Version classiqueVersion mobile

Les chemins de la peste

 | 
Frédérique Audoin-Rouzeau

Chapitre IX. Le cas indien : critique de la théorie d'une anadémie

Texte intégral

La théorie de l'anadémie

  • 1 M. Baltazard (présentation faite par G. Blanc), « Nouvelles données sur la transmission interhumai (...)
  • 2 M. Baltazard, 1959, op. cit.

1Après l'expérience marocaine, M. Baltazard va poursuivre ses investigations sur la peste dès 1946 en Iran puis au Kurdistan persan, ainsi qu'en Inde, à Java, puis en Syrie, en Turquie et en Irak, lui permettant, dit-il, de confirmer notre postulat marocain1, tandis que G. Blanc demeure au Maroc et concentre désormais ses recherches sur le typhus exanthéma-tique. Néanmoins il s'associe encore à M. Baltazard en présentant sa communication en 1959 à l'Académie nationale de Médecine, qui résume l'essentiel des conclusions de son confrère sur l'analyse de l'épidémiologie de ces différents foyers de peste2.

  • 3 Ibidem, p. 521.

2On reviendra ultérieurement sur les importants travaux réalisés par M. Baltazard au Proche et au Moyen-Orient, et particulièrement au Kurdistan, pour s'arrêter tout d'abord sur ses recherches effectuées en Inde, qui le conduisirent à scinder en deux le terme « épidémie », « devenu trop étroit ». Il invente donc, pour l'Inde et Java, et pour toutes les régions pesteuses dépourvues de l'agent vecteur Pulex irritans, le nouveau terme « anadémie », visant à définir une forme de peste non épidémique et dont la définition proposée est la suivante : maladie non contagieuse, qui attaque un grand nombre de personnes au même lieu3.

3Ce néologisme, pour la première fois énoncé en 1959, puis à l'OMS en 1960, sera par la suite assez souvent employé par les chercheurs et les médecins.

4Aujourd'hui, les deux termes « épidémie » et « anadémie » sont utilisés pour différencier à juste titre deux types de bouffées infectieuses : si la maladie est contagieuse d'homme à homme, telle la grippe, la variole, il s'agit d'une épidémie. Si la maladie n'est pas contagieuse, tel le botulisme, le tétanos, et que l'on observe une addition de cas, il s'agit d'une anadémie. Certains types de maladies infectieuses, telle la peste associent les deux caractères : anadémique (transmissions multiples à différentes victimes par des puces de rat en divers lieux) et épidémique (transmissions d'homme à homme par ces puces infectées).

5La création de ce néologisme est d'une grande importance car elle découle d'une interprétation toute nouvelle du visage de la troisième pandémie en Inde et à Java, en opposition avec ses manifestations au Maroc et au Moyen-Orient, ou dans l'Occident médiéval et moderne. Là où jusqu'alors tous les chercheurs avaient parlé d'une épidémie indienne (qui fit au total 12 millions de morts), M. Baltazard, avec le terme « anadé-mie », classe la peste indienne dans une autre catégorie, à part des autres : une véritable épidémie de peste est, selon lui, nécessairement sous la stricte dépendance du parasitisme humain ; si bien qu'en Inde, pays dépourvu de Pulex irritans, la maladie ne peut donc pas être une « épidémie ».

  • 4 M. Baltazard et M. Bahmanyar, « Recherches sur la peste en Inde », Bull. Org. mond. Santé, 23, 196 (...)

6En 1952, M. Baltazard fut appelé en Inde par l'OMS à la demande du gouvernement indien aux fins d'étudier les conditions de persistance et de propagation de l'infection. Le choix du terrain d'enquête fut fixé dans les Provinces du nord sub-himalayennes, les Uttar Pradesh (anciennement « United Provinces », communément désignées par l'abréviation de « U.P. »). Cette région était à la fois l'une des zones de persistance endémique et d'extension épidémique les plus fortes de l'Inde, et celle où existait, accumulée depuis les études de la Commission des Indes l'une des plus riches documentations de recherches et de statistiques4.

  • 5 Ibidem, p. 173.
  • 6 Ibid., p. 187.

7L'analyse des conditions épidémiques villageoises de cette région mettait en valeur quatre éléments : l'abondance des rongeurs champêtres, l'abondance des rats, l'absence des ectoparasites humains et la très faible intensité de l'épidémie : Nous notions l'abondance du rat (Rattus rattus) dans les maisons paysannes, abondance que ne peut même imaginer qui ne connaît pas les villages de l'Inde ainsi que les terriers de gerbilles aux abords mêmes de ces villages5. Les cas de peste étaient peu nombreux par rapport à la population totale du village, sporadiques, sans rapport les uns avec les autres. Un seul cas, deux au maximum par maison, jamais d'épidémie familiale, absence complète de toute transmission interhumaine, ce que suffisait à expliquer pour nous le manque quasi absolu d'ectoparasites humains ; une recherche très soignée dans ces villages montrait en effet l'absence de Pediculus dans les vêtements des habitants (poux de tête rares) et de Pulex dans les maisons6.

8Les longues recherches de terrain de M. Baltazard et de son équipe aux Uttar Pradesh apportèrent de précieuses informations sur le rôle des rongeurs sauvages, véritables « détenteurs » de la peste et sur l'importance de ce rôle selon leur plus ou moins grande résistance à la maladie et selon leurs puces spécifiques, susceptibles ou non de passer sur le rat et d'assurer la liaison avec l'homme. Elles aboutirent surtout à la conclusion que, si la peste ne parvenait pas à s'épidémiser dans ces zones infestées de rats et de leurs Xenopsylla cheopis, c'est que l'absence d'ectoparasites humains empêchait le passage d'homme à homme. On était donc en face de simples additions de cas isolés, dus à des passages rares de puces de rongeurs lors des travaux aux champs, et à d'aussi rares passages de puces de rat dans les habitats, ne pouvant en aucune sorte, faute de Pulex irritans, déclencher une nappe épidémique dans les villages.

  • 7 M. Baltazard, 1959, op. cit., p. 519.

9Ce raisonnement élaboré aux Uttar Pradesh fut étendu par M. Baltazard à l'Inde toute entière : La peste n'est pas épidémique en Inde : l'histoire de l'infection humaine à l'échelle du village, reconstituée sur les documents des trente dernières années pour 812 villages de différents districts des Provinces du Nord, montrait que la peste n'y causait qu'une addition de cas sporadiques échelonnés, peu nombreux dans le même temps, donnant au pire de l'infection un pourcentage d'atteintes humaines toujours relativement faible par rapport au chiffre de la population. Les documents laissés par la Commission des Indes, repris dans le même sens, nous montraient le même aspect de l'infection humaine en différentes parties de l'Inde au moment le plus sombre de son histoire (plus de 6 millions de morts pour la période 1898-1908). L'aspect épidémique de la peste en Inde n'était donc qu'un aspect statistique : l'addition des cas par canton, district, province, etc., étant donné l'énorme surface envahie à certaines époques et le nombre des villages atteints (72 613 villages en 1905-1906), aboutissant à des chiffres énormes (près d'un million pour la même période) ; mais à l'échelle du village la peste n'était pas épidémique au sens historique, moyenâgeux, du terme, au sens dans lequel nous l'avons employé lors de l'épidémie marocaine. Pourtant le rat, le Rattus rattus domestique, était plus nombreux dans les maisons des villages de l'Inde et plus infesté de Xenopsylla cheopis qu'il ne pouvait l'être en aucun pays du monde : par contre en milieu rural, les ectoparasites humains manquaient quasi complètement7.

  • 8 M. Baltazard, « Déclin et destin d’une maladie infectieuse : la peste », Bulletin Org. mond. Santé (...)

10Ou encore : Nul en effet ne peut songer à prétendre qu'en aucun temps et en aucun pays aient pu exister plus de rats porteurs de plus de puces qu'en Inde, où cependant la peste n'a jamais, au pire de ses ravages, tué plus de 1 % de la population en zone infectée. Ilfaut donc bien admettre que c'est le facteur qui, heureusement, manquait en Inde, l'épidémisation par les ectoparasites humains, prouvée ailleurs, qui lui a permis d'atteindre en d'autres pays ou en d'autres temps ses terrifiants pourcentages historiques8.

  • 9 M. Baltazard, 1959, op. cit., p. 521.

11Ou enfin : [...] c'est en nous replaçant à l'échelle villageoise, successivement au Maroc et en Iran, puis en Inde et à Java, que nous avons pu montrer qu'ici la simple addition des cas humains dus à la piqûre des puces de rat ne pouvait donner au plein feu de l'infection qu'une morbidité ne dépassant pas 5 p. 100 en un mois par exemple alors que là la multiplication des cas par transmission interhumaine pouvait amener une morbidité de 80 p. 100 dans le même laps de temps9.

12C'est ce texte qui annonce le nouveau terme « anadémie », devenu nécessaire à M. Baltazard pour distinguer deux phénomènes différents :

  • soit l'extension du fléau par les ectoparasites humains « qui seuls peuvent assurer la multiplication des cas » et donc déterminer l'« épidémie », autrement dit « la vraie peste historique » (telle qu'au Maroc)
  • soit la limitation spontanée de la maladie, l'addition de cas par cas, c'est-à-dire l'« anadémie », quand la peste, privée du relais des puces d'homme, ne peut être transmise, rarement, que par les puces du rat.

13Pour qui aurait encore cru au rôle majeur du rat et en la capacité d'épidémisation de Xenopsylla cheopis, la démonstration était exceptionnellement convaincante et semblait porter un coup fatal à l'ancien « dogme ». Le peu d'extensivité de la peste indienne, en l'absence de parasites humains, et en dépit de la pullulation des rats, semblait accréditer définitivement la théorie de la transmission interhumaine via la puce de l'homme.

Faiblesse de l'épidémie indienne

14En considérant sous un autre angle le chiffre impressionnant des 12 millions de morts indiens, et en reprenant les chiffres annuels et mensuels de mortalité et de morbidité consignés par la Commission des Indes, on ne peut que constater, en effet, que la peste en Inde n'a jamais atteint les cotes enregistrées dans l'Occident médiéval et moderne et donner raison sur ce point à M. Baltazard.

  • 10 P.-L. Simond, 1898, op. cit.
  • 11 J. Masselos, « The Outside Inside : Incursions into the Marathi Household at the end of the Ninete (...)

15A Bombay, où la densité urbaine entraîne pourtant une surmortalité par rapport à la campagne, P.-L. Simond10 estime à 32.000 décès et à 38.000 cas le bilan de l'épidémie annuelle de 1897-98, en révisant les chiffres officiels d'un quart à la hausse en raison des « efforts déployés par les indigènes pour dérober leurs malades aux recherches de la police ». Soit, pour une population de 800 000 habitants, mais diminuée de moitié (car 400 000 personnes avaient fui la ville, ainsi que le rappelle J. Masselos11), un pourcentage de 8 % de mortalité et de 9,5 % de morbidité. L'année précédente, environ 27 000 personnes auraient été touchées, soit 6,7 % de la population. Chiffres qui, pour une ville aussi grande que Bombay, sont particulièrement bas en comparaison des ponctions observées dans les villes pestiférées de l'Occident ancien.

16La faiblesse de l'épidémie à Bombay est d'ailleurs soulignée, immeuble par immeuble, par les chercheurs de la Commission des Indes, qui relèvent une moyenne basse de 3 cas par immeuble :

  • 12 Indian Plague Commission, 1907, op. cit., p. 877-878 (trad.pers.).
  • 13 Ibidem.

Si la peste est une maladie infectieuse, l'existence de cas multiples dans une maison devrait être courante. Une enquête sur la fréquence relative des cas isolés et des cas multiples dans les maisons devrait éclairer la question de l'expansion de l'infection par contact avec un malade. D'après notre expérience, on trouva rarement deux cas ou plus dans une maison. Nous nous sommes particulièrement concentrés sur ce point, car lors des épidémies de 1906 et 1907, nous nous efforçâmes continuellement de trouver des cas de cette sorte dans l'intention d'utiliser les maisons pour mener des expériences sur des cobayes. En outre, nous avons analysé une grande quantité de données relatives à cette question, tirées des comptes-rendus sur les épidémies de 1903 à 1906, cette dernière année comprise. On notera tout d'abord que le nombre moyen de cas par immeuble est très bas, pour tous les quartiers durant les mois de l'épidémie, ne dépassant jamais trois cas par immeuble. Sachant que les immeubles abritent en général un nombre important de personnes réparties en familles dans des logements séparés, cette basse moyenne par immeulble suggère sans aucun doute que le nombre de cas moyen par logement doit être très faible12.
A Bombay, les cas multiples, simultanés ou rapidement échelonnés, peuvent être expliqués par un « agent infectieux commun ». L'étude de ces cas montre la présence de rats morts, le caractère infectieux de la maison étant associé à la présence de puces de rat en nombres inusités13.

17Les enquêtes menées par la Commission des Indes dans quatre villages de la proximité de Bombay, infestés par les rats, donnent des chiffres de mortalité encore bien inférieurs, similaires à ceux obervés par M. Baltazard dans la province des Uttar Pradesh :

  • 14 Indian Plague Commission, « Observations made in four villages in the neighbourhood of Bombay », « (...)

En 1906, à Parel, l'épidémie fait 28 cas dont 21 décès, sur une population de 3 525 habitants, soit une mortalité de 0,6 % et une morbidité de 0,8 %. la même année, le village de Worli connaît trois cas importés de Bombay, et sans suite14.
Dans la ville de Poona, située à 75 miles au sud-est de Bombay, et qui compte 111 381 habitants, on note 9 % de mortalité en 1899, la plus forte de la décennie. De 1900 à 1906 (avant les mesures anti-peste), les taux de mortalité s'échelonnent entre 2,5 % et 5,8 %, autour d'une moyenne de 4 %.
Dans le Punjab, les villages de Dhand (2 000 habitants) et de Kasel (4 000 habitants) montrent des profils également bas : à Dhand, 87 morts en 1902 sur 157 atteints, soit 2,1 % de mortalité et 7,8 % de morbidité ; en 1904, 376 atteints dont 241 morts, soit 12 % de mortalité et 18 % de morbidité ; en 1905, 47 atteints dont 21 morts, soit 1 % de mortalité et 2,3 % de morbidité ; en 1906, 32 atteints dont 19 morts, soit 0,9 % de mortalité et 1,6 % de morbidité. Les cas isolés sont en outre majoritaires. Dans 21 maisons n'ayant présenté qu'un seul cas, on compte jusqu'à 86 contacts ou relations intimes qui n'ont pas été touchés. On relève trois cas dans une unique maison, 2 cas dans quatre maisons. Cependant, 7 cas (21 %) sont clairement reliés à une visite rendue dans une maison ayant présenté un cas de peste. A Kasel (3 938 habitants, 806 maisons), on relève 487 cas dont 225 morts d'octobre à janvier 1902-1903 ; puis 386 cas, dont 273 morts, de décembre à avril 1904 ; 342 cas, dont 210 morts, de février à avril 1905 ; enfin 75 cas d'avril à juillet 1906, soit des pourcentages de mortalité de 5,7 %, de 6,9 %, et de 5,3 %, et de morbidité de 12 %, 9,8 %, 8,6 % et 1,9 %. A Kasel également, en 1906, 91 % des cas sont directement imputables à des découvertes de rats morts dans la maison ou dans l'environnement immédiat, et 9 % sont liés à des visites effectuées dans des maisons infectées.

18Qu'il s'agisse de villes ou de villages, de Bombay ou de Poona, de la province du Punjab ou des Uttar Pradesh, l'évidence s'impose sans aucun doute : l'atteinte de la peste indienne est faible, la mortalité varie de 0,5 % à 12 %, les cas multiples sont rares, bien que pourtant la maladie s'installe, comme à Bombay, pour de longs mois. Néanmoins, un certain nombre de cas dérivent directement d'un contact avec un pestiféré.

19Il est donc tout à fait exact que cette peste indienne ne peut donc se comparer quantitativement aux épidémies qui dévastèrent l'Occident médiéval et moderne : la mortalité atteint en Inde des taux maximaux de 12 %, qui correspondent plutôt à la moyenne grossière de la faible peste rurale historique en Europe.

La présence de Pulex irritans en Inde

20M. Baltazard expliquait cette faible atteinte par l'absence de la puce de l'homme en Inde. Ce point essentiel de sa démonstration exige donc d'être à son tour examiné.

  • 15 R. Iyengar, « The Siphonaptera of the Indian Subregion », Oriental Insects, suppl. 3, The associat (...)

21L'étude entomologique de R. Iyengar concernant le sous-continent indien ne conclut pas de manière aussi tranchée : l'espèce Pulex irritans n'est pas absente, mais elle est largement confinée aux régions d'altitude, au climat tempéré, et est plus rare en plaine15.

22Rappelons qu'en Inde la majorité du territoire se situe à des altitudes élevées et que les plaines sont rares : très étroite plaine le long du littoral ouest (où se situe Bombay), plaine du Gange au sud des contreforts himalayens, plaine du nord-ouest, s'étendant du Penjab jusqu'à la mer d'Oman, plaine centrale au sud de Nagpur. Toute la pointe sud et une grande partie du centre de la péninsule est constituée de hauts plateaux s'élevant de 500 à 2 000 mètres.

23Quand on superpose à la carte de ces reliefs celle des épidémies de 1896 à 1898, on note que les localités atteintes se situent aussi bien en plaine (Bombay) qu'en altitude.

  • 16 Indian Plague Commission, 1907, op. cit., p. 888 (trad. pers.).

24Les travaux de la Commission des Indes apportent d'autre part un important démenti à l'absence de Pulex irritans en Inde : ils attestent de manière certaine la présence de cette puce à Bombay, et même son abondance. Le doute n'est pas permis sur l'identification de l'espèce, que C. Rothschild avait séparée de Xenopsylla cheopis dès 1903. Les témoignages des chercheurs, qui n'éprouvent aucune difficulté à collecter cette puce, sont multiples et indiscutables : Au cours de nos visites dans les maisons infectées de Bombay, nous eûmes de nombreuses occasions de noter que nous emportions des puces sur nos personnes et nos habits. Ces puces étaient généralement des puces humaines, mais parfois, il s'agissait de P. cheopis16.

25Pendant l'épidémie de 1906, de nombreuses investigations sont menées dans les maisons infectées de Bombay. Au cours de ces visites, les chercheurs effectuent un décompte des puces qu'ils récoltent spontanément sur eux. A titre d'exemple, ce relevé des puces récoltées à l'issue de quatre visites successives au 280, Lisle Road, dans un bâtiment ayant connu une sévère mortalité de rats par peste. Les quatre hommes ont chacun pénétré dans une des pièces du bâtiment pour un « court moment » et recueillent sur eux :

  • 40 puces sur le premier, toutes des Pulex irritans.
  • 113 puces sur le second, dont 55 Pulex irritans, 51 Pulex cheopis et 7 Pulex felis.
  • 76 puces sur le troisième, dont 40 Pulex irritans, 34 Pulex cheopis et 2 Pulex felis.
  • 80 puces sur le quatrième, dont 18 Pulex irritans, 60 Pulex cheopis et 2 Pulex felis17 ;

26soit 153 puces d'homme présentes sur les quatre prospecteurs à l'issue de leur rapide visite dans ce seul bâtiment de quatre pièces.

  • 18 Indian Plague Commission, 1908, op. cit., p. 247 (trad. pers.).

27Ces puces d'homme peuvent être même si nombreuses qu'elles assaillent les visiteurs dès l'entrée : Nous eûmes de nombreuses occasions d'observer cette espèce de puce dans les maisons que nous visitâmes à Bombay et, dans certaines d'entre elles, elle était présente en de telles quantités que nous n'avions qu'à y pénétrer quelques secondes pour que nos jambes en soient couvertes. [...] Dans une maison, le 19 avril, furent récoltées sur les jambes d'un homme les puces suivantes, 84 P. irritans, 8 P. felis, et 1 Sarcopsylla gallinacea. Dans une autre maison, le 20 avril, 31 P. irritans furent attrapées sur les jambes d'un homme en quelques minutes. De même, dans une troisième maison, 150 P. irritans et quatre P felis furent capturées en très peu de temps18.

  • 19 Indian Plague Commission, 1907, op. cit., p. 413 (trad. pers.).

28La densité est telle que c'est d'ailleurs par ces méthodes simples et naturelles que les chercheurs capturent des Pulex irritans pour leurs expériences : Nous nous fournissions en puces humaines dans les maisons dont les habitants avaient été évacués. Un homme, jambe nues, était envoyé dans une maison où il demeurait quelques minutes. A sa sortie, ses jambes étaient couvertes de puces, que nous attrapions facilement et placions dans des tubes à essai. La grande majorité de ces puces appartenait à l'espèce P. irritans, mais on pouvait aussi récolter quelques puces de rat de cette manière19.

  • 20 P. A. Buxton, 1941-1942, op. cit., p. 122.
  • 21 P. P. Grassé (sous la dir. de), Traité de Zoologie. Anatomie, systématique, biologie, t. X, 1er fa (...)

29Si le doute était encore permis, la carte de distribution mondiale de Pulex irritans établie par P. A. Buxton en 194120 montre une large présence de cette espèce en Inde, de même qu'à Java. La carte de P. Grassé21, qui reprend et modifie celle de P A. Buxton, confirme cette répartition : la zone intensément pestiférée représentée par P.-L. Simond (1896-1898), qui s'étend, du nord au sud, de Bombay à Hubli, et vers l'est jusqu'à Hyderabad, est située dans une zone à Pulex irritans, où figurent entre autres Bombay et les villages de Poona, Parel, Worli. En revanche, les zones atteintes par l'épidémie, du nord de Bombay jusqu'à la frontière avec le Pakistan, sont dépourvues de Pulex, de même que le sont les Uttar Pradesh où M. Baltazard avait établi son terrain d'enquête.

30De sorte, il est impossible de suivre M. Baltazard dans son raisonnement établissant un lien causal direct entre la faiblesse de l'épidémie en Inde et l'absence de Pulex irritans dans ce pays. Son observation de l'absence de cette puce aux Uttar Pradesh était exacte pour cette province, mais il n'était pas justifié de l'étendre à l'ensemble du sous-continent indien où Pulex irritans, loin de manquer, est présente dans de larges régions. De sorte, son interprétation très particulière de la limitation de l'épidémie ne peut pas être retenue : car la peste adopte dans l'Inde entière, y compris à Bombay, le même visage que celui observé aux Uttar Pradesh, celui d'une maladie à extension restreinte et comportant très peu de cas multiples ou de contaminations de famille ou de voisinage. Or Pulex irritans est abondante à Bombay comme en bien d'autres localités touchées : elle n'y a pas déterminé pour autant une extension épidémique différente de celle observée dans les Uttar Pradesh. Si bien que l'on est amené à conclure dans un sens absolument inverse à celui proposé par M. Baltazard : que Pulex irritans soit présente ou absente dans les différentes régions de l'Inde, l'allure de la peste ne s'en trouve pas modifiée. Que l'abondance de Pulex irritans en certaines zones n'entraîne pas d'aggravation de l'épidémie, démontre que cette puce ne joue aucun rôle déterminant dans sa propagation. L'aspect limité de la peste indienne relève donc d'un autre paramètre.

Faiblesse de l'épizootie en Inde

  • 22 Indian Plague Commission, 1907, op. cit., p. 766.

31On a vu comment la Commission des Indes avait remarquablement mis en évidence à Bombay la concordance quantitative entre le taux de mortalité des rats et le taux de mortalité des hommes22.

32L'étude des maisons où se produisent des morts multiples ou bien des morts sans suite épidémique est également mise en relation avec le nombre de rats trouvés infectés et prouve un lien quantitatif direct :

  • 23 Ibidem, p. 878, 881, 885 (trad. pers.).

Dès l'instant où l'on ne peut mettre en doute que des cas multiples adviennent à l'occasion dans des familles, il est nécessaire d'en rechercher la source. On comprend aisément que, même si ne survient aucune infection par contact, on peut malgré tout s'attendre à des cas multiples en considérant le rat pesteux et sa puce comme l'origine commune de l'infection. Nous pensons que ces cas peuvent être ainsi expliqués. A l'appui de cette hypothèse, et d'après notre expérience, nous avons noté que la mortalité des rats était plus forte lors des cas multiples que lors des cas isolés. Il est également important de relever que, en règle générale, les personnes atteintes lors des cas multiples l'étaient presque simultanément, comme touchées par un agent infectant commun. [...] Il est notable que l'infection est fréquemment localisée dans un endroit précis de la maison, parfois même dans une petite partie et que, comme on peut s'y attendre, elle varie en « concentration » selon les différentes maisons. On observe, d'après notre expérience toujours, que l'infection peut être confinée à une seule pièce, même si la maison en possède plusieurs. On peut citer l'exemple d'une bouffée familiale sévère (cinq cas) au 96 rue Cavel. Dans cette maison, l'infection était confinée à la cuisine. Pas moins de 106puces furent recueillies sur deux cobayes lâchés dans cette pièce [...]. Dans un article sur la vie et les mœurs des puces, il est signalé que les rats malades hébergent fréquemment des puces en quantité inhabituelle, et que de tels rats sont susceptibles, dans leurs vagabondages, d'abandonner derrière eux des traînées de puces infectées [...]. Il paraît évident que le degré d'infectiosité des maisons est proportionnel au nombre de rats qui y meurent de peste23.

33Etant établi le rapport quantitatif entre le nombre de malades et le nombre de rats morts, la limitation spontanée de l'épidémie indienne trouverait donc, comme au Maroc, son explication dans la faiblesse de l'épizootie. Les observations convergent en effet en ce sens :

  • 24 Ibid., p. 756-757.
  • 25 Indian Plague Commission, « Observations made in four villages in the neighbourhood of Bombay », « (...)
  • 26 Indian Plague Commission, « Observations in the Punjab villages of Dhand and Kasel », « Reports on (...)

En 1906 à Bombay, on diagnostique 18 000 rats pesteux sur 117 000 examinés, soit 15 % seulement de la population murine infectée. Dès l'instant où Xenopsylla cheopis parasitera de préférence un rat, tant qu'il s'en trouve, plutôt qu'un homme, et que 85 % de la population murine est vivante, les puces libres en quête d'hôte sont rares et il est bien évident que les risques pour un homme d'attraper une puce de rat s'en trouvent d'autant réduits. Ce degré d'infection murine donne en effet, dans le quartier de Mandvi qui est le plus touché, une proportion moyenne de 0,1 à 3,1 rats infectés par immeuble, déterminant 1 % à 1,6 % d'atteintes humaines et, dans les cinq quartiers les moins infectés, où le nombre de rats pesteux par immeuble est moindre, de 0 à 0,2, une atteinte humaine plus faible de 0,3 % à 0,9 %24.
A Parel, dans la banlieue de Bombay, infestée par les rats, la non-extension de l'épidémie humaine (28 cas) correspond à la non-extension de l'épidémie murine (7 rats trouvés morts).
A Worli, également dans la banlieue de Bombay, où un cas de peste importé n'a donné aucune suite, 1.343 rats furent examinés et reconnus indemnes de peste25.
A Dhand, dans le Punjab, qui présente 1,6 % de morbidité en 1906, l'analyse des rats de janvier à avril affiche 6,2 % de rats pesteux. Notons surtout que sur les 34 rats atteints, 44 % présentaient une forme subaiguë de peste et n'en sont pas morts. 3,4 % seulement des rats y étaient donc susceptibles de disséminer leurs puces infectées. Au cours du semestre suivant, on ne découvrit qu'un seul individu malade.
A Kasel26, où la morbidité humaine est de 1,9 % à la même période, l'épizootie est plus forte, comparable à celle qui règne à Bombay, avec 20 % de rats atteints. Mais 13 % d'entre eux ne font qu'une forme subaiguë. Les cas humains sont majoritairement liés à la découverte de rats morts (61 cas) ou à la visite d'une maison infectée (6 cas). Mais la découverte de rats morts n'est suivie de peste que dans 15 % a 17 % des cas, ce qui semble bien montrer que les puces ont 8 à 9 fois sur 10 trouvé un autre rat, plutôt qu'un homme, à proximité. Si bien que les 7 % de rats morts de Kasel risquent de déterminer, non pas 7 % d'atteintes ou plus chez les hommes mais bien plutôt 1,4 % à 2 %, ce qui fut en effet le cas.

34La faiblesse de l'épizootie, laissant beaucoup de rats vivants, réduit donc de beaucoup la quantité de puces en quête d'hôtes et leur report sur les hommes. L'analyse de Bombay a en effet démontré le faible nombre de puces de rat libres dans les maisons infectées (maisons où furent relevés des rats morts ou signalés des pestiférés), et leur encore plus faible nombre dans les maisons indemnes :

  • 27 Indian Plague Commission, « Experiments in plague houses in Bombay. (Second communication) », « Re (...)
  • 28 Ibidem, p. 977.

En 1907, sur 27 maisons infectées examinées, furent trouvées en moyenne 29 puces de rat (nombre variant de 1 à 137) et sur 68 maisons présumées non infectées, 2,5 puces de rat27. Lorsque qu'une rare « bouffée épidémique » se produisit dans une maison, ou plutôt dans une pièce, on récolta une quantité de puces de rat nettement plus importante.
Ce faible nombre de puces de rat dans les maisons se retrouve dans l'étude menée au Punjab en 1906 : à Dhand et à Kasel, le nombre moyen de puces recueillies par maison infectée (soit maison infectante pour le cobaye, soit maison prouvée infectée de peste), est de 42 dans le premier cas (9 maisons examinées) et de 26 dans le second (18 maisons examinées). Mais il est seulement de 8,4 et de 8 dans les maisons non infectantes pour le cobaye (40 examinées) ou dans les maisons prouvées non infectées de peste (31)28.
L'étude de M. Baltazard dans les Uttar Pradesh ne livre malheureusement des données sur les puces de l'habitat que pour quatre maisons seulement : à Nasirpur, le piégeage dans une maison abritant deux pestiférés morts donne 69 Xenopsylla, 1 Nosopsyllus et 2 Ctenocephalides. A Purwa Sudebar, le piégeage dans la maison d'un pestiféré, quatre jours après sa mort et après évacuation des hommes et des animaux, et dans deux maisons attenantes, donne une grande quantité de Ctenocephalides et 4 Xenopsylla infectées dans la maison du mort.

35On constate donc une faible épizootie chez les rats, libérant un faible nombre de puces par maison, et un encore plus faible passage des puces des rats sur les hommes, que ce soit à Bombay ou dans sa banlieue, dans le Punjab ou aux Uttar Pradesh.

36Néanmoins, le passage des puces infectées sur les rats sains aurait dû théoriquement déclencher une épizootie sévère. Si cette épizootie s'est auto-limitée, c'est qu'une grande partie des rats résistait à la maladie tandis qu'une autre ne développait, comme on l'a vu, qu'une forme subaiguë non mortelle et donc non infectante pour les puces.

  • 29 Indian Plague Commission, « A note on the immunity of Bombay rats to the subcutaneous injection of (...)

37Cette immunité des rats de Bombay a en effet été notée par les chercheurs de la Commission des Indes : Nous avons précédemment signalé le fait qu'un certain nombre des rats de Bombay était immunisé contre une inoculation de bacilles pesteux virulents, par voie sous-cutanée ou cutanée. [...] nous pûmes enregistrer que 59 % des rats de Bombay se montraient résistants au frottage sur la peau scarifiée d'une émulsion de rate de rats morts de peste aiguë. La fait qu'un grand nombre de rats, dans les régions d'Inde où la peste avait éclaté, était plus ou moins immunisé avait été noté par Simond et Walton29.

  • 30 M. Baltazard et M. Bahmanyar, 1960, op. cit., p. 202.

38Cette même immunité fut relevée par M. Baltazard quarante-six ans plus tard dans les Uttar Pradesh, immunité qu'il avait d'ailleurs rendue responsable à juste titre du faible nombre des cas humains avant de l'attribuer à l'absence de Pulex irritans : Ce dernier temps de travail nous avait pourtant apporté un renseignement précieux, qu'expliquaient les études écologiques faites dans le même temps sur les rats des villages et leurs mouvements limités : c'était le fait, acquis à Achkamau et Purwa Baz, de la survie de nombreux rats après une épizootie, qui à Achkamau en particulier, avait été très sévère et avait duré plus d'un mois. La mortalité murine d'Achkamau, relevée maison par maison, montrait que plus de la moitié d'entre elles avait échappé à l'épizootie ; le passage systématique au cobaye des rats capturés dans ces maisons nous avait permis en cours d'épizootie, puis après la fin de celle-ci, d'établir que ces rats étaient indemnes et non survivants par résistance à l'infection. Cet aspect de l'épizootie murine villageoise expliquait le caractère sporadique et le petit nombre des cas humains ; d'autre part, il mettait en évidence la brièveté, la fragilité, le caractère accidentel de l'infection murine : les rats n'étant même pas capables dans les conditions de ces villages, de conserver l'infection assez longtemps pour qu'elle puisse atteindre, sinon la totalité, du moins la plus grande partie d'entre eux30.

39Cette première interprétation, fournie par M. Baltazard lui-même, de la limitation de la peste humaine par la limitation de la peste des rats, grâce à l'immunité de la majorité d'entre eux, était bien l'explication exacte et suffisante du caractère particulier de l'épidémie dans toute la péninsule indienne. C'est pourquoi l'abondance des Pulex irritans en d'autres régions ne modifiait en rien cette limitation.

40Depuis son émergence à Bombay en 1896, la peste indienne n'a fait que nettement décroître, comme si l'immunité des rats s'était encore accrue au fil du temps : sur les 12 767 475 décès enregistrés de 1898 à 1958, 6 millions se produisirent entre 1898 et 1908, plus de 4 millions entre 1909 et 1918, moins de deux millions entre 1919 et 1928, 422 880 entre 1929 et 1938, 268 596 entre 1939 et 1948, et 59 059 entre 1949 et 1958, auxquels il faut ajouter 1908 cas de 1959 à 1968. Parfois, la peste ne s'étendit pas dans les plus grandes villes : 13 cas à Bombay en 1945, 249 cas dont 14 mortels à Calcutta en 1948.

Conclusions sur la peste indienne

41Ainsi l'argumentation de M. Baltazard avait pu paraître de prime abord très convaincante, expliquant la faiblesse de la peste indienne par l'absence de la puce de l'homme. Mais l'analyse précise des différents aspects de cette épidémie nous mène à une interprétation toute différente. En effet :

  • la présence de Pulex irritans en certaines parties de l'Inde (et l'on peut regretter que l'enquête menée par M. Baltazard ait précisément concerné une région dépourvue d'ectoparasites humains, car son interprétation en eut été tout autre)
  • le visage inchangé de la peste indienne selon que Pulex irritans soit présente ou non
  • l'incapacité de cette puce humaine, abondante à Bombay, à transformer l'anadémie, en cette ville éminemment propice, en une épidémie
  • le caractère limité de l'épizootie parmi les rats
  • le faible nombre de puces libres retrouvées dans les habitations
  • l'immunité constatée des rats indiens,

42suggèrent à l'évidence que les caractères de cette peste indienne sont étroitement corrélés à ceux de la peste des rats, et non pas à l'existence, ou non, de la puce humaine. Le facteur restrictif de l'épidémie ne fut pas l'absence de Pulex irritans, mais bien la forte immunité des rats indiens.

43Aussi bien l'emploi du terme « anadémie », définissant une addition de cas isolés issus de piqûres sporadiques de puces de rat, et devant permettre de distinguer deux sortes d'expansion de la peste bubonique, ne semble pas justifié dans ce contexte. En effet, s'agissant de la peste, l'ana-démie ne correspond en réalité qu'à un stade de développement initial de l'épidémie, ou à un phénomène de relance récurrente au cours de sa marche, éléments présents dans toutes les épidémies du monde. Que l'immunité des rats fléchisse, que la majorité d'entre eux succombe à la maladie, et leurs puces se répandront sur les hommes et, d'homme à homme, porteront aussitôt l'anadémie à l'échelle de l'épidémie. Que la peste se transporte dans une autre localité ou dans un autre quartier urbain, et une nouvelle anadémie surviendra, elle-même suivie d'une épidémie. L'épidémie pesteuse ne paraît donc pas devoir être scindée en deux catégories différentes, en quelque région ou à quelque époque que ce soit. Car partout et toujours, la peste associe les deux phénomènes : contamination par contact avec des rats morts et leurs puces (anadémie) et contamination par contact avec un homme pestiféré porteur de ces mêmes puces (épidémie). Plus l'épizootie est faible et plus l'aspect anadémique l'emporte, le petit nombre de puces de rat libres limitant la dispersion épidémique. Plus cette épizootie est violente et plus la contagion épidémique est fréquente. La peste indienne des xixe-xxe siècles n'est donc pas différente par nature des autres épisodes de l'histoire. Seule la faiblesse de l'épizootie la différencia des pestes historiques d'Occident.

44M. Baltazard a opposé le type de la peste indienne, limitée, cas par cas, à celui de la peste marocaine qu'il avait observée en 1940-1941, comparable selon lui au type des grandes pestes historiques et expliquées par le foisonnement des parasites humains. Cette peste au Maroc, de même que celle de 1930, fut pourtant elle aussi, de l'aveu même de G. Blanc et M. Baltazard, une peste limitée, très faiblement dispersée dans les villages. L'épidémie marocaine ne peut donc guère se distinguer de l'épidémie indienne, sinon sans doute par une épizootie localement plus forte dans les champs, par des lots de puces de rat importés peut-être plus importants, éventuellement brièvement relayés par les Xenopsylla des maisons, déterminant des cas multiples plus nets. Mais dans l'un et l'autre pays l'épizootie fut limitée, l'épidémie demeura restreinte, ne s'étendit pas dans la localité, s'éteignit rapidement, et le taux de mortalité humaine fut faible. Pas plus à Casablanca en 1944 qu'à Bombay en 1906, les pestiférés ne déterminèrent, le plus souvent, de contagion au sein de leur entourage : la peste fut très minime à Casablanca comme fut minime l'épizootie, elle fut plus importante à Bombay comme le fut aussi l'épizootie. En un lieu comme en l'autre, les Pulex irritans étaient bien présentes ; en un lieu comme en l'autre, les contacts pouvaient donc être atteints par son entremise et générer une évolution en nappe. Mais ni à Casablanca ni à Bombay, l'épidémie n'a flambé. Seul le degré de l'épizootie a fait varier le visage de la contagion.

Notes

1 M. Baltazard (présentation faite par G. Blanc), « Nouvelles données sur la transmission interhumaine de la peste », Bulletin de l’Académie nationale de Médecine, 123e année, 3e série, t. 143, 1959, p. 517-522, p. 520.

2 M. Baltazard, 1959, op. cit.

3 Ibidem, p. 521.

4 M. Baltazard et M. Bahmanyar, « Recherches sur la peste en Inde », Bull. Org. mond. Santé, 23, 1960, p. 169-215, p. 169.

5 Ibidem, p. 173.

6 Ibid., p. 187.

7 M. Baltazard, 1959, op. cit., p. 519.

8 M. Baltazard, « Déclin et destin d’une maladie infectieuse : la peste », Bulletin Org. mond. Santé, 23, 1960, p. 247-262, p. 255.

9 M. Baltazard, 1959, op. cit., p. 521.

10 P.-L. Simond, 1898, op. cit.

11 J. Masselos, « The Outside Inside : Incursions into the Marathi Household at the end of the Nineteenth century », in : Home, Family and Kinship in Maharashtra, ed. by I. Glushkova et R. Vora, Oxford University Press, New Delhi, 1999, p. 15-40, p. 19.

12 Indian Plague Commission, 1907, op. cit., p. 877-878 (trad.pers.).

13 Ibidem.

14 Indian Plague Commission, « Observations made in four villages in the neighbourhood of Bombay », « Reports on Plague Investigations in India », Journal of Hygiene, vol. VII, no 6, ch. XXIII, 1907, p. 799-873.

15 R. Iyengar, « The Siphonaptera of the Indian Subregion », Oriental Insects, suppl. 3, The association for the Study of Oriental Insects, Department of Zoology, University of Delhi, Delhi, 1973, 102 p, 219 fig., p. 14. Nous remercions J.-C. Beaucournu de nous avoir aimablement communiqué cette référence.

16 Indian Plague Commission, 1907, op. cit., p. 888 (trad. pers.).

17 Indian Plague Commission, « A note on man as a host of the indian rat flea (P. cheopis ) », « Reports on Plague Investigations in India », Journal of Hygiene, vol. VII, n° 3, ch. XX, 1907, p. 472-476, p. 474-475.

18 Indian Plague Commission, 1908, op. cit., p. 247 (trad. pers.).

19 Indian Plague Commission, 1907, op. cit., p. 413 (trad. pers.).

20 P. A. Buxton, 1941-1942, op. cit., p. 122.

21 P. P. Grassé (sous la dir. de), Traité de Zoologie. Anatomie, systématique, biologie, t. X, 1er fasc., Insectes supérieurs et Hymenoptéroïdes, Masson, Paris, 1951, 975 p., p. 760.

22 Indian Plague Commission, 1907, op. cit., p. 766.

23 Ibidem, p. 878, 881, 885 (trad. pers.).

24 Ibid., p. 756-757.

25 Indian Plague Commission, « Observations made in four villages in the neighbourhood of Bombay », « Reports on Plague Investigations in India », Journal of Hygiene, vol. VII, n° 6, ch. XXIII, 1907, p. 799-873.

26 Indian Plague Commission, « Observations in the Punjab villages of Dhand and Kasel », « Reports on Plague Investigations in India », Journal of Hygiene, vol. VII, ch. XXV, 1907, p. 895-985.

27 Indian Plague Commission, « Experiments in plague houses in Bombay. (Second communication) », « Reports on Plague Investigations in India », Journal of Hygiene, vol. VII, n° 3, ch. XVII, 1907, p. 436-445, p. 443.

28 Ibidem, p. 977.

29 Indian Plague Commission, « A note on the immunity of Bombay rats to the subcutaneous injection of plague cultures », « Reports on Plague Investigations in India », Journal of Hygiene, vol. VI, ch. VI, 1906, p. 506 et suiv. (trad. pers.).

30 M. Baltazard et M. Bahmanyar, 1960, op. cit., p. 202.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search