Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Deuxième partie. Le territoire décrit : lexicographie du territoire

Le territoire dans les sources médiévales : perception, culture et expérience de l’espace social

Essai de synthèse

Anne Mailloux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 J.-M. Martin, « Perception et description du paysage rural dans les actes notériés sud-italiens (i (...)
  • 2 G. Brunel, O. Guyotjeannin, J.-M. Moriceau (dir.), Terriers et plans-terriers du xiiie au xviiie s (...)
  • 3 C. Wickham, « Frontiere di villaggio in Toscana nel xii secolo », dans J.-M. Poisson (éd.), Fronti (...)
  • 4 J. Scheibling, Qu’est-ce que la géographie ?, Paris, 1993.

1Les modalités de description de l’espace agraire médiéval1, les catégories mentales de la perception spatiale et les formes de son expression sont connues, de même que ses modes de mesure et de fixation, grâce aux travaux sur la morphologie spatiale romaine, sur les terriers médiévaux et modernes2, sur la fiscalité dans sa dimension spatiale et territoriale, mais il est difficile de préciser le concept de territoire à l’époque médiévale. Chris Wickham3 rappelle que l’on ne peut pas entendre sous ce vocable le même concept qu’aujourd’hui. Si nous entendons « territoire » comme « espace délimité, borné, sur lequel s’exerce une autorité définie »4, espace clos, zone d’application d’un pouvoir fini et sédentaire dotée de frontières dont la matérialisation est très élaborée, l’homme médiéval n’a pas forcément projeté dans l’espace la même conception. Comment, à quel rythme, selon quelles formes se fixe le pouvoir dans l’espace ? Quel est le concept de territoire ?

  • 5 Journée d’étude du 9 mars 2001, « Le vocabulaire du territoire politique dans les sources médiéval (...)

2Les six études précédentes se focalisent sur le concept de territoire. Les auteurs ont opéré à un retour minutieux aux sources en examinant vocabulaire et réseaux sémantiques5. Un questionnaire soumis à tous se concentrait sur plusieurs faisceaux d’indices : un relevé des termes employés pour désigner les territoires juridiques, militaires ou fonciers, la morphologie des termes (préfixes, suffixes, particules diminutives…), les qualificatifs attachés à ces termes. Il s’agissait de voir comment, à travers l’évolution terminologique, se dégageait le concept.

3L’écueil eût été de tomber dans un nominalisme réducteur ou de s’arrêter au simple constat. Face à l’extrême labilité du vocabulaire et des concepts, d’autres critères ont été intégrés dans la grille : type de source, circonstances de leur élaboration, formation des scribes et auteurs, appartenance et culture… Le principe comparatif a prévalu : les sources, et donc les espaces sélectionnés, présentent une certaine cohérence, typologique (sans être rigide) et spatiale.

4Un second principe consiste à éviter l’analyse des processus de territorialisation. L’incastellamento et ses conséquences spatiales sont écartés sans exclure d’y revenir par la suite. Cette « phénoménologie du territoire », sans a priori théorique, s’appuyant sur un dépouillement du vocabulaire, met en exergue deux réalités : la perception du territoire et la forme mentale par laquelle procède son expression d’une part, la réalité territoriale et les processus politiques, juridiques et techniques qui l’engendrent, d’autre part. Le territoire est indissociable de la désignation et de la localisation. Il faut cerner les façons de localiser les unités territoriales mais aussi les biens, en fonction de ces dernières, tout à la fois référents et unités fonctionnelles (Mousnier, Schneider).

  • 6 Cf. infra, « Les temps des territoires ». À l’époque carolingienne, on peut penser que le territoi (...)

5Se pose le problème épineux de la polysémie, corrélative à la superposition en un seul terme et un seul espace, de plusieurs structures et réalités : la seigneurie est – le plus souvent – un ensemble de biens, un espace de pouvoir, un territoire, dont la matérialisation concrète peut correspondre en partie aux propriétés (Cursente). L’avertissement souligne la superposition et l’imbrication d’unités spatiales et juridiques à échelle et consistance variables. Parfois, la préoccupation territoriale est étrangère à la dimension patrimoniale6. De plus, la sédimentation sémantique consiste à ajouter, sans exclusivité, un nouveau sens à un terme au fur et à mesure de l’évolution de la structure qu’il désigne. Le dépouillement doit donc être d’abord littéral, attentif aux formules, aux chaînes lexicales, à la genèse les mots par adjonction ou soustraction de préfixes et suffixes, par émergence d’un vocabulaire vernaculaire dans un espace et des sources dominés par une forme latine, soumise à la culture ecclésiastique, voire monastique.

Les sources, mode d’emploi

  • 7 Le cadastre français revêt toujours ces deux caractéristiques. Cf. A. Maurin, Le cadastre en Franc (...)
  • 8 Les articles cités note 1 (Bourin, « Délimitation… », et Martin, « Perception… ») insistent sur ce (...)

6Il importe de décrire les sources et les démarches engagées. Un constat s’impose au regard des procédures récurrentes des coutumes et des chartes : nommer, c’est structurer, fixer dans la durée, stabiliser (Mousnier, Verdon). Les terriers et les documents fiscaux procèdent d’une double démarche : documents comptables, ils fixent l’assiette de l’impôt et ont aussi vocation juridique, décrivant la propriété et ses bornes, servant de recours en cas de litige7. On ne peut donc évacuer la dimension structurante de l’acte écrit, souvent consécutif à une procédure normalisée de fixation territoriale. L’horizon normatif des sources est toujours un élément déterminant. Analyser la dénomination du territoire revient à tracer les contours d’un cadre mental (Mousnier, Verdon)8, et se pencher sur les formes du pouvoir, indissociable de son expression spatiale. Lorsque le caractère normatif de la procédure est prégnant, la désignation spatiale prend une tournure fixe (sous peine de contestation) et engendre des formules rigides et redondantes. La désignation du territoire ressortit au registre de la norme – le territoire est la forme imposée par celui qui détient le pouvoir. On ne peut occulter cette dimension lorsqu’on s’attache à la lettre même de la perception du territoire.

7Plusieurs types de repérage sont mis en œuvre de façon concomitante. L’approche est dans un premier temps quantitative et sert d’inventaire terminologique (nombre d’occurrences, termes récurrents dans un même document – Mousnier, Laffont). Les formules analysées ensuite permettent de juger d’un élément dans un contexte sémantique précis. Les énumérations (Cursente, Schneider, Mousnier), les prépositions (Cursente, Catafau, Verdon, Mousnier) sont significatives : elles indiquent un parcours, cheminement discursif et réel, dans la désignation et la fixation spatiale. L’absence de termes (Cursente) est aussi relevée et pertinente : quand aucune mention de territoire n’apparaît, la notion ne préoccupe pas les acteurs, ou l’échelle de représentation sélectionnée ne relève pas de ce registre conceptuel. M. Mousnier souligne ainsi « l’absence de cadres » dans 41 % des documents. Ce premier repérage, suivant les critères énoncés (nature des sources, identité des auteurs et scribes, formation…) permet une première ventilation. On définit l’usage d’un vocabulaire savant ou non, le recours à une terminologie antique et juridique (Verdon, Mous-nier), voire une posture volontairement archaïsante (Schneider). Le vocabulaire juridique est lié à la dénomination et la localisation lors d’une opération normative précise, visant à fixer des limites (notaires, enquêtes, poses de bornes – Verdon, Mousnier). Cette approche descriptive scrupuleuse n’engendre pas une modélisation mais une vision plus nette de la perception, par les rédacteurs, des unités spatiales et de leurs rapports mutuels (emboîtement, concurrences, superpositions… – Cursente, Schneider, Mousnier).

8Deux approches, synthétique ou analytique, sont engagées, à partir de sources homogènes, (par leur typologie – Mousnier, Verdon) ou non (commanditaire unique de sources variées, exerçant une autorité unique sur un territoire homogène – Cursente). L’hétérogénéité des sources entraîne une synthèse de l’approche (Catafau, Schneider, Laffont). Dans tous les cas, les espaces considérés sont cohérents, mais à échelle variable : on passe de l’échelle de la communauté à des territoires plus vastes.

9Enfin, il faut tenir compte de l’échelle temporelle. Soit on définit les contours et les significations des territoires à un moment donné (analyse synchronique), soit on présente en diachronie les éléments et les mouvances des territoires dans un tableau synthétique. Cette variation engendre une vision comparée, l’observation d’un système spatial cohérent décrit à plusieurs moments. La description du dictionnaire territorial débouche sur une vision dynamique, diachronique, de l’espace et de sa structuration par les détenteurs des pouvoirs, mais aussi par l’ensemble des forces sociales qui l’investissent.

10Quelques contributions posent à ce propos des questions annexes stimulantes. L. Schneider aborde la confrontation des sources écrites à l’enquête archéologique : l’observation des realia – formes de l’habitat, polarités exercées par les castra – permet d’appréhender leur représentation dans les sources et de distinguer les critères constitutifs du territoire chez les scribes. Chez A. Catafau et P.-Y. Laffont, l’enquête porte sur la comparaison des données écrites, des éléments fournis par le terrain, et de l’analyse spatiale. Retenons ici que par ce biais, l’on peut déterminer les composants d’un territoire. Certains centres mineurs focalisent la cristallisation territoriale. La remarque pousse à s’interroger non pas en marge du propos, mais de façon centrale, sur l’identité des commanditaires, des auteurs juridiques des actes, dans la mesure où ce facteur détermine la conception de l’espace, sa dénomination, et donc le territoire.

Lignes de force : les temps des territoires, des territoires immanents aux territoires vécus

11Plusieurs axes se dessinent, relatifs à la chronologie sémantique et l’étude des relations entre différentes structures. La dimension temporelle du vocabulaire induit une série de questions et diverses interprétations.

12L’ensemble des contributions témoigne d’un basculement terminologique au cours du xie siècle. L. Schneider place la mutation du vocabulaire dans les cartulaires monastiques languedociens à la mi-xie siècle. Jusque-là, le référentiel est l’aire d’influence d’une cité (pagus, comitatus, civitas) ; le territoire connu de tous les acteurs est défini par un pouvoir public, l’usage de ces termes a été stable depuis la fin de l’Antiquité. Après vingt ans de flottement sémantique, ce processus de localisation des biens (souvent des alleux), conforme à la tradition du haut Moyen Âge, est abandonné au profit de nouvelles références spatiales, à une échelle locale, privilégiant le lieu d’habitat, la paroisse ou la seigneurie châtelaine. Le Vivarais présente des évolutions similaires. « Viguerie », fréquente au xe siècle, décline vers 1040 et disparaît après 1062. Le terme de « mandement » émerge alors, précisant le ressort du châtelain, l’extension du ban avec parfois adjonction de droits fonciers. À la mi-xiiie siècle, les ressorts territoriaux et juridictionnels sont attachés au château et répondent à une délimitation précise du terrain. Districtio, tenementum, jurisdictio, territorium mettent en évidence les prérogatives du seigneur. En Roussillon, le basculement, toujours mi-xie siècle, se définit par un changement de référent : des limites territoriales imprécises désignaient auparavant un droit d’usage sur l’incultum, puis l’emploi de l’expression terminium castri renvoie à la réalité castrale et seigneuriale. Un second facteur de fixation territoriale – nouveau référent – apparaît, l’usage des communautés ; le territoire n’est plus déterminé par la seule autorité publique. M. Mousnier remarque que des limites territoriales précises (révélées par l’emploi de terminium) apparaissent selon un rythme différent (courant xiie siècle) dans le contexte des communautés d’habitants, alors que la désignation du patrimoine seigneurial reste floue.

13L’espace semble désigné par le pouvoir qui l’organise et le domine, au point que la disparition de « pagus » est paradigmatique de l’évolution des pouvoirs. On peut définir de nouveaux critères de formation territoriale, liés à la territorialisation du pouvoir seigneurial grâce à l’apparition d’une nouvelle terminologie. Outre le changement d’échelle (passage de pagus à territorium castri), on note des mentions de mesure et de bornage de la terre : le territoire se situe dans un contexte patrimonial. Ainsi, à l’orée du xiie siècle, comme en témoignent les localisations de biens focalisées sur l’espace d’usage environnant, le territoire est déterminé par la structure des patrimoines seigneuriaux, et parallèlement par les structures de l’habitat. La documentation du xiiie siècle souligne l’adéquation du territoire d’usage à la circonscription juridique, du finage aux limites spatiales de la seigneurie – territorium castri.

14Ce survol chronologique met en exergue divers éléments : le territoire se conforme à la combinaison variable de structures variées et mouvantes. À la croisée de déterminations physiques (relief, mesure, bornage, extension) et de caractéristiques éminemment anthropiques – juridiques, patrimoniales ou sociales –, le territoire est une réalité complexe que la variété terminologique ne peut traduire de façon totalement idoine. Malgré ce relatif constat d’aporie, on retiendra quelques points de convergence.

15Dans bien des cas, la précaution d’analyser des sources cohérentes et homogènes a été prise (Mousnier), mais des approches multiscalaires sont nécessaires : le territoire, en tant qu’espace juridique, est « élastique », rétractile et extensible à l’aune des mouvements de pouvoir et de leurs changements d’échelle d’application. Les enquêtes diachroniques (Laffont, Schneider, Catafau, Cursente, Mousnier) soulignent ces variations d’échelle, corrélatives à l’émergence de pouvoirs tantôt plus resserrés, tantôt plus vastes. L’approche multiscalaire permet aussi d’embrasser au même moment des territoires de taille variable en fonction de leur nature, et de leurs rapports (emboîtement, superpositions, empiétements, concurrences). Cette complexité des échelles met en évidence la forte interdépendance de ces divers ensembles : c’est un système global que l’on examine.

16Premier trait frappant : le changement d’échelle que traduit l’évolution terminologique semble constant. La désignation des territoires se fait d’abord dans un contexte carolingien, ou subit l’influence des modèles carolingiens ; on note alors des espaces intermédiaires, tels la viguerie (vicaria) pour localiser les biens plus précisément dans le pagus. Au xie siècle, le territoire, défini par la soumission au ban, se resserre autour du castrum ; les espaces intermédiaires n’ont plus lieu d’être. Dans le Vivarais, l’emploi successif de pagus et comitatus, puis de mandamentum et territorium castri exprime ce phénomène. En Catalogne, la structuration par comtés est prégnante et répond à l’histoire de la Marca Hispanica depuis la mainmise carolingienne sur l’espace pyrénéen. Si ces comtés sont cohérents géographiquement, on n’observe pas dans un premier temps d’identification de l’espace au pouvoir. La localisation des biens se réfère souvent à des éléments récurrents de la topographie, dotés d’un toponyme pérenne (les vallées). La référence à la structure intermédiaire de la vicomté est essentiellement politique et juridictionnelle. On désigne plus le pouvoir du vicomte qu’un espace doté de caractéristiques géographiques. L’emploi de pagus pose quelques problèmes : il reflète une influence directe de la chancellerie carolingienne. Il s’agit souvent d’un emploi exogène ou emphatique. Si comitatus perdure jusqu’au xie siècle, la disparition de la vicomté ou du pagus témoigne de la réduction des territoires de référence à l’échelle du territorium castri. Enfin, dans le Languedoc, le comté désigne la circonscription de base, d’origine gothique. Associé à pagus et territorium, il forme le socle sémantique de base des désignations spatiales et territoriales de l’époque carolingienne. L’unité territoriale intermédiaire est la villa. Le système de référence au castrum et à son suburbium se substitue à ce triptyque au cours du xie siècle.

17Hormis ces cas, la référence de type carolingien se fait dans un contexte culturel très précis. Le recours à certains termes (vicaria, comitatus ou pagus) renvoie à un contexte où scribes et notaires emploient volontairement des tournures perçues comme archaïsantes (Mousnier), savantes (Schneider) ou emphatiques (Catafau). On recoupe là la question de la perception savante ou vernaculaire de l’espace, puis à celle de l’espace immanent ou vécu. La culture juridique et notariale joue ici un rôle important.

18Le changement d’échelle est très net, mais aussi celui du système de référence : de vastes espaces, mal déterminés (limites floues, pas de bornage), répondant à une autorité (comtale) le plus souvent exogène plaquée sur une réalité géographique particulière, correspondant à un découpage surplombant, bref, d’espaces « immanents » on passe à des espaces « vécus », entités plus réduites, où patrimoine et pouvoir sont en adéquation, où les limites sont plus claires et perceptibles pour l’ensemble des habitants du lieu. On peut peut-être trouver là un écho à la structuration de l’espace dans le monde romain, découpé en territoires amples, ceux des cités, territoires de prélèvement fiscal et de juridiction. Le découpage en centuries pour le lotissement des terres et le prélèvement de l’impôt foncier leur est souvent associé. Cette structuration répond à une démarche technique, à une vision de l’espace en plan, d’une position surplombante, pour procéder à un découpage géométrique et régulier. On lui fait correspondre un État dominant, susceptible d’imposer un découpage planifié de l’espace et du territoire.

19Un basculement d’échelle a lieu par la suite selon un mouvement inverse – élargissement de perspective – aux xiiie et xive siècles. Dans le Midi, la réapparition d’ensembles territoriaux vastes, et de termes comme « frontiera », témoigne de la formation d’entités politiques dont l’échelle dépasse le cadre local voire régional. La genèse des états coïncide avec le conflit entre Capétiens et Angleterre ; l’émergence de nouvelles déterminations territoriales semble un « effet collatéral » de cette grande évolution. Ce sont encore des structures politiques exogènes, tout du moins plus vastes et englobantes, qui plaquent sur le maillage territorial local une autre matrice.

Lignes de partage : culture et perceptions du territoire

20Puisque la chronologie est sensiblement la même dans tous les espaces considérés, et que l’évolution des termes employés reflète la transformation des territoires, d’abord vastes entités surimposées à des espaces sans adéquation à leurs structures puis unités plus restreintes en symbiose avec les formes sociales et les groupes qui les habitent, on peut se poser la question de l’existence de territoires organisés et perçus de façon radicalement ou relativement différente selon que le détenteur du pouvoir est ecclésiastique ou laïque. Les auteurs évoquent ici plusieurs cas. Dans le Languedoc, les abbayes sont un facteur important de polarisation : elles freinent les initiatives laïques d’organisation de l’espace rural autour des castra. Psalmodi, Aniane et Gellone contrarient l’incastellamento languedocien. La structure des patrimoines monastiques empêche la cristallisation castrale.

21Quant à l’episcopatus, il est souvent concurrent du comitatus pour localiser des biens (Schneider), associé à l’unité intermédiaire de la parrochia. En Vivarais, le diocèse se substitue au comitatus comme référent, à la seconde moitié du xie siècle. P.-Y. Laffont voit là un effet de la réforme grégorienne et de la volonté de l’Église de renforcer et revendiquer sa propre organisation. Pourtant, cela n’implique pas de modification d’ampleur ou de redécoupage spécifique de l’espace : on observe une stricte superposition entre les diocèses et les limites des comtés antécédents. Différence de nom, non de substance ?… En Gascogne, le diocèse est le référent privilégié des seigneuries ecclésiastiques au xiie siècle. Au même moment, les références au comitatus sont rares même si le pouvoir comtal est bien présent. Ici, il n’y a pas de superposition ni d’adéquation entre les deux espaces. Tout laisse à penser que l’emploi différencié de episcopatus et comitatus est pertinent et trahit une structuration et/ou une perception spécifiques de l’espace ecclésiastique. À l’échelon intermédiaire ou subalterne, l’emploi de vicaria et de parocchia répond au même fonctionnement : l’emploi de vicaria semble archaïsant et ecclésiastique (Mousnier) ; bien entendu, le découpage et la perception selon le référent paroissial est très nettement teinté de culture ecclésiastique. L’hypothèse d’une culture ecclésiastique spécifique de l’espace et du territoire se défend. Ici, la dénomination vaut revendication, dans un contexte de distinction des pouvoirs.

22On ne peut distinguer ici la substance de la perception de ces territoires ecclésiastiques. Outre la question d’une culture de l’espace spécifique au milieu ecclésiastique, transparaissant dans le clivage culture savante/culture de l’espace vécu, on peut se poser celle d’une culture particulière des agents du pouvoir laïc, technique et politique. Ce trait émerge dans les enquêtes comtales provençales. Les sources reflètent les procédures de fixation territoriale et donc sémantique : le degré de précision du vocabulaire varie selon le type de source, selon le type d’opération enregistrée et par conséquent selon le rapport spécifique à l’espace engendré (Verdon). Ainsi, les questionnaires soumis aux témoins sont adaptés au vocabulaire qu’ils emploient (villa plutôt que castrum) et procèdent à une distinction entre site habité (villa) et territoire (territorium). Les agents, au fait des subtiles distinctions du vocabulaire féodal, témoignent ainsi d’une double culture, une culture pratique, adaptée à la perception la plus courante et une culture juridique, en cours de perfectionnement aux xiie et xiiie siècles grâce au développement des études de droit. Se manifeste ici une culture savante du droit, et non plus ecclésiastique, peut-être plus pragmatique dans son souci d’adaptation. Cette double culture permet aux spécialistes d’induire des réponses favorables à leur démarche et d’introduire des distorsions grâce à un vocabulaire technique et subtil utilisé à bon escient.

23Il serait illusoire d’établir une équation stricte où à la culture savante répondrait une conception immanente et englobante du territoire, surimposée aux réalités concrètes du terrain. Les formules des notaires évoquées par M. Mousnier obéissent à ce double processus de précision juridique et d’adaptation à la morphologie du terrain : les énumérations (que l’on retrouve dans les terriers roussillonnais et bien des sources analysées ici) permettent de circonscrire les contours juridiques des territoires et reproduisent aussi probablement la procédure physique de leur fixation. Il est difficile de trancher : ces différences de perception et d’expression de l’espace sont-elles une affaire de culture, ou de structure ? Plus que sur un clivage réel (sauf pour les cas mentionnés plus haut d’espaces très nettement différenciés et polarisés par des entités de nature distincte), il convient donc de se pencher sur les formes de la perception et sur les appartenances qu’elles dénotent.

Lignes de convergence : perception, appartenances et mémoire du territoire

24Les différentes expression des territoires s’articulent sur un consensus : les procédures d’enregistrement se font selon une norme précise que traduit la typologie documentaire, chartes, actes notariaux ou documents établis dans les chancelleries (celles des Comtes de Provence ou des rois de Majorque) ; le territoire est compris, envisagé dans son intégralité, exprimé de façon intelligible et agréé par tous. Ce consensus est nécessaire pour parvenir aux fins premières des actes, reflets de négociations ou de tensions entre deux autorités ou deux groupes en compétition (le seigneur et la communauté par exemple). Il repose sur une convergence des points de vue et de la perception, engendrée par le fait que le territoire est un espace vécu sensiblement de la même façon par l’ensemble des parties.

  • 9 Cf. Terriers du Roi de Majorque, édition à paraître, par A. Catafau, L. Verdon et R. Tréton.

25Qu’il s’agisse de l’espace individuel (approprié) ou d’un groupe (Mousnier, Verdon), il est le plus souvent disputé ou convoité mais toujours proche. Il s’agit d’un espace vécu et perçu selon un mode familier et vernaculaire. La langue de la documentation trahit cette dimension : si les expressions théoriques du territoire se font en latin, selon des vocables maîtrisés et contrôlés par les scribes, on voit émerger régulièrement la langue vernaculaire, plus forte que l’expression savante. Le glissement de territorium à terrador (Mousnier) éclaire fort bien cet aspect, présent dans d’autres études (Catafau, Cursente). En Roussillon, ce trait n’est pas directement mentionné, mais cela est dû au fait que la documentation reflète au plus près la procédure : le questionnaire et la procédure de credit/non credit confèrent à l’expression une certaine sécheresse et oblitèrent tout le sel de l’expression vernaculaire. Par ailleurs, l’examen des terriers roussillonnais a montré que les notaires traduisent en partie les toponymes que les témoins citent comme repères spatiaux9. N’apparaissent alors dans la documentation que des îlots vernaculaires, irréductibles à toute traduction. Nous recoupons ici le thème de la culture savante.

  • 10 O. Redon, L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois (xiiie-xive siècles), Rome, 1994 (CEFR 2 (...)

26L’aspect linguistique montre que le territoire, dans la majorité des cas, est un espace parcouru, d’ « usage quotidien » (Verdon), dont les moindres contours et particularités sont intimement connus des témoins. Plus encore, il s’agit de l’espace commun, assimilé par tous selon les mêmes modalités. Le territoire est alors entendu comme l’espace de la communauté (Mousnier), mémorisé, vu et délimité, bref connu par chacun, car parcouru. Il est espace intime et corporel, tant la dimension physiologique de la marche (ou de la chevauchée) préside à son établissement (Catafau). Les formes de prise de possession, lors de monstrées, ne font qu’exacerber sa dimension corporelle. La prise de possession montre le territoire, en fixe le corps physique ; il importe pour les acteurs de se faire voir. De même, dans les rites de parcours plus familiaux, le père transmet au fils la mémoire patrimoniale en désignant les bornes et repères qui délimitent les terres et territoires. Une communauté peut également procéder aux mêmes rituels (Verdon)10. La mémoire intime rejoint la mémoire collective (ménagée et entretenue par la procession), et la dimension affective n’est pas étrangère à la fixation du territoire, concrètement et dans la mémoire. La documentation reflète, dans les séries descriptives, le rythme si caractéristique de la marche, en ménageant des formules redondantes, binaires ou ternaires, proches de l’incantation ou du refrain inlassablement répété, reproduisant le souffle du marcheur : il ne s’agit pas seulement d’un vocabulaire descriptif composé de substantifs et d’adjectifs, mais d’une véritable narration, introduite par des séries de verbes décrivant la prise de possession.

27Le territoire apparaît également comme délimité ; en fait, bien des documents règlent les conflits de compétence en procédant justement à la délimitation et au bornage de l’espace. Dans la plupart de ces procédures, on observe une adéquation du territoire à sa délimitation (Mousnier, Cursente, Verdon). Délimitation et bornage contribuent ainsi à tracer matériellement l’espace intérieur, le corps du territoire. En la matière, le vocabulaire des limites et des bornes est extrêmement riche et omniprésent, au point que l’on assimile le territoire à ses limites (terminium castri, confines). Dans quelques cas, on observe de véritables opérations d’arpentage (Catafau). Les formules sont riches de la distinction fondamentale entre intérieur et extérieur, révélatrice d’un fonctionnement en monde clos (« autistique », Cursente). Le territoire, alors, peut être assimilé à un corps humain. Peut-on rapprocher cette projection anthropique du territoire des représentations anthropomorphes du corps politique à la même époque ? Confrontationes, symboliquement, pourrait renvoyer au contexte agonis-tique de la délimitation d’un territoire consécutive à un conflit. À ce propos, le vocabulaire de la frontière apparaît pour des espaces plus vastes (Mousnier), dans le cadre de la confrontation de vastes entités politiques.

28En contrepoint, rares sont les cas où les territoires sont bordés non par un système linéaire, mais par des « zones tampons ». L. Verdon évoque des délimitations matérialisées par une bande de bois. On peut les rapprocher des quelques cas où la distinction s’articule autour du saltus et de l’ager, dans un contexte de défrichements. Ces espaces flous, évoqués également par L. Schneider et P.-Y. Laffont, renvoient à des périodes hautes. Le gradient temporel est ici déterminant. Plus on avance dans le temps, moins les zones indistinctes persistent. La prise de possession de l’espace implique inéluctablement sa précision et sa délimitation linéaire. Plus de fronts de défrichement, mais une nécessaire confrontation d’espaces « pleins » et bornés, appropriés.

29La désignation et la fixation des territoires s’appuie sur des procédures techniques précises de marquage de l’espace reposant sur le savoir-faire de spécialistes (notaires, arpenteurs), sur la mémoire collective et individuelle, attachée à des mécanismes parfois très intimes, et empreinte de ritualisme. On peut également évoquer une « mémoire sociale », conservant les principaux événements patrimoniaux, sociaux et politiques des communautés d’un territoire, et déterminant l’identification des individus à un territoire, bref, un sentiment d’appartenance. Plusieurs indices nous placent sur la voie. Le premier est la mémoire des opérations patrimoniales et matrimoniales présidant à l’émergence des territoria castri. Les événements familiaux rejaillissent sur la mémoire des territoires déterminés en partie par des marqueurs sociaux, plus que géométriques (Verdon). En Languedoc, Aumelas est emblématique de l’intégration de l’histoire du lignage dans la mémoire collective. Il faut souligner ici le lien consubstantiel entre la famille noble, sa propriété et le pouvoir, et par là le territoire. Le concept de « topolignées » souligne l’interdépendance entre ces deux éléments. L’évolution de l’honor, de la période carolingienne aux âges postérieurs induit l’intégration par tous les habitants de la dimension familiale et patrimoniale dans la mémoire de l’espace et du territoire. L’espace de juridiction devient un espace approprié (Cursente, Verdon, Schneider). Les autres indices procèdent finalement du même mécanisme : lorsque le pouvoir seigneurial se transforme, ou lorsque l’équilibre des forces se modifie, l’émergence de nouveaux territoires repose également sur une mémoire sociale. Ainsi, lors de la mise en place des consulats, la mémoire des témoins est requise (Verdon). De même, la violence seigneuriale est un marqueur de la mémoire collective et sert de repère.

30La mémoire du territoire s’inscrit donc dans une mémoire individuelle et collective. L’appartenance, symbolique, à un pouvoir (et la dépendance) se transcrit dans l’espace. Des expressions telles que « les hommes du serment de… » en sont significatives (Mousnier). De ce fait, les énumérations que l’on a longtemps crues redondantes, ne sont pas synonymiques : elles permettent de recenser toutes les facettes du pouvoir, décrivent son inscription spatiale et fixent la mémoire collective. Le vocabulaire désignant le territoire, varié et précis, permet de distinguer des statuts juridiques sur un même espace (Verdon, Laffont, Schneider). Par cette litanie se transmet la mémoire de l’espace seigneurial et communautaire. Soulignons d’ailleurs que, parce que la perception de l’espace et du territoire se fait à l’échelle des communautés, il y a superposition des espaces agricole et politique : la société médiévale repose sur ce mélange intime. Les enquêtes provençales, à la fois administratives et domaniales témoignent de cette interdépendance.

31Enfin, la finalité concrète de certains découpages joue un rôle, puisque l’identification des territoires permet la perception des redevances et l’exercice de la justice. C’est le cas des paroisses pour la dîme (Mousnier), des espaces d’exercice et d’application de la justice et surtout des espaces de prélèvement, définis par les enquêtes domaniales. Le territoire répond à cet impératif majeur. Il a pour conséquence des temporalités particulières, celle de la perception de la taxe, celle de la réunion de la cour de justice, moments sociaux réitérés et réguliers, marqueurs. La dimension matérielle est souvent l’origine de conflits, et leur régulation débouche inversement sur la précision grandissante des limites territoriales. L’exploitation économique, y compris pour les espaces de pâturage (Mousnier, Verdon), est un enjeu majeur de définition des territoires.

Conclusion : pratiques et modèles

32S’interroger sur les territoires dans les sources médiévales implique prudence et circonspection, car l’exercice revient à examiner l’essence et la structure des territoires, mais aussi la perception des hommes. À la panoplie des termes employés s’ajoute l’éventail des significations pour un même mot, comme la contribution sur le dex va l’aborder ensuite. Cela obligeait à recourir à des méthodes variées, de l’analyse linguistique à une lecture plus globale des dynamiques sociales et spatiales qui président à l’émergence des territoires médiévaux. La réponse emprunte à la fois aux modèles géographiques et à une approche plus littéraire. Il faut donc finalement évoquer les schémas d’analyse de l’historien. La fréquence de l’usage de modèles géographiques est évidente, et en partie induite par le questionnement et la grille préalable proposée en introduction.

33Toutefois, l’ensemble des contributions révèle un autre continent, celui de la mémoire collective et d’un rapport corporel, charnel, à l’espace. Le vocabulaire est adapté aux réalités concrètes mais les formules et l’agencement des textes trahissent bien plus, des rituels sociaux, des rythmes, des procédures, un cheminement, une construction du territoire dans et par la mémoire. Le territoire, corps social, ne peut donc exister sans le verbe qui l’exprime et le conforme. Il devient, à la fin du Moyen Âge, une catégorie a priori de la perception de l’espace.

Notes

1 J.-M. Martin, « Perception et description du paysage rural dans les actes notériés sud-italiens (ixe-xiie siècles) », dans A. Bazzana (éd.), Castrum V. Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Age, Madrid-Rome-Murcie, 1999, coll EFR 105, coll. Casa de Velasquez 55, p. 113-127 ; M. Bourin, « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Bas-Languedoc aux xe et xie siècles », dans E. Mornet (éd.), Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à R. Fossier, Paris, 1995, p. 73-85 ; L. Feller, « Décrire la terre en Italie centrale au haut Moyen Âge », dans L. Feller, P. Mane, F. Piponnier (éd.), Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, PU Sorbonne, 1998, p. 491-507. Je dédie ce texte à la mémoire de ma mère qui par la marche a su me faire découvrir les territoires intimes familiaux.

2 G. Brunel, O. Guyotjeannin, J.-M. Moriceau (dir.), Terriers et plans-terriers du xiiie au xviiie siècle, Actes du colloque de Paris, 1998 (Bibliothèque d’histoire rurale, 5), Paris, 2002, avec une bibliographie notable.

3 C. Wickham, « Frontiere di villaggio in Toscana nel xii secolo », dans J.-M. Poisson (éd.), Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, (Castrum, 4), Rome-Madrid, 1992, p. 239-252.

4 J. Scheibling, Qu’est-ce que la géographie ?, Paris, 1993.

5 Journée d’étude du 9 mars 2001, « Le vocabulaire du territoire politique dans les sources médiévales méridionales. Catalogne, Languedoc, Provence et Italie du ixe au xive siècle », Aix-en-Provence, UMR TELEMME, LAMM, FRAMESPA.

6 Cf. infra, « Les temps des territoires ». À l’époque carolingienne, on peut penser que le territoire, défini comme espace de compétence du détenteur de l’autorité publique (comte ou missus) ne correspond pas à son patrimoine, et que dans un premier temps, il n’y a pas de confusion entre l’honneur et le patrimoine privé. De ce point de vue, le xie siècle peut fonctionner comme période de basculement sémantique, dans la mesure où l’on observe un rapprochement de l’échelle territoriale et de l’échelle patrimoniale, corrélatif à la transformation de la nature et de l’échelle d’exercice des pouvoirs.

7 Le cadastre français revêt toujours ces deux caractéristiques. Cf. A. Maurin, Le cadastre en France : histoire et rénovation, Paris, 1992.

8 Les articles cités note 1 (Bourin, « Délimitation… », et Martin, « Perception… ») insistent sur cette dimension. L. Lagazzi franchit un pas supplémentaire en distinguant deux types de vision ou de projection dans l’espace, à propos de la structuration des paysages en Italie pendant le haut Moyen Âge, qu’il considère en partie comme irréductibles ou antagonistes : une vision romaine, planifiante, et une vision lombarde, centrée. Discussion dans A. Mailloux, « Perception de l’espace chez les notaires de Lucques », MEFRM, n° 109, 1997.

9 Cf. Terriers du Roi de Majorque, édition à paraître, par A. Catafau, L. Verdon et R. Tréton.

10 O. Redon, L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois (xiiie-xive siècles), Rome, 1994 (CEFR 200), pour un cas italien.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540