Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Troisième partie. Le temps de tous les dialogues (1958-1965)

Chapitre 9. Des années riches de promesses

Index terms

Geographical index :

France

Full text

1La fin des années 1950 et les années 1960 sont caractérisées par l’épanouissement du structuralisme, de la Nouvelle Vague au cinéma, du Nouveau Roman et par l’émergence d’une culture de masse. La société française se dessine un nouveau visage modelé par une urbanisation accélérée, une tertiairisation et l’arrivée d’une nouvelle classe d’âge (les fameux « Yé-Yé »). Elle entre dans les « golden sixties » et le CCIF entend se faire l’écho de ces nouveautés :

  • 1 Liminaire, dans Politique et religion, RD 26, mai 1959, p. 8.

« Nous essaierons seulement, selon notre coutume constante, de dévoiler avec le plus de probité possible le nœud de nos embarras, et chaque fois qu’il sera possible de trancher et de dénouer. Nous userons du dialogue entre les hommes et entre les tendances, ce dialogue toujours incompréhensible aux fanatiques comme aux sceptiques, qui est pour nous une obsession et, si l’on veut, une idée fixe, mais la raison d’être d’un effort depuis treize ans obstiné dans la même ligne droite1. »

2Cette ouverture ne s’était pas manifestée dans toutes les directions : jusqu’alors le CCIF avait surtout été un espace de dialogue entre catholiques. Les années 1958-1965 marquent au contraire l’élargissement de son éventail d’intervenants, tout particulièrement de ceux qui ne croient pas.

Une nouvelle équipe

La montée du laïcat

  • 2 Elle part pour le Pays du Soleil levant en 1959 et y décède le 25 juin 1963 d’un cancer. Malgré so (...)

3Depuis le départ de Robert Barrat à l’automne 1954, et l’arrivée conjointe d’Étienne Borne et de Lionel Assouad, l’équipe du « 61 » avait fort peu évolué. La philosophe Suzanne Villeneuve qui était devenue, au début des années 1950, la trésorière du Centre avait intégré la petite équipe de travail. Madeleine Leroy se désengageait progressivement, se préparant à accomplir une nouvelle mission : la création d’un foyer missionnaire au Japon2. Quant à Odette Laffoucrière, après avoir soutenu sa thèse sur Heidegger sous la direction de Paul Ricœur, elle avait repris contact avec l’équipe depuis 1956 et redevenait pour deux ans secrétaire à mi-temps.

4C’est à la fin de l’année 1957 que l’équipe connaît un changement profond lorsque l’abbé Berrar est nommé curé de la paroisse Saint-Germain-des-Près. Il avait été pendant plus de dix ans le pilier du CCIF. La charge était néanmoins lourde, sa convocation devant le Saint-Office en 1956 allait accélérer sa décision de quitter le « 61 ».

  • 3 L’École des Roches était dirigée par Louis Garrone, le frère de Gabriel Garrone, archevêque coadju (...)
  • 4 19 août 1952, dans « Livre du Conseil épiscopal », AAP.

5En octobre 1957, l’équipe demande à l’abbé Pierre Biard de devenir le nouvel assistant ecclésiastique. Cet ancien élève de l’abbé Berrar avait d’abord été aumônier de l’École des Roches3, il avait été ensuite appelé en 1951 par l’abbé Berrar comme aumônier des khâgnes parisiennes pour compléter le travail que l’abbé Brien, aumônier de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, accomplissait auprès des « talas ». Il est alors nommé directeur adjoint de la Maison diocésaine des étudiants4. Sa nomination, comme assistant ecclésiastique, paraît naturelle : bon connaisseur de la jeunesse étudiante, habitué du « 61 » c’est également un chercheur qui rédige une thèse de théologie biblique sur la puissance de Dieu, sous la direction du père Paul Henry. Ce dernier, spécialiste de Plotin, avait succédé au père de Montcheuil à l’Institut catholique de Paris. Lorsque le père Féret avait été démis de ses fonctions, il avait reçu sa chaire. Trouvant la charge trop lourde, il décide de la confier à l’abbé Biard. Celui-ci est donc envoyé à Rome pour achever sa thèse et ainsi commencer l’enseignement à la rentrée suivante. En octobre 1957, la thèse soutenue sous le titre « La puissance de Dieu : étude de théologie biblique », l’abbé Biard prend ses fonctions à l’Institut catholique et à l’aumônerie du CCIF qu’il codirige avec l’abbé Berrar jusqu’en mars 1958 date à laquelle il est nommé officiellement assistant ecclésiastique du CCIF.

  • 5 Plusieurs témoins ont aimé rappeler la grimace d’Étienne Borne lors de l’annonce de l’élection du (...)
  • 6 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, op. cit., p. 299.
  • 7 Idem, p. 309.

6En cette fin de décennie, le catholicisme français se trouve dans une situation difficile : l’année 1957 a été marquée par une série de démissions forcées, quant à la disparition de Pie XII, en octobre 1958, elle n’ouvre pas pour autant une période plus libérale5. Les premières mesures de Jean XXIII confirment d’ailleurs les soupçons de l’équipe à l’égard du nouveau pape : polémique contre l’Institut biblique, nomination de Mgr Parente, incarnation de la théologie la plus conservatrice, assesseur du Saint-Office6. Il faudra attendre l’automne 1962 pour que l’Église entre véritablement dans une période d’aggiornamento lorsque, le 20 novembre 1962, l’assemblée conciliaire vote l’arrêt du débat sur le premier schéma de la Commission Ottaviani7. Le nouvel assistant se lance donc dans l’aventure du CCIF sous un ciel obscurci par les dernières sanctions.

  • 8 Jean-Dominique Durand, « La grande attaque de 1956 », art. cité.
  • 9 La correspondance échangée entre Étienne Borne et Olivier Lacombe dans les années 1930 souligne le (...)

7Le 22 décembre 1957, c’est le président Henri Bédarida qui disparaît d’une crise cardiaque à son domicile. S’il n’avait pas joué un rôle directeur dans les orientations du Centre, il avait en revanche couvert de son autorité intellectuelle les choix de celui-ci après la crise de 1951. Quelques mois auparavant, l’abbé Berrar avait décidé de lui rendre hommage en rassemblant autour de lui les principaux collaborateurs du CCIF lors d’un dîner. Pour remplacer le président défunt, l’équipe se tourne vers le vice-président Olivier Lacombe. S’il est choisi ce n’est ni pour son strict thomisme, ni pour son maritainisme –ce courant d’ailleurs connaît des difficultés à Rome8– mais pour ses qualités intellectuelles et personnelles. Olivier Lacombe est alors professeur de philosophie comparée et sa réflexion sur la philosophie orientale fait figure de travail pionnier. Il est, en outre, un ami proche d’Étienne Borne, le secrétaire général. Même si leur divergence philosophique, l’un est thomiste et le second augustinien, est importante, une solide amitié née à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm au milieu des années 1920 et un respect de l’altérité les unit fortement9. Sur la proposition d’Étienne Borne, Olivier Lacombe est élu sans difficulté à la présidence.

  • 10 Il en a la fonction et rédige une partie du courrier, mais il n’en a pas le titre avant décembre 1 (...)

8Entre 1958 et 1960, le CCIF fonctionne grâce au tandem Biard-Borne. Les deux hommes ont le même souci de travailler à l’ouverture de l’Église au monde, et l’annonce d’un concile à venir, les confirme l’un et l’autre dans ce choix. Très vite cependant, le tandem est amené à cohabiter avec une génération de trentenaires catholiques laïcs décidés à renouveler l’image du Centre. Le changement est mené par François Bédarida, assistant d’histoire contemporaine à la Sorbonne et fils du président décédé. Cet ancien « prince tala », très proche de l’abbé Brien – l’aumônier de la rue d’Ulm avait été élu par les « talas » l’année d’admission de François Bédarida à l’École– était venu parfois assister aux débats ou à la Semaine des intellectuels catholiques. C’est seulement à la rentrée 1959 qu’il entre, avec sa femme Renée, progressivement dans l’équipe de direction. Après quelques mois de présence au bureau, il devient secrétaire de rédaction de Recherches et Débats en janvier 196010, puis, après le départ d’Étienne Borne, il est élu secrétaire général à la rentrée 1961.

  • 11 Suzanne Villeneuve à Étienne Borne, 13 juin 1960, 2 p., carton 23 n°7, AEBO. Lettre de l’abbé Biar (...)
  • 12 Le Monde, 30 avril 1960. La polémique était née de la main tendue proposée par Roger Garaudy et de (...)
  • 13 Jean-François Sirinelli, « Les normaliens de la rue d’Ulm après 1945 : une génération communiste » (...)

9Si la nouvelle fonction d’Étienne Borne – il est nommé inspecteur à l’académie de Paris – exige une stricte neutralité confessionnelle, c’est davantage le souci de privilégier la relève générationnelle qui décide le philosophe à quitter le secrétariat. D’ailleurs, depuis 1960, des tensions, principalement liées aux approches thématiques divergentes, ont vu le jour entre la vieille garde et la nouvelle. Une première crise s’est nouée au printemps 1960 ; elle conduit Étienne Borne à vouloir quitter le Centre. L’abbé Biard réussit à le convaincre de rester en le déchargeant des travaux de préparation. Mais, dès septembre 1960, le tandem Biard-Borne se sent de nouveau contesté dans ses orientations11. Les tensions viennent aussi certainement des engagements publics d’Étienne Borne : n’a-t-il pas polémiqué avec Roger Garaudy, définissant l’idéologue de Parti communiste français comme « un néophyte du dialogue12 » ? N’a-t-il pas parlé, à propos des signataires du Manifeste des « 121 », de « bien légers moralistes » ? Indubitablement, ces prises de position ne sont pas celles de la nouvelle génération, plus ouverte au dialogue avec les communistes et présentée parfois comme la « génération communiste13 » tant les attirances de cette classe d’âge pour le « Parti des fusillés » avaient été grandes.

  • 14 Renée Bédarida est ainsi la principale rédactrice du courrier durant l’année 1964-1965.

10Étienne Borne quitte le secrétariat en mars 1961 tout en restant un fidèle collaborateur : il participe à certains comités de rédaction, donne des contributions aux cahiers et aux Semaines, mais désormais c’est François Bédarida qui prend la direction, aidé de son épouse Renée Bédarida qui, tout au long de ces années, participe à l’élaboration des activités intellectuelles14. François Bédarida va alors insister largement sur une nouvelle dimension : la nécessaire prise en charge du CCIF par une équipe plus large et entièrement composée de laïcs. Dans ce cadre, l’assistant ecclésiastique devient un conseiller parmi d’autres : il ne fixe plus l’orientation intellectuelle. Il y a indéniablement, à l’entrée de la décennie 1960, un redéploiement des charges, qui se poursuit d’ailleurs dans les années suivantes, et qui souligne la montée en puissance des laïcs de plus en plus soucieux de trouver une place au sein de l’Église.

Un vivier rajeuni

  • 15 Sa famille comptait parmi ses ancêtres un doge de Venise, Alfred de Vigny, Edmond Rostand et l’arr (...)
  • 16 En constituant, à quelques mètres de la rue Madame, des Entretiens philosophiques, elle concurrenç (...)

11Au printemps 1959, Lionel Assouad quitte son poste de secrétaire général adjoint du CCIF, ayant été nommé au cabinet de Robert Buron, ministre des Travaux publics et Transports. Si durant ces années, il n’avait pas joué un rôle dans l’orientation intellectuelle, il avait apporté son propre réseau : celui du monde du droit et de la bourgeoisie intellectuelle15. Par sa connaissance des milieux industriels, il avait facilité l’obtention de dons permettant au Centre de survivre. Il reste très fidèle au « 61 », venant régulièrement aux réunions du comité directeur, organisant occasionnellement des débats ou cahiers sur des sujets dont il est proche. L’abbé Biard invite alors en septembre 1959, un ancien étudiant de théologie et de philosophie, Claude Soucy à le remplacer. Odette Laffoucrière n’entend pas non plus continuer un secrétariat rue Madame. Elle trouve le CCIF insuffisamment ouvert à la pensée heidegerienne et se lance avec l’abbé Daniel Pézeril, curé de Saint-Jacques du Haut-Pas, dans des rencontres philosophiques à la paroisse. Elle quitte complètement le CCIF en 1961, après un différend avec l’équipe sur cette question16.

  • 17 Toutes ces indications viennent de la lecture et du comptage systématique des comptes rendus des c (...)

12François Bédarida cherche alors à rassembler autour de lui une petite équipe et remet en activité le comité de rédaction quelque peu somnolent. Le premier comité de rédaction avait été créé le 17 février 1951 et réunissait les meilleures plumes catholiques du moment. Étienne Borne, André George, Jean Guitton, André Latreille, Olivier Lacombe, Gabriel Marcel, Jacques Madaule et Léon Mazeaud en étaient les membres. Mis en place pour être un laboratoire de réflexion, ce comité de rédaction n’avait jamais joué ce rôle. Au début de la décennie 1960 sa composition est entièrement renouvelée : un véritable bureau intellectuel est né, constitué en grande partie des amitiés catholiques forgées autour de l’abbé André Brien, de l’abbé Biard et du couple Bédarida. Yvon Vadé et Jean-Charles Payen sont les premiers à être invités, puis quelque temps après, c’est au tour de Paul-André Lesort, Francis Jacques, Jean-Louis Monneron, Pierre Sorlin, André Vauchez et Bernard Willerval de prendre le chemin du « 61 ». Au début de l’année 1965. André Astier, Claude Bruaire, Jean-Marie Mayeur et Marc Venard sont sollicités17.

  • 18 Sur ce groupe voir Claude Langlois, « Michel de Certeau et le Groupe de La Bussière », dans Recher (...)
  • 19 Le premier est né en 1941, il a intégré l’École normale supérieure de Saint-Cloud et prépare une t (...)
  • 20 Pour le traitement de ces questions, voir infra.

13Quelques traits déterminent le nouveau comité de rédaction : il est entièrement constitué de laïcs et, si ce n’est André Astier qui est chercheur, uniquement composé d’enseignants. Trois viviers sont présents : l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, l’École normale supérieure de Saint-Cloud et les khâgnes parisiennes. Parmi les ulmiens, se trouvent le littéraire Jean-Charles Payen (promotion 1953) qui aura même le titre de secrétaire général adjoint en 1961-1962, les historiens Marc Venard (promotion 1950) et André Vauchez (promotion 1958) ; parmi les cloutiers, l’angliciste Bernard Willerval (promotion 1956) ; et parmi les khâgneux, le philosophe Francis Jacques, les historiens Jean-Louis Monneron (ancien responsable étudiant du Centre Richelieu) ou encore Pierre Sorlin. Jean-Louis Monneron, Marc Venard, André Vauchez se retrouvent chaque été depuis la fin des années 1950 pour une réflexion épistémologique sur l’histoire religieuse18. Ce petit groupe, plus connu sous le nom de groupe de La Bussière, s’étoffera au fil des ans et s’ouvrira à de nouveaux chercheurs qui prendront eux aussi le chemin du « 61 » tels le cloutier Étienne Fouilloux ou encore Claude Langlois19. Pendant ses sessions de travail, le groupe étudiera quelques sujets comme le laïcat, la pauvreté, la sainteté qui seront par la suite l’objet de cahiers du CCIF20.

  • 21 La crise de la décolonisation conduisit certains à se désolidariser des positions tenues par le CC (...)

14L’équipe est également renouvelée grâce à la présence de scientifiques. Si Jacques Polonovski avait été chargé aux origines des relations avec le CCIF, si Paul Germain, le secrétaire de l’Union, passait tous les mercredis rue Madame et rencontrait l’assistant ecclésiastique ou le secrétaire, les membres de l’Union catholique des scientifiques français ne participaient pas véritablement aux décisions du Centre. Les scientifiques avaient d’ailleurs pour habitude de ne pas intervenir lors des comités directeurs21. François Bédarida décide de leur donner une place plus officielle au sein du foyer : Paul Germain, le nouveau président de l’UCSF (il a succédé à Louis Leprince-Ringuet), André Lichnerowicz (qui prend le titre de vice-président du CCIF) et André Astier entrent au comité de rédaction.

  • 22 Né en 1927, il entre dans la Compagnie de Jésus et devient spécialiste de la doctrine sociale de l (...)
  • 23 Né en 1918, journaliste, ancien rédacteur en chef de Témoignage chrétien (1945-1951), il devient r (...)

15L’équipe nouvellement constituée est donc homogène par le milieu qu’elle draine mais multigénérationnelle. Elle travaille avec un comité directeur lui aussi renouvelé : les membres de droit (les représentants des différentes associations de diplômés catholiques) sont de moins en moins conviés aux réunions. L’équipe préfère recruter parmi ses principaux fidèles intervenants et varie les invitations en fonction de l’ordre du jour : il n’y a donc plus de liste définitive de membres du comité directeur qui auraient reçu l’approbation de leurs pairs pour venir siéger, mais seulement quelques constantes. Le comité directeur rassemble ceux qui participent à la vie intellectuelle catholique : les directeurs de revues (Études, Esprit, L’Action populaire…), les théologiens (les pères Calvez22, Chenu, Liégé…), les journalistes laïcs (Jean-Marie Domenach, Jean-Pierre Dubois-Dumée23, Georges Hourdin…), les universitaires et écrivains (Jacques de Bourbon-Busset, René Rémond…). Le comité directeur devient un grand « brain-trust » où se côtoient plusieurs générations d’intellectuels catholiques : la génération d’Henri-Irénée Marrou née autour de 1904, celle de Francis Jacques née autour de 1934. Entre les deux, la génération de René Rémond née autour de 1920. La génération de la résistance ou de la guerre froide ne succède donc pas à la génération de la crise. Les premiers sont ces universitaires catholiques qui ont travaillé au cœur de l’université laïque et sont devenus souvent des « théologiens en veston » ; les deuxièmes ont été fortement marqués par l’Action catholique et tout particulièrement par la JEC ; les troisièmes sont davantage issus de la matrice qu’a constituée l’aumônerie des abbés Brien et Biard. Tous ont été touchés par la guerre : les premiers par la lutte contre le nazisme, les seconds par la guerre d’Algérie. Ces générations ou demi-générations sont unies par des liens confessionnels et une même exigence d’engagement laïc au service de la foi.

16Depuis les origines du CCIF, l’équipe avait bénéficié de la confiance de l’archevêque de Paris, celle du cardinal Suhard avait été forte et influente, celle du cardinal Feltin était aussi sûre. Le milieu des années 1950 avait été néanmoins marqué par des tensions entre l’équipe et certaines autorités romaines, la convocation de l’abbé Berrar devant le Saint-Office en 1956 en avait manifesté la phase paroxystique. La mort de Pie XII, en octobre 1958, et l’annonce d’un concile œcuménique en janvier 1959 par le nouveau pape Jean XXIII conduit l’équipe à renouveler les liens avec certaines autorités italiennes.

Le renouvellement des liens avec Rome

  • 24 Roger Aubert le définit comme « […] l’avocat d’un certain nombre de causes d’avant-garde face au r (...)
  • 25 Abbé Biard à Mgr Veuillot, 21 février 1959, p. 1, minutier 1958-1959, ARMA. Mgr Veuillot est encor (...)
  • 26 Le Synode des évêques sera créé en septembre 1965 lors du motu proprio intitulé Apostolica sollici (...)

17L’abbé Biard choisit d’inviter un dignitaire ecclésiastique rue Madame. Le choix porte alors sur le cardinal Montini, archevêque de Milan. Écarté en novembre 1954 de la Secrétairerie d’État pour ses positions trop ouvertes24, Montini venait d’être élevé au cardinalat par Jean XXIII. L’assistant ecclésiastique demande donc l’aide de Mgr Veuillot, toujours à Rome, pour procéder à l’invitation25 tout en informant l’archevêché du projet. L’invitation séduit le résident de la rue Barbet-de-Jouy qui cherche à rencontrer des prélats d’autres pays sans y réussir puisque aucune institution ecclésiastique n’en permet la réunion26.

  • 27 La raison reste inconnue.
  • 28 Le cardinal Lercaro avait d’ailleurs rédigé un ouvrage sur le mystère dans lequel il valorisait le (...)

18Le cardinal Montini ayant refusé l’invitation27, l’équipe se tourne vers le cardinal Lercaro, archevêque de Bologne. Personnalité plus haute en couleur mais tout aussi symbolique : symbole d’une ouverture de l’Église au monde extérieur comme le montrait son effort de dialogue avec les communistes de sa ville ; symbole de l’ouverture à l’intérieur de l’Église comme le soulignait la rénovation liturgique de grande ampleur qu’avait développée cet ancien professeur d’Écriture Sainte et de patrologie dans son diocèse28. L’invitation est acceptée et c’est devant un parterre de dignitaires ecclésiastiques et plus de deux mille personnes rassemblées à la Mutualité que l’archevêque italien prononce l’exposé qui ouvre la Semaine 1959.

  • 29 Quatre-vingt-dix évêques sont présents ! Témoignage de l’abbé Biard à l’auteur. Conférence retrans (...)

19Deux ans plus tard, l’abbé Biard demande au cardinal Agostino Bea, ancien confesseur de Pie XII, doyen de l’Institut biblique pontifical et président du nouveau Secrétariat romain pour l’unité des chrétiens, de participer à la Semaine 1961 consacrée à l’unité et la diversité dans l’Église. L’objectif n’est pas de faire de la surenchère publicitaire à la veille d’un concile mais de témoigner du nécessaire dialogue avec les frères protestants et orthodoxes. Le cardinal donne une réponse défavorable pour la Semaine mais accepte l’idée d’une visite. L’abbé Biard propose alors une conférence sur « Le concile et l’œcuménisme ». L’offre est accepté et c’est devant une salle de la Mutualité comble que le cardinal Bea présente les grandes lignes de force d’un dialogue œcuménique à construire29. Grâce à l’abbé Biard, Augusto Bea profite de ce séjour parisien pour rencontrer les principaux représentants des différentes confessions chrétiennes et juive.

  • 30 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, op. cit., p. 308-309.

20La visite du cardinal Lercaro, puis celle du cardinal Bea vont être de première importance, jouant un rôle inestimable dans la reconnaissance du travail produit par le « 61 ». Certes depuis ses origines, le Centre a obtenu l’appui de l’archevêque, voire du secrétaire de l’épiscopat mais, cette protection se fait plus modeste lorsque les problématiques se font plus novatrices. La venue de ces deux grandes personnalités proches du pape contribue fortement à affermir la crédibilité du foyer de réflexion auprès de l’épiscopat français tout en provoquant une accélération de la sa « conciliarisation ». Hypothèse excessive ? Le cardinal Lercaro, comme le cardinal Bea, sont deux figures essentielles de l’aggiornamento : le premier sera l’un des quatre modérateurs à la deuxième session du concile, le second est l’organisateur du dialogue officiel avec les frères séparés. Les deux visites constituent deux électrochocs à la « conciliarisation » de la hiérarchie française : en 1959 les réponses épiscopales françaises à la consultation antépréparatoire sont encore largement marquées par un esprit de fermeture et de condamnations, trois ans plus tard en novembre 1962, les interventions épiscopales françaises à Saint-Pierre de Romes ont manifestement ouvertes30. Si ce changement est lié au rayonnement personnel du nouveau pape et à l’attente de la majeure partie des catholiques de voir l’Église se transformer, le travail du CCIF et sa reconnaissance par des autorités italiennes est également essentiel.

21Fort de ces appuis, renouvelé en partie dans sa direction, le CCIF entame une période riche de promesses et, comme pour les années 1950, le dialogue avec la modernité du moment reste au cœur de sa démarche.

Conservation des méthodes et modernisation

La réorganisation des cahiers : signe d’un changement plus profond ?

  • 31 Minutier 1958-1959, ARMA.
  • 32 La Semaine des intellectuels catholiques était éditée par les éditions de Flore devenues en 1950 l (...)
  • 33 Lettre du 13 octobre 1961 des éditions Pierre Horay, p. 1, « dossier Horay-Fayard », ARMA.

22Depuis 1954, Fayard éditait quatre mille exemplaires pour chaque cahier de Recherches et Débats. En 1956, le tirage avait été réduit à trois mille cinq cents. Dès l’année suivante, l’équipe le fait passer à quatre mille cinq cents exemplaires espérant un élargissement du lectorat. Devant l’insuccès, il est décidé de mettre en place une nouvelle politique de diffusion. Les animateurs demandent au journal La Croix de rendre compte de chaque cahier dans sa revue des livres et font appel au chanoine Berrar pour qu’il invite Mgr Villot à présenter chaque numéro aux évêques31. Ils choisissent également de donner à la maison Fayard le compte rendu de la SIC jusqu’alors édité chez Pierre Horay32. Il faut cependant attendre juin 1960 pour que les premières négociations s’engagent. Le 23 mai 1961, le CCIF met un terme au contrat qui l’unit à la maison Pierre Horay33, la SIC Catholicisme un et divers est éditée chez Fayard et en mai 1962 l’affaire est définitivement réglée lorsque le bureau récupère les volumes invendus de chez Horay.

  • 34 Voir « Tableaux des chroniqueurs de RD (1952-1975) », dans Claire Toupin-Guyot, op. cit., p. 299-3 (...)
  • 35 Il en envoie une au printemps 1959 que le CCIF perd !
  • 36 Minutier 1958-1959 et 1959-1960, ARMA.
  • 37 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, il est alors maître-assistant à la Fac (...)
  • 38 RD 41, 43, 45.

23L’équipe profite de ce redéploiement pour revoir le contenu intellectuel de ses cahiers. Jusqu’alors les chroniques étaient des reprises de débats étoffés par des orateurs ou, plus rarement, des articles isolés sur des questions jugées importantes par l’équipe34. Trente-deux chroniques avaient été ainsi rédigées de mai 1952 à décembre 1958. Si Pierre Mesnard et Louis Millet avaient été des rédacteurs réguliers (quatre interventions, l’un et l’autre), la diversité du reste des intervenants étaient à l’image de la variété des sujets étudiés. Le nouveau projet consiste à mettre en place des chroniques suivies et à demander aux même personnes d’étudier les nouveaux phénomènes sociaux. Dans ce cadre, le CCIF se positionne plutôt comme une revue généraliste portant un regard chrétien sur les mutations culturelles ou politiques de la société occidentale. Dès janvier 1959, différents auteurs sont pressentis : André Fontaine du journal Le Monde pour la chronique de politique extérieure35 ; René Rémond pour la politique intérieure ; Jacques de Bourbon-Busset, Jacques Madaule, Bertrand Poirot-Delpech et le père jésuite Blanchet (les deux derniers refusent) pour la chronique littéraire ; Jean Lacroix pour une chronique philosophique et Paul Chauchard pour une chronique biologique36. Dès mai 1959, les premières sont publiées. Mais le projet initial rassemblant une sorte de comité de spécialistes à l’écoute des événements importants de la société n’aboutit pas. Seuls deux chroniqueurs proposeront régulièrement leurs réflexions : l’abbé Biard sur le thème biblique et Jean Jolivet37 sur les courants philosophiques. Gaston Bachelard, Jean-Paul Sartre et Maurice Merleau-Ponty feront ainsi l’objet de trois articles38. L’entreprise a donc échoué et ressemble à la première : l’équipe ne réussit donc pas à renouveler l’image de sa revue qui reste organisée autour d’un thème particulier.

24L’invitation faite au père Congar dès l’arrivée de l’abbé Biard au « 61 » avait été emblématique du choix que l’assistant ecclésiastique entendait privilégier : donner toute sa place à la réflexion œcuménique. François Bédarida, de son côté, désire mettre en place quelques thèmes qui lui tiennent à cœur.

Valoriser un double axe

  • 39 Goulven Boudic, « Héritage de Mounier, succession de Béguin », dans Esprit, juillet 1998, p. 49 et (...)

25Sans dédaigner les thèmes confessionnels, le nouveau secrétaire général souhaite tenir compte des mutations sociales et des nouvelles approches que proposent les sciences humaines. Il prend alors la même direction que la revue Esprit qui, après le décès d’Albert Béguin, entreprend de s’intéresser aux phénomènes de modernisation économique39. Débats, cahiers et Semaines sont réorientés vers les mutations de la société française.

Répartition des thèmes de Recherches et Débats (1952-1965)

Répartition des thèmes de Recherches et Débats (1952-1965)
  • 40 Le Symbole, RD 29, décembre 1959, 212 p. L’histoire et l’historien, RD 47, juin 1964, 230 p.

26Les cahiers s’intéressent aux questions internationales, aux pratiques confessionnelles, à l’œcuménisme et à l’évolution de la société occidentale. L’axe philosophico-théologique perd de son importance au bénéfice d’une autre réflexion philosophique, elle aussi méthodologique, mais ancrée sur des thèmes profanes en plein renouvellement : l’un sur le symbole, l’autre sur l’histoire40. Les débats et conférences reflètent moins les nouveaux objectifs de l’équipe, les sujets restent plus classiques. L’équipe doit faire face ici à un public plus traditionnel que celui des cahiers, qui attend davantage une réflexion catholique sur certains aspects de la société :

Répartition des thèmes des débats et conférences (1947-1965)

Répartition des thèmes des débats et conférences (1947-1965)

27Une large part est donnée aux événements de société (31 %) : les problèmes médicaux sont tout particulièrement privilégiés (1,8 % à 4,2 %) ainsi que l’école (1,4 % à 3,7 %). La littérature et les arts conservent une forte importance avec 22 % (29 % à la période précédente). Si les thèmes catholiques gardent un certain poids, la part consacrée aux théologiens et à la théologie décroît considérablement. La présentation du concile et l’intérêt nouveau porté aux pratiques confessionnelles rééquilibre cependant le nombre d’interventions. Enfin, la portion accordée à la vie étrangère est multipliée par deux, elle symbolise l’ouverture voulue sur le monde catholique international et sur l’évolution socio-économique des autres continents. C’est d’ailleurs dès 1957 que l’abbé Biard avait senti la nécessité de reprendre contact avec la vie internationale en renouant quelques liens avec Fribourg. Deux ans plus tard, l’annonce d’un concile œcuménique en souligne plus encore la nécessité.

Une nouvelle expérience internationale ?

Le CCIF renoue les liens avec Pax Romana

  • 41 Dans un discours de 1954 à la Conférence des organisations internationales catholiques, le pape Pi (...)

28Depuis la fin du second conflit mondial, la hiérarchie romaine avait incité ses fidèles à jouer un rôle sur le plan international41. Paradoxalement, la crise de 1951 n’avait pas véritablement conduit le CCIF à redéfinir ses tâches au sein des organisations internationales. Si certains secrétariats internationaux se réunissaient encore rue Madame, le secrétariat parisien des relations internationales qui avait la charge de les coordonner avait disparu au milieu des années 1950 sans remous. Les seuls liens qui unissaient le CCIF à Fribourg étaient financiers et… sources de conflits car le premier oubliait très régulièrement de payer sa cotisation ! La décennie 1960 marque donc une nouvelle étape :

  • 42 Lorsque le thème n’est pas repris en analyse dans la partie suivante (1965-1976), les pourcentages (...)

Tableaux des activités consacrées aux thèmes internationaux42

Tableaux des activités consacrées aux thèmes internationaux42
  • 43 « International », art. cit.

29Trois raisons expliquent ce nouvel intérêt. Le contexte ecclésial français y incite comme le reflète la déclaration de l’assemblée des cardinaux et archevêques de France sur « Les chrétiens dans la conjoncture présente » dont la moitié est consacrée à la vie internationale43. Le départ de l’abbé Berrar rend possible une « normalisation » des liens. Enfin, le nouveau président, Olivier Lacombe, par ses travaux de recherche, est convaincu du nécessaire dialogue avec les autres cultures. Il encourage donc vivement cette nouvelle orientation.

  • 44 Les autres années le MIEC et le MIIC organisaient séparément leur assemblée plénière. Voir Ramon S (...)
  • 45 Pensée chrétienne et communauté mondiale, RD 23, mai 1958, 232 p., avec la collaboration de Follie (...)
  • 46 Douze pages manuscrites. Il a été impossible d’identifier l’auteur, carton 55, ARMA.

30Depuis la création du MIIC, Fribourg organisait des congrès internationaux44. En 1952, la réunion avait eu lieu au Canada, en 1955 en Grande-Bretagne. En 1957, alors que le MIIC fêtait ses dix ans d’existence à Rome, le pape Pie XII s’était adressé à l’assemblée pour rappeler le rôle des intellectuels catholiques au sein de la communauté mondiale. Son discours et celui des autres intervenants étaient publiés dans le cadre de Recherches et Débats45. Un an auparavant, un exposé sur « Les activités catholiques internationales rédigées pour l’information du CCIF » avait été adressé à l’équipe46. Après un rappel des origines et du travail accompli par le MIIC, l’auteur du rapport insistait sur l’aide que pouvait apporter l’équipe parisienne au Mouvement international : établir une liste d’experts pour que l’UNESCO et Pax Romana trouvent rapidement des conseillers, accueillir les intellectuels étrangers de passage à Paris, faire connaître les activités de Pax Romana en province et les idées que le mouvement défend, créer un secrétariat national à l’image de ceux qui s’étaient constitués en Belgique, en Suisse, en Irlande et en Italie. Cette dernière proposition allait être concrétisée en 1959.

  • 47 « Un secrétariat international a été ouvert à Paris », article à soumettre à Pax Romana pour inser (...)
  • 48 Le congrès de Manille était constitué de quatre temps : la réunion du MIEC, puis, celle des différ (...)
  • 49 La Croix, 2 février 1960.

31Cette nouvelle structure semble avoir été créée après un voyage à Paris du nouveau président du MIIC, Ramon Sugranyes de Franch. Lors de son passage, ce dernier avait réuni autour de lui les responsables de différentes associations de diplômés catholiques français. Unanimement, ils avaient demandé le resserrement des liens avec Pax Romana. Le nouveau secrétariat devait y contribuer47. Il regroupait les représentants des différentes associations que fédérait le CCIF, quelques membres du bureau, ainsi que des délégués de l’UNESCO. Une réunion mensuelle était prévue. La première a lieu le 6 décembre 1959 et réunit : P. Marchand des Beaux-arts catholiques, Henri Quéffelec des écrivains catholiques, le père Faidherbe, Bonduelle et Pettiti pour le droit, Poumailloux du Centre Laënnec, Dréano des pharmaciens catholiques, Claude Picard, Jacques Polonovski et le père Russo de l’UCSF, Melle Baron pour l’USIC, Meslin de la PU, Melle Mazin et Larnaud de l’UNESCO et enfin le fidèle Michel Charpentier. Parmi les membres du bureau du CCIF se trouvent Renée Bédarida et Suzanne Villeneuve. À peine un mois après la constitution du secrétariat, l’abbé Biard et Olivier Lacombe se rendent à l’assemblée de Manille qui se déroule du 28 décembre 1959 au 8 janvier 1960. Grâce à l’initiative du directeur général de l’UNESCO, Luther Evans, le congrès réunissait, pour la première fois, des intellectuels de confessions différentes48. À son retour, l’assistant ecclésiastique, dans un long entretien dans La Croix, insiste sur la nécessaire collaboration entre Orient et Occident49 et fait publier les actes du congrès dans Recherches et Débats.

  • 50 Compte rendu de la réunion du 1er février 1960, p. 5, ARMA.
  • 51 « Christianisme et monde noir », 19-20 mars 1960.
  • 52 Né en 1910, ancien président de l’ACJF, professeur d’économie politique à Paris depuis 1957. Il se (...)
  • 53 Né en 1916, bon connaisseur de la philosophe Simone Weil, il rejoint l’équipe du père Lebret en 19 (...)
  • 54 Compte rendu de la réunion du 1er février 1960, lettre circulaire du 18 février 1960, p. 2-3, cart (...)
  • 55 Voir Ramon Sugranyes de Franch, « 1947-1961 », dans Pax Romana 1921-1961, Fribourg, 1961, p. 29.

32Deux mois après ce voyage, le secrétariat des relations internationales se réunit et fait le bilan de treize ans de partenariat. Le « 61 » reconnaît sa responsabilité dans l’absence de liens et décide d’y pallier en donnant régulièrement des articles au Journal de Pax Romana50. Il entend également faire bénéficier le MIIC de sa méthode intellectuelle. Il prépare ainsi l’assemblée plénière prévue pour l’été 1960 au monastère bénédictin de Tioumliline, au Maroc. Une cinquantaine de spécialistes de l’Afrique sont invités pour saisir les enjeux d’une rencontre chrétienne en terre africaine. Une première réunion est organisée en février 1960, puis un week-end d’études, en mars suivant51. La première rencontre rassemble Alain Barrère52 des Semaines sociales, le Grenoblois Gérard de Bernis, le père Birou d’Économie et Humanisme53, Robert Delavignette, le père Desobry de l’aumônerie des étudiants d’outre-mer et son adjoint le père Mévrot, Froelich du Centre des hautes études administratives sur l’Afrique et l’Asie modernes, le père Pascal du secrétariat social d’outre-mer et le père Rétif des Études. Les discussions portent sur l’évolution des Églises noires, sur leur rapport avec leur culture (africanisation de la religion catholique et ses limites) et sur la nécessité de former des cadres africains54. Au-delà de ces enjeux théologiques s’en trouvait un autre plus politique : celui de réussir une rencontre chrétienne en terre africaine (à l’image de celle qu’avait présidée trois ans plutôt Louis Massignon en cette même abbaye) devant une assistance franco-marocaine. Le Gouvernement marocain s’oppose à cette réunion internationale craignant qu’elle ne puisse être interprétée comme une provocation et exploitée comme un prétexte contre l’Église catholique55. La rencontre de Tioumliline est annulée. Pour prolonger cet effort international, le CCIF accepte de préparer avec la FFEC, l’assemblée plénière de 1966 sur « La liberté et la responsabilité des chrétiens dans l’Église postconciliaire ».

Un congrès de Pax Romana en France

  • 56 Fils du professeur André Latreille, l’abbé Jean Latreille est conseiller ecclésiastique de la Paro (...)
  • 57 Expression reprise dans la lettre de François Bédarida à Georges Strasser, 10 juin 1966, p. 2, ARM (...)
  • 58 François Bédarida à Georges Strasser, 17 juin 1966, p. 2, ARMA, voir Claire Toupin-Guyot, op. cit.(...)
  • 59 Lettre du 28 juin 1966, ARMA. En 1951, Ramon Sugranyes de Franch, alors qu’il était secrétaire gén (...)
  • 60 Renée Bédarida à Roger Dumaine, 27 février 1965, 2 p., ARMA.

33C’est à Lyon, primatie des Gaules, que l’équipe décide d’organiser le rassemblement. Elle trouve auprès des membres de la Paroisse universitaire lyonnaise un large soutien, tout particulièrement celui de l’abbé Jean Latreille chargé de la préparation liturgique du congrès56. Une fois encore, les préparatifs révèlent deux conceptions de l’intellectuel catholique. Pour Fribourg, le CCIF doit surtout participer à l’organisation matérielle du congrès ; pour le « 61 », il s’agit au contraire de permettre aux différents intellectuels et étudiants étrangers de bénéficier de la méthode et de la réflexion des intellectuels catholiques français. Le conflit repose sur l’organisation matérielle, d’abord prévue pour huit cents participants puis ramenée… en juin 1966 (c’est-à-dire un mois avant le congrès !) à quatre cents personnes sans que le CCIF puisse donner son avis ; mais il touche surtout à des orientations intellectuelles car Fribourg craint un « impérialisme culturel français57 ». La correspondance entre le secrétaire général du MIIC, Georges Strasser, et le secrétaire du CCIF s’envenime tout au long du mois de juin. Pour l’un, l’emprise du catholicisme français est intolérable et participe d’un certain gallicanisme que subissent les autres groupements d’intellectuels ; pour Paris, le service qu’a rendu le Centre depuis vingt ans au sein de la catholicité conduit à jouer un rôle de premier plan58. Une fois encore le président du MIIC, Ramon Sugranyes de Franch règle le conflit par une lettre d’apaisement59. Mais si le congrès se déroule sans accroc majeur, cette nouvelle expérience de travail commune est un échec : les Français ont montré, une fois encore, leur spécificité et leur originalité. Un an auparavant, Renée Bédarida constatait l’échec du secrétariat et l’absence de réels liens entre Paris et Fribourg : « […] le secrétariat n’a tenu que deux ans car les Parisiens, déjà débordés par les problèmes français, ne suivaient pas fidèlement les réunions60 ».

  • 61 Le SIQS rassemblait les scientifiques catholiques des différents pays membres du MIIC. Parmi les p (...)
  • 62 RD 67, janvier 1970, 249 p.
  • 63 Le colloque de Rome (19-21 mars 1971) est axé sur l’autonomie de la science et son articulation vi (...)
  • 64 RD 85-86, quatrième trimestre 1976, 247 p.

34De fait, les relations entre le MIIC et le CCIF sont quasiment inexistantes après 1966. Certes trois cahiers de Recherches et Débats rassemblent des interventions qui ont lieu sous le patronage de Pax Romana, mais ces articles sont le résultat du travail commun de l’UCSF et du Secrétariat international des questions scientifiques (SIQS)61. Le premier est consacré à La science et la théologie62, le deuxième, Les chemins de la raison, reprend les interventions du colloque organisé à Rome en mars 197163 et le dernier, Le pouvoir de l’homme sur la vie, s’interroge sur la recherche biologique et ses conséquences éthiques64. C’est donc grâce aux liens solides qui existent entre l’UCSF et Pax Romana que ces cahiers voient le jour. Le père Russo, l’un des assistants ecclésiastiques de l’Union, est aumônier du SIQS et joue un rôle essentiel de coordination entre les deux groupes de réflexion.

  • 65 « M. Roger Millot qui avait été longtemps une cheville ouvrière de Pax Romana engagea vivement les (...)

35La spécificité de la section française a rendu difficile les relations entre Fribourg et Paris : rapports complexes où certainement l’exception française s’est parfois trop enorgueillie de sa spécificité. Comme à ses origines, le MIIC trouve son fondement dans la représentation, la visibilité et dans le dialogue entre les cultures. Le CCIF, quant à lui, considère que l’urgence est dans la réévaluation du discours théologique. Lorsque pour les vingt-cinq ans du CCIF l’équipe décide d’évoquer ses origines, c’est en trois lignes que le chanoine Berrar rappelle le rôle de Pax Romana dans cette création65. Quant à Olivier Lacombe, chargé de présenter les « ouvertures internationales » du Centre, il le fait en trois pages et s’arrête à la seule expérience de Manille. Cet échec ne doit pas pour autant faire oublier les autres types de liens que le CCIF a su entretenir avec de nombreux intellectuels étrangers dans le prolongement de ses problématiques traditionnelles.

Une autre manière de faire de l’international

  • 66 Né en 1905, spécialiste de patrologie et de théologie, il cherche à lier la théologie et la cultur (...)
  • 67 Seule la réflexion du père Urs von Batlthasar est reprise en partie dans l’exposé de Paul Germain (...)

36Cet intérêt pour l’international se manifeste triplement : par le dialogue avec des penseurs étrangers, par l’analyse de thèmes qui touchent divers pays et enfin par le regard porté sur certains courants théologiques qui se développent en dehors de l’hexagone. C’est tout particulièrement le cas en 1958 lors d’une rencontre privée avec le théologien suisse Hans Urs von Balthasar. La réunion est organisée conjointement par l’UCSF et le CCIF et s’intéresse à Dieu et l’homme d’aujourd’hui66. Le théologien y expose le rapport entre science et foi. Au cœur de ce thème, se trouve la disparition de la cosmologie classique et la nécessité pour le catholicisme d’en proposer une originale en accord avec les nouvelles exigences physiques et mathématiques. La publication de ce colloque essentiel est néanmoins abandonnée en raison de la nouveauté des formules et du climat de suspicion qui prévaut alors67.

  • 68 « La responsabilité sociale de l’Université et de l’universitaire » est le thème de ce XXIVe congr (...)
  • 69 « L’Amérique latine face à la révolution nécessaire, interview de Monsieur l’abbé Biard, aumônier (...)

37L’équipe s’intéresse également à certains pays en voie de développement. Le phénomène n’était pas nouveau : en 1956, des analyses avaient été publiées sur le continent latino-américain. Pardo de Leygonnier, le père Arturo Gaete et l’abbé Louis Capriotti y soulignaient les conditions historiques de l’évangélisation en rappelant ses limites et ses nouveaux enjeux. En 1963, le CCIF choisit de consacrer un cahier à des catholiques qui vivent auprès des plus pauvres. Le numéro est le résultat d’un voyage de l’abbé Biard, comme membre de la section française du MIIC au XXIVe congrès de Pax Romana organisé à Montevideo68. Pendant ce voyage, l’assistant ecclésiastique avait prononcé plusieurs conférences. À son retour, il donne un important entretien au quotidien La Croix dans lequel il insiste sur « la nécessaire révolution » et sur l’explosive situation économique et sociale. Il évoque les manquements de l’Église à certaines exigences de pauvreté et rappelle l’importance de ne pas laisser au marxisme la seule responsabilité de la révolution économique69. Bien que ces propos ne soient en rien révolutionnaires – il se réfère à l’encyclique Mater et Magistra– cette prise de position mécontente l’archevêché de Paris qui le lui fait savoir. L’abbé Biard persiste : en octobre 1963, il fait paraître un cahier sur le sujet et écrit dans le liminaire :

  • 70 Liminaire, dans RD 44, octobre 1963, p. 7.

« La réalité latino-américaine s’impose chaque jour davantage à la conscience européenne. La révolution cubaine a été pour beaucoup un moment déterminant. Il n’était plus possible désormais d’ignorer ce qui se préparait dans cette partie du monde. Aussi bien s’interroge-t-on sur la situation réelle de cet immense continent, son économie, ses structures sociales, son organisation politique, sa vie religieuse ; on se demande que seront le sens et le prix d’une révolution, en marche ici, tenu en échec ailleurs, partout menaçante, révolution dont on ne peut douter, lorsqu’on a parcouru ces pays, qu’elle soit une révolution nécessaire70. »

  • 71 Abbé Biard au père Gustavo Gutierrez, 15 mai 1963, p. 1, ARMA.
  • 72 Articles parus dans Mensaje, en décembre 1962, sous le titre : Revolucion en America latina.
  • 73 Liminaire, art. cit., p. 9.
  • 74 C’est à Medellin que se tient la première Assemblée de l’Épiscopat latino-américain, sous l’égide (...)

38Pour monter ce cahier, l’assistant ecclésiastique a fait appel à des catholiques rencontrés quelques mois plutôt qui cherchent de nouveaux moyens de développement économique : groupes d’Économie et Humanisme du Brésil et de l’Uruguay, Centre d’investigation et d’action sociale de Buenos Aires et de Santiago du Chili. L’abbé Biard d’ailleurs connaît plusieurs de leurs membres, ces derniers ayant été ses élèves à l’institut catéchétique de l’Institut catholique de Paris dans les années 1950. Le père Gustavo Gutierrez, qui quelques années plus tard, théorisera la « théologie de la libération71 » est de ceux-là. Pierre Biard fait traduire plusieurs articles rédigés pour Mensaje, la revue des jésuites de Santiago du Chili, dont certains (ceux des pères de Vasconcelos Paiva, Sily, Gutierrez, Vekemans et Segundo) avaient fait grand bruit en Amérique latine72, pour les réinsérer dans Recherches et Débats. Le cahier s’ouvre sur une analyse du père Vekemans consacré au développement différencié du continent. L’ingénieur agronome Jacques Chonchol étudie « Les divers facteurs d’accélération révolutionnaire73 », le juriste Moravek s’intéresse à l’organisation possible d’un commerce intra-américain ; enfin le père Segundo décrit le sous-développement politique du continent. Le père Malley d’Économie et Humanisme insiste sur le nécessaire chemin d’évangélisation et son corollaire, le dépouillement, que doit accepter l’Église. Le cahier se termine sur une analyse de Mater et Magistra de l’évêque chilien de Talca, Mgr Larrain qui avec son grand ami Dom Helder Camara, prépare l’épiscopat latino-américain à une évolution qui se manifestera en 1968 à Medellin74. Si l’analyse marxiste comme outil de réflexion n’est pas présentée, elle n’est pas loin. Au fil des pages se trouvent en germe, dans ce cahier, certaines interrogations qui seront au cœur de la « théologie de la libération » : critiques du modèle économique capitaliste, insistance pour donner à l’Amérique latine son spécifique mode de développement, option pour les pauvres.

39Dans le prolongement de cette réflexion, le CCIF entend donner la parole à ceux qui formulent des critiques à l’égard d’un occident chrétien trop lié à l’ère coloniale.

Notes

1 Liminaire, dans Politique et religion, RD 26, mai 1959, p. 8.

2 Elle part pour le Pays du Soleil levant en 1959 et y décède le 25 juin 1963 d’un cancer. Malgré son éloignement géographique, elle conserva d’étroits liens avec le « 61 ».

3 L’École des Roches était dirigée par Louis Garrone, le frère de Gabriel Garrone, archevêque coadjuteur de Toulouse.

4 19 août 1952, dans « Livre du Conseil épiscopal », AAP.

5 Plusieurs témoins ont aimé rappeler la grimace d’Étienne Borne lors de l’annonce de l’élection du cardinal Roncalli !

6 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, op. cit., p. 299.

7 Idem, p. 309.

8 Jean-Dominique Durand, « La grande attaque de 1956 », art. cité.

9 La correspondance échangée entre Étienne Borne et Olivier Lacombe dans les années 1930 souligne leurs liens, carton 5 n°42, AEBO.

10 Il en a la fonction et rédige une partie du courrier, mais il n’en a pas le titre avant décembre 1961, lorsqu’il devient secrétaire général.

11 Suzanne Villeneuve à Étienne Borne, 13 juin 1960, 2 p., carton 23 n°7, AEBO. Lettre de l’abbé Biard à Lionel Assouad, 8 octobre 1960, 2 p., carton 36 n°3, AEBO.

12 Le Monde, 30 avril 1960. La polémique était née de la main tendue proposée par Roger Garaudy et de son rejet par Étienne Borne. Voir infra.

13 Jean-François Sirinelli, « Les normaliens de la rue d’Ulm après 1945 : une génération communiste », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 4, octobre-décembre 1986, p. 569-588.

14 Renée Bédarida est ainsi la principale rédactrice du courrier durant l’année 1964-1965.

15 Sa famille comptait parmi ses ancêtres un doge de Venise, Alfred de Vigny, Edmond Rostand et l’arrière-grand-mère de Pie XII ?

16 En constituant, à quelques mètres de la rue Madame, des Entretiens philosophiques, elle concurrençait directement les activités du Centre catholique des intellectuels français. L’équipe lui demande donc de choisir entre les deux organismes.

17 Toutes ces indications viennent de la lecture et du comptage systématique des comptes rendus des comités de rédaction. Voir « Tableaux des membres du comité de rédaction et du comité directeur » et « Tableau du bureau », dans Claire Toupin-Guyot, op. cit., p. 664-669.

18 Sur ce groupe voir Claude Langlois, « Michel de Certeau et le Groupe de La Bussière », dans Recherches de science religieuse, avril-juin 1988, p. 227-231.

19 Le premier est né en 1941, il a intégré l’École normale supérieure de Saint-Cloud et prépare une thèse sur l’œcuménisme sous la direction du professeur René Rémond. Le second est né en 1937, agrégé d’histoire, il est assistant à l’EHESS.

20 Pour le traitement de ces questions, voir infra.

21 La crise de la décolonisation conduisit certains à se désolidariser des positions tenues par le CCIF : en 1953, Jean-Louis Kahn, trésorier de l’Union, avait rédigé un rapport pour critiquer l’engagement en faveur du Maroc. Deux ans plus tard, Robert Lennuier protestait contre le désengagement sur la question algérienne.

22 Né en 1927, il entre dans la Compagnie de Jésus et devient spécialiste de la doctrine sociale de l’Église et de Karl Marx.

23 Né en 1918, journaliste, ancien rédacteur en chef de Témoignage chrétien (1945-1951), il devient rédacteur en chef de L’Actualité religieuse dans le monde.

24 Roger Aubert le définit comme « […] l’avocat d’un certain nombre de causes d’avant-garde face au raidissement conservateur », « Paul VI », dans Catholicisme, p. 932-933.

25 Abbé Biard à Mgr Veuillot, 21 février 1959, p. 1, minutier 1958-1959, ARMA. Mgr Veuillot est encore seulement pour quelques mois à la Secrétairerie d’État puisqu’il est nommé, en juin 1959, évêque d’Angers.

26 Le Synode des évêques sera créé en septembre 1965 lors du motu proprio intitulé Apostolica sollicitudo.

27 La raison reste inconnue.

28 Le cardinal Lercaro avait d’ailleurs rédigé un ouvrage sur le mystère dans lequel il valorisait les exigences de la transcendance et leur concrétisation par des actes temporels. Sa première visite fut à son arrivée à Paris pour la paroisse Saint-Séverin, paroisse phare du renouveau liturgique et ce, au grand mécontentement du cardinal Feltin qui vit le cardinal Lercaro après l’abbé Connan ! Témoignage du père Biard à l’auteur. Voir « Giacomo Lercaro », dans Catholicisme.

29 Quatre-vingt-dix évêques sont présents ! Témoignage de l’abbé Biard à l’auteur. Conférence retranscrite dans RD 39, juin 1962, p. 151-169.

30 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, op. cit., p. 308-309.

31 Minutier 1958-1959, ARMA.

32 La Semaine des intellectuels catholiques était éditée par les éditions de Flore devenues en 1950 les éditions Pierre Horay. Lettre de Fayard du 12 février 1957, p. 1, minutier 1956-1957, ARMA

33 Lettre du 13 octobre 1961 des éditions Pierre Horay, p. 1, « dossier Horay-Fayard », ARMA.

34 Voir « Tableaux des chroniqueurs de RD (1952-1975) », dans Claire Toupin-Guyot, op. cit., p. 299-301.

35 Il en envoie une au printemps 1959 que le CCIF perd !

36 Minutier 1958-1959 et 1959-1960, ARMA.

37 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, il est alors maître-assistant à la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris.

38 RD 41, 43, 45.

39 Goulven Boudic, « Héritage de Mounier, succession de Béguin », dans Esprit, juillet 1998, p. 49 et sequentes.

40 Le Symbole, RD 29, décembre 1959, 212 p. L’histoire et l’historien, RD 47, juin 1964, 230 p.

41 Dans un discours de 1954 à la Conférence des organisations internationales catholiques, le pape Pie XII rappelait ainsi que l’Église : « […] adresse aux catholiques militants un net encouragement à se regrouper sur les divers terrains de leurs activités professionnelles ou apostoliques, pour coopérer plus efficacement à la pénétration de la pensée chrétienne dans la vie internationale contemporaine », dans « International », dans Catholicisme.

42 Lorsque le thème n’est pas repris en analyse dans la partie suivante (1965-1976), les pourcentages de toutes les périodes sont donnés en cette partie.

43 « International », art. cit.

44 Les autres années le MIEC et le MIIC organisaient séparément leur assemblée plénière. Voir Ramon Sugranyes de Franch, « Pax Romana : son histoire », dans Pax Romana, 1921-1981, op. cit., p. 39.

45 Pensée chrétienne et communauté mondiale, RD 23, mai 1958, 232 p., avec la collaboration de Folliet, Lercaro, O’Neill, Pompe, Pintassilgo, Salat, Scheyen et Sugranyes de Franch.

46 Douze pages manuscrites. Il a été impossible d’identifier l’auteur, carton 55, ARMA.

47 « Un secrétariat international a été ouvert à Paris », article à soumettre à Pax Romana pour insertion dans le Journal Pax Romana, 15 février 1960, p. 1, carton 55, ARMA.

48 Le congrès de Manille était constitué de quatre temps : la réunion du MIEC, puis, celle des différents dirigeants des fédérations asiatiques, suivie de la rencontre des aumôniers sous la conduite du père Faidherbe, et enfin la réunion d’experts de confessions différentes sous la présidence d’Olivier Lacombe et les auspices de l’Unesco. Luther Evans réalisait ainsi une partie de son projet « Orient-Occident ». Voir le témoignage d’Olivier Lacombe, « Ouvertures internationales », dans Réflexion chrétienne et monde moderne, 1945-1965, RD 54, avril 1966, p. 74-76.

49 La Croix, 2 février 1960.

50 Compte rendu de la réunion du 1er février 1960, p. 5, ARMA.

51 « Christianisme et monde noir », 19-20 mars 1960.

52 Né en 1910, ancien président de l’ACJF, professeur d’économie politique à Paris depuis 1957. Il sera élu président des Semaines sociales en 1959.

53 Né en 1916, bon connaisseur de la philosophe Simone Weil, il rejoint l’équipe du père Lebret en 1946 et se spécialise à partir de 1958 dans le développement des pays sous-développés.

54 Compte rendu de la réunion du 1er février 1960, lettre circulaire du 18 février 1960, p. 2-3, carton 55, ARMA.

55 Voir Ramon Sugranyes de Franch, « 1947-1961 », dans Pax Romana 1921-1961, Fribourg, 1961, p. 29.

56 Fils du professeur André Latreille, l’abbé Jean Latreille est conseiller ecclésiastique de la Paroisse universitaire lyonnaise. Des liens de forte amitié le lient à la famille Bédarida.

57 Expression reprise dans la lettre de François Bédarida à Georges Strasser, 10 juin 1966, p. 2, ARMA.

58 François Bédarida à Georges Strasser, 17 juin 1966, p. 2, ARMA, voir Claire Toupin-Guyot, op. cit., p. 310-311.

59 Lettre du 28 juin 1966, ARMA. En 1951, Ramon Sugranyes de Franch, alors qu’il était secrétaire général du MIIC, avait été le premier à tenter de mettre un terme au conflit.

60 Renée Bédarida à Roger Dumaine, 27 février 1965, 2 p., ARMA.

61 Le SIQS rassemblait les scientifiques catholiques des différents pays membres du MIIC. Parmi les principales figures se trouvent Lucien Morren, Jean Ladrière, Claude Picard et le père Russo.

62 RD 67, janvier 1970, 249 p.

63 Le colloque de Rome (19-21 mars 1971) est axé sur l’autonomie de la science et son articulation vis-à-vis de la théologie : RD 75, mars 1972, 188 p.

64 RD 85-86, quatrième trimestre 1976, 247 p.

65 « M. Roger Millot qui avait été longtemps une cheville ouvrière de Pax Romana engagea vivement les animateurs du CUC à offrir ses cadres et ses services à une fédération française qui pourrait avoir un rôle à jouer dans le mouvement international », dans « Les origines du CCIF », art. cit., p. 18.

66 Né en 1905, spécialiste de patrologie et de théologie, il cherche à lier la théologie et la culture en une vaste réflexion. La réunion a lieu le 5 mars 1959.

67 Seule la réflexion du père Urs von Batlthasar est reprise en partie dans l’exposé de Paul Germain lors de la SIC 1959 consacrée au Mystère, dans « Science et Mystère », SIC 1959, p. 80-96.

68 « La responsabilité sociale de l’Université et de l’universitaire » est le thème de ce XXIVe congrès.

69 « L’Amérique latine face à la révolution nécessaire, interview de Monsieur l’abbé Biard, aumônier du CCIF », dans La Croix, 4 septembre 1962.

70 Liminaire, dans RD 44, octobre 1963, p. 7.

71 Abbé Biard au père Gustavo Gutierrez, 15 mai 1963, p. 1, ARMA.

72 Articles parus dans Mensaje, en décembre 1962, sous le titre : Revolucion en America latina.

73 Liminaire, art. cit., p. 9.

74 C’est à Medellin que se tient la première Assemblée de l’Épiscopat latino-américain, sous l’égide du Conseil épiscopal latino-américain. Voir « Medellin et les combats de l’Église en Amérique latine », dans Le retour des certitudes, sous la direction de Paul Ladrière et René Luneau, Le Centurion, 1987, p. 38 et sequentes.

List of illustrations

Title Répartition des thèmes de Recherches et Débats (1952-1965)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8739/img-1.png
File image/png, 168k
Title Répartition des thèmes des débats et conférences (1947-1965)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8739/img-2.png
File image/png, 174k
Title Tableaux des activités consacrées aux thèmes internationaux42
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8739/img-3.png
File image/png, 135k

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540