journaliste-reporter. Elle relata les faits tel un reporter en direct, décrivit les soulèvements au champ de bataille, mit en évidence l’investissement féminin en citant une femme soldat. Le 24 janvier 1848, elle écrivait : « Si tu n’as pas de nouvelles de la révolution de Palerme, je te tiendrai informé13. » Elle écrit à son fils, sa chair, et curieusement, aucune intimité ne transparaît ; la narration est purement factuelle et cette pseudo-sentimentalité, apanage des femmes, est ici écartée au profit de chroniques dignes d’un journaliste professionnel. Six cent onze lettres ont été recensées entre 1829 et 186214. Les femmes s’écrivaient également entre elles, se donnaient des nouvelles des unes et des autres. La sororité était très présente dans les lettres et sonnets, comme au sein de ce sonnet de Laura Beatrice Oliva Mancini (1821-1869) « Aux Italiens » dans lequel elle évoque les « sœurs italiennes ». La littérature féminine purement patriotique n’existe pas vraiment, les femmes étant plutôt dans l’action. Certaines consacrèrent quelques sonnets ou ponctuèrent leurs romans d’allusions aux batailles pour l’unification, au sang versé pour la patrie. Luigia Codemo (1828-1898) publia La Révolution à la maison en 1869, roman vériste d’une famille de paysans en plein Risorgimento. Certaines femmes intégrèrent des rédactions de journaux. Ces intégrations de femmes se firent surtout dans le sud (Naples) contrairement à la situation géographique des femmes-artistes15 qui étaient plutôt dans le nord : il y a donc un déplacement géographique.

« Una donna nuova » : nouvelles perspectives littéraires

  • 16 Morandini, G., La Voce è in lei. Antologia della narrativa femminile italiana tra ‘800 e ‘900, Mila (...)
  • 17 867 : Fisiologia del piacere ; 1871 : Un giorno a Madera. Una pagina dell’igiene d’amore ; 1873 : F (...)
  • 18 Mazzini, G., Dei doveri dell’uomo, Milano, Rizzoli, 1949 p. 55.
  • 19 Cristina Trivulzio di Belgioioso naît à Milan en 1808 dans une riche famille aristocratique. À seiz (...)
  • 20 Angelica Palli Bartolomei (1798-1875) grandit avec trois frères. Elle étudie les langues étrangères (...)
  • 21 Luisa Amalia Paladini (1810-1872) ne se marie pas suite au décès accidentel de son fiancé. Elle étu (...)

5Les ouvrages signés par des femmes au début du xixe siècle sont plus sociologiques que romancés avant que ne s’opère au cours du siècle la naissance des « feuilletons ». Les italiennes étaient toujours parasitées par les discours cléricaux européens : Das Mutterrecht de Johann Jakob Bachofen (1861) ou Primitive marriage de John Ferguson Mc Lennan (1865). La structure familiale pesait encore sur les écrivaines, comme en témoigna Maria Giuseppina Guacci (1807-1848) : « J’écrivais toujours, volant des instants à mes occupations féminines, j’écrivais principalement la nuit, et je me souviens que je ne me couchais pas tant que je n’avais pas produit un seul vers16. » L’instruction élémentaire obligatoire en 1879 permit de se projeter vers un enseignement qui ne se fonderait plus uniquement sur l’apprentissage des doctrines catholiques et des travaux domestiques, mais cette paralittérature éducative était encore trop récente et ne prit son essor qu’après 1900 avec Maria Montessori (1870-1952). En effet, les principes éducatifs pour les jeunes filles étaient pratiquement inexistants et restaient par conséquent à définir. Les femmes qui s’y attelèrent se situent entre deux époques, pré-unitaire et post-unitaire. L’émancipation littéraire féminine en Italie était donc plongée dans le même paradoxe politique et géographique : elle se fit par poussées successives, mais resta divisée et plurielle. La libération progressive du corps (on pensera notamment à l’avènement des bains de mer en France) va de pair avec une para-littérature psychologico-érotique dont les traités virent le jour à la fin du xixe siècle17. À contre-courant, on observe un retour à des valeurs anciennes de l’amour courtois pour contrer les affres de la prostitution, et simultanément des traités louant la femme pieuse et soumise à son mari firent le bonheur des éditeurs (La moglie ideale en 1890 pour l’Italie, mais l’Europe n’est pas en reste comme nous l’avons souligné précédemment). Cette stagnation n’est donc pas exclusivement le fait des femmes retenues par une quelconque pudeur ou culpabilité, mais bien le contexte artistico-littéraire et la période de crise identitaire que connut l’Italie tout au long de ce xixe siècle. Au contraire, les femmes incarnent des profils féminins marginaux et à l’opposé du politiquement correct : « D’un côté, mesure et convenance restent les noyaux d’une conduite qui observe le complexe habituel du comportement correct, avec réserve et pudeur ; de l’autre côté, on accentue l’exigence de céder à l’abandon, l’envie de mettre à nu les élans d’une féminité instinctive et les fantaisies d’un éros renié, de se soustraire aux adeptes du “bon sens”18… » Les lettres, les mémoires, les journaux à usage privé se transformèrent en véritables romans où les femmes marginales sont racontées : les mal mariées (L’Indomani de Neera) ; les travailleuses exploitées (In risaia de la Marchesa Colombi ou La Fabbrica de Beatrice Speraz) ; la prostituée (Una fra tante d’Emma) ; la vieille fille (Teresa de Neera). Le « lieu à soi » prend tout son sens, et c’est le soir, dépouillée de ses habits d’épouse et mère, que la femme écrit, comme l’affirma Maria Giuseppina Guacci. Enfin, d’autres, libres de tout engagement maternel, voyagèrent et associèrent journal de bord et défense du droit des femmes comme c’est le cas de Cristina Trivulzio di Belgioioso19, ou bien cherchèrent à associer la notion d’éducation à l’enseignement et attribuèrent ce nouveau rôle aux femmes comme Angelica Palli Bartolomei20 ou Luisa Amalia Paladini21.

  • 22 Capuana, L., « Letteratura femminile », in Nuova Antologia, 1 gennaio 1907, Anno 42, fascicolo 841, (...)
  • 23 Ibid., propos de Camillo De Meis reportés par Luigi Capuana, p. 106.
  • 24 Revues de mode (La Moda illustrata, 1877, L’eleganza, 1878), littéraires (Vittoria Colonna, 1890), (...)
  • 25 « La Donna » : n° 10, 14 juin 1868, Elena Ballio : « Che debbasi intendere per emancipazione della (...)

6Le féminisme transalpin prit tout son sens au début du xixe siècle et pas avant. Les réactions masculines furent mitigées : « Doit-on se tourmenter, comme le font certains, de la concurrence envahissante des femmes en littérature ? Je ne crois pas […] Moi j’avais évoqué les romans de Serao, ne cachant pas mon admiration pour l’œuvre presque virile de l’écrivaine napolitaine22 » ou bien : « Et si les femmes veulent écrire des romans, des œuvres lyriques, des drames et aussi des poèmes, laissons-les se ridiculiser : il n’y a rien de mal à cela23… » Le mot « femminismo » apparut à la moitié du xixe siècle. En 1905, le Dizionario Moderno d’Alfredo Panzini contenait déjà le substantif masculin « femminista » : « qui adhère à de telles opinions ». Le terme de « donna nuova » fit son apparition à la fin du xixe siècle ; il s’agissait de créer un réseau féminin en mesure d’incarner les nouvelles valeurs du féminisme et de monter au créneau pour défendre le droit des femmes. Ces rassemblements féminins se firent à différentes échelles et touchèrent tous les niveaux sociaux et intellectuels : organisations féminines laïques et catholiques, associations de suffragettes, ligues ouvrières, revues féminines24. Les thèmes abordés dans les revues sont l’instruction, l’éducation, le travail extra-domestique, les droits civiques et politiques, le dépassement du clivage entre rôle maternel et le rapport femme-politique, la solidarité entre femmes et la lutte contre la prostitution légalisée, le rapport entre choix personnels et modèles imposés, le noyau familial en tant que foyer de contradictions. Vers la fin du siècle, les artistes (actrices, danseuses, chanteuses) furent également plus reconnues. La première revue à caractère féministe fut publiée le 12 avril 1868 avec à sa tête Gualberta Alaide Beccari (1842-1906), unique survivante parmi douze frères ! Dans le premier numéro du journal à caractère féministe, La Donna, publié le 12 avril 1868, Gualberta Alaide Beccari appelle au rassemblement. La présentation entrevoit une passerelle entre la prise de position risorgimentale et la condition féminine : « L’Italie se fit avec les armes, il convient de la consolider avec les études et le travail… » Pour cela, il fallait revoir le rôle de la mère, plus seulement dans le sens biologique, mais surtout culturel et social. Sorte de manifeste qui anticipe le mouvement futuriste, le « noi/nous » est répété à l’envi : « Ce que nous ferons, ce que nous pensons. » Les articles, tous rédigés par des femmes, se présentent systématiquement comme des manifestes25. En 1870, la « Société italienne pour l’émancipation de la femme » fut fondée par Giuseppe Barbieri, mais connut moins de succès que les autres organisations fondées par des femmes. En 1881, suivit la « Ligue pour la promotion des intérêts de la femme », fondée par Anna Maria Mozzoni (1837-1920) par ailleurs autrice de La femme et ses rapports sociaux en 1864. En 1908 eut lieu le « Congrès italien du mouvement féministe » auquel était présente Maria Montessori, réformatrice du système pédagogique. La poésie qui hissa le drapeau italien laissa donc peu à peu la place aux revues féminines ou féministes, à une para-littérature pédagogique et à une littérature enfantine. Toutefois, on se rend compte que les intellectuelles engagées dans la lutte pour l’émancipation féminine représentent un faible pourcentage de la population féminine peu encline à s’extraire du rôle attribué par les hommes. D’un côté, les femmes durent lutter contre ce type de pensées réfractaires, de l’autre elles se retrouvèrent volens nolens à devoir appréhender un changement de rôle. Il y a un transfert des idées féministes françaises vers l’Italie qui peina à se débarrasser des archétypes établis et imposés. Cependant, la pensée féministe italienne n’existe pas en tant que telle, il fallut attendre le début du xxe siècle pour sentir les prémices d’actions littéraires et sociales ne se contentant plus de revendiquer et de suggérer des changements, mais de les amorcer.

*

7À l’aune de ce parcours succinct à travers la littérature « féminine » du xixe siècle, on se rend compte que le nombre d’écrivaines augmente considérablement quand, paradoxalement, une dévalorisation de la condition féminine est amorcée par un vif retour aux dogmes catholiques. Les convictions féministes filtrent au travers d’essais pédagogiques, mais semblent canalisées par la crainte d’une mise en abyme des nouveaux acquis. Même si Benedetto Croce évoque une chaîne féminine constituée depuis le xviiie siècle arcadien, l’engagement ou patriotique ou proto-féministe ne semble toucher que quelques groupuscules de femmes isolés qui ne sont pas issus des mêmes couches sociales, qui ne véhiculent pas toujours les mêmes idées et qui n’agissent pas systématiquement de la même manière. La pluralité des écritures féminines serait donc, en quelque sorte, le reflet des actions féminines et par extension, de l’Italie divisée.

Notes

1 Moderata Fonte a publié Il Merito delle donne (Le Mérite des femmes) en 1592.

2 En réponse à l’ouvrage misogyne Dei donneschi difetti (Des défauts des femmes) de Giuseppe Passi (1599), Lucrezia Marinelli a rédigé La Nobiltà e l’eccellenza delle donne (La Noblesse et l’excellence des femmes) en 1600.

3 Arcangela Tarabotti était une religieuse engagée contre la prise de voile forcée et a dénoncé les conditions des jeunes filles dans ses ouvrages : La Semplicità ingannata (L’Innocence trompée) en 1664, Il Purgatorio delle mal maritate (Le Purgatoire des mal mariées) dont le texte est curieusement perdu.

4 Paolo Mattia Doria, Ragionamenti ne quali si mostra la donna in quasi tutte le virtù più grandi non essere all’uomo inferiore, 1716 ; Aretafila Savinide’Rossi, Apologia in favore de glistudi delle donne, 1729 ; Francesco Algarotti, Il Newtonianismo per le dame, 1736 ; Gaetana Agnesi, Istituzioni analitiche ad uso della gioventù italiana, 1748.

5 Ludovico Domenichi, Rime diverse d’alcune nobilissime et virtuosissime donne, 1559. Francesco Agostino della Chiesa, Theatro delle donne letterate, 1620 ; Giovan Battista Recanati, Poesia di rimatrici viventi, 1695 ; Luisa Bergalli, Componimenti poetici delle più illustri rimatrici d’ogni secolo, 1726 ; Ambrogio Levati, Dizionario biografico delle donne illustri, 1821 ; A Milano nasce la prima « Biblioteca amena e istruttiva per le donne gentili » di Anton Fortunato Stella, 1821 ; Ginevra Canonici Fachini, Prospetto biografico delle donne italiane rinomate in letteratura, 1824 ; Duchessa d’Abrantès, Vite e ritratti delle donne celebrid’ogni paese della (5 vol. ) 1836 ; Iconografia italiana degli uomini e delle donne celebri, dall’epoca del Risorgimento delle scienze e delle belle artifino ai nostri giorni, Locatelli, Milano, 1839 ; P. L. Ferri, Biblioteca femminile italiana, 1842 ; Salvatore Morelli, La donna e la scienza, 1861 ; Eugenio Camerini, Donne illustri. Biografie, 1871 ; Eduardo Magliani, Storia letteraria delle donne italiane, 1885 ; Jolanda de Blasi, L’Antologia delle scrittrici italiane dalle origini al 1800, 1930.

6 De Giorgio, M., Le Italiane dall’unità a oggi, Roma-Bari, Editori Laterza, 1992, p. 377.

7 Casati, G., Dizionario degli scrittori d’Italia, Milano, Romolo Ghirlanda Editore, 1926, 3 vol. 

8 De Giorgio, M., op. cit., p. 3.

9 En français : L’ange du foyer.

10 Mazzini, G., Dei doveri dell’uomo, Milano, Rizzoli, 1949 p. 55.

11 Id.

12 Ibid., p. 127.

13 Russo, A., « “Dio protegga l’Italia, guai a chi la tocca !” Il Risorgimento nazionale attraverso le lettere di alcune patriote », in Storia delle donne, 6 juillet 11, 2010, p. 184.

14 Cf. D’Azeglio, C., Lettere al figlio (1829-1862), a cura di D. Maldini Chiarito, Roma, Istituto per la storia del Risorgimento italiano.

15 Bologne fut un foyer de femmes peintres entre le xve et xviiie siècle. Les cours de Turin et Florence accueillirent également quelques femmes.

16 Morandini, G., La Voce è in lei. Antologia della narrativa femminile italiana tra ‘800 e ‘900, Milano, Bompiani, 1997, p. 49.

17 867 : Fisiologia del piacere ; 1871 : Un giorno a Madera. Una pagina dell’igiene d’amore ; 1873 : Fisiologia dell’amore ; 1893 : Fisiologia della donna ; 1901 : Dizionario di igiene per le famiglie ; 1906 : La donna nuda. Saggi di psicologia del pudore.

18 Mazzini, G., Dei doveri dell’uomo, Milano, Rizzoli, 1949 p. 55.

19 Cristina Trivulzio di Belgioioso naît à Milan en 1808 dans une riche famille aristocratique. À seize ans, elle épouse le prince Barbiano di Belgioioso, dont elle se sépare quatre ans plus tard. Elle voyage en Italie et en Europe, traduit l’Essai sur la formation du dogme catholique (1842-1843), fonde les périodiques La gazzetta italiana et L’Ausonio où elle relate les événements de 1848-1849. Entre 1850 et 1855, elle voyage en Asie mineure. En 1866, elle publie De l’actuelle condition des femmes et de leur avenir où elle cherche à abolir la figure maternelle dévouée au foyer trop obsolète selon elle. En 1868, elle publie Observations sur la situation actuelle de l’Italie et sur son avenir ; elle établit le bilan politique et matériel de l’Italie, donne une vision globale du pays, détaille les régions (elle évoque déjà le problème des ordures à Naples), et le caractère des Italiens qu’elle considère peu enclins au travail.

20 Angelica Palli Bartolomei (1798-1875) grandit avec trois frères. Elle étudie les langues étrangères, la musique, le dessin et la danse, développe un intérêt pour les tragédies grecques. Elle entre à l’Académie dite Labronica de Livourne où elle est applaudie pour ses performances, sortes de discours érudits improvisés. Elle rédige des tragédies inspirées des mythes antiques. Elle refuse toutefois de composer des vers en faveur de la révolution grecque à la demande de Giovan Pietro Vieusseux, ne se sentant pas en mesure composer des vers guerriers. En 1848, elle publie Rêve fantastique d’une nuit de Carnaval. Le titre festif est trompeur, car il s’agit de l’histoire d’un couple de jeunes mariés dont l’objectif est de fonder une famille attachée à des valeurs patriotiques. Afin de véhiculer ses orientations nationalistes, l’auteur ruse en faisant parler des voix collectives, mortes de surcroît, un « coro di morti ». En 1851, elle publie un ouvrage à but pédagogique, les Discours d’une femme aux jeunes mariées de son Pays. Elle y aborde les thématiques du mariage, de l’amour, de la dignité, de la mode, de l’éducation des garçons et des filles de bonne famille (elle souligne en effet que l’aspect pécuniaire est incontournable). Elle s’étonne que l’on puisse préférer des produits étrangers et prône le « made in Italy ». En 1856, elle change de registre en publiant un guide de Livourne et ses alentours. Peu de femmes l’avaient fait auparavant. On pourrait le comparer au dictionnaire amoureux moderne. En résumé, elle écrit des poésies, des drames, des essais, un guide, des articles de journaux, restant dans le carcan de la domesticité et de la bonne mère. La politique est à ses yeux un domaine de mentalités froides, auquel les femmes ne peuvent s’adapter. Cette disparité d’écriture que l’on a pu constater en amont avec notamment Eleonora de Fonseca Pimentel reflète à la fois le processus d’évolution des mentalités et sa difficile acceptation. Cf. D’Alessandro, A., Storia di Angelica Palli Bartolomei, scrittrice e patriota dell’Ottocento, Roma, Carocci, 2011.

21 Luisa Amalia Paladini (1810-1872) ne se marie pas suite au décès accidentel de son fiancé. Elle étudie et publie des Essais poétiques en 1839 où elle révèle son engagement patriotique. Entre 1844 et 1849, elle est responsable de la crèche pour les petites filles à Lucques. Atteinte d’une forme progressive et invalidante de surdité, elle doit renoncer à sa fonction. En 1857, son Manuel pour jeunes filles mêle principes religieux, patriotiques et civils. Elle y dénonce les embûches auxquelles les femmes se retrouvent confrontées si elles veulent écrire, comparant la voie littéraire à un chemin d’épines. Finalement, elle accède au poste de directrice de l’école supérieure normale et expérimentale féminine pour lequel elle reçoit une médaille d’honneur. Elle y enseigne les chants patriotiques aux jeunes femmes. Cf. Simonetti, S., Luisa Amalia Paladini, vita e opera di una donna del Risorgimento, Lucca, Maria Pacini Fazzi Editore, 2012.

22 Capuana, L., « Letteratura femminile », in Nuova Antologia, 1 gennaio 1907, Anno 42, fascicolo 841, p. 105.

23 Ibid., propos de Camillo De Meis reportés par Luigi Capuana, p. 106.

24 Revues de mode (La Moda illustrata, 1877, L’eleganza, 1878), littéraires (Vittoria Colonna, 1890), d’économie domestique (Mamma, 1886 ; Il corriere delle Signore, 1897), « émancipationnistes » (L’Italia femminile, 1899 ; Il diritto della donna, 1909), catholiques (La famiglia cattolica, 1878 ; Fede nuova, 1907). Cf. De Giorgio, M., op. cit.

25 « La Donna » : n° 10, 14 juin 1868, Elena Ballio : « Che debbasi intendere per emancipazione della donna. La donna ne ha essa diritto ? Ne è essa degna ? » ; n° 257, 10 juin 1875, Luisa To Sko : « La causa della donna – Differenze naturali ed artificiali fra i sessi » ; n° 7, 25 juin 1886, Gualberta Alaide Beccari : « Sul diritto della donna al lavoro e sul diritto a una mercede eguale a quella dell’uomo a parità di lavoro ».

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search