Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Deuxième partie. Le territoire décrit : lexicographie du territoire

Autour de Lézat : emboîtements, cospatialités, territoires (milieu xe-milieu xiiie siècle)

Benoît Cursente

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 P. Ourliac et A.-M. Magnou, Cartulaire de l’abbaye de Lézat, Paris, CTHS, 1984-1987, 2 vol.
  • 2 Nombre réduit à 1 411 actes en ne prenant pas en compte les doublons.

1Le cartulaire de Lézat, récemment publié1, constitue un des rares fonds documentaires qui permette une analyse des transformations intervenues dans l’organisation et dans la perception de l’espace agraire de la France du Sud-Ouest durant les siècles centraux du Moyen Âge. Les 1744 actes2 de cette abbaye située à une trentaine de kilomètres au sud de Toulouse, classés par dossiers géographiques, couvrent en effet d’une façon exceptionnellement continue la période qui s’étend du milieu du xe au milieu du xiiie siècle.

2L’exploitation complète de ce magnifique corpus reste à réaliser : les logiciels de traitements de données rendent sans nul doute aujourd’hui réalisable un tel projet, mais à la condition de surmonter les redoutables difficultés de lemmatisation liées à l’ambiguïté des formulations, et à la permanente variation simultanée des champs sémantiques et des graphies. Nous avons manqué de temps – et sans doute aussi de compétence informatique – pour résoudre ces problèmes. Ce que nous proposons est un défrichement exploratoire général, plus particulièrement appuyé sur un travail d’analyse lexicale systématique réalisé sur environ un tiers du document (soit précisément les 532 premiers actes).

Cauter : un double questionnement et beaucoup de questions

  • 3 Article « Localisation » dans Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, J. Levy e (...)
  • 4 À titre d’exemple, dans l’acte n° 488 il est fait mention des confronts d’un casal et d’une vigne (...)

3Nous avons opté pour une analyse lexicale dynamique, c’est-à-dire conçue en fonction de notre questionnement d’historien. Le questionnement retenu est double : de quelle manière les hommes de ce temps localisaient-ils les biens qui constituaient l’enjeu des différentes transactions ? Dans quelle mesure et de quelle manière percevaient-ils et consignaient-ils la consistance spatiale de ces biens ? Toutefois, les géographes nous en avertissent : localiser c’est tout à la fois situer et circonscrire en fonction des besoins d’une société donnée3. La ventilation des informations entre ces deux volets constitue donc une première difficulté. Il y en a eu bien d’autres. Il a fallu choisir entre la lettre et l’esprit, l’explicite et l’implicite. En effet, il est des cas où l’absence de telle ou telle précision est liée au choix du scripteur de ne pas recopier un élément du texte développé dans une pièce antérieure ; nous avons restitué ces données chaque fois qu’il nous a paru légitime de le faire4. Autrement plus fréquent est le problème posé par les actes comportant des éléments de dispositif multiples sous un chapeau commun. Ainsi, par exemple, il est fréquent que le premier des biens énumérés se trouve placé sous le formulaire « In pago tholosano, in ministerio Potamienense, in villa de N », et que tous les suivants soient simplement introduits par « in alio loco ». On est tenté de considérer que le formulaire initial vaut pour chacun des éléments énumérés (parfois plus d’une dizaine), mais il est aussi des cas où le donateur a des éléments de patrimoine fort éloignés du noyau principal alors même que l’onomastique ne permet d’identifier qu’une part réduite des biens énumérés (voir carte de localisation).

4Les différents et multiples problèmes de dépouillement se superposent à une question qui touche davantage le fond de notre démarche. Quelle est la réalité que l’on peut espérer mettre au jour ? L’espace décrit et transcrit par les scribes est celui d’une seigneurie monastique à l’occasion d’actes de gestion divers : achats, échanges, déguerpissements, contrats agraires, inféodations, mises à ferme d’offices, procédures judiciaires… La totalité des actes n’implique pas une mise en espace ; par conséquent nous avons écarté les pièces de « non-lieu » des comptages – symétriquement aux actes non datés qui ne permettent pas une mise en diachronie. Au total, le cartulaire propose une vision intensément spatialisée de la société concernée. Les entités mises en jeu sont, il est vrai, disparates et – autre difficulté d’importance – relèvent d’échelles différentes : unités foncières de production (parcelles de terre, condamines, vignes, jardins…), unités de rapport ou de production non foncières (église, maison, moulin, portion de voie, portion de fleuve…) ; unités de production, de prélèvement et de services (casales) ; unités de production et de prélèvement (tenencias) ; unités de prélèvement (decimarium) ; unités juridiques d’appropriation (honores, alodes).

5Dans quelle mesure la richesse même de ce document n’est-elle pas un piège, en incitant les historiens à proposer une restitution de l’espace qui ne serait que la vision pour le moins partiale qu’en ont la poignée de moines qui peuplent l’abbaye de Lézat ? Deux remarques permettent d’écarter cette objection, du moins dans la formulation radicale que nous lui avons donnée. La première est que, pour les actes les plus anciens, l’abbaye a récupéré des pièces de transactions effectuées entre des laïques antérieurement à l’acquisition de tel ou tel bien. Le cartulaire comporte ainsi plusieurs séquences où se succèdent actes privés laïcs et actes de la communauté monastique, sans nulle différence perceptible dans le formulaire ou dans le lexique. L’image du paysage agraire de la période 950-1050 qui nous est transmise est de toute évidence celle du groupe social dominant dans son ensemble. Qu’en est-il pour la période la plus récente ? Si les actes décrivent essentiellement le fonctionnement de la seigneurie du point de vue des maîtres, il arrive que les assujettis émergent comme témoins et finalement comme acteurs de la territorialisation de l’espace. On prêtera donc une attention particulière à ces occurrences qui se font relativement abondantes dans les années 1245-1249.

6En tout état de cause, les données du cartulaire n’ouvrent pas tant sur la vision objective d’un paysage médiéval (telle que les archéo-morphologues s’efforcent de la restituer aujourd’hui), que sur un espace vu au prisme des préoccupations et des catégories culturelles d’une société donnée.

Expliciter : présentation de la grille de dépouillement

1 : Localisation

  • 5 Exemple, acte n° 207 (vers 960-970) : « Ego…Amelio Aganardo…cedo…ipsos alodes qui sunt in pago tho (...)

71a : par emboîtement5

  • 6 Exemple, acte n° 66 (1076) : « donamus honorem nostram que est in villa de Sancta Columba ». NB : (...)

81b : par inclusion6

  • 7 Exemple, acte n° 91 (1247) « tenuerunt in feudum honoratum…apud Albinhas, prope Valhs, predictas c (...)

91c : par rapport à un lieu de référence7

  • 8 Exemple, acte n° 524 (fin xe siècle) : « Dono…in alio loco ubi vocant Fuia duas perticas… » NB : n (...)

101d : comme lieu-dit8

  • 9 Exemple, acte n° 347 (1204) : « dederunt…jus… quod habebant…in decimario de Lusas, et in decimario (...)

111e : par son propre nom9

  • 10 Exemple, acte n° 267 (1085-1096) : « dono terciam partem de omni mea honore, de terris et vineis…c (...)

121f : absence d’éléments d’identification10

2 : Consistance spatiale

  • 11 Exemple, acte n° 502 (vers1010-1020) : « dono…in terminio de ista villa que dicitur a Monte….I. ca (...)

132a : espace mesuré11

  • 12 Exemple, acte n° 203 (début xie siècle) : « vendimus nos tibi uno casale cum vinea ubi dicitur Spa (...)

142b : espace déterminé par des confronts12

  • 13 Exemple, acte n° 172 (1246) : « quod territorium tenet a trauco de Crabarissas usque ad barrariam (...)

152c : espace circonscrit par des limites13

  • 14 Exemple, acte n° 220 (1er moitié du xie siècle) : « facimus donationem…hoc sunt terras cultas et i (...)

162d : référence à une consistance spatiale connue (mais non spécifiée)14

172e : aucune référence à une consistance spatiale

18Pour la ventilation diachronique des données, le choix des tranches chronologiques était délicat. Le fait que le xe siècle se réduisait aux soixante dernières années et le xiiie siècle aux cinquante premières poussait à l’adoption de tranches uniformes d’un demi-siècle. Mais c’était exagérément affaiblir la base statistique, notamment pour le xiie siècle, qui comporte relativement peu d’actes, dont plusieurs sont datés de façon très floue. Nous avons donc opté pour des tranches d’inégale durée : 940-1000 ; xie siècle, xiie siècle, 1201-1249, qui ont livré des stocks de données finalement assez homogènes.

Per seculos : premier parcours diachronique

19Les données chiffrées prennent en compte les différents choix qui ont été effectués. On a procédé à l’élimination d’un certain nombre d’actes (non datés, dépourvus d’enjeu spatial) ; on a pris en compte des déterminations multiples pour un seul bien (par exemple quand on donne ses confronts et qu’on mesure la dimension de ses côtés, on le trouvera compté deux fois, en 2a et 2b) ; on a à l’inverse gommé les données qui se trouvaient intégrées dans le concept d’emboîtement. Enfin, on a transformé les données brutes en pourcentages par tranche chronologique.

Types de localisations

Types de localisations

Types de consistances

Types de consistances

20L’examen des données chiffrées révèle une histoire en trois temps que séparent deux paliers de rupture.

  • 15 Et majoritairement situées le long d’une voie publique (via, strata publica).
  • 16 On peut transposer telles quelles les analyses faites par Monique Bourin pour le Languedoc, « Déli (...)
  • 17 Le nombre de données semble insuffisant pour s’aventurer à proposer une restitution de l’évolution (...)

21Le xe et le xie siècles sont doublement et fortement caractérisés par : a) la référence à un cadre territorial englobant constitué par l’emboîtement des circonscriptions carolingiennes (le pagus, le ministerium, et de façon moins systématique la villa) ; b) la référence majoritaire à des entités agraires clairement appropriées, affrontées, mesurées15. À la charnière des XIe et xiie siècles se produit un premier palier de rupture16. La référence aux cadres carolingiens s’effondre, ainsi que, simultanément, la référence à un ordre agraire que le cartulaire permet d’imaginer comme une marqueterie de petites parcelles culturales17, détenues par une classe relativement homogène d’alleutiers.

  • 18 Cf. la longue séquence d’acquisitions ou baux à fiefs de pièces de vigne, réalisés au xiie siècle, (...)

22Le cadre spatial du xiie siècle est particulièrement difficile à caractériser si l’on se refuse à le considérer, de façon abusivement téléologique, comme un moment de transition. Tandis que la majorité des ministeria carolingiens tombe dans un oubli définitif, la gestion de la seigneurie repose sur une bonne connaissance des différents « lieux » de la contrée. Ces lieux, identifiés par leur seul nom propre, sont autant d’entités où se développent des formes de vie sociale d’intensité et de nature très diverses. Toutes ces entités, plus ou moins territorialisées, existaient durant la période précédente. La villa, l’église, la paroisse, le casal, l’honneur, l’alleu, le terminium, on y reviendra, entretiennent des rapports d’interférence qui sont quasiment impossibles à débrouiller. Ce qui a changé, c’est la place qu’elles prennent dans une seigneurie qui recherche à asseoir sa domination sur les hommes en surplus du contrôle de ses biens-fonds. Si la possession de vignes dans la périphérie de la cité toulousaine apparaît comme un investissement rentable18, le casal, l’honneur, l’église et la dîme sont autant de structures permettant de bâtir une seigneurie à la fois laïque et ecclésiastique.

  • 19 Actes n° 289, 321-322, 344,383…
  • 20 Voir plus bas.

23La première moitié du xiiie siècle s’inscrit à certains égards en continuité et à d’autres en rupture avec le siècle antérieur. Le naufrage de la référence de style carolingien se confirme comme irréversible, de même que se confirme le fait qu’une multitude de simples lieux-dits sont devenus aux yeux des seigneurs des références spatiales considérables. Pourtant un nouveau processus de territorialisation et de hiérarchisation de l’espace s’est vigoureusement amorcé. Il se traduit, dans notre bilan chiffré, par le spectaculaire essor d’une référence à des entités territoriales délimitées par un périmètre soigneusement circonscrit (ligne 2c), à l’intérieur desquelles le seigneur entend exercer la plénitude du dominium. C’est dans cette perspective que le castrum, déjà connu mais faiblement présent jusqu’alors, fait une entrée en force dans les stratégies de domination de l’espace19, et aussi qu’émerge la bastide, forme de peuplement appelée dans cette région à un florissant destin20.

Cum auxiliis : le recours aux outils de la géographie

  • 21 Cf. le tableau brossé par P. Ourliac, Les pays de Garonne vers l’an mil. La société et le droit, T (...)

24Une fois consignées les principales évolutions intervenues dans la perception de l’espace sur une durée de trois siècles, il appert que, toutes périodes confondues, la réalité spatiale la plus couramment perçue est faite de la coexistence de différents modes. Ne retenir que ce qui change revient à mettre sous le boisseau toute l’épaisseur d’une géographie globalement vécue comme stable. L’historien se trouve confronté au problème de la complexité qui provient de la prégnance des faits de résilience et du télescopage des échelles et des temporalités. Il lui incombe dès lors d’emprunter des concepts nouveaux permettant de donner du sens à une collection de faits d’allure chaotique21. Quitte, pour ce faire, à transgresser les limites traditionnelles de sa discipline. Dans ce cas, s’il souhaite pousser plus loin la réflexion, le médiéviste se doit en premier lieu de faire un détour par les travaux des géographes qui, durant les dernières décennies, ont profondément renouvelé les grilles d’analyse de la dimension spatiale des activités humaines.

  • 22 Pour ne pas surcharger la bibliographie, nous renvoyons simplement au récent Dictionnaire de géogr (...)

25Nous proposons ici une amorce d’analyse s’efforçant de transposer très (trop ?) simplement aux réalités médiévales quelques concepts aujourd’hui usuels dans le discours des géographes. Notre document nous met en présence d’une situation manifeste d’interspatialité, et ce, sous les trois formes que peuvent revêtir les interactions entre espaces22 :

  • L’emboîtement (inclusion d’espaces les uns dans les autres). On a observé l’effondrement d’une représentation de l’espace par emboîtement héritée de la tradition carolingienne. Par la suite, n’ont cessé d’exister des formes d’enkystement de petites structures dans de plus vastes, selon un jeu d’échelles qui commence avec l’enclos ecclésial et la cellière23, tandis qu’émergent d’autres formes d’emboîtement, notamment à l’intérieur du castrum.
  • L’interface (contact entre deux espaces différenciés le long d’une limite). On assiste, au xiiie siècle, à une multiplication de périmètres de juridictions formellement délimités.
  • La cospatialité (juxtaposition de plusieurs espaces occupant de façon interactive la même étendue). La zone considérée se présente à travers les actes comme une sorte de « feuilleté » de formations socio-spatiales hétérogènes (villas, églises, dîmaires, casaux, honneurs, alleux). Toutes ces entités constituent, à leur façon, une amorce ou un aspect fragmentaire de ce que nous appelons communément « village »24.
  • 25 Acte n° 214 (1242).
  • 26 Acte n° 419 (1245) : cum omnibus membris suis.

26Outre ces concepts qui s’insèrent dans une conception topographique de l’espace comme territoire (celle du sens commun), les géographes développent aussi, on le sait, une puissante réflexion autour des réseaux, qui sont des espaces à métrique topologique. On ne pourra ici les suivre. Pourtant, il est incontestable que les moines ont précocement et explicitement décrit l’espace comme un ensemble de points discontinus reliés à un espace central par des flux réguliers d’hommes et de biens. Ce réseau correspond au système de drainage de la rente de l’abbaye. Les points du réseau sont des églises qui sont à un endroit qualifiées crûment de « sujettes »25. Mais une autre charte, quasi contemporaine, introduit la métaphore organique, autrement plus « correcte » pour décrire cette forme d’organisation spatiale, familière à l’institution ecclésiale26.

Profundior : nouveau parcours dans la complexité

  • 27 Acte n° 1108 (899 ou 902), fondation de l’église Saint-André de Mauressac.
  • 28 Acte n° 232.
  • 29 Avant 1028 il est question d’un terminium Sanciane qui est aussi le nom du locus où est fondée l’é (...)

27On aurait tort de se priver de la leçon des quelques cas d’école, qui émaillent le cartulaire. Ainsi l’acte rapportant la fondation à l’orée du xe siècle d’une église – sitôt érigée en paroisse – avec son cimetière nous met en présence d’un exemple type de genèse d’une cellule paroissiale27. Tout aussi « spectaculaire » – et par conséquent volontiers citée par les historiens – est la mise en place simultanée de l’église, de la paroisse et du village de Montsabaoth dans le dernier quart du xie siècle28. L’épaisseur, plus habituelle, de cette histoire commence à apparaître avec les dossiers montrant comment les éléments de cospatialité ont fusionné assez rapidement dans la structure paroissiale, après une phase de tâtonnements, ainsi à Saint-Michel de Sansas29. Tout porte à croire que ces exemples qui correspondent à une vigoureuse prise en main d’un site par de puissantes familles ou par l’abbé de Lézat en personne donnent à voir une situation d’exception.

  • 30 Si la fondation d’une église s’accompagne de sa dotation d’un decimarium, l’existence de très nomb (...)
  • 31 Jusque vers 1050, la villa apparaît comme le troisième échelon de l’emboîtement territorial de réf (...)
  • 32 B. Cursente, Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale, xie-xvesiècle, Toulouse, PUM, 1998. (...)
  • 33 Acte n° 186 ; nous partageons sur ce point l’opinion de Paul Ourliac, Les pays de Garonne, op. cit(...)
  • 34 H. Ménard, « Le réseau des églises dans l’ancien diocèse de Rieux. Les sanctuaires », dans La paro (...)
  • 35 Acte n° 218 (dernier quart xie siècle) : mutatio de l’église Saint-Christaud sur un nouvel emplace (...)
  • 36 Acte n° 259 (1232) : reconstruction d’une église dans le dîmaire de Saint-Julien si le nombre de f (...)

28La majorité des églises, fondées sur des alleux des grands propriétaires, constituent non pas des noyaux de cellules territoriales organiquement constituées, mais l’un des éléments d’un complexe dissocié (dîmaire30, villa31, alleu, honneur, casal). Toutes ces unités, y compris le casal dont la nature qui a longtemps intrigué les historiens a été récemment éclaircie32, apparaissent selon les cas comme des éléments englobants, englobés, ou en chevauchement. Sans doute faut-il se déshabituer à projeter sur ces termes le contenu sémantique qu’on leur prête usuellement. C’est ainsi que notre cartulaire confirme que dès le xe siècle, le casal, dispensateur du statut de voisin (vicinus) est la clé de voûte du système d’appropriation des vacants et qu’il constitue par là même un noyau créateur de liens communautaires33. Le processus de fusion ou du moins d’adéquation de ces éléments, quand il est parvenu à son terme, a pris beaucoup de temps et a correspondu à des situations très habituelles de mitage territorial et de fractionnement des droits qui ont pu durer longtemps. Alors même que l’église constitue le plus stable de ces éléments, une majorité de ces lieux de culte ont précocement disparu, souvent sans laisser de traces. Il est vrai que leur implantation dessine, à l’orée du xie siècle, un semis particulièrement serré34. Ces disparitions ont pu correspondre, quelques fois, à de simples transferts de site. Lorsqu’une église végète, ses maîtres ont pu initier une entreprise de relance en la rebâtissant en grande pompe sur un emplacement nouveau35. Par ailleurs, au-delà de la force de liens idéels entre les hommes et leur sanctuaire, qu’il ne faut pas surdimensionner, transparaît clairement une triviale conscience de seuils de viabilité et de profitabilité des églises rendant nécessaires certaines délocalisations ou restructurations36.

Carte 1 : Exemples de variations des désignations de l’habitat et du territoire

Carte 1 : Exemples de variations des désignations de l’habitat et du territoire
  • 37 Actes n° 1092 à 1105.

29On peut pour finir soupçonner que le cas de figure le plus commun a été une suite décalée de mobilités et de redéploiements. À titre d’illustration, voici le cas de Caujac. Au xe siècle il est fait donation d’un alleu du nom de Verzil avec une église Sainte-Julienne ; cet alleu jouxte une villa du nom de Caujac. À partir de 1244, la référence à l’entité territoriale primitive a disparu pour une raison inconnue et il est désormais question de l’église Sainte-Julienne de Caujac. Mais on apprend en outre que le castlare et villare de Caujac-Vieux où se trouve toujours l’église a vu essaimer une partie des habitants qui ont fondé à peu de distance Caujac Neuf, qualifié de castrum et villam, dépourvu de lieu de culte et de cimetière37.

  • 38 Pour les xe et xie siècles : actes n° 28 (in terminio vel in parrochia), 106 (altare…in parrochia) (...)
  • 39 Acte n° 500.
  • 40 Acte n° 495 : en 1131, il est simplement question, à propos d’une église, d’une assemblée où assis (...)
  • 41 Acte n° 1647 (1155).
  • 42 Ibid. : « parrochiani autem veteris ecclesie…qui causa securitatis infra parrochianales terminos e (...)
  • 43 Acte n° 764 (1168) : l’abbé de Lézat obtient la promesse de l’abbesse de Marens (proche de Lézat), (...)
  • 44 Actes n° 230, 1134 ; lorsqu’il est mentionné ultérieurement, le cementerium désigne habituellement (...)
  • 45 La chronologie suggérée par les actes de la pratique coïncide avec celle qui a été dégagée par Mic (...)

30Pareil dédoublement a inévitablement posé une question de structure paroissiale dont il n’est pas dit un mot ici. De façon plus générale, qu’en est-il de la paroisse dont l’histoire générale souligne le rôle décisif dans l’avènement d’un maillage territorial continu ? Le moins qu’on puisse dire est qu’un tel rôle n’apparaît pas ici clairement. On trouve, certes, précocement la paroisse comme un espace englobant38, mais existe-il dès avant le xiie siècle des « paroissiens » constituant une communauté territorialisée ? On peut en douter en voyant un des puissants de la région, vers le milieu du xie siècle, recommander à Dieu son âme ainsi que « la mia mainada, et mei parrochiani, homines et feminas et amici mei39 ». C’est hélas dans l’obscurité des textes que cette communauté s’est affirmée40. Elle émerge pour la première fois ici vers le milieu du xiie siècle à Muret, à l’occasion du transfert du centre paroissial de l’église Saint-Germier au nouveau castrum41. Est parfaitement mis au jour dans cette affaire l’écartèlement créé entre la communauté de vie qui émerge impérieusement à l’intérieur de l’enceinte collective et les pratiques communautaires qui avaient pris antérieurement racine dans l’espace de sécurité ménagé autour de l’église et du cimetière42. Dans quelle mesure cet exemplum est-il représentatif ? Le libre choix du lieu de sépulture apparaît ici comme une concession majeure au principe de territorialité, mais il est attesté qu’ailleurs les moines ont tenu à limiter la possibilité de cette faculté43. Il est reconnu que le cimetière a joué un rôle décisif dans la constitution des communautés rurales. Cinquante-deux actes du cartulaire font mention des cementeria ; dans une écrasante proportion de cas il s’agit des droits de sépulture afférents à une église, au même titre que les dîmes et les prémices. Or, presque toutes ces mentions de caractère tributaire peuplent les formulaires des xe et xie siècles pour se faire ensuite très rares44. Les documents de gestion seigneuriaux répercutent, à leur façon, le fait que la demeure des morts, devenue espace sacré collectif, constitue à partir du xiie siècle une affaire de nature différente que le restant des ecclesiastica45.

Reductio ad unum : les territoires nouveaux du xiiie siècle

  • 46 Actes n° 106, 265, 275, 285-289, 1048, 1547, 1648.
  • 47 Acte n° 919.

31Nous proposons de garder à l’esprit l’image d’un redéploiement permanent assez confus, limité par la forte résilience des structures anciennes. Une étude des changements récents de nom de lieu qui émaillent les actes pourrait constituer une approche productive de ces processus qui, par nature ne laissent que peu de traces. En fort contraste avec cette confuse toile de fond se situe la vague de création des sauvetés, particulièrement bien mise en lumière par les historiens, et dont le cartulaire répercute toute l’importance dans la seconde moitié du xie siècle46. Il s’agit de créer un espace spirituel, social et économique homogène délimité par des croix. Avec les sauvetés, apparaissent dans la contrée autant d’îlots correspondant à une nouvelle forme de territorialisation. La plupart de ces fondations s’avèreront être des échecs, mais on retrouvera bien plus tard le concept de sauveté, habilement « récupéré », dans des circonstances plus favorables. Sortent également de l’ombre les premiers castra ; la fondation de celui de Saverdun, précisément datée de 1121, constitue un précieux jalon47. Ces noyaux, antérieurement au xiiie siècle, constituent autant de « laboratoires » isolés où se forgent de nouvelles formes de vie sociale et d’organisation de l’espace.

  • 48 Il est certain que l’abondance des dossiers relatifs aux années 1243-1249 crée un effet de loupe q (...)

32Sans que l’on puisse précisément mesurer la part de biais des sources48, la première moitié du xiiie siècle apparaît comme une période de rupture. Le faisceau causal qui engage la société, les habitats et les espaces dans une spirale de changements profonds et rapides se laisse partiellement ainsi décomposer.

  1. Premier élément décisif : on est alors massivement passé de la decima au decimarium, c’est-à-dire à une territorialisation du prélèvement ecclésiastique principal49. Des bribes permettent de vérifier le fait, observé ailleurs, que la Croisade albigeoise a eu pour effet de débloquer le processus de restitution de dîmes en donnant une légitimité nouvelle à la prétention de percevoir les fruits de la dîme sur toute l’étendue d’un espace donné. Le dîmaire devient le territorium par excellence50.
  2. Second élément : le recours, dans les années 1240, à des procédures publiques de délimitation de territoires par périmètres. Sont concernés des casaux51, des terres52, des honores53, des villae, un « gleisatge » (ecclesiasticum)54, et le plus souvent des dîmaires55. Concrètement, cette mise en limites correspond à différents modes opératoires : per cartam et per testes56, par témoignage du curé du lieu57, par réquisition de témoins jurés58, par témoignage de vieillards, parfois grabataires59, ou par recours à une équipe de « scitores seu pelzitores aut agrimensores60 ». Dans les documents les plus explicites, est narrée la pittoresque expédition que représente la reconnaissance par monts et par vaux, pede ad pedem, des limites du territoire en question61. Le fait qu’on soit allé, à un endroit, recueillir le témoignage d’un vieil arpenteur (qui, étrangement, résidait sur une motte seigneuriale), dont la mémoire remontait à l’orée du siècle, confirme que la pratique de l’arpentage n’avait probablement jamais cessé62. Une situation de cospatialité telle que nous l’avons suggérée n’exonère pas du besoin, dans certains cas, de mesurer les parcelles ni de délimiter des propriétés ou des dominations à l’aide de la pertica arpentaria mentionnée au xie siècle63. La nouveauté est qu’il s’agit de plus en plus de délimiter des espaces unitaires.
  3. En effet, le seigneur-abbé manifeste la prétention, nouvelle, de bâtir des espaces de domination réalisant la reductio ad unum des éléments de cospatialité : des espaces dans lesquels un ordre juridique et social uniforme donné s’applique à une étendue continue homogène. La désignation générique de ces entités, composées d’un espace central de commandement et d’un territoire subordonné, n’alla pas sans redondances. La désignation villa et castrum64 est la plus fréquente65 ; elle est parfois renforcée par des emprunts aux vieux statuts d’immunité et de sauveté66. À l’intérieur de ces limites le seigneur exerce son dominium en invoquant un pouvoir jusqu’alors ignoré : la juridictio, qui s’ajoute, en les unifiant, aux autres formes de seigneurie67. C’est un nouvel ordre territorial qui est ainsi mis en construction. Il va de pair avec le regroupement des populations, en faveur duquel les seigneurs mettent en œuvre de puissantes incitations, notamment en direction des notables68.
  4. Dernier élément majeur : l’association naissante des habitants à l’affirmation des nouvelles entités socio-territoriales. Il s’agit d’un volet décisif en termes de durabilité. Sortent enfin de l’ombre les habitants, l’ensemble des habitants, à l’occasion de procédures solennelles qui, destinées à conforter le pouvoir du seigneur, conduisent à une identification organique entre un territoire et une population donnés. À Saint-Béat, les consuls et la major pars populi sont convoqués pour témoigner69. À Peyrissas, l’abbé Pierre de Dalbs convoque la totalité de la population (populum) pour se faire reconnaître comme seul seigneur du lieu par acclamation puis par serment (par ceux qui étaient en âge)70. La généralisation des serments d’hommage féodaux, qui caractérise l’évolution de la seigneurie dans ces années qui suivent la Croisade, s’accompagne d’une amorce de recours au serment collectif des populations identifiées à un lieu.

33Les textes expriment la puissance de ce mouvement de création de territoires unitaires. Il faudrait toutefois avoir les moyens de vérifier le degré d’accomplissement de ce dessein. On connaît toute la force souterraine des anciennes structures qui survivent à une abolition de surface. Et l’on sait que, dans les sociétés complexes, les formules de cospatialité, sous des formes extrêmement diverses, sont finalement les plus usuelles. Le xiiie siècle constitue manifestement un palier, non un aboutissement.

In fine : épilogue et dialogue

34Cette contribution a une double entrée : d’un côté brève histoire d’un espace monastique particulier, elle constitue de l’autre un essai méthodologique. L’histoire s’achève par un épilogue et l’essai par un souhait.

Des bastides avant les bastides

  • 71 Actes n° 170, 333, 373, 530, 624, 928, 1045, 1216, 1222, 1536, 1542.
  • 72 Actes n° 530, 928.
  • 73 Acte n° 170 (février 1245) : il est question d’un projet de construction de bastide à Montesquiou- (...)
  • 74 B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne (Gascogne gersoise), Bordeaux, 1982 ; M. Mousnier, La G (...)
  • 75 N. Coulet, « La naissance de la bastide provençale », dans Géographie historique du village et de (...)
  • 76 Seuls Montesquiou et Saint-Ybars correspondent à une réalité matérielle proche des bastides « clas (...)
  • 77 Cf. pour une région toute proche l’analyse des faiblesses de la seigneurie que fait M. Mousnier, L (...)
  • 78 R. Fossier, Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux, Nouvelle Clio 17, Paris, PUF, 198 (...)

35La seconde moitié du xiiie siècle est, on le sait, dans cette région le temps des bastides : des villes neuves fondées le plus souvent par paréage entre un seigneur détenteur de pouvoir régalien (officier royal, comte…) et un autre, bailleur du bien-fonds servant d’assise à l’agglomération et à son terroir. Or, dans le cartulaire, il est déjà à plusieurs reprises question de bastides71. Ces bastides correspondent tantôt à des maisons fortes72, tantôt à des enceintes alloties. Elles peinent à se différencier du castrum dont elles constituent le volet le plus modeste73. En effet, elles mettent essentiellement en jeu la moyenne aristocratie du pays et son semis de maisons fortes. Les dynamiques urbaines menacent les fragiles structures seigneuriales : outre la cité de Toulouse, les bourgs monastiques ou castraux de Lézat, Rieux, Montesquieu, Saverdun, Muret. Voilà qui n’est pas sans rappeler le phénomène des castelnaux et celui des castra observé à la même époque dans les pays gascons voisins74. De façon bien plus surprenante – et éclairante – il nous place de plain-pied avec le phénomène des bastides tel qu’on le voit émerger en Provence au même moment75. Par contre, nous sommes encore fort éloignés de la tournure que prendra peu après, dans sa forme « classique », le phénomène de ce nom dans le Sud-Ouest76. Mais ceci est une autre histoire qui méritera d’autres analyses. Restons en à ce constat que les initiatives de l’abbé Pierre de Dalbs, commanditaire du cartulaire, ne sont pas le fait d’un administrateur quelque peu visionnaire. Elles traduisent à leur façon l’air du temps, avec pour contexte une fermentation générale des seigneurs locaux qui ne trouvent pas leur compte dans la façon dont se déploie leur domination sur les terres et sur les hommes77. Autant dire que, du point de vue d’une bonne partie des seigneurs du sud-toulousain, l’encellulement restait à faire. Gardons-nous d’utiliser trop paresseusement cet utile concept78 !

36Notre regard s’arrête au beau milieu d’une phase d’accélération du mouvement de transformation de l’espace humanisé. En effet, dans le demi-siècle qui suit, la seconde vague des bastides, celle des grandes bastides princières « classiques » – Carbone, Cazères, Saint-Lys, Saint-Sulpice – a bouleversé l’ordre territorial de la contrée, balayant sur de vastes surfaces les fragiles constructions territoriales réalisées à grand peine au cours des deux siècles antérieurs. Y compris la majorité des premières « bastides ».

Pour l’étude de la complexité des « espaces ordinaires »

  • 79 Il s’agit d’une préoccupation actuellement assez partagée ; cf. en dernier lieu S. Boisselier, Le (...)
  • 80 Cf. pour l’archéo-morphologie la démarche de G. Chouquer, L’étude des paysages. Essais sur leurs f (...)

37Peut-on sérieusement traiter de l’espace d’une société donnée indépendamment d’une connaissance approfondie de ladite société ? Il est vrai que la très riche matière du cartulaire de Lézat attend son historien et que nous avons procédé par extrapolation de données relatives à des régions gasconnes voisines dont la documentation a déjà été étudiée à fond. Cette approximative contribution qui devra sans nul doute être révisée, a surtout une visée méthodologique. Elle constitue une préconisation à faire marcher les études textuelles sur l’organisation des espaces d’un même pas que les recherches menées à partir d’autres démarches et d’autres types de sources79. Toutes sont affrontées aux problèmes posés par le traitement de la complexité, problèmes qui nécessitent le recours à la pluri- et à la transdisciplinarité et l’emprunt de concepts à d’autres domaines disciplinaires80. Il nous a semblé que les analyses textuelles de l’espace, par facilité, ont trop longtemps privilégié tout ce qui apparaissait a novo. Tant pis si les larges interstices séparant ces fondations restaient des terrae incognitae. Il faut tenter de se donner les moyens d’analyser « l’espace ordinaire ». Cela donnera sans doute le jour à des entreprises rassemblant archéo-morphologues et historiens des textes. Ceux-ci ont tout intérêt à enrichir leur arsenal méthodologique et conceptuel. Il est souhaitable, pour ce faire, de relancer le dialogue avec les sciences humaines qui étudient les sociétés humaines dans leur espace : les géographes (de façon autrement plus approfondie que nous ne l’avons fait), mais aussi les ethnologues et les sociologues capables d’enrichir un « répertoire des possibles », qui reste à ce jour excessivement restreint.

Notes

1 P. Ourliac et A.-M. Magnou, Cartulaire de l’abbaye de Lézat, Paris, CTHS, 1984-1987, 2 vol.

2 Nombre réduit à 1 411 actes en ne prenant pas en compte les doublons.

3 Article « Localisation » dans Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, J. Levy et M. Lussault (dir.), Paris, 2003 éd. Belin, s.v.

4 À titre d’exemple, dans l’acte n° 488 il est fait mention des confronts d’un casal et d’une vigne « sicut superius scriptum est », ce qui a conduit à pointer ce bien dans la ligne 2b du tableau ci-dessous.

5 Exemple, acte n° 207 (vers 960-970) : « Ego…Amelio Aganardo…cedo…ipsos alodes qui sunt in pago tholosano,in ministerio Dalmacianense, in loco qui dicitur Luparias. » NB : les localisations in ministerio et in loco ne sont pas décomptées à part une seconde fois.

6 Exemple, acte n° 66 (1076) : « donamus honorem nostram que est in villa de Sancta Columba ». NB : le territoire englobant peut être un territorium, un terminium, un decimarium, une parrochia, un castrum…

7 Exemple, acte n° 91 (1247) « tenuerunt in feudum honoratum…apud Albinhas, prope Valhs, predictas casales de… ». NB : l’exemple cité est un cas de double référence. Ce cas de figure se caractérise par une multitude de variantes avec des prépositions qu’une traduction française rend par à (Tel endroit) : apud, ad, a. Il en est de même pour in quand il précède un nom propre et non un terme générique ; c’est ainsi qu’une occurrence « in terminio de N » est classée en 2b, alors qu’une occurrence « in N » en 2c. Ont été placées dans cette catégorie les localisations introduites par infra, juxta, prope

8 Exemple, acte n° 524 (fin xe siècle) : « Dono…in alio loco ubi vocant Fuia duas perticas… » NB : nous avons comptabilisé à part cette formule du lieu-dit, qui est rendue par plusieurs variantes latines (qui appellatur, ubi dicitur, qui vocatur…), sachant qu’elle constitue une transition possible vers une désignation pure et simple d’un lieu par nom propre (ci-après notre catégorie 2e).

9 Exemple, acte n° 347 (1204) : « dederunt…jus… quod habebant…in decimario de Lusas, et in decimario d’Aos, et in decimario Sancti Andree,Peirone,abbatisse Luminis Dei ». NB : ont été comptabilisées ici trois occurrences classées 2e.

10 Exemple, acte n° 267 (1085-1096) : « dono terciam partem de omni mea honore, de terris et vineis…cum ipso decimo, quod dedit mihi Bernardus Eledo et Petrus Arrios ».

11 Exemple, acte n° 502 (vers1010-1020) : « dono…in terminio de ista villa que dicitur a Monte….I. casalem cum uno aripento de vinea in Bensolan, quomodo est aperticatum cum ipso vallato cum ipso clausura, et in alio loco dono alium aripentum de vinea cum ipsa concisa.. ». NB : dans un autre cas de figure, sont données les dimensions des différents côtés de la parcelle.

12 Exemple, acte n° 203 (début xie siècle) : « vendimus nos tibi uno casale cum vinea ubi dicitur Spanore ; fines vel ajacentias habet : de duas partes ajacit alode Aurucione,de fronte superiore ajacit a vinea Benedicto Bertario…et de alio latus ajacit in strata publica ». NB : les spécialistes pourront noter quelques variantes dans la nomination des quatre points cardinaux.

13 Exemple, acte n° 172 (1246) : « quod territorium tenet a trauco de Crabarissas usque ad barrariam de Forquels et inde descendendo per gutellum de Baracs usque ad gutam eram, et inde ascendendo per gutam ipsam usque ad Laola et inde ascendendo per viam publicam et serram usque ad aream Arnaldi Ugonis de Vallibus, et inde descendendo per rivum ipsum usque ad traucum predicum. ». NB : nous avons choisi un des exemples les plus succincts de ces délimitations qui sont à mettre en rapport avec les procédures de reconnaissance pédestre des limites parfois décrites dans le cartulaire.

14 Exemple, acte n° 220 (1er moitié du xie siècle) : « facimus donationem…hoc sunt terras cultas et incultas per terminos et fines et ajacentiis et limitibus que in se videtur habere ». NB : on a ici un des exemples les plus explicites de ce cas de figure ; le plus souvent, les donateurs se contentent d’allusions plus légères à la connaissance de leurs possessions (« quantum nos visi sumus habere », « sicut nos visus est habere »…).

15 Et majoritairement situées le long d’une voie publique (via, strata publica).

16 On peut transposer telles quelles les analyses faites par Monique Bourin pour le Languedoc, « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Bas-Languedoc aux xe et xie siècles », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, PU Sorbonne, 1995, p. 73-85.

17 Le nombre de données semble insuffisant pour s’aventurer à proposer une restitution de l’évolution du parcellaire telle que l’a tentée A. Guerreau, « L’évolution du parcellaire en Mâconnais (env.900-env.1060) », dans Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, Presses de la Sorbonne, 1998, p. 509-535.

18 Cf. la longue séquence d’acquisitions ou baux à fiefs de pièces de vigne, réalisés au xiie siècle, aux actes 1355-1399.

19 Actes n° 289, 321-322, 344,383…

20 Voir plus bas.

21 Cf. le tableau brossé par P. Ourliac, Les pays de Garonne vers l’an mil. La société et le droit, Toulouse, Privat, 1993, p. 39-45.

22 Pour ne pas surcharger la bibliographie, nous renvoyons simplement au récent Dictionnaire de géographie, op.cit ; on y trouvera toutes les références importantes, plus particulièrement « Interspatialité », « Cospatialité », « Emboîtement », « Interface » (s.v.).

23 Acte n° 815 (2e moitié du xie siècle).

24 Voici, pour la période antérieure à 1200, quelques unes des attestations des incertitudes sémantiques qui caractérisent le vocabulaire du territoire : alodis vel ecclesia (acte n° 156), alode seu parrochia (220, 258, 311), alode vel villa (833), alode in parropia (258), alode…hoc est uno casale (1179), terminium de alode (1135) ; casales in cimiterio (306), Casales…ad constructionem ecclesie (833), alodes vel boscos ( 138) ; villa et parrochia (310), villa vel loco (133), villa vel territorio (30) ; in terminio et in parrochia (137) ; ministerio vel decimario (71, 77) ; honor… in alode ( 75, 526). Postérieurement à 1200 : Honorem scilicet lo casal (317), in alodio et (vel) territorio (96, 140, 152, 154, 259), parrochia sive decimarium (78, 182), territorium aut decimarium (107, 529), ecclesia et decimario (273), villare et territorium (127), villa et territorio (184), territorium et honor (816), Entre le milieu du xe et le milieu du xiiie siècle, certains biens ont été affectés par une palette de désignations des plus variées ; à titre d’exemple, casal Falc est assimilé à un alleu et à une villa au xe siècle (acte n° 621 : alodem meum…in villa qui dicitur Casale Falco), puis à un honor et à un casal en 1246 (acte n° 622).

25 Acte n° 214 (1242).

26 Acte n° 419 (1245) : cum omnibus membris suis.

27 Acte n° 1108 (899 ou 902), fondation de l’église Saint-André de Mauressac.

28 Acte n° 232.

29 Avant 1028 il est question d’un terminium Sanciane qui est aussi le nom du locus où est fondée l’église Saint-Michel (n° 307), qui est dite à l’acte suivant Sancti Michaelis de Sancianis (n° 308) ; puis il est question de l’église Saint-Michel cum alodem que vocant Sancianis (n° 306) ; de façon contradictoire, vers 1035 un acte situe cette même église in parrochia Sancianis (n° 306), en qualifiant Sansas de villa qui inclut l’alleu de l’église, dûment borné. Changement d’orientation vers 1072 (n° 310) : il est désormais et durablement question de la parrochia sive villa de Sancti Michaelis de Sancas.

30 Si la fondation d’une église s’accompagne de sa dotation d’un decimarium, l’existence de très nombreuses dîmes patrimonialement possédées par des laïques indique que de vastes espaces échappent au contrôle fiscal de l’Église ; du reste une partie de ces dîmes ont servi de base à l’édification de nouvelles églises (exemple de l’acte n° 496, n° 1060).

31 Jusque vers 1050, la villa apparaît comme le troisième échelon de l’emboîtement territorial de référence pagus, ministerium, villa. Toutefois, dans la majorité des cas, les scripteurs ne connaissent, sous les ministeria, qu’une poussière de loci. Dès la seconde moitié du xie siècle, le mot vient à désigner une réalité qui correspond à celle de notre village (n° 232), confusion qui sera ultérieurement évitée par le recours au villare.

32 B. Cursente, Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale, xie-xve siècle, Toulouse, PUM, 1998. Au miroir des actes de Lézat le casal, unité de prélèvement et de services, se confirme comme une réalité matérielle et humaine complexe ; souvent lui-même composé de plusieurs tenures (tenencias), peuplé d’un groupe d’homines et de feminas, il est parfois très proche d’une seigneurie (honor) ; il a pu servir d’assise à de nouvelles structures territoriales ; cf. acte n° 833 (1061-1068) : trois frères font donation de deux casaux, avec leurs dépendances, « ad constructionem vel edificationem » d’une église.

33 Acte n° 186 ; nous partageons sur ce point l’opinion de Paul Ourliac, Les pays de Garonne, op. cit., p. 40.

34 H. Ménard, « Le réseau des églises dans l’ancien diocèse de Rieux. Les sanctuaires », dans La paroisse en languedoc (xiiie-xive siècles), Cahiers de Fanjeaux 25, Toulouse, Privat, 1993, p. 151-179 (cartes).

35 Acte n° 218 (dernier quart xie siècle) : mutatio de l’église Saint-Christaud sur un nouvel emplacement.

36 Acte n° 259 (1232) : reconstruction d’une église dans le dîmaire de Saint-Julien si le nombre de feux augmente de dix ; n° 288 (1084 ou 1085) : construction d’une nouvelle église aux confins de deux paroisses afin de les regrouper ; 1136 (1177-1179) : autorisation de bâtir une nouvelle église à Puivert si les habitants décident de quitter leur oppidum (si forte homines predicti podio de Podio Viri ad alium locum se et domicilia transferrent).

37 Actes n° 1092 à 1105.

38 Pour les xe et xie siècles : actes n° 28 (in terminio vel in parrochia), 106 (altare…in parrochia), 137 (in terminio et in parrochia), 220 (alode vel parrochia), 254 (decimos de tota parrochia), 258 (alode in parropia), 288 (in confinis…parrochiarum), 477 (in parochia).

39 Acte n° 500.

40 Acte n° 495 : en 1131, il est simplement question, à propos d’une église, d’une assemblée où assistent des clercs et des laïcs.

41 Acte n° 1647 (1155).

42 Ibid. : « parrochiani autem veteris ecclesie…qui causa securitatis infra parrochianales terminos ecclesie de Murello venerunt vel venturi sunt…liberam habeant facultatem sepeliendi vel in cimiterio ecclesie de Murello vel in cimiterio veteris… »

43 Acte n° 764 (1168) : l’abbé de Lézat obtient la promesse de l’abbesse de Marens (proche de Lézat), qu’elle n’acceptera pas la sépulture de « parrochianos et parrochianas et homines vestros nisi pedibus propriis regularem portam monasterii possint intrare ».

44 Actes n° 230, 1134 ; lorsqu’il est mentionné ultérieurement, le cementerium désigne habituellement la réalité matérielle du lieu de sépulture, actes n°22, 23, 271, 769, 1536, 1647, 1726.

45 La chronologie suggérée par les actes de la pratique coïncide avec celle qui a été dégagée par Michel Lauwers, « Le cimetière au Moyen Âge : lieu sacré, religieux et saint », Annales. Histoire. Sciences Sociales, 54/5, 1999, p. 1047-1072.

46 Actes n° 106, 265, 275, 285-289, 1048, 1547, 1648.

47 Acte n° 919.

48 Il est certain que l’abondance des dossiers relatifs aux années 1243-1249 crée un effet de loupe qui tend à exagérer la part réelle de nouveautés dans ces années-là. Notre analyse s’efforce de pondérer ce fait.

49 Sur les 85 actes qui mentionnent un decimarium, 78 sont postérieurs à 1200.

50 A. Ramière De Fortanier, « Du décimaire à la paroisse. L’exemple de Prouille », dans La paroisse en Languedoc (xiiie-xive siècles), Cahiers de Fanjeaux 25, Toulouse, Privat, 1990, p. 181-198.

51 Acte n° 607.

52 Acte n° 902.

53 Actes n° 41, 924.

54 Acte n° 777.

55 Actes n° 58, 178 (parrochia sive decimarium), 330, 625, 636, 672.

56 Acte n° 58.

57 Acte n° 330.

58 Actes n° 141, 178.

59 Actes n° 607, 924.

60 Acte n° 902.

61 Cf. surtout l’acte n° 924 « Bernardo de Garrigas…eundo pedes et Raimunda Johanna pre decrepita etate equitatis supra roncinum hostenderunt, pelzierunt et limitaverunt pede ad pedem honores et territorium… »

62 Acte n° 672 « et dixit quod audivit multociens dici a Bosone, antiquo agrimessore, qui Boso manebat ad motam domini Atoni de Orcianis, quod decimarium Sancti Medardi atingebat… »

63 Acte n° 521.

64 Actes n° 234, 236, 289, 322, 323, 333, 682, 895.

65 Parmi les autres formules : outre le seul castrum (parfois utilisé pour le bourg de Lézat : actes n° 561, 798, 920), et villa (utilisé continûment pour Rieux depuis la fin du xiie siècle), on note castlare ac territorium (n° 99), castlarium et villare (n° 1100), villare et territorium (n° 333).

66 À Bérat, il est rappelé en 1243 que le castrum seu villa succède à une sauveté (acte n° 289) ; à Lézat, devenu castrum, sont rappelées les limites de l’immunitas et salvetas (acte n° 920) ; à Saint-Ybars, fut fondé en 1242 un castrum et fortitudinem et villam…qui reçut le nom de Salvaterra de Sancto Eparcio.

67 Toutes ces occurrences (juridictio civilis et criminalis ; juridictio temporalis) apparaissent en 1245 : actes n° 170, 182, 234, 289, 323, 357, 625, 1225, 1652.

68 Acte n° 742 : concession à deux frères d’un très vaste bien-fonds, en 1247, à condition qu’ils installent leur résidence à Sauveterre de Saint-Ybars.

69 Acte n° 473 (1249).

70 Acte n° 412 (1245) ; les jureurs perfecte etatis – et de sexe masculin – sont au nombre de seize, ce qui laisse à penser que les onze jureurs de Sansas correspondent à la population adulte masculine du lieu (actes n° 322 et 323).

71 Actes n° 170, 333, 373, 530, 624, 928, 1045, 1216, 1222, 1536, 1542.

72 Actes n° 530, 928.

73 Acte n° 170 (février 1245) : il est question d’un projet de construction de bastide à Montesquiou-Volvestre ; acte n°187 (mai 1245) : il est consigné que le castrum de Montesquiou est en cours de reconstruction et de repeuplement ; enfin en 1249, il est question de la bastida nova de ce lieu (acte 1222). Même hésitation pour Saint-Ybars, castrum et villa dans certains actes, bastida dans l’acte n° 1045. À Auribail, il est question en 1205 de la clausura forcium del castlar (acte n° 1215), puis en 1245 il est dit que ce même lieu a pour autre nom (alio nomine) la bastide d’En Ramonat d’Auribail (acte n° 216).

74 B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne (Gascogne gersoise), Bordeaux, 1982 ; M. Mousnier, La Gascogne toulousaine aux xiie-xiiie siècles. Une dynamique sociale et spatiale, Toulouse, PUM, 1997.

75 N. Coulet, « La naissance de la bastide provençale », dans Géographie historique du village et de la maison rurale (Actes du colloque de Bazas 1978), Paris, CNRS, 1979, p. 145-159.

76 Seuls Montesquiou et Saint-Ybars correspondent à une réalité matérielle proche des bastides « classiques » du sud-ouest de la France.

77 Cf. pour une région toute proche l’analyse des faiblesses de la seigneurie que fait M. Mousnier, La Gascogne toulousaine, op. cit. chap. 8.

78 R. Fossier, Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux, Nouvelle Clio 17, Paris, PUF, 1982, 2 vol.

79 Il s’agit d’une préoccupation actuellement assez partagée ; cf. en dernier lieu S. Boisselier, Le peuplement médiéval dans le Sud du Portugal, Centre Culturel Calouste Gulbenkian, Paris, 2003.

80 Cf. pour l’archéo-morphologie la démarche de G. Chouquer, L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, Errance, 2000.

Table des illustrations

Titre Types de localisations
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8188/img-1.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Types de consistances
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8188/img-2.png
Fichier image/png, 4,8k
Titre Carte 1 : Exemples de variations des désignations de l’habitat et du territoire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8188/img-3.png
Fichier image/png, 26k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540