Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Introduction

« Intellige ut credas ; crede ut intelligas1 »

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

  • 1 Saint Augustin, Sermo XLIV, c. 7, n° 9.
  • 2 Pierre Colin, L’audace et le soupçon, la crise du modernisme dans le catholicisme français (1893-1 (...)
  • 3 Étienne Fouilloux, « “Intellectuels catholiques” ? Réflexions sur une naissance différée », dans V (...)
  • 4 La Documentation catholique, 14 mai 1921, col. 528-529.
  • 5 Étienne Fouilloux, art. cit., p. 13-24. Voir également l’article de Claude Langlois, « La naissanc (...)
  • 6 Pierre Colin, « L'inachèvement de la crise moderniste », dans Recherches de science religieuse, jan (...)

1Depuis les Lumières, la raison a cherché à s’émanciper du religieux et pendant longtemps la tendance a été de penser que la première aboutirait à l’élimination de la fonction sociale et culturelle du second. Certains catholiques cherchèrent alors à répondre à ce phénomène de désenchantement – selon la formule explicite de Max Weber – en donnant réponse aux interrogations posées à l’intelligence croyante par les derniers développements de la connaissance. Ces premières tentatives de dialogue avec la modernité tournèrent court comme en témoigne la crise moderniste du début du xxe siècle2. Après le premier conflit mondial, les initiatives reprirent : création de la revue dominicaine La Vie intellectuelle, fondation de la revue Esprit ou encore du journal dominicain Sept. Paradoxalement, ce souci d’articuler connaissances profanes et foi ne s’accompagna pas de la constitution de structures se réclamant de la double identité intellectuelle et catholique3. La Semaine des écrivains catholiques, créée en 1921 pour échanger des points de vue entre les différents courants du moment, et la Confédération professionnelle des intellectuels catholiques, qui voulait « redresser la situation déchue et faussée des intellectuels4 », soulignaient davantage un souci de visibilité et d’attestation agressive qu’un esprit de dialogue avec d’autres formes de pensée. Dix ans après leur création, l’une et l’autre avaient d’ailleurs disparu. C’est donc le Centre catholique des intellectuels français (CCIF), fondé le 12 décembre 1945, qui manifesta, plus de cinquante ans après la naissance du concept d’intellectuel lors de l’affaire Dreyfus, l’émergence d’un mouvement d’intellectuels catholiques5. Pendant plus de trente ans, ce carrefour de recherches réunit près de trois mille intervenants venus d’horizons divers et joua collectivement un rôle de plate-forme de l’intelligence catholique, analysant largement les grandes mutations de la société française constituant ainsi un excellent rempart contre le retour de la crise moderniste6

  • 7 Deux travaux lui ont déjà été consacrés : Jean Tavarès, L’Église catholique et les intellectuels : (...)
  • 8 « J’attends qu’un historien exploitant les textes produits au CCIF – toute une bibliothèque – montr (...)
  • 9 Rémi Rieffel, La tribu des clercs. Les intellectuels sous la Ve République, Calman-Lévy, 1993, p. (...)
  • 10 Jean Danielou, Et qui est mon prochain ? Mémoires, Stock, 1974, 250 p.
  • 11 Bernard Besret, Confiteor. De la contestation à la sérénité, Albin Michel, 1991, p. 11.
  • 12 « Les gauches du Christ : un essai de chronologie », dans Autrement, février 1977, 8, p. 107-115.
  • 13 « Du côté catholique, le CCIF a pris de l’extension, tout en travaillant à une clarification des p (...)
  • 14 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France, de l’affaire Dreyfus à nos jou (...)
  • 15 Rémi Rieffel, La tribu des clercs, op. cit.
  • 16 Michel Winock, « Esprit ». Des intellectuels dans la cité. (1930-1950), Seuil, 1975, réédition 199 (...)

2L’histoire du CCIF pouvait conduire à comprendre les raisons qui avaient incité des hommes et des femmes à se constituer en groupe d’intellectuels catholiques tout en permettant de préciser les causes de cette naissance différée. Elle pouvait également montrer comment ces catholiques répondaient au phénomène du désenchantement alors qu’ils réintégraient profondément la société démocratique. Était-il néanmoins utile de reprendre une fois encore cette histoire7 ? Certes les animateurs de ce groupe de réflexion avaient souligné la valeur de ce qui avait pu s’y écrire au cours de ces trois décennies. Étienne Borne, secrétaire général du Centre de 1954 à 1961, ou René Rémond, président de 1965 à 1976, avaient ainsi insisté sur le laboratoire conciliaire qu’il avait constitué8. Mais ailleurs, les éloges étaient plus rares et ce même parmi les proches collaborateurs. Jean-Marie Domenach, ancien directeur de la revue Esprit, voyait dans ce foyer de réflexion un groupe fortement cléricalisé et dépendant de la hiérarchie9. Le cardinal Jean Daniélou, dans ses mémoires, préférait saluer le travail accompli par Gérard Soulages au Centre des intellectuels chrétiens et qui concurrença directement le CCIF10. Bernard Besret, ancien responsable de la communauté de Boquen, pouvait évoquer dans ses mémoires une soirée durant laquelle il avait été victime de la violence d’intégristes, mais il omettait de signaler qu’il y avait été invité par le CCIF11. Plus étonnant encore, lorsque la revue Autrement organisait en 1977 un numéro sur les chrétiens et la gauche, la chronologie élaborée par Jean Lebrun ne signalait pas la Semaine des intellectuels catholiques de 1965 qui lançait un dialogue avec les marxistes12. Les historiens du fait culturel, quant à eux, s’en désintéressaient : Louis Bodin, dans sa très synthétique première histoire des intellectuels, l’avait certes évoqué brièvement13, mais le premier ouvrage important consacré aux intellectuels ne le mentionnait pas14. Seul le sociologue Rémi Rieffel en avait tenu compte au moment d’étudier les différents lieux de pouvoir symbolique sous la Ve République, mais il avait en grande partie choisi de suivre la thèse de Jean Tavarès15. Le constat tombait net : le CCIF avait disparu d’une partie de la mémoire de certains témoins ; quant aux historiens du fait culturel, ils lui avaient préféré, pour évoquer le cas des intellectuels catholiques ou spiritualistes, la revue non confessionnelle Esprit animée par des laïcs16. Le CCIF avait donc subi une éclipse mémorielle. Oubli mérité ? Il aurait eu fort peu d’incidence sur la scène intellectuelle française ; ou silence à questionner, à réévaluer à l’aune d’archives inédites et de nouvelles méthodes de travail de l’histoire intellectuelle comme de celle des phénomènes religieux ? C’est le pari qui a été fait en reprenant l’histoire de ce Centre avec des questions simples : qui, pourquoi et comment.

  • 17 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France, de l’affaire Dreyfus à nos jou (...)
  • 18 Expression de Michel Lagree, « Histoire religieuse, histoire culturelle », dans Pour une histoire (...)
  • 19 Sur ce point cf. Jean-François Sirinelli, « Le hasard ou la nécessité ? Une histoire en chantier : (...)
  • 20 Pour l’analyse des termes de cléricature et d’expertise, voir Louis Bodin, Les intellectuels exist (...)

3À la différence des recherches précédentes sur les intellectuels qui se sont faites à la croisée du culturel et du politique17, cette histoire du CCIF s’est voulue à « l’interface du culturel et du religieux18 ». Certes, le sujet participait bien de l’histoire assez récente de la sociabilité et des mouvements qui permettait de s’intéresser au jeu complexe du collectif et de l’individuel pour aboutir à une histoire des élites19, mais il participait tout autant d’une histoire des idées et, plus particulièrement, d’une histoire du rapport complexe entre une religion et un savoir de plus en plus ignorant du sacré. Cette étude a donc été entreprise en tenant compte d’une chronologie culturo-religieuse marquée tout autant par l’existentialisme, les sciences humaines, la crise de la philosophie française que le pontificat de Pie XII, Vatican II et la crise post-conciliaire. Elle a voulu dégager les caractéristiques d’une intelligentsia spécifique qui, la plupart du temps, a préféré le stade de l’expertise et, plus rarement, a choisi l’engagement politique20. Elle s’est voulue d’abord et avant tout l’histoire d’un groupe mu par la hantise du dialogue avec l’Autre : dialogue entre catholiques, dialogue entre frères séparés et dialogue avec tous les hommes de bonne volonté ; l’histoire d’une expérience collective au cours de laquelle des individus, clercs ou laïcs, ont choisi de valoriser une certaine intelligence de la foi ; une histoire à voix et à voies multiples dans laquelle l’itinéraire des principaux animateurs ne conduisit pas le Centre à emprunter le chemin choisi individuellement par les uns ou les autres. Si, au fil des pages, des portraits d’intellectuels ont trouvé leur place, ce fut de façon discrète par l’approche des réseaux et des sociabilités.

4Ouvert à toutes les tendances, le Centre catholique des intellectuels français n’a cessé de pratiquer le dialogue. Pour approcher l’ensemble des hommes et des femmes sollicités (près de trois mille en trente ans !) une base de données rassemblant l’ensemble des invitations et des interventions (plus de quatre mille sept cents) a été constituée. Elle a permis de visualiser les réseaux touchés et ceux qui furent délaissés. Elle a ainsi rendu possible l’étude du degré d’ouverture du CCIF à l’égard de la pensée agnostique en analysant sa capacité d’influence et en permettant de déterminer le rôle de médiateur qu’a pu jouer ce foyer sur la scène intellectuelle française.

  • 21 Voir Claude Langlois, « Trente ans d’histoire religieuse. Suggestions pour une future enquête », d (...)

5Au-delà des classiques, mais néanmoins utiles questions sur les projets du Centre, les résultats, la résistance à l’usure ou encore le renouvellement des générations, ce travail s’est intéressé aux productions, à ceux qui les ont produites et à ceux qui les ont légitimées21. Voir comment furent posés les problèmes, déterminer le type d’approche théologique privilégié et le degré de dialogue avec les sciences humaines, étudier la qualité des intervenants et l’éventail d’ouverture à l’altérité ont été les principes de cette recherche. Cette analyse du discours tenu et de son évolution méthodologique a permis de participer à l’élaboration d’une histoire de la pensée contemporaine tout en déterminant l’importance ou l’insuffisance du CCIF dans l’approche transversale des problèmes qui se sont posés dans la société occidentale.

  • 22 Le point de vue du CCIF sera certainement surévalué puisque les fonds romains et ceux de l’institu (...)
  • 23 Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, manifestes et pétitions au xxe sièc (...)

6Les décennies 1940 et 1950 ont été marquées par de multiples tensions entre le Magistère et certains chercheurs catholiques français. Ces difficultés sont nées d’une opposition entre un système romain marqué par un autoritarisme intellectuel, un thomisme étroit et un rejet de toute forme d’historicité et des clercs et laïcs soucieux d’établir un dialogue avec les différentes expressions de la modernité. La conception romaine de l’élite intellectuelle a provoqué des blocages récurrents et c’est de cela qu’il a été traité par-delà l’établissement d’une carte des influences et des appuis du catholicisme français dans la Curie romaine22. Soucieux de réintégrer la vie culturelle française, ces intellectuels catholiques ont privilégié un type d’engagement. Si, à l’origine du Centre, se trouvait le souci de manifester la présence et la capacité d’expression de l’intelligentsia catholique, par la suite, cet élément prit des formes plus ou moins exacerbées en fonction de l’environnement politique ou social du moment. Pour montrer le fonctionnement et la spécificité de cette intelligentsia, « l’électroencéphalogramme du milieu intellectuel23 » laïque a été comparé à celui des intellectuels catholiques en s’intéressant tout particulièrement au degré d’adhésion du foyer aux grands moments que constituèrent la théorisation de l’engagement intellectuel en 1946, le choc de 1956 ou encore celui de L’Archipel du Goulag.

  • 24 D. Aron-Schnapper et D. Hanet, « D’Hérodote au magnétoscope : sources orales et archives orales », (...)
  • 25 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », dans Actes de recherches en sciences sociales, juin (...)
  • 26 « Pourquoi un numéro spécial sur les intellectuels catholiques en France ? Pour une raison bien si (...)
  • 27 Voir à ce sujet Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, Casterm (...)
  • 28 Philippe Chenaux, Entre Maurras et Maritain, une génération intellectuelle catholique, (1920-1930) (...)
  • 29 Jacques Prevotat, Les catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation (1899-1939), (...)
  • 30 Voir le dernier ouvrage d’Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique (...)
  • 31 Denis Pelletier, « Économie et Humanisme ». De l’utopie communautaire au combat pour le Tiers-Mond (...)
  • 32 Jacques Julliard et Michel Winock, sous la direction de, Dictionnaire des intellectuels français, (...)
  • 33 Comme celui de Jean-Dominique Durand consacré à Jacques Maritain, « La grande attaque de 1956 », d (...)
  • 34 L’ouvrage d’Urs Altermatt, Le catholicisme au défi de la modernité, l’histoire sociale des catholi (...)
  • 35 François Hourmant, Le Désenchantement des clercs, figures de l’intellectuel dans l’après-Mai 1968, (...)

7Une des richesses de l’histoire immédiate est de pouvoir bénéficier des témoignages oraux des principaux acteurs. Cette « histoire vue de l’intérieur » a permis de nuancer la reconstruction « à tendance rationalisante24 » de l’historien, de donner de l’épaisseur à certains débats tout en alertant sur des sujets ou des questions. Ces souvenirs ont néanmoins été mis à l’épreuve de la chronologie et des sources écrites pour éviter que l’étude ne devienne la caisse de résonance de mémoires maîtrisées25. La rareté des travaux sur l’intelligentsia catholique26 a freiné à maintes reprises cette recherche. Si l’entre-deux guerres commence à être bien défriché, comme le montrent les travaux d’Émile Poulat sur le modernisme et la doctrine sociale de l’Église27, ceux de Philippe Chenaux sur le milieu maritainien des années 193028 ou encore ceux de Jacques Prévotat sur l’Action française29, il a fallu attendre les années 1990 pour que la seconde moitié du xxe siècle soit véritablement étudiée. Étienne Fouilloux en a tracé la voie30, suivi par Denis Pelletier qui s’est intéressé à la pensée sociale d’un groupe de catholiques31. Il aurait été fort utile de bénéficier d’autres travaux de ce type. Les dictionnaires sur les intellectuels français, les militants ou la théologie ont très partiellement remédié à cette lacune32 que ne comblent qu’en partie les rares articles réunis sur ce thème33. Les foyers intellectuels européens sont encore peu connus et l’histoire comparée des intellectuels en reste encore à ses prolégomènes34. Elle aurait pourtant été très utile pour affiner l’histoire des réseaux et des courants. Quant à la décennie 1970, elle demeure une terra incognita : rares sont les études étoffées sur la crise post-conciliaire, quant à l’histoire intellectuelle, elle ne bénéficie que de quelques travaux de sociologues. Le travail de François Hourmant consacré au désenchantement des clercs reste ainsi trop isolé35.

8Si en France l’entre-deux-guerres est marqué par le retour de l’Église catholique au sein de la nation, la Seconde guerre mondiale accélère ce processus de réconciliation. Les catholiques reprennent contact avec leur époque et avec les grands chantiers qu’ouvre le nouvel ordre mondial.

Anmerkungen

1 Saint Augustin, Sermo XLIV, c. 7, n° 9.

2 Pierre Colin, L’audace et le soupçon, la crise du modernisme dans le catholicisme français (1893-1914), DDB, coll. « Anthropologiques », 1997, 523 p.

3 Étienne Fouilloux, « “Intellectuels catholiques” ? Réflexions sur une naissance différée », dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, 53, janvier-mars 1997, p. 13.

4 La Documentation catholique, 14 mai 1921, col. 528-529.

5 Étienne Fouilloux, art. cit., p. 13-24. Voir également l’article de Claude Langlois, « La naissance de l’intellectuel catholique », dans Intellectuels chrétiens et « esprit » des années vingt, sous la direction de Pierre Colin, Le Cerf, coll. « Sciences humaines et religions », 1997, p. 213-233.

6 Pierre Colin, « L'inachèvement de la crise moderniste », dans Recherches de science religieuse, janvier-mars 2000, p. 84.

7 Deux travaux lui ont déjà été consacrés : Jean Tavarès, L’Église catholique et les intellectuels : le cas du Centre catholique des intellectuels français : essai d’histoire sociale, EHESS, 1980, thèse inédite, 320 p. dactylographiées + annexes, (extraits dans Actes de la recherche en sciences sociales, 34, septembre 1980, p. 45-65 et 38, mars 1981, p. 49-62). Florence Saint Guilhelm, Essai sur le Centre catholique des intellectuels français, 1945-1975, septembre 1989, mémoire de DEA, Université-X Nanterre, 1989, 177 p. + annexes. Ces deux études souffrent de nombreuses carences et limites : la première est une stricte lecture bourdieusienne des activités du foyer, la seconde n’a utilisé aucune archive écrite.

8 « J’attends qu’un historien exploitant les textes produits au CCIF – toute une bibliothèque – montre ce qu’il y avait d’esprit conciliaire et dès avant le Concile dans ce que nous avons dit et publié, notamment en ce qui concerne la liberté religieuse », Étienne Borne, « L’engagement dans la cité sécularisée », dans Les catholiques français et l’héritage de 1789, d’un centenaire à l’autre, 1889-1989, sous la direction de Pierre Colin, actes du colloque du bicentenaire de l’Institut catholique, Beauchesne, coll. « Religion, société et politique », 1989, p. 269. René Remond, Vivre notre histoire. Aimé Savard interroge René Rémond, Le Centurion, coll. « Les interviews », 1976, p. 154 et sequentes.

9 Rémi Rieffel, La tribu des clercs. Les intellectuels sous la Ve République, Calman-Lévy, 1993, p. 345 et sequentes.

10 Jean Danielou, Et qui est mon prochain ? Mémoires, Stock, 1974, 250 p.

11 Bernard Besret, Confiteor. De la contestation à la sérénité, Albin Michel, 1991, p. 11.

12 « Les gauches du Christ : un essai de chronologie », dans Autrement, février 1977, 8, p. 107-115.

13 « Du côté catholique, le CCIF a pris de l’extension, tout en travaillant à une clarification des problèmes et à un assainissement des rapports entre catholiques et laïques » précise ainsi Louis Bodin dans Les intellectuels, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1962, p. 102.

14 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France, de l’affaire Dreyfus à nos jours, Armand Colin, coll. « U », 1986, 264 p. Pascal Ory le mentionne en revanche dans L’aventure culturelle française : « On ne remarque pas assez que la période a été celle où s’est installée durablement, en plusieurs lieux stratégiques de la vie culturelle française, une famille d’effectifs modestes et de pensée incertaine, mais clairement repérable, que je qualifierai de « spiritualistes ». Il suffit de mettre à plat le réseau qui a circulé dans ces années-là, autour de la revue Esprit […], du journal Le Monde […], des éditions du Seuil […] pour montrer le poids de ce groupe sur la vie culturelle française bien au-delà du cercle très circonscrit du CCIF », L’aventure culturelle française, 1945-1989, Flammarion, 1989, p. 152.

15 Rémi Rieffel, La tribu des clercs, op. cit.

16 Michel Winock, « Esprit ». Des intellectuels dans la cité. (1930-1950), Seuil, 1975, réédition 1996, 499 p.

17 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France, de l’affaire Dreyfus à nos jours, Armand Colin, coll. « U », 1986, 264 p.

18 Expression de Michel Lagree, « Histoire religieuse, histoire culturelle », dans Pour une histoire culturelle, sous la direction de Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli, 1997, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », p. 394.

19 Sur ce point cf. Jean-François Sirinelli, « Le hasard ou la nécessité ? Une histoire en chantier : l’histoire des intellectuels », dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, janvier-mars 1986, p. 97-108. Jean-François Sirinelli, sous la direction de, « Générations intellectuelles. Effets d’âge et phénomènes de génération dans le milieu intellectuel français », dans Cahiers de l’IHTP, 6, novembre 1987, 104 p. « Les générations », numéro spécial, Vingtième siècle. Revue d’histoire, avril-juin 1989, 183 p. Nicole Racine et Michel Trébitsch, sous la direction de, « Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux », dans Cahiers de l’IHTP, 20, mars 1992, 224 p.

20 Pour l’analyse des termes de cléricature et d’expertise, voir Louis Bodin, Les intellectuels existent-ils ? Bayard éditions, 1997, p. 178-179.

21 Voir Claude Langlois, « Trente ans d’histoire religieuse. Suggestions pour une future enquête », dans Archives des sciences sociales de religions, 1987, 63/1, p. 107-108. Voir également sur les enjeux des coulisses d’une revue : Jacqueline Pluet-Despatin, « Contribution à l’histoire des intellectuels : les revues », dans Cahiers de l’IHTP, 20, mars 1992, p. 127 et sequentes.

22 Le point de vue du CCIF sera certainement surévalué puisque les fonds romains et ceux de l’institution ecclésiastique française sont inaccessibles. Voir à ce propos Jean-Dominique Durand, « La Furia francese vue de Rome : peurs, suspicions et rejets des années 1950 », dans Religions par-delà les frontières, sous la direction de Nadine-Josette Chaline et Michel Lagrée, Beauchesne, 1997, p. 19-21.

23 Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passions françaises, manifestes et pétitions au xxe siècle, Folio, Gallimard, 1996, p. 318.

24 D. Aron-Schnapper et D. Hanet, « D’Hérodote au magnétoscope : sources orales et archives orales », dans Annales. Économie-Société-Civilisation, janvier-février 1980, p. 185.

25 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », dans Actes de recherches en sciences sociales, juin 1986, p. 69.

26 « Pourquoi un numéro spécial sur les intellectuels catholiques en France ? Pour une raison bien simple : parce que le sujet, dans sa globalité, est pratiquement inédit « précisait ainsi Jacques Julliard dans Avant-propos », dans Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, « Les intellectuels catholiques. Histoire et débat », 13, 1995, p. 3. Il faut signaler également les articles réunis par Pierre Colin : Intellectuels chrétiens et « esprit » des années vingt, Le Cerf, coll. « Sciences humaines et religions », 1997, 244 p.

27 Voir à ce sujet Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, Casterman, « Religion et sociétés », 1977, 290 p.

28 Philippe Chenaux, Entre Maurras et Maritain, une génération intellectuelle catholique, (1920-1930), Le Cerf, coll. « Sciences humaines et religions », 1999, 262 p.

29 Jacques Prevotat, Les catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation (1899-1939), Fayard, 2001, 742 p.

30 Voir le dernier ouvrage d’Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II, 1914-1962, DDB, coll. « Anthropologiques », 1998, 325 p.

31 Denis Pelletier, « Économie et Humanisme ». De l’utopie communautaire au combat pour le Tiers-Monde, 1941-1960, Cerf-Histoire, 1996, 528 p.

32 Jacques Julliard et Michel Winock, sous la direction de, Dictionnaire des intellectuels français, Seuil, 1996, 1256 p. Evangelista Vilanova, Histoire des théologies chrétiennes, tome 3, xviii-xxe siècles, Le Cerf, 1997, 1160 p. Il faut y ajouter l’ensemble des articles rédigés dans Catholicisme, hier, aujourd’hui, demain, sous la direction de Jacquemet, Letouzey et Ané, plusieurs volumes et le Dictionnaire de spiritualité, ascétique et mystique, doctrine et histoire, sous la direction de Marcel Viller, Beauchesne, 1932, plusieurs volumes.

33 Comme celui de Jean-Dominique Durand consacré à Jacques Maritain, « La grande attaque de 1956 », dans Cahiers Jacques Maritain, 30, juin 1995, p. 2-31. Ou encore Yvon Tranvouez, « Guerre froide et progressisme chrétien, La Quinzaine (1950-1953) », dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, janvier-mars 1987, p. 83-93.

34 L’ouvrage d’Urs Altermatt, Le catholicisme au défi de la modernité, l’histoire sociale des catholiques suisses, aux xixe et xxe siècles (Lausanne, Payot, « Histoire », 1994, 395 p.) n’analyse pas les courants intellectuels qui traversent la Suisse durant le siècle. Voir plutôt Nicole Racine et Michel Trebitsch, « L’Europe des intellectuels entre les deux guerres », dans Équinoxe, revue de sciences humaines, 17, printemps 1997, p. 23-36 ; voir Marie-Christine Granjon et Michel Trebitsch, Pour une histoire comparée des intellectuels, Complexe, IHTP, 1998, 176 p.

35 François Hourmant, Le Désenchantement des clercs, figures de l’intellectuel dans l’après-Mai 1968, PU de Rennes, coll. « Res Publica », 1997, 260 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540