Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

De la suburb à l’exurb, l’espace de l’urban sprawl nord-américain révélé par les photographies d’Alex Maclean

p. 237-254


Texte intégral

Introduction

1La suburb1, pivot de l’American way of life, symbolise pour beaucoup le rêve américain, la réussite, la tranquillité, la proximité avec la nature ainsi que l’éloignement de la ville et de ses problèmes. Bien entendu, cela est associé à la possession d’une maison individuelle (single family house). Aujourd’hui, cette imagerie est mise à mal. « À l’horizon du monde moderne monte le soleil de l’ennui. » Cette phrase d’Henri Lefebvre semble à elle seule résumer l’idée générale qui est portée sur la banlieue nord-américaine : anxiogène, sans poésie, confinant à la schizophrénie. De plus, ces espaces périurbains seraient marqués par un déficit d’imagibilité. Cette seconde critique se fonde sur les représentations, notamment cinématographiques2, qui oscillent de manière concurrente entre « sublimation et déréliction3 ». Dès lors, la suburb ne serait plus une manière d’habiter4  adéquate et le monde, soumis plus ou moins au même régime, serait condamné à se transformer en un gigantesque cauchemar résidentiel à la pelouse bien taillée.

2Dans un contexte occidental marqué par une « crise des représentations individuelles et collectives, par un épuisement des possibles et par un désir de nature sans précédent5 », cette condamnation prend une ampleur considérable et la banlieue nord-américaine fait figure de bouc émissaire parfait de la crise profonde qui ébranle la civilisation occidentale. Or, cette banlieue illustre et encadre un mode de vie rythmé par des pratiques communautaires (barbecue, match de football…) et incarné en des lieux emblématiques (mall, jardin…). Elle est certes centrée sur le pavillon, mais elle se trouve aussi conditionnée par tout un ensemble d’objets qui contribue à lui donner une consistance et une cohérence. Enfin, le modèle pavillonnaire est l’illustration du contrat social qui fonde la société américaine depuis le début du xxe siècle. En cela, la suburb est un modèle parsemé et codifié par un ensemble de signes qu’il est capital d’identifier afin d’en démontrer la spécificité. Comme tout espace habité, la banlieue pavillonnaire américaine est produite par les pratiques et les représentations de ses habitants. Par conséquent, au même titre que n’importe quelle autre forme d’habiter ou n’importe quel autre lieu, elle ne peut se passer de ressorts imaginaires. Dans ce contexte de crise des représentations, il s’agira de cerner quel imaginaire structure aujourd’hui la suburb et en retour quel imaginaire elle convoque. Puis, en complément des dimensions sociales et culturelles, il importera d’en identifier les thèmes et schèmes contemporains ainsi que les tendances de ce « marché » constitué par un ordre économique, politique et symbolique6. Au final, à travers la suburb, le réel, l’imaginaire et le symbolique trouvent une mise en tension somme toute inédite et l’analyse de cet espace participe à l’appréhension des sociétés qui s’y déploient.

3L’urban sprawl, véritable mode de structuration de l’espace se caractérise par un enfermement résidentiel auquel on associe l’American way of life comme mode de vie. Enfin, dans cette structuration, la maison individuelle, assise sur des valeurs ruralistes et anti-urbaines, en est la forme la plus aboutie mais aussi le cadre d’expression privilégié. Analyser la suburb par ses représentations constitue une entrée pour rendre compte de sa construction historique, de ses évolutions et de la manière dont elle impacte l’ensemble de l’espace états-unien. Pour cet exercice, des photographies d’Alex Maclean seront mobilisées. Les clichés de lotissements achevés ou en construction, de complexes de divertissements, d’échangeurs autoroutiers ou encore d’immenses casses automobiles, révèlent-ils le quotidien de cette banlieue ? Présentent-ils l’espace de l’urban sprawl comme un désert urbain ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles devra répondre l’analyse de ces photographies. Ces interrogations doivent aussi inciter à garder à l’esprit qu’une photographie est le résultat d’un savoir-faire quant à l’articulation d’un projet (celui du photographe) avec des manières de se déplacer, d’observer, de prêter attention et de mettre en forme des points de vue. Il existe un risque de transcender, par l’écriture photographique, la banalité d’un lieu en lui conférant un statut qu’il n’a pas dans les pratiques spatiales et visuelles. À ce risque méthodologique, s’ajoute celui du type de lecture qui peut en être fait entre appréhender les photographies comme des pièces à conviction dans un argumentaire « contre ou pour » la banlieue pavillonnaire ou constituer un corpus que l’on croise et confronte avec des écrits ou d’autres productions. Ici, il s’agira de tenir les deux bouts de la chaîne : l’expérience sensible de l’urbain photographié et la compréhension de ce dernier en posant l’hypothèse que s’il y a positionnement de la part du photographe, les clichés demeurent contextualisés et proposent un récit. Il sera aussi question de déterminer en quoi, les photographies peuvent produire, elles seules, du savoir.

4Cet exercice concourra à juger de la double pertinence de la banlieue nord-américaine au regard de sa modélisation comme forme, par excellence, du pacte social mais aussi en tant que mode d’habiter l’espace nord-américain. Cela se fera en deux temps distincts. Le premier correspondra à l’étude de sa matérialité par les prismes de sa construction mythologique, de sa modélisation et par ses formes architecturales et urbanistiques. Il s’agira ici d’analyser autant les intentions directrices qui ont poussé à son implantation, la place occupée par la maison dans ce modèle d’habiter que l’évolution de l’urban sprawl. Quant au second temps, il sera celui de l’étude des modes de vie associés. Nous tenterons de caractériser le quotidien de la banlieue nord-américaine et les récits que les photographies d’Alex MacLean proposent. Cela nous permettra de voir de quelle imagibilité (au sens de multiples interprétations d’un lieu) est chargé ce modèle et ce qu’il reflète de l’American way of life. Cette double approche apportera un certain nombre d’éléments pour définir si la forme contemporaine de l’urban sprawl qualifie l’espace qu’elle délimite.

Chronologie de l’urban sprawl

5La structure urbaine nord-américaine résulte de l’intégration d’un système d’autoroutes (highways et interstates) sur les grilles fondatrices de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace, héritées de la fondation même des États-Unis. En effet, depuis le Land Ordinance de 1785 qui instaura une politique globale de l’aménagement du territoire américain et une organisation foncière, le plan orthogonal s’est généralisé sur ce vaste territoire pour s’appliquer au tracé des frontières entre les états de l’Union, au découpage du parcellaire agricole ainsi qu’à la trame urbaine de toutes les villes. La conquête de l’Ouest s’est réalisée sur ce modèle et des company towns ont poussé le long des lignes de chemins de fer au gré des opportunités économiques. Par la suite, l’extension urbaine s’est opérée sur une juxtaposition de grilles en fonction de la croissance urbaine et des potentialités du site. Entre 1870 et 1920, la mise en concurrence des transports ferroviaires permit une première vague d’urban sprawl et la révolution automobile acheva de transformer l’échelle urbaine nord-américaine. Au xxe siècle, le phénomène de la suburb peut se résumer en étapes tant chronologiques que fonctionnelles : tout d’abord entre 1920 et 1950, et contrairement à ce qui se déroula simultanément en Europe, le développement urbain n’eut pas l’automobile comme corollaire. Celle-ci ne l’a ni conditionné, ni accompagné. L’automobile n’était qu’un outil, un produit. Parallèlement à ce phénomène, le commerce se déploya sur l’ensemble du territoire, sans que, comme l’urbanisation, il soit lié au développement du réseau routier. Par la suite, les décennies 1960-1970 ont vu les trois phénomènes (automobile, urbanisme, commerce) se développer simultanément et généraliser le middle landscape, composé de maisons individuelles. Dans les années 1980 le réseau routier, développé par de puissantes compagnies, conduisit à la création de nouvelles concentrations urbaines autour des super malls et de nouvelles centralités dites edge cities. Tous deux devinrent de nouvelles figures de la suburb. Enfin, les années 1990 virent le déferlement des populations de classe moyenne de la périphérie des villes jusqu’aux marges du territoire américain. Cette ultime étape a accéléré la dégradation des centres et leur ghettoïsation avant que l’upper middle class n’en entreprenne une reconquête partielle. Toutes ces étapes, ainsi que la grande échelle des déplacements automobiles, conduisirent à l’érosion de la grille orthogonale. C’est ce stade ultime de l’urban sprawl qu’illustrent à la perfection les photographies d’Alex MacLean : un développement urbain caractérisé par une dissolution et une propagation à tout le territoire en un étalement urbain qui se compose majoritairement d’extensions en peigne ou en arête de poisson. Ce vaste mouvement est aujourd’hui accompagné, voire conditionné, par les activités de commerce et de service qui se localisent prioritairement en fonction des proximités avec les échangeurs autoroutiers. Jusqu’au phénomène de disappearing city7, ce modèle a donc supplanté le Land Ordinance en tant que mode d’organisation spatiale avec, pour figure majeure, la maison pavillonnaire qui en garantit à elle seule la pérennité et la diffusion.

Le mythe pavillonnaire

6Les pavillons photographiés par Alex MacLean, sagement alignés, sont les descendants de ceux qui furent érigés à la fin du xixe siècle pour valoriser une société rurale, profondément croyante. Une single family home se caractérisait tout d’abord par l’association de l’image du bonheur et celle du refuge des désordres urbains et du tumulte du commerce et de l’industrie8. À l’heure où de nouveaux modes de vie liés au développement économique ébranlaient la puissance de l’Église en désynchronisant les temps de vie et en menaçant de dé-moraliser les individus, la maison est rapidement apparue comme le lieu idéal de la reconquête morale et religieuse de la famille. Son architecture se devait de véhiculer deux principes forts : la simplicité et la relation avec Dieu. Cela en étant assuré par l’emploi de matériaux naturels couplé à une référence à l’ordre et à la beauté de la nature, œuvre du créateur. La maison, ou plus exactement le foyer (home), devait susciter chez ses habitants chaleur, repos et recueillement ; d’où la primauté accordée au living-room, pièce maîtresse organisée autour de la cheminée. Le modèle pavillonnaire s’érigea donc en doctrine par « le mariage » des théories de deux architectes : Andrew Jackson Davis et Catharine Beecher. Le premier établit quelques règles de construction (pelouse sans clôtures, toit gothique, inspiration de la Renaissance italienne ou du cottage anglais) suivant les revenus de l’acquéreur. La seconde, fille de pasteur et féministe, façonna le dess(e)in de la « religion domestique » associée à la maison individuelle en prônant la primauté féminine dans l’éducation des enfants et dans l’organisation de la sphère domestique. En conséquence, trois principes guidèrent à l’assise et au développement de ce modèle : l’association du pavillon à Dieu ; la prégnance du rôle de la femme qui prend en charge, non seulement l’aménagement mais aussi l’entretien du pavillon et assure aussi l’éducation morale et spirituelle des membres du foyer. Enfin, le pavillon correspond à un attribut masculin à savoir l’accession à la propriété. Toutefois, il restait tout de même un pas à franchir avant que la maison individuelle ne s’installe définitivement dans le paysage comme dans la culture américaine : celui de devenir un élément mythologique de la nation américaine, au même titre que la cloche de l’Indépendance à Philadelphie ou les ruines de Fort Alamo au Texas. Cela fut fait en 1856. À Mount Vernon, l’état de délabrement de la demeure de George Washington et surtout la perspective de sa destruction suscita une forte réaction dans les états de l’Union et des fonds furent levés pour la réhabiliter. Ainsi, la maison devint le symbole de l’unité états-unienne. C’est sur ces fondations que s’est généralisé ce modèle. Dans cette minutieuse modélisation, le caractère profondément mythologique de la maison individuelle se trouva renforcé par sa dimension la plus économique qui soit, le crédit, qui va progressivement dépasser son rôle de formalité économique permettant l’acquisition de la maison. Guy Mercier va mettre en avant que ce même crédit est devenu « l’expérience de la vérité de la mythologie qui structure le modèle et l’engouement pour le pavillonnaire9 ». L’acquéreur, par ce geste, accepte sa condition de salarié et engage son travail et son bien pour rembourser ses traites. Le crédit devient ainsi une manifestation de la confiance en l’avenir et le moyen pour chaque individu de s’inscrire symboliquement et par les actes dans le pacte social de la société industrielle. Si le pavillon est la figure centrale de l’idéologie urbaine nord-américaine et la forme d’habitat privilégié, la clef de voûte de l’urban sprawl est le consommateur américain.

7Les ingénieurs sociaux ont fabriqué l’homme du xxe siècle : l’Américain moyen. Dans cette étude, l’auteur a mis en avant que la cellule familiale composée d’un couple avec deux enfants, qui lui est associée, a été empiriquement façonnée sur des fondements sociologiques, psychologiques et économiques. Progressivement, le marketing a affiné les méthodes de production de ce modèle à grand renfort de sondages et de publicité, en fonction des cibles qui le composent, tout en entretenant l’illusion de choix différenciés. Ces instruments, toujours en quête de perfectionnement, ont trouvé, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, un espace d’expression sans précédent, au moment même où les syndicats ont enterré la hache de guerre avec la bourgeoisie et le capital, renvoyant la lutte des classes aux calendes grecques. Dès lors, une vaste classe moyenne, celle de l’ouvrier puis de l’employé consommateur, s’institua. Où qu’il soit sur le territoire nord-américain, celui-ci est contraint de suivre la même économie domestique. David Mangin10 analyse que, depuis l’école et l’université, l’Américain moyen se doit de tout planifier : sa protection sociale, ses emprunts pour la maison, pour l’éducation de ses enfants et enfin sa retraite. Toutes ces contraintes entraînent un endettement important qui nécessite une attention constante à son patrimoine immobilier. Par exemple, si du fait d’un voisinage disqualifiant la maison perd de sa valeur, l’épargne familiale s’en ressentira immédiatement. Par conséquent, la revente « à perte » de ce bien compliquera le financement d’un certain nombre des projets personnels visant à embrasser toutes les dimensions et expressions de l’American way of life. Sur le plan urbanistique, ces considérations économiques et sociales expliquent le zoning résidentiel, et les logiques qui, poussées à l’extrême, conduisent à des modèles paroxysmiques : les gated communities.

8La suburb se doit donc d’illustrer et d’assurer deux impératifs : un premier, d’ordre économique et commercial car elle est conjointement un produit rationalisé au nom de l’efficacité et un patrimoine censé garantir toute l’économie domestique de la single family nord-américaine ; un second, idéologique, empreint de simplicité, de proximité avec la nature et Dieu. On peut avancer que l’endettement individuel, comme le maintien de ce modèle d’habiter, garantissent à eux deux l’ordre capitaliste. À la lumière de la récente crise des sub-primes, cela prend une autre dimension et mériterait d’être étudié afin de juger de la capacité du modèle à rebondir au-delà de crises économiques et sociétales profondes.

De Llewellyn Park à Sun City

9La forme de ce mode d’occupation de l’espace n’a cessé de se modifier au nom du perfectionnement du modèle et de son efficacité économique. Cynthia Girling et Kenneth Helphand11 ont restitué les grandes étapes de cette quête de perfection marquée par des exigences tant sociales qu’économiques tant idéologiques que commerciales. Llewellyn Park dans le New Jersey (1854) et Riverside Park dans l’Illinois (1869) furent les premiers lotissements, sortes de parcs habités aux voiries curvilignes. On y trouvait déjà les principes qui seront peu ou prou repris dans tous les lotissements et qui conduiront aux formes les plus parfaites d’ensembles résidentiels enclavés : l’enclosure (private entrance, do not enter), le règlement intérieur (restrictive covenants) et la gouvernance privée des espaces publics (commitee of management). Dans les années 1920 apparurent les premiers lotissements « de masse », inspirés des cités-jardins d’Hebenezer Howard. Radburn, dans le New Jersey, bâti en 1929, en fut le prototype par excellence. Ce modèle se généralisa à la décennie suivante en réseaux de parcs résidentiels autonomes. Ainsi, les greenbelt towns et les Levittown, préfabriquées et produites en série, fleurirent pour absorber le baby-boom. De son côté, la Federal Housing Authority qui définit les principes de localisation des équipements et services préconisa la curvilinéarité des voies de desserte et rationalisa la voirie interne et le parcellaire. Les années 1960 virent la société industrielle devenir une société des loisirs et l’entertainment fit son apparition comme condition de l’épanouissement individuel. Une fois cela intégré dans les schémas de l’économie de marché, les parcs à thèmes, les master planned communities et les gated communities se développèrent, en guise de réponse, à partir des années 1970.

10De 1950 à 1970, si les villes nord-américaines ont gagné 10 millions d’habitants, la banlieue, elle, a attiré 85 millions d’habitants. Ces deux décennies marquèrent la quintessence de l’expression du rêve américain et de sa concrétisation en l’American way of life : « Des machines à laver le linge à forte capacité, des réfrigérateurs géants et des poussettes pour jumeaux et parfois pour triplés […] des pelouses vertes impeccablement tondues […] la suburb n’est ni le kolkhoze, ni le kibboutz mais, à l’époque, elle a encore un petit côté “socialiste”12. » Toutefois, ce n’est pas l’image « d’un socialisme à l’Américaine » que révèlent les photographies d’Alex MacLean.

11Individualisme et libéralisme débridés semblent y régner. Si la suburb était localisée dans la première couronne urbaine des villes nord-américaines, ici les clichés indiquent que ces unités d’habitations et d’activités se localisent en deuxième ou troisième couronne, à plus de cent kilomètres de Las Vegas ou de Phoenix. Ils sont pris clairement au-delà de la suburb, inscrits dans une organisation spatiale relevant du modèle de l’école de Los Angeles, aux confins du territoire états-unien. Alors que la conquête du territoire a pris officiellement fin en 1890, le mythe de la frontière semble encore d’actualité et, par un extraordinaire voyage dans le temps, ces ensembles s’apparentent aux villes pionnières du début de la conquête de l’Ouest. Cet étalement urbain à l’infini, qui au fond semble se passer de la ville alors que la suburb, au contraire, en renforçait la primauté, peut être génériquement appelé : exurb. Cette dénomination, qui ne sera pas ici discutée quant à sa définition, sera utilisée au sens où elle permet de décrire un phénomène qui est conjointement le perfectionnement ultime du modèle de l’urban sprawl nord-américain mais aussi un modèle qui se différencie très nettement de la suburb. L’uniformité se dégage des clichés d’Alex MacLean pour décrire cette exurb. Comme si l’urbanisation trouvait en elle une nouvelle frontière, tout aussi mouvante que la frontière mythique de l’espace états-unien. Ainsi, aux confins de Nouveau Mexique ou du Nevada, au croisement d’une autoroute portant un numéro pair (Est-Ouest) et d’une autre portant un numéro impair (Nord-Sud), de vastes ensembles de résidences, de services, de bureaux et de lieux de détentes « poussent » et s’étalent avec leurs multiplexes de cinémas, leurs malls, leurs fastfoods identiques et leurs hôtels bon marché. Cette médiocrité apparente contraste étrangement avec des centres-villes déserts, abandonnés, en friche et « ghettoïsés » (ce que montrent de nombreux autres clichés d’Alex MacLean), vestiges d’une urbanité révolue. En aucun cas banlieue de la banlieue, cette forme contemporaine de l’urban sprawl, est bien le nouveau modèle d’habiter de l’Amérique.

12L’histoire de l’urban sprawl, phénomène majeur de l’urbanisation nord-américaine, et la prégnance d’un modèle principal d’occupation de l’espace, de la suburb à l’exurb, s’expliquent donc par la conjonction de plusieurs phénomènes. Tout d’abord par l’avancée spectaculaire des techniques de transport, railway, streetcar et automobile qui ont conditionné le développement urbain. En parallèle, les aides considérables consenties par Washington et les états financèrent les différents réseaux de transports, accélérant en cela leur diffusion sur tout le territoire. Ces aides couplées à celles qui furent accordées par les municipalités aux commerces et surtout celles, toujours fédérales, attribuées aux ménages sous formes de prêts immobiliers à taux faibles contractés sur une durée assez longue drainèrent l’extension urbaine. Quant à l’industrialisation et à la production massives de maisons individuelles, elles garantirent la diffusion du modèle pavillonnaire au plus grand nombre. La banlieue pavillonnaire devint ainsi la figure emblématique de l’urban sprawl et la maison demeura le pivot de ce mode de consommation auquel se joignirent l’automobile et l’équipement ménager. L’intelligence suprême dans l’édification de ce modèle fut d’en assurer la diffusion à toutes les populations et classes de la société américaine : working class, middle class, upper class, afro-américains, sino-américains, hispano-américains… Les clichés d’Alex MacLean semblent questionner le lecteur sur le devenir même de ce modèle et du pacte social nord-américain qu’il est censé garantir : ces ensembles résidentiels n’ont-ils pas distendu les entités métropolitaines au point de compromettre leur gouvernance ? Ce modèle n’est-il pas tout simplement ubuesque du fait de sa consommation dantesque d’espace ? N’entraîne-t-il pas une production de nouveaux paysages banalisés et fantaisistes qui ne favorisent pas l’expression d’une véritable identité locale ? D’un point de vue sociétal, ce modèle n’illustre-t-il pas la faillite d’un individualisme poussé à l’extrême ? Où en est le mythe périurbain aujourd’hui ? Volontairement certaines de ces interrogations resteront en suspens et le propos se centrera sur celles qui permettront de qualifier l’exurb.

Densité de vie

13L’art dAlex MacLean, qui relève autant du surréalisme de Chirico que de l’hyperréalisme d’Hopper, offre la vision de paysages orphelins et en apparence inhabités qui renvoient à la solitude et à la résignation. Il semble permettre le dévoilement de la vie urbaine contemporaine, ramassé en un certain nombre de vocables : marginalité, pauvreté, uniformité, mobilité, standardisation, désocialisation, dépersonnalisation, méfiance, anonymat. Cette vie urbaine s’épanouit dans d’autres espaces emblématiques du sprawl tels le motel, le mall ou le resort qui semblent tous partager cette même logique d’occupation du territoire, celle d’un espace transitif où prédomine la perte du lien au lieu et par conséquent du lien au monde. L’exurb ne semble y être devenue que fonctionnelle. Dès lors, les questions assaillent quiconque regarde les photographies : l’habitude et la répétition ont-elles suppléé l’attrait, l’aura de la possession qui ont cimenté et sédimenté ce modèle ? Peut-on en sortir quelque chose qui nous renseigne sur la densité de la vie qui s’y déploie ? Pourrait-on en pénétrer les mystères ?

14Habitudes, traditions, mœurs, us et coutumes, routines, modes et folklores, toutes guenilles plus ou moins légendaires qui recouvrent le corps nu de la condition humaine et qui veulent faire croire à l’homme la nécessité de se vêtir et de s’immobiliser, existent bel et bien dans l’exurb que nous présentent les photographies. Tous se parent d’autres noms : superbowl, barbecue, living-room, automobile, mall, cable tv, prom night, thanksgiving, etc. L’exurbia, aux marges du territoire nord-américain, apparaît comme le lieu de la perpétuation d’un certain mysticisme qui, faute d’un rattachement à la transcendance de l’Infini, se cache dans la quotidienneté la plus banale. Faute d’un Dieu « vertical » auquel elle est censée être rattachée, elle se contente d’être, à la fois, le lieu et le mode de l’adoration des divinités de la société de consommation. La densité de vie qui s’exprime dans l’exurb ne se montre pas dans des événements extraordinaires ou des faits irrationnels pour lesquels le vernis familier des choses et des êtres se craquelle en laissant transparaître des apparitions mystérieuses. Elle se loge dans une forme d’étrangeté singulière qui est celle de ce qui n’est précisément pas étrange, mais d’une pure banalité. Dans ces lieux, l’Américain moyen – absent des photographies d’Alex MacLean mais qui semble toutefois les hanter – construit sa vie quotidienne en une accumulation vaine de possessions (voiture, télévision, piscine…) et de « lieux » (mall, stade, école, bar…) tentant de masquer la fluidité originelle du cosmos dans laquelle il s’inscrit en faisant du surplace. Dans les photographies choisies pour illustrer le propos, il est possible de dresser le constat suivant : le préfabriqué et le temporaire semblent faire loi. Pavillons et parcs de loisirs paraissent cheap, fragiles et démontables. Tous sont déconnectés du réel, de l’environnement physique et culturel, comme esseulés dans une pure fonctionnalité mercantile. Tout devient mobile, en tout cas, pousse à la mobilité infinie. Cette étrange densité de vie, que tout paraît en apparence rendre impossible, questionne le sens et la valeur que revêt aujourd’hui la mobilité. Si elle ne permet plus l’immobilité, la mobilité devient une simple fragilité. Et l’exurb, en tant que garantie et produit d’un système économique, ne semble prendre vie qu’au gré des opportunités, devenant ainsi un chantier mobile pour Hobos du xxie siècle. Cette mobilité deviendrait-elle la marque de l’évolution de nos sociétés où il n’y a plus de motif à être mobile ? L’errance se parerait-elle d’un statut de normalité contemporaine alors qu’elle fut, auparavant, signe de marginalité ? Il y aurait beaucoup à explorer de cette apparente contradiction entre errance et mobilité. Quoi qu’il en soit, ces réflexions ici esquissées, mais surtout les photographies qui sont au cœur de cette contribution, mettent en lumière un élément clef de la suburb auquel on porte étrangement peu d’intérêt : la route.

Sur la route…

15Le développement et la colonisation de tout l’espace nord-américain furent donc le fait, entre autres, du lobbying intensif orchestré par Goodyear et General Motors. « Ce qui est bon pour mon pays est bon pour Général Motors et vice versa », disait Charles Wilson, son président, en 1953. Si cette formule n’est plus aujourd’hui d’actualité, elle le fut durant longtemps. Le New Deal avait soutenu l’accession à la propriété individuelle et l’essor des transports individuels au détriment d’une réelle croissance des villes et du développement des transports en commun. Au lendemain du bombardement japonais de Pearl Harbor, l’effort de guerre profita aux « lobbys de la route » qui, tissant leurs toiles dans les couloirs et bureaux de la Maison-Blanche, rationalisèrent le développement et l’aménagement du territoire au sens économique du terme. De gigantesques projets autoroutiers, financés par l’État Fédéral, furent lancés pour connecter les états entre eux (interstates). En complément, fondée sur de faibles taxes de péage, l’utilisation de la voiture a été subventionnée et encouragée, favorisant ainsi le sprawl. Tous les éléments mis en place, le déplacement massif de la middle class et des classes ouvrières put avoir lieu et cela entraîna la domination de la maison unifamiliale, aux formes plus ou moins diverses (colonial à l’est, mobile homes dans la Sun Belt, débridée à l’ouest…), en tant que modèle fortement appuyé sur le mode de consommation fordiste. Tel un rouleau compresseur, la standardisation des constructions s’installa, la trame du tissu urbain devint routière et l’accès à la petite propriété s’érigea, grâce à la Federal Housing Authority, en idéal social.

16Cette forte collusion entre route et urbanisation se trouvait déjà dans les projets utopiques de l’Amérique du futur présentés durant l’exposition universelle de New York en 1939. La ville du futur telle qu’elle était présentée ne relevait pas de la science-fiction mais bien de l’ordre du divinatoire. En effet, que de ressemblances entre les banlieues pavillonnaires de Phoenix ou de Las Vegas telles que les a photographiées Alex MacLean et les projets Futurama et Democracity du lobby routier (des autoroutes regroupant Millville et autres Pleasantville avec pour centres, un vaste ensemble éducatif, social, commercial et culturel) exposés à New York. Alors que le Normandie rapatriait les ressortissants américains qui fuyaient une Europe courant à sa perte, le monde de demain se mettait lentement en place lors de cette exposition. Ces utopies mercantiles et industrieuses tournaient le dos à la ville, prônaient une ségrégation des habitants, une sociabilité axée sur le voisinage proche et un defensible space13 avant l’heure. C’est très exactement ce que donnent à voir les clichés où les mêmes lois d’occupation de l’espace semblent y commander : des configurations élémentaires de voiries constituants l’ensemble enclavé, qui ne sont destinées qu’à la seule desserte résidentielle et qui en marquent le retrait ; un nombre d’accès à l’ensemble relativement limité, renforçant de facto son isolement ; un agencement et une orientation introvertie des pavillons qui ont un effet de séparation et conduisent à une absence de communication visuelle entre l’enclave et le reste de l’espace ; une dimension fractale caractérisant la reproduction de « minis espaces » enclavés au sein du vaste ensemble ; la nature des espaces contigus – qui paraissent étrangement comme artificiels – et le choix de localisation de l’ensemble qui ajoutent un effet d’isolement ; enfin, non seulement la taille de ces ensembles est un facteur d’enclavement mais la spécialisation fonctionnelle (loisir, habitat…) renforce cette idée d’autonomie fonctionnelle et donc spatiale. De cet inventaire émerge la route figurant le drain infini qui, par le nomadisme économiquement conditionné, vide le trop-plein d’énergie et d’inquiétude né de l’American way of life.

17Le piètre caractère que prêtent les représentations à l’exurb tiendrait au fait que l’américain, moyen ou non, se trouve dans une situation dont il ne peut s’extraire. Sourd à l’appel continuel de l’errance sans signification ni rédemption, il devient un éternel nomade pris dans une perpétuelle pulsion cinétique. Cela s’illustrerait par la persistance de l’esprit de frontière, entre errance et sédentarité. Acter cela reviendrait à trouver un début d’explication pour la passion qu’a la société américaine, non pas exclusivement pour la route, mais pour le jeu, l’entertainment. Car au fond, rouler et jouer relèvent de la même démarche. Ils contiennent en eux cette capacité de pouvoir tout recommencer, ce qui est le credo de l’esprit de frontière. Les milliers de combinaisons d’une trajectoire résidentielle, d’un jeu de cartes routières ou de cartes à jouer, offrent, tous, la possibilité de « se refaire ». Dans le jeu, comme dans la route, l’on retrouve un des fondements de la société américaine : the pursuit of happiness. Inscrite dans la Constitution, la quête du bonheur revient à jouir sans restriction, quels qu’en soient la manière ou le prix. L’American way of life est l’expression du rêve américain et donc de cette quête du bonheur. Elle l’est dans la mesure où elle figure non pas la matérialisation que chaque rêve peut devenir possible mais plutôt que la seule réalité sensible de l’Amérique est le fait même de rêver. Le rêve porte en lui le statut de prophétie autoréalisatrice. L’exurb illustre cette capacité d’utopie permanente, de faire surgir de nulle part un quelque part. Telle une utopie, qu’elle soit Futurama, Route 66, Sun City ou Las Vegas, qui combine plaisir et soumission, l’exurb permet à l’enfant qui sommeille en chaque américain de réaliser son rêve dans la satisfaction heureuse couplée à une régulation sans faille. Alors certes, qui mieux que Kerouac peut justement évoquer la route et le rapport si singulier, vital même, qu’entretient avec elle l’Amérique au-delà de la beat generation ? Qui mieux que Frédéric Martel est capable de disserter sur les rapports que l’Amérique entretient avec l’entertainment ? Qui mieux que Mike Davis est en mesure de disséquer l’évolution urbaine contemporaine et d’en caractériser les principaux traits ? Toutefois, évoquer la route et le jeu dans le cadre d’une étude de l’urban sprawl n’est ni une digression ni un hors sujet. Tous ces travaux ont le même sujet : la vie telle qu’elle se théâtralise dans l’espace américain. Tous arrivent à la même conclusion : le fil de cette vie devient celui de la ligne jaune peinte sur l’asphalte. Cet asphalte, discret mais omniprésent sur les photographies d’Alex MacLean, à un point tel qu’il semble être l’élément paysager principal de l’exurb.

L’exurb ou l’espace mirifique

18L’essence de la culture américaine réside pour une grande part dans sa fascination constante pour le désert. Il y a présence du désert dans les photographies d’Alex MacLean, car toutes semblent se parer de ce caractère désertique par excellence : le mirage ! Pavillon, route, mall, stade semblent pouvoir y disparaître à tout instant et réapparaître tout aussi soudainement. Ces différents clichés mettent en présence un espace sans paysage ni nom, si ce n’est cette vague appellation générique : exurb. Ce désert urbain ne possède aucune orientation naturelle ni point de repère, car, contrairement au désert minéral, il annihile tout mouvement ! Tout enferme dans le vide et génère une perte de repères. Là où le désert préfigure l’ouverture et la découverte, l’exurb, elle, enferme et désole. Les photographies nous présentent une vie « exurbaine » paraissant faite d’alternances d’expériences inverses associées à autant de caractéristiques psychiques et affectives opposées : de la voiture à la rue, d’un espace clos contrôlé à un espace ouvert et soumis au regard et contact des autres. Dans son ultime stade d’évolution, la banlieue nord-américaine réussit une sorte d’assimilation entre observateur et sujet tant et si bien que l’individu devient lui-même le personnage central d’une télé-réalité dont il est aussi le spectateur. Ces quelques points illustrent l’aspect dichotomique de ce mode de vie : l’immobilisme du corps devant les écrans d’ordinateurs ou/et de télévision (que l’on devine au-delà des fenêtres des pavillons photographiés) et cette agitation frénétique de ces mêmes corps en roller, dans les salles de sports, dans les malls ; cette exigence outrancière de sécurité que cela soit des biens et des personnes face à une même volonté de se mettre en danger par des comportements à risques et des pratiques déviantes ; cette indifférence aux autres érigée en carapace automobile et ce goût exacerbé de la « convivialité ». Au final, cela tend à montrer que l’American way of life n’est qu’une alternance de civilisation et de sauvagerie, conditionnée par une stimulation nerveuse intense qui conduit à un balancement extrême entre hypersensibilité et désensibilisation.

19Dans cette réalité, la maison, objet premier du mythe pavillonnaire et pierre angulaire de la société américaine semble vide de sens. Les photographies d’Alex MacLean n’en montrent que le côté purement fonctionnel : celui de ne satisfaire que l’idée de besoin. Cette relative humilité contemporaine ne donne plus l’aspect de récompense allégorique au pavillon. Pire encore, il se trouve alors dépossédé des caractères métaphysiques et théologiques qui le caractérisaient auparavant. Désormais, la maison individuelle semble être considérée comme un artefact censé fournir un service, un bien, un plaisir. De cette hypothèse émerge une interrogation : à l’instar de la consommation où le hard-discount prévaut, l’exurb ne marque-t-elle pas l’effacement de l’objet « pavillon » au bénéfice de sa fonction (sociale et/ou économique) ? Selon une connaissance par habitus, qui n’a pas besoin d’être dite, chaque américain sait ce qu’il va « manger » en se rendant dans un fastfood et ce quelle que soit la spécialité proposée. Chaque enseigne de restaurant contient déjà tous les éléments qui définissent son contenu. Non contente d’en signaler la récurrence, la marque détermine par elle-même le produit, l’identifie. Ainsi, le produit et le contexte de consommation fusionnent dans une parfaite continuité économique et affective. Il en est de même pour le pavillon, devenu marchandise. Il procure un bien mais surtout le génie du lieu, la métaphysique d’une histoire, un kit spirituel trivial, composé de sentiments et d’idées sommaires, qui l’accompagnent comme une valeur substitutive. Si les photographies montrent que la répétitivité de la maison individuelle est quelque part exorcisée par un accroissement de ses variantes, le principe économique, lui, est toujours respecté. Pour acquérir une lisibilité immédiate et assurer la domination d’un marché, une entreprise se doit de proposer à l’ensemble de ses clients potentiels un seul produit clairement identifiable, quitte ensuite, à le décliner sous différentes formes afin de donner le change aux goûts. Tout est présent mais au final, idem numero et la pluralité cède la place à la multiplicité. Risquons-nous à un peu de prospective : qu’adviendrait-il alors de l’exurb si, peu à peu envahie par le sable, elle restait figée ? À l’instar des carcasses d’enseignes de néons autour de Las Vegas, des villes fantômes ayant servi de tests « grandeur nature » aux bombardements sur l’Allemagne et le Japon ou pour les essais nucléaires post Hiroshima (présents dans de nombreux films comme Hills Have Eyes et Indiana Jones and the Kingdom of Crystal Skulls), cette même exurbia ne prendrait-elle pas soudainement une valeur urbanistique et un sens ? Il est possible d’extrapoler que devenus ainsi décombres, ces vestiges d’une architecture vernaculaire, d’édifices construits dans le but de perpétuer l’économie de marché, gagneraient, de manière quasi magique, une temporalité vécue qui, jusqu’ici, leur avait été refusée. Si l’exurb se muséifiait, offrant ainsi les conditions de son observation en tant que cadre d’un mode de vie disparu, cela révélerait-il, dans l’exhibition de la perte de fonction, une signification propre ? S’humaniserait-elle ? Un quelconque génie, jusqu’alors invisible, l’habiterait-elle ? La décrépitude serait alors l’unique chance offerte à l’exurb pour rester gravée dans l’espace et le temps, pour devenir patrimoine.

20Emerson et Thoreau ont montré comment la société américaine s’est édifiée en fonction d’un intérêt essentiellement centré sur la quotidienneté. Dès sa fondation, cette nation a fait de la vie de tous les jours un enjeu majeur, voire crucial. En même temps, l’espace où elle devait faire porter tous ses efforts de transformation sociale est devenu la matière privilégiée de son émancipation future. D’où cette double caractéristique, qu’éclairent les photographies, de banalité et d’intensité dont l’exurb se pare bien plus que n’importe quel autre lieu. Présentée ainsi, dans sa géométrie parfaite et dans son atemporalité apparente, l’exurb ne semble pas en mesure d’éveiller la moindre trace de passé, pas plus qu’elle ne paraît capable de soulever quelque image fantasmatique qui conférerait à ce lieu une résonance affective et collective. L’étrange s’avère envahir le quotidien et lorsque l’on se représente ce dernier, on le qualifie rapidement d’une banalité sans nom. Cet état de fait rend, en apparence, peu probable toute projection de récit individuel chargé de significations. Toutefois, le tableau n’est pas si noir qu’il y paraît et un renversement de valeurs peut être opéré. Derrière cette imposante banalité, une profondeur et une multiplicité l’investissent. Alors, l’exurb devient un lieu de tous les possibles, une chance. Débarrassée de la chape de plomb des strates qui caractérisent deux mille ans d’histoire continue en Europe, la banlieue états-unienne devient un milieu propice à la liberté d’appréciation et d’interprétation la plus complète. Affranchie, dans une certaine mesure, du codage des gestes et des paroles dans ce relatif anonymat, non marquée par un ensemble de sens explicites de prime abord, une densité de vie est à l’œuvre. Le genius loci de l’exurb tient dans son absence de toute génialité. Elle illustre l’aura de la perte d’aura ; non celle, déclinante, qui vibre encore faiblement de sa propre disparition, mais celle de la déficience irréversible de l’enchantement de l’ici et du maintenant. La virginité de l’espace états-unien semble avoir permis d’y édifier une réalité urbaine ex nihilo, une urbanité quasi diaphane au sens où sa signification coïncide totalement avec son édification.

Conclusion

21Ces réflexions sur la forme contemporaine de l’urban sprawl ont tenté d’en décrire l’anatomie complète, de décomposer ce corps urbanistique et social en tous les éléments fondamentaux, qu’ils se réfèrent à la vie, à l’économie, à la manière de se déplacer dans l’espace ou à la capacité humaine de donner un sens à ce qui, de toute apparence, s’épanouit très bien sans cela.

22Malgré une densité de vie que laissent deviner les photographies, l’espace de l’exurb demeure, « vu du ciel », autant indéterminé qu’il est vague. Non qu’il soit fouillis ou chaos, mais son côté vague tient à l’impossibilité de rattacher les formes qu’il prend à quelque chose de familier. Ce vague signifie que, de la Californie à la Floride, du Nouveau-Mexique au Nevada, l’exurb ne paraît pas ajustée à l’espace qu’elle occupe. Il va sans dire que, contrairement au terrain vague, ouvertement indéfini, hétéroclite et où coexistent des éléments et fonctions hétérogènes, l’exurb offre, elle, une structure déterminée. Toutefois, sa forme ne peut en elle-même délimiter l’espace qu’elle recouvre et encore moins le qualifier. Elle paraît « hors contexte » et cette indétermination relève de l’absence d’une véritable affinité avec le lieu. Lorsque l’on applique une lecture à deux « échelles », on peut dire alors que le vague de l’exurb naît d’un certain manque d’intérêt, que le caractère vague du pavillon qui l’occupe, lui, est intentionnel. Le bâtiment se dé-sujettit totalement de la géographie au point d’apparaître dans sa dé-liaison comme un espace a-topique, au sens littéral du terme. Les ensembles pavillonnaires et d’activités photographiés par Alex MacLean ne semblent pas avoir d’intentions directrices, pas plus que d’implantations, toutes deux liées à des considérations et logiques urbanistiques, encore moins politiques. Ils répondent à des desiderata et à des impératifs économiques. En quelque sorte, la logique du lieu fait place à une simple logique de gain : de place, de temps, d’argent. Rien ne paraît commander à l’édification et à l’installation de ces ensembles. Les clichés tendent à montrer qu’indifférente à toute inhérence au(x) lieu(x), l’exurb est extra-terrestre dans son rapport à l’espace. Elle ne l’habite pas. Elle le visite et le hante !

23Par bien des aspects, l’exurb se pare d’un statut peu glorieux. Celui de vita povera contemporaine. Les photographies tendent à montrer une lente et continuelle dépréciation de l’existence quotidienne qui semble illustrer une impossibilité pour une expérience vécue, de se convertir en une expérience effective qui, croissant, ouvrirait à d’autres usages et deviendrait par suite communicable aux autres. Quoi qu’il en soit, ici peut-être plus que dans n’importe quel objet de recherche, l’observation invite à la prudence. Prudence méthodologique tout d’abord dans la mesure où acter si les photographies d’Alex MacLean produisent du savoir nécessite d’évaluer, à défaut de connaître, l’écart entre l’expérience visuelle de l’espace de l’exurb et la production photographique qui en est faite. Ici une étape exploratoire de ce travail a été présentée. Prudence ensuite quant aux éléments portés à charge ou à crédit à l’encontre de l’exurb. Car, si pauvre soit-elle, elle n’en demeure pas moins pleine de potentialités. Ce modèle, perfectionné à travers les années et les évolutions sociétales nord-américaines, est chargé de sens naturels, culturels, esthétiques, théologiques et politiques dont quelques traits ont été ici cernés.

24Dès lors, si l’exurb ne semble pas qualifier l’espace qu’elle délimite, elle demeure toutefois chargée d’imaginaire et de symbolique. Elle apparaît conjointement, photographiée ainsi, comme l’expression et la forme la plus aboutie de la vacuité originelle d’un territoire américain ayant permis l’édification d’une civilisation de l’effet immédiat qui, sans histoire ni passé, a su néanmoins exploiter toutes les possibilités compensatoires de l’espace.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Aglietta M., Régulation des crises du capitalisme : l’expérience des États-Unis, Paris, Calmann-Lévy, 1976.

Ballard J. G., Nouvelles complètes : 1956-1962, Auch, Tristram, 2008.

Berque A., « Lieu 1 », in J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 555-556.

Baudrillard G., Amérique, Paris, Livre de Poche, 1988.

Bégout B., Suburbia, Paris, Éditions Inculte, 2013, 357 p.

Berry B. J., « Inner City Futures: an American Dilemma Revisited », Transactions of the British Geographers, vol. 5 n° 1, 1980, p. 1-28.

Bosse A., Devisme L. et Dumont M., « Actualité des mythologies pavillonnaires », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 102, 2007, p. 141-151.

Davis M., Dead cities, Paris, Allia, 2009.

Davis M., The Ecology of Fear: Los Angeles and the Imagination of Disaster, New York, Vintage Books, 1998.

Davis M., City of Quartz : Los Angeles ou la capitale du futur, Paris, La Découverte, 1992.

Dreier P., « Labor’s Love Lost: Rebuilding Unions’ Involvement in Federal Housing Policy », Housing Policy Debate, vol. 11 n° 2, 2000, p. 327-392.

Eco U., L’œuvre ouverte, Paris, Le Seuil, 1965.

Ghorra Gobin C., « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in P. Bonnin, A. Berque et C. Ghorra-Gobin (dir.), La ville insoutenable, Belin, Paris, 2006, p.147-158.

Girling L. C. et Hephand I. K., Yard Street Park: the Design of the Suburban Open Space, New York, John Wiley and Sons, 1994.

Gutfreund O. D., « L’envahissement des campagnes par les villes : l’expansion métropolitaine aux États-Unis », in P. Bonnin, A. Berque et C. Ghorra-Gobin (dir.), La ville insoutenable, Belin, Paris, 2006, p. 159-170.

Hilberseimer L, The Nature of Cities: Origin, Growth and Decline; Pattern and Form; Planning Problems, Chicago, Paul Theobald, 1955.

Hoyaux F.-A., « Les constructions des mondes de l’habitant. Éclairage pragmatique et herméneutique », Cybergeo: European Journal of Geography, n° 203, 2003, p. 5 [http://193.55.107.45/ehgo/hoyaux/hoyaux203.htm].

10.4000/cybergeo.3401 :

Jameson F., Postmodernism, or, the Decline and Fall of Community, Durham (N.C.), Duke University Press, 1991.

Kerouac J., Sur la route, Paris, Gallimard, 1976.

Kestelloot, « Accumulation Regimes. Reproduction of Labor Force and the Organisation of the Urban Residential Space: the Case of Belgium », International Conference on Regulation Theory, Barcelone, 16-18 juin 1988.

Laffont G.-H., « Rétro… polis : Blade Runner et le cinéma de science-fiction comme révélateurs du caractère mythologique et archétypale de l’urbaphobie », in B. Marchand et S. Cavin, Antiurbain : démontage d’un désamour, Lausanne, PPUR, 2010.

Lefebvre H., Critique de la vie quotidienne, Paris, L’Arche, 1977.

Le Goix R., « Les Gated communities à Los Angeles. Place et enjeux d’un produit immobilier pas tout à fait comme les autres », L’espace géographique, vol. 31, n° 4, 2002, p. 328-344.

10.3917/eg.314.0328 :

Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003.

MacLean A., Over : visions aériennes de l’American way of life, Paris, La Découverte, 2008.

MacLean A., The playbook, New York, Thames & Hudson Ltd, 2006.

MacLean A., Designs on the Land: Exploring America from the Air, New York, Thames & Hudson Ltd, 2003.

Mangin D., La ville franchisée : formes et structures de la ville contemporaine, Paris, La Villette, 2004.

Martel F., Mainstream : enquête sur cette culture qui plait à tout le monde, Paris, Flammarion, 2010.

Martinez S. C., « The Housing Act of 1949: Its Place in the Realization of the American Dream of Homeownership », Housing Policy Debate, vol. 1, n° 2, 2000, p. 467-487.

10.1080/10511482.2000.9521374 :

Matthews G., « Évolution générale du marché du logement de la région de Montréal de 1951 à 1976 : données synthétiques sur une réussite méconnue », Études et documents, n° 17, 1980, INRS-Urbanisation.

Mennel B., Cities and cinema, New York, Routledge, Critical Introductions to Urbanism and the City, 2008.

10.4324/9780203015605 :

Mercier G., « La norme pavillonnaire : Mythologie contemporaine, idéal urbain, pacte social, ordre industriel, moralité capitaliste et idéalisme démocratique », Cahiers de géographie du Québec, vol. 50, n° 140, 2006, p. 207-239.

Mercier G., « La banlieue pavillonnaire nord-américaine : entre doute raisonnable et passion secrète », in P. Bonnin, A. Berque et C. Ghorra-Gobin (dir.), La ville insoutenable, Paris, Belin, 2006, p. 219-229.

Newmann O., Defensible Space: Crime Prevention through Urban Design, New York, Macmillan, 1972.

Shiel M. et T. Fitzmaurice (dir.), Cinema and the City: Film and Urban Societies in a Global Context, New York, Blackwell, 2001.

10.1002/9780470712948 :

Soja E. W., Postmodern Geographies, London, Verso, 1989.

Stilgoe J. R., Borderland: Origins of the American Suburb 1820-1939, New Haven (Conn.), Yale University Press, 1988.

Stock M., « L’habiter comme pratique des lieux », Espacestemps.net, Textuel, 18 décembre 2004 [http://www.espacestemps.net/document1138.html].

Stock M., « Théorie de l’habiter. Questionnements », in T. Paquot, M. Lussault et C. Younès (dir.), Habiter, le propre de l’humain, Paris, La Découverte, 2007.

10.3917/dec.paquo.2007.01.0103 :

Zunz O., Le siècle américain : essai sur l’essor d’une grande puissance, Paris, Fayard, 2000.

Filmographie indicative

American Beauty, 1999, S. Mendez.

A Serious Man, 2009, J. et E. Cohen.

Indiana Jones and the Kingdom of Crystal Skulls, 2008, S. Spielberg.

Pleasantville, 1998, G. Ross.

The Hills Have Eyes, 2006, A. Aja.

The Truman Show, 1998, P. Weir.

Desperate Housewives, série télévisée américaine de M. Cherry, diffusée depuis 2004.

Weeds, série télévisée américaine de J. Kohan diffusée depuis 2005.

Annexe

Lexique

Company town : ce terme renvoie à un type singulier d’urbanisation. Il désigne un ensemble urbain où tous les bâtiments commerciaux et toutes les habitations sont les propriétés d’une seule entreprise privée qui est à l’initiative de leur construction.

Edge city : vocable qui désigne un espace urbanisé périphérique qui concentre des entreprises, des services, des centres commerciaux et de loisirs.

Entertainment : terme générique pour « divertissement ».

Federal Housing Authority ou Federal Housing Administration (traduit par « Administration fédérale du logement ») : agence gouvernementale américaine créée en 1934 par le National Housing Act.

Gated community désigne, d’après la définition de J. Blakely, des quartiers résidentiels dont l’accès est contrôlé, et dans lesquels l’espace public est privatisé.

Greenbelt town : terme générique qui définit les villes construites, à l’initiative du New Deal, par les chômeurs américains. Elles permettaient ainsi aux foyers à revenus modestes de devenir propriétaires fonciers.

Interstate : « autoroute inter-États ».

Levittown : nom donné aux premiers ensembles périurbain conséquents, bâtis par la firme Levitt & Son.

Mall désigne génériquement un centre commercial.

Master planned community : vaste ensemble urbain planifié et implanté sur un territoire vierge.

Middle landscape : nom donné par Peter G. Rowe (Making a Middle Landscape. Cambridge [Mass.], The MIT Press, 1991) au paysage qui caractérise les banlieues pavillonnaires aux États-Unis.

Prom night : bal qui se tient à la fin d’une année scolaire aux États-Unis et au Canada.

Single family home : expression utilisée pour désigner, aux États-Unis, de manière générique la maison individuelle.

Street car : terme anglais pour tramway.

Suburb : nom donné aux banlieues périphériques relativement récentes des villes américaines. Elles sont composées de pavillons individuels entourés de jardins.

Superbowl : finale du championnat de football américain.

Thanksgiving, ou Action de grâce : fête d’origine religieuse, désormais laïque, célébrée au Canada le deuxième lundi d’octobre et aux États-Unis le quatrième jeudi de novembre.

Urban sprawl : expression désignant le phénomène de développement des surfaces urbanisées en périphérie des villes américaines.

Notes de bas de page

1 Un certain nombre de termes anglais sont définis dans un lexique situé en fin de texte.

2 Une filmographie est présentée en fin de texte.

3 Bosse A., Devisme L. et Dumont M., « Actualité des mythologies pavillonnaires », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 102, 2007, p. 144.

4 Heidegger définit habiter comme « être présent au monde », cité par M. Stock, « Théorie de l’habiter. Questionnements », in T. Paquot, M. Lussault et C. Younès (dir.), Habiter, le propre de l’humain, Paris, La Découverte, 2007, p. 105. De son côté, Hoyaux définit l’habiter comme « se construire à l’intérieur d’un monde par la construction même de celui-ci » (Hoyaux F.-A., « Les constructions des mondes de l’habitant. Éclairage pragmatique et herméneutique », Cybergeo: European Journal of Geography, n° 203, 2003, p. 5 [http://193.55.107.45/ehgo/hoyaux/hoyaux203.htm]). Les récentes approches géographiques ont permis d’inscrire ce rapport et cette question dans un contexte de mobilité et de territorialisations nomades. Les pratiques individuelles et collectives deviennent des « savoirs » (Stock M., « L’habiter comme pratique des lieux », Espacestemps.net, Textuel, 18 décembre 2004 [http://www.espacestemps.net/document1138.html]) que mobilisent tous les individus pour se positionner et l’habiter évolue comme « les spatialités des acteurs individuels », qui font dans, avec et de l’espace (article « Spatialité », in J. Lévy et M. Lussault [dir.], Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 866-868).

5 Propos tenus par Chris Younes lors de son intervention dans le cadre des Rencontres nationales des agences d’urbanisme à Rennes, les 19, 20 et 21 octobre 2010.

6 Mercier G., « La banlieue pavillonnaire nord-américaine : entre doute raisonnable et passion secrète », in P. Bonnin, A. Berque et C. Ghorra-Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, 2006, p. 219-229.

7 Hilberseimer L., The Nature of Cities: Origin, Growth and Decline; Pattern and Form; Planning Problems, Chicago, Paul Theobald, 1955.

8 Stilgoe J. R., Borderland: Origins of the American Suburb 1820-1939, New Haven (Conn.), Yale University Press, 1988.

9 Mercier G., « La norme pavillonnaire : Mythologie contemporaine, idéal urbain, pacte social, ordre industriel, moralité capitaliste et idéalisme démocratique », Cahiers de géographie du Québec, vol. 50, n° 140, 2006, p. 226.

10 Mangin D., La ville franchisée : formes et structures de la ville contemporaine, Paris, La Villette, 2004.

11 Girling L. C. et Hephand I. K., Yard Street Park: the Design of the Suburban Open Space, New York, John Wiley and Sons, 1994.

12 Martel F., Mainstream : enquête sur cette culture qui plait à tout le monde, Paris, Flammarion, 2010, p. 44.

13 Newmann O., Defensible Space: Crime Prevention through Urban Design, New York, Macmillan, 1972.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.