Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Quatrième partie. Méthodes d'analyse et de représentations de territoire

Le paysage peut-il être lu à rebours ?

Le paysage agraire médiéval et la méthode régressive

Jean-Loup Abbé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, 1931, réed. A. Colin, Paris, 1988, (...)

« L’historien est toujours l’esclave de ses documents ; plus que tous autres, ceux qui se vouent aux études agraires ; sous peine de ne pouvoir épeler le grimoire du passé, il leur faut, le plus souvent, lire l’histoire à rebours. »
Marc Bloch1.

1Dans le cadre de ce travail collectif, cette contribution souhaite porter un regard sur l’usage de la méthode régressive par les médiévistes. Marc Bloch en faisait une quasi-obligation pour qui veut étudier l’histoire rurale des périodes anciennes et pourtant il ne fut guère prophète chez les siens. La grande majorité des historiens médiévistes français se sont longtemps méfiés d’une analyse de l’occupation du sol et des paysages ruraux incluant des documents planimétriques modernes et contemporains, postérieurs de plusieurs siècles aux réalités recherchées. Si ces temps paraissent – en partie – révolus, la question des modalités de l’analyse régressive se pose de manière tout aussi aiguë aujourd’hui au regard des avancées accomplies par les archéologues et les morphologues dans le domaine de la dynamique des paysages. Des questionnements anciens rebondissent ainsi, qu’il s’agisse de la fiabilité des sources ou de leurs corrélations. Nous nous proposons par conséquent de centrer notre approche sur la méthode régressive dans l’étude du paysage rural médiéval, plus particulièrement pour le parcellaire, où elle joue un rôle de premier plan. Il semble tout d’abord nécessaire de montrer les principales étapes de la mise en œuvre de la méthode avant de réfléchir sur les percées les plus récentes et les débats actuels qu’elles suscitent.

  • 2 Jean-Michel Poisson, « La méthode régressive : le cas de la Sardaigne », dans G. Noyé (éd.) Struct (...)
  • 3 Gérard Chouquer, L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire, Errance, Paris, 2 (...)
  • 4 Adriaan Verhulst, Le paysage rural : les structures parcellaires de l’Europe du Nord-Ouest, Brepol (...)
  • 5 Pour une présentation synthétique des techniques d’analyse des sources planimétriques : Cécile Jun (...)

2Mais, avant tout, il faut définir l’expression. La définition de Jean-Michel Poisson a le mérite de condenser en quelques mots l’essentiel : « Elle consiste, en simplifiant à l’extrême, à utiliser une documentation appartenant à une époque donnée pour analyser et expliquer une situation antérieure2. » Gérard Chouquer ne dit pas autre chose dans le cadre de l’analyse morphologique. Ce qui est régressif « qualifie la contrainte de la recherche morphologique qui part de l’état actuel et d’une documentation moderne et contemporaine pour tenter de reconstituer des états plus anciens du paysage3 ». Le médiéviste, presque autant que les spécialistes des époques plus hautes, est en effet placé devant cette « contrainte » de la rareté des cartes et des plans susceptibles de l’informer sur les paysages qu’il étudie, même s’il ne doit pas négliger les représentations iconographiques et les premiers plans de terroirs du xve siècle. Par ailleurs, Adriaan Verhulst souligne que l’étude historique des parcellaires médiévaux demande une « combinaison de disciplines » : la lecture régressive des plans cadastraux et des photographies aériennes, l’utilisation régressive des documents fiscaux seigneuriaux (censiers et terriers), l’observation et la cartographie des terrains (archéologie agraire)4. Sans faire pour l’instant un commentaire sur chacune de ces approches, il convient en effet de considérer que, là encore plus qu’ailleurs, le croisement des sources et de leur traitement est un objectif prioritaire puisque le document de base, plan, carte ou photographie est séparé de la période étudiée de plusieurs siècles et que les informations qu’il contient doivent être interprétées en combinant les angles d’investigation pertinents5.

La « référence allemande6 » et les plans parcellaires : remonter aux origines pour expliquer le présent

  • 6 Pour reprendre le titre de l’article de Pierre Toubert, « Histoire de l’occupation du sol et arché (...)
  • 7 Siedelung und Agrarwesen der Westgermanen und Ostgermanen, der Kelten, Römer, Finnen und Slawen, B (...)
  • 8 Giovanni Tabacco, « Problemi di insedamiento e di popolamento nell’alto medioevo », Rivista storic (...)
  • 9 L’histoire d’Osnabrück, Osnabrück, 1768. En fait, l’ouvrage est une histoire de la nation allemand (...)
  • 10 Studien zur deutschen Kulturgeschichte, Stuttgart, 1882.
  • 11 Deutsches Wirtschaftsleben im Mittelalter, Leipzig, 1886.

3Il convient généralement de faire remonter à August Meitzen l’utilisation des plans parcellaires pour tenter de comprendre les modalités historiques de l’occupation du sol7. Dans un article déjà ancien sur les problèmes liés au peuplement pendant le haut Moyen Âge8, Giovanni Tabacco montre que la validité d’une méthode régressive de reconstruction du paysage et du peuplement anciens à partir d’observations du temps actuel est posée dès le milieu du xviiie siècle. Dans une interrogation sur les fondements de la nation allemande9, l’historien et homme politique Julius Möser appelle de ses vœux un État fondé sur la propriété terrienne qui serait en fait un retour aux origines, lorsque chaque exploitation agricole était encore occupée par son propriétaire jouissant de ses droits d’homme libre. Il situe cette période faste avant le règne de Charlemagne et a la conviction que les structures agraires fondamentales n’ont pas changé depuis car leur évolution est très lente. Les travaux de Möser eurent une grande influence et contribuèrent au développement tout au long du xixe siècle d’études historiques conduites par des juristes sur les systèmes agraires tenus pour originels dans le peuplement germanique. L’élaboration de cette Landgeschichte franchit une nouvelle étape dans les années 1880 avec les travaux de Wilhelm Arnold sur la toponymie10 et ceux de Karl Lamprecht11 et d’August Meitzen qui intègrent les anciens plans cadastraux aux recherches sur le peuplement. Selon Meitzen, toute civilisation a son principe et son fondement dans la condition agraire. Les premières transformations opérées par l’homme sur le sol ont laissé des traces indélébiles qu’il faut retrouver pour accéder à la condition première des populations. Il faut pour cela étudier les lieux d’habitat, la distribution des champs, les rapports juridiques liés à la possession, tous ces paramètres variant d’après des critères ethniques.

  • 12 Bon aperçu de ces recherches allemandes dans Hans-Jürgen Nitz, « La géographie historico-génétique (...)
  • 13 Étude modèle selon cette méthode dans une dizaine de terroirs franconiens dans Anneliese Krenzlin, (...)

4Il apparaît par conséquent très clairement que l’analyse des parcellaires telle qu’elle est initiée à la fin du xixe siècle résulte d’un processus dans lequel la science historique se met au service d’un projet politique, celui de la construction de la nation allemande en quête de ses origines. Déjà, Möser s’était intéressé aux cadastres dans cette perspective : Meitzen s’inscrit ainsi dans cette tradition. Sous l’angle méthodologique, le point fondamental est que la réalité présente et celle du passé ne forment qu’une seule et même chose. À la stabilité du peuplement répond celle des structures agraires. Par conséquent, les plans cadastraux informent directement sur la réalité médiévale et ceci d’autant que Meitzen appuie sa démonstration sur les parcellaires laniérés réguliers (Waldhufenfluren) des villages de colonisation d’Europe centrale (Ostsiedlung). La cohérence de l’habitat et du parcellaire invite, à juste titre, à y voir une planification agraire qui a traversé les époques sans se modifier, ce qui est par contre moins sûr. De ce cas somme toute particulier – une colonisation agraire volontariste et connue par la documentation écrite – il ressort alors l’intuition que la méthode régressive fondée sur l’analyse des plans parcellaires est à même de remonter aux premières étapes de la prise de possession du sol et que celle-ci est directement lisible, les formes parcellaires n’ayant que peu évolué. Si les conceptions ethniques d’A. Meitzen ont été progressivement rejetées et n’ont plus cours aujourd’hui, les géographes et les historiens ont continué jusqu’aux années 1960 à travailler prioritairement sur les parcellaires laniérés réguliers de colonisation, mais aussi plus largement sur le paysage de champ ouvert12. La morphogenèse historique des formes, même accordant toujours une place importante aux périodes d’établissement, nuance néanmoins considérablement le fixisme prôné tout au long du xixe siècle. Une place importante est accordée aux facteurs naturels, aux mutations de la société, de l’habitat (comme les désertions des Wüstungen), aux liens entre le régime agraire et les blocs de parcelles laniérées (Gewannflur). Les censiers et les terriers sont utilisés eux aussi régressivement (Rückschreibung) dans cette quête de la formation des paysages médiévaux13.

Marc Bloch, le concept d’« l’histoire régressive » et l’impasse des historiens médiévistes français

  • 14 Parmi les ouvrages anglais qui contribuèrent à la réflexion de M. Bloch, il faut citer ceux de Fre (...)
  • 15 M. Bloch, op. cit. n. 1, p. 267.
  • 16 Au postulat de l’invariabilité selon Meitzen, il oppose le dessin des champs qui « ressemblent bie (...)

5Le renouvellement de la recherche historique proposé par M. Bloch dans les années 1920 et 1930 s’incarne parfaitement dans le concept d’« histoire régressive » qu’il soutient à travers plusieurs articles et les Caractères originaux. Il se réfère explicitement à la recherche allemande sur les parcellaires, mais aussi aux publications anglaises qui, tout en s’appuyant sur les historiens allemands, développent une analyse régressive des systèmes agraires, openfield et enclosure, qui trouve sa spécificité dans l’exploitation des photographies aériennes obliques14. Cette filiation de M. Bloch est en fait contrastée. D’une part, elle implique comme dans la conception allemande un va-et-vient entre le présent et le passé. Par exemple, lorsqu’il explique que les contrastes entre champs ouverts et allongés, champs ouverts et irréguliers et enclos – la fameuse tripartition paysagère de la France rurale – permettent de comprendre la « forte mentalité collective » des régions de l’Est et du Nord où domine le premier type de parcellaire, il est en quelque sorte lui aussi à la recherche des fondements agraires de l’identité nationale qui sous-tendaient la Landgeschichte depuis Möser15. Par contre, la rupture est complète avec la conception fixiste d’un paysage originel immuable, déjà largement battue en brèche en Allemagne et en Angleterre lorsqu’il écrit. La comparaison est connue : la méthode régressive est comme la pellicule d’un film qu’il faut dérouler à reculons, image par image, pour saisir toutes les modifications. Le paysage résulte en effet de transformations multiples, qu’il faut tenter de saisir étape après étape par le rassemblement de diverses sources, et non d’une transmission quasi-immuable depuis les temps les plus anciens16.

  • 17 La Settlement History et la Field Archaeology anglaises, très productives depuis le début du xxe s (...)
  • 18 Gaston Roupnel, Histoire de la campagne française, Paris, 1932 : « Dès les origines donc, sur un t (...)
  • 19 Roger Dion, Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, 1934, p. 48.
  • 20 Sur l’œuvre, trop méconnue jusqu’ici, d’A. Déléage, voir notre contribution dans ce volume, ainsi (...)
  • 21 La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du xie siècle, Protat, Mâcon, 1941.
  • 22 Conclusions qui se trouvent en particulier aux p. 112-113, 148, 695-698.

6Malgré tout le talent de M. Bloch, malgré la dynamique engendrée par la création des Annales, la méthode régressive ne donna pas naissance en France chez les historiens médiévistes à un courant de recherche qui, par ailleurs, ne cesse d’être actif, voire fondamental dans l’histoire rurale allemande et anglaise17, ou encore danoise et néerlandaise. Comment expliquer cette atonie ? D’abord, il faut invoquer le scepticisme de certains. Ainsi Gaston Roupnel considère-t-il toujours que le paysage est celui d’une France éternelle qui ne connaît aucune mutation sensible18. Sans aller jusque-là, Roger Dion considère qu’il est impossible de connaître les circonstances de la genèse des parcellaires et évoque le « témoignage muet des plans parcellaires19 » ! Si ces réactions ne résument pas l’opinion de tous les savants de l’époque, elle prouve cependant que les documents planimétriques sont loin d’être considérés par tous comme des sources à part entière. Le paradoxe veut que l’impasse dans laquelle s’engagent pour longtemps les historiens médiévistes tient peut-être à l’œuvre du seul élève de M. Bloch à avoir pris à bras le corps la question des parcellaires dès les années 1930 : André Déléage20. Autant antiquisant publiant sur la fiscalité et les cadastres romains que médiéviste, A. Déléage organise sa thèse sur la Bourgogne rurale médiévale selon les lois de la méthode régressive21. Il accorde une large place à l’étude des plans parcellaires du début du xixe siècle pour connaître l’histoire du peuplement et du paysage de la Bourgogne. Si l’étude est très minutieuse et très novatrice dans la France des années 1930 et 1940, accordant aussi une place remarquable à la métrologie et plus discutable à la toponymie, elle bute pourtant sur l’objectif qui lui est en fait assigné : trouver les origines du peuplement et des civilisations. Aussi l’analyse du parcellaire, comme celle de l’habitat, aboutit à la distinction de deux espaces hétérogènes dont les différences s’expliquent par les peuplements originels protohistoriques, « indo-européen » au nord-est de la région, méditerranéen au sud-ouest22. Tendu vers cette quête des origines, A. Déléage pratique une analyse régressive par grands bonds en arrière, passant directement des plans cadastraux napoléoniens à l’an mil pour les confronter aux données métrologiques des cartulaires, puis tentant de remonter plus loin avec le secours de la toponymie. La valorisation des permanences dans une perspective fixiste, le mythe des origines, la non-prise en compte des documents intermédiaires (censiers et terriers) vont à l’encontre des propositions de M. Bloch qui pourtant dirige la thèse.

  • 23 En témoignent les comptes-rendus de Maurice Chaume, « Sur un essai d’histoire agraire et sociale d (...)

7La nouveauté, mais aussi la fragilité des démonstrations d’A. Déléage, expliquent que l’ouvrage est reçu avec beaucoup de réserve, voire ignoré23. Précurseurs en France, M. Bloch et A. Déléage ne purent faire école. Le premier ne mit pas en pratique dans une étude de référence les généralités présentées dans les Caractères originaux, le second ne sut pas éviter dans cette mise en pratique l’écueil d’une histoire des origines fondée sur les permanences. Sa mort prématurée en 1944, à 41 ans, suivant de quelques mois celle de M. Bloch, rompit la transmission de la démarche scientifique régressive qui, de fait, trouva plus d’écho chez les géographes.

L’analyse régressive redécouverte : de l’évolution à la dynamique du paysage.

  • 24 H. Delétang, « La prospection aérienne à basse altitude », op. cit. n. 5, p. 91-128, avec bibliogr (...)

8Si les historiens médiévistes français ont fait jusqu’aux années 1970 l’impasse sur les sources planimétriques dans une perspective d’histoire régressive des paysages ruraux, à la seule exception, semble-t-il, de Gabriel Fournier, cette catégorie de document revient au premier plan à travers les photographies aériennes. À partir des années 1950 et plus encore 1960, les missions aériennes de l’IGN et les photographies obliques des prospections à basse altitude sont de plus en plus analysées pour y découvrir la trame des paysages anciens et les sites fossilisés24. À la différence de l’Angleterre où les photographies ont accordé une place importante à la période médiévale par la révélation des quartiers de champs ouverts et des villages désertés, les informations rassemblées en France mettent principalement l’accent sur les périodes protohistorique et antique à travers les découvertes d’enclos, de villae, de voies ou de centuriations. Comme en Angleterre, l’analyse régressive qui est ainsi menée conduit immanquablement à concentrer l’attention sur tout ce qui semble discordant par rapport au paysage actuel. D’où le concept de « paysage-palimpseste » exprimé à cette époque par Raymond Chevallier et qui connaît un grand succès : le paysage est comme une succession de couches stratigraphiques qu’il faut identifier régressivement. Sa genèse est faite de superpositions qui effacent les précédentes et se traduit par des ruptures, des remodelages plus ou moins vigoureux selon les époques, avec des temps forts comme les centuriations antiques ou les défrichements médiévaux.

  • 25 Gérard Chouquer (éd.), Les formes du paysage, Errance, Paris, 1996-1997, coll. « Archéologie Aujou (...)
  • 26 Gérard Chouquer, « Que reste-t-il de 3 000 ans de création paysagère ? », Études rurales, n° 121-1 (...)
  • 27 Exemple emblématique de la coupe des fossés du site « les Malalones » à Pierrelatte (Drôme) : Jean (...)

9Logiquement, le centre d’histoire ancienne de Besançon (Monique Clavel-Lévêque, Gérard Chouquer, François Favory) développe dans les années 1980 l’analyse des centuriations gallo-romaines en associant l’interprétation morphologique des photographies aériennes et des cartes de l’IGN au 1/25000e aux textes antiques d’arpentage des Gromatici veteres. Progressivement, G. Chouquer infléchit son champ de recherche à l’ensemble des structures parcellaires, en considérant que les formes planifiées comme les centuriations ne peuvent rendre compte à elles seules de la genèse des paysages, même si elles jouent un rôle essentiel dans les régions méditerranéennes. Depuis le début des années 1990, ses travaux ainsi que ceux de l’équipe qu’il a constituée autour de lui (Cédric Lavigne, Claire Marchand, Sandrine Robert) cherchent à renouveler l’analyse des paysages à travers un regard critique sur la méthode régressive25. Les sources planimétriques sont indispensables, mais pas suffisantes. Indispensables car elles permettent de visualiser des formes héritées dont les fouilles récentes d’archéologie préventive ont montré la permanence des orientations et des lignes directrices. D’où l’affirmation que « dans la genèse du paysage, le dessin de la trame parcellaire doit être mis principalement sur le compte de l’Antiquité26 », non seulement par les centuriations, mais aussi et surtout par des trames quadrillées d’orientations moins rigides pouvant remonter à la protohistoire pour leur mise en place. Mais l’analyse planimétrique est insuffisante car elle débouche sur une lecture trop linéaire de l’évolution des formes, associant à tort chaque période de l’histoire des sociétés à une étape spécifique du parcellaire considéré comme un palimpseste. Or, les fouilles archéologiques des sédiments des fossés agraires prouvent qu’une orientation peut se pérenniser de l’Antiquité à nos jours, non de manière continue, mais en étant réactivée à des intervalles variés après des phases de recouvrement sédimentaire27. Par conséquent, l’histoire du paysage est plus complexe que les documents planimétriques ne le suggèrent : elle ne tient pas seulement dans l’intervention des sociétés mais dans l’interaction avec l’évolution du milieu naturel.

  • 28 Monique Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas Languedoc : genèse d’une sociabilité (xe-xive s. (...)
  • 29 Ghislain Brunel, Olivier Guyotjeannin et Jean-Marc Moriceau, Terriers et plans-terriers du xiiie a (...)
  • 30 Samuel Leturcq, En Beauce, du temps de Suger aux temps modernes. Microhistoire d’un territoire d’o (...)
  • 31 Élisabeth Zadora-Rio, « Archéologie du peuplement : la genèse d’un terroir communal », Archéologie (...)

10Il faut convenir que les médiévistes sont restés le plus souvent en retrait en matière d’analyse régressive des parcellaires agraires. Non que le paysage leur soit étranger ou considéré comme un simple décor : la plupart des thèses d’histoire régionale lui accordent une importance plus ou moins grande et l’évolution des parcellaires, à travers les textes médiévaux, a fait l’objet de plusieurs approches, en particulier pour les régions méditerranéennes28. Mais il est caractéristique de constater que les plans parcellaires ou les photographies aériennes servent souvent à analyser la genèse topographique des villages, alors que le parcellaire agraire est ignoré. Pourtant, s’en tenir là serait caricaturer la recherche récente. Tout d’abord, la conjonction des sources archéologiques, planimétriques et écrites pour aboutir par régression à une reconstitution du paysage médiéval, qu’il s’agisse du parcellaire, de l’habitat ou de la topographie en général, donne lieu à des résultats pour les derniers siècles du Moyen Âge tout à fait convaincants. Plusieurs contributions du colloque de Paris de 1998 sur les terriers montrent les possibilités qu’offre la sollicitation commune des différentes sources, déjà recommandée par M. Bloch et pratiquée dans la Rückschreibung29. Il est certain que les historiens médiévistes ont avec les sources seigneuriales et fiscales un vaste champ d’intervention en collaboration avec les modernistes pour une histoire des parcellaires depuis les xiiie-xive siècles, et au-delà pour une approche évolutive du peuplement, de la gestion de l’espace agraire ou encore de la prise en compte du milieu naturel. La récente thèse de Samuel Leturcq sur la gestion des territoires communautaires de la Beauce montre parfaitement comment la méthode régressive appliquée à un terroir peut renouveler la conception traditionnelle de l’openfield comme paysage, pratique et régime agraires30. Ce renouvellement, déjà exprimé par les chercheurs anglais, était déjà sensible dans des travaux antérieurs, en particulier l’étude du peuplement et de l’occupation du sol du terroir de Blou (Maine-et-Loire) qui démontre l’importance de la trame antique du paysage au regard des discontinuités introduites à l’époque médiévale31. La longue durée des parcellaires est désormais clairement admise, non seulement pour les centuriations qui influencent fortement certaines régularités du paysage actuel, mais surtout pour des trames qui ne paraissent pas répondre à une planification mais fournissent l’armature globale des grandes lignes du parcellaire. L’analyse régressive est d’autant plus justifiée, puisqu’elle met au jour des formes plurimillénaires, mais à condition de maintenir un va-et-vient avec l’archéologie au sens large et, lorsqu’ils existent et qu’ils sont appropriés, avec les textes.

Critiques et débats actuels autour de la méthode régressive : les limites des interprétations

  • 32 Par exemple, sur l’étude des centuriations : François Favory, « Retour critique sur les centuriati (...)
  • 33 « Objets en crise, objets recomposés. Transmissions et transformations des espaces historiques. En (...)

11Le développement de l’étude morphologique des paysages depuis un quart de siècle fait que les sources planimétriques sont très sollicitées et, cela vient d’être dit, remises en perspective à partir des informations archéologiques et paléoenvironnementales délivrées par les fouilles de parcellaires. Un certain nombre d’interrogations sur ces sources et leur traitement peuvent être posées, à propos des méthodes d’analyse et des interprétations qui en découlent. Il faut préciser encore une fois que ces questionnements restent ici centrés sur la période médiévale, mais qu’ils sont tout aussi aigus pour la période antique32. Trois sujets sont abordés successivement : la réorganisation des terroirs en liaison avec la concentration de l’habitat, la planification agraire et la place de l’openfield dans l’évolution des parcellaires. Le récent dossier d’Études rurales sur les espaces historiques sous la direction de G. Chouquer aborde ces questions en interpellant, parfois rudement, les médiévistes et offre l’opportunité d’en débattre33.

  • 34 G. Chouquer, L’étude des paysages…, op. cit. n. 3, p. 63-70, chapitre iv : « Le paysage vu du moye (...)
  • 35 M. Watteaux, idem, p. 208.
  • 36 Si ce n’est par Armelle Querrien, qu’il est difficile de suivre dans sa démonstration : « Parcella (...)
  • 37 Étienne Hubert a montré le décalage entre les textes et l’archéologie à propos de l’incastellament (...)

12L’un des reproches faits aux historiens est d’avoir construit un modèle d’occupation du sol que l’analyse des parcellaires met à mal : celui du village de l’an mil et de son terroir circulaire34. Le tort des chercheurs serait d’avoir travaillé à l’échelle du village, de son finage, ce qui interdit de voir les structures parcellaires englobantes, et d’ajuster le curseur chronologique sur l’an mil en s’appuyant sur une discipline « institutionnelle », l’histoire médiévale, d’où une « progressive conceptualisation de l’espace médiéval fondé sur un modèle radio-concentrique géométrique et rigide35 ». Ainsi Pierre Toubert, Monique Bourin, Aline Durand pour le castrum méditerranéen, Robert Fossier pour les villages du nord de la Loire auraient défendu la thèse de terroirs radio-concentriques résultant de l’« encellulement ». Si la genèse de l’habitat médiéval est depuis plusieurs années effectivement réévaluée et fait du village un aboutissement plus qu’un commencement, il est par contre bien difficile de considérer que les médiévistes ont forgé l’image d’un terroir circulaire, morphologiquement réorganisé par la « mutation féodale ». Que le castrum, en particulier, comme toute agglomération, polarise une part du réseau de communication, est évident, que des parcelles s’appuient sur les chemins convergeant vers le pôle d’habitat, comme pour n’importe quelle voie, est tout aussi évident et chacun en convient. Mais le réaménagement volontaire du parcellaire, en parallèle avec le regroupement des populations selon une politique seigneuriale ou princière, n’est jamais affirmé36. En fait, le lien entre le village et la réorganisation du terroir n’est pas soutenu sous l’angle du parcellaire, mais à travers un système agraire dont les activités varient en fonction de la distance par rapport au village, suivant une spatialisation effectivement concentrique. La question du parcellaire agraire des villages médiévaux, comme dans le cas du processus d’incastellamento, est en fait peu abordée par les historiens, à l’exception des villeneuves, sinon de manière très générale, sans déboucher sur des études de cas. Il paraît fort vraisemblable que le poids des trames antiques soit fort : les villages ne se sont pas faits en un jour, comme les sources écrites ou leur forme circulaire régulière sur les plans et les photographies aériennes (danger de la méthode régressive !) peuvent le laisser croire abusivement, et par conséquent le parcellaire agraire dut aussi évoluer lentement selon des modalités difficiles à bien saisir37. Par ailleurs, il faut abandonner la représentation des villages méridionaux d’après l’unique modèle du castrum : la recherche de ces dernières années a montré la pluralité des formes et des genèses (village ecclésial, village ouvert), ce qui peut impliquer des relations différentes avec les terroirs.

  • 38 C. Lavigne, « Parcellaires de fondation et parcellaires de formation à l’époque médiévale en Gasco (...)
  • 39 La critique métrologique est développée dans les compte-rendus de l’ouvrage par É. Zadora-Rio, Arc (...)

13Les parcellaires agraires médiévaux considérés comme planifiés ont fait par contre l’objet de recherches récentes. Les documents planimétrique – plans parcellaires et photographies aériennes – les repèrent plus facilement grâce à leur forme régulière, ce qui explique aussi l’intérêt qui fut porté dès la fin du xixe siècle aux terroirs de colonisation des Waldhufendorfen germaniques. Les travaux de C. Lavigne, et de moi-même à un moindre degré, ont surtout porté leur attention sur les bastides du Sud-Ouest parce qu’elles offrent pour la France les exemples les plus remarquables de parcellaires agraires de fondation38. C. Lavigne a identifié grâce aux sources planimétriques 25 bastides avec des formes agraires géométriques et régulières, quadrillées ou laniérées, avec une périodicité des principaux axes pouvant être rectilignes, mais aussi ondulés pour s’adapter au terrain. Elles témoignent d’une réorganisation de l’espace qui ne se limite pas à l’agglomération mais s’inscrit dans la perspective d’une mise en valeur agraire ordonnée. Pour autant, il s’agit d’un phénomène limité : la grande majorité des bastides ne comporte pas de tels aménagements, qu’ils soient agraires ou même urbains. Au-delà de cette restitution novatrice pour les bastides méridionales et en vue d’en construire une modélisation, Lavigne propose une étude métrologique qui pose un certain nombre d’interrogations. Un système de mesures présenté cohérent du parcellaire régulier de Barcelonne-du-Gers est établi à partir du plan cadastral du xixe siècle. Ce système, retrouvé par la même méthode sur d’autres bastides, est assimilé à l’arpent, unité de superficie mentionnée dans certaines chartes de fondation et de franchises, et par là même considéré comme un indicateur du processus de division agraire, remettant ainsi en cause l’hétérogénéité métrologique médiévale. Or, toute la démarche est fondée sur des calculs de mesures effectués à partir d’un traitement numérique du plan cadastral, ce qui ne peut donner que des résultats approximatifs pour des parcelles de quelques dizaines de mètres de côté, d’autant que les marges d’erreur des plans du xixe siècle ne sont pas prises en compte. Comment établir ensuite valablement un système de mesures qui repose sur des données calculées au centimètre près39 ?… L’analyse régressive se sert des documents récents pour atteindre des réalités passées et le choix de la source n’est pas indifférent ; une photographie aérienne des missions de l’IGN, tout comme un plan cadastral ancien, paraissent inadaptés pour calculer des mesures très précises, en particulier pour des distances réduites. Le seuil de tolérance exigé oblige à rester très prudent. L’identification proposée ici avec une unité de mesure et un système métrologique médiévaux repose par conséquent sur des bases qui paraissent inadéquates.

  • 40 Jean-Loup Abbé, « Le parcellaire rural des bastides du sud-ouest de la France : l’apport des sourc (...)

14Un autre aspect de cette étude qui conduit à s’interroger fortement dans une perspective d’analyse régressive est la conjonction des sources écrites et planimétriques. Les censiers et terriers ne sont curieusement pas pris en compte, que ce soit pour l’étude du parcellaire ou de la métrologie ; par contre les chartes seigneuriales, de fondation et de franchises, occupent une place fondamentale. Bien qu’elles n’évoquent jamais une opération de division de l’espace, ce qui n’est pas leur objet et n’est donc pas surprenant, elles servent à C. Lavigne à repérer ces aménagements agraires, les mentions d’arpent en étant le révélateur puisque cette mesure est considérée comme la base du découpage parcellaire. Or, comment se servir de textes comme les chartes seigneuriales dont l’objectif prioritaire est juridique et fiscal : régler les droits seigneuriaux (en particulier pour les paréages) dans le cas des chartes de fondation, et ceux des habitants, pour les franchises ? Dans une étude antérieure, nous avons estimé qu’il semblait difficile de prendre appui sur cette source qui ne prétend pas décrire un espace à créer, mais au mieux donner la superficie globale du terroir qui sert d’assise en cas de fondation ou indiquer pour chaque habitant la superficie des parcelles agraires bénéficiant d’une redevance spécifiée. Seules les parcelles servant à construire les maisons, voire les jardins, peuvent être délimitées par leurs mesures de côté. Mais ce n’est jamais le cas pour les champs, les vignes, les prés40. Faire le lien entre chartes et parcellaires est par conséquent périlleux : la charte n’est pas vraiment un bon point d’observation, surtout s’il est gardé à l’esprit que l’acte seigneurial est souvent loin d’être contemporain de l’éventuelle opération de fondation du village et de son ou ses parcellaires. Là encore, il est indispensable de prendre en compte le fait que les chartes et les documents planimétriques ne peuvent suffire pour décrire un processus qui peut s’étaler longuement dans le temps, tout particulièrement en matière de parcellaire. La morphologie régulière de celui-ci ne signifie pas qu’il résulte d’un seul moment : la genèse des recherches sur les centuriations a montré toute la prudence qu’il faut avoir à cet égard. Encore une fois, seuls les censiers et les terriers, lorsqu’ils existent, sont adaptés pour approcher l’évolution d’un paysage parcellaire dont la fondation date des derniers siècles médiévaux.

  • 41 C. Lavigne, Essai sur la planification agraire…, op. cit. n. 38, p. 39-40.
  • 42 Selon G. Chouquer, les médiévistes « continuent à présenter l’histoire de l’arpentage médiéval com (...)

15Ce débat sur le rôle des chartes seigneuriales conduit à revenir sur la notion de planification. Il est difficile de soutenir qu’elle se traduit par des « pièces administratives », comme les chartes de paréage41. Elles n’en sont pas vraiment les marqueurs appropriés. Dans de nombreux cas, le terroir attribué à une bastide par une charte n’est pas (ré)aménagé. Par ailleurs, cela réduit la planification du Moyen Âge au seul cas des villeneuves. Sont évacuées les opérations menées par des seigneurs pour transformer leurs domaines, qu’il s’agisse de terres à remembrer ou d’étangs et de marécages asséchés, sans les allotir par la suite. Le parcellaire est dans ce cas profondément remanié, voire créé (en cas d’assèchement), selon un projet : c’est donc bien une planification qui se traduit dans la morphologie du paysage. Il faut donc élargir la définition de la planification en matière de parcellaire : elle correspond bien à un projet d’aménagement étendu de l’espace agraire, sans qu’il se traduise forcément par des documents écrits, projet qui est matérialisé par des formes parcellaires variées : quadrillage ou laniérage (les villeneuves), tracés rectilignes ou non, selon le projet et les contraintes physiques (relief, hydrographie) pour les terroirs seigneuriaux et les zones humides asséchées. L’intervention des arpenteurs est certaine dans les cas les plus complexes et les plus géométrisés, mais pas nécessaire pour des interventions plus réduites et aux formes simplifiées. En l’état de la recherche, bien insuffisante encore, il est difficile encore de connaître l’identité, la fonction, la formation et le savoir des arpenteurs médiévaux, et plus encore des praticiens non professionnels, mais les recherches en cours apportent des résultats prometteurs42.

  • 43 Cette représentation des systèmes agraires est déjà en place chez les agronomes et les économistes (...)
  • 44 E. Zadora-Rio, « Les terroirs médiévaux », art. cit. n. 17.
  • 45 D. Hall, « The origins of open-fields agriculture. The archaeological fieldwork evidence », dans T (...)
  • 46 M. Beresford, J. Hurst, Wharram Percy, deserted medieval village, Yale University Press, New Haven (...)

16La question de la planification renvoie à celle de l’openfield dont elle est une des facettes les plus évolutives dans la recherche actuelle. L’application de la méthode régressive apparaît essentielle. M. Bloch et R. Dion avaient, comme chacun sait, fortement contribué à faire de l’openfield, aux côtés du bocage et des champs ouverts irréguliers méridionaux, le modelé caractéristique du paysage rural médiéval ainsi que du régime agraire contraignant qui y était associé. Parcellaire laniéré, en quartier ou non, habitat associé, pratiques agraires communautaires (soles, vaine pâture) débouchaient sur une modélisation forte en apparence, mais dont la faiblesse reposait sur une analyse des plans à l’échelle des communes, associée à des textes souvent très généraux43. Cette tripartition des campagnes a été longtemps reprise telle quelle avant d’être largement amendée à partir des années 1970 en Angleterre, puis en France. Les archéologues ont montré par de nombreuses études de cas qu’il n’y a pas un système d’openfield, mais des cas de figure très variables44. Ainsi, David Hall dans le Northamptonshire45, Maurice Beresford et John Hurst à Wharram Percy (Yorkshire)46ont montré que le parcellaire d’openfield s’insère dans une évolution du paysage, d’abord en rompant avec le peuplement et l’occupation du sol antérieurs, puis en étant lui-même soumis à des modifications par subdivisions de quartiers. Le parcellaire est présenté, d’une part, comme associé à un nouvel habitat et, d’autre part, planifié car les quartiers de parcelles laniérées, longues parfois de plus d’un kilomètre, voire deux, vont souvent d’un bout à l’autre du territoire paroissial. D. Hall s’appuie notamment sur les censiers et les terriers pour observer l’évolution des quartiers et des parcelles et tenter de dater les mutations les affectant à partir de l’image des terroirs révélés par les plans des xviie et xviiie siècles.

  • 47 Op. cit. n. 30.
  • 48 G. Chouquer, « Que reste-t-il de 3000 ans de création paysagère ? », art. cit. n. 26.

17En France, une telle approche ne voit véritablement le jour qu’avec la récente thèse de S. Leturcq sur Toury en Beauce47. Partant de la carence d’études de cas sur l’openfield, il choisit de faire la micro-histoire d’un terroir beauceron bien documenté par les archives de l’abbaye de Saint-Denis dont Toury constituait un domaine. S’appuyant à la fois sur les acquis des archéologues anglais et des avancées des morphologues en France, il conduit une étude régressive alliée à des prospections de terrain et à une analyse d’un terrier de 1696 qui éclairent des censiers médiévaux à la fois pour l’organisation du parcellaire et celle du régime agraire. Reprenant les résultats anglais, la disjonction entre le paysage et le système agraire est nettement affirmée. Plus novateur apparaît la découverte du poids de l’individualisme au regard des contraintes collectives et seigneuriales. Quant à l’analyse régressive du parcellaire, conduite non pas à l’échelle du seul terroir, mais à celle de la région, elle valide l’hypothèse avancée par G. Chouquer d’un paysage structuré par de grandes trames anciennes dans lesquelles s’inscrivent les quartiers et les parcelles laniérées48. Sur ce point, la différence est grande avec les découvertes archéologiques anglaises – elles n’ont pas pris en compte des études de parcellaires à l’échelle régionale – qui montrent que l’openfield correspond à une réorganisation complète d’anciens terroirs. La conclusion est par conséquent plus radicale : le concept d’openfield, comme celui de bocage, est inadapté, aussi bien comme régime agraire, que pour qualifier un paysage planifié, sa formation semblant progressive, plus que volontaire et relative à une période précise. Par conséquent, il semble que la question du paysage agraire de champ ouvert évolue vers une diversité opposant des terroirs de formation progressive, sans intervention planificatrice, comme à Toury, à d’autres, organisés, dont les exemples sont observés en Angleterre et en Europe centrale et nordique (avec le cas du solskifte scandinave). Sans les confondre évidemment avec Waldhufenfluren des villages neufs, ces parcellaires paraissent bien recomposer volontairement des terroirs lorsque des séries de lanières parallèles gardent les mêmes orientations sur de longues distances. Faut-il écarter le terme de planification lorsque les structures intermédiaires du paysage, comme les chemins, ne structurent pas ces ensembles de parcelles ? Il ne semble pas, à moins de restreindre, encore une fois, le sens qui est donné au concept. Si la planification agraire médiévale prend souvent la forme du laniérage, celui-ci peut s’organiser différemment selon les acteurs, les projets, les capacités techniques. Rien n’empêche de considérer qu’une communauté ne soit pas apte à remembrer des terroirs importants par elle-même, sans experts autres que les habitants eux-mêmes.

Conclusion

18Le regard porté sur plus d’un siècle d’analyse régressive des parcellaires agraires indique assez nettement l’importance du débat entre fixisme et dynamisme des formes. Il n’est pas seulement de nature politique (la question des origines) ; il met en fait en avant les modalités méthodologiques de l’étude régressive des sources planimétriques. Le fixisme est favorisé par une survalorisation du document planimétrique qui, par définition, masque tout dynamisme en présentant un état figé sur le plan, la carte ou la photographie. La tentation est alors grande d’attribuer les formes parcellaires les plus évidemment cohérentes, les quadrillages et les laniérages, à des phases majeures attestées par les sources écrites. En fait, ce risque fixiste permanent est contourné en réinterprétant les documents planimétriques par les données de l’archéologie de terrain et par les sources de gestion seigneuriales et communautaires. Comme pour l’étude des openfields, les parcellaires agraires des villages neufs ont tout à gagner à prendre en compte cette démarche, plus qu’elle ne l’a été faite jusqu’à présent. Ainsi, l’obsession de la naissance, de l’origine, fait que l’étude d’un village est avant tout celle de son apparition (le castrum en est l’exemple parfait) alors que l’évolution de son développement est mise au second plan : il en est de même pour le cas spécifique des villages neufs, aussi bien du point de vue de l’urbanisme que des terroirs agraires, d’ailleurs. Le rôle des historiens médiévistes est par conséquent de développer l’utilisation des censiers, des terriers et des compoix méridionaux dans cette perspective. Certes, la source a ses faiblesses, ses approximations (mesures, orientations, localisations, etc.), ses limites, mais son utilisation diachronique, couplée avec les sources planimétriques et archéologiques, a déjà montré toute son efficacité jusqu’au Moyen Âge central. Aussi bien pour l’organisation du parcellaire que pour la métrologie (les mesures et leur évolution), c’est la documentation écrite susceptible d’apporter le plus, même si son traitement est long et ardu. Il importe de continuer dans cette voie pour consolider l’indispensable analyse régressive des paysages.

Notes

1 Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, 1931, réed. A. Colin, Paris, 1988, p. 49. Je remercie très vivement Samuel Leturcq, Pierre Portet et Élisabeth Zadora-Rio d’avoir relu ce texte et de m’avoir fait bénéficier de leurs compétences. Ils m’ont permis de le rectifier et d’en enrichir le contenu.

2 Jean-Michel Poisson, « La méthode régressive : le cas de la Sardaigne », dans G. Noyé (éd.) Structures de l’habitat et occupation du sol dans les pays méditerranéens : les méthodes et l’apport de l’archéologie extensive. Castrum 2, Actes du colloque de Paris (12-15 novembre 1984), École Française de Rome et Casa de Velázquez, Rome-Madrid, 1988, p. 259-260.

3 Gérard Chouquer, L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire, Errance, Paris, 2000, glossaire, p. 189. Il propose aussi la définition fort proche d’un terme employé concurremment, celui de « récurrent » : « En analyse morphologique, on emploie le terme au sens de “retour en arrière”, de préférence à l’autre sens du mot : “qui revient périodiquement”. Le terme qualifie l’analyse morphologique conduite à partir de documents planimétriques plus récents que l’époque étudiée. », idem.

4 Adriaan Verhulst, Le paysage rural : les structures parcellaires de l’Europe du Nord-Ouest, Brepols, Turnhout, 1995, coll. Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 73, 1995, p. 21-22.

5 Pour une présentation synthétique des techniques d’analyse des sources planimétriques : Cécile Jung, « La photo- et carto-interprétation », dans M. Dabas, H. Delétang, A. Ferdière, C. Jung et W. Haio Zimmermann, La prospection, Errance, Paris, 1998, coll. « Archéologiques », p. 129-160.

6 Pour reprendre le titre de l’article de Pierre Toubert, « Histoire de l’occupation du sol et archéologie des terroirs médiévaux : la référence allemande », Journal des Savants, janv.-juin 1998, p. 55-77, article repris dans A. Bazzana (dir.), Castrum 5. Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Âge, Casa de Velázquez – École française de Rome – Ayuntamiento de Murcia, Madrid-Rome-Murcie, 1999, Collection de l’École française de Rome, 105 et Collection de la Casa de Velázquez, 55, p. 23-37.

7 Siedelung und Agrarwesen der Westgermanen und Ostgermanen, der Kelten, Römer, Finnen und Slawen, Berlin, 1895.

8 Giovanni Tabacco, « Problemi di insedamiento e di popolamento nell’alto medioevo », Rivista storica italiana, anno 79, fasc. I, 1967, p. 67-110.

9 L’histoire d’Osnabrück, Osnabrück, 1768. En fait, l’ouvrage est une histoire de la nation allemande.

10 Studien zur deutschen Kulturgeschichte, Stuttgart, 1882.

11 Deutsches Wirtschaftsleben im Mittelalter, Leipzig, 1886.

12 Bon aperçu de ces recherches allemandes dans Hans-Jürgen Nitz, « La géographie historico-génétique de l’occupation des sols en Allemagne. État actuel et évolution scientifique et historique des recherches », Bulletin d’information de la mission historique française en Allemagne, 30-31, juin-décembre 1995, p. 45-70 ainsi que dans A. Verhulst, op. cit. n. 4 et P. Toubert, dans sa préface de la réédition de 1988 des Caractères originaux et art. cit. n. 6.

13 Étude modèle selon cette méthode dans une dizaine de terroirs franconiens dans Anneliese Krenzlin, Ludwig Reusch, Die Entstehung der Gewannflur nach Untersuchungen im nördlichen Unterfranken, Francfort, 1961.

14 Parmi les ouvrages anglais qui contribuèrent à la réflexion de M. Bloch, il faut citer ceux de Frederic Seebohm, English Village Community. An essay in Economic History, Londres, 1883 et d’Howard Gray, English Field Systems, Cambridge, 1915. La préface de 1988 des Caractères originaux par P. Toubert donne toute la bibliographie nécessaire sur ces ouvrages. Marc Bloch signale l’intérêt de la photographie aérienne pour l’étude régressive des parcellaires : « Les plans parcellaires : l’avion au service de l’histoire agraire », Annales d’histoire économique et sociale, II, 1930, p. 557-558.

15 M. Bloch, op. cit. n. 1, p. 267.

16 Au postulat de l’invariabilité selon Meitzen, il oppose le dessin des champs qui « ressemblent bien plutôt à ces édifices composites […] que […] les siècles, tour à tour, ont remaniés […]. À négliger, de parti pris, à refuser de chercher ces variations, on nierait la vie même, qui n’est que mouvement. Suivons, puisqu’il le faut, en sens inverse la ligne des temps ; mais que ce soit d’étapes en étapes, attentifs toujours à tâter du doigt les irrégularités et les variations de la courbe et sans vouloir – comme on l’a fait trop souvent – passer, d’un bond, du xviiie siècle à la pierre polie. Au proche passé, la méthode régressive, sainement pratiquée, ne demande pas une photographie qu’il suffirait ensuite de projeter, toujours pareille à elle-même, pour obtenir l’image figée d’âges de plus en plus lointains ; ce qu’elle prétend saisir, c’est la dernière pellicule d’un film, qu’elle s’efforcera ensuite de dérouler à reculons, résignée à y découvrir plus d’un trou, mais décidée à en respecter la mobilité. », idem, p. 51.

17 La Settlement History et la Field Archaeology anglaises, très productives depuis le début du xxe siècle, accordent une place essentielle à l’analyse régressive des plans parcellaires et des photographies aériennes. Les études de Maurice Beresford sur les paysages de ridge-and-furrow fossilisés sous les enclosures (Medieval England. An aerial Survey, Cambridge, 1958) ou sur les villages désertés (The lost Villages of England, Londres, 1954) sont les plus connues, mais ont été depuis largement renouvelées. Les principaux travaux figurent dans A. Verhulst, op. cit. n. 4 et, dans une perspective d’archéologie agraire, dans Élisabeth Zadora-Rio, « Les terroirs médiévaux dans le nord et le nord-ouest de l’Europe », dans J. Guilaine (dir.), Pour une archéologie agraire, A. Colin, Paris, 1991, p. 165-192.

18 Gaston Roupnel, Histoire de la campagne française, Paris, 1932 : « Dès les origines donc, sur un territoire fixé une fois pour toutes, les tâches furent réparties, et les lieux distribués une fois pour toutes. Les parcelles étaient en place. Le régime du morcellement agraire était établi sur notre terre pour ne plus s’en effacer » (p. 153-154 de la réed. de 1974).

19 Roger Dion, Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, 1934, p. 48.

20 Sur l’œuvre, trop méconnue jusqu’ici, d’A. Déléage, voir notre contribution dans ce volume, ainsi que les actes (à paraître) du colloque André Déléage, 1903-1944 : fondateur de l’histoire de la société médiévale bourguignonne, organisé par A. Guerreau et le Centre d’Études Médiévales d’Auxerre (UMR 5594), ENSAM, Cluny, 3-5 septembre 2003, avec notre communication sur « Espace, paysage et parcellaire : l’histoire rurale médiévale selon André Déléage ».

21 La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du xie siècle, Protat, Mâcon, 1941.

22 Conclusions qui se trouvent en particulier aux p. 112-113, 148, 695-698.

23 En témoignent les comptes-rendus de Maurice Chaume, « Sur un essai d’histoire agraire et sociale du haut moyen-âge », Annales de Bourgogne, 1942, p. 25-49 ; Georges Duby, « Un essai d’interprétation des contrastes agraires en Bourgogne. À propos d’un livre récent », Études rhodaniennes, vol. XX, n 1-2, 1945, p. 113-120. En 1975 encore, Guy Fourquin note dans l’Histoire de la France rurale : « Pour l’examen de la forme ancienne des champs, du parcellaire, on était forcé, il n’y a pas longtemps (cf. A. Déléage) de pallier l’insuffisance des données écrites par la recherche des plans cadastraux et des terriers, donc d’user de la méthode régressive avec toutes les insuffisances qui la caractérisent. » (« Le premier Moyen Âge », Histoire de la France rurale, t. I, Seuil, Paris, 1975, p. 297, n. 1). Dire que cette insuffisance est « caractéristique » est discutable en ce sens qu’elle n’est pas intrinsèque. Par contre, selon l’observation de Samuel Leturcq, la remarque est pertinente dans la mesure où, chez A. Déléage, « pour pallier les lacunes d’une documentation textuelle, on utilise la toponymie, l’archéologie, l’analyse morphologique… les sources sont hiérarchisées, et non pas articulées ; il n’existe pas, en effet, de réelle articulation entre toutes ces sources, ni sur le plan chronologique, ni sur le plan typologique, ni sur le plan de l’échelle d’analyse : on juxtapose des informations de nature différente, d’époques différentes, à des échelles qui ne sont pas équivalentes » (Communication personnelle).

24 H. Delétang, « La prospection aérienne à basse altitude », op. cit. n. 5, p. 91-128, avec bibliographie.

25 Gérard Chouquer (éd.), Les formes du paysage, Errance, Paris, 1996-1997, coll. « Archéologie Aujourd’hui », 3 t. ; Joëlle Burnouf, Jean-Paul Bravard et Gérard Chouquer, La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes, XVIIe Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, APDCA, Sophia-Antipolis, 1997 ; G. Chouquer, L’étude des paysages…, op. cit. n. 3.

26 Gérard Chouquer, « Que reste-t-il de 3 000 ans de création paysagère ? », Études rurales, n° 121-124, 1991, p. 45-58.

27 Exemple emblématique de la coupe des fossés du site « les Malalones » à Pierrelatte (Drôme) : Jean-François Berger et Cécile Jung, « Fonction, évolution et “taphonomie” des parcellaires en moyenne vallée du Rhône. Un exemple d’approche intégrée en archéomorphologie et en géoarchéologie », dans G. Chouquer (éd), Les formes du paysage, op. cit. n. 25, t. 2, 1996, Archéologie des parcellaires, p. 95-112.

28 Monique Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas Languedoc : genèse d’une sociabilité (xe-xive s.), 2 vol., éd. L’Harmattan, Paris, 1987, t. 1, p. 42-45, 58-59 ; « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Bas-Languedoc aux xe et xie siècles », dans E. Mornet (éd.), Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 73-85 ; Aline Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiie siècles), P. U. du Mirail, Toulouse, 1998, p. 154-175.

29 Ghislain Brunel, Olivier Guyotjeannin et Jean-Marc Moriceau, Terriers et plans-terriers du xiiie au xviiie siècle. Actes du Colloque de Paris (23-25 septembre 1998), Association d’Histoire des Sociétés Rurales et École Nationale des Chartes, Paris, 2002, Bibliothèque d’Histoire Rurale, 5 et Mémoires et Documents de l’Ecole des Chartes, 62, en particulier les articles de Thomas Jarry, Rita Compatangelo-Soussignan, Florent Hautefeuille et de moi-même.

30 Samuel Leturcq, En Beauce, du temps de Suger aux temps modernes. Microhistoire d’un territoire d’openfield, thèse de doctorat, Paris I, 2001, à paraître aux éditions du C.T.H.S.

31 Élisabeth Zadora-Rio, « Archéologie du peuplement : la genèse d’un terroir communal », Archéologie médiévale, t. XVII, 1987, p. 7-65.

32 Par exemple, sur l’étude des centuriations : François Favory, « Retour critique sur les centuriations du Languedoc oriental, leur existence et leur datation », dans G. Chouquer (dir.), Les formes du paysage, op. cit. n. 25, t.3, L’analyse des systèmes spatiaux, 1997, p. 96-126.

33 « Objets en crise, objets recomposés. Transmissions et transformations des espaces historiques. Enjeux et contours de l’archéogéographie », dans G. Chouquer (dir.), Études rurales, 167-168, 2003, p. 13-341.

34 G. Chouquer, L’étude des paysages…, op. cit. n. 3, p. 63-70, chapitre iv : « Le paysage vu du moyen terme : l’encellulement, ou une idée à la recherche de sa forme » ; Magali Watteaux, « Le plan radio-quadrillé des terroirs non-planifiés », Études rurales, 167-168, 2003, p. 187-214.

35 M. Watteaux, idem, p. 208.

36 Si ce n’est par Armelle Querrien, qu’il est difficile de suivre dans sa démonstration : « Parcellaires antiques et médiévaux du Berry », Journal des Savants, 1994, p. 235-366.

37 Étienne Hubert a montré le décalage entre les textes et l’archéologie à propos de l’incastellamento latial : L’incastellamento en Italie centrale. Pouvoirs, territoire et peuplement dans la vallée du Turano au Moyen Âge, École française de Rome, Rome, 2000, coll. Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome – 309.

38 C. Lavigne, « Parcellaires de fondation et parcellaires de formation à l’époque médiévale en Gascogne ; clefs de lecture et problèmes d’interprétation », dans Les formes du paysage, op. cit. t.3, L’analyse des systèmes spatiaux, 1997, p. 149-158 ; Essai sur la planification agraire au Moyen Âge. Les paysages neufs de la Gascogne médiévale (xiiie-xive siècles), Ausonius, Bordeaux, 2002, coll. Scripta Varia 5 ; Jean-Loup Abbé, « L’aménagement de l’espace : le parcellaire rural de la bastide de Saint-Denis (Aude) », dans E. Mornet (éd.), Campagnes médiévales : l’homme et son espace…, op. cit. n. 28, p. 103-119.

39 La critique métrologique est développée dans les compte-rendus de l’ouvrage par É. Zadora-Rio, Archéologie Médiévale, t. XXXIII, 2003, p. 348-351 et par Mireille Mousnier, Annales Histoire, Sciences Sociales, 59e année, 2004, n° 2 (mars-avril), p. 436-438.

40 Jean-Loup Abbé, « Le parcellaire rural des bastides du sud-ouest de la France : l’apport des sources écrites et planimétriques », Rural settlements in Medieval Europe, Papers of the Medieval Europe Brugge 1997 Conference, Zellik, 1997, vol. 6, p. 309-319.

41 C. Lavigne, Essai sur la planification agraire…, op. cit. n. 38, p. 39-40.

42 Selon G. Chouquer, les médiévistes « continuent à présenter l’histoire de l’arpentage médiéval comme une longue éclipse » depuis l’Antiquité et qui s’achève avec les traités de Bertrand Boysset (« Crise et recomposition des objets : les enjeux de l’archéogéographie », G. Chouquer (dir.), Études rurales, 167-168, op. cit. n. 33, p. 13-31, citation p. 27). L’inexistence de nouveaux traités médiévaux d’arpentage jusqu’à Boysset est une chose, elle ne signifie pas qu’il n’y ait pas d’arpentage au Moyen Âge ! Les médiévistes en sont bien convaincus, même si la culture et la formation des praticiens restent à connaître. Sur les arpenteurs et le savoir en matière d’arpentage au Moyen Âge : J.-L. Abbé, « Arpenter et borner les terroirs de l’Europe méridionale au Moyen Âge : savoir et savoir-faire », dans A. Rousselle (éd.), Monde rural et histoire des sciences en Méditerranée. Du bon sens à la logique, Deuxième journée d’études du Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes, P. U. de Perpignan, Perpignan, 1998, coll. Études, p. 51-62 ; Pierre Portet, « La mesure géométrique des champs au Moyen Âge (France, Catalogne, Italie, Angleterre) : état des lieux et voies de recherche », dans Terriers et plans-terriers du xiiie au xviiie siècle…, op. cit. n. 29, p. 243-266 ; M. Mousnier, « Mesurer les terres en France méridionale au Moyen Âge », Histoire et sociétés rurales, 2004, n° 22, p. 31-65.

43 Cette représentation des systèmes agraires est déjà en place chez les agronomes et les économistes du xviiie siècle : S. Leturcq, « La macro-analyse des structures agraires à l’épreuve de la microanalyse d’un terroir. Contrainte communautaire et individualisme agraire dans un finage beauceron (xviie-xxe s.) », Les petits cahiers d’Anatole, 14, 2004, 20 p.,
http ://www.univ tours. fr/lat/pdf/F2 14.pdf

44 E. Zadora-Rio, « Les terroirs médiévaux », art. cit. n. 17.

45 D. Hall, « The origins of open-fields agriculture. The archaeological fieldwork evidence », dans T. Rowley (éd.), The Origins of Open Field Agriculture, Croom Helm, Londres, 1981, p. 22-38.

46 M. Beresford, J. Hurst, Wharram Percy, deserted medieval village, Yale University Press, New Haven et Londres, 1991.

47 Op. cit. n. 30.

48 G. Chouquer, « Que reste-t-il de 3000 ans de création paysagère ? », art. cit. n. 26.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540