Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres de cinéma

 | 
Nicole Cloarec

1. Lettres en correspondances

Les lettres dans Crossings (2002), film-poème de Tony Harrison

Cécile Marshall

Texte intégral

1Dans les années d’après-guerre, dans les quartiers populaires d’une ville du nord de l’Angleterre comme Leeds, l’art et la culture étaient principalement véhiculés par le théâtre et le cinéma. Les livres n’avaient guère leur place dans un univers où l’on quittait l’école de bonne heure pour aller gagner sa vie, souvent à la mine. Pourquoi d’ailleurs se serait-on intéressé aux belles lettres, quand on s’entendait répéter à longueur de journée qu’on parlait un mauvais anglais :

  • 1 « Juste 4 mots d mon cœur se serre et… “Le mien se brise,/barbare que tu es, T. W. !” Comme il par (...)

4 words only of mi ’art aches and… « Mine’s broken,
you barbarian, T. W. ! » He was nicely spoken.
« Can’t have our glorious heritage done to death1 ! »

2Tony Harrison a souffert, adolescent, de cette fracture entre son environnement familial et l’école, la grammar school. Dans son œuvre, il n’a de cesse de dénoncer ce divorce culturel, symptôme d’une fracture sociale persistante en Grande Bretagne. Le poète rêve à une réconciliation entre culture élitiste et culture populaire, entre la poésie qu’il a découverte à l’école et le cinéma qui a nourri l’imaginaire de plusieurs générations d’ouvriers.

  • 2 Tony Harrison a participé activement, devenant parfois réalisateur en plus d’auteur, à quatorze fi (...)
  • 3 Cf. The South Bank Show de mars 2002 (ITV), émission composée d’une analyse de Night Mail comporta (...)

3Les innovations de Tony Harrison dans le genre du film-poème2 doivent beaucoup au précédent instauré par W. H. Auden lors de sa collaboration avec Benjamin Britten dans Night Mail. Le jeune homme de Leeds, nourri de culture populaire et épris de poésie, n’est encore qu’un adolescent lorsqu’il découvre Night Mail pour la première fois mais l’association du cinéma et de la poésie laisse une empreinte indélébile dans son esprit. Le documentaire, produit en 1936 par le service cinématographique de la poste britannique, est paradoxalement célèbre pour ses dernières minutes : le texte de W. H. Auden déclamé par le poète lui-même sur une musique du tout jeune compositeur Benjamin Britten est depuis devenu un classique de toutes les salles de classe. L’objectif de John Grierson, lorsqu’il crée le département cinématographique des postes britanniques (General Post Office Film Unit) en 1931, est de produire des films d’actualité qui présentent des gens ordinaires dans leur travail quotidien. Il souhaite alors proposer une alternative aux divertissements, films d’aventures et westerns qui dominent le cinéma, à une époque où la télévision n’a pas encore cours. John Grierson est donc un précurseur du genre documentaire qu’il définit non pas comme simple reportage mais comme mélange de réalité et d’imagination, faisant appel à la poésie tout en étant ancré dans le concret3. Night Mail est un formidable exemple d’un tel traitement créatif de l’actualité. Le coup de génie de John Grierson a été de faire appel à des artistes. Une grande attention a été apportée au son dans la réalisation du film, notamment au bruit du train en marche et à sa combinaison avec les voix des travailleurs. Cette attention, qui a engendré quelques innovations techniques pour la prise de son, est merveilleusement illustrée à la fin du film lorsque les vers de W. H. Auden font corps avec la musique très rythmique de Benjamin Britten. Pourtant, ces deux artistes ont travaillé sur des images préalablement tournées. Ils ont donc dû s’adapter à un rythme visuel spécifique et la richesse de la musique entre parfois en conflit avec l’intelligibilité du poème.

  • 4 Correspondances (ma traduction).

4Tony Harrison, lui, a souhaité aller plus loin dans la recherche de l’équilibre entre images visuelles, textuelles et musicales, bénéficiant il est vrai de moyens techniques bien plus performants. Si son film Crossings4 est un hommage à Night Mail et à ses auteurs, il n’est pourtant pas un pastiche. Dans cette œuvre commandée par ITV, Tony Harrison a écrit une version moderne de Night Mail, à l’aube du xxie siècle. Si le train postal de nuit est toujours en activité depuis plus de soixante-dix ans, il ne traverse plus un pays soucieux de renforcer le mythe de l’unité nationale et de la cohésion sociale dans une période d’agitation ouvrière et de tensions internationales. C’est au contraire un pays frappé par de nombreuses crises qui fracturent les régions et isolent les individus. À l’optimisme de Night Mail, Crossings substitue la désillusion. Au-delà de la critique sociopolitique, Tony Harrison transforme ce classique du documentaire en vers en une méditation esthétique, prenant pour point de départ la polysémie du terme « lettre ».

5L’ouverture de Crossings s’appuie sur une mise en scène rythmique et musicale de signes calligraphiques qui souligne l’omniprésence de la lettre dans le quotidien, invalidant du même coup la dichotomie entre lisible et visible, entre littérature et cinéma, entre culture élitiste et culture populaire. Cette approche sensorielle du signe, dominée par l’insigne des postes britanniques, le Royal Mail, glisse imperceptiblement vers le commentaire social, utilisant la lettre devenue missive comme allégorie du destin. L’analyse de la texture visuelle, musicale et verbale jouant sur la richesse sémantique du lexème « lettre » nous révélera quelques clefs de cette écriture cinématographique qui réalise le trait d’union entre film et poème, entre le cinéma et les lettres.

Mise en scène calligraphique

6L’ouverture du film présente une succession d’insignes (ceux du « ROYAL MAIL », du « POST OFFICE » ; les initiales des monarques : « E II R », « G VI R ») ; des fragments de textes (ceux figurant sur les boîtes aux lettres rouges, sur les fourgons rouges de la poste britannique) défilent à l’écran. Ces instantanés dérobés au quotidien londonien s’enchaînent au rythme saccadé d’une musique de percussions et de cuivres composée par Richard Blackford. Les images alternent film et photographie, noir et blanc et couleur, en l’occurrence le rouge du mobilier postal qui se détache de la grisaille du paysage urbain. Le mouvement d’accélération musical accompagne l’accélération visuelle, et les images s’animent : les véhicules se déplacent et, du même coup, déplacent des bribes de textes, des slogans et des signes typographiques. Des lettres jaunes en majuscules d’imprimerie se superposent aux lettres rouges de l’arrière-plan pour un générique minimaliste, composé du titre et des noms de l’auteur et du compositeur. Les lettres s’échelonnent et prennent de la perspective : elles se montrent ostentatoirement, tandis que les missives restent cachées dans des boîtes aux lettres, fourgons ou sacs postaux.

7Cette ouverture donne la primauté à la composition formelle. La musique dramatique aide à la construction d’un suspense. Le téléspectateur est exposé à un foisonnement d’images textuelles avec lesquelles il doit essayer de composer du sens. Pour cela, il est invité à déchiffrer les messages projetés en cascade. L’adverbe « ONLY » apparaît à deux reprises dans « FRANKED MAIL ONLY » et « FIRST CLASS MAIL ONLY ». Il attire l’attention sur le statut exclusif de certaines missives et renforce le terme « CLASS » qui fait office de détonateur ironique chez Tony Harrison, préoccupé par les questions de société et les divisions sociales. Les différentes catégories de courrier sont une métonymie de la stratification sociale de la Grande Bretagne. Tony Harrison se positionne à la croisée (« Crossings ») de ces deux tendances : il utilise les codes de représentation traditionnels, notamment la prosodie et la métrique de la poésie classique (« FIRST CLASS »), mais pour s’affranchir (« FRANKED ») du discours convenu. Il refuse l’univocité de la rhétorique de l’establishment au profit de l’équivoque, de l’ironie, du double entendre. Il invite le téléspectateur à lire entre les lettres pour faire surgir le sens des rapprochements entre différents motifs visuels ou sonores. Il fait circuler le sens d’un texte à un autre, le texte filmé dans le paysage londonien constituant le texte parodique sur lequel un nouveau discours vient s’écrire en décalage.

8L’intertextualité de Crossings est suggérée dès le générique. Les insignes « G VI R » permettent de relier très obliquement le film de Tony Harrison avec Night Mail diffusé en 1936, date de l’accession au trône de George VI. Tony Harrison va prendre ses distances du point de vue politique avec cet hypertexte qu’il juge trop complaisant avec l’Establishment, tout en rendant hommage à la recherche artistique de ses prédécesseurs :

  • 5 Linda Hutcheon, « Ironie et parodie », Poétique, n° 36, 1978, p. 468-469.

Dans cet usage moderne, la parodie implique plutôt une distance critique entre le texte d’arrière-plan qui est parodié et le nouveau texte enchâssant, une distance ordinairement signalée par l’ironie. Mais cette ironie est plus euphorisante que dévalorisante, ou plus analytiquement critique que destructrice. […] C’est la combinaison d’un « hommage » respectueux et d’un « pied de nez » ironique qui caractérise cette espèce particulière de parodie moderne5.

9Tony Harrison veut montrer ce qui n’est que texte dans l’original : il se concentre sur ce qui se passe à l’extérieur du train, sur l’impact des lettres sur la vie des simples gens. Il effectue un mouvement de privatisation de l’expérience qui rompt avec la vision collectiviste des années 1930. De par le formalisme du générique, le jeu parodique, l’ironie intertextuelle, le poète dévoile l’effet de mise en scène de l’image. Le film, même documentaire, est un montage d’images constitutif d’un discours, d’une certaine vision de la réalité. Il attire implicitement l’attention sur le fait que Night Mail est le produit d’une élite, d’une classe dirigeante qui œuvre pour véhiculer un discours particulier, à savoir l’héroïsme de la classe ouvrière, la solidarité nationale. En faisant appel à des symboles forts de l’identité nationale, tels que les boîtes à lettres rouges, mais aussi le film Night Mail qui figure au panthéon du film documentaire, et la référence du narrateur en voice over à Benjamin Britten et

  • 6 Terme qui apparaît dans le générique.

10W. H. Auden juste après le générique, Tony Harrison montre qu’en utilisant les mêmes sources, la même matière première, les mêmes lettres, on peut raconter une histoire différente. D’ailleurs, le mot « poem » dans le terme « film-poem6 » est là pour rappeler que son documentaire n’est pas un simple reportage mais bien un montage qui fait la part belle à la créativité, à la structure et à l’organisation formelle.

Les lettres comme missives : figures visuelles et métaphores

11La dimension parodique du film de Tony Harrison en fait une réflexion sur le rôle de l’art, en particulier du cinéma, dans la création d’un mythe qui tient lieu d’histoire. Toutefois, ce niveau de lecture métacritique ne saurait exister sans un pendant littéral. Si la lettre renvoit à la textualité et à la culture en général, la lettre est aussi et avant tout la missive, l’écrit composé en vue d’un destinataire. La relation qu’entretiennent les destinataires avec leur courrier contraste singulièrement avec l’image bucolique véhiculée dans Night Mail. Dans Crossings, le premier protagoniste présenté est Angus, un jeune Écossais échoué dans la capitale londonienne, attendant désespérément une lettre de sa mère. Les lettres que celle-ci lui envoie sont des lettres mortes qui reviennent avec la mention « addressee unknown » (n’habite pas à cette adresse). La caisse en carton dans laquelle le sans domicile fixe s’abrite, construite comme une boîte à lettres avec une fente et un clapet, ne reçoit pourtant aucun courrier. Les caractères gribouillés au stylo noir en majuscules d’imprimerie sur le carton (« ANGUS LETTERS ») restent de simples signes graphiques dépourvus de sens, des signifiants devenus enveloppes vides. Symboliquement, le poète indique que ceux qui n’ont pas accès aux lettres sont tenus à l’écart du tissu social. Alors que l’écrit est un outil d’exclusion, c’est ironiquement par l’écrit qu’Angus proclame son identité et son existence.

12Crossings exploite les images métaphoriques en leur donnant un équivalent visuel et littéral. Ainsi, le film prend les images au pied de la lettre. Les tapis roulants du centre de tri postal sont surnommés dans le jargon des postiers « salmon leap » (saut à saumons). Le commentaire en voice over file cette métaphore :

  • 7 Par sacs entiers les lettres arrivent,
    Se déversent dans le saut à saumon
    Comme des saumons sauvages (...)

In come the letters heap after heap
All poured into the salmon leap
Like leaping wild salmon off to spawning grounds
Where postmen do their dawn rounds
Like wild salmon leaping and they’ll be spawning
On millions of mats tomorrow morning7.

13À la fin du film, les images fonctionnent en sens inverse : on part alors du littéral (un torrent de montagne) vers le figuré (le système de tri postal londonien). Les lettres incarnent un destin versatile apportant tantôt joies et tantôt peines :

  • 8 Panique, peine, plaisir pour chaque code postal. […]
    Panique, peine, plaisir franchiront le seuil d (...)

Panic, pain, pleasure for every postcode. […]
Panic, pain, pleasure will go through the doors of millions of houses.
Panic, pain, pleasure: which will be yours8?

14À la femme bloquée au passage à niveau, la « dame en rouge », surnom donné au train postal de nuit, rappelle la lettre tant redoutée qui lui annoncera le résul­tat de son test HIV. Dans cet épisode, ce sont les images visuelles et sonores qui viennent renforcer la métaphore : on voit les barrières de chemin de fer se lever puis tomber à la verticale d’un coup sec comme une guillotine :

  • 9 Je suis coincée au passage à niveau, la dame en rouge
    Qui apporte sans doute la lettre que je redou (...)

I’m stuck at the crossing, the lady in red
Probably carrying the post that I dread.
It’s gone past, with my fate. In one of those sacks
There’s a thin little letter with the weight of an axe
That falls with a thud on your neck from on high.
The barrier’s lifting. I’m petrified. Bye9.

15L’atmosphère funeste qui caractérise la rencontre entre les missives et les indi­vidus aux passages à niveaux est véhiculée par le motif visuel des lumières rouges clignotantes. Elles rappellent celles vu au début du film dans le centre de tri sous la forme d’un gros bouton lumineux rouge, portant l’inscription « CULLER » (élimination). Bouton de sécurité servant à débloquer le tapis roulant en cas d’engorgement, le terme polysémique a des résonances sinistres. Accompagné de ces mêmes lumières rouges clignotantes, le terme resurgit au cours du film dans la bouche d’un éleveur d’une soixantaine d’années, le visage émacié et abattu. Il fait le bilan de sa vie, bloqué derrière le passage à niveau, alors que les feux rouges clignotent violemment dans la nuit noire. Il raconte son écœurement lorsqu’il dut assister impuissant à l’abattage de son cheptel de moutons pendant l’épidémie de fièvre aphteuse qui sévit en Grande Bretagne en 2001. Le vieil homme, qui perdit alors son outil de travail et sa dignité, au bord du désespoir, harcelé par les créan­ciers, redoute la dernière lettre de sa banque qui le poussera au suicide :

  • 10 Voilà ce fichu train de nuit qui vient du sud
    Et traverse des prés vidés par la fièvre aphteuse.
    Le (...)

There goes bloody nightmail up from the south
Through pastures made empty by foot and mouth.
Cows filled this county and hundreds of mine
Grazed these green fields each side of this line.
Them fields were once full. Not now they’re not.
The cullers turned up and murdered the lot.
It’s that bloody nightmail that I’ve got to thank
For more and more last demands from my bank.
The mail that train carries has put me so deep
[…]
I’ll be putting mi ’ead right here on this track.
It’s the only way left for me laying mi ’ead
Under the wheels of the lady in red10.

16Le film s’achève pourtant sur une note moins pessimiste. Le service postal s’humanise. Il prend les traits et la voix d’un postier écossais qui collecte le courrier dans un minibus servant aussi de transport en commun dans les zones reculées de l’Écosse. Il apporte une dimension chaleureuse, presque sentimentaliste, notamment en commentant le chagrin de la mère d’Angus. Mais son empathie demeure mitigée. Le postier reste indifférent à la détresse de l’éleveur qui se lamente de voir des pâturages vides, lorsqu’il lui répond indirectement que lui, il les aime bien ces paysages déserts. La mère d’Angus fait remarquer :

  • 11 J’voudrais frapper quand j’entends la pauvre femme sangloter
    Devant son courrier mais c’est pas mon (...)

I’m tempted to knock when I hear the hen sob
at the post I’ve delivered but that’s not my job11.

17Contrairement au message véhiculé par le film de 1936, cet employé n’est pas un héros : il fait son travail consciencieusement certes, mais la solidarité nationale n’est pas son affaire.

  • 12 Mêmes ceux qui sont en groupe au début dans le pub ou aux courses ne semblent pas échanger avec le (...)
  • 13 Le narrateur fait allusion explicitement à la privatisation du réseau ferroviaire, à la fermeture (...)

18L’image du service postal qui domine dans Crossings est celle d’une force désincarnée et infernale qui peut écraser ses victimes. La couleur rouge du Royal Mail est associée au rouge inquiétant des lumières clignotantes. La « dame en rouge » croise la route d’individus seuls face à eux-mêmes12. À travers cette vision pessimiste, le poète fait une critique amère du libéralisme et de l’individualisme des années 1980 et 199013. Tony Harrison montre des individus malmenés par les lettres, qui entretiennent une relation de subordination à l’écrit. Ils souffrent en silence. Leur sort à tous dépend de l’écrit, leur vie ne tient qu’à une lettre. À la fin du film, il montre les boîtes à lettres individuelles, seuil symbolique entre espace public et espace privé, depuis l’intérieur, depuis l’intimité des foyers. Le film s’achève avec un gros plan sur les fentes dans les portes d’entrée. Le clapet qui s’ouvre pour déverser une multitude d’enveloppes laisse le téléspectateur hésitant entre une impression de joie et de claustrophobie, une indétermination renforcée par la forme interrogative de la dernière phrase du film :

  • 14 Des millions de lettres entrent dans les foyers de Grande Bretagne. Panique, peine, plaisir : et v (...)

Millions of letters through Great Britain’s doors.
Panic, pain, pleasure : which will be yours14?

  • 15 C’est un thème primordial dans la poésie de Tony Harrison, particulièrement dans « Th e School of (...)
  • 16 Tony Harrison, dans Neil Astley (éd.), Tony Harrison, Bloodaxe Critical Anthologies : 1, Bloodaxe (...)
  • 17 Shklovsky, « Poetry and Prose in the Cinema », 1927, cité par Tony Harrison, « Fire & Poetry », Pr (...)

19Crossings présente un écrit omniprésent dans le quotidien, que ce soit à travers les insignes et les emblèmes nationaux ou le courrier qui inonde le pays chaque matin. L’écrit est présenté comme le mode de discours officiel hégémonique qui subordonne des individus davantage à l’aise dans le registre oral. L’écrit que l’on voit apparaître à l’écran et l’ombre de celui qui est attendu sous la forme du courrier contraste avec la diversité de la langue orale que le commentaire en vers donne à entendre. Bien que ce thème ne soit pas vraiment exploité dans Crossings, on peut opposer la variété des accents régionaux exposés par les différents acteurs au mythe de l’unité linguistique nationale véhiculé par le langage écrit15. Or, les lettres que nous propose le film sont des lettres en souffrance, des messages en instance d’interprétation. Elles appartiennent à l’attente, au fantasme, à l’imagination individuelle, comme le suggère la question finale. Chez Tony Harrison, la problématique de la lettre au cinéma s’apparente à une « quête d’une poésie publique16 », destinée à faire entrer les belles lettres dans le quotidien des gens ordinaires, de ceux qui pensent que la poésie n’est pas faite pour eux. Le genre documentaire permet cela. Tony Harrison cherche à créer un cinéma poétique, c’est-à-dire un cinéma qui donne toute sa place aux lettres, à la réflexion sur l’écrit et sur le langage, un cinéma dans lequel « les éléments formels prennent le pas sur le sens, de sorte que les premiers déterminent la composition17 ».

Filmographie

20L’ensemble des scripts est désormais disponible dans Tony Harrison, Complete Film Poetry, Faber, 2007.

Réalisations

21The Shadow of Hiroshima (1995), Channel 4. Réalisation : Tony Harrison. Musique : Richard Blackford.

22Prometheus (1998), Channel 4. Premier long métrage. Réalisation : Tony Harrison. Musique : Richard Blackford.

23Crossings (2002), ITV. Réalisation : David Thomas et Tony Harrison. Musique : Richard Blackford.

Autres (scripts et contributions diverses)

24The Blue Bird (1975) de George Cuckor. (Tony Harrison compose le livret pour la musique du film.)

25Arctic Paradise (1981), BBC 2. Réalisation : Andrée Molyneux.

26The Big H (1984), BBC2. Réalisation : Andrée Molyneux. Musique : Dominique Muldowney.

27Loving Memory (1987), BBC 2. Réalisation : Peter Symes. Série de quatre documentaires : The Muffled Bells, Mimmo Perella non è più, Cheating the Void, Letters in the rock.

28V. (1987), Channel 4. Réalisation : Richard Eyre.

29The Blasphemers’ Banquet (1989), BBC 1. Réalisation : Peter Symes. Musique : Dominique Muldowney.

30The Gaze of the Gorgon (1992), BBC 2. Réalisation : Peter Symes. Musique : Martin Kiszko.

31Black Daisies for the Bride (1993), BBC 2. Réalisation : Peter Symes. Musique : Dominic Muldowney. Remporte deux Prix Italia en 1994.

32A Maybe Day in Kazakhstan (1994), Channel 4. Réalisation : Mark Kidel et Tony Harrison. Musique : Richard Blackford.

33Metamorpheus (2000), BBC 2. Réalisation : Peter Symes. Musique : Richard Blackford.

Notes

1 « Juste 4 mots d mon cœur se serre et… “Le mien se brise,/barbare que tu es, T. W. !” Comme il parlait bien, lui./“On n’peut pas laisser massacrer notre glorieux héritage !” » (Tony Harrison, « Them & [uz] » [Eux & Nous], Selected Poems, Penguin, 1987, p. 122 [ma traduction].)

2 Tony Harrison a participé activement, devenant parfois réalisateur en plus d’auteur, à quatorze films-poèmes, dont un long métrage, depuis sa première collaboration au film de George Cuckor, The Blue Bird (L’Oiseau bleu) en 1975 (voir la filmographie à la fin de l’article).

3 Cf. The South Bank Show de mars 2002 (ITV), émission composée d’une analyse de Night Mail comportant des extraits du film, d’un entretien avec Tony Harrison et de Crossings, réécriture contemporaine de Night Mail.

4 Correspondances (ma traduction).

5 Linda Hutcheon, « Ironie et parodie », Poétique, n° 36, 1978, p. 468-469.

6 Terme qui apparaît dans le générique.

7 Par sacs entiers les lettres arrivent,
Se déversent dans le saut à saumon
Comme des saumons sauvages frétillant vers leur lieu de frai
Où des facteurs font leur tournée matinale
Comme des saumons sauvages frétillant, ils déverseront leur semence
Sur des millions de paillassons demain à l’aube.

8 Panique, peine, plaisir pour chaque code postal. […]
Panique, peine, plaisir franchiront le seuil de millions de foyers.
Panique, peine, plaisir : et vous, qu’aurez-vous ?

9 Je suis coincée au passage à niveau, la dame en rouge
Qui apporte sans doute la lettre que je redoute.
Elle est passée, mon destin aussi. Dans l’un de ces sacs
Se trouvent quelques grammes de papier lourds comme une guillotine
Prête à s’abattre d’un coup sur ma nuque.
La barrière se lève. Je suis pétrifiée. Salut.

10 Voilà ce fichu train de nuit qui vient du sud
Et traverse des prés vidés par la fièvre aphteuse.
Le comté regorgeait de vaches autrefois et j’en avais des centaines
Qui paissaient dans ces champs verdoyants de part et d’autre de la voie ferrée.
Ces champs étaient remplis autrefois. Plus maintenant.
Les abattoirs sont venus et ont tout décimé.
C’est ce fichu train de nuit que je dois remercier
De toujours plus de réclamations de la part de ma banque. Le courrier que transporte ce train ne fait que m’enfoncer.
[…]
Je vais me mettre la tête sur ces rails.
C’est la seule solution, que les roues
De la dame en rouge me passent sur la tête.

11 J’voudrais frapper quand j’entends la pauvre femme sangloter
Devant son courrier mais c’est pas mon boulot.

12 Mêmes ceux qui sont en groupe au début dans le pub ou aux courses ne semblent pas échanger avec les autres et continuent leur monologue.

13 Le narrateur fait allusion explicitement à la privatisation du réseau ferroviaire, à la fermeture des mines dans le nord.

14 Des millions de lettres entrent dans les foyers de Grande Bretagne. Panique, peine, plaisir : et vous, qu’aurez-vous ?

15 C’est un thème primordial dans la poésie de Tony Harrison, particulièrement dans « Th e School of Eloquence », Selected Poems, Penguin, 1987.

16 Tony Harrison, dans Neil Astley (éd.), Tony Harrison, Bloodaxe Critical Anthologies : 1, Bloodaxe Books, 1991, p. 9.

17 Shklovsky, « Poetry and Prose in the Cinema », 1927, cité par Tony Harrison, « Fire & Poetry », Prometheus, Faber, 1998, p. xxvi.

Auteur

Cécile Marshall, allocataire monitrice puis ATER à l’université Michel de Montaigne, Bordeaux 3, prépare une thèse sur Poésie, politique et ironie dans l’œuvre de Tony Harrison. Elle a communiqué sur le cinéma de Tony Harrison dans plusieurs colloques en France et en Grande-Bretagne.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540