Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Première partie. L'historiographie du territoire, à travers l'historiographie française

L’espace agraire et le territoire dans l’œuvre de Charles Higounet

Premiers éléments

Benoît Cursente

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 P. Toubert, « L’œuvre de Charles Higounet (1911-1988) », dans I borghi nuovi, R. Comba et A. Setti (...)

1Il conviendrait de souligner en préambule la richesse et la diversité exceptionnelles de la production historique de Charles Higounet ; la possibilité de renvoyer au beau texte nécrologique de Pierre Toubert, rédigé dès 1989, nous dispense de le faire1. C’est à l’un des aspects particuliers de son œuvre qu’est dédiée cette contribution. Charles Higounet est un des maîtres de la médiévistique du siècle écoulé qui a été sans doute le plus fortement préoccupé par la mise en espace de l’histoire des sociétés qu’il s’employait à restituer. Rappelons simplement en guise d’exergue qu’il est un des théoriciens et un des praticiens majeurs de la « géo-histoire », qu’il a été, à Bordeaux, un des pionniers de la cartographie historique, et que vingt années durant, à Paris, il a animé à l’École Pratique des Hautes Études un séminaire de géographie historique de l’Occident médiéval.

  • 2 Le système de références adopté ici tient compte du fait qu’une partie des travaux de Charles Higo (...)
  • 3 La bibliographie la plus complète figure en préface de Paysages, p. XXI-XXXII, puis de Villes, p. (...)

2La bibliographie complète de Charles Higounet, qui ne compte pas moins de 280 titres2, correspond à une production qui s’étale sur plus d’un demi-siècle, soit exactement entre 1932 et 1988 (avec 9 publications posthumes)3. Même si l’essentiel de l’œuvre se concentre entre 1947 et 1988, la première difficulté qui se présente est la prise en compte des évolutions intervenues dans son répertoire lexical comme dans le champ sémantique de son vocabulaire. La seconde difficulté réside dans la relative hétérogénéité de son œuvre, qui est majoritairement (mais non exclusivement, tant s’en faut) vouée à l’histoire de l’occupation du sol et du peuplement. Si l’on s’en tient à ce seul domaine, il s’avère que Charles Higounet a multiplié les angles et des échelles d’observation. Ses travaux ont pu porter sur un manse, un domaine seigneurial, un village et son finage, une ville et son plat-pays, une seigneurie comtale, un vaste ensemble régional (la Toscane, l’Aquitaine, le Bassin Parisien, la zone subalpine), pour embrasser parfois des dimensions sub-continentales (l’Europe centrale et orientale), ou continentales (l’Europe dans son ensemble). Ses publications peuvent principalement consister :

  • en une monographie ;
  • en une étude thématique portant sur une technique (la charrue), une pratique (l’assolement triennal, les défrichements), une production (la vigne et le vin), une forme d’habitat (sauveté, bastide, hostise) ;
  • en une confrontation dialectique : bastides et frontières, sauvetés et chemins de Saint-Jacques, cisterciens et bastides…

3Reste enfin à préciser ma propre posture. Élève de Charles Higounet à l’Université de Bordeaux de la licence à la thèse de troisième cycle (1966-1979), j’ai été abreuvé non seulement de son œuvre mais aussi de son enseignement. Et plus encore que par ses analyses livresques, j’ai été influencé de façon décisive par le rapport vivant à l’espace qu’il pratiquait et préconisait : pour disserter valablement sur une société médiévale donnée il importe d’aller observer in situ l’espace physique dans lequel elle s’était déployée… Quel qu’ait pu être mon souci de distanciation, une telle imprégnation demeure. Il était donc nécessaire de fonder, par ailleurs, l’analyse du discours de Charles Higounet sur des bases objectives. Après mûre réflexion, j’ai choisi de présenter cette contribution comme l’articulation de deux échelles d’observation. Tout d’abord j’ai tenté de restituer des lignes de force de la pensée de Charles Higounet en prenant en compte l’ensemble de son œuvre. Ensuite, à partir des résultats d’une étude lexicographique menée sur un échantillon de publications, je propose une analyse plus fine des mots-clés de son discours.

Armature et évolution de la pensée de Charles Higounet

  1. Le discours de Charles Higounet sur l’espace provient, il le revendique, de sa formation de géographe : c’est un élève de Daniel Faucher. Sa production est longtemps d’ailleurs restée indistinctement destinée à un public d’historiens et de géographes. Son second article, publié en 1934, est l’étude morphologique d’une haute vallée pyrénéenne4. En 1950, sa publication sur la seigneurie rurale et l’habitat en Rouergue du ixe au xive siècle fait l’objet d’une correspondance avec le géographe André Meynier5. Pour finir il a été honoré, en 1983, par le grand prix de la Société Géographique de Paris. Sa conception de la géo-histoire repose sur un inébranlable credo en l’unité d’une culture historico-géographique6.
  2. La géographie, omniprésente dans l’univers intellectuel de Charles Higounet, est naturellement une géographie héritée des conceptions de Vidal de la Blache, que l’on peut définir sommairement comme un possibilisme, et dont il n’est pas besoin de souligner la prégnance jusqu’au début des années 1960 : « La nature propose et l’homme dispose7. » Les monographies régionales de Charles Higounet commencent donc volontiers par une description du milieu naturel, dont on ne peut qu’admirer l’admirable précision8. Ce décor planté, les rapports de l’homme à son espace sont des rapports de conquête, de colonisation, mot clé de l’œuvre du maître bordelais. Cette colonisation présente un double aspect : élargissement des espaces cultivés et rassemblement des noyaux de peuplement épars en agglomérations nouvelles. Charles Higounet a une claire vision de l’existence de structures (mot bien présent dans son discours), mais il est davantage attiré par l’étude des mouvements extensifs qui modifient l’espace habité que par l’analyse de la façon dont les sociétés modèlent cet espace par un jeu de transformations internes.
  3. Charles Higounet est un des théoriciens et un des praticiens majeurs de la cartographie historique (il est, rappelons-le, le fondateur du laboratoire de cartographie historique de Bordeaux). Il n’ignore pas l’inadaptation des représentations linéaires rigides avec les réalités médiévales mouvantes et discontinues et il a précocement recherché des modes de représentation plus adéquats9. Toutes précautions prises, il revendique pour la cartographie une forte valeur heuristique et une place à part entière dans les processus de démonstration hypothético-déductifs10.
  4. L’examen de l’œuvre de Charles Higounet conduit à évaluer son degré de perméabilité aux systèmes de description de l’espace utilisés par ses prédécesseurs ou ses contemporains. Toutefois, une telle évaluation est rendue difficile par la retenue généralement observée par Charles Higounet dans l’explicitation des œuvres qui influencent ou nourrissent sa pensée. On cherchera vainement une description théorique et critique des emprunts qu’il a pu faire à la Siedlungsgeschichte allemande11. Sans doute peut-on considérer que le fait de définir son domaine de recherche de prédilection comme étant « l’histoire de l’occupation du sol et du peuplement au Moyen Age » valait, par la pratique, adhésion à cette école de recherche12. Sur un registre plus anecdotique, c’est surtout à travers ses recommandations orales de lecture que nous avons pu identifier l’importance de sa dette envers l’œuvre de Jacques Flach (Les origines de l’ancienne France, 1884-1904), généralement oubliée à cette époque. Les quelques remarques qui suivent sont donc loin d’épuiser la question.
    • On note l’absence des binômes « prêts à penser » tels que ager/saltus, cultum/incultum, infield/outfield : Charles Higounet n’en ignorait évidemment pas l’existence. Peut-être répugnait-il à y recourir en considérant que leur emploi mettait la pensée sur les rails d’un mode de pensée systématique dont, c’est notre hypothèse, il refusait la rigidité.
    • Charles Higounet, qui mieux que nul autre chercheur est parvenu à une pratique quasiment fusionnelle de deux disciplines, l’histoire et la géographie, n’a guère été influencé par les réflexions sur l’espace développées dans le cadre des autres sciences humaines, notamment dans les dernières décennies de son existence : sociologie, ethnologie, éthologie… De même, les études environnementales structurées par le concept d’écosystème ont elles surtout été développées par la génération de chercheurs qui a suivi sa disparition.
    • Charles Higounet éprouve une réticence manifeste à emprunter, fut-ce de manière purement instrumentale, des éléments lexicaux ou des schémas de raisonnement situés dans la mouvance de la pensée marxiste. Comme on l’a déjà noté, l’organisation de l’espace résulte davantage d’un processus de croissance (à la fois démographique et agraire) que d’un mode de production. Ce fait de tendance étant relevé on se doit de souligner que Charles Higounet a parfaitement montré comment certains blocages pouvaient se traduire par la fossilisation dans le paysage même de la structure agraire (le mas rouergat), tandis que d’autres se résolvaient par une dynamique transformatrice (le domaine cistercien devenant assiette de bastide).
    • On ne saurait dire que Charles Higounet a joué un rôle pionnier dans l’affirmation du thème de la micro-territorialisation de la société, tel qu’il a été conceptualisé à partir des années quatre-vingt du siècle passé par Robert Fossier par le terme outil d’encellulement. Ses études sur la mise en place de la trame des paroisses se focalisent sur les hagiotoponymes sans se préoccuper de la question du territoire. Il en va de même, originellement, pour les châteaux : sa carte des châteaux pyrénéens, présentée en 1950, a une allure de « ligne Maginot » et son commentaire n’envisage à aucun moment la polarisation des territoires autour des forteresses13. Toutefois, dans les années soixante, il considérait la thèse de Gabriel Fournier comme un événement historiographique majeur et la recommandait fortement comme modèle aux élèves qu’il lançait sur la thématique « châteaux et peuplement14 ». Enfin, pour lui comme pour tant d’autres, le phénomène d’incastellamento, puissamment mis au jour dans la grande thèse de Pierre Toubert publiée en 1973, a constitué une révélation essentielle15. Et c’est, de façon significative, au thème « Châteaux et peuplements » qu’il décide de consacrer, en 1979, la première session des Journées d’Histoire de Flaran (dont il est le fondateur).
  5. Éloigné de tout dogmatisme, Charles Higounet n’a cessé de remettre en question ses propres interprétations quand il les jugeait simplificatrices ou erronées16. Et il n’a cessé non plus d’être attentif aux nouveautés du mouvement scientifique (prêtant notamment main forte au premier essor de l’archéologie médiévale). C’est au soir de sa vie que se situent deux évolutions décisives, quasiment pionnières, dont il n’a malheureusement pu recueillir les fruits.
  • 17 De cette hésitation témoigne son article « Gimont avant la bastide », dans Études géographiques of (...)
  • 18 La croissance agricole du haut Moyen Age. Chronologie, modalités, géographie (Flaran 10, 1988), Au (...)

4Concernant l’interprétation de la grande croissance médiévale des xie-xiiie siècles, son œuvre traduit une hésitation de plus en plus marquée entre un processus de conquête a novo et un processus de restructuration de cellules préexistantes17. C’est probablement ce doute, qui conditionnait toute sa lecture de l’histoire, qui est à l’origine de sa proposition de consacrer les Journées de Flaran de 1988 au thème de la croissance du haut Moyen Âge. On connaît l’impact considérable de cette manifestation qui se tint en son absence18.

  • 19 Il est employé dans le sens de maillage ; cf. par exemple « Pour l’histoire de l’occupation du sol (...)
  • 20 « Centralité », petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale, dans Les petites villes du (...)
  • 21 À propos de la perception de l’espace au Moyen Age, dans Recueil des Mélanges offerts à Karl Ferdi (...)

5Jusque dans les années quatre-vingt, le terme de réseau, qui figure dans le lexique de Charles Higounet, n’est lié à aucune construction systémique19. Or, dans ses derniers articles, il a réalisé tout l’intérêt que pouvait présenter pour les médiévistes l’utilisation du système des lieux centraux élaboré cinquante années en arrière en Allemagne. Il franchit donc le pas pour penser l’espace en terme de réseau christallerien et publie en 1987 un article pionnier sur le thème de la centralité des petites villes de l’Aquitaine médiévale20. Enfin fait figure de testament, sur le thème de l’espace médiéval, la publication posthume parue dans les Mélanges K. F. Werner : constatant que c’est vers la fin du xiie siècle que se combinent les deux perceptions de l’espace, linéaire et frontale, il conclut à la nécessité de bien distinguer le « sens paysan de la connaissance des terroirs » et la perception intellectuelle de l’espace21.

Éléments d’analyse lexicale du discours de Charles Higounet

  • 22 Par projection des chiffres apparus lors du dépouillement de notre échantillon, on peut évaluer à (...)
  • 23 Ces six publications, qui jalonnent vingt-cinq ans de production historique, ont été prises dans l (...)

6Compte-tenu de l’abondance et de l’éclatement de l’œuvre de Charles Higounet et de notre insuffisante disponibilité en temps de recherche, plusieurs années auraient été nécessaires pour mener à bien une analyse lexicale complète22. Les échéances de ce travail collectif n’autorisaient pas pareil délai. Après une lecture attentive de l’ensemble des publications (avec prise de notes), nous avons donc opté pour un travail statistique sur échantillonnage. Nous avons dépouillé six publications échelonnées entre 1949 et 1975, portant sur des sujets divers23, pour alimenter une base de données Access. Ont été finalement retenues 1 042 occurrences, à l’issue d’un travail de lissage qui nous est apparu indispensable.

7En effet, la grille collective comprend un noyau dur de termes, mais reste forcément ouverte. Au fur et à mesure du dépouillement s’est imposée la nécessité de fixer des limites pertinentes à l’entreprise de façon à ne pas diluer le champ d’observation. Il est rapidement apparu nécessaire d’éliminer des comptages deux sortes de termes, l’un trop général, l’autre trop particulier :

  • le lexique général de la géographie physique, très abondamment utilisé, on l’a dit : combe, collines, glacis, moraine, vallée, etc ;
  • la désignation d’un phénomène pris lui-même comme objet d’étude. Par exemple, lorsque Charles Higounet consacre une monographie aux artigues, ce mot artigue revient forcément à de multiples reprises dans une même page, voire dans un même paragraphe, ce qui fausse ipso facto les comptages. Il en va de même, bastide, sauveté, etc.

8Le soin que Charles Higounet mettait à son travail d’écriture le conduisait à faire, dans toute la mesure du possible, la chasse aux répétitions. L’analyse purement statistique doit donc être pondérée par cette considération littéraire : la part des mots pour lesquels existent des équivalents synonymiques évidents se trouve manifestement minorée par rapport aux « idéaux-types » quasiment irremplaçables.

L’agencement du paysage agraire

9Toutes pondérations faites, le mot terroir (68 occurrences) est le plus fréquemment utilisé. Son usage est celui d’un terme-outil, qui n’est jamais mis en rapport avec un élément du lexique médiéval. Sous la plume de Charles Higounet (comme, semble-t-il, de beaucoup d’autres auteurs), le terroir correspond à une palette sémantique particulièrement large, voire contradictoire.

10Définition par destination : ensemble des terres à usage agricole dépendant d’un village (« terroir de la bastide », « terroir du nouveau village ») ; d’un quartier (« terroir des quartiers ») ; d’une seigneurie (« terroir de l’abbaye », « terroir de la grange ») ; d’une unité d’exploitation (« terroir d’un manse », « terroir des casaux »). S’agit-il des seules terres cultivées ? L’ambiguïté n’est pas toujours levée dans la mesure où apparaît parfois la spécification « terroir agricole ».

11Définition par origine : « terroir ancien », « terroir proto-historique », « terroir gallo-romain », « terroir de défrichement », « terroir d’artigues »…

12Unité englobante pour des entités de dimension variable : « parcelles des terroirs », « bastide taillée dans un terroir », « terroir divisé en trois soles »…

  • 24 Le comté de Comminges, de ses origines à son annexion à la couronne, Toulouse-Paris, 1949, 2 vol. (...)

13Espace caractérisé par une qualification ou une caractéristique agronomique particulière : « bon terroir », « terroir de grosse production », « terroir de boulbènes »… Le terroir constitue alors une entité englobée dans un quartier (« le beau terroir d’un quartier »), un domaine (« les domaines des seigneurs de Biros qui avaient regroupé un certain nombre de terroirs24 »), etc.

14Espace agraire caractérisé par des formes parcellaires ou une topographie données : « terroir rubanné », « terroir d’openfield », « terroir plat », « terroir de montagne »…

15Le terroir s’articule de façon ambiguë avec le finage et le territoire, beaucoup moins fréquents. Dans un certain nombre de cas, Charles Higounet a manifestement eu recours à l’un ou l’autre de ces mots pour éviter d’employer terroir de manière exagérément répétitive.

  • 25 « Territoire forestier », « territoire du village entouré de forêts », « territoire agraire »…
  • 26 « Les sauvetés bordelaises », Bordeaux pendant le Haut Moyen Age, Bordeaux, 1963, p. 240-246, réed (...)

16Le mot territoire (19 occurrences) couvre ainsi un champ sémantique dont la complexité n’a rien à envier à celle du terroir. Terroir est en effet souvent équivalent de territoire (avec les mêmes acceptions contradictoires25), mais parfois aussi d’un sous-ensemble de cette entité : « (un seigneur) donne sur le territoire le terroir du nouveau village ». Tantôt déconnecté de toute idée d’appropriation, territoire désigne un espace géographique caractérisé par une formation végétale dominante (« le territoire forestier de Bouconne ») ; tantôt il est au contraire lié à un acte de territorialisation de l’espace particulièrement précis (bornage du territoire pastoral, délimitation par les croix d’un territoire de sauveté). Sous la plume de Charles Higounet, territoire est un mot outil désignant l’espace agraire propre à une communauté, fût-il désigné comme allodium dans le texte correspondant26. Pour être complet, signalons que dans un même article, territoire peut désigner en outre les réalités administratives actuelles (« territoire du département des Landes »).

  • 27 Notamment quand il affirme que « les quartiers d’artigues ont doublé la superficie des finages de (...)
  • 28 Le comté de Comminges, p. 455 : « … Outre des chaumes, les animaux trouvaient d’ailleurs dans tous (...)
  • 29 « Les sauvetés de Moissac », op. cit. : « La limite interne matérielle de l’agglomération était pr (...)

17Quant à finage, son emploi est nettement plus rare (4 occurrences), mais sa polysémie n’est pas moindre. Il se trouve être parfois synonyme de terroir pris dans ses différentes acceptions (ex. : « finage d’artigues »), avec parfois le sens de grand terroir (de l’important défrichement d’un terroir d’artigues « il est résulté un vaste finage ». Il se réfère tantôt au seul espace mis en culture27, et tantôt à l’ensemble de l’espace exploité et approprié (avec droits d’usages) par une communauté villageoise28. Il est quelques occurrences attestant que Charles Higounet nomme « terroir » ce que nous sommes aujourd’hui enclins à nommer « finage »29. Sans surprise, le mot terre revêt des significations assez générales (18) : soit comme pellicule fertile (labourée, cultivée, peu profonde) soit comme étendue (assise d’un habitat).

18Remarquable est la fréquence du quartier (41), sous-ensemble du terroir donné à un endroit comme équivalent du lieu-dit. Il est défini par une spécialisation culturale (champs labourables, prés, vignes), une topographie particulière (« quartiers élevés »), une structure parcellaire donnée (« quartier ouvert », « quartier de casalères »). Le quartier est donc lui-même morcelé en parcelles (40) qui sont, selon le contexte, de lande, de prés, de pâtures, de seigle, cultivées, défrichées, allongées, dispersées, regroupées, ceinturées de haies. Ces parcelles portent les cultures (17) qui peuvent aussi être sur brûlis.

19De la combinaison de tous ces éléments résulte le paysage (25) : agraire, végétal, de bocages d’artigues, des vallées, façonné, aménagé…

Texture de l’habitat et structures d’exploitation

20L’une des idées fortes de Charles Higounet est le caractère indissociable des structures d’habitat et de l’organisation du finage correspondant.

  • 30 Le comté de Comminges, p. 427.
  • 31 Ibid., p. 4 31.
  • 32 « Un village d’hôtes royaux du xiie siècle : Torfou », Information Historique, 1957, p. 81-85, réé (...)
  • 33 « Essai sur les granges cisterciennes », dans L’économie cisterciennne ; géographie et mutations, (...)

21L’habitat (17) peut être dispersé (7), ou constituer des agglomérations (14) qui correspondent parfois à des bourgs ou bourgades (6), la plupart des cas à des villages (41). Ceux-ci se caractérisent par une typologie morphologique (en ordre lâche…), morphogénétique (village castral…) et par le fait qu’ils contrôlent un « territoire agraire ». Le mot exploitation (19), revêt un sens très général (exploitation du temporel…) ; il correspond à un type de mise en valeur (exploitation cistercienne), ou bien revêt le sens d’entreprise agricole (le manse comme exploitation, la grange comme centre d’exploitation). Le domaine (19) se polarise autour de deux grands registres sémantiques : géographique et général (domaine pastoral, forestier), ou bien juridique et spécialisé (espace sur lequel s’exerce le dominium d’un maître : domaine cultivé, domaine ancien, domaine royal ou cistercien). Toutefois est parfois aussi désigné comme domaine un bien foncier sur lequel s’exerce simplement une propriété utile : « domaine communal30 », « domaines paysans31 ». Par ailleurs, il est à noter une équivalence domaine-terroir dans le cas où le domaine forme une exploitation bloc ; c’est ainsi que le seigneur « donne un terroir à des tenanciers32 », ou qu’on assiste à une « dissolution des terroirs en censives33 ». La tenure ou la censive correspondent à des formes différentes d’amodiation. À l’intersection se situe le manse (41), à la fois tenure et unité d’exploitation.

Les dynamiques de l’occupation du sol

22On l’a dit : l’essentiel du propos d’historien de Charles Higounet est de restituer les dynamiques qui ont animé le peuplement et l’habitat entre le xe et le xiiie siècle. Si l’occupation du sol (31) peut être ancienne, elle est caractérisée à cette époque par un « essor », une « poussée », ou un « accroissement ». Cette dynamique est rendue par une palette lexicale qui émerge clairement des pointages.

23D’abord, tout un groupe de mots qui gravitent autour de l’idée de colonisation : colonisation, colons, coloniser (21), création, fondation, implantation, installation, mise en valeur (32). Ce champ sémantique est indissociable de celui du défrichement. Même en retirant artigue et essart des comptages, on dénombre 32 défrichements et 21 clairières.

24Cette poussée colonisatrice, qui résulte d’entreprises (10), donne lieu à beaucoup de formes organisées qui touchent tant les formes agraires que le tissu aggloméré : lotissement, lots (15), planification, plan (13) ; dans les sauvetés, le casal constitue le lot d’établissement par excellence.

Conclusion

  • 34 Les termes du débat sont posés, sous leurs différentes facettes dans Le modèle et le récit, J. M. (...)

25Charles Higounet a joué un rôle majeur dans la mise en espace de l’histoire des sociétés médiévales. Il a contribué à lancer un mouvement de recherche qui constitue une des composantes les plus dynamiques de la médiévistique actuelle. On lui doit plusieurs intuitions ou méthodes pionnières, toujours recommandables. Il a eu l’intelligence de repérer les œuvres les plus innovantes de son époque pour les incorporer à sa propre réflexion et pour les recommander à ses propres élèves. Bien évidemment, il n’a pas tout compris ni tout anticipé ! Homme de son temps, il utilisait les outils lexicaux pris dans l’acception qui était alors la plus communément partagée. Sans rien céder, sur le fond, aux exigences de la rigueur, il est de ceux qui ont contribué à basculer l’histoire dans l’interdisciplinarité tout en la maintenant dans le giron des disciplines littéraires. Relire Charles Higounet, c’est donc aussi nourrir sa réflexion dans le débat naissant entre les chercheurs qui estiment que le développement des analyses spatio-historiques passe par la formalisation du discours au moyen d’une batterie de néologismes, et ceux qui pensent que, à condition de prendre des précautions adéquates, la langue naturelle, malgré sa ductilité et en raison de sa ductilité, reste la mieux appropriée au récit historique34.

Notes

1 P. Toubert, « L’œuvre de Charles Higounet (1911-1988) », dans I borghi nuovi, R. Comba et A. Settia (éd.), Cuneo, 1993, p. 11-36, avec bibliographie (texte d’une allocution prononcée en ouverture du colloque de Cuneo, le 16 décembre 1989) ; « L’œuvre historique de Charles Higounet (1911-1988) », Le Journal des Savants, janvier-juin 1993, p. 135-146.

2 Le système de références adopté ici tient compte du fait qu’une partie des travaux de Charles Higounet est regroupée dans deux recueils : Paysages et villages neufs du Moyen Age, Bordeaux, 1975 (abrégé en Paysages), et Villes, Sociétés et Economies médiévales, Bordeaux, 1992 (abrégé en Villes) ; pour ces travaux, il sera donné une première fois référence à la publications originale, puis seulement à la pagination du recueil concerné.

3 La bibliographie la plus complète figure en préface de Paysages, p. XXI-XXXII, puis de Villes, p. 9-14.

4 « Notes sur la morphologie de la haute vallée de la Neste d’Oo », Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. V, 1934, p. 92-98.

5 « Observations sur la seigneurie rurale et l’habitat en Rouergue du ixe au xive siècle », Annales du Midi, t. 62, 1950, p. 121-134, réed. dans Paysages, p. 151-160.

6 « La géohistoire », dans L’Histoire et ses méthodes, Ch. Samaran (dir.), Paris, 1962, p. 68, rééd. dans Paysages, p. 3-17.

7 Cet aphorisme figure dans « La géohistoire », op. cit. p. 6.

8 Cf. par exemple l’évocation du caractère répulsif de la ceinture périalpine, dans « Une définition de l’aire périalpine : occupation du sol et peuplement », dans Le Alpi e l’Europa, 2, Uomini e territorio, Milano, 1975, p. 120-137, réed. dans Villes, p. 289-300 ou, à une autre échelle, le site de la bastide de Plagne « (au) sommet d’un noyau anticlinal argileux au centre de la combe qui éventre le petit massif pré-pyrénéen d’Ausseing », Revue de Comminges, 1949, p. 81, réed. dans Paysages, p. 293-304.

9 Cf. dès 1949 sa cartographie des seigneuries qu’il élabore dans le cadre de sa thèse, afin de rendre compte des discontinuités territoriales, et les réflexions qu’il propose quarante ans plus tard dans les Mélanges K. F. Werner, Paris, 1989, p. 257-268.

10 On trouvera un véritable discours sur la méthode cartographique dans « La géohistoire », op. cit., p. 11-13.

11 On trouvera un exposé commode sur la Siedlungsgeschichte dans la contribution de Pierre TOUBERT, « Histoire de l’occupation du sol et archéologie des terroirs médiévaux : la référence allemande », dans Castrum 5. Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Age, Rome-Madrid, 1999, p. 23-37.

12 Rappelons que le premier centre de recherche qu’il fonda à Bordeaux fut nommé Centre de Recherches sur l’Occupation du Sol (CROS).

13 « Esquisse d’une géographie des châteaux des Pyrénées françaises au Moyen Age », dans Actas del primer Congreso internacional de pireneistas, San Sebastian, 1950, t. VI, Zaragoza, 1952, p. 9-20, réed. dans Paysages, p. 199-206.

14 G. Fournier, Le peuplement rural en Basse-Auvergne durant le Haut Moyen Age, Paris, 1962.

15 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe siècle à la fin du xiie siècle, Rome, 1973, 2 vol.

16 Il n’a laissé à personne d’autre que lui le soin d’opérer la révision d’interprétations qu’il jugeait erronées. C’est ainsi qu’en 1978 dans « Les bastides du Périgord, une révision », Recherches sur l’histoire de l’occupation du sol en Périgord, Paris, CNRS, 1978, p. 101-110 (réed. dans Villes, p. 3142), il corrige fortement « Bastides et frontières », publié en 1948 dans Le Moyen Age (rééd. Dans Paysages, p. 245-254) ; de même en 1986, dans « Nouvelles réflexions sur les bastides cisterciennes », Cahiers de Fanjeaux, 21, p. 127-137 (réed. dans Villes, p. 149-156) il revient sur l’interprétation qu’il avait avancée en 1950 dans « Cisterciens et bastides », Le Moyen Age, p. 69-84 (réed. dans Paysages, p. 265-274).

17 De cette hésitation témoigne son article « Gimont avant la bastide », dans Études géographiques offertes à Louis Papy, Bordeaux, 1978, p. 369-375 (rééd. dans Villes, p. 77-86).

18 La croissance agricole du haut Moyen Age. Chronologie, modalités, géographie (Flaran 10, 1988), Auch, 1990.

19 Il est employé dans le sens de maillage ; cf. par exemple « Pour l’histoire de l’occupation du sol et du peuplement au Moyen Age » publié en français dans Paysages, p. 377-400.

20 « Centralité », petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale, dans Les petites villes du Moyen Age à nos jours, Paris, 1987, p. 41-48, réed. dans Villes, p. 207-212.

21 À propos de la perception de l’espace au Moyen Age, dans Recueil des Mélanges offerts à Karl Ferdinand Werner, Paris, 1989, p. 257-268.

22 Par projection des chiffres apparus lors du dépouillement de notre échantillon, on peut évaluer à environ 40 000 le nombre d’entrées à effectuer pour étudier l’ensemble du lexique de Charles Higounet dans le périmètre choisi par cette entreprise.

23 Ces six publications, qui jalonnent vingt-cinq ans de production historique, ont été prises dans le recueil d’articles Paysages : 1) « Les artigues des vallées luchonnaises », 1949, p. 83-99 ; 2) « Observations sur la seigneurie rurale et l’habitat en Rouergue du ixe au xive siècle », 1950, p. 151-160 ; 3) « L’assolement triennal dans la plaine de France au xiiie siècle », 1956, p. 171-175 ; 4) « Les sauvetés de Moissac », 1963, p. 221-228 ; 5) « Pour l’histoire de l’occupation du sol et du peuplement de la France du Sud-Ouest du xie au xive siècle », 1975, p. 373-397. Tous les comptages se rapportent à cet échantillon ; nous citons en outre, en donnant les références correspondantes, des exemples remarquables pris en dehors de ce corpus limité.

24 Le comté de Comminges, de ses origines à son annexion à la couronne, Toulouse-Paris, 1949, 2 vol. (thèse), p. 432.

25 « Territoire forestier », « territoire du village entouré de forêts », « territoire agraire »…

26 « Les sauvetés bordelaises », Bordeaux pendant le Haut Moyen Age, Bordeaux, 1963, p. 240-246, réed. dans Paysages, p. 229- 233 : le bien désigné dans le document comme allodium (note 17) devient territoire dans le texte correspondant.

27 Notamment quand il affirme que « les quartiers d’artigues ont doublé la superficie des finages de gros villages de la plaine de Nay » (« Pour l’histoire… », p. 378).

28 Le comté de Comminges, p. 455 : « … Outre des chaumes, les animaux trouvaient d’ailleurs dans tous les finages ces terres non cultivées qu’on nommait des hermes. »

29 « Les sauvetés de Moissac », op. cit. : « La limite interne matérielle de l’agglomération était probablement doublée par une limite externe du terroir par des croix. »

30 Le comté de Comminges, p. 427.

31 Ibid., p. 4 31.

32 « Un village d’hôtes royaux du xiie siècle : Torfou », Information Historique, 1957, p. 81-85, rééd. dans Paysages, p. 235.

33 « Essai sur les granges cisterciennes », dans L’économie cisterciennne ; géographie et mutations, du Moyen Age aux temps modernes, Flaran 3, Auch, 1981, p. 157-180, rééd. dans Villes, p. 485-507 (cf. p. 504).

34 Les termes du débat sont posés, sous leurs différentes facettes dans Le modèle et le récit, J. M. Grenier et M. Menger (éd.), Paris, 2001 ; cf. notamment la contribution de Claude Grignon.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540