Version classiqueVersion mobile

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Historiographie, réceptions universitaire et scolaire. Recevoir un prix

Place des autrices dans les manuels de littérature en classe de première de 1987 à 2010

Laëtitia Perret

Texte intégral

  • 1 Planté, Ch., « La Place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe ou point de départ d’une rel (...)

1Les différentes études sur la place des femmes dans les histoires littéraires1 soulignent toutes leur minoration notamment à travers des relevés quantitatifs. Par ailleurs, la dimension littéraire de la production de celles qui sont citées est souvent, elle aussi, minorée. Qu’en est-il dans les histoires littéraires à usage des lycéens et des lycéennes de ces trente dernières années ?

  • 2 La bibliographie complète des manuels figure en fin de l’ouvrage.
  • 3 Perret-Truchot, L. (dir.), Analyser les manuels, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. «  (...)

2Du point de vue méthodologique, notre étude porte sur dix-sept manuels2 sélectionnés selon différents critères, afin qu’ils soient pleinement représentatifs, et considérés comme des objets de recherche3. Le corpus concerne la classe de première du lycée d’enseignement général et technologique, les manuels ont été publiés par des éditeurs reconnus dans le champ du manuel (Hachette, Hatier, Nathan, Magnard…). La périodisation débute en 1987 car c’est à partir de cette date que les manuels s’adaptent à la réforme de 1983 en devenant des manuels de littérature et méthode, elle s’arrête en 2010 avec l’apparition de nouveaux programmes. Durant ces trente années, le canon des auteurs, et leur approche, désormais plus communicative qu’historique, se reconfigure, notamment avec l’apparition du « groupement de textes ». Ce dernier s’institutionnalise sous forme « d’objet d’étude », lors de la réforme du baccalauréat de 2001, ce qui amène de nouvelles configurations. C’est pourquoi nous distinguons quatre périodes (1987-1996-2001-2007) qui instaurent de nouveaux exercices et/ou de nouveaux objets d’étude, à raison de quatre à cinq manuels par période.

  • 4 Sur le choix du terme autrice, voir Evain, A., « Histoire d’autrice, de l’époque latine à nos jours (...)
  • 5 Planté, Ch., art. cit.

3Une partie de l’analyse sera quantitative et portera sur le canon des autrices4 : qui sont-elles, quelle place occupent-elles par rapport aux auteurs, quels siècles sont représentés ? Une autre partie, plus qualitative, interrogera la question des genres littéraires dans lesquels écrivent les autrices les plus étudiées, afin de voir s’ils portent une « vision implicite du féminin5 »

Renouvellement du corpus d’auteurs : la place des femmes

Palmarès : aspect quantitatif6

  • 6 Les chiffres cités figurent dans les tableaux en annexe.

4En moyenne, entre 1987 et 2010, les autrices représentent 5,75 % du corpus total des auteurs cités. Et le pourcentage augmente globalement de 3,9 %, avec une stagnation entre 1996 et 2001. Si l’on s’attache au détail des manuels on aperçoit la même augmentation. Le pourcentage le plus faible (2 %) concerne un des manuels les plus anciens du corpus. Et le pourcentage le plus élevé concerne un manuel de 2007 (9,3 %).

  • 7 Planté, Ch., art. cit.

5L’augmentation du corpus des autrices que nous constatons s’explique en effet par la réforme du lycée de 1983. La massification du public scolaire qui s’accentue au cours des années 1980 remet en question l’approche des textes à travers l’histoire de la littérature, sous forme de morceaux choisis. La réforme de l’enseignement de l’histoire littéraire, qui introduit des notions de linguistiques dans une perspective communicative, s’accompagne d’un élargissement du corpus à des écrits et des auteurs jusque-là marginalisés (littérature de colportage, presse, libertins…). C’est bien comme auteurs marginalisés que figurent les autrices, pour illustrer l’existence d’une écriture féminine jusque-là trop oubliée. Elles sont alors « annexées à une histoire globale des exclus7 ».

6En effet, cette augmentation ne doit pas faire illusion : les autrices sont tout de même marginales et cette marginalisation se manifeste par la dispersion du corpus. Si ce dernier est constitué de quarante-neuf autrices, vingt-six ne sont citées que par un seul manuel. Or, ce qui compte n’est pas le nombre d’autrices citées, mais le nombre de fois où elles figurent dans les manuels. Plus une autrice est présente, plus l’on peut supposer que c’est parce qu’elle fait partie du canon, c’est-à-dire des autrices qu’on ne peut pas ne pas mentionner.

  • 8 Très présente aussi dans l’étude réalisée par le Centre Hubertine Aucler pour la classe de seconde  (...)
  • 9 Très présente aussi dans La Représentation des femmes dans les manuels scolaires de Français, op. c (...)
  • 10 George Sand est l’autrice la plus mentionnée (présente dans douze des dix-sept manuels) dans l’étud (...)
  • 11 Colette est présente dans sept manuels d’après l’étude Hubertine Aucler, id.
  • 12 Ce corpus est à peu près exclusivement français, seules sept autrices étrangères y figurent dont tr (...)

7Trois autrices arrivent en tête : Madame de la Fayette8, Madame de Sévigné et Marguerite Duras. Elles figurent dans treize manuels sur dix-sept soit 76,4 %. La seconde place est occupée par Louise Labé9 et Nathalie Sarraute qui figurent dans douze manuels sur dix-sept, soit 70,5 %, suivies de Marguerite Yourcenar et Madame de Staël (onze manuels sur dix-sept, 65 %). Arrive ensuite George Sand10 présente dans neuf manuels sur dix-sept, soit 52,9 %. On trouve ensuite un groupe de trois autrices qui figurent dans six ou sept manuels sur dix-sept (Colette11, Madame de Scudéry, Simone de Beauvoir) soit 35 % ou 30 %, puis quatre autrices qui apparaissent dans trois ou quatre manuels sur dix-sept soit 17 % : Marguerite de Navarre, Christine de Pisan, Marie de France, Olympe de Gouges12. Si ces résultats montrent que tous les siècles de l’histoire littéraire sont représentés, il y a néanmoins une forte disparité.

8Les autrices forment donc un canon fragile, à la fois faible quantitativement par rapport à celui des auteurs, et fortement dispersé. Il n’y a pas de fonds commun, légitime, dans lesquels les auteurs de manuels pourraient puiser.

9C’est le xxe siècle qui est le plus dispersé. Il constitue la majorité du corpus (vingt-neuf autrices sur quarante-neuf) mais seules trois autrices sont citées par plus de dix manuels (Duras : 76 %, Sarraute : 70,5 %, Yourcenar : 65 %). Colette, qu’on aurait pu penser plus légitime, car bénéficiant d’une longue histoire scolaire, n’est citée que par six manuels (30 %). Le reste du corpus, soit vingt-cinq autrices, n’est cité le plus souvent que par un seul manuel. Plus de la moitié de ces vingt-cinq autrices sont contemporaines (Christine Angot, Yasmina Reza, Annie Ernaux, par exemple). Or les auteurs du xxe siècle étudiés au lycée sont rarement contemporains. Ces autrices, très dispersées, sont probablement très peu présentes dans les pratiques de classe.

10Viennent ensuite trois siècles qui ont un traitement assez proche : les xvie, xviie et xixe siècles. Ils ont pour point commun d’avoir un tout petit nombre d’autrices, mais certaines d’entre elles figurent dans plus de la moitié des manuels. Ce sont donc des siècles à faible dispersion, ce qui nous montre que ce qui compte n’est pas le nombre d’autrices, mais le nombre de fois où elles apparaissent.

11Si le xviie siècle ne figure qu’à travers quatre autrices, deux d’entre elles, Madame de Sévigné et Madame de Lafayette sont présentes dans plus de 75 % des manuels. Ce petit corpus est en réalité un signe de légitimation forte, il n’y a pas de dispersion. Le xvie siècle, bien que représenté par trois autrices seulement, est avec Louise Labé présent dans douze manuels (70,5 %). Le xixe siècle n’est représenté que par deux autrices, George Sand (52,9 %) et Madame de Staël (65 %). Si ce classement est inférieur à celui des xvie et xviisiècles, il accorde à ce siècle une place plus importante que le xviiie siècle et le Moyen Âge.

12En effet ces deux siècles sont les moins bien représentés en terme d’autrices, car leur corpus est à la fois faible quantitativement et présent dans peu de manuels.

13Si le xviiie est le second siècle en termes de nombre d’autrices, elles ne sont plus que six dont quatre ne figurent que dans un seul manuel (Madame du Deffand, Madame Riccoboni, Mademoiselle de Lespinasse, Madame du Châtelet), une dans deux manuels (Madame de Graffigny). L’autrice la plus mentionnée, Olympe de Gouges, figure uniquement dans trois manuels (soit 17 %). Le Moyen Âge est encore moins bien représenté : le corpus ne comporte que trois autrices. La plus mentionnée, Christine de Pisan figure uniquement dans quatre manuels sur dix-sept (17 %), Marie de France dans trois. Le xviiie siècle et le Moyen Âge féminins n’ont pas d’existence littéraire au lycée.

Genres scolaires et genres féminins

  • 13 Viala, A., « Qu’est-ce qu’un classique ? », in A. Viala (dir.), Littératures classiques, n° 19, Qu’ (...)
  • 14 Schneuwly, B. et Dolz-Mestre, J., « Les genres scolaires des pratiques langagières aux objets d’ens (...)

14Ce palmarès s’explique tout d’abord par le rôle des genres scolaires dans le processus de légitimation ou de « classicisation13 » des auteurs. Les genres littéraires et les siècles de l’histoire littéraire, lorsqu’ils sont reconfigurés pour s’adapter aux approches de la littérature telles que l’institution scolaire les construit, deviennent des « produits culturels de l’école14 », des genres scolaires.

  • 15 Jey, M., La littérature au lycée, l’invention d’une discipline, 1880-1925, Metz, université de Metz (...)
  • 16 Perret, L., « Le Genre comme instance de légitimation du littéraire à l’école : le cas des philosop (...)

15Jusqu’aux années 1950, c’est le xviisièclequi est le plus légitime, mais un xviie cantonné au théâtre (Racine, Corneille, Molière), à la poésie (La Fontaine, Boileau) à l’oraison (Bossuet15). La période qui nous intéresse se caractérise par une reconfiguration des genres et des siècles légitimes : le théâtre est toujours rattaché au xviie auquel s’ajoute le xviiie (Marivaux, Beaumarchais). La poésie est surtout le genre du xixe, mais aussi, à un moindre degré, des xvie et xxe siècles. Le roman, jusque-là mineur, devient un genre scolaire majeur, légitimité qu’il a mis environ un siècle à acquérir. Il est surtout rattaché aux xixe et xxsiècles. Un nouveau genre apparaît, la littérature d’idées, associée au xviiie siècle16.

  • 17 Planté, Ch., art. cit.
  • 18 Ibid.
  • 19 Lasserre, A., art. cit.

16Ce palmarès s’explique aussi par une « vision implicite du féminin17 » : il ne reflète ni la réalité des genres dans lesquels écrivent les femmes, ni leur place effective dans le monde des lettres. Ainsi, le xixe siècle n’est représenté que par deux autrices du début du siècle (Madame de Staël, George Sand), alors que c’est à partir de 1850 que la production féminine devient très importante18. Le xxe siècle est certes représenté par vingt-six autrices, mais ce chiffre est loin de refléter les 20 % de femmes de lettres qui écrivent dans la première moitié du siècle et les 30 % du second demi-siècle19.

  • 20 Nies, F., « Un genre féminin ? », in Revue d’Histoire littéraire de la France, 78e année, n° 6, La (...)

17Le xviie siècle cantonne le genre féminin à l’épistolaire (Madame de Sévigné) et au roman (Madame de Lafayette, Madame de Scudéry). Or, à cette époque, seuls 2 % des auteurs d’ouvrages dont le titre annonce « lettres » sont des femmes, alors que 15 % des auteurs d’ouvrages dont le titre annonce « contes » sont des femmes20.

18Plus généralement, il est frappant de constater la très faible présence de dramaturges (Yasmina Reza, dans deux manuels, Hélène Cixous dans un seul et quelques dialogues de Marguerite Duras). Quant aux poétesses elles sont peu nombreuses et figurent le plus souvent dans un seul manuel, parfois dans trois (Marie de France, Pernette du Guillet, Valérie Rouzeau). Seule Louise Labé a une forte présence. Or les dramaturges féminines sont nombreuses et reconnues au xviiie siècle (Madame de Graffigny, Madame de Genlis), tout comme les poétesses du début du xixe siècle (Marceline Desbordes-Valmore), ou du xxe siècle (Louise de Vilmorin, Anna de Noailles). Il nous semble alors indiscutable que les manuels cantonnent les femmes à des genres spécifiques, ce qui est loin de représenter la réalité de leur production.

Des genres littéraires genrés ?

19La littérature féminine est ainsi dévalorisée et marginalisée par rapport à l’ensemble du champ littéraire, puisque les autrices sont peu nombreuses. Mais le processus de dévalorisation est accentué par les catégories génériques et les objets d’études dans lesquels sont placées les autrices qui portent l’affirmation implicite d’une écriture féminine de l’intime. En effet, les autrices sont présentes essentiellement comme épistolières, autobiographes ou romancières, genres qui furent ou sont encore considérés comme mineurs.

Madame de Sévigné et le genre de la correspondance

  • 21 Bray, B., « Madame de Maintenon épistolière : l’image des manuels éducatifs », in A. Niderst (dir.) (...)

20Madame de Sévigné est l’autrice à la légitimité scolaire la plus ancienne, puisqu’elle est enseignée depuis le xviiie siècle21. Nos propres sondages effectués sur quarante manuels publiés depuis 1802 (anthologies rhétoriques et histoires littéraires) confirment ce fort degré de légitimité.

  • 22 Gerard, M., « Art épistolaire et art de la conversation : les vertus de la familiarité », in Revue (...)
  • 23 Duchene, R., « Le Mythe de l’épistolière : Mme de Sévigné », in M. Bossis et C. Porter (dir.), L’Ép (...)
  • 24 Bray, B., art. cit.
  • 25 Nisard, D., Histoire de la littérature française, quatre tomes, Paris, librairie Firmin Didot et Ci (...)
  • 26 Doumic, R., Histoire de la littérature française, Paris, Paul Delaplane, 1891 [sixième édition], p. (...)
  • 27 Ibid., p. 375.
  • 28 Diaz, B., L’Épistolaire ou la pensée nomade, Paris, PUF, 2002 ; Diaz, B. (dir.), L’épistolaire au f (...)
  • 29 Des Granges, Ch.-M., Histoire illustrée de la littérature française [1914], Paris, Hatier, 1917 [di (...)

21Si Madame de Sévigné est légitime, c’est plus parce qu’elle maîtrise un genre considéré comme féminin que parce qu’elle appartient au Grand Siècle22. En effet, être une grande épistolière, ce n’est pas forcément être un(e) grand(e) écrivain(e), car la correspondance demeure attachée à des qualités d’écritures considérées comme féminines : spontanéité, absence de travail, sincérité et naturel23 et donc incapacité à théoriser, ce qui explique l’importance de l’épistolière dans l’éducation des filles24. La formule du manuel de Désiré Nisard en 1840 : « elle écrit des lettres parce qu’elle ne sait pas penser toute seule25 » illustre la minoration du genre épistolaire. Quant à René Doumic, auteur d’un manuel en vogue sous la Troisième République, il cantonne Madame de Sévigné dans une superficialité forcément féminine : « Mme de Sévigné, et ce n’est pas son moindre charme, a l’esprit très féminin : elle est le reflet mobile et séduisant d’une société dont elle aime jusqu’aux défauts26. » La correspondance est un genre féminin, car il ne s’agit pas vraiment d’un genre littéraire, Doumic affirme ainsi que Madame de Sévigné « ne songe pas à faire œuvre durable27 ». Le discours des histoires littéraires du xixe siècle affirme donc l’existence d’un tropisme féminin28 comme on le voit chez Charles-Marc Des Granges en 1914 : « Les femmes excellent à écrire des lettres comme elles excellent à causer. Moins renfermées et moins défiantes que les hommes, elles aiment à communiquer aux autres ce qu’elles pensent et ce qu’elles sentent29. »

  • 30 Bray, B., art. cit.
  • 31 Sabbah, H. (dir.), Littérature, texte et méthode, première, Hatier, 1994 ; Sabbah, H. (dir.), Litté (...)
  • 32 Biet, Ch., Brighelli, J.-P., Rispail, J.-L., Littérature, Textes et Histoire Littéraire, t. 1, Pari (...)
  • 33 Pratt, M.-H., Avierinos, M. (dir.), Littérature, première, terminale, textes histoires, méthodes, t (...)
  • 34 Bigeard, J.-M. (dir.), Littérature, première, toutes séries, Paris, Magnard, 2005 ; Desaintghislain (...)
  • 35 Sabbah, H. (dir.), op. cit., 1994 et 1996, Kelle, M., Parcours littéraires du xvie au xxe siècle. F (...)

22Le choix des extraits, qui n’évoluent guère depuis les anthologies rhétoriques, montre la permanence de la lecture scolaire de l’œuvre de cette autrice. Les chroniques mondaines, ou « lettres familières et badines » qui sont une des catégories des anthologies rhétoriques30, sont nombreuses dans les manuels de 1987 à 2001 : sur la vie à la cour, avec trois lettres, sur le roi qui fait des vers dans quatre manuels31 sur la mort de Vatel dans trois manuels32, sur le mariage de la Grande Mademoiselle dans deux manuels33. En 2001, les programmes instaurent un nouvel objet d’étude : l’épistolaire. Cela est loin de favoriser l’épistolière. D’une part elle régresse, car l’institutionnalisation de l’épistolaire est plutôt l’occasion pour les manuels de redécouvrir la correspondance masculine. D’autre part, les quatre manuels parus depuis 200134 qui la citent proposent des lettres qui traitent de la souffrance due au départ de sa fille, ce qui tendrait à montrer que c’est la figure maternelle de l’attente et de l’excès qui est désormais scolarisée. Seuls deux manuels, parmi les plus anciens du corpus, (1992-1998) montrent que Madame de Sévigné est aussi une moraliste35.

23C’est donc comme représentante d’un genre mineur, parce que caractérisé comme féminin, que Madame de Sévigné est étudiée au lycée. Les autres épistolières qui figurent dans notre corpus (Mlle de Lespinasse, Mme du Deffand), illustrent elles aussi une écriture de l’intime, une image de la femme sensible, éperdue d’amour.

Le roman féminin

  • 36 Perret, L., « Le genre comme instance de légitimation du littéraire à l’école : le cas des philosop (...)

24L’autre genre féminin, parce que mineur, est le roman. C’est en effet à partir des années 1980 que le genre devient majeur. Les histoires de la littérature des années 1840 aux années 1880 n’étudient pas le roman en tant que genre spécifique, même si elles évoquent les romanciers36. Les chapitres spécifiques apparaissent dans les manuels à partir de 1914 et les premiers extraits romanesques entrent au programme en 1923.

25Cette minoration du roman explique en grande partie la « classicisation » de Colette et George Sand qui ont une longue histoire d’autrices scolaires.

  • 37 Le cas de Madame Leprince de Beaumont est similaire, elle n’est connue qu’à travers La Belle et la (...)
  • 38 Denizot, N., « George Sand, un classique scolaire ? », in Les Amis de George Sand, Bulletin de Liai (...)
  • 39 André, M.-O., Les Mécanismes de classicisation d’un écrivain. Le cas de Colette. Metz, université d (...)

26Elles deviennent en effet des classiques scolaires en tant que romancières, genre scolaire encore peu légitime. De plus, elles sont longtemps étudiées à l’école primaire, ce qui les minore tout au long de la période où enseignement primaire et secondaire sont nettement séparés. Elles ne font pas partie de l’histoire littéraire lycéenne37. Nathalie Denizot38 montre ainsi que George Sand est présente dans les programmes de l’enseignement primaire supérieur après 1880, pour devenir, à partir de 1938, une autrice du collège (classe de quatrième), où elle est préconisée jusque dans les années 1960. George Sand est alors plus étudiée que d’autres romanciers, comme Stendhal ou Flaubert, et généralement au moins autant que Balzac car le roman est un genre mineur, donc forcément féminin. Enfin, Colette et George Sand ont longtemps été cantonnées dans un sous-genre romanesque mineur, le roman de pays : la seule œuvre de George Sand étudiée en primaire et au collège est La Mare au diable. Étudiant le cas de Colette, Marie-Odile André en arrive aux mêmes conclusions et montre que « genre romanesque et production féminine participent donc ensemble d’un ensemble de dévalorisation que chacun des deux contribue à renforcer39 ».

  • 40 Cette masculinisation du roman débute en 1820, voir Louichon, B. « La littérature en bas-bleus : un (...)

27Le roman était un genre scolaire féminin, parce que mineur. En se légitimant, il se masculinise, ce qui entraîne une reconfiguration du classement générique de certaines autrices40.

  • 41 Kelle, M., op. cit., 1998 ; Desaintghislain, C., op. cit., 1995.

28La minoration actuelle de Colette se manifeste par la permanence de sa lecture comme romancière régionaliste et écrivaine animalière, manifestement considérés comme des genres féminins. Trois manuels sur six la présentent ainsi, à travers deux extraits des Vrilles de la vigne41, ou de La Chatte.

  • 42 Biet, Ch., op. cit., 1988 ; Pagès, A. et Rincé, D. (dir.), Lettres 1re, Paris, Nathan, 1996 ; Kelle (...)
  • 43 Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997.
  • 44 Desaintghislain, C., op. cit., 2007.

29Quant à George Sand, les manuels la présentent désormais surtout comme une romancière romantique moyennant des extraits de Indiana dans quatre manuels de notre corpus, parus entre 1987 et 200142, sur les neuf où elle figure (La petite Fadette43 et François Le Champi44 sont cités dans deux manuels). Mais Sand est désormais minorée par rapport aux autres romanciers romantiques, bien plus présents. Et sa présence régresse considérablement dans les manuels parus depuis 2007.

30Madame de Lafayette subit le même type de minoration : romancière du xviie siècle, elle est en concurrence avec les dramaturges classiques jusqu’aux années 1980, puis avec les romanciers des xixe et xxe siècles considérés comme plus représentatifs du genre.

  • 45 De l’Allemagne, in Ch. Biet, op. cit., 1988 ; in C. Desaintghislain, op. cit., 1995 ; in E. Amon (d (...)
  • 46 Corinne, in J. Parpais et C. Parpais, Littérature, première, Hachette, 1992 ; in M. Kelle, op. cit.(...)

31Madame de Staël connaît une reconfiguration différente de ses œuvres. Elle est, avec Madame de Sévigné, l’autrice qui a la plus longue histoire scolaire puisqu’elle figure, aux côtés de l’épistolière, dans les premiers manuels de rhétorique. Or nombre de ses œuvres scolarisées étaient ses écrits sur la littérature. Si six manuels parmi les plus anciens la présentent encore comme essayiste45, quatre manuels la présentent comme une romancière romantique46 au moment même où l’essai devient un genre scolaire majeur à travers la légitimation scolaire de la littérature d’idées. Elle subit alors elle aussi la concurrence des romanciers.

  • 47 Hiroshima mon amour n’est étudié que par Ch. Biet, op. cit., 1988 ; Césarée et Moderato Cantabile, (...)
  • 48 Biet, Ch., op. cit., 1988 ; Desaintghislain, C., op. cit., 1995 et 2007 ; Kelle, M., op. cit.
  • 49 Sabbah, H. (dir.), op. cit., 1995 et 1996 ; Pagès, A., op. cit., 1996 ; Pratt, M.-H. (dir.), op. ci (...)
  • 50 Jordy, J. (dir.), Français première. Œuvres et textes littéraires, Paris, Bertrand Lacoste, 2007.
  • 51 Parpais, J. et C., op. cit., 1992 ; Amon, E. (dir.), op. cit., 2000 ; Damas, X. (dir.), op. cit., 2 (...)
  • 52 Jordy, J. (dir.), op. cit., 2001 et 2007 ; Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.
  • 53 Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.

32La reconfiguration de l’œuvre de Duras offre un autre cas. Elle est étudiée à travers sept œuvres47 dont quatre se distinguent : L’Amant, cité par quatre manuels, plutôt des années 1987-199648, Le Ravissement de Lol V. Stein, cité par quatre manuels (réforme 199649), un manuel de 200750 le proposant en œuvre intégrale. Un barrage contre le pacifique est cité par trois manuels51 sur toute la période. Enfin, La Douleur52 figure dans trois manuels après la réforme de 2001, un manuel plaçant l’œuvre non pas dans le genre roman, mais dans celui de l’autobiographie53.

33Cette recatégorisation après 2001 de Duras dans l’autobiographie est révélatrice : ce genre est désormais celui qui a remplacé le roman comme genre féminin.

L’autobiographie, un genre féminin

  • 54 Denizot, N., La Scolarisation des genres littéraires (1802-2010), Bruxelles, Peter Lang, 2013.

34L’autobiographie (pour les classes de 1re L) est légitimée comme genre scolaire depuis les années 198054. Les programmes entre 2001 et 2007 instituent un objet d’étude « le biographique » qui inclut l’autobiographie mais aussi tous les écrits intimes. Ces deux genres font entrer dans les classes des autrices contemporaines, écrivaines d’autofiction comme Christine Angot et Annie Ernaux, mais de façon marginale. Ils ont surtout eu pour fonction de reconfigurer le corpus de certaines autrices qui apparaissent dans les manuels comme des autobiographes, alors que ce type d’écriture est loin de constituer la majorité de leur œuvre. Nous retrouvons ici George Sand et Colette, mais aussi Beauvoir, Yourcenar, Sarraute.

  • 55 Sabbah, H. (dir.), op. cit., 1995 et 96 ; Damas X. (dir.), op. cit., 2007.
  • 56 Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997.
  • 57 Le Pur et l’impur, in Ch. Biet, op. cit., 1987 ; Sido, in M.-H. Pratt (dir.), op. cit., 1997 ; La N (...)

35George Sand tend ainsi à devenir une autobiographe. Cette partie de son œuvre est désormais très présente, dans quatre manuels sur neuf : Histoire de ma vie figure dans trois manuels55, et son journal dans un manuel56. Ce qui explique en partie sa progressive disparition : elle n’est pas présentée comme une romancière majeure, et l’autobiographie est un genre mineur. Colette quant à elle est considérée comme une représentante de l’autobiographie depuis les années 1980. Trois de ses œuvres, citées par trois manuels sur sept figurent dans cette rubrique57.

36Dès lors, il semble bien qu’autobiographie et production féminine tendent à s’enfermer mutuellement dans une littérature mineure. Si l’autobiographie est considérée comme un genre féminin, elle est aussi mineure que le fut le roman. Présenter tout ou une partie des œuvres d’autrices comme des autobiographies les minore.

  • 58 Phèdre ou le désespoir figure dans un seul manuel, in J. Jordy, (dir.), op. cit., 2007.
  • 59 Sabbah, H. (dir.), op. cit., 1995 et 1996 ; Pagès, A., op. cit., 1996 ; Eterstein, C. (dir.), op. c (...)
  • 60 Kelle, M., op. cit., 1998 ; Pagès, A., op. cit., 1996 ; Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997 ; Amon, (...)
  • 61 Biet, Ch., op. cit., 1988 ; Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997 ; Damas, X (dir.), op. cit., 2007.

37Yourcenar et Sarraute illustrent bien ce processus. Comme Duras, elles entrent dans les manuels à partir des années 1980 et y figurent à travers leur œuvre autobiographique alors qu’elles sont tout autant romancières et essayistes. Yourcenar est ainsi présente à travers quatre œuvres58 dans onze manuels. Souvenirs pieux figure dans cinq d’entre eux59. Deux de ces manuels, parus après 2001, la placent dans la catégorie autobiographie. Les Mémoires d’Hadrien figurent dans cinq manuels60 parce qu’elles sont une autobiographie fictive. L’Œuvre au noir, réflexion philosophique sur le monde dont le narrateur est un homme est très peu étudiée (trois manuels) et plutôt en début de corpus61.

  • 62 Sabbah, H. (dir.), op. cit., 1995 ; Pagès, A. (dir.), op. cit., 1996 ; Pratt, M.-H. (dir.), op. cit (...)
  • 63 Les Fruits d’or, in M. Kelle, op. cit., et in G. Winter (dir.), op. cit., 2001 ; Tropisme, in A. Pa (...)

38Sarraute figure dans six manuels sur douze à travers Enfance. Trois d’entre eux parus après 2001 la classent dans l’objet d’études sur l’autobiographie62. Les trois autres œuvres citées le sont par un ou deux manuels seulement, plutôt en début de corpus63.

  • 64 Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997 ; Kelle, M., op. cit., 1998 ; Bigeard, J.-M., op. cit., 2005 ; (...)
  • 65 Eterstein, C. (dir.), op. cit., 2001; Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.
  • 66 Une mort très douce, L’Invitée, La Force de l’âge, in X. Damas (dir.), op. cit., 2007.

39Beauvoir figure essentiellement à travers les Mémoires d’une jeune fille rangée dans quatre manuels sur sept64, les deux plus récents la plaçant dans la rubrique biographique65, parfois à travers d’autres œuvres66.

Une marginalisation dans les paratextes

  • 67 Pagès, A. (dir.), op. cit., 1996 ; Carpentier L. (dir.), op. cit., 2007.
  • 68 Pagès, A. (dir.), op. cit., 1996.
  • 69 Damas, X. (dir.), op. cit., 2007; Desaintghislain, C., op. cit., 2007; Jordy, J. (dir.), op. cit., (...)
  • 70 Winter, G. (dir.), op. cit., 2001; Carpentier, L. (dir.), op. cit., 2007.
  • 71 Winter, G. (dir.), op. cit., 2001; Carpentier, L. (dir.), op. cit., 2007; Damas, X. (dir.), op. cit (...)
  • 72 Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.
  • 73 Desaintghislain, C., op. cit., 2007 ; Damas, X. (dir.), op. cit., 2007, qui fait subir le même sort (...)

40Un dernier indice de la minoration des autrices est qu’elles sont parfois placées dans les parties exercices, les paratextes de présentation des manuels, signe qu’elles ne sont pas autrices de textes suffisamment légitimes pour faire l’objet d’une lecture analytique. Deux manuels67 font figurer Madame de Staël dans leur index mais ne citent aucun texte ; un manuel procède de même pour Madame de Sévigné68. Elles sont uniquement un nom mentionné dans des parties introductives. Trois autres manuels ne citent que six à huit lignes de certaines autrices, reléguées dans des parties « méthode », « éclairage » ou dans les questions de corpus pour s’entraîner à l’écrit du baccalauréat. C’est le cas notamment des autrices les plus étudiées : Duras69, Sand70, Sarraute71, Yourcenar72. Ce sont essentiellement des manuels de 2007 qui procèdent ainsi, certains manuels étant spécialistes de ce procédé73.

41Cela révèle deux phénomènes : tout d’abord, s’il semble désormais acquis pour les auteurs de manuels qu’il faut citer des autrices, c’est en partie pour respecter des quotas implicites. Mais comme souvent, ces quotas sont respectés en surface et accordent aux femmes une place marginale. Ensuite, la place mineure des autrices est aggravée par l’économie même des manuels dont l’espace s’est réduit après la réforme de 1987. Les anthologies classées par siècles qui dominaient le monde éditorial depuis les années 1950 comportaient plus d’extraits – d’où les femmes étaient quasi absentes. Depuis 1987, les manuels s’adaptent aux nouveaux exercices, puis aux objets d’études qui se renouvellent en fonction des programmes et proposent depuis 1996 des manuels par niveaux (seconde, première). L’histoire littéraire scolaire a en effet ceci de spécifique qu’elle sert à travailler les exercices en vigueur dans l’institution scolaire, les genres et les siècles qu’elle considère comme majeurs. Le manuel est un espace de plus en plus contraint : si une œuvre, un.e auteur.e y entre, un.e autre doit en sortir. La prise en compte des autrices par les manuels se fait donc au moment où leur espace se réduit. Elles n’y ont toujours pas trouvé leur place et leur canon demeure fragile.

Conclusion

  • 74 Planté, Ch., art. cit.
  • 75 Grande, N., « La maltraitance historiographique : comment les œuvres féminines du xviie siècle ont (...)
  • 76 L’on trouve aussi des extraits de Julia Kristeva, Jacqueline de Romilly, Elisabeth Badinter, Michèl (...)

42Dès lors, il est manifeste que le canon scolaire ne fonctionne pas de la même façon pour les hommes et les femmes. Si les autrices sont désormais présentes dans les manuels, elles sont en réalité prises comme une catégorie, celles de femmes, et « la vision implicite du féminin74 » cantonne la majorité d’entre elles à une écriture de l’intime, transposition d’un élément de vie (la lettre, l’autobiographie, l’autofiction). Bien plus, l’ensemble des autrices importantes du corpus est cantonné dans l’écriture du sentiment, quel que soit le genre dans lequel elles écrivent : Madame de Sévigné, Madame de Lafayette, Louise Labé, Marguerite Duras. Dans les manuels, l’écriture féminine est un lieu d’épanchement, non une création, elle n’a pas les enjeux nobles de l’histoire littéraire75. Peu d’extraits d’autrices les montrent pensant le monde, la politique (la seule à penser la littérature est, dans très peu d’extraits, Madame de Staël)76. L’écriture engagée n’est pas féminine, et lorsqu’elle l’est, c’est presque uniquement sur le droit des femmes, comme le montre la place d’Olympe de Gouges, seule représentante de la littérature d’idées au xviiie siècle qui ne figure que dans trois manuels, tous parus à partir de 2007.

  • 77 Veck, B. (dir.), Français au baccalauréat, observatoire des listes d’oral, quatre années d’analyse, (...)
  • 78 Denizot, N., La Scolarisation des genres littéraires (1802-2010), Bruxelles, Peter Lang, 2013. Ce q (...)
  • 79 La majorité est parue depuis 2015.
  • 80 Centre Hubertine Auclert, op. cit.

43Cette question de la place des autrices dans les manuels doit aussi être confrontée à celle des pratiques effectives d’enseignement. De ce point de vue, les études de Bernard Veck77 sur les listes d’oral du baccalauréat après la réforme de 1996 confirment nos propos. Les autrices ne sont pour ainsi dire jamais étudiées en œuvre intégrale, sauf Duras, avec un faible score (1,3 % des œuvres du xxe siècle). On trouve quelques autrices, dans les œuvres hors programme : Colette, Yourcenar, Madame de Lafayette. Les autrices sont surtout étudiées dans des groupements de textes, notamment George Sand. Enfin, en ce qui concerne le biographique, le questionnaire de Nathalie Denizot, auquel ont répondu trente enseignant.e.s78 après 2001, montre que ce genre a permis d’étudier nombre d’autrices. Certaines sont très présentes dans les manuels comme Sarraute, Duras ou Colette, d’autres comme Annie Ernaux sont plus étudiées dans les classes que dans les manuels. Il n’en demeure pas moins que la lecture par le biographique les cantonne dans un genre mineur. Il resterait à examiner ce que deviennent les autrices dans les manuels de Première parus depuis la réforme de 2010, mais à notre connaissance peu sont sortis pour la classe de Première entre 2010 et 201179. Les résultats de l’étude du Centre Hubertine Auclert menée en 201380 sur dix-sept manuels de seconde parus en 2011 ne prêtent guère à l’optimisme. Si soixante-quatre femmes sont citées dans ces manuels, elles ne sont plus que 3,7 % des auteurs, ce qui manifeste une dispersion encore plus importante.

Annexes

Annexe 1

I. Autrices et œuvres littéraires citées

Simone de Beauvoir : Mémoires d’une jeune fille rangée, Le Deuxième Sexe, Une mort très douce, L’Invitée, La Force de l’âge.

Colette : Les Vrilles de la vigne, La Chatte, Le Pur et l’impur, Sido, La Naissance du jour.

Marguerite Duras : L’Amant, Le Ravissement de Lol V. Stein, Un barrage contre le pacifique, Hiroshima mon amour.

George Sand : La Mare au diable, La petite Fadette, François Le Champi, Indiana.

Nathalie Sarraute : Enfance, Les Fruits d’or, Tropisme, L’Ère du soupçon.

Madame de Sévigné, Lettres.

Madame de Staël : De l’Allemagne, De la littérature, Corinne, Essai sur les fictions.

Marguerite Yourcenar : Souvenirs pieux, Les Mémoires d’Hadrien, L’Œuvre au noir, Phèdre ou le désespoir.

II. Références bibliographiques sur l’histoire littéraire des autrices

André, M.-O., Les Mécanismes de classicisation d’un écrivain. Le cas de Colette. Metz, université de Metz, coll. « Recherches textuelles », 2000.

Bray, B., « Madame de Maintenon épistolière : l’image des manuels éducatifs », in A. Niderst (dir.), Albineana, Cahiers d’Aubigné, no 10-11, Autour de Françoise d’Aubigné Marquise de Maintenon. Tome I. Actes des Journées de Niort 23-25 mai 1996, Niort, Cahiers d’Agrippa d’Aubigné, 1999, p. 245-256.

Denizot, N., « George Sand, un classique scolaire ? », in Les Amis de George Sand, Revue nouvelle série n° 35, George Sand et l’éducation, 2013, p. 159-170.

Duchene, R., « Le Mythe de l’épistolière : Mme de Sévigné », in M. Bossis et C. Porter (dir.), L’Épistolarité à travers les siècles : geste de communication et/ou d’écriture, Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, Stuttgart, Franz Steiner, 1990, p. 11-19.

Gerard, M., « Art épistolaire et art de la conversation : les vertus de la familiarité », in Revue d’Histoire littéraire de la France, 78e année, n° 6, La Lettre au xviie siècle (nov.-déc., 1978), Paris, Armand Colin, 1978, p. 958-976.

Lasserre, A., « Les Femmes du xxe siècle ont-elles une Histoire littéraire ? », in M. Barraband et A. Lasserre (dir.), Cahiers du CERACC, n° 4 « Synthèses : perspectives théoriques en théorie littéraire », Paris, 2009, p. 38-54.

Nies, F., « Un genre féminin ? », in Revue d’Histoire littéraire de la France, 78e année, n° 6, La Lettre au xviie siècle (nov.-déc., 1978), Paris, Armand Colin, 1978, p. 994-1005.

Planté, Ch., « La Place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe ou point de départ d’une relecture critique ? », in Revue d’Histoire littéraire de la France, n° 3, juillet-septembre 2003, « Multiple histoire littéraire », Paris, PUF, 2003, p. 655-668.

III. Corpus des manuels

1987-1996

Biet, C., Brighelli, J.-P., Rispail J.-L., Littérature Tome 1, Textes et Histoire Littéraire, Magnard, 1988.

Parpais, J. et C., Littérature, première, Hachette, 1992.

Sabbah, H. (dir.), Littérature, texte et méthode, première, Hatier, 1994.

Desaintghislain, C., Morisset, C., Pouzalgues-Damon, E., Rosenberg, P., Vanhamme, D., Wald-Lasowski, P., Français. Littérature et méthodes. Classes des lycées, Nathan, 1995.

1996-2001

Sabbah, H. (dir.), Littérature, texte et méthode, nouveau bac 96, Hatier, 1996.

Pagès, A., Rincé, D. (dir.), Lettres 1re, Nathan, 1996.

Pratt, M., Avierinos, M., Littérature, première, terminale, textes, histoires, méthodes, tome 1, Moyen Âge-xviiie, tome 2, xixe-xxe, 1997.

Kelle, M., Parcours littéraires du xvie au xxe siècle. Français. Seconde Première, Delagrave, 1998.

Amon, E., Bomati, Y. (dir.), Lectures, tomes 1 et 2, Paris, Magnard, 2000.

2001-2007

Eterstein, C. (dir.), Les nouvelles pratiques du français, première, Hatier, 2001.

Winter, G. (dir.), Français première, Bréal, 2001.

Jordy, J. (dir.), Français, première, toutes séries, Bertrand Lacoste, 2002.

Bigeard, J.-M. (dir.), Littérature, première, toutes séries, Magnard, 2005.

2007-2010

Carpentier, L. (dir.), Soleil d’encre, Lettres & langues, livre unique, première, Hachette, 2007.

Damas, X. (dir.), Français première, collection terres littéraires, Français première, livre unique, Paris, Hatier, 2007.

Desainghillain, J. et alii, Français littérature anthologie chronologique, Nathan, 2007.

Jordy, J. (dir.), Français première, Œuvres et textes littéraires, Bertrand Lacoste, 2007.

Annexe 2

Pourcentage d’autrices dans les manuels au regard du nombre total d’auteurs. Périodisation des programmes 1987-1996-2001-2007

OUVRAGES

Nombre total d’auteurs

Nombre d’autrices

Pourcentage par manuel

Pourcentage sur la période

Biet, 1987

183

11

6

4,3

Parpais, 1992

106

3

2

Sabbah, 1994

95

7

4,2

Desaintghislain, 1995

100

5

5

Sabbah, 1996

95

7

4,2

5,75

Pagès, 1996

135

7

5,18

Pratt, 1997

280

17

6

Kelle, 1998

112

10

6

Amon, 2000

174

13

7,4

Eterstein, 2001

150

10

4

5,12

Winter, 2001

200

13

6,5

Jordy, 2002

185

9

4,8

Bigeard, 2005

134

7

5,2

Carpentier, 2007

129

12

9,3

7,9

Damas, 2007

215

19

8,8

Desaintghillain, 2007

153

13

8,4

Jordy, 2007

115

6

5,2

Palmarès des autrices par ordre décroissant : dans combien de manuels figurent-elles ? Lorsqu’elles ont le même rang, nous adoptons un classement alphabétique.

autrices

1987-1996

4 manuels

1996-2001

5 manuels

2001-2007

4 manuels

2007-2014

4 manuels

Total

17 manuels

Duras

4

5

1

3

13

De Lafayette

3

4

2

4

13

De Sévigné

3

5

3

2

13

Labbé

2

4

3

3

12

Sarraute

2

5

3

2

12

Yourcenar

2

5

2

2

11

De Staël

3

4

1

3

11

Sand

2

4

1

2

9

De Beauvoir

2

2

3

7

Colette

2

2

2

6

Scudery

3

1

2

6

De Navarre (Marguerite )

1

2

1

4

De Pisan

2

1

1

4

De France (Marie)

2

1

3

De Gouges

3

3

Du Guillet

1

1

2

De Graffigny

1

1

2

Reza

1

1

2

Woolf

1

1

2

Angot

1

1

Appanah

1

1

Badinter (& Robert)

1

1

Bashkirteff

1

1

Du Châtelet

1

1

Cusset

1

1

Cixous

1

1

Djebbar

1

1

Du Deffand

1

1

Durry

1

1

Ernaux

1

1

Garat

1

1

Gardes Tamine

1

1

Haroche Bouzinac

1

1

Héloïse

1

1

Huston

1

1

Kristeva

1

1

Leduc

1

1

De Lespinasse

1

1

Magny

1

1

Morrison

1

1

Nemirovsky

1

1

Rouzeau

1

1

Riccoboni

1

1

De Romilly

1

1

Sapho

1

De Sablé

1

1

Simonsen

1

Weil

1

Les autrices du Moyen Âge sont indiquées en gras italique.
Les autrices du xvie siècle sont indiquées en standard souligné.
Les autrices du xviie siècle sont indiquées en standard gras.
Les autrices du xviiie siècle sont indiquées en petite capitale souligné.
Les autrices du xixe siècle sont indiquées en grande capitale gras.
Les autrices du xxe siècle sont indiquées en italique.

Palmarès des siècles

Siècle

Nombre d’autrices

Autrice la plus mentionnée (nombre d’extraits)

Nombre total d’extraits d’autrices par siècle

Moyen Âge

3

Christine de Pisan (4)

8

Renaissance

3

Louise Labbé (12)

18

xviisiècle

4

Madame de Sévigné et Madame de Lafayette, ex aequo (13)

33

xviiie

6

Olympe de Gouges (3)

8

xixe

2

De Staël (11)

20

xxe

29

Duras (13)

69

Notes

1 Planté, Ch., « La Place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe ou point de départ d’une relecture critique ? », in RHLF, n° 3, juillet-septembre 2003, « Multiple histoire littéraire », Paris, PUF, 2003, p. 655-668 ; Lasserre, A., « Les femmes du xxe siècle ont-elles une Histoire littéraire ? », in M. Barraband et A. Lasserre (dir.), Cahiers du CERACC, n° 4 « Synthèses : perspectives théoriques en théorie littéraire », Paris, 2009, p. 38-54.

2 La bibliographie complète des manuels figure en fin de l’ouvrage.

3 Perret-Truchot, L. (dir.), Analyser les manuels, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 2015.

4 Sur le choix du terme autrice, voir Evain, A., « Histoire d’autrice, de l’époque latine à nos jours », in Sêméion. Travaux de sémiologie, n° 6, « Femmes et langues », Paris, université René Descartes-Paris 5, février 2008.

5 Planté, Ch., art. cit.

6 Les chiffres cités figurent dans les tableaux en annexe.

7 Planté, Ch., art. cit.

8 Très présente aussi dans l’étude réalisée par le Centre Hubertine Aucler pour la classe de seconde : La Représentation des femmes dans les manuels scolaires de Français. Les manuels scolaires de Français se conjuguent au masculin, Paris, Centre Hubertine Auclert, 2013.

9 Très présente aussi dans La Représentation des femmes dans les manuels scolaires de Français, op. cit.

10 George Sand est l’autrice la plus mentionnée (présente dans douze des dix-sept manuels) dans l’étude Hubertine Aucler, id. Elle serait donc une autrice de la classe de seconde.

11 Colette est présente dans sept manuels d’après l’étude Hubertine Aucler, id.

12 Ce corpus est à peu près exclusivement français, seules sept autrices étrangères y figurent dont trois écrivent en français (Marie Bashkirteff, Irène Nemirowski, Nancy Huston), deux autres sont des autrices de langue anglaise (Toni Morrison, Virginia Woolf), la dernière étant Sapphô. Cela s’explique par la très faible présence d’auteurs étrangers dans le canon du lycée.

13 Viala, A., « Qu’est-ce qu’un classique ? », in A. Viala (dir.), Littératures classiques, n° 19, Qu’est-ce qu’un classique ?, Paris, Klincksieck, 1993, p. 13-31.

14 Schneuwly, B. et Dolz-Mestre, J., « Les genres scolaires des pratiques langagières aux objets d’enseignement », in M. Dabène et G. Ducancel (dir.), Repères : recherches en didactique du français langue maternelle, n° 15, Pratiques langagières et enseignement du français à l’école, Lyon, INRP, 1997, p. 27-40.

15 Jey, M., La littérature au lycée, l’invention d’une discipline, 1880-1925, Metz, université de Metz, Centre d’études linguistiques des textes et des discours, coll. « Recherches textuelles », 1996.

16 Perret, L., « Le Genre comme instance de légitimation du littéraire à l’école : le cas des philosophes du xviiie siècle », in H. Scepi (dir.), La Licorne, n° 105, Le genre et ses qualificatifs, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 141-154.

17 Planté, Ch., art. cit.

18 Ibid.

19 Lasserre, A., art. cit.

20 Nies, F., « Un genre féminin ? », in Revue d’Histoire littéraire de la France, 78e année, n° 6, La Lettre au xviie siècle (nov.-déc., 1978), Paris, Armand Colin, 1978, p. 994-1005.

21 Bray, B., « Madame de Maintenon épistolière : l’image des manuels éducatifs », in A. Niderst (dir.), Albineana, Cahiers d’Aubigné, n° 10-11, Autour de Françoise d’Aubigné Marquise de Maintenon. Tome I. Actes des Journées de Niort 23-25 mai 1996, Niort, Cahiers d’Agrippa d’Aubigné, 1999, p. 245-256.

22 Gerard, M., « Art épistolaire et art de la conversation : les vertus de la familiarité », in Revue d’Histoire littéraire de la France, n° 6, op. cit., p. 958-976 ; Nies, F., « Un genre féminin ? », art. cit.

23 Duchene, R., « Le Mythe de l’épistolière : Mme de Sévigné », in M. Bossis et C. Porter (dir.), L’Épistolarité à travers les siècles : geste de communication et/ou d’écriture, Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, Stuttgart, Franz Steiner, 1990, p. 11-19.

24 Bray, B., art. cit.

25 Nisard, D., Histoire de la littérature française, quatre tomes, Paris, librairie Firmin Didot et Cie, 1881 [huitième édition].

26 Doumic, R., Histoire de la littérature française, Paris, Paul Delaplane, 1891 [sixième édition], p. 371.

27 Ibid., p. 375.

28 Diaz, B., L’Épistolaire ou la pensée nomade, Paris, PUF, 2002 ; Diaz, B. (dir.), L’épistolaire au féminin, Caen, Presses universitaires de Caen, 2006.

29 Des Granges, Ch.-M., Histoire illustrée de la littérature française [1914], Paris, Hatier, 1917 [dix-septième édition], p. 450.

30 Bray, B., art. cit.

31 Sabbah, H. (dir.), Littérature, texte et méthode, première, Hatier, 1994 ; Sabbah, H. (dir.), Littérature, texte et méthode, nouveau bac 96, Hatier, 1996 ; Amon, E., Bomati, Y. (dir.), Lectures, Tomes 1 et 2, Paris, Magnard, 2000 ; Eterstein, C. (dir.), Les Nouvelles Pratiques du français, première, Paris, Hatier, 2001.

32 Biet, Ch., Brighelli, J.-P., Rispail, J.-L., Littérature, Textes et Histoire Littéraire, t. 1, Paris, Magnard, 1988 ; Desaintghislain, C., Morisset, C., Pouzalgues-Damon, E., Rosenberg, P., Vanhamme, D., Wald-Lasowski, P., Français. Littérature et méthodes. Classes des lycées, Paris, Nathan, 1995 ; Winter, G. (dir.), Français première, Paris, Bréal, 2001.

33 Pratt, M.-H., Avierinos, M. (dir.), Littérature, première, terminale, textes histoires, méthodes, t. 1, Moyen Âge-xviiie, t. 2, xixe-xxe, Paris, Bordas, 1997 ; Jordy, J. (dir.), Français, première, toutes séries, Paris, Bertrand Lacoste, 2002.

34 Bigeard, J.-M. (dir.), Littérature, première, toutes séries, Paris, Magnard, 2005 ; Desaintghislain, C., op. cit., 1995 et Desaintghislain, C. et alii, Français-littérature, Anthologie chronologique, Paris, Nathan, 2007 ; Carpentier, L. (dir.), Soleil d’encre, Lettres & langues, livre unique, première, Paris, Hachette, 2007.

35 Sabbah, H. (dir.), op. cit., 1994 et 1996, Kelle, M., Parcours littéraires du xvie au xxe siècle. Français. Seconde, Première, Paris, Delagrave, 1998.

36 Perret, L., « Le genre comme instance de légitimation du littéraire à l’école : le cas des philosophes du xviiie siècle », art. cit.

37 Le cas de Madame Leprince de Beaumont est similaire, elle n’est connue qu’à travers La Belle et la bête, œuvre du premier degré et du début du collège (le Cycle 3 des programmes 2015), et elle n’est pour ainsi dire jamais étudiée ensuite.

38 Denizot, N., « George Sand, un classique scolaire ? », in Les Amis de George Sand, Bulletin de Liaison, Revue nouvelle série et Cahiers George Sand, n° 35, année 2013, dossier « George Sand et l’éducation », p. 159-170.

39 André, M.-O., Les Mécanismes de classicisation d’un écrivain. Le cas de Colette. Metz, université de Metz, coll. « Recherches textuelles », 2000, p. 257.

40 Cette masculinisation du roman débute en 1820, voir Louichon, B. « La littérature en bas-bleus : une question de genre et de nombre », in A. Del Lungo et B. Louichon (dir), La Littérature en bas-bleus. Romancières sous la Restauration et la monarchie de Juillet (1815-1848), Paris, Éditions Classiques Garnier, coll. « Masculin/féminin dans l’Europe moderne », 2010.

41 Kelle, M., op. cit., 1998 ; Desaintghislain, C., op. cit., 1995.

42 Biet, Ch., op. cit., 1988 ; Pagès, A. et Rincé, D. (dir.), Lettres 1re, Paris, Nathan, 1996 ; Kelle, M., op. cit., 1998 ; Winter, G. (dir.), op. cit., 2001.

43 Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997.

44 Desaintghislain, C., op. cit., 2007.

45 De l’Allemagne, in Ch. Biet, op. cit., 1988 ; in C. Desaintghislain, op. cit., 1995 ; in E. Amon (dir.), op. cit., 2000 ; in X. Damas (dir.), Français première, collection terres littéraires, Français première, livre unique, Paris, Hatier, 2007. De la littérature : in E. Amon (dir.), op. cit., 2000 (Ce manuel propose deux extraits, dont un sur la condition féminine) ; Essai sur les fictions : in G. Winter (dir.), op. cit., 2001 (un autre extrait du manuel la présente comme biographe de Rousseau).

46 Corinne, in J. Parpais et C. Parpais, Littérature, première, Hachette, 1992 ; in M. Kelle, op. cit., 1998 ; Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997 ; in C. Desaintghislain, op. cit., 2007.

47 Hiroshima mon amour n’est étudié que par Ch. Biet, op. cit., 1988 ; Césarée et Moderato Cantabile, in Desaintghislain C., op. cit., 2007.

48 Biet, Ch., op. cit., 1988 ; Desaintghislain, C., op. cit., 1995 et 2007 ; Kelle, M., op. cit.

49 Sabbah, H. (dir.), op. cit., 1995 et 1996 ; Pagès, A., op. cit., 1996 ; Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997.

50 Jordy, J. (dir.), Français première. Œuvres et textes littéraires, Paris, Bertrand Lacoste, 2007.

51 Parpais, J. et C., op. cit., 1992 ; Amon, E. (dir.), op. cit., 2000 ; Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.

52 Jordy, J. (dir.), op. cit., 2001 et 2007 ; Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.

53 Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.

54 Denizot, N., La Scolarisation des genres littéraires (1802-2010), Bruxelles, Peter Lang, 2013.

55 Sabbah, H. (dir.), op. cit., 1995 et 96 ; Damas X. (dir.), op. cit., 2007.

56 Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997.

57 Le Pur et l’impur, in Ch. Biet, op. cit., 1987 ; Sido, in M.-H. Pratt (dir.), op. cit., 1997 ; La Naissance du jour, in E. Amon (dir.), op. cit., 2000.

58 Phèdre ou le désespoir figure dans un seul manuel, in J. Jordy, (dir.), op. cit., 2007.

59 Sabbah, H. (dir.), op. cit., 1995 et 1996 ; Pagès, A., op. cit., 1996 ; Eterstein, C. (dir.), op. cit., 2001 ; Winter, G. (dir.), op. cit., 2001.

60 Kelle, M., op. cit., 1998 ; Pagès, A., op. cit., 1996 ; Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997 ; Amon, E. (dir.), op. cit., 2000 ; Eterstein, C. (dir.), op. cit., 2001.

61 Biet, Ch., op. cit., 1988 ; Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997 ; Damas, X (dir.), op. cit., 2007.

62 Sabbah, H. (dir.), op. cit., 1995 ; Pagès, A. (dir.), op. cit., 1996 ; Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997 ; Jordy, J. (dir.), op. cit., 2001 ; Eterstein, C. (dir.), op. cit., 2001 ; Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.

63 Les Fruits d’or, in M. Kelle, op. cit., et in G. Winter (dir.), op. cit., 2001 ; Tropisme, in A. Pagès (dir.), op. cit., 1996 ; L’Ère du soupçon, in M.-H. Pratt (dir.), op. cit., 1997, in L. Carpentier (dir.), op. cit., 2007.

64 Pratt, M.-H. (dir.), op. cit., 1997 ; Kelle, M., op. cit., 1998 ; Bigeard, J.-M., op. cit., 2005 ; Carpentier, L. (dir.), op. cit., 2007 ; Le Deuxième Sexe figure in A. Pagès (dir.), op. cit., 1996.

65 Eterstein, C. (dir.), op. cit., 2001; Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.

66 Une mort très douce, L’Invitée, La Force de l’âge, in X. Damas (dir.), op. cit., 2007.

67 Pagès, A. (dir.), op. cit., 1996 ; Carpentier L. (dir.), op. cit., 2007.

68 Pagès, A. (dir.), op. cit., 1996.

69 Damas, X. (dir.), op. cit., 2007; Desaintghislain, C., op. cit., 2007; Jordy, J. (dir.), op. cit., 2007.

70 Winter, G. (dir.), op. cit., 2001; Carpentier, L. (dir.), op. cit., 2007.

71 Winter, G. (dir.), op. cit., 2001; Carpentier, L. (dir.), op. cit., 2007; Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.

72 Damas, X. (dir.), op. cit., 2007.

73 Desaintghislain, C., op. cit., 2007 ; Damas, X. (dir.), op. cit., 2007, qui fait subir le même sort à de Staël et Yourcenar.

74 Planté, Ch., art. cit.

75 Grande, N., « La maltraitance historiographique : comment les œuvres féminines du xviie siècle ont été minorées », article paru dans le présent ouvrage.

76 L’on trouve aussi des extraits de Julia Kristeva, Jacqueline de Romilly, Elisabeth Badinter, Michèle Simonsen, Joëlle Gardes-Tamine, Claude-Edmonde Magny, Simone Weil, en « éclairage », la pratique de la littérature au lycée s’appuyant peu sur la critique.

77 Veck, B. (dir.), Français au baccalauréat, observatoire des listes d’oral, quatre années d’analyse, Paris, INRP, 1997. Il a dépouillé 2162 listes.

78 Denizot, N., La Scolarisation des genres littéraires (1802-2010), Bruxelles, Peter Lang, 2013. Ce questionnaire intitulé « Le biographique en classe de première » porte sur les textes lus et étudiés en classe, sur les problématiques choisies, sur la définition et les notions utilisées avec les élèves, et prévoit un certain nombre de questions ouvertes pour essayer de recueillir des discours sur le biographique.

79 La majorité est parue depuis 2015.

80 Centre Hubertine Auclert, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search