Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Quatrième partie. Ouverture et fidélité (1965-1976)

Chapitre 14. Le degré d’intégration de l’intellectuel catholique dans l’intelligentsia parisienne : les réseaux de 1966 à 1976

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’analyse des réseaux sollicités durant ces années révèle le positionnement du CCIF à l’intérieur du catholicisme. Elle donne également un aperçu de son implantation au sein de la société française.

Le noyau vieillissant des fidèles et l’absence des catholiques intransigeants

La montée de l’intolérance

  • 1 Débat retranscrit dans RD 50, Essais sur la liberté religieuse, mars 1965, p. 2-51.
  • 2 Description dans Le Monde du 15 décembre 1964.

2L’analyse des manifestations, parfois violentes, que subit le CCIF tout au long des années 1960 et au début des années 1970 est emblématique de l’image qu’il véhicule. Dans les années 1950, les hostilités se formaient sur les options politiques qu’il entendait défendre. Les années 1960 sont au contraire marquées par une confessionnalisation du phénomène. Le dialogue que le CCIF souhaite établir avec les non-croyants est vivement combattu par des catholiques qui luttent contre toute forme d’ouverture à l’Autre et dont les manifestations s’échelonnent du milieu des années 1960 à la fin de la période. Le 3 décembre 1964, lors d’un débat consacré au Syllabus, plusieurs hommes envahissent la salle où quatre cents personnes étaient venues écouter le chanoine Aubert, Étienne Borne, le père Chenu et Henri-Irénée Marrou1. Le CCIF n’est alors, dans ce cadre, que le prétexte d’une manifestation politique des tenants de l’Algérie française. Onze jours plus tard, le 14 décembre 1964, la conférence du père Congar sur le concile est fortement troublée2. Cette conférence inaugure un nouveau type de rapports de force entre deux courants du catholicisme.

  • 3 Débat décrypté, carton 42 bis, ARMA.
  • 4 « Des briquets s’étaient allumés en plusieurs endroits, donnant le signal des hostilités et la gra (...)
  • 5 Description dans Le Monde, 21 mars 1970.

3En 1967, lors de la Semaine sur la Violence, un commando de cent manifestants d’extrême droite vient perturber l’exposé du progressiste Emmanuel d’Astier de la Vigerie lequel fait les frais d’une véritable mascarade : les jeunes manifestants se présentent d’abord comme compagnons de route (drapeau rouge déployé dans la salle, chant de l’Internationale, ovations à chaque phrase prononcée par Astier de la Vigerie) pour ensuite dénoncer le « communiste catholique ». Le 19 février 1970, un débat sur « Le mariage, engagement pour la vie » réunit l’abbé Colin, le père Liégé, Louis Henry, le docteur Cordier et sa femme. La réunion est brutalement interrompue par des opposants. Un mois après, le 16 mars 1970, de nouvelles perturbations intégristes mettent à mal un débat consacré à la vie religieuse. Organisé au Palais de la Mutualité, il avait rassemblé Bernard Besret, le père Geffré, Annie Jaubert et Marc Venard3. C’est le responsable de l’abbaye cistercienne de Boquen qui est cette fois-là la raison de la manifestation4. Le micro est arraché et des pétards sont lancés dans la salle5. Les extrémistes récidivent mois d’un mois plus tard, lors de la Semaine consacrée au bonheur. Alors que s’exprime l’abbé Oraison, des tracts sont envoyés dans toute la salle pour fustiger ces intellectuels :

« […] à cause des idées qui sont les leurs, nous ne pouvons accepter qu’ils parlent ENTANT QUE CATHOLIQUES, avec la caution : INTELLECTUELS CATHOLIQUES. »

  • 6 Le Monde, 16 mars 1972.

4En 1972, lors de la Semaine sur la maîtrise de la vie, des contestataires viennent interrompre la séance du 14 mars sur « La politique de la vie » en la présence de Raymond Aron et de Jean-Marcel Jeanneney6.

  • 7 Texte de préparation pour la réunion de juin 1970, p. 1-2, AEF.

5Ces différents cas sont révélateurs de la situation du CCIF. Si la violente manifestation lors du débat avec dom Besret peut s’expliquer par le radicalisme de son expérience, celle organisée sur le mariage réunit des personnes modérées. En cette décennie, il n’y a plus de place pour ceux qui incarnent ce courant : « Dans le climat actuel de l’Église, marqué par un affrontement vigoureux entre tendances et par la montée d’une intolérance généralisée nous avions peur de ne plus pouvoir être ce terrain de rencontres […]. Nous devons concéder que dans ce domaine le pari n’a pas toujours pu être tenu : jamais dans nos invitations, nous n’avons essuyé autant de refus et noté autant d’exclusives7 » précise ainsi Étienne Fouilloux. Paradoxalement ce positionnement n’induit pas pour autant une moindre ouverture.

Tableau des intellectuels intervenus au moins 5 fois (1966-1976)

Tableau des intellectuels intervenus au moins 5 fois (1966-1976)

La gauche catholique : une gauche prétexte ?

  • 8 Voir Étienne Fouilloux, « Des chrétiens dans le mouvement du printemps 1968 ? », art. cit., p. 247 (...)
  • 9 Il sera également invité en mars 1973 lors du colloque sur la « Paix, guerre ou révolution ».
  • 10 Revue qui a pris ses distances vis-à-vis de la hiérarchie et qui appartient au mouvement chrétien (...)
  • 11 En revanche, elle est absente bien qu’invitée à la SIC 1973.
  • 12 février 1971, octobre 1971 et mars 1973.

6Beaucoup de ceux qui incarnent le visage post-conciliaire de l’Église sont intervenus une fois ou deux rue Madame. L’équipe a ainsi invité Mgr Riobé, en février 1971, lors du colloque sur les institutions ou encore le directeur des Études sollicité trois fois et dont les positions audacieuses sur l’avortement suscitent des difficultés avec la hiérarchie. De la même manière, l’équipe fait appel à plusieurs catholiques actifs dans le mouvement de Mai 1968 comme Robert Davezies, ancien « porteur de valises » du réseau Jeanson qui, le 21 mai 1968, avait rassemblé quatorze signatures de personnalités religieuses se déclarant solidaires de l’action des étudiants8. Il participe aux sujets qui touchent à la réorganisation de la société telle que l’entend le mouvement protestataire. Il accepte ainsi de venir au colloque consacré à « Christianisme, morale et société » en 19719. La religieuse Françoise Vandermeersch, directrice de la revue Échanges10 et animatrice pendant les événements 1968 d’un Comité révolutionnaire d’Action culturelle est invitée plusieurs fois. Elle avait participé au colloque sur les institutions chrétiennes en 1966, elle vient également à celui d’octobre 1970 sur le mariage11. Une autre figure du mouvement de Mai est sollicitée en la personne de Patrick Viver et qui vient à la Semaine 1971 pour la séance « La foi peut-elle se vivre seule ? » Les aumôniers d’étudiants Michel Clévenot et Bernard Lerivray, très engagés dans le mouvement 68, sont invités au colloque sur le mariage. Le dominicain Paul Blanquart situé à l’extrême gauche, rédacteur en chef adjoint de Politique-hebdo, qui s’intéresse au dialogue du marxisme et du christianisme, est également présent. Venu à la table ronde de la SIC 1967, il participe au numéro sur Mai 1968, mais refuse de revenir après 197112. Le père Moingt vient à la Semaine 1975, après l’épisode de septembre 1974 à la Source où il avait convié plus de deux cents personnes à « satelliser l’épiscopat ».

  • 13 Lettre d’Andrée Thomas du 3 juin 1969 : « Le CCIF en tant que tel ne nous intéresse pas. […] La li (...)

7Il y a aussi des échecs : si l’abbé Joseph Canal, figure progressiste du clergé parisien, accepte de venir partager son expérience, le débat se fera finalement sans lui, sa communauté refusant qu’un de ses membres s’exprime publiquement. Jean-Louis Monneron propose alors une réunion privée sans succès13. L’échec de cette initiative traduit justement le fossé qui sépare le Centre catholique des intellectuels français d’une frange catholique très militante qui ne se reconnaît aucunement dans une foi raisonnée et rationnelle. Ce courant, fortement marqué par l’esprit de Mai 1968, cherche en dehors de toute tradition de nouvelles formes d’expressions spirituelles. Une démarche distanciée ne l’intéresse donc pas.

8Si une place non négligeable est accordée à ceux qui constituent la gauche de l’Église, c’est davantage dans les colloques fermés qu’ils sont invités par crainte de donner trop résonance à des positions profondément opposées à l’institution ecclésiale.

Une « vieille garde » qui s’éloigne

  • 14 Étienne Gilson au père Chenu, en 1969 dans « Correspondance Gilson-Maritain », dans Cahiers Jacque (...)

« Je mourrai dans la communion de l’Église où je suis né, mais je ne suis pas sûr qu’elle soit restée la même14. »

  • 15 Lettre du 26 mars de Jean de Fabrègues à René Rémond, 2 p., carton 2, « correspondance 1968-1971 » (...)

9Bon nombre de ceux qui ont fait rayonner la pensée catholique dans les années 1950 et 1960 se retrouvent fort peu dans le nouveau visage que semble prendre l’Église. Si un Congar ou un Chenu restent largement confiants, beaucoup d’autres s’inquiètent de la dynamique post-conciliaire. La lettre collective adressée à Paul VI en 1967, puis le manifeste que signent Jacques de Bourbon-Busset, Charles Flory, Étienne Gilson, Jean Guitton, Olivier Lacombe, André Latreille, Maurice Vaussard, François Mauriac, Edmond Michelet ou encore Henri Rollet et que coordonne le père Daniélou sont révélateurs des inquiétudes d’une grande partie de l’intelligentsia catholique à l’égard des nouvelles expressions de foi. Nénamoins très rares ont été les grandes plumes catholiques à se désolidariser de l’évolution du Centre. Ce fut le cas de Gabriel Le Bras qui, dès 1965, refusait de suivre l’ouverture aux communistes ; ce fut le cas de Jean de Fabrègues qui, en 1969, quitta le comité directeur pour désavouer publiquement le choix des semainiers (tout particulièrement la présence de Maurice Bellet15). Les autres ne rompent pas mais se désinvestissent. La création, en ces années, de deux nouveaux espaces de réflexions catholiques souligne d’ailleurs les nouvelles attentes de cette partie de l’intelligentsia catholique. Certes, il ne faut absolument pas mettre sur le même plan l’initiative qui conduit Gérard Soulages à se lancer dans la création d’un colloque d’intellectuels chrétiens et celle de Paul Vignaux et de ses amis à créer la revue Les Quatre fleuves. Mais l’une et l’autre sont significatives.

10En 1970, Gérard Soulages organise à Strasbourg un colloque. La création surprend l’équipe comme s’en explique René Rémond à son fondateur :

  • 16 René Rémond à Gérard Soulages, 21 novembre 1972, p. 1, ARR.

« Je sais que, l’an dernier, beaucoup se sont étonnés que l’initiative prise par vous ait emprunté une appellation que le Centre avait honorablement illustré depuis un quart de siècle et se sont demandé si elle ne recouvrait pas quelque arrière pensée de susciter un contre-sens […]. Parce que je tiens profondément au pluralisme à l’intérieur de l’Église […] j’ai pensé qu’il n’y avait pas lieu d’élever d’observation contre cette utilisation sans consultation16. »

  • 17 « Le père Gagnebet était un de nos amis les plus fidèles, c’était aussi un conseiller très sûr : c (...)

11Ce premier colloque tenu à l’automne 1970 donnera naissance quelque temps plus tard à un mouvement de catholiques soucieux de maintenir dans l’Église une certaine tradition. « Fidélité et ouverture » s’appuiera alors sur les théologiens les plus stricts de la période pacellienne. Lors du décès du père Rosaire Gagnebet en 1983, Gérard Soulages rappellera que ce dominicain (qui pendant trente ans au Saint-Office avait su signaler les errements du CCIF) avait été un des amis les plus fidèles du groupe depuis ses origines17 !

  • 18 Gabriel Marcel-Gaston Fessard. Correspondance, op. cit., p. 248.

12De leur côté, Jean Laloy, Henri-Irénée Marrou, Michel Meslin, Charles Pietri, Marie-Joseph Rondeau, Paul et Georgette Vignaux décident de créer une revue pour « signifier dans le monde présent le fait d’être chrétien ». Indéniablement la revue, née durant l’année 1973, est soucieuse de créer une nouvelle tribune pour intellectuels chrétiens18. Elle déclare ainsi dans son premier liminaire :

  • 19 « En guise de manifeste », dans Les Quatre fleuves, second trimestre 1973, p. 3. Le comité de dire (...)

« Dans la conjoncture présente, une tâche particulièrement urgente nous a paru s’imposer : continuer à élucider ce que peut signifier : être chrétien aujourd’hui19 ».

13Elle s’y emploiera en proposant, deux fois par an, des réflexions historiques sur les sujets les plus divers comme la liberté du chrétien dans la société civile, la catéchèse dans l’Église, les théologiens. Le CCIF n’y voit pas véritablement une concurrence, d’ailleurs son président participe assez régulièrement à la revue, il donne ainsi un article sur « L’Église et la liberté » en 1974. Mais les deux créations révèlent, à des degrés divers, que de nombreux intellectuels sont soucieux de trouver de nouvelles voies d’expression à un christianisme en voie d’éclatement.

  • 20 La comparaison entre les deux listes est probante : comité d’honneur de 1958 : Arland, Aron, Bache (...)

14De 1966 à 1973, l’équipe du « 61 » a réussi à maintenir le dialogue avec les principaux courants du catholicisme, en privilégiant le courant conciliaire et en délaissant la partie la plus critique et la plus conservatrice de l’Eglise. Se retrouvent ici ceux qui ont toujours œuvré pour une Église ouverte comme les pères Liégé, Varillon, l’abbé Colin, Mgr Pézeril, le pasteur Dumas ; et parmi les plus jeunes : les pères Calvez, Geffré, Léon-Dufour, Annie Jaubert ou encore France Quéré. Tous contribueront dans la décennie suivante à renouveler en partie la théologie post-conciliaire et traceront une réflexion personnelle. Annie Jaubert s’intéressera au dialogue interreligieux ; le père Geffré explorera les voies de l’herméneutique pour rendre intelligible le christianisme dans un monde qui lui devient étranger. Le CCIF n’a donc pas failli à sa vocation de dialogue à l’intérieur du christianisme. Son ouverture à l’égard de la pensée agnostique est-elle du même type ? En 1958, la majeure partie des membres du comité d’honneur des décades de Royaumont étaient des collaborateurs proches du CCIF : Raymond Aron, Jacques de Bourbon-Busset, Henri Gouhier, André Lichnerowicz, Jacques Madaule, Gabriel Marcel, François Mauriac et Jean Wahl en faisaient ainsi partie. En 1966, parmi les membres du comité d’honneur de Cerisy la Salle un seul est un fidèle du CCIF, c’est Jean-Marie Domenach20. La cause paraît donc entendue : le CCIF a perdu toute influence sur la scène intellectuelle laïque à partir du milieu des années 1960. N’est-ce pas ici réduire l’histoire de la pensée occidentale à la seule domination de l’ère du soupçon ?

Des personnalités étrangères au christianisme mais acceptant le dialogue

Non-structuralistes et post-structuralistes

  • 21 « Quelques propositions pour une réflexion sur nature et culture » et résumé de l’échange de vues, (...)

15Malgré la très forte progression des thèmes religieux durant cette période (50 % des conférences et débats sont consacrés au catholicisme), l’équipe a su évoquer certains enjeux philosophiques du moment. Pour cela, elle s’est entourée d’une partie de l’intelligentsia parisienne. René Rémond et son équipe puisent alors dans le milieu de Nanterre et du Collège de France grâce à la « camaraderie intellectuelle » née à l’École normale supérieure. Cette solidarité normalienne permet de drainer des personnes dont le parcours est parfois très éloigné de la recherche catholique. Les colloques sont alors le lieu privilégié de ces rencontres. Dans la décennie 1950, ces réunions privées avaient eu pour but de faire dialoguer théologiens et philosophes catholiques, dans une reconnaissance mutuelle et dans une valorisation des recherches théologiques les plus en pointe. Dans la décennie suivante, les colloques avaient davantage expérimenté le dialogue avec les non-croyants. L’équipe poursuit donc cette seconde ligne dans la décennie 1970. Le colloque sur « Nature et culture », organisé en janvier 1971, étudie le rapport induit par les nouveaux champs de recherche ouverts par Jacques Monod, Claude Lévi-Strauss et Noam Chomsky21. En 1973, « Paix et guerre, ou révolution ? » réunit Georges Balandier, Henry Cassirer et François Bourricaud. Les deux premiers s’expriment sur l’avenir de l’État-nation et le troisième sur la crise des sociétés politiques. La rencontre s’intéresse à l’équilibre de la terreur, aux crises des sociétés politiques et à l’avenir possible de ces États.

  • 22 Voir François Dosse, L’empire du sens op. cit., p. 95 et sequentes.
  • 23 Voir L. Debarge, « Religion et religions », dans Catholicisme, p. 789.
  • 24 Sa réflexion avait reçu un écho favorable dans Esprit dès novembre 1973.

16Julien Freund qui fait connaître, dans la continuité du travail lancé par Raymond Aron, les thèses wébériennes22 est aussi sollicité par l’équipe. Éric Weil se rend à deux invitations sur quatre. Edgar Morin est également invité quatre fois, mais ne vient pas en cette dernière période. Enfin en 1976, René Girard est convié. Ce professeur enseignant à l’Université de Stanford, aux États-Unis, qui avait développé une théorie anthropocentrique, apporte une contribution originale à l’histoire des religions et tout spécialement à l’histoire du christianisme en soulignant que « le christianisme comme religion non sacrificielle inaugure la fin du sacré23 ». Son intervention reprend le thème de sacrifice, de la victime émissaire et du péché24. Elle clôt les travaux sur le péché et la morale qu’avait lancés le CCIF au début des années 1950. Les courants philosophiques qui incarnent le dépassement du structuralisme sont donc bien présents au « 61 », principalement à travers les Semaines et les colloques. De la même manière, l’ouverture aux marxistes reste importante.

  • 25 Voir Stéphane Courtois, « Roger Garaudy », dans Dictionnaire des intellectuels français, op. cit., (...)
  • 26 Il accepte de participer deux fois.

17Le courant politique est incarné par le philosophe Pierre Juquin (venu à la SIC 1969) ; ou encore par le courant dissident qu’incarne Roger Garaudy, exclu du Parti en avril 1970 pour désaccord concernant la question tchécoslovaque25. Le marxisme philosophique est également sollicité en la personne de Louis Althusser invité à trois SIC (1969, 1970, 1971). Pour raisons de santé, le caïman se dédit mais la correspondance entretenue avec René Rémond montre une attention pour ce qui se dit rue Madame. Le courant de la sociologie marxiste est bien présent grâce à des personnalités comme Lucien Goldmann invité trois fois et venu à un débat sur la culture bourgeoise ou comme Georges Friedmann qui intervient deux fois.. Enfin le courant des historiens marxistes ou ex-marxistes est également représenté avec Pierre Trotignon26, Pierre Vilar ou encore le philosophe Jean-Pierre Vernant.

  • 27 Lors de la session des évêques de France, en mai 1967, ceux-ci dénoncent le courant philosophique (...)
  • 28 François Châtelet lors d’une journée d’études, cité par François Dosse, Le structuralisme, tome 2, (...)

18Les colloques organisés par le CCIF ont été un espace important d’intelligence partagée à une période où le dialogue entre écoles de pensée restaient très rares. Au début des années 1960, les non-croyants étaient invités pour une confrontation amicale : il s’agissait d’apprendre à dialoguer ; au début des années 1970, la confrontation a évolué en une réflexion commune sur un sujet profane : les intellectuels catholiques ont gagné le combat de la légitimité. Néanmoins, si l’équipe est loin de penser aussi catégoriquement que certains membres de l’épiscopat qui présentent alors le structuralisme comme « l’un des plus grands dangers de la foi27 », elle reste mal à l’aise devant ses porte-paroles. L’ère du soupçon élevée au niveau doctrinal, il est difficile au CCIF d’imposer une approche plus métaphysique. De leur côté, les structuralistes ne prennent guère de précautions : comme l’écrit alors François Châtelet, en février 1968 dans une formule lapidaire : le structuralisme, « c’est le refus de l’humanisme28 ».

Les grands absents : des structuralistes à la mouvance Tel Quel

  • 29 Retranscrit dans RD 68, mars 1969, p. 167-195.
  • 30 « Sémiotique et Bible », dans Catholicisme, p. 1069.
  • 31 « La pensée sauvage et le structuralisme », numéro spécial, novembre 1963.

19Le structuralisme trouve une place modeste grâce à des catholiques comme le père de Certeau, l’abbé Lafon et l’abbé Delzant qui interviennent au « 61 » pour montrer l’utilisation des sciences humaines dans leur discipline. Le père de Certeau dialogue ainsi sur « Histoire et structure » avec Pierre Nora et Raoul Girardet29. En revanche, la recherche théologique utilisant l’apport de la sémiotique pour la lecture de textes bibliques – le fameux « mariage de raison30 » associant les exégètes et certains linguistes, dont Algirdas-Julien Greimas se fait le chantre – est quasiment absente. Certes le linguiste a été invité à la SIC 1969 sur la Vérité mais il n’a pas donné suite ; certes l’abbé Jacques Delorme est invité au colloque de mai 1972 consacré à l’infaillibilité pontificale, mais il ne vient pas spécifiquement en tant que spécialiste de linguistique. Les membres de l’École de Paris qui rassemble biblistes et linguistes sont donc absents. Il faut finalement attendre les années 1975-1976 pour que quelques cours-séminaires soient organisés sur la lecture de la Bible avec les abbés Georges Kowalski et Guy Lafon. Le CCIF ne s’est donc jamais véritablement lancé dans l’aventure alors que les animateurs d’Esprit avaient su proposer un numéro spécial sur le structuralisme dès 196331.

  • 32 Même s’il faut signaler, comme le rappelle Roger-Pol Droit, qu’en 1968 « […] on lisait surtout Alt (...)

20De la même manière, le CCIF se risque assez rarement à solliciter les spécialistes non croyants de la question. Le philosophe Gilles Deleuze dont l’ouvrage L’anti-Oedipe constitue une véritable charge contre la psychanalyse classique et qui a défrayé la chronique en 1972 n’est invité (sans succès) qu’une seule fois. Le critique littéraire Roland Barthes ne l’est également qu’une fois ; quant à Jacques Derrida32 et Michel Foucault, ils sont oubliés. Pierre Bourdieu est absent alors que son ouvrage La reproduction (écrit en collaboration avec Jean-Claude Passeron) est très vite considéré comme une œuvre importante. Jean Baudrillart l’est également.

21Que manifestent ces lacunes ? Rejet de cette pensée dérangeante ? Manque de moyens pour appréhender cette pensée ? Refus des structuralistes d’entamer un dialogue ? Certainement des trois à la fois. Le CCIF reste conscient de ses limites :

  • 33 « Bilan 1973-1974 », ARMA.

« Le Centre a entrouvert la porte aux percées effectuées par la réflexion psychanalytique, le structuralisme, les théories de l’interprétation : mais il a porté sur ces innovations un jugement philosophique ou une interrogation éthique plus qu’il n’a pris la mesure des ruptures épistémologiques introduites par ces dernières dans l’univers du discours […] d’où sans doute la nécessité d’un investissement sérieux dans ces démarches dites modernes33. »

  • 34 Voir à ce propos la biographie que lui a consacrée François DOSSE, Paul Ricœur. Les sens d’une vie (...)
  • 35 D’après la comparaison faite entre les trois revues par Jean Tavarès de 1962 à 1971.
  • 36 À l’inverse le CCIF se désintéresse complètement de l’extrême-gauche politique (trotskisme, maoïsm (...)

22Les structuralistes ont donc été peu invités et lorsqu’ils le furent, ils vinrent rarement. Dans un contexte où ce courant joue un rôle de premier plan, la position des catholiques et des anti-structuralistes est assez marginale. La place d’un Paul Ricœur sur la scène de l’intelligentsia parisienne est pleinement révélatrice : le philosophe retrouvera une influence au milieu des années 1980 lorsque l’ère du structuralisme sera définitivement revenue à une plus juste place34. Néanmoins, dans Les Temps modernes ou Esprit – considérées comme des références pour analyser le microcosme intellectuel – bien des penseurs qui renouvellent le champ intellectuel de la décennie sont absents : Baudrillart, Bourdieu, Cassirer, Deleuze, Derrida ne font l’objet d’aucune étude35 ; quant à l’œuvre de Michel Foucault, Les Temps modernes, n’y consacre qu’un article. À l’inverse, le CCIF explore les voies empruntées par Herbert Marcuse, Jacques Monod, René Girard, champ inexploré par la revue de Jean-Paul Sartre36.

Notes

1 Débat retranscrit dans RD 50, Essais sur la liberté religieuse, mars 1965, p. 2-51.

2 Description dans Le Monde du 15 décembre 1964.

3 Débat décrypté, carton 42 bis, ARMA.

4 « Des briquets s’étaient allumés en plusieurs endroits, donnant le signal des hostilités et la grande salle avait été investie par des hommes avançant vers l’estrade, armés de matraques et de bombes lacrymogènes. Je ne dus qu’à la présence fortuite d’une compagnie de gardes républicains (présents pour parer à des difficultés éventuellement provoquées par une réunion politique qui se tenait dans une autre salle) de pouvoir quitter la Mutualité », Bernard Besret dans Confiteor, op. cit., p. 11.

5 Description dans Le Monde, 21 mars 1970.

6 Le Monde, 16 mars 1972.

7 Texte de préparation pour la réunion de juin 1970, p. 1-2, AEF.

8 Voir Étienne Fouilloux, « Des chrétiens dans le mouvement du printemps 1968 ? », art. cit., p. 247 et sequentes.

9 Il sera également invité en mars 1973 lors du colloque sur la « Paix, guerre ou révolution ».

10 Revue qui a pris ses distances vis-à-vis de la hiérarchie et qui appartient au mouvement chrétien de gauche, Autrement, op. cit., p. 211-212.

11 En revanche, elle est absente bien qu’invitée à la SIC 1973.

12 février 1971, octobre 1971 et mars 1973.

13 Lettre d’Andrée Thomas du 3 juin 1969 : « Le CCIF en tant que tel ne nous intéresse pas. […] La ligne de dialogue au niveau que vous proposez ne présente pas d’intérêt pour nous », AICP.

14 Étienne Gilson au père Chenu, en 1969 dans « Correspondance Gilson-Maritain », dans Cahiers Jacques Maritain, 23, octobre 1991, p. 56.

15 Lettre du 26 mars de Jean de Fabrègues à René Rémond, 2 p., carton 2, « correspondance 1968-1971 », ARR.

16 René Rémond à Gérard Soulages, 21 novembre 1972, p. 1, ARR.

17 « Le père Gagnebet était un de nos amis les plus fidèles, c’était aussi un conseiller très sûr : c’est bien avec l’aide d’hommes comme lui que j’ai pu conduire notre barque de 1972 à maintenant. […] Le père devait rester au Saint-Office […] Ainsi avait-il été amené à connaître avec une précision exceptionnelle bien des erreurs […] ce qui lui permettait de me donner des conseils précis et fondés ». Fidélité et ouverture, bulletin 62, septembre 1983, p. 2. Gérard Soulages précise ensuite que c’est en 1978 que Rosaire Gagnebet avait définitivement adopté le groupe.

18 Gabriel Marcel-Gaston Fessard. Correspondance, op. cit., p. 248.

19 « En guise de manifeste », dans Les Quatre fleuves, second trimestre 1973, p. 3. Le comité de direction est composée de Jean Laloy, Henri-Irénée Marrou, Michel Meslin, Charles Pietri, Marie-Josèphe Rondeau, Paul et Georgette Vignaux, dans n° 2, 1974.

20 La comparaison entre les deux listes est probante : comité d’honneur de 1958 : Arland, Aron, Bachelard, Boubon-Busset, Gouhier, André Lichnerowicz, Malraux, Madaule, Marcel, Mauriac, Maurois, Shlumberger, Wahl, Weil. En 1966 : Bourgeois, Chatelet Derrida, Domenach, Faye, Robbe-Grillet, Shatzman, Simon, Genette, Lyotard, Memmi, Morin, Ponge, Ricardou, Serres, Todorov.

21 « Quelques propositions pour une réflexion sur nature et culture » et résumé de l’échange de vues, 6 p., carton 38 bis, ARMA.

22 Voir François Dosse, L’empire du sens op. cit., p. 95 et sequentes.

23 Voir L. Debarge, « Religion et religions », dans Catholicisme, p. 789.

24 Sa réflexion avait reçu un écho favorable dans Esprit dès novembre 1973.

25 Voir Stéphane Courtois, « Roger Garaudy », dans Dictionnaire des intellectuels français, op. cit., p. 522-524. Roger Garaudy vient à la Semaine de 1971.

26 Il accepte de participer deux fois.

27 Lors de la session des évêques de France, en mai 1967, ceux-ci dénoncent le courant philosophique en ces termes. Cité par Pierre Watte dans Bilan de la théologie au xxe siècle, op. cit., p. 343.

28 François Châtelet lors d’une journée d’études, cité par François Dosse, Le structuralisme, tome 2, Le chant du cygne, p. 115.

29 Retranscrit dans RD 68, mars 1969, p. 167-195.

30 « Sémiotique et Bible », dans Catholicisme, p. 1069.

31 « La pensée sauvage et le structuralisme », numéro spécial, novembre 1963.

32 Même s’il faut signaler, comme le rappelle Roger-Pol Droit, qu’en 1968 « […] on lisait surtout Althusser, Barthes, Bourdieu, Deleuze, Lacan, Lévi-Strauss, mais très peu Derrida », Le Monde, 15 avril 1988, p. xxviii.

33 « Bilan 1973-1974 », ARMA.

34 Voir à ce propos la biographie que lui a consacrée François DOSSE, Paul Ricœur. Les sens d’une vie, op. cit.

35 D’après la comparaison faite entre les trois revues par Jean Tavarès de 1962 à 1971.

36 À l’inverse le CCIF se désintéresse complètement de l’extrême-gauche politique (trotskisme, maoïsme) alors que ces thèmes font l’objet d’une attention soutenue des Temps modernes.

Table des illustrations

Titre Tableau des intellectuels intervenus au moins 5 fois (1966-1976)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8745/img-1.png
Fichier image/png, 121k

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540