Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Quatrième partie. Ouverture et fidélité (1965-1976)

Chapitre 12. La confirmation du succès (1966-1969) ?

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Yves Congar, L’unité, réflexions et souvenirs, op. cit., p. 110-111.

« Dans la mesure où l’Église ne veut pas être une Église d’hier dans le monde d’aujourd’hui et de demain, elle doit changer de vêtement. Dès lors, elle se présente pendant un temps comme dévêtue, livrée à la morsure d’une culture nouvelle qui, du reste, est une recherche plus qu’un acquis, qui n’est pas catholique, pas même religieuse malgré la persistance des besoins du sacré, et dont les maîtres et les créateurs les plus actifs ne sont généralement pas croyants1. »

  • 2 Voir à ce sujet René Remond, Histoire de France, tome 4, Notre siècle, 1918-1991, Fayard, 1991, 95 (...)
  • 3 Vincent Descombes, « Vers une crise de l’identité en philosophie française », dans Les Enjeux phil (...)
  • 4 Michel Winock, Chronique des années soixante, op. cit., p. 59.
  • 5 Voir Dominique Galland, « L’évolution des Centres régionaux au cours des vingt dernières années : (...)
  • 6 Philippe Lécrivain pour les Semaines sociales de France fait le constat d’une « impossible adaptat (...)
  • 7 L’ensemble de cette partie chronologique pâtit de l’absence d’études précises sur l’histoire des i (...)

1Pour bon nombre d’institutions françaises, l’année 1965 préfigure la crise de Mai 19682 : le désintérêt pour le sujet et le sentiment pessimiste sur le monde des techniques fissurent la pensée occidentale3, la plupart des revues et des groupes subissent alors les premiers soubresauts d’une crise qui culmine en mai 1968. Les historiens de la revue Les Temps modernes4, des centres régionaux protestants5 ou encore des Semaines sociales6, constatent ainsi l’affaiblissement et le moindre rayonnement de ces foyers intellectuels. La cause paraît donc entendue : le CCIF ne peut être que touché par la tourmente puisqu’il s’alimente aux mêmes réseaux de la moyenne et haute intelligentsias. C’est d’ailleurs le constat de la plupart des témoins directs qui déterminent l’année 1965 comme la date originelle du dépérissement de l’institution. Seuls ceux qui ont dirigé le CCIF entre 1965 et 1975 se refusent à une telle analyse. Le schéma mérite donc d’être réexaminé7.

Une relève générationnelle ?

Une nouvelle équipe

  • 8 Olivier Lacombe a cependant toujours soutenu l’équipe. Malgré ses réserves personnelles sur la for (...)
  • 9 Témoin de l’homme, hommage à Pierre-Henri Simon, op. cit.

2C’est en 1963 qu’Olivier Lacombe avait formulé le désir de quitter la présidence du CCIF, il s’en était expliqué à François Bédarida qui lui avait demandé de surseoir un temps à sa décision ; l’équipe se lançait alors dans l’ouverture de la Semaine aux non-croyants et préférait conserver son trio dirigeant. En 1965, Olivier Lacombe reprend son indépendance. Depuis 1958, il avait suivi les orientations du Centre, restant assez proche de la ligne conduite par Étienne Borne, mais avec le départ de ce dernier, le philosophe thomiste s’était éloigné des positions développées par une équipe bien plus jeune que lui8. Le secrétaire général cherche alors une figure de l’intelligentsia catholique digne de le remplacer. Le choix se porte sur Pierre-Henri Simon. Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1923, alors que Lacombe était de 1925), c’est un agrégé de lettres, professeur à l’Université de Fribourg et critique littéraire du journal Le Monde. C’est également un homme engagé dans les combats de son temps, gaulliste convaincu, qui n’a pas hésité à condamner la torture en Algérie dans son retentissant ouvrage Contre la torture9. S’il incarne une position classique en termes de culture, il représente également la liberté de parole d’un homme juste.

  • 10 Il est Président du Secours catholique depuis 1961. Témoignages de François et Renée Bédarida à l’ (...)
  • 11 Voir Vivre notre histoire. Aimé Savard interroge René Rémond, op. cit.

3Pierre-Henri Simon décline cependant la proposition en raison de son éloignement de Paris. L’équipe pense alors à un autre normalien, Jacques de Bourbon-Busset, autre figure de l’intelligentsia catholique mais dont le parcours est quelque peu atypique puisque après une carrière d’expert politique, l’homme était devenu écrivain. Il refuse pour absence de disponibilités10. L’équipe fait appel à un troisième normalien, mais cette fois-ci, beaucoup plus jeune, l’historien René Rémond. Ce dernier a intégré l’École normale supérieure en 1942, seulement quatre ans avant François Bédarida ; il est un assez fidèle intervenant du Centre. Il a collaboré à cinq Semaines, a participé à quatre débats et a rédigé quatre articles. En outre depuis 1958, il est invité au comité directeur et intervient aux réunions de travail du comité de rédaction depuis 1960. Reconnu pour la qualité de ses travaux historiques, c’est également un intellectuel engagé : ancien secrétaire général de la JEC universitaire, il collabore à Témoignage chrétien et à La Vie intellectuelle11. C’est donc à la fois un très bon connaisseur du milieu intellectuel – il a enseigné à la Fondation nationale des sciences politiques, puis a été nommé professeur à la faculté des lettres de Paris-Nanterre – et un ancien militant et dirigeant catholique que l’équipe se décide à choisir.

  • 12 Témoignages de François et Renée Bédarida à l’auteur.

4C’est justement ce profil de militant qui occasionne quelques difficultés. René Rémond a en effet appuyé, quelque temps auparavant, la position tenue par les responsables de la JEC universitaire contre Mgr Veuillot, l’archevêque coadjuteur de Paris. Certains membres du comité directeur craignent donc que le CCIF ne soit la victime indirecte de ces tensions. Après une altercation assez vive entre Henri-Irénée Marrou, soutenant fermement la candidature de René Rémond, et le juriste Mazeaud qui la refuse12, le comité directeur élit, le 9 juin 1965, René Rémond, président du CCIF et nomme Olivier Lacombe, président d’honneur. L’équipe préférera cependant attendre l’automne pour rendre publique cette élection afin que sa nomination n’apparaisse pas comme un désaveu à l’égard de Pierre Veuillot. À la différence des deux précédents présidents, René Rémond entend participer à l’élaboration des activités intellectuelles du CCIF : il sera présent à chaque réunion du bureau le mercredi soir, proposant des problématiques et faisant jouer ses connaissances du milieu intellectuel parisien pour inviter des personnalités nouvelles.

5Un an plus tard, en septembre 1966, François Bédarida est nommé directeur de la Maison française d’Oxford. Les Bédarida avaient joué un rôle important drainant avec eux une génération plus jeune, principalement constituée d’historiens. Sur la proposition de François Bédarida, le scientifique André Astier est choisi comme secrétaire général du CCIF. Cet ancien élève de l’École polytechnique avait intégré le laboratoire de Louis Leprince-Ringuet au Collège de France et avait alors rejoint l’équipe de l’UCSF au milieu des années 1950. Sa nomination entendait souligner l’étroit lien qui unissait l’équipe à l’Union. Le physicien acceptait la charge avec cependant quelques réticences :

  • 13 André Astier à Robert Barrat, 22 décembre 1966, p. 1, ARMA.

« Il a fallu combler un trou en toute hâte – précise-t-il ainsi à Robert Barrat – qui risque de durer deux ou trois ans au plus. Alors au nom de l’aggiornamento de l’Église, au nom de son ouverture au monde, on m’a demandé de le faire. Pendant une semaine, j’ai énergiquement refusé, puis j’ai cédé13. »

6Deux principes sont chers au nouveau secrétaire général : prendre position dans la cité et toucher la génération étudiante en organisant des activités qui lui seraient spécifiquement consacrées. Il cherche donc à renouer avec un engagement plus politique, proche de celui qu’avait tenté de développer Robert Barrat au début des années 1950.

7Peu de temps après le départ des Bédarida, c’est l’abbé Biard qui quitte le « 61 ». Il est appelé par Mgr Veuillot à la cure de Saint-Jacques du Haut- Pas, l’ancien curé, l’abbé Pézeril, ayant été nommé évêque auxiliaire de Paris. L’archevêque nomme alors l’abbé Michel Coloni, aumônier adjoint du Centre Richelieu depuis 1956 et aumônier diocésain de la Paroisse universitaire depuis 1963, assistant ecclésiastique du CCIF. L’abbé Coloni est certes bon connaisseur des milieux étudiants et des universitaires catholiques – licencié d’histoire et de théologie, il s’intéresse tout particulièrement à l’exégèse – mais il a été également le fidèle animateur, avec l’abbé Jean-Marie Lustiger, des orientations développées par l’abbé Charles au Centre Richelieu. À la différence des deux précédents assistants ecclésiastiques – dont les positions étaient fort distantes des positions de l’abbé Charles – son approche de la culture est plus attestataire.

  • 14 Compte rendu, 17 juin 1967, ARMA.
  • 15 Cette fonction était progressivement tombée dans l’oubli : après le départ de Madeleine Leroy pour (...)

8Le nouveau trio s’attache à réorganiser les activités du « 61 » mais c’est le président qui, désormais, tient le gouvernail. Il regroupe autour de lui un bureau et lance une équipe de rédaction chargée d’appliquer les décisions prises au comité de rédaction14. Le bureau va alors prospecter pour établir cette petite équipe. Marc Venard et Bernard Willerval, déjà présents au comité de rédaction, entrent au bureau. L’équipe fait également appel à Claude Bruaire et à Étienne Fouilloux. Le premier, fidèle du comité de rédaction depuis le début des années 1960, appartient déjà à une génération ancienne (il est né au début des années 1930) alors que le second participe davantage au rajeunissement de l’équipe. Cet ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud entre au comité de rédaction en octobre 1968. Son arrivée est suivie de plusieurs autres durant l’année 1969 : celle de Claude Langlois et celle de Joseph Musseau, ancien du Centre Richelieu. C’est ce dernier qui, en 1970, remplacera la très fidèle Suzanne Villeneuve au poste de trésorier. Enfin, le bureau accueille Marcel Merle, un juriste qui avait lancé sur Bordeaux quelques années auparavant, un Centre de recherche chrétienne et qui nouvellement nommé à la Faculté de Droit de Paris rejoint le « 61 ». Il est spécialiste des questions internationales et progressivement détiendra, sans en avoir le titre, la fonction de vice-président15.

9Ce renouvellement s’accompagne d’un élargissement de l’assise intellectuelle sur laquelle le CCIF entend s’appuyer.

L’élargissement

  • 16 De 1967 à 1971, un membre du CCIF se rendra régulièrement aux réunions de la Paroisse.

10Les liens entre la Paroisse universitaire et le CCIF avaient toujours existé en raison du même milieu qu’ils avaient pour vocation de toucher. Les débuts n’avaient pas été exempts de tensions, mais les années aidant, chacun avait délimité son espace et son combat. En ces années post-conciliaires, la Paroisse universitaire ayant définitivement gagné la bataille d’une laïcité ouverte, ressent le besoin de redéfinir ses orientations dans un sens plus intellectuel. Elle se tourne alors vers le CCIF et lui propose un projet autour du « devoir d’intelligence ». La première réunion se déroule le 16 mai 1967 au domicile de René et Josette Rémond. Une partie de l’équipe du CCIF est présente (Jean-Louis Monneron, Suzanne Villeneuve, l’abbé Coloni et Marc Venard) ainsi que certains membres de la Paroisse (Pierre Marthelot, Alain Guillermou, Jacques Fontaine, Bernard Sarrazin, Nicole Desmerger, Depardon et les pères Guimet et Morel). Un mois plus tard, la décision est prise de consolider les liens entre les deux organism s en invitant, de part et d’autre, un membre externe au groupe à participer aux réunions de travail16.

  • 19 Statuts déposés depuis le printemps 1970.
  • 20 6-13 mars 1968.
  • 21 Éditions le Chalet, 1971, présentation de Jean Latreille, avec les contributions de H. Denis, J.-P (...)
  • 22 Éditions le Chalet, 1972, présentation de Jean Latreille avec les textes de A. Merad, A. Abecassis(...)

11Parallèlement se développent des liens avec des universitaires catholiques dispersés sur le territoire. En janvier 1966, il avait été décidé de faire une réplique de la SIC parisienne à Lyon. Malgré le départ de François et René Bédarida, principaux initiateurs du projet, le programme se poursuit et s’élargit. En 1967, le terme de « CCIF provinciaux » est prononcé et, en juin de la même année, Jean-Louis Monneron met en place une instance de validation des groupes. En novembre 1967, Lille manifeste son désir d’établir des liens avec la rue Madame et en avril 1968, plusieurs universitaires se réunissent à Paris pour préparer la Semaine 1969 sur « La Vérité ». Sont présents : François Laplanche (Angers), Jacques Lagroye (Bordeaux), Yves-Marie Hilaire (Lille), Bailley, Baulie, Hugon, Leroux, Renault et le père de Verdière (Le Mans19), Paul Lagarde (Nancy), Philippe d’Harcourt (Nantes), Cauvin (Nice), Maurice Crubellier (Reims). L’abbé Latreille de Lyon et Fernand Mathis de Toulouse n’ont pu venir. Sur les huit groupes présents, un seul a une réelle assise institutionnelle : Bordeaux qui depuis 1966 dispose de son centre de recherche. En 1968, une réplique de la Semaine est organisée à Lyon avec l’appui logistique de Paris. L’abbé Jean Latreille en est le grand organisateur20. D’autres Semaines suivront : « L’Église que Jésus a voulue21 », « N’avons-nous pas le même Père22 ? » et « La Vérité ».

  • 23 Lettre circulaire, réunion « Paris province », 20 avril 1968, p. 2, carton 51, ARMA.
  • 24 Carton 51, ARMA.
  • 25 En 1968, ce sont des conférences sur Teilhard de Chardin et des cours sur le judaïsme. En 1972-197 (...)
  • 26 Informations tirées du premier compte rendu « Paris province », 20 avril 1968, p. 3-4, carton 51, (...)

12Le 20 avril 1968, les groupes provinciaux demandent la mise en place de liens institutionnels les associant au CCIF23. Le contrat n’unit pas un centre parisien à des filiales, mais un centre à d’autres centres autonomes qui établissent eux-mêmes des liens réguliers entre eux. Il ne s’agit donc pas de reconstituer un CCIF fédératif mais d’établir des accords de coopération entre Paris et des espaces de réflexion. Pour concrétiser les liens, deux réunions annuelles sont organisées et un bulletin de liaison est envoyé aux différents membres de la province24. Lyon en 1969 crée le Centre lyonnais de recherche chrétienne (CLRC). À Nancy, c’est au sein de l’Institut des sciences religieuses que se forme le groupe qui souhaite proposer un enseignement et reprendre quelques séances de la SIC parisienne25 ; quant aux Niçois, ils étudient la possibilité de mettre en place des sessions de travail pour étudiants et professeurs26.

13Si la constitution de ces relations démontre l’influence et le rayonnement du CCIF en province, elle n’est pas pour autant dépourvue d’ambiguïtés. D’une part, le recrutement est strictement universitaire, il est donc bien éloigné des efforts originels d’ouverture ; d’autre part, ces groupes s’organisent moins pour entamer un dialogue avec le monde que pour échanger entre catholiques. Ils soulignent indirectement les premiers symptômes de la crise post-conciliaire dont le principal effet est de se recentrer sur l’identité chrétienne. Le CCIF n’y voit quant à lui qu’une reconnaissance des on travail ; jugement fondé sur l’incontestable réussite des Semaines.

En finir avec le mythe de la crise après 1965

La confirmation du succès : la Semaine 1966

  • 27 Le père Chenu félicite d’ailleurs les animateurs : « […] programme excellemment distribué et avec (...)
  • 28 L’équipe aura d’ailleurs quelques soucis au moment de la publication des exposés : Morvan Lebesque (...)
  • 29 L’abbé Biard a dû cependant se battre pour que l’abbé Oraison puisse s’exprimer : Mgr Veuillot exi (...)
  • 30 Les exposés de la Semaine devaient se succéder, la prise de parole du professeur Klotz après l’exp (...)

14Pour la Semaine 1966, l’équipe choisit comme thème la morale. Elle entend ainsi montrer la révolution anthropologique provoquée par les différentes sciences humaines tout en déterminant des passerelles entre morale humaine et morale chrétienne27. Dans une première séance Vercors, Morvan Lebesque, Jean Onimus et le père Jolif présentent la « crise de la morale ». Alors que le co-fondateur avec Pierre de Lescure des Éditions de Minuit pose en termes philosophiques le débat, l’intervention de Morvan Lebesque est agressive et polémique : le journaliste et chroniqueur au Canard enchaîné évoque pêle-mêle les hérésies, la Réforme et le silence de Pie XII à l’égard des juifs pendant la guerre28. L’intervention du père Jolif, régent des études au couvent de la Tourette, permet de rassembler les réflexions des uns et des autres en soulignant les expressions de la crise morale et en rappelant qu’elles peuvent avoir une signification positive si la foi est dissociée d’un certain moralisme. La deuxième séance réunit autour de « La morale devant la biologie et la psychanalyse », Paul Chauchard, André Bergé, l’abbé Oraison29, Michel Delsol, professeur de biologie à la Faculté catholique des sciences de Lyon et le professeur Klotz. Après l’intervention de l’abbé Oraison, le professeur Klotz reprend la parole pour insister sur le dialogue entre catholiques et communistes en y voyant une démarche commune pour améliorer les conditions de vie de tous les hommes30.

15La quatrième séance concerne la métaphysique et rassemble Francis Jeanson des Temps modernes et chef de file du combat pour l’indépendance de l’Algérie, Jean Lacroix, Pierre Trotignon, l’abbé Jean-Jacques Latour et Olivier Lacombe. Les autres séances cherchent à définir l’apport de la psychologie moderne dans la formation religieuse, avec l’abbé Saudreau, directeur du Centre national de l’enseignement religieux, le docteur Bertolus, médecin psychothérapeute et membre de la Commission pontificale pour l’étude des problèmes de la régulation des naissances, Marie-Thérèse Chéroutre, commissaire générale des Guides de France et Guy Houist. Le jour suivant, c’est au tour du philosophe lyonnais Pierre Jouguelet, de Suzanne Villeneuve et du père Antoine, professeur de philosophie morale au Scolasticat de Chantilly de montrer comment la morale chrétienne évolue. La Semaine se clôture sur l’exposé du père Lyonnet, professeur à l’Institut biblique de Rome spécialiste du Nouveau Testament et sur celui de François Mauriac dont le témoignage (le dernier d’ailleurs au CCIF) s’apparente à un véritable testament spirituel.

  • 31 C’est le cas par exemple du commentaire du 8 mars 1966, p. 8.
  • 32 11 mars 1966, réponse de l’abbé Latour qui, le 14 mars, reprend les arguments du journaliste Paria (...)
  • 33 19 novembre 1966, 3 p., « Dossier SIC 1966 », ARMA.
  • 34 Idem. p. 1.

16La Semaine connaît une affluence sans précédent puisque plus de neuf mille personnes se pressent à la Mutualité. Le Monde évoque l’innovation formelle du dialogue et la qualité des orateurs31. Certes, La France catholique se dit réservée sur les « applaudissements frénétiques » d’un public entièrement acquis au discours du marxisme32, mais la critique ne surprend guère d’un journal conservateur. Il y a bien eu également le compte rendu sévère du père Jean-Marie Aubert dans la revue Études qui stigmatisait la trop grande priorité donnée aux marxistes et la place insuffisamment accordée à la formulation catholique. Mais l’équipe trouve les critiques injustifiées comme s’en explique René Rémond au directeur de la revue jésuite, le père Ribes33. Un compte rendu – précise le président du CCIF – dont « l’information frise la diffamation34 » : l’équipe n’a-t-elle pas donnée aux pères Jolif et Antoine ainsi qu’au cardinal Suenens la possibilité de s’exprimer sur la question morale ? N’a-t-elle pas invité toutes les formes d’incroyance (sur les huit non croyants, deux étaient marxistes). Certes le coup est rude. Il l’est d’autant plus que la critique est issue du cercle des fidèles et le point de vue différencié qui s’est exprimé entre les Études et le Centre est révélateur des premières fissures du catholicisme post-conciliaire, mais les animateurs n’y attachent pas une importance primordiale.

  • 35 Voir « Violence », dans Dictionnaire de spiritualité qui cite le compte rendu de la SIC 1967 comme (...)
  • 36 Peu de temps après le docteur Bertherat est tué par l’un de ses malades psychiatriques. Voir L’hum (...)
  • 37 Le pasteur Martin Luther King avait également été invité. Lettre du 15 novembre 1966, ARMA.

17L’année suivante, de manière prémonitoire, la SIC est consacrée à la violence. Une Semaine radicalement philosophique qui présente les différentes formes de violence et les raisons de son expression35. Une première séance présente les différentes formes de violence collective avec Emmanuel d’Astier de la Vigerie, Jean-Marie Domenach, René Rémond, Mgr Veuillot ; la deuxième séance se focalise sur la psychanalyse de la violence avec le docteur Bertherat36, Serge Lebovici, le docteur Ey et Christian Debuyst. La troisième séance réunit Paul Ricœur, Éric Weil et Étienne Borne autour de la question de la violence et du langage afin de présenter les possibilités d’une « éthique du langage ». Puis c’est au tour du thomiste et successeur de Mgr Journet à la revue Nova et Vetera, le père Cottier, de Gustave Thibon, de l’abbé Wiener et de Louis Leprince-Ringuet de se demander s’il y a une doctrine chrétienne de la violence. Raymond Aron, le père Fessard et Jean Laloy, quant à eux, s’interrogent sur le discours de Paul VI à l’ONU lançant un « Jamais plus la guerre ». Dans l’avant-dernière séance, le politiste Georges Lavau, Michel Massenet, directeur de la population et des migrations au ministère des Affaires sociales, Michel Verret, philosophe communiste et Pierre Racine, conseiller d’État attaché au ministère des Affaires économiques, débattent des rapports entre violence économique et violence politique. Enfin Olivier Lacombe préside une séance de témoignages dans laquelle s’expriment le père Voillaume, le père Régamey et José-Luis Aranguren, victime de la violence franquiste après avoir protesté contre la répression du pouvoir espagnol sur les étudiants37.

  • 38 24 juin 1967, p. 1.
  • 39 « On reste sur sa faim […] par « absence d’une éthique fondée », on aurait aimé entendre le point (...)

18Une fois encore la pensée catholique apparaît pleine de vitalité38. Certes la SIC draine un peu moins de public et quelques critiques s’élèvent pour noter l’absence de praticiens politiques ou économiques dans cet inventaire des formes de la violence39, mais la plupart des journaux en donnent un écho très favorable. Le succès de la formule est donc confirmée, il l’est encore plus en 1968 lors de la Semaine consacrée à Jésus-Christ.

La grande Semaine théologique : « Qui est Jésus-Christ ? »

  • 40 Pierre Prigent de la Faculté de théologie protestante de Strasbourg.
  • 41 David Flusser, professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem, le rabbin Askénazi, le philosophe (...)
  • 42 Ont été pressentis : Robert Aron (il ne peut venir en raison d’un voyage aux États-Unis), Pasolini (...)
  • 43 Née en 1930, elle entame une brillante carrière de romancière puis se convertit au catholicisme.
  • 44 Né en 1912, il entre dans la Compagnie de Jésus et se spécialise dans l’exégèse.
  • 45 Entré dans l’ordre de saint Dominique, le père François Refoulé est directeur des éditions du Cerf (...)
  • 46 Née en 1912, elle se spécialise dans le judaïsme ancien et le christianisme primitif.
  • 47 Professeur à l’Institut de théologie Saint-Serge.
  • 48 Né en 1926, entré chez les dominicains, il enseigne la théologie dogmatique au Saulchoir dont il e (...)
  • 49 Né en 1925, « hégélo-marxiste », il subit l’influence d’Éric Weil et d’Alexandre Kojève. Après avo (...)

19« Qui est Jésus-Christ ? », cette question, le CCIF va la poser à la fois à des catholiques, des protestants40, des juifs41 et à des non-croyants42. Le Centre renoue ici avec la grande tradition de la Semaine théologique dont la démarche est à la fois historique, philosophique et exégétique. L’équipe a d’ailleurs mis toute son énergie pour préparer cette Semaine en délaissant les débats durant le trimestre précédent. « Qui dites-vous que je suis ? » (René Rémond, Françoise Mallet-Joris43, Léon Askénazi et le père Carré), « Jésus dans l’histoire » (Marc Venard, Pierre Prigent, David Flusser et le père Daniélou), « Comprendre les Évangiles » (Jean-Louis Monneron, père Léon-Dufour44, Marcelle Lévy et le père Refoulé45), « Christ est ressuscité » (André Astier, Annie Jaubert46, Olivier Clément47, le père Geffré48 et Pierre Emmanuel), « Jésus Sauveur » (Paul Germain, François Châtelet49, Pierre Jouguelet et l’abbé Biard), « Un Dieu homme ? » (Claude Bruaire, Emmanuel Lévinas, le père Varillon et le pasteur Dumas), « Où rencontrer Jésus-Christ aujourd’hui ? » (Henri-Irénée Marrou, Jean Rousselet, Claude Gruson et Mgr Pézeril) ; telles sont les questions successives auxquelles vont répondre les invités.

  • 50 Certains reprocheront l’absence de musulmans. Lettre des Orantes de l’Assomption du 16 mars 1968 o (...)
  • 51 SIC 1968, p. 243-248.

20La Semaine séduit pour plusieurs raisons : d’abord par la diversité des orateurs issus d’horizons confessionnels différents50 : présence du rabbin Léon Askenazi, du philosophe juif Emmanuel Lévinas ou encore de l’orthodoxe Olivier Clément ; ensuite par l’équilibre entre intellectuels moins connus comme Annie Jaubert ou le père Refoulé et certains mentors de la pensée catholique comme Pierre Emmanuel ou Henri-Irénée Marrou ; enfin par un souci pédagogique nouveau manifesté par l’inauguration de discussions à chaque séance pour mieux dégager les points communs et les divergences entre les orateurs. Cette méthode, qui avait été celle des premières Semaines, est donc remise en place et sera conservée dans les années suivantes. L’équipe fait également le choix de personnaliser le Credo en demandant à Paul-André Lesort, Claude Bruaire et Michel de Virville de construire une « célébration de la foi au Christ51 ».

21Ce choix du dialogue et de l’utilisation d’un outillage intellectuel moderne se trouvent authentifiés par le public parisien et par le Magistère romain. En 1968, le CCIF est bien éloigné du schéma de crise qui prévaut dans la plupart des mémoires : il se situe en position forte sur la scène intellectuelle laïque et confessionnelle. Il n’y a donc pas eu de crise de l’institution à partir de 1965, au contraire, ces années 1965-1968 constituent un apogée obtenu en partie par l’expérience d’ouverture qu’a constituée la SIC 1965 :

Nombre d’entrées aux SIC

Nombre d’entrées aux SIC

22NB : de 1949 à 1958 les entrées restent inconnues, mais grâce à la lecture des journaux on peut estimer qu’elles se situent entre 7 000 et 8 000.

  • 52 Voir infra les réseaux touchés de 1966 à 1976.
  • 53 Jean-Pierre Vernant, SIC 1966, p. 74-80.

23La méthode a convaincu le public des Semaines mais aussi une grande partie de l’intelligentsia parisienne qui accepte de participer à cette activité catholique. François Châtelet et Jean-Pierre Vernant se prêtent ainsi au dialogue et à la recherche commune52. Le premier est spécialiste de l’histoire de la philosophie ; c’est un intellectuel influent un temps lié au communisme, puis qui s’en détache pour se rapprocher du PSU, qui soutient largement le mouvement de Mai 1968. Le second est ancien membre du PC ; il jouit d’une autorité internationale comme spécialiste de la cité et religion grecques. Si leur positionnement politique et philosophique est éloigné de l’esprit du « 61 », leur ouverture d’esprit les conduit à accepter de venir partager leur réflexion fondée sur la perspective historique ou l’analyse structurale. Les uns et les autres y voient le moyen de prendre conscience des divergences tout en les purifiant de préjugés et de simplismes53. De son côté, le Magistère envoie de nombreux signes d’encouragement.

L’appui de la hiérarchie

  • 54 Lettre du 7 mars 1968, « Message du Cardinal secrétaire d’État ». La lettre est publiée dans le co (...)
  • 55 Cardinal Benelli, 15 juin 1968, p. 1, « Dossier SIC 1968 », ARMA.

24En mars 1968, le secrétaire d’État le cardinal Cicognani avait fait parvenir une lettre de six pages dans laquelle il soulignait l’importance de la pastorale de l’intelligence et l’apport du CCIF dans ce cadre. Il y montrait l’originalité d’une méthode choisissant le dialogue avec les autres formes de pensée54. Après le déroulement de la Semaine, l’équipe fait parvenir à Rome un bilan. Cet exposé est à nouveau l’objet d’une lettre de félicitations de la secrétairerie d’État55. Cette étroitesse de liens entre le Centre et Rome se confirme par l’envoi désormais régulier de la publication Recherches et Débats aux responsables des principaux réseaux intellectuels romains : le Recteur de la Grégorienne le père Carrier, Mgr Angelo Dell’Acqua, Mgr Paul Poupard de la section française de la secrétairerie d’État, Mgr Moeller et le père Philippe de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Joseph Géraud de la Procure Saint-Sulpice, le père Vincenzo Miano du Secrétariat pour les non-croyants, le cardinal Benelli de la secrétairerie d’État, le cardinal Garrone Préfet de la congrégation de l’enseignement catholique et Mgr Jean Villot secrétaire d’État.

  • 56 Voir « Tableau des interventions des cardinaux, évêques et prélats », dans Claire Toupin-Guyot, op (...)
  • 57 Évêque de Gap et président de la commission épiscopale de liturgie.
  • 58 Directeur du Secrétariat général de l’épiscopat depuis 1966 et évêque auxiliaire de Paris à partir (...)
  • 59 Évêque de Troyes.
  • 60 Ancien curé de Saint-Jacques du Haut Pas, il a été nommé évêque auxiliaire de Paris en 1966.
  • 61 En 1972, Paul Poupard deviendra recteur de l’Institut catholique de Paris.
  • 62 Voir infra pour les attitudes politiques de Mgr Camara et du cardinal Tarancon.

25Dans un contexte post-conciliaire très favorable aux ecclésiastiques français, le CCIF décide de leur donner plus largement la parole. En 1958-1965, ils représentaient 23 % des intervenants, à la période suivante, ils constituent un tiers des orateurs. Parmi eux, les évêques sont les plus sollicités56 : c’est le cas de Mgr Coffy57, Mgr Etchegaray58, Mgr Fauchet59 ou encore Mgr Pézeril60. Ces hommes sont représentatifs de cet épiscopat conciliaire éclairé. Des personnalités romaines sont également invitées : le père Jérôme Hamer, secrétaire adjoint du Secrétariat pour l’unité des chrétiens, le père Vincenzo Miano, Mgr Poupard61 ou encore le cardinal Garrone. L’équipe donne également la parole à des prélats aux positions plus avancées : le cardinal Suenens qui soutient la régulation des naissances ou Dom Helder Camara, archevêque de Recife, personnalité épiscopale emblématique d’une Église en marche auprès des plus pauvres62. L’adéquation qui s’installe alors entre les animateurs du CCIF et l’autorité hiérarchique n’est pas sans ambiguïté : la deuxième n’attend-elle pas de la première une certaine circonspection devant les premières innovations post-conciliaires ?

Structures et prophétisme : le degré de dialogue avec la société

Les mutations sociales

  • 63 Deux cahiers sont édités : La pensée religieuse de Paul Claudel, RD 65, septembre 1969, 224 p. Le (...)
  • 64 « Jean-Luc Godard pour ou contre ? », 21 mars 1966, J. Collet, H. Lemaître et C. Wuilleumier-Ropar (...)
  • 65 « Y a-t-il une morale du profit ? », 24 avril 1967, J. Chenevier, Gabriel Dessus, Roger Fauroux, L (...)

26Dans la continuité des années précédentes, l’équipe entend organiser ses activités en s’appuyant sur la même méthode intellectuelle, tout en cherchant à inventer de nouvelles formules plus pédagogiques. Elle choisit cependant de délaisser la culture classique dans ses expressions littéraires63, artistiques et cinématographiques64 et se désintéresse de l’économie65. Quant à la réflexion sur la société, elle se fait très sélective.

Tableaux des activités consacrées aux thèmes sociaux

Tableaux des activités consacrées aux thèmes sociaux
  • 66 « Un problème nouveau : vieillir », 30 novembre 1970, Gabriel Marcel, Suzanne Pacaud, Henri Péquig (...)
  • 67 « Quelle terre laisserons-nous à nos enfants ? », 23 février 1970, Eugène Claudius-Petit, Maurice (...)
  • 68 Un cahier est organisé sur le sujet en 1966. L’équipe fait appel au grand spécialiste de la questi (...)
  • 69 Débat organisé en février 1974, l’ouvrage date de 1973.

27Huit débats et plusieurs cahiers sont organisés sur des problèmes de société : le vieillissement66, l’écologie67, les nouvelles mentalités, la société de consommation, l’école, le mariage, le travail, les loisirs68, la condition féminine ou encore la censure. Quant aux Semaines, par deux fois, elles sont consacrées à des thèmes en vogue : le bonheur et la maîtrise de la vie. Certaines évolutions de la société française sont donc vues. Les méthodes d’enseignement sont l’objet d’une attention soutenue : en 1972 un débat rassemble ainsi le Nobel de physique Alfred Kastler, le physicien Lagarrigue et André Lichnerowicz. Les orateurs s’interrogent sur les apports et les limites de l’apprentissage et de la sélection par les mathématiques. De la même manière, les travaux d’Ivan Illich sont largement commentés et analysés : Une société sans école est étudié par Jean-Marie Domenach, J. Fournier, le père Lacoué-Labarthe en janvier 1973 ; un second débat réunit René Rémond, Jean-Marie Domenach et Jacques Delors sur La convivialité69.

  • 70 Voir à ce sujet Martine Sèvegrand, Les enfants du bon Dieu, les catholiques français et la procréa (...)

28Parmi les questions sociales privilégiées se trouve celle de la régulation des naissances : le problème est alors à la pointe de l’actualité depuis l’ouverture, en 1961, d’un premier centre de planning familial, puis en 1967 du vote de la loi Neuwirth rendant légale la contraception artificielle : cinq débats, un cahier et une Semaine y sont ainsi consacrés70. En mars 1962, un premier débat est organisé sur le planning familial et un cahier est publié sur la limitation des naissances. Ce numéro regroupe les signatures de Marguerite Lambert, Madame Lieury, des docteurs Abiven, Debray, Le Moal, Sutter et des pères Beirnaert, Bouchaud, de Contenson, Dubarle et de Les-tapis. En 1962, les orateurs invités sont donc équitablement partagés entre ceux qui condamnent toute contraception artificielle et ceux qui y sont plutôt favorables. Jean-Marie Sutter montre l’inefficacité des moyens contraceptifs mécaniques, le docteur Le Moal et le père de Lestapis appellent à la continence ; quant au professeur Debray, il manifeste son hostilité à l’évolution de la loi 1920. De l’autre côté, le père de Contenson ouvre une brèche en distinguant la loi civile de la loi morale et le père Dubarle examine le crime d’Onan pour montrer que la condamnation de la contraception n’est pas incluse dans le texte biblique. C’est d’ailleurs sur cette étude que le cahier est clos.

  • 71 Pierre Antoine est membre de la compagnie de Jésus et spécialiste de théologie morale.
  • 72 Le père Bernard Häring, spécialiste de théologie morale avait été également invité au Centre. Son (...)
  • 73 Martine Sèvegrand, op. cit., p. 257.
  • 74 Cette protestante est l’une des fondatrices de la Maternité heureuse qui deviendra par la suite, l (...)
  • 75 Le Monde du 25 janvier 1967 cite de larges extraits de l’intervention du chanoine de Locht.
  • 76 Et ce de 1959 à 1973 ; il est membre de la commission pontificale pour l’étude de ces problèmes. I (...)
  • 77 Il rédige Contrôle des naissances, le dossier de Rome, publié en 1967.
  • 78 Sur l’encyclique Humanae vitae, voir Études, octobre 1968, p. 426-446.
  • 79 Le débat n’a pas été retranscrit sauf l’intervention de Kostas Axelos dans Métamorphoses, 1972.
  • 80 Séance du 11 mars 1972, avec également Pierre Cordier et André Boué.

29La participation de l’abbé Oraison, du cardinal Suenens et du père Antoine71, en avril 1966 à la Semaine consacrée à la morale, marque alors une nouvelle étape. Les trois ecclésiastiques insistent sur la prévisible évolution de l’Église sur le sujet72. Un peu plus tard, lorsque le père Jeannière publie son ouvrage sur l’anthropologie sexuelle qui marque une véritable rupture avec la problématique de la théologie traditionnelle73, le CCIF organise un débat pour en valoriser l’apport grâce à la présence du père Beirnaert et d’Évelyne Sullerot74 tous les deux favorables au libre contrôle des naissances. Le débat parlementaire sur la loi Neuwirth, donne lieu à une séance sur la régulation des naissances avec le docteur Bertolus, Michel Chartier, Odette Thibault, Odile Cordier et le chanoine de Locht75. Ce dernier est spécialiste de la pastorale familiale depuis 1946, fondateur et responsable du Centre national de Pastorale familiale pour la Belgique francophone76. Il est très favorable à l’évolution de l’Église sur cette question. À l’encyclique Humanae vitae de l’été 1968 répond le débat du 7 novembre 1968 avec le père Daniélou et Claude Bruaire, Jean-Marie Paupert, vulgarisateur laïc de la question77, et le père Ribes, directeur de la revue Études. Les deux derniers montrent les limites de l’encyclique et les conséquences fâcheuses de cette prise de position péremptoire du Magistère romain78. Par la suite, le CCIF intervient irrégulièrement sur le sujet : lors du débat consacré à Herbert Marcuse avec Didier Anzieu, Kostas Axelos et Philippe d’Harcourt79, puis en février 1970. En 1972, lors de la Semaine consacrée à la maîtrise de la vie, le chanoine de Locht, franchit une dernière ( ?) étape en montrant que l’acte sexuel constitue davantage un acte de responsabilité conjugale que parentale et en s’interrogeant sur la potentialité humaine de l’embryon80.

  • 81 Sur l’évolution de ce groupe voir Martine Sèvegrand, op. cit., p. 188 et sequentes.

30Entre 1962 et 1972, les différents mouvements chrétiens sur la sexualité ont donc été invités : les premiers font partie d’abord du CLER (Centre de liaison des équipes de recherche fondé en avril 196281), c’est le cas des docteurs Abiven, Cordier ou Chartier. Ces militants qui ont d’abord prôné la régulation des naissances par la méthode des températures vont très vite évoluer sur la question. La plupart d’entre eux se retrouvent à Saint-Séverin, autour de l’abbé Ponsar et de l’abbé Oraison pour poser les fondements d’une théologie de la sexualité. D’autres, comme Marguerite Lambert, très active dans le Mouvement chrétien en monde rural (CMR) et dont l’attitude est d’abord de privilégier l’étreinte réservée, souhaite, après être devenue conseillère conjugale, la mise en place d’une régulation des naissances.

  • 82 Voir de ce point de vue, l’article du père Beirnaert dans les Études en 1966.
  • 83 La position de Gustave Martelet est cependant plus ouverte que celle de Paul VI, voir Martine Sève (...)
  • 84 Une seule grande absence serait à signaler, celle de Paul Ricœur qui a cherché à dépasser l’aspect (...)

31Quant aux jésuites Louis Beirnaert, Abel Jeannière et Pierre Antoine, ils s’opposent à la traditionnelle morale conjugale grâce à leurs apports psychanalytiques et psychologiques et montrent l’importance d’une sexualité en dehors de toute procréation82. Le chanoine de Locht et le père Ribes, quant à eux, prennent position pour la contraception artificielle. À l’inverse le père Martelet n’est pas invité au « 61 » alors qu’il a secondé Paul VI pour la rédaction de l’encyclique83. On note également l’absence du père Tesson qui, de 1956 à 1965 est pourtant chargé de la question aux Études. Sa position strictement conservatrice est donc rejetée. Enfin, aucun couple incarnant la ligne stricte comme Charles et Élisabeth Rendu ou Annick et Bernard Vincent ne sont présents. Leur absence est significative : l’équipe a cherché avant tout à faire connaître les possibilités d’une évolution et de ce fait a peu donné l’occasion au courant traditionnel de s’exprimer84.

  • 85 Sur cette divergence entre l’UCSF et le CCIF, voir Martine Sèvegrand, op. cit., p. 332 et sequente (...)

32Cette place accordée à la morale conjugale traduit le positionnement global de l’équipe vis-à-vis des mutations sociales et son désir de voir, sur ces questions, le Magistère romain évoluer. Mais à la différence de l’Union catholique des scientifiques français qui avait adressé, le 8 octobre 1968, une lettre aux évêques de France dans laquelle ils condamnaient l’encyclique Humanae vitae, le CCIF se refuse à désavouer publiquement le Magistère, préférant une fois encore la réflexion dialectique85. Cette méthode intellectuelle va être également retenue pour une question brûlante celle de la politique qui, en ces années, fait brutalement irruption dans la société française.

L’impératif politique ?

  • 86 Voir « Politique », dans Catholicisme, article de Jean-Marie Aubert.
  • 87 Au printemps 1963, l’équipe invite le père Calvez, Jean-Baptiste Duroselle, Mgr Lalande et Maurice (...)

33Dans les années 1950, l’équipe avait souligné les dangers de toute forme du cléricalisme et s’était particulièrement intéressée à l’expérience mendésiste et à la démocratie chrétienne, Pacem in terris qui établissait de manière nouvelle le rapport de l’Église au monde ouvrait de nouvelles perspectives. Jean XXIII y refusait la nostalgie de l’idéal de chrétienté et invitait les catholiques à agir au sein de la société dans un esprit de réconciliation86. Trois ans après, Paul VI dans Populorum progressio reprenait les mêmes principes d’autonomie de l’État vis-à-vis de l’Église87.

  • 88 Expression de Christian Baboin-Jambert, dans « Bloc notes en théologie du politique », dans Le Sup (...)
  • 89 « Proudhon et la religion », février 1968 avec Jean Bancal et Mgr Haubtmann.
  • 90 « Nietzsche actuel et inactuel », février 1972 avec également Alfred Guth et Pierre Trotignon.
  • 91 Né en 1933, il entre dans la Compagnie de Jésus et s’intéresse à l’un des principaux maîtres du so (...)
  • 92 Il enseigne la philosophie à l’Université de Nantes et a intégré la petite équipe du CCIF à la fin (...)
  • 93 Sa thèse Pierre-Joseph Proudhon, sa vie et sa pensée 1809-1849, est publiée en 1962.
  • 94 Le nouvel état industriel est publié aux États-Unis en 1967 ; il paraît un an plus tard chez Galli (...)
  • 95 Né en 1918, assistant de Karl Rahner, il devient l’un des inspirateurs de la théologie de la libér (...)
  • 96 Avec Philippe Ardant, Lucien Bianco et Jacques Guillermaz.

34Alors que la société française vit « l’impératif de la transformation politique88 », le CCIF choisit de rendre compte essentiellement de l’évolution de la pensée ecclésiale sur le sujet pour en retranscrire les enjeux philosophiques et théologiques. Proudhon89 et Nietzsche90 sont ainsi soumis à l’analyse de spécialistes catholiques comme le jésuite Valadier91, le philosophe Philippe d’Harcourt92, ou encore Mgr Pierre Haubtmann93. Si l’alternative que propose Ivan Illich est bien analysée, celle de John-Kenneth Galbraith94 est écartée. Le concept de « théologie politique » définit par le père Johann-Baptist Metz n’est pas non plus étudié95. Une partie des débats franco-français est délaissée telle l’alternative de Robert Buron et les équipes d’ » Objectifs 1972 » ou encore la forte montée de l’extrême gauche qui ne transparaît que fort indirectement lors d’un débat sur l’expérience chinoise en avril 196996

  • 97 Témoignage d’André Lichnerowicz à l’auteur.
  • 98 Il a donné en 1963 un article sur les laïcs (RD 42) et un second en 1964 sur l’histoire et l’histo (...)

35Ce désintérêt pour la politique est né du positionnement du CCIF lors de la crise de Mai 1968. Dès le début des évènements, les membres de l’Union catholique des scientifiques français avaient décidé de rédiger un texte pour dire leur réserve face aux brutalités policières commises sur les étudiants et pour appeler le gouvernement français à prendre ses responsabilités97. René Rémond, alors en voyage à Rome, est contacté pour donner son avis sur la participation éventuelle du CCIF à cette prise de position. Manquant d’informations, il refuse de prendre une décision et donne pleins pouvoirs à l’un de ses amis, l’historien Jean-Marie Mayeur, excellent connaisseur du milieu universitaire. Ce dernier est l’un des responsables de la branche universitaire du SGEN, il participe depuis 1963 à certaines manifestations intellectuelles du CCIF, mais ne fait pas partie du bureau98. Sur les conseils de Jean-Marie Mayeur, le Centre s’abstient de tout manifeste et André Astier, qui souhaitait une prise de position en faveur du mouvement étudiant se trouvant désavoué, démissionne de son poste de secrétaire général. Il est remplacé par Jean-Louis Monneron alors assistant à l’Institut d’études politiques de Paris, membre du comité de rédaction qui prépare alors une thèse sur la revue Études. Suzanne Villeneuve devient rédactrice en chef de Recherches et Débats.

  • 99 Lettre du 6 octobre 1968, p. 2, ARMA.
  • 100 RD 63, mars 1969, 176 p.
  • 101 Projet de cahier, p. 1, ARMA.

36À la rentrée universitaire de septembre 1968, l’équipe fait néanmoins entendre sa voix sur le sujet. En octobre, lors de la réunion avec la province, elle établit un bilan des événements vécus dans les différentes villes universitaires99. Sa première relecture publique du Mouvement a lieu en décembre, lors d’un forum intitulé « La France s’est-elle repolitisée ? » en présence de Léo Hamon et de Georges Lavau. Parallèlement, l’équipe décide de lancer un cahier sur le sujet qui paraît en mai 1969100. Le CCIF est donc en retard par rapport aux autres revues intellectuelles catholiques comme Esprit, Études, Christianisme social, Projet ou encore Économie et Humanisme qui ont étudié le phénomène dès juillet 1968. L’ambition est de faire dialoguer des chrétiens qui n’ont pas eu la même attitude au moment de l’événement : « C’est pour prendre une plus juste mesure de ces divergences et pour que nous apprenions à les penser ensemble, que nous lançons ce cahier » précise ainsi le projet de travail101. Dans une lettre adressée à Étienne Borne, Jean-Louis Monneron s’explique davantage :

  • 102 Idem.

« Ce que j’entreprends aura deux caractères : d’une part, il voudrait être une sorte de table ronde portant aussi bien sur l’interprétation historique de l’événement que la manière dont les chrétiens – avec quelle naïveté et quelle légèreté hélas ! – y cherchent un signe des temps. Mais aussi il voudrait aboutir à des conclusions que le CCIF devra prendre à son compte, en particulier en ce qui concerne le devoir d’intelligence, et sur cela l’équipe actuelle est disposée à s’engager quelque peu102. »

  • 103 Étienne Fouilloux, « Des chrétiens dans le mouvement du printemps 1968 ? », dans René Mouriaux et (...)
  • 104 Les raisons de leur absence restent indéterminées : le père Chenu suit avec sympathie le travail d (...)
  • 105 Projet de cahier, ibid., p. 2, ARMA.
  • 106 Voir Franck Georgi, L’invention de la CFDT, 1957-1970, syndicalisme, catholicisme et politique dan (...)
  • 107 Voir son témoignage dans Vivre notre histoire. Aimé Savard interroge René Rémond, op. cit.

37Dans ce cahier sont donc invitées à prendre la parole des personnes ayant fait partie du « cercle de soutien103 » aux étudiants contestataires : le pasteur Dumas, le philosophe Ricœur, le pasteur Casalis, le père Chenu, Georges Montaron (les trois derniers déclinent l’invitation104). Deux axes sont privilégiés : définir le mouvement pour y déceler les aspects révolutionnaires et continuer la confrontation entre chrétiens en s’interrogeant sur le rapport entre l’événement historique et l’avènement du Royaume105.La réflexion se poursuit ensuite lors du débat consacré à Herbert Marcuse, le 23 janvier 1969, et durant une séance de la Semaine 1969 sur « Vérité et politique », en présence du père Calvez, de Julien Freund, de Marcel Merle et du communiste Pierre Juquin. Il n’y a donc pas silence complet sur le mouvement étudiant mais analyse distanciée. À l’image de la branche universitaire du SGEN qui, sous la plume de Jean-Marie Mayeur, Jean-Louis Piednoir, Charles Pietri et Paul Vignaux, critique l’incohérence du mouvement étudiant106, le CCIF refuse une attitude par trop contestataire107.

Notes

1 Yves Congar, L’unité, réflexions et souvenirs, op. cit., p. 110-111.

2 Voir à ce sujet René Remond, Histoire de France, tome 4, Notre siècle, 1918-1991, Fayard, 1991, 957 p.

3 Vincent Descombes, « Vers une crise de l’identité en philosophie française », dans Les Enjeux philosophiques des années 50, Colloque Georges Pompidou, éditions Georges Pompidou, Espace international, 1989, p. 147-148.

4 Michel Winock, Chronique des années soixante, op. cit., p. 59.

5 Voir Dominique Galland, « L’évolution des Centres régionaux au cours des vingt dernières années : du centre de formation de laïcs aux Centre des Rencontres et de Recherches », dans Crises et mutations institutionnelles dans le protestantisme français, sous la direction de Roger Mehl, actes du 3e colloque de sociologie du protestantisme, Strasbourg, 1972, supplément aux bulletins CPED avril-août 1974, p. 18-36.

6 Philippe Lécrivain pour les Semaines sociales de France fait le constat d’une « impossible adaptation », « Les Semaines sociales de France », dans Denis Maugenest, sous la direction de, Le mouvement social catholique en France au xxe siècle, Le Cerf, 1990, p. 162.

7 L’ensemble de cette partie chronologique pâtit de l’absence d’études précises sur l’histoire des intellectuels, sur la crise du catholicisme et sur les enjeux de la sécularisation. L’étude repose sur de nombreuses hypothèses de travail qui pourront être confirmées ou infirmées lorsque cette période aura fait l’objet d’une approche historique complète.

8 Olivier Lacombe a cependant toujours soutenu l’équipe. Malgré ses réserves personnelles sur la formule de la SIC 1964, il se rendit deux fois à Rome pour expliquer l’importance de la confrontation publique avec des non-croyants.

9 Témoin de l’homme, hommage à Pierre-Henri Simon, op. cit.

10 Il est Président du Secours catholique depuis 1961. Témoignages de François et Renée Bédarida à l’auteur.

11 Voir Vivre notre histoire. Aimé Savard interroge René Rémond, op. cit.

12 Témoignages de François et Renée Bédarida à l’auteur.

13 André Astier à Robert Barrat, 22 décembre 1966, p. 1, ARMA.

14 Compte rendu, 17 juin 1967, ARMA.

15 Cette fonction était progressivement tombée dans l’oubli : après le départ de Madeleine Leroy pour le Japon, André Lichnerowicz avait été choisi. Ce fut la dernière nomination effective à ce poste.

16 De 1967 à 1971, un membre du CCIF se rendra régulièrement aux réunions de la Paroisse.

19 Statuts déposés depuis le printemps 1970.

20 6-13 mars 1968.

21 Éditions le Chalet, 1971, présentation de Jean Latreille, avec les contributions de H. Denis, J.-P. Lintanf et A. Mandouze.

22 Éditions le Chalet, 1972, présentation de Jean Latreille avec les textes de A. Merad, A. Abecassis et Mgr Pezeril.

23 Lettre circulaire, réunion « Paris province », 20 avril 1968, p. 2, carton 51, ARMA.

24 Carton 51, ARMA.

25 En 1968, ce sont des conférences sur Teilhard de Chardin et des cours sur le judaïsme. En 1972-1973, sont proposés des cours sur « la prière dans les premiers siècles » par André Mehat, l’abbé Dagens et Jean Rousselet. Trois conférenciers de la SIC viennent : le docteur Péquignot, les pères Guillet et Sommet. Informations dans compte rendu du 26 octobre 1968 et dans Supplément au bulletin de l’ISR, 1972.

26 Informations tirées du premier compte rendu « Paris province », 20 avril 1968, p. 3-4, carton 51, ARMA.

27 Le père Chenu félicite d’ailleurs les animateurs : « […] programme excellemment distribué et avec d’excellentes équipes. Vous m’aidez à conserver joie… et jeunesse », 22 février 1966, « Dossier SIC 1966 », ARMA.

28 L’équipe aura d’ailleurs quelques soucis au moment de la publication des exposés : Morvan Lebesque demandant un droit de réponse à l’exposé du père Jolif qui lui sera refusé.

29 L’abbé Biard a dû cependant se battre pour que l’abbé Oraison puisse s’exprimer : Mgr Veuillot exigeait que l’ensemble de l’exposé soit rédigé pour qu’il ne sorte pas d’un cadre préétabli. L’abbé Oraison s’y refuse, l’archevêque accepte finalement qu’il parle, l’abbé Biard se portant garant du contenu de l’exposé !

30 Les exposés de la Semaine devaient se succéder, la prise de parole du professeur Klotz après l’exposé de Marc Oraison fut diversement appréciée. Aux yeux de certains, elle insistait trop sur une unité d’action entre communistes et catholiques en gommant les différends idéologiques.

31 C’est le cas par exemple du commentaire du 8 mars 1966, p. 8.

32 11 mars 1966, réponse de l’abbé Latour qui, le 14 mars, reprend les arguments du journaliste Parias pour les démonter un à un.

33 19 novembre 1966, 3 p., « Dossier SIC 1966 », ARMA.

34 Idem. p. 1.

35 Voir « Violence », dans Dictionnaire de spiritualité qui cite le compte rendu de la SIC 1967 comme une référence bibliographique.

36 Peu de temps après le docteur Bertherat est tué par l’un de ses malades psychiatriques. Voir L’humanité dimanche du 22 octobre 1967.

37 Le pasteur Martin Luther King avait également été invité. Lettre du 15 novembre 1966, ARMA.

38 24 juin 1967, p. 1.

39 « On reste sur sa faim […] par « absence d’une éthique fondée », on aurait aimé entendre le point de vue d’hommes plus engagés dans les combats du monde » déclare André Manaranche en octobre 1967, dans Projet, civilisation, travail.

40 Pierre Prigent de la Faculté de théologie protestante de Strasbourg.

41 David Flusser, professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem, le rabbin Askénazi, le philosophe Emmanuel Lévinas.

42 Ont été pressentis : Robert Aron (il ne peut venir en raison d’un voyage aux États-Unis), Pasolini, Pierre Vidal-Naquet. Finalement c’est Pierre Lecoq, rédacteur à La Nouvelle critique qui vient.

43 Née en 1930, elle entame une brillante carrière de romancière puis se convertit au catholicisme.

44 Né en 1912, il entre dans la Compagnie de Jésus et se spécialise dans l’exégèse.

45 Entré dans l’ordre de saint Dominique, le père François Refoulé est directeur des éditions du Cerf et enseigne au Saulchoir.

46 Née en 1912, elle se spécialise dans le judaïsme ancien et le christianisme primitif.

47 Professeur à l’Institut de théologie Saint-Serge.

48 Né en 1926, entré chez les dominicains, il enseigne la théologie dogmatique au Saulchoir dont il est alors recteur.

49 Né en 1925, « hégélo-marxiste », il subit l’influence d’Éric Weil et d’Alexandre Kojève. Après avoir été proche du communisme, il rejoint les rangs d’Arguments.

50 Certains reprocheront l’absence de musulmans. Lettre des Orantes de l’Assomption du 16 mars 1968 ou celle des Compagnons de saint François du 11 mars 1968, « Dossier SIC 1968 », ARMA.

51 SIC 1968, p. 243-248.

52 Voir infra les réseaux touchés de 1966 à 1976.

53 Jean-Pierre Vernant, SIC 1966, p. 74-80.

54 Lettre du 7 mars 1968, « Message du Cardinal secrétaire d’État ». La lettre est publiée dans le compte rendu de la SIC 1968, p. 249-251.

55 Cardinal Benelli, 15 juin 1968, p. 1, « Dossier SIC 1968 », ARMA.

56 Voir « Tableau des interventions des cardinaux, évêques et prélats », dans Claire Toupin-Guyot, op. cit., p. 418-419.

57 Évêque de Gap et président de la commission épiscopale de liturgie.

58 Directeur du Secrétariat général de l’épiscopat depuis 1966 et évêque auxiliaire de Paris à partir de 1969.

59 Évêque de Troyes.

60 Ancien curé de Saint-Jacques du Haut Pas, il a été nommé évêque auxiliaire de Paris en 1966.

61 En 1972, Paul Poupard deviendra recteur de l’Institut catholique de Paris.

62 Voir infra pour les attitudes politiques de Mgr Camara et du cardinal Tarancon.

63 Deux cahiers sont édités : La pensée religieuse de Paul Claudel, RD 65, septembre 1969, 224 p. Le chrétien Mauriac, RD 70, février 1970, 190 p.

64 « Jean-Luc Godard pour ou contre ? », 21 mars 1966, J. Collet, H. Lemaître et C. Wuilleumier-Ropars, « Morale et cinéma ». À propos de « La prisonnière » et « Théorème », 13 février 1969, Jean Collet, Jacques Gagey et le père Alain Tirot. « Art abstrait et expression du spirituel », 14 mars 1966, père Régamey ; « A. Roubleev ou la Russie énigmatique », 19 janvier 1970, Bernard Féron, Gabriel Matzneff et Claude Frioux.

65 « Y a-t-il une morale du profit ? », 24 avril 1967, J. Chenevier, Gabriel Dessus, Roger Fauroux, L. Lemaigre et le père Chenu. « La primauté de l’économie doit-elle être remise en cause ? », 19 mai 1969, Jean Baboulène, Alain Barrère, Henri Théry et le père Calvez.

66 « Un problème nouveau : vieillir », 30 novembre 1970, Gabriel Marcel, Suzanne Pacaud, Henri Péquignot et le père Le Blond. « Changer la mort ? », 11 février 1971, A. Bernadou, Alfred Fabre-Luce et Mgr Pézeril.

67 « Quelle terre laisserons-nous à nos enfants ? », 23 février 1970, Eugène Claudius-Petit, Maurice Le Lannou, les docteurs Gillon et Sutter et le père Russo. Et surtout le cahier RD 72 sur La nature problème politique, septembre 1971, 208 p.

68 Un cahier est organisé sur le sujet en 1966. L’équipe fait appel au grand spécialiste de la question, Joffre Dumazedier, au pédagogue lyonnais Guy Avanzini et au père Lintanff. RD 58, Propos sur le loisir, mars 1967, 174 p.

69 Débat organisé en février 1974, l’ouvrage date de 1973.

70 Voir à ce sujet Martine Sèvegrand, Les enfants du bon Dieu, les catholiques français et la procréation au xxe siècle, Albin Michel, coll. « Histoire », 1995, 476 p. Voir également « Sexualité », dans Catholicisme.

71 Pierre Antoine est membre de la compagnie de Jésus et spécialiste de théologie morale.

72 Le père Bernard Häring, spécialiste de théologie morale avait été également invité au Centre. Son livre, La Loi du Christ publié en 1960, amorçait une nouvelle étape pour la théologie morale en suggérant de recourir à la sociologie religieuse et aux nouvelles sciences humaines.

73 Martine Sèvegrand, op. cit., p. 257.

74 Cette protestante est l’une des fondatrices de la Maternité heureuse qui deviendra par la suite, le Mouvement français pour le planning familial.

75 Le Monde du 25 janvier 1967 cite de larges extraits de l’intervention du chanoine de Locht.

76 Et ce de 1959 à 1973 ; il est membre de la commission pontificale pour l’étude de ces problèmes. Il publie en 1966 La morale conjugale en recherche.

77 Il rédige Contrôle des naissances, le dossier de Rome, publié en 1967.

78 Sur l’encyclique Humanae vitae, voir Études, octobre 1968, p. 426-446.

79 Le débat n’a pas été retranscrit sauf l’intervention de Kostas Axelos dans Métamorphoses, 1972.

80 Séance du 11 mars 1972, avec également Pierre Cordier et André Boué.

81 Sur l’évolution de ce groupe voir Martine Sèvegrand, op. cit., p. 188 et sequentes.

82 Voir de ce point de vue, l’article du père Beirnaert dans les Études en 1966.

83 La position de Gustave Martelet est cependant plus ouverte que celle de Paul VI, voir Martine Sèvegrand, op. cit., p. 318.

84 Une seule grande absence serait à signaler, celle de Paul Ricœur qui a cherché à dépasser l’aspect technique du sujet pour montrer l’évolution du rôle de la sexualité dans la civilisation et a appelé à la valorisation de « L’éthique de la tendresse ». Si ses propos sont largement répercutés dans la revue Esprit, le CCIF n’en parle pas et ne l’invite pas sur ces questions.

85 Sur cette divergence entre l’UCSF et le CCIF, voir Martine Sèvegrand, op. cit., p. 332 et sequentes.

86 Voir « Politique », dans Catholicisme, article de Jean-Marie Aubert.

87 Au printemps 1963, l’équipe invite le père Calvez, Jean-Baptiste Duroselle, Mgr Lalande et Maurice Vaussard pour expliquer l’encyclique, retranscrit dans RD 44, octobre 1963, p. 159-190.

88 Expression de Christian Baboin-Jambert, dans « Bloc notes en théologie du politique », dans Le Supplément, décembre 1997, p. 1475.

89 « Proudhon et la religion », février 1968 avec Jean Bancal et Mgr Haubtmann.

90 « Nietzsche actuel et inactuel », février 1972 avec également Alfred Guth et Pierre Trotignon.

91 Né en 1933, il entre dans la Compagnie de Jésus et s’intéresse à l’un des principaux maîtres du soupçon. Il fait paraître son travail deux ans plus tard.

92 Il enseigne la philosophie à l’Université de Nantes et a intégré la petite équipe du CCIF à la fin des années 1960. C’est un collaborateur fidèle qui participe également aux réunions du comité de travail.

93 Sa thèse Pierre-Joseph Proudhon, sa vie et sa pensée 1809-1849, est publiée en 1962.

94 Le nouvel état industriel est publié aux États-Unis en 1967 ; il paraît un an plus tard chez Gallimard.

95 Né en 1918, assistant de Karl Rahner, il devient l’un des inspirateurs de la théologie de la libération.

96 Avec Philippe Ardant, Lucien Bianco et Jacques Guillermaz.

97 Témoignage d’André Lichnerowicz à l’auteur.

98 Il a donné en 1963 un article sur les laïcs (RD 42) et un second en 1964 sur l’histoire et l’historien (RD 47).

99 Lettre du 6 octobre 1968, p. 2, ARMA.

100 RD 63, mars 1969, 176 p.

101 Projet de cahier, p. 1, ARMA.

102 Idem.

103 Étienne Fouilloux, « Des chrétiens dans le mouvement du printemps 1968 ? », dans René Mouriaux et Annick Percheron, 1968, Exploration du Mai français, tome 2, Les acteurs, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », actes du colloque « Acteurs et terrains du mouvement social de mai-juin 1968 », organisé par le CEVIPOF et le CRHMSS, 1992, p. 254.

104 Les raisons de leur absence restent indéterminées : le père Chenu suit avec sympathie le travail du CCIF, c’est donc certainement par surcharge de travail qu’il décline la collaboration ; en revanche, le pasteur Casalis a certainement préféré ne pas collaborer avec un groupe jugé trop réformiste. Voir infra.

105 Projet de cahier, ibid., p. 2, ARMA.

106 Voir Franck Georgi, L’invention de la CFDT, 1957-1970, syndicalisme, catholicisme et politique dans la France de l’expansion, Éditions de l’Atelier, CNRS éditions, « Histoire du xxe siècle », 1995, p. 491. Voir également Madeleine Singer, Histoire du SGEN, 1937-1970, op. cit. p. 486-487.

107 Voir son témoignage dans Vivre notre histoire. Aimé Savard interroge René Rémond, op. cit.

Table des illustrations

Titre Nombre d’entrées aux SIC
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8743/img-1.png
Fichier image/png, 181k
Titre Tableaux des activités consacrées aux thèmes sociaux
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8743/img-2.png
Fichier image/png, 259k

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540