Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Première partie. L'historiographie du territoire, à travers l'historiographie française

Quelques conclusions

Mireille Mousnier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Une palette lexicale riche

Des sources et des méthodes

1L’examen des sources employées par ces historiens, autres que le noyau dur textuel qu’ils maîtrisent parfaitement, montre leur vaste curiosité. Bloch, le premier, exploite les données des terriers, des enquêtes sur le terrain mais aussi au cadastre, des photos aériennes, des documents planimétriques ; il a recours aussi à la linguistique, l’archéologie, la géographie et à la sociologie naissante. L’intérêt de Déléage pour les cadastres, la carte topographique, les photos aériennes et plans, visant l’étude des parcellaires anciens est une approche très neuve, alors en France. Les sciences de l’environnement, botanique, phytogéographie sont convoquées. Higounet est peu influencé par les réflexions sur l’espace, développées dans le cadre des autres sciences humaines, anthropologie, ethnologie, sociologie, mais a fortement appuyé les débuts de l’archéologie médiévale. Leurs approches sont alors particulièrement novatrices. Le recours à la géographie (Higounet est lui-même géographe de formation) traduit la prégnance de l’approche possibiliste de Vidal de Lablache : description du milieu naturel comme un décor où les hommes vont apposer leur marque.

2La méthode se fonde chez Bloch sur une démarche comparative et régressive, partant du présent et remontant vers le passé, de proche en proche. Remarquons aussi une pensée structuraliste utilisant la durée longue qui met en évidence les structures, avec des formes pérennes. Mais la dimension structuraliste, éventuellement menacée de fixisme, n’exclut pas des aspects plus dynamiques. Sa pensée est donc systémique ; elle étudie les différentes structures mais aussi leur interaction. Déléage, non moins attaché à cette ampleur chronologique et à l’approche régressive insiste davantage sur les permanences. La démarche de Duby n’est guère structuraliste et Higounet s’en démarque davantage, lui qui préfère l’étude des mouvements extensifs à l’analyse de la façon dont les structures sociales modèlent le paysage.

Un vocabulaire foisonnant

3Le vocabulaire des textes est à peu près systématiquement traduit par tous et Bloch soulignait que le latin était déjà une traduction de la langue parlée. Nous sommes en présence d’équivalences plus ou moins approchées et quand la réalité est là, le vocabulaire n’y est pas toujours. Déléage s’engage dans une réflexion sur le sens des mots latins par des définitions (cf. villa, ager, finis). Et il est bien difficile de savoir si la maison qui est in villa N est située dans le village ou dans le finage. Boutruche rajoute un lexique de vocabulaire gascon.

4Mais ces mots français n’en sont pas pour autant plus explicites car les auteurs n’offrent guère de définitions, employant les mots dans un sens commun, ou largement polysémique. Le contexte de l’emploi permet souvent d’éclairer le sens, mais l’utilisation en est très souple. La vision de l’espace est floue sur les détails, mais nette sur l’ensemble. L’impressionnisme géographique n’est pas gênant à l’échelle où ils travaillent, mais le serait plus à celle d’un parcellaire.

5Sans examiner l’ensemble des mots, l’attention peut s’attacher à quelques difficultés majeures.

6« Terre », très fréquent chez Duby, recouvre tous les aspects techniques, juridiques, socioéconomiques. Le sens est très proche de terroir ; au singulier plus près de superficie, au pluriel plus près du statut de la terre et des charges pesant sur elle. Déléage qualifie ainsi les biens-fonds détenus par un exploitant ou un seigneur, mais aussi les sols qui particularisent une région. Higounet emploie ce mot de manière très neutre, de la pellicule fertile à l’étendue.

7« Terroir » est majeur chez Bloch, mais non réellement différencié de finage. Déléage précise : ensemble de la surface cultivée d’une agglomération ou d’un groupe d’agglomération, espace emboîté comportant des îlots/quartiers/parcelles, délimité essentiellement par des voies. L’emploi par Higounet a une sémantique très large : le terroir s’articule de manière ambiguë avec finage et territoire, parfois pris comme synonymes. Il ne renvoie à aucun mot latin, c’est un mot-outil : ensemble des terres aux aptitudes particulières, ensemble des terres cultivées dépendant d’un village, ou d’un sous-ensemble du village (grange, domaine) ; espace cultivé formé de parcelles formant un espace continu. Boutruche emploie à la fois le sens étroit actuel et le sens plus large d’agencement des différents terroirs, soit le finage.

8« Finage » reste d’emploi plus rare : terres mises en valeur par la communauté des habitants (Bloch) ; il renvoie à un groupe limité et terroir à un groupe plus grand, ; c’est aussi l’ensemble du terroir d’un village (Déléage) ; des espaces cultivés ou tout ce sur quoi s’exercent les droits d’usage d’une communauté (Higounet) ; partie anthropisée du territoire villageois (Duby). Le débat reste manifestement ouvert et le mot n’a pas de succès.

9« Limites » s’appuie sur des constantes géographiques de modelé, relief, hydrographie, qui imposent une délimitation, et bien des limites naturelles sont devenues des frontières communales. Pour son Bordelais, Boutruche préfère la frontière tout en posant les problèmes de la discontinuité, de l’épaisseur, de l’englobement ou du débordement. Les limites sont juridiques ou économiques pour Duby qui, de manière littéraire, préfère « lisières » surtout entre ager et saltus.

10« Territoire » n’apparaît pas tout de suite dans les œuvres de Bloch : espace politique et fiscal, délimité par une autorité, sur lequel s’exerce l’hégémonie seigneuriale. Déléage lui donne une acception juridique, administrative, alors que « terroir » caractérise l’entité foncière. Higounet désigne aussi ainsi des réalités administratives. Rare chez Duby, le territoire n’est pas lié au village et à son organisation spatiale. C’est l’espace sur lequel s’exerce le droit de ban territorial d’un seigneur quel qu’il soit, lié au château.

11Le « quartier » est le plus souvent un sous-ensemble du terroir, morcelé en parcelles, mais aussi une spécialisation culturale, ou topographique (Higounet). Duby utilise « parcelle » presque comme synonyme de champ mais rappelle que toutes les parcelles ne sont pas que cultivées (emplacements de maisons, tout type de terre du territoire considéré).

12« L’assolement » demeure ambigu car il n’est pas distingué de la rotation des cultures chez Déléage quoique lié à la pratique agraire communautaire des divisions en soles. Duby attire l’attention sur le fait qu’à ce sujet, il ne faut pas plaquer les réalités modernes sur le Moyen Âge et différencie nettement les deux.

13« L’exploitation » est à la fois un ensemble des parcelles cultivées réparties dans l’espace, avec le centre économique qu’est la maison et les bâtiments d’exploitation, mais aussi une unité fiscale, sociale, économique. Par ailleurs, elle est aussi action et manière d’exploiter les terres, nature et qualité de l’organisation du territoire, exploitation des hommes dans le cadre de la seigneurie banale. Higounet insiste sur le type de mise en valeur, mais aussi l’entreprise agricole : le domaine a une double valeur sémantique et la tenure correspond aux formes différentes d’amodiation. À l’intersection de l’exploitation et de l’appropriation se situe le manse, à la fois tenure et unité d’exploitation. On note que pour Duby, le domaine correspond à la réserve et aux grandes pièces labourables et non au grand domaine, de type villa.

14« L’habitat » est un élément central chez Déléage car il caractérise deux grandes aires de civilisations : le bourg et le village son synonyme, caractéristiques de l’habitat concentré lié aux tribus germaniques, le hameau et l’écart (qui caractérisent l’habitat dispersé), liés à l’importance des familles méditerranéennes. Duby emploie « habitat » surtout pour les maisons isolées dans la campagne. Higounet se montre très attentif à la typologie, à la morphologie : dispersé, aggloméré, à la morphogenèse (il demeure le fondateur de la trilogie sauveté-castelnau-bastide)

15« L’agglomération » est qualifiée par un vocabulaire riche. Mais si « village » occupe presque tout le paysage, comment différencier bourg et bourgade ? où placer le hameau (habitat aggloméré plutôt que dispersé) ?

16Certaines absences sont significatives, même si la liste n’en est pas complète : chez Higounet les couples descriptifs ager/saltus, infield/outfield, cultum/incultum ; chez Duby les bornes, bâtiments, culte, chevelu, front, maillage ; faiblesse de parcellaire, périphérie, openfield ; chez Boutruche manquent les mots de l’espace dans la géographie actuelle : finage, maillage, environnement, périphérie, front.

Concepts opératoires

Le rapport à l’espace et à la géographie

17Il se caractérise tout d’abord par le choix de l’échelle des travaux. Bloch compare la France et l’Angleterre ; Duby embrasse l’Europe entière ; Higounet a fait varier les niveaux d’échelle, de la seigneurie locale, à une région, un pays, l’Europe tout entière. Le Bordelais de Boutruche, la Bourgogne de Déléage embrassent de vastes ensembles. Il faut garder présent à l’esprit que de pareilles variations d’échelle ont des incidences notables sur les problèmes abordés et le vocabulaire employé.

18La richesse du vocabulaire de la géographie permet de décrire les paysages avec une très grande pertinence (Higounet), mais aussi d’aborder les problèmes d’organisation de l’espace, d’occupation du sol. Le foisonnement autour de « paysage » dépasse nettement la seule géographie. Jamais défini chez Déléage, il est lyrique, associé au milieu naturel, décor planté. Chez Boutruche, les régions sont naturelles et les paysages agraires, résultant de l’action des hommes au fil des siècles ; mais aussi, le paysage est le donné naturel. Fossier en fait le reflet des potentialités géographiques, relativement intemporel et proche du point fixe. Higounet le fait résulter de l’ensemble de tous les éléments (agraire, végétal, morphologique, aménagé). Déléage parvient à « civilisation », non défini, mais qui comprend l’habitat, le terroir, l’exploitation rurale, l’organisation sociale et les techniques d’exploitation : c’est en fait un mode de vie agraire spécifique. Bloch emprunte à Vidal de Lablache l’analyse descriptive pour commencer l’analyse spatiale. Le sens des mots liés à l’espace est déterminé non par une définition préétablie, mais par la prégnance du groupe sur l’espace. Le paysage demeure une représentation humaine, liée à sa perception, et donc le vocabulaire a peu de rigueur sémantique et conceptuelle. Higounet reste le théoricien et praticien majeur de la géo-histoire et de la cartographie historique ; il a joué un rôle éminent dans la prise en compte de la dimension spatiale des faits historiques. Lui mis à part, on ne peut que remarquer la faiblesse de l’appareil cartographique dans les démonstrations.

19Les unités spatiales de références sont déclinées chez Boutruche : paroisse, exploitation rurale, tenure, cellule peuplée d’habitants relevant d’un même maître ; seigneuries qui ont pour centre un château, un monastère. Il utilise les emboîtements d’espaces (région, pays, terroir). Bloch est plus sensible à une approche arithmétique des subdivisions spatiales (« répartition, fraction, proportion »).

20Les concepts de la géographie récente (limites, dynamique, analyse spatiale) sont peu présents, ce qui n’a rien d’étonnant et on ne peut que souligner cette irruption récente dans le vocabulaire des historiens de maintenant. Higounet met plus l’accent sur la dynamique de l’occupation du sol avec une très grande palette lexicale, de l’essor, à la poussée, à l’accroissement, comme Boutruche. Bloch, en fait, étudie davantage la dynamique sociale que spatiale proprement dite, par le biais de l’analyse de l’emprise du groupe social sur le territoire. Déléage souligne l’importance des contacts établis dans l’histoire : pas de réflexion sur la frontière, mais débat sur les contacts. Par contre il procède à une forte analyse spatiale de l’exploitation (cohérence et discontinuités, processus de genèse de l’occupation des terres) et sur la seigneurie (morcellement des terres mais influence sur un ensemble géographique cohérent à travers le château).

21Les « réseaux » penchent fortement du côté du maillage aussi bien chez Higounet que Duby. La perception linéaire des itinéraires (du paysan) et frontale (des confins) aboutit au xiie siècle, comme l’a montré Higounet, à une représentation en deux dimensions de l’espace conceptuel. « Réseau » s’enrichit lorsqu’il y a hiérarchisation des lieux de peuplement, des chemins publics (Boutruche), mais reste encore très statique.

22Les « centres » s’identifient en liaison avec le domaine et sa tête d’où émanent les ordres et vers lequel convergent les productions et rentes (Duby), mais la dynamique des pôles n’est pas encore là. Déléage établit des listes de lieux (chefs-lieux), et non les territoires contrôlés. Higounet, pendant longtemps, a une utilisation de « réseaux » qui n’a rien de systémique. À la fin de sa vie, il pense l’espace suivant la théorie des lieux centraux élaborée par Christaller en Allemagne et se lance dans une expérimentation fondée sur ce système conceptuel, nouveau en France.

Seigneurie et territoire au cœur de la dynamique spatiale

23Bloch conçoit la seigneurie comme un espace de pouvoir aux traits modelés par les formes juridiques de l’emprise seigneuriale sur le territoire et cette emprise spatiale est indissociable de l’habitat groupé : la gestion d’un territoire de pouvoir ne peut être que dans le cadre de l’autorité exercée sur un groupe humain. Déléage enrichit la notion de terroir de celle de territoire à partir du xe siècle : le passage à l’ère féodale conduit à la mise en place de la seigneurie territoriale. Le choix de l’échelle a basculé, la cellule de base de l’encadrement territorial étant la seigneurie. Fossier a élaboré pour ce cadre un concept novateur d’occupation de l’espace, l’encellulement qui mériterait de longs développements, tout comme l’incastellamento de Toubert. Boutruche semble fort proche de cet encellulement. Par contre, Higounet se montre longtemps peu sensible au thème de la micro-territorialisation de la société. Son attention ne se porte pas sur le territoire paroissial, castral : les châteaux pyrénéens, par exemple, sont vus en 1951 sur le plan stratégique et non comme restructurant un territoire en proximité.

24Le village semble être le cadre nécessaire de cette spatialisation des pouvoirs, mais le rôle des communautés reste beaucoup plus flou. Le village est la traduction spatiale d’une entité collective, en l’occurrence la collectivité organisée par la seigneurie. Pour Bloch, les civilisations agricoles, conditionnées par les relations sociales, les formes du travail et le type d’habitat, engendrent des contraintes collectives. Le discours de Higounet, en mettant en relief le rôle des seigneurs pour fonder des villages, organiser, exploiter l’espace rural, laisse dans l’ombre, sans la nier formellement, la part d’autonomie spatiale des communautés et des paysans. Duby, lui, fait du village le lieu d’où part un pouvoir (rôle de l’assemblée ou de la communauté de villages, qui détient un pouvoir économique, et exerce un certain nombre de privilèges) mais lieu sur lequel s’exerce le pouvoir du hobereau. Les contraintes de la rotation et du cycle des cultures se sont imposées aux paysans, contribuant à façonner les communautés villageoises et la vaine pâture provient de la rotation triennale possible en pays de champs ouverts et de regroupement des parcelles.

La chronologie en débat

25La chronologie se déploie en vastes cycles et Bloch, comme Duby ont recherché le rythme du peuplement de l’espace, les grandes étapes de l’occupation. Bloch utilise une approche dialectique mettant en relief les grandes césures chronologiques xe-xie siècles et xive, attentif, au-delà de l’étude des structures sociales, à leur évolution, envisagée en termes de crise et de rupture. À un haut Moyen Âge le plus souvent sombre succèdent les xie-xiiie siècles, époque de la croissance dont Duby offre de fortes images avec la multiplication des centres habités et la place des villages dans cette croissance. Puis la récession des xive et xve siècles. a entraîné des milliers de désertions. Le vocabulaire ne trompe pas : le servage (nouveau ?) apparaît au xiiie siècle (Duby). Chez Déléage, l’espace est révélateur des permanences (sur le temps long) mais cette approche lisse les mutations éventuelles. Il est aussi lieu de fracture, de contacts et non étendue homogène. Révélateur du fonctionnement de la société, il est vivant et non inerte.

26La perception du haut Moyen Âge a été très marquée dans cette historiographie. La vision en est statique chez Duby où de grandes clairières offrent un réseau stable du peuplement et les limites intangibles du village. Ces clairières sont mises en valeur au milieu d’océans de forêts rejetant l’habitat et donc l’humanisation. Le désert de l’inculte est celui d’un âge ensauvagé, rustre et rude. La faiblesse des sources, des techniques et des rendements, de l’économie tout entière marque la faiblesse de l’emprise et entraîne une mobilité : cultures itinérantes et habitat non fixé. L’œuvre d’Higounet atteste cependant une profonde incertitude sur l’interprétation de la grande croissance des xie-xiiie siècles, entre processus de conquête anovo et processus de restructuration de l’existant : le colloque de Flaran sur la croissance du haut Moyen Âge (1988), organisé à son initiative fut l’occasion de rectifications et les apports de l’archéologie ont été remarquablement importants en ce domaine. De même a été réévaluée l’apparition du village qui existe au haut Moyen Âge, souvent assimilé cependant au hameau, mais devenu phénomène marquant dès le xe siècle. La question n’est plus maintenant celle de l’apparition, ou de l’émergence du village.

Quelques écueils idéologiques

27L’étude de l’espace est profondément orientée vers l’histoire sociale, dans la continuité de Bloch pour qui l’espace est produit de la société, l’homme étant placé au cœur des processus historiques. Sa sensibilité aux techniques agraires, comme celle de Déléage à la civilisation matérielle ou aux parcellaires, s’inscrivent dans ce courant.

28Quelques écueils idéologiques ont été évités, en particulier ceux qui sont inhérents aux dérives dogmatiques de la pensée marxiste. La pensée de Bloch est particulièrement dialectique, mais il n’applique pas des schémas : il utilise des outils d’analyse. Il lie rapports sociaux et économiques, mais surtout intègre la dimension de l’aliénation de l’individu. Des liens systématiques sont faits entre propriété de la terre, dépendance des individus et rapports de production. Higounet manifeste une réticence très nette à utiliser des éléments lexicaux ou des schémas de raisonnement situés dans cette mouvance : l’espace agraire n’est pas le reflet du mode de production d’une société donnée, et il préfère le concept de colonisation sous la pression démographique plutôt que de changement du mode de production et d’appropriation.

29D’autres courants idéologiques émergent çà et là. Le recours préférentiel à « terroir » et « région », des expressions comme « notre sol », « nos frontières », « patrie » trahissent chez Bloch la représentation mentale d’un espace très politique, influencé par l’histoire contemporaine. Il intègre le présent dans la réflexion : la méthode régressive n’est pas un simple outil mais un engagement politique, et son discours est empreint du souci de forger la paix en Europe. Dans une symbolique très différente, Fossier donne à « sol », synonyme de « terre », un sens profond de nourricier, vivrier, plein de générosité et de fécondité. Il accorde une valeur très humaniste à la terre matrice de la société (« la terre et les hommes »). Bien des géographes avaient déjà donné ce titre à leurs thèses régionales et l’École des Annales avait entraîné les historiens vers de nouvelles voies.

30La quête des origines se présente chez Bloch comme une interrogation fondatrice sur la genèse des particularités des paysages ruraux français, depuis des temps immémoriaux et selon une construction par l’accumulation des temps : il se démarque nettement des excès dans lesquels sont souvent tombés ses contemporains, différenciant « civilisation » de la notion « d’ethnie ». De même Déléage est amené à remonter aux hautes époques à la recherche des lointaines « ascendances », ce mot n’impliquant aucune théorie ethnique et anthropologique : son livre fut publié en 1941 ! Ces historiens, en refusant tout recours à une explication ethnique ont écarté les dangers idéologiques d’un patriotisme allemand connoté de peuplement autoritaire et de planification. Les travaux des toponymistes et des archéologues de leur temps n’ont pas su manifester une circonspection identique.

31Mais le fleuron idéologique demeure la vision très prométhéenne de la grande croissance des xie-xiiie siècles. « Mise en valeur » comme « mise en culture » se retrouvent fréquemment chez tous, accordant tant de valeur aux manifestations du progrès humain. La colonisation est dilatation de l’espace cultivé, conquête agraire chez Déléage. Le thème est fort chez Higounet : élargissement des espaces cultivés, rassemblement des noyaux de peuplement épars en agglomérations nouvelles. Il emploie un riche vocabulaire autour de la colonisation, de la fondation, qui donne lieu à des formes organisées, à une planification ; les espaces ainsi colonisés deviennent des terroirs, et prennent une configuration spatiale durable. Cette génération d’historiens, fascinée par la mise en valeur des vastes espaces médiévaux, n’a pas été touchée par les écosystèmes ; elle n’a vu dans « milieu », « environnement » que peu de rapport avec le territoire (au sens social de Duby). Les sciences paléo-environnementales, l’archéologie, travaillent désormais sur le champ (parcelles non bâties), sur des sites non habités, mais sur lesquels il y a des traces humaines. L’échelon d’investigation est désormais la « tache », à l’autre bout de l’échelle, niveau que ces historiens n’avaient vraisemblablement pas imaginé.

32Des filiations se repèrent, sans véritable rigueur généalogique, et elles n’ont pas été étudiées pour elles-mêmes : la grande connaissance de l’historiographie anglaise et allemande de Bloch, le croisement fécond avec des géographes comme Vidal de Lablache, Faucher pour Higounet, Dion pour Boutruche, l’héritage de Bloch chez Déléage et Duby, ou de la géographie et de l’histoire allemandes sur Higounet. L’histoire rurale est, pour tous, affaire de vision d’ensemble pour laquelle le vocabulaire de l’impression photographique ou des peintres paysagistes côtoie la précision géographique.

33Notre besoin de rigueur sémantique et conceptuelle s’est souvent heurté aux imprécisions, au vocabulaire foisonnant mais non défini employé par ces auteurs qui sont aussi de grands écrivains. Tous ont manifesté une attention particulière à la qualité de l’écriture et attaché la plus grande importance au style. Les nombreux synonymes, les répétitions savamment évitées ne sont-elles pas faites au détriment de la précision du vocabulaire ? Nos difficultés ne proviennent-elles pas aussi pour partie de ce que l’espace médiéval est mal limité et il est alors anachronique de vouloir projeter sur lui nos conceptions fortement territorialisées ? Vraisemblablement nous nous posons des questions et nous leur posons des questions qu’ils ne se posaient pas, hommes de vaste culture brassant de larges pans des sciences sociales.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540