Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Troisième partie. Le territoire éclaté

L’espace comme interface entre l’histoire et la sociologie

José Forné

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Tout distingue les mathématiques de la sociologie. Les premiers utilisent peu de concepts, mais en revanche ceux-ci sont univoques. La seconde, elle, utilise des concepts qui peuvent avoir plusieurs significations et qui, de ce fait, nécessitent d’être redéfinis et reformulés périodiquement. Cependant, il existe un point commun entre les deux : l’infini. Pour les mathématiques, l’infini est un critère essentiel. Dans leurs applications physiques (espace) et dans la géométrie euclidienne (surface), l’infini est la règle : même si une surface peut être, pour les besoins d’une démonstration, segmentée et circonscrite, elle est, en soi, infinie. De manière analogue, l’espace sociologique est infini dans le sens où il est multiple, il peut être utilisé de mille manières différentes et subdivisé selon l’utilisation que l’on en fait : espace qui supporte des pratiques symboliques, espaces où se greffent des imaginaires, espaces sociaux, institutionnels, espaces de la déviance, espaces alternés, etc. Le territoire est à son tour la segmentation ou la circonscription d’un espace à des fins pratiques. L’espace peut devenir territoire c’est-à-dire circonscrit en fonction des besoins, des possibilités et des rapports de forces favorables ou défavorables, des institutions publiques et privées : l’enceinte d’un hôpital, un parc d’attractions ou les possessions d’outre-mer d’un État.

2Cette analogie est tout aussi valable pour l’historien quand il se confronte aux problèmes de l’espace. Mais en dehors de cette analogie, les deux disciplines, aux « territoires » disciplinaires pourtant bien délimités, se trouvent confrontées à des problèmes semblables.

  • Le premier est celui de la plasticité de l’espace. Les deux disciplines exigent de marquer leurs distances par rapport à la géographie « traditionnelle » qui peut exercer une sorte de tyrannie dans la compréhension de la réalité sociale passée et présente. Cette démarche géographique ne permet pas de différencier clairement l’espace du territoire, le premier étant illimité le deuxième impliquant la prise en compte du politique (état, institutions) et de l’économique. De plus la démarche géographique de tradition vidalienne peut impliquer un certain déterminisme spatial et une continuité évolutive nous faisant perdre de vue que la réalité sociale n’obéit pas à des lois fixes ni à un cadre juridique : un village, même stratégiquement situé ne devient pas forcément une ville. Or l’« économie monde » montre qu’une dynamique sociale et économique peut contourner ou dépasser les contraintes physiques et politiques. Inversement, la sociologie a montré jusqu’à la satiété qu’un espace aménagé dans un but précis peut, et c’est hélas trop fréquent, susciter l’effet contraire au but recherché comme le montre l’échec des utopies architecturales et urbanistiques.
  • Le deuxième problème est celui de l’utilisation de l’espace. Nous qui ne sommes pas historiens nous nous représentons trop souvent l’espace médiéval comme une succession de territoires fermés aux comportements sociaux dictés par les besoins des institutions qui les régentent : l’espace féodal, celui de la paroisse, l’espace monastique, etc. Mais un historien, et un sociologue peut facilement le comprendre, démontrera qu’au-delà de l’utilisation fonctionnelle d’un espace donné, d’autres comportements imprévus peuvent se greffer de manière durable. Un espace sacré, une église par exemple, qui exige un comportement rituel extrêmement codifié et une utilisation collective très rigide peut, autant hier qu’aujourd’hui, devenir au gré des événements, espace politique ou espace culturel (un concert par exemple). Dans les régions où l’emprise religieuse est très forte, la polyvalence non officielle de l’espace sacré peut atteindre des dimensions paroxystiques, contraires mêmes au message religieux. Cela autorise à se demander ce que l’institutionnalisation veut dire. Une pratique devient-elle institutionnelle parce qu’une personnalité morale (institution officielle) le permet (satisfaction d’un besoin social) ou parce qu’un groupe humain, statistiquement significatif, de manière inattendue mais durable, organise telle ou telle pratique sociale non réglementée ?
  • Le troisième problème concerne le rôle des représentations et de l’imaginaire collectif. Certes l’historien, et c’est un reproche qu’on peut lui faire, a du mal à distinguer l’un de l’autre et accepte comme un fait acquis la pertinence de ces deux notions. Il n’en reste pas moins que l’une aussi bien que l’autre peuvent constituer des freins à l’acceptation d’un groupe, à l’introduction de tel ou tel type de technique ou, au contraire, permettre des comportements sociaux inattendus. Une représentation (composée d’images symboliques) peut devenir aussi un instrument sciemment utilisé par le politique ou, plus prosaïquement, par l’économique (publicité).
  • Enfin, le quatrième point concerne la continuité. Une structure sociale ou de groupe peut, en voulant se perpétuer, donner des résultats inverses. Ainsi les cadets basques, dans un cadre urbain ou dans un espace politique très large deviennent, entre le xvie et xviiie siècle, des chefs d’entreprises commerciales, contribuent à l’alphabétisation (en castillan !) et marginalisent, par le développement d’autres comportements économiques et culturels, le cadre anthropologique et économique valléen, marginalisation qui débouchera au xixe siècle sur trois guerres carlistes. Autant les idéologies politiques s’évertuent à débusquer une filiation dans tel ou tel mouvement social autant l’histoire et la sociologie montrent des discontinuités et des volte-face des groupes par rapport à leur idéologie originaire.

3Cependant la complémentarité spatiale entre l’histoire et la sociologie peut s’avérer problématique dans la mesure où l’une ne peut pas assumer de la même manière la démarche de l’autre. Ceci est particulièrement évident dans le cadre de la sociologie. Dans la mesure où celle-ci s’élève contre la continuité des comportements dans l’espace, il lui est nécessaire de trouver des preuves dans le temps qui vont à l’encontre des idées reçues où qui montrent qu’un même besoin social peut s’exercer dans des espaces différents et cela n’est possible que si ces données sont quantifiées ou si elles indiquent une utilisation par de nombreuses personnes. Or cela est de plus en plus difficile à mesure que l’on s’enfonce dans le temps et le sociologue ne peut pas s’improviser historien pour trouver les exemples qui lui sont nécessaires. Les quelques cas de démarches historiques allant dans ce sens sont par ailleurs sujets à caution ou trop généraux. Inversement, il sera plus facile pour un historien d’adopter une démarche sociologique dans la mesure où les approches théoriques et les recherches qui en découlent sont tellement nombreuses et diverses que le chercheur n’a que l’embarras du choix et cela sans s’improviser sociologue. À une seule condition toutefois : qu’il soit parfaitement conscient des enjeux de la sociologie, tributaires, de manière fort complexe, d’une démarche de territorialisation par rapport aux autres sciences humaines.

4La sociologie est le résultat de démarches diverses. Contrairement à l’histoire et à d’autres sciences humaines, la sociologie est tributaire, dès sa naissance, de l’anthropologie, de l’ethnologie, de la géographie et de la philosophie juridique. Plus tard, se sont ajoutées, à un degré moindre, d’autres démarches issues de la psychologie sociale, de l’éthologie humaine et de la macroéconomie. Il est donc impossible de définir l’espace et le territoire en sociologie sans empiéter quelque peu sur les autres disciplines qui ont été à l’origine des différentes écoles sociologiques. De plus, cette dépendance à d’autres disciplines est à l’origine des différentes écoles sociologiques. Ainsi, par exemple, la démarche économiste inspire Max Weber et Talcott Parsons et donne naissance, chez ce dernier, au fonctionnalisme. La démarche historique de Norbert Elias inspire Bourdieu, lequel est influencé par Goffman, lequel à son tour reçoit de lointaines influences éthologiques et psychanalytiques. La démarche psychanalytique inspire Abram Kardiner dans l’ethnologie (personnalité de base). Elle se reflète parfois dans la démarche sociologique, culturaliste. Enfin si le terme « espace » est omniprésent, celui de « territoire » l’est beaucoup moins, et encore, il est utilisé couplé à d’autres et dans un sens symbolique : territoires de l’altérité, territoire de la création, etc. Pour compliquer le tout, certains auteurs utilisent parfois le terme « espace » avec une connotation territoriale.

5Pour la géographie, l’espace est toujours institutionnalisé par le biais des agents publics et privés, économiques ou politiques : espace bâti, espace urbain, espace rural, espace géopolitique. Il ne devient territoire que quand il est délimité politiquement. Un territoire peut d’ailleurs être compris dans un espace. Ainsi, l’île Clipperton est un territoire français, mais, au niveau de l’exploitation de ses ressources, elle fait partie de l’espace économique mexicain et japonais, de même que la Nouvelle-Calédonie qui participe de l’espace économique australien et japonais. Pour marquer leur emprise symbolique sur des espaces inexploités mais plein de potentiels, ceux-ci ont été qualifiés de « territoires ». Avant la formation des USA et du Canada actuels, on qualifiait la Colombie britannique, l’Orégon, et d’autres états actuels, de « territoires » de l’Ouest. On qualifie aujourd’hui de « possessions » des territoires dans les terres antarctiques et boréales. Inversement, les territoires hollandais (Indonésie, Antilles Néerlandaises), étaient des territoires bien délimités, mais l’espace économique hollandais dépassait très largement l’extension de ces territoires. L’espace vital, argument de la stratégie nazie, consistait en quatre cercles concentriques, les territoires allemands annexés (le couloir de Dantzig, l’Alsace et la Lorraine), les « territoires du Reich », sorte de protectorats (la Pologne et la Tchéquie) les collaborateurs (Hongrie, la Slovaquie, la Croatie, etc.), et enfin les états vassaux projetés (l’Ukraine et les Pays Baltes). Le degré de territorialisation était directement proportionnel à leur importance économique et à leur distance du centre politique. Cette vision géopolitique de l’espace (ou plus précisément institutionnelle) est importante dans le développement de l’approche sociologique. En effet, on peut affirmer que l’espace ne vaut que par les potentialités économiques, culturelles et politiques qu’il contient, et comme celles-ci ne sont pas discernables immédiatement, on peut en déduire qu’il joue un rôle de réserve de ressources potentielles. Parmi les multiples définitions de l’espace sociologique, celle de « surface physique en attente de devenir territoire » pourrait convenir dans certains cas.

6L’apparition du contrat est la marque d’un seuil. En effet, le contrat juridique apparaît quand l’utilisation d’un espace économiquement utile et immédiatement productif attire un grand nombre de personnes ou d’activités : l’implantation de moulins à certains endroits donne, par exemple, lieu à des contrats de fermage. Un contrat juridique est le signe d’une territorialisation hiérarchique car d’un côté, le fermier, tout en reconnaissant l’autorité du seigneur, acquiert le droit de territorialiser à son tour un lieu à des fins économiques, tandis que le seigneur, tout en concédant un droit (chose qui, en apparence, pourrait indiquer une diminution de son pouvoir), réaffirme symboliquement le pouvoir institutionnel sur un vaste espace, tout en accroissant ses sources de revenus. Que l’enjeu soit un moulin ou bien la mise à disposition des paysans, des terres et des espaces de peuplement, etc., le contrat fait que les deux parties acquièrent ou réaffirment symboliquement un statut.

7Cependant, on aurait tort de conclure à une vision historiquement linéaire de l’espace, en tout cas de l’espace géopolitique, car son utilisation est soumise aux flux et aux reflux économiques et techniques. Entre le xvie et le xixe siècle, l’espace colonial combinait des aires non délimitées, de territoires intermédiaires et, en fonction de la proximité géographique, de territoires métropolitains. L’organisation spatiale de l’Amérique espagnole montre cette hiérarchisation, et les îles Canaries peuvent être considérées comme le seul territoire, devenu région insulaire et découpé en provinces, incorporé au centre. De même pour la France, l’indépendance du Maroc et de l’Algérie ont été des traumatismes bien plus forts que celle de la Côte d’Ivoire, mais moins forts que ne le serait l’indépendance de la Corse. Mais à l’époque de l’économie virtuelle, des mouvements de capitaux et de l’impérialisme du dollar, on peut assister à des processus contraires où l’espace prime sur le territoire. C’est le cas lorsque des territoires indépendants font partie de l’espace géopolitique et économique d’une grande puissance qui conserve ainsi ses avantages, sans les inconvénients (démographiques, infrastructurels, administratifs) d’une mainmise directe de territoires éloignés. Ces exemples montrent qu’il y a une tension constante entre l’espace et le territoire, le premier permettant un brassage social et le second permettant en quelque sorte un périmètre défensif où un groupe humain renforce sa cohésion, mais pouvant aussi être un élément de sclérose sociale et culturelle.

8En éthologie, c’est le territoire qui prend le dessus sur l’espace. D’un point de vue global, on distingue l’espace naturel, bien délimité par le climat et le relief, à l’intérieur duquel se trouvent des niches, territoires où coexistent différentes espèces animales et végétales qui se reproduisent et se perpétuent, subdivisées en fonction du groupe (animaux sociaux) ou de l’individu (prédateurs). Précisons que des animaux sociaux (les phoques ou les pingouins par exemple) ont un territoire commun mais aussi un territoire individuel pour couver les œufs ou nourrir les petits. Parfois les animaux sociaux (loups, caribous) peuvent se territorialiser individuellement en fonction de leur place dans la hiérarchie ou, provisoirement, au moment de la parade sexuelle. Or une altération du territoire d’une espèce (par diminution ou élargissement) peut amener à la disparition des anciennes niches, ou à la création de nouvelles, le processus influençant l’espace naturel. En éthologie humaine, c’est le critère territorial qui prime sur l’espace, l’expression spacing behaviour signifiant la capacité à créer son propre territoire. La capacité à territorialiser d’un individu – et ici l’éthologie devient sociologie – est dictée par le statut de l’individu, par les circonstances et par les normes. Un cadre supérieur, par exemple, dispose dans son travail d’un territoire où se greffent des comportements symboliques liés à sa position hiérarchique, d’un habitat plus grand avec des frontières spatiales bien délimitées (murs, vigiles, etc.). Mais quand il prend les transports en commun, comme tout un chacun, son territoire, espace vital ou « bulle », ne peut être que marqué symboliquement, la frontière étant ici le critère essentiel pour le définir : il se servira de son attaché-case en le mettant sur le siège voisin du sien, et si ce n’est pas possible, il déploiera son journal pour se couper du monde ou choisira une place debout « protégée » (porte, barre d’appui) au moins sur un côté. Dans la maison, différentes études montrent que pour tout individu, l’espace domestique est organisé en cercles concentriques dont la capacité de franchissement dépend de la relation avec les visiteurs, le dernier étant le cercle que seuls peuvent franchir les membres de la maison, la chambre à coucher par exemple.

9Si, pour les géographes et les éthologues, l’espace est un critère sine qua non, pour les sociologues, l’espace et le territoire ne valent que par les activités sociales qui s’y rapportent : les activités humaines étant presque infinies, les espaces et les territoires le sont aussi car vivre, c’est vivre dans l’espace et dans le temps (Ledrut, p. 59). C’est tellement évident que peu de sociologues se donnent la peine de les définir. Et pourtant, la sociologie fit son apparition en traitant des sujets dans l’espace. Durkheim (Le suicide, 1897) spatialise, à travers l’analyse des statistiques, le suicide dans les régions allemandes. Mais c’est dans Les règles de la méthode sociologique (1895) que l’implication à l’espace devient patente : il distingue deux types de sociétés, les sociétés à solidarité mécanique, réglées par la coutume, qui sont dans des espaces ouverts et les sociétés à solidarité organique, les sociétés modernes, réglées par le droit, où l’utilisation de l’espace est diverse, et où la territorialisation est plus accentuée. Cette différenciation entre un espace utilisé en fonction de ce que l’on y trouve et un autre territorialisé institutionnellement se trouve représentée dans les traités de lies et passe-ries pyrénéens et les assemblées valléennes qui existent à l’intérieur d’un système organique global. A côté de ces traités qui légifèrent sur la transhumance, il existe des droits coutumiers, le droit de carnal par exemple, qui permet de s’approprier des bêtes d’un autre troupeau qui se trouveraient indûment dans une estive. Les assemblées valléennes stipulent la répartition et la distribution passagère des pâturages. Mais plus on descend dans la plaine, plus le pouvoir du notable (ou de l’aristocrate) local devient important et plus s’affirme, donc, le processus d’instauration de frontières institutionnelles sur l’espace.

10Dans nos sociétés actuelles, subsistent des comportements relevant des sociétés mécaniques. Dans les campagnes, il est possible de se promener dans les champs ou dans les bois, de chasser avant l’ensemencement ou de ramasser des champignons. Dans les champs ou dans les bois, on pourra remarquer des objets qui, aux yeux d’un citadin inexpérimenté n’ont aucune valeur, et qui, de ce fait, peuvent être pris (un tronc de bois pourri, un tuyau de plastique rigide enfoui, etc.). C’est qu’il ignore que ces objets ne sont pas là par hasard : une souche sert à marquer une parcelle ou à indiquer un chemin ou un espace qui a une signification pour le propriétaire, et un tuyau sera utilisé tôt ou tard. Il suffira que la coutume ne soit pas respectée par des citadins (piétinement des cultures ou ramassage abusif de champignons), pour que l’espace soit interdit, parfois à l’aide de grillages. Dans ce cas, c’est la société institutionnelle organique qui fait utilement irruption dans l’espace mécanique et cette irruption diminue le nombre de plus en plus réduit d’isolats existants. Ainsi, par exemple, on observe, à partir du xviie siècle, une diminution de la transhumance hivernale des troupeaux pyrénéens dans la plaine, due à l’augmentation du nombre d’agriculteurs et aux nouvelles techniques agricoles qui imposent peu à peu des obstacles au passage des troupeaux. Dans d’autres cas, on observe une coexistence, voire un détournement des normes institutionnelles. Dans « Las Hurdes » par exemple, zone de montagnes arides au nord de l’Extrémadure, le droit successoral impose un héritage égalitaire en dépit de l’exiguïté des exploitations. Mais alors on pousse à l’extrême ce partage (on divise la vache, la maison, les poules, etc.) au point que l’un des héritiers est désigné pour diriger l’exploitation, soit par achat des autres fractions soit, plus tard, quand l’émigration vers les villes devient générale, par délégation. Nous avons ici l’exemple de la coexistence de deux systèmes et de deux manières d’utiliser l’espace, et les habitants ont ainsi une plus grande latitude par rapport à la société globale car, d’une part, ils peuvent conserver l’exploitation, et d’autre part, ils peuvent aussi, dans la mesure où leur importance agricole devient résiduelle, la vendre, garder la maison comme résidence secondaire, etc.

11Cependant le domaine spatial où la sociologie excelle est celui de l’espace urbain, et plus précisément les utilisations informelles, ce qui ne veut pas dire illégitimes, de cet espace afin de maintenir le lien social ou de faire naître de nouvelles formes sociales. On peut même affirmer que la sociologie est née grâce à l’intérêt porté aux phénomènes et aux comportements urbains. L’École de Chicago, dans les années vingt du siècle qui vient de finir, est emblématique à deux niveaux, d’abord parce qu’elle accorde une grande importance à l’espace physique et au territoire et ensuite, parce qu’elle met en place toute une méthodologie visant à saisir les comportements urbains. L’importance de la méthodologie est d’autant plus significative que, outre les enquêtes, elle fait une grande place à l’observation des phénomènes dans l’espace donnant lieu à des typologies spatiales et les comportements spécifiques qui s’y déroulent. En établissant des typologies et en fixant des cadres spatiaux pour l’étude de tel ou tel comportement, elle segmente l’espace. Ainsi par exemple, dans les différentes études menées sur les gangs ou sur des individus marginaux (le hobbo, moitié vagabond, moitié bohémien), l’espace est circonscrit au champ d’action de la bande qui marque ses frontières spatiales et qui utilise symboliquement des éléments de l’espace.

12Plus près du point de vue chronologique, deux écoles très proches, l’interactionniste de Goffman et celle de Bourdieu, synthétisent à elles seules la complexité de l’approche de l’espace et du territoire chez les sociologues. La première, peu connue en dehors des sociologues, privilégie l’étude des comportements individuels et des très petits groupes et met en valeur l’espace en tant que facteur d’activités symboliques et culturelles. L’espace se différencie mal du territoire, celui-ci étant la composante individuelle de l’espace collectif, et il est le support de représentations. Quotidiennement, les individus utilisent l’espace dans lequel ils évoluent en lui donnant, en quelque sorte, une configuration de plateau où s’effectue une mise en scène qui met en valeur ce que les individus, voire des petits groupes, veulent signifier. Dans ce contexte, les éléments objectifs incontournables, les institutions, l’architecture, les normes juridiques et les bouleversements urbanistiques ont peu de prise sur les comportements signifiants des individus, ceux-ci s’adaptant constamment aux nouvelles donnes spatiales. Deux exemples nous aideront à le comprendre. Le premier concerne certains lieux de consommation ou d’autres lieux semblables qui, bien que juridiquement ouverts à tout le monde, sont utilisés par des groupes déterminés de personnes : les lieux dits « branchés ». Le deuxième exemple concerne des parties du paysage urbain qui sont en quelque sorte réservées, à certaines heures, à tel ou tel groupe de personnes. On peut même constater un certain zoning horaire ou annuel des artères les plus prestigieuses d’une ville : elles sont parcourues par des manifestations, lors des défilés officiels ; elles servent de lieux ludiques où certains groupes, à des heures différentes, se « montrent » en reproduisant par la mise en scène vestimentaire, gestuelle, idiomatique ou autre, un ensemble de valeurs et de références du groupe. Il est significatif que dans Asiles, Goffman montre que dans les espaces clos, un hôpital psychiatrique, le territoire va de pair avec une hiérarchisation des membres, le sommet de la hiérarchie informelle se réservant des lieux et des privilèges spécifiques.

13L’approche de Bourdieu, tout en partageant la vision de l’espace public support d’une mise en scène, met l’accent sur ce que cette mise en scène comporte comme appropriation réelle de l’espace au bénéfice d’un groupe. Si, dans l’interactionnisme, tout espace est un lieu de représentation, dans la théorie de Bourdieu, tout espace est lieu de pouvoir et de reproduction d’un groupe. Tout se passe comme si les groupes humains étaient capables, en fonction de leur statut social respectif, de déjouer, de détourner et de mettre à profit les délimitations institutionnelles imposées à cet espace. Dans cette perspective, le symbole revêt une importance primordiale. Le mobilier urbain, l’architecture, sont des marqueurs symboliques d’un espace par un groupe social qui entend l’utiliser, avec toutes sortes de subterfuges et de pratiques cachées, à son usage exclusif. Mais l’appropriation symbolique d’un espace peut se faire par les outils et objets tout autant matériels que symboliques apportés par les membres d’un groupe. Ainsi aboutit-on parfois à l’appropriation dans les faits de certains espaces de loisir, de savoir ou de culture, en principe réservés à tout le monde. D’autres espaces peuvent être les lieux d’affrontement symbolique de différents groupes d’appartenance : les salles de cinéma, les aéroports, etc. La série télévisée Columbo se délectait à montrer la provocation, à l’aide d’un chien peu gratifiant, d’une ruine automobile (française, et ce n’est pas innocent), d’un imperméable froissé et d’un cigare mâchouillé dont les cendres tombent constamment sur le tapis, d’un détective d’origine italienne (interprété par Peter Falk) par rapport à une société opulente de nouveaux riches. Ces objets, qui sont le miroir inversé de ceux des nouveaux riches, servent de marqueurs sociaux matériels et de symboles d’une invasion symbolique d’un groupe, que Columbo entend représenter, dans l’espace d’un autre groupe : habitat marqué par de hauts murs, des grillages et des clubs à l’accès restreint.

14En résumé, un espace ne vaut que : 1) par les ressources qu’il contient et par la capacité à mettre en valeur ces ressources (Max Weber) ; 2) parce qu’il permet la perpétuation et la distribution hiérarchique du pouvoir (fonctionnalisme) ; 3) par la possibilité d’investissement organisationnel par rapport au non espace (Kardiner, Eliade) ; 4) par les possibilités de concrétiser la représentation de l’identité individuelle et de groupe grâce à une scénification (interactionnisme) ; et 5) par la possibilité qu’a un groupe de l’utiliser symboliquement pour marquer des barrières symboliques par rapport à d’autres groupes (Bourdieu).

Contraintes spatiales et adaptation sociale

15Voici une question d’école à laquelle étaient soumis les étudiants de sociologie de première année : l’espace détermine-t-il les rapports sociaux ou bien est-ce que ce sont les comportements sociaux qui déterminent l’utilisation de l’espace ? La réponse traditionnelle, d’inspiration marxiste, est presque une lapalissade : ce sont les rapports sociaux qui déterminent l’utilisation de l’espace. Le problème est que les rapports sociaux expliquent les rapports de force économiques, donc politiques et idéologiques, au sein de la société globale, mais n’expliquent ni la nature ni la forme des liens sociaux dans l’espace. Une autre question pourrait surprendre par sa naïveté : existe-t-il des lois dans l’utilisation de l’espace ? La réponse à ces questions est que le seul critère opérationnel est celui de processus sociaux se déroulant dans l’espace. On part donc du principe que les liens sociaux existent et existeront toujours dans l’espace et grâce à l’espace. L’appréciation qualitative de la nature de l’utilisation et des rapports à l’espace sur une longue période, bien que légitime, déborde le cadre de la sociologie pour entrer dans ceux de l’histoire, de l’anthropologie et de l’analyse des idéologies.

16Le processus des liens sociaux permet au sociologue de faire de l’histoire, dans la mesure où il est obligé de montrer l’évolution des différents espaces ainsi que d’analyser les moments de cette évolution. Cette démarche est à la base de certaines écoles, le fonctionnalisme (Talcott Par-sons) en particulier, mais elle présente des limites très nettes à partir du moment où, en remontant dans le passé, l’on ne dispose plus de données statistiques ni d’autres sortes de repères objectifs permettant une observation méthodique.

17Dans les processus spatiaux, il faut tenir compte de trois variables indépendantes : 1) la démographie ; 2) le degré de développement économique et technologique et, 3) la forme d’organisation politique. En considérant que depuis la deuxième guerre mondiale les sociétés occidentales ont atteint qualitativement et quantitativement des niveaux semblables de développement social, économique et politique, on peut envisager que ce qui caractérise aujourd’hui le discours théorique sur l’espace, ce sont les rapports instables et conflictuels, entre la spatialisation et la territorialisation, l’une, synonyme de la capacité illimitée des individus à établir des liens sociaux, l’autre, synonyme de la nécessité de réguler ces liens sociaux par le biais d’un interventionnisme institutionnel.

18Les groupes humains présentent une surprenante adaptabilité qui leur permet de préserver et de perpétuer les liens sociaux et cela se manifeste par leur capacité à détourner et à transformer les territorialisations inévitables. Mettons par exemple un territoire institutionnel, c’est-à-dire des espaces fermés dépendant d’une personne morale individuelle ou collective (association, entreprise ou collectivité locale) : un terrain de sport. Ce terrain de sport, outre sa fonction sportive essentielle, sert à d’autres activités comme des bals folkloriques, des concours, des manifestations politiques, etc. Cette polyvalence est plus visible dans les communes rurales que dans les grandes centres urbains où les équipements sportifs, culturels ou autres sont, du fait du poids démographique et de l’abondance de moyens, plus diversifiés, plus nombreux mais aussi moins polyvalents, allant parfois jusqu’à la concession privative d’un espace au bénéfice d’une seule association. On pourrait établir une typologie et une échelle de la territorialisation allant de la polyvalence du premier exemple, le terrain de sport ou la salle des fêtes dans le milieu rural, à une utilisation monofonctionnelle, privative (caserne) ou publique (église). À ce dernier niveau de l’échelle, il ne faudrait pas conclure qu’une territorialisation extrême entraîne la fin des liens sociaux, car une caserne ou une église peuvent permettre le resserrement de ces liens entre sous-groupes dont les membres vont se retrouver dans des espaces ouverts. En outre, un office religieux et même des activités dans une caserne permettent une scénification de la vie quotidienne que d’autres espaces ne permettraient pas, en plus d’un brassage parfois social et surtout géographique. On peut donc imaginer que l’organisation spatiale d’une société donnée se présente sous la forme d’une poupée gigogne russe, les éléments les plus petits étant ceux qui peuvent contenir le moins, le dernier possédant tout autant un rôle figuratif que justificatif de l’ensemble des emboîtements.

19Le problème est que si l’espace, territorialisé ou pas, est immobile, les populations ne le sont pas. La mobilité urbaine et l’extension de l’habitat vers la périphérie rurale donnent lieu à une organisation et à une utilisation périurbaine de l’espace. Ce processus qui, pression démographique et rareté de l’espace aidant, devient cauchemar des urbanistes et des aménageurs, est source d’un conflit confrontant l’espace ouvert et polyvalent du milieu rural à l’espace confiné et monovalent du milieu urbain. On aurait tort de le qualifier de phénomène contemporain et les historiens nous feront remarquer que, dès le xiiie siècle, l’expansion urbaine et l’urbanisation des campagnes empruntent progressivement les modèles urbains surtout au niveau symbolique : ainsi des églises, souvent du gothique tardif, sont parfois la reproduction à petite échelle de la cathédrale ou d’une église emblématique d’un grand centre urbain tout proche. Dans la périphérie de Séville, par exemple, des centres urbains de moyenne importance se dotent, à partir du xve siècle, d’églises, sortes de giraldillas mudejares, qui copient la Giralda sévillane. Au-delà des problèmes d’aménagement, la périurbanisation actuelle constitue une sorte de laboratoire sur lequel les sociologues se penchent pour analyser les transformations et les adaptations, à vitesse rapide, des liens sociaux sur un espace qui reproduit, parfois de manière mimétique, celui des grands centres urbains.

20L’espace doit donc être considéré comme le support de l’ensemble des rapports sociaux propres à une société historiquement définie. Cependant une formation sociale n’obéit ni à un système unique de fonctionnement ni à une seule loi de développement. « En général une formation sociale c’est-à-dire une société globale – nationale ou non – dépend de plusieurs systèmes et sous-systèmes mis en place à des moments différents de son histoire » (Ledrut, p. 70). L’urbanisation de l’ensemble rural est très perceptible en France à l’échelle administrative depuis deux siècles : la sous-préfecture (sous-préfet, lycée, collèges, hôpital, hypermarchés, etc.) ; le chef-lieu de canton qui reproduit certains éléments du niveau supérieur (collège, brigade de gendarmerie, perception, pompiers, agences bancaires et supermarchés) ; les villages (limités aux écoles, à la poste et au petit commerce), les très petits villages (avec ou sans bureau de poste) ; les hameaux et enfin, les lieux-dits. Le choix des chefs-lieux n’est pas arbitraire, car c’étaient des bourgades, avec un rôle commercial intermédiaire par rapport aux centres urbains. Mais nous sommes en train d’assister aujourd’hui à la mise en place rapide du dernier maillon qui efface la différence qualitative entre la ville et la campagne

21En résumé, il y a un processus de l’utilisation de l’espace, vérifiable sur ce dernier siècle, qui va de l’ouvert vers le fermé, de la coutume vers le juridique, du multidimensionnel à l’unidimensionnel, de la concentration des activités sur un espace à la fragmentation de ces activités dans des espaces spécifiques, de l’espace indifférencié à l’espace différencié et du remplacement du symbole par la fonction. Mais cela n’implique pas forcément la disparition du lien social, qui s’adapte, grâce aux moyens de transport et de communication, aux nouvelles situations, agrandissant paradoxalement l’espace dans la mesure où les possibilités de déplacement et leur rayon d’action augmente. Mais la question sous-jacente est la suivante : ne s’agit-il pas au fond d’un processus d’entropie ou d’une involution de l’espace ? À cette question, le sociologue ne saurait répondre, car une appréciation de la nature des liens sociaux dans un contexte de transformation de l’espace relève du subjectif, voire d’une appréciation normative. Il est certain que, pour beaucoup, l’espace éclaté et l’accroissement des possibilités réelles et virtuelles de se déplacer dans des espaces différents sont une libération psychologique et morale par rapport à l’espace global de la tribu ou du village qui laissent peu de marge à l’individualisation. Et pour d’autres, cet éclatement et cette territorialisation conduisent à l’anonymat, à l’atomisation du lien social et à une incidence de plus en plus forte de l’économique sur les comportements. C’est par l’observation dans le temps (historiens) et par l’observation comparative (anthropologues), et ceci à condition de se munir d’une panoplie de variables et d’indicateurs sociaux (sociologues) qu’on pourrait répondre à cette question.

L’anomie spatiale : l’espace identitaire.

22Il nous reste maintenant à signaler l’utilisation anomique de l’espace. On peut qualifier d’anomique (a nomos, qui ne fait pas partie d’un nombre) tout comportement qui ne correspond pas aux attentes d’un groupe. Ces attentes peuvent être dictées par la coutume, par la tradition ou par un ensemble de croyances religieuses et politiques. Dans le cas où l’anomie va à l’encontre d’un ordre moral ou social institué juridiquement, l’anomie devient déviance : ne pas chanter ou bien chahuter pendant que l’on joue l’hymne national lors d’une compétition sportive est un comportement anomique ; qu’un soldat le fasse dans une caserne ou dans un acte officiel, cela devient un comportement déviant et, comme tel, soumis à une sanction pénale.

23L’École de Chicago avait traité entre autres de l’utilisation anomique (déviante ou pas) de l’espace par les individus isolés (le hobbo et le vagrant) et par des groupes (le gang). Or, on peut considérer que cette école a fondé une tradition, celle qui concerne les études sur la délinquance et sur la marginalité, si abondants chez les sociologues depuis une dizaine d’années. Du point de vue de la durée, on peut considérer qu’en dehors de l’évolution de l’espace et des transformations des liens sociaux qui s’y établissent, il existe des distorsions introduites par les événements, par les institutions et par les groupes. Les guerres et les aléas climatiques peuvent provoquer soit un rétrécissement géographique, soit une survalorisation des espaces les plus protégés, ce qui conduit à une surexploitation, à un accroissement du poids démographique ou à une lutte pour le contrôle des ressources. Lors d’un coup d’État, le nouvel État ainsi constitué peut s’approprier, au bénéfice d’un groupe ou à son propre bénéfice, des terres et des ressources. Même dans un État parlementaire, certains groupes de pression peuvent bénéficier d’un accès privilégié aux ressources existantes dans un espace. C’est le cas des faciendas brésiliennes où les propriétaires monopolisent de très grandes surfaces à leur usage exclusif, tout en interdisant l’accès à d’autres populations ou aux communautés villageoises. Dans ces cas de figure, on peut affirmer que les agents sont des institutions (état issu d’un coup d’État) ou des groupes anomiques, bien que leur anomie soit légitimée, dans ce dernier cas, par l’institution de référence, l’État parlementaire.

24Plus près de nous, dans nos sociétés occidentales on peut constater des appropriations et des territorialisations qui, dans la mesure où cela implique des frontières, peuvent être qualifiées d’anomiques. Elles sont de trois sortes, légales, illégales et identitaires. La première, légale, est celle qu’instaure un groupe, grâce à un rapport de forces économique, social ou démographique, sur un espace, en particulier l’espace urbain. De nos jours, certains ensembles résidentiels entourés de grillages ou de murs, avec des barrières et dotés d’un contrôle d’accès, ou l’achat par de puissants groupes immobiliers d’espaces publics pour construire des ensembles immobiliers ou des centres de vacances correspondent à ce cas de figure. L’historien serait tenté d’affirmer que cela a toujours existé, lors des quartiers marchands des grandes villes commerciales, à partir du xive siècle, où les guildes tenaient pignon sur rue en investissant massivement un espace. Mais ce serait confondre un zoning social avec l’appropriation exclusive par un groupe. En effet, le zoning existe dans nos villes : une rue commerciale ou un quartier favorisé ne peut être interdit d’accès aux autres catégories de population (bien qu’une ségrégation sociale soit visible) et une rue huppée peut servir d’espace de promenade et de parade à d’autres habitants. La deuxième, le ghetto, est le miroir inversé de la première. Miroir inversé parce qu’il contient des interfaces. Ainsi, on peut tout autant qualifier de ghetto le quartier du Sentier à Paris que celui du Mirail à Toulouse. Dans la mesure où le ghetto a toujours existé, l’historien serait le plus en mesure d’établir une typologie des différents groupements spatiaux des communautés et de montrer toute une gamme de motivations et de contraintes qui ont décidé une communauté, à des périodes historiques déterminées, à vivre dans des quartiers spécifiques : la juderia (aujourd’hui quartier de Santa Cruz) de Sevilla peut-elle être comparée au Ghetto de Venise immortalisé par Shakespeare ? Les quartiers juifs de Lodz et de Riga, dans les années trente, peuvent-ils être comparés à celui des diamantaires d’Anvers ? Peut-on comparer les quartiers asiatiques de New-York à celui des noirs de Harlem et des Latinos du Bronx ? Comment discerner la motivation ou la contrainte qui expliquent la constitution d’un zonage spatial spécifique ? Cependant, quelle que soit la motivation ou la nature de la contrainte, le point commun est que ces concentrations ethniques, sociales ou religieuses impliquent une fragmentation de l’espace et l’instauration de frontières physiques réelles par rapport au reste de la société, cassant ainsi une dynamique globale construite autour de mythes, de consensus ou de projets collectifs qui unifient la société. À l’intérieur de ces espaces cloisonnés, à côté de la présence formelle des symboles et des institutions de la société globale, s’instaurent une hiérarchisation, un code de conduite et un accès à l’espace, tout aussi parallèles qu’efficaces, pouvant donner lieu, dans des cas extrêmes, à la création de zones de non-droit.

25Le troisième cas de figure est l’espace différentialiste. Ce type de spatialisation est au carrefour de toutes les approches sociologiques connues, mais aussi de l’anthropologie et de la psychanalyse sociale. Les études et les considérations sur ce problème sont si nombreuses et si différentes qu’il serait arbitraire de fournir comme exemple un auteur ou une approche représentative. À la différence des espaces clos évoqués ci-dessus, l’espace de la différence a comme vocation de s’étendre à tous les membres du groupe, jusqu’à former des quartiers entiers, voire des villes et des territoires géographiques très vastes. Autrement dit, il s’agit de construire non pas une contre société (ce qui impliquerait des arguments politiques et idéologiques), première étape vers la transformation de la société globale toute entière, mais une société parallèle. Les « lieux » gays, féministes, quelques sectes religieuses ou quelques religions extrême-orientales importées impliquent, pour accéder à leurs territoires, un code d’accès autant symbolique que réel. Il est des quartiers de certaines villes en Californie qui tendent à se constituer en villes « gays », avec des pharmacies, cinémas, services sociaux et culturels « gays ». Les idéologies ethniques visent à établir une hégémonie sur un espace donné, dans le but d’effectuer une territorialisation géographique et politique sur un espace dont les contours sont définis d’avance. Les nationalistes basques radicaux, par exemple, ont une stratégie qui se traduit spatialement en des cercles concentriques : investir les vieux quartiers de Saint-Sébastien ou de Pampelune pour constituer des zones « libres », hermétiques à la société globale, première étape pour « libérer » le pays.

26Du point de vue socioéconomique il y a des différences de taille entre ces diverses formes de l’anomie. Le ghetto des riches diamantaires d’Anvers n’a rien à voir avec les quartiers où des populations déshéritées sont, pour ainsi dire parquées, ni avec les réseaux de bars gays et les villes gays californiennes. Pourtant cet ensemble d’anomies partage deux traits essentiels. Le premier est qu’elles construisent un espace identitaire fermé qui contourne la complémentarité entre l’espace ouvert et le territoire fonctionnel (les deux visant l’intégration des individus à la société et le développement, grâce à de nouveaux services, des liens sociaux). Cet espace ne vise qu’à construire une image de groupe qui, à son tour, conformera l’espace à celle-ci. Le deuxième trait est que la vision de l’espace est régressive et c’est un retour à une mentalité primitive, car elle oppose le territoire du groupe et un non-espace, assimilé au chaos (Eliade). Pour conclure, le territoire identitaire est celui de la négation de l’altérité, car celle-ci ne peut se construire que dans des espaces ouverts, où toutes sortes de brassages sociaux sont possibles.

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

Bourdieu Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

Eliade Mircea, Le Sacré et le profane, Paris, Gallimard, 1965.

Goffman Erving, Asiles, Paris, Minuit, 1968 ; La mise en scène de la vie quotidienne (2 vol.), Paris, Minuit, 1974.

Guerreau Alain» Quelques caractères spécifiques de l’espace féodal européen », dans L’État ou le Roi. Les fondations de la modernité monarchique en France (xive-xviie siècle), textes réunis par Neithard Bulst, Robert Descinom et Alain Guerreau, Édition de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1996, p. 85-101.

Kardiner Abram, L’individu dans sa société, Paris, Gallimard, 1969.

Ledrut Raymond, « L’homme et l’espace. Espace et société », dans Histoire des mœurs, Paris, Jean Poirier, éd., La Pleïade, 1990.

Lefebvre Henri, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974.

Parsons Talcott, Sociétés. Essai sur leur évolution comparée, Paris, Dunod, 1973.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540