Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Quatrième partie. Méthodes d'analyse et de représentations de territoire

Territoire textuel, visuel, virtuel

Florent Hautefeuille

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce sujet l’étude d’Annette Combe qui remet complètement en question les 32 systèmes de ca (...)

1La carte IGN au 1/25000e, le cadastre dit « napoléonien » ou même la carte de Cassini constituent des points d’appuis désormais indispensables aux historiens de l’espace rural, qu’ils soient modernistes ou médiévistes. Pourtant ces sources ont pu entraîner des risques de sur-interprétation des données médiévales. S’il faut attendre l’influence de l’École des Annales pour intégrer l’espace à la dimension historique, cette appréhension de l’espace par l’historien mérite un balisage strict. Sans aller jusqu’aux dérives de certains historiens de l’Antiquité qui ont pu « inventer » leur espace en plaquant des modèles théoriques sur des réalités très éloignées1, l’utilisation de ces sources et surtout l’influence qu’elles peuvent avoir sur la manière de penser le « territoire médiéval » méritent une réflexion méthodologique approfondie.

  • 2 Le traité d’arpenteur de Bertrand Boysset montre bien le décalage entre le possible et le réel. A. (...)

2Il me semble intéressant d’essayer de distinguer deux niveaux de perception de l’espace médiéval. Celui des savants, essentiellement des clercs, dont la théorisation est parfois idéologique et celle de la pratique quotidienne. C’est cette dernière qui nous intéresse ici, en sachant que là encore, il n’existe pas une perception unique du territoire, et que le territoire du paysan n’est pas forcément celui du seigneur ou celui d’un arpenteur professionnel2. Encore moins celui du cartographe !

  • 3 M. Bourin, « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en bas-Languedoc aux xe et xie s (...)
  • 4 L. Feller, Les Abbruzes médiévales ; territoire, économie et société en Italie centrale du ixeau x (...)

3Monique Bourin3 a montré que les pratiques de description des parcelles dans le Languedoc médiéval avaient considérablement évolué, abandonnant au xie siècle des techniques issues de l’Antiquité au profit d’une approche plus concrète de l’espace agraire (abandon de la mensuratio au profit d’unités de mesures basées sur les semences ou le temps de travail). Si une partie de ces pratiques découle d’usages locaux, il semble, comme a pu le montrer Laurent Feller pour les Abbruzes, que le phénomène est lié à la prégnance des systèmes de cadastrations antiques4. Au-delà de la parcelle, qui constitue a priori la plus petite unité de territoire, les entités spatiales ont semble-t-il connu une évolution dans leur réalité, mais aussi et parfois surtout, dans la manière dont les scribes les décrivaient. Honor, parrochia, villae, vicaria ou castrum, sont autant de termes au sens ambigu et souvent si difficile à interpréter finement.

Du découpage administratif

  • 5 Je laisse de côté le cas particulier de suburbium castri (L. Schneider, « Une vicaria languedocien (...)
  • 6 Fl. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut-T (...)
  • 7 Fr. de Gournay, « La mutation de la viguerie en Rouergue (ixe-xiie s.) », dans Les sociétés méridi (...)

4À partir de l’époque carolingienne, les actes de la pratique soulignent un savant jeu d’emboîtement de cadres administratifs. Cette hiérarchie paraît généralement assez claire. Dans le pagus se situe une série de vigueries5 qui elles-mêmes se subdivisent ici en villa, là en ari6, chaque villa pouvant regrouper des manses, appendaries ou autres territorium. Même si le vocabulaire varie assez sensiblement d’une région à l’autre7 on retrouve peu ou prou ce découpage dans une bonne partie du sud de la France. Nous ne serions donc pas si éloignés des systèmes cartésiens actuels tels que celui des cantons et communes. C’est pourtant bien ce type de rapprochement qui crée une déformation de la situation médiévale. La projection vers une réalité contemporaine pose un certain nombre de problèmes.

  • 8 Ainsi la donation en 933 à l’abbaye de Moissac de divers biens situés dans la commune actuelle de (...)
  • 9 Dom C. Devic, Dom J. Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1872-1905, t. V, col. 240 (...)
  • 10 Ainsi en 1043-1060 sur le territoire de la cité de Nîmes, une donation de terre a lieu in terminio (...)
  • 11 12 mentions entre 926 et 1031. Fl. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural, op. cit. t. I, p. (...)
  • 12 E. Zadora-Rio, « Formation et transformation des territoires paroissiaux en Touraine (xe-xviiie s. (...)
  • 13 Fl. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural, op. cit., t. I, p. 173.
  • 14 Gournay, « La mutation de la viguerie », op.cit., p. 245. Voir aussi l’étude de J.-P. Chambon, « L (...)

5Premièrement, si la majorité des actes fait apparaître une situation assez claire, il existe un nombre non négligeable de chartes où l’organisation cartésienne est loin d’être aussi limpide. Certaines zones paraissent échapper au système. Ainsi aucun texte ne précise la vicaria dans laquelle se trouvait l’abbaye de Moissac8. En outre des textes aussi importants que le testament de Raymond Ier de Gothie9 bien que citant des dizaines de lieux, semblent ignorer le système. La même observation se retrouve à l’échelon inférieur où nous trouvons des villae10 qui se situent dans d’autres villae. De même lorsque l’on tente de localiser assez précisément les lieux cités dans ces chartes, on s’aperçoit parfois qu’apparaissent des situations étonnantes. Ainsi, il est impossible de faire correspondre les limites des vigueries avec celles des pagi. La viguerie du Cavaignac, fréquemment citée dans le cartulaire de Saint-Théodard de Montauriol11, ne respecte nullement les limites des pagi. Le même phénomène a pu être observé en Touraine12. Cette situation traduit soit un non-alignement du ressort des vigueries sur celui des pagi, soit une totale discontinuité du territoire de la viguerie. Ce phénomène est observable au cœur même des pagi où les ressorts vicariaux paraissent parfois emmêlés. En outre certaines vigueries paraissent se confondre et il semble que nous pouvons avoir parfois des territoires non homogènes et des centres polycéphales. Ainsi la vicairie de Brocmont en bas-Quercy semble recouvrir le territoire de celle de Saint-Urcisse13. Ce phénomène semble également présent en Rouergue14. Il est d’ailleurs remarquable que la documentation ne délimite jamais ces entités.

  • 15 Magnou Nortier, « La terre, la rente et le pouvoir », op. cit., Francia, t. IX, 1981, p. 79-115, t (...)

6En descendant d’un échelon dans la hiérarchie, nous observons des phénomènes assez comparables pour les villae, ager et autres ari. Au-delà du désormais classique débat sémantique autour de ces mots et des controverses15 plusieurs constats peuvent être faits.

  • 16 « …in alio loco, in pago Aginnensi, villa nostra Viriacarias cum omni integritate una per terminos (...)
  • 17 Ici il s’agit de rivière, mais ailleurs, nous trouverions des crêtes ou des chemins.
  • 18 P. Portet, « Le règlement des conflits de bornage en Catalogne, Languedoc et Provence (ixe-xie s.) (...)
  • 19 B. Krusch, « Vita Desiderii Cadurcae urbis episcopi », dans Monumenta Germaniae Historica, Scripto (...)

7La villa, contrairement à la vicaria est parfois délimitée, et ce dès le très haut Moyen Âge. Le testament de Nizezius fournit un exemple de délimitation de villa par d’autres villae16 et par des repères topographiques stables17 dès le viie siècle. Même si ces délimitations sont rares, elles existent. De même nous disposons pour l’époque carolingienne de procédures visant à délimiter des espaces juridiques, avec des systèmes d’enquêtes18. Peut-on pour autant en conclure que ces villae sont toujours des territoires homogènes dont le ressort est comparable à un ressort de commune actuelle ? Assurément non. Il faut d’abord constater que, sauf en cas de conflit aigu, ces délimitations sont relativement imprécises et ne correspondent pas aux délimitations d’espaces juridiques de la fin du Moyen Âge où l’on peut parfois suivre le bornage parcelle par parcelle. Ensuite on voit apparaître ici et là des villae éclatées en plusieurs pôles de peuplement. L’espace de ces villae correspondrait plus à une somme de terroirs parfois discontinus. Ces derniers pouvaient n’être reliés entre eux que pour des raisons fiscales ou personnelles. Dans le cas de la villa de Flaugnac dans le Lot, la fouille que j’ai pu effectuer, même si elle ne couvre qu’une petite partie du site, tend à prouver qu’au viie siècle le site de Flaugnac n’est pas réellement occupé alors qu’à la même époque la documentation écrite le fait apparaître comme le centre d’une villa19. Sans caricaturer à l’extrême, il me semble intéressant de noter que la définition minimaliste de la villa du haut Moyen Âge pourrait plutôt correspondre à une nébuleuse de terres pas forcément continues, globalement centrées autour d’un pôle qui donne le nom à la structure mais qui n’est lui-même pas forcément peuplé.

  • 20 E. Lorans, Le Lochois du haut Moyen Âge au xiiie siècle. Territoires, habitats et paysages, Tours, (...)
  • 21 Ainsi sur le dîmaire des Granges, pourtant situé dans la paroisse de Pern, dans le Lot, les dîmes (...)
  • 22 M.-E. Gardel, Vie et mort d’un castrum : Cabaret, archéologie d’un village médiéval en Languedoc ((...)
  • 23 C’est le cas d’une partie de la petite paroisse de Saint-Remy près de Lauzerte en bas-Quercy.

8Cette difficulté à définir précisément la notion de territoire au Moyen Âge se retrouve également dans le cadre de la paroisse naissante. Le colloque de Toulouse en 2003 et la table de ronde de Tours en 2004 ont bien montré que la grande paroisse primitive était un mythe. À quelques nuances près, on peut désormais affirmer que la structuration du territoire paroissial tel qu’il est connu pour l’époque Moderne n’est pas achevée avant le xiie voire le xiiie siècle. Jusqu’alors la paroisse est avant tout une nébuleuse de morceaux de territoires. Leur lien à l’église peut se faire tant par l’existence d’une fiscalité propre et attachée à ces terres (dîmes et prémices), que par des liens personnels. En effet, le rattachement à un cimetière où à des fonds baptismaux est avant tout le fait d’hommes et non de terres. Tant que la dîme n’est pas prélevée de façon systématique (les indices allant dans ce sens sont très rares avant la fin du Moyen Âge), la paroisse n’a nul besoin d’une définition territoriale stricte. Et même lorsque ces dîmes sont explicitement mentionnées, des exemples assez nombreux montrent que les dîmaires, c’est-à-dire les unités territoriales servant de base à la perception de ces dîmes, ne correspondent pas forcément à l’idée que l’on se fait de la paroisse aboutie. Les exemples mis en avant par Élisabeth Lorans20 montrent bien que la paroisse peut se concevoir comme un confetti de droits fonciers éclatés sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés. Pourtant, dans ces exemples, les habitants de ces petits dîmaires ne se rendent pas régulièrement à l’église où ils payent les dîmes (située parfois à une journée de déplacement), mais bien à l’église voisine qui, elle, se trouve à 1 ou 2 heures de marche tout au plus. J’ai pu constater le même phénomène en bas-Quercy21. Nous sommes donc ici en présence d’une catégorie d’individus qui paye la dîme à une église, mais qui enterre ses morts à une autre. Et que dire des paroisses tournantes connues dans l’Ouest où les paroissiens paient alternativement les dîmes à une église puis à une autre, ou encore des églises entourées d’un cimetière divisé en trois entités correspondant à trois communautés paroissiales autonomes22. Il existe également des zones où les habitants sont dits vivants d’une paroisse et morts d’une autre, et ce jusqu’à l’époque moderne23.

  • 24 Une dizaine de cas ont été identifiés en bas-Quercy (Hautefeuille, Structures de l’habitat rural, (...)
  • 25 C. Douais, Cartulaire de l’abbaye Saint-Sernin de Toulouse (844-1200), Paris-Toulouse, 1887, n° 27 (...)
  • 26 B.N. Fonds Doat, vol. 91, fol. 94.

9La définition territoriale de la paroisse est donc loin d’être simple. Il existe en fait plusieurs types d’espaces paroissiaux, que l’on se situe dans le cadre des personnes ou dans celui de la terre. C’est en fait le découplage possible, mais sans doute plus fréquent que l’on ne le pense, entre le decimaria et l’universitas parrochiani. Les exemples de décimaires autonomes sont multiples aux xie et xiie siècles24. Ils peuvent correspondre à un ensemble de terres aux contours variables pouvant aller d’un simple terroir à un mas ou un groupe de mas. Ainsi la charte 274 du cartulaire de Saint-Sernin de Toulouse correspond à la donation de diverses dîmes dont plusieurs ne s’inscrivent pas dans un territoire paroissial postérieur25. Il en est de même pour diverses dîmes qui apparaissent dans la région de Montauban au xiiie siècle, comme celles de Fontanils mentionnées en 122626. Expliquer la territorialisation de la paroisse par la législation carolingienne sur les dîmes est donc très certainement réducteur. Comme l’ont montré les journées de Tours sur la paroisse, il resterait à établir le processus et la chronologie de généralisation de ces dîmes.

  • 27 Hautefeuille, Structures de l’habitat rural, op. cit, t. II, p. 508.

10Quand peut-on alors vraiment parler de territoire fini pour les multiples niveaux médiévaux de juridiction ? Pour la paroisse, l’achèvement du processus n’est sans doute pas antérieur au xiie voire au xiiie siècle. C’est uniquement dans la seconde moitié du xiie siècle que la localisation des parcelles par l’appartenance à la paroisse commence à se généraliser. En Quercy, lorsque les notaires s’installent à partir de 1250, le processus est achevé et chaque parcelle est désormais rattachée à une paroisse. Mais cela ne signifie nullement qu’il ne reste pas encore des séries de paroisses imbriquées les unes dans les autres. Les compoix modernes prouvent que ces chevauchements ont pu se maintenir jusqu’à la Révolution. C’est aussi à cette époque que l’on commence à voir apparaître des délimitations plus précises de paroisses, souvent à l’occasion de conflits. La multiplication de ces derniers est d’ailleurs bien la preuve que désormais la reconnaissance de contours précis aux entités paroissiales compte plus qu’auparavant. Pourtant cette fixation des limites ne signifie nullement que ce cadre est définitivement figé. Si la disparition ou la création de nouvelles paroisses entraîne des remaniements ponctuels du maillage paroissial, il faut aussi constater que des modifications surviennent parfois sans que les centres paroissiaux n’en soient affectés. Tel est par exemple la situation de la paroisse de Saint-Sernin près de Castelnau-Montratier qui perd un mas au profit de celle de Thézels entre 1380 et 145027.

  • 28 M. Mousnier, La Gascogne toulousaine aux xiie-xiiie siècles. Une dynamique sociale et spatiale, To (...)
  • 29 Cette charte est publiée en annexe de L. Limayrac, Étude sur le Moyen Âge, histoire d’une communau (...)

11Les xiie et xiiie siècles voient également la fixation des limites des territoires de juridiction civile. Les chartes de fondations de bastides et les chartes de coutumes fournissent assez fréquemment les contours au moins partiels des mandements. C’est le cas à Lévignac, Lassere ou Vignaux dans le Gers en 128728. C’est aussi le cas à Castelnau-Montratier dans le Lot en 129229. Ces contours sont désormais scellés dans la glèbe, même si, comme en Quercy, ils ne constituent pas un point de repère courant dans les actes de la pratique.

Espace juridique et espace virtuel

  • 30 Fl. Hautefeuille, « De l’espace juridique à l’espace réel : l’exemple de la juridiction de Casteln (...)

12Que ce soit pour des problèmes fiscaux, communautaires, juridiques ou religieux, les textes nous fournissent essentiellement des renseignements sur l’espace officiel. Pourtant parallèlement à cette réalité indéniable, apparaissent d’autres modalités de perception de cet espace entourant les paysans. Même s’il est très difficile de mesurer ces nuances avant le xiiie siècle du fait de la documentation, il serait surprenant que ces territoires informels naissent avec la documentation et avec les territoires formalisés. Des recherches récentes confirment le polymorphisme du territoire vécu dans le monde paysan de la fin du Moyen Âge30.

  • 31 Travail réalisé dans le cadre du PCR sur le castrum de Mouret et sa juridiction sous la direction (...)

13Il est évidemment très difficile de savoir comment les paysans eux-mêmes percevaient le territoire, faute de sources directes. L’appel systématique à des témoins dans les procès suggère cependant que les gens connaissaient les limites de leur mandement ou de leur paroisse. La montée en puissance d’une fiscalité mieux structurée à partir du xiiie siècle n’a pu qu’entraîner une amélioration de cette connaissance. Dans un compoix comme celui de Mouret (Aveyron) en 1451, seules deux déclarations de parcelles (sur plus de 700) se sont révélées situées en dehors des limites de la juridiction. Le positionnement spatial de l’ensemble de ces parcelles dans le cadre d’un SIG31 a permis de montrer la cohérence géographique globale des déclarations, y compris lorsqu’il existait des enclaves et des découpages différenciés entre paroisses, juridictions et mandements.

14Pourtant, au-delà de ces juridictions clairement établies, apparaissent ici et là d’autres formes de territoires non formalisés mais pourtant bien vivants.

  • 32 S. Leturcq, En Beauce, du temps de Suger aux temps modernes, thèse, Paris I Sorbonne, 2001, dactyl
  • 33 Fl. Hautefeuille, « Un exemple de compoix rural précoce (1451) : Mouret (Aveyron) », à paraître da (...)
  • 34 Lieu-dit situé actuellement dans la commune de Léojac, canton de Montauban.
  • 35 L. d’Alauzier, « Une bastide perdue, la bastide Normande », Bulletin de la Société Archéologique d (...)

15La thèse récente de Samuel Leturcq32 a montré le décalage qui pouvait exister entre l’espace juridique, en l’occurrence ici le mandement et la paroisse, et le territoire agraire correspondant aux aires de vie des familles paysannes. Il montre ainsi que le territoire agraire paraît déconnecté des contraintes juridiques en s’inscrivant beaucoup plus profondément dans les contraintes géographiques. Ce n’est pas la limite de la paroisse qui fixe la limite du terroir d’un village ou d’un hameau, mais le temps nécessaire pour se rendre sur une parcelle ou la qualité différenciée de la terre. Les longues listes de forains que l’on peut observer sur les compoix de la fin du Moyen Âge et de l’époque Moderne prouvent bien que le territoire juridique n’a qu’un impact limité sur la vie quotidienne. Dans les zones d’habitat dispersé, je pense en particulier aux mas, ce territoire de la vie quotidienne se limite parfois à un périmètre de quelques centaines de mètres autour de l’habitation. Il peut se traduire, lorsque la concentration de la propriété est très forte, par une formalisation de cet espace. Ce sont les territoires de mas que l’on observe dans les confronts à Mouret33. Ils apparaissent parfois comme des tenures-blocs. Mais l’unité est surtout d’ordre fiscal puisqu’à l’intérieur de ces espaces de quelques hectares, nous retrouvons parfois plusieurs dizaines de parcelles réelles (exemple du mas de Roque, commune de Mouret). En outre, même si le territoire du mas semble borné, dans la pratique les tenants-mas ont souvent des parcelles excentrées à l’extérieur de ce périmètre. Ce territoire agraire, même lorsque des contours apparaissent, reste fragile et peut éclater à l’occasion d’une crise ou même d’un changement de génération. Il faut cependant noter que certains ont pu devenir de véritables juridictions. C’est par exemple le cas de Labastide Normande près de Montauban34. Initialement le lieu n’est qu’un simple mas doté d’un communal. Les habitants du lieu réussissent pourtant à obtenir de leur seigneur, le vicomte de Bruniquel, la création d’une bastide avec ses propres consuls35 et une juridiction qui ne dépasse guère une cinquantaine d’hectares, à cheval sur deux paroisses. Cette juridiction s’est maintenue au moins jusqu’au xviie siècle. D’autres exemples sont connus en Quercy à la même époque. La frontière entre un simple territoire agraire et un territoire juridique est donc également poreuse.

  • 36 P. Ourliac et M. Gilles, Les fors anciens du Béarn, CNRS, Toulouse, 1990, FG 264. Le phénomène est (...)

16Au-delà de ce premier cercle de vie existent également d’autres territoires qui sortent des cadres juridictionnels classiques. Je pense en premier lieu à l’ensemble des usages collectifs qui débordent souvent très largement la paroisse ou la juridiction. Que ce soit le droit de tierce biele36 en Béarn, les droits sur les forêts, ou l’ensemble des règles de fonctionnement des zones de pacage pour la transhumance, dans de très nombreuses régions existe cet échelon complémentaire du territoire vivant.

17Enfin il est possible de percevoir ici et là d’autres formes de territoires liés plus à la sociabilité paysanne. Je n’évoquerai que deux exemples sur lesquels j’ai pu travailler, mais il est probable qu’une étude prosopographique sur le monde paysan permettrait de mettre en évidence d’autres formes de territoires vécus. Je m’appuierai ici sur des exemples issus de ma thèse.

  • 37 Ces trois villages sont tous situés sur la commune actuelle de Flaugnac dans le Lot (Hautefeuille, (...)

18Les découpages complexes et parfois aberrants des juridictions tant religieuses que civiles sont sans doute à l’origine de la création d’entités transjuridictionnelles. Ainsi sur le secteur de la commune de Flaugnac dans le Lot, l’habitat se décline en une série de castra et une forte densité de mas. Lorsque l’on cartographie les mentions de rattachement de tel ou tel individu à tel ou tel castrum, on s’aperçoit qu’il existe un décalage complet entre l’espace officiel et la zone d’influence de ces castra qui, dans l’ensemble, ne sont pas dotés d’une juridiction propre. Ainsi le minuscule castrum de la Graulière qui n’a jamais dû compter plus d’une trentaine de maisons rayonne sur au moins 4 paroisses et deux baillages seigneuriaux. On peut faire la même remarque sur les villages de Flaugnac, Lolmière ou Lamoleyrette37.

  • 38 J’entends par territoire social l’espace sur lequel ces individus se déplacent, même occasionnelle (...)
  • 39 Ce document est une archive privée découverte récemment dans l’épaisseur du mur d’une église en ru (...)
  • 40 Un premier texte les signale dans le village de Pern en 1252 (Arch. départ. Lot 48 J fol.), soit à (...)
  • 41 Il s’agit du mas de Lafigayrède, dans la paroisse de Saint-Anthet, commune de Castelnau-Montratier (...)

19Par ailleurs, autant pour l’aristocratie il est possible de mesurer parfois avec précision le territoire social38 des individus, autant pour les paysans, faute de sources adaptées, cette mesure et difficile et hasardeuse pour le Moyen Âge. La découverte d’un des plus anciens livres de raison appartenant à une famille de paysans quercynois permet d’entrevoir, à l’échelle de quatre générations (xve et début du xvie siècle) l’étendue de cette aire39. Nous disposons avec ce document d’un véritable petit cartulaire familial où sont retranscrits des paiements de dot, de cens, des baux à cheptel, des ventes et achats de terre. Au total, plus de 110 actes sur une seule famille, les Guitard. On s’aperçoit que ces derniers, attestés dans le secteur dès le milieu du xiiie siècle40 ne se déplacent guère. On compte un déménagement et l’installation d’une partie de la famille dans un mas, à moins de deux kilomètres du village de Castelnau où ils résident précédemment41. En cartographiant tous les lieux cités dans le document, on s’aperçoit que le territoire social de cette famille ne déborde pratiquement jamais d’un cercle d’une quinzaine de kilomètres autour de la ferme. Au-delà de cette aire n’apparaît que le siège épiscopal. Cette zone est sans doute assez bien connue par les membres de cette famille. Le livre nous apprend que le chef de famille s’y déplace assez régulièrement. Ces déplacements ont trait aux relations familiales ; le chef de famille est obligé d’aller rendre visite à ses filles et à ses gendres, dont plusieurs résident à la limite de ce cercle au moins une fois par an, ne serait-ce que pour payer les traites de dot. Il s’y déplace également pour payer les redevances seigneuriales dans une région où il y a presque autant de seigneurs que de parcelles. Enfin la vente ou l’achat de quelques têtes de bétail se fait toujours dans cette aire. Il apparaît clairement que les voyages correspondant à plus d’une journée de marche devaient être exceptionnels. On peut également penser que ce cercle de 12 à 15 km de rayon correspond à peu près au territoire connu, où les individus sont capables d’identifier les villages, les principaux chemins et quelques familles. Il est en revanche impossible de savoir quelle représentation de ce territoire pouvaient se faire ces paysans. La vision cartographique actuelle est sans doute très éloignée des modes de perception du paysan médiéval.

20Pour essayer de mesurer cette perception, nous avons, dans le cadre du projet d’étude du castrum de Mouret, positionné l’ensemble des parcelles décrites dans le compoix de 1451. Ce document reposant sur des déclarations, on peut raisonnablement penser que l’ordre, ou plutôt le désordre apparent dans lequel sont évoquées les parcelles provient de la bouche des déclarants et non de la plume du notaire.

  • 42 Arch. départ. Aveyron, 2 E 172-3, Cadastre de Mouret, 1454, fol. 3-6.
  • 43 Il s’agit de la zone sans doute la plus importante d’un point de vue économique. La culture domina (...)

21Le point commun à presque toutes les déclarations est la mise en avant au préalable de la maison d’habitation principale. Pour le reste des tenures, on s’aperçoit que trois logiques au moins apparaissent dans la manière de concevoir la géographie de ses propres propriétés. Tout d’abord, certains déclarants n’ont aucune notion d’organisation spatiale. Les parcelles se succèdent sans aucune logique apparente ; on passe d’un terroir à un autre puis on n’hésite pas à revenir au précédent. Soit ces individus n’ont réellement pas les outils conceptuels leur permettant de visualiser l’espace, soit c’est une toute autre logique qui s’impose (je pense par exemple au type de culture, ou à la qualité des terres). Mais cette dernière nous échappe. La seconde catégorie raisonne par blocs de parcelles, ce qui permet d’entrevoir une perception cohérente de l’espace à l’échelle des terroirs, mais un désordre total de ces derniers à l’échelle de la juridiction. C’est le cas de la déclaration d’un individu nommé Guillem Vernhe42. Les parcelles sont regroupées géographiquement par ensembles de deux ou trois. La cohérence existe à l’échelle de ces terroirs, mais ces groupes de parcelles sont énoncés dans un désordre assez général à l’échelle de la juridiction. Enfin il existe quelques déclarations où la perception de l’espace semble beaucoup mieux organisée. La liste des parcelles suit un ordre géographique strict. On constate dans ces cas-là que l’ordre de ces descriptions est toujours le même. Il commence par la partie sud-ouest du finage de Mouret43 et s’achève par le nord-est en suivant une organisation circulaire autour de la maison d’habitation

22Ces variations au sein d’un même groupe social montre la relativité de la perception de l’espace. La cartographie et les modes de représentation modernes ont tendance à uniformiser des réalités spatiales qui étaient sans nul doute perçues de façon très hétérogène.

Comment aller au-delà : apports et limites de l’outil informatique

  • 44 Communes de Castelnau-Montratier, Flaugnac, et Pern.
  • 45 B. Jouve, P. Kuntz et F. Velin, « Extraction de structures macroscopiques dans des grands graphes (...)
  • 46 Fl. Hautefeuille et B. Jouve, « Analyse d’une base de données de contrats agraires pour comprendre (...)

23Mesurer, cartographier la perception de l’espace médiéval est donc sans doute un moyen intéressant de comprendre l’évolution même de cet espace, de son organisation et de son occupation. Cela demeure cependant une entreprise périlleuse qui par bien des biais peut aboutir à une simplification réductrice d’une réalité complexe. À travers ces divers exemples, j’ai tenté de montrer les décalages pouvant exister entre l’espace juridique et l’espace vécu. Si la mesure de l’espace juridique est possible, au moins pour les derniers siècles du Moyen Âge, il faut constater que l’espace vécu est bien souvent impalpable. J’ai tendance à penser, comme Samuel Leturcq, que seule une approche de micro-histoire permettra de faire progresser cette problématique. Il me semble nécessaire de s’appuyer sur des dossiers documentaires particulièrement riches et homogènes. Il reste ensuite à pouvoir traiter et interpréter correctement des masses d’informations considérables. Pour la seule région de Flaugnac dans le Lot44, j’estime que le nombre de mentions d’individus issus du monde paysan dans la documentation des xiiie-xve siècles est de l’ordre de 100 000. Celui des parcelles de terre ou des pôles d’habitat est à peine moins élevé. La seule informatisation d’un compoix médiéval peut prendre plusieurs semaines de travail. C’est pourtant par ce type d’approche systématique que des progrès seront réalisés. Quant au traitement de ces immenses bases de données, il pose presque autant de difficultés que leur saisie. L’aide de statisticiens professionnels paraît inévitable. Si le questionnement doit rester le domaine de l’historien, il est certain que l’outil mathématique et informatique doit permettre de mettre en évidence des notions d’espace social presque impossibles à déceler avec des méthodes classiques. Si l’utilisation des SIG paraît souhaitable, l’apport d’outils comme la théorie des graphes45 pourra aussi être d’un intérêt appréciable. C’est donc très certainement par le biais de collaborations interdisciplinaires46 approfondies que ces questions pourront commencer à trouver un début de réponse.

  • 47 Notamment au sein du laboratoire « Archéologie et Territoires », UMR 6173, à l’Université de Tours
  • 48 Collectif, « La modélisation des systèmes de peuplement : débat à propos d’un ouvrage récent, Des (...)
  • 49 P. Chareille, X. Rodier et E. Zadora-Rio, Analyse des transformations du maillage paroissial et co (...)

24Le Système d’Information Géographique permet d’associer des données sérielles à une carte vivante et « intelligente ». Il offre de recouper des informations assez classiques avec des données spatiales telles que le relief, la proximité à l’eau ou à la forêt. L’activité actuelle du réseau ISA montre l’intérêt de cette approche au sein de la communauté des chercheurs. Même si cet intérêt est sans doute plus vif chez les préhistoriens et antiquisants que chez les médiévistes, les projets et les réalisations commencent à se multiplier chez ces derniers. La remarquable thèse de Samuel Leturcq masque en effet d’autres travaux universitaires en cours47. Il faut cependant constater que ces recherches se font essentiellement dans la perspective de travaux sur le peuplement et l’occupation du sol. Elles s’inscrivent souvent dans le prolongement de problématiques archéologiques. On sent d’ailleurs parfois une opposition marquée entre médiéviste et antiquisant sur le problème des sources et sur l’association entre sources écrites et sources archéologiques48. Il serait sans doute intéressant de réfléchir à l’utilisation d’un outil comme le SIG dans le cadre d’autres problématiques. Le programme Archéomedes est là pour montrer l’intérêt qui peut exister à appréhender de vastes espaces et éviter le raisonnement micro-régional sur les thématiques du peuplement. Les travaux dirigés par Élisabeth Zadora-Rio sur la mise en place des paroisses dans le diocèse de Tours sont une bonne illustration de ce que peut apporter un SIG dans des études régionales portant sur le Moyen Âge49.

  • 50 Fl. Hautefeuille, « L’utilisation d’un compoix en archéologie : l’exemple du castrum de Flaugnac ( (...)

25Le SIG est sous doute utilisable à d’autres échelles et dans une optique, certes de spatialisation, mais aussi d’histoire économique et sociale. Le meilleur exemple d’application possible est sans doute celle qui touche les sources fiscales antérieures aux plans cadastraux50. Il s’agit d’une masse d’informations souvent considérable et difficile à gérer. La base de donnée classique permet de savants décomptes mais ne dispose évidemment pas de cette seconde dimension qui permet d’enrichir considérablement les discussions et les problématiques. L’utilisation d’un SIG permet ce recoupement d’informations. L’objectif est de placer sur une base cartographique préalablement enregistrée l’ensemble des parcelles fiscales décrites dans le document. La tâche est fastidieuse. En effet, le SIG permet d’améliorer l’interprétation de la source, mais ne permet pas de traiter cette source. La reconstitution d’un terroir par assemblage des parcelles en s’appuyant sur la toponymie et sur les confronts reste un travail essentiellement manuel. Un des objectifs à moyen terme serait d’ailleurs de réussir à générer des algorithmes permettant d’automatiser, ou au moins de simplifier cette étape. La mise en SIG d’un compoix ou d’un terrier doit donc être précédée par l’informatisation complète du manuscrit et du découpage de toute l’information par champs. Un compoix « moyen » peut compter facilement plus d’un millier de parcelles, ce qui peut générer plusieurs dizaines de milliers d’informations de base. Il est évident qu’une telle entreprise ne peut pas être envisagée sans un questionnement préalable et l’intégration à un programme de recherche plus vaste. La difficulté de l’entreprise réside aussi dans la qualité et la précision des données géographiques que fournit le document. Si certains compoix modernes sont très précis et résultent de campagnes d’arpentement, la plupart des sources médiévales ne fournissent que deux confronts non orientés.

  • 51 L. Sévègnes, Système d’information Géographique appliqué à la recherche archéologique : quelques e (...)

26Ces difficultés ne sont pas liées à l’utilisation du SIG ; elles la précèdent. Il faut aussi remarquer qu’elles sont proportionnelles au degré de précision que l’on souhaite adopter. Pour l’historien des textes, le SIG présente un défaut incongru, celui d’être trop amateur de précision. Vouloir restituer un paysage de parcelles aussi exact qu’un plan cadastral contemporain est difficilement envisageable et induit un surcroît de travail sans rapport avec l’intérêt que l’on peut en attendre. Ainsi, pour un compoix, où l’unité de base est la parcelle fiscale, l’utilisation de « ponctuels » est, pour bien des aspects, suffisante. La reconstitution des limites parcellaires réelles ou leur modélisation par extrapolation (par exemple à travers les polygones de Thiessen) n’est pas forcément utile et peut même parfois induire un sentiment erroné de réalisme. La modélisation ne doit pas aller au-delà de la source sous peine de générer des biais d’interprétation nuisibles. De même l’utilisation de la 3D, par ailleurs très utile dans les problèmes d’archéologie du bâti et de restitution des volumes, ne me semble pas pertinente. Je souscris en cela aux conclusions de Laurent Sévègnes51.

  • 52 Collaboration entre ITEM, équipe d’accueil n° 3002 (Pascal Palu, Dolorès de Bortoli, Florent Haute (...)

27Une fois précisées ces limites dans la mise en œuvre des SIG, il faut constater que le champ d’application de ces derniers est immense. Le premier thème abordable est évidemment celui du paysage. Même si la carte générée par le SIG se limite à des ponctuels, cela permet de visualiser un finage avec la répartition géographique des différentes couvertures végétales. En associant plusieurs documents comparables (terriers, compoix, cadastre napoléonien), il est même possible d’envisager l’évolution de ce paysage sur un temps assez long, et donc de mesurer l’impact de l’homme sur ce dernier. Mais le SIG permet sans doute d’aller encore au-delà de ce premier constat. En effet, un document comme un compoix fournit une valeur fiscale à chaque parcelle. Cette dernière est forcément subjective et peut refléter autant un rapport de force entre la commission chargée de la confection du compoix et le propriétaire qu’un état qualitatif de la parcelle. Pourtant en couplant cette information avec la même information un ou deux siècles plus tard, on peut envisager de mesurer non pas la valeur de la terre, mais l’évolution de la perception de cette dernière par les populations autochtones. En couplant ces informations avec des cartes pédologiques et géologiques, il est possible d’envisager de mettre en évidence des appauvrissements de sol liés à tel ou tel type de culture. Cette idée devrait être développée dans le cadre d’un projet d’étude sur l’écosystème de la vallée de la Soule dans le pays basque52.

28Le second thème qu’il paraît intéressant de traiter à travers le prisme du SIG est celui de la délimitation de l’espace sous toutes ses formes :

  • délimitation de la propriété en premier lieu. Comme l’a montré Samuel Leturcq, l’organisation d’un finage autour d’un village peut s’avérer très complexe. Il en est sans doute de même pour les structures de peuplement de moindre importance. L’organisation des finages de mas ou de cazaux, l’interpénétration de ces derniers, la gestion de l’espace agraire par les tenant-mas, la perception de cet espace par ces mêmes tenant-mas pourra sans doute être éclairée par le SIG ;
  • délimitation de l’espace administratif ensuite. Lorsque les textes évoquent dix, vingt ou trente seigneurs, le fonctionnement concret de la seigneurie foncière et banale est loin d’être clair. Un compoix comme celui de Mouret en 1451 permet de visualiser le degré d’imbrication des différentes seigneuries foncières décrites. L’association géographique de tel ou tel individu permet même de faciliter le processus de constitution de la coseigneurie. En outre la répartition géographique des redevances en nature peut être corrélée avec la nature du sol, voire le type de culture pratiqué lors de la confection du compoix.

29Le troisième et dernier exemple d’utilisation possible du SIG est celle qui consisterait à tenter de mesurer la notion de voisinage et de sociabilité. Si je me reporte une fois de plus à la juridiction rouergate de Mouret, on s’aperçoit que cette communauté est très hétérogène. Trois ou quatre catégories sociales d’habitants sont identifiables (habitants du castrum, habitants d’un second village ayant des droits sur les grands communaux, habitants des mas, et simples vignerons). Il est très difficile de mesurer les réseaux de sociabilité qui peuvent exister, sociabilité interne à ces sous-groupes ou sociabilités transversales. Le SIG permet de mesurer et de visualiser l’importance des liens de voisinage multiples qui peuvent exister entre ces différents habitants. Voisinage physique, évidemment, mais aussi voisinage plus abstrait tel qu’un seigneur commun, des droits sur des vacants, ou le choix d’un même représentant pour constituer la commission destinée à réaliser le compoix.

  • 53 Grimm, (EA 3686), Université de Toulouse II le Mirail
  • 54 J.-P. Simard, « Liens personnels et milieux sociaux dans une société coloniale de l’Audience de Qu (...)

30Pour ce troisième exemple, il me semble utile d’évoquer la possibilité d’aller au-delà du SIG. En effet, l’étude des sociétés dans ses rouages les plus fins conduit à manipuler une quantité importante d’informations. Lorsque les compoix existent, ils peuvent être complétés par les actes de la pratique. Le notariat tardo-médiéval constitue alors une source extraordinaire lorsque des fonds cohérents nous sont parvenus. Un projet initié avec Bertrand Jouve53 porte sur le traitement de ces masses d’informations par des approches statistiques et mathématiques innovantes. Ayant défini un corpus de plusieurs milliers d’actes sur une aire géographique limitée à quelques communes, l’indexation des lieux, des individus, des notaires ou des seigneurs permet d’amasser ce que la théorie des graphes désigne par le terme de « lien ». À chaque individu peuvent être reliées plusieurs dizaines d’autres individus, mais aussi des lieux, des seigneurs… Chaque lien peut être pondéré par différents facteurs qu’il convient de définir. La même opération doit être menée sur tous les types de sommets possibles. L’objet mathématique qui résulte de ce montage est difficilement concevable puisqu’il correspond à un espace à « n » dimensions. À partir de là, le traitement mathématique prend le relais et permet de faire apparaître des réseaux de relations dont la structure est particulière. La difficulté consiste alors à interpréter ces phénomènes mathématiques qui ne peuvent pas être liés au hasard. Cette approche a déjà été expérimentée pour d’autres périodes historiques54. Elle est surtout destinée à éviter l’« impressionnisme » et à mesurer précisément les liens pouvant exister entre tel et tel individu, entre tel et tel groupe d’individus. Il est en effet possible d’isoler au sein de ces immenses constructions, ici les serfs, là les nobles, là les clercs. Dire que les serfs paraissent vivre ensemble et n’avoir finalement des relations fortes avec le reste de la société que lorsqu’ils ils sont affranchis est intéressant. L’appuyer statistiquement en est une autre. C’est un des objectifs que le programme en cours d’établissement s’est fixé.

Conclusion

31La définition par l’historien du territoire médiéval est malaisée. Le risque d’interférence entre la vision contemporaine de l’espace et la réalité médiévale doit pouvoir être intégré au raisonnement historique. Pour cela, il semble que l’outil informatique permet d’envisager des approches renouvelées. Le SIG en est certainement une, même s’il convient de rester prudent. Le SIG n’est pas une panacée. Son utilisation, dévoreuse de temps me semble devoir être mûrement réfléchie. Quelles données traiter ? Pour quelle utilisation ? Si l’approche spatiale peut aussi s’appliquer au territoire social, le SIG est certainement moins adapté à des sources hétérogènes qu’aux documents fiscaux tels que les compoix et terriers. La représentation cartographique issue du SIG a également pour défaut de gommer au moins partiellement l’élément temporel. Même si des données évolutives sont intégrées à la base de données, elles n’apparaissent finalement que sous la forme d’une photographie figée. C’est pour tenter d’aller au-delà de ces limites qu’il me semble intéressant de multiplier les collaborations avec les mathématiciens pour tenter de mettre au point des protocoles d’analyse mathématiquement correcte et historiquement interprétable.

Notes

1 Voir sur ce sujet l’étude d’Annette Combe qui remet complètement en question les 32 systèmes de cadastration antique repérés sur le plateau suisse entre 1936 et 1996. A. Combe, « La recherche des cadastrations antiques sur le plateau suisse », dans G. Chouquer (dir.), Les formes du paysage, tome II – Archéologie des parcellaires, Actes du colloque d’Orléans (mars 1996), éd. Errance, Paris, 1996, p. 167-173. Depuis un virulent débat existe au sein de la communauté scientifique sur le sujet.

2 Le traité d’arpenteur de Bertrand Boysset montre bien le décalage entre le possible et le réel. A. Gerreau, « Remarques sur l’arpentage selon Bertrand Boysset (Arles, vers 1400-1410) », dans Campagnes médiévales : L’homme et son espace, Études offertes à Robert Fossier, Publications de la Sorbonne, Paris, 1995, p. 87-102. Voir aussi P. Portet, Bertrand Boysset, arpenteur arlésien de la fin du Moyen Âge (vers 1355-vers 1416) et ses traités techniques d’arpentage et de bornage, thèse, Toulouse, UTM, 1995, dactyl. Ce travail est consultable à l’adresse http ://palissy.humana.univ-nantes.fr/CETE/TXT/boysset/

3 M. Bourin, « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en bas-Languedoc aux xe et xie siècles », dans Campagnes médiévales : L’homme et son espace, op.cit, p. 73-85.

4 L. Feller, Les Abbruzes médiévales ; territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au xiie s., École Française de Rome, 1998, p. 349. La dextre traduirait la perduration du paysage antique.

5 Je laisse de côté le cas particulier de suburbium castri (L. Schneider, « Une vicaria languedocienne du xe siècle : Popian en Biterrois. Autour de l’An Mil », Annales du Midi, 109, n°219-220, 1997, p. 401-442.

6 Fl. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut-Toulousain du vie au xive siècle, thèse, Toulouse, UTM, 1999, dactyl, p. 168-179.

7 Fr. de Gournay, « La mutation de la viguerie en Rouergue (ixe-xiie s.) », dans Les sociétés méridionales à l’age féodal, hommage à Pierre Bonnassie, Toulouse, UTM-CNRS, 1999, p. 243-249 et plus particulièrement p. 244. J.-Fr Boyer, « Les circonscriptions civiles carolingiennes à travers l’exemple limousin », Cahiers de civilisation médiévale, n° 39, juillet-septembre, 1996, p. 235-261.

8 Ainsi la donation en 933 à l’abbaye de Moissac de divers biens situés dans la commune actuelle de Moissac ne mentionne aucune vicaria (BN, fond Doat, vol. 128, fol.13).

9 Dom C. Devic, Dom J. Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1872-1905, t. V, col. 240-250.

10 Ainsi en 1043-1060 sur le territoire de la cité de Nîmes, une donation de terre a lieu in terminio de villa Codolo ad ipsa villa Taurenses (E. Germer-Durand, Cartulaire du chapitre de l’église Notre dame de Nîmes (876-1156), Nîmes, 1872-74, n° 147), cité dans E. Magnou Nortier, « La terre, la rente et le pouvoir dans le pays de Languedoc pendant le haut Moyen Âge », Francia, t. IX, 1981, p. 99.

11 12 mentions entre 926 et 1031. Fl. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural, op. cit. t. I, p. 168.

12 E. Zadora-Rio, « Formation et transformation des territoires paroissiaux en Touraine (xe-xviiie s.) », à paraître dans les actes des journées « Formation et transformation des territoires paroissiaux » tenues à Tours les 2 et 3 septembre 2004.

13 Fl. Hautefeuille, Structures de l’habitat rural, op. cit., t. I, p. 173.

14 Gournay, « La mutation de la viguerie », op.cit., p. 245. Voir aussi l’étude de J.-P. Chambon, « L’agencement spatial et fonctionnel des vicairies carolingiennes dans le midi de la Gaule : une approche linguistique », Revue de Linguistique Romane, t. 63, 1999, p. 55-173. J.-F. Boyer observe le même phénomène en Limousin, mais a tendance à considérer que le territoire de ces vicariae est parfaitement bien délimité (Boyer, « Les circonscriptions civiles carolingiennes », op. cit., p. 254).

15 Magnou Nortier, « La terre, la rente et le pouvoir », op. cit., Francia, t. IX, 1981, p. 79-115, t. X, 1982, p. 21-66, t. XI, 1983, p. 53-118.

16 « …in alio loco, in pago Aginnensi, villa nostra Viriacarias cum omni integritate una per terminos subter per illo porto et termino vasalonis ; de alio vero latere termino Bordouse villa ; deinde per rivum oppinione usque in media Garona… » dans X. Ravier, « Remarques sur la charte de Nizezius », Nouvelle Revue d’Onomastique, t. 33-34, 1999, p. 111-142.

17 Ici il s’agit de rivière, mais ailleurs, nous trouverions des crêtes ou des chemins.

18 P. Portet, « Le règlement des conflits de bornage en Catalogne, Languedoc et Provence (ixe-xie s.) », dans Les sociétés méridionales à l’age féodal, op. cit., p. 59-62. Un plaid inédit de 841 issu des archives de Saint-Théodard de Montauriol décrit une procédure de bornage du territoire de l’abbaye nouvellement fondée (J.-C. Fau (dir.), Le Tarn-et-Garonne de la Préhistoire à nos jours, Éditions Bordessoules, 2003, p. 74).

19 B. Krusch, « Vita Desiderii Cadurcae urbis episcopi », dans Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Merowingicarum, t. IV, Passiones vitaeque sanctorum aevi Merowingici, Hanovre et Leipzig, 1902, p. 587

20 E. Lorans, Le Lochois du haut Moyen Âge au xiiie siècle. Territoires, habitats et paysages, Tours, 1996, p. 74-75

21 Ainsi sur le dîmaire des Granges, pourtant situé dans la paroisse de Pern, dans le Lot, les dîmes sont levées au profit de l’Eglise de Castelnau, et ce au moins jusqu’à la fin du Moyen Âge (Hautefeuille, Structures de l’habitat rural, op. cit., t. II, p. 495).

22 M.-E. Gardel, Vie et mort d’un castrum : Cabaret, archéologie d’un village médiéval en Languedoc (xie-xiiie s.), Cahors, 2004, p. 24.

23 C’est le cas d’une partie de la petite paroisse de Saint-Remy près de Lauzerte en bas-Quercy.

24 Une dizaine de cas ont été identifiés en bas-Quercy (Hautefeuille, Structures de l’habitat rural, op. cit., t. II, p. 498). Parfois ces dîmaires ne correspondent qu’à l’étendue d’un mas.

25 C. Douais, Cartulaire de l’abbaye Saint-Sernin de Toulouse (844-1200), Paris-Toulouse, 1887, n° 274, acte non daté sans doute de la fin du xie ou du début xiie siècle : Ego Benedictus Rotberti relinqui Deo et sancto Saturnino et habitatoribus suis ipsas decimas de illa valle de Secher, et ego Raimundus Petri eodem tenore et … Et item relinquo ego Benedictus Rotberti, de ipsis decimis de Onat, medietatem, et medietatem vini de Orconac. Si la vallée de Siguer correspond bien à la commune et vraisemblablement à la paroisse de Siguer, Olat n’a pas laissé de trace et Arconac est un simple écart de la commune de Vicdessos.

26 B.N. Fonds Doat, vol. 91, fol. 94.

27 Hautefeuille, Structures de l’habitat rural, op. cit, t. II, p. 508.

28 M. Mousnier, La Gascogne toulousaine aux xiie-xiiie siècles. Une dynamique sociale et spatiale, Toulouse, 1997, p. 302.

29 Cette charte est publiée en annexe de L. Limayrac, Étude sur le Moyen Âge, histoire d’une communauté et d’une baronnie du Quercy (Castelnau-Montratier), Cahors, 1885.

30 Fl. Hautefeuille, « De l’espace juridique à l’espace réel : l’exemple de la juridiction de Castelnau-Montratier au Moyen Âge aux xiiie et xive s. », dans B. Cursente (dir.), Habitats et territoire du sud, CTHS, 2004, p 179-200.

31 Travail réalisé dans le cadre du PCR sur le castrum de Mouret et sa juridiction sous la direction de Sylvie Campech (HADES)

32 S. Leturcq, En Beauce, du temps de Suger aux temps modernes, thèse, Paris I Sorbonne, 2001, dactyl.

33 Fl. Hautefeuille, « Un exemple de compoix rural précoce (1451) : Mouret (Aveyron) », à paraître dans les actes du colloque « De l’estime au Cadastre en Europe (xiie-xviiie siècle) », Paris-Bercy, les 11 après-midi, 12 et 13 juin 2003.

34 Lieu-dit situé actuellement dans la commune de Léojac, canton de Montauban.

35 L. d’Alauzier, « Une bastide perdue, la bastide Normande », Bulletin de la Société Archéologique du Tarn-et-Garonne, t. LXXXI, 1954-55, p. 46-48. Les deux consuls sont cités en 1355 dans les comptes de frères Bonis (Ed. Forestier, Le livre de comptes des frères Bonis, Paris-Auch, 1890-1893, vol. 2, p. 381).

36 P. Ourliac et M. Gilles, Les fors anciens du Béarn, CNRS, Toulouse, 1990, FG 264. Le phénomène est décrit dans H. Cavailles, La transhumance pyrénéenne et la circulation de troupeaux dans les plaines de Gascogne Paris, 1931.

37 Ces trois villages sont tous situés sur la commune actuelle de Flaugnac dans le Lot (Hautefeuille, « De l’espace juridique à l’espace réel », op. cit., p. 197).

38 J’entends par territoire social l’espace sur lequel ces individus se déplacent, même occasionnellement, et où ils nouent leurs relations économiques, matrimoniales…

39 Ce document est une archive privée découverte récemment dans l’épaisseur du mur d’une église en ruine. Il a donné lieu à une maîtrise (S. Etchevarria, Le livre de raison de la famille Guitard, maîtrise, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2001, dactyl) et à un article (Fl. Hautefeuille, « Livre de compte ou livre de raison : le registre d’une famille de paysans quercynois, les Guitard de Saint-Anthet (1417-1526) », à paraître dans Écrire, compter, mesurer, journées d’étude de l’École Normale Supérieure, mars 2001).

40 Un premier texte les signale dans le village de Pern en 1252 (Arch. départ. Lot 48 J fol.), soit à moins de cinq kilomètres de leur lieu de résidence du xve siècle.

41 Il s’agit du mas de Lafigayrède, dans la paroisse de Saint-Anthet, commune de Castelnau-Montratier département du Lot. Ce mas, ruiné en 1427 (Arch. départ. Lot, 48 J.4 p. 3), est racheté avec celui de Cos vers 1450 (Arch. départ. Lot, 48 J 5 p.256).

42 Arch. départ. Aveyron, 2 E 172-3, Cadastre de Mouret, 1454, fol. 3-6.

43 Il s’agit de la zone sans doute la plus importante d’un point de vue économique. La culture dominante est la vigne (Hautefeuille, « Un exemple de compoix rural précoce (1451) », op.cit.).

44 Communes de Castelnau-Montratier, Flaugnac, et Pern.

45 B. Jouve, P. Kuntz et F. Velin, « Extraction de structures macroscopiques dans des grands graphes par une approche spectrale », dans Extraction des Connaissances et Apprentissage, vol 1, n°4, Hermes (ed), Paris, 2001.

46 Fl. Hautefeuille et B. Jouve, « Analyse d’une base de données de contrats agraires pour comprendre l’espace et la société paysanne du Moyen-Age », séminaire Grands Réseaux d’Interactions, LIAFA, Paris, 14 décembre 2004.

47 Notamment au sein du laboratoire « Archéologie et Territoires », UMR 6173, à l’Université de Tours.

48 Collectif, « La modélisation des systèmes de peuplement : débat à propos d’un ouvrage récent, Des oppida aux métropoles », Les petits cahiers d’Anatole, n° 5,
http ://www.univ-tours.fr/lat/pdf/F2_5.pdf, p. 11 et 30.

49 P. Chareille, X. Rodier et E. Zadora-Rio, Analyse des transformations du maillage paroissial et communal en Touraine, Géomatique Expert, n° 37, octobre 2004.

50 Fl. Hautefeuille, « L’utilisation d’un compoix en archéologie : l’exemple du castrum de Flaugnac (Lot) », dans Le compoix et ses usages, Actes de la table ronde sur les compoix tenue à Nîmes les 26 et 27 novembre 1999, Montpellier, 2001, p. 87-103 et Hautefeuille, « Un exemple de compoix rural précoce (1451) », op. cit.

51 L. Sévègnes, Système d’information Géographique appliqué à la recherche archéologique : quelques exemples en Midi Pyrénées, DEA,Toulouse, 2002, dactyl, p. 38.

52 Collaboration entre ITEM, équipe d’accueil n° 3002 (Pascal Palu, Dolorès de Bortoli, Florent Hautefeuille…) et Coweeta LTER, University of Georgia, USA (Ted Gragson).

53 Grimm, (EA 3686), Université de Toulouse II le Mirail

54 J.-P. Simard, « Liens personnels et milieux sociaux dans une société coloniale de l’Audience de Quito, 1620-1680 », dans J.-L. Castellano et J.-P. Dedieu (dir.), Réseau, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, éditions CNRS, 1998 ; M. Gribaudi, « Les discontinuités du social. Un modèle configurationnel », dans Bernard Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience, Albin Michel, Paris, 1995, p. 187-225.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540