Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de la peste

 | 
Frédérique Audoin-Rouzeau

Chapitre X. Le rôle de Pulex irritans au Moyen-Orient (1947-1955)

Texte intégral

1Les études de M. Baltazard le mèneront au Kurdistan persan dont il fera, après le Maroc, le terrain de la preuve définitive de la transmission par la puce humaine, en raison de l'absence de rats dans cette région. Il liera par la suite le type de peste « interhumaine » du Kurdistan persan à celle observée dans un espace géographique plus large, soit toute la zone montagneuse englobant le nord des Zagros iraniens, le sud de la Turquie et le nord de l'Irak et de la Syrie jusqu'à l'Euphrate. Le foyer de Mésopotamie est quant à lui périodiquement rallumé depuis le Kurdistan. Ce cas du Kurdistan est aussi important, sinon plus, que celui du Maroc, car il est constamment cité depuis comme la preuve évidente, sur le terrain, de la transmission par Pulex irritans.

2Il est intéressant de rappeler que, si M. Baltazard fit du Kurdistan le lieu type de la peste « interhumaine », il n'en fut pas ainsi à l'origine de ses recherches, bien au contraire : M. Baltazard avait proposé pour ce foyer une première interprétation toute différente, qu'il n'évoquera plus par la suite.

Le foyer du Kurdistan

Première interprétation sans la puce de l'homme

  • 1 M. Baltazard, M. Bahmanyar, C. Mofidi et B. Seydian, « Le foyer de peste du Kurdistan«, Bull. Org. (...)

3La première enquête que M. Baltazard et son équipe conduisirent au Kurdistan s'étendit de décembre 1947 à décembre 1951. Au cours de ces quatre années, Pulex irritans resta à peu près introuvable : La puce de l'homme, Pulex irritans, écrit M. Baltazard, n'a pas été trouvée dans les maisons ni sur aucun animal. La saison était très avancée, ce qui peut expliquer cette absence, mais on doit également noter que Pulex irritans est très rare sur tout le plateau iranien, à cause probablement de l'excessive sécheresse de son climat1.

4Le chercheur professera le contraire quelques années plus tard, évoquant « l'abondance » de cette puce, mais sans s'expliquer sur ces premières années d'insuccès à récolter la puce humaine.

  • 2 M. Baltazard, et al., 1952, op. cit., p. 442, 444, 445.
  • 3 Ibidem, p. 456-457.

Suite à deux petites épidémies humaines pulmonaires, en octobre et novembre 1947, une enquête est entreprise concernant les rongeurs dans un des villages touchés, Aghbolagh Morched : Le rat en est totalement absent ; pas d'autres rongeurs domestiques que la souris grise : Mus musculus bactrianus, en petit nombre dans les maisons. Quarante de ces souris sont capturées (dont 22 dans les maisons des pesteux) et se montrent indemnes d'infection. Le seul rongeur qui pourrait établir la liaison entre les rongeurs sauvages et l'habitat humain est le petit hamster migrateur, Cricetulus migratorius isabellinus, qui est champêtre mais fréquente volontiers les maisons. Très répandu dans d'autres régions d'Iran, il est pratiquement absent de ce foyer : un seul exemplaire indemne de peste peut être capturé à proximité du village. Une recherche très soigneuse de tous les rongeurs ou animaux sauvages dans un périmètre de 10 à 20 km autour du village montre la seule présence de mérions [...]. La contamination du jeune garçon qui est à l'origine de l'épidémie pouvant être rapportée de façon quasi certaine à un moulin où il accompagnait son oncle meunier et passait la journée à jouer parmi les sacs de blé, les recherches sont particulièrement poussées autour de ce moulin, qui se trouve dans une vallée isolée loin de toute habitation humaine. Le meunier n'y vient qu'une fois par semaine au plus, et l'on peut supposer que les mérions pénètrent dans le moulin les autres jours pour y prélever les déchets de mouture. [...] Les puces récoltées sur les rongeurs ou dans leurs terriers appartiennent aux genres : Nosopsyllus, Xenopsylla, Leptopsylla et Stenoponia. [...] Les Leptopsylla sont trouvées seulement sur les souris ou les petits hamsters2
Malheureusement, M. Baltazard ne dira pas si d'autres espèces de puces, les Xenopsylla et les Nosopsyllus, peuvent être également portées par les souris et les hamsters, ni ne fournira de renseignement sur la fréquentation des maisons par ces espèces. En 1951, un village connaît deux cas de peste bubonique, sans suite : Au mois d'octobre 1951, le propriétaire d'un petit village de la région de Gheydar [...] alerte le Ministère de la Santé publique. Ce propriétaire, qui se trouve être un jeune médecin, [...] signale deux cas de mort qui lui semblent suspects d'être de la peste. Une mission part aussitôt pour ce village, où aucun malade suspect ne peut être trouvé. [...] le premier malade est mort le 18 septembre, il a été veillé et enterré par le second, qui est une jeune fille de sa famille. Celle-ci est tombée malade le 30 septembre et morte le 4 octobre3.

  • 4 Ibid., p. 458, 460-462.

5Des ces années de recherche, M. Baltazard conclut à une peste contractée par les hommes via les puces infectées des rongeurs sauvages, les mérions : Au cours de ces quatre années de travail [...] dans le foyer de peste « historique » du Kurdistan, nous avons cherché à établir d'abord l'origine de l'infection. [...] nous avons pu mettre en évidence l'absence totale du rat et de tout rongeur « domestique » fréquentant l'habitat humain et capable de transmettre l'infection à l'homme. [...] Le foyer du Kurdistan est un foyer de peste pure du mérion. [...] La peste y revêt la forme d'une infection enzootique avec montée annuelle régulière du printemps à l'hiver, accompagnant la montée du nombre des rongeurs et des puces. [...] Les puces récoltées sur les mérions ou dans leurs terriers, et qui sont retrouvées sur les autres animaux [...] appartiennent aux genres : Xenopsylla (groupe conformis), Nosopsyllus sp. indet., Stenoponia (insperata ?). [...] Le pourcentage moyen reste à l'avantage des Xenopsylla : il est d'environ 60 à 70 % de Xenopsylla, 25 à 35 % de Nosopsyllus, 5 à 15 % de Stenoponia. Les deux premières espèces ont été trouvées infectées sur des mérions ou dans leurs terriers et se montrent expérimentalement aptes à piquer l'homme. [...] A cause de ces mœurs particulières des mérions, l'infection humaine reste toujours accidentelle et rare. [...] L'épidémisation, dans les cas rares où elle se produit, est toujours le fait de la transmission interhumaine. Les cas sporadiques de peste humaine, mal détectées, sont sans doute relativement fréquents au Kurdistan, mais l'infection s'y épidémise rarement4.

6Ces conclusions établissent fermement l'absence de tout rongeur « domestique » ou péri-domestique, ce qui n'est pas tout à fait exact puisque la souris et le hamster sont malgré tout présents, tous deux aptes à héberger des puces de rongeurs sauvages. On regrettera donc qu'une récolte systématique de leurs parasites n'ait pas été effectuée, pas plus qu'une analyse complète des puces des habitats.

7En tous les cas, en l'absence de Pulex irritans, la peste du Kurdistan fut d'abord interprétée par M. Baltazard comme le résultat d'un transfert des puces de mérions aux hommes. La transmission familiale relevée à Gheydar, du mort à la jeune fille, sans suite, comme il s'est souvent trouvé dans des douars marocains, ne fut pas cette fois attribuée aux puces d'homme. Pourtant, à cette époque déjà, M. Baltazard évoquait les épidémies anciennes qui s'étaient produites dans le Kurdistan persan, consignées par J.-D. Tholozan. Mais embarrassé sans doute par l'absence de Pulex irritans, il n'en commente pas encore l'épidémiologie.

Seconde interprétation avec la puce de l'homme

8Avec la découverte de Pulex irritans au Kurdistan, l'interprétation de M. Baltazard comme sa présentation des épidémies pesteuses contemporaines et passées de cette région vont se transformer du tout au tout : les épisodes buboniques jugés jusque là « accidentels » vont changer de nom pour devenir « meurtriers ».

  • 5 M. Baltazard, M. Bahmanyar, P. Mostachfi, M. Eftekhari et C. Mofidi, « Recherches sur la Peste en (...)

9Lorsque nous publiions nos premières recherches sur la peste dans le Kurdistan persan (Baltazard et al., 1952), nous n'avions observé que deux épidémies humaines, toutes deux de peste pulmonaire. Nous avions bien également rencontré quelques cas de peste bubonique, mais toujours isolés et guéris, et relevé l'histoire de deux épisodes limités attribuables à cette forme de peste ; mais nous n'avions pu en cinq ans observer nous-mêmes qu'une seule fois un début d'épidémisation bubonique : à Mazidabad, à partir d'un cas, manifestement d'origine champêtre, s'était produit un second cas, familial. Cependant, la notion de l'existence ancienne d'épidémies de peste bubonique pure, limitées mais meurtrières, était parfaitement établie pour le Kurdistan persan. Si Tholozan n'avait pu observer lui-même aucune des épidémies qu'ils avait magistralement décrites et situées, par contre une enquête très complète sur une des épidémies les plus meurtrières du Kurdistan, celle de 1871, avait été faite sur place par le médecin persan Mirza Abdulali de Tabriz et le Dr Vartabett [...], puis par le Dr Castaldi [...] et le Dr Paduan, par le Dr J. L. Schlimmer [...] et enfin par le Dr Telafous [...]. Les constatations publiées par ces auteurs se recoupent avec exactitude, mais c'est à Schlimmer [...] que nous devons les observations épidémiologiques les plus utiles.5

  • 6 J. L. Schlimmer, Terminologie médico-pharmaceutique et anthropologique française-persane », 1874, (...)
  • 7 B. Parrenne, 1983, op. cit., p. 77.
  • 8 L. Arnaud, Une enquête sur la peste dans le Kurdistan persan, Impr. F. Pichon, Paris, 1882, 47 p.

J. L. Schlimmer étudia trois foyers de l'épidémie de 18716 dans la ville de Bana (actuellement Baneh), et dans les villages de Kaniniacé et de Karawa (actuellement Kani Nioz et Qahrabad).
A Baneh, l'atteinte ne fut pas aussi « meurtrière » que le dit M. Baltazard : suite à l'arrivée d'un sujet infecté, on relève 63 morts, sur environ 4000 habitants que compte alors la ville, soit 1,5 % de mortalité, et 119 cas, soit 3 % de morbidité. Ces chiffres sont très bas pour une agglomération importante. Ces 119 cas se répartissent dans 44 familles, touchant donc en moyenne 2,7 personnes par famille comptant 6,8 personnes (mais 161 cas à Baneh selon B. Parrenne7).
A Kaniniacé, dans les mêmes conditions qu'à Baneh, l'épidémie se déclenche après l'arrivée d'un pestiféré au village. Elle n'aurait fait ici que 7 cas et M. Baltazard ne la décrit pas.
A Karawa, l'atteinte, pourtant villageoise (la localité compte environ 100 habitants), est beaucoup plus sévère : introduite par les vêtements d'une femme pestiférée défunte qu'un villageois a reçus en héritage, l'épidémie fait 35 cas dont 27 morts, soit un tiers de la population touchée.
On peut ajouter à cette rétrospective des pestes au Kurdistan persan les deux épisodes étudiés par le Dr. L. Arnaud8 en 1881 et 1882 dans les villages de Ouzoun-Déré, où la maladie toucha 289 des 524 habitants et fit 155 morts, et de Dehi-Mansour où, sur 130 habitants, 63 personnes furent atteintes dont 49 moururent. Les taux sont forts mais, dans les deux cas, il s'agissait à nouveau d'épisodes de peste pulmonaire.

  • 9 M. Baltazard, M. Bahmanyar, P. Mostachfi, M. Eftekhari et C. Mofidi, 1960, op. cit., p. 144.

10Avec l'étude de J. L. Schlimmer cependant, M. Baltazard tient cette fois la puce coupable : Mais si la piqûre de ces puces [des rongeurs sauvages] pouvait expliquer les cas sporadiques isolés, elle ne pouvait pas être accusée de l'épidémisation villageoise et encore moins urbaine. Ces puces, maintenant, nous les connaissons bien, pour en avoir entretenu d'imposants élevages et expérimenté avec elles dans toutes les voies possibles : une seule espèce, la petite Xenopsylla du groupe conformis, maintenant identifiée comme Xenopsylla buxtoni, était capable de piquer l'homme, mais avec la plus extrême répugnance et seulement lorsqu'elle y était forcée par une famine prolongée. C'est dans cette répugnance que nous trouvions l'explication de la rareté des cas humains en zone de permanence de la peste sauvage, ainsi que du fait que jamais aucun d'entre nous, ni aucun de nos creuseurs de terriers n'avait été contaminé au cours de nos longues opérations de défonçage en territoire pesteux. Comment prétendre que de telles puces, jamais retrouvées dans nos vêtements au retour des journées passées à les récolter à croupetons dans les excavations des terriers ouverts, abandonnant l'homme avant même de s'être complètement gorgées dans tous les essais expérimentaux, auraient pu être rapportées des champs en nombre assez grand pour expliquer ces bouffées de cas familiaux simultanés. Seul, le processus de transmission interhumaine, étudié par Georges Blanc et l'un de nous au Maroc (Blanc et Baltazard, 1945), pouvait être en cause ici en l'absence de rongeurs domestiques et particulièrement de rats, porteurs de puces piquant l'homme, seuls les ectoparasites humains pouvaient transmettre l'infection ; ils ne pouvaient s'infecter que sur l'homme. La peste épidémique du Kurdistan devait être la peste bubonique interhumaine à l'état pur, telle qu'elle avait pu régner sur le monde aux temps anciens : les maisons de terre basses et sombres, fraîches en été, chaudes en hiver, aux somptueux tapis dépenaillés, grouillaient de Pulex irritans ; dans le riche et lourd costume kurde, jamais quitté au cours des longs mois de l'hiver glacé, pullulait Pediculus corporis. Il nous restait à attendre l'occasion d'une épidémie bubonique, occasion rare, si l'on en jugeait par le passé9.

  • 10 M. Baltazard, B. Seydian, C. Mofidi, M. Bahmanyar et R. Pournaki, « Sur la résistance à la peste d (...)

11Dans ce texte, on relève plusieurs paradoxes : on retrouve ainsi la notion d'« extrême répugnance » à piquer l'homme, accordée cette fois à Xenopsylla buxtoni alors que, dans ses écrits un peu antérieurs, M. Baltazard la décrivait comme expérimentalement apte à piquer l'homme. Cette notion de répugnance avait déjà servi à écarter Xenopsylla cheopis du processus de transmission. Pourtant, le rôle exclusif de celle-ci avait été finalement reconnu par M. Baltazard pour l'addition des « cas par cas » en Inde, cas par cas qui montra que cette puce, en dépit de sa « répugnance », opéra en Inde 12 millions de piqûres mortelles sur des hommes... Cette répugnance qui avait déjà été si fermement invoquée pour Xenopsylla cheopis ne l'est plus dans ce texte sur le Kurdistan, puisqu'il est ici insisté au contraire sur l'absence des rats et de leurs puces « piquant l'homme ». M. Baltazard se contredira une nouvelle fois quelques années plus tard en écrivant : [...] si les Xenopsylla de mérion piquent l'homme volontiers, par contre la survie de nombreux animaux en territoire infecté empêche la libération de ces puces10. Cette fameuse répugnance de Xenopsylla buxtoni est donc aussi « variable » et aussi peu convaincante que celle, antérieurement affirmée, de Xenopsylla cheopis.

12En second point, Pulex irritans est à présent signalée comme très abondante, été comme hiver, sans qu'on sache pourquoi elle ne fut pas repérée lors des quatre années de recherche antérieures. D'autre part on ne sait pas en quelles proportions cette puce infeste les maisons, pas plus qu'on ne dispose d'informations sur d'autres espèces potentielles pouvant parasiter l'habitat, comme c'est le cas en Afrique, au Maroc, à Madagascar, etc. Enfin, il n'est pas mentionné à propos de l'épidémisation urbaine que l'atteinte de Baneh ne dépassa pas 3 % de morbidité, alors que dans un tel contexte, infesté de puces et de poux d'hommes, l'épidémie aurait dû, selon le raisonnement élaboré par M. Baltazard, ravager au moins un tiers de la ville. Ajoutons que M. Baltazard ne s'explique pas non plus sur le caractère limité qu'il reconnaissait lui-même auparavant à ces épisodes buboniques. J. L. Schlimmer insiste, pour prouver le danger que représentent les hardes, sur le fait que dix cas de peste fatale sont advenus dans la maison où les hardes infectées avaient été déposées. Il eut donc fallu que plusieurs milliers de Pulex irritans fussent présentes dans ces vêtements pour parvenir à infecter dix personnes d'un coup, là où une quinzaine de Xenopsylla a pu suffire. Ce chiffre assez prodigieux rend la contamination par les ectoparasites humains assez douteuse.

13M. Baltazard et son équipe vont avoir l'occasion de se pencher sur trois épidémies de peste « bubo-septicémique » :

  • 11 M. Baltazard, M. Bahmanyar, P. Mostachfi, M. Eftekhari et C. Mofidi, 1960, op. cit., p. 151.

14La première éclate au cours de l'hiver 1952 : La première épidémie de peste bubo-septicémique qui se produisit en Iran depuis le début de nos recherches ne devait être connue qu'avec un retard considérable. Au début de février 1952, à l'époque où la neige coupe les routes du Kurdistan, la nouvelle parvenait à Téhéran d'une épidémie d'une quarantaine de cas au village de Gozar Darreh [...]. L'équipe de l'Institut Pasteur ne parvenait sur place que le 10 février ; l'épidémie était terminée, ayant totalisé 48 cas avec 45 morts [...]. L'hiver rigoureux, confinant les gens dans les maisons limitera l'épidémie au village même : seul un malade en incubation [...] ira mourir dans un village voisin ; sept jours plus tard la femme qui l'a veillé mourra à son tour de la peste, mais l'infection s'arrêtera là11.

  • 12 Ibidem, p. 152.

15Le second épisode eut lieu en juin : Au début de juin de la même année 1952, la nouvelle parvenait à Téhéran d'une épidémie bubonique au village de Gawmichan [...]. L'équipe de l'Institut Pasteur parvenait très rapidement au village, mais la malchance voulait qu'elle y ait été devancée de peu par une équipe de désinfection qui avait traité tout le village par pulvérisation de pétrole-DTT : aucune puce ne survivait dans les maisons, tapis, couvertures et vêtements12. L'épidémie fit 15 cas, dont 8 morts.

  • 13 Ibid., p. 152.

16Six ans plus tard, il est possible à l'équipe d'observer une peste au village de Zeïnal Kandi, comptant 136 à 140 habitants. Avant l'intervention par chimioprophylaxie, 6 cas mortels s'étaient produits, presque simultanément dans deux maisons et 4 autres avaient suivi « à une semaine d'intervalle environ ». Cette fois, il est procédé à une collecte des puces dans les maisons. M. Baltazard explique leur faible densité par le fait que les maisons ont été récemment construites, un an auparavant. (Pourtant, on notera que le groupe de paysans émigré du village voisin et fondateur de cette localité ne pouvait pas ne pas avoir emporté avec lui, dans les vêtements, les couvertures, les tapis, les puces qui sont censées y « grouiller »). Il l'explique également par la saison rigoureuse (novembre), argument qui n'est pas en revanche avancé pour l'épidémie de Gozar Darreh survenue en plein hiver. La récolte dans les quatre maisons infectées s'élevait à 10, 11, 11 et 25 Pulex irritans en trois nuits. Malheureusement, il n'est pas fait état de la recherche de ces Pulex sur les habitants, ni de la recherche d'autres espèces de puces avec d'autres pièges dans les maisons. L'enquête sur les rongeurs montrait dans les habitats et aux champs comme toujours au Kurdistan que de rares Mus musculus. [...] A moins de 100 m du village, l'aire à battre montrait de nombreux orifices de terriers, tous demi éboulés, obstrués par des débris [...] signes d'abandon ou de mort13. Deux de ces terriers de mérions livraient les cadavres momifiés de 5 Meriones vinogradovi [espèce à haute sensibilité], le troisième un petit hamster, Cricetulus migratorius, capturé vivant [espèce à haute résistance] sur lequel étaient récoltées 5 Xenopsylla buxtoni. Dans les déblais des trois terriers étaient récoltées 10 autres Xenopsylla. A un kilomètre, trois terriers livraient encore 10 cadavres de Meriones vinogradovi, un Cricetulus migratorius vivant, et des puces. Les expériences de laboratoire montrèrent qu'un des lots de Pulex irritans était infecté de même que les Xenopsylla buxtoni récoltées sur le hamster.

17M. Baltazard va rapidement conclure sur le mécanisme épidémique de cette peste comme des autres épisodes survenus au Kurdistan : Ces trois épidémies bubo-septicémiques montraient donc une histoire identique à celle des épisodes étudiés par les anciens auteurs ; la dernière nous permettait de réunir toutes les preuves des processus en cause. Présence aux abords du village d'une peste épizootique d'une des espèces de mérions à haute sensibilité [...], survie des puces assurée par la présence de rongeurs résistant à l'infection [il s'agit ici de Cricetulus migratorius], contamination humaine aux champs au moment des labours, transmission interhumaine par Pulex irritans infectée sur les mourants septicémiques. Nous avions recherché et attendu cette certitude de l'infection de la puce humaine en Iran comme la preuve d'une évidence, aucun autre mode ne pouvant être invoqué pour expliquer l'épidémisation et son caractère explosif : en l'absence du rat et de ses puces, la peste interhumaine se présentait ici à l'état pur. Fermant ainsi après dix-sept ans le cycle de recherches ouvert par Georges Blanc et l'un de nous au Maroc, nous avions retrouvé en Iran, cette peste telle que nous l'attendions : brutale et brève ; il lui manquait ici, comme dans tous les pays sans rats, la relance constante des cas humains sporadiques nés du fond épizootique murin. Tous les arguments autrefois invoqués contre l'évidence marocaine se présentaient à nouveau à nous : la puce humaine s'infectait mal, la septicémie humaine était trop brève et pauvre, la puce humaine se « bloquait » mal et n'était qu'un piètre vecteur, la puce humaine perdait vite son infection et ne pouvait être qu'un « vecteur vicariant ». A tous ces arguments, nous pouvions d'ailleurs nous-mêmes en ajouter un autre : la puce humaine ne vit pas sur l'homme, mais dans les tapis et couvertures, et ne se gorge au maximum qu'une fois par vingt-quatre heures, la nuit, ce qui lui retire encore des chances de rencontrer la brève septicémie humaine. De fait, capturant dans les maisons de pesteux morts depuis dix jours 57 Pulex irritans [il s'agit des lots de Gozar Darreh, cités ci-dessus], nous devions, d'après les résultats de l'inoculation par petits lots à la souris, admettre que selon toute vraisemblance, une seule de ces puces était infectée. Et cependant, si médiocre que fût ce vecteur, c'était bien lui, parce qu'il était nombreux, obligé de piquer l'homme, lié à sa maison, qui était le facteur d'épidémisation de la peste et il ne pouvait y avoir d'épidémisation véritable sans lui. Pulex irritans était capable de créer l'infection en chaîne, chaque nouveau cas mortel septicémique infectant de nouvelles puces, et de la maintenir ainsi pendant un mois comme nous l'avions vu à Gozar Darreh, voire deux mois comme l'avaient noté les auteurs anciens à Baneh, où seule l'évacuation avait eu raison de l'épidémie : elle apportait la multiplication des cas en opposition à la seule addition que pouvaient ailleurs engendrer les puces de rat.

18Plus loin, M. Baltazard ajoute : Cette peste interhumaine est brutale, rapide, explosive, épidémique au sens vrai du terme ; cependant, villageoise par son origine même, elle tend toujours à une « limitation spontanée »

  • 14 Ibid., p. 153-154.

19(Tholozan) qu'expliquent au Kurdistan le faible peuplement des villages, les longues distances qui les séparent, la rareté et la difficulté des communications. Cependant, introduite dans des collectivités plus denses, comme la petite ville de Baneh en 1871, cette peste est capable d'y retrouver, par le seul pouvoir de Pulex irritans, et de la multiplication des cas humains septicémiques, l'aspect à la fois explosif et durable qui lui a valu son renom historique14.

20Cette conclusion recèle à nouveau de bien nombreux paradoxes :

  • pour la première fois, M. Baltazard reconnaît lui-même que la puce d'homme est un « médiocre » vecteur, mais que cette médiocrité est compensée par son abondance. Or il signale la pauvreté du village de Gozar Darreh en Pulex irritans, dont en outre un seul exemplaire est infecté, sans évoquer les quatre premières années où il conclut que cette puce était rare au Kurdistan. Ajoutons que l'épidémie de Gozar Darreh, qu'il attribue malgré tout à Pulex irritans, démarre par six cas mortels simultanés, qui ne peuvent donc pas être imputables à une transmission en chaîne via la puce de l'homme. Dans le contexte analysé, il est évident que l'infection simultanée fut causée par des puces de mérions, Xenopsylla buxtoni. Rien ne permet d'éluder le fait que ces puces se soient donc retrouvées sur les morts, dans leurs maisons, et aient infecté les autres personnes.
  • les mérions étaient décrits en 1952 comme fuyant l'homme et creusant leurs terriers loin des villages, à flanc de colline dans les zones non cultivées où leurs terriers permanents ne peuvent être détruits par la charrue15. Or on les retrouve ici dans l'aire à battre, à 100 mètres des habitats, et qui plus est dans un lieu « céréalier » propice à la vie des puces. En outre, l'étude de J. M. Klein sur les puces des mérions d'un foyer naturel de peste au Kurdistan iranien, livre une donnée particulièrement intéressante sur les litières de ces rongeurs : Selon leur nature, les litières sont plus ou moins favorables au développement larvaire des espèces de puces, dont elles constituent le biotope. La paille de blé est la plus fréquemment rencontrée chez M. vinogradovi, et constitue probablement l'un des facteurs favorisant la multiplication de N. i. iranus dans les litières de ces mérions. Il n'est pas rare de rencontrer dans les litières de M. persicus en particulier, de vieux habits déchiquetés de paysans et qui sont alors très riches en puces et en larves (N.i. iranus et formes hivernales)16. Cet aspect de la composition de la litière, paille de blé et vieux vêtements, montre à quel point la « sauvagerie » des mérions peut être relativisée et que leur fréquentation des zones anthropisées et des champs en culture doit être prise en compte et considérée comme importante dans les contacts pouvant être établis entre mérions et hommes. Que des grains mêlés de puces soient rapportés dans les maisons, et les risques d'introduire l'infection par ce biais sont grands. Malheureusement, aucune donnée ne nous est livrée par M. Baltazard sur la présence de ces puces dans les débris de céréales de l'habitat, pas plus que sur l'éventuelle présence de Xenopsylla buxtoni sur Mus musculus.
  • 17 A. Farhang-Azad, « The flea fauna of Iran. IX. Distribution and Hosts », Bull. de la Soc. de Patho (...)
  • 18 M. Baltazard, et al., 1952, op. cit., p. 444-445.

21Mais l'étude de A. Farhang-Azad sur la faune pulicidienne de l'Iran nous permet de combler cette information manquante : Xenopsylla buxtoni parasite les quatre espèces de mérions vivant au Kurdistan, Meriones tristrami, Meriones vinogradovi, Meriones libycus et Meriones persicus, mais aussi Cricetulus migratorius et Mus musculus. Elle est la plus abondante sur les rongeurs (60 à 70 %) avant Nosopsyllus (25 %). Sa localisation est Hamadan et Kazvin, c'est-à-dire le Kurdistan, dans la zone même du foyer pesteux, et Tehran. On a donc bien une puce de mérion piquant l'homme susceptible de passer sur Cricetulus (Meriones tristrami et Meriones vinogradovi étant hautement sensibles, leurs terriers vides peuvent être visités par Cricetulus), puce également capable d'infester le grain accumulé dans les terriers, de vivre sur Mus musculus et de parasiter l'habitat. Il est donc regrettable que M. Baltazard, qui reconnaît à cette puce l'origine de l'infection, n'ait pas souhaité évoquer cette piste épidémique très vraisemblable17. D'autant que, en 1952, il notait lui-même que Les Xenopsylla sont rencontrées en très grand nombre sur les animaux ou dans les terriers. Certains terriers dans lesquels ont été trouvés des animaux morts de peste, hébergeaient jusqu'à 50 Xenopsylla qui se tenaient tout près de l'entrée du terrier. Les Nosopsyllus sont présentes sur les animaux ou dans les terriers en quantité supérieure ou au moins égale aux Xenopsylla ; dans les terriers vides, elles sont trouvées seulement vers le fond ou dans la chambre du terrier, jamais près des orifices ; de même pour les Stenoponia, en nombre très inférieur18.

22On se trouve donc en présence de nombreuses Xenopsylla vivant à l'entrée des terriers vides, et les plus à même de passer sur les hommes.

Le foyer kurdo-caspien : la peste en Syrie, en Turquie et en Irak

23L'étude de la peste au sud de la Turquie, au nord de la Syrie et de l'Irak, que les conditions écologiques identiques permettent à M. Baltazard d'associer au même foyer « kurdo-caspien », aide à affiner l'analyse.

24L'étude épidémiologique rétrospective menée en 1955 sur la petite explosion de peste de mars 1947 indiquait l'existence de trois foyers distincts : l'un en Turquie, au village d'Harbetulgazel, portée au village de Telseyf, les deux autres en Syrie, l'un dans la petite région de El Qâlta, intéressant quatre villages et faisant environ 150 morts, d'où l'infection s'était portée au village de Hammâm Tourkmâne (peu de cas), l'autre dans deux villages proches l'un de l'autre, Sfaïyâne Mardoud et Ouasta, n'ayant subi chacun qu'un seul cas.

  • 19 M. Baltazard et B. Seydian, « Enquête sur les conditions de la peste au Moyen-Orient », Bull. Org. (...)
  • 20 M. Baltazard et B. Seydian, 1960, op. cit., p. 159.
  • 21 Ibidem, p. 160.

25En Syrie, l'épidémie de 1947 touche essentiellement le groupe de tentes de Cheïkh Hassane. Notons que ces quatre groupes de tentes, dont celui de Cheïkh Hassane, sont centrés par une ou deux constructions (maisons, moulin ou entrepôt)19 appartenant à la petite région de El Qâlta. On retrouve donc ici l'élément céréalier. A Cheïkh Hassane, la peste fait 74 morts dans 16 des 60 à 70 tentes formant le village, à raison de 10 au maximum par tente à 2 au minimum, sous forme de « brèves bouffées familiales ». L'épidémie dans ce village n'a pas duré au total plus de trois semaines. Il en va de même au village de Khneiz Moujâdamé, avec un nombre de cas à peine inférieur, pour un nombre de tentes à peu près égal ; les deux autres villages, beaucoup moins importants, El Rhâzli et El Qâlta, ne fournissent que des renseignements trop confus pour qu'il puisse en être tenu compte20. Dans cette région, l'enquête sur les rongeurs montre des conditions comparables à celles du Kurdistan : sur 2 116 rongeurs récoltés, on compte 90 % de mérions, puis la grande gerbille (Tatera indicaa), la gerboise, le bandicot. Le piégeage confirmait l'absence de rats et la seule présence de la souris domestique Mus musculus dans les maisons ; la densité de la puce humaine, Pulex irritans, y était extrêmement forte, spécialement sous les grandes tentes des nomades21. Malheureusement, il n'est fait allusion à aucune recherche concernant d'autres puces, que ce soit dans l'habitat ou sur les souris.

  • 22 Ibid., p. 160.

26En Turquie, la composition de la faune des rongeurs sauvages était identique : 90 % de mérions, et particulièrement 80 % de M. vinogradovi, espèce sensible, mais 1 % de M. lybicus, espèce résistante, considérée comme facteur de pérennité de l'infection. Moins fréquente également, se rencontrait la gerbille Tatera indica, espèce résistante. S'ajoutaient d'énormes peuplements du petit campagnol Microtus guentheri. Les mérions portaient la même puce qu'au Kurdistan persan, Xenopsylla buxtoni, les gerbilles Xenopsylla astia (espèce pestigène également rencontrée en Inde, mais moins efficace que Xenopsylla cheopis). De même, aucun rat n'existait dans les maisons ou les dock-silos, mais on y capturait la souris Mus musculus. M. Baltazard signale de nouveau l'abondance de la puce humaine dans les maisons mais ne livre, là non plus, aucune information sur d'autres puces parasitant éventuellement l'habitat ou la souris. Il est intéressant de relever que cette année 1947 avait connu une extraordinaire pullulation des rongeurs au printemps [...], restée mémorable comme « sentel djeradi » (« l'année des rongeurs ») [...]. Nous entendions, comme nous l'avions déjà bien souvent entendu ailleurs, l'histoire d'une véritable invasion de rongeurs « venant du désert » dévastant les champs de céréales, celle des paysans obligés de creuser les terriers pour récupérer leur grain [...]22. On retrouve donc ici, comme au Maroc, cette mention de pullulation précédant la peste, et la récolte consécutive des grains enfouis dans les terriers. Sachant par ailleurs la quantité de Xenopsylla buxtoni susceptible d'être présente à l'entrée des terriers de mérions, le ramassage de puces en même temps que la récolte de grains ne fait ici guère de doute.

27Aussi, pour la Syrie et la Turquie comme pour le Kurdistan, il semble évident que l'épidémisation de la peste par des lots de Xenopsylla buxtoni importés doit être envisagée, sans même présager de l'entretien de ces puces à l'état libre dans les débris de céréales des maisons. La brièveté de ces épidémies, en l'absence de rongeurs domestiques assez nombreux pour les maintenir, plaide évidemment plus en faveur de cette hypothèse qu'en faveur de Pulex irritans. Puisque, dans le cas où cette dernière serait vectrice, et au vu de son abondance, rien n'explique que l'épidémie ne s'étende pas plus longuement. Il faut donc particulièrement regretter que l'enquête de M. Baltazard n'ait fourni aucune indication sur la présence de Xenopsylla buxtoni sur les morts ou dans l'habitat, et se soit arrêtée à la seule reconnaissance de Pulex irritans.

  • 23 Ibid., p. 163.

28Le Kurdistan irakien était également rattaché au foyer du Kurdistan iranien et turc, en raison de l'absence de rats et de sa faune de rongeurs homogène, cette faune se prolongeant sans discontinuité jusqu'à la Mer Caspienne. L'existence de foyers permanents de peste du mérion en Transcaucasie permettait de relier le foyer kurde au foyer dit du sud-est de l'URSS, qu'unifient des conditions bio-zoologiques identiques et une peste à caractères bio-chimiques particuliers, nulle part ailleurs retrouvée dans le monde23. La mission d'étude se fixa à Penjwin, à la frontière iranienne. L'enquête sur les rongeurs concernait 74 villages et démontrait également l'absence de rats. Cette zone de peste à mérions sans épidémisation par le rat devait donc être nommée par M. Baltazard le « foyer kurdo-caspien ».

  • 24 Ibid., p. 163.
  • 25 F. Akrawi, Etudes sur la peste en Mésopotamie, Thèse de médecine, Faculté de Médecine de Paris, 19 (...)

29En l'absence d'une domination de mérions, le cas du sud de l'Irak montrait un visage à part : notons que M. Baltazard relève que Bagdad, à la période moderne, avait été touchée beaucoup plus souvent et beaucoup plus longuement que les régions rurales de la basse Mésopotamie. Or Bagdad est une grande ville infestée de rats24. F. Akrawi note que l'épidémie de 1773-1774fut, avec celle de 1831, la plus terrible dans l'histoire moderne du pays. Elle dépeupla Bagdad et Bassorah. On estime que cette épidémie causa pour tout le pays la mort de près d'un million de ses habitants dont 200 000 pour Bassorah et ses environs et on ajoute que ces chiffres ne doivent pas paraître exagérés quand on pense que chaque jour la mortalité était de trois à sept mille personnes et cela pendant cinq mois. La peste fit en 1831 un terrible retour sur ces lieux, causant en un mois seulement 60 000 morts à Bagdad sur une population évaluée à 150 000 personnes. En 1876, elle commit à nouveau de graves ravages mais les épidémies récentes de 1918-1926 furent relativement peu importantes, excepté en 1919 où l'attaque fut assez forte25.

  • 26 M. Baltazard et B. Seydian, 1960, op. cit., p. 165.
  • 27 Ibidem, p. 164.

30L'enquête menée par M. Baltazard sur les rongeurs de basse Mésopotamie révéla au contraire un visage de la peste contemporaine bien différent, et joint à l'absence de rat. Les épidémies dans les villages sont toujours « brutales et brèves », durant moins d'un mois, ou un mois. Dans cette région dominent la grande gerbille Tatera indica (51 %), espèce résistante susceptible d'entretenir l'infection, et le bandicot Nesokia indica (27 %), espèce sensible pouvant lui conférer le caractère épizootique, et portant la puce Xenopsylla astia. M. Baltazard observe dans cette région l'extrême promiscuité de ces rongeurs (spécialement Tatera indica) et de l'homme26. Pourtant, il conclut que l'enquête épidémiologique [rétrospective] démontrait [...] l'évidence d'une transmission interhumaine de l'infection27.

  • 28 B. Parrenne, 1983, op. cit., p. 77.

31Dans le cas du foyer kurdo-caspien comme dans celui de la basse Mésopotamie, M. Baltazard n'a livré aucune information sur les espèces de puces pouvant parasiter temporairement la maison et les habitants, revenus des champs, des moulins, des silos. On a vu pourtant dans le premier foyer la brièveté des atteintes et leur caractère souvent limité en dépit, partout, d'une abondance de Pulex irritans. Ajoutons ici qu'un recensement des cas de peste humains dans le foyer kurdo-caspien depuis le réveil de 1947 jusqu'en 1962, fait état de sept épidémies, toutes de faible incidence, ayant provoqué 161 cas dont 143 mortels, sans négliger dans ce décompte l'importance des cas de peste pulmonaire (comme les 57 cas de Sameleh en 1947, les 7 cas de Kaderabad en 1962)28. On a vu l'existence de puces libres piquant l'homme, les Xenopsylla buxtoni, vivant à l'orifice des terriers de mérions morts, terriers souvent très proches des habitations humaines, situés dans des moulins, des aires de battage, ou simplement dans les champs cultivés où les mérions les emplissent de grains, dans toute la zone kurdo-caspienne. On a vu que cette puce parasitait également les hamsters et les souris. En basse Mésopotamie, ce sont les grandes gerbilles et les bandicots, porteurs de Xenopsylla astia, qui vivent en promiscuité avec l'homme. Rien donc, dans la démonstration de M. Baltazard, ne permet d'assurer « l'évidence » d'une contagion par Pulex irritans. Et rien ne s'oppose à ce que les puces pestigènes Xenopsylla buxtoni et Xenopsylla astia soient les responsables des courtes bouffées épidémiques. Le faible nombre de ces puces dans les habitations et leur présence épisodique rendraient bien mieux compte de la brièveté et de la faible extension de ces épidémies, alors que Pulex irritans les aurait logiquement entretenues longuement.

32Au vu de ces nombreux arguments, la « preuve » du rôle de la puce humaine dans les foyers de peste kurdo-caspien et de basse Mésopotamie ne paraît ainsi pas plus convaincante que dans le cas du Maroc.

Notes

1 M. Baltazard, M. Bahmanyar, C. Mofidi et B. Seydian, « Le foyer de peste du Kurdistan«, Bull. Org. mond. Santé, 5, 1952, p. 441-472, p. 445.

2 M. Baltazard, et al., 1952, op. cit., p. 442, 444, 445.

3 Ibidem, p. 456-457.

4 Ibid., p. 458, 460-462.

5 M. Baltazard, M. Bahmanyar, P. Mostachfi, M. Eftekhari et C. Mofidi, « Recherches sur la Peste en Iran », Bull. Org. mond. Santé, 23, 1960, p. 141-155, p. 141.

6 J. L. Schlimmer, Terminologie médico-pharmaceutique et anthropologique française-persane », 1874, Téhéran, Lith. D’Ali Gonti-Khan, 1874, 570 p., reproduit dans : M. Eghbal, « Les relations médicales entre la France et l’Iran à travers les âges », Sem. Hôp., 31, Paris, 1955, p. 173 et sv.

7 B. Parrenne, 1983, op. cit., p. 77.

8 L. Arnaud, Une enquête sur la peste dans le Kurdistan persan, Impr. F. Pichon, Paris, 1882, 47 p.

9 M. Baltazard, M. Bahmanyar, P. Mostachfi, M. Eftekhari et C. Mofidi, 1960, op. cit., p. 144.

10 M. Baltazard, B. Seydian, C. Mofidi, M. Bahmanyar et R. Pournaki, « Sur la résistance à la peste de certaines espèces de rongeurs sauvages », Annales de l’Institut Pasteur, 85, n° 4, 1953, p. 411- 442, p. 436.

11 M. Baltazard, M. Bahmanyar, P. Mostachfi, M. Eftekhari et C. Mofidi, 1960, op. cit., p. 151.

12 Ibidem, p. 152.

13 Ibid., p. 152.

14 Ibid., p. 153-154.

15 M. Baltazard, et al., 1952, op. cit., p. 462.

16 J. M. Klein, « Données faunistiques et écologiques sur les puces des mérions d’un foyer naturel de peste au Kurdistan iranien », Bull. de la Soc. de Path. Exot., 56, 1963, p. 1202-1230, p. 1227.

17 A. Farhang-Azad, « The flea fauna of Iran. IX. Distribution and Hosts », Bull. de la Soc. de Pathologie Exotique, 63, 1970, p. 107-126.

18 M. Baltazard, et al., 1952, op. cit., p. 444-445.

19 M. Baltazard et B. Seydian, « Enquête sur les conditions de la peste au Moyen-Orient », Bull. Org. mond. Santé, 23, 1960, p. 157-167, p. 159.

20 M. Baltazard et B. Seydian, 1960, op. cit., p. 159.

21 Ibidem, p. 160.

22 Ibid., p. 160.

23 Ibid., p. 163.

24 Ibid., p. 163.

25 F. Akrawi, Etudes sur la peste en Mésopotamie, Thèse de médecine, Faculté de Médecine de Paris, 1928, 127 p., p. 32, p. 49.

26 M. Baltazard et B. Seydian, 1960, op. cit., p. 165.

27 Ibidem, p. 164.

28 B. Parrenne, 1983, op. cit., p. 77.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540