Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Troisième partie. Le territoire éclaté

Le territoire de l’archéologue et l’archéologie des territoires médiévaux

Laurent Schneider

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Au départ, il y a sans doute une évidence toute banale. Le territoire de l’archéologue est d’abord celui d’un espace pratiqué, d’un terrain parcouru, d’un paysage vécu, un territoire borné par les contingences de l’expérience. Il faut avoir gravi les pentes rocheuses des castra méditerranéens, il faut avoir prospecté en rangs réguliers dans les vignobles et dans les champs céréaliers, s’être égaré dans les garrigues, les bois ou les pâturages, avoir été stoppé par une clôture, avoir renoncé à lire un sol masqué par une friche pour se rendre compte que le premier geste de l’archéologue est d’abord celui d’une appropriation physique d’un espace et de lieux. Arrimé au sol, l’archéologue est avant tout un chercheur de terrain, un producteur de données et peut-être aussi dans ce sens un producteur de territoires. Il n’est qu’à voir « les vides » de la plupart des cartes et des inventaires archéologiques, pour mesurer la part subjective qui a souvent incombé lors de la collecte des données à la géographie des résidences des acteurs de terrain ou à celles des pôles d’activités qu’ont constitué depuis le xixe siècle les sociétés savantes et de nos jours les universités et les laboratoires.

2À l’arrivée cependant, les choses se font moins nettes parce que ce territoire empirique devient un territoire reconstitué, interrogé, un terrain de confrontation que l’on commence à aborder de manière pluridisciplinaire et diachronique. C’est là en effet un acquis encore récent de la recherche archéologique que d’accorder une plus grande attention à l’espace (Ferdière, Zadora-Rio 1986, Pesez 1988, Fiches, Van der Leeuw 1990). Depuis la fin des années 1980, l’essor de la prospection au sol au statut de méthode archéologique a mieux fait ressortir cette nécessité nouvelle, dès lors que le terrain d’étude n’était plus celui d’une fréquentation aléatoire d’un territoire mais s’inscrivait dans une exploration systématique à l’échelle d’une unité paysagère, d’une micro-région, d’un pays ou d’une cité. Il n’est pas sûr que les archéologues médiévistes aient d’ailleurs bien pris la mesure de cette évolution récente, tant celle-ci est encore le fait de chercheurs antiquistes ou tant celle-ci s’inscrit à l’évidence dans des études placées à l’aune de la longue et parfois très longue durée.

3Comment parvenir dès lors à concilier sans contradiction les interrogations spécifiques que l’on peut avoir sur les organisations territoriales entre Antiquité et Moyen Âge avec les notions d’échelle d’action et d’emboîtement des espaces sur lesquelles insistent les géographes (Pinchemel, 1994) ou avec les logiques politiques complexes propres aux sociétés médiévales qui ont pu composer des unités territoriales plus fonctionnelles, mais reposer aussi sur des concepts immatériels ? Philippe Leveau (2002), dans l’introduction d’un récent colloque consacré aux « Territoires celtiques » d’Europe occidentale, a insisté sur ces difficultés et sur les méthodes d’étude des territoires, en soulignant combien « la même réalité spatiale peut être évoquée avec des mots différents tandis que des catégories spatiales différentes sont nommées par des mêmes mots » selon que l’on est géographe, archéologue, historien, selon que l’étude conduite porte sur un peuple indigène ou une cité romaine, selon que l’on travaille sur la période protohistorique, la période grecque, la période romaine ou celles du Moyen Âge faudrait-il encore rajouter.

4Diversité des approches que l’on peut avoir « des territoires », diversité et incertitude du vocabulaire, il n’y a pas une seule archéologie du territoire pas plus qu’il n’existe un seul type de territoire mais des déclinaisons spatiales qui ressortent d’approches variées comme le montre par exemple l’expérience récente conduite autour des agglomérations gallo-romaines du Languedoc-Roussillon (Fiches 2002a). S’agissant de la période médiévale et donc d’une période possédant des textes, je tenterai, selon la commande, d’inscrire cet exposé dans l’évocation de dossiers concrets et récents qui portent interrogation sur certains cadres territoriaux récurrents dans la documentation écrite, la cité, la villa et le castrum mais qui interrogent l’archéologue médiéviste, dans la mesure où ils rappellent sans cesse les dangers de la simplification et les difficultés de croisement des sources.

5Les exemples choisis portent plus spécifiquement sur la Gaule méditerranéenne qui m’est plus familière et plus particulièrement sur les dynamiques territoriales entre Antiquité et Moyen Âge qui font l’objet de débats.

Tensions territoriales entre cité antique et « pays » du haut Moyen Âge : l’exemple des conglomérats territoriaux de la cité de Nîmes

  • 1 Je ne peux citer ici l’ensemble de ces travaux. On se reportera aux ouvrages et aux thèses les plu (...)

6La cité antique de Nîmes peut sans doute apparaître comme l’une des mieux étudiées de la Gaule. Depuis une vingtaine d’années, le progrès des connaissances archéologiques y est spectaculaire comme en témoignent des thèses récentes et de nombreux travaux collectifs qui ont porté aussi bien sur la ville, sur ses campagnes que sur un type d’établissement particulier, villae ou agglomérations secondaires1. Nîmes est présenté comme un exemple caractéristique du système territorial romain, celui de la cité organisée autour d’un chef-lieu politique. Le territoire étendu qu’on lui prête durant le haut Empire est lu comme la conséquence de l’approche politique et administrative romaine inscrivant dans le droit une nouvelle hiérarchisation urbaine, traduction du passage « d’un territoire ethnique structuré mais non hiérarchisé à un système civique organisé autour d’un centre politique » (Leveau 2002, 13-14). Si la plupart des auteurs modernes s’accordent peu ou prou sur l’extension de ce territoire, des discussions se font sur les modalités de sa construction : par agrégation progressive des territoires constitués autour des places indigènes ou au contraire plus brutalement par rupture institutionnelle faisant suite à l’attribution de 24 oppida évoquée par Strabon. Le même type d’interrogation demeure pour la fin de l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Faut-il comprendre l’émergence de nouveaux évêchés puis de différents sièges comtaux dans le territoire supposé de la cité nîmoise comme la marque d’une déconstruction politique et d’un affaiblissement de l’État incarné par Rome ou au contraire comme une révélation maintenant mieux documentée par les textes d’une sorte de respiration continue des territoires, faite de touches successives et de bifurcations dans un temps qui ne serait plus celui des périodes traditionnelles de l’histoire ?

7Face à ce type de questionnement, les méthodes classiques de la géographie historique qui conjuguent sources écrites, toponymie et démarche régressive sont inopérantes. Pour ce qui est de l’étude précise des limites territoriales et d’un territoire juridique, sauf peut-être à la réduire à la découverte de documents épigraphiques, l’archéologie ne paraît pas non plus pouvoir apporter sa pierre à l’édifice. Mais l’archéologie peut en revanche s’intéresser à la dynamique des lieux et des places pour s’interroger sur la capacité de certains pôles à capter l’autorité sur un territoire et à la conserver. Ainsi l’apparition d’un curieux évêché insulaire à Maguelone dans la partie occidentale de la cité antique de Nîmes, que l’on ne pouvait saisir jusqu’ici qu’au détour de la première mention d’un évêque en 589, peut aujourd’hui être associée à l’émergence d’une nouvelle agglomération portuaire dans le courant du ve siècle comme viennent de le révéler fouilles et prospections récentes (Barruol, Raynaud 2002). On envisage même que l’apparition de ce site puisse être liée pour des raisons de navigation lagunaire au déplacement de la vie économique entre deux étangs, celui de Lattes auprès duquel se trouvait depuis la protohistoire une grande agglomération portuaire, puis celui de l’Arnel où se trouvait l’îlot de Maguelone. Dans ce type de démarche, l’archéologue combine à la fois l’étude de la dynamique des sites à celle du milieu et invite l’historien des institutions à mesurer combien la vie et la constitution de territoires socio-économiques ont pu favoriser l’émergence d’un territoire institutionnel, ici reconnu officiellement par l’organisation religieuse.

Figure 1 : Nîmes, de la cité antique aux conglomérats territoriaux du haut Moyen Âge

Figure 1 : Nîmes, de la cité antique aux conglomérats territoriaux du haut Moyen Âge

8La création d’un nouvel évêché dans le courant du vie siècle a t-elle pour autant effacé le lien politique avec Nîmes dès cette date ? Retenant le principe de l’héritage des cadres territoriaux et de la double réalité institutionnelle de la cité post-antique, l’historiographie locale a considéré qu’il a toujours existé une continuité territoriale entre le diocèse et le comté du haut Moyen Âge (Fig. 1). À vrai dire, rien n’est moins sûr et il faut admettre qu’aucun élément ne permet de savoir si le territoire de l’évêché de Maguelone s’est bien étendu dès l’origine jusqu’aux confins des Cévennes comme le montrent les cartes modernes. L’apparition d’un pouvoir comtal autonome dans le ressort du diocèse de Maguelone est ambiguë. Alors qu’un comte est présent à Nîmes au moins depuis le dernier tiers du viie siècle, ce n’est qu’un siècle plus tard au moment de l’intégration de la Septimanie dans le royaume des Francs qu’un comte local est attesté à Maguelone, mais les documents écrits demeurent suspects. Il faut attendre le seuil du xie siècle pour posséder une mention qui associe clairement le titre comtal à un ressort territorial. Or celui-ci n’est précisément pas celui de Maguelone, mais celui d’un castrum, connu en fait par d’autres textes depuis la seconde moitié du ixe siècle. Le dossier complexe a déjà été présenté en détail (Schneider 2003a et sous-presse), aussi je ne retiendrai ici que l’évocation de ce castrum de Substantion né de la mutation d’une agglomération préromaine puis gallo-romaine, donc d’un pôle susceptible d’avoir accumulé de haute date des attributs urbains. Voilà un site qui ne semble jamais avoir eu statut de civitas mais qui a accueilli un siège comtal, participé à la déconstruction territoriale de la cité nîmoise et à la construction d’un pagus bicéphale, dissociant chef-lieu épiscopal et chef-lieu comtal. À mesure que s’affirme l’autorité comtale et que la charge devient héréditaire, le ressort du castrum s’agrège puis finit par se confondre avec le territorium ou le « pays » de la ville épiscopale : le Stadtcomes devient Landcomes selon l’expression de C. Claude (1964).

9Aux côtés de castra qui sortent de l’anonymat parce qu’ils ont accueilli un siège comtal comme Substantion ou épiscopal comme Uzès, se trouve néanmoins toute une série d’autres places, inconnues des sources écrites, mais que l’archéologie commence à révéler. Celle-ci nous montre d’abord leur genèse ancienne, aux ve et vie siècles, et surtout leur densité non négligeable. Une quinzaine ont été recensées dans les quelque 7 200 km2 que pouvait recouvrir la cité antique de Nîmes. Certes toutes ne sont pas de très grandes agglomérations mais toutes sont perchées, la plupart sont dotées d’une enceinte, signe d’une certaine cohésion des communautés, et les rares cas à être documentés par les textes antérieurs à l’an mil sont toujours présentés comme des chefs-lieux territoriaux, participant au découpage interne du pagus : castrum, vicaria, aicis (Schneider 2002). Un dossier privilégié, celui d’Anduze, nous montre plus particulièrement comment ces établissements nouveaux de l’Antiquité tardive ont pu servir d’ancrage tout au long du haut Moyen Âge à la territorialisation graduelle des pouvoirs aristocratiques (Schneider sous-presse). Dans cette partie du Languedoc, l’ancrage territorial des pouvoirs aristocratiques dans le dernier tiers du ixe siècle et au cours du xe siècle s’est appuyé autant sur la maîtrise des vieilles forteresses rurales de l’époque wisigothique que sur le contrôle des sièges épiscopaux qui garantissent le lien avec l’horizon du pagus et une intégration dans divers réseaux. Ainsi les formes locales du pouvoir paraissent être celles d’une coexistence de deux types de projection spatiale : la ligne qui est l’horizon des limites théoriques du pagus sur lequel se projette le pouvoir des princes et le point, qui est celui de la localité, forteresse ou noyau proto-urbain qui permet le contrôle effectif d’un territoire plus restreint et d’un réseau local du système de peuplement.

10Derrière la stabilité apparente qui conduirait de la civitas antique au territorium de l’évêque puis au comté, l’évolution de la cité de Nîmes et de ses pagi périphériques entre Antiquité et Moyen Âge nous montre que les projections spatiales du pouvoir répondent à des stratégies complexes du territoire qui sont celles de l’histoire des réseaux locaux du peuplement. Contre un tropisme urbain et centrifuge que l’on aurait pu penser prégnant tant Nîmes paraissait doté des atouts d’une capitale régionale dès l’Antiquité s’impose au contraire l’image d’une construction territoriale multipolaire tout au long des ve-ixe siècles. Les pôles fortifiés du haut Moyen Âge de l’ancienne cité de Nîmes témoignent comme dans l’Espagne wisigothique (Diaz 2000) de capacités défensives propres à la campagne mais aussi de tensions territoriales ou d’un mitage de l’espace politique par une propension certaine à s’approprier un territoire utile au détriment de la cité mère.

11Au moins depuis le seuil du ixe siècle, l’espace de la cathédrale où le territoire des compétences de l’évêque fournit, pour les élites essentiellement, un cadre englobant, un cadre identitaire et affectif qui se confond désormais avec le « pays », projection spatiale qui porte à son tour les premières formes du comté. Pourtant à un niveau intermédiaire, le maillage subsistant des premiers castra trahit l’existence de pôles compétitifs et de réseaux locaux dont il n’est pas sûr que leur position soit systématiquement secondaire par rapport au chef-lieu de cité. La dialectique centre-périphérie se nourrit des destins singuliers d’une infrastructure ancienne dont on ne parvient pas vraiment à cerner si elle fut ou non de nature homogène. La stabilité apparente du pagus est d’abord celle d’un assemblage de contrastes micro-régionaux et la territorialisation graduelle du pouvoir aristocratique se nourrit à son tour de ces contrastes.

12Dans ce type de lecture, l’archéologie interroge la dynamique des sites non pas vraiment en termes de rupture et continuité mais en termes de déstructuration et de restructuration. Partant du niveau médian du système du peuplement, celui des places secondaires, elle regarde surtout de la campagne vers la ville et non pas du haut de la pyramide vers le monde rural comme le fait plus volontiers l’écrit (Fixot 2000, 46). L’archéologie commence dans le midi de la France à nous révéler la dissémination des lieux de pouvoir dès les ve et vie siècles et conduit à s’interroger sur ces conglomérats territoriaux du haut Moyen Âge que les scribes régionaux des xe et xie siècles, à la recherche de repères géo-institutionnels ne savent plus vraiment identifier, sans faire référence en préalable à l’illusion affective et savante du cadre idéal de la cité épiscopale.

L’horizon local : le territoire de la villa et le territoire de l’habitat

13Il suffit d’ouvrir un cartulaire pour se rendre compte que la villa constitue l’une des structures territoriales de base du monde rural qui permet, notamment entre les ixe et xie siècles, la localisation de divers biens fonciers. Qu’il s’agisse des régions septentrionales ou méridionales, la perception de l’espace est celle d’un découpage en petits territoires uniformément désignés, à quelques exceptions près, par un terme unique. La lecture des chartes nourrit cette impression d’uniformité en même temps qu’une certaine forme de stabilité, si bien que l’on a tôt fait, au-delà des aspects institutionnels, d’assimiler la villa à une unité de la vie rurale dont l’origine se perdrait dans des temps immémoriaux. Singulièrement abstraite, définie au mieux comme un espace géographique, la villa du haut Moyen Âge ressort d’un champ sémantique considérable où l’unanimité n’existe pas. On n’insistera pas ici sur la polysémie du terme qui peut désigner selon la période considérée, mais aussi tour à tour, les bâtiments d’une exploitation, d’une résidence sinon un village ou adopter un sens territorial. Je voudrais en revanche montrer ce que l’archéologie peut apporter à la connaissance de ces unités, dès lors que l’analyse de ces territoires locaux privilégie la connaissance de la structuration de l’espace approprié par la villa et non pas strictement celle des limites qui sont l’aboutissement du processus et le reflet des conflits qu’il a engendrés.

14Dans cette perspective, la généralisation dans les textes du haut Moyen Âge du terme villa marquerait le temps de l’ancrage territorial de l’habitat, ou en d’autres termes le passage d’un espace local essentiellement structuré par la propriété à un espace local désormais structuré par l’habitat, selon la perspective ouverte par Chris Wickham (2001, 566-567).

15L’archéologie est susceptible de nous aider à mieux comprendre cette nouvelle manière de conceptualiser l’espace dès lors qu’elle s’attache à replacer chaque site étudié dans le semis des habitats périphériques et dans les territoires qui les ont vu naître. L’évocation rapide de quelques dossiers languedociens permettra d’illustrer ce processus complexe qui ressort localement d’une multitude de situations intermédiaires.

  • 2 Rouquette J., Cartulaire de Béziers (Livre Noir), Paris-Montpellier, Picard-Valat, 1918 : n° 32, p (...)

16Au nord de Béziers à une trentaine de kilomètres de la cathédrale, apparaît pour la première fois dans la documentation écrite en 969 une villa dénommée Bétignan dans laquelle est localisée une église dédiée à saint André. Un demi-siècle plus tard, vers 1010, l’église Sancti Andree de villa Bitininano fait l’objet d’un déguerpissement au profit des chanoines de Saint-Nazaire, puis en 1053 celle-ci est encore au centre de quatre plaids qui permettent à l’évêque et aux chanoines d’obtenir une restitution définitive du sanctuaire, de ses droits et terres2. On retire plus particulièrement de ces derniers actes que l’église est dotée d’un circuitus qui englobe également des maisons (mansiones), pôle habité pouvant correspondre au chef-lieu de la villa que l’on oppose aux terres et aux vignes de l’honneur ecclésiastique. Fouilles partielles et prospections proposent une image sensiblement différente, celle d’un site moins structuré en révélant par exemple l’existence d’une nébuleuse d’aménagements dilatés au-delà des abords stricts de l’église. Bien que le sanctuaire lui-même n’ait pas pu être étudié, aucune trace d’occupation antérieure au dernier tiers du viiie siècle n’a pu être observée sur ce premier pôle.

17En revanche, les prospections ont permis d’identifier à moins de 300 m du coteau de Saint-André mais sur le versant et le sommet d’un autre relief, au lieu-dit Bétignan, une pléthore d’indices qui trahit l’existence d’un autre établissement dont les vestiges sont concentrés dans une zone privilégiée qui dépasse 3 ha. Les types d’artefacts rencontrés autorisent à interpréter ce site comme une vaste « villa » antique à rattacher à la famille des plus grands centres domaniaux du biterrois, ici occupé entre le ier siècle av. et le ve siècle de notre ère. Ce cas de figure ouvre la réflexion autour d’un problème principal.

18Malgré le double hiatus constaté entre les deux sites, chronologique et topographique, on doit s’interroger sur cette permanence toponymique ou du moins sur les modalités chronologiques de la fixation du toponyme de la villa qui permet d’identifier un espace et assure une forme possible de continuité des cadres territoriaux malgré des micro-déplacements de l’habitat et des phases de pulsion démographique bien contrastée. Émerge ici une notion qui est celle de la fabrication d’un territoire toponymique qui, dans la seconde moitié du premier millénaire, peut prévaloir aux structures de la propriété et surtout ne nécessite pas obligatoirement la définition immédiate de limites territoriales précises. Le toponyme Bétignan pourrait conserver la mémoire d’un finage domanial de l’Antiquité tardive, cadre spatial fossile mais sans doute aussi encore flexible dans lequel se recompose l’habitat du haut Moyen Âge.

19Sur les bords de l’étang de Thau, le dossier de Loupian (Hérault) permet de prolonger cette réflexion. Loupian désigne aujourd’hui le nom du village actuel, issu d’un castrum attesté dans les sources écrites dès le début du xie siècle. Dans le second tiers du xe siècle, c’était d’abord le nom d’un alleu aristocratique du marquis de Gothie et à la fin du xe siècle celui d’une villa où se trouvent des possessions vicomtales. L’enquête archéologique conduite sur place depuis une vingtaine d’années autorise une analyse détaillée de cet espace (Pellecuer 2000) que l’on peut déjà associer en première analyse à une unité paysagère homogène, celle d’un petit bassin versant. À environ 1 km au sud du village, au lieu-dit actuel des Prés-Bas, se trouve le principal domaine antique du bassin, le seul dont l’occupation soit continue pendant toute la première moitié du premier millénaire. Au début du ve siècle, l’établissement se présente comme un véritable petit palais rural, doté d’une salle d’apparat richement décorée. À la même époque un sanctuaire chrétien doté d’un baptistère est construit au pied de la colline du futur castrum et constitue un nouveau marquage de l’espace. Un siècle plus tard, au vie siècle, alors que la villa des Prés-Bas maintenant déstructurée n’est plus guère fréquentée, émerge à environ 200 m de l’église paléochrétienne un nouveau site dont l’intensité de l’occupation se renforce à mesure que l’on avance dans le haut Moyen Âge. L’établissement de la Condamine apparaît alors comme le pôle d’habitat principal du bassin. C’est dans ce paysage que vient se fixer le castrum à la charnière des xe et xie siècles. Il domine le vieux sanctuaire de Sainte-Cécile et s’arroge le toponyme de l’ancienne villa mais ne provoque pas immédiatement la désertion du pôle de la Condamine, situé à quelques centaines de mètres de lui.

20Ici, comme à Bétignan, on constate à l’intérieur d’un même bassin versant un déplacement des principaux pôles de l’habitat entre Antiquité et Moyen Âge, phénomène qui se produit durant le vie siècle. Contrairement à Bétignan cependant, il n’y a pas à Loupian de hiatus chronologique. L’abandon de la villa des Prés-Bas n’implique pas que le paysage se vide de ses hommes. Ceux-ci se redistribuent dans le même bassin et dans les grands abords de l’église paléochrétienne qui apparaît désormais comme un point de repère monumental dans le paysage sans toutefois cristalliser directement l’habitat auprès de ses murs. C’est néanmoins dans son proche périmètre, mais sur un autre relief, que se fixe ensuite le castrum. Dans ce type de structuration, on doit s’interroger une nouvelle fois sur les processus qui conduisent à la fabrication d’un territoire toponymique dans lequel s’ancre l’habitat. Avant l’émergence du castrum, au xe siècle la villa de Lou-pian comprend deux pôles principaux, certes rapprochés mais topographiquement bien distincts : un noyau ecclésial (issu de l’Antiquité) associé à des bâtiments périphériques et un habitat nucléaire dont la stabilité est assurée depuis le vie siècle.

21Finalement Loupian et Bétignan sont des cas qui ressortent de l’une des strates les plus anciennes du maillage des villae, celles dont la genèse se constitue entre les vie et viiie siècles autour du finage d’un chef-lieu domanial de tradition antique.

22Il ne faudrait pas cependant imaginer que l’intégralité de l’espace rural soit divisé par la villa dès les premiers siècles du haut Moyen Âge et encore moins une stabilité rigoureuse du système. Il existe des strates différentes de villae et dans les zones de mise en valeur les plus anciennes, celles-ci peuvent s’entremêler, se superposer, provoquant un renouvellement et une confusion toponymique que les sources écrites ne permettent pas toujours de démêler. À côté des entités géographiques les plus stables, territoire des villae des ve-viie siècles issues principalement des finages domaniaux de l’Antiquité tardive, apparaissent de nouvelles villae tout au long des viiie-xe siècles selon les dynamiques locales de l’habitat. Ces strates territoriales différentes ne sont pas toujours clairement perçues du fait même de la nature des sources que l’on sollicite. La principale confusion provient paradoxalement de l’afflux de la documentation écrite issue des cartulaires car, au fur et à mesure que l’on se rapproche du xe siècle on doit constater un appauvrissement du vocabulaire. Entérinant le processus de l’ancrage territorial de l’habitat tout au long du haut Moyen Âge, le vocabulaire des chartes par l’usage de plus en plus exclusif du terme villa, nivelle et simplifie des réalités locales pourtant contrastées qui sont, c’est une évidence, toujours plus anciennes que les productions textuelles qui en font état.

23À ma connaissance, on ne parle d’ailleurs jamais de fondation de villa après Grégoire de Tours et avant le xiie siècle et il est rare aussi que des confronts soient mentionnés entre villae. Dans les cartulaires bas-languedociens, le terme vicus lui-même est d’un usage exceptionnel et l’on observe que des loci des viiie-ixe siècles finissent eux aussi par être désignés comme des villae au xe siècle. Dans le même temps, si le terme villa conserve une acception territoriale, il peut aussi adopter un sens local, ce qui ajoute à la confusion (Schneider 2003b). La contribution archéologique, pour peu qu’elle dépasse l’horizon du site fouillé pour s’intéresser à la connaissance de la structuration de l’espace dans lequel il s’insère, se confronte dès lors à cette réalité locale qui obéit à sa propre forme de développement. Elle peut permettre – mais pas toujours – un retour sur l’analyse de la documentation écrite pour reconstruire les dynamiques territoriales qui sont celles des histoires singulières de la constitution des terroirs médiévaux.

24La villa du haut Moyen Âge, entendue comme une unité territoriale, manifeste une manière nouvelle de conceptualiser le terroir et ne préjuge en rien des formes mêmes de l’habitat dont le groupement demeure plus ou moins lâche. Ce qui importe, c’est que l’habitat fonctionne désormais comme le centre d’un espace géographique disposant de son propre territoire, et là réside un aspect possible d’un monde plus proprement médiéval comme l’a suggéré Ch. Wickham.

25Le développement d’un nouvel habitat entraîne de fait l’émergence d’une nouvelle villa, ou la recomposition d’une villa plus ancienne si les lieux avaient été occupés auparavant, ou encore si la mémoire collective et savante conservait, par l’intermédiaire d’un toponyme ou de repères spatiaux dans le paysage, le souvenir d’une entité territoriale plus ancienne comme celle qu’avaient engendré les domaines de l’Antiquité tardive. Si l’on accepte ces hypothèses, des chartes qui faisaient jusqu’alors figure d’anomalie, principalement pour les ixe-xie siècles peuvent dès lors être lues plus clairement et confrontées aux données de l’archéologie. Ainsi en est-il par exemple des villae dont les noms se dédoublent par l’intermédiaire d’un diminutif, comme ce fisc de Miliacus dans le pagus de Béziers qui comprend en 807 une villa Miliciano, ou encore vers 855 de ces villae de Petronianum et Petronianellum, sur le littoral du pagus d’Agde. Ici le diminutif permet de dissocier deux villae distinctes et hiérarchise en quelque sorte deux strates territoriales, la plus récente étant née de l’extension ou de la division de la première.

  • 3 C. Béziers, n° 26, p. 20 in comitattu biterrense, in villa Leuniates, vel villare que vocant Commi (...)
  • 4 C. Béziers, n° 32, p. 29.
  • 5 Germer-Durand E., Cartulaire de l’église cathédrale Notre-Dame de Nîmes, Nîmes : Catélan, 1874, n° (...)

26L’apparition d’une double toponymie est encore plus révélatrice du développement de nouveaux habitats qui altèrent le tissu originel parce que le même terme évoque à la fois l’ancien système des villae territoriales de l’Antiquité tardive et l’habitat neuf qui se surimpose à ce cadre. Ainsi dans l’arrière-pays de la cité de Béziers, le villare de Cummiurano est associé en 958 au cadre plus vaste et plus ancien de la villa de Lunas3. À l’intérieur du territoire d’une villa primitive (Lunas) se construit un nouveau finage lié au développement d’un nouvel habitat (Cummiurano), distinct en tout cas du chef-lieu d’origine qui est peut-être abandonné. D’autres exemples peuvent être produits comme cette villa Pardinas que vocant vil-lare Bellane4. Ici encore le nouveau pôle que constitue le villare Bellane a supplanté l’ancien chef-lieu de la villa Pardinas mais l’on continue, en 969, de faire référence à la strate ancienne des premières villae pour localiser de nouveaux éléments. La cohésion des cadres territoriaux locaux du très haut Moyen Âge demeure tandis qu’une nouvelle hiérarchie de l’habitat et des finages se met en place. Quelques chartes, qui passent toujours pour des anomalies, vont jusqu’à localiser une villa dans une autre villa comme ces terres cultivées du suburbium de Nîmes qui sont placées au milieu du xie siècle in terminium de villa Codolo ad ipsa villa Taureses5. Anomalie, erreur de copie ? Rien n’est moins sûr car l’on a identifié et fouillé entièrement ici un grand centre domanial couvrant quelque 8 000 m2 au ve siècle qui a livré ensuite des traces d’occupation jusqu’au xie siècle (Pellecuer, Pomarèdes 2001). L’impression paraît bien être qu’à l’intérieur de l’assiette territoriale d’une villa primitive apparaissent de nouvelles unités. Territoire fossile issu du haut Moyen Âge, la villa de Codols intègre au milieu du xie siècle le finage d’autres habitats (ad ipsa villa Taureses).

27L’archéologie invite à scruter avec plus d’attention ces anomalies qui finalement semblent révélatrices de la confusion des systèmes et de la difficulté des contemporains à conceptualiser l’espace, alors même que celui-ci poursuit son évolution. Elle nous montre surtout malgré l’impression d’uniformité des textes qu’il n’existe pas un seul modèle archétypal de la villa et que l’habitat peut aussi y revêtir un aspect polynucléaire.

Inégalités territoriales : la strate castrale

28Entre le milieu du xe et le milieu du xie siècle, la construction de tours et de fortifications nouvelles signe l’inscription de pouvoirs militaires locaux dans l’encadrement de l’espace rural. Le système de peuplement compose avec une strate supplémentaire tandis que les lignes du développement démographique et économique deviennent plus homogènes d’une région à l’autre et assurent progressivement le triomphe d’une nouvelle forme d’habitat, conséquence d’une concentration à facettes multiples, économique et foncière notamment. Une nouvelle hiérarchie se met en place et l’on a pu considérer au terme du processus que les castra méridionaux des xiie-xiiie siècles apparaissent de plus en plus comme des petites villes. De plus en plus mais pas toujours ! La compétition territoriale et locale d’un pouvoir nobiliaire en restructuration durable induit parfois des voisinages mortels entre châteaux, entre château et abbaye, entre château, villa et église tandis que la structuration parfois accomplie des terroirs au cours de la seconde moitié du premier millénaire et la dynamique locale du peuplement entrent elles aussi en ligne de compte dans l’essor ou la stagnation d’une implantation castrale.

29Réussite, échec, inertie, l’évaluation régionale ou micro-régionale du processus a pu se faire à travers l’étude du dynamisme des lignages en privilégiant les sources écrites et la dimension politique des liens sociaux. L’archéologie qui a d’abord privilégié les traditionnelles études monumentales puis morphologiques peut aujourd’hui accorder une plus large place à la dimension spatiale de l’analyse du phénomène. Parmi les problèmes posés se trouvent ceux des densités castrales, des différents étagements générationnels des implantations et des inégalités territoriales des aires de domination des castra lorsque celles-ci sont entendues comme un nouvel échelon du système de peuplement (Raynaud 2003). En Languedoc, malgré le déséquilibre de la documentation qui privilégie plus volontiers les zones basses et intermédiaires au détriment de l’arrière-pays montagnard, les densités castrales reflètent des disparités micro-régionales qui ne sont pas toutes imputables à l’effet des sources. La maille des castra est bel et bien inégale. Dans les plaines du Narbonnais, du Biterrois, de l’Agadès et pour partie du pays de Maguelone, le castrum est omniprésent (Bourin et al., 2001), si bien que l’on peut admettre qu’au moins depuis le xiiie siècle le territoire d’un castrum touche au territoire d’un autre castrum. On sait que dans cette zone, la multiplication des sites castraux après 1080 traduit avant toute chose, la modification de la morphologie des sites d’habitat les plus dynamiques. Selon des modalités diverses, on passe d’un habitat ouvert à un habitat fortifié tandis que s’efface progressivement la connotation du terme avec l’exercice du ban au profit d’une notion associée au village fort. L’importance démographique apparaît enfin comme un troisième temps de l’évolution sémantique (Bourin 1987, 63-70).

30Mais ce développement a priori homogène masque en fait des inégalités territoriales importantes. Ainsi au nord-est de Béziers, dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres s’intercalent aux confins des castra les plus dynamiques des castra de développement inférieur ou plus exceptionnellement des sites d’habitat qui n’ont pas obtenu le statut de castrum. Vers eux converge encore un réseau étoilé de chemins, mais celui-ci n’est plus qu’un système intermédiaire rayonnant auprès d’un castrum majeur comme celui de Servian implanté sur une voie importante qui le relie directement à la cité (Fig. 2). Ce cas de figure révèle mieux la différence d’échelle et de statut que masque le seul terme castrum et incite à s’interroger sur les modalités de la formation des territoires castraux : chronologique, fonctionnelle, politique. Je ne peux ici développer plus en détail cette question, mais il est nécessaire de convaincre que l’on doit encore mieux évaluer, en développant les analyses spatiales, cette hiérarchisation contrastée qui signe la personnalité des territoires, fonde les nouvelles notions de « pays » et souligne entre cité et finages locaux l’émergence et la généralisation d’un niveau médian du système de peuplement. L’extension générale du maillage castral marque incontestablement un nouveau seuil de développement et d’organisation des territoires, mais le réseau qui se construit autour de chaque castrum adopte des configurations infiniment nuancées, dont on commence tout juste à prendre la mesure.

Figure 2 : De la vicaria à la seigneurie : fragmentation castrale (xe-xie s.) Le cas de Servian en Bitterois

Figure 2 : De la vicaria à la seigneurie : fragmentation castrale (xe-xie s.) Le cas de Servian en Bitterois

31Autour de Béziers ou d’Agde, la multiplicité des sites castraux limite, à quelques rares exceptions près, le dynamisme des places par des effets de concurrence de voisinage mais ailleurs, entre Montpellier et Nîmes ou en Lodévois, l’impact du castrum dans l’organisation de l’espace rural est différent. Des distances plus importantes entre les nouveaux chefs-lieux (de 5 à 15 km) favorisent le maintien et/ou l’émergence d’une ceinture d’habitats satellites plus ou moins subordonnés, alors que les habitats situés dans un cercle plus proche finissent par être absorbés. Ainsi en est-il par exemple du territoire du castrum de Villeneuve qui compose en 1156 avec des sites éloignés mais bien vivaces de villae dont certains d’entre eux sont encore aujourd’hui des chefs-lieux de commune.

32Ailleurs, sur les premiers contreforts du Massif Central, à l’image d’un castrum comme celui des Deux-Vierges, la forteresse étend sa domination sur des sites pionniers établis dans les vallées rayonnant à ses abords, coiffe aussi les chefs-lieux de paroisse de la plaine mais ne s’impose pas comme un foyer de peuplement durable et encore moins comme un pôle susceptible d’organiser l’espace (Ginouvez, Schneider 1988). Ici, le castrum ne connaît pas l’ultime évolution de l’importance démographique et laisse place comme dans le bassin moyen de l’Hérault à proximité des abbayes d’Aniane et de Gellone à une poussière villageoise héritée du maillage serré des localités du haut Moyen Âge. Certains castra apparaissent en effet comme des centres de commandement, comme les pivots d’un honneur considérable. Leur domination ne s’impose pas vraiment à un territoire vivrier, mais s’étend comme dans le cas d’Aumelas à une trentaine de villae et de castra secondaires et constitue un autre type de territoire à dimension politique, une sorte de vicomté sans titre taillée sur les marges de trois vieux pagi qui vient rompre l’hégémonie du cadre identitaire traditionnel des cités.

33Effets de voisinage régulant et fixant un seuil de croissance relativement homogène, centres plus dynamiques organisant périphérie et marges ou inversement castrum dont les fonctions polarisatrices sont nettement atténuées, on est loin de disposer d’un inventaire des archétypes pour tenter d’établir une hiérarchie de ces territoires pas plus que l’on a encore défini clairement les différentes déclinaisons territoriales de l’aire que l’on associe au castrum.

34Les approches les plus récentes conduites à partir des sources écrites, comme l’étude des transactions et des serments languedociens réalisée par Hélène Debax, révèlent la dimension fictive du castrum perçu avant tout comme une « unité de compte de la fidélité » (Debax 2003, 163-165). Face à cette dimension immatérielle, l’approche archéologique du castrum a d’abord retenu des critères techniques et fonctionnels pour asseoir ses premiers classements. Elle commence aujourd’hui à mieux prendre conscience des décalages existant entre les évolutions de l’organisation politique d’une société (ici la généralisation de la manifestation d’un pouvoir local dans l’espace rural) et les formes ou structures spatiales de cette société, beaucoup plus stable. Le niveau d’interrogation ne consiste plus seulement à observer ce qu’il y autour du castrum, mais à construire une étude dynamique de l’élaboration du territoire des castra, pour les insérer plus nettement dans le système de peuplement qui les porte, pour mieux déterminer les concurrences du voisinage et le processus de concentration sélective des pôles.

Conclusion

35Du territoire de la cité à celui de l’habitat rural en revenant à celui du château, du bourg ou de la petite ville, à chacun de ces échelons territoriaux distincts l’archéologie tente d’analyser et de restituer des espaces organisés par des réseaux, des pôles, des périphéries, des espaces emboîtés, superposés, ou concurrents qui ont des antécédents et des successeurs en même temps que des capacités à perdurer et à se transformer. Comme vient de le souligner Claude Raynaud (2003, 352), l’un des objectifs possibles de cette archéologie est celui de l’autonomie conceptuelle, notamment vis-à-vis de la « région » reçue des géographes pour définir son propre découpage du territoire « en identifiant la façon de s’approprier un sol, d’y établir les lieux de travail et d’habitat, de tracer les voies de communication, d’assurer l’encadrement territorial ». L’archéologie des territoires médiévaux fait sien ce cadre englobant du système de peuplement susceptible d’aider à affiner les interprétations mais avec cette spécificité qu’elle se nourrit d’une relation plus intime avec les sources écrites. Non pas strictement dans la perspective d’une confrontation formelle entre espace reçu ou représenté et espace vécu, mais en ce sens qu’un tel cadre de réflexion est un palliatif possible à la simplification tout autant qu’à une démarche typologique et documentaire qui se suffirait à elle-même.

36Ce qui n’était guère possible pour les sociétés anciennes occidentales, l’est peut-être un peu plus pour celles du Moyen Âge. L’on doit pouvoir tenter d’analyser les nouvelles différenciations locales que décèle l’archéologie du haut Moyen Âge, en fonction des structures de la propriété que nous révèlent les sources écrites, du moins dans ces « territoires-ateliers » où de solides programmes de terrain permettent aux archéologues leur lente accumulation de données.

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

Archaeomedes 1998 : Archaeomedes, Des oppida aux métropoles, Anthropos, éd. Economica, Paris.

Barruol, Raynaud 2002 : G. Barruol et Cl. Raynaud, « Magalona (Maguelone, Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault) », dans J. L. Fiches (dir.), Les agglomérations gallo-romaines du Languedoc-Roussillon, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, n° 13-14, Éditions ADAL, Lattes 2002, p. 506-518.

Bourin 1987 : M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (xe-xive siècle). Tome I : Du château au village (xe-xiie siècle), tome II : La démocratie au village (xiiie-xive siècles), Paris, L’Harmattan, 1987, 2 vols.

Bourin et al., 2001 : M. Bourin-Derruau, D. Le Blévec, C. Raynaud et L. Schneider, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », dans J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : défense, peuplement, mise en valeur, Actes du colloque international organisé par l’École française de Rome et la Casa de Velazquez, Rome, 23-26 octobre 1996, Rome-Madrid, 2001, p. 345-423.

Claude 1964 : D. Claude, « Untersuchungen zum früfrankischen Comitat », dans Zeitschrift der Savigny Stiftung für Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung 81, 1964, p. 1-79.

Debax 2003 : H. Debax, La féodalité languedocienne (xie-xiie s.). Serments, hommages et fiefs dans le Languedoc des Trencavel, Toulouse, PUM, collection Tempus, 2003.

Diaz 2000 : P. C. Diaz, « City and territory in Hispania in Late Antiquity », dans G.-P. Brogiolo, N. Gauthier et N. Christie (éd.), Towns and their Territories between late Antiquity and Early Middle Ages, Brill – Leiden. Boston-Köln, 2000, p. 3-36.

Fedière, Zadora-Rio 1986 : A. Fédière et E. Zadora-Rio (dir.), La prospection archéologique : paysages et peuplement, Document d’Archéologie Française, 3, 1986.

Fiches 1990 : J.-L. Fiches, S.-E. et Van Der Leeuwen, « De la structuration et de l’analyse spatiales aux processus historiques », dans xe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes : Archéologie et Espaces. Actes des Rencontres des 19-21 octobre 1989, Juan-les-Pins, 1990.

Fiches 2002a : « Volques Arécomiques et cité de Nîmes : évolution des idées, évolution des territoires », dans D. Garcia et Fl. Verdin (dir.), Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale, Actes du xxive colloque international de l’AFEAF, Martigues, 1-4 juin 2000, Paris, Ed. Errance, 2002, p. 119-128.

Fiches 2002b : J.-L. Fiches (dir.), Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, t. 13/14, Lattes, 2002.

Fiches 2002c : J.-L. Fiches, « Territoires » dans Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, t. 13, Lattes, 2002, p. 71-82.

Fixot 2000 : M. Fixot, « La cité et son territoire : l’exemple du Sud-Est de la Gaule », dans Brogiolo, Gauthier, Christie, Towns and their Territories, op. cit, p. 37-62.

Ginouvez, Schneider 1988 : O. Ginouvez et L. Schneider, « Un castrum des environs de l’An Mil en Languedoc central : le Rocher des Vierges à Saint-Saturnin », Archéologie du Midi Médiéval, 6, 1988, p. 101-122.

Leveau 2002 : P. Leveau, « Les territoires. Un bilan des méthodes d’étude », dans Garcia, Verdin, Territoires celtiques. op. cit, p. 9-17.

Monteils 1999 : M. Monteils, Nîmes antique et sa proche campagne. Étude de topographie urbaine et périurbaine (fin vie siècle av. J.-C./vie siècle ap. J.-C.), Monographies d’Archéologie méditerranéenne, 3, Lattes, 1999.

Pellecuer 2000 : C. Pellecuer, La villa des Prés-bas (Loupian Hérault) dans son environnement. Contribution à l’étude des villae et de l’économie domaniale en Narbonnaise, thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille I, 2000.

Pellecuer, Pomarèdes 2001 : C. Pellecuer et H. Pomarèdes, « Crise, survie ou adaptation de la villa romaine en Narbonnaise Première ? Contribution des récentes recherches de terrain en Languedoc Roussillon », dans P. Ouzoulias, C. Pellecuer, C. Raynaud, P. Van Ossel et P. Garmy (dir.), Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du colloque de Montpellier. Ed. APDCA, p. 503-532.

Pesez 1988 : J.-M. Pesez, « Objectifs et terminologie de l’archéologie extensive » dans Structures de l’habitat et occupations des sols dans les pays méditerranéens. Les méthodes et l’apport de l’archéologie extensive, École Française de Rome, fasc. 9, n° 105, Casa de Velasquez, Rome-Madrid, 1988, p. 130-135.

Pinchemel 1994 : Ph. et G. Pinchemel, La face de la terre. Éléments de géographie, Paris, 1994.

Provost et al., 1999 : M. Provost et al., Le Gard, Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2 vol., Paris 1999.

Raynaud 2003 : C. Raynaud, « De l’archéologie à la géographie historique : le système de peuplement de l’Âge du fer au Moyen Âge » dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, Revue Archéologique de Narbonnaise, supplément 35, Montpellier, 2003, p. 323-354.

Schneider 2002 : L. Schneider, « Les agglomérations de tradition antique dans les sources médiévales languedociennes : le cas des chefs-lieux territoriaux », dans Fiches, Les agglomérations gallo-romaines du Languedoc-Roussillon, op. cit., p. 33-38.

Schneider 2003a : L. Schneider, « Dans l’ombre de Montpellier. Espace, pouvoirs et territoires dans le pagus de Maguelone durant le haut Moyen Âge » dans J. Vial, Le Montpelliérais (Hérault [34-3)), Carte archéologique de la Gaule 34-2, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, 2003, p. 98-112.

Schneider 2003b : L. Schneider, « Territoires savants, territoires vécus dans l’ancienne Gothie. De la villa tardo-antique à la villa du haut Moyen Âge et à la paroisse » dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne, op. cit., p. 355-366.

Schneider sous-presse : L. Schneider, « Cité, castrum et “pays” : espace et territoires en Gaule méditerranéenne durant le haut Moyen Âge. L’exemple de la cité de Nîmes et du pagus de Maguelone (Ve-XIe s.) », dans P. Cressier (éd.), El Castillo y La Ciudad. Espacios y Redes (ss. VIXIII), Actes du colloque Castrum 8, Baeza, Espagne, 25-28 sept., 2002, Madrid, Casa de Velazquez, (sous-presse).

Wickham 2001 : C. Wickham, « Un pas vers le Moyen Âge ? Permanences et mutations », dans Ouzoulias, Pellecuer, Raynaud, Van Ossel et Garmy, Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, op. cit., p. 503-532.

Notes

1 Je ne peux citer ici l’ensemble de ces travaux. On se reportera aux ouvrages et aux thèses les plus récents qui ont concerné la ville (Monteils, 1999), les villae de la cité (Pellecuer, Pomarèdes, 2001 ; Buffat, 2004), les agglomérations secondaires et le territoire de la cité (Fiches, 2002a et b), le système de peuplement (Archeomedes) et l’inventaire des sites archéologiques (Provost et al., 1999).

2 Rouquette J., Cartulaire de Béziers (Livre Noir), Paris-Montpellier, Picard-Valat, 1918 : n° 32, p. 29 (959), n° 58, p. 66-67 (v.1010) et n° 66, p. 76-81 (1053).

3 C. Béziers, n° 26, p. 20 in comitattu biterrense, in villa Leuniates, vel villare que vocant Commiurano, ecclesia vocabulo Sancti Genesii.

4 C. Béziers, n° 32, p. 29.

5 Germer-Durand E., Cartulaire de l’église cathédrale Notre-Dame de Nîmes, Nîmes : Catélan, 1874, n° 147.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Nîmes, de la cité antique aux conglomérats territoriaux du haut Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8201/img-1.png
Fichier image/png, 103k
Titre Figure 2 : De la vicaria à la seigneurie : fragmentation castrale (xe-xie s.) Le cas de Servian en Bitterois
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8201/img-2.png
Fichier image/png, 79k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540