Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Troisième partie. Le territoire éclaté

Fabriquer le territoire en Afrique au « Moyen Âge »

Approche ethnoanthropologique et ethnoarchéologique

Brahim Diop

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En Afrique, la civilisation est orale. La parole en est le conservatoire et le vecteur essentiels. Car les sources écrites, jusqu’à récemment, sont quasiment toutes étrangères et de surcroît rares, fragmentaires et lacunaires. Les traces de l’occupation humaine sont ténues, difficiles à repérer et délicates à interpréter. C’est pourquoi, pour montrer comment les sociétés africaines – qui n’ont pas l’histoire de l’Europe occidentale – ont procédé pour inventer leurs territoires, nous avons privilégié la tradition orale, l’observation ethnoarchéologique et la toponymie, tout en n’ignorant pas les sources écrites, l’archéologie et la géographie historique. Car les premières, même si elles sont d’un apport considérable, comportent des limites que les secondes peuvent parfois combler, et vice-versa. Leur combinaison interactive est donc nécessaire pour corriger et conforter les données fournies par chacune d’elles afin de mieux comprendre les différentes manières que les sociétés africaines « médiévales » ont inventé pour produire et aménager leurs territoires, construire des proximités, définir des distances, instituer des lieux, etc.

2Chacune de ces sociétés a une territorialité. Elles se sont établies dans un espace qu’elles ont fait leur. Elles l’ont nommé, limité et délimité. Cet espace a des frontières, une superficie et une forme et, par conséquent, est bien circonscrit. Ces communautés y ont vécu et exercé leurs activités et leur souveraineté. C’est leur territoire. Elles l’ont construit et marqué selon leurs besoins, leurs règles, leur économie, leur culture, leur mentalité. Chaque territoire est donc le reflet de la société qui l’a élaboré, même si celle-ci est marquée, à son tour, par le cadre dans lequel elle est née et s’est développée.

Figure 1 : Le Soudan occidental (viiie-xvie siècle)

Figure 1 : Le Soudan occidental (viiie-xvie siècle)
  • 1 M. F. Briselance (1988 : 176), étudiant la tradition orale soninke, fait remonter l’origine de l’e (...)
  • 2 Bien avant l’installation des Almoravides dans le sud mauritanien (xie siècle), les vallées du Sén (...)

3Mais ne faut-il pas, au préalable, définir ce qu’est le « Moyen Âge » en Afrique subsaharienne. Il n’a pas la même connotation qu’en Occident. C’est, disent certains, l’ère des grands empires comme le Tekrur, le Ghana, le Mali, le Jolof ou le Songhay, tous relativement bien connus pour leur prospérité et leur puissance (Figure 1). Quelques chercheurs le font commencer aux débuts de l’ère chrétienne, lorsque les plus anciens de ces empires (Tekrur et Ghana) apparaissent. Or l’émergence de ces États pose encore problème1. D’autres pensent qu’il commence avec l’islamisation (entre le viiie et le xie siècle)2et s’achève avec l’arrivée des Portugais sur le littoral (1444) ou avec la chute des derniers grands empires : le Jolof en 1549 ou le Songhay en 1591. Certains poussent la fin jusqu’au xviiie siècle voire le début du XIXe avec la pression européenne qui se fait de plus en plus forte jusque dans l’hinterland et préfèrent plutôt parler d’époque précoloniale : la colonisation servant alors de repère exclusif pour périodiser l’histoire africaine en époques précoloniale, coloniale et post-coloniale. D’autres encore font coïncider la période ou la mettent dans la « Protohistoire », l’ « Âge des métaux » ou l’ « Âge du fer » dont les débuts en Afrique de l’Ouest sont assez variés : en Mauritanie la métallurgie du cuivre apparaît au Ier millénaire av. J.-C. (Lambert 1983) et au Niger au IIe av. J.-C., celle du fer est attestée le long de la vallée de la Kolombine, un affluent du fleuve Sénégal, vers le milieu du Ier millénaire av. J.-C. et seulement au Ier s. ap. J.

4C. dans la moyenne vallée du même fleuve (Vernet 2000). L’édification des amas coquilliers dits « protohistoriques » de la Petite Côte (Sénégal) débute dès le ive siècle av. J.-C. (Thilmans et Descamps 1982 : 31-50). Pour les tenants de cette thèse, la fin est souvent fixée au xvie siècle, parfois au xviiie : les fouilles de plusieurs amas coquilliers à Ñamun et Samatit (Casamance) indiquent, en effet, une occupation humaine qui se poursuit jusqu’à cette dernière date (Linarès de Sapir : 1971).

Figure 2: La Sénégambie (viiie-xviiie siècle)

Figure 2: La Sénégambie (viiie-xviiie siècle)

5C’est une sorte de flou artistique. En vérité, aucun de ces concepts ne convient pour désigner cette époque dont la chronologie pose également problème. La périodisation de l’histoire africaine doit donc évoluer. Elle ne peut se contenter d’adopter celle de l’Occident.

6L’espace étudié est l’Afrique, en particulier l’Afrique de l’Ouest que les sources arabes médiévales nomment Bilād al-Sūdān (Pays des Noirs). Mais en vérité, nos exemples sont généralement pris en Sénégambie, surtout en Sénégambie septentrionale où les différentes communautés connaissent, pour la plupart, une forte hiérarchisation sociale et ont, dès le « Moyen Âge », élaboré des entités politiques solides : le Tekrur, le Ghana, le Jolof, le Siin, le Bawol, etc. (Figure 2).

7L’histoire du territoire est indissociable de celle de la communauté. Aussi s’intéresse-t-elle aux diverses formes de l’aménagement de l’espace et aux rapports de tous ordres qu’une communauté établit avec son territoire. C’est pourquoi nous avons utilisé une approche plurielle mais qui privilégie, avons-nous déjà dit, la tradition orale et l’ethnoarchéologie.

Les sources : apports et limites

8Les sources sont nombreuses et variées mais d’inégale valeur. Leur nature et leur fonction sont différentes, leurs apports et leurs limites aussi.

La tradition orale

  • 3 La tradition orale se transmet de génération en génération par l’apprentissage et l’usage. Elle es (...)
  • 4 Dans ce cas, certains traditionnistes ont besoin d’être accompagnés par un ou plusieurs instrument (...)

9En Afrique, la tradition orale est d’un immense apport pour écrire l’histoire des cadres de vie. Pour s’enraciner dans leur histoire, les sociétés africaines ont besoin d’elle, car, dit J. Ki-Zerbo, « elle habille de chair… et irrigue de sang le squelette du passé » (Laya 1972 : 7-8). Mais tout ce qu’on raconte n’est pas tradition3. La tradition orale conforte, complète ou corrige les données des autres sources et vice versa. Elle est variée et riche : traditions dynastiques, villageoises et familiales, mythes, contes, légendes, poèmes et chants traditionnels, généalogies, chroniques, récits historiques, etc. Elle raconte l’histoire du peuplement, des migrations, des sédentarisations, de la fabrication de l’espace, (provinces, États, habitats, habitations, terroirs), etc. Ses détenteurs sont multiples : griots, princes, conteurs, chanteurs, patriarches, chefs de famille, maîtres de culte, etc. Sa forme peut être libre ou fixe et stéréotypée4.

  • 5 Nous avons chaque fois enregistré au dictaphone les récits dans leur intégralité et à l’état brut. (...)
  • 6 La sagesse africaine enseigne que le silence est parfois plus précieux et plus expressif que la pa (...)
  • 7 Certains scénarios, comme celui du chasseur errant de forêt en forêt ou du pasteur cherchant pâtur (...)

10Il faut la recueillir avec délicatesse pour éviter d’avoir des versions sèches et abstraites5. Mais il faut surtout l’utiliser avec prudence, car elle véhicule un discours parfois manipulé en fonction des intérêts de ses détenteurs et souvent jalonné de silences6 et de symboles qu’il n’est pas toujours aisé de décrypter si l’on n’a pas une bonne culture du milieu (se faire un enfant du terroir). Les partis pris et l’empreinte de l’idéologie sont particulièrement marqués dans les récits relatifs aux origines, aux migrations et aux fondations villageoises. Le principe d’antériorité sur le sol, qui est considéré comme source de droit, infléchit généralement ces récits. Parfois, ceux-ci sont parasités par des informations provenant de l’écrit, d’émissions radiophoniques ou audiovisuelles concernant d’autres aires culturelles. Certains traditionnistes peuvent les reprendre à leur compte et les injecter dans leurs narrations7.

  • 8 Avant de commencer notre enquête, nous avons souvent interrogé les villageois pour connaître les p (...)
  • 9 Tel est aussi le cas des autres sources. Chacune a ses faiblesses et est manipulable. Et aucune n’ (...)

11Les possibilités d’altération et d’instrumentalisation des récits sont donc nombreuses. C’est pourquoi, dans un village, il est souvent important de ne pas se contenter d’une seule version. La confrontation avec d’autres est souvent nécessaire pour percevoir les silences et les non-dits, les contradictions et les manipulations éventuelles, les changements et les permanences8. Elle permet généralement de conforter et d’éclairer les récits. C’est dire que la tradition orale est une source historique souvent incomplète et aléatoire qu’il faut nécessairement soumettre à un traitement méthodologique rigoureux9.

12Les traditions dynastiques, qui sont les plus vulgarisées et les plus accessibles, donnent davantage vie aux faits et gestes des aristocraties et des États. Elles racontent les victoires – rarement les défaites – délimitent les territoires, précisent les proximités et les lieux et renseignent sur l’aménagement de l’espace et parfois même sur les paysages.

13Les traditions villageoises et familiales donnent de plus amples informations sur les cadres de vie. Elles renseignent sur les conflits territoriaux entre villages, familles ou clans. Elles racontent les déplacements, les démembrements et les remembrements territoriaux, les fondations et les désertions villageoises, les progrès et les reculs de la conquête du sol sur la forêt ou la mer (défrichements, poldérisation, avancée marine…), etc. Elles permettent, en conséquence, d’explorer les différentes manières que les villageois ou les familles ont inventées pour fabriquer leur territoire et le maîtriser. Cette fabrication peut signifier une prise de possession de terres non encore appropriées, un peuplement ou un aménagement d’un espace déjà tenu.

14Les traditions sont généralement ancrées dans le sacré et racontées sous forme de mythes et légendes. Elles jouent un rôle important dans la transmission des valeurs sociales et des archétypes. Mircea Eliade (1963) fait remarquer que les mythes et les légendes ne s’écartent jamais totalement de la réalité. Ils prennent donc en charge l’histoire : ils contiennent de nombreux indices qu’il faut pouvoir extraire.

15Dans les mythes de fondation villageoise, par exemple, nombreuses sont les données relatives au territoire. Sans doute parce que celui-ci représente pour le villageois la base de son existence, la manifestation principale de ses relations avec les autres, le lien avec les divinités et les génies du lieu : rab chez les Wolof et pangool chez les Sereer. La production du territoire est généralement consécutive d’un exil (forcé ou volontaire), d’une quête de paix et de prospérité, d’une errance à la recherche de gibier ou de pâturages, d’un rêve prémonitoire ou d’une décision seigneuriale. Et elle passe nécessairement par une prise de possession matérielle (droit de feu, de hache ou de sabot) et rituelle (offrandes, libations, pacte avec les génies).

  • 10 Du fait de la violence engendrée par la traite négrière – la force brutale tient désormais lieu de (...)

16En effet, les premières populations qui arrivent dans un territoire et le conquièrent en prennent matériellement possession en allumant un feu. C’est un acte matériel de mise en valeur, celui par lequel le chef de la communauté devient le propriétaire foncier (laman). Il consacre l’alliance avec le génie du sol, maître spirituel des lieux. Là où s’arrête le feu, s’arrêtent les limites de son territoire. À ceux qui viennent après, le droit de hache peut être donné à titre héréditaire et inaliénable, c’est-à-dire qu’ils peuvent défricher, occuper et exploiter, mais ne peuvent ni vendre ni échanger la terre. À partir du xviie siècle, avec le triomphe de l’aristocratie guerrière (ceddo)10, les territoires sont réorganisés. Le roi, qui a désormais les droits sur les hommes et le territoire, redistribue les terres à qui il veut. Le bénéficiaire choisit un endroit et avec son cheval doit en faire le tour. L’espace parcouru devient son territoire. Il en est le propriétaire foncier. Lui aussi peut distribuer le droit de hache.

  • 11 Ce pacte, c’est pour que le fondateur et son lignage servent d’intercesseurs : ils sont chargés du (...)
  • 12 Voir à ce propos, les mythes de fondation de Jaxaaw (Diop, 2000a ; Diouf, 1984), de Fatick ou de F (...)

17La prise de possession rituelle se fait par des offrandes, des sacrifices, des libations. Le nouveau maître établit un pacte avec le génie des lieux11. Chaque année, il est célébré, commémoré. Ce qui donne paix et prospérité aux occupants. Mircea Eliade (1983 : 30) écrit à ce propos qu’ « on ne fait sien un territoire qu’en le créant de nouveau, c’est-à-dire en le consacrant12 ».

  • 13 Par exemple, s’agissant de la fondation du village, aujourd’hui, devenu Fatik, deux familles reven (...)

18Mais ces traditions ont des limites. Les conflits intervillageois ou inter-familiaux peuvent les influencer et les rendre contradictoires ou silencieux sur des événements ou des faits importants13. Aussi, faut-il les utiliser avec les précautions nécessaires.

  • 14 Nous l’avons plusieurs fois constaté lorsque nous avons diversifié nos informateurs en les choisis (...)

19Il ne faut guère s’interdire d’interroger les paysans et les pasteurs dont les informations orales – non des traditions – peuvent être d’un grand apport. Très souvent, ils connaissent l’histoire des sites et de leurs anciens habitants et, en conséquence, peuvent renseigner sur les localisations, les déplacements, les limites de territoires. Mais là aussi, la prudence est de rigueur, car les renseignements peuvent être manipulés en fonction des intérêts14.

L’ethnographie et l’ethnoarchéologie

20C’est la grande innovation de ces dernières décennies. L’approche méthodologique se fait par une observation sur le vif des survivances traditionnelles de production, d’aménagement et d’usage du territoire. Elle propose des modèles d’interprétation « du connu actuel vers l’inconnu passé » : analogies (Audouze 1980 : 8). Car en Afrique, les traditions de fabrication de l’espace demeurent encore vivaces : continuité séculaire assez bien conservée. Elles sont transmises de génération en génération par l’usage. Cette vivacité des traditions n’est guère synonyme de fixité ou d’immobilisme historique d’autant que les cadres de vie connaissent toujours des évolutions, parfois lentes certes, mais tout de même réelles. Il s’agit donc d’observer les vieux villages, leur organisation, leurs terroirs, leurs activités, les usages de l’espace, les cellules familiales qui les composent, les paysages qui les environnent, les processus d’extension ou de rétrécissement de leurs territoires, etc.

  • 15 Les feuilles du baobab entrent dans la préparation des sauces. Elles sont également utilisées comm (...)
  • 16 Dans l’imaginaire populaire, on pense que ces arbres sont hantés par des fantômes et des génies, n (...)

21Certains arbres ou certains paysages, par exemple, sont d’excellents marqueurs d’agrosytèmes et d’habitat, de véritables gisements archéologiques. Car en Sénégambie, l’arbre est au cœur du dispositif spatial : il est toujours associé à l’habitat, aux champs et aux pâturages. S’il n’est pas semé ou planté, il est alors sélectionné à partir de la végétation existante. Dans les villages sereer, par exemple, le baobab (Adansonia digitata) et le rônier (Borassus flabellifer) sont toujours présents dans les demeures (cours et arrière-cours) ou juste à proximité, en individus isolés ou en bosquets. Ils sont particulièrement respectés et protégés d’autant qu’ils sont d’une grande utilité dans l’alimentation, la pharmacopée, la construction et le culte15. Ils sont généralement liés à des stratégies de survie. C’est aussi le cas du wuul (Parkia biglobosa) ou du tamarinier (Tamarindus indica). Mais ces derniers sont rarement acceptés dans les demeures : leur ombre ne devrait pas toucher les cases car elle serait chargée d’un magnétisme malfaisant16. C’est pourquoi, on les retrouve plutôt dans les espaces publics et dans le voisinage immédiat des maisons (devant ou derrière). Devant, ce sont des arbres à palabres et derrière, des lieux de culte, de travail pour les femmes (pilage des épis de mil ou bòjj), etc. On ne se met jamais à leur ombre en milieu de journée (njollor) ou au crépuscule (timis).

22Actuellement, lorsqu’on aperçoit ces différents arbres dans le paysage, en boisements dégradés et de faible étendue, ils suggèrent assez souvent l’emplacement d’anciens habitats. La visite sur place et la prospection au sol y découvrent des nombreux objets de la vie quotidienne : tessons de céramique, métaux, verre, perles…

  • 17 Le kadd, par exemple, perd ses feuilles en saison de pluies. Elles pourrissent sous l’action de la (...)

23Au-delà des villages s’étend toujours un parc de kadd et/ou de sump. Il renvoie à un système agro-pastoral17. Ils marquent le paysage des champs et des pâturages dont les limites s’arrêtent là où commence la brousse. Celle-ci sépare généralement les territoires villageois voisins. Les essences qui la composent sont beaucoup plus nombreuses. Cette brousse a longtemps été préservée par les populations rurales pour des raisons alimentaires, cultuelles et défensives.

24La distribution des espaces publics dans les anciennes capitales et les vieux villages, la forme des chemins – larges et droits ou étroits et sinueux – comme celle de l’habitat (dispersé ou regroupé, en nébuleuses distendues, allongé ou circulaire), la manière dont les populations prennent possession de leur territoire lorsqu’elles l’inventent, les usages de l’espace… donnent de précieuses informations sur les modes de production et d’aménagement des cadres de vie. Les observations menées dans les anciennes capitales royales (Jaxaaw, Lambaay, Warxoox…) montrent que le mode d’occupation du sol est généralement marqué par la ségrégation spatiale. Chaque quartier est occupé par une catégorie sociale spécifique : celui des esclaves se trouve toujours du côté le moins sûr alors que celui de l’aristocratie est toujours au centre et du côté le mieux protégé.

L’archéologie

25L’enquête archéologique commence dans les bibliothèques et les dépôts d’archives (textes), dans les demeures paysannes et sous les arbres à palabres (traditions et renseignements oraux) et se poursuit ensuite sur le terrain, à travers champs et bois, par la prospection archéologique. Celle-ci vise à la découverte et à la localisation de traces laissées par l’homme. Elle exige une réflexion et une analyse préalables qui en déterminent les objectifs et les contours, car elle s’inscrit dans une problématique spécifique : étude du territoire dans le but d’en préciser les limites, les proximités, les configurations, l’étendue, les usages, etc.

26Faute de moyens adéquats, la prospection au sol a, ici, été exclusivement utilisée. Le recours à la prospection aérienne, à la photo-interprétation et aux instruments de détection électrique, magnétique, thermique…, bien que conférant un pouvoir considérable de découverte de vestiges, n’a pas été retenu. Le caractère onéreux, lourd et sophistiqué de ces instruments en est la raison principale.

  • 18 Mais, il faut dire que ni la couleur du sol, ni la topographie, ni même la présence de vestiges su (...)

27La prospection au sol s’intéresse aux diverses traces d’occupation, aux divers aménagements réalisés par l’homme, à la culture matérielle (céramique, verre, métaux, etc.), aux monuments funéraires, aux relations des sites avec les éléments majeurs du paysage, etc. Aussi est-elle attentive autant aux données géographiques qu’aux indices topographiques, pédologiques, phytologiques et aux témoins de l’occupation humaine18. Elle concerne presque exclusivement des repérages de sites signalés par les textes, la toponymie, la tradition orale ou les informations des paysans. Car, dans les champs, les pâturages et les forêts, ces derniers connaissent bien les endroits où les charrues « accrochent » des vestiges et où les troupeaux les piétinent. Le repérage se fait par des visites simples et rapides, longues et laborieuses ou nombreuses et variées (selon les saisons). L’enregistrement est effectué sur des fiches préalablement établies. Outre les informations recueillies auprès des populations, y sont enregistrées toutes les données se rapportant au contexte topographique, aux dimensions, à la présence de vestiges de construction, à la densité des tessons de céramique et leur distribution à la surface, à l’existence d’autres mobiliers, etc. Après l’enregistrement, des ramassages de surface sont souvent opérés. Mais ces derniers ne sont pas systématiques. Sélectifs sans être aléatoires, ils concernent surtout la poterie (formes, décors et techniques) mais aussi d’autres objets de la vie quotidienne (perles, pipes, objets en métal, fragments de verre, etc.). Il s’agit d’observer les vestiges porteurs d’indications significatives (typologie, technologie…) et de les prélever ou de les laisser sur place. En raison des difficultés de transport et de stockage, nous avons souvent supprimé ou limité les récoltes de surface.

28La prospection au sol permet d’identifier les sites, de les localiser, de les décrire et de les cartographier afin d’en saisir la nature et les rapports éventuels. Mais les traces au sol sont souvent ténues et les repérer demeure délicat. Car, les fréquents travaux agricoles et piétinements des animaux perturbent la surface des sites, dispersent et pulvérisent les vestiges.

29Les fouilles archéologiques sont encore rares et surtout très peu étendues – ce sont plutôt des sondages – pour permettre de circonscrire un territoire, de donner ses limites, ses proximités et ses configurations. Mais, elles permettent de découvrir les débuts de l’installation humaine, les processus de fabrication de l’espace de vie, la culture matérielle, la chronologie, etc.

La toponymie

30La toponymie apporte à son tour des témoignages de haute valeur historique. L’enquête ne doit guère se limiter aux toponymes actuels, ce qui ne rendrait pas compte des disparitions antérieures. Elle doit s’intéresser aux récits de fondation et de désertion villageoises, à ceux de migrations, aux poèmes et chants initiatiques que la tradition a conservé. Car les toponymes renseignent sur la manière dont chaque communauté fabrique, perçoit, délimite et gère son espace de vie. Son choix n’est guère neutre. Il répond toujours à des critères et à des comportements communautaires subjectifs et aléatoires. Mais il peut s’inspirer d’une réalité, la traduire et même lui donner un sens.

31En effet, à travers certains noms de lieux, on peut retrouver l’histoire d’une fondation, surtout lorsqu’ils renvoient à des déterminants naturels ou culturels. Les exemples de Godagen, de Jaxaaw, de Maxaj (villages sereer du Siin) ou de Raw, Njambur, Waxaljamm (villages wolof du Kajoor et du Bawol) sont révélateurs. Le mot godagen est formé de deux verbes : god qui signifie couper, défricher et de gen qui veut dire habiter. Les nouveaux arrivants ont déboisé, essarté avant de pouvoir habiter et exploiter la terre. Jaxaaw dérive du verbe jax qui, en sereer, signifie se frayer un passage, ouvrir une voie dans la forêt en coupant les branches avec une hache ou une machette. Ces deux toponymes évoquent la forêt, les défrichements et leur rôle dans la production du territoire. Certes, ils ne datent pas l’occupation, mais ils suggèrent tout de même des événements qui peuvent donner des fourchettes chronologiques larges. En effet, dans ces deux villages, la prise de possession du nouveau territoire s’est faite par la hache et non par le feu. Or, chez les Wolof et les Sereer, le droit de hache est toujours postérieur au droit de feu, comme nous l’avons déjà montré. Godagen et Jaxaaw seraient donc fondés après les grandes vagues migratoires sereer venant du Tekrur qui ont lieu entre le xie et le xiiie siècles. Maxaj est un mot dérivé de maa xajeena qui veut dire « là où on ne les touche plus ». Raw, c’est être « délivré d’un danger, d’une sujétion, rescapé, être soustrait d’une servitude ». Njambur évoque la liberté (jambur) et walxaljamm signifie « parle de paix ». Tous ces toponymes renvoient à la liberté, à la franchise, à l’émancipation. Ils seraient donc des villages de rescapés, de fugitifs, d’exilés (sauvetés). Mais les toponymes ne suggèrent que des indices. Aussi, faut-il nécessairement interroger les autres sources.

  • 19 Le récit de fondation raconte qu’il a été créé par Ñoxorug Leer Juuf, un chasseur venu du Gaabu. C (...)
  • 20 La prospection a permis de découvrir, dans Mbaasin seulement, des perles ocellées dites isëfaal do (...)

32Parfois, sur certains sites d’habitat désertés, aujourd’hui exploités en pâturages, en champs ou laissés en friches, des microtoponymes permettent de retrouver l’ancienne structuration du territoire villageois et ses rapports avec l’organisation politique et sociale. C’est le cas, par exemple, de Laa, ancien chef-lieu de la province du même nom, dans le Bawol (près de Mbacké), fondé au xiiie siècle19. Les habitants de Ngaabu (environ à 2 km au nord) et de Ndaxaar (2 km au sud) qui exploitent le site gardent encore le souvenir des microtoponymes : Mbaasin, Xayugpal, Parba, Ngaraaf, Paareen, Tëgg ga, Dagga, Xur wi, tund wi et Dey Sangu. En étudiant leur sens et leur contenu, on comprend que ce sont les noms des anciens quartiers. Mbaasin, qui est le lieu où jadis résidait le baasin (le seigneur de la province) et sa famille. Parba est celui du farba (le chef de l’armée provinciale) et de ses guerriers ceddo. Ngaraaf est la résidence du Jaraaf (le représentant des hommes libres) et de sa communauté. Paareen est celle du Paar, le chef des griots. Tëgg ga (de tëgg = forger) est le quartier des forgerons. Xayugpal signifie « le caïlcédrat du sacre » : il se trouve toujours sur la place publique jouxtant la maison du chef. Dey Sangu, qui veut dire « il se lave », est une mare. Dagga est un mot qui vient de dag, c’est-à-dire dépendant. Étymologiquement, Dagga est le village des dépendants, donc la zone réservée aux esclaves domestiques. Tund wi signifie la colline. C’est toujours un endroit topographiquement plus élevé que les alentours : une éminence, une dune, un plateau. Enfin, Xur wi veut dire la vallée fossile. Une visite sur le terrain et des enquêtes orales ont permis de reconstituer l’ancienne organisation de l’espace villageois20 (Figure 3).

33Certains toponymes peuvent refléter un trajet ou les contours d’un territoire ancien. Par exemple, dans la Vallée du Serpent et au nord de Ségou (Mali), région aujourd’hui presque exclusivement habitée par les Bambara, beaucoup de villages anciens et de vallées fossiles portent des noms pël ou qui sont des déformations de mots pël : Jaango, Caango, Caangol Bugu, Feto Gawdi, etc. Jaango et Caango sont des déformations de Caangol qui, en pël, signifie cours d’eau. Caangol Bugu (village du marigot) est composé de deux mots dont l’un est pël (cangol) et l’autre bambara (bugu = village). Le site de cet ancien village est pourtant actuellement à peine marqué d’un point d’eau. Feto Gawdi veut dire en pël « la mare aux Acacia ataxacantha ». Ces différents toponymes indiquent le recouvrement bambara d’un ancien peuplement pël. Ce que confirment les traditions orales des deux groupes ethniques (Kesteloot et al. 1993 : 173-191).

  • 21 L’exemple du mot Senegal est significatif à ce propos. Certaines versions populaires de la traditi (...)

34Mais faut-il rappeler les pièges de la toponymie : les lieux qui changent de noms et les noms qui changent de lieux, les significations fantaisistes, les contenus équivoques et aléatoires21, etc. ? Aussi, est-il nécessaire d’avoir une démarche dialectique qui intègre les autres sources (tradition orale, visite sur le terrain, etc.).

Figure 3: Reconstitution de Laa selon la typonymie

Figure 3: Reconstitution de Laa selon la typonymie

Les sources écrites

  • 22 Elle peut faire 2 à 3 intermédiaires, parfois plus. Par exemple, al-Tādilī, un auteur arabe du xii (...)

35En Afrique subsaharienne, particulièrement dans l’espace sénégambien, elles sont rares et, de surcroît, d’origine étrangère : arabes (viiie-xvie s.) et européennes (xve-xviiie s.). Elles ne fournissent que des données partielles, incomplètes et lacunaires, généralement déformées et corrompues en raison du parti pris idéologique, de l’ethnocentrisme des auteurs, de l’importance accordée aux témoignages d’autrui et de la longue chaîne de transmission des informations22. Aussi les données ne reflètent-elles que le système de représentations des auteurs et les schèmes mentaux de leur époque et non les réalités locales elles-mêmes.

36Les sources arabes décrivent bien les territoires, les États, les royaumes et les ethnies et se soucient même de préciser leurs limites, leurs frontières qui, très souvent sont des zones – et non des lignes – toujours ouvertes à la chasse et à la razzia. Elles estiment leur étendue et leurs dimensions en journées de marche et en étapes. Elles les situent les uns par rapport aux autres et indiquent leurs différences, leurs activités, leurs richesses et leurs dangers (bêtes féroces, êtres fantastiques, cannibalisme, etc.). Les mieux décrits sont situés sur les cours d’eau, les voies caravanières, les centres d’échanges. Ces sources montrent que les fleuves ne constituent jamais des limites territoriales mais de véritables traits d’union : ce sont les mêmes populations qui vivent de part et d’autre. Elles indiquent également que les centres d’échanges sont des sites de contacts avec le monde arabo-musulman généralement favorisés par le commerce transsaharien qui a permis le développement des échanges commerciaux et culturels entre la région subsaharienne et le monde méditerranéen. Certains marchands arabo-berbères, jurisconsultes et savants distingués, précisent-elles, s’installent dans le Bilād al-Sūdān et se marient (Diop, 2003). Les autorités locales leur délimitent un territoire spécifique qu’ils habitent et où ils exercent leurs activités. C’est le quartier des affaires. Leurs enfants et petits-enfants se fondent dans la population locale et s’organisent en communautés citadines avec leurs mosquées, tribunaux, écoles et universités coraniques. Très souvent d’ailleurs, le quartier des affaires devient tellement important et vaste qu’il constitue une ville dans la ville, comme à Ghana. Cette capitale, note al-Bakri, se compose de deux parties dont l’une est le centre des échanges avec ses habitations en dur et surtout ses douze mosquées, la plus grande servant pour la prière du vendredi. L’autre partie est la ville royale et animiste. Elle est entourée d’un bois sacré (Cuoq 1975).

  • 23 Seuls Ibn Battūta (xive s.) et Ibn Khaldūn (xive s.) ont fait le voyage dans le Bilād alSūdān. Mêm (...)

37Tout se passe dans ces sources comme si, à cette époque et dans ces territoires, n’existaient que des villes et pratiquement pas de villages et que le commerce était l’élément essentiel qui cristallisait l’habitat et qui structurait l’espace. Sans doute cela est-il dû au fait que la quasi-totalité des auteurs ne se soit jamais rendue dans la région, se contentant simplement des informations de marchands et de voyageurs23.

38Les sources européennes sont plus tardives (xve-xixe) et plus nombreuses que les précédentes. Il s’agit de chroniques, mémoires, relations de voyages, journaux de bord, registres de commerce, archives… Leurs auteurs sont, pour la quasi-totalité, des négriers, marchands d’esclaves ou navigateurs, venus faire fortune en Sénégambie grâce à cet odieux trafic qui a contribué à la déportation de plusieurs centaines de millions d’Africains valides dans les plantations et mines d’Amérique. Ils sont généralement cantonnés sur les côtes. Rares sont ceux qui ont approché les territoires qu’ils décrivent. La plupart ne les ont aperçus « que du dessus du pont de leurs navires » (Monteilhet, 1916 : 63). Et beaucoup lardent leurs récits de considérations et de commentaires qui déforment plus qu’ils ne renseignent sur les réalités locales.

39Les territoires les mieux connus et les mieux décrits ne se limitent généralement qu’aux abords des comptoirs de traite (sur le littoral) et le long des cours d’eau qui demeurent les seuls itinéraires usités. Au-delà, c’est terra incognita : c’est le territoire de l’imaginaire et du fabuleux, avec des bêtes féroces, des arbres gigantesques, des cyclopes et des anthropophages, etc. L’espace sénégambien, bien que le plus visité en Afrique à cette époque, demeure encore très mal connu. La part de l’imaginaire et de l’ethnocentrisme reste encore assez marquée dans les textes. Le réel et le fantastique se côtoient souvent sans qu’on puisse toujours déceler le vrai du faux. La plupart des documents ne contiennent quasiment rien sur la morphologie villageoise. Aussi, est-il difficile de suivre l’histoire de la production et de l’aménagement du territoire. Toutefois, quelques documents permettent de mettre en évidence la dynamique de certains territoires et les stratégies de l’espace impulsées par les aristocraties ou les populations elles-mêmes. Ce sont de bonnes descriptions du paysage, de l’habitat et du régime des eaux. Mais ils sont rares et souvent tardifs : le xviiie siècle, avec le développement de l’esprit scientifique.

40Certains de ces documents contiennent des cartes de grande valeur qui indiquent les royaumes, les ethnies, les territoires et leurs limites, localisent les capitales et les villages importants, les cours d’eau et les lacs, circonscrivent les zones forestières et marécageuses, etc. Ces cartes rendent compte de l’aménagement de l’espace et de la physiologie des paysages, mais assez vaguement. En les observant, on est frappé par l’importance des vides au-delà du littoral et des fleuves (Sénégal, Gambie, Casamance, Rivières du Sud, etc.) mais aussi à la périphérie des royaumes et dans les zones à minorités ethniques (Delcourt, 1974 : 280-281).

41Les apports diffèrent d’une source à l’autre. Chacune a ses limites. C’est pourquoi nous avons croisé les données fournies par chacune pour les éclairer et les conforter.

Stratégies de production et d’aménagement du territoire

42Le croisement des données a clairement mis en évidence que l’histoire de la fabrication de l’espace en Sénégambie est ponctuée d’évolutions lentes et d’événements brutaux (guerres, chasse à l’esclave, déplacements forcés, etc.). Il indique également que la proximité de l’eau, l’altitude par rapport à la topographie générale et l’emprise sur le végétal constituent des facteurs importants dans la production et l’aménagement du territoire.

Les principaux facteurs

La proximité de l’eau

  • 24 C’est l’une des trois branches du Nîl. Il coule d’est en ouest et ses jette dans l’océan Atlantiqu (...)
  • 25 Le sel est, avec l’or, un produit stratégique en Afrique de l’ouest. Il a joué un important rôle c (...)
  • 26 Ces agglomérations, toutes sur la vallée du Sénégal, sont, selon al-Idrisi, du territoire des Makz (...)
  • 27 La partie vivante du territoire des Noirs se trouve sur le fleuve et ses affluents. Tous les centr (...)

43En effet, tous les royaumes et les localités que décrivent les auteurs arabes du Moyen Âge sont situés le long des cours d’eau. Al-Idrisi (xiie siècle) et Ibn Khaldun (xive siècle) affirment même que le Bilād al-Sūdān ou « Pays des Noirs » n’est habitable que sur les bords du Nīl as Sūdān24 ou de ses affluents et qu’au-delà les possibilités de vie humaine sont quasi nulles et brûlé par une chaleur torride, avec de grandes solitudes (madjābāt) sans eau et beaucoup de tempêtes de sable (Cuoq 1975 : 128129, Ibn Khaldun 1978 : 98). Pour ces sources, le voisinage de l’eau conditionne l’implantation humaine. Il est essentiel pour fabriquer un territoire. Il détermine ses chances de prospérité en raison des possibilités agro-pastorales, halieutiques et cynégétiques. Al-Umarī (xive s.), par exemple, note que la vallée du Nīl as-Sûdân produit abondamment des céréales, des fruits et des légumes et que « les courges y sont tellement grosses qu’on en fait des barques pour traverser le fleuve » (al-Umarī 1927 : 45). Même l’importance du commerce ouest-africain en dépend comme semble le confirmer al-Idrisi lorsqu’il écrit que le sel25, l’un des principaux produits d’échanges, est transporté par embarcations, de la célèbre île d’Awlil à l’embouchure du Nīl puis jusqu’à Silla, Tekrūr, Barīsa, Daw, Mūra26, Ghāna, les agglomérations des Wangāra, Kūgha et tous les pays des Sūdān27.

  • 28 Duarte Pacheco Pereira au xvie siècle (1956 : 176) dit que les habitants « sont aussi nombreux que (...)

44Pour les Européens aussi, les parties vivantes de l’Afrique se trouvent exclusivement sur le littoral et les vallées fluviales. Elles sont généralement décrites comme agréables, clémentes, riches et peuplées. L’arrière-pays est un territoire très vaste. Il est considéré comme un grenier et un terrain de chasse à l’esclave. Des bêtes féroces et des êtres fantastiques le peuplent. Il est inhospitalier et sauvage. Les serpents, les crocodiles et les dragons y abondent. Or, dans l’imaginaire occidental, ces animaux symbolisent un état primitif : ils inspirent la peur et le dégoût. Ce territoire sauvage, malsain et hostile a un climat rigoureux, des sols fragiles et un habitat précaire qui semblent être en parfait accord avec la faiblesse de la production, la misère, la barbarie et le primitivisme des habitants. Mais, il est densément peuplé et la « ponction humaine » que les négriers peuvent éventuellement y effectuer ne peut, soutiennent beaucoup d’auteurs, réduire la population28.

45Les Européens ne s’aventurent guère dans ce territoire. Ils s’installent plutôt sur le littoral et le long des fleuves qu’ils ponctuent de comptoirs de traite avec la complicité des multiples petits États côtiers. Ces derniers se mènent une lutte sans merci, non pour accroître leur espace territorial mais pour faire le maximum d’esclaves à vendre. Aussi les zones frontalières, devenues de véritables territoires de chasse, se vident-elles progressivement.

46La tradition orale, elle aussi, souligne l’importance du voisinage de l’eau dans la cristallisation de l’habitat et la production du territoire. La recherche de la proximité de ce liquide précieux se trouve presque toujours au centre des préoccupations de ceux qui sont à la quête d’un espace de vie. Trouver une rivière, un marigot, un puits, une cavité d’arbre contenant de l’eau, une poterie au milieu de la brousse est toujours un bon présage pour s’installer, occuper et exploiter le sol. Le mythe de Xodar Saar dit Njaay (Khodar Sarr dit Ndiaye) est révélateur à ce propos :

  • 29 D'autres versions recueillies par C. Becker et al. (1984 : 2-3) et par moi-même (Diop, 2000a : 124 (...)
  • 30 Une autre version racontée par Ibou Ndiaye contredit la fondation de Lewna par Xodar. Voir supra, (...)
  • 31 Récit raconté par Sémou Djojo Ndiaye (70 ans), un descendant de Xodar. Enquête faite à Fatick, au (...)

« Xodar est un prince du Jolof à qui le Grand Conseil des Electeurs a refusé le trône en raison de son âge avancé. Une nuit, dans un rêve, un Esprit lui intima de s’exiler vers le Sud, dans un endroit paisible et prospère où il devrait faire face, en permanence, à de l’eau…
Il partit, accompagné de ses troupes de guerriers et de toute sa famille. Il traversa le Bawol où il ne rencontra aucun endroit semblable à celui de son rêve. Il arriva ensuite à Kawoon, la capitale du Saalum, visita le roi et l’aida à mater une rébellion. Celui-ci le récompensa et l’autorisa à s’installer dans le royaume. Xodar choisit alors le voisinage de Mbeel o baak (la mare au baobab)… et fonda Xelkoom (Khelcom). Cette année, il avait beaucoup plu et la mare ressemblait plutôt à un lac. Mais l’année suivante, elle tarit à cause de la sécheresse. Ce n’était donc pas l’endroit rêvé. Xodar repartit avec ses compagnons dont il laissa certains sur place…
Il arriva au Siin. Le roi Waasila Fay (fin du xive-début du xve siècle), connaissant ses qualités guerrières, l’invita à y demeurer… Xodar marcha jusqu’à Mbimoor (Mbimor), un marigot très poissonneux qui ressemblait à un fleuve. Sur les rives poussait une végétation luxuriante où il trouva une faune riche et variée. Il pensa que c’était l’endroit rêvé. Il défricha et s’installa. Godagen (Godaguen) est ainsi créé29
Quelques années après, le marigot tarit. Ce n’était donc pas le bon endroit. Il y laissa quelques compagnons et reprit ses pérégrinations jusque sur les berges du Siin où il aperçut une colline bien boisée qui dominait le fleuve. Il s’y dirigea avec sa suite et bivouaqua. Après un copieux repas, il s’assoupit. Alors l’Esprit revint en songe et lui dit : « sa dëkka ngii, te lew na la » (voici ton habitat et tu le mérites)… Au réveil, il fit un tour et se rendit compte de la beauté et de la richesse des lieux : faune et flore abondantes, fruits charnus et parfumés, céréales sauvages diverses, poissons gros et gras, etc.
Xodar fit des offrandes, des libations pour s’approprier le nouveau territoire. Commencèrent alors les défrichements, le lotissement et l’installation des différentes unités familiales. Le village de Lewna était créé30. La concession de Xodar était établie sur le sommet de la colline. Le terrain fut ainsi délimité : le guerrier le plus vigoureux au lancer de sagaie est placé à l’endroit même où Xodar fit son rêve. De toutes ses forces, il jeta son arme le plus loin possible : devant lui, derrière, sur sa droite et sa gauche. Les limites de la demeure furent ainsi fixées. On joignit les points où s’étaient abattues les quatre sagaies en formant un cercle. La case de Xodar fut édifiée au centre de sorte que lorsqu’il sortait de son lit, il posait toujours ses pieds sur le point de lancer des sagaies. Une grande place publique, d’un rayon de 66 pas, fut ensuite aménagée devant la concession pour l’organisation des grandes cérémonies communautaires. Tout autour, furent installées les autres maisons. Un épais bois séparait l’habitat des berges du Siin…
Lewna prospéra et devint si attrayant que des gens vinrent de partout pour s’y installer… Plus tard, il prit le nom de Fatik31… »

47Les recherches archéologiques confirment cette cristallisation de l’habitat le long des cours d’eau. Près d’un demi-millier de villages désertés datant des ve-xve s. ont été découverts dans la moyenne vallée du Sénégal, plus d’une centaine dans la haute (jusqu’à la confluence avec la Falémé) et presque autant dans la basse, alors que la région adjacente (le Ferlo), pourtant plus vaste, n’en compte que quelques dizaines (Martin et Becker 1984, Thilmans et Ravisé 1983, Thiaw 1999). Sans doute, son caractère semi désertique contrarie-t-il l’implantation humaine ? De même, les vallées de la Gambie et du Saalum, et celles aujourd’hui fossiles du Siin et du Karkar portent les densités de sites mégalithiques et de tumulus les plus fortes. La vallée du Karkar, par exemple, porte à elle seule près de 67 % des sites du Bawol (Martin et Becker 1984 : 15-22).

Le rapport à la topographie générale

48Le mythe de Xodar Njaay l’a montré. Les recherches archéologiques, de géographie historique et d’ethnographie effectuées dans la vallée du Sénégal montrent à leur tour que l’habitat est presque toujours implanté sur les bourrelets de rive insubmersibles (foonde), parfois très stables dans certaines zones en raison de la cuirasse latéritique sous-jacente. Les champs de cultures de décrue se trouvent sur la rive opposée, généralement de faible altitude (pale). C’est le cas, entre autres, de Silla-Rindiaw – le site présumé de la fameuse Silla de la géographie arabe médiévale. Celui-ci est, en plus, protégé au nord contre les vents violents (l’harmattan) et les éventuelles attaques ennemies, par le massif de Dereccubal (Déréthioubale) qui le surplombe (Fall 1982 : 203-208).

49L’installation sur des éminences « donne l’avantage de la vue d’ensemble et procure… un sentiment de sécurité » (Bah 1985 : 43). Elle protège contre les inondations. M. Adanson (1996 :47 et 140) signale bien au xviiie siècle. de nombreux villages de la basse vallée du Sénégal, tous établis sur des collines, comme Torkhod « qui se dresse majestueusement sur une colline de dunes rouges » ou Mouitt « situé avantageusement sur une colline ». L’habitat villageois évite généralement les cuvettes et les dépressions, le lit des anciens cours d’eau et des mares.

50Dans la plupart des villages situés le long des cours d’eau, les contraintes spatiales limitent l’extension territoriale et favorisent un type d’aménagement qui fait du fleuve l’élément cristallisateur et le centre de gravité de la vie quotidienne (marché, place publique, port de pêche, etc.). Dans les vieux villages de la vallée du Sénégal, par exemple, l’observation ethnographique montre que les maisons, généralement de forme circulaire, sont rangées parallèlement à la berge. Des ruelles perpendiculaires permettent à celles qui sont situées plus en arrière d’avoir un accès direct au fleuve. La demeure de la famille fondatrice – c’est elle qui souvent dirige le village – occupe le centre de la rangée contiguë au cours d’eau. Un grand espace public (penc) la sépare des autres concessions. C’est là qu’on transmet les ordres, les décisions et les recommandations aux habitants. C’est là également que se déroulent les fêtes et les grandes cérémonies que l’autorité préside. Il est, avec le fleuve, l’endroit qui contribue le plus à renforcer les liens communautaires. Le lieu de rassemblement du bétail et les champs de cultures sous pluies s’étendent derrière le village alors que ceux de décrue (pale, sing. falo) se trouvent sur la rive opposée (Kane 1986 : 24-25).

L’emprise des cadres de vie sur le végétal

51Certains auteurs arabes médiévaux indiquent que beaucoup de territoires urbains, notamment les capitales impériales, sont entourés de forêts. Al-Bakri (xie siècle), par exemple, signale que la cité résidentielle du souverain de Ghāna, différente de la cité marchande avec laquelle elle constitue la grande agglomération urbaine de Kumbi Saleh, est dite Ghâba, c’est-à-dire la forêt car, elle est blottie au milieu « de grands massifs d’arbres et d’une végétation touffue » (Cuoq, 1975 : 99). C’est là que se trouvent les tombeaux royaux, les prisons et les sanctuaires païens (bois sacrés). C’est également là, dit al-Idrisi (xiie siècle), que les « troupeaux viennent faire la méridienne » et que les populations viennent chercher le bois domestique et le complément vivrier (Ibid. 131).

52Les sources européennes sont beaucoup moins loquaces sur cette emprise du végétal, sauf pour les plus tardives. M. Adanson (xviiie siècle) écrit que Mouitt, un grand village du Waalo, « est bien planté d’arbres sauvages de grande hauteur » (1996 : 140). Plus tard, l’abbé Boilat (xixe siècle) indique qu’en cherchant Ndhiong (près de Joal sur la Petite Côte), il a tourné plusieurs fois autour du village qu’il sait pourtant proche, mais qu’il ne peut distinguer de la végétation environnante qui le cache. Ce sont finalement des coups de pilons, des chants, des claquements de mains et des battements de tam-tam qui ont guidé ses pas (Boilat 1984 : 85). Un auteur anonyme de la même période précise que chaque territoire villageois, « est entouré et séparé de ses voisins par des bandes de taillis touffus et impénétrables de 1 à 2 kilomètres de profondeur » (Anonyme 1898 : 164).

  • 32 Soose viendrait de sos qui veut dire fonder, créer et signifierait vraisemblablement les fondateur (...)
  • 33 Dans les sociétés sénégambiennes, la tradition raconte qu'avant de choisir le site d'un village, l (...)

53La tradition orale et la toponymie renforcent et précisent cette idée d’une exubérance de la végétation autour de la plupart de habitats. Dans le Siin, par exemple, sur la soixantaine de récits de fondation recueillis par C. Becker dans l’arrondissement de Ñaaxar (Niakhar), près de 80 % indiquent que les villages sont créés dans une forêt dense et giboyeuse (Becker et al., 1984). Les habitats sereer les plus anciens (viie-ixe siècles), s’ils n’intègrent pas ceux des Soose32, constituant ainsi des sortes de quartiers, sont alors établis à proximité, dans des clairières, au milieu d’une végétation touffue dont les ressources ne sont que très faiblement exploitées. Ils offrent une image globale d’éparpillement et de sédentarisation imparfaite : un peuplement lâche, peu dense, n’assurant qu’une occupation territoriale très discontinue. Les sites d’implantation de ces villages sont généralement choisis en fonction de leur intérêt stratégique, des caractères environnementaux33 et des activités qui peuvent y être pratiquées (chasse, cueillette, agriculture, etc.). Ils se déplacent souvent au gré de l’agriculture itinérante sur brûlis et en rapport avec l’appauvrissement des sols et des pâturages.

54Tous les récits de fondation de ces villages soulignent la place éminente de la brousse dans le choix de sites et des préoccupations stratégiques et alimentaires (approvisionnement en produits nécessaires à la subsistance). L’étude des toponymes et de leur étymologie, dans le pays sereer notamment, confirme cet ancrage dans la brousse. La signification des noms de lieu comme Ngolfañiig, Ngoñiig et Gañiig (contractions de Ngolfañiig) = « la forêt aux éléphants », Ngolnomoon = « la forêt aux hyènes », ceux terminés par kob = forêt, tels Ngaskob ou Ngalañkob…, très fréquents au Siin, au Bawol et au Joobaas, connotent fréquemment l’idée d’une exubérance de la végétation dans et autour de la plupart des habitats (Diop 2000).

55De même, l’environnement écologique actuel des anciens villages sereer (sites désertés) indique clairement que la végétation y était exubérante. Le paysage fossile est soudanien. Les peuplements de Combrétacées (rat ou Combretum glutinosum, sexew ou Combretum micrantum, ngeer ou Guiera senegalensis) et de Mimosacées (surur ou Acacia seyal) qui aujourd’hui dominent la végétation du pays serer et wolof ne constituent en fait que l’ancien sous-bois. Ils sont liés à la disparition d’espèces plus imposantes qui, naguère, leur étaient associées. Incapables de résister à la péjoration climatique, celles-ci ont cédé la place (Pélissier 1966 : 63-65, Michel et al. 1969 : 779-787). Combrétacées et Mimosacées, mélangées aujourd’hui aux kadd, aux sump et à quelques essences relictuelles (wen ou Pterocarpus erinaceus, yiir ou Prosopis africana, etc.), circonscrivent l’ancien territoire agricole et forestier alors que les baobabs et les figuiers (Ficus gnaphalocarpa et Ficus vogelii) marquent plutôt l’ancien espace bâti.

56Les recherches archéologiques (fouilles) et paléoécologiques (palynologie, anthracologie) menées dans la vallée du Sénégal sur des villages désertés « médiévaux » montrent l’importance de l’emprise de la végétation. À Ogo, par exemple, l’installation humaine a commencé par des brûlis qui ont détruit le paysage arboré, relativement dense. Un campement, probablement provisoire, est installé. Il est caractérisé par la présence de foyers domestiques et de vestiges métallurgiques. Progressivement, le village s’est édifié et a pris la forme d’une butte dont l’importance a été le résultat de l’accumulation des couches anthropiques, notamment du banco provenant de la dégradation des cases en pisé. Car les contraintes spatiales sont telles qu’elles ont limité les possibilités d’extension territoriale, de déplacement de l’habitat dans le terroir (Chavane, 1985 : 105-109).

Une construction territoriale

Des objectifs politiques

  • 34 C'est une dynastie guerrière manding venue du Gaabu, sous la direction de Maysa Waali Jon Maane (x (...)

57Aux xiie-xve siècles, avec le triomphe de l’aristocratie gelwaar34, des objectifs proprement politiques entrent en jeu dans la production des territoires. Les rois deviennent de véritables agents de polarisation et de structuration de l’espace. Désormais, raconte la tradition, ce sont eux qui indiquent les zones et les secteurs à occuper et à exploiter et le font évidemment en leur faveur. Il s’agit pour eux de remodeler l’espace territorial et de mettre en valeur les zones excentrées. La capitale (Jaxaaw) se déplace dans le centre du royaume (Kama Sinig), dans une forêt inculte et inhabitée. Le roi Waasila Fay (xive siècle) et ses successeurs – en particulier Wagaan Maye Fay (xive s.) et Ñoxobaay Maane Juuf (xve s.), – organisent autour de Jaxaaw un réseau de villages pour le ravitailler en vivres et en services et le protéger contre d’éventuelles attaques ennemies pouvant venir du Bawol ou du Saalum voisins (Fig. 4). Au nord, Ndofeen, Faraar, Njoob, Ngeexoox, Teela et Yaarguy naissent au milieu de massifs forestiers. Ils sont organisés en « nébuleuses très distendues » séparées entre elles par des exploitations agricoles, des zones de parcage et de pâturage du bétail et surtout par une épaisse brousse. Ils sont tous dotés d’un statut et sont intégrés dans la hiérarchie politique. Njoob, situé à mi-chemin, est la principale tête de pont qui contrôle la frontière : un chef militaire (sandgi) le dirige. Ngeexoox, plus proche et moins excentré, est le principal village de cultures dont la fonction est de produire des céréales et de garder le bétail de la cour royale.

Figure 4 : Jaxaaw et le contrôle du territoire qui le sépare du Bawol (B. Diop. D’après carte SGN et enquête sur le terrain)

Figure 4 : Jaxaaw et le contrôle du territoire qui le sépare du Bawol (B. Diop. D’après carte SGN et enquête sur le terrain)

58Mais c’est vraiment au xviie siècle, avec la militarisation des aristocraties sénégambiennes (ceddo) et la violence engendrée par la traite négrière, que le maillage territorial est le mieux structuré. Il s’appuie toujours sur la forêt dense, certes déjà relativement entamée (feu, défrichement…), mais désormais bien préservée par un ensemble d’interdits et de préjugés (réglementation de l’accès et des coupes, interdiction de feu). Les villages continuent à être, de préférence, établis dans des clairières, à défaut, adossés à la forêt. Sans doute, cela s’explique-t-il par le souci de se camoufler dans la végétation, de se protéger des températures caniculaires et des vents violents, de se procurer des produits forestiers, etc. Le réseau de villages créé dès les xive-xve siècles autour de la capitale se consolide.

59Au xviie siècle, les rois du Siin, Waljojo Njaay et Latsuk Ñilaan Samba Juuf remplissent peu à peu les espaces laissés libres autour de Jaxaaw jusqu’aux frontières du Bawol. Jaajel, Dingiliyaam, Ngalañ, Baako… sont fondés pour renforcer la surveillance et la protection du territoire. On y a essentiellement installé des esclaves de la couronne (ceddo), des captifs, des hommes libres et des exilés venus d’horizons lointains. Tout juste sur la zone frontalière, par exemple, sont placés des réfugiés (Njambur, Ndoj, Maxaj) et des Ñoole (sing. Toole), sorte de bouffons à l’égard desquels on éprouve du mépris (Mboy Toole), comme pour servir de bouclier humain. Aux esclaves de la couronne (ceddo), aux fils de roi (bi no maad) et aux serviteurs qu’il n’y a pas lieu de craindre (amis et parents), le roi assigne une position plus stratégique (proximité avec la capitale). Les observations géographiques montrent que le contrôle du territoire à l’ouest de la ligne Jaxaaw-Bangaaj, où les ravins sont particulièrement nombreux, le terrain marécageux et les sentiers bourbeux, est beaucoup moins serré qu’à l’est où la topographie n’est guère compliquée et, donc, où les attaques extérieures sont plus faciles à mener. Tous ces villages forment autour de Jaxaaw une sorte de fer à cheval. Ils sont alignés en cercles concentriques. À l’approche de la capitale, le nombre d’arcs de cercles et de villages augmente. Les rayons comme les distances qui séparent les habitats diminuent (1,5 à 2 km). Car, dit la tradition, en cas d’attaque extérieure, pour sonner l’alerte et organiser la défensive, il faut qu’un coup de fusil (mëqq dóóm), le message codé du tambour de guerre ou le son du cor puisse être entendu d’un village à l’autre.

  • 35 Le titre que porte le souverain du Kajoor est damel. Celui du roi du Bawol est teeñ. Dans l'histoi (...)

60Tel est aussi le cas autour de Lambaay, la capitale du Bawol où l’aristocratie régnante organise le maillage du territoire, principalement en direction du Kajoor, royaume dont la couronne est pourtant souvent unifiée avec la sienne (damel-teeñ)35(Figure 5).

  • 36 Cet ancêtre serait contemporain du légendaire Njajaan Njaay (xiiie siècle), le fondateur de l'empi (...)

61Dans le corpus de récits de tradition recueillis dans les pays wolof et sereer, la plupart indique que c’est parallèlement à l’édification et à la consolidation des États que progressivement s’effectue l’appropriation de l’espace. La mainmise territoriale est généralement faite sur des terres « libres » ou en peuplant plus densément un espace déjà tenu. Au Siin, le mouvement de dilation commence vraisemblablement avec Wagaan Tening Fay (xiiie siècle) qui « agrandit considérablement son royaume » et facilite l’immigration pour peupler et mieux contrôler les espaces conquis (Diouf 1972 : 706). Au Kajoor, c’est avec l’ancêtre Ñuux Faal dit aussi Mag Jambal Faal (xiiie siècle)36qu’il débute. Dès son arrivée et après la prise de possession rituelle du territoire, il installe ses douze fils dans douze villages – autour du sien – qui deviennent les chefs-lieux des douze provinces de son lamanat. Celui-ci devient vassal de l’empire du Jolof dès l’avènement de Njajaan Njaay (Dyâo 1940 : 143, Fall 1974 : 101 et 142).

Figure 5 : Lambaay et l’organisation territoriale en direction de Kajoor (B. Diop. D’après carte SGN et enquête sur le terrain)

Figure 5 : Lambaay et l’organisation territoriale en direction de Kajoor (B. Diop. D’après carte SGN et enquête sur le terrain)

Le processus d’appropriation

62Ici comme ailleurs, il est quasiment le même. C’est après de grandes tribulations, de longues pérégrinations ou en récompense des services rendus (hauts faits de guerre, bravoure, clairvoyance, sagesse) que les immigrants demandent au souverain l’autorisation de s’installer dans un espace qu’ils ont déjà ciblé ou que lui-même choisit pour eux (droit de feu, de hache ou de sabot). La position assignée à chaque groupe dénote des préoccupations à la fois politiques, économiques, sociales et/ou stratégiques. Les espaces sont peu à peu remplis par la création de villages au statut bien défini.

  • 37 Ceux qui sont chargés de l'application des lois du pays viennent fixer les limites territoriales. (...)
  • 38 Le kër, c'est la maison qui renferme plusieurs unités familiales constituée à la fois par les memb (...)
  • 39 L'ombre des cases des esclaves ne doit nullement toucher les habitations des autres membres de la (...)

63Dans les pays wolof et sereer par exemple, dès les origines de l’État (xiiie siècle) et surtout à partir du xviie siècle, les rois s’évertuent à installer les immigrants, selon la coutume (droit de feu, de sabot ou de hache)37. Autant que possible, ceux-ci érigent leur village à petite distance d’une source d’eau (fleuve, rivière, marigot, mare, puits), dans la plaine, au pied ou sur une colline ou une dune comme pour éviter d’éventuelles inondations. La demeure (kër en wolof et mbind en sereer)38du chef de la communauté est installée à l’endroit le plus stratégique. Elle s’ouvre toujours à l’est sur une grande place publique (penc) – avec un ou plusieurs arbres à palabres – et s’adosse à l’ouest à un bois. Elle est « complètement et rigoureusement close, et les cases y sont très proches les unes des autres » (Rousseau 1933 : 88). Près des portes d’entrée et de sortie sont disposées les habitations des jeunes hommes et surtout des esclaves39 sans doute « pour surveiller les issues et défendre la concession contre les dangers venant du dehors » (Diop, 1974 : 152). Alors que la porte de sortie est dérobée, celle d’entrée reste dégagée pour permettre l’accès : une petite palissade (mbañ gacce) qu’on contourne des deux côtés peut cependant être placée juste après pour plus de discrétion. Les appartements des femmes du chef (case d’habitation, cuisine, toilettes, etc.) sont organisés en demi-cercle autour du sien, formant ainsi une cour (ëtt) où sont plantés des arbres. Au fond, près de la porte de sortie, se trouvent les écuries. Lorsque les enfants mâles sont en âge de prendre femme, ils sont installés autour de la demeure (généralement en arc de cercle) sur un territoire d’un seul tenant. La taille de celui-ci est fonction de la richesse du chef, de ses relations avec le roi, du nombre de ses épouses, de ses enfants mâles et de ses serviteurs, etc.

  • 40 La proximité avec la demeure du fondateur est généralement fonction du degré de parenté qu'on a av (...)

64Chez les Sereer du Siin et du Joobaas, tout autour de cette demeure et à portée de voix ou de tam-tam, sont installées celles des autres membres du groupe (compagnons) et des étrangers40, donnant ainsi l’image d’un habitat en « nébuleuses distendues », c’est-à-dire en quartiers (dik) relativement autonomes et proches. Ceux-ci sont séparés entre eux par de petites exploitations agricoles, des pâturages, des zones de parcage du bétail et des bois dont une partie est réservée au culte (bois sacré). Ils sont reliés par des sentes étroites et serpentines.

Figure 6 : Le village de Jaareex et ses différents quartiers

Figure 6 : Le village de Jaareex et ses différents quartiers
  • 41 Ils viennent du Jolof, du Bawol et du Saalum, à la recherche de terres fertiles, de riches pâturag (...)

65L’histoire de Jaareex (département de Fatick) est révélatrice. La tradition orale et les enquêtes ethnoarchéologiques nous révèlent que le territoire est un lamanat (droit de feu) fondé sous le règne du roi Njuma Jeng (xiiie siècle) par le matriclan Poola Foola venu du Jolof. Le territoire est limité par le marigot de Mbetid à l’ouest, par celui de Liit au sud et au sud-est, par une grande clairière dite Soobeem (de soob = tamarinier) à l’Est et un bosquet de baobabs dit Nguy Njaafaj au Nord. A l’origine, le fondateur est installé au centre du lamanat, à l’est de l’endroit où les premières offrandes ont été accomplies. Son habitat est nommé Ngaan (Celtis integrifolia). Ceux qui sont venus après41 sont placés de sorte que le village ressemble à un habitat dispersé (Figure 6).

66Parfois aussi, révèle l’observation des survivances traditionnelles, l’habitat est serré, notamment dans les zones où les contraintes spatiales sont aiguës : îles et presqu’îles. Dans la presqu’île du Cap Vert, par exemple, les territoires lebu de Ouakam, Ngor et Yoff sont établis en face de la mer, sur des collines ou des dunes de sable, et sont entourés des trois côtés par une épaisse forêt. Les cris ou le son du tambour peuvent être entendus d’un village à un autre. Dans chaque village, les habitants ont serré leurs maisons en les mettant les unes contre les autres de sorte qu’elles communiquent entre elles. Des sentiers très étroits où les personnes ne peuvent marcher qu’en file indienne, sinueux et labyrinthiques, jalonnent le village et aboutissent tous sur une place publique centrale, de sorte qu’une personne étrangère se perd facilement. Il existe cependant de subtiles ramifications – seules connues des résidents – qui débouchent sur l’extérieur, vers la forêt ou la mer. Sans doute cet aménagement du territoire est-il lié à la période d’insécurité engendrée par la traite négrière ?

67Tradition orale, ethnoarchéologie et sources écrites indiquent également que dans l’espace sénégambien la demeure du seigneur (le roi ou son représentant local) est toujours une sorte de forteresse, non du point de vue de son architecture mais de son aménagement spatial. A. de Cada Mosto (1895 : 54), visitant la résidence du souverain du Kajoor au milieu du xve siècle, écrit qu’elle comprend sept cours ceintes de fortifications de bois qu’il faut franchir l’une après l’autre avant de parvenir à la demeure personnelle du roi. Dans les résidences royales, ajoute l’abbé Boilat (1984 : 292), près de la maison du prince, se trouve toujours « une vaste cour où il donne ses audiences. À droite et à gauche, on remarque les cases de ses femmes, de ses marabouts et de ses domestiques, ses magasins, ses écuries ». La tradition orale ajoute que ces enceintes successives sont concentriques et conçues de sorte que celles du centre, toujours un peu plus élevées, commandent celles de la périphérie. Elles peuvent être ensuite aménagées d’obstacles seulement connus des résidents (trappes) pour renforcer les capacités défensives.

Conclusion

68L’histoire des cadres de vie et de la fabrication de l’espace est un terrain propice au croisement des sources documentaires. Car en Afrique en tout cas, aucune n’est vraiment suffisante et déterminante à elle seule pour l’éclairer de façon satisfaisante. Les sources écrites sont quasi muettes sur certains aspects, et peu fiables sur d’autres. La tradition orale, certes très utile parce que riche en renseignements, mais très manipulable aussi à cause des intérêts de ces détenteurs (principe d’antériorité considéré comme source de droit), fait beaucoup d’amalgames et d’anachronismes et date difficilement ses informations. La toponymie est trompeuse et aléatoire. L’archéologie reste hésitante en raison des vestiges fragiles, difficilement repérables et interprétables. L’ethnographie et l’ethnoarchéologie, disciplines nouvelles qui cherchent à affiner leurs méthodes, ne fournissent que des analogies. Aussi, faut-il considérer toutes ces sources pour ce qu’elles offrent, chacune, de semblable ou de bien distinct comme informations. Elles obligent à régulièrement déplacer le regard vers chacune d’entre elles.

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

A. Alvarès d’almada, 1964, « Tratado breve dos rios de Guine do Cabo Verde (1594) », dans P. A. Bràsio, Monumenta missionaria Africana (Africa Ocidental), Lisboa, Agência geral do Ultramar, 2e serie, vol. III, p. 329-378

A. O. Al-Bakri, 1965, Description de l’Afrique septentrionale, trad. Par M. G. de Slane, édition revue et corrigée, Paris, Adrien-Maisonneuve.

Al-Umarā, 1927, Masalik al-absar fi mamalik al-amsar (Les itinéraires des regards sur les royaumes des pays civilisés), L’Afrique moins l’Égypte, trad. et annot. par M. Gaudrefroy Demombynes, Paris, Geuthner, Bibliothèque des Géographes Arabes.

F. Audouze, 1980, « L’ethnoarchéologie », Nouvelles de l’Archéologie, n° 3, août, Maison des Sciences de l’Homme, p. 7-10.

A. BA, 2000, Le Takrur. Des origines à la conquête par le Mali (vie-xiiie siècles), Nouakchott/Dakar, CRIAA/IFAN-UCAD.

T. M. Bah, 1985, Architecture militaire traditionnelle et poliorcétique dans le Soudan Occidental du xviie à la fin du xixe siècle, Yaoundé, Ed. Clé.

B. Barry, 1988, La Sénégambie du xve au xixe siècle. Traite négrière, Islam et conquête coloniale, Paris, l’Harmattan – Racines du Présent.

A. Bathily, 1989, Les porte de l’or. Le royaume de Galam (Sénégal) de l’ère musulmane au temps des négriers (viiie-xviiie s.), Paris, L’Harmattan-Racines du Présent.

C. Becker, V. Martin et A. Ndèné, 1984, Traditions villageoises du Siin (Niakhar), Kaolack, CNRS, LA 94.

L. Binger, 1892, Du Niger au golfe de Guinée par le pays de Kong et le Mossi, Paris, Hachette, vol. 1.

H. Bocoum, 1994, « Contribution de l’archéologie protohistorique à la connaissance de l’histoire du Sénégal », Actes du Congrès de l’ICMAH (14-19 mars 1994 à Dakar), Éditions ICMAH, p. 12-19.

Abbé D. Boilat, 1984, Esquisses sénégalaises, Paris, Karthala.

M. F. Briselance, 1988, Histoire de l’Afrique, t. 1 : Les grands royaumes, Paris, Éditions Jeunes Afrique Livres.

A. de Cada Mosto, 1895, Relation de voyages à la côte occidentale d’Afrique, 1455-1457, Publ. A. Schefer, Paris, Leroux.

B. Chavane, 1985, Villages de l’ancien Tékrour. Recherches archéologiques dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal, Paris, Karthala/C.R.A.

J. Cuoq, 1975, Recueil des sources arabes concernant l’Afrique Occidentale du viiie au xvie siècle (Bil ? d al S ? d ? n), Paris, Éditions du CNRS.

M. Delafosse, 1972, Le Haut-Sénégal-Niger, t. 1, Le pays, les peuples, les langues, Paris, Maisonneuve et Larose.

A. Delcourt, 1974, Journal d’un voiage fait en Bambouc en 1744 fait par Pierre David, Paris, Société Française d’Histoire d’Outre-Mer.

J. Devisse et B. Diallo, 1993, « Le seuil du Wagadu », Vallées du Niger, Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, p. 103-115.

A. B. Diop, 1974, « La famille rurale wolof : mode de résidence et organisation socio-économique », BIFAN, B, XXXVI, 3-4, p. 147-163.

B. Diop, 2000a, « Habitat et paysages arborés en Sénégambie (viiie-xviiie siècle) », Mélanges d’archéologie, d’histoire et de littérature offerts au Doyen Oumar Kane, Presses Universitaires de Dakar, p. 113-144.

B. Diop, 2000b, « Introduction à l’archéologie de la traite négrière », L’Archéologie en Afrique de l’Ouest, Sahara et Sahel, Nouakchott-Saint-Maur, CRIAA/Ed. Sépia, p. 304-316.

B. Diop, 2000c, « L’Afrique Noire telle que l’Occident la perçoit (xve-xviiie siècle). Entre mythes et réalités », Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 30, UCAD, Dakar, p. 23-48.

B. Diop, 2003, « Échanges et réseaux d’échanges en Sénégambie », Mélanges offerts en hommage au Professeur Cheikh Ba, tome II, Sciences Humaines, Langues, Littérature, Civilisations, Presses universitaires de Dakar, UCAD, p. 489-504.

G. A. Diouf, 1984, Les royaumes du Sine et du Saloum des origines au xixe siècle. Mise en place du peuplement, évolution du système économique et socio-politique, thèse de doctorat de 3e cycle, Histoire, UCAD, Dakar.

M. Diouf, Le Kajoor au xixe siècle. Pouvoir ceddo et conquête coloniale, Paris, Karthala, Coll. « Hommes et Sociétés ».

N. Diouf, 1972, « Chronique du Sine », BIFAN, B, 34, 4, p. 702-732.

Y. Dyâo, 1929, « Le Sénégal d’autrefois. Étude sur le Oualo, Cahiers de Yoro Dyâo », pub. par Rousseau, BCEHSAOF, 1-2, p. 133-211.

Y. Dyâo, 1940, « Le Sénégal d’autrefois : seconde étude sur le Cayor (compléments tirés des cahiers de Yoro Dyâo) », BIFAN, 1-4, p. 79-144.

M. Eliade, 1963, Aspects du mythe, Paris, Gallimard.

M. Eliade, 1983, Le Sacré et le profane, Paris, Gallimard.

M. Fall, 1998, « L’État post-atlantique entre terroirs et réseaux transculturels en Sénégambie, xviie-xxe siècle. Approche méthodologique », Revue Sénégalaise d’Histoire, Nouvelle série, 2-3, p. 75-87.

T. L. Fall, 1974, « Recueil sur la vie des Damels », BIFAN, B, XXXVI, 1, janvier, p. 98-48.

Y. K. Fall, 1982, « Silla : problématique d’un site de la vallée du fleuve », Archives suisses d’Anthropologie Générale, 46, 2, p. 199-216.

M. Faye, 2004, Le thème de l’espace dans les mythes de fondation seereer, [Mémoire de maîtrise, Lettres Modernes], F.L.S.H., UCAD.

V. Fernandès, 1951, Description de la côte occidentale de l’Afrique (du Sénégal eu Cap de Monte (archipels), 1506-1507, Texte et trad. par R. Mauny et T. Da Mota, M. Bissau, Centro de Estudos da Guine Portuguesa.

S. M. Golberry X, 1802, Fragments d’un voyage en Afrique fait pendant les années 1785, 1786, 1787 dans les contrées occidentales de ce continent comprises entre le Cap de Barbarie par 20 degrés 47 minutes et le Cap de Palmes par 4 degrés 30 minutes latitude boréale, Paris, Treutel et Würzt.

Ibn Khaldun, 1978, Al-Muqaddima (Discours sur l’histoire universelle), trad. nouv. et notes de V. Monteil, Paris, Sinbad, 3 vol.

O. Kane, 1986, Le Fuuta Tooro des Satigi aux Almaami, 1512-1807, thèse de doctorat d’Etat, Histoire, F.L.S.H., UCAD, Dakar, 2 vol.

L. Kesteloot, C. Barbey et S. M. Ndongo, 1993, « Les Peul », Vallées du Niger, Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, p. 193-191.

N. Lambert, 1983, « Nouvelle contribution à l’étude du Chalcolithique de Mauritanie », dans N. Echard (éd.), Métallurgies africaines, Nouvelles contributions, Paris, Mémoires de la Société des Africanistes, 9, p. 63-88.

D. Laya, 1972, La tradition orale. Problématique et méthodologie des sources de l’histoire africaine, CRDTO, Collections cultures africaines.

O. Linarès de Sapir, 1971, « Shell Middens of Lower Casamance and Problems of Diola Protohistory », WAJA, 1, février, p. 23-54.

V. Martin et C. Becker, 1984, Inventaire des sites protohistoriques de la Sénégambie, Kaolack, CNRS.

R. Mauny, 1961, Tableau géographique de l’ouest africain au Moyen Âge, d’après les sources écrites, la tradition orale et l’archéologie, Dakar, Mémoires de l’IFAN, 61.

S. K. McIntosh, R. J. et H. Bocoum, 1992, « The Middle Senegal Valley Project. Preliminary Result from the 1990-1991, Field Season », Nyame Akuma, 38, december, p. 47-61.

P. Michel, A. Naegele et C. Toupet, 1969, « Contribution à l’étude biologique du Sénégal Septentrional. Le milieu naturel », BIFAN, B, XXXI, 3, p. 757-839.

J. Monteilhet, 1916, « Documents relatifs à l’histoire du Sénégal », Paris, BCEHSAOF, p. 63-119.

P. Munson, 1980, « Archaeology and the prehistoric origins of the Ghana Empire », Journal of African history, 21, p. 457-466.

D. T. Niane, 1960, Soundjata ou l’épopée mandingue, Paris, Présence Africaine.

P. Pélissier, 1966, Les paysans du Sénégal. Les civilisations agraires du Cayor à la Casamance, Saint-Yrieix, Fabrègue.

D. Pacheco Pereira, 1956, Esmeraldo de situ orbis. (Côte occidentale de l’Afrique du sud marocain au Gabon), Ed. R. Mauny, Bissau.

R. Rousseau, 1933, « Le Sénégal d’autrefois. Étude sur le Cayor. Cahiers de yoro Dyâo », BCEHSAOF, 16, 2, p. 237-298.

I. Thiaw, 1999, Archaelogical Investigation of Long-Term Culture Change in The Lower Falemme (Upper Senegal Region) AD 500-1900, [Ph.D., Anthropology], Rice University, Houston, USA.

G. Thilmans, C. Descamps, B. Khayat, 1980. Protohistoire du Sénégal, Recherches archéologiques, 1, Les sites mégalithiques, Dakar, Mémoires de l’I. F. A. N., 91*.

G. Thilmans et C. Descamps, 1982, « Amas et tumulus coquilliers du delta du Saloum », dans Recherches Scientifiques dans les Parcs Nationaux du Sénégal, Dakar, p. 31-50.

G. Thilmans et A. Ravisé, 1983, Protohistoire du Sénégal. Recherches archéologiques, 2, Sinthiou-Bara et les sites du fleuve, Dakar, Mémoires de l’I. F. A. N., 91.

Notes

1 M. F. Briselance (1988 : 176), étudiant la tradition orale soninke, fait remonter l’origine de l’empire de Ghana à 3000 av. J.-C., c’est-à-dire il y a 66 fois le temps de la révolution de la comète de Halley (76 ans). P. Munson (1980 : 457-466) soutient que ce sont les hommes du Néolithique terminal (1500 av. J.-C.) qui fondent l’empire du Ghana. M. Delafosse (1972) précise que 22 rois ont régné au Ghana avant l’Hégire (622). J. Devisse et B. Diallo (1993 : 103-115) pensent que c’est entre le Ier et le ve siècles que l’Etat de Ghana naît alors que R. Mauny (1961) défend le viiie siècle. Pour les débuts du Tekrur, O. Kane (1986) et A. Ba (2000) les fixent au vie siècle et H. Bocoum (1994) au Ier.

2 Bien avant l’installation des Almoravides dans le sud mauritanien (xie siècle), les vallées du Sénégal et du Niger étaient déjà musulmanes (Al-Bakri 1965). Ce sont des commerçants omeyyades et kharidjites (sufrites et ibadites) qui ont converti leurs homologues africains (Jula et Wangara) qui, à leur tour, ont islamisé les cours royales.

3 La tradition orale se transmet de génération en génération par l’apprentissage et l’usage. Elle est généralement récitée à l’occasion des cérémonies officielles (dynastiques, villageoises ou familiales) par ses détenteurs attitrés (princes, griots, etc.). Djeli Mamadou Kouyaté, un griot et un des plus grands traditionnistes de l’histoire de l’empire du Mali, raconte que « depuis des temps immémoriaux, les Kouyaté (son père et sa mère sont tous des Kouyaté) sont au service des princes Keïta du Mandingue : nous sommes les sacs à paroles, nous sommes les sacs qui renferment des secrets plusieurs fois séculaires. Sans nous, les noms des rois tomberaient dans l’oubli. Nous sommes la mémoire des hommes ; par la parole nous donnons vie aux faits et gestes des rois devant les jeunes générations » (Niane, 1960). La femme peut parfois jouer un rôle important dans la conservation et la transmission des traditions. Certaines traditions (traditions érudites, histoire d’une dynastie, d’un peuple…) s’apprennent auprès de traditionnistes spécialisés qui tiennent écoles. Voir à ce propos, Niane, 1960 et Bathily, 1989.

4 Dans ce cas, certains traditionnistes ont besoin d’être accompagnés par un ou plusieurs instrumentalistes (Xalam, kora, riti, balafon, etc.) afin d’avoir une bonne inspiration et de pouvoir raconter l’histoire telle qu’elle leur a été transmise par leurs maîtres. Nous avons essayé, chaque fois que possible, d’avoir les versions avec et sans accompagnement musical. En les comparant, l’on se rend facilement compte des grandes différences dans l’enchaînement des idées, la clarté et la précision du discours : le récit avec accompagnement instrumental est toujours plus riche et plus complet.

5 Nous avons chaque fois enregistré au dictaphone les récits dans leur intégralité et à l’état brut. Parfois, c’est une interview privée qui a été privilégiée, parfois c’est plutôt une palabre. La première donne plus de latitude et permet de préserver les secrets. La deuxième favorise la discussion, la confrontation, la complémentarité.

6 La sagesse africaine enseigne que le silence est parfois plus précieux et plus expressif que la parole qui, des fois, est inutile et même dangereuse.

7 Certains scénarios, comme celui du chasseur errant de forêt en forêt ou du pasteur cherchant pâturages pour ses bêtes et devenant fondateur de territoire (lamanat, village ou État), sont largement diffusés. Ils sont simplement repris par certains narrateurs au point d’être le stéréotype qu’on retrouve sur de nombreuses aires culturelles ouest-africaines.

8 Avant de commencer notre enquête, nous avons souvent interrogé les villageois pour connaître les principaux détenteurs de la tradition orale, leur statut social, leur appartenance familiale, etc. Nous sommes ensuite, nos étudiants et moi, allés voir ces derniers, parfois en groupe, parfois séparés, en respectant les usages traditionnels.

9 Tel est aussi le cas des autres sources. Chacune a ses faiblesses et est manipulable. Et aucune n’est vraiment sûre et infaillible.

10 Du fait de la violence engendrée par la traite négrière – la force brutale tient désormais lieu de loi – les régimes politiques sénégambiens se sont militarisés. Ils redéfinissent les rapports politiques, sociaux, économiques et spatiaux.

11 Ce pacte, c’est pour que le fondateur et son lignage servent d’intercesseurs : ils sont chargés du culte. C’est le gage de la survie de la population et de l’efficacité dans la maîtrise de l’environnement naturel et social, dit la tradition.

12 Voir à ce propos, les mythes de fondation de Jaxaaw (Diop, 2000a ; Diouf, 1984), de Fatick ou de Fadial (Faye, 2004).

13 Par exemple, s’agissant de la fondation du village, aujourd’hui, devenu Fatik, deux familles revendiquent la paternité : celle de Xodar Saar dit Njaay et celle de Waal Paal Njaay. Xodar était un prince déchu du Jolof venu chercher refuge au Siin. Waal Paal était un paysan venu lui aussi du Jolof chercher un site favorable aux activités agropastorales et de prédation. Il aurait précédé le premier, dit la version de Ibou Ndiaye (73 ans), notable à Fatik, alors que celle de Sémou Djodjo Ndiaye (voir infra, note 31) soutient que le droit feu avait été accordé par le souverain du Siin à Xodar. La version de Ibou soutient que la famille de Xodar, à cause de la force militaire (ce sont des guerriers), aurait usurpé le pouvoir et exercé le droit sur le sol que seule l’antériorité sur le territoire peut conférer. C’est d’ailleurs ce principe d’antériorité qui donne le droit de présider les cérémonies religieuses (offrandes, libations, sacrifices). Ce que cette famille aurait tenté sans succès, raconte Ibou Ndiaye, car les prières qu’elle a officiées n’ont jamais été exaucées par les génies du lieu (le culte de Mindiis). Les faveurs de ceux-ci, précise-t-il, ne vont qu’aux véritables intercesseurs, c’est-à-dire ceux qui, jadis, avaient pactisé avec eux et pris possession du territoire par le feu et les offrandes.

14 Nous l’avons plusieurs fois constaté lorsque nous avons diversifié nos informateurs en les choisissant dans des familles ou des villages voisins opposés. Il faut parfois intégrer le milieu pour bien le comprendre et pouvoir l’étudier sérieusement.

15 Les feuilles du baobab entrent dans la préparation des sauces. Elles sont également utilisées comme émollient dans le couscous (laalo). Macérées dans de l’eau, elles deviennent un remède efficace contre la fatigue et le surmenage physique. Ses fruits mélangés à de l’eau donnent une boisson qui constitue un excellent substitut au lait caillé. Avec son écorce, les paysans fabrique des cordes très solides. Son bois est choisi par les potières pour la cuisson de la céramique (atmosphère réductrice). La cendre obtenue, mélangée avec de l’argile, devient un enduit qui permet d’imperméabiliser les poteries et les murs des maisons. Enfin, c’est généralement sous les baobabs que sont implantés les autels destinés à célébrer le culte des ancêtres.
Les feuilles du rônier servent à couvrir les cases et à faire de la vannerie. Le bois, imputrescible, est utilisé dans la construction. Les drupes entrent dans l’alimentation, en appoint. Elles peuvent être grillées à la braise ou semées en plants, pendant un ou deux ans : elles fournissent alors un germe légèrement acide mais très nutritif, pouvant être consommé cru ou cuisiné.

16 Dans l’imaginaire populaire, on pense que ces arbres sont hantés par des fantômes et des génies, notamment à certaines heures : milieu de la journée, crépuscule et milieu de la nuit.

17 Le kadd, par exemple, perd ses feuilles en saison de pluies. Elles pourrissent sous l’action de la chaleur et de l’humidité et fertilisent la terre. Ses racines, comme celles du sump, fixent l’azote, aèrent le sol et facilitent une meilleure pénétration de l’eau de pluie. Les animaux se nourrissent des feuilles et des gousses. Après élimination, les graines de celles-ci germent facilement à l’hivernage suivant : ce qui favorise l’extension du parc sur tout le territoire fréquenté par le cheptel villageois.

18 Mais, il faut dire que ni la couleur du sol, ni la topographie, ni même la présence de vestiges sur la surface ne peuvent absolument garantir le caractère archéologique du sous-sol.

19 Le récit de fondation raconte qu’il a été créé par Ñoxorug Leer Juuf, un chasseur venu du Gaabu. Celui-ci aurait reçu le droit de feu du teeñ (roi du Bawol) Demba Geey, lui-même contemporain de Njajaan Njaay (xiiie siècle). Son lamanat couvre tout le territoire allant de Patar à Ngaabu, soit une trentaine de kilomètres d’ouest en est.

20 La prospection a permis de découvrir, dans Mbaasin seulement, des perles ocellées dites isëfaal dont la tradition dit qu’elles n’étaient portées que par des princesses. À Tëgg ga beaucoup de scories, de restes de bas-fourneaux et de fortes concentrations de tessons ont été identifiés, ce qui n’est pas le cas ailleurs. La place publique est la zone la plus pauvre en mobilier de surface et en bosselures. Le terrain y est plan, la couleur et la texture du sol y sont les plus homogènes.

21 L’exemple du mot Senegal est significatif à ce propos. Certaines versions populaires de la tradition orale véhiculent qu’il viendrait de sunugal, expression wolof qui signifie « notre pirogue » et dont le contenu renvoie à l’idée de nation. Cette étymologie serait toute récente. Elle serait fabriquée pour sceller l’unité nationale. L’on sait pourtant que Sénégal découlerait plutôt de Sanaghāna/Seneghāna, dont les auteurs arabes du Moyen Âge (al-Bakrī, al-Umari, al-Dimashki entre autres) disent qu’elle est la ville ou le territoire des Sūdān le plus proche de celui des Juddāla. La ville est composée de deux cités sur les deux rives du fleuve et son territoire s’étend sans discontinuité jusqu’à l’océan. Le mot aurait été déformé en Çanaga (par les Portugais) pour nommer le fleuve et le peuple qui vit sur ses deux rives, puis en Sanaga et Senega et plus tard Sénégal (par les Français) pour désigner la zone de Saint-Louis d’abord, avant de l’étendre aux 4 communes de plein exercice (Saint-Louis, Dakar, Gorée et Rufisque) puis à l’ensemble du territoire sénégalais actuel.

22 Elle peut faire 2 à 3 intermédiaires, parfois plus. Par exemple, al-Tādilī, un auteur arabe du xiiie siècle, donne une information qu’il dit tenir de al-Harawwārī, qui lui-même l’a entendue de Abū Yahyā al-Sa’ih (Cuoq 1975 : 180). C’est également le cas de Ibn Abū Zar‘ al-Fāsī (xive) qui rapporte une information qu’il a lue dans un ouvrage de al-Hamdāni, qui dit l’avoir entendue de Abū ‘Ubayda qui, lui-même, la tient de Ibn al-Kalbi (Ibid. : 229).

23 Seuls Ibn Battūta (xive s.) et Ibn Khaldūn (xive s.) ont fait le voyage dans le Bilād alSūdān. Même al-Bakri (xie siècle) et al-Idrisi (xiie siècle), dont les descriptions semblent être globalement assez précises, ne s’y sont jamais rendus.

24 C’est l’une des trois branches du Nîl. Il coule d’est en ouest et ses jette dans l’océan Atlantique. Il est confondu avec le Sénégal et le Niger qui, dans l’imaginaire arabe, participent du même réseau hydrographique.

25 Le sel est, avec l’or, un produit stratégique en Afrique de l’ouest. Il a joué un important rôle comme moyen de paiement des biens et services, mesure et réserve de valeur, terme de comparaison entre produits échangés. C’est une véritable monnaie dont le cours est variable suivant les marchés et les territoires. Dans les régions orientales et aurifères, un tas de sel s’échange contre un tas d’or correspondant, parfois le double et même davantage (Cuoq 1975 : 169 et 282) et dans les territoires forestiers (sud), un douzième de barre (kolotla en manding) achète 400 à 500 colas (Binger 1892 : 416).

26 Ces agglomérations, toutes sur la vallée du Sénégal, sont, selon al-Idrisi, du territoire des Makzara des Sūdān. Celui-ci est contigu, au nord au territoire de Kamnūriyya, au sud à celui des Lamlam et à l’est à celui de GhÇna qui, lui-même, est voisin de celui des Wangara (est). Entre Tekrūr et Barīsa, il y a onze étapes, entre Barīsa et Ghāna, douze et de celle-ci au pays des Wangara, huit (Cuoq 1975).

27 La partie vivante du territoire des Noirs se trouve sur le fleuve et ses affluents. Tous les centres d'échanges sont situés sur les deux rives (Silla, Tekrūr, Barīsa, etc.). Chacun possède un riche arrière-pays qui le ravitaille en produits vivriers et de commerce.

28 Duarte Pacheco Pereira au xvie siècle (1956 : 176) dit que les habitants « sont aussi nombreux que les animaux » et Golberry (1802 : 359) renchérit que « sans les massacres de la guerre et sans les prélèvements de la traite, (l'Afrique) serait vraisemblablement surchargée d'une population excessive ».

29 D'autres versions recueillies par C. Becker et al. (1984 : 2-3) et par moi-même (Diop, 2000a : 124125) indiquent que le fondateur est Maseen Salaan Seen, un chasseur et paysan venu du Bawol.

30 Une autre version racontée par Ibou Ndiaye contredit la fondation de Lewna par Xodar. Voir supra, note 13.

31 Récit raconté par Sémou Djojo Ndiaye (70 ans), un descendant de Xodar. Enquête faite à Fatick, au quartier Ndiaye Ndiaye, le 27-07-04.

32 Soose viendrait de sos qui veut dire fonder, créer et signifierait vraisemblablement les fondateurs, donc les « premiers occupants », « les premières populations ». Certains les assimilent à tort aux Manding. Les Sereer disent Soos wa.

33 Dans les sociétés sénégambiennes, la tradition raconte qu'avant de choisir le site d'un village, l'on s'assurait toujours de la bienveillance des génies du lieu (rêve prémonitoire, voyance, guidage par des esprits tutélaires et pacte d'alliance), de clémence de l'environnement, de la nature du sol, de la richesse de la forêt, etc.

34 C'est une dynastie guerrière manding venue du Gaabu, sous la direction de Maysa Waali Jon Maane (xie-xiiie siècle) qui deviendra le premier souverain du Siin (Diouf 1972).

35 Le titre que porte le souverain du Kajoor est damel. Celui du roi du Bawol est teeñ. Dans l'histoire de ces deux royaumes, notamment à partir du xviie siècle, les couronnes ont souvent été unifiées. Mais, souvent aussi, des guerres fratricides les ont opposées.

36 Cet ancêtre serait contemporain du légendaire Njajaan Njaay (xiiie siècle), le fondateur de l'empire du Jolof. Cf. Emission Taaru Kajoor de la Radio RTS Thiès FM du lundi 22-02-1999 avec, comme invité, le traditionniste Gorgui Ousmane Sémou Ndiaye.

37 Ceux qui sont chargés de l'application des lois du pays viennent fixer les limites territoriales. Celles-ci sont généralement marquées par des arbres, des bosquets, des mares, des cuvettes (xur), des dunes, des collines, etc. Chaque année, à la fête du village où le pouvoir envoie des représentants, où les voisins sont invités et les applicateurs des lois présents, l'on raconte le récit de fondation et rappelle les limites du territoire.

38 Le kër, c'est la maison qui renferme plusieurs unités familiales constituée à la fois par les membres d'un même lignage (le père de famille, ses épouses, ses enfants, ses petits-enfants, ses neveux, ses belles-filles, etc.) et par leurs esclaves domestiques (jaamu juddu).

39 L'ombre des cases des esclaves ne doit nullement toucher les habitations des autres membres de la famille à cause, dit la tradition, de son magnétisme malfaisant.

40 La proximité avec la demeure du fondateur est généralement fonction du degré de parenté qu'on a avec lui ou de l'importance des charges politiques et administratives qu'on assume. Dans les villages aristocratiques, les familles de statuts supérieurs et celles des bras droits du seigneur se rapprochent de la sienne, alors que celles des étrangers, des statuts inférieurs (les esclaves, les artisans, les griots) et des exclus sont parquées à la périphérie.

41 Ils viennent du Jolof, du Bawol et du Saalum, à la recherche de terres fertiles, de riches pâturages ou de la paix. Ils peuvent s’adresser directement au fondateur qui les place ou au monarque qui les oriente vers celui-ci.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Soudan occidental (viiie-xvie siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8202/img-1.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 2: La Sénégambie (viiie-xviiie siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8202/img-2.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 3: Reconstitution de Laa selon la typonymie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8202/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 4 : Jaxaaw et le contrôle du territoire qui le sépare du Bawol (B. Diop. D’après carte SGN et enquête sur le terrain)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8202/img-4.png
Fichier image/png, 118k
Titre Figure 5 : Lambaay et l’organisation territoriale en direction de Kajoor (B. Diop. D’après carte SGN et enquête sur le terrain)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8202/img-5.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 6 : Le village de Jaareex et ses différents quartiers
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8202/img-6.png
Fichier image/png, 17k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540