Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Première partie. Générosité d’un avenir à construire (1941-1951)

Chapitre 4. La crise cathartique de 1951

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 26 février 1947, p. 1, « Comité de liaison », AICP.
  • 2 SIC de 1948, de 1949 et de 1950.
  • 3 « La nouvelle revue aurait à présenter les grands courants étrangers, les tentatives d’harmonie in (...)
  • 4 Roger Millot à Ramon Sugranyes de Franch, 8 juin 1950, ARM.

1Si durant les premières années, le CCIF s’était attaché à créer des liens avec différents pays, il avait très vite dédaigné ces activités. La rareté des contacts contraint les associations fédérées à se plaindre auprès du secrétaire du MIIC, Ramon Sugranyes de Franch1. Pourtant, depuis les origines, Henri Bédarida, Roger Millot, André Aumonier et Michel Charpentier étaient attentifs à la vocation internationale du « 61 ». En 1950, le CCIF avait d’ailleurs joué la carte Pax Romana. Sur l’initiative d’Henri Bédarida, la Semaine des intellectuels catholiques avait été placée sous les auspices de Fribourg2. Quand à l’abbé Berrar, il avait élaboré un nouveau projet de revue en y intégrant la dimension internationale3. En juin 1950, le vice-président du CCIF et président du MIIC, Roger Millot, se réjouissait de l’intérêt de Paris pour Pax Romana4. Et pourtant à l’automne 1950, la crise éclate et déstabilise le Centre pour plusieurs mois.

La montée contestataire

La crise d’octobre 1950

  • 5 Voir sur ce dernier point son témoignage dans « Le foyer de Meudon », dans Cahiers Jacques Maritai (...)
  • 6 Henri Bédarida à André Aumonier, 3 octobre 1950, « Pax Romana XI, CCIF, 1949-1952 », ARM. Pour plu (...)
  • 7 Plainte de Ramon Sugranyes de Franch à Roger Millot, 24 janvier 1949, p. 1, « MIIC, 9 juillet 1947 (...)

2La crise se noue après la désignation d’Olivier Lacombe comme vice-président du Centre, en remplacement de Gabriel Le Bras, par l’abbé Berrar. Olivier Lacombe est un universitaire réputé, philosophe indianiste et en même temps un des plus proches disciples de Jacques Maritain5. À son retour de vacances, le président Henri Bédarida apprend la nomination du philosophe, il décide alors de démissionner6. La lettre formule deux griefs distincts : d’une part, l’étonnement du président Bédarida de ne pas participer aux décisions administratives du CCIF, d’autre part, la critique des objectifs valorisés. Peu de temps avant, Michel Charpentier, le trésorier, avait donné lui aussi sa démission pour manifester son désaccord. L’un et l’autre ne sont pas seuls à juger les activités intellectuelles trop axées sur la philosophie et la théologie, c’est également la conviction de Roger Millot. Tous les trois, ils déplorent l’absence de manifestations religieuses et d’intérêt pour les questions internationales7.

3André Aumonier et l’abbé Berrar se rendent donc au domicile du président démissionnaire pour lui demander de revenir sur sa décision. Henri Bédarida accepte de rester. L’affaire n’est pas close pour autant : au contraire, elle prend une nouvelle tournure.

L’étau se resserre autour de l’assistant ecclésiastique

  • 8 Roger Millot à Vittorino Veronese, 25 octobre 1950, p. 1, « Pax Romana XI, CCIF 1949-1952 », ARM.
  • 9 Émile Berrar n’a jamais confirmé cette hypothèse.

4L’assistant ecclésiastique va alors focaliser toutes les tensions. C’est en effet Émile Berrar qui a nommé Olivier Lacombe vice-président du CCIF sans faire appel au comité directeur, seul apte à prendre la décision. Certains ont vu dans cette désignation, le désir de « s’assurer un paratonnerre contre les effets dans l’encyclique Humani generis8. Il est vrai que c’est pendant l’été 1950 que le conflit entre certains ecclésiastiques français et la Curie romaine atteint son paroxysme. En nommant, comme vice-président, un thomiste reconnu, disciple très fidèle de Jacques Maritain, l’assistant ecclésiastique a certainement mesuré son geste9 mais il sait également que l’auteur d’Humanisme intégral est déjà suspecté. L’abbé Berrar conscient des difficultés du moment se rend lui-même à Rome en octobre 1950 présenter les objectifs et les méthodes du CCIF. Est-ce sur demande de la Curie romaine ou simplement pour informer les milieux romains ? La question reste posée.

5Roger Millot souhaite profiter de la situation délicate de l’assistant ecclésiastique pour l’éloigner du Centre. Dans une lettre envoyée en octobre à Ramon Sugranyes de Franch, il explique qu’il s’agit de :

  • 10 Roger Millot à Ramon Sugranyes de Franch, 25 octobre 1950, p. 1, « Pax Romana XI, CCIF, 1949-1952  (...)

« […] certaines influences au sein du CCIF dont nous avons peut-être l’occasion unique de nous débarrasser en multipliant certains incidents ou en laissant simplement cours à la sottise de nos contradicteurs10. »

  • 11 Roger Millot à Vittorino Veronese, idem.

6Il intervient auprès de son ami Vittorino Veronese, président de l’Action catholique italienne, proche du substitut de la Secrétairerie d’État, Giovanni- Battista Montini11. Puis, il adresse ensuite une note confidentielle à Mgr Courbe, secrétaire général de l’Action catholique française, dans laquelle il présente ses griefs :

  • 12 Note confidentielle adressée par Roger Millot à Mgr Courbe, rédigée par un membre de Fribourg, sur (...)

« L’impression que donne le Centre catholique des intellectuels français du point de vue de Pax Romana est d’être une institution purement académique. Des problèmes, somme toute très importants, pour la pensée catholique y sont discutés. Mais le centre n’essaie même pas d’exercer une influence de caractère apostolique au sein du monde intellectuel et professionnel. On remarque d’une part l’absence presque complète de manifestations religieuses et de rencontres de formation théologiques ou morales du genre récollections, semaines de culture religieuse etc… D’autre part, ses méthodes de travail se bornent trop souvent à une simple discussion ouverte de problèmes purement intellectuels, sans prétendre parvenir à des conclusions ou à des affirmations qui engagent la position religieuse de ses membres.
De ce fait, le CCIF n’apporte que peu de choses aux organisations professionnelles […] qui en font partie. Et nous en tant que Pax Romana nous risquons de perdre et l’importante collaboration directe de ces derniers et un moyen exceptionnellement important de pénétrer de l’esprit de Pax Romana, c’est-à-dire de l’universalisme chrétien, tous les milieux professionnels français12. »

7Les objections portent donc sur la méthode intellectuelle et les objectifs développés par la petite équipe de la rue Madame. Même si Pax Romana accorde une importance à la recherche intellectuelle, il ne souhaite pas pour autant que la démarche réflexive prenne le pas sur le reste. L’étape suivante est donc claire pour ceux qui partagent ce point de vue : il est nécessaire de trouver un assistant ecclésiastique plus soucieux de se conformer aux directives du MIIC. Cette nouvelle étape est franchie en novembre 1950, lorsque Roger Millot écrit à Mgr Courbe afin de solliciter le changement de l’assistant. Mais la critique est nouvellement formulée : c’est sur l’orthodoxie de l’abbé Berrar qu’elle porte désormais :

  • 13 Roger Millot à Mgr Courbe, 30 novembre 1950, 2 p., ARM.

« En dehors d’une question de simple courtoisie qui résulte de la légèreté avec laquelle on a disposé d’un conseil d’administration sans le prévenir, il y a un problème de fond concernant l’autorité ecclésiastique, susceptible d’assurer au Centre catholique des intellectuels français des conseils sûrs et une orientation conforme aux directives de S.S. le pape Pie XII, notamment à la suite de la lettre qu’il a bien voulu adresser à Pax Romana pour le congrès d’Amsterdam et de l’encyclique, Humani generis parue trois jours après. Monsieur Bédarida et moi-même […] estimons qu’il est indispensable (pour) les intellectuels catholiques de France de pouvoir compter sur un ecclésiastique absolument sûr et capable de travailler efficacement dans un climat de confiance avec les éléments laïques. Ni pour Monsieur Bédarida, ni pour moi, il ne s’agit d’une question de personne : nous savons reconnaître l’un et l’autre les mérites de l’actuel assistant ecclésiastique du CCIF mais nous ne pouvons pas être sensibles aux remarques qui nous ont été faites par l’organisation centrale de Pax Romana13. »

  • 14 Roger Millot s’en plaint à un ami, Mgr Lebrun, évêque d’Autun, 29 novembre 1950, 1 p. ARM.
  • 15 Roger Millot est élu président de la FFEC en 1935, deux ans après que Giovanni-Battista Montini eu (...)
  • 16 Roger Millot à Mgr Montini, p. 1, « Pax Romana IX, MIIC 3 », 3 janvier 1950-1951, ARM.

8Si Roger Millot a frappé ainsi, c’est certainement par déception. Les courriers envoyés à l’archevêque de Paris, Maurice Feltin et au secrétaire de l’Action catholique française, Mgr Courbe sont restés sans réponse14. Les deux autorités ecclésiastiques françaises considèrent que le travail fait rue Madame est important et ne voient pas l’opportunité d’un changement d’orientation. C’est donc à Rome que Roger Millot entend poser le problème en rencontrant MgrMontini. Ceux-ci se connaissent bien grâce aux liens noués lorsque le minutante à la Secrétairerie d’État était assistant ecclésiastique national de la FUCI (Federazione universitaria cattolica italiana) et que le second était membre de la FFEC15. Lors des journées préparatoires du premier Congrès international pour l’apostolat des laïcs tenu à Rome en 1950, Roger Millot avait fait part à Montini des inquiétudes de Pax Romana au sujet de l’aumônier français. Il renouvelle, en janvier 1951 sa critique et lui fait parvenir le rapport confidentiel qui avait été adressé à l’épiscopat français16.

  • 17 Compte rendu de l’assemblée générale, 24 janvier 1951, AICP.
  • 18 Le comité directeur était constitué auparavant de : Henri Bédarida, Madeleine Leroy, Roger Millot, (...)
  • 19 Bureau, 1er février 1951, p. 1, AICP.
  • 20 Liste établie lors de la réunion du bureau du 1er février 1951, confirmée au cours de la réunion d (...)

9En janvier 1951, lors de la réunion annuelle de l’assemblée générale du CCIF, les deux courants s’opposent vigoureusement17. Paradoxalement les premières mesures prises sont plutôt favorables à ceux qui soutiennent la ligne intellectuelle puisque le comité directeur est rééquilibré18 pour faire participer plus activement des intellectuels à l’administration19. Si les représentants des différentes associations professionnelles que fédère le « 61 » restent, neuf nouvelles personnalités les rejoignent : Albert Béguin, Étienne Borne, Daniel-Rops, Luc Estang, Stanislas Fumet, Jean Guitton, Jacques Madaule et Gabriel Marcel20.

  • 21 Émile Berrar à Roger Millot, « Pax Romana IX, 3 », 3 janvier 1950-1951. Et Roger Millot à Émile Be (...)

10Les tenants de la ligne Pax Romana poursuivent leur combat : en juin 1951 la crise est à son paroxysme lorsque Roger Millot émet des réserves publiques sur l’orthodoxie doctrinale de l’abbé Berrar alors en voyage en province21.

Un Centre intellectuel

La faille juridique

  • 22 Projet adopté à l’unanimité le 6 mars 1951, lors de l’Assemblée générale. Quatre séances étaient o (...)
  • 23 Comité directeur, 20 juin 1951, p. 2, AICP.

11Une fois encore, le contexte favorise l’offensive du président du MIIC car en ce début d’été la situation économique du Centre est catastrophique. Pour faire face au creux financier des vacances, l’équipe avait décidé d’organiser, en collaboration avec le père Lepoutre, aumônier de la JECF22, quatre séances de ballets. Une malencontreuse grève du métro fait échouer l’affaire et provoque un énorme déficit : le Centre se voyait dans l’impossibilité de régler les salaires de ses employés. Pour gérer cette crise, un comité de direction provisoire composé du président Bédarida, d’André Aumonier, de Madeleine Leroy, d’Olivier Lacombe, de Robert Barrat, de Pierre Joulia et de Pierre Vinson (nouveau trésorier depuis le départ de Michel Charpentier) est créé. Il s’agit de définir le travail intellectuel et administratif du Centre23. Mais le comité se quitte pour les vacances estivales sans solution.

  • 24 Émile Berrar et André Aumonier, « Réflexions sur les activités du Centre », juillet 1951, p. 2, AR (...)

12Durant l’été, un bilan des activités intellectuelles est établi sous la double plume de l’abbé Berrar et d’André Aumonier. Si les deux rédacteurs s’accordent à dire que les aspects internationaux ont été trop mis de côté, ils soulignent tout autant que la fédération n’apporte rien au CCIF, la plupart de ses composantes se désintéressant de la réflexion intellectuelle. Ils rappellent également l’inaptitude du CCIF à résoudre les problèmes des associations professionnelles et souhaitent que ces dernières fassent appel aux secrétariats professionnels qui « en lien direct avec Fribourg répondent mieux aux demandes des associations que le CCIF lui-même24 ». De leur côté, les membres de Pax Romana continuent leur offensive : Ramon Sugranyes de Franch, lors d’une rencontre avec le nonce lui parle du « 61 » :

  • 25 Ramon Sugranyes de Franch à Roger Millot, 6 août 1951, 2 p, ARM.

« Mgr le Nonce était fort au courant des problèmes […] comme il me demandait quelle solution j’envisageais, je lui ai suggéré celle d’une commission épiscopale ou bien d’un évêque aumônier général du CCIF, désigné par l’assemblée de cardinaux et archevêques de France, cela afin de donner au CCIF l’importance vraiment nationale qu’il doit avoir. […] J’ai eu nettement l’impression que le problème du CCIF est maintenant posé et qu’en « haut lieu » on est très intéressé à le voir favorablement résolu25. »

  • 26 Bureau, 3 octobre 1951, p. 2, AICP.
  • 27 RD 17, octobre-novembre 1951, 8 p.
  • 28 Abbé Berrar à Ramon Sugranyes de Franch, 13 décembre 1951, p. 2, ARM.

13Lors de la réunion de rentrée d’octobre 1951, les nouveaux choix sont entérinés : le rôle fédératif doit rester secondaire26. Le seul apostolat à faire valoir est celui de la pensée ; il ne peut s’imposer par des manifestations officielles. En novembre, les objectifs sont de nouveau exprimés, après agrément de l’ensemble du comité directeur, et publiés dans un numéro exceptionnel de Recherches et Débats27. L’abbé Berrar a donc résolu le problème en montrant que les positions tenues par Roger Millot étaient sans valeur d’un point de vue strictement juridique : la christianisation des milieux professionnels relève d’abord de l’Action catholique ; l’apostolat que le vice-président souhaite voir valoriser ne peut être fait directement par le CCIF tant que le secrétaire de l’Action catholique n’en a pas donné l’ordre. Le CCIF n’a donc pas mandat pour diriger l’apostolat en milieux professionnels ; il ne peut que jouer un rôle de coordination souple. C’est ce faisceau d’arguments que présente l’abbé Berrar au secrétaire du MIIC, Ramon Sugranyes de Franch, en décembre 1951, tout en insistant sur un dernier point : l’action du Centre répond à une demande importante de la société ; les succès de la Semaine des intellectuels catholiques et des débats soulignent le bien fondé du choix28.

  • 29 Né en 1899, spécialiste de la pensée aristotélicienne, il donne des cours à Chantilly avant de pre (...)
  • 30 Cité dans une lettre du 2 novembre 1951, 3 p., 33, (1949-1955), AMAE.
  • 31 Mgr Courbe à Ramon Sugranyes de Franch, 19 décembre 1951, p. 1. ARM.

14Le dénouement de la crise est d’autant plus surprenant que le climat franco-romain s’est obscurci comme le souligne une lettre de l’ambassadeur Wladimir d’Ormesson à Robert Schuman, Ministre des Affaires étrangères, en novembre 1951. L’ambassadeur de France à Rome se plaint d’un article paru dans une revue communiste en juillet 1951 qui soulignait les oppositions intérieures au Vatican et énumérait les personnalités françaises responsables des tensions au sein de la Curie. Or, Wladimir d’Ormesson craint que cette liste ne soit utilisée par les intégristes du Vatican pour stigmatiser la recherche théologique française. Parmi les personnes citées par la revue figurent : Jean-Marie Le Blond29, Bruno de Solages, Gabriel Marcel, Yves de Montcheuil, Jean Daniélou, Marie-Dominique Chenu, Gaston Fessard, le groupe de Louvain, les Études30. Malgré la montée des suspicions – l’encyclique Humani generis a un an – le secrétariat de l’Action catholique donne donc un salvateur appui à l’abbé Berrar. Mgr Courbe met un point final à cette crise en approuvant les arguments rédigés par l’assistant ecclésiastique : les différentes associations professionnelles n’ont donné leur adhésion au CCIF « qu’en vue de l’ouverture vers une culture générale plus poussée ; ceci fait, elles n’entendent ni être coordonnées, ni dirigées, ni représentées31 ». Les exigences de Pax Romana obligeraient à transformer l’organisation de l’Action catholique, Mgr Courbe en refuse l’idée et appelle le secrétaire du MIIC à l’accepter.

Les leçons à tirer de l’épreuve de force

  • 32 Le 12 novembre 1951 est créé par Henri Bédarida, Robert Barrat, Roger Millot, Michel Charpentier e (...)

15Si la position de l’assistant ecclésiastique sort finalement renforcée, l’équipe a cependant compris le nécessaire rééquilibrage en faveur de Pax Romana. Dès la rentrée universitaire, plusieurs actions montrent la bonne volonté du bureau : préparation de la participation à Salzbourg et au congrès du Canada (qui rassemblaient les différents membres du MIIC) ; retour de Michel Charpentier comme représentant du MIIC chargé de coordonner les activités internationales ; création du Centre international du livre français constitué pour organiser annuellement une exposition d’ouvrages pour diffuser la pensée chrétienne32.

  • 33 Bureau, 3 octobre 1951, p. 3, AICP.
  • 34 « Tes multiples fonctions étrangères à Pax Romana t’interdisent pratiquement d’apporter ton concour (...)
  • 35 Robert Barrat à Georges Roques, 26 juin 1951, p. 1, ARMA.

16La crise a fixé à chaque individu sa place et a également permis une réorganisation des différents organes responsables du Centre : bureau, comité directeur et comité de rédaction. Les charges sont alors redistribuées et délimitées : André Aumonier quitte le poste de secrétaire général et demande à être remplacé par Robert Barrat33. Si son départ est un choix professionnel – il trouve un poste d’administrateur dans une entreprise privée – il peut être interprété comme l’échec de la vocation internationale du Centre. Certes le secrétaire général n’a pas été dans cette crise le principal héraut de la cause internationale néanmoins son mandat avait été fortement marqué par les premiers liens avec le MIIC naissant, lui-même étant convaincu de l’importance de Pax Romana34. Son remplaçant, Robert Barrat, est un homme soucieux de développer un véritable bureau d’études pour y élaborer une pensée catholique vivante et moderne35.

  • 36 « J’ai eu l’occasion de rencontrer Mgr Sensi, et j’ai pu lui parler quelque peu du problème du CCI (...)

17La crise a permis d’institutionnaliser les choix opérés depuis 1947. L’abbé Émile Berrar en sort renforcé : il a su tout à la fois conserver la confiance de la hiérarchie ecclésiastique et montrer que le choix qu’avait fait le CCIF restait dans la limite juridique qui avait été fixée lors de la création de la section française du Mouvement international des intellectuels catholiques. Pendant cette crise, il reçoit l’appui de l’archevêque de Paris, Mgr Feltin et celui de Mgr Courbe. Il peut aussi compter sur quelques amis à Rome et tout particulièrement sur Pierre Veuillot36. Ironie de l’histoire : si le CCIF avait été créé pour des laïcs et pour qu’ils jouent au sein de l’Église un rôle reconnu dans une recherche de l’intelligence de la foi, ce sont des laïcs qui ont joué dans cette crise le rôle de zélateurs de l’orthodoxie. Mais en laissant peser des soupçons sur l’abbé Berrar, les membres de Pax Romana ont désormais éveillé l’attention romaine sur les activités du CCIF. Dès l’année suivante, certaines interventions de la Semaine consacrée à la liberté seront jugées non-conformes par le Saint-Office.

Notes

1 26 février 1947, p. 1, « Comité de liaison », AICP.

2 SIC de 1948, de 1949 et de 1950.

3 « La nouvelle revue aurait à présenter les grands courants étrangers, les tentatives d’harmonie internationale et les congrès », abbé Berrar à Stanislas Fumet, « Projet de revue », 1949, p. 3, carton 14, chemise « CCIF », Papiers Fumet, BN.

4 Roger Millot à Ramon Sugranyes de Franch, 8 juin 1950, ARM.

5 Voir sur ce dernier point son témoignage dans « Le foyer de Meudon », dans Cahiers Jacques Maritain 4-5, novembre 1982, p. 85-87. Dans ces quelques pages Olivier Lacombe rappelle tout ce qu’il doit à ces rencontres. Il est d’ailleurs avec Antoinette Grunelius et le frère Heinz Schmitz, investi du droit moral sur l’œuvre de Jacques Maritain.

6 Henri Bédarida à André Aumonier, 3 octobre 1950, « Pax Romana XI, CCIF, 1949-1952 », ARM. Pour plus d’informations voir Claire Toupin-Guyot, op. cit., p. 131-132.

7 Plainte de Ramon Sugranyes de Franch à Roger Millot, 24 janvier 1949, p. 1, « MIIC, 9 juillet 1947-décembre 1949 », ARM.

8 Roger Millot à Vittorino Veronese, 25 octobre 1950, p. 1, « Pax Romana XI, CCIF 1949-1952 », ARM.

9 Émile Berrar n’a jamais confirmé cette hypothèse.

10 Roger Millot à Ramon Sugranyes de Franch, 25 octobre 1950, p. 1, « Pax Romana XI, CCIF, 1949-1952 », ARM.

11 Roger Millot à Vittorino Veronese, idem.

12 Note confidentielle adressée par Roger Millot à Mgr Courbe, rédigée par un membre de Fribourg, sur la demande de Roger Millot, 30 novembre 1950, p. 1, « Pax Romana », ARM.

13 Roger Millot à Mgr Courbe, 30 novembre 1950, 2 p., ARM.

14 Roger Millot s’en plaint à un ami, Mgr Lebrun, évêque d’Autun, 29 novembre 1950, 1 p. ARM.

15 Roger Millot est élu président de la FFEC en 1935, deux ans après que Giovanni-Battista Montini eut décidé de se retirer de la FUCI en raison de critiques émanant de jésuites conservateurs. Voir « Paul VI » de Roger Aubert dans Catholicisme. Liens que confirme une lettre de Ramon Sugranyes de Franch à Roger Millot, « Montini m’a dit combien tu étais persona grata au Saint-Siège et combien tu jouissais de sa pleine confiance », 20 octobre 1950, ARM.

16 Roger Millot à Mgr Montini, p. 1, « Pax Romana IX, MIIC 3 », 3 janvier 1950-1951, ARM.

17 Compte rendu de l’assemblée générale, 24 janvier 1951, AICP.

18 Le comité directeur était constitué auparavant de : Henri Bédarida, Madeleine Leroy, Roger Millot, Olivier Lacombe, Émile Berrar, André Aumonier, Jeanne Ancelet-Hustache, Paul Macé, Delarue, Louis Leprince-Ringuet, Léon Mazeaud, Michel Polonovski, Étienne Dupont, Michel Charpentier, Mgr Beaupin, Jean Baptiste Duroselle, Étienne Gilson, Pierre Goursat, Jacques Hérissay, Odette Laffoucrière, Viet, Jean Aubonnet, Rosace, Querenet. Treize membres, sur les vingt-quatre que comptait le comité, étaient les représentants des différentes associations.

19 Bureau, 1er février 1951, p. 1, AICP.

20 Liste établie lors de la réunion du bureau du 1er février 1951, confirmée au cours de la réunion de l’assemblée générale, le 6 mars 1951, AICP.

21 Émile Berrar à Roger Millot, « Pax Romana IX, 3 », 3 janvier 1950-1951. Et Roger Millot à Émile Berrar, 28 juin 1951, 2 p, ARM.

22 Projet adopté à l’unanimité le 6 mars 1951, lors de l’Assemblée générale. Quatre séances étaient organisées au profit du Centre et des loisirs étudiants à Chaillot. La perte se monte à un million et demi francs alors que le budget annuel du CCIF est de deux millions !

23 Comité directeur, 20 juin 1951, p. 2, AICP.

24 Émile Berrar et André Aumonier, « Réflexions sur les activités du Centre », juillet 1951, p. 2, ARMA. Cet exposé avait donné lieu à un premier bilan : « Réflexions sur les activités et les orientations du Centre catholique des intellectuels français » en avril 1951 par l’abbé Berrar. Celui de juillet fit l’objet d’un supplément dans RD 17, octobre-novembre 1951, 8 p.

25 Ramon Sugranyes de Franch à Roger Millot, 6 août 1951, 2 p, ARM.

26 Bureau, 3 octobre 1951, p. 2, AICP.

27 RD 17, octobre-novembre 1951, 8 p.

28 Abbé Berrar à Ramon Sugranyes de Franch, 13 décembre 1951, p. 2, ARM.

29 Né en 1899, spécialiste de la pensée aristotélicienne, il donne des cours à Chantilly avant de prendre en 1956 la direction des Études.

30 Cité dans une lettre du 2 novembre 1951, 3 p., 33, (1949-1955), AMAE.

31 Mgr Courbe à Ramon Sugranyes de Franch, 19 décembre 1951, p. 1. ARM.

32 Le 12 novembre 1951 est créé par Henri Bédarida, Robert Barrat, Roger Millot, Michel Charpentier et André Aumonier le Centre du livre français. Dossier « Centre du livre français », carton 9 (III), AICP. Le Centre sera liquidé le 30 septembre 1957.

33 Bureau, 3 octobre 1951, p. 3, AICP.

34 « Tes multiples fonctions étrangères à Pax Romana t’interdisent pratiquement d’apporter ton concours personnel à l’élaboration intellectuelle des travaux du mouvement. De notre côté nous devons, c’est bien évident, entretenir une liaison plus active avec Pax Romana […] mais par-dessus tout une amitié active me semble devoir être développée entre nous et je ne cache pas qu’un certain formalisme de cette réunion d’hier soir m’a paru par moment choquant […]. C’est justement parce que je constate la bonne volonté sans réserve et la fidélité la plus claire de tous ceux qui s’intéressent à Pax Romana au CCIF que je crois devoir exiger pour eux en retour une fidélité aussi claire à leur égard », André Aumonier à Roger Millot, 8 mars 1950, « Pax Romana XI », ARM. Lettre écrite après une réunion qui rassemblait le bureau du CCIF et Ramon Sugranyes de Franch, Emmanuel de las Cases, Sibylle de Miribel.

35 Robert Barrat à Georges Roques, 26 juin 1951, p. 1, ARMA.

36 « J’ai eu l’occasion de rencontrer Mgr Sensi, et j’ai pu lui parler quelque peu du problème du CCIF. Il a écouté sans manifester aucunement ni pour ni contre. J’ai encore ensuite longuement parlé avec Vittorino, lequel croit qu’une bonne partie de la réserve de Mgr Sensi vient du fait que Mgr Veuillot est actuellement son collaborateur immédiat à la secrétairerie d’État, même je crois son subordonné, et que, comme tout le monde le sait, Mgr Veuillot est grand ami de notre cher ami Berrar ». Ramon Sugranyes de Franch à Roger Millot, 8 novembre 1951, p. 2, « Pax Romana, IX, 1951-1957 », ARM.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540