Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Première partie. L'historiographie du territoire, à travers l'historiographie française

Le vocabulaire de Georges Duby dans L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval

Jean-Claude Helas

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Les limites de l’étude

  • 1 L’édition utilisée est celle publiée chez Aubier, Paris, en 1962.

1Mon observation du vocabulaire utilisé par Georges Duby pour étudier et caractériser le territoire a porté sur un seul de ses ouvrages : L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval1. 57 termes ont retenu mon attention, ou même 61 si je tiens compte de la distinction que j’ai faite, pour quatre d’entre eux, entre leur utilisation au singulier ou au pluriel : il s’agit des mots champ(s), labour(s), terre(s), et terroir(s). Ces divers termes, sous réserve que quelques-unes de leurs occurrences auraient pu m’échapper, ont livré un corpus de 2 187 mots. Mais, de l’un à l’autre, le nombre de leurs apparitions varie considérablement : de 0 à 487.

2En effet, parmi les termes proposés à l’étude et que j’ai retenus, 6 ne sont jamais présents : bornes, bâtiments (dispersés, agglomérés ou concentrés), culte, chevelu, front, maillage. D’autres ne le sont guère plus : appartenances, environnement, mise en valeur, mise en culture, périphérie, pièce labourable, parcellaire (une fois chacun) ; dépendances, métairie, système de culture (deux fois). À l’opposé, certains mots reviennent sans cesse : c’est le cas de champ(s), 176 fois, et si je fais la distinction demandée entre « le » et « les » champs, on ne trouve alors curieusement « le champ » que 21 fois contre 155 fois « les champs ». De la même manière si je faisais abstraction de la séparation entre pluriel et singulier, le mot terre(s) viendrait largement en tête avec 492 occurrences, la répartition étant ici beaucoup mieux équilibrée avec 266 fois « la terre » et 226 fois « les terres ». Viennent ensuite les termes de village(s) et d’exploitation(s), utilisés 314 fois pour l’un et 306 fois pour l’autre. Sont également très bien représentés : le ou les labours, 130 fois (69 + 61), le ou les terroirs, 113 fois (67 + 46), parcelle(s), 81 fois et espace, 57 fois.

  • 2 Soit, jachère (38), bourgade (36), ferme et quartier (34), milieu (29), grange (28), centre (24), (...)

3Tous les autres mots – soit les 32 non encore cités2 – ont de 4 à 38 occurrences et, parmi eux, 21 en ont moins de 20 ; ce qui signifie que sur les 57 termes étudiés, les deux tiers sont très peu ou même ne sont pas utilisés. Ainsi, le contraste est très fort entre les 16 mots (dont les 6 jamais présents) qui ne totalisent à eux tous que 13 occurrences et les trois les plus employés qui, avec 1 112 mentions représentent plus de la moitié des 2 187 relevés.

Un ouvrage très marqué par la personnalité de son auteur et par son époque

4Cette absence ou cette très faible utilisation de certains mots sous la plume de G. Duby ainsi que l’utilisation de termes plutôt que d’autres peut surprendre. Mais c’est tout d’abord, très certainement, le reflet de sa sensibilité littéraire et des formes de son discours : aux termes de « limites » ou de « frontière(s) », il préfère celui de « lisière(s) » pour parler des limites entre ager et saltus et surtout de celles entre « terroirs labourés » et « espaces boisés » ; de la même manière, il utilise le mot « essart » non seulement pour désigner des espaces grignotés en marge des terroirs labourés mais, d’une manière générale, comme synonyme de « défrichement » : il parle, par exemple, des « villages d’essarts de la basse vallée » de la Loire (p. 146). Il semble également que, dans un certain nombre de cas, « village » et « hameau » soient employés l’un pour l’autre, davantage pour éviter une répétition que pour opérer une véritable distinction entre eux… Cette désaffection de l’auteur pour certains termes est aussi, à n’en pas douter, témoin d’un moment de la recherche historique sur la vie des campagnes : après Marc Bloch, après les nouvelles voies ouvertes par l’École des Annales, après la thèse de Robert Boutruche sur le Bordelais, parue en 1947, et celle de Georges Duby lui-même, sur le Mâconnais, publiée en 1953, et alors que celle de Guy Fourquin sur les campagnes parisiennes est encore sous presse, l’ouvrage sur « l’économie rurale et la vie des campagnes… » apparaît à la fois comme une synthèse des connaissances du moment sur le monde rural de l’Occident médiéval, et comme un appel à développer la recherche dans ce domaine. Avec ce livre, toute une série de voies étaient tracées et des pistes nouvelles s’ouvraient devant les chercheurs et ne devaient pas tarder à se révéler très fécondes. Les avancées ont été, depuis, très importantes ; divers secteurs, en grande partie grâce à l’archéologie, ont été révolutionnés, ce qui fait mieux comprendre certaines réticences de G. Duby, ses conceptions de l’organisation de l’espace, voire quelques-uns de ses silences.

5C’est sans doute pour les ixe-xe siècles et aussi à propos de ce qui concerne l’organisation de l’espace et du territoire que, depuis la parution de l’ouvrage en 1962, la pensée de l’auteur a été la plus renouvelée. Pour lui, les villages étaient des organismes stables ; il parle « d’un paysage aménagé par l’homme autour de points d’établissements fixes » (p. 58), alors que « les villages ne changeaient point de site » et que, « autour de ces points fixes, partout s’ordonnait l’aménagement du terrain, et notamment le réseau des chemins et des pistes » (p. 59). L’archéologue a montré depuis, que, si en bien des régions les terroirs étaient déjà stables, les ensembles d’habitats avaient, eux, souvent tendance à se déplacer en leur sein. Cet habitat était, dans bien des cas, encore très lâche et la période est vue maintenant comme celle durant laquelle s’est poursuivie et même en certains endroits parachevée la genèse du village groupé des siècles d’après l’an 1000… Dans le même ordre d’idée, G. Duby, en disant que « l’église paroissiale constituait pour les villageois un dernier point de ralliement », est conduit à affirmer qu’ « au ixe siècle, au xe siècle au plus tard, les dernières mailles du réseau de sanctuaires ruraux furent mises en place » (p. 126). Là encore, la vision des historiens a changé depuis que les recherches se sont multipliées sur le rôle de l’église et du château dans la structuration des villages aux xie et xiie siècles.

6En marge de notre préoccupation concernant le territoire, remarquons que d’autres mots échappent encore, plus ou moins, dans cet ouvrage, au vocabulaire utilisé par G. Duby. J’en donnerai deux exemples : jamais il n’utilise le terme d’ « ingénuile », si courant par ailleurs, pour désigner le manse libre. Mais beaucoup plus étonnant, alors qu’il se penche beaucoup sur la condition des personnes, il n’emploie presque jamais les mots « serf » et « servage ». Celui de serf n’apparaît, et tardivement, que deux ou trois fois ; en revanche c’est le terme d’ « esclave » qui est utilisé, au moins jusqu’à la fin du xiie siècle, pour caractériser le non-libre. Cela ne manque pas de surprendre. Quant au servage, il n’en est question qu’à partir du xiiie siècle lorsqu’apparaît ce qu’on appelle traditionnellement le « nouveau servage ». C’est d’ailleurs ainsi que G. Duby le qualifie (p. 207 : « au xiiie siècle, naquit et progressa dans certaines provinces un nouveau servage »), preuve qu’auparavant il devait bien en exister un autre.

Des termes fort peu employés par Georges Duby

7Regardons d’abord les termes qui sont utilisés moins de cinq fois dans l’ouvrage, le faible nombre d’occurrences pour chacun ne les rendant pas toujours très significatifs.

  • « Appartenances », qui apparaît si souvent dans les actes, dans les terriers et plus généralement dans les reconnaissances féodales, n’est présent ici qu’une seule fois. Sous la plume des notaires, les appartenances désignent à la fois l’ensemble de la tenure – c’est le sens que lui donne Duby lorsqu’il dit : « les manses ne possédaient pas, dans leurs appartenances, des clos plantés de vigne » – et tout ce qui n’a pas été énuméré dans l’acte et qui, parmi ses éléments constitutifs, aurait pu être oublié, sage précaution pour préserver l’avenir en cas de contestation.
  • « Environnement » et « dépendance » sont utilisés dans des sens qui ne touchent pas directement à la notion de territoire, l’auteur parlant d’une part, pour l’époque carolingienne, « des rapports véritables entre l’économie domaniale et son environnement » (p. 128) et d’autre part (p. 408 et 410) de la dépendance juridique des personnes et/ou des terres vis-à-vis d’un seigneur. De la même manière, « limites », toujours employé au pluriel, n’intéresse qu’une fois sur quatre un espace géographique lorsqu’il est question des « limites intangibles » de « l’aire du village » carolingien. Dans les autres cas, il s’agit de limites juridiques ou économiques.
  • Les autres termes – toujours parmi ceux qui n’ont livré que de une à quatre occurrences – sont bien, dans leur totalité, en relation directe avec la notion de territoire. C’est le cas de « mise en valeur » (p. 115 : « les manses ne participaient donc pas […] à la mise en valeur d’une réserve ») ; de « mise en culture » (p. 169 : « Certains sols qui s’étaient très vite détériorés après leur mise en culture… » ; de « parcellaire » qui n’est utilisé qu’une seule fois, désignant, selon son sens classique, l’ensemble des parcelles d’un espace rural (p. 614 : « les cantons […] où l’immigration constante freinait les simplifications du parcellaire ») ; de « système de culture » (p. 141 et 167) qu’il ne faut pas dissocier de la notion de « rotation » et de « cycle des cultures » qui, eux, apparaissent 23 fois chacun. Également, il n’est question qu’une seule fois de « pièces labourables » alors que j’ai relevé 130 fois le mot « labour(s) » (p. 146 : « les pièces labourables du domaine s’amenuisèrent peu à peu ») ; j’ajoute qu’il s’agit ici de la réduction progressive des réserves entre le ixe et le xiie siècle et que domaine est pris au sens de réserve seigneuriale et non de grand domaine, de villa… C’est aussi le cas du mot « métairie » : si le métayage, au même titre que le fermage, est évoqué à diverses reprises par G. Duby, et ce pour désigner très tôt des formes d’aliénations temporaires de portions de la réserve, « métairie » n’est utilisé que deux fois et pour des dates beaucoup plus tardives, lorsque le métayage se répand, au xve (p. 590) et au xvie siècle (p. 593), et qu’il est devenu une forme courante de la tenure paysanne. Quant à la seule apparition du terme de « périphérie », elle se fait lorsqu’il est question du mouvement des enclosures : il est dit que les enclos sont « presque tous situés à la place d’anciens bois, à la périphérie de l’open field » (p. 269). Je souligne que c’est une des rares fois, sinon la seule, où G. Duby utilise le mot « openfield », qu’il l’emploie uniquement à propos de l’Angleterre et qu’il l’écrit alors en deux mots ; lorsque par ailleurs il veut parler d’un paysage de champs ouverts, il oppose en général le « bocage » à la « plaine ».
  • Restent, dans cette série, les quatre occurrences du mot « occupation » ; au moins dans trois des cas il s’agit d’une occupation humaine du territoire, que ce soit à propos de l’abri de fortune des marges du défrichement « qui devint ensuite le lieu d’une occupation permanente » (p. 166) ou bien du bocage qui s’étend « plus largement dans les régions d’occupation moins denses » (p. 269) ou encore, lors des crises du bas Moyen Âge, des « points d’occupation humaine qui furent alors abandonnés » (p. 557). En revanche lorsque G. Duby s’efforce de « distinguer des types d’occupation agricole » (p. 169), il tente par là de caractériser les trois grandes périodes de l’histoire des défrichements, donnant au mot « occupation » une dimension à la fois temporelle et spatiale : phases de l’élargissement des clairières, de la fondation de villages neufs, du peuplement dispersé, en liaison, pour ce dernier, avec l’essor de l’activité pastorale.

Tous les autres termes retenus dans l’enquête peuvent être regroupés en six grands ensembles.

« Réseau » et « milieu » : deux mots difficilement classables

  • « Réseau » (7 occurrences) caractérise tout d’abord, et de manière tout à fait classique, un ensemble d’établissements quadrillant une région ou un pays : marchés (p. 228 : « le réseau des marchés campagnards s’était en effet installé beaucoup plus tôt, dès le xe siècle… » ou p. 229 : « l’Angleterre se couvrit d’un réseau très dense de marchés… »), sanctuaires avec la mise en place des « dernières mailles du réseau de sanctuaires » (p. 229). Cette notion de réseau s’étend, en second lieu, aux relations entre les hommes mais toujours dans un cadre territorial donné : réseaux de contrats, de rentes, d’engagements, tissés par les spécialistes du négoce dans la campagne environnante de telle seigneurie (p. 225), réseau de corvées de charrois reliant les domaines de telle église (p. 232), réseaux de plus en plus serrés des liens de subordination touchant, au sein de la seigneurie, les échelons inférieurs de la société rurale, et ce avec l’apparition du nouveau servage (p. 485) ; enfin, évoquant le ravitaillement du ventre parisien, G. Duby parle des réseaux nourriciers qui s’étendent de plus en plus loin (p. 236).
  • Le mot « milieu » est moins facile à cerner : même si, parmi les 29 occurrences, on supprime celles qui n’ont rien à voir avec le sujet (comme « milieu du siècle »), rares sont les cas où ce terme concerne directement la notion de territoire, si ce n’est pour effectuer une localisation au sein d’un espace déterminé : au milieu du bois (pour y faire de la cendre, du fer ou de la cire : p. 147), des terres (maison des pionniers : p. 161 ; exploitation individuelle isolée : p. 166), des plaines (gros villages qui y sont installés : p. 264) ou des grandes plaines (p. 269 : paysage bocager s’y construisant), ou encore demeures des chevaliers se déplaçant depuis le milieu du village vers les lisières. On pourrait y ajouter les deux mentions du « milieu naturel » (p. 60 et 175) considéré comme celui sur lequel agit l’homme de la campagne – facteur de transformation – pour la satisfaction de ses besoins… Mais la majorité des occurrences relatives à « milieu » renvoit à l’entourage, à la sphère sociale dans lesquels vivent les hommes concernés : milieu paysan (2 fois), rural (le plus souvent nommé avec 5 mentions), milieux urbains (p. 592), « milieux les plus aisés » (p. 615), et même « milieux les plus divers » (p. 592), mais aussi milieu d’artisans (p. 260) et, tout simplement, milieu économique ou économique et social (p. 117 et 528). Quant au « milieu », au sens large et plus général, sans autre qualificatif, il peut être celui des campagnes, ou celui des hommes d’affaires, à moins qu’il ne s’agisse des « modifications du milieu » (p. 462) ou encore du « milieu déficient » sur lequel la peste noire va pouvoir exercer ses coupes sombres.

La notion de limites

8Mis à part le terme de « lisière » dont j’ai déjà parlé, seul le mot « frontière » implique une notion de limite. Et si j’exclus les frontières politiques (deux occurrences) ou juridiques (celles entre la liberté et la servitude, entre les échelons de la hiérarchie sociale, ou encore celles de la géographie de la corvée), ce n’est plus qu’incidemment que nous retrouvons les seigneuries s’ajustant « aux frontières du territoire paroissial » (p. 482) ou bien les « terres isolées en gros blocs aux frontières du finage » (p. 266). Dans ce dernier cas, nous sommes dans la troisième des trois grandes phases évoquées ci-dessus au sujet de la domestication de l’espace villageois ; et G. Duby, dans ce paragraphe, traite des « domaines périphériques nouvellement créés en lisière des communaux ». « Lisière des communaux », « frontières du finage », les deux expressions renvoient à la même réalité, celle de la localisation des nouveaux domaines isolés mais le terme important ici, et sur lequel il faudra revenir, est celui de « finage ».

De la simple habitation à la bourgade

9En ce qui concerne les habitations, les groupes d’habitat ou les espaces bâtis, sept mots retiennent l’attention ; il va de soi qu’ils sont utilisés avec une très inégale fréquence dans la mesure où « village » vient en tête avec 314 occurrences alors qu’aucun des autres termes ne dépasse 36 mentions.

Habitat et habitation

10Termes généraux, « habitat » et « habitation » peuvent être regroupés. G. Duby n’utilise guère « habitat » qu’à propos de maisons isolées dans la campagne : c’est ainsi que 5 fois sur 11, il emploie le terme consacré « d’habitat dispersé », quand ce n’est pas (une fois chacun) ceux « d’habitat disséminé », « d’habitat solitaire » ou « isolé » ou encore de « fractionnement nouveau de l’habitat », qui ont tous un semblable contenu. Restent deux occurrences : elles concernent la répartition spatiale de l’habitat en général, qu’il s’agisse, pour l’époque carolingienne, des « stricts cadres juridiques (… qui freinent…) les déplacements de l’habitat » (p. 60) ou bien, pour le bas Moyen Âge, du dérangement que les coups portés par la guerre ont ou n’ont pas causé de façon durable à « la répartition de l’habitat » ou aux structures agraires (p. 552)… Quant au mot « habitation », il n’apparaît que cinq fois, mais avec deux acceptions : soit comme synonyme « d’habitat » (p. 164 : « le choix d’une habitation isolée […] devint commun à tous les pionniers » ou, p. 160, « la communauté d’habitation se trouvait tout à fait disloquée »), soit pour désigner le lieu où l’on habite, la maison : on parle alors d’habitations qui sont des huttes de branchages (p. 59), de terres avoisinant les habitations et les étables, ou encore d’enclos d’habitation (p. 60).

11Ces 16 occurrences concernant l’habitat et l’habitation sont très regroupées dans l’ouvrage puisque cinq d’entre elles sont concentrées dans les pages 58 à 60 et sept autres entre la page 161 et la page 166, mais il est vrai qu’il s’agit là d’un paragraphe consacré au peuplement intercalaire.

Centre, bourg, bourgade

12Ces trois mots reviennent assez souvent dans le texte de G. Duby et doivent être étudiés ensemble, ayant parfois un sens voisin. Le premier est le plus difficile à cerner ; une vingtaine d’occurrences, abstraction faite de celles hors sujet, peuvent être prises en considération. La plupart d’entre elles sont, d’une manière ou d’une autre, en liaison avec le « domaine » et avec sa tête, endroit d’où partent les ordres, la coordination du travail, et vers lequel convergent les productions et les rentes ; le mot « centre » peut alors désigner : un lieu où sont rattachés plusieurs grands domaines (cf. Annapes : p. 84), un centre domanial, le centre d’une exploitation (il s’identifie dans ce cas à la cour seigneuriale, à un monastère, une église, ou à un écart dans le cadre des grosses propriétés intercalaires…), ou encore un centre de production ou de perception, et enfin le centre d’une seigneurie domestique.

13La seconde acception du mot « centre » renvoie à la notion de lieu habité (trois occurrences seulement) ; moins précis et donc plus général que les autres termes, il désigne n’importe quel type de lieu habité : hameau, village, bourg… etc. (p. 65 : « Trois zones où l’effort humain s’atténue à mesure que l’on s’éloigne du centre habité. » En revanche un « petit centre » est quelque chose de moins général ; il correspond, étant donné son contenu socio-économique, à ce que l’auteur appelle par ailleurs « un bourg » et « une bourgade » (p. 623 : « dans chacun de ces petits centres résident à demeure quelques entrepreneurs » ou, p. 624 : « l’ampleur que prenaient alors dans les petits centres ruraux les spéculations »).

14Présent près de deux fois moins souvent que la « bourgade » (20 occurrences contre 36), le « bourg » ne désigne que rarement une excroissance de la ville (p. 141 et 223) ; il concerne donc surtout des agglomérations rurales : en Normandie, selon le terme encore consacré aujourd’hui dans les régions de l’Ouest, il désigne le village, par opposition au hameau (p. 160 et 424) ; ailleurs, comme la sauveté, il est un espace délimité par des croix et protégé par la paix de Dieu (p. 156). Ailleurs encore, il est synonyme de gros villages : c’est le cas le plus fréquent mais c’est là que la ligne de démarcation avec la bourgade n’est pas facile à établir. A priori, on pourrait penser que le bourg est un gros village et la bourgade une petite ville, mais les choses ne sont pas aussi nettes que cela : certes le bourg est le plus souvent un village qui a, en plus de ses fonctions purement rurales, un marché hebdomadaire, quelques courtiers… alors que pour la bourgade le milieu socio-économique est déjà plus complexe ; mais on voit, d’un côté, p. 628, un bourg « qui se transformait en ville » et, de l’autre, Riez qualifié de « petit bourg épiscopal » (p. 615) ou de « petit bourg des Alpes du sud » (p. 623) alors qu’il a tout, semble-t-il, pour être une bourgade.

15Alors, les bourgades, de gros villages ou de petites villes ? Les marges paraissent être très fluctuantes. Cependant, la bourgade, sous la plume de G. Duby, est souvent associée à la ville : « villes et bourgades » (p. 223) ; comme une ville, la bourgade peut avoir des faubourgs (p. 214) et ses habitants être qualifiés de « bourgeois » (p. 508) ; elle est un peu comme une ville de dernier rang dans la hiérarchie des agglomérations urbaines qui, lorsqu’elles sont importantes, peuvent « animer toute l’activité des bourgades satellites » (p. 629). Ce qui semble surtout caractériser la bourgade c’est, parmi d’autres, l’importance de sa fonction financière d’une part (il est question, p. 492/93 : « des lombards établissant dans les bourgades leurs casane », des « financiers petits et grands des bourgades et des villes », et p. 532 : des manieurs d’argent des bourgades, ou, p. 607, « des usuriers établis dans les bourgades rurales ») et de sa fonction commerciale d’autre part (plus de la moitié des 36 mentions de bourgades sont à mettre en relation avec des activités de commerce : ces petits centres drainent tous les excédents de la campagne, ravitaillent les paysans en produits fabriqués, peuvent avoir des foires en plus des marchés (p. 228 et 625), ont fait un peu partout la fortune des bouchers… Ce rôle des bourgades est bien résumé par G. Duby lorsqu’il parle des « activités de liaison qu’assume la bourgade pour la vingtaine de villages environnants » (p. 624). Ce réseau de petits centres actifs que sont les bourgs et les bourgades s’est surtout mis en place à partir du xiie siècle, fruit de l’essor démographique et économique d’après l’an 1000 ; il ne faut donc pas s’étonner si nous ne trouvons pas une seule mention de l’un ou de l’autre de ces deux termes dans le premier livre de l’ouvrage, qui est consacré à la période carolingienne.

Hameau et village

16Deux mots clefs désignent les agglomérations rurales. Une énorme disproportion existe entre eux puisque le premier n’apparaît que 18 fois contre 314 pour le second. L’emploi de « hameau » n’est pas toujours très significatif ; il est très rare qu’il désigne une localité précise ; il entre le plus souvent dans des formules très générales concernant l’habitat, du style : « dans le haut Moyen Âge, il existait bien entre les hameaux et les villages un habitat isolé » (p. 161). Près de la moitié des occurrences du mot hameau se trouvent concentrées entre les pages 153 et 168 : ce n’est pas très étonnant puisque cela correspond aux deux sous-chapitres sur « les villages neufs » et « le peuplement intercalaire ».

17« Village(s) » est, après « terre(s) », le terme de l’enquête le plus employé ; son sens est sans ambiguïté et ne réclame pas de grands commentaires. Il est l’élément clef de l’anthropisation des campagnes, permettant de mesurer l’occupation du territoire par les hommes et les avancées ou les reculs du réseau de l’habitat groupé dans tel pays ou dans telle région. C’est ainsi que pour le haut Moyen Âge nous retrouvons ici ce que j’ai déjà signalé plus haut : une géographie carolingienne se réduisant pour G. Duby à un monde de clairières dans lesquelles l’occupation humaine se fait uniquement par villages et hameaux ; réseau stable du peuplement et limites intangibles du village, c’est ce qui ressort de sa vision. Et tout contribue à fixer fortement ce village : le droit, l’auréole des jardins clos, les pistes convergeant vers lui. Malgré tout, il n’est pas entièrement refermé sur lui-même : d’abord parce que « la villa ne s’identifiait qu’exceptionnellement avec un village et son terroir » (p. 110), ensuite parce qu’il y avait des « marchés hebdomadaires […] dans les plus petits villages » p. 111) et que « les transactions marchandes débordaient sensiblement le cadre du village » (p. 112). Pour les périodes suivantes, dans les trois autres livres, la place du village dans la construction des campagnes occidentales reste en grande partie conforme à l’idée que nous nous en faisons toujours et que G. Duby a énormément contribué à créer, tant en ce qui concerne l’époque de la croissance des xie-xiiie siècles avec la multiplication des centres habités que la phase de récession, contemporaine des grandes calamités, et les milliers de désertions. Certes, les enquêtes se sont multipliées depuis et la ligne de partage entre désertions temporaires et définitives s’est précisée mais ces enquêtes, G. Duby les avait souhaitées.

18Dans à peu près la moitié des cas le mot village(s) est employé seul (152 fois sur 314) ; lorsqu’il est accompagné d’un qualificatif ou d’un complément indiquant une fonction, cela nous permet d’avoir quelques renseignements sur ce qu’étaient ces agglomérations rurales à tel ou tel moment de la période. Les principaux domaines concernés sont :

  • l’aspect, la taille ou la structure du village ; ils sont alors gros, grands, petits, proches ou avoisinants : d’où une idée de l’emprise du réseau villageois sur le territoire ;
  • l’âge, la naissance ou la mort des villages : ils sont anciens, vieux ou bien neufs, nouveaux ; rien d’étonnant à ce que les mentions de nouveaux villages soient nombreuses et n’apparaissent exclusivement que dans les livres ii et iii (sur les xie-xiiie siècles), alors que dans le livre iv il n’est au contraire question que de villages désertés, perdus, abandonnés, vidés ou en ruines ;
  • la fonction du village et ses diverses activités : il peut être base de perception, centre d’un marché et lieu d’échange, facteur d’emplois dans divers domaines économiques (tissage, foulage, travail de la vigne, culture…)
  • l’exercice d’un pouvoir : le village peut apparaître comme le lieu d’où part un pouvoir (rôle de l’assemblée ou de la communauté de village, pouvoir économique, exercice d’un certain nombre de privilèges) mais aussi comme celui sur lequel s’exerce un pouvoir (hobereaux de villages, chefs de villages, seigneur de tout ou partie d’un village, village soumis tout entier à un seigneur, villages dépendants…) ;
  • l’environnement du ou des villages : l’enclos, la clairière, l’aire ou le cadre du village, les jardins clos ou la ceinture prospère des villages carolingiens et, bien sûr, le terroir ou les terres du village.

À propos des types et des centres d’exploitation

19Trois termes sont ici concernés et reviennent avec une inégale fréquence : grange (28), ferme (34) et exploitation (306).

Les différents sens du mot « ferme »

20Tel qu’il apparaît ici le mot « ferme » a trois acceptions. Tout d’abord un sens très général : la ferme désigne une exploitation agricole, sans préjuger de son statut (p. 161 : « certaines fermes de la Brie, écartées des villages, paraissent installées sur le site d’exploitations gallo-romaines »). Comme cela concerne le peuplement intercalaire du xe siècle, il ne peut, en aucun cas, être question de fermage. Un peu plus loin (p. 206) l’auteur parle de « domestiques de ferme ». Ce sont curieusement les deux premières apparitions du mot « ferme » dans son ouvrage et, jamais plus par la suite, il ne l’utilise dans ce sens. La seconde acception concerne la très grosse majorité des occurrences (25 sur 34) : c’est le fait d’affermer, de bailler à ferme la gestion d’un domaine, d’une seigneurie, de revenus domaniaux, voire d’une prévôté : on peut alors parler de bail à ferme (sans précision : p. 206), de ferme générale, de terres données en « mainferme » (p. 392), de produits des fermes (p. 392)… Cette habitude de confier sous cette forme, au nom du maître, la gestion de tout un domaine à une tierce personne s’est beaucoup développée à partir du xie siècle, et en priorité pour les biens d’église. Puis la situation évolua : le système de la ferme générale fut peu à peu abandonné au cours du xiiie siècle. Désormais, le plus souvent, ce n’est plus la gestion de la seigneurie foncière qui est donnée à ferme mais l’exploitation de la réserve, considérée comme une « super-tenure » d’un nouveau genre. Avec le temps, la ferme peut même ne plus porter que sur une partie de la réserve, à moins qu’elle soit partagée entre plusieurs fermiers. L’évolution se poursuivant – et on en arrive au troisième sens du mot « ferme » – les seigneurs transforment en tenures paysannes certains fragments de leur réserve et, de la même manière qu’ils le font pour les nouvelles tenures aux marges du terroir, ils les concèdent en fermage – ou en métayage suivant les régions – selon des baux à court terme.

Ceux du mot « grange »

21Avec les « granges », les choses sont plus simples ; deux seuls sens possibles et tous les deux présents ici : la grange comme bâtiment servant à abriter le foin et les céréales (grange du paysan où l’on peut aussi évaluer les récoltes, granges du domaine, granges dîmières) et la grange en tant que domaine annexe de certains établissements religieux. Pour l’époque carolingienne il n’est bien sûr question que de la grange-bâtiment, endroit où l’on pouvait également battre le grain (p. 86) ; pour les périodes suivantes, le terme est employé dans ses deux sens mais 18 fois sur 28, il s’agit de la grange-exploitation. À son sujet, nous apprenons qu’elle s’est souvent installée « aux marges du finage », contribuant ainsi à l’anthropisation du territoire.

Ceux que recouvrent les très nombreuses occurrences du mot « exploitation »

22Avec fermes et granges, nous avions affaire, dans certaines de leurs acceptions, à des types d’exploitation particuliers. Or, le terme d’ « exploitation » est, avec au moins 306 occurrences, un de ceux qui reviennent le plus souvent au fil des pages, qu’il soit au singulier ou au pluriel, le singulier l’emportant très largement dans un rapport proche des deux tiers. Ce mot « exploitation » se partage entre plusieurs grands groupes de sens, la frontière entre eux n’étant pas toujours très nette dans la mesure où la même occurrence peut assez souvent renvoyer à au moins deux de ces groupes.

  • « Exploitation » désigne tout d’abord un ensemble de terres et de bâtiments constituant une unité agricole, qu’elle soit propriété, tenure, métairie, etc. C’est en quelque sorte un « objet », et c’est avec ce sens qu’il recouvre, au moins en partie selon les cas, les deux tiers des occurrences. C’est le qualificatif qui l’accompagne qui lui donne toujours sa véritable signification : la nature de son propriétaire ou de son exploitant (l’exploitation est seigneuriale dans 10 cas, paysanne dans 28…), sa taille (petite, moyenne, grande ou grosse exploitation), sa destination (les termes généraux de « rurale » ou « d’agricole » sont souvent remplacés par d’autres plus précis et ainsi, dans 11 cas l’exploitation est pastorale, dans 6 céréalière, et, dans d’autres cas encore, forestière, de vignobles et même de terres incultes). Ces « unités d’exploitation » peuvent enfin être dites individuelles, collectives, familiales ou bien encore isolées, dispersées, autonomes économiquement et aussi « d’avant-garde ». À deux reprises nous sommes en présence d’exploitations satellites, belle image pour qualifier la place du manse au sein du grand domaine mais image dont le contenu est au moins autant socio-économique que spatial. Sont encore évoqués cinq ou six fois les cadres et les structures de l’exploitation.
  • Dans sa seconde acception, l’exploitation n’est plus elle-même « objet » mais action et manière d’exploiter la terre : avec ce sens ce n’est plus l’organisation du territoire qui est soulignée mais la nature ou la qualité de cette organisation. Là encore, et plus que dans le cas précédent, le mot « exploitation » n’a de sens qu’à partir de son qualifiant. Il nous renvoie tout d’abord à un mode de gestion de la terre : l’exploitation peut être directe (18 fois) ou indirecte (une seule fois), domaniale (19) ou domestique (2), cette gestion faisant appel à un système, un régime (une fois chacun), des méthodes (3), des procédés (3), ou à un capital d’exploitation (1). Cette exploitation est alors selon les cas qualifiée d’intensive (3), de modèle, de libre, de cohérente, ou même de désordonnée (1) ; elle peut porter sur des terres aristocratiques (1), sur la réserve (3), le domaine (2), une « cour » (1) ou des jardins (1).
  • Après l’exploitation de la terre relevant, au moins en grande partie, de la seigneurie foncière, la seigneurie banale nous renvoie à l’exploitation pesant plus directement sur les hommes. Là aussi, elle peut être seigneuriale ; il est alors difficile de faire la part des choses entre la terre et les hommes, mais parmi les 19 occurrences concernées, certaines sont sans ambiguïté : c’est le cas lorsqu’il est question de l’exploitation du seigneur banal (p. 405) et qu’elle s’exerce sur des « dépendants » (p. 409), des « travailleurs » (p. 496) ou des « hommes » (p. 477) ; et elle est qualifiée d’exploitation « plus arbitraire » (p. 486), illimitée (p. 413) et même « de type esclavagiste » (p. 502). À plusieurs reprises, c’est l’exploitation économique du droit de ban qui est mise en relief (p. 414, 452, 482). Ainsi, par les hommes et sur les hommes se manifeste là une autre forme d’emprise sur le territoire.

Les modes d’occupation du territoire campagnard

23Peuvent être regroupés dans cette avant-dernière catégorie tous les termes à propos des façons culturales, des méthodes de culture ou des modes d’occupation du territoire campagnard. Une douzaine de mots ou d’expressions sont concernés.

Deux termes sont à mettre à part

24Ils sont en effet assez délicats à cerner dans la mesure où ils peuvent avoir bien d’autres connotations que celle qui nous concerne ici.

  • « Aménagement » : sur 8 occurrences, au moins 5 concernent une forme d’aménagement du territoire (aménagement du terrain, de la nature, du contado, d’un terroir, du paysage rural), deux autres l’intéressent plus ou moins directement (aménagement des biefs lors de la construction de moulins, organisation de l’espace rural avec l’aménagement des contraintes et des droits collectifs, comme celui de vaine pâture).
  • Le mot « structure » n’est jamais employé seul ; il n’est significatif, comme d’autres termes déjà vus, qu’accompagné d’un qualificatif ou d’un substantif. Ce dernier lui donne le plus souvent un sens très général : structure de la société médiévale (p. 221), structures de la communauté villageoise (p. 210) ; il en est de même avec les structures seigneuriales qui « à partir de 1180 […] se modifièrent » (p. 462) et à la « diversité » desquelles Duby consacre tout un sous-chapitre (p. 113-124). Et lorsqu’il parle de « structures différentes » (2 cas), c’est par rapport d’une part à celle du grand commerce carolingien (p. 122) et, d’autre part, à celle « des tenures familiales compactes » (p. 440) qu’il se situe. Quant aux « structures rurales », elles touchent, de manière peut-être encore plus générale, l’ensemble de la vie et de l’équilibre profond des campagnes quand il est dit « les mortalités […] atteignirent vraiment les structures rurales » (p. 553).

25Reste l’adjectif « agraire » ; c’est lui qui est le plus souvent – 5 fois – associé à « structure ». Employé au pluriel, il désigne l’ensemble de l’organisation du monde rural (« structures agraires anciennes » comparées aux « structures agraires d’aujourd’hui » (p. 58-59), « les […] polyptyques […] éclairent beaucoup mieux dans le haut Moyen Âge les structures agraires » (p. 428)…etc.). Au singulier, il cible davantage dans le temps et dans l’espace un pays ou bien une région comme le Brandebourg (p. 576).

Le vocabulaire relatif à l’occupation du sol

26Plusieurs termes renvoient à l’occupation du sol, les cycles de rotation des cultures et l’assolement n’en étant qu’un aspect particulier.

  • « L’occupation du sol » (p. 57) : il est symptomatique que le premier chapitre de l’ouvrage s’ouvre par ce sous-titre et que 5 des 12 occurrences de cette expression concernent l’époque carolingienne. La grande préoccupation des historiens, étant donné la rareté des sources, était d’essayer de cerner ce que pouvait être l’occupation du territoire aux ixe-xe siècles et d’essayer de se la représenter : « image entrevue de l’occupation du sol » (p. 79) qui était très discontinue (p. 71 : « la discontinuité du revêtement limoneux imposait à l’occupation du sol un caractère très lacunaire ») ; d’où l’image de la peau de panthère qui s’est peu à peu imposée, avec des taches d’occupation parfois très denses (p. 67 : « l’occupation du sol pouvait être donc fort serrée »), taches qui s’agrandissent ou se multiplient au fur et à mesure que la population augmente (p. 114 : « la formation de villae nouvelles suivit les progrès de l’occupation du sol »). D’ailleurs le lien entre peuplement et occupation du sol est étroit, les fluctuations de l’un suivant celles de l’autre ; ainsi, lors de la crise du bas Moyen Âge, « à la raréfaction des hommes correspond […] une phase de repli dans l’occupation du sol » (p. 556).
  • Si la notion « d’occupation du sol » concerne avant tout la période carolingienne, le terme d’assolement est, à juste titre, proscrit par G. Duby pour cette époque et pour une très grande partie du Moyen Âge (p. 172 : « ne pas transporter sans précaution dans le passé médiéval les modèles d’assolements […] de l’Europe moderne » et « laisser de côté les problèmes obscurs de […] l’assolement ». Les 5 seules autres occurrences du mot « assolement » se trouvent concentrées dans les pages 271 et 274 quand l’auteur parle des contraintes engendrées par les rotations des cultures lorsqu’elles furent imposées au paysan, contraintes contribuant à fixer durablement la physionomie des terroirs et à façonner la communauté villageoise ; l’assolement commençait juste à se mettre en place.
  • Il n’est guère possible, dans notre étude, de dissocier rotation des cultures et cycle des cultures (44 occurrences réparties de manière égale entre les deux) ; même si elles ne se recouvrent pas tout à fait, les deux notions n’en sont pas moins étroitement liées, au point d’être par six fois associées dans la même formule de « cycle de rotation (des cultures) ». Mais alors que « rotation » n’exprime, en principe, que l’idée d’une succession méthodique des cultures sur un même sol, il y a en plus dans le mot « cycle » une notion de temps et de périodicité. Sous la plume de G. Duby, quand il s’agit d’évoquer la durée d’un cycle, les deux termes sont pratiquement synonymes : par exemple, il parle cinq fois de rotation triennale ou de rotation en trois temps contre sept fois de cycle triennal ; seul le contexte de la phrase permet de déceler de légères nuances dans les connotations. Dans les autres cas les deux termes sont beaucoup moins interchangeables : il est question d’un côté de rythme (p. 90, 521 et 524) ou de choix (p. 177) des rotations, de multiplicité des formules de rotation (p. 183), de « discipline commune des rotations culturales » (p. 271) et, de l’autre côté, de l’organisation du cycle des semailles (p. 177), de cycles de culture plus intensifs (p. 184), d’aménager le ou les cycles des cultures (p. 184 et 193), de leur amélioration (p. 188) ou de leur modification (p. 192).

27Je remarquerai pour terminer que le mot « cycle » – sauf quand il est, pour l’époque carolingienne, lié à deux reprises au terme de « rotation » – n’apparaît ensuite exclusivement qu’entre les pages 174 et 193 (avec 18 occurrences), dans le second chapitre, du livre II, consacré aux travaux des champs.

L’utilisation fréquente du mot « labour »

28Très étroitement lié aux méthodes et aux cycles de culture : le terme de « labour ». À lui seul, il comporte 130 occurrences réparties à peu près à parts égales entre le singulier et le pluriel. Quant au mot « labourage » qui lui est lié de près et pourrait être interchangeable avec lui, il n’apparaît que cinq fois : dans un cas avec le sens d’action de labourer, dans les quatre autres cas en liaison étroite avec des prestations de service (p. 425 : « attelage pour huit journées de labourage » ; p. 426 : « Tout porte à voir, dans beaucoup de ces corvées de labourage, des “exactions” banales », etc.).

29Pour ce qui est de l’utilisation du terme de « labour » par G. Duby, deux questions essentielles se posent :

30– Dans quel sens l’emploie-t-il ?

  • Tout d’abord dans son sens premier, celui de travail de labourage. Cette acception renvoie non seulement à l’action de retourner la terre, mais aussi à tout ce qui touche au train de labour, aux corvées de labour(s), aux cycles et aux systèmes de labour.
  • Ensuite dans son sens second de « terres » ou de « champs labourés », que ceux-ci soient ensemencés ou en jachère, et, par opposition à tout le reste du terroir, aux friches et aux bois. Lorsqu’il est employé avec ce sens – au moins 54 fois sur 130 – le mot « labour(s) » concerne donc directement la notion de territoire.

31– Quand l’auteur emploie-t-il le terme de « labour » au singulier ou au pluriel ?

  • Lorsqu’il s’agit d’engin, d’outil, de bêtes ou de personnel de labour, le singulier s’impose toujours (22 occurrences).
  • Quand « labour » a le sens de pièce de terre ou de champ labourés, le pluriel est utilisé à une écrasante majorité.
  • Enfin, dans tous les autres cas, le mot « labour » se partage entre les deux catégories grammaticales, de façon fort inégale, certes, mais sans que cela soit significatif ; par exemple, pour les corvées de labour(s), le singulier l’emporte largement (18 occurrences contre 8) alors que le rapport est inverse pour les cycles de labour (6 à 12).

Trois mots le plus souvent qualificatifs des autres termes

32Les trois derniers éléments de ce groupe sont significatifs dans la mesure où ils sont complémentaires ou qualificatifs d’autres termes de cette étude.

  • « Jachère » (38 occurrences) : conformément à la définition classique G. Duby désigne par jachère, à la fois l’état d’une terre labourable qu’on laisse se reposer sans l’ensemencer, et cette terre elle-même. Ainsi l’étude de la jachère est indissociable des notions de cycle et de rotation vues précédemment ; c’est donc surtout à leur propos que l’auteur est conduit à parler de jachère. Il se penche longuement sur leur durée, avouant que c’est un problème très difficile que les chercheurs ne parviendront peut-être jamais à résoudre (p. 175). Cette durée est en lien étroit avec la qualité du sol (p. 176) et n’est pas sans effet sur la configuration du territoire villageois et sur la détermination du paysage : jachères plus ou moins vastes (p. 84), part des labours ou de l’ensemble du terroir laissée à la jachère. Ainsi les notions d’espace et de jachère sont très liées. G. Duby s’étend aussi beaucoup sur les avantages et les inconvénients qu’il y a à augmenter ou à réduire (p. 182 à 188) les surfaces laissées en repos et cela en fonction des époques et des impératifs économiques. Nombre de labours de la jachère (p. 192 et 193), rôle de la jachère pour la dépaissance (p. 125, 262, 271), place et rôle des légumineuses semées aux dépens des terres au repos, retiennent aussi l’attention de l’auteur.
  • « Arable » : à trois exceptions près (surface, réserve, domaine), l’adjectif « arable » ne qualifie ou ne caractérise que des noms qui font l’objet de cette étude et qui se rattachent tous à la notion de territoire ; parmi eux, le mot terre, avec 10 occurrences sur 21, vient largement en tête, suivi par parcelles (2), quartiers (2), espaces (4), sans oublier les trois exceptions ci-dessus avec une occurrence pour chacune. J’ajouterai que terre, parcelle et quartier arables indiquent, à chaque fois, une portion du territoire de même nature que celle que désigneraient les termes de « champs labourés » ou de « labours ».
  • En tant que qualificatif « inculte » est toujours, lui aussi, associé à un nom ; celui-ci peut être le même qu’un de ceux qui accompagnaient le terme « arable ». C’est le cas des mots « terres » (9 occurrences sur 23) et « espaces » (4) ; mais il peut s’agir aussi de « zones » (2 fois) ou de huit autres noms n’apparaissant chacun qu’une fois : ceinture, franges, vastes étendues, déserts, parties ou portions de la réserve, massifs (forestiers), environnement. Avec arable et inculte nous retrouvons la vieille opposition entre « ager » et « saltus », les deux faces d’une même réalité, la partie humanisée et celle encore inquiétante des territoires villageois. Or le terme « inculte » ne se rencontrant, sauf trois exceptions, que dans les livres I et II, cela correspond bien, en venant la renforcer, à l’image que j’ai donnée plus haut du territoire au Moyen Âge.

Les éléments constitutifs du territoire rural

33Avec 16 mots – en tenant pour doubles ceux pour lesquels une distinction est faite entre le singulier et le pluriel – la dernière série est la plus longue ; rien de surprenant puisqu’elle regroupe les principaux termes désignant des portions ou des éléments constitutifs du territoire rural.

Cinq mots ont en commun leur sens très général.

34– « Espace » : sur les 57 occurrences recensées, 53 peuvent être prises en compte, les autres étant hors sujet. Le terme espace ne prend son sens qu’accompagné d’un autre mot qui le caractérise ; il désigne souvent des étendues vides et plus ou moins vastes : espaces laissés entre les villages (p. 160), mis en valeur par l’élevage cistercien (p. 242) ; ces espaces peuvent être boisés ou forestiers (4 occurrences), découverts (p. 153) ou de végétation libre (p. 79), solitaires (2 occurrences), déserts (ceux attribués aux locatores en Allemagne : p. 158), vierges (p. 184) ou tout simplement incultes (cf. ci-dessus).

35À l’opposé, « espace » peut désigner non plus des territoires sauvages mais des secteurs anthropisés ; l’espace agricole (5 occurrences) correspond alors aux terres labourées du village ou du domaine : il s’oppose à l’aire des jardins (p. 64), concerne les terres participant au cycle des rotations (p. 81). Plus précis que l’espace agricole mais désignant la même réalité : l’espace cultivé (4 occurrences), l’espace agraire perçu dans ses fluctuations, l’espace arable (4 ; cf. ci-dessus) et l’espace céréalier (3) qui recouvre comme les autres l’ensemble des terres labourées… Ces espaces qui ont été aménagés (p. 70), mis en valeur (p. 70) ou essartés (p. 506) sont dits mis en culture (2 occurrences), labourés (p. 420), ensemencés (p. 181) et, pour la fin de l’ère de prospérité, il est précisé qu’ « une pression démographique intense avait peuplé les espaces les moins doués » (p. 567). Troisième grande destination du terme « espace », son lien avec l’élevage ; sur chaque terroir, à l’époque carolingienne, les récoltes étant protégées par des clôtures pour le moins provisoires, « le troupeau se nourrissait seul […] dans l’espace que ne lui fermaient pas les haies » (p. 84). À l’époque suivante, on voit que les communautés villageoises « luttèrent contre toutes tentatives pour réduire davantage l’espace ouvert au troupeau commun » (p. 263)…

  • « Parcours » : lien direct avec ce qui précède puisque les 11 occurrences de ce terme se rapportent toutes à l’élevage et, qui plus est, il s’agit 7 fois de « terrains de parcours ». À une près, ces mentions sont rassemblées dans le chapitre iv du livre ii : nous sommes dans le contexte des luttes entre bergers et sédentaires, entre agriculteurs et éleveurs, entre communautés villageoises et propriétaires isolés et individualistes. Ces terrains de parcours qui sont dits collectifs (2 fois) ou communs (3) se voient dans certains cas être rétrécis (p. 270), limités (p. 211) ou partagés. Les dernières occurrences concernent « le parcours des bestiaux sur les jachères » (p. 262), les « autorisations de parcours » (p. 249), les « droits collectifs de parcours et de dépaissance » (p. 263) et le « libre parcours du bétail » (p. 263).
  • Le mot « terrain » n’est jamais utilisé dans le sens actuel de champ, de pièce de terre, ou de terrain à bâtir, mais dans celui de sol ou de territoire. Sept des 16 occurrences retenues (sur 19) viennent déjà d’être étudiées dans le cadre des « terrains de parcours », cette expression formant un tout. Le terme « terrains de pâture » (p. 84) a à peu près le même sens. « Terrain » désigne donc le plus souvent de larges espaces qui sont : ou à conquérir (on vient ainsi s’installer en « terrain vierge » (p. 154), les terrains sont tenus pour « hostiles » (p. 156…), ou qui viennent de l’être (dans certaines régions, « au milieu du xiiie siècle […] tout le terrain valable se trouvait défriché » (p. 168), et, p. 167 : « la conquête agraire ne s’étendit pas sur des terrains qui exigeaient… »), ou qui sont en pleine reconversion (p. 242 : « les marais des Fens […] nourrissent en terrain humide des moutons d’abord… » ; p. 558 : préparer « le terrain au peuplement des hêtres, à la futaie épaisse » ; p. 571 : avec les crises on assiste à « la concentration de l’agriculture sur les terrains les plus favorables »).
  • « Plaine » : 8 occurrences seulement et pourtant quatre sens différents. Nous avons déjà vu que « plaine » pouvait s’opposer à « bocage ». « Plaine » peut aussi désigner des terres qui viennent d’être gagnées sur des terrains non encore cultivés : « termes qui, comme “essart” ou le mot “plaine”, évoquent des terres nouvellement conquises » (p. 142). La plaine, comme on peut s’y attendre, s’oppose aussi à la montagne : « …que les trafiquants de la plaine allaient vendre dans les bourgades du haut-pays » (p. 255) et certaines familles descendaient « passer la mauvaise saison dans la plaine » (p. 535). Enfin, « plaine » peut désigner une région géographique : « la grasse plaine de France » (p. 546). Une seule fois, le terme de « plaine » se rapproche de son sens premier, morphologique, quand l’auteur évoque « les très riches plaines à blé de l’Île-de-France » (p. 611).
  • « Aire » : 9 des 10 occurrences concernent le sujet ; or bien qu’ « aire » ait également plusieurs sens, jamais elle ne désigne une aire à battre. C’est donc des territoires, des surfaces variées qui se cachent derrière ce terme et ce n’est pas sans ambiguïté ; ainsi, « aire villageoise », à deux reprises, renvoie à l’ensemble du territoire du village, aire qui peut avoir une « extension démesurée » (p. 87), alors qu’ « aire du village » (p. 483) et même « aire » (p. 264) ne concernent que le seul périmètre de l’agglomération villageoise. Le mot « aire » peut aussi être utilisé pour aider à circonscrire n’importe quelle autre portion du territoire attaché au village : « aire exploitée » (p. 141) et « aire cultivée » (p. 249 et 272) désignant la partie du terroir qui est labourée ; mais quand il est question de la nécessité de voir subsister des « aires suffisantes », il s’agit alors de « bois, de saltus ou de garrigues » (p. 271)… Nous avons là un bel exemple de terme sur le contenu duquel les historiens devraient bien se mettre d’accord.

Mots désignant des fractions plus ou moins grandes des terroirs.

  • « Coutures » : vieux terme absent de la plupart des dictionnaires et pour lequel G. Duby prend la précaution d’en préciser la définition : « portions restreintes de l’aire villageoise aménagées pour l’exploitation céréalière » (p. 80). Il n’utilise ensuite « couture » que six autres fois et uniquement pour parler des coutures seigneuriales, qu’il s’agisse de celles de Cluny (p. 86 et 435), des « moines de Tournus qui, en 974, partagèrent les vastes coutures qu’un comte venait de leur offrir » (p. 416) ou d’un des domaines de Saint-Germain-des-Prés où « on semait 650 muids à l’automne sur les “coutures” seigneuriales » (p. 86). Au cours des siècles on voit que « les partages successoraux provoquèrent […] la dégradation de bien des « coutures » » (p. 417), alors qu’avec les crises du bas Moyen Âge les seigneurs s’exténuent « à recruter des travailleurs pour labourer leurs propres “coutures” » (p. 580).
  • « Quartier » : malgré ses 34 occurrences (dont deux hors sujet concernent les quartiers des villes), ce terme n’apparaît pour la première fois qu’au livre ii, donc après la période carolingienne. Il peut avoir plusieurs sens et certaines de ses acceptions sont assez vagues. Proche de son sens étymologique, le « quartier » est tout d’abord unité de perception correspondant « partout en Allemagne et en France » au quart de manse (p. 438). En Lorraine, les seigneurs ont adopté le quartier « comme nouvelle assise des redevances au xiie siècle » (p. 208) ; le mouvement qui avait fait exploser l’ancien manse se poursuivit tendant « à désagréger à son tour le quartier » (p. 209). À cette exception près, c’est avec d’autres sens que G. Duby utilise maintes fois le mot « quartier ». Dans son acception la plus fréquente, il s’agit de portions du terroir (« ils se disséminaient par lopins dans les différents quartiers du terroir » : p. 420). Il semble que certains villages étaient à l’origine divisés en deux parties ; ainsi, en Angleterre, dans les villages, « un nouveau champ fut ajouté au xiiie siècle aux deux anciens quartiers du terroir » (p. 150). Les quartiers ne concerneraient donc que les parties labourées du territoire villageois ; irait dans ce sens le fait que, sur les zones essartées, apparaissent de « nouveaux quartiers » (p. 152 : « elles formaient un nouveau quartier cohérent de labours ») et on voit p. 165 que les essarts « s’étaient rejoints pour constituer un quartier compact ». Iraient toujours dans le même sens les exemples, au bas Moyen Âge, de quartiers infertiles abandonnés (p. 567), de « quartiers du terroir qui retournèrent à la friche » (p. 595) ou réoccupés par la forêt (p. 567). Or, à d’autres moments, G. Duby parle de « quartiers de friches » (p. 164), de « quartiers périphériques du finage » (p. 556) ou encore « de larges quartiers de la “terre gaste” » (p. 266). Dans ces derniers cas « quartier » semble désigner tout simplement une partie, une portion d’un territoire quelle que soit sa nature ; avec ce sens, le quartier apparaît aussi comme une fraction du terroir, un regroupement de parcelles et ainsi, contre les agressions du troupeau, « des barrières permanentes lui fermèrent certains quartiers arables » (p. 269) et, pour la constitution des premières soles, on voit se réunir « quartier par quartier, les terres qui devaient être labourées et moissonnées au même moment » (p. 270).
  • « Parcelles » (81 occurrences). Bien qu’une parcelle désigne souvent un champ, les deux mots ne sont pas interchangeables. L’un comme l’autre sont des portions de territoire taillées dans des éléments plus grands du même territoire : « toutes les parcelles d’un terroir » (p. 91), parcelles d’un quartier (p. 172), d’un manse (p. 209), d’une condamine (p. 521). Mais, contrairement au champ, celui de parcelle ne préjuge pas de la qualité ou de la destination de la portion de territoire considérée ; car si le champ est toujours une parcelle cultivée, toutes les parcelles ne sont pas des champs. Ainsi, l’agglomération rurale carolingienne est, nous dit G. Duby, considérée par les historiens du droit comme « une juxtaposition de ces parcelles que la plupart des textes carolingiens désignent par le mot mansus » (p. 59). Les courtils, eux, sont définis comme « des parcelles constamment cultivées » (p. 60) et ils font partie des « meilleures parcelles constamment encloses » évoquées trois pages plus loin. Les terrains sur lesquels se dressent les maisons paysannes sont des « parcelles habitées » (p. 89, 94, 438) ou « bâties » (p. 438) qui peuvent, dans certains cas, supporter la macule servile de leurs habitants : « certaines parcelles bâties furent réputées “serviles” » (p. 487)… Reste que, dans la grande majorité des cas, une parcelle correspond bien à un champ ; les deux termes se recouvrent tout à fait lorsque G. Duby dit que « leurs parcelles attenantes se trouvaient ainsi juxtaposées à d’autres champs » (p. 110). Il est alors question de « parcelles arables » (p. 104, 430), modestes, restreintes, larges, et aussi de parcelles aménagées…, autant de qualificatifs qui pourraient s’appliquer aussi bien à des champs. Et quand l’auteur parle de « parcelles isolées de champs » (p. 470) l’identité entre les deux ne laisse plus planer de doute. Mais la parcelle peut aussi n’être qu’une fraction de champ : « des parcelles de champ se détachaient d’un manse » (p. 93). Enfin, ajoutons que lorsqu’il s’agit de comptabiliser globalement toutes les pièces de terre d’un village, d’un domaine ou d’une tenure (ex. p. 218 : « 935 tenures, elles-mêmes disloquées en 2021 parcelles »), d’évoquer tous les confronts des parcelles qui sont dans un terrier (p. 475) ou encore de préciser que les tailles étaient « assises parfois parcelle par parcelle », dans tous ces cas-là, le terme de « parcelle » semble bien s’imposer comme recouvrant tous les types de terre du territoire considéré.
  • Le mot « champ », avec ses 176 occurrences (21 + 155) ne pose guère de problèmes. A priori, il désigne quasiment toujours, et sans surprise, une parcelle de terre labourée et destinée à recevoir des céréales. Il ne dépasse guère ce cadre que dans quelques rares expressions de portée plus générale comme celle de « travaux des champs » (p. 102 : « confier aux seuls serviteurs de leur maison tous les travaux des champs ») ou celle de « travailleurs des champs » (p. 496) qui ne concernent certainement pas, l’une comme l’autre, que ceux qui œuvrent sur les seuls champs labourés. Quant à « paysage de champ ouvert » – terme consacré et admis par tous pour désigner un certain type de paysage agraire – il est plus globalisant que ne l’indique le mot « champ ». Il en est de même quand l’auteur évoque « la police des champs » : « détenteurs […] de la police des champs, ils protégeaient les communaux » (p. 264). À côté de ces quelques expressions, il est encore un cas où le terme « champ(s) » n’a pas non plus son sens premier, Duby le mettant d’ailleurs à ces moments-là toujours entre guillemets ; il désigne toute une partie du terroir et, nous l’avons vu plus haut, il s’identifie alors à une des acceptions de la notion de « quartier » : c’est le cas lorsqu’ « un nouveau “champ” » vient s’ajouter « aux deux anciens quartiers » du terroir (p. 150) ou lorsqu’il est dit que « le terroir s’agrandissait ainsi d’un nouveau “champ” ouvert » (p. 152). Le dernier sens particulier du mot « champ », voisin à certains égards du précédent, renvoie à la rotation des cultures : « les paysans aménagèrent à cette époque un troisième “champ” (…). Ils se proposaient par là de remplacer le système des “deux champs” » (p. 178).

36Ces exceptions étant vues, le seul problème qui se pose maintenant est de savoir, non pas pourquoi G. Duby utilise « champ » tantôt au pluriel et tantôt au singulier, mais pourquoi le nombre des occurrences – 17 qui peuvent être retenues pour le singulier sur un total de 176 – est si différent de l’un à l’autre. « Champ » est-il employé dans des cas bien particuliers ? Nous venons déjà de voir que lorsqu’il désignait le troisième élément d’une rotation ainsi que parfois quand il avait le sens de « quartier », le mot champ était au singulier. Il l’est aussi quand il est dit « que le maître exigeait de prélever sa part “sur le champ” » (p. 442), autrement dit le champart. Il l’est encore quand il est question d’un champ bien précis : seigneur acquérant un champ (p. 115), domestiques, bouviers anglais cultivant leur unique champ (p. 422 et 423), champ remplacé par de la prairie (p. 558), champ particulier « réputé ne plus rien devoir » (p. 378). Il l’est enfin lorsque la moisson à la faucille laisse « sur le champ la tige des blés » (p. 270) et quand « le maître du champ et le travailleur » se mettaient d’accord pour transformer en vigne le terrain concerné, au sein d’un contrat de complant.

Les trois mots clefs du monde des campagnes

37Ces trois mots – finage, terroir(s) et terre (s) – englobent une bonne partie de ceux vus précédemment et ne regroupent pas moins de 617 occurrences.

  • Avec « finage » (12 occurrences seulement) nous avons l’un des termes les plus difficiles à cerner. La définition du Larousse encyclopédique dit : « Circonscription sur laquelle un seigneur (ou une ville) avait droit de juridiction » ; il en fait un synonyme de « ban ». Dans certaines régions de Lorraine, en particulier, on parle encore couramment aujourd’hui du ban de tel ou tel village pour désigner le territoire sur lequel s’étend l’administration communale. Est-ce le sens que lui donne G. Duby ? Ce n’est jamais très clair. Quand les ouvriers manuels viennent, pour les abbayes du Bassin Parisien, à l’époque carolingienne, travailler « sur les parcelles centrales du finage, les meilleures, les plus proches de la “cour” seigneuriale » (p. 77), il pourrait sembler que le « finage » soit alors le terroir. À moins que cela ne désigne le « territoire » sous la coupe d’un maître ? Dans certains cas, l’impression est que le finage ne recouvre que la partie anthropisée du territoire villageois puisqu’on voit des exploitations nouvelles se créer « en marge des vieux finages » (p. 162) ou tout simplement « en marge du finage » (p. 210), et des fragments de « terre gaste » donnés en tenure à des éleveurs, « terres isolées en gros blocs aux frontières du finage » (p. 266). Même impression quand il est dit qu’avec la crise, « l’abandon affecta dans de très nombreux terroirs, un certain nombre de champs situés généralement dans les quartiers périphériques du finage » (p. 556). En revanche, quand G. Duby constate que les hommes « avaient pu attaquer les bois, les expulser des finages » (p. 154) ou qu’ « à l’intérieur même du finage » des secteurs entiers sont mis en « “défens” ou “garennes” » (p. 267), il semble bien que le finage corresponde à l’ensemble du territoire de la communauté villageoise. Mais tout cela me paraît assez flou, le débat restant ouvert.
  • « Terroir(s) » : 113 occurrences (67 + 46). Nous avons déjà rencontré maintes fois ce terme lors de l’étude des différents éléments qui composent le terroir : parcelle, champ, quartier… Comme pour labour(s) ci-dessus, deux questions principales et du même ordre se posent : que recouvre pour l’auteur la notion de terroir ? Les mots « terroir » et « terroirs » ont-ils dans leur contenu des différences importantes ?

38Le terroir est étroitement lié au village. S’il n’est pas tout à fait certain qu’il englobe le village lui-même, il comprend, pour le moins, l’ensemble des terres cultivées (labour, prés, vignes…) et peut-être même l’ensemble des terres exploitées, ce qui intégrerait toute la partie non défrichée du territoire villageois. Pour ce qui est du bâti, diverses citations du genre « l’agglomération devint un gros noyau plus dur au centre du terroir » (p. 264) ou « le seigneur du village résidait communément dans le terroir » (p. 483), militeraient en faveur d’une incorporation du village au terroir ; mais par ailleurs, il est parfois question « du village et de son terroir », et ce, dans un tel contexte, qu’il pourrait alors s’agir de deux entités séparées. Qui plus est, le flou qui enrobe bien des phrases dans lesquelles il est question de l’habitat ou des hommes du terroir, ne permet pas de trancher.

39Quant aux autres composantes du terroir, lorsque G. Duby parle « des portions neuves du terroir » (p. 144), d’ « extension furtive du terroir », « d’élargissement du terroir ancien » (p. 150), de terroir qui « s’agrandissait d’un nouveau champ ouvert » (p. 152), etc., tout laisse à penser que ces extensions du terroir se font aux dépens des parties non encore défrichées du territoire villageois, parties qui, si mon interprétation est la bonne, seraient distinctes du terroir puisque c’est sur elles que progresse le nouveau terroir. En revanche, quand on évoque, pour la dépaissance, « l’aire cultivée du terroir » (p. 249) cela pourrait laisser supposer qu’il existe une aire non cultivée de ce même terroir ; c’est encore plus net quand l’auteur écrit : « Dans l’ancien terroir, la nouvelle disposition des coutumes agraires vint donc interdire au troupeau paysan de pénétrer dans une large partie des bois et des pâtures » (p. 269). Là encore le débat reste ouvert…

40Reste la seconde question : a priori, que ce soit au singulier ou au pluriel, il n’y a pas de différences sensibles dans le contenu du mot terroir et dans les réalités qu’il recouvre. Avec le singulier cependant il s’agit avant tout de l’entité « terroir » (sauf si par hasard on veut évoquer un terroir bien précis) ou de ce qui se passe à l’intérieur du terroir ; avec le pluriel, il y a moins de globalité : on ne s’adresse alors qu’à « certains terroirs » (très nombreux exemples : p. 67, 93, 124…), ou à une catégorie bien particulière de terroirs : « lorsque l’on quittait le cœur de ces terroirs… » (p. 151), ou à « la plupart des terroirs de village » (p. 157) mais pas à tous. Le pluriel s’impose aussi : quand il y a comparaison de terroirs par rapport à d’autres ou par rapport à l’ensemble des terroirs (p. 611 : « les terroirs les plus fertiles », p. 395 : les « meilleurs terroirs ») ; quand tous les terroirs ne sont pas concernés mais seulement les « vieux terroirs » (p. 444) ou les « nouveaux » ; quand il est question de plusieurs terroirs qui sont « voisins », « riverains » et aussi de leurs limites (p. 153, 154, 164).

41– « Terre(s) » : nous avons vu qu’avec 492 occurrences répertoriées, le singulier l’emportant d’assez peu sur le pluriel, le mot « terre(s) » venait largement en tête dans cette étude. Il n’y a pas de surprise dans l’utilisation des termes la « terre » ou les « terres » par G. Duby : l’un comme l’autre désignent toujours, dans tous leurs aspects techniques, juridiques et socioéconomiques, une surface cultivable d’une part et un sol consacré à l’exploitation rurale, qui peut avoir des qualités différentes d’autre part. Pas ou très peu d’autres acceptions du mot « terre », sauf dans un cas : lorsqu’il est question de la « terre des Francs » (p. 125) pour qualifier des terrains de parcours en possession commune. Et si, comme le disent certains dictionnaires actuels et comme j’aurais pu le souligner plus haut à propos du terroir, « patrie » est un des synonymes possibles de « terroir », – sens qui était déjà présent dans la phrase « beaucoup d’autres quittèrent le vieux terroir de leur père » (p. 214) – on retrouve une semblable connotation non seulement avec la « terre des Francs » mais aussi lorsqu’il est dit : « ils vivent […] sur une terre qui est celle de leur famille » (p. 58) ou encore : « la terre qu’avaient exploitée leurs pères » (p. 509).

42Dans certains cas, G. Duby utilise toujours le mot terre au singulier : quand il s’agit de désigner une superficie (« une terre de plus de 4 ha », « 200 ha de terre arable »…), dans tout ce qui concerne le travail, la culture, la mise en valeur de la terre (p. 75 : « retourner suffisamment la terre », p. 194 : « le rythme des travaux de la terre », p. 535 : « travailler la terre dans le village où il était serf »), dans tout ce qui touche aux techniques de la terre (p. 92 : « retourner leur terre à la houe », p. 191 : « fumer la terre », p. 521 : « marner la terre », p. 224 : « ménager à la terre les repos nécessaires », etc.), enfin pour tout ce qui évoque l’amour de la terre et l’attachement à cette terre.

43Parallèlement, dans beaucoup d’autres cas, c’est le pluriel qui est exclusivement utilisé, et tout d’abord dans les très nombreuses occurrences renvoyant au statut de la terre et aux charges pesant sur elle (p. 121 : « terres dépendantes », p. 124 : terres « des petites exploitations autonomes », p. 166 : « terres de jouissance collective », p. 498 : « terres baillées à ferme », p. 411 : « services dus au lord par ses hommes, et plus encore par leurs terres »…), mais aussi le pluriel est employé dans tout ce qui est relatif à la localisation et à la situation des terres dans le terroir, au rassemblement des terres, à leurs revenus (rentes, loyer), aux terres libres, neuves (dans les livres ii et iii concernant la période d’expansion), abandonnées (lors des crises du bas Moyen Âge : livre iv). Enfin, le pluriel s’impose aussi toujours quand on parle des terres du village en général ou d’un village précis.

44Restent quelques domaines pour lesquels pluriel et singulier sont employés indifféremment : le premier est celui qui concerne la propriété de la terre, les possesseurs de la terre et les droits sur elle (les occurrences sont très nombreuses). Un autre poste important est celui qui touche à la destination des terres (ce à quoi elle est consacrée sur le plan agricole) et, par voie de conséquence, aux productions et aux récoltes. Une troisième rubrique, très fournie également, englobe toutes les références à la qualité de la terre (terre arable, labourable, bien drainée, médiocre, qui s’épuise, en grande partie vide ; mais aussi bonnes terres à blé, terres trop pauvres, de mauvaise qualité, terres vaines, incultes, lourdes, en friches) et à sa productivité (ex. p. 483 : « pour améliorer le rendement de sa terre »). À cette liste il faut encore ajouter les nombreuses occurrences relatives au mouvement des terres (G. Duby a contribué à bouleverser les idées reçues en percevant la mobilité de la terre au Moyen Âge jusqu’au niveau des tenures et des moindres parcelles), à la valeur de cette ou de ces mêmes terres.

Conclusion

45Pour conclure brièvement et de manière très provisoire, je ferai deux remarques :

  • Faut-il sacrifier le style à la précision du vocabulaire ? Nous avons vu qu’il était sinon dangereux, pour le moins ambigu, d’utiliser un autre terme que celui que l’on vient déjà d’employer – même s’il peut avoir dans certains cas le même contenu – dans le seul but d’éviter une répétition.
  • Parmi les mots que je m’étais proposé d’étudier et dont j’ai donné la liste au début de ces lignes, il en est un qui manque à l’appel jusqu’à présent, alors que, dans le cadre de cette étude, il est omniprésent et pourrait apparaître comme le plus important : c’est celui de territoire. La raison de son absence est simple : employé une douzaine de fois seulement par Duby, il ne l’est pratiquement jamais – sauf une fois où il est question de « territoire paroissial » (p. 482) – avec le ou les sens qui auraient concerné directement l’étude du village et de son organisation spatiale. Pour l’auteur, un territoire est l’espace sur lequel s’exerce le droit de « ban territorial » d’un seigneur (p. 454 et 478), que ce soient de très hauts personnages comme « les rois, les ducs et les comtes en déterminaient le monopole sur de larges territoires » (p. 452), ou de plus petits (p. 426). Ce droit de ban pèse sur le territoire environnant le château (p. 402), sur « tous les paysans résidant sur le territoire du château » (p. 404), sur le territoire de la châtellenie (p. 405). Et c’est aussi sur les habitants de ce territoire banal que le seigneur prélève la « taille » (p. 454). Enfin, l’octroi d’une charte, sans annuler l’autorité du maître, peut cependant, dans des limites soigneusement précisées, faire de ce territoire « un territoire de franchise » (p. 479).

46Mais où sont dans tout cela les extrêmes limites du territoire de l’historien ?

Notes

1 L’édition utilisée est celle publiée chez Aubier, Paris, en 1962.

2 Soit, jachère (38), bourgade (36), ferme et quartier (34), milieu (29), grange (28), centre (24), cycle, rotation, et inculte (23 chacun), bourg (20), terrain (19), arable et hameau (18), occupation du sol, finage et territoire (12), habitat et parcours (11), aire (10), aménagement et plaine (8), assolement, frontières, réseau, coutures, structures agraires ou seigneuriales (7), habitation, structure, labourage (5), limites et occupation (4).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540