Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Deuxième partie. Le territoire décrit : lexicographie du territoire

Le vocabulaire du territoire dans les comtés catalans nord-pyrénéens (ixe-xiie siècle)

Aymat Catafau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Michel Zimmermann, En els orígens de Catalunya : Emancipació politica i afirmació cultural, recuei (...)
  • 2 Michel Zimmermann, « La datation des documents catalans du ixe au xiie siècle : un itinéraire poli (...)
  • 3 Flocel Sabaté i Curull, El territori de la Catalunya medieval. Percepció de l’espai i divisió terr (...)

1La dénomination du territoire et sa délimitation revêtent une signification toute particulière en Catalogne. Entre Marca Hispanica et Catalonia, l’évolution est plus que sémantique, le changement de nom accompagne le processus d’affirmation politique des comtés et d’autonomie de la future Catalogne. Les historiens ont accordé une attention spécifique à ces siècles de formation et on rappellera les travaux de Michel Zimmermann, liant expression écrite et environnement politique1. L’étude des formules de datation des actes, même les plus courants, a permis de souligner la fidélité des « Catalans » à la famille carolingienne, puis leur prise de distance avec l’espace et le pouvoir capétiens2. De la même façon, le vocabulaire de la localisation des biens aux ixe-xie siècles permet de suivre les étapes de la colonisation des terres de la Marca, de l’installation des comtés, puis de leur fixation durable. Les travaux de Flocel Sabaté donnent une vision dynamique de la formation du territoire de la Catalogne3, que reflètent les fluctuations dans la terminologie du territoire, ses hésitations et ses innovations.

Carte 1 : Carte des lieux cités dans les comtés nord-catalans

Carte 1 : Carte des lieux cités dans les comtés nord-catalans
  • 4 Voir en fin de texte la liste des publications de sources et des abréviations utilisées dans les c (...)

2Pour la Catalogne médiévale, la documentation est abondante dès la deuxième moitié du ixe siècle. L’étude est limitée à la documentation provenant du monastère de Saint-Michel-de-Cuixà ainsi qu’à quelques sources éditées concernant la même région, pour l’essentiel des collections factices de documents réunis dans la Marca Hispanica et par Bernard Alart dans divers recueils4. Il ne sera question ici que d’une partie de la Vieille Catalogne, celle située au nord des Pyrénées : les comtés de Roussillon et de Cerdagne-Conflent et les vicomtés de Fenouillèdes et de Vallespir (dans la mouvance des comtes de Besalú). Ce choix explique qu’échappe à notre propos un des traits historiques et géographiques essentiels de la formation de la Catalogne : son expansion territoriale au détriment des terres d’Islam aux xie-xiie siècles.

  • 5 Pour un aperçu du découpage politique des terres nord-catalanes au Moyen Âge, voir les cartes de J (...)
  • 6 Jordi Bolòs, Victor Hurtado, Atlas del comtat de Besalú, Rafael Dalmau, Barcelona, 1998, et dans l (...)

3Cette étude des termes employés pour désigner le territoire ne saurait remplacer une véritable géographie historique, un dictionnaire topographique ou un atlas historique toujours attendus pour les terres nord-catalanes5, sur le modèle des Atlas de la Catalunya carolíngia de Jordi Bolòs et Victor Hurtado6.

  • 7 On retrouvera dans ce recueil l’essai de taxonomie des formules de localisation par Benoît Cursent (...)

4À propos du vocabulaire du territoire trois aspects seront soulignés : la localisation des biens, en particulier par emboîtement7, qui permet de suivre les hésitations de la terminologie des espaces géographiques et des circonscriptions politiques et religieuses ; l’apparition, les progrès et la généralisation de la localisation par paroisse et par territoire castral ; la définition de territoires comme espaces où s’exercent certains droits, prélèvements, justices ou usages.

5Quelques documents de reconnaissance des limites de finages ou de fixation de ces limites permettent d’aborder deux aspects de la délimitation des espaces, la diversité des limites fixées aux territoires et les procédures de délimitation (voir carte de localisation des occurrences).

Les mots du territoire : formules de localisation dans les actes des ixe-xiie siècles

Les circonscriptions territoriales et leur emboîtement

Le comitatus

  • 8 Aymat Catafau, « Tatzó d’Avall et Tatzó d’Amont du ixe au xve siècle, les pouvoirs et les territoi (...)

6Élément de base du découpage politique de la Marca Hispanica, le comté est le cadre de référence privilégié de localisation des biens. Il est au ixe siècle une création carolingienne récente, dont les limites sont mal définies (les comtés de Roussillon et d’Empúries sont séparés au ixe siècle et jusqu’en 931, réunis de 931 à 991, définitivement dissociés après cette date) et dont l’existence même est parfois précaire (le comté de Conflent indépendant au ixe siècle est rattaché à celui de Cerdagne au xe). Le vocabulaire des subdivisions hiérarchiques, comtés – vicomtés, reflète ces hésitations et ces origines complexes. La vicomté et a fortiori la fonction vicomtale ne correspondent qu’imparfaitement à des réalités territoriales. Des vicomtés comme celles de Fenouillèdes et de Vallespir (Castelnou) relèvent des comtes de Besalú, mais ne font pas naturellement (au sens de la géographie physique) partie de ce comté dont elles sont distinctes (le Vallespir au nord de la chaîne des Albères et des Pyrénées, le Fenouillèdes et le Perapertusès au nord de la vallée de la Têt, à cheval sur les Corbières). Leurs vicomtes exercent donc une autorité territorialisée, sur un domaine géographique assez bien délimité, autorité qui aura tendance à s’émanciper de la tutelle comtale de la famille de Besalú. En revanche les vicomtes du Roussillon ou de Cerdagne, attestés aux xe-xiie siècles, ne sont pas maîtres d’une subdivision de ces comtés respectifs, leur fonction vicomtale n’implique pas l’existence d’une vicomté territorialisée, ils ne sont que des « lieutenants » du comte. On peut soupçonner cependant, par la localisation de leur patrimoine, qu’ils avaient à l’origine reçu une délégation de pouvoir militaire sur une région « frontalière » du comté (en particulier pour les vicomtes de Roussillon, à Tatzo, au pied des Albères, en zone « tampon » avec le comté d’Empúries8).

7Le comitatus est constitué de territoires ayant une cohésion géographique forte : le Roussillon est la plaine côtière entre Albères au sud, Cor-bières au nord, Aspres et Conflent à l’Ouest, Méditerranée à l’Est. Le Conflent est la vallée de la Tet, au-dessus du col de Ternère et jusqu’au col d’Enforcats (ou de la Perche). La Cerdagne, incluse entre deux barres montagneuses au Nord et au Sud, s’étend du col de la Perche à l’Est au Haut-Urgell à l’Ouest. Le territoire vécu vient donc se surimposer au comté, parfois à la vicomté.

  • 9 Cf. F. Sabaté, El territori…, op. cit, p. 23.

8Les documents du ixe siècle permettent de vérifier qu’au nord des Pyrénées, comme au sud9, les premières localisations se font par rapport au territoire : « villare qui dicitur Mata, qui est in valle Confluentana, infra fines de villa Prata et super alveum Tede », CR, doc. 1, a. 865. Le Conflent est considéré d’abord comme une vallée (la localisation insiste sur la proximité du fleuve Tet, structurant car par son cours se définit le Conflent) et non comme le comté qu’il est. Le même acte situe l’abbaye de Lagrasse à la limite des comtés de Narbonne et de Carcassonne (« ad domum Sca Maria monasterio qui situs est infra comitatu Narbonense et Carcasense ») ; le maillage politique est peut-être entré plus tôt dans les usages de localisation au nord des Corbières, mais ses limites restent imprécises tout au moins pour un voisin, le comte d’Urgell-Cerdagne-Conflent Salomon qui réunit ce plaid. Un siècle plus tard encore, la comtesse Ava, épouse du comte de Conflent Miro, donne à Cuixà un alleu sis « in valle Confluente », CNiCC, n° 90, a. 962. L’affirmation politique de la famille comtale ne passe donc pas par une identification systématique du pouvoir à un territoire, au moins en termes de vocabulaire. Autant le titre comtal est mis en avant, autant l’usage se maintient parfois, même au plus haut niveau, de désigner les terres patrimoniales de leur nom strictement géographique.

  • 10 Cf. F. Sabaté, El territori…, op. cit, p. 24.
  • 11 À ce sujet voir l’article de Pierre-Henri Billy, « Villare et villarium », Nouvelle revue d’onomas (...)

9En revanche on remarque, au cours des ixe -xe siècles, et encore au xie siècle pour la partie pyrénéenne, la progression de l’utilisation du terme « comitatus » dans la localisation des biens. Ces progrès sont plus tardifs dans la montagne, où les localisations par entités géomorphologiques (la vallée surtout) sont plus prégnantes. En Cerdagne, durant la seconde moitié du xe siècle, un tiers seulement des biens sont situés « dans le comté », cette proportion passe à 80 % au milieu du xie siècle10. Le « comté » est même utilisé de façon « abusive » pour qualifier le Vallespir (simple vicomté) au xiie siècle : « in chomitatu Valle Asperi », MH, n° 378, a. 1130. Dans la localisation des biens par emboîtement le comté occupe dès lors la première place, précédant dans l’ordre le pagus ou la vallée, la villa ou la « paroisse » (adjacencia le plus souvent), le villare11 et le lieu-dit (locum). La seule concurrence pouvant (mais pas toujours) détrôner le comté de cette première place est le « diocèse », abordé ci-après.

Le pagus

10Le pagus soulève d’autres problèmes : « in comitatu Ceritaniense, in pago Liviense, in adjacenciam et in locum que vocant ad ipsa Laguna, prope flumio Tede », CNiCC, n° 68, a. 942. Selon cet exemple, le pagus est une unité territoriale de rang inférieur au comté, située dans les emboîtements juste au-dessous de celui-ci. On s’accorde à lui reconnaître une triple caractéristique : « petit pays » à forte identité géographique, il pourrait se rattacher à ces « désignations territoriales » antérieures aux comtés carolingiens ; il est centré autour d’un pôle organisateur, petit centre ayant rang de vicus, parfois de cité ; ces éléments convergent pour étayer l’hypothèse d’une origine antique, ou tardo-antique, du pagus.

  • 12 F. Sabaté, op. cit., p. 26.

11L’exemple du pagus Liviense, cité à de multiples reprises comme subdivision spatiale du comté de Cerdagne, répond à ces trois critères : partie orientale de la Cerdagne, ce pagus dépend du castrum de Llivia, colonie romaine avec rang de cité où était établi un évêque wisigoth. Le terme pagus s’utilise parfois alors même que celui de comté ne s’est pas imposé : « in territorio Ceritanie, in pago Liviniense, in villa Salagosa », a. 91312. Il peut s’écrire sous la forme vernaculaire pau : « in chomitatu Cerdaniense, in pau Liviense, in villa Egade », CR, n° 24, a. 1013.

12On a pu hésiter quant à la signification de pagus, par rapport à comitatus qu’il vient parfois concurrencer. Plusieurs documents carolingiens utilisent pagus pour désigner les comtés : « in pago Ruscilione… et in pago Cerdanie… in pago Oriel (pour Urgell) », CC, II, p. 334, v. 850 ; « in pago Rusilionensi, in valle Asperia », CR, n° 2, a. 881 ; « in pago Confluente… in aliis pagis videlicet in Cerdaniense, in Fenoliotense, in Bergetano, in Rosselionense… », CC, I, p. 92, a. 952. Or, l’ensemble de ces documents provient de la chancellerie carolingienne. Cet usage systématique, et « abusif », de pagus (« abusif » au sens où il contrevient à son utilisation habituelle pour désigner un espace territorial de rang inférieur au comté) est en vogue à la chancellerie palatine, reflétant peut-être l’usage de formulaires différents, ou l’imprégnation de modèles septentrionaux, voire le goût pour un terme évoquant la romanité. Il convient de souligner que cette « concurrence » de pagus au détriment du comitatus s’accompagne d’une réelle confusion, ou assimilation, des deux termes pour les rédacteurs de la chancellerie carolingienne : le diplôme de 881 cité ci-dessus localise un autre bien confirmé par Carloman à Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech « in comitatu Rusilionensi » et renvoie pour d’autres possessions à « in ipso comitatu » ou à « in ipso pago ». Un autre document de même origine emploie même pagus pour désigner le diocèse : « in pago Elnensi et in comitatu Rossilionensi », CC, II, p. 348.

13Cette remarque doit inciter à un examen attentif de l’origine des actes qui servent de matériau à l’étude linguistique : leur origine (centre monastique, épiscopal, cour comtale, royale) voire même leur auteur (le scribe et sa formation ou les formulaires et les modèles dont il dispose) peuvent éclairer les variations du vocabulaire utilisé. Ainsi un plaid tenu à Corneilla-de-Conflent, résidence des comtes de Conflent, dans la petite vallée du Cadi, désigne ce lieu comme pagus Corneliani (« in pago Corneliani », CR, n° 52, a. 1072) en y situant une église (Sant Jaume, aujourd’hui disparue) qui se trouvait à quelque distance de Corneilla, mais sous sa dépendance directe. Le terme pagus semble ici utilisé de manière un peu emphatique pour désigner le terminium castri, en présence du comte de Cerdagne Guillem Ramon.

La « vallée » et quelques autres unités géographiques de localisation

14Dans le vocabulaire de la localisation des biens, des termes géographiques peuvent venir s’insérer dans les emboîtements, intercalés entre ceux qui désignent des espaces politiques ou juridictionnels. Entre le comté et la villa, ou la paroisse, on voit ainsi figurer la vallée, exemple le plus fréquent mais non unique. On peut évoquer deux temps dans l’usage de ces localisations géographiques, en particulier pour les vallées : aux ixe-xe siècles l’usage ancien se conserve de situer un lieu par rapport au relief et aux cours d’eau, puis, plus tard, sans doute à partir du xiiie siècle, la « vallée » reçoit un sens nouveau, plus politique, celui du domaine d’autorité d’une seigneurie ou d’une communauté valléenne.

  • 13 L’ensemble de ces références est tiré de P. Ponsich, Limits…, op. cit.
  • 14 André Constant, « Châteaux et peuplement dans le massif des Albères et ses marges du ixe au début (...)

15Des premiers temps de la conscience géographique de la vallée, on peut citer de nombreux exemples : en 881, pour la « vallée des Aspres », ou la « vallée âpre », le Vallespir, vallée du Tech (voir ci-dessus), en 885, pour le Conflent, vallée de la Tet, « in valle Confluento, in apendicio Castro Verneto », CNiCC, n° 62, ou en 955 (voir ci-après diocèse – suburbium). On peut alors user d’emboîtements successifs de vallées : dans le Conflent, bassin fluvial de la Tet, vallée de confluence, les vallées adjacentes constituent des unités de localisation réellement à taille humaine, c’est-à-dire vécues comme entités, comme la vallée de la Lentilla, sur la rive droite de la Tet, depuis Vinça jusqu’à Baillestavy « …de suo proprio alode qui dicitur Stavia. Et est ipse alodes in valle Confluente et in suburbio Elenense, in valle Nintillani », CNiCC, n° 101, a. 977. L’exemple de Baillestavy (Vallestavia, Vall Estavia ou Vall de Stavia) montre que « vallée » désigne le lieu d’habitat principal de celle-ci, d’après un usage très ancien. Nombreux sont les lieux de peuplement secondaire, souvent disparus depuis, dont le nom est un composé de « vallée », remontant aux ixe-xe siècles (ou mentionnés au tout début du xie s.) : Vallem Ursariam (Vallsera), commune des Angles, a. 1011 ; Vallis Agrevolaria, c. Ille-sur-Tet, a. 941 ; Valle Ventuosa, c. de Corbère, a. 967 ; Valle Zella, c. de Prunet et Belpuig, a. 1009 ; Valillos, c. de Rodès, a. 969 ; Valfamelica, c. de Sainte-Léocadie, a. 1011 ; Vallem Sancti Martini, c. de Sorède, a. 844 ; Valle Cheirol, c. Latour-de-Carol, a. 1011 ; Valle Luparia, c. Porté, a. 103513. On peut rapprocher de ces très anciennes dénominations « vallée + complément », celles formées à partir de « mons » ou « monte », de « quer » ou « roca » (avec une origine à rattacher parfois – pas toujours cependant – à l’existence d’un château du haut Moyen Âge14), de « pla », « port » (au sens de col, mais aussi d’étendue plane d’altitude), ou encore de « rivo » ou « riba », « rippa ». Autant d’indications que très anciennement, avant la paroisse et de préférence à la villa, sans doute moins présente, ou moins signifiante en montagne, c’est le relief qui constitue d’abord (en termes chronologiques) le référent de localisation et de désignation.

16Au cours du xiiie siècle une nouvelle diffusion de « vallée », pour des ensembles géographiques cohérents, parfois plus vastes que les exemples des ixe-xie siècles, témoigne de la mise en place de seigneuries qui à partir d’un château exercent leur autorité sur l’ensemble d’une vallée (Vall de Feu-dis, vallée d’Évol, a. 1258) et de l’existence de communautés d’habitants, des communautés de vallées (Vall de Ribes, au sud des Albères, Vallis de Pratis, autour de Prats-de-Mollo), avec parfois une continuité entre les premières « vallées » et celles de la fin du Moyen Âge (par exemple pour la vallée de Carol).

Le diocèse : diocesis, parrochia, pagus, territorium, suburbium, episcopatum

17La multiplicité des termes employés pour localiser un bien dans le diocèse révèle les hésitations des scribes pour le nommer. La complexité est accrue car les circonscriptions religieuses et politiques ne coïncident pas : le diocèse d’Elne (d’origine wisigothique, première mention d’évêque en 571) regroupe les comtés de Roussillon, de Conflent, la vicomté de Vallespir. En revanche la Cerdagne se trouve sous l’autorité des évêques d’Urgell, et le Fenouillèdes dans le diocèse de Narbonne. Très tôt la mention de la localisation d’un bien à l’intérieur du diocèse accompagne celle du comté et souvent elle précède celle du comté, ou de la vicomté, du pagus, ou de la « vallée » (Vallespir, Conflent).

18Le mot diocesis ne se trouve qu’une fois, et ne désigne pas le diocèse d’Elne mais la province ecclésiastique de Narbonne dont il dépend. Les moines rescapés de la destruction de Saint-André d’Eixalada le localisent ainsi : « in diocese matropolitane sedis Narbonensis et in parrochia sedis Elenensis, in locum qui nuncupatur Exalata », CNiCC, n° 61, a. 879. Le terme désignant le diocèse est ici parrochia, dont l’usage avec ce sens reste exceptionnel dans nos sources. On a vu ci-dessus que pagus a pu désigner le diocèse, et une fois au moins « territorium » est employé avec ce sens : « infra territorio Helenense, in comitatu Confluento, in villa quae dicitur Pratas », CL, n° 31, a. 878.

19L’expression la plus fréquente est in suburbio Elenensi. Suburbium n’a pas de signification spécifiquement religieuse et peut désigner le territoire placé sous l’autorité d’un château. Étymologiquement, le mot renvoie à l’aire d’influence d’une ville (urbs), donc par extension d’un centre (économique, politique, militaire ou religieux). Dans notre région il est presque exclusivement employé pour désigner l’espace sur lequel s’étend l’autorité religieuse du siège épiscopal. Ce suburbium s’étend bien au-delà d’une aire d’influence directe, au fin fond du Conflent, dans un hameau du Conflent appelé Llebrera : « est ipse alaudes in suburbio Elenense, in Valle Confluente, in villa que vocant Lepuraria », CR, n° 9, a. 955.

  • 15 Voir Fonds François de Fossa, ADPO, 12J24, pièces 1 à 160, ad libitum.

20Le suburbium d’Elne englobe le comté de Roussillon, le Conflent et le Vallespir. Dans les localisations par emboîtement il peut venir après ces mentions de comté ou vicomté : « est autem iste alaudes in comitatu Rossilionense sive in Valle Asperi, in suburbio Helenensi, infra fines et terminos de Salaoni sive Lupiani, in locum quem vocant Kasals Borrals sive Garriga de Bosra », CR, n° 23, a. 1007, mais il est habituellement placé avant (« in suburbio Helenense, in valle Confluente, infra fines et terminos de villa Porcinianos, in locum quem vocant ad Aspizel », CR, n° 27, a. 1023). On ne sera pas surpris que les actes des ixe-xie siècles du cartulaire de l’église cathédrale d’Elne usent systématiquement de cette forme, qui affirme topographiquement la prééminence et l’antériorité de la circonscription diocésaine sur celles du pouvoir laïc15.

21Le terme episcopatum n’est employé que très rarement dans les sources antérieures à 1100. Il désigne alors le diocèse mais surtout l’ensemble des droits attachés au siège épiscopal. Dans la convenientia entre le comte d’Empúries Pons et son cousin Guilabert, comte de Roussillon, qui se partagent les revenus et les biens du diocèse (« non tollat illi ipsam medietatem de ipsum episcopatum sedis Elenensisneque de ipsa omnia vel de ipsis omnibus que ad ipsum episcopatum pertinent… », CR, n° 56, s.d., v. 1074) episcopatum désigne un ensemble de droits détenus en indivis, et non précisément territorialisés, mais dont le cadre géographique est celui du diocèse. Cette mention qui hésite entre la définition d’une aire d’autorité et d’un cadre juridique abstrait annonce les adaptations subtiles du vocabulaire pour désigner et délimiter les territoires sur lesquels s’exercent des juridictions.

Deux absents remarquables : ministerium, fiscum

22Il est remarquable que le terme ministerium, fréquent dans le Languedoc à l’époque pré-féodale, soit totalement absent dans le vocabulaire géographique et politique de la documentation nord-catalane. Dans les textes dépouillés, il n’apparaît qu’une fois, pour désigner une subdivision du pagus… de Toulouse, pour localiser des biens donnés à Cuixà par un archidiacre de Saint-Étienne de Toulouse : « ipsos alodes qui sunt in pago Tholosano et in ministerio Agarnagensae sive de Canneto seu de Lucianense », CNiCC, n° 95, a. 969.

23On ne trouve pas non plus en Roussillon, contrairement à ce que l’on peut relever dans l’environnement des monastères d’Aniane et Gellone, le terme fiscum pour localiser des biens. Des diplômes issus de la chancellerie carolingienne accordent certes des parts de fisc ou « tout ce qui relève du fisc » dans la région, mais le fisc n’est pas entré dans les usages des rédacteurs d’actes roussillonnais en tant que division territoriale. Ce vocabulaire plaqué depuis des réalités étrangères n’a pas eu ici le succès qu’il a pu connaître en Languedoc.

Les localisations à l’intérieur des structures d’encadrement, le territoire du château et celui de la paroisse

Le château et son terminium de la Marca à la Catalogne féodale

24Les forteresses d’origine publique, en Conflent, Vallespir et sur les Albères, ou les châteaux de la zone frontalière, au sud des Pyrénées, génèrent très tôt des aires de contrôle, des territoires « soumis ». Une des périphrases utilisées est alors « in apendicio ». Elle sert à localiser des biens autour du château de Vernet, dépendance des comtes de Cerdagne-Conflent, quand le comte et la comtesse donnent « alodes nostros quos habemus in valle Confluente, in apendicio de castro Verneto, id est ecclesia Sancti Vincencii cum omnibus finibus », CNiCC, n° 62, a. 885. On utilise de même des expressions de situation relative, comme « ante castrum », « infra castrum » ou « juxta castrum » (encore employé par le comte Seniofred de Cerdagne-Conflent « ipsos meos alodes qui sunt in comitatu Cerdaniense, Livia et Isogal,… et juxta castrum Sancti Martini », CNiCC, n° 92, a. 965) ou « subtus castrum », par exemple pour la localisation des monastères de Saint-André-de-Sorède (en 1121, MH, ap. 369, sans doute héritage d’une formule de localisation plus ancienne car le château d’Ultrera n’a plus au xiie siècle l’importance qu’il avait eue aux temps wisigothiques et carolingiens) et de Saint-Génis-des-Fontaines situé près de la route qui va « ad castrum Vulturaria », MH, ap. 129, a. 981. De même, l’église de Clara est dite « au-dessous » du château de Saint-Estève de Pomers, résidence comtale, quand, devant le comte, les moines d’Eixalada jurent « per reliquias Sci Martini cujus baselica fundata esse dixnoxcitur in villa Clariano, qui est subtus castro Sancti Stephani », CNiCC, n° 59, a. 879. Ce sont les comtes ou les souverains carolingiens qui localisent les églises, villae ou monastères « sous les châteaux ». Le choix de cette localisation relative veut rappeler les prérogatives des potentes, car les monastères et les églises ont bénéficié pour leur fondation de concessions de terres fiscales.

  • 16 Ramon Ordeig i Mata, Catalunya carolíngia, vol. IV, Els comtats d’Osona i Manresa, 1a part, Barcel (...)

25Assez rares au nord des Pyrénées, ces mentions de localisation dans le territoire contrôlé, ou défendu, par les châteaux des ixe-xe siècles sont beaucoup plus nombreuses dans les terres mitoyennes du domaine musulman. La localisation « in terminio de castro X », « in apendicio de castro X » est quasiment systématique dans le comté d’Ausona16 dès les premiers documents conservés (il s’agit d’originaux pour la plupart, où l’on ne peut soupçonner des redéfinitions territoriales plus tardives). On trouve même plus simplement « in castro X » pour désigner un territoire incluant plusieurs lieux habités et leurs terroirs (« et est ipsa terra… in comitatum Ausona, in kastro de Sancto Laurencio, in terminio de villare de Ermenando », COM, n° 11, a. 888, doc. original). Le terme suburbium est aussi employé pour désigner la zone d’influence du château de Gurb dans le comté d’Ausona (« vindo terras… in comitatum Ausonam, in suburbio Gorbitano, in acjacencia de villa de Posos », COM, n° 20, a. 892) ou dans celui de Peralada (« et est ipsa terra in comitatu Petralatense, in suburbio Castro Tolone, intus in villa Castilione », ADCC, a. 931).

  • 17 Olivier Passarrius et A. Catafau, « Laroque-des-Albères de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge. Hist (...)

26La localisation dans le « terminium castri » devient très fréquente en Roussillon et dans les terres voisines à partir du dernier quart du xie siècle, et cette détermination peut même affranchir le rédacteur de toute autre référence de localisation de plus grande ampleur. Vers 1074 la convenientia établie entre les comtes d’Empúries et de Roussillon mentionne les châteaux construits par Pons Gitard et Arnal Guillem « infra honorem de castro Salsanis et infra terminos Sancti Stephani parrochiae ipsius », CR, n° 56. Les villae, les villares, les cellae, les premières paroisses, ces unités de défrichement, de peuplement et de première structuration de l’espace rural après la conquête franque sont regroupées, incluses à l’intérieur de territoires castraux qui se sont maintenus parfois jusqu’à nos jours en communes assez étendues, comme à Laroque-des-Albères17. Pourtant le « terminium cas-tri » ne devient jamais hégémonique dans la documentation, car le cadre habituel, le cadre vécu sans doute, de la perception de l’espace et de sa désignation est sans conteste la paroisse.

La paroisse

27Le terme « parrochia » lui-même existe assez tôt dans la documentation roussillonnaise (en 885 : « donamus ipsam ecclesiam Sancti Petri… Et affrontat ipsa parrochia Sancti Petri de una parte in… », CNiCC, n° 62 ; ou en 967 dans un texte qui montre bien la coexistence de deux usages : « alodem in locum que dicunt Palaciodano… vel alia omnia quantumque ego habeo infra fines et terminos de jamdicto Palaciodani vel in parrochia Sancti Martini », Saint-Martin étant l’église de Palalda-Palaciodan, CR, n° 12) et se fait plus fréquent à partir du xie siècle. Il est employé seul pour désigner le territoire (« in parrochia »), ou dans la périphrase « infra terminos parrochiae » qui reprend celle utilisée aux ixe-xie siècles pour le territoire de la villa. On trouve en 1068 la localisation de biens « infra terminos parrochiae Sci Petri et Sci Laurentii de Argelet », à Argelès, Gallia christiana, t. VI. Dans les actes de consécration, le terme de parrochia prend un sens territorial puisque la cérémonie principale, qui concerne le bâtiment ecclésial, s’accompagne parfois de l’attribution de la paroisse, c’est-à-dire d’un territoire délimité sur lequel s’exerceront exclusivement les droits de l’église consacrée : « confirmamus predictae ecclesiae suam parrochiam, ab oriente terminatam in terminibus Verneti… », CR, n° 25, a. 1022. L’expression la plus utilisée est celle d’adjacencia, dont on a vu qu’elle n’a pas un sens exclusivement religieux, « et est ipse alodius in comitatu Russelionense, suburbio Elenense, in ad iacenciam Sancte Marie de villa Judaicas et in ad iacenciam Sancti Juliani de villa Torrelias et in ad iacentiam Sancte Mariae de villa quem vocant Caput Stagni », CR, n° 68, a. 1089.

28La paroisse et le terminium castri ne sont pas des entités géographiques ou des domaines de compétence d’une autorité lointaine. Ils sont des espaces vécus où l’individu et la terre sont définis par rapport à la structure dont ils relèvent. Ces territoires sont ceux sur lesquels pèsent les prélèvements et la justice du seigneur, les dîmes, les prémices et les droits de sépulture de l’église. Nous verrons ci-dessous que cette territorialisation des perceptions et des droits définit d’autres espaces que celui de la châtellenie ou de la paroisse.

La définition de territoires comme espaces d’exercice de droits, prélèvements, justices ou usages

29Le vocabulaire du territoire accompagne les évolutions sociales et politiques. Il cherche, au prix d’adaptations, approximations et périphrases, à coller à une réalité qui mêle l’héritage humain, le donné géographique et les nouveaux cadres du pouvoir ou de la sociabilité. Une pression fiscale, seigneuriale ou rentière accrue, des concurrences plus nombreuses entraînent une codification précise des droits : enquêtes féodales, productions de titres et de privilèges s’accompagnent parfois de la mise en cause ou de la redéfinition des territoires sur lesquels ils s’exercent. Cette territorialisation des droits ne concerne pas que la paroisse ou le château, elle définit aussi des espaces de compétence et d’exclusivité économiques et juridictionnels.

30Sur le territoire délimité, certains usages sont réservés aux habitants, à ceux à qui jouissent des droits d’usage, ou à des communautés qui en ont l’exclusivité, de manière collective et indivise. Ces usages sont pour l’essentiel, en zone de montagne, ceux des pâturages et des bois. Ils reçoivent en Catalogne le nom d’adempramentum, ou empriu. Le comte Oliba de Besalú concède à l’abbaye de Sant Joan (de les Abadesses) en Ripollès le droit de pacage sur le « portum quod dicitur Coma de Vacca et Coma de Freder [délimité ainsi :] a serra… a podio… et collo… usque ad collum… ». La délimitation, par des repères tous géographiques ici, s’explique par l’exclusivité d’usage accordée au monastère, et par l’interdiction faite à quiconque de mettre là des troupeaux ou des juments (« quod nullus mittat ibi peccora vel jumenta… contra vestram voluntatem », CR, n° 11, a. 966). Le territoire d’usage, d’empriu, n’est pas forcément celui de la paroisse, de la villa ou du villare. En 1020, les territoires de trois villares, donnés au monastère de Saint-Martin du Canigou par Guifred, comte de Cerdagne-Conflent, sont différents de celui de l’empriu qui leur est accordé. Ce territoire d’usage, pour la pâture et la coupe des bois, est bien plus vaste que celui des hameaux (« et sunt alli longiores termini de adempramento ipsarum villarum », MH, n° 186). Il est donc partagé par les membres d’autres communautés villageoises des alentours. Les potentialités de conflit sont nombreuses, ainsi qu’en témoigne l’attention portée aux points de repère invariables, choisis et écrits de la manière la plus explicite possible (c’est-à-dire en respectant leur forme orale, vernaculaire : les premiers mots de « catalan » des actes écrits ne sont pas les paroles des serments, ce sont les noms des lieux, dès le ixe siècle), et aux lignes de partage décrites au plus près des réalités du terrain. Le texte devient un véritable « itinéraire », commentant les anomalies topographiques au fur et à mesure de leur rencontre. Dans certains cas, on sait expressément que ces textes sont établis après une réelle « montrée », un cheminement en boucle pour reconnaître les limites, et les nommer ensemble, avant de les écrire et de les attester sous serment.

  • 18 Voir Véronique Izard, Les Montagnes du fer : une approche géographique, historique et archéologiqu (...)

31Ailleurs, la territorialisation des droits d’usage est liée à la possession de forges car pour faire fonctionner celles-ci, il est nécessaire d’avoir du bois en quantité importante. Le roi Alphonse qui attribue les forges de Pi au monastère de Camprodon en 1183, donne « illas manticas meas quas ego habeo in villa de Pinu, cum omni adempramento quod pertinet ad illas manticas sicut continetur ab istis afrontationes… de Collo de Menteto usque ad Fontem de Teg et usque ad Cher de Archa (un dolmen ?) et usque ad crucem de Pinu… », PT, a. 1183 ; il défend que nul bailli royal n’ose vendre « ipsa adempramenta de ipsis boschs », et introduit dans son privilège cette formule d’exclusivité sur les ressources du territoire, existant déjà au xe siècle : « nul-lus homo possit ibi mittere manticas ». Ibi, là : c’est bien la localisation et l’exclusivité territoriale qui est en jeu dans cette définition spatiale du droit d’usage. Le terme « mantica » qui en catalan donne manxa, « soufflet », ainsi que la très vaste étendue de la concession de bois laisse penser que ces forges sont équipées de soufflets et sont grosses consommatrices de charbon de bois18.

  • 19 Le terme « volonem », en catalan volò, dont l’origine est méconnue, semble désigner un passage aup (...)

32Des zones d’exclusivité commerciale sont progressivement mieux définies, comme celles qui concernent les privilèges de marchés. En 965, le comte donne à Cuixà sa possession des Angles, en Capcir, et y ajoute le marché qui s’y tient : « ipsum meum alodem quem dicunt Angulos, cum ipso mercato », CNiCC, n° 92. L’expression est à double sens : l’alleu comprend les droits de marché, le marché se tient sur l’alleu. Mais un peu plus d’un siècle plus tard, lors de la fondation de Villefranche-de-Conflent (sans doute, texte mal daté, en 1095), la ville obtient du comte de Cerdagne l’exclusivité du marché sur toute la vallée de Conflent-Cerdagne, depuis le château comtal de Saint-Martin (à Bellver de Cerdagne) jusqu’au passage de Saint-Feliu, qui marque grosso-modo l’entrée en Roussillon : « quatinus in meo honore de Sancti Martini de Castro usque ad volonem Sancti Felicis, excepto foro Exii, nec modo nec in antea aliquo loco habeatur mercatus de fine in finem nisi in dicta villa », PT, p. 36, a. 109519. La définition de l’exclusivité territoriale est renforcée, plus qu’infirmée, par l’exception faite pour le marché d’Hix, autre résidence comtale.

33À la jonction de l’économie et du politique prend place la définition des territoires où s’exerce une autorité juridictionnelle : délégation du pouvoir central, produisant de multiples prélèvements, elle est jalousement protégée et spacialisée. En 1134 puis en 1156, l’évêque d’Elne fait reconnaître par son vassal de Latour-bas-Elne et par les habitants d’Elne, ses dépendants, les justices qu’il exerce sur la ville et sur un territoire défini selon les limites extrêmes du territoire de la villa d’Elne, du « col de Bages au bord de la mer » : « ut omnes homines totius ville a quindecim annis et supra… recognoscant… mihi Artaldo Elenensi episcopo… omnes justicias et omnes batalas et omnes cogocias et omnia homicidia et omnes latrones de colle de Bagis usque ad ripam maris in omnibus locis », PT, p. 41, a. 1156 (idem, p. 38, a. 1134).

34Cette territorialisation des droits n’est pas sans entraîner des rivalités, des conflits potentiels, risque qui explique la nécessité de donner aux espaces des limitations précises, incontestables. Le choix des points de repères naturels, puis la fixation de bornes et marques artificielles marquent l’évolution vers une intervention systématique de la norme et de la loi sur le territoire.

Limites et procédures de délimitation des territoires

35Comme la consécration de Saint-Paul de Pi le suggérait, les territoires sur lesquels pèsent des droits font l’objet de délimitations précises, établies de manière durable : quand les espaces sont jointifs, qu’il ne reste plus de terra nullius où chercher à étendre des dominations, la compétition se porte aux marges et les bornages deviennent affaires essentielles. Plutôt que de contester des droits, il est plus tentant de contester leur zone d’extension, quand les vieilles chartes des bénéficiaires sont imprécises. On assiste donc à l’affinement des procédures notariales ou juridiques et à une plus grande attention portée au territoire lui-même ; cela se traduit par le bornage, l’inscription de signes marquant les anciennes limites, ou la fixation de nouvelles bornes acceptées par tous. Les mentions des marques de limites de territoires sont assez fréquentes, elles montrent la diversité des signes choisis ou gravés pour servir de bornes, on a même parfois pu les identifier à des vestiges conservés aujourd’hui encore. De ces procédures de bornage subsistent des évocations directes, plus rares, qui reflètent des évolutions en relation avec les mutations sociales, politiques et juridiques (intervention des autorités comtales, des baillis royaux, des probi homines villageois, des notables, des « anciens », rôle des notaires, des experts en droit, utilisation de modèles ou de formulaires, etc.).

Limites naturelles et marques inscrites

  • 20 C’est le cas sur les terres de l’abbaye Sainte-Marie, voir A. Catafau, « Les Hispani et l’aprision (...)

36Lors de l’établissement des monastères bénédictins, au tournant des viiie-ixe siècles, puis dans les privilèges de confirmation de leurs biens au ixe siècle, les souverains carolingiens attribuent des territoires immenses, dont l’extension est indiquée, plus que limitée, par des éléments majeurs du relief : sommets principaux, chaînes de montagne, grandes vallées. Rapidement, les diplômes postérieurs préfèrent procéder par énumération des villae, vilares, cellae et églises, dans un contexte où les contestations se multiplient et où les prétentions des moines à exercer leur autorité sur des espaces qu’ils ne contrôlaient pas effectivement se heurtent à la présence des premiers occupants qui continuent leurs défrichements20.

37Pour des territoires d’une superficie moindre, l’usage est d’indiquer les limites par le choix de points remarquables entre lesquels passent les lignes naturelles de division des espaces. Certains de ces « points » de repère peuvent être eux-mêmes linéaires : route, rivière, vallon. Les limites de la paroisse de Saint-Pierre dels Forcats (Inforcatos) sont un bon exemple de la diversité des points de repères choisis : « Et in portu Inforcatos donamus ipsam ecclesiam Sci Petri… Et affrontat ipsa parrochia Sci Petri de una parte in campo Agreval, de alia in chero Ennegone, de tertia in castella pendente, de quarta in rivo Bolcharia, de quinta in strata francisca superiore usque in grado Redese et sic tendit per ipsa Tede », CNiCC, n° 62, a. 885 ; un champ, un rocher, un château ou des fortifications (pendente ?), la rivière de Bolquère, la voie antique (« franque ») dans sa partie supérieure jusqu’au passage vers le Razès (le col de la Perche ?) et de là tout droit par la Tet : les repères sont aussi bien des éléments naturels que des constructions humaines, mais dans ce cas ni des bornes ni des marques. L’expression « sic tendit » indique les endroits où l’on doit continuer dans la direction naturelle : même si dans la plupart des cas les limites ne sont pas explicitement parcourues par les rédacteurs de l’acte, le vocabulaire et les verbes employés indiquent des repères et des trajets qui peuvent être suivis pour reconnaître les limites. Le texte est un guide invitant à la marche autour du territoire.

38Les habitants de Vilamacolum sur la côte, près d’Empúries, délimitent précisément leur villa dont ils donnent une moitié au comte : « Et affrontat ipsa villa de parte orientis in terminio de villa Miliciano que vocant Sancto Petro et de meridie in ipso Caldario vel in ipsa insola de villa que vocant Salizedo, de parte occidentis affrontat vel subjungit in ipsa via Francescha, qui discurrit ad Impurias civitate… de parte vero circi afrontat in terminio alode qui vocant Mogiuesti, vel in ipsa lapide que est in ipso terminio sita seu et in ipsa Guardiola, et pergit in ipso stagno qui nuncupant Sala-tan », ADCC, n° 3, a. 916. De nombreux lieux-dits (caldario, stagnum, Salicedo, Salatan) renvoient au contexte économique de salines, expliquant l’intérêt du comte pour cette villa. Les limites introduisent « la pierre placée sur ces limites » : est-elle par hasard située là où passe la limite ? On peut penser qu’elle y a été placée volontairement, dans un endroit où le relief est faible (proche d’une tour, guardiola, d’origine musulmane ?).

  • 21 Jean Abélanet, Les roches gravées nord-catalanes, n° 5 du CEPC, Prades, 1989, p. 180, voir d’autre (...)

39Il est évident dans d’autres actes que les « pierres » remarquables choisies comme limites sont beaucoup plus anciennes. Nous avons vu à Pi, pour délimiter les bois attribués aux forges, une archa, sans doute un dolmen. Ailleurs, dans les Aspres, ancienne vicomté de Vallespir, à Camelas, lieu-dit Fontcoberta, le préhistorien Jean Abélanet a pu retrouver une petra scripta mentionnée comme limite du territoire. Il s’agissait d’un bloc portant des grafitti d’époque préhistorique21. Les habitants du lieu l’avaient remarquée et elle servait de limite à leur territoire. Il est tentant de supposer que ces dolmens, menhirs, miliaires ou bornes (« pierres plantées », comme la Petra fita dans les limites de Prades par exemple, cf. infra, mais fréquentes un peu partout), pierres à cupules ou blocs gravés en plein air n’ont pas été installées au hasard mais déjà en des lieux choisis pour leur situation remarquable. On hésitera cependant à faire remonter certaines limites de territoires aux temps préhistoriques…

  • 22 A. Catafau, « Cimetière, espace consacré, espace protégé : mesures, délimitations et marquages des (...)
  • 23 Voir Cécile Treffort, « Inscrire son nom dans l’espace liturgique », Cahiers de Saint-Michel-de-Cu (...)
  • 24 B. Alart, Cartulaire Manuscrit, t. P, p. 483, source : ADPO, 1B-209, procuration royale, reg. 30, (...)

40D’autres textes mentionnent des pierres, des croix ou des signes gravés. Un grand nombre des mentions de croix ou de lettres (charactera) concerne des délimitations d’espaces sacrés, cimetières, domaines d’immunité ecclésiastique, domaines monastiques, dont la chronologie et la typologie ont fait l’objet d’une autre étude22. L’inscription de certaines lettres, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’église, (celles de l’alphabet, dans l’ordre, ou celles du nom du Christ) est mentionnée dans les rituels de consécration où elle a une valeur symbolique, il est donc possible qu’outre l’église, l’ensemble de son territoire d’immunité ait reçu des marques distinctives lors de sa consécration23. Mais on trouve ces pierres ou ces marques pour matérialiser les limites de villae, et elles sont encore mentionnées dans des textes très tardifs, comme quand le 23 novembre 1416, Sobradona, épouse de Samuel Alfaquim, juif de Perpignan, promet qu’elle ne partira pas extra cruces veteres termini ville Perpiniani24. Ces croix « anciennes » délimitent encore un territoire juridictionnel, leur existence a gardé tout son sens.

  • 25 ADPO, 1Bp 659, fol 13 r°.

41Des croix ou des pierres peuvent aussi délimiter des territoires d’usage, des pâturages par exemple. Au xve siècle, les pâtures de Laroque-des-Albères sont bornées ainsi : « …de quodam lapide in quo est sculpta crux cum pich et de dicta serra de pedrisses scilicet de dicto signo usque ad viam25… » L’indication que la croix a été « sculptée avec un pic » sur la roche veut insister sur la fixation volontaire de ce signum. Elle évoque les procédures de délimitation qui forment le dernier ensemble de documents présentés ici.

Des procédures de délimitation

42C’est souvent en situation de conflit, lors de plaids de justice, que les chartes font mention des procédures de délimitation de territoires, parfois avec un luxe de détails, comme pour redoubler de crédibilité. L’autorité publique, parfois le comte, préside à cette opération, presque cérémonielle. Autour de lui et des experts en droit, des clercs qui attestent de la validité de la procédure, on trouve toujours, cités nominalement ou mentionnés en tant que groupe, les habitants du lieu, parfois les plus anciens. La connaissance et la mémoire des lieux sont implicitement les garantes de la bonne foi et de l’exactitude des délimitations.

43Une des plus anciennes de ces procédures pour le Roussillon concerne la villa de Baho, en 843, qui donne lieu à un jugement après la visite des limites du territoire. Les témoins commencent par dire qu’ils connaissent l’alleu et en énumérent les limites : « nos jamdicti testes scimus et vere in veritate notum habemus de ipso alaude qui dicitur Basone cum suis fines, de ipso aqueductu qui dicitur Bula… », etc., CNiCC, n° 2 et 3, a. 843. Mais une attention précise aux termes employés montre que cette liste est le compte-rendu d’une inspection, d’une « visure », menée sur place et en groupe. Les adverbes renvoient au récit d’actions consécutives « et deinde… et deinde… et deinde… » ; les verbes montrent le groupe des témoins (et du représentant des juges) marchant, montant, descendant, suivant les déclivités du terrain et disant ce qu’ils voient et ce qu’ils font, pour dresser la carte exacte (à l’échelle un sur un comme le font les géographes chinois d’une nouvelle de J.-L. Borgès) du terrain « unde nos descendimus de ipsa Albicia, et deinde per summa Albicia et descendit usque in fines de villare qui dicitur Calcem… ». La description des limites s’achève par la déclaration des gestes des témoins : « deinde in ipso Volone usque in fines de Villanova in ipsa strata ubi nos testes accessionem fecimus et pedibus circumdabimus vel manibus nos-tris hostensimus ad Godeschalcho saione. » Ils « savent » les limites parce qu’ils les ont parcourues en boucle, à pied, et montrées de leurs mains à l’huissier. Parmi les repères des limites de l’alleu, deux pierres, dont l’une est dite petra alba, se trouvent en des espaces dégagés, un pla et un pré, où les repères naturels sont sans doute plus rares. Rien ne dit qu’elles ont été placées là pour servir de limite, mais elles remplissent cette fonction.

  • 26 P. Ponsich, dans Catalunya Romànica, vol. VII, Cerdanya-Conflent, p. 33 et 258.
  • 27 Appelée en 1307 la paret de Cavalera, parchemins des archives de la mairie de Vinça (source B. Ala (...)

44À la même époque un jugement en faveur de l’abbaye de Lagrasse au sujet du villare de Mata près de Prades, en Conflent, se termine par la reconnaissance des limites du territoire de Prata et Mata. Les juges ordonnent au mandataire de l’abbé de faire venir ses témoins afin que « … ipsos terminos sine dilatatione nobis monstrassetEt nos iudices unacum saione et cum plures bonis hominibus qui ipsa terminia cognitam abebant, circumdabimus ipsa terminia et est terminus unus de parte occidente usque ad medio alveo Tedo, de alia parte usque in medio rivo Literano, de tertia parte in strata francisca in petra fita… et inde vadit per ipsos terminos qui dividit inter Prata et villare Avellaneto et inde vadit per ipsa terminia ad ipsa pariete qui dividit inter Prata et Lusconem et diviserunt per ipsa pariete ipsas villas Suniefredus et Argila comites, usque in medio Tedo… », CR, n° 1, a. 865. Cette longue promenade conduit les juges et les témoins en boucle autour de Prades, partant de la Tet et y revenant pour finir. Cette « tournée », cette description en rond, est nommée plus tard la « rodalia » ou « instrumentum rodaliae » (cf. ci-dessous, n. 28). On y remarque ce mur, « construit par les comtes Sunifred et Argila », vers 84526. Argila, second fils du premier comte de Conflent Bera (de 812 à 820), possédait la villa d’Eus, au nord-est de Prades, et sans doute le villare Lusco (Llisco entre Eus et Prades) ; Sunifred, comte de Cerdagne et père de Guifred le Velu, avait reçu en 843 la villa de Prades. Dans la riche vallée de Prades, il semble que de simples repères naturels ou même des bornes n’aient pas suffi : on établit alors un mur, dont l’existence est encore attestée au xive siècle27.

  • 28 Dès 1286, du fait du dépérissement du village de Garrieux, dans la Salanque, au nord-est de la pla (...)

45D’autres délimitations ou reconnaissances de limites concernent des divisions, comme en 1136 quand le vicomte de Tatzo donne la moitié de la cellera de Llupia au Temple, parcourue ensemble par le donateur et les bénéficiaires : « Et ista pars istius cellarie… sicut ego Bernardus Berengarius jamdictus eam mostravi et pedoivi et terminavi cum Arnaldo de Bedoz et Arnaldo de Contrasto fratribus predicte Milicie. » (ADPO, Cartulaire du Temple, fol. 115 r°), ou encore à la fin du xiiie siècle pour partager les terres d’un village disparu entre deux villages mitoyens28.

Conclusion

46Le vocabulaire du territoire est le reflet de l’autorité politique ou juridique, un reflet indirect et parfois maladroit, surtout au moment des changements de statut, quand la langue hésite et que les rédacteurs cherchent des mots pour exprimer des réalités nouvelles. C’est parfois le territoire lui-même qui connaît des bouleversements dans ses divisions : la Catalogne fut conquise sur les musulmans par les Francs, et nous n’avons aucun récit du découpage auquel cette conquête donna lieu. Un texte donne une idée de ce qui a pu se passer alors en Catalogne Vieille : il s’agit du récit des conséquences de la prise du Freinet par les chrétiens en 972, rédigé en 993 par un moine de Saint-Victor de Marseille :

  • 29 Traduction d’après Edmond Martène, Veterum scriptorum… amplissima collectio, tome 1, Paris, 1724, (...)

« Comme la nation païenne avait été chassée de ses terres, c’est-à-dire du Freinet, et que la région de Toulon commençait à être occupée et habitée par des paysans, chacun selon sa propre force se saisit de la terre, repoussant les bornes pour augmenter sa propriété. C’est ainsi que ceux qui étaient les plus puissants, à savoir le vicomte Guillaume (de Marseille) et Pons de Fos, se trouvant en conflit, s’affrontaient mutuellement et se saisissaient de la terre. Pons, allant trouver le comte, lui dit : “Seigneur comte, voici la terre qui a été libérée du joug de la nation païenne, la voilà maintenant remise en ton pouvoir de roi, c’est pourquoi nous te demandons de t’y rendre et d’y placer des limites entre les villes, les châteaux et la terre sacrée, car c’est ton pouvoir de délimiter et de distribuer à chacun ce qu’il te plaira.” Ce qu’ayant entendu, il accorda, et montant sur ses chevaux à l’instant même, il s’y rendit. Et quand il fut sur les terres de la ville, il commença à s’enquérir du nom des montagnes et des vallées profondes et des eaux et des fontaines, et une fois qu’il les eut entendus, il donna à la terre sacrée les limites qui sont dans la charte qui se trouve au cartulaire de Saint-Victor29. »

47Le pouvoir de fixer les limites est une délégation du roi : qui en dispose se voit reconnaître un « pouvoir de roi ». L’autorité souveraine ne peut se passer cependant d’une connaissance précise des lieux, d’une identification entre les mots et les réalités du terrain, que seules apportent l’enquête directe et la déambulation sur les espaces concernés. L’ensemble de la documentation nord-catalane l’enseigne, mais ce beau texte marseillais en donne les clés.

Sources et abréviations utilisées :

Bibliographie

Ramon d’Abadal i Vinyals, « Com neix i com creix un gran monestir pirinenc avans de l’any mil. Eixalada-Cuixà », Analecta Montserratensia, VIII, 1954-1955. (CNiCC)

Ramon d’Abadal i Vinyals, Catalunya carolingia, II, Els diplomes carolingis a Catalunya, 2 vol., Barcelone, 1926-1952. (CC)

Bernard Alart, Privilèges et titres relatifs aux franchises, institutions et propriétés communales de Roussillon et de Cerdagne depuis le xie siècle jusqu’à l’an 1660… Première partie, Perpignan, 1878. (PT)

Bernard Alart, Cartulaire roussillonnais, Perpignan, 1880. (CR)

Élisabeth Magnou-Nortier et Anne-Marie Magnou, Recueil des chartes de l’abbaye de La Grasse (779-1119), Éditions du CTHS, Paris, 1996. (CL)

Petrus de Marca, Marca hispanica sive limes hispanicus…, Appendix, Paris, 1688. (MH)

Ordeig i Mata, Ramon, Catalunya carolíngia, vol. IV, Els comtats d’Osona i Manresa, 1a part, Barcelona, 1999 (COM).

M. I. Simó Rodríguez, « Aportación a la documentación condal catalana (siglo x) », Miscelánea… Antonio Morín Ocete, t. 2, Granada, 1972, p. 1011-1036. (ADCC)

Notes

1 Michel Zimmermann, En els orígens de Catalunya : Emancipació politica i afirmació cultural, recueil d’articles traduits en catalan, Barcelone, 1989.

2 Michel Zimmermann, « La datation des documents catalans du ixe au xiie siècle : un itinéraire politique », Annales du Midi, 1981, p. 345-376.

3 Flocel Sabaté i Curull, El territori de la Catalunya medieval. Percepció de l’espai i divisió territorial al llarg de l’Edat Mitjana, Fundació Salvador Vives i Casajuana, Barcelona, 1997.

4 Voir en fin de texte la liste des publications de sources et des abréviations utilisées dans les citations.

5 Pour un aperçu du découpage politique des terres nord-catalanes au Moyen Âge, voir les cartes de Jean Sagnes (dir.), Le Pays catalan, Pau, 1985, tome 2, pl. 14, 20, 21. et Catalunya Romànica, vol. VII, XIV et XXV. Pour les noms de lieux, deux recueils : Pierre Ponsich (Limits historics i repertori toponimic dels llochs habitats dels antics « Països » de Rosselló-Vallespir-Conflent-Capcir-Cerdanya-Fenolledès, revue Terra Nostra, n° 37, 1980.) et Louis Bassède, Toponymie historique de Catalunyanord, Terra Nostra n° 73 à 80, Prades, 1990.

6 Jordi Bolòs, Victor Hurtado, Atlas del comtat de Besalú, Rafael Dalmau, Barcelona, 1998, et dans la même série, ceux des comtés d’Osona et de Girona, ainsi que l’atlas d’Andorra, jusqu’au xiiie siècle.

7 On retrouvera dans ce recueil l’essai de taxonomie des formules de localisation par Benoît Cursente : « par emboîtement, par inclusion simple, par proximité, par lieu-dit, par simple nom propre ». Ses remarques sont valables pour la documentation étudiée ici. Différents types de « boîtes » se combinent entre elles : ainsi la proximité, le lieu-dit ou le nom propre viennent prendre place dans les emboîtements de la localisation. Pour illustrer ces différents procédés, les citations des localisations seront données in extenso, même quand seul un terme en est commenté.

8 Aymat Catafau, « Tatzó d’Avall et Tatzó d’Amont du ixe au xve siècle, les pouvoirs et les territoires », contribution au rapport d’étude de Christian Sapin, CNRS Auxerre, à paraître.

9 Cf. F. Sabaté, El territori…, op. cit, p. 23.

10 Cf. F. Sabaté, El territori…, op. cit, p. 24.

11 À ce sujet voir l’article de Pierre-Henri Billy, « Villare et villarium », Nouvelle revue d’onomastique, n° 39-40, 2002, p. 57-104.

12 F. Sabaté, op. cit., p. 26.

13 L’ensemble de ces références est tiré de P. Ponsich, Limits…, op. cit.

14 André Constant, « Châteaux et peuplement dans le massif des Albères et ses marges du ixe au début du xie siècle », Annales du Midi, t. 109, n° 219-220, 1997, p. 443-466.

15 Voir Fonds François de Fossa, ADPO, 12J24, pièces 1 à 160, ad libitum.

16 Ramon Ordeig i Mata, Catalunya carolíngia, vol. IV, Els comtats d’Osona i Manresa, 1a part, Barcelona, 1999.

17 Olivier Passarrius et A. Catafau, « Laroque-des-Albères de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge. Histoire et archéologie du peuplement et de la mise en valeur d’un terroir villageois », Études Roussillonnaises, t. XIV, Perpignan, 1995-1996, p. 7-30. De nombreux territoires communaux se sont modelés sur des castells termenats : Corbère et Castelnou dans le Vallespir, Evol, Nyer, Eus en Conflent en sont de bons exemples.

18 Voir Véronique Izard, Les Montagnes du fer : une approche géographique, historique et archéologique de l’impact écologique de l’activité métallurgique sur la forêt pyrénéenne méditerranéenne (thèse, Toulouse-II Le Mirail, 1999).

19 Le terme « volonem », en catalan volò, dont l’origine est méconnue, semble désigner un passage auprès d’un fleuve, on le retrouve au village du Boulou (El Voló) qui marque sur la vallée voisine du Tech la transition entre le Vallespir et le Roussillon, voir ci-dessous les limites de Baho en 843.

20 C’est le cas sur les terres de l’abbaye Sainte-Marie, voir A. Catafau, « Les Hispani et l’aprision en Roussillon et Vallespir. Indices d’une croissance, fin viiie-début xe siècle », Frontières, n° 2, Université de Perpignan, 1992, p. 7-20.

21 Jean Abélanet, Les roches gravées nord-catalanes, n° 5 du CEPC, Prades, 1989, p. 180, voir d’autres exemples de petrae sriptae dans des documents d’époque médiévale p. 20-21, 93, 178-179.

22 A. Catafau, « Cimetière, espace consacré, espace protégé : mesures, délimitations et marquages des territoires sacrés à travers quelques exemples nord-catalans (ixe-xiiie siècle) », communication au séminaire Telemme-Université d’Aix-en-Provence, 6 mai 2003, à paraître.

23 Voir Cécile Treffort, « Inscrire son nom dans l’espace liturgique », Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa, vol. 34, 2003, p. 147-160.

24 B. Alart, Cartulaire Manuscrit, t. P, p. 483, source : ADPO, 1B-209, procuration royale, reg. 30, fol. 66 r°.

25 ADPO, 1Bp 659, fol 13 r°.

26 P. Ponsich, dans Catalunya Romànica, vol. VII, Cerdanya-Conflent, p. 33 et 258.

27 Appelée en 1307 la paret de Cavalera, parchemins des archives de la mairie de Vinça (source B. Alart).

28 Dès 1286, du fait du dépérissement du village de Garrieux, dans la Salanque, au nord-est de la plaine roussillonnaise, près des étangs et de la mer, une vaste zone en bordure de l’étang de Salses, ainsi qu’une partie de celui-ci, sont l’objet d’un conflit entre les communautés de Salses et de Saint-Hippolyte. Un document de 1296 établit que pour mettre fin à cette controverse, neuf bornes sont placées pour délimiter les deux finages villageois, et comme repères à terre pour définir les zones de l’étang relevant de l’usage de chaque communauté : « …visa etiam et lecta rodalia sive instrumento rodaliae terminorum castri de Salces dictam controversiam terminorum castri de Salcis et de Sancto Hipolyto… determinarunt et terminos in praedictis poni fecerunt… », 1B40, original sur parchemin.

29 Traduction d’après Edmond Martène, Veterum scriptorum… amplissima collectio, tome 1, Paris, 1724, col. 349-350, a. 993.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Carte des lieux cités dans les comtés nord-catalans
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8187/img-1.png
Fichier image/, 51k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540