Version classiqueVersion mobile

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Écritures en contextes ou se déclarer librement auteure

Na Bieiris De Romans, poétesse occitane du xiiie siècle, ou le genre auctorial en question

Frédérique Le Nan

Texte intégral

  • 1 L’Art de la joie, traduit de l’italien par Nathalie Castagné, Postface d’Angelo Maria Pellegrino, P (...)

1En tant que médiéviste, il est possible d’approcher la production d’œuvres attribuées à des femmes. Et dans le cadre du programme GEDI, il nous est même devenu indispensable de faire dialoguer ces voix lointaines avec celles qui ont traversé le siècle dernier, ici et ailleurs. Commençons par citer une grande figure de la littérature italienne du xxsiècle, Goliarda Sapienza, née en Sicile en 1924 et décédée en 1996, qui parmi les invisibles de son temps fut certainement l’une de celles dont la révélation dut paraître la plus incertaine, celle aussi dont l’immense ouvrage, L’Art de la Joie1 aurait sombré dans l’oubli sans le combat audacieux de son dernier compagnon, Angelo Maria Pellegrino. Aucun éditeur n’accepta de la publier de son vivant tant elle scandalisa par son engagement politique et sa liberté d’expression. Pour autant la composition du personnage de Modesta lui prit dix ans de sa vie et lui coûta toute son énergie. Finalement, en 1998, mais deux ans après sa mort, le livre parut en Italie ; il fut traduit en français en 2005. Rendre hommage à son immense talent est désormais chose possible.

  • 2 Perrot, M., Les Femmes ou les silences de l’histoire, Paris [Flammarion, 1998], rééd. Champs/histoi (...)

2D’autres écrivaines n’eurent finalement pas cette chance… toute relative, bien sûr ! Peut-être même n’ont-elles pas imaginé qu’écrire permettrait d’être lu(e) ou qu’une signature au féminin pourrait être apposée sur un livre. La parole des femmes est culturellement une parole proférée, elle est orale, et à ces dernières est dévolue la voix du quotidien, bavarde et sans contours. A contrario c’est par l’écriture que la pensée de l’homme s’accomplit, raisonnable et construite, une pensée maîtresse d’elle-même2, rappelle en des mots très proches Michelle Perrot.

  • 3 La Curne de Sainte-Palaye, J.-B. de (1697-1781), Histoire littéraire des troubadours, publié par l’ (...)

3Il est encore des femmes dont la production semble si lointaine que les traces en sont pour ainsi dire perdues. Partons d’un nom, faute de mieux, celui de Na Bieiris de Roman (« Dame Béatrice de Romans »), et d’un court ouvrage littéraire qui lui est attribué au sein du ms. unicum, fr. 15211 T de la Bnf (xive siècle). Il s’agit d’une pièce lyrique isolée, exhumée probablement dès le xviiie et plus sûrement au xixe3 siècle, qui n’est donc pas totalement ignorée de la critique médiévistique. Ce discret poème d’amour, écrit à la première personne, a même fait l’objet d’une réception outrée, voire scandalisée tant la situation qu’il décrivait semblait inconcevable : « Elle », voix lyrique désignée comme auteure du poème, référencée au féminin, nomme textuellement non pas un destinataire, mais une destinatrice « Maria », qu’elle dit aimer de toute son âme.

Ms. Bnf fr. 15211 T, fol. 208v

  • 4 … dont il ne reste que le fragment d’une strophe incomplète provenant du ms. H. Voir à ce sujet, P. (...)
  • 5 Dans trois des principaux grands chansonniers italiens à enluminures, AIK, les trois premiers noms (...)

4Qu’il s’agisse d’une canso (chanson), un genre poétique bien constitué à l’époque qui nous intéresse, composé de quelques strophes ou coblas suivies d’un ou deux envois (ou tornadas) par une femme troubadour, le cas n’est pas rare sous cette forme semi-fixe. Elles sont au moins six à huit à s’y être exercées en Occitanie médiévale durant les xiie et xiiie siècles. Elles ont écrit des poèmes en forme de plaintes amoureuses bien versifiées, adressées à quelques amants trop légers, oublieux ou infidèles. On citera, outre le nom de Na Bieiris, ceux d’Azalais de Porcairagues, de Na Castelloza, de la comtesse de Die, de Clara d’Anduze et de Tibors de Sarenom4. On les citera dans un ordre qui n’est pas indifférent, reflétant probablement un certain degré de notoriété5. Elles ont chanté leur désir, via un « je » poétique très référencé, ont souvent, avec un orgueil non feint, décrit leurs propres mérites, regrettant de n’être pas appréciées à leur juste valeur !

  • 6 Nous devons à M. Perret cette référence sur l’homosexualité féminine dans « Travesties et transexue (...)
  • 7 Cf. à ce propos notre communication « Aux sources de l’injure sexiste et lesbophobe. Le cas d’un mo (...)

5Mais qu’une femme semblât se tourner vers une autre femme « Maria » et lui lancer sa plainte, le cas est unique, tandis que par ailleurs bien des discours cléricaux, contemporains, voire antérieurs à ce texte, se scandalisaient de telles amours. La bibliothèque municipale d’Angers possède dans ses fonds anciens le manuscrit 304 du Livre des Manières d’Étienne de Fougères6, évêque de Rennes de 1168 à 1178 et chapelain du roi d’Angleterre, Henri II Plantagenêt. C’est certainement dans ces feuillets écrits autour des années 1170 que se lisent les pires lignes destinées à stigmatiser les pratiques homosexuelles entre femmes7.

Ces dames ont trové I jeu : o dos trutennes funt un eu, sarqueu hurtent contre sarqueu,sanz focil escoent lor feu. (v. 1105-1108)

Ces dames ont trouvé un jeu : avec leur dos de dindes, elles conçoivent un œuf ( ?) ; se frottent cercueil contre cercueil (con contre con), sans tisonnier, elles attisent leur feu…

6Nous tenterons (néanmoins !) de décrire ce poème très délicat, d’en interroger les marques du genre, de rendre compte des effets que pouvait produire une critique savante consternée et partiale exerçant une influence durable, ces mêmes voix qui condamnèrent à l’oubli la Modesta de Goliarda Sapienza. Partant en l’occurrence du xiiie siècle, il nous faut en réexaminer l’esprit et l’émouvante préservation à travers les âges.

*

Traces…

Des poèmes attribués à des femmes dans l’Occitanie médiévale

  • 8 D’après l’article d’A. Rieger, « Ins e.l cor port, dona, vostra faisso. Image et imaginaire de la f (...)

7Hormis dans quelques cas, la réalisation des grands chansonniers à enluminures comme A, I, K, H, M, N s’est faite dans des ateliers laïques de Padoue à Venise entre 1280 et 12908. Les poèmes y sont consignés, accompagnés d’une petite biographie des poétesses et poètes cité.e.s (rubrique) et souvent d’une représentation iconographique (lettre historiée). Ailleurs, le précieux manuscrit français de la Bnf 844 W donne au fol. 204r-v le premier couplet francisé de la pièce A chantar… attribué à la comtesse de Die, accompagné d’une notation musicale unique. D’autres volumes confirment cette dimension stricto sensu musicale du lyrisme médiéval par quelques portées laissées vierges. Or, s’il s’agit toujours de poèmes conçus pour être chantés, on ne sait si ces poétesses notaient elles-mêmes la musique.

Un ms. singulier

  • 9 Trobairitz, soit « poétesses occitanes ». Il est de source sûre que jamais une main médiévale ne le (...)
  • 10 Voir Omont, H., Catalogue des manuscrits français. Ancien supplément français, t. III, Paris, éd. E (...)

8Le ms. Bnf fr. 15211 T fournit au fol. 208v le texte attribué à Na Bieiris de Romans. La signature de la supposée poétesse tient tout entière dans ce très simple dispositif, une rubrique discrète et sans couleur : nabieris deroman. Il n’en est pas d’autre trace. On sait du reste que l’attribution n’est jamais le signe autographe d’une quelconque revendication auctoriale, si tant est qu’elle ait pu exister au Moyen Âge, mais la marque seconde d’un scribe (probablement un homme dans ce contexte) qui, un siècle plus tard en général, accomplit le geste anthologique salvateur, indispensable à la préservation bien miraculeuse de ces ouvrages. On a souvent mis l’accent sur l’extrême écart qui existait entre le recueil des œuvres des poétesses (trobairitz9) et troubadours et la datation effective de leur production première. C’est d’autant plus vrai ici que le ms. est tardif : xive siècle, voire xve siècle pour sa partie occitane, qui ne commence qu’au fol. 68v10, au milieu d’un cahier déjà utilisé.

Visibilité ?

9La signataire de ce poème n’accède à aucune visibilité iconographique. Il n’y a pas d’image peinte qui pourrait révéler qu’à un moment de son histoire ce poème ait été destiné à entrer dans un grand manuscrit à miniatures comme il s’en composait à la même époque, en Italie du Nord, pour quelque luxueuse bibliothèque (voir A, I, K). Na Bieiris n’est pas mentionnée dans ces chefs-d’œuvre ; elle n’a pas sa place aux côtés des poétesses qui y sont représentées avec le plus grand soin quand l’artiste les dépeint souriantes, debout ou assises, de trois quarts, une main levée, l’index tendu, l’autre main dans le pli d’un drapé, vêtues de robes très droites, mais aux couleurs chatoyantes et dotées d’attributs rappelant leur appartenance à la noblesse.

Na Bieiris ?

  • 11 Renseignements pris d’après l’ouvrage de D. Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre (...)

10Faut-il d’ailleurs chercher à contextualiser l’existence supposée de ce nom d’auteur.e ? Une pratique médiévale nous y autorise, il s’agit de gloses qui introduisent les poèmes eux-mêmes dans les chansonniers déjà cités, des razos (brefs commentaires en prose) ou des vidas (biographies succinctes, également en prose). Bieiris (Béatrice) est un nom féminin, soit nomen proprium, ou nom de baptême, qui fonctionne comme première marque identitaire. Il est suivi d’un second nom procédant d’un lieu d’origine : Romans. Le fait est rare pour les femmes avant le xiie siècle11, croit-on, mais c’est un usage que par ailleurs les clercs conserveront longtemps pour eux-mêmes.

  • 12 Soit deux siècles après la période qui nous intéresse : voir les Archives municipales de Romans-sur (...)
  • 13 Na désigne une personne féminine « qualifiée », le mot s’emploie chez les anciens troubadours pour (...)

11Pour tenter d’identifier la poétesse, nous avons consulté différents registres paroissiaux, seules traces avant la Révolution française de ce qui pouvait donner lieu d’état civil. Ce fut en vain puisqu’à Romans-sur-Isère, les archives ne permettent pas de remonter au-delà de 154512. En élargissant quelque peu l’aire géographique, on note que le plus ancien document connu de ce type est le registre paroissial de Givry (1334-1357) en Saône-et-Loire, mais de toute évidence il ne livre aucune trace de l’auteure supposée. Les seules indications qui nous soient données se trouvent in fine dans la rubrique même du manuscrit (fol. 208v) : un nom et un état dans la société de son temps, celui de dame13 (Na indique que cette femme est une aristocrate).

  • 14 Dochier, J.-B., Mémoires sur la ville de Romans : suivis de l’Éloge du Chevalier Bayard, impr. par (...)

12Quant à Romans, cette petite commune de la Drôme connut quelque rayonnement au Moyen Âge pour avoir développé un commerce florissant du drap dont la renommée dura plusieurs siècles. Na Bieiris a-t-elle pu, comme ce fut le cas pour la comtesse de Die ou Marie de Ventadour, y être l’épouse, voire la veuve du seigneur qui tenait les clefs de la ville ? Il fallait pour cela qu’elle eût vécu après 1280. En effet jusqu’à cette date les puissants chanoines de la collégiale Saint-Barnard étaient les maîtres de la ville14. C’est sous leur gouvernance que la cité connut une activité économique remarquée, dont Na Bieiris tira peut-être quelques bénéfices.

  • 15 Ibid., p. 353.

13Une autre source quoique tardive (1812), ne manque pas d’intérêt. Dans Les Mémoires sur la ville de Romans : suivis de l’Éloge du Chevalier Bayard, Jean-Baptiste Dochier15 souligne combien l’art des poètes était apprécié à Romans au xiiie siècle comme à Die, au Puy et dans toute la Provence. S’y tenaient des concours de poésie.

Cependant, le goût des lettres pénétrait en Dauphiné ; les dames s’occupaient à juger des questions tendres et galantes : elles tinrent leurs cours d’amour à Romans. Soit que cette cour fût plus nombreuse, soit qu’elle fût plus ancienne, il paraît qu’elle conserva une certaine prééminence puisqu’on y appelait de jugemens rendus dans une autre cour (p. 353).

  • 16 André le Chapelain, Traité de l’amour courtois, introduction, traduction et notes par C. Buridant, (...)

14Na Bieiris aurait-elle pu y prendre part, y tenir le rôle de « Présidente », une fonction réservée à certaines femmes de la noblesse dont André le Chapelain se faisait déjà l’écho au sein du Tractatus de amore16 ? Le rayonnement culturel de la cité peut nous y faire songer. En revanche, on n’imagine guère qu’une femme de sa condition fût en mesure de diffuser, de sa seule initiative, son œuvre poétique, contrairement à Folquet de Romans, natif de la même bourgade et peut-être même son contemporain, qui semble avoir voyagé, et à propos duquel une courte biographie (ou vida) datée du xiiie siècle dit ceci :

Floquet de Romans si fo de Vianes, d’un borc que a nom Romans, bons joglars e presentiers en cortz e de gran solatz. E fo ben onratz entre la bona gen. E fez sirventes joglarescs de lausar los pros e de blasmar los malvatz.

  • 17 D’après Boutière, J. et Schutz, A. H., Biographies des Troubadours, textes provençaux des xiiie et (...)

Folquet de Romans fut du Viennois, d’un bourg qui a nom Romans ; bon jongleur, fort à son aise dans les cours, et de très aimable compagnie. Il fut très honoré dans la bonne société, pour louer les bons et blâmer les mauvais17.

  • 18 Poème attribué à un autre troubadour : N’Uc de Saint-Cirq.

15Quatre des pièces sur les douze qui lui sont attribuées nous sont parvenues, elles sont consignées dans le même ms. (T, fol. 182v-184) où se trouvent également l’unique poème de Na Bieiris et la pièce lyrique la mieux connue de la comtesse de Die18.

  • 19 Corbin, A., Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Pa (...)
  • 20 Outre quelques études très ponctuelles, des transcriptions et traductions, au sein de plusieurs ant (...)
  • 21 Mais on peut bien sûr remonter plus haut dans l’état des sources et se rappeler la mention qu’en fa (...)
  • 22 Jeanroy, A., La Poésie lyrique des troubadours [Toulouse/Paris, 1934], I, Genève, Slatkine Reprints (...)

16Confrontée à cette absence de traces que creusent plus encore les indécidables contours d’une vie, nous emprunterons à A. Corbin sa belle formule sur « l’atonie d’une existence ordinaire19 » et le propos qui suit : « Il arrive qu’un événement fortuit jette une brutale et brève lumière sur le grouillement des disparus ; qu’un individu anonyme fasse l’objet d’une enquête précise à la suite d’une catastrophe, d’une émeute ou d’un crime. Mais tout cela relève de l’exceptionnel… » C’est pourtant ce qui se passa pour la poétesse. Crime ou émeute, voilà comment fut perçu au tournant des xixe et xxe siècles le modeste poème qui suit, devenu brûlot littéraire, et l’onde de choc qu’il provoqua au sein de la petite communauté des médiévistes. Certains tentèrent en effet de mettre la lumière sur cette Na Bieiris20, mais ils le firent surtout pour écarter la scandaleuse situation énonciatrice, puisque « je » référant textuellement à Na Bieiris s’adresse, comme il a été dit, à une autre femme, Maria. Pour ne citer qu’un seul exemple21, emblématique de cette réception outrée face au saphisme supposé du poème, A. Jeanroy, déjà peu enclin à flatter les œuvres des écrivaines auxquelles il ne concédait que six pages dans La Poésie lyrique des troubadours22, répéta avec morgue l’affirmation forcée de son devancier O. Schultz-Gora :

M. Schultz-Gora a reconnu que les mots na Bieiris doivent être corrigés non en Na Biatris, mais en N’Alberis, et qu’il faut reconnaître dans ce personnage le célèbre Albéric da Romano, connu comme auteur de quelques autres vers.

  • 23 Schultz, O., op. cit. [1888], 1975, p. 28 : « Text und Orthographie nach MW. III, 331. »

17En réalité O. Schultz-Gora avait attribué ce poème à Na Bieiris, conformément à la leçon manuscrite23, mais il dut se retrancher rapidement sous le joug de ses détracteurs, moyennant un petit jeu onomastique efficace (dont il est fait mention plus haut). Or il n’y a pas d’argument scientifique pour étayer cette correction : l’attribution à Albéric da Romano est sans fondement, elle repose sur une évidente et bien approximative homophonie. Mais c’est ce geste rageur qui biffa pour longtemps toute trace de la poétesse.

  • 24 Bec, P., op. cit., p. 74.

18On tenta ensuite d’affirmer, parce que la destinatrice du fragment amoureux se nommait Maria, qu’il ne pouvait s’agir que de la Vierge Marie. Pourtant ces vers sont d’un érotisme tel qu’ils fragilisent la seconde hypothèse, tout aussi infondée que la première24.

  • 25 Voir le ms. « La Vallière », BnF fr. 22543, un chansonnier occitan : fol. 21v-22 : Contessa de Dia  (...)
  • 26 Rieger, A., art. cit., p. 74.

19Enfin, il est à se demander comment ce poème a pu se retrouver dans un manuscrit tel que le recueil T daté de 1301-1400, où le classement se fait par nom d’auteur.e dans sa partie occitane. Un volume sans art iconographique, avec une visibilité textuelle bien maussade et sans trace musicale (Entendons par là que la performance musicale censée accompagner toute forme lyrique au Moyen Âge n’est nullement attestée ici25). Nous ne savons rien de ce poème sinon qu’il semble avoir été écrit par une femme pour une autre femme. Nous nous trouvons donc dans la même situation qu’A. Rieger en 1989 quand elle regrettait tant de manquements et de telles lacunes26 :

This statement concerning none other than Bieiris shows that with regard to lesbian love in the thirteenth century one comes up against considerable difficulties of documentation, indeed that research goes round in circles.

Cette déclaration concernant nulle autre que Bieiris montre qu’en ce qui concerne l’amour lesbien au xiiie siècle, on est confronté à des difficultés considérables liées au manque de documentation, en effet cette recherche ne débouche sur rien.

D’une femme à l’autre ?

20Le « je » poétique s’adresse telle une supplication amoureuse teintée d’émotion et d’admiration à Na Maria. Le poème est une pièce très courte, composée de deux strophes suivies de deux envois, disposée dans le ms. en lignes longues. La limite des vers est marquée par des points. Les rimes sont régulières, sans accident particulier. Aucun élément ornemental ne l’accompagne.

Le poème transcrit et traduit

  • 27 Voir Bec, P., op. cit. (PB), p. 73 : E’l jòi e.
  • 28 Voir Schultz, O., op. cit., p. 28 (OS) : e l’aculhir e.
  • 29 PB : e. l’avinent s.
  • 30 OS : a. solatz
  • 31 PB et OS : l. dous c.
  • 32 Il faut lire acundanza, bien attesté au sens de « familiarité, amitié » et non cuendansa (OS et PB) (...)
  • 33 PB et OS : e.l dous e.
  • 34 PB : a. egansa
  • 35 PB et OS : v. ses c.
  • 36 PB : P. ço v.
  • 37 PB : si’us p.
  • 38 OS : m. posca
  • 39 PB : d. bella D.
  • 40 OS: us
  • 41 ai n’est pas une correction pour ni, comme le laisse supposer A. Rieger, art. cit., p. 81. Nous lis (...)
  • 42 PB: ço
  • 43 PB et OS : m. vetz s. Cette série de variantes sur les deux premières strophes seulement montre à q (...)

Na Bieiris de Roman

Na María, pretz e la fina valors,e.l gíoí27 e.l sen e la fina beutatz,
e l’acuglir28 e.l pretz e las onors,e.l gent parlar e l’avinen29 solas30,
e la doz31 cara e la gaía acundanza32,
e.l ducz33 esgart e l’amoros se[m]blan
que son en vos, don non avetz e[n]gansa34
me fan traire vas vos sis35 cor truan.

Per que36 vos prec, si vos37 platz, que fin amors
e gausiment e doutz umilitatz
me puosca38 far ab vos tan de socors
que mi donetz, bella39 dopna, si vos40 platz,
so don plus ai41 d’aver gíoí esperansa,
e car en vos aí42 mon cor e mon talen
e per vos ai tut so c’aí d’alegransa
e per vos vauc mantas ves43 sospiran.

E car beutas e valor vos enansa,
sobra tutas c’una no vos e nos denan,
vos prec, se vos plas, per so que vos es onransa
que no n’ametz entendidor truan.

Bella dopna cui pretz e gioi enanza
e gient parlar, a vos mes coblas man,
car en vos es gaessa e alegransa
e tut lo ben c’om en dona doman.

Dame Béatrice de Romans

Dame Maria, le prix et la subtile valeur,
la joie, l’intelligence et la beauté délicate,
l’accueil, le mérite et les honneurs faits aux autres
le noble langage et le charme joyeux,
le visage doux et la compagnie enjouée,
le doux regard et le maintien amoureux
qui sont en vous, dont vous n’abusez pour tromper,
m’attirent vers vous sans fausseté.

C’est pourquoi je vous supplie, s’il vous plaît, que
l’amour pur, la joie et la douce humilité
puissent faire que vous me secouriez,
belle dame, s’il vous plaît, et me donniez
ce que j’ai en joyeuse espérance d’obtenir,
car j’ai placé en vous mon corps et ma volonté
et c’est de vous que me vient toute mon allégresse,
et c’est pour vous que je soupire si souvent.

Et c’est parce que la beauté et la valeur vous
élèvent sur toutes les femmes qu’aucune ne vous ni
ne nous dépasse, je vous prie, s’il vous plaît, que
vous mettiez votre honneur à ne pas aimer un amant trompeur.

Belle dame, que le prix et la joie rehaussent,
comme le font vos paroles nobles, à vous j’adresse
mes coblas, car en vous sont gaieté, allégresse
et tout le bien que l’on attend d’une dame.

21Si le poème est bref, il ne s’agit en rien d’un fragment, mais d’un ensemble probablement complet, construit et clos, ce qu’indique la cohérence des rimes. Néanmoins son économie formelle lui confère une facture atypique qui doit être observée.

  • 44 Les exemples de strophes printanières sont emblématiques chez des poètes comme Jaufré Rudel ou Bern (...)
  • 45 Cf. notre article « La voix du poète et l’oiseau en poésie », in F. Le Nan et I. Trivisani-Moreau ( (...)

22Ce resserrement de la composition écarte d’emblée l’un des aspects les plus saillants d’une rhétorique à laquelle les poètes lyriques (troubadours) nous ont largement habitué.e.s, et que nous nommons « strophe printanière ». Ici nul incipit ne vient ouvrir le poème44. Pas de chant d’oiseau en mai autorisant le poète-amant à lancer sa plainte amoureuse, ni ruisseau, ni branchage accueillant les premières fleurs d’églantier45. Du reste, chez aucune des poétesses connues, ce procédé n’est utilisé. On repère seulement dans l’unique pièce d’Azalais de Porcairagues l’envers du motif, où l’on déplore les affres de l’hiver. La voix se lamente, les oiseaux font silence, on attendra longtemps le retour de leur chant ! Hormis ce cas, dans aucun texte il n’est fait mention du motif saisonnier. L’amour se dit in medias res, sans attente, ni intermédiaire. Mais peut-on affirmer que cette absence signe l’ouvrage d’une femme ?

23La première cobla nomme l’objet du désir, Maria, dans l’immédiateté du lien que la voix opère de « je » à « tu », et brosse par un système d’énumérations stylistiquement singulier la distinction morale de l’amante et sa beauté physique. Certes les motifs en sont attendus, mais le style ne l’est pas. À notre connaissance seul un autre poème de femme, un salut d’amour attribué à une certaine Azalaïs d’Altier fait usage d’une même structuration stylistique reposant sur l’énumération et dont l’inspiration peut-être saphique serait à prendre en considération.

  • 46 Poème cité d’après P. Bec, op. cit., p. 188, d’après V unicum, fol. 149.

Tantz salutz e tantas amors,
E tantz bens e tantas onors,
E tantas finas amistatz
E tantz gaugs com vos volrïatz,
E tantz ris e tant d’alegrièr
Vos tramet Azalais d’Altièr
A vos, Dòmna, cui ilh volria
Mais vezer que ren qu’el mon sia46

Tant de saluts et tant d’amour, tant de biens et tant d’honneurs, tant de fines amitiés et autant de joie que vous voudrez, tant de rires et tant d’allégresse vous envoie dame Azalaïs d’Altier, à vous Dame, qu’elle voudrait voir plus que personne au monde !

  • 47 Cf. à ce sujet un entretien avec les éditions Folio-Gallimard de Martine Reid, professeure à Lille  (...)

24Une fois encore la question se pose, cette économie syntaxique écartant tout autre joncteur grammatical que e « et », cc « que », ou mais, ce goût pour la juxtaposition des syntagmes, l’absence de verbe autre que celui qui ferme la cobla : me fan traire « m’attirent », l’ensemble de ces traits signent-ils l’œuvre d’une femme ? Existe-t-il d’ailleurs une écriture de femme47 ?

25Face à cette nouvelle indécision, la démarche la plus pragmatique serait de décrire au sein de ce seul poème la réalisation des marques du féminin et du masculin, et nous demander, en dehors du fait même qu’il ne constitue que la trace d’une performance orale et musicale, s’il permet d’identifier la vocalité construite d’un genre spécifique.

De « je » à « vous » ou les marques du genre

26La féminité textuelle de l’interlocutrice est assumée avec constance… et banalité : Na Maria (v. 1) est bella dopna (v. 12), Bella dopna (v. 21). Partant de ces apostrophes régulières, un portrait de femme se compose référant à des qualités abstraites qui se disent partout dans les chansonniers : joie, intelligence, beauté du visage, du corps. Néanmoins, beaucoup plus originales et inédites sont les dispositions personnelles de Maria : l’art qu’a cette femme d’accueillir autrui, l’aisance de sa parole, l’expression spontanée de son désir déjà irradiant, sa droiture en amour, sa beauté. Ce sont non seulement des qualités qui rehaussent, selon une conception toujours plus exigeante de la discipline amoureuse, mais aussi une manière d’être qui s’offre au regard et comble d’admiration. Telle une femme attentive, encline à se manifester en public, elle agit à la manière de ces Presidentes évoquées plus haut. Maria prend vie sous cette plume, là où habituellement l’objet aimé se réduit à une froide abstraction et se dérobe. En outre un mouvement se dessine autour de cette femme, celui du regard de Na Bieiris qui isole attitudes et gestes : son en vos (v. 7), vas vos (v. 8), ab vos (v. 11), en vos (v. 14), per vos (v. 15, 16). La féminité textuelle de ces occurrences est garantie par le contexte immédiat.

  • 48 Allusion est faite ici à l’ouvrage de L. Albert, P. Bruley et A.-S. Dufief (dir.), « La supplicatio (...)

27Suite à ce portrait de femme qui la distingue sobra tutas (v. 18) s’élève le temps de deux strophes la supplication d’un « moi » a priori sans grand relief, figé dans la répétition d’une même posture de requête à haut risque48 : vos prec (v. 9 et 19), si vos platz (v. 9, 12, 19). La dimension existentielle de cette voix se résume aussi à fort peu de chose : me fan traire (v. 8) « m’attirent », d’autant que me est grammaticalement épicène ; il est néanmoins la seule trace d’un « je » que nous référons à Na Bieiris sans véritable preuve, comme le fait le copiste. Quand cette voix s’entend, elle dit ne rien posséder sinon esperance. Son corps et son esprit sont au service de l’autre. Le seul acte assumé tient tout entier dans l’invention poétique et sa visée : a vos mes coblas man (v. 22) « à vous j’adresse mes vers ». Mais le fait est qu’à ce stade de l’analyse, le genre reste indécidable.

28Deux segments encore pourraient être soumis à l’examen tant leur ambiguïté générique singularise le poème.

vos prec, se vos plas, per so que vos es onransa
que no n’ametz entendidor truan.

je vous prie, s’il vous plaît, que vous mettiez votre honneur
à ne pas aimer un amant trompeur.

  • 49 Rieger, A., art. cit., p. 81.

29Ces deux vers peuvent être doublement interprétés : soit comme le souligne A. Rieger49, ils laissent supposer, les hommes étant tous inconstants en amour, qu’il est préférable de s’en détourner au profit d’un amour saphique. On peut aussi les entendre autrement : Maria ne devrait jamais s’en remettre aux amants trompeurs, ce que « lui » n’est pas.

30Dans un autre passage du poème, on retrouve la même équivoque :

car en vos es gaessa e alegransa
e tut lo ben c’om en dona doman.

car en vous sont gaieté et allégresse
et tout le bien que l’on attend d’une dame.

31Soit l’homme est d’emblée exclu du propos, puisque les qualités de Na Maria seraient celles qu’om, alias « Na Bieiris », suppose être les vertus d’une dame, de soi à soi, selon une démarche spéculaire, une connaissance intime et réciproquement féminine ? Soit ce om reste proche de sa source étymologique : hom < hominem (si tant est que le poème puisse être daté du xiiie, voire du xiie siècle), au profit d’un genre masculin. Quoi qu’il en soit, en une sorte de confrontation sous l’angle du genre, il ressort de ces vers que de profondes qualités morales sont prêtées à la femme quand l’homme ainsi décrit se révèle être un entendidor truan !

  • 50 Schultz, O., op. cit. [Leipzig, 1888], 1975, p. 28.

32Plus opportune selon nous est la nécessité d’un retour à la source manuscrite, car les éditions successives posent de trop nombreuses variations interprétatives et les vers 16-17, qui présentent une réelle difficulté de lecture, sont à réexaminer. O. Schultz, en véritable pionnier, en fit la transcription suivante50 :

E car beutatz e valor vos enansa
subra totas, qu’una no.us es denan…

33Le texte fut repris tel quel longtemps après, successivement par A. Rieger et par P. Bec, qui le traduisit ainsi : « Et puisque votre beauté et votre valeur vous élèvent au-dessus de toutes les femmes, et qu’aucune ne vous surpasse… » Or nous pouvons lire autrement ce vers 17, qui de toute évidence est corrompu : la dernière lettre du mot qui précède denan est corrigée par surcharge en s ou f, elle est suivie d’un blanc résultant d’un probable grattage (un léger relief, trace de l’intervention est perceptible au dos du feuillet).

sobra tutas c’una no vos e no.s denan, [nos es]

  • 51 Anglade, J., Grammaire de l’ancien provençal ou ancienne langue d’oc, phonétique et morphologie, Pa (...)

34Partant de cette nouvelle transcription tous les signes graphiques se trouvent restitués et il s’avère après contrôle que l’enclise de nos es est possible51. Elle est même indispensable pour éviter la présence d’une syllabe surnuméraire. Quant à la locution es denan, elle désigne « ce/celle ou celui qui est en avant, qui est au devant, qui surpasse ». Sous l’angle du sens, la modification est déterminante puisque désormais la conjointure du vos et du nos par ce e « et » pose en une égale distribution les deux protagonistes, référé.e.s à un même féminin textuel. Si notre lecture est juste, « je » se dit femme et se hisse à la hauteur de « tu » sobra tutas, pour s’inscrire dans le cercle très étroit et spéculaire de celles que l’on ne peut surpasser. La traduction serait alors : « Et puisque votre beauté et votre valeur vous élèvent au-dessus de toutes les femmes, et qu’aucune ne vous ni ne nous dépasse… » Une marge d’incertitude demeure et nous ne pourrons certainement jamais la réduire.

  • 52 « Le poème peut-il être le lieu de l’absence du genre ? » pour reprendre les mots du dernier appel (...)

35Le poème est donc en l’état actuel des choses le lieu d’une indécidabilité, d’une fluidité, d’une « porosité » du genre, voire d’une neutralisation de l’opposition masculin/féminin (dont la langue médiévale a tout à fait l’usage). Mais pourquoi devrait-il être ce territoire d’une telle indifférenciation, quand la lyrique fait une place majeure à la structuration générique52 ? Dans 98 % des cas, sont attendues et entendues une énonciation au masculin puis la désignation d’une destinatrice « tu ». À l’inverse, si ce sont des femmes qui écrivent (soit 2 %), leur féminité est largement affirmée, voire revendiquée. Les poèmes dans leur grande majorité ne laissent aucun doute sur le genre dans le texte.

  • 53 Voir sur ce sujet l’art. cité de M. Perret soulignant les liens qu’entretiennent travestissement et (...)
  • 54 D. Lett (op. cit., p. 91) cite plusieurs cas où à la fin du Moyen Âge un auteur prête sa voix à une (...)
  • 55 Gui d’Ussel en fit les frais. Il est vrai que malgré son état clérical – Gui était chanoine de Brio (...)

36Supposons brièvement qu’un homme ait écrit ce poème et qu’il s’agisse d’une simple erreur ? Poser cette hypothèse a été le réflexe immédiat de la critique universitaire confrontée à l’insupportable situation de devoir rendre hommage à une main de femme. Le copiste a mal indiqué le nom de l’auteur, une inadvertance est toujours possible, il est vrai, puisqu’il se trompe ailleurs, et donne Uc de Saint-Cirq pour l’auteur d’un poème bien connu de la comtesse de Die. Mais dans ce cas l’erreur ( !) est aisément vérifiable. Supposons encore qu’un homme ait écrit ce poème en endossant sciemment le nom d’une femme. Il faudrait alors parler d’un cas rarissime de travestissement53, où l’auteur non seulement lui prêterait sa voix54, mais encore se cacherait sous une attribution féminine. Pourquoi le faire ? Pourquoi s’y résoudre en effet quand les contraintes sociales sont si radicales et la réprobation de l’Église si profondément ancrée à l’égard de l’écriture poétique (y compris masculine55) et de la sexualité ? Ce poème quoique érotique n’est pas franchement inquiétant et ne mérite peut-être pas l’effort d’un tel masquage.

Indécidable ou indicible ?

37Enfin dans un mouvement contraire de la pensée, on envisagera que cette apparente neutralisation linguistique du genre aura peut-être permis au poème d’exister, tel un acte de protection, au profit d’un travestissement qui opère non pas du féminin vers le masculin, mais du féminin vers le neutre. Cette hypothèse de travail rend non seulement hommage à la singularité du poème, mais elle l’inscrit encore dans un contexte moral et sociétal dont il est nécessaire de rendre compte.

  • 56 Entrée « travestissement » TLFi.

38Le travestissement suppose la construction d’une « apparence trompeuse donnée à un écrit, une œuvre56 » (1651) qui pourrait agir comme réponse à l’homosexualité supposée du message poétique, une sorte d’aménagement. L’effacement énonciatif repéré plus haut aurait donc pour vocation de libérer l’expression du désir, là où « Nature » impose une polarisation du masculin et du féminin. Cet aveu d’amour s’accomplirait alors sous couvert d’une double action secrète, si nous admettons le principe qu’il se produit un transfert de l’identité auctoriale dans la fiction : celle du « dire je » en neutralisant le référent féminin afin de gagner néanmoins le territoire admis de la fin’amor, celle du « penser je » au féminin cette fois selon l’expression d’un désir lesbien en utilisant néanmoins des termes proches de tout ce qui se lit dans le corpus des troubadours. Ce faisant le travestissement permettrait de dépasser l’insurmontable interdit.

  • 57 Cf. Le Corrector sive Medicus de Burchard de Worms (1000-1025), présentation, traduction et comment (...)
  • 58 Étienne de Fougères, Le Livre des Manières, éd. par R. Anthony Lodge, Genève, Droz, coll. « Textes (...)
  • 59 Li Livres de jostice et de plet, publié pour la première fois d’après le ms. unique de la Bibliothè (...)
  • 60 Pour une bonne mise au point historique sur les relations entre personnes du même sexe, voir Lett,  (...)

39À ce stade de notre réflexion nous touchons, comme il a été dit plus haut, à l’indicible de certaines pratiques au Moyen Âge. Tout porte à croire que la mise à nu du désir d’une femme pour une autre femme y reste impensable et n’a fait l’objet d’aucun écrit. Pour autant il s’en repère sous les plumes successives de Burchard de Worms (865-1025), auteur du plus ancien Pénitentiel connu : Le Corrector sive Medicus (Le Correcteur ou le Médecin) incorporé dans le Decretum (« recueil de textes normatifs concernant la vie et la discipline de l’Église57 »), et d’Étienne de Fougères, Le Livre des Manières58 (vers 1170), les deux ouvrages les plus saillants selon nous, auxquels on ajoutera Li Livres de jostice et de plet59 (anonyme) (1260) afin de produire un semblant de contextualisation pour ce poème isolé60. Trois extraits peuvent être cités, dont le premier tiré du 19e livre du Pénitentiel.

  • 61 Le Corrector sive Medicus, op. cit., trad. par F. Gagnon, p. 142.

156 : As-tu fait ce que certaines femmes ont l’habitude de faire : lorsqu’elles veulent éteindre le désir sexuel qui les tourmente, elles s’unissent comme si elles devaient et pouvaient s’accoupler ; elles unissent mutuellement leurs parties génitales et par ce frottement elles désirent éteindre leur envie ? Si oui, tu feras pénitence trois fois quarante jours au pain et à l’eau61.

  • 62 Langlois, Ch.-V., La Vie en France au Moyen Âge d’après quelques moralistes du temps, 1re édition, (...)

40Dans Le Livre des Manières, les vers tirés du dernier chapitre, consacré aux femmes mauvaises et bonnes, contient des propos d’une crudité et d’une injure telles que Ch.-V. Langlois pensa qu’ils n’avaient pu être écrits par un clerc62 ! Une strophe suffira.

Il ne sunt pas totes d’un molle :
l’une s’esteit et l’autre crosle,
l’une fet coc et l’autre polle,
et chascune meine son rosle. (strophe 281, v. 1121-1124)

  • 63 Le texte du Livre des Manières et la traduction sont donnés d’après l’édition de J. T. E. Thomas, o (...)

Elles ne sont pas toutes du même moule :
l’une se tient tranquille et l’autre remue,
l’une fait le coq et l’autre la poule,
chacune tenant ainsi son rôle63.

41Enfin dans le traité de justice ou Livre de jostice et de plet, il est dit :

  • 64 Li Livres de jostice et de plet, op. cit., p. 280, § 22.

Feme qui le fet doit a chescune foiz perdre menbre, et la tierce doit estre arsse. Et toz leur biens sont le roi64.

  • 65 Nous traduisons.

Femme qui fait ça doit à chaque fois perdre un membre, et la troisième fois, elle doit être brûlée. Tous ses biens sont ensuite légués au roi65.

42C’est sans surprise que ces textes dont l’existence est néanmoins précieuse, jugent avec une extrême sévérité des pratiques dont la réalité est connue aux dates supposées de la rédaction du poème. Comment dans un tel contexte moral et judiciaire, un poème de la sorte pourrait-il prendre place sans travestissement au sein d’un chansonnier ? Comment son auteur.e pourrait-il/elle ne pas être inquiété.e, tant cette pratique et/ou son évocation littéraire sont criminalisées dès les premiers écrits ?

*

  • 66 Bard, Ch., op. cit., p. 16.

43Quoi qu’il en soit, longtemps a-t-on pensé que la production littéraire médiévale se déclinait au masculin, en vertu d’une conception traditionnelle qui devait indéniablement animer cette société des xiie et xiiie siècles. Il est vrai que plus qu’ailleurs en Occident « … classe et genre [y] fondèrent un rapport de domination66 ». Il suffit pour s’en convaincre de consulter les différents chapitres du Livre des Manières (supra) et de reconnaître que les femmes n’y sont évoquées (cette évocation est néanmoins remarquable en soi) qu’après les clercs, les rois, chevaliers, paysans et bourgeois ! Tout cela est vrai, n’était la trace effective de quelques noms de poétesses au sein des tables qui ouvrent les chansonniers, au sein des rubriques qui les présentent, des vidas qui rendent hommage à leur existence supposée, grâce à la présence effective de poèmes, dont ce dernier, dans lesquels leur voix exigeante s’adresse à un amant, peut-être à une amante. Ces œuvres nous sont parvenues.

44Ainsi se fait jour une attestation différente de leur production, si nous nous donnons la peine d’explorer notre héritage littéraire, sertie dans le cas extrême de Na Bieiris d’une neutralisation très exceptionnelle des marqueurs linguistiques les plus apparents et compte tenu du fait que l’on ne sait rien d’elle. Pourtant, en vertu du faisceau de relations évoquées plus haut, en raison même de l’activité encore sensible des traces relevées sous l’effet d’un travestissement probable du langage amoureux dans ce poème, nous admettrons ici qu’il s’agit d’une voix de femme.

Notes

1 L’Art de la joie, traduit de l’italien par Nathalie Castagné, Postface d’Angelo Maria Pellegrino, Paris, éd. Viviane Hamy, 2005. Titre original L’Arte della Gioia, éd. Angelo Maria Pellegrino, 1998.

2 Perrot, M., Les Femmes ou les silences de l’histoire, Paris [Flammarion, 1998], rééd. Champs/histoire, 2001, p. 17.

3 La Curne de Sainte-Palaye, J.-B. de (1697-1781), Histoire littéraire des troubadours, publié par l’abbé Millot, Claude-François-Xavier (1726-1785), 1774, p. 379, Genève, Slatkine reprints, 1967 ; Schultz, O., Die provenzalischen Dichterinnen, Biographien und Texte [Leipzig, 1888], Genève, Slatkine reprints, 1975, p. 28. Chez les premiers auteurs cités, seuls le nom et le contenu du poème sont mentionnés. Dans le second ouvrage, il s’agit de la première édition critique du poème.

4 … dont il ne reste que le fragment d’une strophe incomplète provenant du ms. H. Voir à ce sujet, P. Bec, Chants d’amour des femmes-troubadours, Paris, Stock/Moyen Âge, p. 111.

5 Dans trois des principaux grands chansonniers italiens à enluminures, AIK, les trois premiers noms apparaissent toujours dans le même ordre. Voir à ce sujet A. Rieger, « Ins e.l cor port, ona, vostra faisso. Image et imaginaire de la femme à travers l’enluminure dans les chansonniers de troubadours », in Cahiers de civilisation médiévale, 28, Poitiers, CESCM, Université de Poitiers, 1985, p. 393.

6 Nous devons à M. Perret cette référence sur l’homosexualité féminine dans « Travesties et transexuelles : Yde, Silence, Grisandole, Blanchandine », in Romance Notes, University of North Carolina at Chapell Hill, 1984-85 (25), p. 328. Voir dans le ms. 304 (295) du fonds de la Bibliothèque municipale d’Angers, les fol. 147d à 149a, les strophes consacrées aux femmes « bonnes ou mauvaises » et plus particulièrement le fol. 148d ; dans l’édition d’A. Lodge, Genève, Droz S. A., 1979, lire les vers 1097 à 1128.

7 Cf. à ce propos notre communication « Aux sources de l’injure sexiste et lesbophobe. Le cas d’un moraliste français du xiie siècle, Étienne de Fougères », Journée d’étude, Injures sexistes et LGBT-phobes, organisée à Angers le 14 novembre 2014, Maison de la recherche Germaine Tillion, dans le cadre du programme régional GEDI (dir. Ch. Bard).

8 D’après l’article d’A. Rieger, « Ins e.l cor port, dona, vostra faisso. Image et imaginaire de la femme à travers l’enluminure dans les chansonniers de troubadours », art. cit., p. 385-405 ; et celui plus récent de Martine Jullian, « Images de Trobairitz », in CLIO. Histoire, femmes et sociétés, éditions Belin, 25, 2007, p. 155-173. Consultation Clio.revues.org/3231, p. 3 ; et M. Careri, Il canzoniere provenzale H (Vat. Lat. 3207). Stuttura, contenuto e fonti, Modène, Panini, 1990.

9 Trobairitz, soit « poétesses occitanes ». Il est de source sûre que jamais une main médiévale ne les aura désignées ainsi. Une seule attestation se trouve dans Roman de Flamenca (xiiie siècle) pour décrire les talents d’une servante qui sait trouver un bon mot, une bonne réplique et sortir de l’embarras sa maîtresse. L’ouvrage critique d’O. Schultz (op. cit. [1888], 1975) est le premier à utiliser ce rarissime vocable féminin pour désigner des poétesses.

10 Voir Omont, H., Catalogue des manuscrits français. Ancien supplément français, t. III, Paris, éd. E. Leroux, 1896, p. 329 ; Raynouard, F. J. M., Choix des poésies originales des troubadours, Paris, F. Didot, 1817, t. II, p. clix : « Les 68 premiers feuillets contiennent une partie du roman de Merlin en français. Au verso du feuillet 68, commencent les pièces en langue romane. Au feuillet 89, le texte est d’une écriture plus ancienne et plus belle jusqu’au feuillet 111, après lequel l’écriture est à-peu-près la même qu’au commencement du texte qui est difficile à lire et très souvent fautif ». Voir Jeanroy, A. (Bibliographie sommaire des chansonniers provençaux [Paris, Champion, 1916], rééd. 1966, p. 15-16), qui signale que les deux mains semblent italiennes. On note aussi que seule la partie occitane du recueil présente les pièces et coblas rangées par auteurs. Le ms. de petit format provient de Lesdiguières, non loin de Romans-sur-Isère, a probablement appartenu à J. N. de Caumont, académicien, et descendant au xviiie siècle d’une maison du midi de la France. Puis il fut vendu à la librairie Rigolet de Lyon en 1759 avant de rejoindre les collections de la Bibliothèque Nationale.

11 Renseignements pris d’après l’ouvrage de D. Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre xiie-xve siècle, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2013. Mais ajoutons que Christine de Pizan naît à Venise et porte le nom de son père Thomas de Pizan, natif de Bologne. Les usages ont changé. Le nom de Christine est un nom hérité, de « famille ».

12 Soit deux siècles après la période qui nous intéresse : voir les Archives municipales de Romans-sur-Isère ; Registre des baptêmes et sépultures, paroisse Saint-Barnard, 1545-1678. Quant au registre paroissial de Givry, il est en effet le plus ancien document conservé à ce jour qui puisse offrir quelque renseignement sur l’existence et l’état civil d’une personne. Du Moyen Âge à la Révolution, seuls ces registres recensaient l’existence d’un individu.

13 Na désigne une personne féminine « qualifiée », le mot s’emploie chez les anciens troubadours pour introduire un prénom. Il résulte d’une contraction de domina, d’où domna et na par la suppression de dom. Cf. le Dictionnaire provençal-français de S. J. Honnorat, Digne, 1847, t. II, p. 698ab. La contraction se fait en n devant une voyelle. S. J. Honnorat cite également en < mossen « dont il est l’abrégé, équivalent de na devant un nom propre employé pour seigneur » (t. II, p. 38a).

14 Dochier, J.-B., Mémoires sur la ville de Romans : suivis de l’Éloge du Chevalier Bayard, impr. par Jacques Montal, Valence, 1812, p. 45-47.

15 Ibid., p. 353.

16 André le Chapelain, Traité de l’amour courtois, introduction, traduction et notes par C. Buridant, chap. vii.

17 D’après Boutière, J. et Schutz, A. H., Biographies des Troubadours, textes provençaux des xiiie et xive siècles [1950], édition refondue, augmentée d’une traduction française, d’un appendice, d’un lexique, d’un glossaire et d’un index des termes concernant le « trobar » par J. Boutière avec la collaboration d’I. M. Cluzel, coll. « Les classiques d’oc », vol. 1, Paris, Nizet, 1964, p. 503 (mss : A 210, H 51, I 189, K 175) (notre traduction). Folquet semble avoir vécu dès la seconde moitié du xiie siècle.

18 Poème attribué à un autre troubadour : N’Uc de Saint-Cirq.

19 Corbin, A., Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998, p. 7.

20 Outre quelques études très ponctuelles, des transcriptions et traductions, au sein de plusieurs anthologies et ouvrages sur les trobairitz, citons l’unique article sur ce sujet d’Angelica Rieger, daté de 1989 : « Was Bieris de Romans Lesbian ? Women’s Relations with Each Other in the World of the Troubadours », qui dénonce le peu d’intérêt littéraire du poème, in W. D. Paden (dir.), The Voice of the Trobairitz : Perspectives on the Women Troubadours, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1989 ; certainement le premier ouvrage collectif important sur ces corpus. Voir également P. Bec, Burlesque et obscénité chez les troubadours. Le contre-texte au Moyen Âge, Paris, Stock/Moyen Âge, 1984, p. 199-200.

21 Mais on peut bien sûr remonter plus haut dans l’état des sources et se rappeler la mention qu’en fait J.-B. de La Curne de Sainte-Palaye, op. cit. [1774], p. 379, où il cite Na Bierris de Roman en des termes très consensuels : « Elle loue une autre dame dans une pièce, où elle semble parler au nom d’un amoureux qui fait sa déclaration d’amour. »

22 Jeanroy, A., La Poésie lyrique des troubadours [Toulouse/Paris, 1934], I, Genève, Slatkine Reprints, 1998, p. 311-317. Voir ses quelques notes additionnelles reprises d’un article antérieur et placées à la suite d’un chapitre sur la décadence de la poésie courtoise. Cette attribution est sans fondement. Lire Schultz, O., Zeitschrift fur romanische Philologie, 1891, XV, p. 234-235.

23 Schultz, O., op. cit. [1888], 1975, p. 28 : « Text und Orthographie nach MW. III, 331. »

24 Bec, P., op. cit., p. 74.

25 Voir le ms. « La Vallière », BnF fr. 22543, un chansonnier occitan : fol. 21v-22 : Contessa de Dia ; fol. 101 : Na Gormanda de Montpellier.

26 Rieger, A., art. cit., p. 74.

27 Voir Bec, P., op. cit. (PB), p. 73 : E’l jòi e.

28 Voir Schultz, O., op. cit., p. 28 (OS) : e l’aculhir e.

29 PB : e. l’avinent s.

30 OS : a. solatz

31 PB et OS : l. dous c.

32 Il faut lire acundanza, bien attesté au sens de « familiarité, amitié » et non cuendansa (OS et PB). Cf. le Dictionnaire de l’occitan médiéval, fasc. 2 (consultation en ligne), entrée : acoindansa. Une même occurrence se trouve chez Na Casteloza : « De baisar o d’acoindança » (v. 30) dans le poème Mout avetz fach lonc estatge, d’après P. Bec, op. cit., p. 85, d’après le ms. A.

33 PB et OS : e.l dous e.

34 PB : a. egansa

35 PB et OS : v. ses c.

36 PB : P. ço v.

37 PB : si’us p.

38 OS : m. posca

39 PB : d. bella D.

40 OS: us

41 ai n’est pas une correction pour ni, comme le laisse supposer A. Rieger, art. cit., p. 81. Nous lisons ai.

42 PB: ço

43 PB et OS : m. vetz s. Cette série de variantes sur les deux premières strophes seulement montre à quel point d’une édition à l’autre le texte a été diversement lu et compris. Ce constat impose un retour au manuscrit.

44 Les exemples de strophes printanières sont emblématiques chez des poètes comme Jaufré Rudel ou Bernart de Ventadour.

45 Cf. notre article « La voix du poète et l’oiseau en poésie », in F. Le Nan et I. Trivisani-Moreau (dir.) Bestiaires. Mélanges en l’honneur d’Arlette Bouloumié, Nouvelles Recherches sur l’Imaginaire, Angers, Presses universitaires d’Angers, 2014, p. 97-110.

46 Poème cité d’après P. Bec, op. cit., p. 188, d’après V unicum, fol. 149.

47 Cf. à ce sujet un entretien avec les éditions Folio-Gallimard de Martine Reid, professeure à Lille III (http://www.folio-lesite.fr/Folio/actualite.action?idActu=177): « Pendant longtemps, les hommes de lettres ont dit qu’il y avait une écriture féminine (un style, des sujets, des genres féminins), et, le plus généralement, les femmes l’ont pensé et ont revendiqué cette différence. On ne trouve que de rares exceptions à cette façon de voir : George Sand a refusé de faire de la littérature “de femme” (ce que rappelle le choix d’un pseudonyme masculin), Rachilde de son côté s’est toujours présentée comme un “homme de lettres”. Dans les années 1960, sous l’influence d’un féminisme militant, certaines femmes écrivains ont fait valoir le principe de “l’écriture-femme” et ont résolument fait entendre leur différence. Toutefois ce courant est demeuré minoritaire. Aujourd’hui, la question n’est pas “résolue” ; à mon sens, et sauf exception, elle s’est plutôt dissoute dans une manière autre, plus libre et plus personnelle, de faire de la littérature. »

48 Allusion est faite ici à l’ouvrage de L. Albert, P. Bruley et A.-S. Dufief (dir.), « La supplication : un langage à haut risque », in La Supplication. Discours et représentation, Rennes, P, coll. « Interférences », 2015, p. 9.

49 Rieger, A., art. cit., p. 81.

50 Schultz, O., op. cit. [Leipzig, 1888], 1975, p. 28.

51 Anglade, J., Grammaire de l’ancien provençal ou ancienne langue d’oc, phonétique et morphologie, Paris, Klincksieck, 1921, p. 213-214 : Voir les cas de vers lo => vel, sus lo => sul.

52 « Le poème peut-il être le lieu de l’absence du genre ? » pour reprendre les mots du dernier appel à projet (daté du 31 octobre 2013) de la revue, Le Pan poétique des muses.

53 Voir sur ce sujet l’art. cité de M. Perret soulignant les liens qu’entretiennent travestissement et homosexualité.

54 D. Lett (op. cit., p. 91) cite plusieurs cas où à la fin du Moyen Âge un auteur prête sa voix à une ou plusieurs femme.s. Mais du Decameron de Boccace (xive siècle) aux Quinze joies de mariage (première moitié du xvsiècle) en passant par l’Evangile des Quenouilles (dernier tiers du xve siècle), il s’agit toujours de personnages de fiction, ce qui ne permet en rien de supposer un transfert de l’identité auctoriale.

55 Gui d’Ussel en fit les frais. Il est vrai que malgré son état clérical – Gui était chanoine de Brioude et de Montferrand –, il aima bien des femmes, sans grand succès d’ailleurs, avant de se voir sommé par le légat d’y renoncer comme à la poésie : « Mas lo legatz del papa li fetz jurar que mais non fezes cansos. E perli laisset lo trobar e.l cantar » (Boutière, J. et Schutz, A. H., Biographies des troubadours, textes provençaux des xiiie et xive siècles, op. cit., p. 203-204, note 4).

56 Entrée « travestissement » TLFi.

57 Cf. Le Corrector sive Medicus de Burchard de Worms (1000-1025), présentation, traduction et commentaire ethno-historique par F. Gagnon, mémoire présenté à la Faculté des études supérieures en vue de l’obtention du grade de Maître ès arts en histoire, soutenu à l’université de Montréal, 2010.

58 Étienne de Fougères, Le Livre des Manières, éd. par R. Anthony Lodge, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », n° 275, 1979. Ouvrage publié pour la première fois d’après le ms. unicum 304 (205) de la Bibliothèque d’Angers, par F. Talbert, Paris, Thorin, Angers, Barassé (université libre d’Angers), 1877. Une nouvelle édition est parue récemment : Étienne de Fougères, Le Livre des Manières, édité, traduit et annoté par J. T. E. Thomas, Paris-Louvain, Peeters, 2013.

59 Li Livres de jostice et de plet, publié pour la première fois d’après le ms. unique de la Bibliothèque Nationale par L. N. Rapetti, Paris, Firmin Didot, 1850.

60 Pour une bonne mise au point historique sur les relations entre personnes du même sexe, voir Lett, D., op. cit., p. 185-188 et sur les pratiques entre femmes, p. 192-194.

61 Le Corrector sive Medicus, op. cit., trad. par F. Gagnon, p. 142.

62 Langlois, Ch.-V., La Vie en France au Moyen Âge d’après quelques moralistes du temps, 1re édition, 1908, p. 26, note 2 : « Il me semble que les cinq quatrains qui suivent […] très inutiles, d’une obscénité choquante, d’un ton goguenard et amusé qui jure singulièrement avec le contexte – et qui, quelle que fût la liberté du temps, auraient été plus que singuliers sous la plume d’un évêque, – ont tous les caractères d’une addition au texte primitif. » Au sujet de ce passage du Livre des Manières, cf. notre contribution à la Journée d’étude précédemment citée : Injures sexistes et LGBT-phobes (14 nov. 2014).

63 Le texte du Livre des Manières et la traduction sont donnés d’après l’édition de J. T. E. Thomas, op. cit., p. 90-91.

64 Li Livres de jostice et de plet, op. cit., p. 280, § 22.

65 Nous traduisons.

66 Bard, Ch., op. cit., p. 16.

Table des illustrations

Légende Ms. Bnf fr. 15211 T, fol. 208v
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/87380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search