Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de la peste

 | 
Frédérique Audoin-Rouzeau

Chapitre XIII. L'apport des données historiques (VIe-XXe siècles)

Texte intégral

1En premier lieu, la reprise critique des recherches de laboratoire de G. Blanc et M. Baltazard (1945) a permis d'en découvrir l'extrême fragilité et de remettre fondamentalement en doute les « preuves » expérimentales de la dangerosité de Pulex irritans et de Pediculus h. corporis.

2En second lieu, la revue des divers foyers de peste censés démontrer le rôle des ectoparasites humains a souligné au contraire leur participation mineure ou nulle, mettant partout en avant la responsabilité des puces des rongeurs sauvages ou domestiques, aptes à transmettre l'infection dans le temps.

3Il est donc à présent possible d'adjoindre à cette enquête les nombreux éléments d'ordre historique qui viennent affermir ou prouver, de manière souvent saisissante, l'implication du rat dans l'épidémisation de la peste.

La période de latence

Théorie

4C'est P.-L. Simond qui décrivit le premier le silence épidémique initial qu'il nomma la « période de latence ». Il apportait à ses yeux une preuve décisive de la responsabilité du rat et de la connexion absolue entre épizootie et épidémie. Il y a été fait rapidement référence en début de ce travail mais il est nécessaire de revenir en détail sur ce phénomène très caractéristique qui marque le début d'une épidémie de peste, quand celle-ci est importée dans une localité par un homme (et non par une invasion de rats).

  • 1 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 636-637.

5P.-L. Simond montra en effet qu'un certain laps de temps séparait les premiers cas humains importés et l'explosion épidémique locale : Dans le cas ordinaire où des cas importés sont constatés tout d'abord, il s'écoule généralement une assez longue période, plus d'un mois, avant l'apparition des cas indigènes. A partir du moment où ceux-ci se sont manifestés commence une période de latence pour ainsi dire, période où les attaques sont rares, localisées à un seul quartier, où l'on constate difficilement un progres d'une semaine à l'autre, ce qui, presque toujours, détermine une confiance trompeuse chez les médecins et les autorités locales : on croit à des cas sporadiques excluant le danger d'une épidémie1

  • 2 Ibidem, p. 647.

6Il précise ensuite les conditions, la durée et enfin l'interprétation de cette période de latence : Quand on observe le transport de la peste par les rats d'un quartier d'une ville dans un autre ou d'une ville dans un village, il apparaît que l'épidémie humaine suit de très près l'importation de rats pestiférés. Au contraire, quand on peut rapporter à l'homme l'introduction de la peste dans une ville ou un village, il est rare qu'il ne s'écoule pas une durée assez longue, de 20 à 50 jours, avant que l'apparition des cas indigènes suive celle des cas importés. Parfois, dans la maison où un malade provenant d'un lieu suspect est mort, il se produit immédiatement un ou plusieurs autres cas, mais la dissémination épidémique ne se manifeste que plus tard. [...] A Maska, village important de l'Etat de Cutch, une femme qui avait là sa famille arrive de Kurachee malade de la peste, à la fin de février 1897. Elle est isolée hors du village, et meurt dans une hutte où sa belle-sœur était venue la soigner. La belle-sœur retourne alors dans la maison familiale, elle éprouve dans les jours suivants les symptômes de la peste pneumonique, et meurt à son tour. Après elle, 10 membres de la famille demeurant dans la même maison meurent avec les mêmes symptômes. Jusqu'au 13 mai aucun autre cas de peste ne fut constaté dans le village ; c'est à ce moment que commença véritablement l'épidémie qui fit 199 victimes de mai à septembre 1897. [...] Nous pouvons déduire de ces faits cette conclusion, que la période de latence, qui sépare les cas de peste importés du début de l'épidémie humaine, est la période nécessaire pour le développement de la maladie parmi les rats. La transmission préalable de l'homme au rat nous apparaît dès lors comme la condition généralement nécessaire du développement de l'épidémie humaine, de cette dissémination rapide qui s'observe à partir d'un certain moment, dans toutes les grandes villes pestiférées2.

7Le temps de latence trouve donc son explication dans un transfert préalable des puces de rat infectées apportées par un homme sur la population de rats locale, déclenchant l'épizootie. Puis, une fois ces rats morts, leurs puces libérées en quête d'hôtes se reportent alors massivement sur les hommes. P.-L. Simond donne une fourchette de 3 à 7 semaines pour cette période de latence. Il faut compter que cette période peut en effet beaucoup varier selon la densité locale de la population de rats.

  • 3 K. Becker, « Rattus rattus, Hausratte », in : J. Niethammer & F. Krapp (ed.), Handbuch der Säugeti (...)
  • 4 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 17.

8En Occident, les rats, contrairement à ce qui peut s'observer en Inde par exemple, ne se déplacent pas d'eux-mêmes par bandes, quittant un village pour rejoindre une autre localité proche. Sous les climats tempérés et hors du littoral méditerranéen, le rat noir est condamné à vivre « en intérieur », donc en strict commensal, durant la plus grande partie de l'année3. J.-N. Biraben confirme ce fait écologique : [...] il est extrêmement sédentaire : on n'en a jamais trouvé à plus de 200 mètres d'une habitation, il aime les endroits secs, vit surtout dans les greniers et sur les navires dont il est l'hôte habituel et ne va jamais d'un village à l'autre ou d'un port à un autre que par transport passif.4 Le rat, en Europe, ne peut donc pas se déplacer de lui-même. Si bien que l'homme est toujours le seul responsable de l'introduction de puces infectées, soit par l'intermédiaire de ses vêtements ou des marchandises qu'il transporte, soit par la présence d'un ou de quelques rats morts enfouis avec leurs puces dans les ballots convoyés d'une localité à une autre, soit encore par l'arrivée d'un navire au port.

9Dans le cas où la puce humaine serait la vectrice des épidémies médiévales et modernes d'Occident, on devrait s'attendre, après l'arrivée du premier malade dans une cité ou un village, à une croissance immédiate de l'épidémie, continue et exponentielle. Dans le cas où la puce du rat en serait la vectrice, on devrait au contraire observer dans l'histoire des pestes occidentales ces périodes de latence décrites par P.-L. Simond, au cours desquelles la maladie importée par un homme se répand en un premier temps parmi les rats de la localité, épargnant majoritairement les hommes, avant que ne se déclenche brutalement l'explosion épidémique.

Des exemples de latences dans l'histoire

10Grâce à la vigilance des médecins et des autorités qui surveillaient et consignaient la succession des événements dès lors qu'un premier cas de peste avait été déclaré, on peut en effet retrouver de nombreux témoignages de périodes de latence dans l'histoire des pestes d'Occident. Bien souvent, les chroniqueurs décrivent un reflux de la maladie, un silence initial, ou des débuts lents et furtifs, marqués par la rareté des cas. Cette accalmie suivant le ou les premiers cas reconnus provoque un soulagement, une « cessation des alarmes », une « confiance trompeuse », toutes espérances elles aussi souvent relatées.

11Parfois, lorsque la peste apparaît à la fin de l'été, comme à Orléans en août 1619, il arrive que la période de latence soit suffisamment longue et les premiers froids d'automne assez précoces pour qu'ils viennent éteindre l'épidémie avant qu'elle n'ait eu le temps d'exploser.

12Les documents sont surtout abondants pour les xvie et xviie siècles (ainsi pour la grande épidémie de 1628-1631) et en France pour l'épidémie de Provence de 1720-22, qui fut particulièrement suivie par les autorités.

  • 5 Grégoire de Tours (v. 544-595), Historia Francorum, IX, 22, Nicolaum du Fossé, Paris, 1610, in : J (...)

13Mais en 588 déjà, à Marseille, Grégoire de Tours remarqua l'étrange accalmie qui suivit la petite bouffée initiale et précéda l'explosion. Le phénomène dut être assez frappant pour qu'il ait pris le soin de le décrire : après la mort de huit personnes, suite à l'arrivée d'un navire infecté venant d'Espagne, les lueurs de l'incendie ne se répandirent pas aussitôt dans toutes les demeures ; mais, interrompu pendant un certain temps, [...] il explosa en un feu mortel à travers toute la ville5.

  • 6 D. Defoe, 1722, op. cit.

14Le cas de Londres en 1664-1665 fournit un exemple également caractéristique de cette latence. D. Defoe, qui relata la grande épidémie quelque cinquante années plus tard6 d'après les notes qu'il releva dans les inventaires de l'époque, est le premier à tenter de comprendre l'énigme épidémiologique posée par ce silence précurseur.

  • 7 Ibidem, p. 24 (trad. pers.).

15La peste sévissait en Hollande en septembre 1664. A Londres, deux hommes, que l'on disait français, meurent de la peste à l'extrême fin de novembre ou au début de décembre 1664. Puis, dans la même maison, et dans la dernière semaine de décembre, un autre homme décède de la peste, soit plus de 21 jours plus tard. Cependant l'on se rassure : Et ensuite, écrit Defoe, nous fûmes à nouveau tranquilles pendant environ six semaines car, personne n'étant mort avec les marques de l'infection, on disait que la maladie s'était en allée7.

16Après cette longue et typique période de soulagement, des autorités comme de la population, un nouveau cas se déclare. Vers le 12 février semble-t-il, un homme meurt de la peste dans la même paroisse. Mais la maladie aurait commencé ses discrets ravages avant cette date. Defoe constate en effet que, depuis la mi- ou la fin janvier, les comptes de mortalité hebdomadaires de la paroisse de St Giles augmentent légèrement, de 3 à 5 morts de plus que la moyenne, sans pourtant qu'on mentionne des cas de peste. Dans la semaine du 18 au 25 avril, deux cas de peste sont à nouveau signalés dans cette paroisse et huit cas de « spotted-fever », qui était considérée comme cousine germaine de la peste. La semaine suivante apporte quatre nouvelles victimes de « spotted-fever » et enfin, du 3 au 9 mai, la peste s'étend cette fois à deux ou trois nouvelles paroisses. Début juin, l'épidémie explose réellement. On a donc bien ici, comme le décrit P.-L. Simond, une période de 21 à 30 jours entre la mort des deux français et le premier cas indigène dans la même maison, et un délai de trois à six semaines entre ces tous premiers cas et le début de la dissémination au sein de la paroisse. D. Defoe donne à la fin de son roman une description de ce début de peste un peu différente : il situe le premier cas au 20 décembre, puis le suivant, dans la même maison, au 9 février, soit après une interruption de 7 semaines. Il note que les deux cas suivants surviennent le 22 avril dans la même rue ou dans la maison adjacente à la première. Dans cette variante chronologique, on constate une latence initiale de 47 jours entre le premier et le deuxième cas, ou bien de 30 jours environ entre le premier cas et le début de l'augmentation des bilans de mortalité à St Giles. Dans les deux variantes, on retrouve bien un temps d'arrêt, de un mois à un mois et demi, entre la mort de la première victime et le début de l'accroissement des décès dans la paroisse. L'épidémie n'explose réellement qu'en avril-mai. On voit mal, même si le froid de l'hiver a ici limité l'activité des puces, quelles qu'elles soient, comment de tels délais auraient pu advenir dans le cas d'une transmission par la puce humaine. D'autant que cette dernière, pouvant se réfugier dans les chauds vêtements de l'homme durant les froids -ainsi que démontré dans le Kurdistan ou en Manchourie — résiste mieux pendant l'hiver que la puce du rat.

  • 8 Samuel Pepys, Journal (1660-1669), Mercure de France, Paris, 1985, p. 201.

17Une autre période de latence s'observe au cours de cette épidémie, non plus dans les faubourgs de la ville où débuta la maladie, mais dans la City, plus tardivement touchée, et à une période climatique cette fois très favorable aux puces, d'homme comme de rat, et permettant à Pulex irritans une transmission immédiate : alors que plusieurs paroisses sont infectées à l'extrémité ouest de la ville, un cas de peste est déclaré dans la City début mai. Le mort est un Français qui, ayant vécu près des premières maisons infectées de l'ouest, avait déménagé dans la City alors libre de peste. Or cette mort n'entraîne pas aussitôt une contagion au sein du quartier. Il s'écoule au contraire 6 à 7 semaines avant l'apparition des trois cas suivants durant la troisième semaine de juin. Samuel Pepys, dans son journal contemporain de l'événement, date l'apparition de la peste dans la City au 10 juin, soit 4 à 5 semaines après le premier cas8. Puis ce n'est que vers mi-juillet que la peste s'infiltre peu à peu dans la City (intra muros) et c'est à partir de fin août-début septembre qu'elle y fait des ravages. Il est inexplicable, si la puce de l'homme avait dû être le vecteur de l'épidémie, que la maladie n'ait pas progressé régulièrement de cas en cas dès la mort du Français début mai, à cette période où le climat n'a pas pu entraver son activité. Ces cinq à sept semaines de silence ne peuvent pas non plus correspondre au délai d'une transmission par Pulex irritans. Seul donc le facteur rat, c'est-à-dire le temps de propagation de la maladie parmi les rongeurs de la City, puis la libération progressive de leurs puces commençant à manquer d'hôtes, peuvent rendre compte de cette longue interruption.

  • 9 D. Defoe, 1722, op. cit., p. 215.

18Avant de clore son roman, D. Defoe, avec son esprit inquisiteur et précis, revient sur ce temps d'arrêt initial qui défie son analyse minutieuse des voies de la contagion : Il est une difficulté que je n'ai jamais pu complètement dépasser jusqu'ici, et à laquelle je ne connais qu'une seule façon de répondre : c'est que la première personne mourut de peste vers le 20 décembre 1664, environ, à Long Acre [...]. Mais ensuite, nous n'entendîmes plus parler de quiconque étant mort de peste, ni de l'existence de la maladie en ce lieu, et ce jusqu'au 9 février, soit environ sept semaines plus tard, quand une nouvelle victime, de la même maison, fut enterrée. D. Defoe pose alors la question-clef, avec une exceptionnelle clairvoyance : Dès lors, la question semble se présenter ainsi : où reposaient les graines de l'infection durant tout ce temps ? Comment se peut-il que cela s'arrête si longtemps, et que cela ne s'arrête plus ?9

19Ces latences caractéristiques observées lors de la propagation de la grande peste de Londres suffiraient à démontrer l'innocence de la puce de l'homme dans le déclenchement de l'épidémie. Mais ce cas est loin d'être le seul que l'histoire nous fournisse, et nombreux sont les observateurs qui consignèrent le surprenant phénomène de cette longue accalmie. Une quarantaine d'exemples permet ici de se convaincre de la réalité historique de ce silence épidémique révélateur.

  • 10 P. Gras, « Le registre paroissial de Givry (1334-1357) et la peste noire en Bourgogne », Bib. Ecol (...)
  • 11 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 160.
  • 12 Ibidem, p. 169.
  • 13 M. T. Boutiot, Recherches sur les anciennes pestes de Troyes, Etudes historiques, Troyes, Paris, S (...)
  • 14 R. Jeancard, « La grande peste de 1580 à Cannes », La Provence historique, I, Marseille, 1951, p. (...)
  • 15 J. J. Van Loghem, « Le rat domestique et la lutte contre la peste au xviie siècle », Revue d’Hygiè (...)
  • 16 M. Garsonnin, « Documents pour servir à l’histoire de la peste à Orléans », Bull. de la Soc. Arch. (...)
  • 17 E. Cabrol, Annales de Villefranche de Rouergue, 1666, Impr. Vve Cestan née Moins, 1860, cité in : (...)
  • 18 S. Mouysset, 1992, op. cit., p. 32.
  • 19 Vincent Robin, Avis sur la peste reconnue en quelques endroits de la Bourgogne, avec choix des rem (...)
  • 20 François Ranchin, Opuscules ou traités divers et curieux en médecine, Lyon, Pierre Raynaud, 1640, (...)
  • 21 G. Pery, « Recherches historiques et médicales sur les épidémies qui ont régné à Bordeaux pendant (...)
  • 22 A. Manzoni, « Les Fiancés », in : Histoire milanaise du xviie siècle, éd. or. 1827, Charpentier, P (...)
  • 23 R. Palmer, « Venice and the plague. Medecine, Religion and the State in the final epidemic, 1630-1 (...)
  • 24 A. Billiet, « Notice sur la peste qui a affligé le Diocèse de Maurienne en 1630 », Mémoires de la (...)
  • 25 R. Charbonnier, « La peste de 1631 à Clermont », Revue d’Auvergne, t. 79, n° 3, 1965, p. 97-128, p (...)
  • 26 H. Pellerin, « La peste en pays d’Auge au xviie siècle », Le Pays d’Auge, 19e année, n° 10, 1969, (...)
  • 27 G. Le Jean, Histoire politique & municipale de la ville de Morlaix, Morlaix, 1847, 260 p.
  • 28 Relation de M. Bertrand, médecin à Marseille en 1720, cité in : F. Hildesheimer, 1993, op. cit., p (...)
  • 29 Extrait des Archives capucines, in : J.-M. Martin, « Les Bureaux de santé de la ville de Tarascon (...)
  • 30 O. du Mesnil, « La Peste à Dieppe (1558 à 1676) », Annales d’Hygiène, 1897, p. 163-168, p. 165- 16 (...)
  • 31 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 114.
  • 32 Ibidem, p. 233.
  • 33 Pichatty de Croislainte, Journal abrégé de ce qui s’est passé en la ville de Marseille depuis qu’e (...)
  • 34 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 254.
  • 35 P. Gaffarel et Marquis de Duranty, La peste de 1720 à Marseille & en France, Perrin et Cie, Librai (...)
  • 36 F. Stephan, 1987, op. cit.
  • 37 In : P. Chauvet, La lutte contre une épidémie au 18e siècle. La peste du Gévaudan (1720-1723), Thè (...)
  • 38 F. Stephan, 1987, op. cit.
  • 39 Turriano, Memoria storica della peste di Messine, 1745, c. 11, p. 94, in : Dictionnaire de Médecin (...)
  • 40 A. A. Proust, 1897, op. cit.
  • 41 C. de Mertens, Traité de la Peste, contenant l’histoire de celle qui a régné à Moscou en 1771, à V (...)
  • 42 R. Calvert, « An account of the origin and progress of the plague in the island of Malta in the ye (...)
  • 43 A. Brooke Faulkner, « Observations on the plague as it lately occured in Malta », The Edinburgh Me (...)
  • 44 A. Dastre, « La peste », Revue des Deux Mondes, LXIXe année, 4e période, t. 155, 1er oct. 1899, p. (...)
  • 45 J. J. Van Emergen, 1900, op. cit., p. 627.
  • 46 G. Gueniot-Le-Minor, 1981, op. cit.

Givry, 1348
La peste noire atteint Givry, en Bourgogne, en 1348. La mortalité ordinaire mensuelle dans ce village est au plus de 4 à 5 décès pour une population de 2 000 à 2 200 habitants. Juin n'avait compté que 3 décès et la maladie n'avait pas encore touché la localité. Elle apparaît avec 4 décès dans la première semaine de juillet. Mais le mois de juillet n'apporte cependant que 4 à 5 morts « excédentaires » par rapport à la normale, probablement de peste. C'est à partir du 5 août que plus aucun jour ne se passe sans un décès10. La maladie enfle au cours du mois puis explose en septembre (85 morts dans la semaine du 21 au 27)11. En période climatique favorable à Pulex irritans, la maladie a donc « traîné » par cas épisodiques et rares durant un mois avant d'amorcer sa croissance.
Saint-Nizier, 1348
Dans cette paroisse de la ville de Lyon, la peste fait des débuts encore plus lents qu'à Givry. Elle y apparaît fin avril et, fin juin, deux mois après son entrée, elle n'y a fait encore que peu de victimes. Elle devient plus violente que jamais en octobre, six mois après son entrée en ville12.
Troyes, 1517, 1518
C'est en octobre 1517, écrit M. T. Boutiot, que la peste fait à Troyes une nouvelle apparition. [...] elle prit domicile, pendant les premiers jours, dans les quartiers bas, humides et sales. [...] Pendant quelque temps, elle fait peu de progrès. Elle semble même avoir disparu. Mais peu de mois sont à peine écoulés, qu'enhardie, elle s'avance lentement d'abord, dans des rues populeuses et aisées, et enfin, pleine d'audace, elle se montre dans tous les quartiers, où elle répand son poison mortel. Elle est partout. Le faible nombre de décès subis en octobre et novembre puis durant l'hiver pourrait être attribué à la mauvaise saison. Cependant, lorqu'elle se réveille au printemps, il s'écoule deux mois avant qu'elle ne s'épidémise réellement : Mais en avril 1518, elle acquit une nouvelle force. Elle atteignit son paroxysme en juin, en juillet et en août. Elle s'éteignit à peu près complètement en novembre suivant13.
Cannes, 1579
A Cannes en 1579, on relève une période de latence de un mois à un mois et demi avant l'explosion épidémique : Un jour arriva dans notre rade un bateau venant du Levant. [...] Cela se passait au mois d'août 1579. La passagère était atteinte du mal terrible, qu'elle colportait inconsciemment. [...] Les semaines suivantes, quelques décès anormaux se produisirent en la ville, éveillant peu à peu la suspicion. Au 15 octobre, le dernier doute disparaissait : la peste était parmi nous, mais il était trop tard pour restreindre l'action du fléau. [...] Au 25 novembre 1579, quatre cents Cannois avaient déjà succombé14.
Amsterdam, 1617
J. J. Van Loghem relate à propos de la peste dans le quartier de « Jordaan » à Amsterdam, que, d'après les données des registres mortuaires du cimetière des Chartreux en 1617, la peste resta pendant plusieurs semaines bornée à quelques rues, avant de se répandre sur tout le quartier [...]15.
Orléans, 1619
Alors que la période climatique est favorable, l'épidémie, amorcée par quelques cas suspects durant l'été 1619, ne se déclare pas. La latence s'étend en septembre où 3 personnes décèdent vers le milieu du mois. Cette période de latence est rejointe par les premiers froids qui enrayent alors l'explosion épidémique16.
Rouergue : Villecomtal, 1628 ; Villefranche, 1666
Les débuts furtifs de la maladie à Villefranche furent notés par les contemporains : Le mal contagieux flottoit et alloit avec assez de lenteur dans son commencement17.
Le déclenchement de l'épidémie en 1628 à Villecomtal, petit village du Rouergue de 600 âmes, fut également très lent : 3 décès en avril et 3 en mai, alors que la moyenne mensuelle est normalement de 1. Le premier cas de peste reconnu comme tel est daté du 12 juin, suivi de 37 décès dans le même mois, puis de 122 au mois de juillet, et de 68 en août, avant la décrue18. On a donc à Villecomtal deux mois de latence avec environ 4 cas avant le déclenchement de la maladie en juin.
Autun, Dijon, 1628
Le Dr H. Bon retranscrit à propos des pestes en Bourgogne cet extrait du Dr Vincent Robin, médecin à Dijon pendant la peste de 1628, témoignant en diverses villes de « la bénignité apparente de son début » : [...] ce que nous remarquons être ainsi dans l'étendue de cette province, où toute peste qui a été aux villes et aux villages est seulement venue par communication des personnes qui ont porté le mal ; comme il s'est remarqué de la ville d'Autun, où la maladie est venue de Cosne, a couvé longtemps dans ladite ville d'Autun, et de ce lieu, à Santenay, à Demigny et à Chalon, en une seule maison, et à Beaune, où elle est étendue en beaucoup d'endroits de la dite ville ; de là est venue à Nuits et à Dijon, dans une seule maison jusques à présent, apportée de Beaune par un homme que l'on dit qui servait aux pestes audit Beaune. A quoi la prudence des magistrats, après ce mal reconnu par des personnes intelligentes, médecins et chirurgiens qui furent employés à la visite, a causé si bon ordre qu'il n'a point passé outre ; et jusqu'à présent, il y a quinze jours, personne ne s'est plaint [...]19.
Montpellier, 1629
François Ranchin, médecin à Montpellier durant la peste de 1629­1630, décrit fort bien les préludes silencieux de la maladie durant un mois et demi à deux mois, à partir du premier cas survenu le 6 juillet, débuts si discrets que les médecins « ignorans » se trouvèrent rassurés. Après le 10 août, soit déjà plus de quatre semaines après le premier décès, le mal cessa dix jours de suite, & déja quelques Medecins disoient que l'on s'estoit trompé, que ce qu'on appelloit bubons, estoient des poulains ; & que pour les charbons ils estoient ordinaires en Languedoc. Voilà comment les ignorans voyants que Dieu nous traictoit doucement, & que le mal ne s'eschauffoitpas, jugeoient que ce n'estoit pas Peste, parce qu'ils s'imaginoient que la Peste ravageoit tout avec violence, ne sçachants pas distinguer une Peste privée & portée, d'avec une Peste publique & generale. [...] Le mal faisoit toujours son progrés, bien qu'assez lentement [...]. Le mois de Septembre fut fascheux, parce qu'il y eust force malades, & plus de deux cents corps [...]. Le mois d'Octobre suivit qui fut mauvais : car il mourut bien environ mille personnes
[...]. Le mois de Novembre fut fort rude, il mourut bien environ deux mille personnes ; [...]20.
Bordeaux, 1629
A Bordeaux, l'explosion de l'épidémie de 1629 est précédée d'une période de latence nette de 7 semaines. Les trois premiers cas ont lieu le 2 mai et sont suivis d'une atteinte dans la même maison douze jours plus tard (ici encore, un délai trop long pour un passage direct d'homme à homme par Pulex irritans). La fillette touchée guérit, ses parents sont isolés dans des huttes, les meubles sont brûlés, et les voisins envoyés en quarantaine à la campagne. Le 18 juin, soit 47 jours après le premier décès, 4 cas se déclarent dans la maison d'en face. Puis, à partir du 20 juin, les décès et les malades ne cessent de se succéder. En quinze jours, on ferme vingt-deux maisons. Après des récessions hivernales, la peste ne s'éteint en ville qu'en janvier 163221.
Milan, 1630
Dans Les Fiancés, A. Manzoni a consigné la latence — allongée par l'hiver — qui précéda l'explosion de la peste à Milan en 1630. On y retrouve le ton même du Dr Ranchin de Montpellier, stigmatisant l'incrédulité stupide des habitants, convaincus, en raison de la rareté des cas, que tout danger était écarté.
La maladie fut introduite en ville en octobre par un soldat italien qui vint loger chez ses parents et y mourut quatre jours plus tard. Trois personnes qui lui avaient donné des soins tombèrent malades peu de jours après. Sa maison fut condamnée, sa famille sequestrée, ses vêtements, son lit furent brûlés et tous les habitants de la maison furent conduits au lazaret. Cependant la contagion couvait sourdement dans la ville. Elle y fit peu de progrès durant le reste de cette année et les premiers mois de l'année suivante. De temps en temps, tantôt dans un quartier, tantôt dans un autre, quelques personnes en étaient atteintes, quelques-unes succombaient ; la rareté même des accidents éloignait le soupçon de la peste et confirmait toujours plus la multitude dans cette stupide et meurtrière croyance qu'il n'y avait point de peste, qu'il n'y en avait point eu un seul moment. [...] Mais vers la fin du mois de mars, d'abord dans le faubourg de la Porte-Orientale, ensuite dans le reste de la ville, les maladies [...] commencèrent à être plus fréquentes. [...] LJentêtement des incrédules céda enfin à l'évidence, surtout lorsqu'on vit l'épidémie, jusque là concentrée dans le peuple, se répandre et gagner de proche en proche des personnages plus connus22.
Ici, la latence de l'automne est masquée et allongée par les effets de l'hiver sur l'activité des puces. Quand celles-ci, libérées des froids et privées de rongeurs reprennent de l'activité, la peste se déclare à l'emplacement même d'origine, à la Porte Orientale, où l'épizootie avait couvé depuis l'arrivée du soldat.
Venise, 1630
A Venise, la maladie, importée en juin par un charpentier, tarde durant deux mois avant d'exploser à l'automne : Un charpentier et son fils avaient été envoyés à S. Clemente [...]. Après leur retour à Venise, des membres de leur famille et une blanchisseuse, à laquelle ils avaient donné des habits, tombèrent malades et moururent. [...] En juillet et en août, il y avait seulement 48 morts de la peste à Venise. Mais en septembre, il y eut une augmentation dramatique jusqu'à 1000 et en octobre la mortalité augmenta chaque semaine. Il y eut 100 morts par jour dans la ville dans la première semaine d'octobre (sans compter les lazarets) et 400 par jour dans la dernière semaine d'octobre. Durant tout octobre, il y eut entre 8 000 et 9 000 décès. En novembre, le pic s'éleva à 14 500. Un déclin se fit en décembre. Bien que diminuée d'intensité, la peste continua à tuer plus de 2 000 personnes par mois durant l'hiver. Un nouveau pic causa 4 000 décès en juin 1631, mais ensuite la maladie mourut d'elle-même. En octobre, il y eut seulement 727 décès et la ville fut libre le 21 novembre23.
Maurienne, 1630
La latence s'étend dans le diocèse de Maurienne sur deux mois, en mai et en juin, et la maladie se déclenche en été : Un petit nombre de cas de cette terrible maladie y ont été observés d'abord durant les mois de mai et de juin ; son plus grans développement a eu lieu ensuite pendant ceux de juillet, d'août et de septembre24.
Clermont, 1630, 1631
A Clermont, la peste, apparue durant l'été 1630, ne va pas s'implanter pendant l'automne. Elle n'éclate véritablement qu'à l'été suivant, ayant donc couvé dix mois, la latence de l'été ayant été prolongée par les froids de l'hiver : En août, quelques décès sont signalés à Clermont, cependant, jusqu'à la fin de l'année, la maladie n'a qu'une extension limitée. En janvier-février 1631, il y a même un répit et on libère les « sequestrés ». [.] à la fin mars, de nouveaux décès sont signalés. [.] Le 12 mai, les échevins de Clermont envisagent de démontrer aux autres villes le peu de mal contagieux qu'il y a à Clermont, mais beaucoup d'habitants s'en vont, et le 28 mai, les échevins avouent au Conseil qu'ils n'ont pas écrit aux autres villes à cause des nouveaux accidents qui sont survenus. C'est donc l'aveu que la peste a éclaté. On s'installe dans le mal. Les signes de rémission apparaissent à la fin d'octobre et à la fin de 1631, Clermont peut s'estimer sauvée25.
Querville, 1631
Dans la très petite paroisse de Querville dans le Pays d'Auge, une femme importe la peste et décède le 30 octobre. Les notes du curé de la paroisse permettent d'en suivre l'évolution. Les deux décès suivants ne se produisent que le 27 novembre (« dont l'on croit que c'estoit la peste »), et le suivant un mois plus tard encore, le 27 décembre, (« qui mourut de la peste »). Puis les décès se succèdent en janvier et février, (le 7 janvier, le 22 janvier, le 3 février, le 4 février, le 18 février.), portant à 10 le nombre de victimes de la peste dans le village, un chiffre très important au regard de la population26. La peste met donc ici deux mois à se déclarer, et son ascension est très vraisemblablement freinée par l'hiver.
Morlaix, 1640
Morlaix connaît en 1640 une peste mineure dans la paroisse de Saint-Martin. Même d'allure modérée, elle met deux mois à se déclarer et l'hiver y met fin. Le premier cas a lieu le 2 mai et est suivi en juin de deux morts. Deux morts également au mois de juillet avant que août ne fasse 17 victimes et septembre 26. Puis la peste décline et s'éteint en décembre27.
Marseille, 1649
La peste qui toucha Marseille en 1649 révèle une latence de un à deux mois : Enfin la dix-neuvième peste est celle de 1649, qui commença comme celle-ci, [celle de 1720] au mois de juin ; et ayant d'abord calmé, elle recommença violemment au mois d'août, et dura jusqu'au mois de février de l'année suivante28. Une version plus précise en est donnée par le Dr J.-M. Martin : La peste fut communiquée à la ville de Marseille en l'année 1649 [...]. Cette maladie fit quelques progrès, mais, néanmoins, elle y demeura cachée plus de 3 mois, jusqu'à la fête de Ste Madeleine, 22 juillet. [...] Du depuis, elle fut reconnue à Marseille le 26 juillet29.
Dieppe, 1668, 1669
Ici, la période de latence, après une bouffée survenue en août, s'étend sur le mois de septembre et la maladie se déclenche en octobre. Cette dame Petit étant décédée vers la fin d'août [1668], fut bientôt suivie de son mari et de leurs deux enfants. Leurs meubles ayant été vendus publiquement, la plupart de ceux qui en achetèrent tombèrent malades et plusieurs en moururent. Dans le mois d'octobre suivant, cent cinq personnes moururent. En novembre, il y eut plus de cinquante maisons infectées et cent quatre personnes qui moururent. En janvier 1669, le mal, au lieu de diminuer comme il arrive ordinairement en hiver, se communiqua dans six maisons. Il fit toujours des progrès et continua à se répandre jusqu'au mois de juillet où en huit jours il infecta quarante maisons dans la ville et cinquante au Pollet [...]30. L'épidémie se poursuivit durant tous les mois d'été et d'automne de l'année suivante, faisant 500 morts en juillet, 432 morts en août, plus de 700 en septembre, 1 800 en octobre. On voit ici que loin de retenir l'épidémie, les premiers temps de l'automne y sont particulièrement favorables. Pourtant, en 1668, la maladie, encore en latence, ne se déclencha pas à cette période.
La peste de Provence et du Gévaudan 1720-1722
Cet épisode célèbre qui ravagea non seulement Marseille mais quantité de villes et de localités de Provence et du Gévaudan est richement documenté grâce aux nombreux rapports qui furent alors rédigés pour rendre compte de la propagation de la maladie. J.-N. Biraben relève lors de cette atteinte cette période de silence qui caractérise les débuts de l'épidémie : Si nous nous référons à l'épidémie de Provence, 1720-1722, très généralement, la peste est violente 2 à 3 semaines à 1 mois, après son introduction dans la localité. Exceptionnellement, nous voyons l'épidémie végéter plus longtemps avant de se déclarer31.
En effet, les exemples abondent qui mettent en évidence cette latente initiale, à commencer par l'épidémie originelle sur le Grand Saint Antoine, le célèbre vaisseau qui porta la peste à Marseille. Le 3 avril 1720, des passagers turcs embarquent à Tripoli du Liban et deux jours plus tard, un de ces passagers meurt dans la nuit. Ce n'est que 22 jours plus tard, soit le 27 avril, qu'un second homme, un matelot, meurt à bord, marquant le début de l'épidémie sur le navire : entre cette date et le 17 mai où le navire aborde Livourne, avec interdiction d'accoster, 6 autres hommes sont décédés.
Le vaisseau entre au port de Marseille le 25 mai et, le 14 juin, les passagers sont autorisés à débarquer tandis que les matelots commencent à vendre des tissus en contrebande hors des infirmeries du lazaret. Quatorze jours plus tard, en ville, décèdent un tailleur, sa femme et une autre femme (Tanoux, ou Tanouse), le 1er juillet, rue de l'Echelle (ou de l'Escale)32. Trois autres décès se produisent dans les dix jours suivants et les échevins font procéder à des perquisitions. Le 21 juillet, rien de plus n'étant arrivé dans la ville sur le fait de ce mal, les échevins le font savoir avec joie au conseil de marine. Déjà le public, tout à fait rassuré, commence de taxer d'inutiles les peines que MM. Les échevins se sont données, et toutes les précautions qu'ils ont prises. On prétend que les deux personnes mortes à la place Linche avaient tout autre mal que la contagion. On insulte aux médecins et aux chirurgiens d'avoir donné, par leur erreur, l'alarme à toute la ville ; [...] Le 26 juillet, on avertit MM. Les échevins qu'à la rue de l'Escale, dans la vieille ville, quartier qui n'est habité que par des pauvres gens, une quinzaine de personnes viennent de tomber malades [...]. Le lendemain 27, huit de ces malades meurent33. 25 jours se sont écoulés dans la rue de l'Escale entre le premier décès et les 15 cas simultanés du 26 juillet.
A Apt, [...] le 1er août 1720, une femme réfugiée de Marseille meurt de nuit à une porte de la ville mais il se passe plusieurs jours avant qu'un nouveau malade se déclare et ce n'est que deux mois plus tard que, les cas se multipliant, la ville est consignée le 3 octobre et que le blocus commence le 534.
A Allauch, la maladie est introduite en septembre 1721, faisant 13 morts en ce mois. Puis après une latence d'un mois et dix jours, l'épidémie démarre en novembre, qui totalise 45 décès35.
En Gévaudan, à Saint Léger de Peyre, la peste traîne d'avril à août 1721 puis explose de septembre à décembre. A Banassac, introduite en décembre, elle ne fait que 20 morts jusqu'en juillet puis se déchaîne en août et septembre. A Grèzes, elle n'atteint que 4 personnes de février à septembre mais 83 en octobre et novembre. A Montrodat, 13 cas sont recensés de janvier à août et l'épidémie ravage le village de septembre à novembre. A Valadou, la maladie traîne de décembre à juillet (de 1 à 5 cas par mois), puis explose en août et septembre avec 30 et 45 morts. Parfois, dans la même région du Gévaudan, la latence est moins longue, mais très nette, comme à Marvejols où la première victime meurt le 2 juillet, suivie de quelques cas. L'épidémie éclate un mois plus tard, en faisant 60 cas le 11 août36.
A La Canourgue, en Gévaudan, le journal du Dr Rochevalier décrit la lenteur des débuts de l'épidémie : En novembre 1720 il se répandit un bruit sourd qu'il mourait quelques personnes d'une façon extraordinaire au village de Corréjac, [.] et à la ville de la Canourgue. Comme la maladie qui régnait ne faisait pas de grands progrès, on y fit très peu d'attention et on méprisa les avis de Monsieur Perrain, médecin à la Canourgue, qui avait annoncé à ses compatriotes que la contagion s'était glissée parmi eux... La peste ne fit que de médiocres progrès jusqu'au mois de mai 172137. A Mende, apportée par un moissonneur décédé le 5 septembre, la maladie ne commence à s'étendre vraiment que le 20 septembre et atteint son acmé au mois d'octobre, alors même qu'elle décline dans d'autres localités proches du Gévaudan38.
Messine, 1743
D'après le récit contemporain qu'en fit Turriano, la grande peste de Messine en 1743 révèle une période de latence de quarante jours : [...] le 20 mars 1743, il arriva du Levant un navire à bord duquel trois hommes étaient morts durant le voyage. Mais, le capitaine ayant caché ce fait, le bâtiment fut admis à faire quarantaine dans le port. Deux jours après l'arrivée du navire, le capitaine et un homme d'équipage décèdent de peste au lazaret. Les corps sont enterrés avec précautions, et le navire est strictement surveillé dans le port jusqu'à expiration de dix jours. [.] alors on l'emmena à une distance de dix milles, et on le brûla. [...] Cela étant effectué sans le moindre mal apparent, la population de Messine se réjouissait hautement d'avoir réussi à échapper à la contagion ; mais quarante jours après on découvrit que la peste était dans la ville. Deux des survivans de l'équipage, examinés sur serment devant la commission de santé, firent la déposition suivante touchant la communication qu'ils avaient eue avec la terre pendant la quarantaine : « Dans les premiers jours de la quarantaine, le capitaine donna à Camale Giulio Sangallo une corbeille de biscuits couverte avec une serviette, laquelle serviette tomba de la corbeille au moment où cette dernière fut remise à Camale. Il donna aussi de la même façon des biscuits et du vin aux gardes qui étaient chargés du navire.39 »
Le navire L'Assomption, 1784
L'Assomption40 part le 18 mars 1784 d'Alexandrie avec des marchandises, 152 passagers venant de la Mecque et un équipage de seize hommes. Entre le 1er et le 9 avril, trois hommes décèdent à bord. En quarantaine à Pomègues le 30 avril, il est autorisé à partir pour Tanger le 24 mai. Ce jour, l'épidémie se déclenche, faisant 11 victimes, après une latence de six semaines.
Moscou, 1771
La peste frappe très durement Moscou en 1771. La maladie y couve dans le froid depuis janvier. Avec la chaleur revenue, il s'écoule un mois avant que l'épidémie ne se déclare en ville avec violence. Charles de Mertens livre une description précise de la marche de la maladie : Le 11 mars 1771, on nous convoque de nouveau au Comptoir de médecine. Il y avait au centre de la ville une vaste maison, située près de la rivière, qui servait à une fabrique de draps pour l'armée ; on y occupait trois mille ouvriers [...] dont le tiers, à peu près, de la classe la plus pauvre, demeurait au rez-de-chaussée ; les autres, après y avoir travaillé pendant le jour, s'en retournaient le soir chez eux, dans différents quartiers de la ville. Les ouvriers avouèrent que depuis le commencement de janvier, quelqu'un d'entre eux était attaqué chaque jour par la maladie. M. Orreus, médecin de l'armée [...] assura que cette maladie [...] était vraiment la peste. [...] Le temps resta très froid jusqu'au milieu d'Avril, ce qui fit que le miasme plus fixe & plus inactif, attaquait uniquement ceux qui demeuraient avec les infectés. Dans l'hôpital de la peste, il n'en mouroit par jour que trois ou quatre ; & des fabricans qui étoient en quarantaine, il n'en tomboit malades qu'à peu près autant. D'après les rapports des médecins, des chirurgiens de quartier, & des officiers de police, la ville paroissoit saine. Presque tout le monde croyoit que les médecins qui avoient nommé cette maladie la peste, avoient débité des fables ; les autres en doutoient. Les choses en demeurèrent là jusqu'au milieu de Juin, & pendant ce tems, il y eut à peu près deux cents morts à l'hôpital St. Nicolas. Le nombre des malades et des morts y diminuoit de jour en jour, au point même que durant une semaine entière, quoique la saison fut très chaude, personne ne tomba malade de la peste, & qu'il ne restoit dans l'hôpital que quelques convalescens : on ne trouvoit plus aucun vestige de peste dans la ville. Comme parmi les ouvriers de la fabrique, qui avoient demeuré en ville, & avoient été mis, pour faire quarantaine, dans un monastère éloigné des deux autres, il ne s'étoit, pendant l'espace de deux mois, trouvé personne attaqué de la peste, on leur permit de retourner chez eux. [.] Nous jouissions à peine du bonheur de pouvoir nous livrer à cette douce espérance, que vers la fin de Juin des gens sont pris du même mal dans l'hôpital de Saint-Simon, où était la quarantaine. Dans une maison du faubourg Préobraginsky, le 2 Juillet, six personnes meurent dans une nuit [...]. Les jours suivans il y a beaucoup de malades parmi le peuple de divers quartiers de la ville ; & la mortalité s'augmente au point, que le nombre de morts [...] monte à la fin de Juillet jusqu'à deux cents en vingt-quatre heures. En septembre, Moscou comptera mille morts par jour41.
Malte, 1813
A Malte, une latence d'un mois à un mois et demi précède l'épidémie, apportée par le navire San-Nicolo venu d'Alexandrie, le 29 mars 1813, avec deux hommes déclarés morts de peste à bord. Le capitaine et les survivants débarquent au lazaret et le bâtiment demeure au milieu du port avec deux bateaux de garde. Vingt et un jours plus tard, un premier cas survient à Malte, suivi jusqu'à mi-mai de cas échelonnés parmi les membres et les relations de cette famille. Jusque-là la commission de santé semble avoir pensé qu'elle était complètement maîtresse de la maladie, et que les seuls germes qui avaient pris racine étaient en toute sûreté renfermés dans l'enceinte des murailles du fort Manuel et du lazaret. Mais le matin du 16 [mai], la ville, aussi bien que la commission, fut frappée de stupéfaction en apprenant que la fille d'un boulanger appelé Stellini [...] était morte de peste, et qu'un autre de ses fils était moribond ; ils étaient l'un et l'autre affectés de fièvre depuis le 14. Le même jour, on trouva un Grec qui avait succombé à la même affection et quatre autres personnes qui étaient en proie à des symptômes semblables42. D'après la liste des décès relevée par Brooke-Faulkner43, le premier décès a lieu le 1er avril, le second un mois plus tard, le 3 mai, et l'épidémie se déclenche véritablement le 19 mai avec 8 morts, soit après une latence d'un mois et demi. Cette peste fera 3 348 victimes.
Wetlianka, 1878
Dans un village de Russie de 1 500 habitants, sur la rive droite de la Volga, un mois et demi sépare le premier cas de l'aggravation soudaine de l'épidémie : La maladie [...] y fit sa première apparition la 12 octobre 1878 ; ses premiers progrès furent lents et sa nature fut d'abord méconnue. Brusquement elle s'aggrava le 29 novembre et la contagion commença de gagner les villages voisins44.
Glasgow, 1900
La petite épidémie de peste qui toucha Glasgow en 1900 serait sans doute venue du port : [...] nous avons appris qu'une affection s'accompagnant de tuméfactions ganglionnaires a sévi parmi l'équipage d'un navire entré au port le mois de mai dernier45. Or les premiers cas humains ne se déclarèrent qu'à la fin de la première semaine d'août, plus d'un mois plus tard.
Paris, 1920
A Paris, la peste serait entrée dès 1917 par les berges de Levallois-Perret (le diagnostic et l'isolation du bacille furent effectués rétrospectivement) et se serait donc diffusée très lentement dans les quartiers nord de la ville, à moins, plus probablement, qu'elle n'ait été réintroduite en 1920. Dans la cité de St-Ouen, un premier cas est diagnostiqué en juin 1920, mais ce n'est que deux mois plus tard qu'une série d'affections survient brusquement dans ce secteur46.

20Ces chroniques ou ces études de cas révèlent toutes une période de latence, incompatible avec la progression continue de la maladie que déterminerait la puce de l'homme. Elles mettent clairement en évidence un passage préalable de la peste au sein de la population de rats locale, avant que celle-ci ne s'attaque à nouveau, et cette fois massivement, aux hommes, via les puces de rat libérées par l'épizootie.

La rechute

21Il est courant qu'une épidémie de peste soit suivie, l'année suivante, d'une rechute. Mais en règle générale, qu'il s'agisse de l'Inde ou de l'Occident, ces rechutes sont généralement beaucoup plus légères que la première atteinte, à moins que celle-ci n'ait été limitée. La faible incidence de la rechute est un phénomène très significatif : lors de ce retour épidémique, le bacille réapparaît avec la même virulence, au sein d'une population dont environ 75 % à 90 % n'a pas été touchée lors de la première vague, et dont la proportion de personnes guéries immunisées est très faible.

22P.-L. Simond avait noté en Inde ce caractère souvent mineur de la rechute : C'est un fait d'observation très ancien, que la peste ne disparaît pas définitivement après une première visite. Au bout d'une période d'accalmie, pendant laquelle les populations rassurées ont regagné leurs foyers, une seconde épidémie se déclare, parfois aussi intense, parfois plus grave, le plus souvent plus légère que la première. Elle peut être suivie d'autres épidémies et la région demeurer pestiférée pour un nombre variable d'années. Les épidémies de Chine et surtout celles de l'Inde ont permis de constater une régularité remarquable de l'intervalle écoulé entre le début de deux épidémies successives dans un même foyer : à Bombay, cet intervalle a été de douze mois, à Kurachee de treize, à Mandvi de douze. [...] La seule explication plausible de la fixité du laps de temps qui sépare l'évolution de deux épidémies consécutives et du retour annuel de la peste, c'est encore l'intervention du rat.

  • 47 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 654 à 656.

23[...] Il est très remarquable que, quelle qu'ait été la durée d'une épidémie, à quelque cause de réinfection que la ville puisse être exposée immédiatement après, la recrudescence attende pour se manifester qu'une période à peu près fixe d'une année se soit écoulée depuis la première apparition du fléau. Après une épidémie, le foyer jouit jusqu'à la fin de cette période d'une véritable immunité. Cette immunité n'a rien à voir avec les conditions climatériques ; il est également facile de montrer qu'elle n'est nullement inhérente à la population et que les habitants conservent leur sensibilité à la peste. Pour nous, l'accalmie est la période pendant laquelle la peste ne peut, pour des raisons multiples, sévir épidémiquement chez les rats. Nous savons qu'au cours de l'épidémie, une grande partie de la population des rats meurt, qu'une grande partie émigre, qu'une certaine proportion de ceux qui restent sont immunisés par des atteintes de peste non mortelle, qu'une forme bénigne de la maladie peut continuer à sévir parmi eux sans faire de nombreuses victimes. Si le rat est réellement, comme nous avons essayé de le démontrer, le facteur important de l'épidémie humaine, celle-ci ne pourra recommencer qu'après la repopulation de la ville par des générations nouvelles de rats susceptibles de contracter et de répandre à nouveau la peste virulente47.

  • 48 P.-L. Simond, 1910, op. cit., p. 496.

24En 1910, P.-L. Simond reprend ce même raisonnement en intégrant mieux le facteur climatologique : En définitive, le retour périodique de l'épidémie accompagne le retour épizootique. Cette recrudescence de la peste parmi les rats exige trois conditions : retour de l'abondance des rats, retour de l'abondance des puces, enfin une température inférieure à 30° en moyenne. Pour chaque localité, la période épidémique coïncide avec la saison de l'année où ces trois conditions sont remplies48.

  • 49 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 294-295.
  • 50 Ibidem, p. 306.

25J.-N. Biraben relève de même, pour la peste de Provence de 1720-1722, le caractère plus léger de la rechute : La durée moyenne de la première atteinte pour les 76 localités provençales est de 160 jours et ne varie pas très sensiblement avec la saison de cette atteinte, mais plutôt avec l'année : elle est nettement plus brève à partir de juin 1721. [...] Les rechutes, en moyenne, sont plus brèves : 95,1 jours. Elles ne semblent très longues que lorsque la ou les premières atteintes, comme à Toulon, ne se sont pas diffusées dans la ville49. Cette rechute, pour plus courte qu'elle soit, ne perd en rien de sa virulence : On remarque aussi qu'à Marseille, la létalité lors de la rechute (74,6 %) n'est pas non plus très différente de celle observée lors de la poussée principale qui a précédé et qui avoisinait 80 %50.

26L'exemple célèbre de la rechute à Marseille, qui sema tant d'alarmes, est caractéristique de ce retour atténué : après que la grande peste de 1720-1721 eut enlevé 40 000 à 50 000 personnes, soit près de la moitié des habitants de la cité, le fléau revint en mai de l'année suivante, à une période climatique favorable. Mais il cessa à la fin de juillet et il ne fit cette fois que 200 morts parmi les 50 000 Marseillais encore exposés.

27La faible ponction de la recrudescence, qui ne correspond sans doute ni à une perte de virulence du bacille ni à une immunité de la population, ne trouverait guère d'explication si Pulex irritans était vectrice : même si l'on envisage une mortalité des puces d'homme pestifères, ayant limité leur reproduction, il reste que 75 % à 90 % de la population humaine a échappé à la première atteinte épidémique et qu'elle entretient donc des puces saines, aptes à reconduire un haut degré de parasitisme l'année suivante. Malgré tout, le retour épidémique de l'année suivante ne s'étend généralement pas.

  • 51 A Paris, en 1922, les expérimentateurs observent qu’« une mère, prise dans une nasse avec ses cinq (...)

28En revanche, la destruction massive de la population de rats de la localité, la résistance d'une petite partie de la colonie et la naissance de jeunes rats, dont certains peut-être immunisés et d'autres non51, peuvent rendre compte plus aisément d'un retour épizootique restreint, faisant peu de victimes murines, libérant donc peu de puces de rat, et touchant donc beaucoup moins d'hommes. En outre, la mort considérable des puces de rat infectées bloque la reconstitution de la masse pulicidienne après l'hécatombe. La conjugaison des deux phénomènes, mort des rats et mort de leurs puces, est bien à même d'enrayer l'épizootie de l'année suivante.

29A l'inverse, lorsque la première atteinte a été légère — fait rare —, ou enrayée par les froids, épargnant donc la majorité des rongeurs et de leurs puces, le retour de la maladie est violent. Ainsi l'exemple frappant de la ville de Toulon pendant la peste de Provence, qui fut épargnée à la première entrée de la maladie mais ravagée à la seconde.

L'existence des pestes mineures

30La peste ne prend pas toujours une allure explosive : bien souvent, après une sévère épidémie, la maladie peut rôder dans une région ou dans une ville pendant dix à quinze ans, en conservant un aspect ponctuel et endémique jusqu'à ce que, une année, l'épidémie fasse à nouveau des ravages (en excluant ici les épisodes systématiquement faibles de la troisième pandémie européenne).

  • 52 F. P. Wilson, La peste à Londres au temps de Shakespeare, 1927, Payot, Paris, 1987, 220 p.
  • 53 Ibidem.

31C'est typiquement le cas de Londres qui ne fut jamais libre de peste durant tout le xviie siècle. Cette peste centenaire est marquée par les pics épidémiques de 1602-1603 (35 104 décès52), de 1609, de 1625 (41 313 décès), de 1630, de 1636 et de 1665 (68.590 décès), et par des années intermédiaires de peste larvée ou minime. Seules les années 1629, 1633 et 1635 paraissent indemnes de peste53.

32J.-N. Biraben relève de tels exemples de pestes mineures, comme dans la ville d'Uccle qui durant cinq années, de 1633 à 1638, ne compte que 14 cas, 16 cas, 33 cas, 174 cas et 1 cas.

  • 54 H. Bon, 1912, op. cit., p. 51 et 55-56.

33Le même phénomène se constate en Bourgogne durant la seconde moitié du xvie siècle, après la crise violente de 1545 : Pendant les dix années qui suivirent, note H. Bon, la peste semble presque à l'état endémique en Bourgogne ; tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, des cas sont signalés et mettent à l'épreuve la vigilance des magistrats chargés de protéger la santé publique [...] Et jusqu'à la fin du siècle, presque chaque année va voir se renouveler la crainte du fléau. De loin en loin, une recrudescence se produit, telles celles de 1570, 1585, 1594 ; mais ces dates ne sont que les points culminants d'une courbe à peu près continue54.

  • 55 G. Despierres, Histoire de la peste, Conférence prononcée le 26 février 1980, dans le cadre de l’e (...)
  • 56 J. Canard, Les pestes en Beaujolais, Forez, Jarez, Lyonnais du xive au xviiie siècle, Impr. de l’A (...)

34A Lyon de même, G. Despierres relève quelques épidémies relativement bénignes en 1519, 1527, 1534 [...]. Mais en 1544, se produisit une épidémie effroyable55. Phénomène identique au siècle suivant, dans la même ville, après l'épidémie de 1628-1629 : Elle se déclara de nouveau dans l'Hôtel-Dieu en mai 1631, écrit J. Canard, et dura jusqu'au mois d'octobre [...]. Elle reparut à Lyon en 1642 et persistait à la fin de l'année suivante. C'est qu'en réalité, comme l'a écrit l'abbé Cahour à cette date, « depuis 1628, le mal contagieux n'a laissé presque d'y continuer jusqu'à présent »56.

  • 57 M. T. Boutiot, 1857, op. cit., p. 45.

35A Troyes également, la peste tournoie avec une intensité variable et cyclique pendant plus d'un siècle : après la grave épidémie de 1517-1518 et la rechute de l'année suivante, la peste fait quelques cas en 1522, s'appesantit en 1524, lâche la ville jusqu'en 1529-1530, disparaît en 1531, fait quelques victimes de 1544 à 1547, une courte apparition en 1555, une nouvelle épidémie en 1562 et 1563, réapparaît en 1575, 1576, 1579, et surgit avec une grande intensité en 1581, formant rechute en 1582, revenant en 1586, explosant à nouveau en 1596, et mettant quatre années à s'éteindre. Elle revient en 1606, se poursuit en 1607, est bénigne en 1631 mais très forte en 1632, suivie d'une rechute en 1633. Le fléau laissa peu de relâche aux habitants de Troyes de 1636 à 1639. Cette période fut la dernière où l'on vit, à Troyes, une maladie épidémique, désignée sous le nom de peste, frapper la population57.

  • 58 G. Pery, 1867, op. cit.

36Après l'épidémie qui attaque Bordeaux de 1629 à 1631, l'année 1635 ne connaît que cinq morts, l'année suivante une micro-épidémie, de même qu'en 164458.

  • 59 R. Jorge, 1928 op. cit., p. 47.
  • 60 Nikanoroff, « Rapport URSS », in : R. Jorge, 1928, op. cit., p. 104-105.

37Ces pestes ondulatoires, larvées, entrecoupées de soubresauts et d'explosions épidémiques, s'expliquent très difficilement avec la puce humaine vectrice. Il est possible d'admettre que des conditions climatiques particulières puissent affecter l'activité de cette puce durant une ou quelques années. Mais que durant quinze ou vingt ans la puce de l'homme ne puisse assez pulluler pour être apte à épidémiser à nouveau la maladie ne se comprend pas. Il faut donc qu'un autre facteur récessif soit à l'origine de ces périodes de reflux inter-épidémiques et, là encore, on pense aux populations de rats, les premières et les plus intensément ravagées par la maladie. L'enchaînement d'attaques dévastatrices, de retours bénins, suivis de soubresauts, d'une nouvelle accalmie, elle-même rompue par une nouvelle explosion, évoque la difficile reconstitution de la population murine après le passage du fléau : les sursauts épidémiques faucheraient la première repopulation de rats, sans permettre une vaste épizootie, jusqu'à ce que, une fois l'effectif murin densément reconstruit, la maladie soit à même d'exercer à nouveau des ravages violents parmi elle et, à la suite, parmi les hommes. Ainsi que l'écrit R. Jorge : Le nombre des rongeurs s'accroît de plus en plus pendant quelques années et, lorsqu'ils sont devenus très abondants, survient une épizootie, de peste ou d'autre infection, qui les décime. Tombés au plus bas, ils se multiplient petit à petit, jusqu'à atteindre un nouveau fastigium, coupé par une nouvelle hécatombe épizootique, et ainsi successivement. [...] Il y aurait une courte période d'oscillation de 3 à 4 ans et une autre plus longue, de 10 à 11 ans59. C'est ce qu'observe à la même période le Pr. Nikanoroff, dans le sud-est de l'ex-URSS, parmi les souris : En observant pendant plusieurs années la région épizootique, on a l'impression que le virus pesteux persiste toujours chez les souris. A la suite d'épizooties massives, la population murine diminue considérablement. L'épizootie semble disparue, mais est plutôt réduite au minimum, couvant faiblement sous des tas de foin, jusqu'au moment où la population de souris, déjà multipliée, fournira du matériel pour une nouvelle épizootie60.

38Cette oscillation décennale de l'intensité de la peste, voire son extinction pour plusieurs années, qui s'accorde avec la reconstitution progressive des effectifs de rats, ne peut trouver de solution avec la puce de l'homme, majoritairement épargnée par le fléau.

La peste et les tissus

Le tissu redouté

  • 61 J. Brossollet et H. H. Mollaret, 1994, op. cit., p. 59.

39Une longue querelle opposa tout au long des temps médiévaux et modernes les médecins contagionistes d'une part, partisans d'une transmission de la maladie par contact avec les pestiférés, et préconisant donc des mesures d'isolement, et les médecins aéristes (ou miasmatiques) d'autre part, convaincus que les germes étaient en suspension dans l'air, inhalés par les hommes, et prescrivant l'entretien de feux de rue pour purifier l'atmosphère et la combustion de divers parfums et essences dans les maisons. Au xixe siècle encore, en 1835, la querelle se ralluma violemment au Caire : [...] les miasmatiques (appelés alors « anticontagio-nistes », ayant à leur tête Clot-Bey), affirmaient que ces mesures [d'isolement demandées par les contagionistes] étaient « pires qu'inutiles »61.

  • 62 Ibidem, p. 59.

40En dépit de l'impact des théories miasmatiques et du large recours fait aux « parfumages », « aérages » et feux de rues, les mesures ordinaires prises en temps de peste, et qui s'accrurent entre le xve et le xviiie siècle, montrent assez que la dangerosité du contact avec les pestiférés avait été depuis longtemps reconnue : mise en quarantaine des navires, marquage des demeures atteintes, séquestration des victimes dans leurs maisons, éloignement des malades dans des lazarets, isolement des familles, évacuation des cadavres et des immondices, abattage des animaux à pelage (chiens et chats), port de costumes de protection par les médecins, autorisation pour les prêtres de donner la communion à distance, désinfection de la monnaie et des papiers (au vinaigre ou à la vapeur pour les lettres closes62), incinération des éléments de vêtement et de literie, des cabanes ayant donné asile aux pestiférés, isolement de villes pestiférées (Digne, en 1629) ou d'une région atteinte (le « Mur de la peste », édifié en 1721 pour contenir la propagation de l'épidémie de Provence), proscription des étoffes en provenance de centres contaminés, barrage des entrées des villes saines aux voyageurs suspects circulant sans bulletin de santé.

41Dans une cité épargnée, la peur de l'étranger ou des marchandises venues de la cité voisine était bien plus grande que celle des miasmes transportés par l'air. Et les chroniques de peste, si elles manquent rarement de faire état de la colère divine, désignent en même temps, avec un sens très sûr de l'observation, la personne qui importa le mal dans la cité, son nom, sa profession, sa provenance.

42Il est en effet avéré que, dans l'Occident où le rat s'est sédentarisé dans l'habitat humain et ne s'en éloigne pas, c'est l'homme, toujours, qui introduit la peste dans une localité. Cette corrélation absolue a beaucoup fait pour relier la dispersion de la contagion au pouvoir de la puce humaine, l'homme en étant son premier porteur et diffuseur.

43Cependant, cette importation par l'homme doit être fortement nuancée : car ce n'est pas tant l'homme qui fait pénétrer la maladie dans un lieu mais bien ce que transporte l'homme. L'introducteur est en effet presque toujours, non pas un voyageur ordinaire, mais un marchand de tissus, un fripier, un chapelier, un cordonnier. Et très vite d'ailleurs, dès le xve siècle, le fait fut remarqué et le commerce des tissus comme le transport des habits furent redoutés en temps de peste.

  • 63 G. Fracastor, De contagione et contagiosis morbis et eorum curatione, Venise, 1546, cité in : F. H (...)

44En 1546, Fracastor, médecin de Vérone, retenait parmi les trois causes de contagion une transmission indirecte par des objets63, entre autres les habits et la literie du pestiféré.

  • 64 E. A. Caplet, La peste à Lille au xviie siècle, Thèse de méd., Faculté de Médecine et de Pharmacie (...)
  • 65 « Consultation médicale du 5 juin 1625. Rédigée par les docteurs A. Herencq, Dupont, Charles Lespi (...)

45A Lille, Les vieswariers (fripiers) étaient soumis à une surveillance spéciale depuis que l'on avait remarqué que les épidémies débutaient souvent dans leurs boutiques64. Les médecins y rendent cet avis en 1625 : Faudrat défendre aux fripiers de ne vendre ni acheter denrées venant de la ville infectée ou de maison suspecte soit accourtement, toilles ou draps65.

  • 66 V. Robin, 1628, op. cit., in : H. Bon, 1912, op. cit., p. 82.

46En 1628, le Dr Robin, de Dijon, les incrimine de même : Il y a donc trois sortes de contagion. La première : la fréquentation des personnes empestées. La seconde : le commerce ou transport des matières qui s'imbibent du venin de la peste, comme il arriva, il y a trois ans, à Paris, par des marchands de Rouen qui avaient apporté pour vendre des laines à Paris ; la maison où elles furent déchargées fut aussitôt contagiée de la peste de la ville de Rouen66.

  • 67 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 258-259.

47En 1640, le Dr Ranchin, de Montpellier, sans exclure une contamination par l'air, inclut toutes les étoffes, peaux et fourrures parmi les matières dangereuses devant être désinfectées : Nous dirons donc, que tout ce qui peut recevoir, & conserver l'infection en temps de Peste, soit au dedans des maisons, soit au dehors, sont, l'air general, & celuy qui est dans les maisons : les hommes, & les femmes, les animaux, comme sont chevaux, mulets, asnes, chiens, chats, rats, &c. La laine, & les draps, dequels on fait les habillemens, les couvertes, les licts, les matelas, & les tapisseries ; le lin, & le chanvre, & le cotton, ensemble les toiles, & les linges qui en sont faits, pour le service des hommes, comme sont les linceuls, les chemises, les mouchoirs, les rabats, & autres, qui servent aux hommes et aux femmes. Après la soye, & les draps de soye, & les vestemens qui en sont faits. De plus, la plume de laquelle ont faict les licts, & les traversiers. Il y a de plus les peaux, & les fourrures, ensemble les papiers, les parchemins, & les livres. Il ne faut pas oublier les merceries des boutiques. Les meubles en bois en sont aussi, soit qu'ils soient simples, ou faicts avec la sarge, le velours, la broderie, comme sont les chaires, bancs, caxesoires. Il y a de plus toute sorte de grains, comme bled, legumes, ris, la paille, le foin : & finalement tous les meubles de cuisine de fer, de metail, de terre ; la vaisselle d'estain, d'argent, la monnoye. [...] Voilà à mon advis tout ce qui peut meriter la desinfection [...]67.

  • 68 D’après Isbrand de Diemerbroeck, De Peste libri, IV, Arenaci 1646, Nymègue, in : G. Blanc, 1956, o (...)

48En Hollande, I. de Diemerbroeck rend un avis similaire sur la contamination des tissus, lors de l'épidémie de Nimègue en 1636-1637 : [...] Diemerbroeck [...] insiste sur le rôle de transporteur et de conservateur de virus [...] que jouent les vêtements et particulièrement les étoffes de laine [...] et l'auteur d'expliquer ensuite que les vêtements de laine ou de lin peuvent rester longtemps porteurs du principe contagieux et le transmettre ainsi à distance, là où ils sont emportés [...] Diemerbroeck remarque combien fréquemment la peste touche le personnel chargé de laver le linge des pestiférés et il déplore comme une grande erreur le fait qu'à Nimègue l'habitude se maintenait de vendre les lits, la literie et les vêtements des pestiférés de suite après sa mort68.

  • 69 Ordonnance royale, citée in : F. Stephan, 1987, op. cit.

49Lors de la peste de 1721-1722 en Gévaudan, région d'importante production textile destinée à l'exportation, une ordonnance royale est publiée, visant à bloquer le commerce des tissus de la zone pestiférée : [...] en ordonnant que toutes les Etoffes Fabriquées en Gevaudan, qui avoient été transportées dans les Villes & Lieux de ce Pays, & dans tous ceux de nôtre Département, seroient mises en Quarantaine & à l'Event : Et par les Ordres qui ont été donnez [...] pour bloquer la Canourgue & Correjac, par des troupes [...] de manière qu'il ne peut y avoir aucune communication avec les Habitans, & qu'il n'en pourra sortir aucunes Etoffes ny Marchandises, pendant qu'il y aura soupçon de mal Contagieux [...] Toutes les Etoffes partant dudit Gevaudan, [...] sans Cerficats des Consuls & Bureaux de Santé des Lieux du depart, seront arrêtees par les Gardes aux Passages & brûlées sans formalité à la diligence des Consuls & Bureaux de Santé69.

50Ainsi, bien que tout fût sujet de méfiance en temps de peste, depuis les comètes jusqu'aux « semeurs », la dangerosité particulière des étoffes et de ceux qui en faisaient commerce était parfaitement identifiée. Les mesures de sauvegarde des régions épargnées se concentraient à juste titre sur l'importation des tissus.

Les rats et les étoffes

51C'est donc le matériel transporté par l'homme et non pas le voyageur lui-même qui sème généralement les premières puces de l'épidémie. Certes, ces tissus porteurs de la contagion peuvent tout autant receler des puces humaines que des puces de rat. Mais le plus souvent, ce sont des ballots d'étoffe qui introduisent la peste, débarqués d'un navire, issus d'un entrepôt, achetés sur une foire, transportés par un commerçant. Or les puces d'homme ne peuvent s'infecter que sur un malade à l'agonie : si bien que les manutentionnaires et les transporteurs travaillant dans ces dépôts ne peuvent pas, même malades, semer des puces d'homme infectées dans la marchandise qu'ils manipulent.

52D'autre part, et bien que le cas ne soit pas impossible, les entrepôts où s'entassent les balles ne sont pas le lieu ordinaire où agonisent les pestiférés, dont la mise à l'écart est très surveillée dans les villes atteintes ou menacées. Les risques que des puces d'homme infectées colonisent les entrepôts de tissus sont donc minimes.

La nidification des rats dans les entrepôts de tissus

  • 70 H. Maurin (sous la dir. de), notice « Rat noir », Inventaire de la faune de France, Vertébrés et p (...)
  • 71 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 641.
  • 72 E. Dujardin-Beaumetz, 1921, op. cit., p. 77.
  • 73 R. Jorge, 1928, op. cit., p. 84-85.

53En revanche, ces entrepôts sont le lieu de prédilection des rats. Ils les colonisent et s'y multiplient, les tissus étant nécessaires à la confection de leurs nids. Le rat en effet construit son nid avec du papier, de la paille et des chiffons70. P.-L. Simond note le fait dès 1898 : Les premières maisons atteintes sont celles qui renferment des dépôts de grains ou de substances quelconques capables d'attirer les rats. C'est en effet dans ces magasins, lieux de rassemblement pour les rats du quartier, que ceux-ci subissent en grand nombre l'infection apportée par quelqu'un d'entre eux. [...] A Kurachee en mars 1898, la mortalité des rats a été observée dans des entrepôts de coton, grains, etc., situés dans une rue où n'existent pas de maisons habitées71. Dujardin-Beaumetz en témoigne à Paris, en 1920 : Ce que les rats ne peuvent manger, ils le détériorent ; les ballots d'étoffe, les pièces de tissus amassés dans les magasins sont recherchés par eux pour y aménager, après les avoir perforés et déchiquetés, des nids moelleux destinés à leurs petits72. Le rapport international de R. Jorge en 1928 abonde dans le même sens : Les nids de Mus rattus se trouvent dans les objets servant à l'emballage, tels que nattes enroulées, paniers, cordages et toiles de rebut, et sous les toits. [.] Ils sont composés de foin, de paille, de débris de bois, de ficelles et de chiffons [.]73.

Des rats morts au cœur des balles

  • 74 Indian Plague Commission, 1907, op. cit., p. 888 (trad. pers.).

54Dans ces entrepôts, les rats s'enfoncent ordinairement dans les paquets d'étoffe ou les sacs de grains. En temps de peste, ils y meurent en grand nombre, s'enfouissant souvent au cœur des balles, y laissant derrière eux, ou avec eux, de nombreuses puces pestigènes. Ce fait est consigné par les chercheurs de la Commission des Indes : [...] nous avons vu des rats creuser à l'intérieur de sacs de grains, de telle sorte qu'on pouvait transporter ces sacs sans soupçonner la présence de rats en leur sein. De ce fait, il est évident que la marchandise et le grain qui ont été visités par des rats peuvent receler des puces de rats (éventuellement des puces infectées), puces pouvant ainsi être transportées dans des lieux éloignés. Dans une pièce infestée de rats, l'examen d'un coffre empli de son, dont le couvercle était mal ajusté, révéla la présence dans le son de nombreuses puces de rats74.

  • 75 E. Métin, 1900, op. cit., p. 6.

55A Porto, en 1899, M. Calmette signale que la peste a été apportée [...] probablement par des ballots de coton ou de grains venant de pays contaminés. Dans ces balles de coton, qui contiennent toujours des graines en quantité, il y avait des rats pesteux qui sont allés mourir dans les égouts du quartier de Fonte-Taurina [...]75.

  • 76 V. Heiser, L’extraordinaire odyssée d’un médecin, Corréa, 1938, 115 p., p. 109.

56A Kandy (Ceylan), le Dr V. Heiser, recherchant l'origine d'un foyer de peste, découvre dans le sous-sol d'un magasin des balles de foin qu'il fait ouvrir : A l'intérieur de ces balles, des douzaines de rats morts ou mourants nous accueillirent76.

  • 77 M. Boucher, 1933, op. cit., p. 40.

57Même phénomène dans un petit foyer pesteux de la banlieue de Barcelone, en 1931 : Des puces et des rats morts ont été trouvés dans les ballots de chiffons infectés sur lesquels les malades avaient travaillé77.

  • 78 Article « Peste », in : D. Diderot et J. d’Alembert, Encyclopédie, op. cit., 1779, t. LXXVI, p. 52 (...)

58Cette tendance du rat, malade ou sain, à s'enfouir au cœur des balles établit un lien immédiat entre ces marchandises mêlées de puces infectées et le déclenchement d'une épidémie lors de leur ouverture. Le fait est noté au xviiie siècle dans Y Encyclopédie de Diderot et d'Alembert : C'est ainsi que l'on a vu des personnes tomber raides mortes, & frappées subitement de peste à l'ouverture des ballots empestés, déchargés de vaisseaux venus de l'Orient78.

59En raison de cette prédilection des rats pour les magasins de tissus, et du nombre de leurs cadavres en temps de peste, dans le local ou bien au cœur des balles, la probabilité que les paquets d'étoffes transportés par les marchands renferment des puces de rat infectées plutôt que des puces d'homme est donc beaucoup plus certaine.

60Il arrive aussi souvent que la peste fasse son entrée avec un homme rapportant les habits d'un pestiféré, et non pas des produits commerciaux. Dans ce cas bien sûr, il est tout aussi possible d'incriminer les puces d'homme que les puces de rat logées dans ces vêtements. Mais les transports de ces habits sont souvent longs et excèdent la période de trois jours au-delà de laquelle les trompes des Pulex irritans continuent d'être porteuses de bacilles. I. de Diemerbroeck précise que les vêtements peuvent rester longtemps porteurs du principe contagieux et le transmettre ainsi à distance, durée d'infectiosité qui ne peut pas s'appliquer à la puce de l'homme. En outre, si le mode de transport de l'infection devait être l'entrée d'habits de pestiférés abritant des Pulex, il n'y aurait guère de raison pour que les balles commerciales, généralement exemptes de contacts avec des pestiférés agonisants, puissent contaminer une cité. Or, c'est ce dernier cas qui est le plus fréquent.

L'entrée de la peste avec les tissus et les peaux

61Une revue des entrées de la peste dans les localités d'Occident montre que l'arrivée d'un marchand de tissus ou de peaux est la cause majoritaire de l'introduction de la maladie, suivie de celle du colporteur d'habits, de hardes, ou enore d'un soldat.

  • 79 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t., II, p. 21.
  • 80 Ibidem, p. 95-96.

62J.-N. Biraben en donne quelques exemples : A Poznan, en 1624, ce sont des marchands [.] de peaux et de fourrures qui amènent la peste et la liste est longue, dans toute l'Europe et le Levant, des pestes qui débutent de cette façon79. [.] Souvent aussi, le voyageur descend chez des amis ou revient chez lui avec la maladie, ou encore c'est un transporteur, voiturier ou muletier, qui la colporte d'un village à l'autre [...]. Plus souvent, il s'agit de marchands, et spécialement ceux qui transportent des tissus ou des artisans du vêtement : tailleurs, chapeliers et autres. A Vicence en 1577, c'est avec des habits revendus que la peste arrive. En 1604 à Collioure, la peste est apportée par des peaux. En 1620 à Cherbourg, un marchand l'amène de La Roche. A Nîmes, le 21 juillet 1629, le premier mort est la fille d'un tailleur. A Ragencos et Bagur en Catalogne, le 3 décembre 1629, la peste n'emporte que 12 personnes, mais dans quelques familles qui avaient reçu de France une pièce de coton. En mai 1629, la peste entre à Digne avec un marchand d'étoffes. A Apt en 1631, un marchand de chapeaux de Robions meurt de la peste pendant sa quarantaine. En 1647, c'est un marchand turc qui entre à Raguse avec la maladie, comme en 1769 des marchands turcs venus à la foire de Giurgiu et en 1770 des commerçants de Podolie à Kiev [.] Ainsi à Apt en 1720, la peste pénètre avec une pièce de toile entrée en contrebande, et à Gozzo le 2 mai 1814, elle vient de Malte avec une robe de soie entrée en fraude80.

  • 81 M. T. Boutiot, 1857, op. cit., p. 10.

63A Troyes en 1517, les laines des drapiers et les vieux linges des papetiers sont, dit-on, ses innocents colporteurs [.]81.

  • 82 M. Aymard, « Epidémies et médecins en Sicile à l’époque moderne », Annales cisalpines d’histoire s (...)

64En Sicile, En mai 1575, une galiote corsaire, retour de Berbérie, avec un chargement de tapis et d'autres étoffes de laine, la « débarque » à Sciacca [.]. En mai 1624, un bateau [.] la rapporte de Tunis, avec un chargement d'esclaves libérés et de marchandises, dont des laines et des cuirs. Rien en soi d'ailleurs que de fort classique : les balles de marchandises, et tout spécialement de textiles, figurent parmi les véhicules privilégiés de la maladie82.

  • 83 E. Plantrou, La peste à Rouen (1348-1669), Thèse de méd., Faculté mixte de Médecine et de Pharmaci (...)
  • 84 E. Plantrou, 1980, op. cit., p. 98.
  • 85 V. Robin, 1628, op. cit., in : H. Bon, 1912, op. cit, p. 82.

65A Rouen, en 1601, pour des raisons d'économie, la désinfection des balles de coton en provenance de Hambourg est effectuée à Saint-Roch plutôt qu'à l'Aulnay, ce qui provoque une épidémie. De même la dernière épidémie de 1668 fut apportée par un négociant en laine venue des Flandres83. Rouen, vaste centre de fabrication et d'exportation du textile, est accusée d'exporter la peste : [...] de nombreuses enquêtes conduites dans d'autres villes amenèrent à suspecter Rouen : ainsi Chartres interdit tout trafic de marchandise avec Rouen en 1626puis en 1649. Rouen est mis en quarantaine et accusé d'avoir transporté le mal à Dieppe. Enfin le 13 décembre 1668 un édit du Parlement de Paris ordonne une « defense [...] de faire entrer dans la ville aucune marchandise venant de Rouen qui n'ait été éventée [...] »84. En 1625, la peste vint à Paris par la laine apportée par les marchands de Rouen85.

  • 86 J. Canard, 1979, op. cit., p. 25, p. 31, p. 34, p. 53.

66A Saint-Etienne, en 1628, elle commença à se manifester dans la maison d'un cordonnier. A Feurs, l'année suivante, elle débute également par la mort d'un « courdonnier », et de même en 1631. A Chazelles-sur-Lyon, ce sont les chapeliers qui furent accusés de l'avoir fait entrer dans la ville en faisant venir des balles de poils de chameaux de Smyrne. A St-Chamond, on attribua son implantation au tissage de la soie ; à Montrottier, à l'achat de « viels habits, ardes, linges et aultres nippes dans la ville de Lyon »86.

  • 87 J. Guiart, « La peste à Lyon au xviie siècle », Biologie médicale, 27e année, n° 5, 1929, p. 193-2 (...)

67En 1629, à Lyon, des habitants de la Guillotière, attirés par l'amour du gain, s'étant rendus à Vaux pendant la nuit pour y acheter différentes denrées, le faubourg de la Guillotière fut bientôt infecté [...] des hardes, introduites en fraude, ayant été vendues à des fripiers de la rue de la Poulaillerie, le quartier de Saint-Nizier fut bien vite en proie au fléau87.

  • 88 M. Brocard, « La Grande peste de Langres au xviie siècle. Comment se soignaient nos pères », Les C (...)

68A Langres, en 1632, le bruit courut soudain [...] que la peste venait d'éclater en ville dans deux rues à la fois : [...] chez le « tixier » Jean Drouet, et [...] chez le tanneur Nicolas Parisot. On disait que la femme du premier avait par mégarde acheté des hardes au village de Récourt où la contagion sévissait déjà ! On disait que les deux filles du tanneur s'étaient réveillées avec tous les signes les plus nets du mal [.]88.

  • 89 M. Lucenet, 1985, op. cit., p. 262.

69A Toulon, la peste de 1664 fut transmise par une balle de soie venant de Smyrne. Ce furent de vieux souliers débarqués à Dieppe en 1630 qui déclenchèrent l'épidémie dans ce port. Ajoutons le Français arrivé à Londres avec de la soie de Hollande, en 1664 [...]89.

  • 90 Extrait des Archives capucines, in : J.-M. Martin, 1911, op. cit.

70A Marseille, la peste de 1649 fut communiquée par des marchandises apportées du Levant qu'on fit entrer dans la ville par surprise et en secret sans avoir été purgées. Cette maladie [...] demeura cachée plus de 3 mois, jusqu'à la fête de Ste Madeleine, 22 juillet. Car estant cette feste destinée à la grande foire de la ville de Beaucaire, on y porta des cuirs et autres marchandises infectées de Marseille où d'abord on y reconnut le mal avec une grande épouvante de tout le monde90.

  • 91 P. Vigne, « Contribution de la peste au progrès des Sciences médicales », L’Avenir médical, 8e ann (...)
  • 92 A. Manzoni, 1842, op. cit., cité in : J.-C. Beaucournu, 1995, op. cit.

71A Milan, c'est un cordage (les caisses de cordes servent aussi à la nidification des rats) qui détermine la contamination : Vers le milieu du xviie siècle sévit à Milan une violente épidémie de peste dont la première victime fut un sacristain décédé quelques heures après s'être servi d'une corde retrouvée dans un vieux coffre et employée peu de temps avant pour traîner dans les fosses communes les cadavres91. Dans cette même cité, la célèbre peste de 1630 est introduite par des étoffes : [...] ce malheureux fantassin porteur de malheur entra en ville avec un grand paquet de vêtements achetés ou volés aux soldats allemands ; il s'arrêta dans une maison de ses parents [.] il tomba malade [.]92.

  • 93 In : P. Diosi, 1961, op. cit., p. 1090.

72Mêmes faits en Transylvanie, lors de la peste de 1709, d'après la chronique de Cserei : Des bohémiens [.] rentrèrent malades et moururent à Gheogheni ; les hardes de l'un d'entre eux furent prises par un autre, qui y dormit, tomba malade et mourut ; bientôt la peste se manifesta parmi les paysans aussi [...] Un fourreur de Sighisoara, se trouvant à Gheorgheni pour acheter des fourrures, mourut après sa rentrée ; succombèrent ensuite tous les siens et tout le voisinage. [...] Franciscus de Papa [...] partit [...] pour transporter la dépouille de sa femme à Aiud. Deux filles mirent des robes portées par elle, leurs ganglions s'enflèrent, elles moururent et la peste s'étendit de leur maison93.

  • 94 P. Gaffarel et Marquis de Duranty, 1911, op. cit., p. 37.

73Les voyageurs turcs qui montèrent à bord du Grand Saint Antoine en 1720 et le contaminèrent sont des colporteurs de tissus : [...] il est vrai qu'il eut la main forcée, celle de prendre à son bord, pour les transporter à Chypre, quelques passagers de nationalité turque, chargés de hardes et de marchandises qui étaient certainement contaminées94.

  • 95 M. Colonna d’Istria, 1968, op. cit., p. 124.

74Le débarquement des tissus d'Orient portés par ce vaisseau déclenche la peste de Provence, depuis Marseille : La peste se propage au départ dans le vieux Marseille et, fait particulier, surtout parmi les artisans : tailleurs, fripiers, gens qui manipulent des étoffes [...] et ce, dès le 20 juin 1720, alors que les passagers étaient sortis des infirmeries le 14 juin [...] avec leurs bagages qui n'avaient été ni « purgés » ni vérifiés. Parmi eux, le nommé Boyal est vu, introduisant une pièce d'étoffe en fraude [...]95.

  • 96 P. Gaffarel et Marquis de Duranty, 1911, ibidem, p. 462, 474-475, 511, 514.

75Lors de cette peste de Provence, à Arles, un pourvoyeur de Toulon apporta par contrebande dans la Crau des marchandises contaminées. A Aix, la peste fut apportée par des contrebandiers qui avaient profité de la nuit pour introduire des marchandises contaminées. A Apt, une famille de pestiférés aixois, les chapeliers Mézard, s'étaient introduite au faubourg de la Bouquerie, et, bien qu'on l'ait forcée, très inhumainement d'ailleurs, à camper en plein air, la mort fit rapidement son œuvre [...]. A Bandol, Tout fut compromis par l'imprudence ou la cupidité de quelques habitants d'un petit pays voisin, Bandol. On sait que les marchandises provenant du vaisseau qui avait apporté la peste à Marseille, le Grand Saint Antoine, avaient été déposées à l'île de Jarros. Quelques habitants de Bandol débarquèrent dans l'île, y volèrent une balle de soie et la partagèrent entre eux. C'en fut assez pour infecter la localité. A Toulon, Un certain Gras, voyant que Toulon était dépourvu d'étoffes grossières en laine, annonça qu'il allait en acheter à Signes ; mais en réalité il se rendit à Aix qui était déjà contaminé, transporta ses achats à Signes pendant la nuit, et se fit donner dans cette ville, pour lui et pour ses ballots, un billet de santé pour Toulon. Il y arriva le 12 janvier 1721 et vendit en deux jours toutes ses étoffes, mais sa fille mourait le 17, et lui-même, cinq jours après, expiait le crime de sa cupidité96.

  • 97 F. Stephan, 1987 op. cit., pp. 6, 42, 54.
  • 98 P. Gaffarel et Marquis de Duranty, 1911, op. cit., p. 580.

76La peste de Provence gagne le Gévaudan en 1721-1722, où elle se communique de même par des transports d'étoffes ou d'habits : Au village des Gratoux, elle [.] fut portée par le nommé Chabert avec des hardes qu'il retira de la Canourgue [...]. Au village de Chapchinez, la maladie vint avec la nommée Françoise Sarut qui avait été moissonner à la ville de Marvejols où elle prit quelques linges qui la firent périr avec ses proches parents [.]. Aux Salles, mourut la femme Damarger dit Saladel, pour avoir été à Rechiniac et mis sur sa tête une coiffe de la femme du sieur Gaillard [.]. A Valadou, la maladie fut portée par le nommé Jullien, tailleur, ayant porté des étoffes et habits de la ville de Marvejols [.]. A Corréjac, elle arrive par un de leurs concitoyens revenu malade de la foire de St Laurent d'Olt, où l'on croit qu'il but avec un étranger [...] ci-devant condamné aux galères et nouvellement échappé de Marseille. On assure même qu'il fit quelques présents à cet habitant de Corréjac [...]. Son frère, de La Canourgue, partit à Corréjac pour l'enterrer et en rapporta son manteau, introduisant de sorte la peste à La Canourgue. A Mende, c'est un moissonneur qui vient porter la peste : [...] se disant originaire du Vivarais [...] étranger et malade, [il] traîne en ville pour demander du secours. [...] il est conduit [...] à l'hébergement des pestiférés, où il meurt presque aussitôt97. Une autre version est donnée par P. Gaffarel : Ce fut une servante qui, ayant introduit subrepticement une piece de serge, fut à Mende la premiere atteinte, et la maladie prit, du jour au lendemain, de redoutables proportions98.

  • 99 A. A. Proust, 1901, op. cit., p. 28.

77Lors de la troisième pandémie, le Dr A. Proust note, à propos de Port-Saïd en 1900 : Comme à Alexandrie en 1899, les premiers cas ont été observés chez des Européens dont un épicier [...], un boulanger et un menuisier, se livrant au commerce de vieux effets. Ce déces [.] a permis de supposer que la peste a été introduite à Port-Saïd par de vieux vêtements. [A] Port-Saïd, écrivait, le 6 mai, M. le Dr Gauthier, [...] il y a un grand commerce de fripiers et le siège de cette bourse d'un nouveau genre, d'ailleurs très animée, est contigu aux maisons où se sont révélés les premiers cas. Ces chauffeurs indigènes [...] sont en relation constante avec les ports contaminés de l'Extrême-Orient, de l'Inde, du golfe Persique, d'Aden. Ils font un trafic des vêtements que leur donnent la plupart des compagnies de navigation99.

  • 100 E. Boinet, « La peste de Marseille », Marseille médical, 58e année, n° 11, 1er juin 1921, p. 481- (...)

78A Marseille, les petites pestes du xxe siècle sont toutes en relation, comme à Paris ou à Barcelone, avec les dépôts de chiffons : en 1903, une cartonnerie recevait des chiffons provenant des Indes anglaises où la peste régnait à cette époque [.]. Ces chiffons comprimés étaient réunis en de gros ballots. [...] Il en résulta une petite épidémie de 19 cas de peste [...]. En 1913, la cartonnerie en question reçut de nouveaux ballots des Indes anglaises, toujours contaminées par la peste, à ce moment. En 1920, un foyer est situé près d'un dépôt de vieux chiffons et papiers contaminés de provenance suspecte, un autre dans un endroit où habitent des Espagnols dont plusieurs s'occupent du commerce de vieux chiffons100.

79Ainsi, ce n'est pas l'homme mais l'étoffe, le ballot, l'habit qu'il transporte qui introduit la maladie dans une localité nouvelle. Ces tissus colporteurs de la peste, souvent véhiculés à pied ou en charrette sur une longue durée, ou provenant de cales et d'entrepôts où les rats nidifient très nombreux et meurent cachés dans les ballots, incriminent bien plus nettement la puce du rat que la puce de l'homme.

La peste sélective selon les professions

80La peste sélective selon les professions apporte un argument historique supplémentaire à l'épidémisation par les puces de rat.

81En effet, si la puce de l'homme devait véhiculer la peste, il n'y aurait guère de raisons pour que, au sein de la masse populaire intensément frappée par la maladie, les représentants de certains métiers soient plus gravement touchés que d'autres. A niveau de pauvreté et de parasitisme égal, le prélèvement de la peste devrait s'opérer de manière équivalente, quelle que soit l'activité exercée.

82Au contraire, si la puce de rat était la responsable des épidémies, il serait logique de voir spécialement éprouvés les centres d'activités les mieux susceptibles d'attirer les rongeurs en masse, soit qu'ils produisent de la nourriture, soit qu'ils offrent des lieux et des matériaux propices à la nidification. Et précisément, les témoignages abondent sur cette peste inégale, fauchant plus densément les hommes exposés à un contact permanent avec des colonies de rats : il s'agit des travailleurs de la viande et du cuir, de ceux qui manipulent des grains, des farines, des étoffes et des papiers, toutes professions favorisant des concentrations de rongeurs.

Les équarrisseurs et les bouchers

83Les professionnels de la boucherie sont très sévèrement touchés lors des épidémies et parfois totalement anéantis.

  • 101 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 34.
  • 102 P. Gaffarel et Marquis de Duranty, 1911 op. cit., p. 281.

84A Üelzen, en 1597, relève J.-N. Biraben, les familles des découpeurs de viande paient le plus lourd tribut à la peste : en moyenne 2,82 malades par feu [...]. A la même date, à Bourges, les deux premieres morts se produisent parmi les bouchers qui sont alors, avec les boulangers, les premiers et les plus durement touchés : leurs rues sont consignées, on leur interdit de vendre [...]. A Gap, en 1630, tous les bouchers sans exception sont morts ou ont été malades. La même remarque est faite en 1720-22 à Marseille et à Toulon101. En effet, à Marseille, Les Echevins éprouvèrent quelque inquiétude à l'égard des bouchers et des gens attachés à leur service, car ils avaient été rudement atteints par la peste, surtout dans les abattoirs, et n'étaient plus assez nombreux102.

  • 103 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 383.

85Le Dr Ranchin précise qu'à Montpellier en octobre 1629, nous fusmes en grande peine pour la boucherie, parce que nous manquasmes d'hommes pour tuer, & pour débiter, & de bestal aussi103.

  • 104 R. Charbonnier, 1965, op. cit., p. 121.

86A Clermont en 1601, La viande se fait rare également, et les bouchers aussi (il n'en reste que 4)104.

  • 105 D. Defoe, 1722, op. cit., p. 95-96.

87Le récit de D. Defoe témoigne avec précision de cette hécatombe des bouchers à Londres, en 1665, laissant leurs rues vides et dangereuses pour qui les empruntait : [...] mais je n'avais pas de viande et la peste faisait si violemment rage parmi les bouchers et dans les abattoirs de l'autre côté de notre rue, où ils habitent en grand nombre, qu'il n'était guère judicieux de traverser pour se rendre chez eux. [...] Je suis certain qu'à Whitechapel, où la plus grande partie des animaux est abattue, les bouchers furent épouvantablement touchés, à un point tel que peu de leurs boutiques restèrent ouvertes [.]105.

  • 106 E. A. Caplet, 1898, op. cit., p. 124, p. 138.

88A Lille en 1668, les autorités de la ville pointent la dangerosité des abattoirs : La court des bouchers situés au marché à moutons estant remply de fumiépassé loingtemps — & iceluy causant une très grande putréfaction dans ladite court — qui a causé et cause encore que plusieurs tombent dans l'infection, il est très necessaire d'y apporter ung remède prompte par l'emportement desdits fumiers, ce que les bans recommandent de faire & de donner les ordres à ce nécessaires106.

Les travailleurs du cuir

89Les ouvriers spécialistes du travail de la peau, corroyeurs, tanneurs, selliers, fourreurs, parcheminiers, cordonniers, ne sont pas mieux épargnés, concentrés en de mêmes quartiers et œuvrant dans des locaux où les déchets de viande, de graisse et d'os attirent de très nombreux rats.

  • 107 B. Hrabak, La peste aux pays balkaniques sous la domination turque de 1450 à 1600, (Kuga u balkans (...)

90En Macédoine en 1501-1502, dans un document de Dubrovnik concernant la peste à Skoplje et en Macédoine [...], il est dit que parmi les tanneurs de Skoplje, qui jouissaient d'une grande célébrité, la peste était permanente. [...] A ce même groupe d'occupations il faut joindre les selliers, ainsi que d'autres métiers ayant trait aux peaux brutes107.

  • 108 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 77.

91Le Dr Ranchin, en 1640, recommande aux cordonniers de congédier leurs serviteurs et aux corroyeurs & autres qui travaillent aux peaux, parchemins, & autres matieres, qui portent infection, d'être interdits d'exercer dans les villes empestées108.

  • 109 J. Canard, 1979, op. cit., p. 25.
  • 110 Ibidem, p. 31.
  • 111 Extrait des Archives capucines, in : J.-M. Martin, 1911, op. cit.
  • 112 Dictionnaire de Médecine ou Répertoire général des Sciences médicales, 1834, op. cit., p. 114.

92A St-Etienne en 1628109, à Feurs en 1629110, à Tarascon en 1650111, à Malte, en 1813, la première victime de la peste est un cordonnier112.

  • 113 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 34.

93Les cordonniers de Valence sont très atteints en 1647, et c'est d'ailleurs par un navire barbaresque chargé de cuirs et peaux que la peste entre dans le port113.

  • 114 Ibidem, p. 34.
  • 115 J.-L.-A. Niel, De la Peste d’Orient, Thèse de médecine, Faculté de Montpellier, 1835, p. 29.

94Il semble cependant qu'en certaines occasions, le travail du cuir ait pu paradoxalement protéger les artisans en raison de la répugnance marquée des puces pour l'odeur de certaines peaux (boucs, béliers, chevaux...). C'est ainsi qu'à l'inverse, les cochers, bergers et pourvoyeurs de bêtes sur pied sont presque complètement épargnés par la peste. Les cochers déclarent qu'ils dorment dans la couverture du cheval qui les protège, et beaucoup de nobles de Moscou restent à cheval pendant toute la durée de l'épidémie de 1770 dont ils sortent indemnes ; les bergers déclarent que l'odeur des moutons et des boucs repoussent la peste ; nous savons aujourd'hui qu'effectivement l'odeur de ces animaux repousse les puces114. Il se peut donc que, dans certaines conditions, les travailleurs du cuir aient pu bénéficier de la protection de cette puissante odeur : observant l'histoire des pestes d'Egypte et de Constantinople, J.-L. Niel note que certaines professions qui exposent à des émanations fétides, telles que celles de corroyeur, d'équarrisseur, etc., semblent protéger contre sa fâcheuse influence, tandis qu'elle paraît sévir avec une intensité inconcevable sur les boulangers [.]115.

Les meuniers et les boulangers

95La mort est également massive parmi les boulangers, les meuniers, les marchands de céréales.

  • 116 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 34.

96A Üelzen en 1597, on compte 2,44 malades par feu parmi les bou-langers116.

  • 117 A. M. Cahour, Notre-Dame de Fourvière, Lyon, Pélagaud et Lesne, 1838, 449 p., in : J. Canard, 1979 (...)

97A Lyon en 1628-1629, On voyait les années précédentes dix-neuf moulins toujours en mouvement sur le fleuve ; il n'en resta plus que neuf occupés117.

  • 118 J. Fabre, « Toulouse pendant la peste de 1628-1632 », Mémoires de l’Académie des Sciences Inscript (...)

98A Toulouse en 1631, on comptait 11 survivants sur les 70 boulangers de la ville118, soit 80 % de la corporation atteinte.

  • 119 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 34.

99A Bourges, à la même date, les boulangers, avec les bouchers, sont les premiers et les plus durement touchés, et on leur interdit de vendre le pain119.

  • 120 J.-M. Martin, 1911, op. cit.

100A Tarascon en 1650, c'est la veuve d'un boulanger qui fut la première atteinte120.

  • 121 R. Garagnon, La grande peste d’Arles (1720-1721), conférence, 1974, s.p., (ms. dact. conservé au F (...)

101A Arles en 1721, ayant en vain demandé l'autorisation [d'aller aux moulins à eau], 3000 personnes se soulèvent auxquelles se joignirent des pestiférés en quarantaine. Cela se passait le 4 juin 1721. [...] Ils attaquent [...] et pillent les greniers de farine. [...] L'épidémie va se propager à une vitesse foudroyante. Juin 1721 : 3530 décès [...]. Presque tous les médecins, chirurgiens, corbeaux, boulangers, succombent rapidement au fléau [.]121.

  • 122 D’Antrechaus, Relation de la peste dont la ville de Toulon fut affligée en 1721, avec des observat (...)
  • 123 J.-M. Martin, 1911, op. cit.

102A Toulon la même année, Tous les meuniers [...] périrent, quoique les moulins étaient éloignés de la ville de près d'une lieue. Les boulangers aussi furent décimés ; de 135 boulangers, 113 périrent en moins d'un mois122. 100 % des meuniers disparaissent et 84 % des boulangers succombent en un mois123.

  • 124 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 644.

103Lors de la troisième pandémie, P.-L. Simond releva le même fait en Inde : Parmi les arguments de second ordre, il faut noter que toutes les causes qui attirent le rat dans les maisons, toutes celles qui favorisent sa pullulation sont des conditions favorables au développement de la peste. A Bombay, de tous les marchands, ceux qui vendent des grains et des farines ont fourni le plus grand nombre de victimes. A Karad, ils ont été les premiers atteints124.

  • 125 A. A. Proust, 1901, op. cit., p. 28-29.

104Le Dr Proust le constata à Port-Saïd en 1900 : N'est-on pas frappé aussi de voir surtout atteintes les personnes qui vivent dans les épiceries, dans les magasins de grains, de farine ? Cela avait été remarqué à Alexandrie, l'an dernier ; cette année-ci, à Port-Saïd, le premier cas connu a été celui d'un épicier, le second celui d'un boulanger, les quatrième, cinquième, sixième ont été observés dans de vieux locaux que tout le monde sait infestés de rats [...]125.

Les artisans du tissu et du papier

105Les marchands de tissu, les tisserands, les teinturiers, les tailleurs, les imprimeurs sont eux aussi bien plus éprouvés par la maladie que la moyenne des artisans, sans oublier les nombreux équipages des navires portant en cale des balles de tissu infecté.

  • 126 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 34.

106Ainsi : En 1348, à Narbonne, les ouvriers teinturiers sont très gravement atteints, et plus que les autres ouvriers, parce que la peste est arrivée dans la ville par eux et qu'ils sont groupés dans un seul quartier sur le bord de la rivière126.

  • 127 B. Hrabak, s.d., op. cit., ms. dact. (traduction), p. 26.

107A Skoplje en Macédoine en 1501-1502, la peste était permanente chez ceux qui travaillent avec la laine, cette marchandise si dangereuse lorsqu'il s'agit de la peste [...]127.

  • 128 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 77.

108De même que pour les cordonniers et corroyeurs, le Dr Ranchin prescrit en 1640 que tous les Marchands, & Artisans de la Ville qui demeureront, comme, Drapiers, Marchands de drap de soye, & de toiles, Mangoniers, Tailleurs, [...] congedieront la pluspart de leurs serviteurs, & n'en retiendront que peu, avec commandement aux autres qui seront licentiés, de vuider la Ville, & de se retirer ailleurs, à peine de punition corporelle128.

  • 129 A. M. Cahour, 1838, op. cit., in : J. Canard, 1979, op. cit., p. 120-121.

109A Lyon en 1628-1629, Ce fut parmi le peuple et les ouvriers en soie surtout, que la peste sévit, et là un calcul devint impossible [...]. D'autre part, les deux tiers des imprimeurs avaient succombé129.

  • 130 C. de Mertens, 1784, op. cit.

110C. de Mertens relate qu'au début de la grande peste de Moscou en 1771, les ouvriers de la fabrique de draps avouèrent que depuis le commencement de janvier, l'un d'entre eux était attaqué chaque jour par la maladie130.

  • 131 L. Raynaud, « Rapport Algérie », in : R. Jorge 1928, op. cit., p. 126-127.
  • 132 C. Sanguy, 1945, op. cit., p. 365.

111Le même phénomène est constaté durant la troisième pandémie : à Paris en 1920 comme à Barcelone, c'est parmi les chiffonniers, vivant dans l'immédiate proximité de leurs dépôts infestés par les rats, que la peste s'étend, ce qui lui vaudra son nom de « Peste des chiffonniers ». En Algérie en 1926, un fait, assez curieux pour être relaté, s'est produit à Oran [...]. Du 17 septembre au 1er octobre 1926, 7 individus porteurs de bubons furent isolés ; ils s'étaient infectés dans deux locaux voisins, 4 dans un magasin à sacs et 2 dans un dépôt de chiffons131. A Casablanca en 1944, C. Sanguy insiste sur cette maladie à caractère professionnel : Nous avons écrit dans des rapports précédents qu'à Casablanca la peste se présentait comme une maladie essentiellement professionnelle touchant presque exclusivement les ouvriers indigènes ou européens qui travaillent dans les établissements céréa-listes (dépôts de grains, stations de triage, minoteries, fournils), ou qui vivent dans des fondouks, étables écuries ou bidonvilles132.

  • 133 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 186 et sv.

112Toutes les professions en contact avec d'importantes colonies de rats sont donc non seulement les premières touchées, mais les plus intensément, perdant parfois 80 % et jusqu'à 100 % de leurs effectifs. Cette mortalité est sans commune mesure avec la ponction « ordinaire » de la peste sur les gens du peuple. On peut estimer grossièrement, combinant les pestes rurales et urbaines, que la maladie prélève en moyenne de 5 % à 25 % de la population (16 % par exemple lors de la grande peste de Londres en 1665, 26 % lors de celle de Moscou en 1770-1771). Plus rarement, les épidémies enlèvent quelque 30 % des habitants. Les pestes dévastatrices, qui laissent leur tragique empreinte dans l'histoire, sont beaucoup plus exceptionnelles : il s'agit entre autres, pour les villes, de Padoue qui perd plus de 50 % de ses habitants en 1405, de Brescia avec 43 % de pertes en 1576, de Digne qui, cruellement enfermée dans ses murs par les localités voisines en 1629, perd 80 % de son peuple, de Milan avec 50 % de pertes en 1630, de Vérone avec 60 % de morts en 1631, de la petite ville d'Eu qui laisse presque la moitié de son peuple en 1636, de Naples qui subit 50 % de pertes en 1656, de Marseille enfin avec 40 % à 50 % de victimes en 1720-1721133. Ces terribles chiffres de mortalité sont heureusement peu fréquents. L'atteinte massive des professions en contact avec des colonies de rats est donc particulièrement haute en comparaison de la ponction moyenne de la peste urbaine, prouvant la dangerosité d'une exposition constante aux puces de rat infectées.

  • 134 Ibidem, t. II, p. 34.
  • 135 J.-L.-A. Niel, 1835, op. cit., p. 29.
  • 136 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 35.

113A l'inverse, outre les bergers, cochers, ou pourvoyeurs de bêtes déjà évoqués, certains ouvriers aux activités très bruyantes paraissent protégés de la contagion : [.] certaines professions semblent spécialement épargnées par le mal : ainsi les charrons, forgerons, tonneliers. Erich Voehlkens, qui observe le fait à Uelzen où il n'y a que 0,88 personne malade par feu de forgeron et 0,27 par feu de tonnelier, pense que c'est en rapport avec le bruit qui fait fuir les rats134. Mais parfois, au contraire, les forgerons sont très touchés en raison, pense-t-on, de la chaleur de leurs locaux qui attire les rongeurs135 (ainsi à Moscou en 1770-1771136).

La peste des pauvres, la peste des riches

114L'atteinte différentielle de la peste entre milieux pauvres et aisés constitue un autre fait épidémique d'importance.

Une maladie des pauvres

115La violence dévastatrice de la maladie a souvent alimenté le thème de l'égalité des hommes devant le fléau, exprimé par ces « danses macabres » où les grands de ce monde sont emportés au même titre que les plus humbles.

  • 137 Ibidem, p. 31.

116Mais en réalité, en tout temps et en tout lieu, la peste fut une maladie des pauvres, une maladie des quartiers insalubres, des logements misérables. Ce saisissant contraste fut consigné par les chroniqueurs et les médecins. J.-N. Biraben atteste que pour tous les auteurs, sauf exceptions très remarquées, il est absolument certain que les classes sociales fortunées échappent plus souvent que le peuple à la contagion [...]. En 1545, à Dijon, le procès-verbal constatant la grande mortalité causée par la peste de 1544 déclare que la maladie a touché surtout « les personnes de condition inférieure »137.

117Quelques exemples permettent de se convaincre du caractère très sélectif de l'atteinte de la peste :

  • 138 B. Bennassar, Valladolid au siècle d’or, 1967, Paris-La Haye, in J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. (...)

118A Valladolid en 1533, la peste ne touche que quelques paroisses pauvres138.

  • 139 J.-N. Biraben, « Les pauvres et la peste », Médecine et Maladies Infectieuses, 1, 7-8, 1971, p. 31 (...)

119En 1635, à Reims, les 335 maisons infectées [...] sont presque toutes localisées dans les quartiers pauvres [...] les témoignages de l'atteinte des pauvres sont si fréquents que cela devient vite l'opinion générale. [...] Et cette conception entre tellement dans l'ordre des choses que les dispositions prises ne semblent guère les influencer. C'est ce qu'exprime de façon très crue le sieur Lefèvre, procureur fiscal, lorsqu'il déclare au Conseil de ville de Dieppe en 1584 que les mesures que l'on peut prendre sont sans importance « car cette maladie n'attaque que la canaille », ce qui ne l'empêche pas, au sortir de la séance, d'être pris de malaise et de mourir deux jours plus tard de la peste139.

  • 140 F. P. Wilson, 1927, op. cit., p. 140.

120F. P. Wilson, qui étudia la peste à Londres au cours du xviie siècle, note qu'elle est la maladie des pauvres gens et fleurit dans les ruelles insalubres, dans les habitations surpeuplées et envahies par les rats, où les gens vivent parmi des lits crasseux, des habits sales, des chambres infectes. Il est exceptionnel de trouver une victime de marque et de renom pendant la peste de Londres. Il ajoute que si l'on cite Gavin Douglas et (peut-être) William Lily, morts de peste en 1522, et Hans Holbein en 1543, le tour des personnalités est fait. Parmi les milliers d'hommes et de femmes qui moururent de le peste en 1625, trois seulement ont laissé un nom derrière eux [...]140.

  • 141 J. Canard, 1979, op. cit., p. 54, p. 120.

121A Lyon en 1628-1629, les pauvres et les mendiants qui séjournaient dans l'agglomération (plus de 18 000 recensés officiellement au début du xviie siècle) occupaient en permanence, de jour ses rues et ses places, de nuit ses « traboules » et ses caves, s'infiltrant partout, couchant dans des abris de fortune en la compagnie des rats [...]. Moins de 4 % survécurent à la catastrophe. Selon les mots de l'abbé Cahour qui la décrit, il n'était mort que sept ou huit cents personnes de qualité [sur 35 000 à 70 000 morts estimés lors de cette épidémie], et cinq ou six cents de qualité médiocre141, soit 1,8 ° %o à 3,7 % de gens aisés et de petits bourgeois.

122A Carcassonne en 1628-1630, un chroniqueur anonyme se réjouit que la peste, par la protection de Dieu, ait épargné les notables : [.] chose admirable que de tous ceux qui sont morts n'est rien que pauvres artisans, sans qu'aucun magistrat, avocat, notaire, procureur, bourgeois, marchand soit mort ni blessé du mal, ni prêtres Cordeliers, Prédicateurs, Carmes,

  • 142 J.-L. Bonnet, « Vivre ou mourir à Carcassonne : la peste de 1628-1633. Première partie : 1628- 163 (...)

123Augustins, Mercenaires et Jésuites sont morts aucun ni blessé fors Monsieur Amyelprêtre qui mourut dans l'Officialat142.

  • 143 I. de Diemerbroeck, 1646, op. cit., in : G. Blanc, 1956, op. cit., p. 544.

124Lors de la peste de Nimègue en 1636-1637, I. de Diemerbroeck relève la plus grande dispersion de la maladie dans les taudis.143

  • 144 Lettre du 8 août 1720 de Pascal, agent de Aix, aux Consuls de Tarascon, in : J.-M. Martin, 1911, o (...)

125Un rapport sur les débuts de la peste de Marseille en 1720 signale que la maladie n'attaque que les pauvres : Cependant, d'après les lettres de Marseille, le mal qui règne dans la ville n'est pas une véritable peste, mais bien des fièvres malignes et pourprées qui n'attaquent que les gens du bas peuple et des misérables pécheresses, les gens qui ont souffert et qui sont dans la dernière indigence ; [...] et on assure qu'il n'est pas mort de ce mal un homme ou une femme de distinction [.]144.

  • 145 F. Stephan, 1987, op. cit., p. 46.

126A Mende en 1721, selon Saint Sauveur, syndic du diocèse de Mende : Il est mort en cette ville, depuis le 3 septembre jusqu'au 23 novembre 1721, 745 personnes, presque toutes de la populace145.

  • 146 M. E. Wilson, « The power of plague », Epidemiology, vol. 6/4, juillet 1995, p. 458 et sv., p. 459 (...)

127A Vienne, les pauvres subissent le plus fort de l'attaque. L'épidémie de 1678-1680 [.] fut connue sous le nom de maladie des mendiants, quand les observateurs notèrent que, pour 1 000 pauvres qui mouraient, à peine 10 riches succombaient146.

  • 147 C. de Mertens, 1784, op. cit., p. 39-40.

128A Moscou en 1770, la peste, comme de coutume, n'accabla que le petit peuple : parmi les nobles & les marchands un peu aisés, si l'on en excepte quelques-uns qui furent les victimes de leur témérité et de leur négligence, elle n'attaqua presque personne. [...] Parmi tant de morts, je ne sache que trois gentilshommes qui aient été attaqués de la peste, très peu de bons bourgeois, & seulement trois cents étrangers du plus bas étage ; tout le reste étant du petit peuple Russe147.

  • 148 R. Calvert, « An account of the origin and progress of the plague in the island of Malta in the ye (...)

129A Malte en 1813, malgré les précautions que prit l'autorité, la peste continua à s'étendre dans toutes les parties de la ville, attaquant principalement les pauvres et ceux qui ont des maisons petites et sales148.

  • 149 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 645.

130En Inde en 1898, Simond observe la grande susceptibilité de la partie de la population misérable et qui marche habituellement nu-pieds, vis-à-vis de la peste149.

  • 150 M. Sankalé, 1945, op. cit., p. 58.

131Au Sénégal au début du XXe siècle, les riches propriétaires, les traitants d'arachides, les gens de condition aisée sont rarement atteints et résistent mieux150.

  • 151 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 35.

132On pourrait multiplier les exemples. Cette règle de la mortalité écrasante des pauvres est d'ailleurs si systématique que les exceptions surprennent et sont relevées : ainsi à Chartres en 1631, un chroniqueur consigne avec étonnement que ceste maladie a estée tellement véhémente et pestilentieuse qu'il en est mort dedans Chartres presque autant que de la maladie de la contagion, ce qui a fort estonné les chartrains car il n'est mort que des riches et en dignité. De même à Nantes en 1632, les quartiers riches n'auraient pas été plus épargnés que les autres, ce qui paraît exceptionnel151.

  • 152 J.-N. Biraben, 1971, op. cit., p. 314.
  • 153 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 32.
  • 154 A. M. Cahour, 1838, op. cit., in : J. Canard, 1979, op. cit., p. 120.

133A cette ponction presque exclusive sur les masses populaires, il faut cependant ajouter certaines catégories de notables intensément touchés par la peste, au même titre que les bouchers, meuniers et drapiers, non pas cette fois en raison d'un contact avec des rats mais de la promiscuité que leur profession leur impose avec les mourants : de sorte périssent en quantité médecins, apothicaires, magistrats municipaux, commissaires de quartier, notaires et hommes d'église. Ainsi, tous les consuls à Béziers en 1348, 10 sur 12 à Montpellier, 50 à 60 % des hommes de loi et des notaires à Perpignan, ainsi que 57,5 % à 64,25 % des prêtres de la paroisse St Jean, et 36 à 75  % du clergé régulier selon les Ordres et 6 médecins sur 8152.A Venise, 20 médecins sur 24 succombent, à Perpignan 6 sur 8, à Montpellier [...] les textes affirment qu'il est resté peu de survivants parmi les médecins, les chirurgiens et les apothicaires. En 1414, encore, « la mortalité fait émigrer de ce siècle dans l'éternité tous les physiciens de Bordeaux »153. A Lyon, en 1628-1629, Huit médecins, soixante-dix chirurgiens, [...] avaient succombé154.

134Pour les mêmes raisons moururent aussi en très grand nombre les transporteurs de cadavres (les « corbeaux »), et les fossoyeurs : en 1721, lorsque le chevalier Roze se dirigea vers la funeste place de la Tourette à Marseille pour y enlever les quelque deux mille cadavres entassés depuis le mois d'août, il ne réchappa que quatre hommes des quarante soldats et des cent forçats qui l'accompagnaient. Quant au chevalier Roze, qui fit preuve durant toute l'épidémie d'un courage inlassable, il fut épargné, sans doute grâce à l'odeur de son cheval qu'il ne quittait guère et qui dut le mettre à l'abri de l'atteinte des puces.

135Cette attaque massive de la peste sur les pauvres a paru fournir un argument convaincant aux défenseurs d'une transmission par la puce de l'homme, en raison des très mauvaises conditions d'hygiène du peuple, de l'absence totale de toilette corporelle et de la promiscuité, tous éléments favorisant le développement du parasitisme humain.

Puces des riches et puces des pauvres

Le parasitisme chez les nobles et les bourgeois

  • 155 Thomas Platter, La vie de Thomas Platter, 1re éd. 1499, trad., Genève, 1862, p. 24.

136Certes, l'intensité du parasitisme chez les gens du peuple aux temps médiévaux et modernes ne fait aucun doute. T. Platter en témoigne, au milieu du xve siècle : On ne peut se faire une idée de la quantité de vermine dont étaient couverts les écoliers, grands et petits, ainsi qu'une partie du bas peuple [...] Souvent, et particulièrement l'été, j'allais laver ma chemise au bord de l'Oder [...] et pendant qu'elle séchait, je nettoyais mon habit, je creusais un trou, j'y jetais un monceau de vermine, la recouvrais de terre [...]155.

  • 156 Anonyme, Le Mesnagier de Paris, v. 1393, coll. « Lettres gothiques », Livre de Poche, 1994, 859 p.
  • 157 K. Ueltschi, « Introduction » au Mesnagier de Paris, 1994, op. cit., p. 9.
  • 158 Il est intéressant de remarquer au passage que ce piège ressemble fort au système Delanoë de l’ass (...)
  • 159 Cette coloration noire caractéristique indique qu’il s’agit bien de Pulex irritans.
  • 160 Le Mesnagier de Paris, v. 1393, op. cit., p. 299, 301.

137Mais rien dans l'histoire de l'hygiène ne permet de suggérer que les bourgeois ou les nobles n'aient pas été eux aussi fortement parasités. Vers 1393, l'auteur du Mesnagier de Paris156, un notable sans doute aisé et lettré157, témoigne indirectement de l'abondance des puces dans la chambre et les vêtements en livrant ses méthodes pour les éliminer : En été, veillez à ce qu'il n'y ait point de puces dans votre chambre, ou dans votre lit : pour l'éviter, vous avez six possibilités, d'après ce que j'ai entendu dire. Il y en a qui disent qu'il faut éparpiller des feuilles d'aulne dans la chambre, et les puces y restent coincées. Item, j'ai entendu dire qu'il suffit de tartiner une ou plusieurs tranches de pain avec de la glu ou de la térébenthine, de les poser au centre de la chambre et de ficher une chandelle brûlante au milieu de chaque tranche : les puces viendraient alors s'y engluer et s'y prendre158. J'ai expérimenté moi-même un autre moyen et il est efficace : prenez du drap rêche et étalez-le dans votre chambre et sur le lit : toutes les puces qui pourront s'y fourrer y seront prises, il ne vous restera qu'à les ramasser dans le drap pour les emporter où vous voudrez. Item, cela marche aussi avec des peaux de mouton. Item, j'ai vu qu'on mettait des étoffes blanches sur le couvre-lit et lorsque les puces, noires159, s'y étaient installées, on pouvait les trouver et les tuer rapidement à cause du contraste avec le blanc. Mais le plus difficile, c'est de se protéger de celles qui sont dans les couvertures, dans les fourrures et dans les vêtements dont on se couvre. Sachez que j'ai fait l'expérience suivante : lorsqu'on isole et enferme bien ces couvertures, fourrures ou vêtements habités dans une malle étroitement bouclée avec des courroies par exemple, ou dans un sac bien fermé et compressé, les puces privées de lumière, d'air et d'espace périront et mourront sur l'heure160.

  • 161 J.-C. Beaucournu, 1995, op. cit., p. 237.

138J.-C. Beaucournu signale que leur abondance était telle que, pendant la restauration de WhiteHall en 1962, on aurait trouvé dans des vêtements datant du règne d'Henri VIII (1509-1547) « des centaines » de puces mortes161.

  • 162 G. Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, coll. « Points Histoir (...)
  • 163 B. de Glainville, le Propriétaire des choses très utiles et profitables au corps humain, Paris, 15 (...)
  • 164 J. Sulpizio, Des bonnes moeurs et honestes convenances que doit garder un jeune homme, Lyon, 1555, (...)
  • 165 cité par L. Guyon, Diverses Leçons, Lyon, 1604, p. 826.
  • 166 G. Vigarello, 1985, op. cit., p. 50.
  • 167 G. Vigarello, 1985, op. cit., p. 53.

139On s'appuiera, pour cet examen du parasitisme et de la propreté des diverses classes sociales, sur les nombreuses informations fournies par l'étude de G. Vigarello162. L'auteur estime que la description ou la simple évocation de tels insectes est familière au xve siècle, confirmant au moins l'étendue de leur présence : « La puce blesse ceux qui veulent dormir et n'épargne nul, ne roi, ne pape [...]. La puce n'est pas facile à prendre parce qu'elle saute légèrement et quand il doit pleuvoir elle mord aigrement163. » La rédaction même des règles de courtoisie, toujours au xve siècle, dictées entre autres aux enfants nobles, accepte la vermine comme un horizon « naturel ». Tout au plus faut-il éviter de rendre son existence trop ostensible. Mais elle se voit ; elle est là, au bout des doigts, proche et quotidienne à la fois : « Il est malséant et peu honnête de soi gratter la teste à table et prendre au col ou au dos, pouls et puces ou autre vermine et la tuer devant les gens164. » Au tout début du xvie siècle encore, un envoyé du duc de Ferrare logeant au château de Fontainebleau [...] ironise sur les « puces, poux, punaises et certaines mouches qui ne l'ont aucunement laissé reposer165 »166. Le parasitisme est tel qu'au xvie siècle, Une cellule sans vermine devient [...] un cas digne d'attention, que les « humeurs » monacales expliqueraient en premier lieu167.

  • 168 F. Hildesheimer, 1993, op. cit., p. 46.

140F. Hildesheimer confirme cette égalité des hommes devant les parasites : Pour l'aristocratie, être propre c'est se poudrer et porter du beau linge, mais les parasites ignorent les distinctions sociales et prolifèrent sur les corps même les mieux vêtus ; l'habit étincelant jamais lavé les attire autant que les guenilles paysannes, et entre la propreté et la vermine personne ne songe à établir un lien168.

141Ce degré de parasitisme observé tant chez les nobles que chez les bourgeois s'explique aisément par des modes de pensée qui excluent toute idée de nettoiement par l'eau : la théorie partout admise sur l'origine de la vermine d'une part, l'idée de la protection du corps d'autre part, et enfin la conception de la propreté se conjuguent pour faire de l'hygiène médiévale et moderne une notion radicalement différente de celle des temps actuels, et éminemment favorable à la prolifération des parasites, toutes couches sociales confondues.

La vermine secrétée par le corps

  • 169 G. Vigarello, 1985, op. cit., p. 51-52.

142En effet, ce n'est pas tant en débarrassant matériellement son corps des poux et des puces que l'on pense en venir à bout. Car les parasites ne sont pas considérés comme des éléments extérieurs mais comme procédant du corps lui-même, et ne sont donc nullement liés à l'idée d'une peau « propre » : Le discours des hygiénistes, par exemple, n'imagine dans la prolifération de cette faune parasitaire qu'un excès d'humeurs corporelles. Poux et puces naissent de transpirations mal maîtrisées. Ce sont les substances humaines dégradées qui leur donnent vie. A l'inverse, réduire les humeurs aiderait à supprimer une telle prolifération. Une longue tradition, jusqu'au xviie siècle, travaille sur des causes dont le rapport avec la propreté corporelle est très rarement explicite. C'est de l'« intérieur » que sont secrétés animalcules et démangeaisons, génération spontanée issue d'un invisible mélange de matières. [...] Ces vies rampantes ne peuvent naître que du corps. Elles « sortent » de la peau comme certains vers semblent émerger de chairs en décomposition. [...] Aucune relation ici avec l'entretien de la peau. La propreté n'est pas évoquée. [...] Supprimer ces « troubles », c'est donc d'abord viser les mécanismes internes. Pendant des siècles, l'explication ne varie pas : celle de Mauriceau, chirurgien accoucheur des bourgeoises parisiennes, au xviie siècle, est la même que celle de Guy de Chauliac, chirurgien des papes avignonnais au xive siècle. [...] Dans la défense contre les invasionsgrouillantes [.] la tradition savante privilégie surtout un moyen : limitation et contrôle des humeurs169.

143Selon ce principe, il est bien évident que, pas plus chez les nobles que chez les gens du peuple, évacuer systématiquement la vermine par un lavage ne peut être considéré comme un geste efficace. Si l'humeur du corps n'est pas propice, les parasites en renaîtront aussitôt. On les subit, on les piège de diverses manières, on les tue entre les ongles, pour tenter de contrôler leur invasion, mais aucune pratique de toilette n'est envisagée pour s'en défaire : car, simplement, le lien entre la saleté du corps et la présence de la vermine n'est pas compris.

La peur de l'eau

144En outre, l'eau est tenue pour dangereuse. Au xiiie siècle, l'usage des étuves et des bains publics était encore répandu : Leur familiarité est suffisante aussi pour qu'une séance d'étuve puisse être, sans choquer, offerte comme pourboire à certains artisans, domestiques ou journaliers [...]. L'étuve est en définitive un établissement fréquenté, voire banal. Mais au xive siècle, cette institution disparaît en Occident et s'efface en quelques décennies, sans être remplacée. [...] Restent quelques établissements de bains au xviie siècle, à Paris surtout [.]. Leur usage est très aristocratique et peu fréquent. Les visites pour la propreté n'y sont jamais courantes : avant un mariage, par exemple, ou un rendez-vous galant, avant un voyage encore, ou à son retour [.].

  • 170 Ibidem, p. 31, 32, 34.

145Quant aux pratiques privées du bain, aristocratiques, à l'occasion de fêtes, elles disparaissent largement aussi au xvie et au xviie siècle. [...] l'appartement des bains et la baignoire de marbre que Louis XIV a installés à Versailles dans un geste ostentatoire [...] laisse place, quelques années plus tard, au logement du comte de Toulouse [.]. Après divers avatars, la baignoire devient quant à elle, bassin de jardin. [.] Très rares enfin sont les inventaires après décès qui mentionnent une cuve à baigner. Pierre Goubert n'en recense qu'une dans le Beauvaisis de Louis XIV. Aucun médecin parisien n'en possède, au milieu du xviie siècle [...]170.

  • 171 Ibid., p. 35.
  • 172 O. Maillard, Sermons (xve siècle), Paris (sermon XXVIII), in : G. Vigarello, ibid., p. 43.

146Cette disparition du bain est commandée par la peur de l'eau qui, dilatant les pores de la peau, favoriserait l'intrusion des miasmes aériens dans l'organisme. G. Vigarello envisage une relation entre la venue de la peste aux xive-xviiie et la peur accrue de l'intrusion miasmatique : L'image du corps perméable, avec son contexte de risques mal maîtrisés, rendrait le bain difficile à penser. [...] Montaigne lui-même, baigneur itinérant, [...] insiste déjà sur la disparition du bain au xvie siècle : coutume « perdue qui était généralement observée en temps passé quasi en toutes les nations. » Un bain existait qui avait ses traditions, voire ses institutions. [...] C'est lui qui s'efface. Comme si la peste, avec ses lointaines conséquences sur l'imaginaire, avait suspendu un geste physique171. D'autant que l'Eglise s'insurge contre ces pratiques de toilette, collectives ou privées, qui incitent à la débauche. Les prédicateurs ont multiplié, dès le xve siècle, les apostrophes violentes. [.] « Vous, messieurs les bourgeois, ne donnez pas à vos fils la liberté et de l'argent pour aller au lupanar, aux étuves et aux tavernes.172 »

  • 173 S. Pepys, (1660-1669), 1985, op. cit., p. 196.

147En 1665, le riche notable londonien, Samuel Pepys, ironise sur les velléités de propreté de sa femme : Ma femme est allée aux étuves [.] pour se baigner après être restée si longtemps à la maison dans la poussière. Elle prétend avoir pris la résolution d'être désormais très propre. Combien de temps cela va durer, je le devine sans peine173. Ici la peur de l'eau n'apparaît pas, mais bien le peu d'habitude du bain et l'absence d'hygiène corporelle très naturellement acceptés. Si Samuel Pepys ironise, ce n'est pas sur la saleté de sa femme, qu'il ne lui reproche en aucune manière, mais sur ce qu'il considère comme une de ses lubies nécessairement passagère.

  • 174 Le Mesnagier de Paris, vers 1393, op. cit., p. 295.
  • 175 G. Vigarello, 1985, op. cit., p. 61.

148Le refus — ou l'oubli — de l'eau va donc toucher tout autant les aristocrates et les bourgeois que les humbles, et le corps des uns comme des autres ne sera pas lavé. La toilette se résume au frottement du corps à sec, et au rapide passage à l'eau des mains et du visage, plus symbolique qu'hygiénique. Vers 1393, dans le Mesnagier de Paris, le riche bourgeois conseillant sa femme pour donner des soins appropriés à son époux l'engage à le déchausser auprès d'un bon feu, lui laver les pieds, lui donner des chausses et des souliers propres [...]174. Ce lavage des pieds apparaît plus ici comme une démonstration de confort et de sollicitude que comme un souci d'hygiène. Au xve siècle, ces pratiques de propreté n'incluent pas encore le changement de linge de corps, y compris chez les riches. Le renouvellement de ce linge demeure « limité », même lorsque le luxe pourrait le multiplier. Les chemises des inventaires les plus riches ne dépassent guère les quelques unités. [...] la focalisation essentielle de l'habit va à la surface175.

149A cette date, les corps des gens du peuple et de la haute société sont donc égaux dans leur malpropreté. Ajoutons cependant pour les gens aisés l'avantage de disposer de domestiques, ou pour les petits bourgeois d'une épouse oisive, vouée à l'entretien de la demeure, tous à même de consacrer du temps au piégeage des puces de la maison et de restreindre quelque peu l'expansion des parasites, quels qu'ils soient.

Le changement de linge

  • 176 Ibidem, p. 69-70.

150A partir du xvie siècle seulement, l'habitude se prend, chez ceux qui en ont les moyens, de changer de linge, mais sans pour autant laver le corps : La propreté, dans la France classique par exemple, n'aura pas d'autre critère. Le renouvellement du blanc efface la crasse en atteignant une intimité du corps. L'effet est comparable à celui de l'eau. Il est même plus sûr et surtout moins « dangereux ». Aux inquiétudes que suscite le bain s'ajoute donc la certitude de son inutilité. Le linge retient transpiration et impuretés. En changer, c'est au fond se laver. [...] Le blanc s'imprègne de crasse. La chemise devient éponge. Elle « nettoie »176. C'est le concept du « linge qui lave ».

  • 177 Ibid., p. 78, 88-89.

151La fréquence de cette pratique nouvelle varie avec le niveau social. Depuis la fin du xvie siècle, elle semble quasi quotidienne à la cour et mensuelle chez les bourgeois. A la fin du xviie siècle, elle s'accentue dans les classes moyennes et devient bi-hebdomadaire dans les communautés religieuses et les collèges177.

152Avec le renouvellement du linge de corps chez les gens aisés, on conçoit qu'une partie de la vermine puisse être ainsi régulièrement évacuée et qu'au xviie siècle, les riches soient alors un peu moins densément parasités que les pauvres. Mais à cette période, seule la chemise est changée. A la fin du xviie siècle, les bas et les collets sont à leur tour inclus dans cette pratique. Cependant les habits extérieurs, les vestes et les culottes de drap, de soie, de velours, les manteaux et les capes de fourrure, les longues perruques, ne sont évidemment pas concernés. Pas plus bien sûr que le corps n'est lavé, le nettoiement se limitant toujours à la toilette sèche. La tête faisant l'objet d'une protection particulière, il n'est pas question non plus de laver la chevelure, pratique dangereuse, mais seulement de l'aérer. Aussi la réduction du parasitisme chez les gens aisés ne peut être évidemment que très partielle, les puces réinvestissant le corps sitôt que l'on endosse ses culottes et sa pelisse, sitôt que l'on coiffe sa perruque.

153En dépit de cette amélioration tardive et toute relative, on ne peut raisonnablement opposer un faible parasitisme des riches et un fort parasitisme des pauvres, depuis le xive siècle jusqu'au xviie siècle. On peut seulement envisager que, grâce au changement de linge et au travail des gens de maison, les riches aient pu en souffrir moins que les pauvres, mais sans que ces mesures puissent produire une disproportion telle que la peste épargne presque totalement les premiers et attaque systématiquement les seconds : ce n'est qu'avec le lent avènement du lavage du corps (sectoriel ou total) par l'eau qu'un tel contraste de parasitisme deviendra une réalité sociale. Mais, au milieu du xviiie siècle, la pratique du bain ne concerne encore qu'une élite aristocratique, et encore reste-t-elle très limitée.

  • 178 H. de Balzac, Lettres à l’étrangère, t. 1, Paris, 1899, p. 407, cité in : G. Vigarello, ibid., p. (...)
  • 179 G. Blanc et M. Baltazard, 1945, op. cit., p. 342.

154L'usage du bain se diffuse lentement à la fin du xviiie siècle et se répand inégalement au cours du xixe siècle. Balzac, en 1835, redoute encore beaucoup les effets amollissants de l'eau : Après vous avoir écrit cette lettre, je prendrai mon premier bain, non sans effroi, car j'ai peur de détendre les fibres montées au dernier degré [...]178. Si bien que ce n'est qu'au xixe siècle et surtout au début du xxe siècle que l'on peut véritablement associer le phénomène du parasitisme aux couches populaires de la société. Du xive au xvie siècle, et dans une très moindre mesure du xviie au xviiie siècle, l'absence d'hygiène corporelle expose presque tout autant les riches que les pauvres aux morsures des parasites. La théorie de G. Blanc et M. Baltazard, selon laquelle la peste aurait, au début du xviiie siècle, reculé devant les progrès de l'hygiène et l'apparition du pain de savon179 n'est donc guère fondée : l'amélioration réelle de l'hygiène est beaucoup moins précoce.

155La disparité extrême de mortalité entre pauvres et riches lors des pestes des xive-xviiie siècles en Occident ne peut donc pas être expliquée par des degrés contrastés de parasitisme humain, degrés qui ne sont en vérité que très modérément différents.

Masures des pauvres, demeures des riches

  • 180 G. Vigarello, 1985, op. cit., p. 65-66.

156En revanche, les conditions d'habitat opposent puissamment classes populaires et classes bourgeoises et nobles. Les pauvres s'entassent dans des maisons insalubres, dans les secteurs les plus misérables et les plus sales de la ville. Dans ces quartiers, les conditions d'hygiène sont évidemment propices à la multiplication des rats : [...] l'absence de pavé, l'anarchie des écoulements, l'étroitesse des rues y font autant d'obstacles [au nettoiement]. La ceinture de pierre qui entoure les villes rend également les évacuations difficiles. Les ruisseaux stagnent, les boues s'entassent. La seule stratégie est de repousser l'accumulation des immondices et des rebuts. [...] Toutes ces difficultés sont accrues par les dispositifs des latrines privées et publiques. Les latrines privées, très rares, ont presque toutes des fosses à ciel ouvert : lunettes suspendues dans le vide, souvent entre deux maisons ; [...] Les latrines publiques sont en tous points semblables. Lorsqu'elles ne sont pas installées sur des rivières, elles finissent par empester des secteurs entiers [...]180.

  • 181 M. Sankalé, 1945, op. cit., p. 55.

157Ainsi que le résume en une formule M. Sankalé, la peste est bien « la maladie du taudis181 ». L'histoire fournit quantités d'exemples de cette association.

  • 182 B. Hrabak, s.d., op. cit., p. 26.
  • 183 E. Joltrain, 1921, op. cit. p. 67.
  • 184 M. van Ermengem, 1900, op. cit., p. 627, p. 638.
  • 185 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 645.
  • 186 R. Calvert, 1819, op. cit.

158A Skoplje en Macédoine, en 1501-1502, les couches pauvres des villes, mal nourries et mal vêtues, surtout celles logées dans des huttes manquant d'hygiène, étaient beaucoup plus exposées aux maladies que les citoyens aisés [...]182. Même lien entre peste et taudis lors de la troisième pandémie, en Inde, au Sénégal, au Maroc, en ex-URSS, au Kurdistan, à Madagascar, à Malte, en Europe. A Paris, les populations les plus fréquemment et sévèrement atteintes sont celles qui vivent dans des conditions particulièrement défavorables d'hygiène, chiffonniers, habitant des masures malpropres, infestées de rats et de vermine183. A Glasgow, les maisons atteintes sont basses, peu spacieuses et surhabitées [...] et frappent par « l'état de saleté » qui y règne. Les arrière-cours étroites et malpropres [...] servent de réceptacles d'immondices de toute nature184. En Inde, P.-L. Simond observe la préférence marquée de la peste pour les maisons obscures, humides, mal aérées et malpropres ; [...]185. A Malte en 1813, malgré les précautions que prit l'autorité, la peste continua à s'étendre dans toutes les parties de la ville, attaquant principalement les pauvres et ceux qui ont des maisons petites et sales186.

159Ces maisons pauvres et sales, construites avec des matériaux modestes, du bois, du torchis, du chaume, sont particulièrement fragiles et vulnérables, et favorables à l'intrusion des rats. Le solin ou le bâti en moellons non équarris, dans les régions qui permettent l'usage de ce matériau, n'empêche pas le passage des rongeurs par les fissures des murs, par les dessous des portes, par les sols de terre battue, par les greniers souvent directement accessibles depuis l'intérieur. Les plafonds faits de planches disjointes laissent facilement passer par les interstices les puces des rats morts dans ces greniers.

  • 187 Pr. Nikanoroff, « Rapport URSS », in : R. Jorge, 1928, op. cit., p. 106.

160Dans le sud-est de l'ex-URSS, les huttes des Kirghiz, construites de paille et de sable [...] deviennent presque le seul abri pour les souris. [...] On a observé des cas où les souris pesteuses tombaient du plafond dans le foyer ; on les trouvait surtout dans les vêtements, sous les kochmas (sorte de tapis), dans la viande salée, dans les décombres [...]187.

161A Jaffa, au début du siècle, V. Heiser se met en quête des rats susceptibles d'avoir déclenché les foyers pesteux. L'exemple qu'il relate est très significatif de la capacité d'intrusion des rats dans les maisons modestes, et de l'aptitude de leurs puces à s'y disperser. Il fut conduit dans une maison où venaient de mourir dix-sept personnes, sans qu'un cadavre de rat eût été découvert :

  • 188 V. Heiser, 1938, op. cit., p. 110-111.

Où est mort le premier malade ? demandai-je ?
On m'indiqua un lit appuyé au mur, dans une pièce du sous-sol.

—Un marteau, je vous prie.
Armé de cet outil, je sondai les parois, écoutant attentivement la répercussion du son. J'allais rnattaquer à une large crevasse que j'avais remarquée au-dessus du lit quand mon collègue m'arrêta.

Vous ne connaissez évidemment pas nos constructions locales, me dit-il, nous n'avons pas de murs creux ici.
[...] Peu d'instants suffirent et les ouvriers mirent au jour une excavation dans laquelle reposait le cadavre d'un rat.
—La puce a passé par la lézarde, expliquai-je aux assistants.
—Vous semblez avoir raison, admit le fonctionnaire, mais que pensez-vous de ce cas-là, me demanda-t-il en me conduisant à un étage supérieur où il me montra un lit placé juste au milieu de la pièce.
Regardant le plafond, j'y découvris une autre crevasse.

—Envoyez un homme au grenier, il trouvera un rat mort ici, dis-je, en indiquant une tache suspecte au-dessus du lit.
On rapporta le corps du délit
188.

  • 189 J.-N. Biraben, 1971, op. cit., p. 314.
  • 190 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 645.

162En Occident médiéval et moderne, les demeures des nobles et des bourgeois constituent des habitats bien plus étanches, peu faciles d'accès aux rats et moins à même de les attirer : les cours et les sols intérieurs sont carrelés ou pavés, les murs sont de pierres équarries et jointoyées, ou de briques liées au mortier, les surfaces intérieures sont enduites, les plafonds sont épais, les entre-poutres sont isolés des combles, les toits sont de tuiles ou d'ardoises, les parties d'habitation sont éloignées des dépôts d'ordures, et celles-ci sont évacuées. La qualité de la construction des pignons fait obstacle au passage des rongeurs de greniers en greniers mitoyens. Les contacts des occupants de ces maisons avec les rats se trouvent donc de fait extrêmement limités. C'est ainsi qu'en Europe dans les quartiers aisés, seules sont atteintes les maisons des personnes particulièrement exposées : médecins ou commissaires de quartier189, ou qu'en Inde, dans les habitations européennes, la propreté des appartements, l'isolement des cuisines et des logements de domestiques sont des conditions peu faites pour attirer les rongeurs ; aussi les attaques d'Européens ont été exceptionnelles dans toutes les villes. [...] Tous les natifs riches [...] qui habitent des bungalows pareils à ceux des Anglais et vivent dans des conditions analogues n'ont fourni nulle part une proportion d'atteints plus forte que les Européens190.

163Aussi, dans l'Europe des xive-xviiie siècles, à degré de malpropreté corporelle et de parasitisme humain quasiment comparables entre les populations pauvres et les gens aisés, les conditions d'habitat creusent un immense fossé entre les uns et les autres. Les masures insalubres et fragiles des premiers attirent les rats, permettent leur installation dans l'habitat et leur circulation au sein les logements accolés ; les maisons étanches des seconds isolent les occupants d'un contact avec les rongeurs. Ce critère de présence/absence du rat et de sa puce paraît donc devoir rendre compte au premier chef de la vulnérabilité des classes populaires aux attaques de la peste, tandis que nobles et bourgeois en sont abrités.

  • 191 D. Defoe, 1722, op. cit., (trad. pers.).

164Un argument épidémiologique non négligeable vient confirmer ce fait : lorsqu'un médecin, un échevin, un homme de loi, est atteint de la maladie — et l'on sait que ces cas furent très fréquents au sein de la haute société — cette victime, susceptible de déclencher quelques cas autour de lui, ne génère jamais un nouveau foyer épidémique dans son quartier, en dépit de ses nombreuses puces d'homme, alors infectées à sa mort, et de celles portées par tout son entourage. A l'inverse, un nouveau foyer s'étend dès lors qu'une masure insalubre est touchée : les rats, passant de greniers en greniers, infestent rapidement la zone entière, comme par exemple à Marseille en 1720, dans la rue populaire de l'Escale. Il est également assez fréquent de voir, au retour d'un religieux venu visiter un malade, l'épidémie dévaster le couvent. Les édifices religieux collectifs étaient, pour nombre d'entre eux, beaucoup plus modestement construits et moins bien entretenus que les demeures particulières des riches. La présence connue des chats dans les monastères témoigne de la lutte qu'on y menait contre les rongeurs. Ces chats, instruments privilégiés du combat contre les rats, sont aussi très nombreux chez les pauvres, révélant le degré d'infestation des maisons : ainsi à Londres, en 1665, il y avait peu de maison sans un chat, certaines en avaient plusieurs, parfois cinq ou six [...]191.

165La peste, maladie des pauvres, est donc bien en effet la maladie des taudis. Aux xive-xviiie siècles, ce n'est guère la densité du parasitisme humain qui crée l'inégalité entre les couches sociales face à la maladie, mais bien la qualité de l'habitat et le degré de sa fréquentation par les rats.

L'énigme de l'épizootie cachée

166Reste enfin un argument sérieux que proposèrent les défenseurs de la contagion par la puce humaine : s'il faut, pour qu'une épidémie se déclenche, qu'elle ait été précédée par une épizootie murine, où se trouvaient alors les rats morts que les chroniques anciennes d'Occident ne mentionnent pas ? Et est-il concevable que de telles épizooties aient pu ne pas être vues, ni consignées, par les contemporains ?

  • 192 G. Blanc, 1956, op. cit., p. 540.
  • 193 A. A. Proust, 1897, op. cit., p. 6.

167Cette absence de témoignages est bien sûr mise en avant par G. Blanc et M. Baltazard : Les anciens n'ont jamais incriminé le rat et, a fortiori, les puces, comme pouvant jouer un rôle dans la transmission de la peste [...]192. D'autres chercheurs, bien avant eux, s'étaient penchés sur cette étrange carence, ainsi le Dr Proust écrivant dès 1897 : [...] la mort des rats n'a pas été signalée dans les épidémies du Moyen Age193.

  • 194 D. Herlihy, La peste noire et la mutation de l’Occident, conférences prononcées à l’Université du (...)

168Cette réelle énigme est encore récemment posée par D. Herlihy et le conduit à envisager une absence d'épizooties : Il reste cependant bien des points d'interrogation. Le plus grave peut-être concerne une particularité de l'épidémiologie bubonique que les sources ne signalent pas. A ma connaissance, aucun chroniqueur occidental ne parle de l'épizootie, occasionnant le mort en masse des rats, qui aurait dû précéder et accompagner la peste humaine. [.] Des épizooties très nettes ont été observées lors des épidémies en Chine et en Inde. A Canton, en 1894, un témoin rapporte que « les rats [...] sortaient de leurs trous même en plein jour, s'écroulaient dans un état d'hébétude et mouraient. » [...] Dans La Peste, roman d'Albert Camus sur les ravages d'une épidémie dans une ville d'Afrique du Nord, le signe avant-coureur de ce qui va frapper les hommes est la maladie et la mort des rats. Mais ce présage est omis dans les témoignages sur les manifestations répétées du fléau en Europe au cours des siècles — à moins qu'il ne se soit pas produit ?194

  • 195 Cette suggestion, typique des développements fantasmatiques auxquels donne lieu l’histoire de la p (...)
  • 196 Dans le même registre que précédemment, cette théorie sur Ebola fut encore tout récemment émise da (...)

169De là à envisager une peste sans mort de rats, et donc une pure transmission par la puce humaine, le pas est vite franchi. Parfois même, cette « absence » de rats morts a fait conclure par certains que la peste historique ne fut pas la peste, mais une autre maladie non identifiée : ainsi anthrax, fièvre pourprée, tuberculose, agent infectieux restant à déterminer195, et même un virus de type Ebola196 ont été proposés par des chercheurs en quête d'exceptionnel et déniant l'existence des épidémies de peste en Occident.

170L'absence de témoignage d'épizooties en Occident est donc singulièrement troublante, et sème le doute.

Les mœurs du rat noir en Occident

171En Orient, les épizooties avaient été depuis longtemps repérées comme un signe annonciateur du fléau. On oppose souvent cette connaissance ancienne qu'avaient les populations d'Asie du symptôme avant-coureur de la mort des rats, qui déclenchait la fuite des habitants, et l'étrange ignorance des peuples occidentaux vis à vis de ce phénomène, durant toute la seconde pandémie.

  • 197 Avicenne (980-1037), Liber Canonis, Basel, IV, 1°, 4, 1556 : Et de eis quae significant illud est (...)
  • 198 Joannes Filius Mesue, ou Mesué Yahiah ben-Hamec, ou encore Jean Mesué de Damas (928- 1018), Liber (...)

172A cet égard, le plus célèbre des textes orientaux est sans nul doute celui du médecin persan Avicenne, au début du xie siècle : Et parmi ces signes annonciateurs, tu vois des rats (/souris) et des animaux qui habitent sous la terre fuir vers la surface et souffrir, c'est-à-dire se déplacer de-ci et là comme des animaux ivres197. Son disciple Joannes Filius Mesue écrit dans le même esprit, mais sans citer explicitement les « mures » : Tu verras les animaux nés de la corruption se multiplier dans la terre, comme sont les vers, les grenouilles et les mouches ; et si la cause en est souterraine, tu verras les reptiles habitant les cavernes sortir vers la surface de la terre et abandonner leurs œufs et parfois mourir. Et si la cause en est céleste, il en sera de même des oiseaux198.

  • 199 Wu Lien-Teh, J. W. H. Chun, R. Pollitzer, et C. Y.Wu, Plague, 1936, op. cit., p. 5.

173Souvent cité également, le passage du livre indien sacré, le Bhagavat Purana (v. xiie siècle), qui décrit la maladie chez l'homme et chez le rat et conseille d'abandonner les maisons où des rongeurs morts ont été découverts199.

  • 200 Nicephorus Gregoras (1295-1360), Corpus script. hist. byzant., XIX, 2, (éd. princeps 1562, H. Wolf (...)

174Egalement fameux est le texte de Grégoras Nicéphore, historien byzantin, décrivant la peste de Constantinople en 1347 : Au vrai, cette maladie, tout au long, ne frappait pas seulement les hommes ; mais même parfois les autres animaux qui passent leur vie et habitent avec les hommes ; les chiens, dis-je, et les chevaux et les espèces d'oiseaux de cette sorte ; même les rats (/souris) eux-mêmes, qui d'aventure se cachaient dans les murs des maisons200.

  • 201 Shih Tao-nan, (trad. pers.), cité in : N. Duplaix, « Fleas : the lethal leapers », National Geogra (...)

175Dans le Yunnan, le poète chinois Shih Tao-nan écrit en 1792, peu avant de mourir de la peste : Peu de jours après la mort des rats, les hommes disparaissent comme des murs qui tombent !201

176Mais les Occidentaux, il est vrai, n'ont jamais témoigné de manière aussi claire de la mort des rats. Cependant, cette ignorance n'induit pas nécessairement l'absence d'une épizootie, mais au moins l'absence d'une épizootie visible, ou tout au moins ostensible, remarquable.

Le rat noir en Occident : un commensal obligé de l'homme

177Le contraste entre l'ignorance occidentale et le savoir oriental coïncide avec un contraste climatique : le rat noir est un animal des zones chaudes et il est un intrus importé en Europe. Autant peut-il vivre librement sous les climats asiatiques et africains, se déplaçant de village en village, s'éloignant des habitations, aménageant des terriers, pullulant dans les champs de céréales, autant en est-il biologiquement incapable sous les latitudes froides de l'Occident. Sur ce continent, et hormis dans une certaine mesure sur la frange littorale de la zone méditerranéenne, le rat noir est condamné à vivre en intérieur. Il ne creuse pas de terriers mais recherche la chaleur indispensable des habitats des hommes, y édifiant ses nids, et ne s'éloignant pas des bâtiments de plus de deux cents mètres.

178Le rat à l'état libre, vivant en extérieur, est une image ordinaire des pays chauds. En Europe, il est au contraire devenu un animal d'intérieur, un strict commensal de l'homme : il y est donc bien plus difficilement visible.

Des nids discrets

  • 202 D. Schilling, D. Singer et H. Diller, Guide des Mammifères d’Europe, Delachaux et Niestlé, Neuchât (...)
  • 203 J. Jitta, « Rapport Pays-Bas », in : R. Jorge, 1928, op. cit., p. 85.

179Mais le rat est pourtant bien là, dans les greniers, dans les entrepôts, dans les moulins, dans les abattoirs où il s'abrite. On peut donc estimer que l'épizootie murine, si elle ne pouvait être observée sur des rats titubant dans les rues, comme le fit Avicenne, aurait dû être aisément constatée au sein des habitats. Mais dans ces bâtiments qu'il colonise, le rat noir se dissimule également : sa vie est essentiellement nocturne, ses nids sont édifiés dans les hauteurs, hors de la vue et de la portée des hommes. C'est un excellent grimpeur et un non moins bon foreur ; il loge dans les greniers et les combles, aménageant les nids dans les hauts de charpentes, dans les croisées des poutres, entre les tuiles, derrière les cloisons, dans les anfractuosités des murs de terre ou de pierre ; en milieu méditerranéen il peut s'établir dans les hauteurs des arbres202. Citons cet exemple recueilli dans une grande ferme du Limbourg (Pays-Bas) : Le rat noir se trouvait au-dessus du sol, sans qu'il ait été rencontré dans les chambres habitées. Ses nids étaient au-dessus des étables, des magasins de denrées alimentaires, dans un garage, un magasin de pommes de terre, un grenier, au-dessus d'un réservoir d'eau, en un mot un peu partout, mais toujours au-dessus du sol203.

Se cacher pour mourir

  • 204 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 335.

180Intervient un troisième facteur important à mettre au compte de « l'invisibilité » du rat mort : le rat malade adopte un comportement particulier et sa tendance est de se cacher pour mourir. Aussi peut-on concevoir qu'il soit très difficile d'assister à la mort massive des rats, se dissimulant derrière les murs, dans les crevasses, derrière les lambris, dans les hauts des édifices ou dans les toitures elles-mêmes. J.-N. Biraben, abordant cette énigme de « l'épizootie manquante » souligne cet argument éthologique : Ch. Carrière qui, pour son ouvrage si instructif sur Marseille, ville morte, a dépouillé des milliers de documents, déclare qu'il n'a jamais trouvé une seule mention de rat, et nous n'en sommes pas surpris. [...] Si les hommes de cette époque n'ont pas remarqué de mortalité anormale chez les rats, c'est peut-être parce que ceux-ci, qui étaient des rats noirs vivant dans les greniers, vont, à l'inverse des rats gris qui sortent de leurs caches, mourir loin des hommes dans des endroits hauts et inaccessibles ; c'est du moins une hypothèse que nous pouvons faire204.

  • 205 Wu Lien-Teh et al., 1936, op. cit., p. 8-9 (trad. pers.).

181Même sous les climats chauds, la visibilité de l'épizootie n'est pas toujours possible et seules des prospections ciblées permettent alors de la déceler. Ce que résume Wu Lien-Teh : On pourrait citer des exemples actuels où la population dans son ensemble et même le corps médical pensait que la peste des rats était absente, et cependant l'épizootie fut démontrée par une recherche appropriée205.

  • 206 M. Sankalé, 1945, op. cit., p. 33 et p. 37.

182C'est ainsi que M. Sankalé se heurte au problème des rats cachés au Sénégal : Comment se comporte le rat dans la production d'épidémies ? D'abord, le rongeur malade, sauf s'il survient une épizootie brutale, reste dans son terrier et y attend sa fin. Le piégeage [.] ne donne aucune notion intéressante du degré de l'infestation murine. [...] la peste murine n'apparaît pas obligatoirement si l'on ne s'oriente pas vers la recherche systématique des rats crevés dans leurs terriers206.

  • 207 V. Heiser, 1938, op. cit., p. 95, p. 110-112.

183De même V. Heiser, à Jaffa, finit par dénicher les invisibles rats morts, mais à la suite de prospections logiques et obstinées : Au cours de mes études sur le rat, je ne fus jamais capable de résoudre l'énigme de sa fin. Il semblerait que cet animal, en mourant, se transporte tout entier dans le grenier céleste. L'exactitude des statistiques ne saurait être contestée. Or, on estime que dans chaque ville du monde il y a un rat par deux personnes. Un jour, à Manille, je résolus d'élucider ce mystère. Manille comptait alors trois cent mille habitants. En prenant seulement cinq années comme moyenne de la vie d'un rat, on obtiendrait le chiffre mensuel de deux mille cinq cents bêtes dont la mort serait due à des causes naturelles. L'équipe chargée de la destruction de ces animaux — plus de trois cents hommes — trouva rarement les cadavres de bêtes qui — cela ne faisait aucun doute — étaient mortes, après avoir absorbé du poison ou dont la fin avait certainement été accidentelle. Qu'étaient devenus ces cadavres ? Ma curiosité étant éveillée, je voulus approfondir la question. Je postai des inspecteurs aux fours crématoires où, chaque jour, l'on brûlait des monceaux de déchets, d'ordures, de balayures ; ils examinèrent eux-mêmes le contenu des poubelles ; en un mois, ils ne découvrirent qu'un seul rat. [...] Il était évidemment possible qu'un certain pourcentage fût mort dans des lieux inaccessibles [...]. La peste s'était déclarée en Palestine, mais on n'avait pas trouvé de rat mort au cours de l'épidémie. Les recherches de V. Heiser l'amenèrent à découvrir, point par point, des carcasses de rats à proximité des pestiférés, dans l'excavation d'un mur, dans un grenier, ou dans un terrain vague dans lequel s'entassait un monceau de décombres provenant de la démolition d'une maison : [...] des ouvriers arabes, mandés sur mon ordre, les ayant jetés bas, mirent au jour un plancher en bois sous lequel gisaient des centaines de rats morts207.

  • 208 F. Akrawi, 1928, op. cit., p. 49, p. 77.

184F Akrawi se trouve confronté, lui aussi, à l'ignorance des habitants et à l'absence de toute déclaration de rats morts, en Mésopotamie : [...] l'année 1919 connut une attaque assez forte de peste, précédée elle-même par une mortalité très élevée parmi les rats [...]. En Mésopotamie comme partout ailleurs, il est amplement démontré que les épidémies de peste sont toujours précédées par des épizooties murines plus ou moins marquées [...]. Mais il est très regrettable que ces faits soient ignorés par la plupart des habitants qui rarement ont déclaré jusqu'à présent avoir trouvé des rats morts en grand nombre dans leurs maisons208.

  • 209 H. H. Mollaret, comm. pers.

185H. H. Mollaret témoigne dans le même sens : lors des ses travaux de terrain, il rencontra souvent, en Afrique, au Brésil, l'ignorance ou l'indifférence des populations à l'égard des découvertes de rats morts. A Madagascar, en ville, on ne voyait pas de cadavres de rats dans les rues, pourtant non entretenues. Mais des prospections permettaient de les découvrir dans les décharges publiques209.

186C'est ainsi que, même sous des latitudes chaudes, les rats morts ne sont pas toujours aisément visibles, ni non plus repérés ou mentionnés par les habitants.

  • 210 G. Gueniot-Le Minor, 1981, op. cit., p. 20-21.

187On objectera qu'en Europe, lors de la peste de 1920 à Paris (ou des pestes des années 1920 à Barcelone), l'épizootie fut dûment constatée : Les habitants de ce quartier avaient remarqué une augmentation inhabituelle du nombre de rats, et qu'un grand nombre d'entre eux mouraient210. On est en droit de se demander pourquoi cette observation fut possible en 1920, émise par les gens du peuple qui n'étaient pas plus informés de la dangerosité des rats que leurs ancêtres du Moyen Age, mais qu'elle ne fut pas faite par les chroniqueurs des siècles antérieurs. Ici intervient un facteur essentiel : le rat du xxe siècle n'est pas celui des xive-xviiie siècles ; c'est le rat surmulot, Rattus norvegicus, qui est devenu le rat de l'Europe contemporaine. Pénétrant en Occident vers 1720, il supplanta rapidement son rival le rat noir, Rattus rattus, et c'est lui qui, au xxe siècle, règne désormais exclusivement dans les villes et majoritairement dans les campagnes. Or le comportement du rat surmulot diffère de beaucoup de celui du rat noir : moins bon grimpeur, très bon nageur, son aptitude à l'eau lui permet de se diffuser dans les sous-sols, dans les caves et les égouts ; excellent rongeur, capable d'attaquer le béton, la brique, l'aluminium, le zinc et l'étain, il circule souterrainement sans guère d'obstacle. Ce rat est plus apte à surgir à l'extérieur, si nécessaire, d'autant qu'il ne redoute pas l'homme. Très agressif, il peut lui faire face et l'attaquer sans crainte. Le surmulot est donc plus voyant que son congénère, le rat noir. Ces raisons expliquent sans doute la plus grande visibilité de l'épizootie du xxe siècle en Europe, les cadavres se rencontrant sur les décharges, au sol des caves et des entrepôts.

188Mais c'est le plus discret Rattus rattus qui était le rat exclusif des temps médiévaux et modernes en Europe. Sur ce continent, ses mœurs jouent en faveur d'une épizootie assez difficilement décelable.

  • 211 Wu Lien-Teh et al., 1936, op. cit., p. 8-9 (trad. pers.).

189D'autre part, l'ignorance où étaient les populations d'Europe d'un lien quelconque de la peste avec ce rongeur, et la grande habitude de sa proximité laissent croire que la trouvaille éventuelle de rats morts laissait les habitants insensibles. L'indifférence totale à l'égard des cadavres de rats est démontrée par les fouilles archéologiques : leurs restes éparpillés sur les sols d'habitat indiquent qu'on ne prenait pas la peine d'écarter leurs carcasses, peu à peu disloquées par les piétinements et se mêlant aux déchets de cuisine. On les retrouve sommairement jetés dans les fosses-dépotoirs, parmi les débris alimentaires, très rarement intacts, à la différence des chats par exemple, comme si leurs corps avaient été généralement évacués après décomposition, avec le tout-venant des balayages. Rien dans les sites archéologiques n'indique jamais qu'on ait pris soin d'emporter les dépouilles des rats dès leur découverte. Leurs ossements dispersés se mêlent tout naturellement aux rebuts de la vie quotidienne, s'enfonçant peu à peu dans les sols de terre battue, se confondant avec les détritus ordinaires. Ce rongeur, pas plus que l'abondante souris, ne semble intéresser les hommes à aucun titre, si ce n'est pour défendre les réserves contre ses déprédations. Il est très rarement fait mention de lui dans les textes anciens et l'iconographie ne lui laisse guère de place. Une épizootie parmi les bêtes d'élevage, ressource vitale, eut certainement provoqué nombre de témoignages. Mais la mort du rat, ni redouté, ni emblématique, ni précieux à aucun titre, et sans doute très peu voyante en masse, ne suscitait pas nécessairement le besoin d'un commentaire. L'opinion de Wu Lien-Teh va dans ce sens : Dans la vieille Europe, de nombreux facteurs militaient à l'encontre de telles découvertes [de rats morts]. Liston, par exemple, fit remarquer que « Quand on trouvait des rats morts, le phénomène était associé à des causes accidentelles [...] ; la mortalité parmi les rats était, bien sûr, un sujet d'importance très mineure comparé à la mort ou à la maladie du bétail, et c'est pourquoi elle fut rarement consignée »211.

190L'invisibilité de l'épizootie est donc très plausible en Occident, en raison du comportement particulier du rat noir sous ces climats. Cette invisibilité naturelle était accrue par la très probable insouciance des hommes à l'égard des cadavres de ces rongeurs.

Les témoignages de la mortalité des rats en Occident

191Malgré tout, il n'est pas exact de dire que les rats morts ne furent jamais mentionnés par les chroniqueurs ni que des liens ne furent pas, parfois, établis entre leur mortalité, associée aux signes de pestilence générale, et la maladie des hommes. Quelques textes témoignent de telles observations.

  • 212 mures : rats ou/et souris.
  • 213 Strabon (58 av. J.-C.-21/25 ap. J.-C.), Geographica, partie I, Livre III, cité in : R. Abel, 1901, (...)

192Au tout début de notre ère, Strabon fait état d'une relation entre rats et peste en rapportant qu'en Espagne, les rats (/ souris)212 donnaient fréquemment naissance à une peste, et que les Romains, au cours d'une épidémie de peste dans la région cantabrique, avaient publié une proclamation selon laquelle des primes seraient offertes pour leur destruction213.

  • 214 Gilles Le Muisit, ou Aegidius Mucidus (1275-v. 1352), Corpus Chronicorum Flandriae, de Smet, 1837, (...)
  • 215 Le dictionnaire Gaffiot donne pour murilegus : « qui prend les souris ».
  • 216 R. Abel, 1901, op. cit., p. 102.

193L'historien Gilles Le Muisit214 narre dans ses Chroniques les événements survenus dans les Flandres de 1298 à 1352. Il est connu pour avoir signalé, lors de la peste de 1349, que même des chiens et des rats seraient morts dans de nombreuses demeures. Mais R. Abel, reprenant Haeser, estime que cette traduction des mots de Le Muisit (Et in multis domibus canes etiam et murilegi moriebantur [.]) est erronée et que les murilegi ne sont pas des rats mais des « ramasseurs de rats », c'est-à-dire des chats215, association d'ailleurs beaucoup plus logique avec les chiens prédédemment cités216. On ne peut que souscrire à cette erreur de traduction et écarter le témoignage mal interprété de Gilles Le Muisit.

  • 217 Giovanni-Michele Savonarola (1384-1461), Trattati in volgare della peste a dell’acqua ardente, Mil (...)

194Dans la première moitié du xve siècle, le médecin italien Savonarola217 rapporte que beaucoup de rats/souris sont trouvés morts à la surface de la terre, que se multiplient les grenouilles, les rats/souris [« mures »], les mouches, les punaises, et les animaux de cette sorte qui naissent de la putréfaction ; [.] que les rats/souris et les autres animaux fuient les lieux souterrains qu'ils habitent [...] que les oiseaux désertent leurs nids [...]. Ce sont les signes qu'une pestilence est dans la terre parce que les animaux qui ont l'habitude d'y coucher fuient leurs lieux d'habitation et vont ailleurs et en cherchent d'autres. De plus, parmi ces animaux, la plupart d'entre eux sont retrouvés morts à la surface du sol.

  • 218 David Herlicius (1557-1636) Consil. politico-physicum…, Zittau, 1680, cité in : R. Abel, 1901, ibi (...)

195Vers 1621, David Herlicius, médecin et astrologue allemand, signale peut-être de manière indirecte cette mort des rats en temps de peste. Il déconseille de jeter sur le fumier ou dans les rues les cadavres des poules, des chats, des rats etc., comme on le faisait ordinairement ; parce que leur puanteur corromprait l'air et favoriserait la peste218.

  • 219 I. de Diemerbroeck, 1646, op. cit. : Si forte hic vel illuc avec quasdam domesticas, vel etiam non (...)
  • 220 Ibid, p. 111.

196Fin observateur de la peste de 1636-1637 à Nimègue, Isbrand de Diemerbroeck, médecin hollandais, s'exprime en témoin réaliste et insiste sur le fait que les animaux domestiques échappent à la peste219. Puis, détail significatif, il relate que plus de quarante cadavres de rats furent jetés dans un puits au cours d'une seule nuit à Nimègue et, sans faire le lien avec la peste, il suppose qu'ils sont morts empoisonnés et conseille de veiller à la salubrité des puits220.

  • 221 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 76.
  • 222 Ibidem, p. 239-240.

197Le Dr Ranchin, médecin à Montpellier en 1640, revient sur le thème des rats plusieurs fois, exigeant lui aussi que l'on cesse de jeter des rats morts par les fenêtres, indication peut-être évocatrice d'une épizootie dans les maisons : Tous les habitans demeureront obligez en leur particulier, de tenir leurs rues, & leurs maisons nettes, & ne sera permis à aucun serviteur, ou servante, de jetter des cheins, chats, & rats morts, & autres ordures aux encognures des rues, à peine de l'amande, & du fouët, si besoin est221. Plus loin, à propos de la désinfection des maisons, il évoque plus précisément une mort inhabituelle des rats : [...] Sçavoir, si l'on se doit servir des medicamens veneneux en la desinfection ; par exemple de l'arsenic, de l'orpigment, de l'antimoine, & semblables. Plusieurs soustiennent la partie negative, d'autant (disent ils) que les vapeurs veneneuses qui sortent de ces drogues là sont comme mortelles à ceux qui les reçoivent, si bien que les serviteurs des desinfecteurs courroientfortune de leur vie en les employant : & pour faire voir le danger, c'est que tous les rats qui se treuvent dans les maisons que l'on parfume avec des mixtions de ces drogues vénéneuses, meurent s'ils ne s'enfuyent dans les maisons voisines. [...] Les autres au contraire, se servent heureusement de ces drogues aux derniers parfums, sans aucun danger : Et cette opinion me semble la meilleure, puisqu'elle se treuve favorisée de la raison, & confirmée par la practique222.

  • 223 Ibid., p. 258-259.
  • 224 Ibid., p. 271.
  • 225 Ibid., p. 325-326.

198Ranchin n'oublie pas non plus les rats parmi les nombreux animaux susceptibles de « conserver l'infection » : Nous dirons donc, que tout ce qui peut recevoir, & conserver l'infection en temps de Peste, soit au dedans des maisons, soit au dehors, sont, l'air general, & celuy qui est dans les maisons : les hommes, & les femmes, les animaux, comme sont chevaux, mulets, asnes, chiens, chats, rats, &c223. L'idée que les rats peuvent porter l'infection de maison à maison est défendue par « plusieurs » médecins et par les désinfecteurs eux-mêmes, et Ranchin y souscrit : C'est une question curieuse qui regarde l'asseurance des habitans, qui se sont retirez de bonne heure, & qui ont abandonné leurs maisons sans garde, après les avoir bien fermées. Les maistres desinfecteurs, qui veulent mettre le nez par tout, disent que de telles maisons ont besoin d'estre parfumées. La raison semble favoriser leur opinion, & plusieurs Medecins le croyent. Ils disent que les vapeurs infectes estant penetrantes, se peuvent glisser dans les maisons par le moyen de l'air, & des vents, & s'attacher à quelques meubles. Apres ils representent que les rats, & les chats qui vont de maison en maison, peuvent porter l'infection, & la communiquer aux lieux où ils se reposent, comme sont les licts, les chaires, & autres choses. Pour moy j'estime que ces raisons sont à la verité considerables [...]224. Enfin, ses conseils pour assurer la désinfection confirment la présence ordinaire de rongeurs dans les crevasses des murs en mauvais état : On entrera après dans les maisons, pour y faire les premiers parfums, fermant les fenestres. On fermera tous les trous des souris & autres crevasses des murailles, & enduira-on de mortier des murailles fort rabotteuses, & ruinées225.

  • 226 C. Creighton, A History of Epidemics in Britain from A.D. 664 to the Extinction of Plague, Cambrid (...)

199Une épizootie est décrite en 1645 en Angleterre, à Leeds, par Creighton qui rapporte que l'air était si chaud et infectieux qu'on dit que les chiens, les chats, les souris et les rats moururent et que plusieurs oiseaux tombèrent morts en volant au-dessus de la ville226.

  • 227 Rivinus, Dissertatio de Lipsiensi peste anni 1680, Leipzig, 1681 : Scio puellas a cane, mulierem a (...)

200Rivinus relate l'épidémie de Leipzig en 1680 et expose que d'autres auteurs ont signalé que les chats et les poules étaient sensibles à la peste mais que lui ne peut rien signaler de précis à ce sujet. Plus loin, il témoigne en revanche : Je sais que des jeunes filles et une femme, épouvantées, furent déclarées atteintes de peste, les unes par le fait d'un chien, l'autre par le fait d'un rat [« mure »]227.

  • 228 C. von Helwig, ou Hellwig, ou Helvigius (1654-1693), physicien et alchimiste allemand, Consilium m (...)

201Helwig, en 1683, n'établit pas non plus de lien direct entre les rats et la peste et ne les mentionne pas dans son énumération des animaux malades ; cependant il estime, comme Herlicicus, que la multitude des souris/rats etc. peut porter la peste, car, en effet, quand ils meurent et pourissent, ils produisent une puanteur malsaine ce qui cause, entre autres, la peste228. La citation de cette multitude de rongeurs qui meurent est intéressante à deux titres : d'une part parce qu'elle révèle l'existence d'une probable épizootie, d'autre part parce qu'il apparaît qu'Helwig ne s'en émeut pas particulièrement, sauf pour raison de puanteur.

  • 229 G. Orræus, Descriptio pestis quae anno MDCCLXX in Jassia, et MDCCLXXI in Moscua grassata est, St. (...)

202Orrœus, médecin de l'armée, décrit la grande épidémie de 1771 à Moscou. Il signale la disparition des rats et souris, mais aussi des glires, c'est-à-dire des gliridés, loirs ou lérots : Un très grand nombre de gens racontaient, au sujet des oiseaux, que ces petits chanteurs retenus en cage étaient morts dans des maisons infectées et, bien plus, que les rats/souris [« Mures »] et les lérots/loirs [« Glires »], si abondants fussent-ils auparavant, avaient disparu229. Ce texte est essentiel : il signale à la fois que les témoignages nombreux existaient mais aussi que les rats avaient « disparu », c'est-à-dire qu'ils étaient morts sans pourtant que leurs cadavres soient vus. A Moscou, l'épizootie existe donc, mais elle est bel et bien cachée, invisible.

203Dans son récit précis de cette même peste de Moscou, Charles de Mertens ne fait, lui, aucunement allusion à la disparition des rats, contrairement à Orraeus : ceci démontrant qu'une absence de témoignage ne signifie pas une absence du phénomène. Simplement, cette rareté soudaine des rats à Moscou n'a pas été remarquée par de Mertens, ou bien elle ne lui a pas paru un fait digne d'être signalé. Rappelons qu'en 1771, à Moscou, il s'agit déjà probablement de rats surmulots, et non plus de rats noirs (les rats surmulots ayant passé la Volga vers l'Ouest en 1720). Ainsi est-il très possible que les Moscovites aient pu remarquer que les nombreux rats de la ville avaient soudainement disparu. Avec des rats noirs, leur abondance avant l'épizootie aurait été beaucoup plus difficile à observer. L'originalité singulière du témoignage d'Orrœus trouve donc sans doute son explication dans cette modification faunique.

La multiplication des rats et autres rongeurs avant l'épidémie

204Outre ces témoignages, certes rares, qui démontrent l'observation d'une mortalité murine (ou d'une disparition des rats, comme à Moscou), existent de bien plus nombreux textes relatant une prolifération soudaine des mures avant l'épidémie. A défaut d'avoir signalé des rats morts, les chroniques médiévales et modernes ont en effet très largement rendu compte d'un phénomène de multiplication de rongeurs, traditionnellement augmentée de celle d'autres animaux « rampants » et « souterrains », tels les crapauds, les taupes, les serpents, les vers, etc., associés dans l'imaginaire au même monde animal obscur. Ces pullulations sont toujours présentées par les chroniqueurs comme un signe avant-coureur de la peste.

  • 230 J.-C. Beaucournu, 1995, op. cit., p. 235.

205Pour J.-C. Beaucournu, ce rapprochement entre prolifération animale et peste est d'ordre symbolique et non pas réaliste : [...] il est certain que lapullulation de rongeurs (rats, souris, campagnols, gerbilles,...) fut liée à la notion de fléau ou de catastrophe, aussi bien en Chine qu'au Proche-Orient, en Afrique du Nord qu'en Europe. Il semble donc normal que beaucoup de miniatures, gravures ou tableaux, du xive et xve siècle en particulier, associent la représentation du Rat à celle de la Peste : sa présence est tout aussi allégorique que celle de la Mort et de sa faux230.

206En effet, la dimension emblématique et morale de ces textes est indiscutable. Mais la pullulation des rats — et d'autres rongeurs — avant une peste est aussi un fait écologique bien réel, et dont beaucoup d'observateurs ont témoigné pour les temps contemporains :

  • 231 R. Jorge, 1928, op. cit., p. 23.

207Ainsi que le souligne R. Jorge dans son rapport de 1928, L'incidence de la peste sera naturellement influencée tant par la densité des puces sur le rat que par la densité des rats elle-même231.

  • 232 M. Advier, 1933, op. cit., cité in : M. Sankalé, 1945, op. cit., p. 36.

208Au Sénégal, M. Advier, en 1933, se basant sur la densité de l'invasion murine et sur l'abondance exceptionnelle des puces, avait pu prédire la gravité de l'épidémie232.

  • 233 G. Gueniot-Le Minor, 1981, op. cit., p. 64.
  • 234 E. Dujardin-Beaumetz, 1921, op. cit., p. 76.

209A Paris en 1920, La population remarqua avant l'épidémie la multiplication anormale des rats et la présence parmi eux de nombreux cadavres233. Dujardin-Beaumetz la constate objectivement : Depuis la guerre, le nombre des rats a augmenté de manière inquiétante dans la région parisienne : nombreuses sont les plaintes adressées aux Commissions d'hygiène par des personnes demandant qu'on leur indique le moyen efficace de détruire ces rongeurs. [...] les rats, ayant trouvé dans les immondices laissés à leur disposition une nourriture abondante, ont pullulé, grâce à leur fécondité bien connue, d'une façon inaccoutumée234.

  • 235 P. Cartana Castella et J. Gil Collado, 1934, op. cit., p. 77 (trad. J. Muñoz Lacasta).

210Accroissement identique constaté à Barcelone avant l'épidémie de 1923 : Le nombre des rats avait augmenté depuis que les tissus d'une manufacture proche avaient été transportés. [...] Selon l'indication du malade, il y avait des rats en quantité énorme, et c'est à cette période qu'on en avait rencontré beaucoup plus que d'habitude ?235

  • 236 G. Blanc, 1956, op. cit., p. 545.

211Le même phénomène est consigné par G. Blanc au Maroc : En 1939 et au début de 1940 on observait une pullulation des muridés dans la région de Marrakech, d'intensité telle qu'un vaste plan de dératisation fut mis sur pied. Les dégâts causés par les rongeurs étaient tels que les moissons étaient en partie détruites et que les fellahs cherchaient les grains dans les terriers. Leur imagination fut si frappée qu'ils fixèrent le souvenir de cette année des rats par les enluminures des « tarijas ». Quelque temps avant la moisson, une épizootie massive détruisait les cohortes murines et les paysans découvraient d'innombrables cadavres de rats malades, titubant comme ivres, et venant mourir souvent même dans les cours des maisons. Peu de temps après, la peste humaine faisait son apparition236.

  • 237 Nikanoroff, « Rapport URSS », in : R. Jorge, 1928, op. cit., p. 104-105.

212Le Pr Nikanoroff en témoigne également pour les épidémies du sud-est de l'ex-URSS : Une conviction est répandue parmi les Kirghiz : que l'apparition des souris en masse, dans quelque région, annonce que la peste est proche. Plus d'une fois, on a pu constater qu'une grande mortalité parmi les souris précédait la peste. [...] Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que les conditions qui favorisent la pullulation des souris fassent présager des épizooties. A cet égard, on peut constater une coïncidence régulière entre les épizooties pesteuses, puis les épidémies, et les bonnes récoltes d/Agriophyllum orenorium. Cette plante sauvage [.] héberge dans ses innombrables touffes des souris et leur sert de gîte et de nourriture : d'où pullulation et épizootie237.

  • 238 E. Carniel et G. Baranton, « Le retour de la peste », La Recherche, 273, vol. 26, févr. 1995, p. 1 (...)

213E. Carniel et G. Baranton, analysant la situation contemporaine en Inde, proposent pour ce phénomène une explication différente, aux causes finalement inverses. Ce ne serait pas une pullulation réelle des rongeurs qui déclencherait la violence de l'épizootie, mais l'épizootie qui, amenant quantité de rats à fuir en surface, donnerait l'impression d'une anormale multiplication : Quel bilan peut-on faire de la récente épidémie en Inde ? Une pullulation de puces et de rats dans le district de Beed, dans l'Etat du Maharashtra (dont la capitale est Bombay) a alerté les autorités sanitaires indiennes dès le 6 août 1994. Il s'agissait là soit d'une augmentation réelle du nombre de rongeurs soit, plus probablement, d'une augmentation du nombre de rongeurs visibles, puisque ces animaux ont tendance à sortir de leurs cachettes lorsqu'ils meurent de peste. Il en est de même pour les puces qui doivent chercher un nouvel hôte quand celui sur lequel elles vivent meurt238.

  • 239 P.-L. Simond, 1910, op. cit., p. 449.
  • 240 P.-L. Simond, 1910, op. cit., p. 486.
  • 241 P.-L. Simond, 1898, op. cit.

214Une troisième interprétation peut rendre compte de cette apparition des rongeurs en surface. Il s'agit de leur tendance à fuir leurs congénères morts, que P.-L. Simond décrit en Inde : En règle générale, lorsque des rats logés dans une même habitation voient une maladie frapper certains d'entre eux, loin de les dévorer ils les fuient et émigrent à une distance plus ou moins grande, quitte à revenir plus tard239. Pour Simond, ce comportement de fuite détermine le cheminement de l'épidémie : La marche des rats de maison à maison trace le chemin que suivra la mortalité humaine240. Il relève également que, pour les mêmes raisons, l'épizootie déclenche le départ de nombreux rats hors de la localité atteinte : Nous savons qu'au cours de l'épidémie, une grande partie de la population des rats meurt, qu'une grande partie émigre [...]241.

  • 242 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 239-240.

215En Occident, le rat ne vivant pas en extérieur, cette fuite loin des congénères morts ne pourrait s'observer que par une migration des colonies vers les maisons mitoyennes encore épargnées. C'est bien ce phénomène que semble décrire le Dr Ranchin de Montpellier en 1640 : [...] tous les rats qui se treuvent dans les maisons que l'on parfume [...] meurent s'ils ne s'enfuyent dans les maisons voisines242.

216Qu'il s'agisse de l'une ou l'autre de ces trois causes, soit d'une pullu-lation cyclique favorisant le retour d'une épizootie, soit d'une épizootie faisant plus massivement apparaître à l'air libre les animaux malades, ou les poussant à fuir leurs congénères morts, il est certain que la vision d'un nombre anormal de rongeurs, ou de puces, est bien le signe tangible d'une contagion pesteuse.

217Cette réalité naturelle d'une multiplication de rongeurs précédant la peste humaine oblige donc à tenir le plus grand compte des multiples chroniques anciennes signalant cet événement avant la survenue de la peste. A défaut d'une observation d'épizootie, peu ostensible en Occident, ces mentions de pullulation signalent le rapport effectif qui exista, par le passé comme aujourd'hui, entre une épizootie chez les rongeurs et la peste humaine consécutive.

Les témoignages historiques de prolifération des rongeurs « et semblables animaux »

218La liste est très longue, et répétitive, des textes médiévaux et modernes qui font état en Occident de cette brutale profusion animale, ou bien de la fuite, voire de la mort, des bêtes à la surface de la terre, annonçant l'arrivée d'une peste. On ne peut ici qu'en donner quelques exemples. Aux chroniqueurs déjà cités, Savonarola, Creighton, Helwig, on peut ajouter quelques témoignages classiques des xvie et xviie siècles (repris, pour la majorité d'entre eux, de la recension effectuée par R. Abel en 1901).

  • 243 F. Schnurrer (1784-1833), Chronik der Seuchen, Tübingen, 1823, cité in : R. Abel, 1901, op. cit., (...)

219F. Schnurrer, dans sa Chronique des épidémies indique qu'au cours de l'année 1382 aurait eu lieu une peste et une apparition en masse des rats/souris, un phénomène qui déclina subitement à Noël243.

  • 244 Niccolo Massa (v. 1500-1569), De Febri pestilentiali, petechiis, morbilis, variolis et apostematib (...)

220En Italie, au xvie siècle, l'anatomiste Niccolo Massa note que Les signes de la putréfaction de la terre sont la multiplication des animaux qui naissent de la pourriture, comme le sont les rats/souris [« mures »], les grenouilles de terre [.], les serpents et les vers [.]. En effet, cela montre avant tout une putréfaction de la terre, de laquelle on ne doit pas douter que viendra une peste future, et c'est un signe admis de l'opinion vulgaire comme raisonnable que si les animaux qui passent leur vie dans les caches de la terre, comme sont les taupes, les lapins, les lièvres, les renards et tous ceux de cette sorte, fuient les cavités abandonnées ou sont découverts morts par les forêts, les bois ou les prés, alors s'annonce une peste à venir certaine, venue de la corruption de la terre, et cela plus encore si l'on voit les pâturages causer la mort ou devenir insalubres pour les animaux244.

  • 245 Stromer von Aurbach, Regiment, wie sich wider die Pestilenz zu bewahren, Leipzig, 1517, cité in : (...)

221Stromer von Aurbach écrit en 1517 qu'avant la peste apparaissent en nombre exagéré une grande quantité d'animaux infectés, souris/rats, serpents, mouches, chenilles, etc., qui habitent dans les cavités souterraines, parce que la terre s'infecte de la pestilence et qu'ils s'enfuient hors de leurs tanières et viennent et apparaissent souvent et en grand nombre245.

  • 246 Colbenschlag, Ein sehr tröstlich und kurz Regiment wider die Pestilenz, Zwickau, 1525, cité in : R (...)

222Colbenschlag, en 1525, consigne de même : Quand sortent en quantité innombrable des vers et des animaux infectés, comme les serpents, les rats/ souris, les limaces, les chenilles, les mouches et tous ceux de cette sorte, qu'il y a dans l'eau des poissons et des grenouilles morts, à ce moment-là, on doit craindre que ne s'approche la pestilence ou la mort246.

  • 247 Castner, Wie mann sich in Pestilenz-Sterbsläuften bewahren möge, Nürnberg, 1542, cité in : R. Abel (...)

223En 1542, Castner note que, avant la peste, les musaraignes, les taupes, etc. abandonnent leurs tanières247.

  • 248 G. Fracastor, De contagione et contagiosis morbis et eorum curatione, Venise, 1546 : […] animalia, (...)

224Fracastor, en 1550, signale que lorsque la peste menace, [parmi] les animaux qui vivent sous la terre, quelques-uns annoncent ordinairement l'infection alors que beaucoup d'entre eux sortent à découvert hors de leurs cachettes et de leurs propres nids248.

  • 249 Laurent Joubert, De peste liber unus, Lyon, 1566, cité in : G. Mazaraky, 1901, op. cit. et P. Gaff (...)

225En 1566, Laurent Joubert, décrit la menace immédiate que représente la prolifération des puces et des rongeurs : [.] on peut prévoir la peste quand on voit un nombre infini de ces bestions que les Latins appellent insecta, et de puces, punaises, mouches, araignées, [...] ou encore lorqu'on verra les bêtes qui habitent dans des caches et des cavernes, comme font les rats (/souris), taupes, serpents et autres, contraintes de quitter leurs tanières pour se tenir dehors249.

  • 250 Gratiolo di Salo, Discorso di peste, Venise, 1576, cité in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 104.

226Gratiolo di Salo, en 1576, estime la peste est imminente quand [...] les vers et les rats/souris se multiplient250.

  • 251 Ambroise Paré (v. 1517-1590), Traicté de la peste, de la petite vérolle et rougeolle, avec une bri (...)

227Au xvie siècle, Ambroise Paré écrit : On vit distinctement émigrer par grandes bandes des taupes, des crapauds, des vipères, des couleuvres, des lézards, des aspics, des « crocodiles » [...]. Bien plus, on trouva les cadavres de ceux (à savoir des bêtes sauvages) qui ne veillèrent pas sur eux assez promptement et à temps, non seulement asphyxiés dans les galeries par le venin pestilentiel de l'air malin souterrain, mais aussi partout à la surface des champs251.

  • 252 Jean Boeckel (ou Bökel) (1535-1605), De peste quae Hamburgum civitatem, anno 1565, gravissime affl (...)

228J. Bœkel, médecin à Hambourg dans la seconde moitié du xvie siècle, recommande de fuir la peste car les oiseaux, les corneilles, les souris de terre et autres le font aussi252.

  • 253 Thomas Lodge (v. 1555-1625), A Treatise of the Plague, 1603, cité in : G. Mazaraky, 1901, op. cit. (...)

229Thomas Lodge, médecin anglais, décrit la même fuite dans son traité de la peste en 1603 : Lorsque les rats, les taupes et autres animaux qui vivent habituellement sous terre quittent leurs trous et leurs habitats, c'est le signe que des émanations putrides les en chassent253.

  • 254 Herlicius, 1621, op. cit., cité in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 104.

230Herlicius vers 1621, signale comme présage de la peste la multiplication des moucherons, des rats/souris, des mouches254.

  • 255 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 51.

231François Ranchin fait également état de ce présage qu'est la multiplication soudaine de certains animaux, visant nommément les rats « et semblables », et les puces : Tels signes [d'une constitution pestilente] sont, l'abondance extraordinaire des petits animaux, qui s'engendrent de pourriture, comme sont puces, mouches, grenouilles, crapaux, vers, rats, & semblables, qui témoignent une grande corruption, & de l'air, & és humiditez de la terre255.

  • 256 Nathanael Hodges, Sive pestis nuperae apud populum Londinensem grassantis narratio historica, Lond (...)

232Nathanael Hodges, en 1672, affirme que la terre est infectée de sorte que les petits animaux souterrains, les rats/souris, les taupes, les serpents, les lapins, les renards etc., se doutant du mal à venir, désertent leurs cachettes et leurs cavernes et paraissent en plein jour, se soustrayant très prudemment au danger et annonçant par là-même que la peste est imminente256.

  • 257 D. Defoe, 1722, op. cit., (trad. pers.).

233Relatant la grande peste de Londres de 1665, D. Defoe cite les rats parmi les animaux devant être abattus sur ordre municipal et évoque leur « prodigieuse multitude » : On fit tout son possible aussi pour détruire les souris et les rats, particulièrement ces derniers, en répandant du raticide et d'autres poisons à leur intention, et une quantité prodigieuse d'entre eux fut également détruite257. Outre le phénomène d'abondance, le texte de D. Defoe révèle la vive défiance des autorités de Londres envers les rongeurs, et « particulièrement » les rats.

  • 258 Rivinus, Dissertatio de lipsiensi peste anni 1680, Leipzig, 1681 : […] murium agrestium insolita t (...)

234En 1681, Rivinus évoque, parmi les signes annonciateurs de la peste, des bandes insolites de rats/souris des champs [murium agrestium]258.

Imaginaire et réalités

Les animaux des ténèbres

235Certes, les rongeurs sont loin d'être seuls en cause dans cette cohorte d'animaux fuyant la putréfaction de la terre et annonçant ainsi la peste. La liste des espèces énumérées est longue, et pour cause : s'y mêlent tous les animaux associés, dans la pensée médiévale et moderne, à l'idée de corruption et d'obscurité, de mal, dans laquelle vers, serpents, crapauds, espèces nocturnes et fouisseurs se rejoignent. Il pourrait donc être objecté qu'il ne s'agissait pas pour ces médecins et chroniqueurs de décrire des faits zoologiques existants mais seulement d'évoquer, et souvent par « on dit », un cortège strictement fabuleux, stéréotypé et largement recopié, d'animaux des profondeurs frappés par l'infection de la terre, voire issus de celle-ci. La mention des vers, des serpents, des grenouilles et de crapauds, parfois des poissons, est révélatrice de cette amplification mythique et de la fusion entre le réel et le fabuleux.

  • 259 J. Nohl, La mort noire, 1924, op. cit., p. 69, citation non référencée.
  • 260 Olivier de la Haye, Poème sur la grande peste de 1348, 1426, publié d’après le manuscrit de la Bib (...)

236Cette dimension morale est donc évidente et qui plus est « contagieuse », puisque d'autres chroniqueurs adjoignent à cette émergence du monde animal souterrain une corruption des hommes eux-mêmes, par le fait de leur jalousie, de leur haine, de leur manque de confiance, de leur liber-tinage259, autant de signes de perte des valeurs chrétiennes tout autant annonciateurs selon eux d'une peste punitive que la survenue des crapauds. Souvent, l'idée de la putréfaction générale s'étend aussi au monde végétal, les nouveaux grains et nouveaux fruits [étant] corrompus, gâtés et détruits par l'air infect ou mauvais vent260. L'idée de la condamnation divine est toujours là, très prégnante. Dieu abat le fléau sur les humains pervertis et oublieux, et signale l'arrivée du mal punitif par le surgissement de ce règne animal lié aux ténèbres.

237Cette sombre connotation est intimement associée à la terre et à son sous-sol. Elle retentit donc sur le monde animal qui y évolue, particulièrement les « rampants » et les fouisseurs. Le mode de locomotion à ras de terre, c'est-à-dire l'incapacité d'une élévation vers le ciel, est particulièrement déprécié au Moyen Age et les vers, les limaces et les serpents se trouvent donc relégués au plus bas de l'échelle morale des bêtes. Les lézards, les amphibiens, les rongeurs et les insectivores, se déplaçant au ras ou très près du sol, ne sont pas mieux estimés. Le mode de vie souterrain de beaucoup d'entre eux, de la taupe en particulier, toujours citée car elle vit constamment en sous-sol, mais aussi des animaux cavernicoles, de galeries et de terriers, aggrave leur fusion avec cette sphère obscure et diabolique des profondeurs, opposée à la lumière et au monde céleste. Il est donc indéniable que l'insistance sur cette prolifération animale exceptionnelle et sectorielle comporte une puissante implication symbolique.

  • 261 Cependant, les crocodili cités par Ambroise Paré ne doivent pas étonner de la part du fameux chiru (...)
  • 262 P. Delaunay, La zoologie au seizième siècle, coll. Histoire de la pensée, Ecole Pratique des Haute (...)

238Mais il serait erroné de réduire la pensée des xve-xviie siècles à une seule dimension métaphysique. Si le xvie siècle est encore très imprégné de la tradition médiévale, il renoue aussi avec les textes des auteurs antiques en même temps qu'émerge la véritable zoologie naturaliste. Ambroise Paré en est un bon exemple qui, pour partie crédule, n'ose pas encore contester l'existence de créatures fabuleuses ou monstrueuses261 mais, pour partie scientifique, allie la compilation et l'observation de terrain262. Les animaux, s'ils servent de support constant à des représentations mentales et religieuses, sont aussi perçus avec justesse dans leur vérité naturelle, aussi incohérentes peuvent être encore leurs « classifications ». A côté des exempla, où les animaux ne sont pas considérés en tant que tels mais comme des symboles de comportements à méditer dans l'échelle du bien et du mal, à côté d'une interprétation prodigieuse des phénomènes du vivant, proposés comme démonstrations de la puissance divine ou des effets démoniaques, la conscience des realia existe bien : une perception réaliste du monde naturel s'exerce véritablement, sinon dans les terres et les mers lointaines, au moins dans les zones péri-domestiques familières, les champs, les pâturages, les forêts qui cernent l'habitat quotidien.

239Et il est indiscutable que de solides éléments de réalité alimentent les descriptions des chroniqueurs décrivant les signes précédant la peste. Dans ces listes d'animaux, les mures, c'est-à-dire rats et souris ou rongeurs des champs, figurent presque toujours, et parfois, les puces. L'interprétation donnée par les auteurs anciens d'une fuite de la terre empestée est finalement très proche de celle, récente, d'une fuite hors des nids attaqués. L'association systématique aux mures de quantités d'autres bêtes souterraines « & semblables », émergeant hors de leurs tanières et parfois trouvés morts à travers la campagne, ou bien « asphyxiés » dans leurs terriers, n'est sans doute pas non plus d'ordre irrationnel. Ces mentions si nombreuses de prolifération et d'apparition à l'air libre, de galeries à l'abandon, de cadavres en surface des prés, ajoutées aux quelques observations réelles de rats morts dans les maisons, semblent bien confirmer que, si la mortalié parmi les rats noirs fut rarement décelée ou consignée par les contemporains des pestes historiques d'Occident, une épizootie n'en existait pas moins dans la campagne et annonçait en effet, comme dans les temps actuels, l'imminence de l'épidémie.

Une peste sylvatique réelle ?

240Si l'allusion au rat noir est sans ambiguïté lorsque les chroniqueurs évoquent les rongeurs morts dans les maisons, dans les crevasses des murs, ou ceux jetés par les fenêtres ou sur les tas de fumier, l'interprétation du terme mures pose en revanche un problème dès lors que la description se situe en milieu extérieur, agreste, et non plus domiciliaire. La tendance, parmi les défenseurs du rôle du rat dans la propagation de la peste, a toujours été de traduire ce mures par « rats ». Or l'on sait que ce terme est assez vague, regroupant au moins les souris et les rats. D'autre part, les allusions des chroniqueurs anciens à ces mures en fuite sont presque toujours associées à leur mode de vie souterrain et à leurs terriers empestés. Mais, ainsi qu'on l'a déjà souligné, le rat noir en Occident ne vit pas en extérieur et ne creuse pas de terriers. Si bien qu'il serait certainement plus juste de voir décrits sous ce terme de mures, et dans ce contexte de vie souterraine, les rongeurs sauvages des bois et des champs, c'est-à-dire les diverses espèces de campagnols et de mulots plutôt que les rats des maisons. Ces rongeurs sont d'ailleurs parfois plus précisément évoqués, sous le nom de « souris/rats des champs » (mures agrestium) ou « de terre ». Les acompagnent toujours les autres « animaux de cette sorte », également souterrains, soit probablement les autres genres de rongeurs, loirs, lérots, et les insectivores, les taupes et les diverses espèces de musaraignes. Ces dernières, plus aisément différenciables, sont parfois distinguées dans ce cortège et la taupe, un emblème du monde obscur en même temps qu'un animal parfaitement identifiable, est citée preque systématiquement.

241La valeur réaliste de cette liste d'animaux aux comportements annonciateurs est renforcée par son caractère systématique : à côté de ces mures et bêtes semblables figurent, parmi les mammifères, les renards, les lièvres, les lapins, les chauves-souris, les blaireaux parfois. Ce caractère répétitif pourrait être attribué à une compilation dénuée d'objectivité comme elle pourrait révéler l'expression d'une certaine vérité.

  • 263 R. Pollitzer, 1954, op. cit., p. 325.
  • 264 Wilm, « Über die Pestepidemie in Hong-Kong im Jahre 1896 », Hyg. Rundschau, 1897.
  • 265 M. Ogata, 1897, op. cit.
  • 266 G. H. F. Nuttall, « Zur Aufklärung der Rolle, welche die Insekten bei der Verbreitung der Pest spi (...)
  • 267 F. G. Clemow, « Remarks on plague in the lower animals », British med. Journal, 1900.
  • 268 P. Musehold, Die Pest und ihre Bekämpfung, Berlin, 1901, 305 p.
  • 269 ancienne appellation de Glis glis.
  • 270 ancienne appellation de Elyomis quercinus.
  • 271 ancienne appellation de Muscardinus avellanarius.
  • 272 ancienne appellation de Oryctolagus cuniculus.
  • 273 C. Tiraboschi, 1904, op. cit., p. 169-170.
  • 274 R. Jorge, 1928, op. cit., p. 57-58.
  • 275 Ibidem, p. 54.

242En outre, tous ces mammifères décrits sont sensibles à la peste, à commencer par les musaraignes, un fait consigné par R. Pollitzer : Les musaraignes qui vivent au voisinage des rats et qui pénètrent régulièrement la nuit dans les maisons jouent un rôle non négligeable dans la propagation de la peste. On a trouvé qu'elles étaient susceptibles de contracter la peste naturelle dans plusieurs régions d'endémicité. Fait plus important, c'est qu'étant infestées par les ectoparasites du rat, elles peuvent introduire dans les habitations humaines des puces infectées263. C. Tiraboschi, résumant les expériences de sensibilité des divers animaux à la peste effectuées entre autres par Wilm264, Ogata265, Nuttall266, Clemow267 et Musehold268, en conclut que le nombre d'animaux susceptibles de prendre la peste est considérable et que ce sont précisément les Rongeurs, et parmi ceux-ci les Rats et les Souris, qui sont les plus sensibles à la peste. En dehors des Rongeurs, on a trouvé très réceptives quelques espèces de Singes, et même les Chauves-Souris, et plus faiblement les Chèvres, les Porcs, etc. Les Chats, les Chiens, les Chacals et les Moutons ne présentent que des cas exceptionnels de contamination. Les Chevaux et les Bovidés paraissent réfractaires en dehors du laboratoire [...] Les Oiseaux, comme les Reptiles et les Poissons, semblent jouir d'une immunité relative. [...] Parmi les Rongeurs [...], l'Ecureuil (Sciurus vulgarisa, le Loir (Myoxus glis269), le Lérot (Myoxus nitela270), le Muscardin (Myoxus avellanarius271), le Lapin domestique (Lepus cuniculus L. var. domestica272) et surtout le Cobaye domestique (Cavia porcellus), etc., sont tous des Rongeurs sensibles à la peste bubonique273. R. Jorge confirme la possibilité de ces attaques de peste sur des animaux autres que rats et souris en y ajoutant nommément les taupes, les lièvres, les renards et de nombreux mustélidés, tous possibles victimes occasionnelles : Il peut être bon également de parler ici d'une épidémie de peste qui se produisit parmi les rongeurs en 1909-1910 dans l'East-Suffolk. Au cours de cette épidémie, outre un certain nombre de rats notoirement infectées par la peste, on trouva deux lièvres [...], deux lapins [...], un furet [...] et un chat, infectés par la peste. Donc, dans certaines circonstances, les lièvres [...], les lapins [...], les chats [...] et les furets pourraient devenir suspects [...]. A ce sujet, on doit se rappeler que d'autres mammifères à poils, tels que les chauves-souris, les musaraignes, les taupes et différents carnivores (renards, blaireaux, hermines, belettes, putois, martres et autres) sont des porteurs possibles, bien que selon toute probabilité aucun animal de ces espèces ne méritera d'être considéré comme étant une source constante de cas de peste274. Est également sensible le campagnol des champs275.

  • 276 J.-C. Beaucournu, 1998, op. cit., p. 129-130.
  • 277 J.-C. Beaucournu et H. Launay, 1990, op. cit., p. 427.

243Si la puce de rat Nosopsyllus fasciatus parasite majoritairement son hôte primaire, le rat, et secondairement la souris, elle ne dédaigne pas des hôtes sauvages nombreux (J.-C. Beaucournu suggère d'ailleurs que l'hôte primitif de cette puce, avant l'arrivée du rat noir, fut Microtus arvalis, le campagnol des champs276) : les hôtes secondaires de Nosopsyllus fasciatus, qu'elle pique et sur lesquels elle peut vivre sans se reproduire, sont le mulot sylvestre, le mulot à collier, le mulot rayé, le rat des moissons, la souris à queue courte. Ses hôtes plus accidentels sont le lérot, le loir, le campagnol des champs, le campagnol agreste, le campagnol des neiges, le campagnol provençal, le campagnol basque, le campagnol roussâtre, le hamster commun, la musaraigne musette, la musaraigne des jardins, la taupe, la taupe romaine, la belette, le putois, le renard, le lapin, le lièvre et le ragondin (ce dernier introduit tardivement en Occident)277.

244Précisément, cette longue liste des espèces sauvages pouvant héberger Nosopsyllus fasciatus recouvre de manière saisissante le cortège des mammifères touchés inlassablement décrit par les chroniqueurs anciens. Il est donc extrêmement probable que ces mulots, campagnols, loirs, lérots, taupes, musaraignes, lagomorphes, mustélidés et renards aient pu être atteints par la peste, assez intensément pour les hôtes secondaires et épisodiquement pour les hôtes accidentels, via le passage de Nosopsyllus fasciatus depuis les rats morts aux petits mammifères sauvages. Les mulots, musaraignes, loirs, lérots, belettes, fréquentent bien souvent l'habitat humain et sont donc tous susceptibles d'attraper les puces des rats morts et de les colporter à l'extérieur.

245La sensibilité de ces espèces sauvages à la peste d'une part, le fait que la puce du rat les parasite d'autre part, enfin l'habitude de beaucoup d'entre elles de visiter l'habitat humain, rendent presque inévitable le développement d'une zoo-peste sauvage, concomitante et dérivée de l'épizootie sévissant chez les rats domestiques. La description par les chroniqueurs occidentaux du surgissement des animaux souterrains, de leur mort, des terriers à l'abandon, correspond parfaitement aux signes d'une épizootie sévissant parmi les hôtes secondaires de la puce du rat, poussant les animaux à fuir en surface, soit qu'ils soient atteints, soit qu'ils émigrent hors des galeries touchées. De même les mentions des rencontres épisodiques de cadavres de lapins, de lièvres, de renards ou de mustélidés (espèces qui ne sont jamais associées, et c'est un fait remarquable, au phénomène de la « multiplication »), coïncide avec l'atteinte occasionnelle que peuvent subir ces hôtes plus accidentels de Nosopsyllus fasciatus.

  • 278 Ibidem.
  • 279 M. Lucenet, 1985, op. cit., p. 39.

246La puce de l'homme ne parasite aucun de ces rongeurs et de ces insectivores sauvages, non plus que les lièvres. Accidentellement, elle visite la fouine et le lapin. Mais le blaireau, le renard et le loup sont pour elle des hôtes primaires278. Son rôle pourrait donc être évoqué dans une peste sylvatique touchant ces trois dernières espèces. Cependant, s'ils succombent parfois à la maladie, les cas sont toujours rares. On doit ici prendre en compte le mode d'alimentation de ces carnivores : les renards et les blaireaux recherchent des campagnols, des mulots, des musaraignes, et le loup ne dédaigne pas non plus les petits mammifères. Les tendances nécro-phages du loup l'exposent plus encore en temps de peste, lui offrant des proies faciles mais infectées. Il arriva que lors de déplacements d'armées, les corps des pestiférés soient abandonnés en chemin et que les loups s'en emparant meurent de la peste dans les bois, les champs ou aux portes de villes279. Le contact des muqueuses avec une proie malade pouvait assurément déterminer une peste pulmonaire chez ces prédateurs, à l'instar des hommes s'infectant par cette voie lors du dépeçage de camélidés ou de tarbagans pesteux. Ces morts occasionnelles des carnivores reflètent donc sans doute une situation épidémique bien précise : soit la visite épiso-dique des puces de rat infectées, soit une contamination sur des rongeurs ou des insectivores malades.

247Ainsi, tout semble indiquer que les énumérations des signes annonciateurs véhiculées par les textes anciens, pour chargées de symbolisme qu'elles soient, et bien qu'amplifiées par l'imaginaire et la rumeur, n'ont en réalité rien de strictement fabuleux. Elles reposent sur une base sans doute bien tangible, qui coïncide avec des faits épidémiques et entomo-logiques qui ne sont pas douteux.

248La mention d'une prolifération des puces peut être également liée à l'effet d'une épizootie, mais la citation d'autres insecta, des vers, des mouches et moucherons en particulier, n'évoque a priori pas de rapport direct. Il reste que leur multiplication put être évidemment favorisée par le nombre anormalement élevé de cadavres en temps de zoo-peste.

249En revanche, la mention des serpents, des crapauds, des grenouilles, relève sans doute plus d'une extension symbolique que d'une réalité, d'autant que reptiles et amphibiens sont alors particulièrement emblématiques de la luxure et de la corruption. Rappelons pourtant que, selon C. Tiraboschi, l'immunité des reptiles face à la peste n'est pas totale mais relative, de même que celle des oiseaux et des poissons, espèces également citées par les chroniqueurs.

  • 280 E. N. Arnold et J. A. Burton, Tous les reptiles et les amphibiens d’Europe, Elsevier, Paris-Bruxel (...)

250Les reptiles se nourrissent de proies vivantes. Les serpents (couleuvres, vipères) avalent principalement de petits mammifères tels les souris, les campagnols, les musaraignes, des oiseaux, parfois de jeunes lapereaux. La couleuvre à quatre raies (Elaphe quatuorlineata, localisée dans le sud-est de l'Europe) peut dévorer jusqu'à des rats et des jeunes lapins. En outre, les reptiles se cachent dans les crevasses des vieux murs, dans les ruines, dans les broussailles, et certains lézards peuvent se retirer dans des terriers peu profonds ou dans des terriers de lapins lorsqu'ils se sentent menacés (tel l'Acanthodactylus erythurus, le lézard ocellé). Beaucoup d'amphibiens se logent dans des cachettes, sous des pierres ou sous des troncs (les tritons, certaines espèces de salamandres ou de grenouilles), ou bien s'enterrent dans des sols friables ou dans des terriers (le crapaud accoucheur, le pélodyte ponctué, le crapaud commun, le crapaud calamite, entre autres espèces). Les vipères pénètrent également dans les terriers des mammifères pour y chasser280. Ces animaux des crevasses, ces reptiles comme ces crapauds creuseurs ne sont donc pas à l'abri d'une rencontre avec des cadavres de rongeurs morts dans leurs caches. Ils peuvent être de sorte exposés, par le contact ou par la consommation, à d'accidentelles contaminations. Ajoutons que les amphibiens, lorsqu'ils se sentent menacés, peuvent eux aussi soudainement migrer en bandes à la recherche de nouvelles zones d'habitat. Qu'une peste sylvatique ait pu perturber l'ordinaire de la vie des amphibiens et des reptiles, et déterminer chez ces derniers, prédateurs des rongeurs, des comportements hors du commun, entre donc malgré tout dans l'ordre du possible.

La peste occasionnelle des animaux domestiques : chiens, chats et oiseaux

251Est également souvent relatée dans ces chroniques la mort, toujours en petit nombre, de chiens et de chats. L'observation attentive de Diemerbroeck à Nimègue précise bien que les lapins, les porcs et le bétail restent indemnes de peste (Nosopsyllus fasciatus ne parasite pas ces espèces, hormis le lapin), cependant que quelques chiens seulement sont touchés. Ces morts épisodiques sont également très plausibles.

252Au contraire de Nosopsyllus fasciatus, Pulex irritans parasite le chien qui est pour elle un hôte primaire, comme l'homme. Mais dans les villes où ils vivent par milliers, aucune épizootie parmi les chats et les chiens ne se déclenche jamais. Les échevins doivent d'ailleurs partout faire commander de les tuer. On sait par ailleurs que chats et chiens sont réfractaires à une petite quantité de virus. Ces morts épisodiques des carnivores domestiques seraient donc plutôt à attribuer, pour le chat, à son instinct de prédateur des rongeurs et, pour le chien, à ses habitudes nécrophages, les deux espèces pouvant parfois succomber à une infection pulmonaire contractée par voie muqueuse, due à leur contact avec de trop nombreux rats malades ou morts.

  • 281 C. Tiraboschi, 1904, op. cit., p. 169-170.
  • 282 À l’exception de certaines espèces telles le cygne, le paon, les corvidés, non nommément signalées (...)

253Les oiseaux, généralement réfractaires, ne sont pas cependant entièrement à l'abri de la peste281. Les notations anciennes de rares oiseaux morts, espèces ne subissant pas l'anathème moral jeté sur le monde des animaux de terre282, concernent généralement des espèces domestiques, quelques volailles ou quelques chanteurs en cage : Diemerbroeck précise que pendant l'épidémie de Nimègue, la peste n'attaqua ici ou là que quelques oiseaux domestiques. Le cas des oiseaux tombant morts en survolant les villes empestées ressort plus sûrement de l'imaginaire et de la ferme croyance en les théories aéristes sur la corruption de l'air.

  • 283 J.-C. Beaucournu et H. Launay, 1990, op. cit., p. 54.

254Volailles et passereaux ne sont parasités ni par Nosopsyllus fasciatus ni par Pulex irritans, bien que cette dernière puisse accidentellement se trouver sur la linotte mélodieuse (Carduelis cannabina), un oiseau chanteur se prêtant bien à la captivité, sur le fou de bassan et sur le gypaëte barbu283.

255Les décès d'oiseaux chanteurs de maison pourraient donc éventuellement s'expliquer par des transferts en macro-masse de Pulex irritans infectées sur des hommes, un mode de transmission qui serait aussi exceptionnel que pour l'homme et pour les mêmes raisons. Mais une autre piste épidémique, plus intéressante, est fournie par la puce spécifique des passereaux, Ceratophyllus gallinae, qui compte parmi ses hôtes accidentels le lérot, un habitué des habitats humains et, qui plus est, un gliridé sensible à la peste. Encore faut-il préciser que l'unique mention explicite de la mort d'oiseaux en cage est fournie par Orrœus pendant la grande peste de 1771 à Moscou. Or cet auteur est également le seul à signaler expressément la disparition des glires, « si nombreux fussent-ils auparavant » dans Moscou. Cette observation indique clairement que les lérots et les loirs étaient abondants et remarqués dans cette ville et devaient donc largement coloniser l'habitat humain. Qu'en outre ils durent contracter la peste des rats et disparaître avec eux, libérant des Ceratophyllus gallinae infectées. Cette double concordance, propre à la peste de Moscou, d'une disparition des lérots, c'est-à-dire de leur mort en masse, et de la mort concomitante de petits oiseaux chanteurs, établit un lien assez sûr entre les deux phénomènes, que relie entre eux la puce Ceratophyllus gallinae, capable de passer de l'une à l'autre espèce.

  • 284 Ibidem.

256La non-intervention de Pulex irritans dans la mort occasionnelle des oiseaux et la très probable responsabilité de Ceratophyllus gallinae est confortée par l'exemple de la volaille : en effet, Pulex irritans ne parasite pas les oiseaux de basse-cour. Et, de même que le lérot des maisons semble constituer le maillon intermédiaire avec les oiseaux chanteurs, un autre mammifère sensible à la peste pourrait opérer un relais accidentel avec les poules de la basse-cour. On pense évidemment à leur prédateur de toujours, le renard, le familier des poulaillers. Or Ceratophyllus gallinae, la puce des poules, des pigeons et des canards, parasite précisément, outre le lérot et le tard-venu ragondin, le renard, à titre d'hôte accidentel284. Les quelques décès de poules sont donc probablement attribuables au passage dans le poulailler d'un renard malade (éventuellement par peste contractée par la voie muqueuse), y abandonnant des Ceratophyllus gallinae infectées. Les rares mentions d'oiseaux sauvages morts dans la campagne pourraient également s'expliquer par ce même passage des puces abandonnant des lérots ou des renards morts pour revenir sur leurs hôtes spécifiques.

Les troupeaux épargnés

  • 285 I. de Diemerbroeck, 1646, op. cit. : […] nam boves, equi, oves, cuniculi, columbae, porci, aliaque (...)

257Enfin, la mort des porcs et des chèvres, espèces faiblement sensibles à la peste, n'est pas consignée dans ces chroniques de peste et il est même dit au contraire que le bétail reste indemne. Isbrand de Diemerbroeck encore observe avec précision ce fait lors de la peste de 1636-1637 à Nimègue : [...] en effet les bœufs, les chevaux, les moutons, les lapins, les pigeons, les porcs et les autres animaux de cette sorte furent immunisés à tel point que je n'appris pas qu'un seul d'entre eux fût mort de peste [...]285.

  • 286 J.-C. Beaucournu et H. Launay, 1990, op. cit., p. 54.
  • 287 R. Pollitzer, 1954, op. cit., p. 353.

258La non-atteinte des troupeaux est un fait connu. Porcs et chèvres sont pourtant, pour Pulex irritans, des hôtes accidentels possibles286. Selon R. Pollitzer, cette puce les parasite souvent287.

  • 288 G. Boccaccio (1313-1375), Le Décaméron, Garnier, 1952, 724 p., Introduction.

259Boccace, au xive siècle, lors de la peste de Florence, narre cependant dans le Decameron le cas de deux porcs morts de peste en pleine rue288. On connaît le goût du porc pour les déchets de l'homme, et c'est aussi à ce titre d'éboueur qu'on le laissait errer en ville, de même que le chien, aux fins d'évacuer une partie des immondices. Une contamination du porc par voie muqueuse, à partir des cadavres de rats jetés par les fenêtres, a donc pu à l'occasion advenir.

260Ainsi, les citations anciennes des divers animaux morts de peste ou en fuite, même nécessairement amplifiées par la dimension d'exemplarité du récit, leur adjoignant crapauds, grenouilles et serpents, correspondent bien à une réalité zoologique plus que plausible, réalité que « l'opinion commune », les chroniqueurs et les médecins des xive-xviiie siècles observèrent finalement avec bien plus de finesse, d'acuité et de pragmatisme que l'on à tendance à leur accorder. A la base de ces descriptions existent des faits zoologiques, éthologiques et épidémiologiques précis et indiscutables. C'est pourquoi l'on peut considérer que ces énumérations des « signes » avant-coureurs de la pestilence décrivaient, au-delà de l'idée d'une corruption générale, une évidence concrète, c'est-à-dire une peste des rats prolongée par une peste sauvage touchant mulots, campagnols, taupes, musaraignes, lérots, loirs et parfois quelques renards, loups, blaireaux et autres mustélidés, quelques lièvres et lapins, exceptionnellement certains oiseaux. La mort occasionnelle de chats, de chiens et de quelques volailles n'est pas non plus oubliée dans ces récits et ne relève pas d'une affabulation.

261Par ces descriptions, les chroniqueurs occidentaux ont donc finalement livré une image presque fidèle des débuts caractéristiques d'une épizootie, fondée sur des faits patents. Si les auteurs anciens ne décrivirent pas l'épizootie des rats, c'est sans doute que celle-ci, en raison des mœurs de l'animal, était difficilement décelable. Mais la perturbation du monde animal vivant à l'air libre, celui-là bien visible, fut parfaitement remarquée, qu'il s'agisse de l'anormal surgissement de rongeurs et d'insectivores, de l'abandon des terriers, de la prolifération des puces, des mouches, de la présence de bêtes mortes en surface. Le cortège d'animaux touchés, se superposant de manière frappante au spectre d'hôtes de Nosopsyllus fasciatus, montre assez remarquablement que la puce du rat noir véhiculait bien la peste parmi ses hôtes sauvages. En d'autres termes, que l'épizootie sévissait effectivement parmi les rats, se communiquant, par le biais de l'habitat humain, aux mammifères des prés et des bois susceptibles d'accueillir leurs puces infectées. La zoo-peste sauvage est bien là, impliquant en amont une épizootie des rats certaine. Car, au contraire de ce que l'on peut observer en Asie ou en Afrique, il ne peut exister en Occident de peste primaire des rongeurs sauvages. Celle-ci est obligatoirement placée sous la dépendance d'une épizootie initiale parmi les rats et ne peut l'accompagner que secondairement. En effet, aucun foyer de peste invétéré n'existe sous ces climats, susceptible d'être réveillé par le fouissement des rongeurs sauvages (comme par les mérions du Kurdistan, par exemple). C'est donc seulement par les flux d'importation de nouveaux rats pesteux débarqués des navires venus d'Orient qu'une peste peut se déclencher en Occident, se communiquer aux rats du continent et, via Nosopsyllus fasciatus, aux autres mammifères sauvages sensibles.

262Ainsi la peste des espèces sauvages est-elle en Occident un épiphéno-mène hautement significatif, permettant d'induire une incontournable hécatombe parmi les rats, autant massive que discrète.

263La narration de cette épizootie sylvatique en Europe, visible à l'air libre, est donc à rapprocher de la description de l'épizootie des rats par les chroniqueurs orientaux. Dans un cas comme dans l'autre, nul lien de responsabilité ne fut établi entre ces phénomènes et l'épidémie. La vision de ce surgissement anormal d'animaux fouisseurs, rongeurs sauvages en Occident, rats en Orient, était considérée, à très juste titre, comme l'annonce de l'imminence du fléau parmi les hommes. Mais ni les Asiatiques ni les Occidentaux n'envisagèrent que ces premières victimes animales étaient précisément les porteurs de la peste aux hommes.

Notes

1 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 636-637.

2 Ibidem, p. 647.

3 K. Becker, « Rattus rattus, Hausratte », in : J. Niethammer & F. Krapp (ed.), Handbuch der Säugetiere Europas, Rodentia, vol. 1, Akad. Verlagsgesell., Wiesbaden, 1978, p. 382-400 ; G. Cheylan, « Le rat noir », in : Atlas des mammifères sauvages de France, Soc. Française d’Etude et de Protection des mammifères, Paris, 1984, p. 186-187, in : F. Audoin-Rouzeau et J.-D. Vigne, 1994, op. cit.

4 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 17.

5 Grégoire de Tours (v. 544-595), Historia Francorum, IX, 22, Nicolaum du Fossé, Paris, 1610, in : J.-N. Biraben et J. Le Goff, 1969, op. cit., p. 1498 : Interea navis ab Spania una cum negucio solito ad portum eius adpulsa est, qui huius morbi fumitem secum nequiter deferebat. De qua cum multi civium deversa mercarentur, unam confestim domus, in quo octo anime erant, hoc contagio interfectis habitoribus, relicta est vacua. Nec statem hoc incendium lues per domus spargitur totas ; sed, interrupta certi temporis spacio, hee velut in sagittem flamma accensa, urbem totam morbi incendio conflagravit.

6 D. Defoe, 1722, op. cit.

7 Ibidem, p. 24 (trad. pers.).

8 Samuel Pepys, Journal (1660-1669), Mercure de France, Paris, 1985, p. 201.

9 D. Defoe, 1722, op. cit., p. 215.

10 P. Gras, « Le registre paroissial de Givry (1334-1357) et la peste noire en Bourgogne », Bib. Ecole des Chartes, T.C., 1939, p. 295-308, p. 306.

11 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 160.

12 Ibidem, p. 169.

13 M. T. Boutiot, Recherches sur les anciennes pestes de Troyes, Etudes historiques, Troyes, Paris, Schultz et Thuillié Libr., 1857, 55 p., p. 15 et p. 22.

14 R. Jeancard, « La grande peste de 1580 à Cannes », La Provence historique, I, Marseille, 1951, p. 1-14, p. 4 et 5.

15 J. J. Van Loghem, « Le rat domestique et la lutte contre la peste au xviie siècle », Revue d’Hygiène, XLVII/6, 1925, p. 521-527, p. 521-522.

16 M. Garsonnin, « Documents pour servir à l’histoire de la peste à Orléans », Bull. de la Soc. Arch. et Hist. de l’Orléanais, XII, 172, 1901, p. 3-20.

17 E. Cabrol, Annales de Villefranche de Rouergue, 1666, Impr. Vve Cestan née Moins, 1860, cité in : S. Mouysset, La peste en Rouergue au xviie siècle, Pour le Pays d’Oc, Marcillac, 1992, 221 p., p. 32.

18 S. Mouysset, 1992, op. cit., p. 32.

19 Vincent Robin, Avis sur la peste reconnue en quelques endroits de la Bourgogne, avec choix des remèdes propres pour la préservation et guérison de cette maladie, Dijon, 1628, cité in : H. Bon, Essai historique sur les épidémies en Bourgogne depuis l’établissement des Burgondes en Gaule jusqu’à la Révolution, Dijon, Impr. Paul Berthier, 1912, 186 p., p. 83.

20 François Ranchin, Opuscules ou traités divers et curieux en médecine, Lyon, Pierre Raynaud, 1640, 824 p., p. 376, et p. 381 à 385.

21 G. Pery, « Recherches historiques et médicales sur les épidémies qui ont régné à Bordeaux pendant les xve, xvie et xviie siècles », Bordeaux, Impr. Gounouillhou, 1867, 45 p.

22 A. Manzoni, « Les Fiancés », in : Histoire milanaise du xviie siècle, éd. or. 1827, Charpentier, Paris, 1840, 670 p., Garnier, Paris, 1842, 424 p.

23 R. Palmer, « Venice and the plague. Medecine, Religion and the State in the final epidemic, 1630-1631 », Lecture delivered at the National Gallery, London, 23rd Oct. 1979, (trad. et transcription manuscrite de J. Brossollet, Fond Peste, Institut Pasteur de Paris).

24 A. Billiet, « Notice sur la peste qui a affligé le Diocèse de Maurienne en 1630 », Mémoires de la Société Royale Académique de Savoie, VIII, Chambéry, 1837, p. 191-208, p. 191.

25 R. Charbonnier, « La peste de 1631 à Clermont », Revue d’Auvergne, t. 79, n° 3, 1965, p. 97-128, p. 102-103.

26 H. Pellerin, « La peste en pays d’Auge au xviie siècle », Le Pays d’Auge, 19e année, n° 10, 1969, p. 17-18.

27 G. Le Jean, Histoire politique & municipale de la ville de Morlaix, Morlaix, 1847, 260 p.

28 Relation de M. Bertrand, médecin à Marseille en 1720, cité in : F. Hildesheimer, 1993, op. cit., p. 30-31.

29 Extrait des Archives capucines, in : J.-M. Martin, « Les Bureaux de santé de la ville de Tarascon pendant les épidémies de peste de 1628-1629, 1640, 1650 et 1720-1721 », Marseille médical, 1911, p. 1-40.

30 O. du Mesnil, « La Peste à Dieppe (1558 à 1676) », Annales d’Hygiène, 1897, p. 163-168, p. 165- 166.

31 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 114.

32 Ibidem, p. 233.

33 Pichatty de Croislainte, Journal abrégé de ce qui s’est passé en la ville de Marseille depuis qu’elle est affligée de la contagion. Tiré du Mémorial de la Chambre du Conseil de l’Hôtel de Ville, H. Charpentier, Paris, 1721, 174 p.

34 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 254.

35 P. Gaffarel et Marquis de Duranty, La peste de 1720 à Marseille & en France, Perrin et Cie, Libraires éditeurs, Paris, 1911, 630 p., p. 447.

36 F. Stephan, 1987, op. cit.

37 In : P. Chauvet, La lutte contre une épidémie au 18e siècle. La peste du Gévaudan (1720-1723), Thèse de médecine, Faculté de Médecine de Paris, Amédée Legrand, 1939, 63 p., p. 14.

38 F. Stephan, 1987, op. cit.

39 Turriano, Memoria storica della peste di Messine, 1745, c. 11, p. 94, in : Dictionnaire de Médecine ou Répertoire général des Sciences médicales, Bechet et Labe Libraires de la Faculté de Médecine, Paris, 2e éd., 1834, t. 24, p. 115.

40 A. A. Proust, 1897, op. cit.

41 C. de Mertens, Traité de la Peste, contenant l’histoire de celle qui a régné à Moscou en 1771, à Vienne et Strasbourg, Frères Gay Imprimeurs-Libraires, à Paris, chez Didot le Jeune et Mequignon, 1784, 142 p., p. 22-24.

42 R. Calvert, « An account of the origin and progress of the plague in the island of Malta in the year 1813 », Medico-chirurgical transactions, 1819, 6e vol., p. 1-64, cité in : Dictionnaire de Médecine ou Répertoire général des Sciences médicales, t. 24, 1834, op. cit., p. 110.

43 A. Brooke Faulkner, « Observations on the plague as it lately occured in Malta », The Edinburgh Medical and Surgical Journal, 1er avril 1814, p. 137-168.

44 A. Dastre, « La peste », Revue des Deux Mondes, LXIXe année, 4e période, t. 155, 1er oct. 1899, p. 676-708, p. 683.

45 J. J. Van Emergen, 1900, op. cit., p. 627.

46 G. Gueniot-Le-Minor, 1981, op. cit.

47 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 654 à 656.

48 P.-L. Simond, 1910, op. cit., p. 496.

49 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 294-295.

50 Ibidem, p. 306.

51 A Paris, en 1922, les expérimentateurs observent qu’« une mère, prise dans une nasse avec ses cinq petits, est porteuse de bacilles, et l’inoculation à la souris détermine la mort de l’animal de contrôle. Deux de ses petits le sont également, mais les trois autres sont indemnes. », in : M.M. Bordas, Dubief et Tanon, 1922, op. cit., p. 831.

52 F. P. Wilson, La peste à Londres au temps de Shakespeare, 1927, Payot, Paris, 1987, 220 p.

53 Ibidem.

54 H. Bon, 1912, op. cit., p. 51 et 55-56.

55 G. Despierres, Histoire de la peste, Conférence prononcée le 26 février 1980, dans le cadre de l’enseignement assuré par l’Institut d’Histoire de la Médecine, de la Faculté de Médecine de Lyon-Sud, 1980, p. 62 (texte conservé au Fond Peste de l’Institut Pasteur, Paris).

56 J. Canard, Les pestes en Beaujolais, Forez, Jarez, Lyonnais du xive au xviiie siècle, Impr. de l’Abbaye de Pradines, 1979, 130 p., p. 38.

57 M. T. Boutiot, 1857, op. cit., p. 45.

58 G. Pery, 1867, op. cit.

59 R. Jorge, 1928 op. cit., p. 47.

60 Nikanoroff, « Rapport URSS », in : R. Jorge, 1928, op. cit., p. 104-105.

61 J. Brossollet et H. H. Mollaret, 1994, op. cit., p. 59.

62 Ibidem, p. 59.

63 G. Fracastor, De contagione et contagiosis morbis et eorum curatione, Venise, 1546, cité in : F. Hildesheimer, 1993, op. cit., p. 133.

64 E. A. Caplet, La peste à Lille au xviie siècle, Thèse de méd., Faculté de Médecine et de Pharmacie de Lille, Lille, 1898, 151 p., p. 58.

65 « Consultation médicale du 5 juin 1625. Rédigée par les docteurs A. Herencq, Dupont, Charles Lespillet, Trezel et D. Herencq », in : E. A. Caplet, 1898, op. cit.

66 V. Robin, 1628, op. cit., in : H. Bon, 1912, op. cit., p. 82.

67 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 258-259.

68 D’après Isbrand de Diemerbroeck, De Peste libri, IV, Arenaci 1646, Nymègue, in : G. Blanc, 1956, op. cit., p. 544.

69 Ordonnance royale, citée in : F. Stephan, 1987, op. cit.

70 H. Maurin (sous la dir. de), notice « Rat noir », Inventaire de la faune de France, Vertébrés et principaux invertébrés, Muséum national d’Histoire naturelle, Nathan, 1992, 1995.

71 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 641.

72 E. Dujardin-Beaumetz, 1921, op. cit., p. 77.

73 R. Jorge, 1928, op. cit., p. 84-85.

74 Indian Plague Commission, 1907, op. cit., p. 888 (trad. pers.).

75 E. Métin, 1900, op. cit., p. 6.

76 V. Heiser, L’extraordinaire odyssée d’un médecin, Corréa, 1938, 115 p., p. 109.

77 M. Boucher, 1933, op. cit., p. 40.

78 Article « Peste », in : D. Diderot et J. d’Alembert, Encyclopédie, op. cit., 1779, t. LXXVI, p. 527.

79 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t., II, p. 21.

80 Ibidem, p. 95-96.

81 M. T. Boutiot, 1857, op. cit., p. 10.

82 M. Aymard, « Epidémies et médecins en Sicile à l’époque moderne », Annales cisalpines d’histoire sociale, série I, n° 4, 1973, p. 9-37, p. 11.

83 E. Plantrou, La peste à Rouen (1348-1669), Thèse de méd., Faculté mixte de Médecine et de Pharmacie de Rouen, 1980, 131 p., p. 98.

84 E. Plantrou, 1980, op. cit., p. 98.

85 V. Robin, 1628, op. cit., in : H. Bon, 1912, op. cit, p. 82.

86 J. Canard, 1979, op. cit., p. 25, p. 31, p. 34, p. 53.

87 J. Guiart, « La peste à Lyon au xviie siècle », Biologie médicale, 27e année, n° 5, 1929, p. 193-230, p. 195.

88 M. Brocard, « La Grande peste de Langres au xviie siècle. Comment se soignaient nos pères », Les Conférences de Langres, VIII, Langres, Musée, 1926, 39 p., p. 10-11.

89 M. Lucenet, 1985, op. cit., p. 262.

90 Extrait des Archives capucines, in : J.-M. Martin, 1911, op. cit.

91 P. Vigne, « Contribution de la peste au progrès des Sciences médicales », L’Avenir médical, 8e année, n° 3, 1er mars 1911, p. 1251-1255, p. 1252.

92 A. Manzoni, 1842, op. cit., cité in : J.-C. Beaucournu, 1995, op. cit.

93 In : P. Diosi, 1961, op. cit., p. 1090.

94 P. Gaffarel et Marquis de Duranty, 1911, op. cit., p. 37.

95 M. Colonna d’Istria, 1968, op. cit., p. 124.

96 P. Gaffarel et Marquis de Duranty, 1911, ibidem, p. 462, 474-475, 511, 514.

97 F. Stephan, 1987 op. cit., pp. 6, 42, 54.

98 P. Gaffarel et Marquis de Duranty, 1911, op. cit., p. 580.

99 A. A. Proust, 1901, op. cit., p. 28.

100 E. Boinet, « La peste de Marseille », Marseille médical, 58e année, n° 11, 1er juin 1921, p. 481- 511, pp. 496-497, 506.

101 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 34.

102 P. Gaffarel et Marquis de Duranty, 1911 op. cit., p. 281.

103 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 383.

104 R. Charbonnier, 1965, op. cit., p. 121.

105 D. Defoe, 1722, op. cit., p. 95-96.

106 E. A. Caplet, 1898, op. cit., p. 124, p. 138.

107 B. Hrabak, La peste aux pays balkaniques sous la domination turque de 1450 à 1600, (Kuga u balkanskim zemljama pod Turcima od 1450 do 1600 godine), ref. manquante, non précisée, ms. dact., s.d., p. 19-37, p. 26 (traduction conservée au Fond Peste de l’Institut Pasteur de Paris).

108 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 77.

109 J. Canard, 1979, op. cit., p. 25.

110 Ibidem, p. 31.

111 Extrait des Archives capucines, in : J.-M. Martin, 1911, op. cit.

112 Dictionnaire de Médecine ou Répertoire général des Sciences médicales, 1834, op. cit., p. 114.

113 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 34.

114 Ibidem, p. 34.

115 J.-L.-A. Niel, De la Peste d’Orient, Thèse de médecine, Faculté de Montpellier, 1835, p. 29.

116 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 34.

117 A. M. Cahour, Notre-Dame de Fourvière, Lyon, Pélagaud et Lesne, 1838, 449 p., in : J. Canard, 1979, op. cit., p. 121.

118 J. Fabre, « Toulouse pendant la peste de 1628-1632 », Mémoires de l’Académie des Sciences Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, vol. 135, 15e série, t. IV, 1973, p. 85-109, p. 109.

119 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 34.

120 J.-M. Martin, 1911, op. cit.

121 R. Garagnon, La grande peste d’Arles (1720-1721), conférence, 1974, s.p., (ms. dact. conservé au Fond Peste de l’Institut Pasteur de Paris).

122 D’Antrechaus, Relation de la peste dont la ville de Toulon fut affligée en 1721, avec des observations instructives pour la postérité, Paris, Estienne Fr., 1756, cité in : G. Mazaraky, Le rôle des rats dans la propagation de la peste, Thèse de médecine, Faculté de Médecine de Paris, Vigot Frères, Paris, 1901, 94 p., p. 23.

123 J.-M. Martin, 1911, op. cit.

124 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 644.

125 A. A. Proust, 1901, op. cit., p. 28-29.

126 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 34.

127 B. Hrabak, s.d., op. cit., ms. dact. (traduction), p. 26.

128 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 77.

129 A. M. Cahour, 1838, op. cit., in : J. Canard, 1979, op. cit., p. 120-121.

130 C. de Mertens, 1784, op. cit.

131 L. Raynaud, « Rapport Algérie », in : R. Jorge 1928, op. cit., p. 126-127.

132 C. Sanguy, 1945, op. cit., p. 365.

133 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 186 et sv.

134 Ibidem, t. II, p. 34.

135 J.-L.-A. Niel, 1835, op. cit., p. 29.

136 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 35.

137 Ibidem, p. 31.

138 B. Bennassar, Valladolid au siècle d’or, 1967, Paris-La Haye, in J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 31.

139 J.-N. Biraben, « Les pauvres et la peste », Médecine et Maladies Infectieuses, 1, 7-8, 1971, p. 313-320, p. 313, 314.

140 F. P. Wilson, 1927, op. cit., p. 140.

141 J. Canard, 1979, op. cit., p. 54, p. 120.

142 J.-L. Bonnet, « Vivre ou mourir à Carcassonne : la peste de 1628-1633. Première partie : 1628- 1630 », Bull. de la Soc. d’Etudes Scientifiques de l’Aude, t. LXXXVIII, 1988, p. 93-105, p. 103.

143 I. de Diemerbroeck, 1646, op. cit., in : G. Blanc, 1956, op. cit., p. 544.

144 Lettre du 8 août 1720 de Pascal, agent de Aix, aux Consuls de Tarascon, in : J.-M. Martin, 1911, op. cit., p. 1-40.

145 F. Stephan, 1987, op. cit., p. 46.

146 M. E. Wilson, « The power of plague », Epidemiology, vol. 6/4, juillet 1995, p. 458 et sv., p. 459 (trad. pers.).

147 C. de Mertens, 1784, op. cit., p. 39-40.

148 R. Calvert, « An account of the origin and progress of the plague in the island of Malta in the year 1813 », Medico-chirurgical transactions, 6e vol., 1819, p. 1-64.

149 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 645.

150 M. Sankalé, 1945, op. cit., p. 58.

151 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 35.

152 J.-N. Biraben, 1971, op. cit., p. 314.

153 J.-N. Biraben, 1976, op. cit., t. II, p. 32.

154 A. M. Cahour, 1838, op. cit., in : J. Canard, 1979, op. cit., p. 120.

155 Thomas Platter, La vie de Thomas Platter, 1re éd. 1499, trad., Genève, 1862, p. 24.

156 Anonyme, Le Mesnagier de Paris, v. 1393, coll. « Lettres gothiques », Livre de Poche, 1994, 859 p.

157 K. Ueltschi, « Introduction » au Mesnagier de Paris, 1994, op. cit., p. 9.

158 Il est intéressant de remarquer au passage que ce piège ressemble fort au système Delanoë de l’assiette emplie d’eau, les puces étant attirées par le blanc et la lumière.

159 Cette coloration noire caractéristique indique qu’il s’agit bien de Pulex irritans.

160 Le Mesnagier de Paris, v. 1393, op. cit., p. 299, 301.

161 J.-C. Beaucournu, 1995, op. cit., p. 237.

162 G. Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Age, coll. « Points Histoire », Le Seuil, 1985, 287 p.

163 B. de Glainville, le Propriétaire des choses très utiles et profitables au corps humain, Paris, 1518.

164 J. Sulpizio, Des bonnes moeurs et honestes convenances que doit garder un jeune homme, Lyon, 1555, p. 7.

165 cité par L. Guyon, Diverses Leçons, Lyon, 1604, p. 826.

166 G. Vigarello, 1985, op. cit., p. 50.

167 G. Vigarello, 1985, op. cit., p. 53.

168 F. Hildesheimer, 1993, op. cit., p. 46.

169 G. Vigarello, 1985, op. cit., p. 51-52.

170 Ibidem, p. 31, 32, 34.

171 Ibid., p. 35.

172 O. Maillard, Sermons (xve siècle), Paris (sermon XXVIII), in : G. Vigarello, ibid., p. 43.

173 S. Pepys, (1660-1669), 1985, op. cit., p. 196.

174 Le Mesnagier de Paris, vers 1393, op. cit., p. 295.

175 G. Vigarello, 1985, op. cit., p. 61.

176 Ibidem, p. 69-70.

177 Ibid., p. 78, 88-89.

178 H. de Balzac, Lettres à l’étrangère, t. 1, Paris, 1899, p. 407, cité in : G. Vigarello, ibid., p. 181.

179 G. Blanc et M. Baltazard, 1945, op. cit., p. 342.

180 G. Vigarello, 1985, op. cit., p. 65-66.

181 M. Sankalé, 1945, op. cit., p. 55.

182 B. Hrabak, s.d., op. cit., p. 26.

183 E. Joltrain, 1921, op. cit. p. 67.

184 M. van Ermengem, 1900, op. cit., p. 627, p. 638.

185 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 645.

186 R. Calvert, 1819, op. cit.

187 Pr. Nikanoroff, « Rapport URSS », in : R. Jorge, 1928, op. cit., p. 106.

188 V. Heiser, 1938, op. cit., p. 110-111.

189 J.-N. Biraben, 1971, op. cit., p. 314.

190 P.-L. Simond, 1898, op. cit., p. 645.

191 D. Defoe, 1722, op. cit., (trad. pers.).

192 G. Blanc, 1956, op. cit., p. 540.

193 A. A. Proust, 1897, op. cit., p. 6.

194 D. Herlihy, La peste noire et la mutation de l’Occident, conférences prononcées à l’Université du Maine en 1985, Ed. G. Montfort, Paris, 1999, 107 p., p. 34.

195 Cette suggestion, typique des développements fantasmatiques auxquels donne lieu l’histoire de la peste, fut diffusée dans Science et Vie (juillet 2002) sous le titre pour le moins subjectif de « La peste noire garde son secret » : La terrible peste noire qui ravagea toute l’Europe au xive siècle n’était peut-être pas une épidémie de peste bubonique. C’est la thèse défendue par des anthropologues de l’université de Penn State et de Washington (Etats-Unis). James Wood et ses collègues admettent que les symptômes décrits à l’époque sont effectivement ceux de la « maladie du bacille de Yersin » […] Mais aucune mort massive des rats n’est signalée à l’époque, alors que le bacille, propagé par les puces, frappe en premier lieu les rongeurs… Autre anomalie […], le taux de mortalité mensuel lié à l’épidémie serait nettement plus élevé que celui attendu. La « Mort noire » du Moyen Age serait donc le fait d’un autre agent infectieux – qui reste à déterminer… – ou à une forme ancienne du bacille de Yersin […].

196 Dans le même registre que précédemment, cette théorie sur Ebola fut encore tout récemment émise dans le Courrier International (novembre 2001). Une thèse anglaise assure que ce qu’on attribua en Grande-Bretagne aux manifestations de la peste historique était non pas le fait du bacille Yersinia pestis mais une fièvre hémorragique liée « à une forme de filovirus cousine distante du virus Ebola » (S. Scott et C. J. Duncan, Biology of Plagues. Evidence from Historical Populations, Cambridge Univ. Press, 2001, 434 p.). Les travaux de M. Drancourt et de O. Dutour qui révélèrent des séquences génétiques du bacille de Yersin dans les restes dentaires humains de deux charniers datés de 1590 et de 1722, à Marseille et ses proches environs, permettent de mettre enfin un terme à ce type de théories purement spéculatives et récurrentes (voir : G. Aboudharam, M. Signoli, E. Crubezy, G. Larrouy, B. Ludes, O. Dutour, D. Raoult et M. Drancourt, « La mémoire des dents : le cas de la peste », in : Peste : entre épidémies et sociétés, Congrès International de Marseille, volume des résumés, Juillet 2001, Actes à paraître, et P. Lima, « Le grand retour de la peste », Le Journal du CNRS, mai 1999, p. 23).

197 Avicenne (980-1037), Liber Canonis, Basel, IV, 1°, 4, 1556 : Et de eis quae significant illud est ut videas mures et animalia quae habitant sub terra fugere ad superficiem terrae et pati sedar, id est, commoveri hinc inde sicut animalia ebria. (trad. pers.).

198 Joannes Filius Mesue, ou Mesué Yahiah ben-Hamec, ou encore Jean Mesué de Damas (928- 1018), Liber de medicinis febr. putrid., Venedig, 1484 : Videbis animalia generata ex coruptione multiplicari in terra ut vermes, ranas et muscas ; et si sit a causa subterranea videbis reptilia habitantia in cabernis exire ad superficiem terrae et dimittere ova sua et aliquando mori. Et si est a causa celesti, similiter volatilia […]. Cité in : R. Abel, « Was wussten unsere Vorfahren von der Empfänglichkeit der Ratten and Mäuse für die Beulenpest des Menschen ? », Zeitschrift für Hygiene und Infektion Kranheiten, XXXVI, 1901, p. 89-119, p. 98 (trad. pers.).

199 Wu Lien-Teh, J. W. H. Chun, R. Pollitzer, et C. Y.Wu, Plague, 1936, op. cit., p. 5.

200 Nicephorus Gregoras (1295-1360), Corpus script. hist. byzant., XIX, 2, (éd. princeps 1562, H. Wolf, Bâle), Bonn, 1830 : Nec vero homines solos morbus ille usque flagellabat ; sed et si quae alia animalia cum hominibus plerumque degerent et habitarent ; canes inquam et equos et cuiusque modi avium genera ; ipsos etiam mures, si qui forte in domorum parietibus latitabant […]. Cité in : R. Abel, 1901, op. cit., et in : C. Tiraboschi, 1904, op. cit., (trad. pers.).

201 Shih Tao-nan, (trad. pers.), cité in : N. Duplaix, « Fleas : the lethal leapers », National Geographic, vol. 173, n° 5, 1998, p. 684.

202 D. Schilling, D. Singer et H. Diller, Guide des Mammifères d’Europe, Delachaux et Niestlé, Neuchâtel-Paris, 1986, p. 115. ; M. Burton, Tous les mammifères d’Europe, Elsevier, Paris- Bruxelles, 1976, p. 95.

203 J. Jitta, « Rapport Pays-Bas », in : R. Jorge, 1928, op. cit., p. 85.

204 J.-N. Biraben, 1975, op. cit., t. I, p. 335.

205 Wu Lien-Teh et al., 1936, op. cit., p. 8-9 (trad. pers.).

206 M. Sankalé, 1945, op. cit., p. 33 et p. 37.

207 V. Heiser, 1938, op. cit., p. 95, p. 110-112.

208 F. Akrawi, 1928, op. cit., p. 49, p. 77.

209 H. H. Mollaret, comm. pers.

210 G. Gueniot-Le Minor, 1981, op. cit., p. 20-21.

211 Wu Lien-Teh et al., 1936, op. cit., p. 8-9 (trad. pers.).

212 mures : rats ou/et souris.

213 Strabon (58 av. J.-C.-21/25 ap. J.-C.), Geographica, partie I, Livre III, cité in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 96, et in : L. F. Hirst, 1953, op. cit., p. 124 (trad. pers.).

214 Gilles Le Muisit, ou Aegidius Mucidus (1275-v. 1352), Corpus Chronicorum Flandriae, de Smet, 1837, cité in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 102.

215 Le dictionnaire Gaffiot donne pour murilegus : « qui prend les souris ».

216 R. Abel, 1901, op. cit., p. 102.

217 Giovanni-Michele Savonarola (1384-1461), Trattati in volgare della peste a dell’acqua ardente, Milan, 1954 : […] multiplicari ranas, mures, muscas, cimices et huiusmodi animalia quae ex putrefactione generantur ; […] mures et alia animalia loca habitantia subterranea fugere ab illis […]. ; volatilia nidos deserere […] Signa quod sit a terra (scil. pestilentia), quia animalia in terris accubare consueta fugiunt loca sua et ad alia vadunt et quaerunt loca altera. Item reperiuntur ex eis plurima supra terram mortua […]. Cité in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 107 (trad. pers.).

218 David Herlicius (1557-1636) Consil. politico-physicum…, Zittau, 1680, cité in : R. Abel, 1901, ibid., p. 111 (trad. G. Krumeich).

219 I. de Diemerbroeck, 1646, op. cit. : Si forte hic vel illuc avec quasdam domesticas, vel etiam nonullos canes (quod tamen rarum erat) pestis corripuerit, quia tamen inter bruta dominatum fuisse ; nam boves, equi, oves, cuniculi, columbae, porci, aliaque huiusmodi animalia tam immunia a peste fuerunt, ut ne unum quidem peste mortuum fuisse noverim, immo ipsi etiam feles et canes, quos maxime pestilenti contagio infici credunt, rarissime infecti sunt, quemadmodum etiam paucissimae gallinae […]. Cité in : R. Abel, 1901, ibidem, p. 111 (trad. pers.).

220 Ibid, p. 111.

221 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 76.

222 Ibidem, p. 239-240.

223 Ibid., p. 258-259.

224 Ibid., p. 271.

225 Ibid., p. 325-326.

226 C. Creighton, A History of Epidemics in Britain from A.D. 664 to the Extinction of Plague, Cambridge, University Press, 2 t., 1891, 706 p. et 883 p., cité in : L. F. Hirst, 1953, op. cit., p. 127 (trad. pers.).

227 Rivinus, Dissertatio de Lipsiensi peste anni 1680, Leipzig, 1681 : Scio puellas a cane, mulierem a mure perterritas illico in pestilentiam indicisse […]. Cité in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 112 (trad. pers.).

228 C. von Helwig, ou Hellwig, ou Helvigius (1654-1693), physicien et alchimiste allemand, Consilium medicum de peste, Stettin, 1683, cité in : R. Abel, 1901, ibidem, p. 111 (trad. G. Krumeich).

229 G. Orræus, Descriptio pestis quae anno MDCCLXX in Jassia, et MDCCLXXI in Moscua grassata est, St. Petersburg, J.Z. Logan, 1784 : De avibus a plurimis narrabatur quod minores cantatrices, caveis detentae, in domibus infectis emorerentur, immo, quod Mures et Glires quantumvis antea copiosi disparuerint […]. Cité in : C. Tiraboschi, 1904, op. cit., p. 164 et in : R. Abel, 1901, ibid., p. 113 (trad. pers.).

230 J.-C. Beaucournu, 1995, op. cit., p. 235.

231 R. Jorge, 1928, op. cit., p. 23.

232 M. Advier, 1933, op. cit., cité in : M. Sankalé, 1945, op. cit., p. 36.

233 G. Gueniot-Le Minor, 1981, op. cit., p. 64.

234 E. Dujardin-Beaumetz, 1921, op. cit., p. 76.

235 P. Cartana Castella et J. Gil Collado, 1934, op. cit., p. 77 (trad. J. Muñoz Lacasta).

236 G. Blanc, 1956, op. cit., p. 545.

237 Nikanoroff, « Rapport URSS », in : R. Jorge, 1928, op. cit., p. 104-105.

238 E. Carniel et G. Baranton, « Le retour de la peste », La Recherche, 273, vol. 26, févr. 1995, p. 181.

239 P.-L. Simond, 1910, op. cit., p. 449.

240 P.-L. Simond, 1910, op. cit., p. 486.

241 P.-L. Simond, 1898, op. cit.

242 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 239-240.

243 F. Schnurrer (1784-1833), Chronik der Seuchen, Tübingen, 1823, cité in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 102 (trad. pers.).

244 Niccolo Massa (v. 1500-1569), De Febri pestilentiali, petechiis, morbilis, variolis et apostematibus pestilentialibus, Venise, 1540, Londres, 1721 : Terrae putrefactae signa sunt animalium ex putredine nascentium multiplicatio, ut sunt mures, ranae terrestres […], serpentes ac vermes, […] praesertim si minime in illis locis nasci consuevere. Ista enim vel imprimis ostendunt putredinem terrae, per quam futuram pestem dubitare non oportet et est signum vulgare ac rationabile, quod si cum istis quoque animalia in cabis terrae degentia derelictis subterraneis cavernis aufugiunt, ut sunt talpae, cuniculi, lepores, vulpes et huiusmodi, vel si mortua per silvas et nemora vel prata inveniantur, tunc certam pestem futuram ex terrae corruptione enuntiat, et eo magis, si pascua animantibus mortifera aut insalubria videris […]. Cité in : R. Abel, 1901, ibidem, p. 107 (trad. pers.),

245 Stromer von Aurbach, Regiment, wie sich wider die Pestilenz zu bewahren, Leipzig, 1517, cité in : R. Abel, 1901, ibid., p. 103-104 (trad. G. Krumeich).

246 Colbenschlag, Ein sehr tröstlich und kurz Regiment wider die Pestilenz, Zwickau, 1525, cité in : R. Abel, 1901, ibid., p. 104 (trad. G. Krumeich).

247 Castner, Wie mann sich in Pestilenz-Sterbsläuften bewahren möge, Nürnberg, 1542, cité in : R. Abel, 1901, ibid., p. 104, (trad. G. Krumeich).

248 G. Fracastor, De contagione et contagiosis morbis et eorum curatione, Venise, 1546 : […] animalia, quae sub terra degunt, solent nonnulla infectionnem significare, cum multa eorum e latibulis et propriis laribus in apertum exeunt […]. Cité in : R. Abel, 1901, ibid., p. 104 (trad. pers.).

249 Laurent Joubert, De peste liber unus, Lyon, 1566, cité in : G. Mazaraky, 1901, op. cit. et P. Gaffarel et Marquis de Duranty, 1911, op. cit., p. 110.

250 Gratiolo di Salo, Discorso di peste, Venise, 1576, cité in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 104.

251 Ambroise Paré (v. 1517-1590), Traicté de la peste, de la petite vérolle et rougeolle, avec une briève description de la lèpre, Paris, André Wechel, 1568, 278 p. : Magnis agminibus talpae, bufones, viperae, colubri, lacertae, aspides, crocodili migrare cernuntur […] Quin etiam earum (scil. ferarum) quae minus mature et opportune sibi caverit, malignae subterraneae aurae veneno pestifero suffocata non in specubus modo sed et in camporum planitie passim occurrunt cadavera […]. Cité in : R. Abel, 1901, ibidem, p. 107 (trad. pers.).

252 Jean Boeckel (ou Bökel) (1535-1605), De peste quae Hamburgum civitatem, anno 1565, gravissime afflixit, Strasbourg, 1565, et Pestordnung der Stadt Hamburg, Daselbst, 1597, p. 10, cité in : R. Abel, 1901, ibidem, p. 104, (trad. G. Krumeich).

253 Thomas Lodge (v. 1555-1625), A Treatise of the Plague, 1603, cité in : G. Mazaraky, 1901, op. cit., et in : L. F. Hirst, 1953, op. cit., p. 127.

254 Herlicius, 1621, op. cit., cité in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 104.

255 F. Ranchin, 1640, op. cit., p. 51.

256 Nathanael Hodges, Sive pestis nuperae apud populum Londinensem grassantis narratio historica, Londres, 1672 : […] ita ut animalcula subterranea, videlicet mures, talpae, serpentes, cuniculi, vulpes etc malum futurum praesentientia, latebras et cavernas deserant et sub dio in medium prodeant, se cautius subtrahentia a periculo et pestem idcirco imminire praesagientia […]. Cité in : L. F. Hirst, 1953, op. cit., p. 127 et in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 104 (trad. pers.).

257 D. Defoe, 1722, op. cit., (trad. pers.).

258 Rivinus, Dissertatio de lipsiensi peste anni 1680, Leipzig, 1681 : […] murium agrestium insolita turba […]. Cité in : R. Abel, 1901, op. cit., p. 104, (trad.pers.).

259 J. Nohl, La mort noire, 1924, op. cit., p. 69, citation non référencée.

260 Olivier de la Haye, Poème sur la grande peste de 1348, 1426, publié d’après le manuscrit de la Bibliothèque du Palais Saint-Pierre par G. Guigue, H. Georg, Lyon, 1888.

261 Cependant, les crocodili cités par Ambroise Paré ne doivent pas étonner de la part du fameux chirurgien, qui connaissait parfaitement le véritable crocodile du Nil. A. Paré désigne probablement sous cette appellation une catégorie de sauriens distincte de celle des lacertae.

262 P. Delaunay, La zoologie au seizième siècle, coll. Histoire de la pensée, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Hermann, Paris, 1962, 338 p.

263 R. Pollitzer, 1954, op. cit., p. 325.

264 Wilm, « Über die Pestepidemie in Hong-Kong im Jahre 1896 », Hyg. Rundschau, 1897.

265 M. Ogata, 1897, op. cit.

266 G. H. F. Nuttall, « Zur Aufklärung der Rolle, welche die Insekten bei der Verbreitung der Pest spielen. Über die Empfindlichkeit verschiedener Tiere für dieselbe », Zentralblatt für Bakt., XXII, 1897.

267 F. G. Clemow, « Remarks on plague in the lower animals », British med. Journal, 1900.

268 P. Musehold, Die Pest und ihre Bekämpfung, Berlin, 1901, 305 p.

269 ancienne appellation de Glis glis.

270 ancienne appellation de Elyomis quercinus.

271 ancienne appellation de Muscardinus avellanarius.

272 ancienne appellation de Oryctolagus cuniculus.

273 C. Tiraboschi, 1904, op. cit., p. 169-170.

274 R. Jorge, 1928, op. cit., p. 57-58.

275 Ibidem, p. 54.

276 J.-C. Beaucournu, 1998, op. cit., p. 129-130.

277 J.-C. Beaucournu et H. Launay, 1990, op. cit., p. 427.

278 Ibidem.

279 M. Lucenet, 1985, op. cit., p. 39.

280 E. N. Arnold et J. A. Burton, Tous les reptiles et les amphibiens d’Europe, Elsevier, Paris-Bruxelles, 271 p.

281 C. Tiraboschi, 1904, op. cit., p. 169-170.

282 À l’exception de certaines espèces telles le cygne, le paon, les corvidés, non nommément signalées par les chroniqueurs.

283 J.-C. Beaucournu et H. Launay, 1990, op. cit., p. 54.

284 Ibidem.

285 I. de Diemerbroeck, 1646, op. cit. : […] nam boves, equi, oves, cuniculi, columbae, porci, aliaque huiusmodi animalia tam immunia a peste fuerunt, ut ne unum quidem peste mortuum fuisse noverim […]. Cité in : R. Abel, 1901, ibidem, p. 111 (trad. pers.).

286 J.-C. Beaucournu et H. Launay, 1990, op. cit., p. 54.

287 R. Pollitzer, 1954, op. cit., p. 353.

288 G. Boccaccio (1313-1375), Le Décaméron, Garnier, 1952, 724 p., Introduction.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540