Version classiqueVersion mobile

Voix de femmes dans le monde

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Andrea Brünig
, 
Catherine Pergoux-Baeza

Introduction

Frédérique Le Nan

Texte intégral

« Voix de femmes »

  • 1 Planté, Ch., La Petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, postface [1989], Lyon, Presses un (...)

1L’appellation de notre programme « Voix de femmes » n’est-elle pas un piège ? N’exclut-elle pas d’emblée la voix de l’homme, des hommes en général, au sein même du champ du littéraire que nous nous proposons d’explorer, comme le divisant par deux ? Ne sous-entend-elle pas surtout qu’il existe une catégorie naturelle et immuable, essentielle quoique seconde et mineure, aux marges de cet autre masculin, en une hiérarchisation dont jamais on ne parviendra à inverser « la polarité des valeurs », rappelle Ch. Planté1 ? Une catégorie littéraire à part, une anomalie au regard des Belles Lettres et de ses normes. Ne pourrait-on pas encore lui objecter combien elle semble ne vouloir prendre en compte que ce que pensent, disent, écrivent les femmes en général, en dépit des très grandes fluctuations des textes et des contextes ?

2Pourtant, en littérature comme ailleurs, la voix souvent précède le texte, elle est aussi ce qui affleure de l’ouvrage fixé par l’écriture ; elle n’assure en rien le sexe du/de la signataire. Même déclarée féminine par un je clairement référencé, elle n’apporte nullement la preuve que l’ouvrage en question n’est pas de la main d’un homme. Gageons cependant qu’elle nous intéressera surtout quand elle vient attester une diction féminine, un phrasé au féminin. Tel est notre propos. De surcroît, si la revendication auctoriale est là, du côté de la femme, c’est tant mieux !

  • 2 Ibid., p. 314.
  • 3 Ibid., p. 318.

3Pourquoi un tel parti pris ? Parce que l’histoire littéraire n’est jamais parvenue à « propos[er] une vision dégagée des préjugés sexistes et permettant de comprendre la persistance de ces préjugés2 ». Parce que la création des femmes et pas seulement littéraire n’a pas toute sa place dans les institutions universitaire et scolaire. Parce que « les discours de dévalorisation et de minoration3 » continuent d’entretenir l’ignorance et l’oubli, quant à leurs œuvres, etc.

  • 4 Bard, Ch., « Une Préférence pour l’histoire des femmes », Le genre comme catégorie d’analyse. Socio (...)

4L’appellation « Voix de femmes » présente encore bien d’autres avantages. Tout en lui reconnaissant une valeur affective, on ne lui déniera pas une dimension intellectuelle en suivant les propos de Ch. Bard dans « Une préférence pour l’histoire des femmes4 », et qui avançait dès 2003 une intéressante mise au point sur l’usage en histoire des concepts de genre, d’histoire des femmes, voire d’histoire féminine ou féministe. Si les débats dont elle témoigne furent houleux parmi les historiennes, aujourd’hui le choix du concept de genre l’a emporté dans ses propres travaux comme ailleurs, ce qui inscrit en faux notre appellation.

  • 5 Boehringer, S. et Sébillotte Cuchet, V. (dir.), Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romain (...)
  • 6 Id.
  • 7 Id.
  • 8 Cf. Planté, Ch., La Petite soeur de Balzac, op. cit., p. 330.

5Dans l’ouvrage récemment paru et déjà cité, Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine. Le genre : méthode et documents5, S. Boehringer et V. Sébillotte Cuchet s’en font aussi les porte-parole. « Le terme de “femme” est politique6. » Même au pluriel il touche beaucoup trop à la différence des sexes et ne tient pas compte de la réflexion existentialiste du milieu du xxe siècle dont les thèmes prouvent à eux seuls qu’il ne saurait être question d’essence, de nature, mais plus exactement de processus, de constructions multiples et labiles selon les époques et les contextes. La tâche des historiennes serait alors d’en montrer les variations, de les traquer inlassablement et de prendre en compte le concept indispensable de la liberté individuelle. La méthode du genre, expliquent-elles, « c’est […] étudier comment ces caractéristiques [féminin/masculin] s’élaborent, comment les représentations évoluent7 ». En ce sens, la littérature au sein de quoi tout n’est que construction (nous y reviendrons8) devrait prendre une place très particulière et se faire le support privilégié des études de genre.

Alors pourquoi « Voix de femmes » ?

  • 9 Bard, Ch., art. cit., p. 104.
  • 10 Planté, Ch., La Petite sœur de Balzac, op. cit., p. 336.
  • 11 Les choses avancent néanmoins. On se référera au programme européen, le COST Women Writers in Histo (...)

6Parce que « femmes » clarifie : l’appellation a le mérite de « mettre en évidence des sujets de l’histoire (et de l’histoire littéraire) longtemps niés comme tels9 ». C’est aussi refuser d’adhérer aux discours critiques fondamentalement masculins, faute de représentation féminine du côté des sociétés savantes avant les années 50. C’est tenter de cerner chez ces derniers la force du présupposé quant à l’impossibilité d’être femme et auteure, la puissance des préjugés les plus en vogue au tournant des xixe et xxe siècles, période effective qui ne concède aux écrivaines le droit de s’accomplir que dans quelques genres littéraires divertissants, sentimentaux et privés. Sous couvert d’un genre des genres10 se trouvent alors privilégiés l’écriture épistolaire, le journal intime et le « petit » roman. Ainsi renvoyée à la marge des grandes œuvres, cette production a tout pour devenir une littérature féminine voire une littérature « culinaire ». Pensons à l’immense et méconnu corpus des quatre cents romancières allemandes du xviiie siècle durant les Lumières qu’étudie Andrea Brünig, le plus souvent édité au prix d’une véritable auto-censure, allant de l’anonymat au pseudonymat, de noms d’emprunt à celui de l’époux, souvent écrivain lui-même11.

  • 12 Voir Bard, Ch. et Le Nan, F. (dir.), Les Marques du genre, à paraître aux éditions du CNRS, 2018.
  • 13 Planté, Ch., La Petite sœur de Balzac, op. cit., p. 17 ; et du même auteur, « Genre, un concept int (...)
  • 14 Jusque dans la sphère publique. On se souviendra de la récente pétition lancée par l’université de (...)

7« Voix de femmes » voudrait ainsi apporter une visibilité effective à nos travaux, quand le vocable genre se maintient en français, et ce en dépit des efforts importants de clarification, face à une délicate polysémie (F. Thébaut, Ch. Bard, Ch. Planté, S. Boehringer, etc.). Il n’en demeure pas moins qu’il faut à chaque emploi préciser, comme en une note infrapaginale indispensable, que genre ne désignera ni la catégorie d’espèce (genre/espèce humain.e) qui est sa valeur prépondérante12, ni le genre littéraire comme peuvent l’être le théâtre ou la poésie, ni le sexe supposé de celui qui signe l’œuvre dans le champ du littéraire, mais qu’il prend le sens de « ce que les sociétés font du sexe13 » ? Ne faut-il pas inlassablement expliquer qu’à l’université, il vise une méthode d’analyse14, devenue la nôtre, prenant acte des discours normatifs autour du masculin et du féminin, pour mieux en révéler les constructions et engager une réflexion sur la fluidité (littéraire en l’occurrence) de leurs représentations.

8À cette polysémie s’ajoute, qui plus est, et comme par effet contraire, le risque d’une banalisation. Tout n’est-il pas genre ? redoutait, il y a dix ans déjà, Ch. Planté, nous renvoyant au risque d’un académisme naissant, puisque le mot allait rapidement recouvrir, comme par évidement sémantique, les nuances de sens que pouvaient apporter les notions de sexe, femme (s), féminisme, et la très contestée catégorie écriture féminine.

  • 15 Bard, Ch., art. cit., p. 104.
  • 16 Planté, Ch., art. cit., p. 131.
  • 17 Voir l’« Entretien avec M. Calle-Gruber », in A. Frantz, S.-A. Crevier-Goulet, M. Calle-Gruber (dir (...)
  • 18 Planté, Ch., La Petite Sœur de Balzac, op. cit., p. 315.
  • 19 Wittig, M., « Avant-note » à Djuna Barnes, La Passion, Flammarion, 1982, p. 8, cité par Ch. Planté, (...)

9Or c’est au genre non la moindre de ses vertus que de recouvrir les formules contenant le mot femme, des formules forcément descriptives, positivistes, statiques, essentialistes en somme15, et qui à terme isolent, nous en conviendrons. Ch. Planté16 cite tour à tour ces variations : femmes et littérature, études féminines, études féministes, ajoutant l’idée que ces études menées le plus souvent par des femmes ne seraient destinées qu’à un public féminin et/ou militant. On risque encore (citons M. Calle-Gruber17) de « faire des écritures de femmes un zoo, une « spécialité » à protéger ou défendre, c’est encore une façon de les mettre sous tutelle ! Pareil pour le post-colonial, etc. », ou de les affliger d’une écriture féminine « le nouveau nom d’une vieille oppression18 », que contesta à plusieurs reprises Ch. Planté et que M. Wittig relégua vigoureusement au rang des « arts ménagers et de la cuisine19 ».

10Pour tenter de nuancer l’écueil de ces inconvénients et rendre néanmoins acceptable notre proposition, pensons que dans les domaines anciens de la littérature (antique et médiévale) « Voix de femmes » permet d’affirmer avec un certain bonheur la fragilité des sources premières (ne parlons que de ce qui est écrit) souvent à l’état de fragments, voire de traces, l’absence même de preuves auctoriales, la perte des contextes, la muséification des documents et des supports qui nous sont parvenus, rendant délicat le plus simple accès aux textes. À la Bibliothèque vaticane, ne mesure-t-on pas dans une trop longue attente combien il est difficile d’obtenir la consultation d’un chansonnier indispensable pour notre étude ? On ne peut qu’être attentif à la réalité de cet obstacle supplémentaire.

11Voix et trace se conjuguent pour contourner l’effacement d’une production pressentie du côté du féminin, pour décrire l’usure des sources épigraphiques ou manuscrites, ruinées par le temps et la malveillance (ms. H, Vatican). Voix souligne encore une pratique ancienne propre à la Grèce ancienne et à l’Occitanie médiévale, celle d’une performance d’abord orale, qui plus est, musicale avant d’être écrite. Nous en avons la preuve, ne serait-ce que dans la survie de quelques feuillets de manuscrits datés des xiiie et xive siècles où sont consignées de précieuses notations musicales, certes incomplètes et peu lisibles. Elles révèlent néanmoins, et en dépit d’un système rythmique balbutiant, des portées à quatre lignes et des notes carrées destinées à soutenir les voix, à rendre peu ou prou le phrasé d’une mélodie dont nous avons perdu la hauteur (le système des clefs n’étant qu’approximation). Ce n’est que dans un second temps que le texte s’écrit et se fige ; il y a là une conjugaison heureuse de voix et de trace dont l’idée première nous vient de Michèle Perrot.

  • 20 Boehringer, S. (université de Strasbourg, France) : « Chanter Tithon et Atalante : amour, éducation (...)
  • 21 Voir à ce sujet le livre récemment paru d’É. Viennot, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le fémi (...)

12Finalement ces voix textuelles dont les références sont souvent incertaines laissent la place à la fluidité des genres, cela est particulièrement vrai pour l’Antiquité et le Moyen Âge. Et c’est une chance pour nous, littéraires, que de disposer de telles sources. Et il va de soi que, dans le cadre de notre étude, rien ne nous interdira d’intégrer les propositions de la méthode d’analyse qu’est le genre, c’est-à-dire d’être sensible au lien étroit que le concept entretient avec les types ou genres littéraires, fortement hiérarchisés comme on le sait. Il nous faudra aussi passer par l’examen des documents : capter la fluidité du masculin et du féminin dans les marqueurs grammaticaux, adopter une « approche pragmatique des documents », comme le rappelle S. Boehringer20, permettant de trouver dans les marques de l’énonciation des indices utiles […], des déictiques renvoyant à l’exécution elle-même ». Il nous faudra aussi capter les « jeux » du genre dans les distorsions qu’implique une posture auctoriale souvent au masculin conjuguée à des voix textuelles intrinsèquement féminines ; l’inverse est possible, quoique plus rare. On ne se l’interdira pas. Mieux que cela, il faut le faire. À nous d’avoir cette vigilance21.

  • 22 Bard, Ch., avec El Amrani, F. et Pavard, B., Histoire des femmes…, op. cit., p. 3.

13Enfin, pour amorcer cette lente et délicate appropriation, si nous avons à consulter et à décrypter textes et contextes, une seule condition nous paraît désormais incontournable, celle de toujours maintenir le pluriel femmes. Comme le rappelle Ch. Bard, « utilisé au singulier et précédé de l’article défini, qui l’essentialise, le mot “femme” véhicule le sexisme. Face à l’infinie variété des humains de sexe féminin, le pluriel s’impose22 ».

Le littéraire, une dé-construction de toute pièce ?

  • 23 Planté, Ch., art. cit., p. 130.

14Le littéraire est une composition dans laquelle et par laquelle s’élaborent des représentations. Parmi celles-ci, et de manière non exclusive, peut s’entendre « une » construction du genre, qui n’est par forcément inscrite dans un lien mimétique avec le réel. Du reste, en littérature, le réel n’existe pas, il se réinvente, comptant sur sa propre liberté créatrice, jouissant d’un élan particulier qui fait et défait ce que l’histoire et la sociologie tentent par ailleurs de capter23. Appréhender le genre, c’est porter son regard sur les représentations qui ont des choses à dire sur le féminin et le masculin.

  • 24 Voir Fictions des genres, op. cit., quatrième de couverture.
  • 25 Ce primat dont parlait Ch. Planté, in Planté, Ch. (dir.), « Quant Je est un(e) autre », Masculin/fé (...)

15Pour M. Calle-Gruber, la littérature peut en effet proposer un certain reflet de la société, elle n’en est pas moins « le lieu par excellence où, en amont des normes qui assignent les identités et séparent les genres, [elle trouble] les représentations, [transforme] le langage et [façonne] l’individu24 ». Son intérêt est là assurément, dans une élaboration dopée par la charge de l’imaginaire, puisque la littérature propose clairement d’autres configurations. Elle invente certaines logiques sans avoir beaucoup à négocier avec le réel, surtout en poésie. Les fragments de Sapphô en sont de merveilleux exemples, rappelle S. Boehringer. Nous savons que dans ce corpus très ancien, le primat25 du « je » renvoie dos à dos le masculin et le féminin référentiels. La poésie peut aussi réinventer le neutre comme l’atteste l’étonnant poème, peut-être « lesbien », de Na Bieiris de Romans, poétesse du xiiie siècle, ce neutre grammatical et étymologique que la langue française va délaisser peu à peu au profit d’un masculin à vaste capacité. Ce faisant, elle ajoute au maniement langagier l’inépuisable thématique du travestissement.

16Nous y sommes donc, à la confluence du littéraire dans lequel nous élaborons un discours critique et du genre qui, en tant que positionnement conceptuel, nous ouvre une voie nouvelle. Et nous retiendrons, pour une meilleure compréhension du concept, la belle formule de M. Perrot :

  • 26 Perrot, M., « Préface. En tout genre », in D. Chevallier, M. Bozon, M. Perrot, F. Rochefort (dir.), (...)

Le genre ? Pas seulement une catégorie d’analyse grammaticale ; pas seulement les hommes et les femmes dans leur altérité ; mais la différence des sexes telle que la (les) culture(s) l’inscri(ven)t dans des corps changeants au cours du temps26.

Petit précis pour l’approche du genre en littérature

17Dans le champ du littéraire, comme il a été dit, nous avons beaucoup à apprendre de nos devancières. Ch. Planté fut certainement l’une des premières en France à appréhender l’immense domaine de la poésie lyrique au xixe siècle, nous apportant les outils conceptuels dont nous avions besoin.

  • 27 Voir en français aux éditions Rina Nissim, Lorde, A., Journal du cancer [1980] suivi d’Un souffle d (...)

18Mais cette vague critique n’est que seconde, l’examen des bibliographies révèle combien les études de genre outre-Atlantique nous ont devancé.e.s, non seulement du côté de l’histoire et de la sociologie, mais encore sur les questions relatives à la littérature. Le genre comme catégorie d’analyse émerge dans la critique littéraire féministe américaine pendant les années 70 et s’emploie à appréhender autrement la poésie écrite par des femmes : celle d’Adrienne Rich, de Sylvia Plath, auxquelles nous ajouterons l’œuvre essentielle d’Audre Lorde27, etc., ce type d’analyse venant révéler une anxiété fondatrice quant au droit même d’être auteure, quant au désir balbutiant d’assumer enfin la « maternité » auctoriale du livre, de ne plus anticiper la marginalisation prévisible et fatale de l’écrit poétique signé par une femme.

  • 28 Voir Canadé, F., Sautman, F. and Sheingorn, P. (dir.), Same sex love and desire among women in the (...)

19Dans les mêmes années, la critique littéraire américaine avait déjà soumis à l’examen, avant que nous ne nous y intéressions nous-mêmes, quelques textes français très anciens révélant la part d’une homophobie galopante sous la plume d’hommes d’Église, par ailleurs écrivains d’envergure, fins lettrés, et l’existence de quelques voix féminines versées plutôt du côté de la poésie et du chant, mais peu connues, nullement étudiées faute d’information précise et de contextualisation historique solide28.

  • 29 Sont cité.e.s ici les contributeurs et contributrices à la réalisation du programme GEDI.

20Aujourd’hui, en France, la levée du voile sur les écrivaines et autres créatrices des xvie, xviie et xixe siècles est en très bonne voie (N. Grande, Ch. Planté et M. Reid29). Mais d’autres champs demandent encore une importante investigation comme ceux du Moyen Âge ou du xxie siècle (F. Le Nan, L. Crémona, C. Meynard, L. Perret, P. Boivineau), sans compter qu’il nous faut sortir de nos frontières pour sonder les voix de femmes ailleurs, du côté des très vastes aires géographiques de la francophonie et de la littérature post-coloniale sud-africaine (B. Lebdaï), dans l’espace européen : italien (E. Lehours, I. Chionne), anglais (P. Denance, Y. Ducotey et J.-M. Yvard), irlandais (E. D’Hoker) et germanique (A. Brünig, F. Even), etc., sur lesquels plusieurs contributeurs et contributrices ont travaillé, et au-delà, en Hongrie (G. Tegyey), outre-Atlantique, dans le cône sud de l’Amérique (C. Pergoux-Baeza, L. Valverde et A. Gébert), au Maghreb (E. Schulz) et aux États-Unis (G. Djahansouz-Yvard, T. Tuhkunen), etc. Tel est l’objectif du présent ouvrage.

21On ajoutera la nécessité de publier. Les critiques qui nous ont précédé.e.s sont souvent également des éditrices. On doit à Antoinette Fouque le geste fondateur et indispensable d’avoir créé les « Éditions des femmes » et d’avoir initié elle-même l’existence d’une collection littéraire « Bibliothèque des voix ». Martine Reid a produit la série « Femmes de lettres » qui permet de passer ce cap essentiel de la diffusion. Car comment lire et étudier les œuvres de femmes, souligne-t-elle à très juste titre, quand les catalogues d’éditeurs, quand les histoires littéraires n’ont pas retenu ces noms d’auteures30 ? Se plaçant du côté du roman, du théâtre du xvie au xixe siècle français, sa collection permet de révéler une part du patrimoine littéraire longtemps jeté dans l’oubli.

Les historiennes nous ont ouvert la voie

  • 31 Duby, G., Le chevalier, la femme et le prêtre : le mariage dans la France féodale, Paris, Hachette, (...)
  • 32 Duby, G. et Perrot, M. (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1991-1992.

22C’est à M. Perrot que nous devons notre intérêt premier pour l’histoire des femmes. Nous héritons aussi de G. Duby en raison de l’éclairage magistral que ses écrits portèrent sur la condition de ces dernières dans la société du Moyen Âge31, et avec qui, forte du soutien indéfectible qu’il lui apporta, M. Perrot co-signa l’Histoire des femmes en Occident32.

  • 33 Perrot, M., Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. xiv.
  • 34 Id., Une histoire des femmes est-elle possible ?, Paris, Rivages, 1984.
  • 35 Thébaud, F., Écrire l’histoire des femmes, préf. d’Alain Corbin, coll. « Sociétés, espaces, temps » (...)
  • 36 Perrot, M., Mon histoire des femmes, Paris, Éditions du Seuil, 2006.
  • 37 Fraisse, G., Les femmes et leur histoire, Paris, Gallimard, Folio, 1998.
  • 38 Riot-Sarcey, M. (dir.), De la différence des sexes. Le genre en histoire, Paris, Larousse, 2010.
  • 39 Viennot, É., Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de (...)
  • 40 Bard, Ch., Une histoire politique du pantalon, Paris, éd. du Seuil, 2010. Du même auteur, Ce que so (...)

23À ses côtés, G. Fraisse, M. Riot-Sarcey, F. Thébaud et bien d’autres encore comme Ch. Bard, É. Viennot et S. Boehringer, etc., ont ouvert le ban et libéré leur faconde d’historiennes en développant l’idée indispensable que la parole des femmes était demeurée trop longtemps une parole empêchée pour que l’on en restât là (Les femmes ou les silences de l’histoire33). Elles franchirent d’un même élan ce pas déterminé du côté de la parole publique en agissant au sein de séminaires et en publiant des ouvrages fondateurs (Une histoire des femmes est-elle possible34 ? Écrire l'histoire des femmes35) (ces sujets-là devant forcément être questionnés, puisque n'allant pas de soi, même pour leurs auteures). Puis le discours se fit affirmatif, voire injonctif, le fruit d'une appropriation. Mon histoire des femmes36 de M. Perrot côtoyait avec bonheur les productions de G. Fraisse, Les femmes et leur histoire37, de M. Riot-Sarcey, De la différence des sexes. Le genre en histoire38, des historiennes chez qui les problématiques du côté des femmes et du genre s’inscriraient avec courage, sans hésitation ni faille, dans le paysage critique de l’histoire contemporaine. On pourrait bientôt lire sous un titre finement provocateur, le très récent ouvrage d’É. Viennot, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin39! Enfin c’est encore parmi les historiennes que les études de genre viendraient s’attacher à des objets d’étude aux enjeux historiques, socio-politiques et symboliques majeurs, comme peut l’être le vêtement dans Une histoire politique du pantalon ou Ce que soulève la jupe40.

Et l’université française ?

24Le présent ouvrage a été conçu avec le concours de la SFR Confluences de l’université d’Angers de janvier 2014 à décembre 2017 qui a porté le projet régional Genre et Discrimination sexiste et homophobe (GEDI).

  • 41 Bard, Ch., art. cit., 2010, p. 361.
  • 42 Calle-Gruber, M., entretien cité, p. 154.

25Ch. Bard, qui en eut la charge, n’oublie pas de rappeler le manque de représentation au sein de l’université française, « le “retard” de l’histoire des femmes/du genre, son déficit d’institutionnalisation, de reconnaissance, d’influence41… », la quasi-absence de postes universitaires fléchés genre, la place minime de la citation des auteures dans les manuels scolaires. M. Calle-Gruber lui emboîtant le pas, en arrive aux mêmes conclusions. L'institution universitaire est pourtant « capitale42 » pour la recherche et la liberté intellectuelle, même si, à bien des égards, elle en minore, voire en gomme l'intérêt.

26Pour conclure provisoirement, nous percevons qu’étudier les résistances implique tout autant un regard sur les constructions du genre au sein des textes et contextes qu’une réelle déconstruction de nos habitudes de pensée. Nous déprendre des images convenues dont nous sommes les hôtes complaisants, nous défaire des évidences quant à une certaine répartition des rôles, des cadres qui figent le regard, de ceux que l’on porte sur la production artistique des femmes dans le temps et l’espace, tordre le cou à toutes sortes de présupposés qui guettent notre lecture critique, tel est notre engagement.

Notes

1 Planté, Ch., La Petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, postface [1989], Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015, p. 318.

2 Ibid., p. 314.

3 Ibid., p. 318.

4 Bard, Ch., « Une Préférence pour l’histoire des femmes », Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, op. cit., p. 99-105.

5 Boehringer, S. et Sébillotte Cuchet, V. (dir.), Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine, op. cit., 2011, p. 15.

6 Id.

7 Id.

8 Cf. Planté, Ch., La Petite soeur de Balzac, op. cit., p. 330.

9 Bard, Ch., art. cit., p. 104.

10 Planté, Ch., La Petite sœur de Balzac, op. cit., p. 336.

11 Les choses avancent néanmoins. On se référera au programme européen, le COST Women Writers in History: Toward a New Understanding of European Literary Culture (2009-2013). https://sites.google.com/a/costwwih.net/www/. On consultera avec profit l’article de Suzan Van Djik, Écrits de femmes : retrouver et réinterpréter les réactions contemporaines (xviiie et xixe siècles), Nouvelles Questions Féministes, vol. 22, 2003/2. p. 122-131. https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2003-2-page-122.htm.

12 Voir Bard, Ch. et Le Nan, F. (dir.), Les Marques du genre, à paraître aux éditions du CNRS, 2018.

13 Planté, Ch., La Petite sœur de Balzac, op. cit., p. 17 ; et du même auteur, « Genre, un concept intraduisible ? », art. cit., p. 128.

14 Jusque dans la sphère publique. On se souviendra de la récente pétition lancée par l’université de Strasbourg : « Les études de genre, la recherche et l’éducation : la bonne rencontre », 2014. http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2014N45876.

15 Bard, Ch., art. cit., p. 104.

16 Planté, Ch., art. cit., p. 131.

17 Voir l’« Entretien avec M. Calle-Gruber », in A. Frantz, S.-A. Crevier-Goulet, M. Calle-Gruber (dir.), Fictions des genres, op. cit., p. 159.

18 Planté, Ch., La Petite Sœur de Balzac, op. cit., p. 315.

19 Wittig, M., « Avant-note » à Djuna Barnes, La Passion, Flammarion, 1982, p. 8, cité par Ch. Planté, op. cit., p. 315.

20 Boehringer, S. (université de Strasbourg, France) : « Chanter Tithon et Atalante : amour, éducation et persuasion dans la poésie grecque archaïque », communication donnée à l’occasion du colloque Éducations sentimentales : Construction des identités féminines et masculines dans le texte et l’image, colloque international organisé par le GEO EA 1340 Groupe d’études orientales, slaves néo-helléniques, les 3, 4 et 5 avril 2013) l’université de Strasbourg, p. 2.

21 Voir à ce sujet le livre récemment paru d’É. Viennot, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin. Petite histoire des résistances de la langue française, Éd. iXe, 2014.

22 Bard, Ch., avec El Amrani, F. et Pavard, B., Histoire des femmes…, op. cit., p. 3.

23 Planté, Ch., art. cit., p. 130.

24 Voir Fictions des genres, op. cit., quatrième de couverture.

25 Ce primat dont parlait Ch. Planté, in Planté, Ch. (dir.), « Quant Je est un(e) autre », Masculin/féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècles, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Littérature et idéologies », 2002, p. 81.

26 Perrot, M., « Préface. En tout genre », in D. Chevallier, M. Bozon, M. Perrot, F. Rochefort (dir.), Au bazar du genre. Féminin/masculin en Méditerranée, Paris, éd. Textuel et le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, 2013, p. 15.

27 Voir en français aux éditions Rina Nissim, Lorde, A., Journal du cancer [1980] suivi d’Un souffle de lumière [1988], Québec, Mamamélis/Trois, 1998 ; Sister Outsider. Essais et propos d’Audre Lorde [1984], Mamamélis, 2003.

28 Voir Canadé, F., Sautman, F. and Sheingorn, P. (dir.), Same sex love and desire among women in the Middle Ages, New York, Palgrave, 2001, et notre contribution à la journée d’études, Injures sexistes et LGBT-Phobes, dans le cadre du programme GEDI, université d’Angers, 14 nov. 2014, « Aux sources de l’injure sexiste et lesbophobe. Le cas d’un moraliste français du xiie siècle, Étienne de Fougères » (en cours de publication).

29 Sont cité.e.s ici les contributeurs et contributrices à la réalisation du programme GEDI.

30 Entretien avec Martine Reid (www.folio-lesite/Folio/actualite.action ?idActu =177) : Série « Femmes de lettres » (Gallimard, « Folio 2 € »).

31 Duby, G., Le chevalier, la femme et le prêtre : le mariage dans la France féodale, Paris, Hachette, 1981 ; Dames du xiie siècle, Paris, Gallimard, 1995-1996, 3 volumes ; Les femmes et le pouvoir au xiie siècle, conférence donnée au Collège de France le 17 février 1994, CD audio, Houilles, Le Livre qui parle, 2009.

32 Duby, G. et Perrot, M. (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1991-1992.

33 Perrot, M., Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. xiv.

34 Id., Une histoire des femmes est-elle possible ?, Paris, Rivages, 1984.

35 Thébaud, F., Écrire l’histoire des femmes, préf. d’Alain Corbin, coll. « Sociétés, espaces, temps », ENS éditions Fontenay Saint-Cloud, 2e éd., 1998.

36 Perrot, M., Mon histoire des femmes, Paris, Éditions du Seuil, 2006.

37 Fraisse, G., Les femmes et leur histoire, Paris, Gallimard, Folio, 1998.

38 Riot-Sarcey, M. (dir.), De la différence des sexes. Le genre en histoire, Paris, Larousse, 2010.

39 Viennot, É., Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française, Donnemarie-Dontilly, éditions iXe, 2014.

40 Bard, Ch., Une histoire politique du pantalon, Paris, éd. du Seuil, 2010. Du même auteur, Ce que soulève la jupe, éd. Autrement, coll. « Mutations/Sexe en tous genres », n° 261, 2010.

41 Bard, Ch., art. cit., 2010, p. 361.

42 Calle-Gruber, M., entretien cité, p. 154.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search