Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Quatrième partie. Ouverture et fidélité (1965-1976)

Chapitre 13. L’entrée dans la tourmente ?

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Étienne Fouilloux, « Les chrétiens et Mai 1968 », art. cit., p. 258-259.

1Le Mouvement de Mai 1968 provoquait une accélération des mutations et des remises en cause. L’Église catholique subissait de plein fouet la montée de ce radicalisme1. Le CCIF pouvait-il y échapper ? L’équipe restait confiante : l’année 1968 avait marqué un nouvel élan grâce à la méthode intellectuelle choisie et à l’accueil favorable que lui avait fait le public. C’est donc en toute sérénité qu’elle s’engageait dans l’après-Mai.

La Semaine 1969 : un accident ?

L’échec d’une Semaine très ambitieuse

  • 2 Schéma préparatoire, dans « Dossier SIC 1969 », ARMA.
  • 3 Après avoir enseigné à Rome pendant plusieurs années, il revient aux Instituts catholiques de Lyon (...)
  • 4 Né en 1925, il entre dans la Compagnie de Jésus en 1950 et développe une recherche transdisciplina (...)
  • 5 17 juin 1966, à ceux-là s’ajoutent les fidèles : Étienne Borne, Claude Bruaire, abbé Colin, père D (...)
  • 6 Né en 1921, directeur du Centre de psychologie de la religion à Louvain. Il associe une réflexion (...)

2« Chercher la vérité » est le thème choisi pour la Semaine 1969. Le sujet est ardu puisqu’il s’agit de démontrer que « […] la pensée globale du vrai existe et qu’elle dépasse les relativismes culturels à la mode2 ». Pour y répondre, tous les domaines sont abordés : politique, langage, sciences, histoire et discours sur la foi. Lors de la réunion préparatoire en juin 1968, l’équipe s’entoure de spécialistes de sciences humaines, en faisant appel aux pères Stanislas Breton3, Michel de Certeau4 et Claude Geffré et aux philosophes Paul Ricœur et Jean Ladrière5. Le groupe de travail dresse la liste des problématiques et des collaborateurs susceptibles d’éclairer la question : Kostas Axelos, Maurice Bellet, Jean-Yves Calvez, Julien Freund, Jean Ladrière, Antoine Vergote6 et Jean-Pierre Vernant sont sollicités. Autant de noms qui symbolisent la réflexion catholique dans son ouverture la plus large ou la recherche agnostique moderne. Certes l’équipe souscrit à la mode en invitant un communiste en la personne de Pierre Juquin ; certes la séance sur la vérité et l’objectivité de l’information est un peu faible, mais elle permet d’inviter Jean Daniel, le directeur de L’Express, et donc de médiatiser la Semaine. L’ensemble est d’un niveau philosophique et théologique élevé, tout particulièrement la séance sur le langage religieux avec Paul Germain, le père Roqueplo, l’abbé Vergote et Jean-Pierre Vernant ou encore le témoignage du pasteur Jean Bosc et du père Congar sur « L’Église voie d’accès ou obstacle à la vérité ». Si le défi du strict point de vue intellectuel est gagné, le public a boudé : moins de trois mille personnes ont assisté aux différentes séances.

  • 7 Compte rendu du 16 juin 1968, ARMA.

3Un sujet trop ambitieux ? Une méthode obsolète ? Les conséquences de Mai 1968 ? La plupart des témoins interrogés soulignent le vieillissement de la formule. Si la Semaine souffre de quelques petits dysfonctionnements – dès juin 1968, l’équipe s’était interrogée sur une nouvelle pédagogie qui laisserait place à la contestation sans avoir su vraiment concrétiser le projet7 – un an auparavant, la Semaine a attiré près de neuf mille personnes. La formule est donc globalement satisfaisante. En revanche, à un moment où la philosophie française entre dans une forte zone de turbulences et où le structuralisme relativisant est à son apogée, la problématique du « 61 » qui entend « dépasser tous les relativismes culturels » semble à contre-courant.

  • 8 Jean-Louis Monneron à l’abbé Jean Latreille, 22 mars 1967, p. 1, ARMA.
  • 9 Un travail en profondeur manque sur les étudiants catholiques et Mai 1968. Il reste donc difficile (...)

4Le choc de Mai 1968 ? Indéniablement car les étudiants avaient toujours été fortement présents aux Semaines : les liens des organisateurs avec les « talas » d’Ulm, avec les khâgnes parisiennes, avec le Centre Richelieu depuis l’arrivée de Jean-Louis Monneron, puis de l’abbé vvvvv l’avaient facilité. À la SIC 1967, cette jeunesse avait constitué plus de 70 % des effectifs du public8. Ils ont donc pu bouder un CCIF qui avait fort peu suivi leur mouvement9. L’équipe en tous les cas prend acte de l’échec, elle s’impose à la fois une réflexion sur la forme de ses activités intellectuelles et sur leur contenu.

La crise ecclésiale et sociale10

  • 10 La crise de la théologie au tournant des années 1970 est un phénomène encore mal connu des histori (...)
  • 11 Vincent Descombes, « Vers une crise de l’identité en philosophie française », art. cit., p. 147-14 (...)
  • 12 Sur ce sujet voir « Sacralisation », dans Catholicisme.
  • 13 Claude Geffre, « Théologie de l’incarnation et théologie des Signes des temps chez le père Chenu » (...)
  • 14 Idem, p. 147.
  • 15 Ibid., p. 150.
  • 16 Ibid, p. 147.
  • 17 Ibid., p. 148.
  • 18 Dominique Galland, art. cit., p. 28.
  • 19 Idem, p. 28-29.
  • 20 Voir « Théologie », de Christian Duquoc dans Catholicisme.
  • 21 Idem, p. 1063-1064.
  • 22 Joseph Dore parle de « […] terrain pratique de la communication de la foi », dans son éclairant ar (...)
  • 23 « Théologie », Christian Duquoc, art. cit.
  • 24 Né en 1919, il est le grand spécialiste de la théologie protestante et tout particulièrement de Bu (...)
  • 25 Né en 1915, spécialiste de la théologie dogmatique, il cherche à rendre pensable la foi dans une s (...)
  • 26 Né en 1936, spécialiste de la théologie dogmatique, ses recherches s’orientent sur la christologie
  • 27 Né en 1931, il s’intéresse aux rapports science/foi et reste soucieux des questions temporelles et (...)
  • 28 Joseph Dore, Interpréter, hommage à Claude Geffré, op. cit., p. 227-259.

5La culture occidentale à la fin des années 1960 connaît une double crise : celle de la philosophie française11 et celle de la théologie. Au désintérêt pour le sujet, au sentiment pessimiste sur le monde des techniques qui fissurent la pensée s’ajoute le refus, qui alors paraît pour beaucoup inéluctable, des formes du sacré et l’éviction des problématiques religieuses de la société moderne. La désacralisation – qui pose nettement et péremptoirement le problème du rapport de l’Église au monde et de son insertion dans celui-ci – prend toute son ampleur. Les intellectuels catholiques sont donc appelés à ajuster leur parole à cette sécularisation galopante12. Or la théologie entre dans une grave crise méthodologique en se heurtant aux nouvelles interrogations des sciences profanes. Ironique histoire, le concile Vatican II avait inauguré « une nouvelle conscience des rapports entre la foi et l’histoire, entre l’Église et le monde13 », symbolisée par la théologie des Signes des temps. Cette théologie se fondait sur une vision optimiste de l’histoire14, définie par un progrès et un perfectionnement de l’homme ; elle récusait l’idée de la chrétienté et toute régie ecclésiastique des sociétés humaines15. Elle posait les jalons d’une nouvelle chrétienté respectueuse de l’autonomie des aspirations humaines et des valeurs profanes, mais les considérait comme des « pierres d’attente » par rapport à l’avènement du Royaume. C’était une théologie optimiste fondée sur le sens de l’histoire et du progrès ; largement imprégnée par la pensée du père Teilhard de Chardin, elle tendait « à faire coïncider la thématique du progrès avec la récapitulation de toutes choses dans le Christ16 ». Or, cette conception de la modernité est totalement remise en question par ce que certains nomment, au contraire, l’échec de l’histoire ou son « opacité17 ». La théologie dans ses différentes expressions entre dans une grave crise de moyens. La première touchée est la théologie inductive qui permettait le passage entre des « affirmations exégético-dogmatiques et des prises de positions concrètes sur le plan sociopolitique18 ». Il apparaît désormais impossible d’établir ces fameuses passerelles. Il devient même de plus en plus difficile de trouver une compatibilité entre les énoncés théologiques et les résultats des recherches issues des milieux professionnels (biologistes, physiciens19…). Des concepts comme l’éthique professionnelle, la théologie du travail apparaissent simplificateurs de situations beaucoup plus complexes. La théologie éclate alors en différents mouvements qui s’organisent principalement à partir de deux éléments : le rapport à la culture et le rapport à la raison20.Prenant conscience du danger d’être associé à un système de pensée – cela avait été le cas avec la théologie médiévale qui s’appuyait sur la conception aristotélicienne – la théologie se veut alors indépendante de toute philosophie pour ne pas être rendue caduque et aléatoire21. La théologie pratique retient alors l’attention des théologiens qui décident de privilégier la réception du message22. Ces chercheurs tentent de s’adapter à la situation de mise à l’écart de l’Église, pour y pallier, non pas dans un dessein de rechristianisation globale, mais dans un souci de prendre en compte la situation en élaborant des théologies proches du vécu23. Les pères Marlé24, Moingt25, Doré26, de Lavalette ou encore Kowalski27 en sont ses représentants28. Toutes ces nouvelles approches sont cependant encore, dans bien des cas, en état de gestation conceptuelle : le CCIF se trouve donc devant une situation radicalement nouvelle mais sans vraiment disposer de moyens pour y répondre.

  • 29 Jean Danielou condamne ainsi les positions prises par les pères Congar, Chenu et Geffré en faveur (...)
  • 30 « Je constate dans l’ensemble des sections religieuses et philosophiques de l’IC, des divergences (...)
  • 31 La revue comptait en 1964, 14322 abonnés, elle en perd mille trois cents en 1972, puis à nouveau d (...)

6Crise de la philosophie, crise de la théologie, le CCIF subit aussi celle des structures ecclésiales qui s’accomplit au tournant des années 1970. Cette dernière est formalisée par la progressive disparition de l’infrastructure intellectuelle sur laquelle le CCIF s’appuyait : raréfaction du clergé dont les tâches se focalisent sur la pastorale et surtout éclatement des ordres religieux qui avaient beaucoup œuvré pour le renouveau intellectuel. Les tendances opposées se multiplient comme en témoignent les réactions à la déclaration de trente-huit théologiens sur la liberté de recherche29 ou encore l’éclatement de l’Institut catholique de Paris30. La crise touche également l’édition religieuse comme le souligne la forte baisse des abonnements de la revue Études31. L’Église est donc entrée dans une crise profonde qui se manifeste par la remise en question des institutions, le refus de l’intellectualisme, l’explosion des structures ecclésiales et la fragmentation de son système intellectuel.

1969 ouvre-t-elle l’ère de la dépression ?

  • 32 Censure et liberté d’expression est publié en mai 1970. L’autre cahier Science et théologie est is (...)

7Les années 1969-1971 sont marquées par une diminution de présence et de visibilité du Centre catholique des intellectuels français. Le meilleur indice de cet effacement est la raréfaction des cahiers durant ces deux années : sur les deux numéros publiés en 1970, un seul est l’aboutissement du travail de l’équipe de rédaction32. Quant aux débats, au nombre d’une vingtaine dans les années 1960, ils sont moins d’une dizaine au début des années 1970. Si certains débats font des records d’audience : le 5 novembre 1971, Marcel Légaut et le père Varillon rassemblent autour d’eux mille cent trente-neuf auditeurs ! l’érosion du public est réelle :

Nombre cumulé d’entrées aux débats sur une année

Nombre cumulé d’entrées aux débats sur une année

NB : en 1970, la conférence de Dom Helder Camara réunit dix mille personnes.

Paradoxalement, un public assez constant de fidèles reste présent :

8C’est donc en partie le choix de délaisser l’activité des débats qui conduit à cette érosion du public. L’équipe a d’ailleurs été particulièrement marquée par deux ou trois gros échecs : ainsi le 23 février 1970, un débat sur l’écologie en la présence d’Eugène Claudius-Petit, de Maurice Le Lannou, du père Russo et des docteurs Gillon et Sutter n’avait rassemblé que soixante-quatorze personnes. L’équipe est donc convaincue d’une désaffection pour cette activité et la délaisse.

  • 33 Résultats donnés en octobre 1970, 4 p., « dossier 1969 », ARMA. Les questionnaires avaient été don (...)
  • 34 Cahier original où pour la première fois le CCIF présente un ensemble de photos, celles de Françoi (...)
  • 35 La première séance « La science change-t-elle la vie ? » : 454 personnes ; la seconde « Le vivant (...)
  • 36 10 mars 1972.

9Apparemment la crise de 1969 compromet donc l’ensemble du travail intellectuel du groupe. Plusieurs éléments conduisent cependant à rééquilibrer ce jugement. La Semaine 1970, consacrée au bonheur, connaît un certain succès et attire quatre mille personnes. La crise financière, née du manque à gagner qu’a constitué la crise de Mai 1968 et de l’échec de la Semaine 1969, est jugulée rapidement grâce aux Amis du Centre. L’appui de Louis Leprince-Ringuet et celui de Maurice Schumann permet de rassembler de nombreux dons qui règlent les factures impayées depuis 1968. Un questionnaire distribué au public les 8 et 15 décembre 1969 rassure également l’équipe33. L’enquête porte sur la fréquence de la présence au Centre, sur les thèmes et sur la méthode. Première surprise : 48 % des personnes (ayant assisté au débat du 15 décembre) ne sont jamais venues au « 61 » et seulement 16 % sont des fidèles auditeurs (ils ont participé à plus de dix débats). Deuxième grande surprise, le profil du public est assez jeune : 24 % ont moins de 25 ans, 42 % entre 25 et 45 ans. Encouragée par ces quelques éléments positifs, l’équipe reprend son travail. De fait, l’année 1971-1972 manifeste un redéploiement des activités grâce à l’organisation de colloques et de nouveaux cahiers. Le premier colloque est consacré à « Nature et culture » (avec l’UCSF), le deuxième à « L’information religieuse » et le troisième à « Christianisme et société ». Trois cahiers sont également publiés : l’un reprend les exposés de François Mauriac prononcés aux Semaines34, le deuxième est le résultat d’un colloque de l’UCSF sur Nature, problème politique, le troisième s’intéresse à Élites et masses. L’année 1972-1973 semble confirmer le rééquilibrage. Trois riches cahiers voient le jour : l’un est consacré aux Problèmes de psychanalyse, un deuxième est issu du colloque avec le théologien Hans Küng sur l’infaillibilité pontificale, un dernier sur Les Lycéens est publié avec une formule fortement rajeunie. La Semaine des intellectuels catholiques en revanche sombre définitivement : les grands rassemblements autour d’une pensée cohérente ne font plus recette. La Semaine de 1972 sur la maîtrise de la vie frappe ainsi douloureusement l’équipe. Moins de deux mille cinq cents personnes pour l’ensemble des communications. La séance la plus suivie est celle avec le cardinal Marty, Mgr Pézeril, évêque auxiliaire de Paris, Jean Bernard et Gabriel Marcel sur « L’homme et sa mort » : elle rassemble… sept cent quatorze personnes ! Les deux séances consacrées à la procréation et à sa législation sont très peu suivies : deux cent soixante et onze personnes sont venues écouter André Boué, Pierre Cordier, le chanoine de Locht et le père Pousset parler de la conception humaine ; deux cent quatre-vingt-quatorze personnes sont présentes pour Raymond Aron, Jean-Marcel Jeanneney, Henri Péquignot et le père Sommet35. C’est un véritable effondrement. La presse d’ailleurs est très sévère : orateurs trop spécialisés, absence de synthèse, absence d’incarnation. Le Monde sous la plume de Fesquet rappelle que sept cents personnes ont trouvé place dans une salle de deux mille deux cents sièges…36. Le coup est d’autant plus rude que la Semaine constitue la partie la plus visible du CCIF : son échec semble souligner l’inadéquation de ses animateurs à leur temps.

  • 37 Voir à ce sujet René Remond, La règle et le consentement : gouverner une société, Fayard, 1979, 48 (...)
  • 38 Jean-Louis Monneron à René Rémond, 20 mai 1971, p. 3, carton 2, « CCIF 1970-1971 », ARR.

10La crise est donc complexe : elle a été particulièrement forte entre 1969 et 1971, elle est conjurée l’année suivante par un travail de qualité au sein des cahiers, des colloques et des débats. Ce creux de deux ans s’explique en partie par les troubles universitaires qui sont nés au printemps 1970 et se sont prolongés durant l’année 1971. René Rémond, qui a la charge de Nanterre depuis la démission de Paul Ricœur en 197037, est constamment pris par cette nouvelle fonction ; Jean-Louis Monneron et Marcel Merle qui enseignent à l’Institut d’études politiques de Paris sont également sollicités sur ce front. En outre, la rédaction de Recherches et Débats a été confiée, depuis le départ d’André Astier, à Suzanne Villeneuve. Celle-ci a toujours joué au CCIF un rôle essentiel de courroie de transmission mais n’a pas en revanche une autorité suffisante pour relancer, en pleine crise ecclésiale et intellectuelle, les cahiers. Le marasme est tel que certains, découragés, demandent à être déchargés de leurs fonctions : c’est le cas de Jean-Louis Monneron, le secrétaire général et celui de la rédactrice Suzanne Villeneuve38. L’équipe propose à Étienne Fouilloux de prendre le secrétariat général du Centre, il refuse, mais accepte de succéder à Suzanne Villeneuve. Jean-Louis Monneron décide finalement de rester. Cette réorganisation s’accompagne du souci de renouveler les membres de l’équipe directoriale.

La crise identitaire

L’impossible troisième renouvellement générationnel ?

  • 39 « L’un des drames de Vatican II n’est-il pas d’avoir préparé l’Église catholique à un renouveau se (...)

11À la différence des années 1940 où les intellectuels catholiques allaient à la rencontre du monde moderne et souhaitaient participer pleinement à la reconstruction d’une nouvelle société, le début des années 1970 est marqué par leur profonde crise de confiance. Ces hommes s’interrogent sur la spécificité chrétienne et ses expressions possibles dans un monde sécularisé. Les animateurs du Centre sont peu préparés à cette urgence : la plupart d’entre eux ont été structurés par la théologie des Signes des temps39. Cette christianisation d’un monde reconnu pour lui-même avait été l’espérance du CCIF. Au tournant des années 1970, c’est davantage la théologie de la mort de Dieu qui prévaut désormais. Conscient de ce contexte, le bureau s’efforce de s’ouvrir à de nouveaux membres. La lettre qu’un jeune scientifique a cependant adressée un an plus tôt à René Rémond, fait craindre une désaffection de la jeunesse catholique pour ce genre de foyer de réflexion.

  • 40 Pierre Lutz, 27 avril 1969, ARR.
  • 41 Étienne Fouilloux, « Les chrétiens et Mai 1968 », art. cit., p. 266-267.
  • 42 Danielle Hervieu-Leger, De la mission à la protestation, l’évolution des étudiants chrétiens, Le C (...)

12Rédigée sur la demande d’André Astier, la lettre de Pierre Lutz récuse la méthode trop abstraite du CCIF et conclut : « Je n’ai a priori aucune envie de contribuer au « renouveau » du CCIF40 ». Faut-il en déduire que cette position est celle de la jeunesse catholique française ? Celle-ci est dans sa grande majorité en crise depuis 1965 : les démissionnaires de la JEC quittent rapidement le terrain religieux pour celui des luttes sociales41. La Mission étudiante créée en 1966 (qui rassemble les anciens de la FFEC et de la JEC) évolue elle aussi rapidement. À son origine sa préoccupation principale était de définir la mission chrétienne dans le monde42, deux ans plus tard, elle s’interroge sur l’expérience de la foi, sur l’identité chrétienne et sur la spécificité du chrétien par rapport au monde.

  • 43 Dominique Galland, art. cit., p. 33-34.
  • 44 Henri Desroche, Socialismes et sociologies religieuses, Cujas, 1965, p. 12-13.
  • 45 René Remond, « Les évolutions culturelles », dans France-Allemagne, Denis Maugenest et Werner Merl (...)
  • 46 Hugues Portelli, « Les relations avec les partis politiques », dans France-Allemagne, op. cit., p. (...)

13Cette crise de la jeunesse étudiante catholique n’est pas un fait isolé, les protestants connaissent le même type de difficultés. Le Semeur, la revue de la « Fédé » devient l’organe de la dérision face aux principes du protestantisme et prive la confession de la relève générationnelle attendue. Les groupes de chrétiens, qui se multiplient au début des années 1970, s’organisent sur des bases nouvelles comme le montre l’étude d’un groupe protestant de Rhône-Alpes qui se donne pour tâche « non pas d’organiser des rencontres sur la foi et la culture mais d’investir dans les techniques de la dynamique de groupes […] pour prendre toute la mesure des conditionnements qui enserrent la parole43 ». La plupart de ces jeunes chrétiens choisissent alors une nouvelle forme de militance : l’engagement politique, généralement dans un mouvement idéologique qui propose un nouvel ordre social. Ce socialisme de prosélyte « prend l’allure d’un transfert d’une ferveur religieuse dans une conviction sociale44 ». Cette génération est happée par le politique, surpolitisée, sacralisant le politique : « convaincue que tout était politique et allant parfois chez certains jusqu’à dire que c’était l’engagement politique qui vérifiait l’authenticité de la foi45 ». De fait, une grande partie de la génération susceptible d’aller grossir les rangs des animateurs du CCIF trouve son Salut (sic) dans la refondation du parti socialiste, autour de François Mitterrand46.

  • 47 Idem, p. 125. Le CCIF est présidé aux yeux de la jeunesse par un universitaire dont la fonction de (...)
  • 48 « […] il y a un certain découragement, qui tient au fait que les divisions entre les chrétiens ont (...)
  • 49 Ainsi les communautés étudiantes ont organisé une réunion sur le thème « Peut-on vivre dans la mêm (...)

14Anti-institution et anti-intellectualisme sont les cadres dans lesquels se meuvent ces jeunes étudiants, cherchant un discours précaire, révocable, fondé sur l’expérience, une sorte d’ecclésiologie de la base47. Mai 68 a donc provoqué une déstabilisation complète des groupes comme le montre l’état des liens qui unit les intellectuels catholiques de province au « 61 » : la plupart des ensembles ont implosé. Ainsi à Nantes les projets sont arrêtés48. À Lyon, le père Latreille se plaint de dispersion49. À Nancy, le groupe connaît moins de difficultés mais subit la résistance de milieux intégristes.

  • 50 Lettre circulaire du 28 septembre 1970 : « Le contact a été pratiquement rompu avec Lyon, Nancy Bo (...)
  • 51 Types de question : « Souhaitez-vous maintenir des contacts périodiques avec le CCIF ? Etes-vous p (...)
  • 52 L’abbé Bobichon remplace l’abbé Latreille en 1973.
  • 53 Le succès est faible : ainsi à Caen, sur trois équipes lancées en 1969-1970, une seule a poursuivi (...)
  • 54 Personnes fichées par les responsables, en tenant compte des abonnés de RD, des participants régul (...)
  • 55 C’est en tous les cas la raison qui est généralement donnée à l’équipe du CCIF.
  • 56 Des travaux sur les groupes répartis en province permettraient d’établir une analyse plus fine de (...)

15C’est dans ce contexte difficile que les relations entre le CCIF et les groupes de province se réorganisent50. Un vaste questionnaire est d’abord lancé afin de redynamiser les liens et mieux connaître les besoins de chaque groupe51. La réunion du 14 novembre 1970, qui rassemble des représentants de Nancy, Nice, Caen, Bordeaux, Reims, Amiens et Le Mans autour de l’équipe du CCIF, montre que des activités se remettent en place progressivement. La plupart d’entre elles se font en lien avec la Paroisse universitaire (cas d’Amiens, de Lyon52 et de Reims), ou en s’appuyant sur les séminaires (Nice, Bordeaux et Orléans). La plupart organise des conférences sur des sujets religieux ou constitue de petites équipes de travail53. S’il y a bien une réalité de la réflexion intellectuelle en province (les groupes rassemblent entre deux cents et quatre cents participants54), tous connaissent des soucis de marginalisation ou de récupération. Le cas le plus explicite est celui de Bordeaux qui se plaint de la tendance de l’évêché à utiliser le centre pour pallier la désintellectualisation du public catholique et du clergé. Les difficultés que rencontrent les divers groupes de province renforcent à Paris le sentiment d’une crise totale des élites catholiques. Les relations fluctuantes entre le « 61 » et la province manifestent exactement les contradictions que connaissent un bon nombre de groupements d’intellectuels catholiques. Ces clubs étaient nés spontanément d’une exigence de mise en forme intellectuelle de leur foi et avaient vu dans la rue Madame un modèle. Mai 1968 provoque dans la plupart des cas une crise identitaire55, or ce public constituait une part de l’assise sur laquelle s’appuyait le CCIF. La déstabilisation de ces foyers entraîne directement celle du Centre56.

16Pour pallier ces difficultés les animateurs du « 61 » invitent de jeunes diplômés à les rejoindre au sein du bureau : Nicole Desmerger, Paul Lagarde, Yann Landaburu, Jacques Pelletier, Brigitte Poisson, Jean-Claude et Claudine Vey et Michel de Virville. Certains intégreront la petite équipe du « 61 » comme Paul Lagarde, Brigitte Poisson et les Vey. Tous appartiennent à la génération née après la guerre. Ce sont, pour une très grande part, des anciens du Centre Richelieu. Ils entrent au « 61 » en introduisant les questions absolues que se pose leur génération.

Trouver une place entre militance politique et anti-intellectualisme

  • 57 René Remond, brouillon de préparation, mars 1969, p. 2, « Correspondance 1968-1971 », ARR.
  • 58 Étienne Fouilloux, brouillon de préparation pour réunion du 20 juin 1971, p. 1, « CCIF 1970- 1972  (...)

« Nous avons reçu en dépôt une institution57. »
« Nous gérons le CCIF plus que nous le gouvernons à long terme […].
Nous ne résoudrons nos problèmes de gestion… que si nous adoptons ensemble des choix sur le fond58. »

  • 59 Jean-Louis Monneron au chanoine de Locht à propos de la SIC 1972, 17 février 1972, p. 2, ARMA.
  • 60 « Projet du texte pour le Secrétariat de l’épiscopat », mai 1973, p. 4 bis, ARMA.
  • 61 Colloque « Le rôle de l’activité intellectuelle dans l’Église d’aujourd’hui », 13 décembre 1974, p (...)

17Depuis ses origines, la méthode philosophique du Centre a moins consisté « à résoudre un certain nombre de problèmes précis et graves qu’à définir une méthode qui permet de mieux les poser et d’en faire saisir toutes les implications59 ». Terrain de rencontres, lieu de confrontations, échange sur les connaissances, telles étaient les méthodes du CCIF. Or, au sein de l’Église, la décennie 1970 se définit plutôt par un anti-intellectualisme et une surpolitisation. Désormais, il s’agit plutôt d’entretenir la préoccupation du travail intellectuel dans un monde catholique qui est peu persuadé de sa nécessité, de montrer l’importance de l’investissement intellectuel envers la foi afin de ne pas laisser un vide s’installer60. Pour les animateurs, la foi est un acte de confiance (puis de fidélité), mais complémentairement une réflexion rationnelle sur son propre objet de croyance. Dans ce cadre, la formulation de la foi doit être faite par des personnes pleinement au contact de la pensée profane, c’est-à-dire par des laïcs. Révélatrice est de ce point de vue l’importance accordée à une réunion des groupes de province avec le secrétaire général de l’épiscopat, le 21 octobre 1972. L’objectif est de présenter au père Huot-Pleuroux, les différents centres et leurs objectifs. Cette réunion fait par la suite l’objet d’un long travail de rédaction pour montrer l’importance de la recherche intellectuelle des laïcs au sein de l’Église. Le travail est publié dans le « Bulletin du secrétariat de la conférence épiscopale », en septembre 1973. En novembre 1974, un colloque à Chantilly est organisé sur le même sujet, puis en janvier 1975. Celui-ci fait l’objet d’un intense travail de réflexion de la part des membres de la province. Chaque groupe prépare les enjeux du sujet, puis se répartit les axes de travail. Nancy s’occupe du « diagnostic de la situation » ; les rapports « intelligence et foi » sont animés par Caen ; Le Mans, Angers et Amiens se focalisent sur les rapports entre « réflexion et expérience » ; le CCIF, lui, prend en charge le dernier débat avec Mgr Delarue sur la fonction intellectuelle et la responsabilité ecclésiale61.

  • 62 Lettre à Mgr Poupard, 22 janvier 1968, p. 1, ARMA.
  • 63 Réunion du 1er mai 1969, ARMA.

18La première vocation du CCIF reste donc la recherche intellectuelle au sein de l’Église. Mais deux chemins s’ouvrent à elle : doit-elle établir une synthèse chrétienne ou plutôt participer à une réflexion avec les non-croyants ? L’équipe ne choisit pas : elle tente de gérer les deux enjeux. Elle ne veut pas se refermer sur la pensée catholique et continue à pratiquer le dialogue avec les autres pensées pour « présenter à l’Église les interrogations qui naissent du mouvement spontané de l’intelligence profane62 ». Mais elle cherche parallèlement à limiter la crise identitaire que connaît le catholicisme en apportant des réponses confessionnelles et en proposant une synthèse constructive. Le CCIF devient alors point de ralliement d’une catholicité française éclatée63. Là encore, l’équipe est à nouveau écartelée : quelle part doit-elle donner à la confrontation entre les différents courants qui divisent le catholicisme français ? Quelle importance doit-elle accorder à certains courants minoritaires ? Peut-elle même permettre à certains mouvements très contestataires au sein de l’Église de s’exprimer ?

19De son côté, la papauté attend du CCIF une certaine réserve :

  • 64 Témoignage dans « Évêques, théologiens et peuple de Dieu », dans Les Quatre fleuves, 12, p. 55.

« Je me souviens que Paul VI – précise ainsi Mgr Pézeril – m’a plusieurs fois entretenu du même sujet, à peu près dans les mêmes termes et avec la même insistance. Il m’expliquait que sur la carte politique de notre temps la France apparaît comme une grande nation parmi d’autres, il en va différemment sur la carte de l’Église où elle tient une place de premier ordre. Il suffit que quelque chose se fasse, se dise ou s’imprime à Paris et voici qu’un précédent est créé, qu’un modèle est lancé, qu’une contestation ou une prospective sont ouvertes qui font le tour d’un bon nombre de pays catholiques64. »

20C’est sur ce point que des tensions naissent au sein de l’équipe. Certains membres, parmi lesquels André Astier, Étienne Fouilloux ou encore le père Roqueplo, souhaitent que le CCIF donne la parole aux nouveaux courants de l’Église, voire prenne position. Ils demandent de mieux tenir compte de l’ensemble des positions chrétiennes comme celles qu’expriment « Chrétiens pour le socialisme » ou les catholiques soucieux d’un retour à une stricte orthodoxie. Ils insistent pour que le Centre s’ouvre à de nouveaux cercles et qu’il prenne position sur des sujets d’actualité. Cette proposition d’insertion dans le lit du temporel n’est pas nouvelle, elle avait été choisie au début des années 1950 lors de l’affaire du Maroc ou lors du procès des époux Rosenberg. Elle avait provoqué en son temps beaucoup de tensions et d’incompréhensions au sein du comité directeur. La division concernait l’engagement dans les idéologies du temps de la guerre froide et du nationalisme. Désormais, elle touche davantage le chemin de foi de chacun.

  • 65 Bureau, 20 juin 1971, ARMA.
  • 66 RD 71, avril 1971, 166 p.
  • 67 Colloque retranscrit dans RD 79, mars 1973, 184 p.

21Paradoxalement, alors que l’année 1971 marque une reprise des activités, les bilans et les réflexions se multiplient pour résoudre la « crise qui traverse le Centre ». Parmi les termes qui reviennent fréquemment, il faut citer « flottements, glissement vers un centrisme, autocensure65 ». À partir de 1970, les titres des cahiers comme ceux de la Semaine révèlent de fait la crise confessionnelle. Trois ans après la Semaine lyrique et enthousiaste sur Jésus-Christ, l’époque est à une interrogation sur la foi. La Semaine 1971 donne le ton : « Une foi sans religion » analyse la crise de la sacralisation et du sacrement et celle de la communauté de croyants telle qu’elle a été conçue depuis des siècles. Les cahiers soulignent cette quête de l’identité : Élites et masses dans l’Église66, ou encore Église infaillible ou intemporelle67 ? Telles sont désormais les questions qui sont posées, les animateurs du Centre vont s’employer à y répondre pendant quelques années.

Le choix de la « théologie équilibrée »

Pratiques religieuses et nouvelles approches théologiques

22Malgré les dissensions de l’équipe sur les objectifs à poursuivre, malgré le travail rendu aléatoire par la crise interne et externe, le CCIF durant ces années (1970-1973) accomplit une œuvre importante et significative. Pour répondre à la crise, il oriente presque la moitié de ses débats et une bonne partie de ses cahiers sur le strict plan confessionnel.

Tableaux des sujets confessionnels

  • 68 Ces débats sont retranscrits dans un cahier spécial : Problèmes actuels du catholicisme français, (...)
  • 69 « Peut-on refuser le baptême ? », 16 mai 1966, le père de Féligonde, Renaudin et Gerbe.
  • 70 Voir « Sacrements », dans Catholicisme.
  • 71 « Foi et culture moderne, à propos du rapport Église et sacrement », 4 mai 1972, débat décrypté, c (...)
  • 72 Colloque de 1966 retranscrit en partie dans RD 60, octobre 1967, 173 p.

23Une vingtaine de débats s’articule sur les nouvelles formulations possibles de la foi et sur ses vecteurs : prière, rôle des laïcs, visibilité de l’Église, vocation religieuse, pratique dominicale68. Quelques thèmes sont privilégiés, parmi eux se trouvent les sacrements. Déjà évoqués au moment du colloque sur le symbole, le CCIF les étudie de nouveau en commençant par le baptême69. Il en rend compte également lors de l’invitation de Mgr Robert Coffy, évêque de Gap et rapporteur à l’Assemblée plénière de l’épiscopat français en 1971, à Lourdes, d’un texte sur « Église, signe de salut au milieu des hommes70 ». Robert Coffy reprend les éléments du rapport, insistant sur le sens du sacrement dans une société en voie de sécularisation71. L’équipe réfléchit également sur les nouvelles formes de communauté ou sur la réorganisation des communautés traditionnelles. En février 1966, le bureau avait mis en place un colloque sur les institutions chrétiennes qui étudiait les enjeux d’un christianisme de masse ou de profondeur72. Le 7 novembre 1966, l’abbé Connan, R. Maréchal, Henri Rollet et Bernard Decomps se rassemblent autour du thème « Quelles paroisses pour demain ? » ; le 12 décembre 1969, c’est Paul Delouvrier, Jacques Natanson, le chanoine Verscheure et Philippe d’Harcourt qui s’interrogent sur « Faut-il encore des églises ? » Élites et masses publié en avril 1971 reprend, en partie, la problématique de la religion populaire. Des spécialistes, comme François Bourricaud, Bernard Plongeron, Henri Cazelles, Serge Bonnet et d’autres, réfléchissent à l’évolution du rapport élites/masses dans différentes civilisations. Tous ces débats et cahiers soulignent la situation du catholicisme écartelé entre pastorale multitudiniste ou plus élitiste, entre évangélisation par la mission ou par la paroisse.

  • 73 En 1945, il publie son livre Paroisse, communauté missionnaire. Il est invité au colloque sur les (...)
  • 74 Invité au colloque sur les institutions mais absent. Il participe en revanche à un débat consacré (...)
  • 75 Voir « Région apostolique », dans Catholicisme, p. 707-709.
  • 76 Voir son autobiographie Confiteor. De la contestation à la sérénité, Albin Michel, 1991, 211 p.
  • 77 Voir « E. Schillebeeckx », dans Dictionnaire des théologiens et de la théologie chrétienne, p. 405 (...)

24L’équipe réussit à inviter des acteurs importants de la rénovation liturgique et de la réorganisation paroissiale : l’abbé Michonneau qui a expérimenté ses théories à Colombes73 puis à Belleville ; le père Jean de Féligonde qui ouvre de nouvelles pratiques avec ses moines à l’Haÿ-les-Roses74 ; l’abbé Connan, qui représente un autre type d’expérience, celle de Saint-Séverin, et dont l’ouvrage Demain la paroisse invite à la réorganisation de la paroisse au sein de « super-paroisses » coiffant des quartiers75. Ceux qui incarnent un visage radicalement nouveau du modèle presbytéral, comme l’abbé Joseph Canal ou Dom Bernard Besret, sont également sollicités. L’abbé Canal prêtre de la Mission de France a très vite radicalisé sa position à l’intérieur de l’Église. Il participe à l’élaboration de communautés de base. L’abbé Besret, après avoir été conseiller théologique de l’évêque d’Arras au concile, est nommé responsable de la communauté cistercienne de Boquen. Il cherche alors à établir un nouveau type de communauté religieuse pour en faire une expérience d’avenir pour l’Église76. Il manque cependant à l’appel quelques théologiens, tout particulièrement le dominicain Edward Schillebeeckx dont la pensée est pourtant essentielle à la fin des années 1960 dans la remise en cause du ministère presbytéral dans sa forme traditionnelle77.

A l’écoute d’autres voies : le degré d’ouverture aux théologiens post-conciliaires

  • 78 Devant le mécontentement d’Olivier Lacombe, l’équipe demandera à Étienne Borne de rédiger un artic (...)
  • 79 Ouvrage publié en 1952 voir « Paul Tillich », dans Dictionnaire des théologiens et de la théologie (...)
  • 80 Pierre Burgelin, Jean-Paul Gabus et Fernand Chapey sont chargés d’expliquer son œuvre.
  • 81 Claude Geffre, « Religion et religions », dans Catholicisme, p. 789.
  • 82 « Théologie ou sociologie de l’Église », 24 janvier 1973, débat enregistré. Serge Bonnet avait été (...)

25À la différence des décennies précédentes lors desquelles les théologiens contemporains étaient rarement objet de débats (0,7 % et 1,6 % pour les deux périodes précédentes), cette période leur donne plus aisément la parole. Une place très modeste est accordée à ceux qui s’inquiètent de certaines ouvertures conciliaires. Le seul ouvrage étudié est Le Paysan de la Garonne de Jacques Maritain… mais pour y être critiqué par Étienne Borne, Francis Jacques et Mgr Guimet78. Le reste des débats est consacré à des penseurs dont la réflexion invite au dépassement des acquis conciliaires. Paul Tillich intéresse ainsi le « 61 » parce qu’influencé par Heidegger et par les « trois maîtres du soupçon », il cherche à établir un nouveau lien entre foi et culture. Trois ans après la traduction de son ouvrage Théologie de la culture qui a fait de lui, en France, un penseur important79, l’équipe lui consacre un débat80. La pensée de Peter Berger, qui donne à la religion un rôle régulateur dans la société81, séduit profondément ceux qui cherchent à tracer une voie dans un monde marqué par la fin de la métaphysique. Elle fait donc l’objet d’une réunion qui rassemble, le 24 janvier 1973, l’abbé Georges Kowalski, l’abbé Jean-Marie Lustiger et Jacques Maitre82.

  • 83 Ce paragraphe s’appuie sur René Marle, « Mort de Dieu », dans Catholicisme, et R. Winling, « Théol (...)
  • 84 Son ouvrage Dieu est mort en Jésus-Christ présentait la mort de Dieu comme la conséquence de l’inc (...)
  • 85 La traduction française de ses lettres et notes de captivité date de 1963.
  • 86 « Un christianisme non religieux ? » retranscrit dans RD 58, mars 1967, p. 137-170.
  • 87 Débat retranscrit dans RD 64, mai 1969, p. 182-207.
  • 88 Trois volumes, 1971.
  • 89 Né en 1884, professeur du Nouveau Testament, il en fait une analyse radicalement nouvelle et propo (...)

26La théologie de la mort de Dieu, qui se nourrit de la confrontation directe de la culture contemporaine et de la foi, est également étudiée83. Certes, ses représentants américains comme Gabriel Vahanian, William Hamilton, Thomas Altizer, Jean Cardonnel84 ne sont pas analysés mais le théologien protestant Dietrich Bonhoeffer mort de l’oppression nazie dont les œuvres posthumes trouvent alors un second souffle85 l’est, comme le pasteur Harvey Cox. Le 28 novembre 1966, le spécialiste de Bultmann René Marlé présente la théologie de Bonhoeffer et André Dumas expose les grandes lignes des lettres de captivité86. L’ouvrage d’Harvey Cox La cité séculière est commenté assez positivement par le pasteur Georges Casalis, le dominicain Jean-Pierre Jossua et François-André Isambert en décembre 196887. Harvey Cox lui-même avait été auparavant invité à un colloque en septembre 1968, mais les événements de Mai avaient finalement empêché l’organisation de cette réunion. Dans le prolongement de cette problématique, Nietzsche fait également l’objet d’un débat en 1972. Gilles Deleuze, un des spécialistes du philosophe, et le jésuite Georges Morel lui aussi bon connaisseur (il vient de publier Nietzsche. Introduction à une première lecture88) ont été invités mais ne viennent pas. C’est donc Alfred Guth, Philippe d’Harcourt, Pierre Trotignon et Paul Valadier qui débattent de la contemporanéité de la pensée nietzschéenne. L’intérêt que porte le CCIF à ce courant est donc loin d’être mineur. Certes Bultmann n’a pas trouvé place dans la SIC 1968 consacrée à Jésus-Christ, mais il fait l’objet de deux articles en 1969 car la réflexion qu’il porte sur la démythisation est essentielle89. En revanche, la théologie politique et la théologie de la libération qui prennent en compte la violence de l’histoire et son opacité sont négligées. Une absence d’autant plus dommageable que ces courants postmodernes intégraient les signes de la crise occidentale.

  • 90 Introduction à l’intelligence du passé et de l’avenir du christianisme et L’homme à la recherche d (...)
  • 91 Jean Guitton refusera de porter contradiction publiquement à son ami Légaut. Lettre de Joseph Muss (...)
  • 92 Ce débat fait l’objet d’une publication exceptionnelle chez Desclée de Brouwer : Marcel Légaut-Fra (...)

27L’équipe entend enfin donner la parole à des « prophètes », spirituels soucieux en ces années de bouleversement de témoigner de leur foi. Elle s’intéresse ainsi à Marcel Légaut, un ulmien mathématicien devenu éleveur de moutons, qui avait joué un grand rôle dans l’éveil catholique de nombreux camarades de la rue d’Ulm pendant l’entre-deux-guerres et qui, à la fin des années 1960, reprend la plume pour dire sa foi90. Le 5 novembre 1971, François Varillon discute avec l’auteur de L’avenir du christianisme91. Mais la formule dialogale montre ce jour-là ses limites. Alors que le Centre espérait montrer les insuffisances d’une pensée jugée trop critique à l’égard du Magistère, le public venu très nombreux (plus de mille personnes !) s’enthousiasme pour cette foi originale. Les propos plus modérés de François Varillon sur les institutions ecclésiastiques et sur la tradition théologique ne convainquent pas92.

  • 93 Les réflexions de Stanislas Breton ou celles de Paul Valadier sur la crise de la modernité, de la (...)

28Durant ces années, l’équipe a présenté la plupart des enjeux confessionnels. Elle s’est autant intéressée à la théologie dogmatique qu’à la théologie pratique centrée sur la théologie pastorale (catéchèse, magistère, liturgie ou fidèles). Si elle sut souligner la nécessité de « crédibiliser » la recherche authentique de Dieu avec les nouvelles aspirations de l’humanité, elle a en revanche pâti des carences de la pensée théologique pour répondre à ces questions93. La situation de « theologia quaerens » constitue pour les animateurs du CCIF un véritable handicap, elle les conduit à délaisser des sujets importants par crainte de ne pouvoir les maîtriser : l’échec du débat entre Marcel Légaut et François Varillon – malgré l’indéniable succès en termes d’audience – va faire école.

Notes

1 Étienne Fouilloux, « Les chrétiens et Mai 1968 », art. cit., p. 258-259.

2 Schéma préparatoire, dans « Dossier SIC 1969 », ARMA.

3 Après avoir enseigné à Rome pendant plusieurs années, il revient aux Instituts catholiques de Lyon et de Paris. Penseur original, ami de Louis Althusser, il cherche à concilier raison et imaginaire.

4 Né en 1925, il entre dans la Compagnie de Jésus en 1950 et développe une recherche transdisciplinaire. Il a le souci constant de faire dialoguer l’essence du christianisme et la modernité tout en prenant soin de rester attentif aux questions temporelles.

5 17 juin 1966, à ceux-là s’ajoutent les fidèles : Étienne Borne, Claude Bruaire, abbé Colin, père Daniélou, Jean-Marie Domenach, Paul Germain, Francis Jacques, le père Roqueplo, Claude Tresmontant.

6 Né en 1921, directeur du Centre de psychologie de la religion à Louvain. Il associe une réflexion philosophique et psychanalytique.

7 Compte rendu du 16 juin 1968, ARMA.

8 Jean-Louis Monneron à l’abbé Jean Latreille, 22 mars 1967, p. 1, ARMA.

9 Un travail en profondeur manque sur les étudiants catholiques et Mai 1968. Il reste donc difficile de préciser davantage cette hypothèse.

10 La crise de la théologie au tournant des années 1970 est un phénomène encore mal connu des historiens, il nous est donc paru nécessaire d’en décrire les principaux traits afin de mieux cerner la situation du CCIF dans ce cadre.

11 Vincent Descombes, « Vers une crise de l’identité en philosophie française », art. cit., p. 147-148.

12 Sur ce sujet voir « Sacralisation », dans Catholicisme.

13 Claude Geffre, « Théologie de l’incarnation et théologie des Signes des temps chez le père Chenu », dans Moyen âge et modernité. Marie-Dominique Chenu, 1997, p. 146.

14 Idem, p. 147.

15 Ibid., p. 150.

16 Ibid, p. 147.

17 Ibid., p. 148.

18 Dominique Galland, art. cit., p. 28.

19 Idem, p. 28-29.

20 Voir « Théologie », de Christian Duquoc dans Catholicisme.

21 Idem, p. 1063-1064.

22 Joseph Dore parle de « […] terrain pratique de la communication de la foi », dans son éclairant article « Les courants de la théologie française depuis Vatican II », dans Interpréter, hommage à Claude Geffré, op. cit., p. 250.

23 « Théologie », Christian Duquoc, art. cit.

24 Né en 1919, il est le grand spécialiste de la théologie protestante et tout particulièrement de Bultmann. Il connaît également les grands mouvements théologiques qui se développent sur le continent américain (théologie de la mort de Dieu et théologie de la libération qu’il défendra).

25 Né en 1915, spécialiste de la théologie dogmatique, il cherche à rendre pensable la foi dans une société sécularisée.

26 Né en 1936, spécialiste de la théologie dogmatique, ses recherches s’orientent sur la christologie.

27 Né en 1931, il s’intéresse aux rapports science/foi et reste soucieux des questions temporelles et des réponses que peut donner le christianisme à la société.

28 Joseph Dore, Interpréter, hommage à Claude Geffré, op. cit., p. 227-259.

29 Jean Danielou condamne ainsi les positions prises par les pères Congar, Chenu et Geffré en faveur de la liberté de recherche, voir La Documentation catholique, 2 février 1969, col. 119-122.

30 « Je constate dans l’ensemble des sections religieuses et philosophiques de l’IC, des divergences telles qu’on se demande si subsiste encore une unité réelle dans la foi et dans son attachement à l’Église », Henri Bouillard à Henri de Lubac, 25 avril 1974, dans Mémoires sur l’occasion de mes écrits, op. cit., p. 395.

31 La revue comptait en 1964, 14322 abonnés, elle en perd mille trois cents en 1972, puis à nouveau deux mille en 1975 (10559), informations dans « Paris, 1967-1968 », AFSJ.

32 Censure et liberté d’expression est publié en mai 1970. L’autre cahier Science et théologie est issu d’un colloque du Secrétariat international des questions scientifiques.

33 Résultats donnés en octobre 1970, 4 p., « dossier 1969 », ARMA. Les questionnaires avaient été donnés lors de deux débats différents, le premier était consacré à un problème confessionnel : « Faut-il encore des églises ? » avec Paul Delouvrier, Philippe d’Harcourt, Jacques Natanson et le père Pousset ; le second à un problème plus social : « La pédagogie, problème politique » avec Michel Lobrot et Antoine Prost.

34 Cahier original où pour la première fois le CCIF présente un ensemble de photos, celles de François Mauriac à différentes Semaines, et où se mêlent les paroles du « chrétien Mauriac » et les témoignages du père Chenu, d’Étienne Borne, de Jean Guitton, d’André de Peretti et la retranscription de l’homélie de Mgr Pézeril prononcée aux obsèques de l’écrivain. RD 70, op. cit.

35 La première séance « La science change-t-elle la vie ? » : 454 personnes ; la seconde « Le vivant et l’humain » : 489 personnes ; la troisième « Vie et mort des civilisations » : 279 personnes.

36 10 mars 1972.

37 Voir à ce sujet René Remond, La règle et le consentement : gouverner une société, Fayard, 1979, 480 p.

38 Jean-Louis Monneron à René Rémond, 20 mai 1971, p. 3, carton 2, « CCIF 1970-1971 », ARR.

39 « L’un des drames de Vatican II n’est-il pas d’avoir préparé l’Église catholique à un renouveau serein, tandis qu’il débouche sur la crise en tenaille que lui imposent une nouvelle culture hédoniste et une nouvelle culture critique ? Sa remarquable adaptation à l’optimisme des « golden sixties » devient alors dès 1964-1965, c’est-à-dire trop rapidement pour qu’il puisse rectifier le tir, un handicap face au pessimisme renaissant », Étienne Fouilloux, « La phase antépréparatoire, 1959-1960 », dans Vatican II, op. cit., p. 74-75.

40 Pierre Lutz, 27 avril 1969, ARR.

41 Étienne Fouilloux, « Les chrétiens et Mai 1968 », art. cit., p. 266-267.

42 Danielle Hervieu-Leger, De la mission à la protestation, l’évolution des étudiants chrétiens, Le Cerf, 1973, p. 14.

43 Dominique Galland, art. cit., p. 33-34.

44 Henri Desroche, Socialismes et sociologies religieuses, Cujas, 1965, p. 12-13.

45 René Remond, « Les évolutions culturelles », dans France-Allemagne, Denis Maugenest et Werner Merle, actes du colloque franco-allemand, Beauchesne, « Religion, société et politique », 1988, p. 35. Pour tout ce qui concerne les chrétiens et la gauche voir le numéro Autrement, février 1977, 8, « A gauche ces chrétiens… groupuscules isolés ou mouvements d’avant-garde ? », 224 p.

46 Hugues Portelli, « Les relations avec les partis politiques », dans France-Allemagne, op. cit., p. 102.

47 Idem, p. 125. Le CCIF est présidé aux yeux de la jeunesse par un universitaire dont la fonction de président de Nanterre incarne l’ordre.

48 « […] il y a un certain découragement, qui tient au fait que les divisions entre les chrétiens ont été accusées par le mois de Mai. La coupure déjà annoncée, entre la Paroisse universitaire et les enseignants de l’enseignement libre va en s’accentuant. Il y a une très grande difficulté à mettre ensemble des hommes qui se sont engagés de façons très diverses », compte rendu de la réunion du 19 avril 1969, p. 1, ARMA.

49 Ainsi les communautés étudiantes ont organisé une réunion sur le thème « Peut-on vivre dans la même Église avec des opinions différentes ? », cette réunion a montrré l’absence de dialogue et la seconde séance prévue a été supprimée. Réunion du 19 avril 1969, p. 4-6. L’ouvrage sous la direction de Jacques Gadille, Histoire des diocèses de France, tome 16, Le diocèse de Lyon, Beauchesne, 1983, donne quelques éléments d’information sur la crise après 1968, p. 305-306, particulièrement la crise de la Faculté des Lettres en 1972-1973.

50 Lettre circulaire du 28 septembre 1970 : « Le contact a été pratiquement rompu avec Lyon, Nancy Bordeaux, et nous n’avons plus que des relations épisodiques avec Nice, Toulouse et Nantes », p. 1, ARMA.

51 Types de question : « Souhaitez-vous maintenir des contacts périodiques avec le CCIF ? Etes-vous partisan du maintien de la formule antérieure (soit deux réunions par an consacrées à des échanges d’information sur nos activités respectives) ? Quels services attendez-vous du CCIF en dehors de ceux qu’il est susceptible de fournir actuellement ? » Questionnaire de 4 pages du 28 septembre 1970, ARMA.

52 L’abbé Bobichon remplace l’abbé Latreille en 1973.

53 Le succès est faible : ainsi à Caen, sur trois équipes lancées en 1969-1970, une seule a poursuivi son travail de façon régulière sur l’Écriture Sainte ; les deux autres consacrées à « Foi et athéisme » et « Tiers Monde » ont périclité. Compte rendu du 14 novembre 1970, p. 2, ARMA.

54 Personnes fichées par les responsables, en tenant compte des abonnés de RD, des participants réguliers aux conférences et aux équipes de recherche.

55 C’est en tous les cas la raison qui est généralement donnée à l’équipe du CCIF.

56 Des travaux sur les groupes répartis en province permettraient d’établir une analyse plus fine de l’état du tissu associatif chrétien.

57 René Remond, brouillon de préparation, mars 1969, p. 2, « Correspondance 1968-1971 », ARR.

58 Étienne Fouilloux, brouillon de préparation pour réunion du 20 juin 1971, p. 1, « CCIF 1970- 1972 », AEF. Soulignement de l’auteur.

59 Jean-Louis Monneron au chanoine de Locht à propos de la SIC 1972, 17 février 1972, p. 2, ARMA.

60 « Projet du texte pour le Secrétariat de l’épiscopat », mai 1973, p. 4 bis, ARMA.

61 Colloque « Le rôle de l’activité intellectuelle dans l’Église d’aujourd’hui », 13 décembre 1974, p. 1, ARMA.

62 Lettre à Mgr Poupard, 22 janvier 1968, p. 1, ARMA.

63 Réunion du 1er mai 1969, ARMA.

64 Témoignage dans « Évêques, théologiens et peuple de Dieu », dans Les Quatre fleuves, 12, p. 55.

65 Bureau, 20 juin 1971, ARMA.

66 RD 71, avril 1971, 166 p.

67 Colloque retranscrit dans RD 79, mars 1973, 184 p.

68 Ces débats sont retranscrits dans un cahier spécial : Problèmes actuels du catholicisme français, RD 64, mai 1969, 255 p.

69 « Peut-on refuser le baptême ? », 16 mai 1966, le père de Féligonde, Renaudin et Gerbe.

70 Voir « Sacrements », dans Catholicisme.

71 « Foi et culture moderne, à propos du rapport Église et sacrement », 4 mai 1972, débat décrypté, carton 42 bis, ARMA.

72 Colloque de 1966 retranscrit en partie dans RD 60, octobre 1967, 173 p.

73 En 1945, il publie son livre Paroisse, communauté missionnaire. Il est invité au colloque sur les institutions mais ne vient pas.

74 Invité au colloque sur les institutions mais absent. Il participe en revanche à un débat consacré au baptême.

75 Voir « Région apostolique », dans Catholicisme, p. 707-709.

76 Voir son autobiographie Confiteor. De la contestation à la sérénité, Albin Michel, 1991, 211 p.

77 Voir « E. Schillebeeckx », dans Dictionnaire des théologiens et de la théologie chrétienne, p. 405-407.

78 Devant le mécontentement d’Olivier Lacombe, l’équipe demandera à Étienne Borne de rédiger un article pour poser plus sereinement les enjeux du sujet.

79 Ouvrage publié en 1952 voir « Paul Tillich », dans Dictionnaire des théologiens et de la théologie chrétienne, p. 441-442.

80 Pierre Burgelin, Jean-Paul Gabus et Fernand Chapey sont chargés d’expliquer son œuvre.

81 Claude Geffre, « Religion et religions », dans Catholicisme, p. 789.

82 « Théologie ou sociologie de l’Église », 24 janvier 1973, débat enregistré. Serge Bonnet avait été également invité à ce débat que présidait Jean-Louis Monneron.

83 Ce paragraphe s’appuie sur René Marle, « Mort de Dieu », dans Catholicisme, et R. Winling, « Théologie », dans Dictionnaire de spiritualité.

84 Son ouvrage Dieu est mort en Jésus-Christ présentait la mort de Dieu comme la conséquence de l’incarnation et de la mort de Jésus sur la croix.

85 La traduction française de ses lettres et notes de captivité date de 1963.

86 « Un christianisme non religieux ? » retranscrit dans RD 58, mars 1967, p. 137-170.

87 Débat retranscrit dans RD 64, mai 1969, p. 182-207.

88 Trois volumes, 1971.

89 Né en 1884, professeur du Nouveau Testament, il en fait une analyse radicalement nouvelle et propose de distinguer l’attitude objectivante d’une attitude existentielle pour mieux percevoir le rapport à la foi. Articles de Pierre Colin, « Bultmann et la philosophie » et de René Marlé, « Bultmann dépassé », dans RD 64, mai 1969, p. 212-226.

90 Introduction à l’intelligence du passé et de l’avenir du christianisme et L’homme à la recherche de son humanité, ouvrages rédigés en 1968 sous le titre L’accomplissement humain.

91 Jean Guitton refusera de porter contradiction publiquement à son ami Légaut. Lettre de Joseph Musseau à René Rémond, ARR.

92 Ce débat fait l’objet d’une publication exceptionnelle chez Desclée de Brouwer : Marcel Légaut-François Varillon, Débat sur la foi, Paris, 1972.

93 Les réflexions de Stanislas Breton ou celles de Paul Valadier sur la crise de la modernité, de la technicité, de la religion comme principe d’organisation, se developperont a partir des annees 1980. paul valadier, « La sécularisation en question », dans Études, décembre 1983, p. 515-528. Jean-Louis Schlegel, « La gnose ou le réenchantement du monde », dans Études, mars 1987, p. 389-404. Le récent ouvrage du père Stanislas Breton constitue ainsi une clef de compréhension essentielle par l’analyse qu’il fournit de la crise des pratiques confessionnelles traditionnelles et de l’attrait des religions orientales : L’avenir du christianisme, Desclée de Brouwer, 1999, 248 p.

Table des illustrations

Titre Nombre cumulé d’entrées aux débats sur une année
Légende NB : en 1970, la conférence de Dom Helder Camara réunit dix mille personnes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8744/img-1.png
Fichier image/png, 121k
Légende Paradoxalement, un public assez constant de fidèles reste présent :
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8744/img-2.png
Fichier image/png, 233k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8744/img-3.png
Fichier image/png, 452k

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540