Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’espace du Nouveau Monde

 | 
Georges-Henry Laffont
, 
Arlette Gautier
, 
Denis Martouzet
, 
et al.

Troisième partie. Dehors, dedans

Introduction de la troisième partie

Nicolas Bernard

Texte intégral

1Les premiers textes de cet ouvrage évoquent les mythes fondateurs des Amériques, les lieux imaginés et rêvés, la promesse d’y mener une existence meilleure, de conduire des expériences nouvelles dans ces territoires où tout semblait possible. Les frontières du mythe sont ensuite abordées par plusieurs auteurs, montrant ainsi les limites du rêve américain. Dans cette troisième partie, nous nous interrogeons sur l’articulation entre un dedans et un dehors, dont l’analyse ne saurait se réduire à une dichotomie entre l’espace de vie du quotidien, souvent symbolisé par le foyer, familier et rassurant, et les espaces publics ou privés extérieurs, offrant des opportunités d’ouverture et de contacts, mais parfois hostiles ou perçus comme tels ; l’analyse doit aussi intégrer un « entre-deux », ni tout à fait dedans, ni tout à fait dehors, ou les deux à la fois. C’est une dialectique complexe par essence, où le dedans et le dehors s’opposent, se complètent, s’emboîtent, se valorisent l’un l’autre. S’ouvre alors un jeu d’ouverture-fermeture subtil, répondant à des stratégies individuelles ou collectives où s’affrontent, se combinent, s’enrichissent mutuellement le dehors et le dedans.

La dialectique du dehors et du dedans

  • 1 Bachelard G., La poétique de l’espace, PUF, 1978, 214 p.

2La dialectique du dehors et du dedans est, pour certains auteurs, une dialectique d’écartèlement : selon G. Bachelard, « elle a la netteté tranchante de la dialectique du oui et du non qui décide de tout1 ». Avec la même acuité, G. Perec exprime parfaitement cet écartèlement :

  • 2 Perec G., Espèces d’espaces, Galilée, 1974, 127 p.

« D’un côté, il y a moi et mon chez-moi, le privé, le domestique […], de l’autre, il y a les autres, le monde, le public, le politique. On ne peut pas aller de l’un à l’autre en se laissant glisser, on ne passe pas de l’un à l’autre, ni dans un sens, ni dans un autre : il faut donc un mot de passe, il faut franchir le seuil, il faut montrer patte blanche, il faut communiquer, comme le prisonnier communique avec l’extérieur2. »

  • 3 Vernant J.-P., Mythe et pensée chez les Grecs. Études de psychologie historique, Paris, La Découver (...)

3Pourtant, la dialectique du dehors et du dedans ne peut se limiter à l’évocation d’une fracture. Elle est aussi celle de la complémentarité et de la symbiose. La mythologie grecque nous fournit à cet égard un éclairage intéressant : dans son ouvrage « Mythe et pensée chez les Grecs », Jean-Pierre Vernant expose la façon dont s’articulent, dans la Grèce antique, l’idée de foyer, à connotation féminine, et celle d’étendue terrestre, à connotation masculine3.

4La première est représentée par la déesse Hestia (nom propre de la déesse mais aussi nom commun désignant le foyer). Elle réside dans la maison. Le foyer circulaire y symbolise l’enracinement de la maison dans la terre : il est gage de fixité et de permanence.

5Hermès, lui aussi, mais d’une autre manière, est lié à l’habitat. Il n’est pas lointain, comme le sont de nombreuses divinités : c’est un dieu proche qui hante ce monde-ci. Mais rien en lui n’est fixé, stable, permanent, circonscrit ni fermé. Il représente dans l’espace et dans le monde humain le mouvement, le passage, le changement d’état, le contact avec l’extérieur. À la maison, sa place est à la porte, protégeant le seuil. Il siège aussi à l’entrée des villes, aux frontières des États. Il est, à cet égard, le trait d’union entre le dedans et le dehors.

  • 4 Vernant J.-P., op. cit.

« On peut dire que le couple Hermès-Hestia exprime, dans sa polarité, la tension qui se marque dans la représentation archaïque de l’espace : l’espace exige un centre, un point fixe, à valeur privilégiée, à partir duquel on puisse orienter et définir des directions, toutes différentes qualitativement ; mais l’espace se présente en même temps comme le lieu de mouvement, ce qui implique une possibilité de transition et de passage de n’importe quel point à un autre4. »

6Au-delà de cette polarité bien réelle, la dialectique du dedans et du dehors doit intégrer l’imbrication étroite des deux espaces, qui s’interpénètrent constamment. Le dehors s’invite au dedans, par les bruits, les rumeurs, les nouvelles du monde environnant, ainsi que par le vécu de la journée passée « à l’extérieur ». Les vecteurs de l’information, dont internet est aujourd’hui l’expression la plus aboutie, apportent quotidiennement au dedans les messages du dehors et contribuent à rapprocher les deux espaces. D’une manière comparable, le dedans peut se projeter au dehors selon des modalités identiques et contribuer à le façonner, à en orienter les évolutions.

Dehors, dedans et « l’habiter »

  • 5 Frémont A., La région, espace vécu, Paris, PUF, 1976.
  • 6 Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et des sociétés, Paris, Belin, 2003, 1 (...)

7Le dedans ne se limite pas au foyer, nous l’avons souligné, même s’il en constitue l’expression la plus immédiate. Il peut intégrer des espaces plus vastes et moins circonscrits, le quartier par exemple. À l’articulation du foyer et de l’étendue terrestre se construit l’espace vécu, tel que l’a défini le géographe Armand Frémont5, à partir des relations qu’un individu ou un groupe social tisse avec son lieu de vie, sous la forme d’un faisceau de relations matérielles ou affectives. Au-delà s’étend un monde incertain, avec ses rêves, ses mythes et ses espérances, mais aussi ses peurs et ses doutes. C’est en réponse à ce « dehors » que s’élaborent les stratégies individuelles et collectives de « l’habiter » dont le foyer, permettant le repos, le repli et l’ancrage, est l’un des points cardinaux, mais en aucun cas l’expression exclusive : « l’habiter » traduit plus généralement la spatialité des acteurs, leur rapport à l’espace. Le caractère multidimensionnel du terme conduit à refuser de restreindre l’habiter à l’espace privé. « La maison, on y demeure, on y réside, habiter induit cela, mais pas que cela6. » Après le temps du « dehors », de l’espace public ou d’autres espaces privés, où les règles qui s’appliquent sont contraignantes ou déconcertantes, le retour chez soi s’apparente à une introspection et permet le ressourcement. Pourtant, le « dedans » ne résulte pas toujours d’un véritable choix. Il s’impose par l’appartenance communautaire et sociale, il découle de nécessités familiales ou économiques, d’impératifs pratiques et techniques, assortis de contraintes psychologiques et morales ; autant de critères dont la nature et l’intensité détermineront la faculté à s’ouvrir sur le « dehors » et à y puiser une énergie nouvelle et une certaine liberté, ou au contraire conduiront à s’enfermer toujours davantage dans la sécurité un peu factice du « dedans ».

  • 7 Dardel É., L’homme et la terre : nature de la réalité géographique, Paris, CTHS, 1990 (1952), 200 p
  • 8 Lazzarotti O., Habiter, la condition géographique, Paris, Belin, 2006, 288 p.

8Sujet d’étude inépuisable, le dehors et le dedans interpellent l’ensemble des Sciences humaines, qui y voient tour à tour l’expression de structurations spatiales et géographiques, de confrontations sociologiques, de manifestations ethnologiques et anthropologiques, de combinaisons politiques. La symbolique et les interprétations subjectives y ont également toute leur part… C’est une entrée particulièrement riche pour appréhender les sociétés humaines, la diversité de leurs échanges et de leurs relations, de leurs codes et de leurs valeurs. Les travaux de M. Heidegger, de G. Bachelard ou d’H. Lefebvre, pour ne citer que quelques noms, ont largement ouvert la voie. Le géographe E. Dardel a proposé dès 1952 une approche conduisant à une lecture subjective du rapport entre l’homme et la terre, prenant ainsi à contre-pied l’orientation des études géographiques antérieures, largement détachées des hommes7. Cette analyse trouve encore aujourd’hui un écho dans les travaux d’universitaires s’intéressant à l’espace habité. « Des liens se nouent aussi entre les lieux. Entre les lieux ? Pas exactement. Car ces lieux sont d’abord ceux qu’inscrivent les hommes qui les parcourent et, ainsi, dessinent par leurs mouvements autant de territoires8. »

9Cette approche conceptuelle prend toute sa signification dans son application à l’espace américain…

Dans l’ombre des « Grands espaces », d’autres Amériques…

10Les « Grands espaces » sont indissociables du mythe américain : l’image de l’Amérique est indéfectiblement liée à des horizons lointains, à des frontières sans cesse repoussées. L’Ouest américain, la Patagonie, le Grand Nord canadien, l’Amazonie sont autant de territoires à l’échelle du continent, imprimant chez l’observateur l’idée d’un espace forcément démesuré, parcouru par des aventuriers et des pionniers sans véritables ancrages, vivant « dehors », repoussant toujours plus loin et plus tard le lieu et le moment de se fixer et de construire un « dedans ».

11Pourtant, les Amériques, ce sont aussi (pourrait-il en être autrement ?) des espaces plus intimes de repli, de refuge et de ressourcement, des espaces privés soustraits aux autres membres de la société, certes plus confidentiels et moins célébrés par l’historiographie officielle, mais tout aussi essentiels dans une approche de l’espace dans les Amériques : le quartier, la rue, la maison et son jardin composent ses lieux du dedans, avec des marqueurs et des symboliques aussi puissants que ceux révélateurs des « grands espaces ».

12Bien que spatialement limité, l’espace habité est un objet d’étude complexe, animé par des interactions matérielles et immatérielles fortes avec le dehors, contribuant à sa construction, sa structuration et son évolution.

13Le seuil est ici la frontière de l’espace privatif, la rue son premier horizon. C’est par excellence le lieu de l’ancrage, concept autour duquel s’organisent les textes de la cinquième et dernière partie de cet ouvrage.

Quatre illustrations du ressenti dehors-dedans

14Dans les textes présentés ci-après, l’espace vécu s’étend de l’habitation au quartier de vie, qu’il soit ouvert ou non à l’ensemble de la cité, délimité ou non par des limites administratives précises. Les différentes approches scalaires adoptées par les auteurs permettent d’appréhender la gradation des relations qui s’établissent entre le dehors et le dedans.

15L’enfermement idéalisé des habitants des condomínios fechados de la région métropolitaine de Recife, décrit par Fanny Vuaillat, montre l’affrontement du dehors et du dedans, l’opposition à la fois physique et symbolique de deux manières d’habiter.

16En choisissant ce terrain d’étude, Fanny Vuaillat porte son attention sur un espace résidentiel fermé, devenu au Brésil la norme de l’habiter pour les classes aisées et une part croissante des classes moyennes émergentes. Elle y souligne la très forte opposition entre le « dedans » et le « dehors », entre un lieu de vie idéalisé (mais parfois source de désillusions) où s’exprime et se revendique l’appartenance à une élite sociale, et un espace hostile : la rue bruyante, violente et pauvre.

17L’étude menée à partir d’une trentaine d’entretiens semi-directifs nous montre la vigueur des oppositions entre deux espaces imbriqués géographiquement mais complètement dissociés sociologiquement. Le texte de Fanny Vuaillat expose parfaitement l’antagonisme du dehors et du dedans, et la subtile dépendance spatiale et symbolique du quartier fermé, car il trouve sa justification première dans une communauté d’intérêts qui ne s’exprime que par opposition aux représentations, réelles ou fantasmées, du monde extérieur.

18L’ouverture-fermeture savamment mise en scène des jardins ornementaux de Fort-de-France étudiés par Denis Martouzet illustre la façon dont l’espace privatif se révèle dans le regard porté sur lui depuis l’espace public, le dedans se laissant deviner, désirer et envier du dehors. À l’inverse du jardin créole traditionnel, à vocation utilitaire, héritier du jardin vivrier, le jardin ornemental, étranger à la culture antillaise, est ici l’écrin de la maison des quartiers résidentiels, faire-valoir agissant comme un marqueur social fort : si le jardin créole rapporte, le second coûte à son propriétaire ; il est l’expression d’une certaine vanité. Le jardin doit être vu de la rue, tout en affirmant son caractère privé. Il forme un espace plus ou moins perméable entre le domaine public et le secret de l’habitation.

19Ce texte nous offre une analyse à la plus fine des échelles, celle de l’habitat, où la dialectique du dehors et du dedans prend toute sa force.

20L’écartèlement entre deux mondes, entre le dedans et le dehors, s’exprime dans l’article de Brieg Capitaine portant sur deux « communautés autochtones » innues du Québec et sur la difficulté à vivre dans une réserve indienne au Canada, dont les limites administratives sont aussi marquées que les frontières sociologiques et identitaires distinguant les composantes de la société canadienne. La réserve est à la fois un dedans et un dehors : la communauté indigène s’y retrouve, mais comme déconnectée du reste de la société dont elle constitue pourtant l’un des fondements historiques. La réserve est ici le lieu à la fois symbolique et matériel où se forge l’identité du groupe, où s’exprime sa communauté d’intérêts. En sortir, par choix ou par contrainte, c’est rompre le lien, passer du dedans au dehors de manière brutale et souvent irréversible. Même si le désir de vivre et d’assumer une double culture s’avère légitime, il est difficile pour ceux qui franchissent ce pas de revenir en arrière tant le sentiment de culpabilité est prégnant pour eux. De fait, nombre de ceux qui ont choisi de rester dans la réserve considèrent cette option comme une trahison.

21L’évocation du « dehors » et du « dedans » prend ici tout son sens : la réserve est vécue tout d’abord comme un exil intérieur, puis comme un espace de solidarité où la communauté se construit par rapport au monde extérieur, enfin comme un lieu fortement identitaire lorsque la communauté s’ouvre sur le dehors en intégrant d’autres cultures et d’autres valeurs.

22L’ouverture revendiquée s’exprime dans la contribution de Laure Leibler sur Medellín (Colombie). Les textes précédents ont montré les difficiles interrelations du « dedans » et du « dehors ». Celui-ci porte au contraire sur l’ouverture d’un lieu de vie sur l’extérieur, ouverture attendue et revendiquée par la population du quartier concerné. Elle fut permise par l’aménagement du metrocable, transport collectif adapté à la topographie difficile des lieux, immense chantier planifié et réalisé par la municipalité de Medellín. Le metrocable a permis aux habitants d’un quartier défavorisé de la périphérie urbaine de gagner plus aisément le centre de la métropole et de bénéficier ainsi de sa dynamique sociale et économique. La réduction des inégalités socio-spatiales de la grande métropole est ici entreprise grâce à une politique de transport ambitieuse.

23La liaison par le metrocable est une ouverture sur le « dehors » d’un quartier que les discriminations économiques et sociales avaient jusqu’alors condamné à un grand isolement.

24Si ces quatre contributions ne constituent que des illustrations ponctuelles s’inscrivant dans un champ d’étude immense et à peine entrouvert, elles montrent qu’au sein d’une réflexion sur l’espace dans les Amériques, l’analyse des relations entre le dedans et le dehors trouve toute sa place et sa justification…

Bibliographie

Bachelard G., La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1978.

Dardel É., L’homme et la terre : nature de la réalité géographique, Paris, CTHS, 1990 (1952).

Frémont A., La région, espace vécu, Paris, PUF, 1976.

Lazzarotti O., Habiter, la condition géographique, Paris, Belin, 2006.

Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et des sociétés, Paris, Belin, 2003.

Perec G., Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 1974.

Vernant J.-P., Mythe et pensée chez les Grecs : études de psychologie historique, Paris, La Découverte, 2005.

Notes

1 Bachelard G., La poétique de l’espace, PUF, 1978, 214 p.

2 Perec G., Espèces d’espaces, Galilée, 1974, 127 p.

3 Vernant J.-P., Mythe et pensée chez les Grecs. Études de psychologie historique, Paris, La Découverte, 2005, 432 p.

4 Vernant J.-P., op. cit.

5 Frémont A., La région, espace vécu, Paris, PUF, 1976.

6 Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et des sociétés, Paris, Belin, 2003, 1034 p.

7 Dardel É., L’homme et la terre : nature de la réalité géographique, Paris, CTHS, 1990 (1952), 200 p.

8 Lazzarotti O., Habiter, la condition géographique, Paris, Belin, 2006, 288 p.

Auteur

Nicolas Bernard est maître de conférences de géographie à l’université de Bretagne occidentale, membre du laboratoire Géoarchitecture (EA 2219) et directeur de l’Observatoire du patrimoine maritime culturel (OPMC) de l’Institut des sciences humaines et sociales de l’université de Brest. Ses travaux portent sur les pratiques, les équipements et les aménagements touristiques et de loisirs, notamment dans le domaine du nautisme. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles portant sur ces thématiques en Amérique latine et tout particulièrement en Argentine.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540