Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Première partie. L'historiographie du territoire, à travers l'historiographie française

Le vocabulaire de l’espace bordelais chez Robert Boutruche

Aymat Catafau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Robert Boutruche, La crise d’une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la Guerre de C (...)

1La thèse de Robert Boutruche1, publiée en 1947 sous le titre La crise d’une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la Guerre de Cent Ans, constitue une des grandes références de l’histoire régionale. Élaboré avant-guerre, l’ouvrage n’est achevé et publié qu’après la Libération, avec un hommage appuyé à Marc Bloch dont R. Boutruche dit avoir reçu « l’essentiel de sa formation historique ». Le titre ne place pas le Bordelais au centre de l’étude, l’auteur traite avant tout des événements historiques et de leurs conséquences économiques et sociales. Le livre I (« Le milieu ») constitue le support principal de cette enquête sur le vocabulaire de l’espace chez R. Boutruche. Après avoir traité rapidement des questions spatiales qui occupent les deux premiers paragraphes du premier chapitre (« le Bordelais actuel », « les paysages agraires aux xive et xve siècles », p. 3-25), il est consacré à l’étude des structures de production, des cadres seigneuriaux et sociaux (famille, communauté) et de leur évolution au moment de l’unité anglo-saxonne. Les livres ii (« La crise jusqu’en 1438 ») et iii (« La reconquête française et le bilan de la guerre ») ne traitent plus de l’espace que comme cadre de la Guerre de Cent Ans et de ses conséquences.

L’utilisation de la géographie par R. Boutruche

La géographie dans la bibliographie de R. Boutruche

  • 2 Ouvrages cités dans la partie III Bibliographie, 1° Principales études d’ensemble (p. XXXVII et XL (...)
  • 3 R. Dion, Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, 1934 ; « Grands traits d’une géo (...)
  • 4 Édition de 1930 (première traduction intégrale en français, dir. H. Sée). La bibliographie ne sign (...)

2Les ouvrages des autorités de la géographie humaine et physique de la première moitié du xxe siècle (P. Vidal de la Blache, Emmanuel de Martonne, P. Camena d’Almeida) sont le fondement de la bibliographie géographique de R. Boutruche2. On remarquera l’intérêt pour les travaux de Roger Dion3, contemporains des recherches de R. Boutruche et qui orientent fortement sa démarche. Dans le paragraphe géographique de sa bibliographie, R. Boutruche place l’œuvre d’Arthur Young, Voyages en France4, qui concerne davantage la vie des campagnes d’Ancien Régime que la géographie. Ce choix illustre un souci d’enquête régressive, qui permet à R. Boutruche de tenter d’imaginer les paysages de la fin du Moyen Âge.

Le vocabulaire de l’espace dans le lexique des termes gascons

  • 5 Robert Boutruche, La crise d’une société… op. cit., p. L-LI.

3Sur 21 termes expliqués dans le « Répertoire sommaire des termes gascons les plus répandus5 », 14 (2/3) se rapportent à l’espace : terre, maison, tenure (aubareda : plantation d’aubiers ou saules ; bordiu ou bourdieu : bâtiment ou unité d’exploitation ; casau : jardin ; chai : cave ; cornau : quartier de paroisse ; estatge : unité d’exploitation ou habitation ; feu : fief ou censive ; hostau : maison ; mayne : unité d’exploitation ; padouen : communal ; plantey ou plantier : section du terroir couverte surtout de vignes ou grande unité d’exploitation ; rega : sillon ; trens de terra : pièce de terre ; vimeney ou vimier : oseraie). Deux autres termes désignent les tenanciers (feuatey, affeuat ; questau), ou les charges sur la tenure, en rapport avec le travail de la terre (manobra : corvée sur la réserve).

  • 6 Dans la suite de cette étude, les guillemets « » indiquent les passages tirés de R. Boutruche ; le (...)

4L’intérêt de l’auteur pour les questions de la géographie et de l’espace agricole et rural se marque dès l’introduction (bibliographie et lexique). Mais le « répertoire » révèle que le sens des termes relatifs à l’espace agraire n’est pas défini ou que ces termes ne sont pas utilisés avec leur définition stricte actuelle6 :

  • le cornau, ou « quartier de paroisse » est sans doute un « terroir » au sens propre (unité morphologique, unité d’aptitudes du sol, unité de pratiques culturales),
  • le plantey, « section du terroir », est plutôt une section du finage, réorganisé pour modeler des quartiers de culture plus homogènes. Les plantiers (« vastes parcelles » qui « peuvent atteindre plusieurs hectares ») sont consacrés « soit à la vigne exclusivement, soit à celle-ci et à des cultures annexes (aubarèdes et vimiers) », soit gagnés par défrichement ou plantés de vignes « sur des parcelles autrefois en céréales » (p. 29).
  • 7 Les entrées de l’index (entre parenthèses sont les sous-entrées proposées par R. Boutruche) sont : (...)

5Le vocabulaire de l’espace est aussi largement présent dans l’« Index alphabétique des principaux noms de matière ». Celui-ci permet au lecteur d’aller à la recherche des informations concernant l’espace, les paysages, les structures agraires et seigneuriales7. Il révèle le grand nombre de termes géographiques utilisés par l’historien, qui les classe en emboîtements qui permettent de mieux préciser leur sens.

L’utilisation de la cartographie

  • 8 Les cartes dépliantes se trouvent à la fin de l’ouvrage, elles sont montées de façon à pouvoir êtr (...)

6La carte 1, « Les pays bordelais au xive siècle8 », réunit des informations sur le milieu naturel (bois et landes, marais : en relation éventuelle, mais seulement sous-entendue, avec des notions de mise en valeur progressive – défrichements, assèchement, mises en culture – ou avec des explications politiques et historiques : anciennes limites, frontières, que l’on retrouve dans la première partie du texte) et sur les cultures (mais exclusivement le vignoble). La vision évolutive de l’implantation humaine est reflétée par la notation de l’héritage antique (voies romaines, source : C. Jullian) auquel se surimposent les chemins du xive siècle (source : documents dépouillés).

7La carte relève des informations ponctuelles qui font l’objet d’une sélection et d’un classement (« paroisses importantes », « bastides », « agglomération fortifiée », « château-fort »), mais les critères de sélection et de classement ne sont pas explicités (y compris dans le texte). Qu’est-ce qui détermine une « paroisse rurale importante » (sa superficie, son nombre d’habitants, ses activités ou ses fonctions, foire, marché, artisanat, centre de perception, etc.) ? Sont-elles toutes « importantes » pour les mêmes raisons ? Bien entendu le choix de l’auteur est sans nul doute valide : on peut faire confiance à l’historien familiarisé avec son terrain d’étude pour reconnaître les « paroisses importantes », mais aucune tentative n’est faite pour formaliser les critères du choix et leur donner une valeur plus objective, susceptible surtout d’éclairer des phénomènes de naissance, de renforcement ou d’affaiblissement de cette « importance ».

8La même remarque peut être faite pour le terme « agglomération » dont le sens fluctue dans le texte et désigne parfois le regroupement de quelques maisons, un écart ou un « hameau », de rang inférieur au « village », parfois un centre rural, un bourg important, ce qu’il semble désigner ici.

9On peut s’interroger aussi sur le sens de « château-fort » : 24 sont localisés sur la carte 1. Sur une étendue de 3 600 km2, le nombre paraît faible : il faut supposer une sélection dont les critères ne sont pas donnés.

  • 9 Les guillemets “ ” sont de R. Boutruche dans la légende, et correspondent aux expressions utilisée (...)

10La légende de la carte 2 (« Dévastations dans le Bordelais en 1453 ») distingue entre : lieu “vacquant, en ruyne ou désert9” ; “agglomération en partie détruite” ; église détruite ; église déserte, église “pauvre” ou lieu pauvre ; région dévastée ; direction principale des invasions (flèche). Cette carte localise les informations fournies par les documents, présentant de manière classique une « géographie » des événements de 1453.

Le vocabulaire de l’espace

11Certains des termes choisis par notre équipe comme « tests » n’apparaissent pas chez R. Boutruche, ce sont essentiellement ceux de la géographie actuelle (finage, maillage, chevelu, environnement, périphérie, front). L’absence de certains, comme « environnement », n’exclut pas l’attention aux phénomènes eux-mêmes (l’impact de l’homme sur le milieu).

Les emboîtements d’espaces (paysages, terroirs, etc.) et leurs définitions

La « région »

  • 10 Chapitre 1 : Le milieu naturel : les paysages, l’homme et ses techniques § 1 - Observations prélim (...)

12Pour approcher la réalité actuelle des paysages du Bordelais et les « paysages agraires aux xive-xve siècles », l’auteur utilise la notion de « région » : il distingue « région naturelle » des « paysages agricoles » résultant de l’action des hommes au cours des siècles, jusqu’à nos jours. Quand il définit sa « région » d’étude10, R. Boutruche indique que le Bordelais n’est pas une « région naturelle », telles que celles que l’on peut définir à l’aide de considérations exclusivement géographiques (pas d’unité de structure, de sol, de relief). L’individualité du Bordelais est définie par ses paysages agricoles et le genre de vie de sa population rurale (la vigne, les vignerons).

13« Pays » est employé comme synonyme de « région ». L’Entre-Deux-Mers est décrit comme « un pays moins de villages que de nombreux hameaux », « pays aussi de maisons isolées » ; en note, l’Entre-Deux-Mers est d’ailleurs aussi appelé « région » (p. 25).

Le « terroir »

  • 11 La crise d’une société…, op. cit., p. 6.

14La notion de terroir recouvre chez R. Boutruche aussi bien celle, étroite, que nous entendons aujourd’hui, que, au pluriel (« les terroirs »), celle plus générale d’agencement et de complémentarité des différents terroirs entre eux, que l’on préfère aujourd’hui inclure dans la définition du finage (terme absent de l’ouvrage). Un court extrait en donne une illustration claire : « L’action des vignerons a déterminé la configuration des terroirs, là des parcelles massives, à l’intérieur du grand domaine, reflètent la concentration foncière, là des champs étroits, parfois quelques sillons en longues lanières sur des terrasses, propres aux petites propriétés, résultant des partages successoraux11. »

15Le terme de « quartier » est employé comme synonyme de « terroir » : « Il n’est pas de paroisse de cette région où l’on ne trouve mentionnées des maisons isolées à l’intérieur d’un “quartier” ou “au bout d’une pièce de terre” » (p. 25, note 2) ; « les parcelles sont souvent très petites, surtout dans les quartiers viticoles » (p. 28). À l’intérieur des terroirs ou quartiers, une subdivision plus précise est constituée par les « lieux-dits » : « Toutefois, la multiplication des lieux-dits au sein d’un terroir ne postule pas nécessairement un habitat dispersé. » Ces lieux-dits sont des micro-toponymes très restreints : « En effet beaucoup de champs et même de maisons situées au village portent un nom : celui de leur possesseur ou de leur emplacement par rapport à une rue, une chaussée, un cimetière » (p. 25, note 2, suite de la citation « quartier”).

Le « paysage »

  • 12 Op. cit., p. 15, § 2, « Les paysages agraires aux xive-xve siècles ».

16Les paysages sont pris au sens large du donné naturel et de résultante de l’action des hommes12. L’auteur décrit « les paysages du xive siècle » comme « portant moins que les nôtres la marque de la présence humaine ». Le trait commun en est « l’importance du vignoble » : « [le vignoble] couvre sans solution de continuité des vastes espaces divisés en lieux-dits qui soulignent les progrès de l’exploitation et la densité croissante de la population agricole. » Cette description inclut des éléments topographiques (continuité des espaces, lieux-dits), des éléments humains (densité de population) et économiques (exploitation) mis en œuvre par un discours historique où la notion essentielle est celle d’évolution (progrès, densité croissante).

17Dans la description de l’auteur, la variété des paysages se module en fonction de la localisation (« sur les coteaux »), de la part relative des « bouquets de bois » et des « broussailles » ainsi que du recul des « palus » et « prairies », voire des « champs » replantés en vignes qui résistent mieux à l’inondation, ou de leur maintien partiel ailleurs. Les éléments naturels et humains y sont donc mêlés.

Les limites

18On trouve le terme au sens de frontières concrètes : les « limites du Bordelais aménagé par l’homme sont fixées par un cercle de forêts » (p. 15), mais plus souvent avec celui de délimitation abstraite (puisqu’éventuellement discontinue), par exemple pour désigner les limites différentes de la seigneurie justicière et de la seigneurie foncière : « La seigneurie justicière s’inscrit sur le sol d’une façon beaucoup moins discontinue que la seigneurie foncière. Elle ne se superpose pas seulement à cette dernière mais déborde en dehors de ses limites pour englober plusieurs paroisses voisines » (p. 49).

19R. Boutruche s’attache aux marques précises de délimitation : « Ces juridictions sont parfois délimitées par des bornes ; et parfois des fourches patibulaires soulignent leurs frontières. » Il manifeste un grand intérêt à la description des limites, des confronts et des clôtures (clos, enclos), ainsi qu’aux procédures de délimitation : allusion à la « mostrée » de la tenure (p. 57-58, n. 2), description du rituel de prise de possession, par ouverture-fermeture de porte (p. 56-57, n. 7).

20Le vocabulaire des limites puise parfois à des souvenirs récents de l’historien de 1947 : « N’imaginons pas entre les réserves et la tenure une ligne de démarcation plus ou moins rigide » (p. 47).

Les dynamiques des espaces : aménagement, mise en valeur, défrichements, assèchements, reconstruction et repeuplement

  • 13 « l’aménagement des Graves… date d’une époque reculée » (c’est-à-dire gallo-romaine ou antérieure) (...)
  • 14 « Le chapitre de Saint-Seurin “baille à padouentage” des landes à Eysines, mais stipule que les te (...)

21La vision de R. Boutruche est essentiellement dynamique, son intérêt va au rôle de l’homme et des changements historiques (politiques, économiques, sociaux) dans l’évolution des paysages, sous les termes d’« aménagement », de « mise en valeur »13. Cette vision s’accompagne de celle d’une progressive anthropisation du paysage, que l’action de l’homme permet de nommer14.

  • 15 « des mesures générales de reconstruction »… « il faut relever les ruines »…, p. 179 ; « des contr (...)
  • 16 Voir tableau des mots fréquents chez R. Boutruche.

22Les cycles « destruction-reconstruction », « désertion-repeuplement » apparaissent comme une métaphore des cycles naturels et biologiques15. On peut noter la variété du vocabulaire employé par l’auteur, reflet de son intérêt pour les phénomènes de morcellement, division, agglomération, concentration, regroupement16.

La forme des champs, champs clos, champs ouverts

  • 17 « Les enclos ne dominent nulle part le paysage. » « Ils ne forment pas groupe mais îlots. » Le Bor (...)

23R. Boutruche définit le Bordelais comme une région de champs ouverts, de forme irrégulière, plutôt allongés, il n’utilise cependant pas les catégories « bocage » ou « openfield ». Il remarque l’utilisation exceptionnelle des clôtures, ou des fossés qui peuvent jouer leur rôle17.

Dispersion ou groupement, hiérarchisation des lieux de peuplement, réseau, centre-périphérie

  • 18 L’Entre-Deux-Mers est « un pays moins de villages que de nombreux hameaux », « pays aussi de maiso (...)

24L’habitat groupé, « aggloméré », domine, sauf dans l’Entre-Deux-Mers, les mots employés pour le qualifier sont « village » ou « agglomération villageoise ». La hiérarchisation de l’habitat s’organise en « maisons isolées », « hameaux », « villages », « bourgs », « petits centres ruraux », « bastides », « sauvetés », « petites villes », « villes »18. Aucune définition quantitative, qualitative ou fonctionnelle ne vient préciser cette hiérarchie, qui reste intuitive.

  • 19 « Les plaintes émanent aussi des paroisses rurales comme des humbles hameaux où “les habitants ne (...)
  • 20 « Un réseau relativement serré de “chemins publics” »... « Ses axes principaux sont les vallées fl (...)
  • 21 « Bordeaux et sa grande banlieue rurale », p. 213 ; en 1345, « Saint-Macaire a vu ses murs jetés b (...)

25La vision de l’auteur est fondamentalement dynamique, soulignant les phénomènes de déclin liés aux crises19. Elle est aussi géographique, structurée par les notions d’axe, de réseau20, et de centre-périphérie. Au « centre », ou « grand centre » (qui peut être Bordeaux, une autre « agglomération », ou le « chef-lieu » d’une seigneurie) l’auteur oppose la « banlieue » ou la « grande banlieue »21.

Les unités spatiales de référence

La paroisse, la « cellule »

  • 22 Cf supra citation « quartier » et p. 18-19 : « la vigne n’est absente d’aucune paroisse », « seule (...)

26L’unité spatiale de référence utilisée pour le Bordelais est très souvent la paroisse22.

  • 23 « Une grande partie du sol est divisée en cellules peuplées chacune d’habitants relevant d’un même (...)

27Avant l’« encellulement » de Robert Fossier, R. Boutruche utilise le terme « cellule » pour désigner les cadres spatiaux mais aussi sociaux de la seigneurie23.

La tenure ou l’exploitation rurale

  • 24 « L’exploitation rurale porte le nom de “mayne”, forme gasconne du latin mansus, soit celui d’“est (...)
  • 25 « Au cœur, l’“hostau” ou maison… près de lui les bâtiments d’exploitation, “cambras”, appentis…, u (...)
  • 26 « Hommes de corps, la plupart des serfs sont en même temps hommes de la glèbe, représentée moins p (...)

28R. Boutruche développe le « portrait-robot » de l’exploitation rurale du Bordelais, le mayne ou estage24, avec une grande précision topographique25. Le modèle de la subdivision de l’exploitation seigneuriale en « domaine/réserve/tenures » est un des traits dominants du chapitre 2 (Le cadre seigneurial) du livre i (Le milieu). À la vision concrète de l’exploitation rurale est rattachée la question sociale du servage, à travers l’exemple des questaux26.

En guise de brève synthèse

29Robert Boutruche ne donne pas de définition des termes géographiques qu’il emploie, mais utilise chacun d’eux de manière très souple, dans ses descriptions d’une réalité observée ou reconstituée d’après les sources.

30Ainsi les termes de région, terroir, espace, paysage, pays prennent des sens variables, et sont souvent interchangeables, l’attention est davantage attirée sur le contenu de la phrase ou du passage que sur l’exactitude stricte du mot utilisé : le tableau global est plus précis – plus exact – que les éléments séparés qui le composent. Pris isolément ceux-ci reflètent un manque de clarté des concepts géographiques, mais ce flou ne nuit pas à la netteté de la vision d’ensemble, quelque chose comme un impressionnisme géographique assez satisfaisant pour le discours historique à l’échelle considérée. L’imprécision du vocabulaire est sans doute plus insatisfaisante si l’on descend à l’échelon de la morphologie des finages, de l’agencement des terroirs, ou de la forme des champs. Mais l’outillage de R. Boutruche en matière de vocabulaire géographique conceptuel semble assez bien adapté à sa démarche, essentiellement fondée sur une perception humaine de l’espace vécu et surtout transformé, il va sans dire qu’il détermine aussi pour partie ce qu’il peut vouloir faire (les questions qu’il peut se poser).

ANNEXE

Les mots choisis collectivement par l’équipe :

Les mots choisis collectivement par l’équipe :

Les mots fréquents chez Boutruche
(autres que les mots choisis collectivement) :

Les mots fréquents chez Boutruche(autres que les mots choisis collectivement) :

Notes

1 Robert Boutruche, La crise d’une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la Guerre de Cent Ans, Paris, 1947, Les Belles Lettres, LI + 596 p.,[2e éd. 1963, Éditions Ophrys, Gap].

2 Ouvrages cités dans la partie III Bibliographie, 1° Principales études d’ensemble (p. XXXVII et XLI), 3° Études sur le Bordelais (p. XLVI), Robert Boutruche, La crise d’une société… op. cit.

3 R. Dion, Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, 1934 ; « Grands traits d’une géographie viticole de la France », Première partie, Rev. d’hist. gén. de la Philosophie et d’Hist. gén. de la civilisation, n° 37, janvier-mars 1944 ; « La part de la géographie et celle de l’histoire dans l’explication de l’habitat rural du Bassin Parisien », Publications de la Société de Géographie de Lille, 1946 ; Les frontières de la France, Paris, 1947.

4 Édition de 1930 (première traduction intégrale en français, dir. H. Sée). La bibliographie ne signale pas la vraie date de ce document (voyages de 1787 à 1789).

5 Robert Boutruche, La crise d’une société… op. cit., p. L-LI.

6 Dans la suite de cette étude, les guillemets « » indiquent les passages tirés de R. Boutruche ; les guillemets fantaisie “ ” sont de R. Boutruche et correspondent aux expressions utilisées dans les sources, ou traduites telles quelles des sources. Les mots soulignés le sont par moi, ils correspondent aux mots pris en compte dans l’étude collective du vocabulaire géographique des historiens (cf. liste in fine).

7 Les entrées de l’index (entre parenthèses sont les sous-entrées proposées par R. Boutruche) sont : assolement, bois-forêts, bourdieu, censive, chai-cave, champs de céréales, clos de vignes, communaux-padouens, concentration des possessions paysannes, défrichements et assèchement de marais, dépeuplement, dévastations, diocèse, dissémination des terres paysannes, frontières, habitat, hostau, landes (répartition), lieu fortifié (incluant : agglomération, bastide, château, églises fortifiées, moulins), marais, prairie-pré (mise en valeur, répartition), quartiers, reconstruction-repeuplement, réserve ou domaine (étendue, structure, topographie), routes, salines, sauveté, stockage des récoltes, tenure (structure, topographie), toponymie, verger, vigne-vignoble (extension, recul, répartition, superficie), vimier-oseraie.

8 Les cartes dépliantes se trouvent à la fin de l’ouvrage, elles sont montées de façon à pouvoir être consultées lors de la lecture. Légende de la carte 1 « Les pays bordelais au xive siècle » : Région de grande culture du vignoble – Bois et landes – Marais – Ancienne voie romaine (d’après C. Jullian) « Grand chemin » attesté par les documents du ive siècle – Paroisse rurale importante – Bastide Agglomération fortifiée (en dehors des bastides) – Château-fort – Abbaye – Limite du diocèse de Bordeaux).

9 Les guillemets “ ” sont de R. Boutruche dans la légende, et correspondent aux expressions utilisées dans les sources.

10 Chapitre 1 : Le milieu naturel : les paysages, l’homme et ses techniques § 1 - Observations préliminaires sur le Bordelais actuel.

11 La crise d’une société…, op. cit., p. 6.

12 Op. cit., p. 15, § 2, « Les paysages agraires aux xive-xve siècles ».

13 « l’aménagement des Graves… date d’une époque reculée » (c’est-à-dire gallo-romaine ou antérieure), p. 23 ; « Les procédés de mise en valeur du sol… », p.30 ; les plantiers appartiennent souvent aux nobles ou aux bourgeois « qui les ont taillés dans la brousse », p. 28.

14 « Le chapitre de Saint-Seurin “baille à padouentage” des landes à Eysines, mais stipule que les tenanciers pourront être autorisés à “y planter vigne ou semer blé ” »… « À Mérignac, il concède des friches qui perdront bientôt leur anonymat – “au bois, à la lande, au désert” – pour prendre les noms des familles qui les mettent en valeur. »

15 « des mesures générales de reconstruction »… « il faut relever les ruines »…, p. 179 ; « des contrées de la haute Guyenne sont ravagées par la peste... et les terres livrées “au désert” », p. 193 ; « la reconstruction rurale se poursuit parallèlement à celle des centres urbains… », p. 207 ; « on essaye de repeupler La Sauve et les paroisses voisines » ; « Les procureurs de l’archevêché tentent d’effacer les “déserts” encore nombreux qui subsistent par plaques dans les quartiers urbains », p. 208 ; « Quittons Bordeaux pour gagner les “pays en frontière”. Les “déserts” grandissent à mesure qu’on y pénètre…”, “ le seigneur de Donnissan élargit le cercle des cultures… Entreprises secondaires, par rapport aux essais de restauration des terroirs anciennement exploités” », p. 227.

16 Voir tableau des mots fréquents chez R. Boutruche.

17 « Les enclos ne dominent nulle part le paysage. » « Ils ne forment pas groupe mais îlots. » Le Bordelais est une « région de champs ouverts » ; [champs] « souvent irréguliers et sans forme géométrique bien définie… sur le flanc ou au pied des coteaux…, ils revêtent fréquemment l’aspect de rectangles plus ou moins allongés dans les Graves, les palus et les anciennes terres vagues » ; existent aussi des « enclos permanents » soit autour de « vignes isolées », soit autour de « vastes quartiers relevant de plusieurs seigneurs, qui, d’une commune entente, les ont entourés d’une clôture » ; dans les « terres basses » des « fossés » pour « l’écoulement des eaux » « constituent également un rempart » (contre les bêtes qui pâturent), p. 21-22.

18 L’Entre-Deux-Mers est « un pays moins de villages que de nombreux hameaux », « pays aussi de maisons isolées dont un petit bois ferme parfois, d’un côté, l’horizon immédiat », « les formes de l’habitat rural ne sont pas sans rappeler au ive siècle celles que nous pouvons observer actuellement »… « Il est plutôt groupé sur les terrasses… où un certain nombre de maisons, entourées chacune d’un jardin et parfois d’un champ, se concentrent au village », l’habitat est groupé « malgré l’initial défrichement individuel », car des « chapelets de bourgs, aux fonctions commerciales autant qu’agricoles, ont ramené à eux une partie de la population d’alentour », « sauvetésbastides… et petits centres ruraux enfermés dans des remparts forment des agglomérations qui tranchent sur le morcellement », p. 25 ; « Il n’est pas de petite ville qui ne possède en même temps sa foire et ses marchés »… « point de seigneurie rurale qui n’accueille à son chef-lieu, une fois par semaine ou par quinzaine, la foule des ruraux ».

19 « Les plaintes émanent aussi des paroisses rurales comme des humbles hameaux où “les habitants ne sont qu’en petit nombre” et dans lesquels se multiplient les “emplacements où jadis étaient maisons” », p. 228 ; « La paroisse de Guibon, “venue totalement à dépopulation et à désert”, était encore vide d’habitants cent ans plus tard. Elle ne sera jamais repeuplée, et seul un lieu-dit conserve aujourd’hui son souvenir », p. 214.

20 « Un réseau relativement serré de “chemins publics” »... « Ses axes principaux sont les vallées fluviales », p. 39.

21 « Bordeaux et sa grande banlieue rurale », p. 213 ; en 1345, « Saint-Macaire a vu ses murs jetés bas, les vignes de sa banlieue coupées », p. 198 ; « La reconstruction rurale se poursuit parallèlement à celle des centres urbains », p. 207 ; sollicitude du roi envers « les banlieues rurales dévastées », p. 187 ; « les mercenaires… se fixent dans les bastides qu’ils étaient venus défendre et prennent des terres dans leur banlieue », p. 230.

22 Cf supra citation « quartier » et p. 18-19 : « la vigne n’est absente d’aucune paroisse », « seules les paroisses toutes proches de Bordeaux font une plus large place à la vigne ».

23 « Une grande partie du sol est divisée en cellules peuplées chacune d’habitants relevant d’un même maître », « ces cellules, ces seigneuries, qui ont pour centre le château, le monastère ou l’établissement séculier dont elles portent le nom », p. 43.

24 « L’exploitation rurale porte le nom de “mayne”, forme gasconne du latin mansus, soit celui d’“estatge”, de stagia, soit les deux désignations », p. 27-28.

25 « Au cœur, l’“hostau” ou maison… près de lui les bâtiments d’exploitation, “cambras”, appentis…, un jardin, un verger, une vigne, parfois enfin un pré et une “terre labourable”… “l’individualité de cette partie des biens est quelquefois soulignée par une clôture ou par des fossés qui l’isolent du terroir proprement dit, où s’égrènent les “trens de”terra” dépendant de la ferme ou de la métairie » ; en note : « trens » vient de trencium : « morceau », désigne des pièces de terre dont la superficie est très variable ; les tenures sont « fractionnées en un certain nombre de lieux-dits », p. 48.

26 « Hommes de corps, la plupart des serfs sont en même temps hommes de la glèbe, représentée moins par la seigneurie que par la tenure, notamment par l’hostau et ses dépendances immédiates, comme le jardin, lieux de séjour par excellence », p. 100.

Table des illustrations

Titre Les mots choisis collectivement par l’équipe :
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8181/img-1.png
Fichier image/png, 14k
Titre Les mots fréquents chez Boutruche(autres que les mots choisis collectivement) :
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8181/img-2.png
Fichier image/png, 14k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540