Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Troisième partie. Le temps de tous les dialogues (1958-1965)

Chapitre 10. Affronter les grands enjeux du moment

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Études, 1955, tome 285, p. 180-181. Voir « Mission et missions », dans Dictionnaire de spiritualit (...)

1En ces années, il n’était pas rare de voir formuler la suprématie de l’Occident en de nombreux domaines même de la part de ceux qui incarnaient une ouverture théologique. Jean Daniélou avait ainsi heurté certains de ses amis lorsqu’il avait fait une lecture occidentale de l’universalité en rappelant que le sens de la personne, de la création et de l’histoire avait été découvert par l’Occident1. À l’occasion de cette polémique, le CCIF s’était intéressé aux méthodes missionnaires et avait remis en cause certains procédés jusqu’alors utilisés par l’Église.

La crise de l’occident chrétien

La reconnaissance de l’altérité culturelle :
premiers jalons de la reconnaissance politique ?

  • 2 Seul l’article de l’abbé Despont insiste sur le respect dont l’Église sut faire preuve à l’égard d (...)
  • 3 Le colloque a lieu à la Sorbonne. Voir Laurence Proteau, « Présence africaine », dans Dictionnaire (...)
  • 4 Né en 1920, sur l’invitation de Robert Delavignette, il part en Afrique. Il défend avec ses amis A (...)
  • 5 Ethnologue enseignant à l’Ecole française de la France d’outre-mer.
  • 6 L’ouvrage consacré à la philosophie bantoue par le père Tempels a fait beaucoup pour conscientiser (...)
  • 7 Alexis Kagame publie son travail sur La philosophie bantoue-rwandaise de l’être en 1956 et Vincent (...)
  • 8 Voir à ce sujet, Christian Duquoc, « Théologies africaines », dans Catholicisme.

2En mai 1956, L’Église, l’occident et le monde présentait la situation des catholiques en Asie et en Amérique latine en stigmatisant les maladresses de l’Église romaine dans les méthodes d’évangélisation et dans l’approche des civilisations2. Ces pages annonçaient la désoccidentalisation et l’indigénisation des Églises locales. L’étape suivante consistait à s’intéresser aux autres cultures. C’est chose faite en 1958 lorsque l’équipe décide de consacrer un cahier à la culture noire. Le sujet est encore à l’époque assez mal exploré : certes en 1947, Alioune Diop avait lancé la revue Présence africaine qui manifestait la spécificité de la culture noire et sa diversité, mais c’est seulement en 1956 qu’avait eu lieu le premier Congrès international des écrivains et artistes noirs3. Peu après ce premier rassemblement, le CCIF entreprend une réflexion sur le même thème. En février 1957, il invite quelques pionniers africains de la négritude : Alioune Diop et Paul Hazoumé, Jacques Rabemananjara, le député malgache exilé pour son rôle dans l’insurrection de Madagascar en 1947, et deux ethnologues français Georges Balandier4 et Geneviève Calame-Griaule. Plus d’un an après, un cahier paraît sous le titre Aspects de la culture noire. Il réunit Georges Balandier, Jean Poirier5, des Africains qui ont joué un rôle essentiel dans la « conscientisation » de la négritude comme Léopold Senghor, le père William Tempels6, Louis Achille, François Abglemagnon, le père Alexis Kagame7 et l’abbé Vincent Mulago. Les articles valorisent la diversité d’approche des Africains sur leur propre culture à travers l’analyse de la philosophie bantoue, la culture des Dogon, les droits coutumiers, les problèmes de développement économique et social. Le cahier souligne avec force la puissance du mouvement culturel de réappropriation de l’identité culturelle noire8. Il constitue indéniablement un premier jalon essentiel dans la formulation de la théologie africaine.

3Quelques mois plus tard, cet accueil de l’altérité se transforme en discours politique lors de la Semaine consacrée aux nationalismes. En choisissant de donner la parole à des intellectuels noirs, le CCIF prend acte de la nouvelle donne politique qui s’esquisse. Cette deuxième étape ne pouvait s’accomplir sans le travail de réflexion et de compréhension mutuelle que venait de fournir le cahier sur la culture noire.

Entre morale et politique

  • 9 « Projet SIC 1958 », p. 2, « Dossier SIC 1958 », ARMA.
  • 10 Il sera vivement reproché au « 61 » de ne pas avoir invité des représentants de l’Algérie français (...)

4La Semaine avait d’abord pour ambition de débattre de l’Afrique noire en évitant la crise algérienne. Le sujet est finalement élargi à l’ensemble des continents lors de la réunion préparatoire de janvier 1958, qui réunit le père Rétif, Louis Aujoulat et Robert Delavignette, l’ancien gouverneur de la France d’outre-mer qui avait démissionné de son poste pour désavouer la politique outre-mer menée par l’État français. L’objectif est de présenter les différentes formes du nationalisme, d’en montrer les richesses et les limites en évitant de « faire la leçon au nationalisme au nom d’un moralisme souvent vide et vain9 ». Trois lignes de force sont valorisées : la définition du nationalisme et des différentes formes qu’il prend, les différentes hypothèses de rapports de force à venir et leurs enjeux (importance de la technique, question du communisme...) et enfin le rôle du christianisme dans les bouleversements et dans la reconstruction (clergé indigène, nouvelles méthodes missionnaires). Pour répondre à ces questions, spécialistes et acteurs du conflit sont invités. Si se côtoient anticolonialistes et décolonialistes, ceux qui sont hostiles à toute évolution de l’Empire français sont absents10.

5Parmi les séances, une marque profondément les esprits : celle du 7 novembre lors de laquelle le Malgache Jacques Rabemananjara s’était exprimé. Entouré de Robert Delavignette et de Joseph Folliet (dont la thèse sur la colonisation dans les années 1930 avait montré les errements de la politique coloniale française), celui qui avait connu les geôles françaises pour sa participation au mouvement insurrectionnel de 1947 prononce un réquisitoire implacable du colonialisme et appelle à l’indépendance :

  • 11 SIC 1958, p. 113.

« Nous sommes traînés devant vos tribunaux, jetés dans vos prisons, attachés à vos poteaux d’exécution, exilés loin de notre patrie et notre crime, c’est, en dernière analyse, notre résolution de vous ressembler, au point que, dans notre volonté de demeurer nous-mêmes, de nous affirmer fièrement, vous reconnaîtrez encore la marque et le triomphe de vos plus nobles principes […]. Le heurt ne se produit entre nous que lorsque vous vous opposez à la réalisation de ce rêve : notre ressemblance à vous-mêmes menacerait, singulier paradoxe ! bien des sources de vos richesses, bien des fondements de vos intérêts, de votre prestige et vous vous félicitez à plaisir de l’attachement indéfectible de ceux des nôtres qui vous ressemblent le moins, par conséquent les moins aptes à apprécier le prix et à goûter les charmes de votre civilisation11. »

  • 12 Lettre du 8 décembre 1958 de Jacques Hérissay, ARMA.
  • 13 Louis Salleron, dans Carrefour, 12 novembre 1958. La Nation française, 12 novembre 1958.

6Ce soir-là, Jean de Fabrègues quitte furieux la salle de la Mutualité, plusieurs lettres de protestation sont adressées à l’équipe12. Quant à la presse conservatrice, elle se déchaîne contre le CCIF13.

  • 14 « Action missionnaire et églises indigènes », dans Peuples d’Outre-mer et civilisation occidentale(...)
  • 15 Le Monde, avril 1956.

7Une autre séance marque également les esprits, celle qui rassemble des laïcs et des pasteurs solidaires des positions nationalistes. Autour de Mgr Chappoulie se réunissent le père François Houang, Friedrich Heer et Henri-Irénée Marrou. Le premier avait dès 1948, lors de la 35e session des Semaines sociales de France, reconnu la justesse des revendications des peuples colonisés tout en se prononçant en faveur de leur émancipation politique14 ; le deuxième, François Houang, Chinois converti au catholicisme, élève et ami de Jean Wahl, explorait le problème du respect de la croyance en terre infidèle ; le troisième, Friedrich Heer, un historien du Moyen Âge, était engagé dans le dialogue avec les communistes ; enfin, le quatrième, Henri-Irénée Marrou, avait été l’un des premiers à dénoncer la torture dans un article retentissant publié dans Le Monde15.

  • 16 « Présence du père de Foucauld » avec Robert Barrat, Michel Carrouges, Louis Massignon et l’abbé S (...)
  • 17 Le Monde et La Croix résument la séance, 19 février 1958. Voir « Louis Massignon et Charles de Fou (...)

8Cette Semaine est donc sans équivoque une semaine politique lors de laquelle l’équipe du « 61 » a donné la parole à ceux qui incarnaient une hostilité théorique et pratique à l’action du gouvernement en outre-mer. Les positions ne sont pas unanimes, les discours plus ou moins critiques, mais il y a là une contribution importante pour la compréhension du phénomène nationaliste. Un élément manque cependant c’est l’Algérie sur lequel le CCIF a préféré faire l’impasse. Six mois auparavant l’équipe a en effet été abasourdie par la violence avec laquelle des manifestants ont tenté de faire taire le grand orientaliste Louis Massignon. C’est en effet lors d’un débat consacré au père de Foucauld 16 que trente personnes interrompent brutalement les orateurs, arrachent le cahier qui contenait les lettres que Massignon avait reçues de l’ermite, les piétinent puis les éparpillent dans la salle. Les assaillants s’en prennent ensuite à la personne même de Louis Massignon qui, ce soir-là, perd l’usage d’un œil17.

9En évitant de solliciter des acteurs du drame algérien –si ce n’est le professeur Marrou– le CCIF cherche à limiter les mouvements protestataires. Malgré l’absence de l’Algérie, la Semaine reste importante mais paradoxalement, elle clôt d’une certaine façon l’engagement des intellectuels du

10« 61 » sur les affaires coloniales. Par la suite, les débats et les articles se font de plus en plus rares sur la question.

Le désengagement et ses raisons

  • 18 « Nationalisme et démocratie », 26 janvier 1959 ; « L’armée et la nation », 28 mars 1960. RD 30, L (...)

11Certes le désengagement est progressif. Dans une première étape, entre 1959 et 1961, le bureau centre une partie de sa réflexion sur le nationalisme, organisant un débat sur ses enjeux pour la démocratie, et un autre, suivi d’un cahier sur l’armée18. L’équipe n’hésite pas non plus à inviter ceux qui sont considérés, parmi les catholiques, comme les partisans de la décolonisation : les trois « M » : Massignon, Mauriac et Marrou, mais aussi l’italien Joseph Lanza Del Vasto, témoin de la non-violence à la suite de son maître Gandhi et qui organise des jeûnes publics au moment de la crise algérienne. Déjà présent avant les événements algériens –il vient en 1947, puis participe au cahier sur la poésie – il est à nouveau sollicité en pleine crise politique. Il est invité le 5 décembre 1957, pour parler de la non-violence et le 15 février 1960 pour une conférence sur la spiritualité. L’ensemble de ces interventions souligne les dangers d’un nationalisme étroit tout en affirmant le droit, pour chaque peuple, à décider de son destin.

  • 19 « Hommage à Louis Massignon : chrétiens et musulmans », 29 avril 1963 avec l’abbé Cazelles, Olivie (...)
  • 20 Témoignage de François Bédarida, table ronde de l’Institut d’Histoire du Temps Présent sur « Les c (...)

12La seconde étape consiste à prendre acte de la nouvelle conjoncture politique de ces pays et à analyser cette situation, d’abord du point de vue confessionnel, puis, du point de vue économique19. Certes, lorsque le conflit se durcit autour de l’OAS, quelques projets voient le jour. Le nouveau secrétaire général, François Bédarida, organise un débat mais il est interdit par les autorités françaises et le cahier lancé sur la question est annulé. Le 30 octobre 1961, Claude Lagrange, le président du MICIAC, demande au CCIF de participer à une campagne d’opinion concernant les événements en Algérie mais sa demande reste sans réponse. Cependant, en février 1962, François Bédarida, Paul Germain et Henri-Irénée Marrou, sollicitent Maurice Feltin pour lui demander de prendre position face aux exactions de l’OAS. Ils n’obtiennent aucune déclaration, mais lors du mandement de carême de la même année, l’archevêque rappelle certains principes chrétiens et condamne la violence20. L’intervention de l’équipe de la rue Madame a donc porté ses fruits, indirectement.

  • 21 Ce manifeste rappelle le devoir militaire face aux factions extrémistes, Jean-François Sirinelli, (...)

13Le désengagement de l’équipe se mue en silence lors de la guerre des Manifestes : aucun membre de l’équipe ne signe l’une ou l’autre des pétitions, ni le « Manifeste des 121 » qui appelait les jeunes Français à ne pas prendre les armes pour défendre l’Algérie française alors que l’ancien secrétaire Robert Barrat le signe, ni le « Manifeste des intellectuels français » d’octobre 1960 qui défend une Algérie Française et répond au « Manifeste des 12121 ». Certes Étienne Borne n’a pas hésité à parler de « bien légers moralistes » en évoquant les « 121 » mais il ne le fait pas au nom du CCIF. Le Centre reste donc étranger à la radicalisation des positions des intellectuels qui s’établit au tournant des années 1960, même si, pour un grand nombre, le Centre apparaît désormais comme la tribune des contempteurs de l’Algérie française. C’est tout particulièrement le cas en 1964, lors d’un débat consacré au Syllabus lors duquel des manifestants de l’Algérie française viennent perturber brutalement et violemment la séance.

  • 22 Il avait été arrêté le 26 septembre par les autorités françaises sous inculpation de non révélatio (...)
  • 23 Lettre écrite par Étienne Borne, Lionel Assouad et Madeleine Leroy, 26 septembre 1955, p. 1. Cette (...)
  • 24 Voir André Nozière, Algérie : les chrétiens dans la guerre, Cana, « Foi et histoire », 1979, p. 22 (...)
  • 25 Lettre de Lionel Assouad, 27 novembre 1956, p. 1 : « Nous vous faisons parvenir le projet d’un tex (...)

14Ce retrait progressif s’explique d’abord par la division des intellectuels catholiques au sein du Centre. Car ce foyer de réflexion, ayant pour vocation de faire dialoguer les catholiques entre eux, ne peut sur un long terme continuer ce qu’il faut appeler un jeu équilibriste. La première crise de 1953 était de ce point de vue symptomatique : elle avait souligné l’opposition entre un catholicisme identitaire et un catholicisme ouvert à la modernité culturelle comme aux enjeux de la société. De cette opposition découlait une vision de la société et de la fonction des intellectuels catholiques au sein de celle-ci. Par la suite, le clivage se durcit en même temps que le contexte. Si en 1955, Étienne Borne et Madeleine Leroy parviennent à publier une protestation contre l’arrestation de Robert Barrat22, cela ne va pas sans mal. Une partie du comité directeur ne suit pas : Daniel-Rops, Henri et Léon Mazeaud, Jacques Hérissay, Jean de Fabrègues, pour n’en citer que quelques-uns, refusent cette protestation publique. Pourtant une bonne partie de l’équipe persiste23. Lorsque le « Comité de défense pour Robert Barrat » est créé plusieurs membres du bureau et des fidèles y participent. Un an après, les manifestes de ce type ne sont plus admis : l’arrestation d’André Mandouze, qui a pris la cause des nationalistes algériens24, en novembre 1956, ne donne lieu à aucun manifeste bien que le secrétaire Étienne Borne ait souhaité la publication d’une motion demandant sa mise en liberté provisoire25. De la même manière, lors du bombardement de Sakhiet-Sidi-Youssef par des avions français, le 8 février 1958, le bureau n’obtient pas davantage de déclaration. Henri Mazeaud, l’un des membres du comité directeur participe d’ailleurs, en octobre 1958, à la création du Mouvement national universitaire d’action civique qui s’oppose à toute mise en accusation de l’armée française. Au fur et à mesure de la politisation du problème algérien, l’attitude des intellectuels catholiques s’établit en fonction du seul point de vue politique. Dans un premier temps, le CCIF manifeste sa réprobation morale – phénomène d’ailleurs non particulier aux chrétiens mais à l’ensemble des intellectuels qui d’emblée, à l’unisson ou presque, condamnent les méthodes françaises – dans un second temps, lorsque le problème se politise il se divise, comme le reste de l’intelligentsia. La vocation du CCIF à rassembler l’ensemble de la pensée catholique le conduit à des concessions sur les sujets qui divisent, puis à se taire. La présence des différentes associations d’intellectuels catholiques et tout particulièrement des juristes, des écrivains et des pharmaciens contribuent à paralyser le Centre.

  • 26 Voir Françoise Kempf, « Les catholiques français », dans Les Églises chrétiennes et la décolonisat (...)
  • 27 Robert Barrat s’en désolidarise assez vite. Voir à ce sujet Étienne Fouilloux, « Les intellectuels (...)
  • 28 « Pendant cette période (1957-1962) de multiples messages émanent de l’épiscopat métropolitain : c (...)

15Le désengagement est également dû à d’autres raisons plus mineures mais qui ne doivent pas être négligées pour autant : l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle représente pour beaucoup l’espoir d’une solution négociée26. Après la reconnaissance du droit à l’autodétermination, nombreux sont ceux qui s’en remettent à la décision du peuple algérien. Des personnalités comme François Mauriac et Robert Barrat se rapprochent d’ailleurs à ce moment-là des positions gaullistes27. L’initiative prise par l’Église de France, à la fin des années 1950, de condamner la torture et d’affirmer la légitimité des peuples à demander leur indépendance constitue une autre raison28. L’élection de Jean XXIII sur le trône de Saint-Pierre, puis l’annonce de l’ouverture d’un concile conduisent d’ailleurs le CCIF à se recentrer sur des problèmes plus confessionnels.

  • 29 « Vietnam et conscience chrétienne », pasteur Coffin, P. Devillers, J. Hau, Mgr Rodhain, R. Willia (...)
  • 30 « Plus de dix-sept mille catholiques ou protestants français ont écrit au président Johnson », dan (...)
  • 31 Voir à ce sujet Sabine Rousseau, « Des chrétiens français face à la guerre du Vietnam, 1966 », dan (...)
  • 32 Voir Jean-François Sirinelli, op. cit., p. 367 et sequentes.

16Le CCIF intervient par la suite très rarement sur des sujets politiques. Certes, en 1966, l’intervention américaine au Vietnam est vivement condamnée : le pasteur américain Coffin – un des leaders de la cause des noirs et dénonciateur de la guerre du Vietnam– est ainsi sollicité pour un débat29. Six mois plus tard, François Bédarida signe, comme secrétaire général du Centre, un appel au président Johnson pour lui demander de faire cesser le conflit30. En novembre, le bureau collabore aux côtés du journal Terre entière à l’appel au président du Comité central du Front national de libération du Sud-Vietnam. Enfin, en décembre, le CCIF participe à deux réunions de prières pour la paix31. Mais le bureau ne fait que suivre un mouvement lancé l’année précédente par d’autres groupes de chrétiens32. L’année 1966 marque d’ailleurs quasi définitivement la fin de l’engagement politique des intellectuels catholiques de la rue Madame.

  • 33 Pour reprendre le titre du premier roman publié de Georges Perec, Julliard, 1965.

17Bien que la crise franco-algérienne ait affaibli la nation, elle n’a pas pour autant arrêté la modernisation des structures économiques et sociales. En cette décennie 1960, la France est pleinement entrée dans les « golden sixties » : industrialisation accélérée, urbanisation massive ou encore formation technique réorganisent le visage occidental. Les objets se multiplient, la génération angoissée et consommatrice des Choses33 prend toute sa place.

Dialogue avec les nouvelles formes de modernité

Les Trente Glorieuses34

  • 34 Jean Fourastie, Les Trente Glorieuses ou la Révolution invisible de 1946 à 1975.
  • 35 Voir sur ce point « Technique », dans Dictionnaire de spiritualité.
  • 36 Né en 1912, protestant, ce sociologue s’intéresse profondément au dialogue judéo-chrétien.
  • 37 13 mai 1965, avec Claude Soucy, Paul Chauchard, André Leroi-Gourhan et Jacques Ellul.

18Le milieu de la décennie 1950 avait été marqué par le traitement des phénomènes économiques. La tendance se confirme dans les années suivantes mais l’équipe préfère élargir ce thème à ses enjeux sociaux. Elle s’intéresse plus particulièrement à la « technoscience », facteur de sécularisation essentiel qui remet en cause des thèmes religieux fondamentaux35. Depuis l’accélération technique du début du siècle, nombreux sont les penseurs comme Henri Bergson ou Martin Heidegger à s’être interrogés sur l’apport et sur les limites de la technologie, il faut cependant attendre les années 1960 pour que s’affirme, dans la vie concrète, la technologie dans un contexte de croissance économique. L’équipe se fait l’écho de cette mutation importante en consacrant plusieurs cahiers à ce sujet. En juin 1960, paraît La technique et l’homme (RD 31), suivi de Civilisations de l’image (RD 33), de Vers une nouvelle civilisation urbaine (RD 38), de Savoir et vulgarisation (RD 39), ou encore de Science et matérialisme (RD 41). En décembre 1966, L’ère des ordinateurs (RD 57) clôt sept années largement tournées vers un sujet né avec les Trente Glorieuses. Paradoxalement, un seul débat est organisé sur la question : il met en présence le « technophobe » Jacques Ellul36 (rédacteur d’un ouvrage sur les dangers de la technique) et André Leroi-Gourhan, auteur du livre Le geste et la parole37.

  • 38 Famille et habitation, plusieurs volumes, Paris, CNRS, 1960. Ouvrage qui est le résultat des trava (...)

19L’équipe fait connaître les grands enjeux de cette nouvelle culture en purifiant la pensée chrétienne de ses réticences. Le cahier 31, spécifiquement articulé sur le sujet, souligne la qualité de la technique grâce aux articles du père Louis Chevallier, aumônier de l’Union sociale d’ingénieurs catholiques, sur la nature et la diversité des fonctions du monde technique. Igor Caruso, quant à lui, étudie les répercussions psychologiques de la montée de la technique, tandis que le père Chenu s’interroge sur les enjeux de désacralisation. Parfois l’analyse se fait plus concrète tel le cahier 33 consacré à l’image qui est un ensemble de prises de positions éthiques et spirituelles sur le sujet et sur ses conséquences pour l’humanité. Celui sur l’urbanisation rassemble praticiens et théoriciens comme l’architecte Coquerel ou encore le sociologue Paul-Henry Chombart de Lauwe qui a publié, peu de temps auparavant, un ouvrage sur Famille et habitation38.

  • 39 Le cahier est remarqué par Économie et humanisme qui y trouve un ensemble de haute valeur, mai 196 (...)
  • 40 Voir Philippe Levillain, « Doctrine sociale », dans Dictionnaire de la Papauté, op. cit.
  • 41 Il est remplacé par le directeur adjoint du Centre de recherche et de documentation sur la consomm (...)

20Un autre angle d’approche concerne le travail et les loisirs. Ce thème est traité durant la Semaine 1962. Les animateurs y montrent comment le travail édifie et défait l’homme en privilégiant une réflexion sur les loisirs et sur la féminisation du travail. Pour la première fois dans l’histoire de la SIC, des femmes prennent place à la tribune : c’est le cas de la sociologue catholique Marie-José Chombart de Lauwe et de l’assistante sociale protestante Francine Dumas, membre du comité directeur de la revue Esprit39. Les propos des semainiers se situent bien au-delà de la doctrine sociale dont l’encyclique Mater et Magistra publiée en juillet 1961, reprend, en les modernisant, les grands traits élaborés par l’encyclique léontine40. Plusieurs orateurs ont d’ailleurs des options politiques clairement à gauche : c’est le cas de Gérard de Bernis, professeur de sciences économiques à l’Université de Grenoble, qui déclare que le socialisme est le « moyen poursauver l’homme » ; ce devait être le cas également avec André Philip, ex-membre de la SFIO, et qui ce soir-là est souffrant41.

  • 42 Agrégé de philosophie, spécialiste du développement économique.
  • 43 Né en 1927, ancien élève de l’ENA.
  • 44 Né en 1929, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, membre de l’UCSF, chef de (...)

21Le choix de l’avenir pour la seizième Semaine confirme les orientations de la nouvelle équipe puisque le progrès technique et ses conséquences, la planification et la prévision des sociétés industrielles sont les thèmes privilégiés. Seule la dernière partie se recentre sur un aspect confessionnel en présentant les perspectives de l’Église conciliaire. Cette Semaine sur les mutations fait en outre appel à de nouvelles recrues : Madeleine Barthélémy-Madaule, spécialiste du père Teilhard de Chardin et de Bergson, Jean Cuisenier42, Bernard Cazes43 ou encore Jacques Arsac44.

  • 45 Quinzaine dio césaine de Cambrai, 15 mai 1960, repris par Denis Maugenest, Le discours social de l (...)

22En valorisant cet axe, le CCIF prend acte des mutations importantes de la société française tout en se faisant le porte-parole de catholiques stimulés par ces nouveaux défis. Alors qu’en 1960 les évêques de France publient, après leur quatrième assemblée plénière, un communiqué assez pessimiste sur la mentalité moderne (Mgr Guerry en commentera les conclusions en parlant d’une « société matérialisée et dominée par les techniques, laïcisée, aphrodisiaque45 » !), le « 61 » propose une réflexion nourrie et ouverte sur le phénomène technique. Ces cahiers et Semaines sont une réponse au pessimisme épiscopal.

Nouvelle Vague et « Alittérature46 »

  • 46 Expression de Claude Mauriac à propos du Nouveau Roman.

23L’intérêt porté à la littérature et au cinéma a toujours été important rue Madame – plus de 19 % des débats et conférences y avaient été consacrés lors de la décennie précédente – les années 1958-1965 confirment le goût pour ces arts.

Tableaux des activités consacrées à la culture

Tableaux des activités consacrées à la culture
  • 47 Controverses : Théâtre, roman, cinéma, RD 32, octobre 1960.

24Le cahier consacré à la littérature et au cinéma paru en octobre 196047 est à l’image de ce que propose le Centre durant toute cette période : une partie concerne des auteurs catholiques (Tête d’or de Paul Claudel) ; une autre s’intéresse à des auteurs agnostiques dont les pièces sont chargées d’un sens qui touche à la destinée humaine (Les Séquestrés d’Altona de Jean-Paul Sartre) ; et une dernière présente des questions d’actualité (le prix Goncourt reçu par A. Schwartz-Bart pour son livre Le Dernier des Justes). Les débats et conférences s’organisent selon ces trois mêmes axes.

  • 48 Née en 1906, sévrienne, agrégée de lettres, Colette Audry est critique littéraire et mène une carr (...)
  • 49 « Les séquestrés d’Altona », dans RD 32, septembre 1960, p. 59.
  • 50 Idem, p. 65.
  • 51 RD 50, mars 1965, p. 143-168.

25Peu étudié dans la période précédente, Jean-Paul Sartre fait l’objet de deux débats. Le premier concerne Les Séquestrés d’Altona en janvier 1960, pour lequel le CCIF invite Colette Audry48, Gabriel Marcel, Bernard Poirot-Delpech et Edmond Richer. Si l’ancienne collaboratrice des Temps modernes défend la pièce de théâtre, les autres orateurs de la soirée sont beaucoup plus circonspects : Bertrand Poirot-Delpech parle « d’invraisemblances psychologiques49 », Edmond Richer montre la mauvaise articulation de la circonstance sur sa signification, quant à Gabriel Marcel, tout en reconnaissant la grande valeur de la pièce qui « mérite intellectuellement l’estime50 », il se dit déçu de l’uniformité de ton du héros et des invraisemblances historiques. En 1964, un second débat est consacré à l’autobiographie littéraire de Jean-Paul Sartre en présence une nouvelle fois de Colette Audry, d’Étienne Borne, de Jean Hyppolite, de Pierre-Henri Simon et de Suzanne Villeneuve51. Tous les orateurs soulignent la qualité du texte et la valeur de la réflexion introspective. Les interrogations sartriennes sur le sens de l’écriture et la valeur de l’homme sont questionnées : Pierre-Henri Simon montre l’importance pour les chrétiens de ce dialogue avec une pensée si différente ; quant à Étienne Borne, il rappelle que Sartre, en exprimant l’opium des mots et la vanité de la création littéraire, ne se renie pas pour autant. Cette évolution, conclut-il, participe d’une purification morale qui ne contredit pas l’espérance du salut.

  • 52 RD 26, mars 1959, p. 207-210.
  • 53 Membre de la Nouvelle NRF.
  • 54 Catholique gaulliste, membre de Liberté de l’esprit, il est critique littéraire.
  • 55 RD 34, mars 1961, p. 161-172.
  • 56 Charles Moeller, art. cit. p. 110-111.

26L’équipe ne s’en tient pas aux « monstres sacrés » : elle donne également la parole à une nouvelle génération de romanciers. Le 10 mars 1958, un premier débat rassemble Michel Butor, Luc Estang, Paul-André Lesort, Alain Robbe-Grillet, Jean Cayrol et Nathalie Sarraute, auteurs et critiques littéraires, autour de la question de l’autonomisation de l’écriture. Peu de temps après, Jacques de Bourbon-Busset rend compte de cette nouvelle forme littéraire dans une chronique52. Quelques mois plus tard, le problème est reposé en la présence de Dominique Aury53, Jacques de Bourbon-Busset, Pierre de Boisdeffre54, Claude Mauriac et Nathalie Sarraute55. La réflexion touche autant la forme que le sens, car au-delà de la nouveauté spécifiquement littéraire du Nouveau Roman, ce qui intéresse c’est le fondement philosophique d’œuvres qui mettent en scène des mondes totalement éloignés de la vision chrétienne56.

  • 57 « La Dolce Vita », 1er décembre 1960, avec Dominique Aubier, Henri Agel, Henri Lemaître et le père (...)
  • 58 L’abbé Biard doit s’expliquer sur ce choix dans une lettre à Jean de Fabrègues, 16 décembre 1958, (...)
  • 59 Le film adapté de La Religieuse de Denis Diderot avait été interdit par le secrétaire d’État à l’I (...)
  • 60 « L’affaire de “La Religieuse” », dans Le Monde, 4 mai 1966.
  • 61 Carrefour, 11 mai 1966.

27C’est en 1952 que Robert Barrat avait lancé les premiers débats sur le septième art. Le thème restait marginal, la période suivante n’apporte pas de changement puisque seulement dix débats (soit 4,7 %) sont consacrés au cinéma italien et à la Nouvelle Vague57. Henri Agel et le père Amédée Ayffre sont alors les fidèles intervenants. Parmi les films analysés, une place toute particulière doit être faite aux « Tricheurs » de Marcel Carné et à « La Religieuse » de Jacques Rivette et Georges de Beauregard. Le premier évoquait la vie de Saint-Germain-des-Près et l’invitation du cinéaste au « 61 » provoqua l’ire d’une partie de la droite catholique qui accusa le CCIF de participer à la propagation d’un film immoral58. Quelques années plus tard, en juin 1966, après l’interdiction du film « La Religieuse » par les autorités gouvernementales59, François Bédarida et Jean-Louis Monneron font publier dans Le Monde un droit d’expression dans lequel ils rappellent la liberté d’expression et la nécessité de dépasser le clivage confession/laïcité60. Sur la même page du quotidien, l’ancien secrétaire général du CCIF, Étienne Borne, fait remarquer que le pouvoir gaulliste est seul responsable de cette interdiction guère défendable. Cette déclaration leur vaut, une fois encore, un article de Carrefour qui juge l’intervention en faveur de la liberté d’expression consternante61.

28Les deux épisodes sont emblématiques : d’une part, ils traduisent le rapport libre qu’entend avoir le Centre avec les nouveautés culturelles et son acceptation des formes non-conformistes qu’elles peuvent prendre. D’autre part, ils délimitent le fossé qui sépare le CCIF de toute une frange catholique plus conservatrice. Dans les années 1940, le contentieux portait sur les choix théologiques, dans les années 1950 c’était –à travers le problème de la décolonisation– les orientations politiques qui avaient provoqué des crises récurrentes ; au début des années 1960 – et avant les grands bouleversements nés de l’aggiornamento conciliaire– c’est sur le plan culturel que s’affrontent ces deux franges du catholicisme. Cette ouverture à l’égard de la modernité littéraire et cinématographique ne se confirme pas à l’égard de certains courant philosophiques qui en ces années portent un coup fatal à la métaphysique occidentale.

Les maîtres du « basculement épistémologique62 »

  • 62 Expression de Michel Foucault dans Les mots et les choses, une archéologie des sciences humaines, (...)
  • 63 Pascal Ory, L’aventure culturelle de la France, op. cit., p. 167.

29En 1951, Claude Levi-Strauss fait paraître Anthropologie structurale. Quatre ans plus tard, Tristes tropiques le fait accéder « brutalement à la célébrité63 » : l’ethnologue est devenu fondateur d’une discipline. Dix ans plus tard, la discipline est consacrée et Michel Foucault, dans Les mots et les choses, peut parler d’un socle épistémologique en train de basculer.

  • 64 Voir sur ce point François Dosse, Histoire du structuralisme, tome I, Le champ du signe, 1945-1966(...)
  • 65 Jean Lacroix fera d’ailleurs lire son exposé préparatoire à Henri de Lubac. Lettre de Jean Lacroix (...)

30Dès ses origines, le CCIF a manifesté le souci de prendre en compte l’apport des recherches philosophiques et scientifiques pour une compréhension renouvelée de la foi. En cette nouvelle décennie, il réussit – parfois avec brio – la confrontation. Dans ce cadre, il s’intéresse davantage à des itinéraires phénoménologiques enrichis qui tracent leurs chemins en dehors des structures64. La Semaine 1959 consacrée au mystère en est ainsi emblématique. Si la première séance revêt une tonalité strictement confessionnelle avec la présence remarquée du cardinal Lercaro, les autres soirées constituent de véritables bilans sur les savoirs et sur les nouveaux chemins de connaissance à emprunter. L’équipe fait appel à Paul Ricœur, premier protestant à s’exprimer lors d’une Semaine des intellectuels catholiques, pour qu’il expose sa réflexion anthropologique. Elle sollicite également Stephan Strasser, l’ancien secrétaire des archives Husserl à Louvain, professeur depuis 1947 à l’Université de Nimègue, qui tente de frayer un chemin entre sciences empiriques et phénoménologie. Les scientifiques André George, Paul Germain, Norbert Grelet et Fernand Mathis réfléchissent sur les sciences de la nature et le mystère. Les séances suivantes sont plus classiques avec le père Chenu, Étienne Gilson et Jean Lacroix. Ces deux derniers s’interrogent sur les limites du rationalisme inscrivant leur démarche dans « une purification de l’apologétique » telle que Maurice Blondel en son temps s’y était employé65.

  • 66 Yvon Brès, « Les sciences humaines dans l’enseignement de la philosophie » et Georges Hahn, « Scie (...)
  • 67 « Politique et structuralisme », dans RD 53, décembre 1965, p. 117-145.
  • 68 Jean Jolivet, « Fin de l’homme ? », dans RD 63, mars 1969, p. 149-176.

31À travers une analyse de la théorie évolutionniste, du langage et du symbole, les conférenciers dégagent l’apport des sciences dans la connaissance de l’homme et de Dieu. C’est dans ce même esprit qu’est conçue la Semaine suivante sur « Les désordres de l’homme », sujet ardu qui est centré sur la nature humaine et ses déviations possibles (pathologie ou péché), sur l’inconscient, le génie et la sainteté. Le risque d’un strict dialogue avec les structuralistes n’est en revanche toujours pas amorcé. Il faut attendre 1961 pour que deux articles leur soient consacrés. Dans un numéro de Recherches et Débats, Yvon Brès et Georges Hahn posent le lien entre la philosophie et les sciences humaines en dégageant, l’un et l’autre, l’enjeu d’une réciprocité dialectique66. Cinq ans plus tard, une deuxième chronique est publiée sur l’œuvre de Claude Lévi-Strauss67. Il faudra attendre quatre années supplémentaires pour qu’une troisième soit rédigée sur Louis Althusser, Michel Foucault et Claude Lévi-Strauss68.Le sujet semble donc globalement délaissé. Il est bon cependant de chercher, côté espace privé, d’autres indices pour conclure sur la question du structuralisme.

  • 69 Né en 1905, excellent connaisseur de Kant, Hegel et Kierkegaard, il s’attache à penser le lien ent (...)
  • 70 N’est-ce pas plutôt le père Pierre Golliet ?
  • 71 Xavier Tilliette est né en 1921, il est membre de la Compagnie de Jésus et prépare alors une thèse (...)
  • 72 Si ce n’est la conférence de Béda Alleman publiée sous forme de chronique en 1958 : « Le retournem (...)
  • 73 Voir infra.

32Les rencontres privées avaient été interrompues en 1953 en raison d’un climat de suspicion, mais la section théologique n’avait pas pour autant disparu : en 1954, quelques membres s’étaient retrouvés pour écouter Georges Gusdorf prononcer un exposé sur « Mythe, sciences et foi » ; puis en 1955, un dialogue avait réuni les pères Bouillard et Urs von Balthasar69. En 1957, le groupe avait été relancé par Odette Laffoucrière pour apporter plus de régularité à la section. Elle conviait Jean Beaufret, le père Bouillard, l’abbé Colin, Maurice Dupuy, le père Fessard, Maurice de Gandillac, Gollier70, le père François Houang, Olivier Lacombe, le père Léger, Louis Millet, Gabriel Marcel, le père Paissac, Clémence Ramnoux, Sandoz et le père Tilliette71 à ces réunions. En novembre 1957, le philosophe Henri Birault avait ouvert le nouvel atelier de travail et présenté un exposé sur « Le concept de foi rationnelle chez Kant » ; en décembre 1957, Béda Allemann, professeur à l’Université de Zurich, avait prononcé une conférence sur « Hölderlin et l’idéalisme allemand » ; en janvier 1958, le père Fessard expliquait pourquoi il n’était pas hégélien ; en février 1958, Martial Guéroult du Collège de France était invité pour un exposé sur Fichte. Une fois encore, ces réunions n’avaient pas fait l’objet de comptes rendus dans Recherches et Débats72. L’essentiel était ailleurs : il s’agissait, en ces années noires du catholicisme français de trouver des espaces de liberté pour réfléchir à des sujets qui touchent des points délicats du langage philosophique et de ses expressions possibles dans la foi. C’est donc tout naturellement que les exposés se focalisaient sur le kantisme et l’hégélianisme, bêtes noires du système théologique romain. Dès 1958 ces réunions s’étaient interrompues, certainement parce que son instigatrice Odette Laffoucrière s’éloignait progressivement du Centre prise par d’autres activités ; elles étaient relancées en 1960 sans succès, puis en 1964 autour de nouveaux axes et de nouveaux invités73 pour constituer un petit groupe de réflexions dans un esprit de dialogue avec les sciences humaines :

  • 74 Compte rendu de la réunion du 17 avril 1965, p. 1, carton 20, AICP.

« Confronter la conscience moderne et l’esprit chrétien, […] dialoguer avec les incroyants de tous poils et notamment les existentialistes, les marxistes, les spécialistes de sciences humaines » […] (le dialogue) est risqué : on n’a pas d’arrières assurés74. »

  • 75 Ce sont les groupes cités par le rédacteur.
  • 76 Né en 1928, il deviendra par la suite l’un des meilleurs spécialistes de la théologie pratique.
  • 77 Né en 1923, professeur de philosophie à l’Institut catholique de Paris et directeur de la revue Ch (...)
  • 78 Né en 1940, il entre à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1961.
  • 79 Né en 1932, il entre au séminaire puis s’éloigne de cette vocation. Il passe l’agrégation de philo (...)

33L’idée de départ est donc de concevoir un groupe de recherche capable d’établir des ponts avec les anciens et les nouveaux maîtres du savoir. Le rédacteur du projet (non identifié) considère alors que ce qui est fait par « Les Études, le collège philosophique, Esprit et les Hautes études » est insuffisant75. Pour répondre à cet ambitieux projet, l’équipe cherche à rassembler des laïcs et des ecclésiastiques : le père Antoine, l’abbé Jacques Audinet76, l’abbé Maurice Bellet77, Étienne Borne, Jacques Bouveresse78, Claude Bruaire79, l’abbé Chatillon, l’abbé Colin, Jean Conilh, Jean Cuis-

  • 80 Cet agrégé de philosophie est spécialiste du développement économique. Il appartient au comité de (...)
  • 81 Appelé par son ancien maître, Maurice de Gandillac, au début des années 1960 à donner quelques cou (...)
  • 82 Alain-Noël Henry et Claude Imbert ont intégré l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Claude I (...)
  • 83 Né en 1934, après une ébauche d’études scientifiques, Francis Jacques prépare l’agrégation de phil (...)
  • 84 L’abbé Latour réside au « 61 », il enseigne la philosophie à l’Institut catholique de Paris.
  • 85 Du séminaire des Carmes.
  • 86 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1952), il est attaché de rec (...)
  • 87 Né en 1912, professeur de philosophie à Chantilly, conseiller de Témoignage chrétien. Il s’intéres (...)

34enier80, André-A. Devaux81, André Doz, l’abbé François Heidsieck, Alain-Noël Henry, Claude Imbert82, Francis Jacques83, Jean Jolivet, l’abbé Latour84, Melle Latribouille, Letocquard85, Alain Pons86, Sauvage, Claude Soucy, le père Sommet87, Suzanne Ville neuve et enfin Paul Vignaux. L’équipe fait donc appel à ses fidèles comme Jean Jolivet ou Pierre Colin et à des nouveaux comme les philosophes Bruaire, Pons ou Bouveresse. Au-delà de la stricte création d’un groupe de philosophie, se trouve l’enjeu de la constitution d’un nouveau tissu de chercheurs. Les premières réunions philosophiques démarrent le 22 mai 1964 par un exposé de Francis Jacques sur « Esprit chrétien et prolégomènes » ; le 5 novembre suivant, c’est l’abbé Colin qui est chargé d’un exposé sur « Structuralisme et marxisme » ; un mois plus tard, c’est au tour de Jacques Bouveresse de présenter « Le structuralisme ». L’année 1965 continue sur le même rythme mensuel : le premier semestre propose des réunions sur les sciences humaines, le second sur Hegel. Indéniablement le groupe cherche à renforcer son ossature intellectuelle mais l’injection de cette modernité reste difficile. De fait, si ce n’est Claude Soucy qui se lance dans l’aventure structuraliste et rejoint le séminaire de travail de Roland Barthes, les autres restent réticents à l’égard d’une méthode qui dissout l’homme dans les structures. Parmi les jeunes philosophes invités se trouvent Jacques Bouveresse (né en 1940) qui deviendra, par la suite, un des meilleurs spécialistes de Wittgenstein et qui est le premier à introduire en France la philosophie anglo-saxonne contemporaine et Francis Jacques (né en 1934) qui fait connaître un autre aspect de la pensée anglo-américaine en se spécialisant dans la philosophie analytique. Leur présence est emblématique d’un nouveau tissu de chercheurs en gestation qui empruntent d’autres chemins que ceux des structuralistes.

  • 88 Tous les deux sont anciens élèves de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Le premier y entr (...)

35Le CCIF n’a donc pas joué durant cette période la carte du structuralisme et ce pour deux raisons. D’une part, il ne peut s’appuyer sur une structure intellectuelle catholique véritablement capable de discuter l’apport et l’enjeu du structuralisme (c’est dans la décennie suivante que des théologiens comme l’abbé Lafon ou l’abbé Delzant88 utiliseront cette méthode pour dégager de nouvelles perspectives théologiques). D’autre part, l’équipe du CCIF ne considère pas le structuralisme comme l’unique voie de connaissance, elle se méfie même d’une certaine théorisation structuraliste où l’homme a totalement disparu du champ de recherche.

36Depuis le début des années 1960, la jeune équipe avait exploré de nouveaux secteurs ; un effort tout particulier avait été fait à l’égard des mutations techniques que connaissait la société française. Il y avait donc eu un aménagement graduel des thèmes pour répondre aux nouveaux besoins. Mais ces choix moins philosophiques et plus techniques n’étaient pas sans provoquer des tensions.

Des symptômes de crise ?

La Semaine : une formule intellectuelle usée ?

  • 89 Études, janvier 1961, p. 131-132.
  • 90 Lettre de l’abbé Biard du 7 décembre 1960, ARMA.
  • 91 Né en 1909, professeur d’éthique à l’Université de Madrid. Ce philosophe des religions est soucieu (...)
  • 92 Indien né en 1897, il entre dans la compagnie de Jésus. Il devient spécialiste de la littérature a (...)
  • 93 Le Monde, 11 novembre 1961.
  • 94 « Cette Semaine a été pleinement –et sans doute trop exclusivement et, à quelques exceptions près– (...)

37C’est en 1960 que des fidèles font entendre leurs premières critiques. Lors de la Semaine consacrée aux désordres de l’homme, Jean Lucas, rédacteur aux Études souligne certes la richesse et la valeur de certaines séances – il cite celles du chanoine Dondeyne, de Pierre Jouguelet et de François Perroux – mais ne s’interroge pas moins sur le bien-fondé d’exposés magistraux. Il rappelle « la fidélité et le courage des auditoires à revenir chaque soir, au nombre de mille à mille deux cents, entendre chaque fois trois conférences souvent austères » et se demande « s’ils ne profiteraient pas davantage de réflexions moins entassées et moins condensées89 ». Critique minime mais réelle qui s’exprime plus fortement, l’année suivante, lors de la Semaine 1961 consacrée à l’unité et la diversité du catholicisme. Celle-ci avait été préparée avec plusieurs amis dont le père Congar qui avait révisé le schéma de travail90. Les orateurs invités symbolisent le visage ouvert de l’Église : José Aranguren91, Étienne Borne, les pères Congar, Daniélou, D’Souza92, Liégé, Voillaume, Joseph Folliet, Jean Guitton, Pierre Joulia, Olivier Lacombe, Gabriel Le Bras, André Lichnerowicz, Henri-Irénée Marrou, François Mauriac, René Rémond et Marcel Reinhard. Cette Semaine formule les « vota » du CCIF : Église moins cléricale, plus ouverte à l’initiative des laïcs, théologie capable d’affronter les nouveaux courants philosophiques, dialogue œcuménique. Si Le Monde déclare un « brillant week-end chez les intellectuels catholiques à cause du sujet d’abord […] à cause des orateurs aussi93 », la critique surgit du quotidien assomptionniste La Croix qui trouve la Semaine trop intellectuelle et trop théorique94. Le journal regrette ainsi l’absence de catholiques de base et de militants des mouvements d’Action catholique.

  • 95 La Croix, 14 novembre 1961, article de Pierre Gallay.

38Les difficultés se présentent également durant cette Semaine 1961 sur un plan plus interne. Le 12 novembre, le père Daniélou, Henri-Irénée Marrou et Olivier Lacombe s’expriment sur la pluralité de la pensée chrétienne. Deux jours après, le président du CCIF, Olivier Lacombe, envoie une lettre de protestation à La Croix estimant que le titre choisi par les assomptionnistes pour caractériser la séance – « Le père Daniélou démontre le besoin urgent d’une nouvelle théologie95 »– qu’il avait présidée est incorrect. Il y rappelle que :

  • 96 Lettre publiée dans La Croix, 17 novembre 1961.

« […] non seulement ces mots n’ont pas été employés, mais le sens de la communication du P. Daniélou, bien loin de rejoindre sous d’autres mots la même idée, va, au contraire, à maintenir tous les droits de la tradition théologique la plus authentique96. »

39Si le père Daniélou n’a effectivement pas pendant cette séance parlé de théologie nouvelle, il a cependant insisté sur la nécessité de dépasser la philosophie thomiste :

  • 97 SIC 1961, p. 127.

« Le thomisme implique des options proprement philosophiques qui lui confèrent le caractère d’un système parmi d’autres systèmes et qui ne relèvent plus seulement de la métaphysique naturelle de l’esprit humain. Enfin, le thomisme reste un système ouvert. Certaines questions y apparaissent comme non entièrement résolues. En cela encore il présente un aspect limité, qui ne saurait épuiser la liberté de la pensée chrétienne97. »

40Pour la première fois, dans l’histoire du Centre catholique des intellectuels français, le président se désolidarisait publiquement des positions tenues par les orateurs. Ce petit dysfonctionnement va être prophétique des nouveaux rapports de force qui s’introduisent dans le catholicisme et dont le CCIF sera bientôt victime.

41Ces premières tensions s’accompagnent d’interrogations sur les nouveaux choix thématiques arrêtés par l’équipe. Certains pensent qu’en sélectionnant des sujets profanes le CCIF a quitté le champ qui lui était assigné pour venir concurrencer les Semaines sociales ; d’autres trouvent la critique non fondée : si – disent-ils – cette question a été tant étudiée c’est non pas strictement pour évaluer en termes économiques le sujet, mais pour souligner la radicale nouveauté qu’introduit la croissance.

Un public moins présent ?

  • 98 Le public a été comptabilisé de manière systématique à partir de 1960 par la secrétaire administra (...)

42En 1960, sept mille personnes étaient venues écouter les orateurs sur les désordres de l’homme98, en 1961, ils ne sont plus que quatre mille. Le changement thématique introduit par la nouvelle équipe laisse supposer un redressement de la situation : c’est l’inverse qui se produit au grand étonnement des organisateurs : en 1962, moins de trois mille huit cents personnes viennent à la Mutualité ! Certes la Semaine 1963 réussit à drainer cinq mille cent personnes, mais ce chiffre reste finalement assez modeste vis-à-vis des huit mille comptabilisés à la fin des années 1940 et 1950. Du côté des débats, il n’y a pas véritablement de changements : certes, l’équipe en a organisé un peu moins mais le nombre d’auditeurs reste constant :

Nombre de débats et conférences (1947-1974)

Nombre de débats et conférences (1947-1974)

43En cette période, deux cent vingt à deux cent cinquante personnes viennent hebdomadairement au « 61 » écouter un ou plusieurs conférenciers. Le CCIF garde donc son fidèle public pour ses activités de débats. De fait, à la différence des cahiers et des semaines, les thèmes qui y sont présentés sont dans la continuité de la décennie précédente. Le CCIF subit donc deux phénomènes : le premier est celui d’une usure inévitable de son activité phare –la Semaine des intellectuels– ; le second est le peu d’intérêt que porte le public catholique aux questions économico-techniques. Les tensions entre la Maison Fayard et le CCIF au même moment intensifient d’ailleurs les difficultés.

La crise éditoriale révélatrice de difficultés plus profondes ?

  • 99 Suzanne Villeneuve à Robert Toussaint, 15 mai 1963, p. 3, ARMA.
  • 100 Daniel-Rops à l’abbé Biard, 15 juin 1964, p. 1, dossier « Droits de publication RD », ARMA.
  • 101 Jusqu’alors, mille volumes étaient à la charge des animateurs.
  • 102 « Droits de publication RD », ARMA.
  • 103 Réponse négative des PUF, 29 juin 1964, dossier « Droits de publication RD », ARMA.
  • 104 Jean-Louis Monneron, 18 décembre 1964, 2 p., ARMA.

44Alors que l’ensemble de la production intellectuelle du CCIF est publié par Fayard depuis seulement quelques mois, les premières tensions se dessinent. Suzanne Villeneuve, trésorière du CCIF, se plaint de l’absence de suivi des publications : retard dans l’envoi des cahiers, non mise à jour des fichiers d’abonnés, défectueuse publicité. En 1963, le conflit éclate après la désastreuse diffusion de la Semaine99. En juin 1964, une lettre de Daniel-Rops à l’abbé Biard marque un tournant : la maison d’édition souhaite revoir la conception des Recherches et Débats. Si elle trouve les sujets traités intéressants, elle pense cependant que les thèmes doivent toucher davantage le grand public. Elle propose donc l’établissement d’un comité de rédaction où siégeraient ses experts, tout en proposant de changer les modalités de publication100. Les exigences sont énormes du point de vue strictement budgétaire – Fayard demande une prise en charge par le Centre de deux mille volumes101 – mais aussi du point de vue intellectuel. Le CCIF voit, dans cette proposition, une emprise sur son indépendance, une « formule de facilité commerciale » qui le déconsidérerait102. L’intransigeance de la maison Fayard l’amène à se tourner vers d’autres maisons d’édition, en tout premier lieu vers les Presses universitaires de France mais sans succès103. Les relations avec Fayard se dégradent alors fortement : l’équipe ne doit cesser de relancer Robert Toussaint, le directeur de la publication, pour l’obtention des sommes dues et pour le comptage des numéros restants. Le 1er décembre 1964 les premiers contacts sont noués avec Desclée de Brouwer104. Au printemps 1965, le contrat est signé. Il prévoit quatre cahiers dont un réservé au compte rendu de la SIC et la vente directe par le CCIF de mille cinq cents exemplaires de cette dernière. Une charge lourde qui le deviendra plus encore dans les années 1970.

45Présent sur la scène intellectuelle depuis 1947, l’équipe, autour de François Bédarida, a tenté en partie de renouveler l’image du CCIF en choisissant des thèmes moins philosophico-théologiques. Cette stratégie n’entraîne pas véritablement l’adhésion du public et ce malgré la qualité des intervenants sollicités. Pendant toutes ces années, l’équipe a de fait réussi à faire appel à certains de ses piliers théologiques qui avaient été réduits au silence à la fin du pontificat pacellien et à une nouvelle génération de chercheurs :

Tableau des intellectuels intervenus au moins 5 fois (1958-1965)

Tableau des intellectuels intervenus au moins 5 fois (1958-1965)
  • 105 Né en 1912, spécialiste de la physiologie nerveuse, collaborateur de Témoignage chrétien. Ce médec (...)

46Ces années sont marquées par le retour public des pères Chenu, Congar, Bouillard et Fessard, largement sollicités. Une nouvelle génération plus jeune – prend également toute sa place avec la présence de Jean-Marie Domenach, d’Alain Barrère ou des pères Le Blond et Liégé et, parmi les scientifiques (venus massivement), Paul Germain, André Lichnerowicz, André Astier, Marcel Eck et Paul Chauchard105.

  • 106 Voir « Tableaux des intervenants aux Semaines 1950-1957 et 1958-1963 », dans Claire Toupin-Guyot, (...)
  • 107 « Je regroupe sous ce terme des personnalités inclassables appartenant à la littérature et aux art (...)

47Pendant les décennies 1940 et 1950, les Semaines avaient réuni les meilleures plumes catholiques : les Claudel, Fumet, Madaule, Marcel, Massignon, Mauriac avaient indéniablement favorisé le succès de ces rencontres. À l’aube des années 1960, ces hommes entrent dans leur grand âge et sont remplacés par une génération plus jeune. L’éventail des invités s’élargit alors considérablement et l’ouverture se fait à l’égard de spécialistes assez peu connus du grand public : le scientifique Jacques Arsac, l’économiste Gérard de Bernis ou encore la sociologue Marie-José Chombart de Lauwe…106. Le vivier dans lequel puise le CCIF est donc plus technique, moins prophétique, moins « flamboyant107 ». Ce phénomène contribue à détourner un public encore largement conventionnel. En 1963, l’équipe est donc consciente des limites de ses choix et s’interroge.

Notes

1 Études, 1955, tome 285, p. 180-181. Voir « Mission et missions », dans Dictionnaire de spiritualité.

2 Seul l’article de l’abbé Despont insiste sur le respect dont l’Église sut faire preuve à l’égard des civilisations.

3 Le colloque a lieu à la Sorbonne. Voir Laurence Proteau, « Présence africaine », dans Dictionnaire des intellectuels, op cit., p. 915-917.

4 Né en 1920, sur l’invitation de Robert Delavignette, il part en Afrique. Il défend avec ses amis Alioune Diop et Léopold Senghor la négritude. Il penche « pour une décolonisation progressive et concertée ». Voir « Georges Balandier », dans Dictionnaires des intellectuels français, op. cit., p. 107.

5 Ethnologue enseignant à l’Ecole française de la France d’outre-mer.

6 L’ouvrage consacré à la philosophie bantoue par le père Tempels a fait beaucoup pour conscientiser le jeune clergé africain. Voir « Négritude », dans Catholicisme.

7 Alexis Kagame publie son travail sur La philosophie bantoue-rwandaise de l’être en 1956 et Vincent Mulago soutient sa thèse sur L’unité vitale bantu en 1955 (elle ne sera publiée qu’en 1965).

8 Voir à ce sujet, Christian Duquoc, « Théologies africaines », dans Catholicisme.

9 « Projet SIC 1958 », p. 2, « Dossier SIC 1958 », ARMA.

10 Il sera vivement reproché au « 61 » de ne pas avoir invité des représentants de l’Algérie française.

11 SIC 1958, p. 113.

12 Lettre du 8 décembre 1958 de Jacques Hérissay, ARMA.

13 Louis Salleron, dans Carrefour, 12 novembre 1958. La Nation française, 12 novembre 1958.

14 « Action missionnaire et églises indigènes », dans Peuples d’Outre-mer et civilisation occidentale, compte rendu in extenso de la 35e session des Semaines sociales de France, Chronique sociale de France, 1948, p. 325-346.

15 Le Monde, avril 1956.

16 « Présence du père de Foucauld » avec Robert Barrat, Michel Carrouges, Louis Massignon et l’abbé Six.

17 Le Monde et La Croix résument la séance, 19 février 1958. Voir « Louis Massignon et Charles de Foucauld », par Hugues Didier, dans Louis Massignon et ses contemporains, sous la direction de Jacques Keryell, Karthala, 1997, p. 93-109. En réparation de l’agression, le Garde des Sceaux Edmond Michelet fait organiser une nouvelle conférence de Louis Massignon à la Sorbonne sous protection. Voir à ce sujet : François Angelier, Louis Massignon : une courbe de vie (1883-1962), Question de, n°90, p. 253.

18 « Nationalisme et démocratie », 26 janvier 1959 ; « L’armée et la nation », 28 mars 1960. RD 30, L’armée et la Nation, mars 1960, 214 p.

19 « Hommage à Louis Massignon : chrétiens et musulmans », 29 avril 1963 avec l’abbé Cazelles, Olivier Lacombe, père Moubarak, C. Pellat, André de Peretti. « Le néocolonialisme, mythe ou réalité ? » avec Gérard de Bernis, Gilbert Blardone, Lorrain Cruse et le père Malley, 13 mai 1963.

20 Témoignage de François Bédarida, table ronde de l’Institut d’Histoire du Temps Présent sur « Les chrétiens face à la guerre d’Algérie », 17 décembre 1987.

21 Ce manifeste rappelle le devoir militaire face aux factions extrémistes, Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, op. cit., p. 355.

22 Il avait été arrêté le 26 septembre par les autorités françaises sous inculpation de non révélation de faits de nature à nuire à la défense nationale après avoir fait paraître un article dans France Observateur sur un chef algérien rebelle.

23 Lettre écrite par Étienne Borne, Lionel Assouad et Madeleine Leroy, 26 septembre 1955, p. 1. Cette lettre publiée dans divers journaux reçoit l’appui de collaborateurs fidèles du CCIF. Parmi eux : Henri-Irénée Marrou (27 septembre 1955), le père Congar (27 septembre 1955), ARMA.

24 Voir André Nozière, Algérie : les chrétiens dans la guerre, Cana, « Foi et histoire », 1979, p. 227-228.

25 Lettre de Lionel Assouad, 27 novembre 1956, p. 1 : « Nous vous faisons parvenir le projet d’un texte à communiquer à la presse en faveur de M. André Mandouze, Professeur à l’Université de Strasbourg. Nous nous sommes volontairement abstenus de connaître les aspects politiques de cette arrestation pour protester seulement contre une détention inutile et des mesures policières brutales ainsi que pour affirmer la qualité de l’homme en dehors de toute position partisane », ARMA.

26 Voir Françoise Kempf, « Les catholiques français », dans Les Églises chrétiennes et la décolonisation, sous la direction de Marcel Merle, A. Colin, 1967, CFNSP, n° 151, p. 174-179.

27 Robert Barrat s’en désolidarise assez vite. Voir à ce sujet Étienne Fouilloux, « Les intellectuels catholiques », art. cit., p. 100 et p. 113, note 61.

28 « Pendant cette période (1957-1962) de multiples messages émanent de l’épiscopat métropolitain : ce ne sont plus seulement le cardinal Gerlier ou Mgr Chappoulie, mais de nombreux évêques, qui considèrent comme légitimes les aspirations des peuples dépendants et en particulier du peuple algérien », Françoise Kempf, art. cit., p. 174.

29 « Vietnam et conscience chrétienne », pasteur Coffin, P. Devillers, J. Hau, Mgr Rodhain, R. William, Hoang Xuan Han, 20 janvier 1966. Le débat n’a pas été retranscrit. Philippe Roqueplo, aumônier de l’UCSF (ce polytechnicien entré dans l’ordre des dominicains rejoint les pères Russo et Dubarle au début des années 1960) rédige avec le pasteur Casalis en 1967 une lettre collective adressée en août de la même année aux pasteurs et prêtres américains pour condamner la « diabolique logique d’une escalade apparemment inéluctable vers un criminel génocide ».

30 « Plus de dix-sept mille catholiques ou protestants français ont écrit au président Johnson », dans Le Monde, 9 juin 1966.

31 Voir à ce sujet Sabine Rousseau, « Des chrétiens français face à la guerre du Vietnam, 1966 », dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, 47, juillet-septembre 1995, p. 176-190.

32 Voir Jean-François Sirinelli, op. cit., p. 367 et sequentes.

33 Pour reprendre le titre du premier roman publié de Georges Perec, Julliard, 1965.

34 Jean Fourastie, Les Trente Glorieuses ou la Révolution invisible de 1946 à 1975.

35 Voir sur ce point « Technique », dans Dictionnaire de spiritualité.

36 Né en 1912, protestant, ce sociologue s’intéresse profondément au dialogue judéo-chrétien.

37 13 mai 1965, avec Claude Soucy, Paul Chauchard, André Leroi-Gourhan et Jacques Ellul.

38 Famille et habitation, plusieurs volumes, Paris, CNRS, 1960. Ouvrage qui est le résultat des travaux du groupe d’ethnologie sociale.

39 Le cahier est remarqué par Économie et humanisme qui y trouve un ensemble de haute valeur, mai 1964.

40 Voir Philippe Levillain, « Doctrine sociale », dans Dictionnaire de la Papauté, op. cit.

41 Il est remplacé par le directeur adjoint du Centre de recherche et de documentation sur la consommation, Edmond Lisle.

42 Agrégé de philosophie, spécialiste du développement économique.

43 Né en 1927, ancien élève de l’ENA.

44 Né en 1929, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, membre de l’UCSF, chef de service de calcul numérique à l’Observatoire de Meudon.

45 Quinzaine dio césaine de Cambrai, 15 mai 1960, repris par Denis Maugenest, Le discours social de l’Église catholique de France 1891-1992, Le Cerf, 1995, p. 360.

46 Expression de Claude Mauriac à propos du Nouveau Roman.

47 Controverses : Théâtre, roman, cinéma, RD 32, octobre 1960.

48 Née en 1906, sévrienne, agrégée de lettres, Colette Audry est critique littéraire et mène une carrière de romancière. Elle est également profondément engagée dans la Nouvelle Gauche.

49 « Les séquestrés d’Altona », dans RD 32, septembre 1960, p. 59.

50 Idem, p. 65.

51 RD 50, mars 1965, p. 143-168.

52 RD 26, mars 1959, p. 207-210.

53 Membre de la Nouvelle NRF.

54 Catholique gaulliste, membre de Liberté de l’esprit, il est critique littéraire.

55 RD 34, mars 1961, p. 161-172.

56 Charles Moeller, art. cit. p. 110-111.

57 « La Dolce Vita », 1er décembre 1960, avec Dominique Aubier, Henri Agel, Henri Lemaître et le père Avril. « L’œuvre d’Antonioni », 4 mai 1961 avec Henri Agel, le père Avril et l’abbé Colin. « L’année dernière à Marienbad », 4 décembre 1961 avec Dominique Aubier, J. de Baroncelli, Bernard Pingaud, Alain Robbe-Grillet et Jean Wahl. « Le procès de Jeanne d’Arc », 5 décembre 1962 avec Régine Pernoud, Jacques Demy et l’abbé Ayffre.

58 L’abbé Biard doit s’expliquer sur ce choix dans une lettre à Jean de Fabrègues, 16 décembre 1958, 2 p., ARMA.

59 Le film adapté de La Religieuse de Denis Diderot avait été interdit par le secrétaire d’État à l’Information en mars 1965. Voir sur ce point René Remond, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Fayard, première édition 1976, dernière édition 1999, p. 335-336.

60 « L’affaire de “La Religieuse” », dans Le Monde, 4 mai 1966.

61 Carrefour, 11 mai 1966.

62 Expression de Michel Foucault dans Les mots et les choses, une archéologie des sciences humaines, NRF, Gallimard 1966, 398 p.

63 Pascal Ory, L’aventure culturelle de la France, op. cit., p. 167.

64 Voir sur ce point François Dosse, Histoire du structuralisme, tome I, Le champ du signe, 1945-1966, tome II, Le chant du cygne, 1967 à nos jours, La Découverte, 1992, 470 p. et 542 p. Du même auteur : Paul Ricœur. Les sens d’une vie, La Découverte, 1997, 789 p.

65 Jean Lacroix fera d’ailleurs lire son exposé préparatoire à Henri de Lubac. Lettre de Jean Lacroix à Étienne Borne, 1er mars 1959, 2 p., carton 36 n°19, AEBO.

66 Yvon Brès, « Les sciences humaines dans l’enseignement de la philosophie » et Georges Hahn, « Sciences humaines et philosophie », dans RD 36, octobre 1961, p. 103-112 et p. 113-134.

67 « Politique et structuralisme », dans RD 53, décembre 1965, p. 117-145.

68 Jean Jolivet, « Fin de l’homme ? », dans RD 63, mars 1969, p. 149-176.

69 Né en 1905, excellent connaisseur de Kant, Hegel et Kierkegaard, il s’attache à penser le lien entre culture et théologie.

70 N’est-ce pas plutôt le père Pierre Golliet ?

71 Xavier Tilliette est né en 1921, il est membre de la Compagnie de Jésus et prépare alors une thèse sur Schelling. Liste des invités, minutier janvier 1958-décembre 1959, ARMA.

72 Si ce n’est la conférence de Béda Alleman publiée sous forme de chronique en 1958 : « Le retournement natal dans l’œuvre de Hölderlin », dans RD 24, septembre 1958, p. 183-199.

73 Voir infra.

74 Compte rendu de la réunion du 17 avril 1965, p. 1, carton 20, AICP.

75 Ce sont les groupes cités par le rédacteur.

76 Né en 1928, il deviendra par la suite l’un des meilleurs spécialistes de la théologie pratique.

77 Né en 1923, professeur de philosophie à l’Institut catholique de Paris et directeur de la revue Christus. Il développe une réflexion spirituelle centrée sur l’au-delà de la souffrance.

78 Né en 1940, il entre à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1961.

79 Né en 1932, il entre au séminaire puis s’éloigne de cette vocation. Il passe l’agrégation de philosophie en 1961 et présente sa thèse en 1964 sur L’affirmation de Dieu, essai sur la logique de l’existence.

80 Cet agrégé de philosophie est spécialiste du développement économique. Il appartient au comité de rédaction d’Esprit.

81 Appelé par son ancien maître, Maurice de Gandillac, au début des années 1960 à donner quelques cours de philosophie à la Sorbonne, il entame une recherche sur Simone Weil.

82 Alain-Noël Henry et Claude Imbert ont intégré l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Claude Imbert a été également élue « princesse tala » durant sa scolarité.

83 Né en 1934, après une ébauche d’études scientifiques, Francis Jacques prépare l’agrégation de philosophie.

84 L’abbé Latour réside au « 61 », il enseigne la philosophie à l’Institut catholique de Paris.

85 Du séminaire des Carmes.

86 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1952), il est attaché de recherche au CNRS.

87 Né en 1912, professeur de philosophie à Chantilly, conseiller de Témoignage chrétien. Il s’intéresse autant à la mission ouvrière qu’à une réflexion plus philosophique sur l’incroyance.

88 Tous les deux sont anciens élèves de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Le premier y entre en 1952 et passe l’agrégation de lettres ; le second intègre en 1955, puis passe l’agrégation de mathématiques. Voir pour le dernier, son article qui souligne l’apport des sciences humaines dans le discours théologique : « Le rapport du théologien aux sciences humaines », dans Recherches de science religieuse, janvier-mars 2000, p. 115-146.

89 Études, janvier 1961, p. 131-132.

90 Lettre de l’abbé Biard du 7 décembre 1960, ARMA.

91 Né en 1909, professeur d’éthique à l’Université de Madrid. Ce philosophe des religions est soucieux d’une orientation hardiment sociale de l’Église.

92 Indien né en 1897, il entre dans la compagnie de Jésus. Il devient spécialiste de la littérature anglaise et mène une carrière politique comme député.

93 Le Monde, 11 novembre 1961.

94 « Cette Semaine a été pleinement –et sans doute trop exclusivement et, à quelques exceptions près– débats d’intellectuels » précise un journaliste de La Croix, 18 novembre 1961.

95 La Croix, 14 novembre 1961, article de Pierre Gallay.

96 Lettre publiée dans La Croix, 17 novembre 1961.

97 SIC 1961, p. 127.

98 Le public a été comptabilisé de manière systématique à partir de 1960 par la secrétaire administrative du CCIF, Ghislaine Tholance. Les journaux donnent rarement le nombre d’auditeurs.

99 Suzanne Villeneuve à Robert Toussaint, 15 mai 1963, p. 3, ARMA.

100 Daniel-Rops à l’abbé Biard, 15 juin 1964, p. 1, dossier « Droits de publication RD », ARMA.

101 Jusqu’alors, mille volumes étaient à la charge des animateurs.

102 « Droits de publication RD », ARMA.

103 Réponse négative des PUF, 29 juin 1964, dossier « Droits de publication RD », ARMA.

104 Jean-Louis Monneron, 18 décembre 1964, 2 p., ARMA.

105 Né en 1912, spécialiste de la physiologie nerveuse, collaborateur de Témoignage chrétien. Ce médecin connaît des difficultés avec la hiérarchie catholique en 1958 pour des questions de morale conjugale, dossier non consultable, AAP.

106 Voir « Tableaux des intervenants aux Semaines 1950-1957 et 1958-1963 », dans Claire Toupin-Guyot, op. cit., p. 553-554.

107 « Je regroupe sous ce terme des personnalités inclassables appartenant à la littérature et aux arts […] témoins en actes de la renaissance du christianisme », Jacques Julliard, dans « Naissance et mort de l’intellectuel catholique », dans Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, 13, 1995, p. 9.

Table des illustrations

Titre Tableaux des activités consacrées à la culture
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8740/img-1.png
Fichier image/png, 168k
Titre Nombre de débats et conférences (1947-1974)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8740/img-2.png
Fichier image/png, 174k
Titre Tableau des intellectuels intervenus au moins 5 fois (1958-1965)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8740/img-3.png
Fichier image/png, 135k

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540