Version classiqueVersion mobile

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Première partie. L'historiographie du territoire, à travers l'historiographie française

Quelques conclusions

Mireille Mousnier

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une palette lexicale riche

Des sources et des méthodes

L’examen des sources employées par ces historiens, autres que le noyau dur textuel qu’ils maîtrisent parfaitement, montre leur vaste curiosité. Bloch, le premier, exploite les données des terriers, des enquêtes sur le terrain mais aussi au cadastre, des photos aériennes, des documents planimétriques ; il a recours aussi à la linguistique, l’archéologie, la géographie et à la sociologie naissante. L’intérêt de Déléage pour les cadastres, la carte topographique, les photos aériennes et plans, visant l’étude des parcellaires anciens est une approche très neuve, alors en France. Les sciences de l’environnement, botanique, phytogéographie sont convoquées. Higounet est peu influencé par les réflexions sur l’espace, développées dans le cadre des autres sciences humaines, anthropologie, ethnologie, sociologie, mais a fortement appuyé les débuts de l’archéologie médiévale. Leurs approches sont alors particulièrement novatrices. Le recours ...

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search