Version classiqueVersion mobile

L’espace du Nouveau Monde

 | 
Georges-Henry Laffont
, 
Arlette Gautier
, 
Denis Martouzet
, 
et al.

Cinquième partie. Ancrages

Les représentations spatiales des Québécois : entre références linguistiques et orientations identitaires

Sandra Breux et Hugo Loiseau

Texte intégral

Introduction

1Il est traditionnellement acquis que les Québécois possèdent une identité de triple origine. La première est assurément française puisque la grande majorité des Québécois de souche sont des descendants des colons français venus s’installer entre le xvie et le xviiie siècles. La deuxième est canado-anglaise depuis la Conquête de 1760-1763 et la création proprement dite du Canada en 1867. La dernière, plus récente mais néanmoins effectivement présente, est américaine étant donné l’influence culturelle et linguistique du puissant voisin états-unien. Cette triple origine, en lien avec des espaces fort différents, a forgé une identité bien singulière aux Québécois : ils sont francophones en majorité, rattachés à la couronne britannique et ayant pour modèle les États-Unis. Avec le brassage des populations, des idées et des capitaux que provoquent la mondialisation et l’immigration, cette identité est amenée fort probablement à changer.

  • 1 Gilbert A., « L’idéologie spatiale : conceptualisation, mise en forme et portée pour la géographie  (...)
  • 2 Badie B., La fin des territoires : essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du (...)
  • 3 Guermond Y., « L’identité territoriale : l’ambiguïté d’un concept géographique », L’espace géograph (...)

2Face à ces constats, se pose alors la question de savoir quelles représentations territoriales détiennent aujourd’hui les Québécois. Plus spécifiquement, comment se représentent-ils leurs espaces de vie au quotidien ? Quelles représentations ont-ils de l’espace national, de l’espace provincial et de l’espace international ? Dans les années 1980, étudiant une centaine de lettres du courrier des lecteurs d’un journal local de la ville de Québec, Gilbert1 soulignait la présence d’une idéologie territoriale aux caractères identitaires spécifiques, non dénués de références linguistiques. Près de vingt années plus tard, il est pertinent de se demander quelle est la nature de cette idéologie alors que le contexte politique et territorial2 s’est transformé et que le concept d’identité est de plus en plus questionné3.

3L’objectif de notre propos est donc de répondre à ce questionnement. À cette fin, notre démarche se divisera en quatre parties. Dans un premier temps, nous reviendrons sur les liens unissant le territoire, la territorialité, les représentations et l’identité, notamment dans le contexte québécois. Dans un deuxième temps, nous exposerons la méthode employée pour saisir les représentations territoriales contemporaines des Québécois. Puis, les résultats d’une enquête basée sur près de 2 000 lettres envoyées par des lecteurs à deux journaux spécifiques seront détaillés. La dernière partie mettra en évidence la nature des représentations territoriales énoncées et leur impact sur la définition de l’identité tant individuelle que collective.

Regards territoriaux et perspectives politiques

Territorialités et représentations

  • 4 Aldhuy J., « Au-delà du territoire, la territorialité ? », Géodoc, n° 55, 2008, p. 1.
  • 5 Raffestin C., « Paysage et territorialité », Cahiers de géographie, vol. 21, n° 53-54, 1977, p. 123 (...)
  • 6 Lasserre F., « La trame du monde est géographique », in F. Lasserre et A. Lechaume (dir.), Le terr (...)

4S’interroger sur les territoires de référence des individus implique de rappeler la nature des liens qui unissent les individus aux territoires et, plus précisément, aux territoires qu’ils sont amenés à fréquenter au quotidien. En effet, pour Aldhuy, « il faut prioritairement s’intéresser à la territorialité, c’est-à-dire au processus, plutôt qu’au territoire, c’est-à-dire à une des formes – non systématique et non exclusive – qu’elle peut engendrer4 ». Rappelant l’acception que Raffestin5 attribue à la territorialité, l’auteur affirme également qu’une telle définition sous-entend – entre autres choses – de se référer aux représentations sociales. De tels propos font d’ailleurs écho aux réflexions de Lasserre pour qui, « par définition, vivre en un lieu implique l’établissement d’une relation particulière entre la société et son territoire, relation qui se noue par le biais de la représentation6 ».

  • 7 Simard M. et Ouellet S., « Les représentations spatiales et les intentions migratoires chez les jeu (...)
  • 8 Di Méo G., « Objectivation et représentation des formations socio-spatiales de l’acteur au territoi (...)

5Les représentations constituent ainsi une forme de médiation entre le territoire et la société, médiation qu’il convient de définir pour saisir tant sa nature que son ampleur. Simard et Ouellet précisent en effet que : « Les représentations sociales permettent de nous situer et d’agir dans le temps et dans l’espace. En effet, les représentations que nous nous faisons de la société, des territoires et de notre place à l’intérieur de ces sphères jouent un rôle important dans notre vie quotidienne7. » Les géographes ont d’ailleurs consacré une partie de leurs travaux à traiter des représentations. Partant du constat que « toute représentation est ainsi marquée du sceau de la société qui fait qu’un lieu n’est rien par lui-même8 », les représentations géographiques sont généralement définies comme :

  • 9 Fournand A., « Images d’une cité. Cartes mentales et représentations spatiales des adolescents de G (...)

« [des] constructions mentales qui permettent d’appréhender le réel, de connaître un espace, un lieu. Elles sont individuelles et collectives. Elles dépendent du lieu lui-même, bien sûr mais aussi de la culture, des liens affectifs que les individus entretiennent avec le territoire et les réseaux amicaux et familiaux qui y existent9 ».

6Les représentations permettent également au sujet et au groupe dont elles émanent de maîtriser l’environnement dans lequel ils prennent place. Paquot et Pumain, s’appuyant sur les travaux de Moscovici, soulignent que :

  • 10 Paquot T. et Pumain D., « Représentations », in D. Pumain, T. Paquot et R. Kleinschmager (dir.), (...)

« Les représentations individuelles et collectives […] participent ainsi de systèmes de valeurs, d’idées et de pratiques dont la fonction est double : en premier lieu, elles établissent un ordre qui permet aux individus de s’orienter et de maîtriser leur environnement matériel, ensuite elles facilitent la communication entre les membres d’une communauté en leur procurant un code pour désigner et classer les différents aspects de leur monde et de leur histoire individuelle et de groupe10. »

7Di Méo établit également cette relation entre représentation et identité en affirmant :

  • 11 Di Méo G., « L’identité : une médiation essentielle du rapport espace/société », Géocarrefour, vol. (...)

« [Les lieux et les territoires], en tant que représentations, entrent dans la formation de la territorialité, celle des individus et des groupes. On peut dès lors faire l’hypothèse que la territorialité, en tant que valeur subjective (expression d’un sujet), mais aussi que construction socio-culturelle et que phénomène cognitif, offre d’étroites similitudes avec l’identité. La territorialité, bien que de manière non systématique, entre dans la constitution de celle-là. […] Dans les cas où l’identité se réfère clairement au territoire, on imagine assez bien une sorte de dialectique, de mouvement interactif, sinon fusionnel, entre territorialité et identité. Toutes deux nous renvoient vers des zones voisines d’appartenance individuelle et collective qu’elles semblent conjointement forger11. »

  • 12 Lauriol J., Perret V. et Tannery F., « Stratégies, espaces et territoires. Une introduction sous un (...)
  • 13 Ibid., p. 94.

8Ces liens entre représentations, territorialité et identité mettent donc en évidence la pertinence d’analyser les représentations territoriales pour comprendre la façon dont se forge la relation entre l’individu/le groupe et les territoires mais également pour saisir la façon dont, de telles relations, émerge une dimension identitaire. De plus, nombreux sont ceux qui aujourd’hui rappellent qu’il est difficile, voire impossible de penser la société contemporaine sans référer à son territoire12. Renvoyant aux innombrables débats entourant le rapport que l’individu/le groupe entretiennent avec le territoire, Lussault souligne que « nous vivons une étape de mutation sociale […] qui peut être au mieux appréhendée grâce au détour par l’espace […]. Les caractéristiques mêmes de la société mondialisée […] sont éminemment spatiales : mobilité, inflation communicationnelle, changement des régimes de proximité, cospatialité… » (cité par Lauriol et al.13). Le territoire semble donc constituer un angle d’approche adéquat à la saisie de la complexité des sociétés contemporaines.

Identités territoriales et références linguistiques : le cas du Québec

9Parlant du territoire québécois, Lasserre affirme :

  • 14 Lasserre F., op. cit.

« [qu’]au Québec, le territoire est investi d’une valeur sociale réelle – on le célèbre et on s’offusque des projets de partition. […] Mais l’espace et le territoire sont-ils vraiment, dans les représentations collectives des Québécois, une dimension importante, de leur identité, de leur vécu quotidien14 ? ».

10Poser une telle question sous-entend, d’une part, que le territoire constitue tant un support de l’identité individuelle que d’une ou plusieurs identités collectives et, d’autre part, que l’importance accordée au territoire dans l’imaginaire des Québécois n’occupe peut-être pas une place à la hauteur de la valeur sociale qu’on lui attribue. Est-ce à dire, en suivant les assertions de Guermond, que :

  • 15 Guermond Y., op. cit., p. 292.

« le territoire, qui a été longtemps le principal élément de la formation d’une identité sociale, serait en voie de perdre ici ou là cette aptitude devant la force des nouveaux moyens de communication qui contribuent à forger d’autres principes fédérateurs, parfois encore plus porteurs d’affrontements15 ? »

  • 16 Facal J., Choquet S. et Zarka Y.-C., « Actualité du souverainisme », Cités, n° 3, 2005, p. 185.
  • 17 Tourret P., « La question linguistique territoriale en Belgique, en Suisse et au Canada », in F. L (...)

11Cette interrogation est d’autant plus intéressante que la place du territoire québécois fait débat au sein du territoire canadien : « Sous une forme ou sous une autre, l’idée de faire du territoire québécois un pays, une nation ayant ses pouvoirs propres, s’exprime et se manifeste depuis plus d’un siècle16. » Plus précisément, en raison du fait linguistique qui le caractérise – province essentiellement francophone dans un ensemble majoritairement anglophone – les différents projets de partition du Québec ne sont pas étrangers à cette particularité linguistique. Or, comme le souligne Tourret, « le Canada n’a jamais clarifié les usages linguistiques officiels dans les zones minoritaires, participant de leur fragilité et nourrissant la contestation québécoise17 ». Facal résume ainsi les divergences existant quant au statut du Québec :

  • 18 Facal J., Choquet S. et Zarka Y.-C., op. cit., p. 187.

« La problématique québécoise prend fondamentalement racine dans la coexistence de deux lectures également légitimes mais radicalement opposées, de ce qu’est le Canada. Selon la première lecture, le Canada reposerait à l’origine sur un contrat conclu entre deux nations, contrat qui devait permettre aux francophones d’avoir assez d’espace pour permettre l’épanouissement d’une culture francophone nécessairement fragile en contexte nord-américain […]. Cette lecture est concurrencée par une autre vision – incarnée au départ par Pierre Elliott Trudeau et devenue prédominante dans le reste du Canada. Selon cette deuxième lecture, le Canada n’est pas le fruit d’un contrat entre deux nations. Il s’agit plutôt d’un État au sein duquel n’existe qu’une nation, la nation canadienne. Bilingue et multiculturelle, celle-ci incorpore en son sein un ensemble de nations autochtones18. »

  • 19 Officiellement intitulée : Loi de clarification, L.C. 2000, chapitre xxvi. Disponible à cette adres (...)

12Un tel contexte invite donc à appréhender les représentations territoriales contemporaines des Québécois d’autant plus que le passé politique récent du Québec et l’actualité ravivent constamment de tels événements. En effet, le passé politique récent dans les relations Québec-Canada est parsemé d’échecs. Depuis la première prise du pouvoir, en 1976, par le Parti québécois, un parti souverainiste, en passant par le premier référendum sur l’indépendance du Québec en 1980, par les tentatives de réconciliation avec les accords du lac Meech (1987-1990) puis de Charlottetown (1992) qui ont mené au deuxième référendum sur l’indépendance du Québec en 1995, les relations entre les deux entités ont abouti à un statu quo. Rappelons que le résultat du dernier référendum, celui de 1995, ont été de 49,42 % de l’électorat du Québec pour le oui à l’indépendance et 50,58 % pour le non. Autrement dit, la question n’a pas été réglée. Le débat s’est même envenimé les années suivantes avec les menaces de partition de certaines régions du Québec et par le changement des règles de consultations populaires au Canada avec l’introduction de la Loi sur la clarté référendaire19 par le gouvernement du Canada en 2000.

  • 20 Bouchard G. et Taylor C., Fonder l’avenir, le temps de la conciliation, rapport de la Commission de (...)
  • 21 Pour plus de détails : Radio-Canada, Écoles passerelles, Projet de loi 103 : Les députés convoqués, (...)
  • 22 Gilbert A., « À propos du concept d’Amérique française », Recherches sociographiques, vol. 39, n° 1 (...)

13Ainsi les représentations territoriales et identitaires actuelles des Québécois ont pour toile de fond un contexte ancré dans l’immobilisme et ce pour deux raisons. La première réside dans le fait que toute entreprise de réconciliation constitutionnelle ou simplement politique entre le Québec et le Canada est vouée à l’échec. Un fatalisme stérile s’est immiscé et a sapé les volontés de chacun. Par voie de conséquence, et là se situe la deuxième raison, les politiciens tant au niveau fédéral qu’au niveau provincial hésitent à réouvrir le débat, car il n’y a aucun gain politique à le faire et, finalement, le statu quo permet de mettre temporairement de côté cette question fondamentale touchant l’identité des Québécois et des Canadiens. Pourtant des événements ponctuels remettent à la une de l’actualité cette question et ravivent temporairement un tant soit peu le débat. À cet égard, le débat à propos des accommodements raisonnables de 2007 à 2008 peut à juste titre être cité20. Encore plus récemment, la question des écoles passerelles en 2010 a ravivé le débat identitaire et linguistique au Québec21. Autant de sujets d’actualité qui associent identité, territorialité et représentations et qui permettent de mettre en évidence les spécificités culturelles québécoises22.

  • 23 Gilbert A., « Et si les géographes s’intéressaient aux idéologies moins officielles », Cahiers de g (...)

14Si les travaux d’Anne Gilbert23 tissaient les limites des idéologies territoriales des résidents de la ville de Québec, mentionnant – entre autres – l’importance de la communauté linguistique, de telles études se sont néanmoins concentrées essentiellement sur un journal local, celui de la ville de Québec et ne prennent en considération que le point de vue français. Face aux mutations que la société a connues depuis une trentaine d’années, il semble donc intéressant de saisir les représentations territoriales que les Québécois ont aujourd’hui de leur territoire et la façon dont de telles représentations participent à la formation de leur identité tant individuelle que collective.

Du territoire national à la ville en passant par la province

Cheminement méthodologique

15Pour répondre à notre questionnement, nous partons de l’idée, en suivant les propos de Py, que les représentations appartiennent d’abord et avant tout à l’univers du discours :

  • 24 Py B., « Pour une approche linguistique des représentations sociales », Langages, 38e année, n° 154 (...)

« En effet, nous admettons par hypothèse que le discours est le milieu naturel par excellence des représentations sociales. Les spécialistes paraissent d’accord au moins sur ce point : c’est par le discours qu’elles existent et se diffusent dans le tissu social. En outre, le langage est un instrument très efficace de catégorisation : dénommer, c’est classer et regrouper selon des critères imposés par le système grammatical et les expressions préfabriquées du discours24. »

  • 25 Hoyaux A., « Pragmatique phénoménologique des constructions territoriales et idéologiques dans les (...)

16C’est donc via le discours que nous comptons appréhender les représentations territoriales des Québécois, d’autant plus que, selon Hoyaux, de « l’utilisation du discours comme un révélateur des liens entre l’habitant et le Monde découle l’idée fondamentale selon laquelle la réalité vécue est construite en grande partie par le langage25 ». Pour ce faire, nous focaliserons notre attention plus précisément sur un type de discours spécifique, celui écrit par les lecteurs de journaux : les lettres que certains individus envoient à des journaux et qui sont publiées dans la section « courrier des lecteurs ».

17Nombreux sont les écrits qui montrent la richesse de l’étude des lettres du courrier des lecteurs et de leur traitement :

  • 26 Amey P., « L’énonciation profane dans le débat sur l’énergie nucléaire en Suisse », Langage et soci (...)

« Le courrier des lecteurs de la presse quotidienne présente un terrain digne d’intérêt pour l’analyste qui entend rendre compte de la spécificité de l’énonciation de locuteurs tout venant. On y relève des échanges de points de vue par lettres interposées dans une situation énonciative où les locuteurs ordinaires et experts (hommes politiques, scientifiques, techniciens) partagent un même espace de parole. Si le courrier des lecteurs traduit parfois des intérêts particularistes (expériences vécues, doléances, prises de position sur l’actualité du moment), il peut aussi prendre des allures de forum politique26. »

  • 27 Branca-Rosoff S. et Marinelli C., « Faire entendre sa voix. Le courrier des lecteurs dans les troi (...)

18Nous pourrions même ajouter qu’à l’ère du Web 2.0, les sites Internet des grands quotidiens se sont grandement enrichis en termes de lieux d’échanges et de débats avec les sections des commentaires suivant les articles. Ces commentaires constituent une extension, en ligne, du traditionnel courrier des lecteurs. Toutefois, une distinction importante demeure entre les deux. Les commentaires en ligne prennent la forme d’un débat dans un espace temporel très court avec une possibilité de répliques et de corrections, ce que ne permet pas le courrier des lecteurs publié dans le journal papier. De plus, « [la] communication du journal est dissymétrique27 » dans sa version papier puisqu’il y a plus de lecteurs que de rédacteurs ce qui est moins le cas pour la version électronique.

  • 28 Ibid., p. 25-39.
  • 29 Doury M. et Marcoccia M., « Forum internet et courrier des lecteurs : l’expression publique des opi (...)

« En effet, le courrier publié par le journal semble constituer un espace d’expression permettant aux lecteurs de s’inscrire dans le débat public28, en leur permettant de passer du statut de récepteurs à celui d’émetteurs à destination d’un média de masse et, indirectement, d’autres lecteurs29. »

  • 30 Branca-Rosoff S. et Marinelli C., op. cit., p. 29.

19Ce passage de lecteur silencieux, le récepteur, à celui de rédacteur engagé, car on peut considérer que le fait d’écrire une lettre d’opinion puis de l’envoyer à un quotidien pour publication est une forme d’engagement, alimente et suscite le débat public. Le débat public est à la fois source d’informations et objet de recherche pour les praticiens des sciences sociales – puisque cet espace accumule, reformule ou génère des représentations en général (qu’elles soient mentales, territoriales, sociales ou symboliques) à travers le discours –, mais incarne aussi une forme plus classique de représentation sous forme de délégation. D’ailleurs, Branca-Rosoff et Marinelli le confirment en affirmant que « le courrier offre la parole au lecteur muet et lui donne une possibilité d’être “représenté” non pas au sens où la société est signifiée dans le journal, mais au sens où il devient un “représentant” des lecteurs qui a droit à l’expression30 ».

20Rappelons cependant que les lettres du courrier des lecteurs sont également le reflet d’une ligne éditoriale spécifique, comme le souligne pertinemment Hubé :

  • 31 Ibid., p. 25-39.
  • 32 Hubé N., « Le courrier des lecteurs, une parole journalistique profane ? », Mots, les langages du p (...)

« [La parole du courrier des lecteurs] n’est pas une parole ordinaire puisqu’elle est, avant d’atteindre [le journal], sélectionnée par les journalistes en charge de la rubrique et conditionnée par le journal31. C’est une parole qui, pour se faire entendre, se doit de respecter les normes discursives du journal32. »

  • 33 Il faut préciser qu’il arrive, à de très rares occasions, que des lecteurs envoient une lettre rédi (...)

21Une analyse de discours dans le courrier des lecteurs de deux quotidiens montréalais a été effectuée pour saisir les représentations territoriales des Québécois. Ces deux quotidiens sont Le Devoir et The Gazette. Il s’agit de deux journaux depuis longtemps implantés à Montréal, depuis 1910 pour le premier et depuis 1822 dans sa version anglophone actuelle pour le second. Les deux quotidiens visent une clientèle principalement montréalaise mais touche aussi un lectorat à l’extérieur de la région de Montréal. Toutefois, Le Devoir, quotidien francophone, touche un lectorat essentiellement francophone qui entre en concurrence avec d’autres quotidiens à fort tirage tel que La Presse et Le Journal de Montréal uniquement à Montréal. Cette logique concurrentielle s’applique moins pour The Gazette puisqu’il s’agit d’un quotidien anglophone principalement destiné au marché anglophone de Montréal (69 % des Anglo-Montréalais lisent ce quotidien selon The Gazette33) et du reste du Québec. Ainsi, les deux quotidiens offrent une tribune où les lectorats anglophones et francophones du Québec peuvent s’exprimer. C’est donc à partir de ces deux tribunes que la sélection des courriers des lecteurs a été effectuée afin d’avoir les représentations territoriales, voire identitaires, des Québécois francophones majoritaires au Québec mais minoritaires au Canada par rapport aux Québécois anglophones minoritaires au Québec mais majoritaires au Canada.

22La période couverte par l’analyse est de six mois et se situe entre janvier 2009 et juin 2009. Durant cette période, Le Devoir a publié 150 numéros, tandis que The Gazette en a publié 176. Cette différence s’explique par le fait que Le Devoir ne paraît pas le dimanche. Au total, le nombre de lettres analysées pour Le Devoir est de 483 contre 1 447 pour The Gazette, soit une moyenne de 3,22 lettres par numéro pour Le Devoir et de 8,22 lettres par numéro pour The Gazette. Cette divergence s’explique par le fait que, dans sa page éditoriale, Le Devoir laisse moins de place au courrier des lecteurs par rapport à The Gazette. Il convient également de remarquer que les lettres des francophones sont souvent plus longues que celles publiées dans le journal anglophone ce qui pourrait expliquer cette distinction, tout en tenant compte des éventuelles coupures dues à la mise en page et des choix éditoriaux réalisés par ces quotidiens.

  • 34 La somme des résultats pour le lieu de résidence et le sexe des rédacteurs ne donne pas un total de (...)
  • 35 Ces éléments confirment les constats établis auparavant par Gilbert : « Il ressort que les correspo (...)

23Pour faciliter l’analyse et réduire le corpus, un premier élagage des lettres a été effectué. Ainsi, les lettres qui n’exposaient pas de références relatives au territoire ont été mises de côté. Le corpus qui a été analysé a donc été constitué de 256 lettres du journal Le Devoir et de 492 lettres pour le quotidien The Gazette. De ce corpus, il a été possible de déterminer le lieu de résidence des rédacteurs (puisqu’il est habituellement inscrit sous le nom de la personne) et le sexe du rédacteur34. Pour les deux quotidiens, il y a une nette majorité d’hommes qui écrit des lettres relatives au territoire (68,75 % d’auteurs masculins dans Le Devoir et 72,56 % d’auteurs masculins dans The Gazette35). Il faut noter une grande différence en ce qui concerne la répartition des lieux de résidence des deux quotidiens. En effet, 85 % des auteurs de lettres dans The Gazette habitent Montréal ou sa région ce qui reflète l’origine du lectorat de ce journal anglophone. Pour Le Devoir, le portrait est plus nuancé puisque seulement 25 % des rédacteurs résident à Montréal ou sa région, 12 % habitent la ville de Québec et 27 % demeurent dans une autre ville du Québec. Enfin, pour 33 % des lettres du Devoir, il a été impossible de déterminer le lieu de résidence de leurs rédacteurs.

  • 36 Excluant le Québec.

24Les catégories et sous-catégories sont étroitement associées aux différents territoires mentionnés dans le corpus de lettres analysé. En tout 8 catégories et 36 sous-catégories ont été construites pour l’analyse de discours. Le tableau suivant expose une synthèse de ces catégories d’analyse.36

Tableau 1. – Synthèse des catégories et sous-catégories de l’analyse de discours.

Catégories

Sous-catégories

Territoire Amérique du Nord

Québec inclus ou exclus

Territoire Province de Québec

Toutes les provinces 36
et les 3 territoires du Canada

Territoire Montréal (île ou région)

Ville, centre-ville, quartier, rue, banlieue

Territoire Ville de Québec

Ville, centre-ville, quartier, rue, banlieue

Territoire Autres villes du Québec

Ville, centre-ville, quartier, rue, banlieue

Territoire Régions du Québec

Aucune sous-catégorie

Territoire Autres villes du Canada

Ottawa, Toronto,
Vancouver, Calgary et autres

Territoire Géographie

Fleuve, forêts, montagnes et autres

25Dans un premier temps, nous avons procédé à une identification des entités territoriales énoncées dans chacune des lettres constitutives de notre échantillon. L’objectif de cette première étape était de classifier les entités territoriales selon leur fréquence d’apparition, afin de comprendre quels sont les territoires auxquels les auteurs se réfèrent le plus et ceux auxquels ils se réfèrent le moins. Dans un deuxième temps, les territoires cités ont été associés aux thématiques abordées. Il s’agissait de réaliser un second niveau d’analyse pour mieux comprendre l’articulation entre les différents éléments du système spatial évoqué.

Portrait global

26Le contenu des lettres du courrier des lecteurs est certes en phase avec l’actualité du moment, mais également avec le quotidien des auteurs. Les lettres peuvent ainsi aborder des thématiques en lien avec l’actualité nationale, comme le montrent ces deux extraits, l’un commentant l’apport du Canada au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, l’autre analysant la position du Canada en matière diplomatique et économique :

« Le Canada s’était pourtant démarqué en ce qui a trait à la prévention du paludisme en développant un programme de distribution de moustiquaires » (Le Devoir, lettre publiée le 24 avril 2009).
« Canada is indeed subject to U.S. Protectionism and will no doubt be facing tougher times for exports to its largest trading partner » (The Gazette, lettre publiée le 4 avril 2009).

27Le quotidien des auteurs est également largement détaillé, notamment par le récit d’expériences personnelles :

« Driving to work one morning this week in the West Island, I approached a stop sign and gave way to a car coming to my right » (The Gazette, lettre publiée le 2 mai 2009).
« Au début je prends l’avion au départ d’Edmonton. […] Mais ça commence mal : au comptoir d’Air Canada, c’est anglophone, à part un timide bonjour au kiosque à journaux, j’essaie vainement de trouver une publication en français. Au contrôle douanier on dit bonjour et “good-morning” mais là s’arrête le bilinguisme » (Le Devoir, lettre publiée le 20 janvier 2009).

  • 37 Gilbert A., « L’analyse de contenu des discours sur l’espace : une méthode », op. cit., p. 13-25.
  • 38 Gilbert A., « Et si les géographes s’intéressaient aux idéologies moins officielles », op. cit., p. (...)

28Ces missives, quel que soit le sujet dont elles traitent, sont généralement un moyen d’exprimer une opinion – généralement négative – à propos d’un événement ou d’un enjeu actuel, comme les écrits l’ont déjà montré auparavant37. Dans un premier niveau d’analyse, les lettres se caractérisent donc par la diversité des thèmes qu’elles mettent de l’avant et par leurs échos constants au quotidien de leurs rédacteurs. Dans un deuxième niveau d’analyse, elles démontrent aussi la construction et la reconstruction continuelle et graduelle des idéologies non-officielles. D’après Gilbert, les idéologies non-officielles peuvent être définies comme « des réseaux partiels de signification et de représentation qui émanent de groupes d’identification plus informels, de communautés moins “visibles” » par rapport aux idéologies officielles davantage structurées et médiatisées38. Ainsi, selon un troisième niveau d’analyse, en l’absence de lien social tangible entre les rédacteurs, c’est à travers leur quotidien, exprimé grâce au courrier des lecteurs, que se forgent des idéologies non-officielles de toutes sortes. Mais ces idéologies ne sont pas générées uniquement par le quotidien, elles le sont aussi par les représentations mentales des individus dont, plus particulièrement, des représentations territoriales. Le courrier des lecteurs expose de façon évidente les représentations généralement partagées et débattues par un groupe social de grande ampleur malgré la diversité des thèmes abordés et du quotidien des membres de ce groupe. Le dénombrement effectué ci-dessus en est la preuve éloquente.

29Le nombre moyen d’occurrences territoriales par lettre est de 3 pour Le Devoir et de 2 pour The Gazette. Les francophones citent donc plus souvent dans une lettre le territoire auquel ils font référence. Les territoires les plus cités dans l’échantillon se répartissent comme suit : la province de Québec, la ville de Montréal et le Canada. Une différence notable distingue les deux journaux quant à cet aspect. Les lecteurs du Devoir mentionnent d’abord (32 %) la province de Québec ou simplement le Québec par rapport aux lecteurs de The Gazette qui citent majoritairement (54 %) la ville de Montréal dans leurs lettres. La différence est telle que les lettres du Devoir font deux fois plus référence à la province de Québec que les lettres du quotidien anglophone (32 % contre 16 %). Inversement, les lettres de The Gazette font deux fois plus référence à la ville de Montréal que les lettres du quotidien francophone (53 % contre 24 %). L’occurrence de la mention Canada est un autre aspect intéressant à souligner entre les deux journaux. En effet, le Canada est moins cité par les lecteurs du Devoir (10 % des occurrences) que par les lecteurs de The Gazette (16 %).

30Mis à part les occurrences les plus fréquentes c’est-à-dire le Canada, la province de Québec et Montréal, les autres territoires représentent 32 % des références au territoire dans Le Devoir contre seulement 14 % dans The Gazette. Notons que les mentions de la Ville de Québec regroupent 9 % des références au territoire dans Le Devoir contre seulement 1 % dans The Gazette. Les autres grandes villes du Québec sont plus souvent mentionnées dans les lettres du Devoir (4 %) que dans celles de The Gazette (0,2 %). Enfin, les régions du Québec sont également plus souvent évoquées dans Le Devoir (6 % des références) que dans The Gazette (0,5 %) où elles sont presque absentes.

  • 39 Cette exclusion prend diverses formes dépendamment du thème abordé. À titre d’exemple, cette exclus (...)

31La représentation du territoire pour les lecteurs de The Gazette, à la lumière de ces premiers résultats, tend à être de loin montréalaise (54 %) dans un premier temps, canadienne (16 %) dans un deuxième temps. Certes, la référence à la province de Québec est équivalente en pourcentage (16 %) à la référence au Canada. Il est toutefois à noter que les auteurs de lettres dans Le Devoir font beaucoup plus souvent référence au Canada en excluant le Québec (16,25 % des références au Canada excluent le Québec39) que ceux de The Gazette (seulement 1 %). C’est pourquoi il est possible d’affirmer que les représentations de ces derniers sont davantage celles d’un Canada incluant le Québec que le contraire. La représentation du territoire pour les lecteurs du Devoir démontre davantage une diversification des territoires de référence. Parmi ceux-ci, la province de Québec (32 %) prédomine, suivi de la Ville de Montréal (25 %) puis dans une moindre mesure du Canada (11 %).

  • 40 Breux S. et Dostie M.-È., « Idéologie et identité : les préférences territoriales des Québécois », (...)
  • 41 Gilbert A., « Et si les géographes s’intéressaient aux idéologies moins officielles », op. cit. ; (...)

32Que tirer de ce décompte ? Ce portrait global n’est pas sans rappeler les constats que nous avons faits lors d’une étude préliminaire menée en 200840 avec un corpus restreint de lettres de lecteurs tiré du seul journal Le Devoir. En effet, le triptyque pays-province-ville est omniprésent, et ce, indépendamment des enjeux qui font l’actualité. Gilbert a d’ailleurs théorisé ce triptyque dans son analyse des idéologies spatiales. En quelques mots, sa proposition de continuum va du localisme (la rue, le quartier…) jusqu’à l’universalisme (le continent, le monde…) où se distinguent l’espace vécu au quotidien dans le premier et l’espace perçu mais plus abstrait dans le second41. Les opinions exprimées dans le courrier des lecteurs se classent ainsi facilement selon ce continuum. Toutefois, la réalité est plus complexe puisque la formulation des opinions illustre quelle idéologie spatiale est à l’œuvre. L’idéologie identitaire, associée au pôle localiste mais pas exclusivement, présente un argumentaire fondé sur le désir d’autonomie des espaces locaux par rapport aux espaces plus vastes qui les contiennent. Dans cette idéologie, la défense de la culture prend une place prépondérante puisqu’elle est la matrice de l’identité locale ou nationale. À l’opposé, l’idéologie de l’intégration propose plutôt des références spatiales non locales et met davantage l’accent sur les forces qui rendent cohérents les espaces que sur les particularités de chacun de ces espaces. Cette uniformatisation passe par les échanges et la circulation entre les différents espaces, peu importe ce qui les distingue. Enfin, l’idéologie de la complémentarité, qui est souvent celle des autorités publiques, considère l’existence et les différences entre les nombreux espaces clos qu’il faut aménager et gérer.

33Sans surprise, ces trois idéologies se retrouvent implicitement maniées par les auteurs des lettres dans l’expression de leur opinion. La figure rhétorique, comme il sera démontré ci-dessous, utilise des arguments identitaires – notamment pour les francophones –, des arguments de l’intégration pour les deux groupes linguistiques et peu d’arguments complémentaires, éléments qui sont surtout le lot des discours officiels et s’avèrent donc absents du courrier des lecteurs.

  • 42 La bataille des Plaines d’Abraham, qui se déroula à Québec en 1759, fait partie de la guerre de Sep (...)

34Cependant, devant l’ampleur de l’échantillon analysé, cet exposé théorique et quantitatif ne saurait nous renseigner suffisamment sur l’influence des référents territoriaux sur l’identité des Québécois qui écrivent au sein des deux journaux ici à l’étude. Comment parle-t-on de ces territoires ? Comment les interpelle-t-on ? Deux faits majeurs de l’actualité entre janvier et juin 2009 nous offrent un aperçu de la place du territoire dans le quotidien des Québécois : la commémoration de la bataille des Plaines d’Abraham42 et les festivités entourant la fête nationale du Québec. L’analyse de la façon dont les territoires sont interpelés face à ces deux événements permet de mieux saisir les caractéristiques des représentations territoriales des Québécois.

Regards contradictoires et représentations surannées

Des représentations spécifiques

35Si le dénombrement des occurrences pour chacun des territoires ou des lieux mentionnés dans le courrier des lecteurs de deux quotidiens permet d’analyser le portrait global des représentations de leurs auteurs et, in fine, d’oser une certaine généralisation, ce dénombrement serait incomplet sans une compréhension plus précise de ces représentations et des différents points de vue des auteurs. Ces points de vue sur les trois événements susmentionnés permettent d’illustrer plus spécifiquement les représentations des différents auteurs des lettres.

  • 43 « Véritable livre d’histoire au cœur même de la ville de Québec, les plaines d’Abraham sont un lieu (...)
  • 44 Garat I., « La fête et le festival, éléments de promotion des espaces et représentation d’une socié (...)

36La commémoration du 250e anniversaire de la bataille des Plaines d’Abraham43 est un sujet qui provoque de vives réactions chez les lecteurs des deux quotidiens. Comme l’a pertinemment démontré Garat44, la fête est une façon de mettre en scène une dimension identitaire spécifique. Les propos des auteurs des missives sont le reflet de deux visions spécifiques quant à l’histoire et l’identité des habitants de la province : acte fondateur pour les uns, défaite amère pour les autres. Pour les lecteurs du Devoir, il s’agit clairement d’un échec :

« Voilà que cette année, le fédéral en remet et se propose de venir cette fois célébrer en grande pompe chez nous… Le 250e de la défaite de nos ancêtres !… »
« Évoquera-t-on aussi les pillages, les viols, les massacres et l’incendie de tous les villages établis le long du Saint-Laurent ? » (Le Devoir, lettre publiée le 24 janvier 2009).
« Le spectacle de notre défaite sur les Plaines ne peut être innocent, ne peut pas n’être qu’un divertissement, et son bruit, son vacarme, à l’instar des chutes de l’empereur chinois, pourrait peut-être en réveiller plus d’un, de ceux qui comprennent qu’on ne rit pas avec les représentations » (Le Devoir, lettre publiée le 28 janvier 2009).
« Le Québec a le droit de rejeter un spectacle qui offense les fondements mêmes de son identité » (Le Devoir, lettre publiée le 21 janvier 2009).

37Les auteurs des lettres francophones témoignent en effet de leur indignation vis-à-vis de la célébration de cet événement, pointant également du doigt la présence, voire la récupération, fédérale sur ces questions. L’idéologie identitaire se remarque fortement dans les quatre extraits précédents. L’expression « chez nous », le « droit de rejeter… » et le lien fait entre la défaite et l’identité sont des références explicites à une volonté réactive de défense de la culture et de l’identité des rédacteurs. A contrario, les textes des auteurs anglophones présentent des points de vue plus diversifiés face à ces festivités :

« The Société St. Jean Baptiste and Impératif Français say that they have nothing against the re-enactement of the Battle of Plains of Abraham, but do not want the federal government to organize the activity, claiming, that Ottawa is using this celebration as a “provocation pure et simple”. As a Quebecer, I feel that the federal government would do a much more historically correct job of the re-enactment than any of these protesting Quebec groups » (The Gazette, lettre publiée le 15 février 2009).
« I wonder why all Canadians don’t comprehend how the battle on the Plains of Abraham remains a sensitive issue in Quebec, and that virtually all of Canadian history is still humiliating to the families of Quebec habitants […] It should be obvious to all, that in Quebec, this battle has only negative memories and is a major reason the idea of Quebec sovereignty continues to survive » (The Gazette, lettre publiée le 19 février 2009).
« They believe that the re-enactment on the Plains of Abraham will stir up animosity in Quebec by using history as a weapon » (The Gazette, lettre publiée le 24 janvier 2009).

38L’idéologie intégratrice se dénote dans ces extraits dans la mesure où le gouvernement fédéral est perçu comme un facteur d’intégration puisque les groupes locaux instrumentalisent l’histoire, « history as a weapon », dans leur défense de leur culture et de leur identité. Cependant, le deuxième extrait nuance cette idéologie et affirme que c’est l’incompréhension des uns et des autres qui est à la source du problème. La césure identitaire et culturelle entre le Canada anglais et le Québec se constate dans ces premiers extraits.

  • 45 Magnan distingue plusieurs profils au sein de deux générations (la génération née entre 1950 et 196 (...)

39Ces deux visions reflètent également la position des deux groupes linguistiques au Québec. En effet, les francophones, minoritaires au Canada, voient dans la commémoration de cet événement le moyen pour le gouvernement fédéral de minimiser la position du Québec au sein du grand ensemble canadien. Le point de vue des anglophones n’est pas aussi tranché. Une explication pourrait se trouver dans les raisons qui justifient le choix de certains anglophones de vivre dans un milieu francophone. Dans son étude sur les « Anglos » de Québec, Magnan souligne que si la présence de parcours personnels différents est susceptible d’expliquer cette rétention des « Anglos », « il reste que l’identité ou l’attachement identitaire est au cœur de l’explication de cette non-migration45 ». L’auteure pose également une série de questions :

  • 46 Magnan O., op. cit., p. 84.

« Une transformation identitaire caractérise-t-elle réellement la communauté anglophone du Québec ? Cette question est pertinente non seulement pour l’avenir de la communauté anglophone du Québec, mais également pour la société québécoise dans son ensemble. Quelles sont les perceptions que les francophones ont aujourd’hui des anglophones ? Portent-elles toujours les traces d’un passé épineux où les deux solitudes s’opposent en bloc ? Quelle est la place que la société québécoise réserve aux anglophones décidés à rester46 ? »

40Ces interrogations sont très intéressantes dans le cas présenté ici, dans la mesure où certains membres de la communauté anglophone tiennent des propos moins univoques que les quelques représentants de la communauté francophone. Dans tous les cas, comme le rappelle Boivin,

  • 47 Boivin A., « La bataille n’aura pas lieu », Québec français, n° 153, 2009, p. 3.

« il faudrait toutefois rappeler cette bataille, qui fut tragique pour le peuple canadien, qui a cependant su se relever et organiser la lutte pour survivre et triompher des adversités : la Conquête enlevait leurs droits fondamentaux à tous les Canadiens, qui ont dû compter sur leurs propres moyens pour résister et défendre, entre autres, leur langue et leur religion, refusant la servitude qu’on voulait leur imposer47 ».

  • 48 Il s’agit d’une effervescence davantage républicaine qu’identitaire ou nationale. À cette époque, l (...)

41Un deuxième événement, lié également à la célébration d’une mémoire spécifique souligne les divergences existant entre les communautés francophones et anglophones : la célébration de la Fête nationale québécoise. La première célébration de cette fête remonte à 1834 alors que la société canadienne-française, notamment ses élites, sont en pleine renaissance. En effet, l’effervescence politique canadienne, à la faveur d’une accumulation de crises de toutes sortes, est alimentée par le Parti des patriotes, sous la direction de Louis-Joseph Papineau, et par l’envoi à Londres de demandes de réformes contenues dans les Quatre-vingt-douze Résolutions48. Le refus net aux demandes, refus officiellement notifié en 1837 dans les Dix Résolutions de Russell, mena à la Rébellion des patriotes de 1837-1838. Sous l’égide de l’Église catholique et des sociétés St-Jean-Baptiste, la Fête nationale du Québec, durant toute la seconde moitié du xixe siècle et durant la première moitié du xxe siècle, devient un refuge identitaire pour les Canadiens-Français. À partir des années 1970, la fête se transforme en un symbole de l’affirmation nationale québécoise face au nation-building du gouvernement fédéral. Dans ce cas-ci, les propos sont plus nombreux au sein du journal The Gazette que dans le journal Le Devoir.

42Les éléments mis en avant sont, étonnamment, convergents au sein des deux quotidiens, dans le sens où ils traitent principalement de la langue, mais divergents – la plupart du temps – dans leur appréciation. En effet, les auteurs des lettres dans The Gazette se plaignent principalement du manque de reconnaissance de la place de la communauté anglophone au sein de cette festivité, tandis que les auteurs francophones estiment bien souvent que la fête nationale du Québec est la fête d’une langue, le français. Certains membres des deux communautés ont un propos plus englobant, mais il n’en demeure pas moins que la fête nationale repose fondamentalement la question de la cohabitation de deux communautés aux spécificités linguistiques différentes :

« Occasionally, we get a real glimpse at what a separate Quebec would be like for Anglophones: You might live here, and have been born and raised here, but because you’re English-speaking you’re barred from performing a public concert celebrating the province in which you live » (The Gazette, lettre publiée le 16 juin 2009).
« If we can all be Irish every March 17 without rancour or fighting, why shouldn’t any one born in Quebec not be welcome at the St. Jean festivities, whatever language they speak? » (The Gazette, lettre publiée le 16 juin 2009).
« Indeed, the Society is holding an event at the site in Old Montreal to remember the destruction of Parliament, while at the same time, objecting vociferously to others holding an event on the Plains of Abraham to remember one of the most important battles in Western history […] Children would not understand that Canada not only gave amnesty but compensation to those who committed very serious crimes such as murdering prisoners […] Then, as now, Parliaments subsidize those who cause great economic and social damage to Canada » (The Gazette, lettre publiée le 28 avril 2009).
« By banning English-singing artists from its St. Jean Baptiste celebrations at Parc Pélican, one of its sponsors, the Association culturelle Louis-Hébert, has taken a small step in ensuring the francophone purity of this fest, but, must now also take that giant leap of following through on this noble ideal » (The Gazette, lettre publiée le 16 juin 2009).
« Les Anglos sont ici depuis plus de 250 ans […]. Ils ont contribué généreusement à bâtir le Québec » (Le Devoir, lettre publiée le 17 juin 2009).
« C’était la fête du français au Canada […]. On en a fait la Fête nationale des Québécois, une fête essentielle pour tous les gens qui ont choisi le Québec pour y vivre, mais cette fête est d’abord, ne l’oublions pas le moment où on se regroupe autour d’une langue commune, enfin, pour moi » (Le Devoir, lettre publiée le 20 juin 2009).
« Récemment, je lisais que le mouvement Impératif français, comme d’autres “purs et durs”, affirmait préférer ne pas entendre chanter un groupe anglophone à la Saint-Jean, pourtant Fête nationale du Québec » (Le Devoir, lettre publiée le 25 juin 2009).

  • 49 Olazabal I. et Frigault L.-R., « La fête de la Saint-Jean-Baptiste dans le quartier du Mile-End de (...)

43Quelques études ont pourtant déjà montré que, dans certains quartiers montréalais par exemple, la fête nationale est un révélateur de la diversité de la société contemporaine49. Comme l’affirment Lamarre et Djerrahian,

  • 50 Lamarre S. et Djerrahian G., « Sens et sorts urbains : réflexions sur les célébrations montréalaise (...)

« des distinctions importantes de production de sens se dégagent entre les discours officiels de la Saint-Jean-Baptiste et ceux des participants. Les paramètres de l’identité québécoise, telle que présentée durant les célébrations, ne se réfèrent plus à un espace géographiquement clos, et laisse place à l’expression d’une pluralité reflétant d’emblée la diversité de la population montréalaise50 ».

  • 51 Ibid., p. 49.

44Néanmoins, les extraits de lettres présentés ici ne reflètent pas toujours cette variété : les propos se focalisent surtout sur la question linguistique, omettant de fait une partie de la réalité contemporaine en ne référant pas aux autres groupes qui constituent la société actuelle : « Qu’en est-il des grands oubliés lors des festivités, c’est-à-dire les Autochtones vivant au Québec, qui malgré leur contribution historique semblent occuper une position loin derrière celle des immigrants en ce qui concerne l’impact de leur présence dans la société québécoise contemporaine51 ? »

45En réalité, et ce quelle que soit la thématique abordée – la célébration de la Fête nationale illustre d’ailleurs parfaitement ce fait –, la question de la langue revient sempiternellement divisant une fois encore les deux communautés. Cela se confirme également en période électorale où les partis politiques et les candidats tentent d’utiliser, dans leur quête du pouvoir, les clivages identitaires, culturels et symboliques subsumés dans la langue. Mais les campagnes électorales ne sont pas la seule porte d’entrée aux revendications linguistiques des deux communautés, comme le montrent ces différents extraits :

« The English of Quebec are discriminated against in the Quebec public services » (The Gazette, lettre publiée le 20 février 2009).
« Sure, Canada should be more bilingual than it is, but at least the rest of Canada doesn’t have a law severely curtailing French, as English is limited in Quebec » (The Gazette, lettre publiée le 13 juin 2009).
« Look around: Allophones, anglophones, francophones are speaking to one another in different languages trying to make Montreal and Quebec a better place, all trying to earn a living in a place where certain politicians want to undo all this and create economic uncertainty for no other reason than their own personal political aspirations and goals » (The Gazette, lettre publiée le 14 juin 2009).
« They always made me feel like I wasn’t indigenous to Quebec even though I was born and raised in Montreal and my family can trace its roots in the Huntingdon area to the 1830s » (The Gazette, lettre publiée le 20 juin 2009).
« Alors que nous savons que le français recule dramatiquement sur l’île de Montréal, comment devons-nous interpréter la nomination d’une personne ayant travaillé pour une organisation, financée par Ottawa, dont la principale tâche n’était pas le bien-être de la communauté anglo-montréalaise, mais plutôt son combat éthique contre la loi 101 ? » (Le Devoir, lettre publiée le 6 janvier 2009).
« Ce que Statistiques Canada vient tout juste de nous répéter encore cette année, c’est que la très grande majorité des immigrants au Québec s’installent dans la région de Montréal, là où le français est en inéluctable déclin à la fois en tant que langue maternelle et langue le plus souvent parlée à la maison » (Le Devoir, lettre publiée le 16 janvier 2009).

  • 52 Oakes L. et Warren J., Langue, citoyenneté et identité au Québec, Québec, Les Presses de l’universi (...)

46Ces propos confirment l’importance de la langue comme vecteur d’une mémoire spécifique52. Il n’est donc pas surprenant de voir l’enjeu linguistique faire surface dans les représentations des Québécois. Cette question du statut de la langue française et du bilinguisme, que ce soit au Canada ou au Québec, n’est pas réglée. Au Québec, pour une majorité de francophones, la langue anglaise est représentée comme la langue de l’étranger et comme une force envahissante dont il faut se défendre. Alors que pour une majorité d’anglophones au Canada, l’anglais constitue une normalité sur le continent nord-américain, voire dans le monde, ce qui explique une certaine réaction d’incompréhension face aux législations protégeant la langue française comme le fait la loi 101 au Québec.

Conclusion : Entre mythe fondateur et réalités contemporaines

  • 53 Gilbert A., « Territoires », in C. Andrew (dir.), Dislocation et permanence. L’invention du Canada (...)
  • 54 Gilbert A., « L’analyse de contenu des discours sur l’espace : une méthode », op. cit., p. 15.
  • 55 Breux S. et Dostie M.-È., op. cit. ; Lechaume A., « en guise de conclusion », in F. Lasserre et A (...)

47Les principales observations réalisées permettent de circonscrire davantage les représentations territoriales des Québécois et plus encore les dimensions identitaires qui en découlent. Si trois territoires se dégagent plus nettement de ces représentations, c’est davantage les éléments avec lesquels ils sont arrimés qui offrent des clés de lecture des territorialités et identités qui se dessinent. Si les auteurs qui se sont interrogés sur les dynamiques territoriales et identitaires à l’œuvre au Québec et au Canada sont nombreux53, les propos des auteurs des lettres des courriers des lecteurs ne viennent qu’appuyer les différentes thèses énoncées au préalable. Si un tel phénomène pourrait être en partie attribuable au caractère peut-être plus conservateur des propos exprimés au sein du médium ici exploité54, il n’en demeure pas moins que cette analyse témoigne d’une identité québécoise en transition, qui peine à sortir des schèmes traditionnels, où les références au mythe fondateur, à l’éden perdu et au territoire utopique55 sont encore courantes et parfois peu en phase avec la réalité de la société québécoise contemporaine. À ce sujet, un lecteur du Devoir écrit que :

« [Le Québec] erre en lui-même, partagé entre le Canada et le Québec, et cette ambiguïté l’affaiblit et le rend poreux à toutes les influences » (Le Devoir, lettre publiée le 21 janvier 2009).

48Cette transition identitaire se traduit en partie sous l’impulsion de l’immigration. Ce phénomène a grandement contribué à modifier le portrait de la population québécoise ces trente dernières années. À titre d’exemple, et pour ne citer que le cas de Montréal, les immigrants constituent 28 % de la population de cette ville et représentent plus de 120 communautés culturelles56. La dualité originelle entre les Anglais et les Français, particulièrement forte à Montréal, ne peut donc plus se traduire en des termes si simples, même si les immigrants sont souvent accusés, à tort selon l’Office de la langue française du Québec57, de ne parler que l’anglais. Cette présence immigrante amène donc à repenser les principaux éléments autour desquels s’arrime l’identité québécoise à la fois à Montréal mais aussi dans les régions du Québec qui connaissent des vagues d’immigration récentes.

49La confrontation entre les idéologies identitaires et d’intégration telles que décrites par Gilbert sont palpables dans le courrier des lecteurs analysé dans ce texte. En effet, les Québécois francophones qui n’adhèrent pas nécessairement à l’idée d’un Canada multiculturel et multilingue ont souvent recours aux arguments de type identitaire et expriment leurs opinions dans le but de défendre la spécificité québécoise dans l’ensemble canadien. Ce phénomène se traduit aussi à travers la défense d’une langue et d’une culture perçues comme fragiles face à l’immigration et à ses conséquences. La création de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables est symptomatique à cet égard. De l’autre côté, l’idéologie de l’intégration a davantage la faveur des rédacteurs de lettres dans The Gazette. Le Canada forme un ensemble, linguistique et identitaire, dont le Québec fait partie.

Bibliographie

Aldhuy J., « Au-delà du territoire, la territorialité ? », Géodoc, n° 55, 2008, p. 35-42.

Amey P., « L’énonciation profane dans le débat sur l’énergie nucléaire en Suisse », Langage et société, n° 100, juin 2002, p. 81-106.

Badie B., La fin des territoires : essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard, 1995.

Boivin A., « La bataille n’aura pas lieu », Québec français, n° 153, 2009, p. 3.

Bouchard G. et Taylor C., Fonder l’avenir, le temps de la conciliation, rapport de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, Québec, 2008, disponible à cette adresse : [http://www.accommodements.qc.ca/documentation/rapports/rapport-final-integral-fr.pdf].

Branca-Rosoff S. et Marinelli C., « Faire entendre sa voix. Le courrier des lecteurs dans les trois quotidiens marseillais », Mots, n° 40, 1994, p. 25-39.

Breux S. et Dostie M.-È., « Idéologie et identité : les préférences territoriales des Québécois », in C. Désy, A. Gérin et S. Harel (dir.), Traces d’appartenance, Montréal/Québec, Les cahiers du CELAT, UQÀM, 2011, p. 37-56.

Bureau L., Entre l’éden et l’utopie, Montréal, Québec/Amérique, 1984.

Di Méo G., « Objectivation et représentation des formations socio-spatiales de l’acteur au territoire », Annales de géographie, vol. 96, n° 537, 1987, p. 564-594.

Di Méo G., « L’identité : une médiation essentielle du rapport espace/société », Géocarrefour, vol. 77, n° 2, 2002, p. 175-184.

Doury M. et Marcoccia M., « Forum internet et courrier des lecteurs : l’expression publique des opinions », Hermès, n° 47, 2007, p. 41-50.

Ducharme M., Le concept de liberté au Canada à l’époque des révolutions atlantiques 1776-1838, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2010.

Facal J., Choquet S. et Zarka Y.-C., « Actualité du souverainisme », Cités, n° 3, 2005, p. 185-195.

Fournand A., « Images d’une cité. Cartes mentales et représentations spatiales des adolescents de Garges-lès-Gonesse », Annales de géographie, vol. 112, n° 633, 2003, p. 537-550.

Garat I., « La fête et le festival, éléments de promotion des espaces et représentation d’une société idéale », Annales de géographie, n° 643, 2005, p. 265-284.

Gilbert A., « Territoires », in C. Andrew (dir.), Dislocation et permanence. L’invention du Canada au quotidien, Ottawa, Les Presses de l’université d’Ottawa, 1999, p. 15-37.

Gilbert A., « À propos du concept d’Amérique française », Recherches sociographiques, vol. 39, n° 1, 1998, p. 103-120.

Gilbert A., « L’idéologie spatiale : conceptualisation, mise en forme et portée pour la géographie », L’espace géographique, n° 1, 1986, p. 57-66.

Gilbert A., « L’analyse de contenu des discours sur l’espace : une méthode », The Canadian Geographer/Le géographe canadien, vol. 30, n° 1, 1986, p. 13-25.

Gilbert A., « Et si les géographes s’intéressaient aux idéologies moins officielles », Cahiers de géographie du Québec, vol. 29, n° 77, septembre 1985, p. 217-224.

Gilbert A., « Villes, représentations collectives de l’espace et identité québécoise », Cahiers de géographie du Québec, vol. 29, n° 78, décembre 1985, p. 365-381.

Guermond Y., « L’identité territoriale : l’ambiguïté d’un concept géographique », L’espace géographique, n° 4, 2006, p. 291-297.

Hoyaux A., « Pragmatique phénoménologique des constructions territoriales et idéologiques dans les discours d’habitants », Espace géographique, n° 3, 2006, p. 271-285.

Hubé N., « Le courrier des lecteurs, une parole journalistique profane ? », Mots, les langages du politique, n° 87, 2008/2, p. 99-112.

Lamarre S. et Djerrahian G., « Sens et sorts urbains : réflexions sur les célébrations montréalaises de la Fête nationale du Québec 2002 », Les Cahiers du Gres, vol. 4, n° 1, 2004, p. 39-53.

Lamonde Y., Histoire sociale des idées au Québec 1760-1896, Québec, Fides, vol. 1, 2000.

Lasserre F., « La trame du monde est géographique », in F. Lasserre et A. Lechaume (dir.), Le territoire pensé : géographie des représentations territoriales, Québec, Les Presses de l’université du Québec, 2003, p. 1-9.

Lechaume A., « en guise de conclusion », in F. Lasserre et A. Lechaume (dir.), Le territoire pensé : géographie des représentations territoriales, Québec, Les Presses de l’université du Québec, 2003, p. 313-317.

Lauriol J., Perret V. et Tannery F., « Stratégies, espaces et territoires. Une introduction sous un prisme géographique », Revue française de gestion, vol. 4, n° 184, 2008, p. 91-103.

Létourneau J., Le Québec, entre son passé et ses passages, Montréal, Fides, 2010.

Létourneau J., « Langue et identité au Québec aujourd’hui. Enjeux, défis, possibilités », Globe. Revue internationale d’études québécoises, vol. 5, n° 2, 2002, p. 79-110.

Magnan O., « Identité et rétention chez les anglophones de Québec, un changement générationnel », Recherches sociographiques, vol. 49, n° 1, 2008, p. 69-86.

Office de la langue française du Québec, Rapport sur l’évolution de la situation linguistique au Québec, Montréal, 2008.

Oakes L. et Warren J., Langue, citoyenneté et identité au Québec, Québec, Les Presses de l’université de Laval, 2009.

Olazabal I. et Frigault L.-R., « La fête de la Saint-Jean-Baptiste dans le quartier du Mile-End de Montréal. Nouvelle signification pour un lieu de mémoire ? », Revue européenne de migrations internationales, vol. 16, n° 2, 2000, p. 143-152.

Paquot T. et Pumain D., « Représentations », in D. Pumain, T. Paquot et R. Kleinschmager (dir.), Dictionnaire La ville et l’urbain, Paris, Anthropos, 2006, p. 241-242.

Py B., « Pour une approche linguistique des représentations sociales », Langages, 38e année, n° 154, 2004, p. 6-19.

Quimper H., « Les plaines d’Abraham : un livre d’histoire au cœur de la ville », Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec, n° 93, 2008, p. 49-51.

Radio-Canada, Écoles passerelles, Projet de loi 103 : Les députés convoqués, 18 octobre 2010 [http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2010/10/17/001-baillon-loi-103.shtml], page consultée le 27 janvier 2011.

Raffestin C., « Paysage et territorialité », Cahiers de géographie, vol. 21, n° 53-54, 1977, p. 123-134.

Simard M. et Ouellet S., « Les représentations spatiales et les intentions migratoires chez les jeunes de Saguenay », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 5, 2009, p. 957-974.

Tourret P., « La question linguistique territoriale en Belgique, en Suisse et au Canada », F. Lasserre et A. Lechaume (dir.), Le territoire pensé : géographie des représentations territoriales, Québec, Les Presses de l’université du Québec, 2003, p. 95-115.

Notes

1 Gilbert A., « L’idéologie spatiale : conceptualisation, mise en forme et portée pour la géographie », L’espace géographique, n° 1, 1986, p. 57-66. Gilbert A., « Villes, représentations collectives de l’espace et identité québécoise », Cahiers de géographie du Québec, vol. 29, n° 78, décembre 1985, p. 365-381.

2 Badie B., La fin des territoires : essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard, 1995.

3 Guermond Y., « L’identité territoriale : l’ambiguïté d’un concept géographique », L’espace géographique, n° 4, 2006, p. 291-297.

4 Aldhuy J., « Au-delà du territoire, la territorialité ? », Géodoc, n° 55, 2008, p. 1.

5 Raffestin C., « Paysage et territorialité », Cahiers de géographie, vol. 21, n° 53-54, 1977, p. 123-134.

6 Lasserre F., « La trame du monde est géographique », in F. Lasserre et A. Lechaume (dir.), Le territoire pensé : géographie des représentations territoriales, Québec, Les Presses de l’université du Québec, 2003, p. 1.

7 Simard M. et Ouellet S., « Les représentations spatiales et les intentions migratoires chez les jeunes de Saguenay », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 5, 2009, p. 960.

8 Di Méo G., « Objectivation et représentation des formations socio-spatiales de l’acteur au territoire », Annales de géographie, 96, n° 537, 1987, p. 579.

9 Fournand A., « Images d’une cité. Cartes mentales et représentations spatiales des adolescents de Garges-lès-Gonesse », Annales de géographie, vol. 112, n° 633, 2003, p. 537.

10 Paquot T. et Pumain D., « Représentations », in D. Pumain, T. Paquot et R. Kleinschmager (dir.), Dictionnaire La ville et l’urbain, Paris, Anthropos, 2006, p. 242.

11 Di Méo G., « L’identité : une médiation essentielle du rapport espace/société », Géocarrefour, vol. 77, n° 2, 2002, p. 179.

12 Lauriol J., Perret V. et Tannery F., « Stratégies, espaces et territoires. Une introduction sous un prisme géographique », Revue française de gestion, vol. 4, n° 184, 2008, p. 91-103.

13 Ibid., p. 94.

14 Lasserre F., op. cit.

15 Guermond Y., op. cit., p. 292.

16 Facal J., Choquet S. et Zarka Y.-C., « Actualité du souverainisme », Cités, n° 3, 2005, p. 185.

17 Tourret P., « La question linguistique territoriale en Belgique, en Suisse et au Canada », in F. Lasserre et A. Lechaume (dir.), Le territoire pensé : géographie des représentations territoriales, Québec, Les Presses de l’université du Québec, 2003, p. 114.

18 Facal J., Choquet S. et Zarka Y.-C., op. cit., p. 187.

19 Officiellement intitulée : Loi de clarification, L.C. 2000, chapitre xxvi. Disponible à cette adresse : [http://lois.justice.gc.ca/PDF/Loi/C/C-31.8.pdf], consultée le 27 janvier 2011. Il s’agit d’une loi fédérale qui impose des conditions de clarté pour la tenue d’un référendum sur une question fondamentale (comme la sécession d’une province) notamment à propos de la question posée et de l’interprétation des résultats. Elle indique, entre autres, qu’un vote majoritaire n’est pas suffisant pour manifester l’expression d’une majorité claire et qu’il y a une obligation de négociation entre les parties à la lumière d’une majorité claire.

20 Bouchard G. et Taylor C., Fonder l’avenir, le temps de la conciliation, rapport de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, Québec, 2008, disponible à cette adresse : [http://www.accommodements.qc.ca/documentation/rapports/rapport-final-integral-fr.pdf].

21 Pour plus de détails : Radio-Canada, Écoles passerelles, Projet de loi 103 : Les députés convoqués, 18 octobre 2010 [http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2010/10/17/001-baillon-loi-103.shtml], page consultée le 27 janvier 2011.

22 Gilbert A., « À propos du concept d’Amérique française », Recherches sociographiques, vol. 39, n° 1, 1998, p. 103-120.

23 Gilbert A., « Et si les géographes s’intéressaient aux idéologies moins officielles », Cahiers de géographie du Québec, vol. 29, n° 77, septembre 1985, p. 217-224. Gilbert A., « Villes, représentations collectives de l’espace et identité québécoise », op. cit.

24 Py B., « Pour une approche linguistique des représentations sociales », Langages, 38e année, n° 154, 2004, p. 6.

25 Hoyaux A., « Pragmatique phénoménologique des constructions territoriales et idéologiques dans les discours d’habitants », Espace géographique, n° 3, 2006, p. 271.

26 Amey P., « L’énonciation profane dans le débat sur l’énergie nucléaire en Suisse », Langage et société, n° 100, juin 2002, p. 81.

27 Branca-Rosoff S. et Marinelli C., « Faire entendre sa voix. Le courrier des lecteurs dans les trois quotidiens marseillais », Mots, n° 40, 1994, p. 29.

28 Ibid., p. 25-39.

29 Doury M. et Marcoccia M., « Forum internet et courrier des lecteurs : l’expression publique des opinions », Hermès, n° 47, 2007, p. 47.

30 Branca-Rosoff S. et Marinelli C., op. cit., p. 29.

31 Ibid., p. 25-39.

32 Hubé N., « Le courrier des lecteurs, une parole journalistique profane ? », Mots, les langages du politique, n° 87, 2008/2, p. 100.

33 Il faut préciser qu’il arrive, à de très rares occasions, que des lecteurs envoient une lettre rédigée en français au courrier des lecteurs de The Gazette. Une lettre sur 1 447 a ainsi été écrite en français et envoyée à la rédaction de The Gazette entre janvier et juin 2009.

34 La somme des résultats pour le lieu de résidence et le sexe des rédacteurs ne donne pas un total de 100 %, car pour certaines lettres le sexe de l’auteur n’a pas pu être identifié et certaines lettres étaient écrites par des groupes d’auteurs (3,13 % des lettres du Devoir sont concernées contre 2,44 % pour The Gazette).

35 Ces éléments confirment les constats établis auparavant par Gilbert : « Il ressort que les correspondants sont plutôt âgés et de sexe masculin… », Gilbert A., « L’analyse de contenu des discours sur l’espace : une méthode », The Canadian Geographer/Le géographe canadien, vol. 30, n° 1, 1986, p. 15.

36 Excluant le Québec.

37 Gilbert A., « L’analyse de contenu des discours sur l’espace : une méthode », op. cit., p. 13-25.

38 Gilbert A., « Et si les géographes s’intéressaient aux idéologies moins officielles », op. cit., p. 219.

39 Cette exclusion prend diverses formes dépendamment du thème abordé. À titre d’exemple, cette exclusion peut s’exprimer à travers un rejet du Canada, sous-entendant que le Québec est distinct de ce pays.

40 Breux S. et Dostie M.-È., « Idéologie et identité : les préférences territoriales des Québécois », in C. Désy, A. Gérin et S. Harel (dir.), Traces d’appartenance, Montréal/Québec, Les cahiers du CELAT, UQÀM, 2011, p. 37-56.

41 Gilbert A., « Et si les géographes s’intéressaient aux idéologies moins officielles », op. cit. ; Gilbert A., « Villes, représentations collectives de l’espace et identité québécoise », op. cit.

42 La bataille des Plaines d’Abraham, qui se déroula à Québec en 1759, fait partie de la guerre de Sept Ans qui opposa principalement le royaume de France au royaume de Grande-Bretagne entre 1756 et 1763. Militairement, la victoire britannique à l’issue de la bataille des Plaines d’Abraham scella le sort de l’Amérique française et accorda aux Anglais, entre autres choses, le contrôle du Canada grâce au traité de Paris en 1763. Dans l’histoire canadienne, la bataille des Plaines d’Abraham est perçue comme étant le passage du régime français au régime britannique.

43 « Véritable livre d’histoire au cœur même de la ville de Québec, les plaines d’Abraham sont un lieu mythique, un lieu de mémoire, témoin privilégié de notre passé. Le site a été un champ de bataille deux fois plutôt qu’une lors de la guerre de Sept Ans, pour ensuite être intégré au système défensif de la ville et, à ce titre, être préservé par les autorités militaires. Le xixe siècle, avec ses tendances et ses pressions, obligera toutefois à un questionnement relativement au devenir du site… Le 11 novembre 1871, les troupes britanniques quittent Québec, remettant l’ensemble de leurs propriétés au gouvernement canadien. Parmi celles-ci : les plaines d’Abraham, situées alors entre l’actuel Musée national des beaux-arts du Québec et le Collège Mérici. Loué des Ursulines en 1802 pour une période de 100 ans, le site sert, jusqu’à cette date, de terrain d’exercices. Le départ des militaires laisse donc le site vacant, et surtout, sans vocation véritable. […] C’est finalement le 17 mars 1908 que la loi créant la Commission des champs de bataille nationaux est sanctionnée. Placé sous la présidence du maire George Garneau, le nouvel organisme reçoit comme mandat d’acquérir et de conserver les grands champs de bataille historiques de Québec, de rétablir autant que possible dans les grandes lignes leur physionomie originaire et de les convertir en parc national. Les plaines d’Abraham seront sauvegardées et dorénavant désignées parc des Champs de Bataille, premier parc historique national au Canada », Quimper H., « Les plaines d’Abraham : un livre d’histoire au cœur de la ville », Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec, n° 93, 2008, p. 49-51.

44 Garat I., « La fête et le festival, éléments de promotion des espaces et représentation d’une société idéale », Annales de géographie, n° 643, 2005, p. 265-284.

45 Magnan distingue plusieurs profils au sein de deux générations (la génération née entre 1950 et 1960 et la génération née entre 1970 et 1980) : (1) les nostalgiques de Québec ; (2) les enracinés à Québec, (3) les migrants ancrés au Québec ; (4) les réseautés ; (5) les amoureux de Québec ; (6) les Québécois dans l’âme. Magnan O., « Identité et rétention chez les anglophones de Québec, un changement générationnel », Recherches sociographiques, vol. 49, n° 1, 2008, p. 84.

46 Magnan O., op. cit., p. 84.

47 Boivin A., « La bataille n’aura pas lieu », Québec français, n° 153, 2009, p. 3.

48 Il s’agit d’une effervescence davantage républicaine qu’identitaire ou nationale. À cette époque, les Quatre-vingt-douze Résolutions affirment l’attachement des Canadiens-Français à la Couronne britannique mais font référence largement aux États-Unis comme un modèle républicain. Ainsi, le cadre de référence est continental, voire mondial, et non pas uniquement canadien. Voir à ce sujet Lamonde Y., Histoire sociale des idées au Québec 1760-1896, Québec, Fides, vol. 1, 2000. Voir aussi Ducharme M., Le concept de liberté au Canada à l’époque des révolutions atlantiques 1776-1838, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2010.

49 Olazabal I. et Frigault L.-R., « La fête de la Saint-Jean-Baptiste dans le quartier du Mile-End de Montréal. Nouvelle signification pour un lieu de mémoire ? », Revue européenne de migrations internationales, vol. 16, n° 2, 2000, p. 143-152.

50 Lamarre S. et Djerrahian G., « Sens et sorts urbains : réflexions sur les célébrations montréalaises de la Fête nationale du Québec 2002 », Les Cahiers du Gres, vol.4, n° 1, 2004, p. 39.

51 Ibid., p. 49.

52 Oakes L. et Warren J., Langue, citoyenneté et identité au Québec, Québec, Les Presses de l’université de Laval, 2009. Létourneau J., « Langue et identité au Québec aujourd’hui. Enjeux, défis, possibilités », Globe. Revue internationale d’études québécoises, vol. 5, n° 2, 2002, p. 79-110.

53 Gilbert A., « Territoires », in C. Andrew (dir.), Dislocation et permanence. L’invention du Canada au quotidien, Ottawa, Les Presses de l’université d’Ottawa, 1999, p. 15-37.

54 Gilbert A., « L’analyse de contenu des discours sur l’espace : une méthode », op. cit., p. 15.

55 Breux S. et Dostie M.-È., op. cit. ; Lechaume A., « en guise de conclusion », in F. Lasserre et A. Lechaume (dir.), Le territoire pensé : géographie des représentations territoriales, Québec, Les Presses de l’université du Québec, 2003, p. 313-317. Bureau L., Entre l’éden et l’utopie, Montréal, Québec/Amérique, 1984.

56 [http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/region/montreal.html], page consultée le 27 janvier 2011.

57 Office de la langue française du Québec, rapport sur l’évolution de la situation linguistique au Québec, Montréal, 2008.

Auteurs

Sandra Breux détient un doctorat en géographie et une maitrise en science politique. Professeure à l’Institut d’urbanisme de l’université de Montréal (Québec, Canada), ses intérêts de recherche s’insèrent au sein de plusieurs disciplines : la sociologie électorale, la géographie des représentations et la méthodologie. Elle travaille ainsi depuis quelques années sur les élections municipales québécoises (notamment dans une perspective comparée), sur les représentations territoriales individuelles et leurs impacts sur les comportements ainsi que sur les potentialités des outils de collecte de l’information (la carte mentale notamment). Elle est membre de plusieurs réseaux et groupes de recherche : le réseau Villes Régions Monde, l’observatoire Ivanhoé Cambridge du développement urbain et immobilier, le groupe Métropolisation et Société, le groupe sur la biodiversité urbaine. Elle est la co-auteur du livre Les élections municipales au Québec : enjeux et perspectives publié aux Presses de l’université Laval en 2011.
Hugo Loiseau est professeur à l’École de politique appliquée de l’université de Sherbrooke, Québec, depuis 2004. Il est bachelier en histoire de cette université. Il détient aussi une maîtrise en science politique de l’université Laval, Québec, où il a obtenu son doctorat en science politique, en 2006. Il enseigne et effectue des recherches dans le domaine de la méthodologie de la recherche en science politique et en sciences sociales, dans le domaine de la sociologie militaire et dans les études sur le cyberespace. Il est, par ailleurs, spécialisé dans les systèmes politiques en Amérique latine. Il est le co-auteur du livre Carte mentale et science politique, Regards et perspectives critiques sur l’emploi d’un outil prometteur (avec Sandra Breux et Min Reuchamps), P.I.E. Peter Lang publié en 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search