Version classiqueVersion mobile

Les intellectuels catholiques dans la société française

 | 
Claire Toupin-Guyot

Préface

René Rémond

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1René Rémond

2Que la monographie d’une institution qui relève essentiellement de l’histoire religieuse puisse apporter beaucoup aussi à la connaissance de l’histoire générale d’un temps, l’étude de Claire Guyot sur le Centre catholique des intellectuels français en apporte une preuve indiscutable. Rien qu’à s’en tenir à des critères généraux, de l’ordre des quantités, le sujet s’impose à l’attention. Par sa durée d’abord : quelque trois décennies et plusieurs générations de responsables. Par le nombre aussi des intervenants qui ont participé à l’une ou à l’autre des activités du Centre, dont Claire Guyot a tenu une comptabilité rigoureuse : il approche des trois mille unités et il n’est guère de personnalité ayant joué dans les années 1945-1970 un rôle dans la vie intellectuelle qui n’ait été conviée et n’ait accepté l’invitation des organisateurs. Par la diversité enfin des sujets abordés : à parcourir la liste des débats et des sujets des Semaines, c’est toute l’histoire intellectuelle de ces trois décennies qui défile. Réservons pour l’instant la question de l’influence exercée sur le mouvement des idées et de la contribution à la formation de l’opinion. Bref, c’est un moment de l’histoire intellectuelle et culturelle autant que religieuse de la France contemporaine et même un chapitre de l’histoire de la société française de l’après guerre que fait revivre l’étude de Claire Guyot, monument d’érudition fondé sur le dépouillement d’une documentation exhaustive complétée par des entretiens conduits avec sagacité. Ce sera désormais un précieux instrument pour les historiens : on ne pourra plus écrire à l’avenir sur l’histoire des intellectuels en France sans y faire référence.

3Quelle est donc cette institution singulière ? Sans être à proprement parler une institution d’Église, le Centre s’inscrit dans la mouvance de celle ci. Sa fidélité n’a jamais été mise en doute : s’il y eut en quelques circonstances, moins nombreuses qu’on n’imagine, tension entre l’autorité hiérarchique et le CCIF, leurs relations ont généralement reposé sur une confiance mutuelle. Les archevêques de Paris, à commencer par le cardinal Suhard qui a soutenu le projet du Centre, qui s’inscrivait dans sa perspective d’ouverture de l’Église sur le monde et la modernité, puis ses successeurs ont toujours laissé aux dirigeants une grande liberté d’initiative. À cet égard, on ne saurait sous estimer le rôle de l’assistant ecclésiastique, désigné par l’autorité religieuse, qui n’est ni aumônier, ni dirigeant, mais un intellectuel qui fait partie de l’équipe, responsable au même titre que les autres membres et dont la présence est la garantie de la confiance réciproque entre l’institution ecclésiale et le CCIF. Cet enracinement dans l’Église et la référence explicite à la foi chrétienne n’excluent pas une grande liberté dans la confrontation des points de vue. À ses meilleurs moments le CCIF a réussi un équilibre heureux entre fidélité et liberté.

4Si cet équilibre était conforme à l’idée à laquelle le cardinal Suhard avait donné sa pleine approbation, Claire Guyot, en retraçant minutieusement la préhistoire du Centre, révèle qu’il y eut une période d’incertitude où coexistèrent deux conceptions assez dissemblables de la nature et de la fonction d’un centre des intellectuels catholiques. Une première conception raisonnait à partir du modèle de l’association internationale Pax Romana et proposait de prolonger pour les diplômés le modèle de la Fédération française des étudiants catholiques créée en 1922 dans une perspective de défense religieuse. Dans cette conception, le Centre avait vocation à fédérer les organismes constitués sur le principe de l’appartenance professionnelle : écrivains catholiques, médecins catholiques, juristes catholiques, pharmaciens catholiques, etc. Dans cette perspective le Centre était une confédération rassemblant des effectifs importants sur une base professionnelle à l’instar des Laureati italiens ou de la Newman Association britannique. Ce mode d’organisation donnait le pas au corporatif sur l’intellectuel et s’intéressait naturellement davantage aux questions de déontologie posées par l’exercice d’une profession, médicale ou juridique, qu’aux débats philosophiques et aux problèmes de société.

5L’autre conception, pareillement présente aux origines, se définissait moins par les membres à rassembler que par son activité de réflexion : plutôt que de réunir des effectifs faisant nombre, la vocation propre du Centre serait d’être un lieu de recherche et de rencontre, exerçant une présence active et si possible rayonnante dans le monde de l’intelligence. L’alternative entre ces deux conceptions reproduisait, en la transposant sur le plan intellectuel, la ligne de partage entre deux âges qui traversait alors le catholicisme français, entre les organisations traditionnelles encore dominées par le souvenir douloureux des luttes religieuses, et une génération plus jeune formée par l’Action catholique, davantage tournée vers une présence active des chrétiens dans la société civile. C’est cette seconde conception qui l’emporta et donna au CCIF sa physionomie originale en imposant comme modalité ordinaire de la recherche intellectuelle la pratique du dialogue : dialogue entre les divers courants de pensée catholique, qui n’était pas toujours le plus facile, dialogue entre les confessions chrétiennes, dialogue étendu aux incroyants et aux athées.

6Quant aux sujets abordés, ce furent tous les sujets intellectuels, aussi bien les grands débats philosophiques que toutes les créations de l’esprit, les avancées de la connaissance scientifique, mais aussi les problèmes de société, dès lors qu’ils comportaient des enjeux philosophiques et des implications éthiques : la décolonisation, le travail, la violence dans la société ou la transmission de la vie.

7Le parti pris du dialogue et de la libre confrontation des points de vue n’excluait pas que le Centre ait une orientation préférentielle : il s’est toujours inscrit dans une ligne que l’on peut dire intégraliste (comment une institution qui se situe dans la mouvance de l’Église catholique aurait-elle pu ne pas l’être ?) mais qui n’était pas intransigeante : le CCIF a d’emblée fait le choix de l’ouverture et de l’acceptation de la modernité. Avant même que le concile Vatican II ne le dise avec une autorité souveraine, le Centre s’était employé à instaurer un rapport de réciprocité entre l’Église et le monde, l’attestation de la foi et le mouvement des idées. Le CCIF a toujours récusé toute tentative concordiste comme il écartait toute tentation de fidéisme. Il avait une inclination pour les philosophies de l’intériorité, Claire Guyot voit juste quand elle le dit plus blondélien que thomiste.

8Cette institution qui a connu des heures glorieuses a aujourd’hui disparu du paysage religieux et du champ intellectuel. Cet effacement pose à l’historien deux questions auxquelles l’étude de Claire Guyot apporte des éléments de réponse. La première est tout bonnement chronologique : cette disparition est venue conclure un processus de dépérissement graduel. À quand remonte donc l’amorce du déclin ? Les réponses à ce sujet divergent et je ne serais point d’accord avec certains des témoins interrogés. L’un d’eux par exemple croit pouvoir dater dès 1965 les prémices de l’affaiblissement : or la Semaine de 1965 a connu une affluence record dont celle de 1966 a confirmé le succès avec plus de 9000 auditeurs. La Semaine de 1968 sur Qui est JésusChrist  ? a, elle aussi, été un grand moment avec des salles combles. On est loin alors d’une situation de crise. En 19691970, certains débats attirent des auditoires de plus de mille personnes, en dehors de la Semaine annuelle qui remplit, elle, la grande salle de la Mutualité. En mars 1970, lors de la venue en France de Don Helder Camara, la soirée organisée par le CCIF non seulement remplit le Palais des Sports, mais laisse à l’extérieur trois mille autres personnes : on pouvait alors légitimement penser que le CCIF avait surmonté la crise de 1968. Aussi est-ce de 1972 que je daterais le commencement d’un déclin qui a rapidement contraint à suspendre sine die les activités du Centre.

9D’où la seconde question : pourquoi ce déclin ? Les explications ne manquent pas. La raison principale réside dans la crise de 1968 qui a ébranlé l’Église catholique et ses institutions comme elle a secoué l’Université. La critique de toute institution n’a pas épargné l’Église : on a opposé alors les petites communautés fraternelles, fondées sur une communauté d’orientation, à la grande Église hiérarchique dont l’autorité n’était plus supportée. Comme d’autres mouvements, le CCIF n’a pu alors assurer la relève normale des générations  : plus d’un intellectuel catholique a cru trouver alors dans un engagement politique surévalué un substitut à l’engagement religieux et la conviction que tout était politique, y compris le religieux dont l’authenticité devait être vérifiée par un choix politique correct, a contribué à détourner nombre de bonnes volontés et de générosités.

10Reste une dernière question, à laquelle la réponse est nécessairement incertaine : le CCIF fut-il un échec ou une réussite ? À l’écoute de ses contemporains, il a aidé l’Église à prendre conscience des attentes et des interrogations de son temps. Réciproquement, il a proposé au monde intellectuel une image de l’Église plus ouverte et plus exacte. Il a fait évoluer les esprits. Il a milité pour la reconnaissance des autres religions. Il a rappelé la nécessité impérieuse pour la foi d’une activité intellectuelle. Il a contribué à la préparation de Vatican II et à la réception en France des grandes orientations conciliaires. S’il n’est pas possible assurément d’apprécier quantitativement son influence, on peut la présumer au vide que laisse aujourd’hui dans la catholicité française et le paysage intellectuel l’absence du CCIF : s’il est possible d’observer aujourd’hui comme un effacement du fait chrétien dans l’ordre culturel, n’est-ce pas une conséquence de sa disparition ?

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search