Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Première partie. Générosité d’un avenir à construire (1941-1951)

Chapitre 2. Le temps de tous les possibles (1946-1950)

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 . Yves Congar, Unpassion : l’Unité, réflexions et souvenirs 1929-1973, Le Cerf, « Foi vivante », 19 (...)

« Qui n’a pas vécu les années 46-47 du catholicisme français, a manqué l’un des plus beaux moments de la vie de l’Église. À travers une lente sortie de la misère, on cherchait, dans la grande liberté d’une fidélité aussi profonde que la vie, à rejoindre évangéliquement un monde auquel on venait d’être mêlé comme on ne l’avait pas été depuis des siècles1. »

Une équipe

Carte d’identité catholique des animateurs

  • 2 Le seul à ne pas s’être investi dans la nouvelle organisation. Sa fonction est purement honorifiqu (...)
  • 3 Helléniste, directeur au bureau des Études sous le secrétariat de Louis Garrone à Vichy. Voir Bern (...)
  • 4 Paul Macé est l’ancien chargé de service de la Formation des Jeunes, il a remplacé Louis Garrone e (...)

1De 1945 à 1951, le comité directeur assure la gestion du CCIF. L’évolution de sa composition reflète les objectifs élaborés successivement. En octobre 1945, il rassemble l’abbé Berrar (assistant ecclésiastique), Henri Bédarida (président), Gabriel Le Bras2, Madeleine Leroy et Roger Millot (vice-présidents), André Aumonier (secrétaire), Jean-Baptiste Duroselle (secrétaire adjoint sans en avoir le titre), Roger Pons (responsable de l’enseignement public), Michel Charpentier (responsable des étudiants), Mademoiselle Legris (responsable des étudiantes), Henri Mourier (responsable du droit), Jean Aubonnet (responsable des lettres)3, Melle Affre (trésorière) et Alain Guillermou (responsable de l’administration). Très rapidement le bureau évolue : Jacques Querenet remplace Henri Mourier ; Roger Pons, Melle Affre et Melle Legris quittent le comité ; Michel Charpentier devient trésorier du Centre, puis responsable des questions internationales ; Jean Meyriat prend le titre de secrétaire général adjoint en 1946. Cet ami de Jean-Baptiste Duroselle, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégé de lettres, accepte d’organiser les activités intellectuelles du Centre conjointement avec l’abbé Berrar. Paul Macé et Pierre Goursat sont également intégrés au bureau au service de l’administration4.

  • 5 Né en 1904, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1925), Henri-Iré (...)
  • 6 Témoignage à l’auteur.
  • 7 Né en 1898, polytechnicien, démographe et économiste, il fonde et dirige l’INED et enseigne à l’In (...)
  • 8 Elle quitte le Centre au début des années 1950 pour entreprendre une thèse sur Martin Heidegger, s (...)

2Un premier changement important se produit au début de l’année 1947, lorsque l’abbé Berrar invite Odette Laffoucrière à participer à l’organisation des activités intellectuelles. Cette lyonnaise, ancienne élève du professeur Henri-Irénée Marrou5, avait été responsable nationale de la Jeunesse agricole catholique pour la culture populaire6. Elle s’installe à Paris après la guerre pour passer le concours de bibliothécaire de l’École des Chartes et travaille parallèlement pour AlfredSauvy7. Venue écouter quelques débats rue Madame, elle s’enthousiasme pour le projet du Centre et accepte d’en devenir une permanente salariée8 Peu de temps auparavant, l’abbé Daniel Pézeril, alors qu’il se trouve en année sabbatique, est invité à participer aux activités. L’abbé Pézeril connaissait Émile Berrar depuis leurs années de formation au séminaire des Carmes ; ils étaient devenus, l’un et l’autre, par la suite enseignants à Issy-les-Moulineaux. Après la guerre, Daniel Pézeril avait été nommé vicaire à Saint-Étienne du Mont, puis avait pris un temps de repos. C’est à ce moment-là que l’abbé Berrar lui demande de l’aider dans son service. Il prend alors pour quelque temps la fonction d’assistant ecclésiastique adjoint. Les deux nouveaux venus allaient orienter le Centre vers les problèmes philosophiques.

3Deux ans plus tard, le comité directeur accueille Robert Barrat. Cet ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (il a intégré en 1937) est depuis la fin de la guerre journaliste à Témoignage chrétien. Avec Odette Laffoucrière, il est chargé du secrétariat dans ses aspects les plus intellectuels, l’organisation administrative étant conservée par André Aumonier. En 1950, Ghislaine Tholance est recrutée pour les tâches administratives (location de salles, organisation de la publicité, dactylographie de courriers, comptes…). Elle restera plus de vingt ans se donnant sans relâche au bon fonctionnement technique du Centre.

  • 9 L’abbé Chatillon est professeur à l’institut supérieur catéchétique de l’Institut catholique de Pa (...)

4Tous les mercredis soirs les abbés Berrar et Pézeril, Odette Laffoucrière et Madeleine Leroy, Robert Barrat se réunissent pour organiser les activités. La réunion est précédée d’un repas au « 61 ». Quelques ecclésiastiques qui résident à la Maison diocésaine des étudiants se joignent à l’équipe : l’abbé André Brien, l’abbé Jean Chatillon et l’abbé de Vaumas9. Si les deux derniers ne jouent pas vraiment de rôle, le premier est souvent sollicité. Aumônier de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm depuis 1947, cet ami de l’abbé Berrar est un excellent connaisseur des milieux intellectuels et de leurs besoins.

5Si les membres du comité directeur sont tous des diplômés catholiques, ils travaillent dans des milieux professionnels différents. Ils ont également des options politiques diverses. Une pluralité qui n’est pas sans provoquer tensions et incompréhensions lors des réunions de travail.

De quelques paradoxes

  • 10 Lettre circulaire d’Émile Berrar et d’André Aumonier, pour une récollection prévue en octobre 1950 (...)

« Le Centre catholique des intellectuels français est un centre où doivent converger les courants de pensée les plus divers et nous savons bien que notre fidélité personnelle à tel ou tel de ces courants entraîne parfois aussi une difficulté de compréhension entre nous. Il n’est sans doute pas dans le rôle du Centre d’arriver à définir une doctrine commune sur tel ou tel point particulier qui font l’objet de nos recherches, mais de mettre en relation les points de vue les plus divers qui trouveront dans cette confrontation l’enrichissement de positions complémentaires et de perspectives nouvelles. C’est bien d’ailleurs ce qui constitue autant notre raison d’être que notre faiblesse10 ».

  • 11 Ce sera la seule retraite spirituelle des animateurs du CCIF.
  • 12 Sur les degrés d’appartenance au régime de Vichy et sur le détachement progressif voir Bernard Com (...)
  • 13 Roger Millot fait partie du groupe de la « rue de Verneuil » avec le père Riquet et Paul Milliez. (...)
  • 14 Comité directeur 1951, ARMA.
  • 15 Robert Barrat à Jeanne Ancelet-Hustache, 24 juin 1951, p. 1, carton 1, ARMA.

6C’est par ces mots que l’abbé Berrar et André Aumonier invitent en 1950 les membres du comité directeur à participer à une récollection11 Cette lettre souligne la richesse et les limites du nouveau foyer. Sa richesse se trouve dans la diversité de la formation intellectuelle, de la formation spirituelle et des engagements au sein de la cité de ses membres ; ses limites dans l’affrontement entre tendances : un groupe de philosophes et de théologiens formé par l’abbé Berrar, l’abbé Daniel Pézeril et Odette Laffoucrière et un second davantage constitué de juristes et d’ingénieurs avec André Aumonier, Roger Millot ou encore Michel Charpentier. Ces différences sont accentuées par les choix politiques faits pendant la guerre. Parmi les membres du premier comité directeur, trois ont participé à l’administration de Vichy : André Aumonier comme directeur de la Maison des jeunes, Jean Aubonnet comme directeur du bureau des études et Paul Macé comme chargé du service de la formation des jeunes après le départ de Louis Garrone en janvier 1942. Quant à Robert Barrat, il a participé à l’expérience des chantiers de jeunesse12 Parmi les résistants connus se trouvent Henri Bédarida, Roger Millot13 et l’abbé Daniel Pézeril. De ces choix surgissent des tensions récurrentes qui s’épanouissent lorsque l’équipe s’intéresse aux événements politiques. Ainsi en 1951, lors d’une conférence consacrée à l’espoir temporel des chrétiens, le maurrassien Louis Salleron condamne-t-il vigoureusement l’épuration. Son texte est soumis à l’avis d’un comité directeur partagé. L’équipe décide de corriger le texte en un sens moins véhément14. L’orateur, appuyé par Robert Barrat, exige que sa conférence soit retranscrite intégralement15. Rien d’étonnant de la part du secrétaire général adjoint qui avait été attiré par l’expérience vichyste et qui avait fustigé en 1947 les excès de l’épuration. Le compte rendu est finalement censuré.

  • 16 Ce sont les groupes que nomme Yvon Tranvouez dans Catholiques d’abord, op. cit., p. 128-129.
  • 17 Idem, p. 126.
  • 18 Jean-Marie Donegani, La liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le c (...)

7Les animateurs se divisent également sur le rôle que doit avoir le christianisme au sein de la société. Certains se situent dans un courant critiquant les insuffisances de l’Action catholique. Ils se rapprochent des positions tenues, pour des raisons différentes d’ailleurs, par des revues comme Esprit, Dieu Vivant ou Jeunesse de l’Église16 ; d’autres continuent de penser que l’Action catholique a encore des potentialités sans pour autant y adhérer pleinement ; d’autres enfin, participent à une vision intransigeante où l’idée d’une restauration chrétienne n’a pas disparu et où l’épisode de Vichy constitue une occasion manquée17. Cette pluralité idéologique du comité directeur s’oppose cependant à l’assez grande homogénéité du petit noyau dirigeant les activités intellectuelles qui développe une attitude libérale, soucieux d’adapter le système catholique à son environnement et aux valeurs du monde moderne18. L’abbé Berrar, Madeleine Leroy et Odette Laffoucrière peuvent d’ailleurs compter sur la bienveillance de certains membres de la hiérarchie ecclésiastique.

L’appui de la hiérarchie

  • 19 Nommé le 21 février 1945, il le reste jusqu’en juin 1948.
  • 20 Yves Lefèvre à André Aumonier, 30 mars 1946, 2 p., carton 46, ARMA.
  • 21 Cette présidence n’est finalement pas créée.
  • 22 D’après une fiche rédigée par l’abbé Berrar qui avait établi une liste des personnalités romaines (...)
  • 23 Ancien élève du Séminaire Saint-Sulpice, professeur de philosophie au petit séminaire de Conflans (...)

8Dès ses origines, le CCIF avait refusé d’être assimilé à un organisme d’Action catholique. Le choix du titre d’assistant ecclésiastique était d’ailleurs symptomatique du lien qu’il entendait nouer avec la hiérarchie : fidèle à l’autorité ecclésiale mais sans pour autant lui être unie trop étroitement. Néanmoins, il restait soucieux d’obtenir l’appui de Rome pour éviter que se creuse un fossé entre les élites intellectuelles et la hiérarchie catholique, phénomène assez courant des années 1940. Il cherche donc à maintenir le lien entre l’Église officielle (hiérarchie, séminaires, instituts catholiques) et les intellectuels. Ce souci le conduit à informer l’ambassadeur de France à Rome, le philosophe thomiste Jacques Maritain19 de l’existence du nouveau foyer. Ce dernier est contacté par un normalien, Yves Lefèvre, résidant à l’École française de Rome20 qui lui demande de participer au comité d’honneur du CCIF. Le philosophe accepte l’idée d’une présidence21. Le cardinal Tisserant, conservateur de la Bibliothèque vaticane et membre de l’Académie française est également sollicité et promet de devenir le protecteur du Centre. L’équipe n’attend pas de ce dernier un appui pratique, mais juge important de se mettre sous l’autorité bienveillante de cette personnalité française qui bénéficie d’un certain poids à la Curie22. L’abbé Berrar connaît lui-même plusieurs Romains : Mgr Baron, l’ami de Jacques Maritain, recteur de Saint-Louis des Français après le départ de Mgr Flusin ; l’abbé Pierre Veuillot qui, à partir de 1949, occupe un poste de minutante à la section française de la Secrétairerie d’État23 ; et enfin Mgr Lambruschini, notaire au Saint-Office.

  • 24 Philippe Chenaux fait d’ailleurs remarquer que Pie XII « s’était contenté de nommer un cardinal pr (...)
  • 25 Lettre de remerciement de l’abbé Berrar et d’Henri Bédarida au cardinal Pizzardo, non datée, carto (...)

9Malgré ces appuis, le Centre ne bénéficie pas d’une reconnaissance rapide : si le pape Pie XII accorde sa protection au mouvement Pax Romana24 en nommant le cardinal Pizzardo, cardinal-protecteur du mouvement25, c’est seulement en mai 1950, lors de la troisième Semaine des intellectuels catholiques, qu’il fait envoyer un télégramme de bénédiction pour la nouvelle entreprise. L’équipe a donc attendu cinq ans avant d’obtenir la consécration officielle. Elle trouve, en revanche, auprès de l’archevêque de Paris un appui bienveillant.

  • 26 Voir le témoignage d’Henri Bédarida, RD 4-5, mai-août 1949, p. 2.
  • 27 Bien que souhaitant la libération de la France et ayant en horreur le nazisme, le cardinal Suhard (...)
  • 28 Deux hommages lui sont rendus : l’un d’Henri Bédarida et le second de l’abbé Berrar. Quelques text (...)
  • 29 Né en 1883, archevêque de Bordeaux de 1935 à 1949, il est ensuite nommé archevêque de Paris, mais (...)

10Depuis la mise en place du Centre universitaire catholique, Emmanuel Suhard suit avec sympathie l’évolution du foyer26. Il accorde sa pleine confiance à l’abbé Berrar qui le tient informé par l’intermédiaire de son ami, l’abbé Bernard Lalande, secrétaire particulier de l’archevêque. Si le cardinal avait manifesté pendant la guerre un piètre discernement politique et pouvait être défini comme un conservateur27, en tant que pasteur il était bien loin d’incarner un quelconque conservatisme, montrant une grande ouverture à l’égard des projets missionnaires les plus divers. Il suit donc avec attention le développement du Centre. À la mort de l’archevêque en 1949, le CCIF lui rendra plusieurs hommages en soulignant ses qualités pastorales et spirituelles, se refusant à évoquer les tourments nés de la guerre28. Le nouvel archevêque de Paris, Mgr Maurice Feltin29, soutiendra tout autant l’équipe, mais son moindre rayonnement et sa moindre influence à Rome n’assureront pas toujours à l’équipe un appui suffisant au moment des difficultés.

  • 30 Ce lyonnais est également cofondateur de La Vie catholique illustrée et collabore à Témoignage chr (...)
  • 31 Né en 1870, archevêque de Toulouse en 1929, le cardinal Saliège avait été l’un des rares prélats p (...)
  • 32 Né en 1893, professeur de théologie dogmatique à l’Institut catholique de Paris, puis directeur de (...)
  • 33 Lettre de Mgr Berrar à l’auteur, 25 octobre 1998, p. 1-2.

11L’abbé Berrar peut aussi compter de nombreux amis dans les cercles proches de la hiérarchie et dans les milieux intellectuels ecclésiastiques. Il réunit ainsi régulièrement, à son domicile, Joseph Folliet, secrétaire des Semaines sociales30, l’abbé Garail, secrétaire du cardinal Saliège de Toulouse31, l’abbé Bernard Lalande, Alfred Michelin, directeur de la Bonne Presse, excellent connaisseur des courants romains et le père d’Ouince, directeur des Études32, pour débattre de l’actualité religieuse ou laïque33.

12Fort de ces différents appuis, l’équipe entreprend de participer à l’élaboration d’un monde nouveau en se lançant dans un double projet : celui de rassembler tous les intellectuels catholiques et celui de continuer la recherche au sein des équipes de travail.

Rassembler tous les intellectuels catholiques : de la province à l’ensemble de la catholicité

La mise en place de la Fédération française des diplômés catholiques

  • 34 Comité de la Paroisse universitaire, juillet 1947, p. 10, APU.

13La première tâche du nouveau foyer est de pratiquer le regroupement des différentes associations françaises de diplômés. Michel Charpentier prend la direction d’un comité de liaison chargé de procéder au rassemblement. Dès janvier 1946, se placent sous l’égide du Centre : l’Union sociale d’ingénieurs catholiques (USIC), l’Office du Droit, le Centre Laënnec, le Groupe catholique du Palais, le Syndicat des écrivains catholiques, l’Union nationale des fonctionnaires catholiques (UNFC), le Groupe catholique des bibliothèques, le Groupe catholique des beaux-arts, l’Association française des pharmaciens catholiques, la Mission universitaire française (MUF) et les Études internationales. Un accord, établi entre le CCIF et chaque groupe, prévoit une entraide pour le travail de réflexion et considère le « 61 » comme le représentant de chacun auprès de Pax Romana à Fribourg. La Paroisse universitaire est également invitée à se placer sous l’égide du Centre. Malgré la demande pressante de Madeleine Leroy, elle s’y refuse. En devenant membre de la fédération, la Paroisse universitaire devenait une « section » alors qu’elle avait été à l’origine du Centre : les enseignants préfèrent donc ne pas être représentés officiellement parmi les intellectuels catholiques plutôt que de se voir réduits à une branche du CCIF. Madeleine Leroy prend acte de la décision et donne sa démission du secrétariat de la Paroisse universitaire en avril 1946. Un an après, la proposition est renouvelée… et les mêmes réserves prononcées34. Les exigences du rassemblement des membres de l’enseignement public sont clairement établies : aucun lien institutionnel ne peut exister entre les deux groupes ; le CCIF ne doit pas devenir un organisme spirituel, il ne peut ni établir de groupes en province ni créer d’aumôneries locales. Il doit trouver sa voie en débordant largement le milieu universitaire et en laissant à la Paroisse l’apostolat spirituel auprès des enseignants.

  • 35 Les témoignages des scientifiques sont unanimes concernant la perception de « prolétariat intellec (...)
  • 36 Voir Francesco Beretta, Monseigneur d’Hulst et la science chrétienne : l’engagement d’un intellect (...)
  • 37 Né en 1870, chrétien et savant, élève et ami de Bergson, il cherche à supprimer tout fidéisme. Son (...)
  • 38 Voir Régis Ladous, Des Nobel au Vatican, la fondation de l’Académie pontificale des sciences, Cerf (...)
  • 39 Voir son propre témoignage sur ce sujet dans Foi de physicien ! Testament d’un scientifique, Fayar (...)
  • 40 Né en 1898, directeur de l’observatoire de Zi-Ka-Wei en Chine pour y faire des travaux sur la vari (...)
  • 41 René Lavocat insiste davantage sur le rôle de Pierre Lejay : « On peut situer le départ de l’UCSF (...)
  • 42 Allocution du père d’Ouince, prononcée le 18 octobre 1958, p. 2-3, Papiers Pierre Lejay, « Notice (...)

14Un autre foyer est sollicité par l’équipe du « 61 » pour devenir membre fédéré du CCIF, c’est l’Union catholique des scientifiques français (UCSF), tout nouveau rassemblement de scientifiques catholiques. Pendant la guerre au sein du CUC, des étudiants s’étaient retrouvés pour réfléchir aux rapports entre la science et la foi. Le retour à la paix conduit ces jeunes diplômés à approfondir leurs travaux dans le cadre d’un groupe plus structuré. Mais mal à l’aise avec les philosophes, ils souhaitent se retrouver entre eux35. À l’origine de leur projet se trouve le refus de tout fidéisme qui sépare radicalement convictions religieuses et activités professionnelles. Ce souci de mettre un terme à la coupure entre raison et foi n’était pas nouveau. Dès la fin du xixe siècle, il y avait eu quelques tentatives pour combler ce fossé avec la création des Congrès scientifiques catholiques autour de Mgr d’Hulst. Ces assemblées avaient cherché à concilier le dépôt de la foi avec l’apport des sciences modernes mais avaient vite été interrompues par Pie X qui craignait une remise en cause de la question biblique36. Certes, depuis le début du siècle, des auteurs comme Henri Poincaré ou encore Édouard Le Roy37 avaient dénoncé l’intransigeance des sciences. De son côté, le Magistère avait entrouvert quelques portes – Pie XI avait ainsi décidé la réorganisation de l’Académie pontificale des sciences38 – mais tout cela paraissait fort insuffisant. Il fallait combler un vide en mettant en place un organisme capable de témoigner de la compatibilité entre la foi chrétienne et la recherche scientifique. Paul Germain est désigné pour aller exposer aux scientifiques aînés le projet. Il rencontre Louis Leprince-Ringuet alors professeur à Polytechnique39, le jésuite géophysicien Pierre Lejay40 et Maurice de Broglie, professeur au Collège de France41. Le diagnostic prononcé par le jeune scientifique confirme celui du père Lejay qui, revenu en France depuis la mobilisation, souhaite favoriser la création de ponts entre l’Église et la recherche scientifique et mettre ainsi un terme à « l’exil des catholiques » scientifiques42. Enthousiaste, le jésuite rédige les statuts de la future union avec Paul Germain et Jean Schiltz. L’Union catholique des scientifiques français est née. Elle se définit comme :

  • 43 Statuts de l’UCSF, 1945, p. 1, carton 56, ARMA.

« Un centre de rencontres et de recherches pour l’étude des problèmes humains posés par les découvertes et les méthodes scientifiques (permettant) d’assurer à la pensée scientifique la place qui lui revient dans la pensée chrétienne (et de) promouvoir une forme d’humanisme scientifique et chrétien et (de) procurer aux scientifiques chrétiens des moyens d’information et d’expression43. »

  • 44 « […] il est important que les conférences et les ouvrages d’inspiration rationaliste ou marxiste (...)

15L’objectif est triple : il s’agit de faire reconnaître l’authenticité d’une vocation de scientifique catholique, de montrer la qualité et la pertinence des méthodes scientifiques trop souvent suspectées par la hiérarchie catholique et enfin de participer à l’élaboration du savoir théologique. C’est un véritable combat que l’UCSF entend mener : sur le plan intérieur, face à une distance que les scientifiques subissent depuis toujours de la part de leur propre milieu spirituel et sur le plan extérieur à l’égard des savants communistes qui, regroupés autour de la revue La Pensée, manifestent un rationalisme triomphant44.

  • 45 D’après « Organisation provisoire de l’UCSF », 1947 ou 1948, p. 3, ALLR.
  • 46 Assistant à la Faculté des Sciences de Paris.
  • 47 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1939).
  • 48 Ancien aumônier d’un groupe d’étudiants scientifiques, assistant au laboratoire de paléontologie.
  • 49 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm.
  • 50 Assistant à la Faculté des Sciences de Paris.
  • 51 Ingénieur des Manufactures de l’État.
  • 52 Ce spécialiste de la préhistoire est membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres et pr (...)
  • 53 Membre de l’Académie des Sciences, ingénieur en chef à la Compagnie électromécanique.
  • 54 « L’Union catholique des scientifiques français », 3 p., 1947 ou 1948, ALLP.

16Peu de temps après, un comité directeur est constitué45. Il réunit un président : Louis Leprince-Ringuet ; trois vice-présidents : Paul Germain qui reçoit également le titre de secrétaire général, Jean Schiltz et Jacques Polonovski ; quant à Robert Lennuier, il est chargé de la publication du bulletin46. Les pères Russo et Dubarle deviennent les aumôniers de la nouvelle Union. Le premier, né en 1909, est membre de la Compagnie de Jésus et ancien élève de Polytechnique dont il est l’aumônier depuis 1945, il est spécialiste de l’histoire et de la philosophie des sciences. Le second, né en 1907, est dominicain et enseigne à l’Institut catholique de Paris comme spécialiste des questions de philosophie des sciences. L’un et l’autre réfléchissent aux rapports entre sciences et foi : le père Russo par une réflexion historique, le père Dubarle par une réflexion plus philosophique. L’équipe comprend également Guy Lefort47, Madeleine Leroy, l’abbé René Lavocat48, Fernand Mathis49, M. Lucas50, M. Peretti della Rocca51. Très vite, grâce à la diligence et à l’enthousiasme de Louis Leprince-Ringuet, l’Union rassemble autour d’elle des scientifiques catholiques de réputation internationale : quatorze membres de l’Académie des sciences dont l’abbé Henri Breuil52, Édouard Le Roy, Georges Darrieus53 et quatre cents autres membres54.

  • 55 Statuts de l’UCSF, article 2, p. 1, carton 56, ARMA.
  • 56 6. Griefs qu’adresse Paul Germain à André Aumonier, lettre non datée mais certainement d’octobre 1 (...)
  • 57 Voir sur ce bulletin, la première analyse qui en a été faite par Michel Denizot, art. cité.

17La création du CCIF permet à l’UCSF de s’intégrer à une démarche collective en devenant une union autonome mais associée aux travaux du « 6155 ». Les premiers contacts entre les deux institutions sont loin d’être faciles, il y a même quelques frictions : l’UCSF se plaint de ne pas être informée, de ne pas être écoutée voire même de ne pas être convoquée aux réunions importantes56 ! Ces difficultés sont le signe des hésitations du CCIF à s’organiser et à prendre en charge les diverses activités. Un bulletin de l’Union, dont le père Russo est pendant presque vingt ans le rédacteur principal, paraît à partir de novembre 1947. Il présente un panorama de l’actualité scientifique, dresse des bibliographies et propose des comptes rendus de haute valeur. Rattaché à la revue du CCIF, ce bulletin devient pendant plus de trente ans un important outil de travail57.

18Au milieu de l’année 1946, le CCIF a donc regroupé l’ensemble des associations de diplômés catholiques de France. Il participe alors à l’étape suivante qui consiste à mettre en place le rassemblement international des intellectuels catholiques.

Le CCIF devient la section française du Mouvement international des intellectuels catholiques

  • 58 Tract d’invitation pour les journées de rencontres franco-britanniques, 19-27 avril 1946, p. 1, AR (...)
  • 59 Pax Romana était constitué désormais du MIEC et du MIIC. Voir à ce propos le petit livre Pax Roman (...)
  • 60 Indications dans « Les intellectuels dans la chrétienté », dans Pax Romana, MIIC, 1, p. 16-17.
  • 61 Informations dans Marie-Hélène Olivier, Roger Millot, op. cit., p. 265.

19S’il existe plusieurs rassemblements nationaux de diplômés catholiques comme la Newman Association anglaise ou le Movimento laureati italien, aucun mouvement international n’est constitué. Un premier pas est accompli en avril 1946, lorsque le CCIF organise avec la Paroisse universitaire et la Newman Association, une rencontre franco-britannique à Paris. Cette réunion a deux objectifs : contribuer à l’élaboration et au rayonnement de la pensée catholique française et réfléchir à l’esquisse d’un embryon d’organisation internationale58. En août 1946, une commission provisoire, que préside le chancelier de l’Université de Fribourg Hubert Aepli, lance les jalons du mouvement. Un an après, en avril 1947, lors du congrès de Pax Romana réuni à Rome, le Mouvement international des intellectuels catholiques (MIIC) est constitué. Le CCIF devient la section française du MIIC ; quant aux étudiants, ils sont regroupés dans le Mouvement international des étudiants catholiques (MIEC)59. Le nouveau mouvement fédère alors vingt organisations interprofessionnelles nationales et quinze groupements spécialisés (lorsque la fédération nationale n’existe pas). Treize secrétariats internationaux sont également constitués pour régler les problèmes de chaque discipline professionnelle à l’échelle internationale60. La France reçoit la gestion de trois d’entre eux : le secrétariat des écrivains catholiques, celui des pharmaciens et celui des ingénieurs61.

  • 62 Les journaux de l’époque ont énormément insisté sur le rôle des Français dans cette constitution : (...)

20Les Français – et tout particulièrement Roger Millot, le vice-président du CCIF – avaient joué un rôle certain dans cette création62. C’est en effet principalement sous l’influence des Français et des Italiens que le terme « intellectuel » avait été choisi, malgré les Espagnols et les Anglais qui préféraient le terme plus neutre de « diplômés ». Quant aux statuts du CCIF, ils avaient servi en partie de matrice à ceux du MIIC. La consécration de cette influence française est la nomination de Roger Millot comme président-fondateur du Mouvement international des intellectuels catholiques.

  • 63 C’est le cas pour la Tchécoslovaquie, le 17 février 1947, carton 37, ARMA. Le MIIC une fois consti (...)
  • 64 Envoi en 1946-1947, carton 37, ARMA.
  • 65 Proposition faite par André Aumonier à Gérald Grinschgl (membre de Pax Romana) : une conférence me (...)
  • 66 Échanges lancés en octobre 1946, p. 1, carton 37, ARMA.
  • 67 C’est le cas de la Belgique avec le Centre de culture chrétienne belge, en mai 1946, p. 1, carton (...)
  • 68 Ce congrès fondé par Carlos Santamaria regroupait annuellement les intellectuels catholiques de di (...)

21Prenant acte de la nouvelle donne, André Aumonier et Michel Charpentier multiplient les liens avec les catholiques étrangers. Ils envoient des bibliographies rédigées par les équipes de recherche63 et des numéros de Travaux et Documents64. Ils proposent un service d’échanges intellectuels avec l’Autriche dont le Centre catholique international vient d’être fondé à l’instigation du Commandement français en Autriche65 et avec l’Université de Salamanque en Espagne66. Ils font parvenir à divers pays des documents présentant les objectifs poursuivis par le Centre pour faciliter la création d’associations d’intellectuels catholiques67. Un peu plus tard, ce sont les liens entre l’Espagne et la France qui sont resserrés lorsque certains animateurs du « 61 » se rendent aux Conversations de San Sebastian68.

  • 69 Sœur d’Elisabeth de Miribel, la collaboratrice du Général de Gaulle à Londres.
  • 70 Lettre envoyée à l’ambassade ou à l’association des amis de : Belgique, Panama, Italie, Chili, Cub (...)
  • 71 3 avril 1951, p. 1.

22Après 1950, les contacts se multiplient avec l’ensemble des mouvements affiliés à Pax Romana. Pour organiser ces relations, un secrétariat parisien des relations internationales est créé au sein du CCIF. Il est dirigé par Emmanuel de Las Cases, un ami d’André Aumonier, aidé d’une nouvelle secrétaire, Sibylle de Miribel69. Le nouveau secrétariat invite ainsi des étrangers vivant en France à participer aux activités intellectuelles70 tout en prenant contact avec des pays membres du MIIC. La section de Tokyo est ainsi sollicitée pour envoyer « une lettre, un document annuel qui renseigneraient sur les événements spirituels de tous ordres intervenus dans l’année71 ». Toutes ces initiatives se situent dans la stricte perspective de Pax Romana pour élaborer un esprit catholique international : accueil des étudiants catholiques étrangers, informations sur les manifestations nationales, développement des liens d’amitié entre les pays.

  • 72 Comité directeur, 17 janvier 1947, p. 3, carton 36, ARMA.

23Malgré l’énergie déployée, les membres fédérés délaissent les activités intellectuelles du CCIF. Cet échec de transfusion donne l’occasion à l’équipe de réfléchir à la fonction propre du Centre par rapport aux associations qu’il fédère tout en s’interrogeant sur la part respective à accorder à la recherche intellectuelle et aux échanges internationaux72.

L’ambiguïté originelle

24Si la petite équipe du Centre universitaire catholique avait compris la nécessité d’élargir son recrutement, si la création de la Fédération française des diplômés catholiques, puis celle du Mouvement international des intellectuels catholiques, lui avaient apporté structuration et autorité, elle ne s’en interroge pas moins sur les limites de la cohabitation. L’envoi de lettres à l’étranger et les voyages du secrétaire général entrent-ils réellement dans la fonction du CCIF ? Celui-ci est-il subordonné aux directives de Pax Romana comme l’entendent certains membres du MIIC ? Ou bien, au contraire, chaque section nationale a-t-elle carte blanche pour s’organiser ?

  • 73 Texte du projet d’accord entre le CCIF et les associations de diplômés, texte non daté, p. 1, cart (...)
  • 74 Quelque temps après ce congrès, l’abbé Berrar invite les pères Bouillard et Congar et l’abbé Richa (...)

25Les statuts ont pourtant clairement défini les termes de l’association : l’union du CCIF et des groupements de diplômés catholiques est fondée uniquement sur l’échange intellectuel73. La liaison entre les deux entités se situe donc sur le strict plan culturel. Néanmoins, les tenants de la ligne internationale soulignent le devoir de participation à tout ce qui caractérise le mouvement : apostolat au sein de la population active et représentation auprès des organismes nationaux et internationaux. Cette tâche, tous les membres du bureau ne sont pas prêts à l’assumer. D’autant que derrière ces divergences sur les objectifs, se profile une mésentente plus idéologique. Les deux courants incarnent deux lignes théologiques que met bien en valeur un différend né lors des Conversations de San Sebastian de 1949. Pendant le rassemblement, décision avait été prise de rédiger une « Déclaration des droits de l’homme selon les principes chrétiens ». Au cours de l’élaboration du texte, les divergences éclatent sur le statut de la liberté religieuse74. L’épisode est mineur, mais il souligne des divergences profondes. Un courant (libéral ou transigeant) accorde au monde un préjugé favorable, le deuxième (intransigeant) se refuse à faire une quelconque concession. L’incident est à l’image des différends qui vont opposer la ligne internationale du CCIF à sa ligne plus « gallicane ».

Rester un laboratoire de recherche : au-delà de l’horizon existentialiste

Une démarche apologétique ?

26Si l’équipe du « 61 » est convaincue de la nécessité de participer à l’élaboration d’une pensée chrétienne, des hésitations persistent quant à la manière de la concevoir et de la présenter. À ses origines, le Centre semble manifester un certain esprit apologétique et défensif comme le souligne la brochure de présentation adressée à l’archevêque de Paris en 1946 :

  • 75 Henri Bédarida au père Vieillard, un des secrétaires de l’archevêque de Paris, 20 février 1946, p. (...)

« En face des grands courants de la pensée contemporaine et en particulier du matérialisme marxiste, la pensée chrétienne a besoin de s’affirmer en un langage moderne et de se faire concrète. Encore faut-il pour cela qu’il existe effectivement entre tous les intellectuels catholiques un échange substantiel de pensée, de culture, de travaux75. »

  • 76 Conférence du 17 février 1949, p. 2, ARMA.
  • 77 Depuis les travaux de Jeannine Verdès-Leroux, Le réveil des somnambules, le parti communiste, les (...)
  • 78 Voir Jean-François Sirinelli, « Les normaliens de la rue d’Ulm après 1945 : une génération communi (...)
  • 79 Voir Michel Winock, « Esprit », des intellectuels dans la cité, 1930-1950, op. cit.
  • 80 Comité directeur, 13 février 1946, p. 1, carton 36, ARMA.
  • 81 Texte sans titre, non daté mais certainement de 1946, p. 1, ARMA.
  • 82 Jean-Baptiste Duroselle à Roger Millot, 8 septembre 1945, p. 3, « Pax Romana X », ARM.

27Cette inscription dans le mouvement intransigeant semble se confirmer l’année suivante lorsque Étienne Gilson précise, lors d’une réunion des Amis du CCIF à l’archevêché de Paris, en évoquant les progressistes : « il ne faut pas que cette gangrène gagne du terrain76 ». En ces années d’après-guerre, le parti communiste – s’il n’est pas le « parti des intellectuels77 » – jouit néanmoins d’une position influente sur la scène française. Il séduit les étudiants78 et son idéologie trouve un large écho auprès de nombreux catholiques comme ceux de la revue Jeunesse de l’Église ou ceux d’Esprit, qui elle aussi, quoique de manière différente, ne conçoit pas un avenir sans un travail commun avec les communistes79. Le CCIF conscient de cette attirance propose une alternative : « […] prouver que l’intelligence n’est pas seulement à l’extrême-gauche et donner à cette pensée, une fois dégagée, les moyens de diffusion indispensable80 ». L’équipe entend ainsi construire un humanisme chrétien afin de donner réponse à toutes les questions en habillant « la pensée catholique d’un costume moderne81 ». Elle conçoit donc le nouveau foyer comme le diffuseur possible d’une culture de résistance face au marxisme : « cela aurait une grande importance sur le plan national – précise ainsi Jean-Baptiste Duroselle à Roger Millot – qu’il existe une centrale intellectuelle catholique apte à rivaliser, et même à dépasser largement l’Université nouvelle82 ».

28C’est pour établir cette pensée catholique cohérente que les animateurs multiplient les équipes de recherche censées constituer la fameuse synthèse.

Une pratique intellectuelle éloignée de toute intransigeance

  • 83 3. « Équipes de recherche, comité de liaison », p. 1-2, carton 4, AICP.

29En mars 1947, sept équipes (elles prennent alors le nom de sections) sont répertoriées : « Philosophie-sciences » que préside Paul Germain ; « Philosophie existentielle » que coordonne Claude Ducot ; « Église : problèmes historiques et contemporains » dirigée par Jean Meyriat ; « Éducation et Enseignement » avec Madeleine Leroy ; « Science et Conscience » avec Melle Mortier ; « Technique moderne et Vie sociale » avec Legrelle ; « Christianisme et Civilisation » avec Charles Anel. Le travail des sections est centralisé par le comité directeur83.

  • 84 Études, Construire, Cité Nouvelle, Cahiers du clergé rural, Dieu vivant, Irénikon, La Vie spiritue (...)
  • 85 Rapport moral de l’assemblée générale pour l’année 1946-1947, ARMA.

30Certaines équipes organisent des conférences, d’autres réunissent des étudiants en recherche de sujet de thèse, d’autres enfin établissent des bibliographies exhaustives sur des thèmes particuliers. Un bilan du travail fait a été conservé pour la seule année universitaire 1946-1947 : il souligne à la fois la diversité des travaux et l’échec du projet tel que l’avait conçu le CCIF à ses origines. « Philosophie-sciences » organise des conférences dans la salle de la Société de géographie (qui réunit deux cents à trois cents personnes) et des séances de travail (rassemblant une vingtaine de personnes). « Philosophie existentielle » prépare des conférences suivies de discussions (qui drainent soixante à quatre-vingt personnes) ; « Église : problèmes historiques et contemporains » constitue une bibliographie sur le thème du christianisme et de la civilisation en établissant la liste des principales revues françaises (pas moins de vingt-trois !) et en entreprenant leur dépouillement systématique84. « Éducation et enseignement » (qui compte une dizaine de personnes) établit une bibliographie sur son sujet ; quant à la dernière « Science et conscience », elle organise plusieurs confrontations sur ce thème qui rassemblent vingt à trente personnes85.

  • 86 André Aumonier à M. Dursel, octobre 1950, p. 1, ARMA.
  • 87 Ancien secrétaire général de la JEC, invité par André Mandouze à collaborer à Témoignage chrétien, (...)
  • 88 8. Né en 1913, il travaille d’abord sur l’Afrique, puis à partir de 1949, étudie le comportement e (...)
  • 89 Né en 1911, poète, romancier et critique littéraire au journal La Croix. Il devient par la suite l (...)
  • 90 Né en 1906, influencé par le thomisme de Jacques Maritain et les idées politiques de Charles Maurr (...)
  • 91 Né en 1896, ami de Jacques Maritain avec lequel il fonde le Roseau d’or, il devient par la suite d (...)
  • 92 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1919), il est professeur de (...)
  • 93 Né en 1904, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1925) c’est un f (...)
  • 94 Né en 1898, agrégé d’histoire, membre de l’École française de Rome, Jacques Madaule s’intéresse à (...)
  • 95 Convocation du 10 mars 1951, carton 4, AICP.

31Entre 1948 et 1951, une cinquantaine de laïcs et une dizaine d’ecclésiastiques (sans compter la spécifique UCSF) ont participé au travail des sections. En 1950, devant la maigreur des résultats obtenus, le bureau demande à chaque équipe de nommer un chef de section et un secrétaire : « le chef doit être d’une notoriété telle qu’il puisse attirer par sa présence les membres de l’équipe86 » précise ainsi le rédacteur du texte sans succès. En mars 1951, les responsables des sections sont convoqués pour préparer les activités intellectuelles du Centre. Sont invités : Charles Anel, le journaliste Jean Baboulène87, le père Beirnaert, le philosophe Maurice Blin, l’abbé Brien, l’ethnologue Paul-Henry Chombart de Lauwe88, Jean-Baptiste Duroselle, le romancier Luc Estang89, le journaliste Jeande Fabrègues90, le poète Stanislas Fumet91, le juriste Étienne de Gouvernel, Alain Guillerm-ou, le philosophe Pierre Joulia92, le philosophe Olivier Lacombe93, Emmanuel de Las Cases, la philosophe Geneviève Lewis, l’homme de lettres Jacques Madaule94, l’historien Marcel Reinhard et la philosophe Melle Taboulot95.

  • 96 « Membres de la section historique et groupe René, Grousset », 5 novembre 1952, 1 p. Parmi les mem (...)
  • 97 Réunion du 13 décembre 1952.
  • 98 Né en 1917, industriel et historien (il soutient en 1948 une thèse sur « L’action sociale des cath (...)
  • 99 Convocation décembre 1950, minutier 1950-1952, ARMA.
  • 100 Deux maires en février 1950 sont invités à présenter leurs expériences d’élus et d’administrateurs (...)

32Dans les années suivantes, les créations se poursuivent : ainsi en novembre 1952, cent dix personnes susceptibles d’apporter leur concours à la section historique sont recensées96. Cette équipe organise d’ailleurs quelques réunions : l’une est consacrée à « Richelieu et l’unité européenne97 », une deuxième aux archives des congrégations religieuses. Une section intitulée « Social et politique » et dont la création semble remonter à décembre 1951, rassemble Jean Baboulène, l’industriel Henri Rollet98, Jammes, Marchal, le juriste Georges Vedel, le député Maurice-René Simonnet et Michel Habib99. Plusieurs réunions ont lieu en 1952-1953 : l’équipe réfléchit sur l’espérance marxiste et l’espérance chrétienne et invite des acteurs du monde politique100.

  • 101 Une chemise comportant les activités de la section a été conservée, carton 4, AICP.
  • 102 Né en 1908, membre de la compagnie de Jésus, théologien professeur à Fourvière, il devient par la (...)
  • 103 03. Né en 1913, pasteur en 1936, il entre dans l’Église catholique en 1939. Professeur de théologi (...)
  • 104 Il a succédé au père Brillet comme aumônier de la Paroisse universitaire.
  • 105 Né en 1904, il enseigne au Saulchoir puis participe à la fondation du Centre de pastorale liturgiq (...)
  • 106 Né en 1897, rédacteur à la revue Études, il est l’un des principaux spécialistes de Hegel.
  • 107 Carme de la communauté d’Avon et ami de Jacques Maritain.
  • 108 08. Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1937) et membre de l’Ora (...)
  • 109 Né en 1911, Antonin-Marcel Henry est dominicain. Il est nommé en 1942 directeur de La Vie spiritue (...)
  • 110 Né en 1896, fondateur avec le père Daniélou de la collection Sources chrétiennes, il s’intéresse a (...)
  • 111 Né en 1900, ce dominicain fonde avec les pères Boisselot et Bernadot le journal Sept et dirige La (...)
  • 112 Né en 1923, il enseigne la philosophie à l’institution Saint-Jean de Passy. Il est un fidèle des r (...)
  • 113 Né en 1907, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1926), philosoph (...)
  • 114 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1946), philosophe.
  • 115 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1919), historien de la philo (...)
  • 116 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1920), philosophe augustinie (...)
  • 117 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1933).
  • 118 La réunion du 26 octobre 1949 réunit en outre le père Montuclard, directeur de Jeunesse de l’Églis (...)
  • 119 Né en 1907, ancien élève de l’École normale supérieure d’Ulm (promotion 1928). Il traduit Heidegge (...)
  • 120 Tel est le cas de la réunion sur l’athéisme de Maurice Merleau-Ponty, en 1950, carton 4, AICP.

33Parmi toutes les sections, c’est finalement la section théologie qui retient l’attention. C’est, avec la section philosophie existentielle, les deux sont souvent couplées d’ailleurs, le groupe le plus vivant. Il fonctionne depuis la rentrée 1947, trouvant à la fois une certaine régularité dans les réunions et rassemblant les meilleurs théologiens et philosophes catholiques101. La liste est élogieuse : les pères Beirnaert, Bouillard102, Bouyer103, Congar, Chenu, Dabosville104, Daniélou, Dubarle, Duméry, Féret105, Fessard106, François de Sainte-Marie107, Golliet108, Henry109, de Lubac110, Maydieu111, d’Ouince, les abbés Brien et Colin112 et parmi les laïcs : Maurice Blin, Étienne Borne113, Yvon Brès114, Melle Carroi, Henri Gouhier115, Jean Guitton116, Pierre Joulia, Geneviève Lewis, Olivier Lacombe, Gilbert Spire117, Melle Taboulot118. Parfois des intellectuels non croyants sont également conviés à ces réunions comme le philosophe Jean Beaufret, spécialiste de Martin Heidegger119, Jean Hyppolite, directeur de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm120.

  • 121 Projet de travail pour la réunion du 15 juin 1948, 1 p. Papiers Féret, ADF.
  • 122 Compte rendu du travail, p. 1, carton 4, AICP.

34L’équipe s’attache à redéfinir les courants théologiques tout en y intégrant les derniers développements de la connaissance. Plusieurs séances sont ainsi consacrées au « Mystère en théologie ». Il s’agit à la fois de comparer les différentes définitions du mystère (mystère païen et mystère chrétien, approche protestante et approche catholique) pour ensuite s’interroger sur le possible apport de la réflexion existentialiste121. Un peu plus tard, une réunion est organisée sur l’essentielle question de la nature et de la grâce, puis deux autres sur l’athéisme dans ses formes modernes122.

  • 123 Le statut contemporain de la philosophie première, centenaire de la faculté de philosophie, Beauch (...)

35Alors que la recherche à l’Institut catholique de Paris, en ces années d’après-guerre, est quasiment inexistante – la Faculté de philosophie et celle de théologie ont en outre très peu d’échanges123 – elle s’épanouit au sein du CCIF. Le nouveau foyer comble donc un vide intellectuel de premier ordre. Ce choix n’est pas sans provoquer incompréhensions et difficultés.

De la synthèse chrétienne à une théologie renouvelée ?

  • 124 Emmanuel Suhard, Essor ou déclin de l’Église, lettre pastorale, carême 1947, Paris, Livre de Vie, (...)
  • 125 « Il me tarde à vous dire ma profonde gratitude […]. Il en est un surtout sur lequel se reporte sp (...)

36En avril 1947, le cardinal Suhard fait publier sa lettre de Carême, dans laquelle il souligne le rôle que doivent jouer les intellectuels catholiques au sein de l’Église. Il les invite à se rassembler pour approfondir les questions que pose la culture moderne et insiste sur l’importance à accorder à la recherche intellectuelle menée par des laïcs. Cette lettre pastorale légitime de fait l’action du CCIF en reprenant la majeure partie de ses principes : ouverture sur le monde dans une fidélité à l’Église, « synthèse catholique qui doit concilier tradition et progrès, transcendance et incarnation124 ». Rien de surprenant puisque l’abbé Berrar et le père d’Ouince en avaient été les principaux rédacteurs125.

37Quelques mois plus tard, le père Congar se plaint d’être l’objet de certaines rumeurs :

  • 126 Le père Congar a cependant donné plusieurs cours en 1945-1946 sur « Le Corps mystique ».
  • 127 Note manuscrite, novembre 1947, Papiers Congar, ADF.

« L’abbé Berrar m’a dit (22. XI) que le Cardinal lui avait dit que certains trouvaient qu’il invitait trop, au CCIF, des gens un peu suspects : les pères Daniélou, Fessard, Chenu, Féret et Congar (je n’y parle jamais126 !!!) ; Le cardinal a ajouté : je veux bien couvrir certaines choses, mais seulement jusqu’à un certain point127… »

38Le père Chenu, quant à lui, explique :

  • 128 Père Chenu au père Congar, 4 décembre 1947, Papiers Congar, ADF.

« C’est au cours du différend un peu pénible entre l’Archevêché et Saint- Jacques, au sujet du projet de Saint-Séverin. En somme l’archevêché ne voulait pas donner Saint-Séverin (c’est son droit) ; mais, dans l’amertume des conversations, tel mandataire de l’archevêque a couvert ce refus de motifs empruntés fort extrinsèquement à la conjoncture. Aussi, à la question assez dure du P. Prieur : « Pourquoi nous manifestez-vous défiance et opposition ? », on répondit de façon sommaire : Affaire Bruckberger à la Libération, gêne à faire parler les P. P. Congar et Féret au CCIF etc.128 »

39L’épisode est emblématique : il souligne que, dès ses origines, le CCIF est perçu comme un espace où dialoguent des théologiens soucieux de renouveler le discours sur la foi par un contact assidu de la modernité. Une correspondance échangée entre le père Féret et l’abbé Berrar le confirme. Le dominicain désireux de ne pas compromettre le CCIF propose de ne plus paraître aux réunions publiques du « 61 ». L’assistant ecclésiastique l’invite à rester :

  • 129 Abbé Berrar au père Féret, 8 décembre 1947, p. 1-2, Papiers Féret, ADF.

« Il est bon que le père Congar vous ait dit les assauts dont on pourrait être victime. […] Son Éminence m’avait convoqué non pas pour faire un rappel à l’ordre, mais simplement pour me mettre en garde contre des attaques dont nous avons déjà été victimes. Certains cercles ne nous pardonnent pas des passages qu’ils jugent trop précis de la lettre pastorale… la mise en garde portait donc sur ces attaques et non pas leur contenu. Le Cardinal ne m’a manifesté aucune réserve à votre égard, ou à celle du père Congar ou du père Daniélou. Il m’a simplement demandé de ne pas faire étalage trop provocant de sujets qui sont mal vus de ces cercles dont la spécialité est l’intrigue et la dénonciation. Nous avons donc toute licence de continuer ces rencontres, sur invitation. Et son Éminence comprend très bien que le seul travail possible ne puisse se faire qu’en liaison avec les rares théologiens qui pensent129. »

  • 130 Lors de son compte rendu aux pères provinciaux, le père d’Ouince se plaint des attaques que subiss (...)
  • 131 Selon Jean-Marie Donegani : l’intransigeantisme « désigne l’attitude de refus total que la pensée (...)
  • 132 Idem.
  • 133 Comité directeur, 25 juin 1949, p. 1, ARMA.

40La lettre a été écrite après l’intervention du père Féret au premier débat public instauré par le CCIF, le 25 novembre 1947, sur « Le christianisme, religion historique », qui rassemblait les pères Chenu, Daniélou, Féret, Fessard, Jean Hyppolite et Henri-Irénée Marrou. Elle met finalement en lumière les tensions nées après la publication d’Essor ou déclin de l’Église. Des courants théologiques s’affrontent vigoureusement et se retrouveront d’ailleurs trois ans plus tard lors de la querelle sur la nouvelle théologie. Les uns poursuivent la ligne tracée par les pères de Montcheuil ou Teilhard de Chardin, les autres prolongent les travaux des pères Garrigou-Lagrange ou Guérard des Lauriers. Dans cette affaire, les Études et le CCIF se trouvent alors en première ligne, car l’une et l’autre travaillent à l’ouverture du catholicisme130. Si les déterminations apologétiques avaient marqué les orientations des premiers comités directeurs, le CCIF dans sa pratique s’est donc toujours situé, dès ses origines, loin de toute vision intransigeante131. Son souci correspond davantage à une vision intégraliste selon laquelle le catholicisme doit « répondre à la totalité des questions humaines132 », mais dans une conception ouverte qui ne refuse pas certains éléments du monde moderne. Si les tentatives pour organiser une pensée catholique cohérente face à la pensée marxiste restent réelles, celles-ci, très vite, se constituent dans un esprit de dialogue avec les non-catholiques. C’est en 1949 que le comité directeur décide de cette orientation en soulignant les ambiguïtés de la synthèse catholique et en insistant sur la valeur du dialogue : dialogue entre catholiques de tendances différentes133, dialogue entre chrétiens et, enfin, dialogue entre croyants et non-croyants. Les croyants doivent travailler au contact de ceux qui cherchent « pour retrouver les valeurs communes entre croyants et non-croyants » précise ainsi le comité directeur du 30 juillet 1949.

  • 134 Paul Germain à André Aumonier, 1950, p. 2, ARMA.

41Malgré l’indéniable nouveauté et la valeur de ces travaux, le CCIF est confronté à de nombreuses difficultés : les équipes de recherche rassemblent rarement plus d’une vingtaine de personnes et le recrutement reste universitaire et ecclésiastique. Les sections accomplissent un travail qui se résume la plupart du temps en l’organisation de conférences suivies parfois d’un débat. Quant à l’importance accordée à la section philosophico-théologique, elle mécontente les autres sections qui se trouvent délaissées : « […] on a discuté un plan merveilleux sans doute pour les philosophes et les théologiens mais les autres sections ? Que feront-elles ? », demande ainsi Paul Germain, le secrétaire de l’UCSF, à André Aumonier134.

42La petite revue n’obtient pas le succès escompté. Travaux et Documents devait être la caisse de résonance des recherches entreprises par les intellectuels de Paris et de province, elle n’est que le reflet de ce qui se vit rue Madame, tout particulièrement des cours donnés et du travail des équipes de recherche. D’avril 1945, date de sa création, à juin 1947, mois de sa disparition, neuf numéros sont proposés au public.

Répartition des thèmes de Travaux et Documents

Répartition des thèmes de Travaux et Documents

NB : nombre d’articles comptabilisés

  • 135 Quatre textes posthumes sont publiés et un témoignage.
  • 136 Cours sur la liberté et le dogme.
  • 137 Voir l’ouvrage de Solange de Baecque, Vatican II, une espérance neuve : un précurseur et témoin le (...)
  • 138 Cours sur la doctrine sociale de l’Église.
  • 139 TD 9, mai-juin 1947, p. 21-32.
  • 140 Ainsi Micheline Lechat, « À propos des sixièmes nouvelles », dans TD 4, décembre 1945, p. 1-6.
  • 141 TD 1, avril 1945 ; TD 2, mai 1945 et TD 3, juillet 1945.
  • 142 Henriette Alimen critique l’ouvrage de G. Salet et de L. Lafont sur L’Évolution régressive, paru e (...)
  • 143 Louis Lavelle, « Conscience du temps », dans TD 7, octobre 1946, p. 41-51. Paul Chauchard, « Aspec (...)
  • 144 Travaux de Jean Daujat sur l’intelligibilité en physique par exemple dont le compte rendu est fait (...)
  • 145 Paul Claudel et Charles Péguy sont cités deux fois, les deux autres une seule fois.

43La revue consacre plus du tiers de ses articles à la réflexion théologique et philosophique reprenant les cours donnés au Centre : ceux du père de Montcheuil135, ceux de l’abbé André Brien136, ceux de l’abbé Eugène Joly, polytechnicien et aumônier de la Cité universitaire depuis 1945137 ou encore ceux du jésuite André Desqueyrat, professeur à l’Institut catholique de Paris, spécialiste des questions sociales et membre de l’Action populaire138. Quelques articles de fond sont rédigés par l’abbé Brien sur l’existentialisme chez Soren Kierkegaard et chez Jean-Paul Sartre139. Paradoxalement, l’éducation est le deuxième secteur privilégié avec 19 % des articles, signe de la place non négligeable des instituteurs au sein du CCIF. Les sujets présentés s’organisent selon deux axes : une réflexion sur la formation pédagogique et sur les réformes de l’enseignement140, une deuxième plus pratique sur l’éducation où se trouvent des exemples de cours d’instruction primaire, telles ces « Leçons de morale et de français à l’école primaire, expérience d’une classe de village141 » ! Les sciences occupent également une bonne place (11 %) : les sujets sont proposés par le Groupe catholique des travailleurs de laboratoire et par l’UCSF. Ils sont centrés sur les questions de l’origine de la vie et de l’évolutionnisme142, sur le temps143 ou encore sur des travaux scientifiques estimés importants144. Une part non négligeable est consacrée à la vie internationale, signe tangible de la mise en place progressive d’un mouvement fédérateur. Chaque numéro propose enfin une page à méditer : saint Matthieu, saint Augustin, saint Jean de la Croix et saint Bernard côtoient quatre grands contemporains : Georges Bernanos, Paul Claudel, Jacques Maritain et Charles Péguy145.

  • 146 Les fiches disparaissent en juillet 1946. Lettre de Jean Meyriat au père Brunet, 2 décembre 1946, (...)
  • 147 Passif de 270 000 francs en mai 1947, comité de rédaction, 8 mai 1947, p. 1, carton 13 (III), AICP
  • 148 Rapport moral du secrétaire général à l’assemblée générale, 1947, p. 1.

44La multiplicité des auteurs (quarante-trois auteurs dont 75 % ne participent qu’une fois) et leur anonymat dans la plupart des cas montrent le caractère hétérogène et modeste de la revue. En 1946, il semble que seulement cent quarante-sept personnes soient abonnées à la revue et deux cent quatre aux Fiches d’information146. La revue montre les nombreuses limites de la transformation du Centre universitaire catholique en Centre catholique des intellectuels français. Alors que depuis 1944 l’équipe de direction avait souhaité se séparer de la Paroisse universitaire, une part encore importante est donnée à l’enseignement et tout spécialement à la branche primaire. Dès 1947, des difficultés financières147 obligent le comité de rédaction à revoir le principe de la revue. Un premier projet de remaniement est proposé en janvier 1947. Il est finalement abandonné et, en mai 1947, certains membres de l’équipe proposent de saborder la revue. Le projet est mis à exécution un an plus tard en décembre 1948148. Cet échec manifeste les difficultés du Centre à se faire connaître et reconnaître.

Notes

1 . Yves Congar, Unpassion : l’Unité, réflexions et souvenirs 1929-1973, Le Cerf, « Foi vivante », 1974, p. 60-61.

2 Le seul à ne pas s’être investi dans la nouvelle organisation. Sa fonction est purement honorifique, elle rappelle le lien qui a uni les littéraires et scientifiques aux juristes à la fin de la guerre. Gabriel Le Bras est d’ailleurs depuis 1947 fort pris car il occupe le poste de conseiller du ministère des Affaires étrangères pour les affaires religieuses.

3 Helléniste, directeur au bureau des Études sous le secrétariat de Louis Garrone à Vichy. Voir Bernard Comte, Une utopie combattante. L’École des cadres d’Uriage, op. cit., p. 99 et 158. Il reste fort peu de temps au « 61 ».

4 Paul Macé est l’ancien chargé de service de la Formation des Jeunes, il a remplacé Louis Garrone en janvier 1942. Voir Bernard Comte, op. cit., p. 394. Pierre Goursat – le futur fondateur de la Communauté de l’Emmanuel – est un ami d’enfance d’André Aumonier.

5 Né en 1904, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1925), Henri-Irénée Marrou est historien et patrologue, spécialiste de saint Augustin. Il est également collaborateur de la revue Esprit depuis sa fondation.

6 Témoignage à l’auteur.

7 Né en 1898, polytechnicien, démographe et économiste, il fonde et dirige l’INED et enseigne à l’Institut d’études politiques.

8 Elle quitte le Centre au début des années 1950 pour entreprendre une thèse sur Martin Heidegger, sous la direction du philosophe Paul Ricœur.

9 L’abbé Chatillon est professeur à l’institut supérieur catéchétique de l’Institut catholique de Paris et spécialiste du Moyen Âge ; l’abbé de Vaumas est géographe.

10 Lettre circulaire d’Émile Berrar et d’André Aumonier, pour une récollection prévue en octobre 1950, non datée, p. 1, ARMA.

11 Ce sera la seule retraite spirituelle des animateurs du CCIF.

12 Sur les degrés d’appartenance au régime de Vichy et sur le détachement progressif voir Bernard Comte, L’honneur et la conscience, op. cit., p. 113 et sequentes.

13 Roger Millot fait partie du groupe de la « rue de Verneuil » avec le père Riquet et Paul Milliez. Idem, p. 134.

14 Comité directeur 1951, ARMA.

15 Robert Barrat à Jeanne Ancelet-Hustache, 24 juin 1951, p. 1, carton 1, ARMA.

16 Ce sont les groupes que nomme Yvon Tranvouez dans Catholiques d’abord, op. cit., p. 128-129.

17 Idem, p. 126.

18 Jean-Marie Donegani, La liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme contemporain, Presses de la FNSP, 1993, p. 404.

19 Nommé le 21 février 1945, il le reste jusqu’en juin 1948.

20 Yves Lefèvre à André Aumonier, 30 mars 1946, 2 p., carton 46, ARMA.

21 Cette présidence n’est finalement pas créée.

22 D’après une fiche rédigée par l’abbé Berrar qui avait établi une liste des personnalités romaines susceptibles d’être intéressées par le CCIF. Sont nommés « Montini, Lefèvre-Ozanam, Tisserand (sic), Maritain, Thary ». Chaque personne a reçu la visite de l’assistant ecclésiastique qui leur a remis une brochure du Centre et quelques numéros de Travaux et Documents. Note non datée, certainement de 1946 ou 1947, 2 p., carton 46, ARMA.

23 Ancien élève du Séminaire Saint-Sulpice, professeur de philosophie au petit séminaire de Conflans (1942-1949), docteur en théologie et diplômé de l’EPHE, l’abbé Veuillot est envoyé par le nonce Roncalli à Rome. Voir Marc Minier, L’épiscopat français du ralliement à Vatican II, Padoue, 1982, p. 206-207.

24 Philippe Chenaux fait d’ailleurs remarquer que Pie XII « s’était contenté de nommer un cardinal protecteur en la personne de Mgr Giuseppe Pizzardo, une personnalité conservatrice liée au “Parti romain” », Une Europe vaticane ? Entre le plan Marschall et les Traités de Rome, Bruxelles, Éditions Ciaco, 1990, p. 73.

25 Lettre de remerciement de l’abbé Berrar et d’Henri Bédarida au cardinal Pizzardo, non datée, carton 28, AICP.

26 Voir le témoignage d’Henri Bédarida, RD 4-5, mai-août 1949, p. 2.

27 Bien que souhaitant la libération de la France et ayant en horreur le nazisme, le cardinal Suhard accorde une confiance totale au Maréchal Pétain et condamne toute rébellion contre l’ordre établi. Cette attitude lui sera reprochée après la guerre. Voir Bernard Comte L’honneur et la conscience, op. cit., p. 130-131. Sur le cardinal, voir les travaux de Jean Vinatier, Le cardinal Suhard, l’évêque du renouveau missionnaire, 1874-1949, Le Centurion, 1989, 447 p. et Émile Poulat, « L’élan spirituel et apostolique du catholicisme français au lendemain de la guerre », dans Églises et chrétiens dans la IIe guerre mondiale, op. cit., p. 542 et sequentes.

28 Deux hommages lui sont rendus : l’un d’Henri Bédarida et le second de l’abbé Berrar. Quelques textes du cardinal sont reproduits au sein de Recherches et Débats : ses discours lors des Semaines des intellectuels catholiques de 1948 et 1949, son allocution lors du pèlerinage de Chartres de 1946, et enfin sa réflexion pascale de 1949. RD 3, supplément Sciences religieuses, mars-avril 1949, p. 1-24.

29 Né en 1883, archevêque de Bordeaux de 1935 à 1949, il est ensuite nommé archevêque de Paris, mais ne reçoit le titre de cardinal-prêtre que quatre ans plus tard.

30 Ce lyonnais est également cofondateur de La Vie catholique illustrée et collabore à Témoignage chrétien.

31 Né en 1870, archevêque de Toulouse en 1929, le cardinal Saliège avait été l’un des rares prélats pendant la guerre à dénoncer vigoureusement la politique raciale du gouvernement de Vichy.

32 Né en 1893, professeur de théologie dogmatique à l’Institut catholique de Paris, puis directeur des Études à partir de 1935. Il oriente la revue dans un sens d’ouverture à la modernité. Voir sur ce point Pierre Vallin, « Plus d’audace. De la Libération au Concile Vatican II », numéro spécial des Études, « Histoire d’une revue. Une aventure jésuite, des origines au concile Vatican II (1856-1965) », avril 2000, p. 53-78.

33 Lettre de Mgr Berrar à l’auteur, 25 octobre 1998, p. 1-2.

34 Comité de la Paroisse universitaire, juillet 1947, p. 10, APU.

35 Les témoignages des scientifiques sont unanimes concernant la perception de « prolétariat intellectuel » pour reprendre une expression utilisée par Paul Germain, en 1973, lors d’un bilan consacré aux origines de l’UCSF, 15 octobre 1973, lettre adressée à René Rémond, p. 1. carton III, « Présidence 1973-1974 », ARR.

36 Voir Francesco Beretta, Monseigneur d’Hulst et la science chrétienne : l’engagement d’un intellectuel, Beauchesne, coll. « Théologie historique », 1996, 512 p. et Georges Minois, L’Église et la science, Fayard, 1991, p. 251-258.

37 Né en 1870, chrétien et savant, élève et ami de Bergson, il cherche à supprimer tout fidéisme. Son livre Dogme et critique est mis à l’Index. Voir « Édouard Le Roy », dans Catholicisme.

38 Voir Régis Ladous, Des Nobel au Vatican, la fondation de l’Académie pontificale des sciences, Cerf-histoire, 1994, 221 p.

39 Voir son propre témoignage sur ce sujet dans Foi de physicien ! Testament d’un scientifique, Fayard, 1996, p. 78 et sequentes.

40 Né en 1898, directeur de l’observatoire de Zi-Ka-Wei en Chine pour y faire des travaux sur la variation des longitudes. Il entre à l’Académie de sciences en 1946.

41 René Lavocat insiste davantage sur le rôle de Pierre Lejay : « On peut situer le départ de l’UCSF au jour où le père Lejay a décidé d’agir pour créer cette Union […]. Il faut signaler aussi qu’une enseignante du second degré […] avait organisé des conférences d’information, d’une part d’étudiants, d’autre part d’enseignants scientifiques, à la libération, tout le monde a voulu se réorganiser ». Témoignage recueilli par Michel Denizot et retranscrit dans « L’Union catholique des scientifiques français : recherche sur la recherche pendant quarante ans », dans Bulletin de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier, 1991, p. 279.

42 Allocution du père d’Ouince, prononcée le 18 octobre 1958, p. 2-3, Papiers Pierre Lejay, « Notice nécrologique », 1 b, AFSJ.

43 Statuts de l’UCSF, 1945, p. 1, carton 56, ARMA.

44 « […] il est important que les conférences et les ouvrages d’inspiration rationaliste ou marxiste soient suivis et analysés par des hommes de science catholiques », dans « L’action de l’Union catholique des scientifiques français », p. 1, ALLR.

45 D’après « Organisation provisoire de l’UCSF », 1947 ou 1948, p. 3, ALLR.

46 Assistant à la Faculté des Sciences de Paris.

47 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1939).

48 Ancien aumônier d’un groupe d’étudiants scientifiques, assistant au laboratoire de paléontologie.

49 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm.

50 Assistant à la Faculté des Sciences de Paris.

51 Ingénieur des Manufactures de l’État.

52 Ce spécialiste de la préhistoire est membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres et professeur au Collège de France.

53 Membre de l’Académie des Sciences, ingénieur en chef à la Compagnie électromécanique.

54 « L’Union catholique des scientifiques français », 3 p., 1947 ou 1948, ALLP.

55 Statuts de l’UCSF, article 2, p. 1, carton 56, ARMA.

56 6. Griefs qu’adresse Paul Germain à André Aumonier, lettre non datée mais certainement d’octobre 1950, 2 p., ARMA.

57 Voir sur ce bulletin, la première analyse qui en a été faite par Michel Denizot, art. cité.

58 Tract d’invitation pour les journées de rencontres franco-britanniques, 19-27 avril 1946, p. 1, ARMA.

59 Pax Romana était constitué désormais du MIEC et du MIIC. Voir à ce propos le petit livre Pax Romana, 1921-1981, Gründung und entwicklung, fondation et développement de Ramon Sugranyes de Franch et d’Urs Altermatt, Fribourg, 1981, 60 p. Voir également l’ouvrage de Philippe Chenaux, Une Europe Vaticane ? Entre le plan Marshall et les Traités de Rome, op. cit., p. 66 et sequentes ; les mémoires de Ramon Sugranyes de Franch : Militant per la justicia. Memories dialogades amb el pare Tlilari Raguer, Barcelone, Ed. Proa, coleccion « Perfils », 1998, 270 p. Voir enfin les travaux en cours de Michela Trisconi sur Pax Romana

60 Indications dans « Les intellectuels dans la chrétienté », dans Pax Romana, MIIC, 1, p. 16-17.

61 Informations dans Marie-Hélène Olivier, Roger Millot, op. cit., p. 265.

62 Les journaux de l’époque ont énormément insisté sur le rôle des Français dans cette constitution : voir à ce sujet Le Monde, 14 septembre 1946, p. 4. Voir également le commentaire de Jacques Herissay dans La Croix du 16 septembre 1946. Ramon Sugranyes de Franch insiste, quant à lui, sur le rôle et l’influence du mouvement des Laureati dans « Le MIIC : mémoire et espérance au bout de quarante ans », dans Pax Romana MIIC ICMICA 1947-1987, 1987, p. 1.

63 C’est le cas pour la Tchécoslovaquie, le 17 février 1947, carton 37, ARMA. Le MIIC une fois constitué reprend d’ailleurs cette idée en offrant tous les deux mois dans la revue Scrinium, Elenchus bibliographicus universalis, un choix de livres pour fournir un « instrument de travail » à tous les intellectuels. Voir Ramon Sugranyes de Franch, Pax Romana 1947-1987, op. cit., p. 5.

64 Envoi en 1946-1947, carton 37, ARMA.

65 Proposition faite par André Aumonier à Gérald Grinschgl (membre de Pax Romana) : une conférence mensuelle par un intellectuel catholique français, 6 juin 1946, p. 1, carton 37, ARMA.

66 Échanges lancés en octobre 1946, p. 1, carton 37, ARMA.

67 C’est le cas de la Belgique avec le Centre de culture chrétienne belge, en mai 1946, p. 1, carton 37, ARMA.

68 Ce congrès fondé par Carlos Santamaria regroupait annuellement les intellectuels catholiques de différents pays et cherchait à moderniser le catholicisme espagnol.

69 Sœur d’Elisabeth de Miribel, la collaboratrice du Général de Gaulle à Londres.

70 Lettre envoyée à l’ambassade ou à l’association des amis de : Belgique, Panama, Italie, Chili, Cuba, Irlande, Brésil, Grande-Bretagne, Mexique, Espagne, Argentine, Grèce, Égypte, Japon, Australie, Uruguay, Italie, Pérou ! Envoi de février à mars 1951.

71 3 avril 1951, p. 1.

72 Comité directeur, 17 janvier 1947, p. 3, carton 36, ARMA.

73 Texte du projet d’accord entre le CCIF et les associations de diplômés, texte non daté, p. 1, carton 36, ARMA.

74 Quelque temps après ce congrès, l’abbé Berrar invite les pères Bouillard et Congar et l’abbé Richard à reprendre la question lors d’un débat intitulé « Ordre temporel et vérité religieuse ». Ce débat est reproduit dans RD 10, supplément sciences religieuses, juin-juillet 1950, p. 1-16.

75 Henri Bédarida au père Vieillard, un des secrétaires de l’archevêque de Paris, 20 février 1946, p. 1, carton 28, AICP.

76 Conférence du 17 février 1949, p. 2, ARMA.

77 Depuis les travaux de Jeannine Verdès-Leroux, Le réveil des somnambules, le parti communiste, les intellectuels et la culture (1956-1985), Fayard-Minuit, 1987, 491 p.

78 Voir Jean-François Sirinelli, « Les normaliens de la rue d’Ulm après 1945 : une génération communiste ? », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 4, octobre-décembre 1986, p. 569-588.

79 Voir Michel Winock, « Esprit », des intellectuels dans la cité, 1930-1950, op. cit.

80 Comité directeur, 13 février 1946, p. 1, carton 36, ARMA.

81 Texte sans titre, non daté mais certainement de 1946, p. 1, ARMA.

82 Jean-Baptiste Duroselle à Roger Millot, 8 septembre 1945, p. 3, « Pax Romana X », ARM.

83 3. « Équipes de recherche, comité de liaison », p. 1-2, carton 4, AICP.

84 Études, Construire, Cité Nouvelle, Cahiers du clergé rural, Dieu vivant, Irénikon, La Vie spirituelle, La Vie intellectuelle, etc… liste dans le compte rendu de la réunion du 19 février 1947, p. 1, carton 4, AICP.

85 Rapport moral de l’assemblée générale pour l’année 1946-1947, ARMA.

86 André Aumonier à M. Dursel, octobre 1950, p. 1, ARMA.

87 Ancien secrétaire général de la JEC, invité par André Mandouze à collaborer à Témoignage chrétien, il en devient le directeur-adjoint en décembre 1945.

88 8. Né en 1913, il travaille d’abord sur l’Afrique, puis à partir de 1949, étudie le comportement en milieu urbain.

89 Né en 1911, poète, romancier et critique littéraire au journal La Croix. Il devient par la suite lecteur aux éditions du Seuil.

90 Né en 1906, influencé par le thomisme de Jacques Maritain et les idées politiques de Charles Maurras, Jean de Fabrègues est l’un des chefs de file intellectuels de la « Jeune Droite ». Après la guerre, il devient rédacteur en chef de La France catholique, tout en militant en faveur de l’unité européenne. Voir l’article de Jean-Louis Loubet del Bayle, dans Dictionnaire des intellectuels, op. cit., p. 467-468.

91 Né en 1896, ami de Jacques Maritain avec lequel il fonde le Roseau d’or, il devient par la suite directeur de Temps présent tout en menant une carrière de poète.

92 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1919), il est professeur de Lettres supérieures au lycée Jeanson-de-Sailly.

93 Né en 1904, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1925) c’est un fidèle du cercle de Meudon. Il se spécialise dans l’étude des courants philosophiques indiens.

94 Né en 1898, agrégé d’histoire, membre de l’École française de Rome, Jacques Madaule s’intéresse à la littérature catholique.

95 Convocation du 10 mars 1951, carton 4, AICP.

96 « Membres de la section historique et groupe René, Grousset », 5 novembre 1952, 1 p. Parmi les membres se trouvent Victor-Lucien Tapié, Émile Coornaert, Maurice Vaussard, Michel Mollat, Charles Anel, carton 4, AICP.

97 Réunion du 13 décembre 1952.

98 Né en 1917, industriel et historien (il soutient en 1948 une thèse sur « L’action sociale des catholiques en France »). Il est également vice-président du Centre français du patronat chrétien.

99 Convocation décembre 1950, minutier 1950-1952, ARMA.

100 Deux maires en février 1950 sont invités à présenter leurs expériences d’élus et d’administrateurs, carton 4, AICP.

101 Une chemise comportant les activités de la section a été conservée, carton 4, AICP.

102 Né en 1908, membre de la compagnie de Jésus, théologien professeur à Fourvière, il devient par la suite spécialiste de la théologie barthienne.

103 03. Né en 1913, pasteur en 1936, il entre dans l’Église catholique en 1939. Professeur de théologie à l’Institut catholique de Paris.

104 Il a succédé au père Brillet comme aumônier de la Paroisse universitaire.

105 Né en 1904, il enseigne au Saulchoir puis participe à la fondation du Centre de pastorale liturgique tout en donnant des cours à l’Institut catholique de Paris.

106 Né en 1897, rédacteur à la revue Études, il est l’un des principaux spécialistes de Hegel.

107 Carme de la communauté d’Avon et ami de Jacques Maritain.

108 08. Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1937) et membre de l’Oratoire.

109 Né en 1911, Antonin-Marcel Henry est dominicain. Il est nommé en 1942 directeur de La Vie spirituelle et élabore des manuels de théologie.

110 Né en 1896, fondateur avec le père Daniélou de la collection Sources chrétiennes, il s’intéresse au dialogue avec les autres religions et propose une réflexion sur la modernité occidentale.

111 Né en 1900, ce dominicain fonde avec les pères Boisselot et Bernadot le journal Sept et dirige La Vie intellectuelle.

112 Né en 1923, il enseigne la philosophie à l’institution Saint-Jean de Passy. Il est un fidèle des réunions que tenait le philosophe Gabriel Marcel à son domicile.

113 Né en 1907, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1926), philosophe personnaliste et professeur de Lettres supérieures à Henri-IV.

114 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1946), philosophe.

115 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1919), historien de la philosophie.

116 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1920), philosophe augustinien.

117 Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1933).

118 La réunion du 26 octobre 1949 réunit en outre le père Montuclard, directeur de Jeunesse de l’Église, le père Russo, le père Guy de Broglie enseignant à l’Institut catholique de Paris, carton 4, AICP.

119 Né en 1907, ancien élève de l’École normale supérieure d’Ulm (promotion 1928). Il traduit Heidegger dont il devient l’incontournable spécialiste pendant plus d’une trentaine d’années.

120 Tel est le cas de la réunion sur l’athéisme de Maurice Merleau-Ponty, en 1950, carton 4, AICP.

121 Projet de travail pour la réunion du 15 juin 1948, 1 p. Papiers Féret, ADF.

122 Compte rendu du travail, p. 1, carton 4, AICP.

123 Le statut contemporain de la philosophie première, centenaire de la faculté de philosophie, Beauchesne, 1996, présentation Philippe Capelle, p. 323.

124 Emmanuel Suhard, Essor ou déclin de l’Église, lettre pastorale, carême 1947, Paris, Livre de Vie, 1962, p. 151-152. Voir les explications d’Adrien Dansette sur cette lettre pastorale, Destin du catholicisme français (1926-1956), Flammarion, 1957, p. 135.

125 « Il me tarde à vous dire ma profonde gratitude […]. Il en est un surtout sur lequel se reporte spécialement ma pensée : je veux dire la part que vous avez prise ces derniers temps à la composition de ma « Pastorale de Carême » grâce à une précieuse documentation et les conseils que vous avez donnés », Emmanuel Suhard, 21 avril 1947, p. 1, AEBE.

126 Le père Congar a cependant donné plusieurs cours en 1945-1946 sur « Le Corps mystique ».

127 Note manuscrite, novembre 1947, Papiers Congar, ADF.

128 Père Chenu au père Congar, 4 décembre 1947, Papiers Congar, ADF.

129 Abbé Berrar au père Féret, 8 décembre 1947, p. 1-2, Papiers Féret, ADF.

130 Lors de son compte rendu aux pères provinciaux, le père d’Ouince se plaint des attaques que subissent les Études, 25 mai 1947, p.2, « Études, Paris1945-1947 », AFSJ.

131 Selon Jean-Marie Donegani : l’intransigeantisme « désigne l’attitude de refus total que la pensée catholique a exprimé envers les principes et les valeurs au fondement du monde moderne », dans La liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme contemporain, op. cit., p. 173.

132 Idem.

133 Comité directeur, 25 juin 1949, p. 1, ARMA.

134 Paul Germain à André Aumonier, 1950, p. 2, ARMA.

135 Quatre textes posthumes sont publiés et un témoignage.

136 Cours sur la liberté et le dogme.

137 Voir l’ouvrage de Solange de Baecque, Vatican II, une espérance neuve : un précurseur et témoin le Père Joly, Le Cerf, 1996, 334 p.

138 Cours sur la doctrine sociale de l’Église.

139 TD 9, mai-juin 1947, p. 21-32.

140 Ainsi Micheline Lechat, « À propos des sixièmes nouvelles », dans TD 4, décembre 1945, p. 1-6.

141 TD 1, avril 1945 ; TD 2, mai 1945 et TD 3, juillet 1945.

142 Henriette Alimen critique l’ouvrage de G. Salet et de L. Lafont sur L’Évolution régressive, paru en 1943 aux éditions franciscaines. Le livre avait fait grand bruit lors de sa parution en proposant une analyse de la création et de la formation du monde à partir d’une interprétation biblique contestable fondée sur le concept d’un âge d’or ayant existé avant l’ère primaire et durant lequel hommes et animaux auraient connu leur pleine maturité. TD 3, juillet 1945, p. 1-6.

143 Louis Lavelle, « Conscience du temps », dans TD 7, octobre 1946, p. 41-51. Paul Chauchard, « Aspects physiologiques du temps », dans TD 8, février-mars 1947, p. 43-54. Le père Réginald Omez, « Le temps au point de vue métaphysique et théologique », dans TD 9, mai-juin 1947, p. 51-56.

144 Travaux de Jean Daujat sur l’intelligibilité en physique par exemple dont le compte rendu est fait par le père Russo dans TD 9, mai-juin 1947, p. 63-64.

145 Paul Claudel et Charles Péguy sont cités deux fois, les deux autres une seule fois.

146 Les fiches disparaissent en juillet 1946. Lettre de Jean Meyriat au père Brunet, 2 décembre 1946, p. 1, ARMA.

147 Passif de 270 000 francs en mai 1947, comité de rédaction, 8 mai 1947, p. 1, carton 13 (III), AICP.

148 Rapport moral du secrétaire général à l’assemblée générale, 1947, p. 1.

Table des illustrations

Titre Répartition des thèmes de Travaux et Documents
Légende NB : nombre d’articles comptabilisés
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8730/img-1.png
Fichier image/png, 616k

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540