Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Première partie. L'historiographie du territoire, à travers l'historiographie française

Marc Bloch : l’espace, produit de la société

Anne Mailloux et Laure Verdon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Parcours et influences : un homme entre deux guerres

Marc Bloch dans les années 1920-1930

  • 1 Marc Bloch, La Société féodale, Paris, A. Michel, Collection « L’Évolution de l’Humanité », t. XXX (...)
  • 2 Marc Bloch, Les Caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris-Oslo, Les Belles Lettre (...)
  • 3 Marc Bloch, Seigneurie française et manoir anglais, Paris, Association Marc Bloch, 1967. Texte rev (...)
  • 4 Marc Bloch, Les Rois thaumaturges, Paris, 1924.

1C’est à partir de 1924 que Marc Bloch, jeune professeur d’histoire du Moyen Âge à la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg, commence à formuler ce qui va constituer le fil directeur de son œuvre historique. Dès cette période en effet, il entreprend une correspondance avec Henri Berr, professeur dans l’enseignement secondaire, mais surtout fondateur en 1900 de la Revue de synthèse historique, à l’origine des Annales, et concepteur, dès 1910, d’un projet éditorial d’une Histoire universelle en 100 volumes, dont il confiera à Marc Bloch la rédaction des deux tomes consacrés à l’histoire économique de l’Occident médiéval. On assiste, à partir de cette date, à la lente maturation d’une pensée qui trouvera son aboutissement dans l’œuvre maîtresse que représente La Société féodale1, dont les deux tomes paraissent successivement en 1939 et 1940. Auparavant, Marc Bloch publie deux ouvrages qui fondent sa notoriété et qui jalonnent, pour qui veut analyser l’évolution de sa démarche, le parcours d’une pensée imprégnée d’histoire totale. Il s’agit des Caractères originaux de l’histoire rurale française2 et de Seigneurie française et manoir anglais3 qui, bien que différents dans leur forme, contribuent à éclairer de manière complémentaire la personnalité d’un des plus grands médiévistes du xxe siècle. Ce parcours intellectuel, des Rois thaumaturges4 (1924) à la Société féodale, s’inscrit dans l’évolution de la carrière universitaire de Marc Bloch qui, après avoir contribué à restaurer l’université alsacienne aux lendemains du premier conflit mondial, obtient la reconnaissance de ses pairs dès 1936 par son accès à la Chaire d’histoire économique de la Sorbonne.

  • 5 J. Pluet-Despatin (éd.), Marc Bloch. Écrire La Société féodale. Lettres à Henri Berr, 1924-1943, P (...)

2La correspondance que Marc Bloch entretient avec Henri Berr et Lucien Febvre5 permet de remettre en perspective l’évolution de la démarche du médiéviste et de mieux apprécier l’usage particulier qu’il fait, dans ces trois ouvrages, du vocabulaire de l’espace.

Les Caractères originaux

3Les Caractères originaux de l’histoire rurale française sont la première manifestation du succès que connaît Marc Bloch, aussi bien en France qu’à l’échelle européenne, mais aussi de l’originalité et de l’audace de sa démarche. Le livre, paru en 1931, conjointement à Oslo et à Paris aux « Belles Lettres », est en fait la forme publiée d’une conférence prononcée par Marc Bloch à Oslo, dans le cadre des activités de l’Institut pour l’Étude comparative des Civilisations. Par là même, Bloch sortait du cadre strict de l’histoire médiévale pour s’interroger, conformément à la demande formulée par cette institution, sur la genèse, dans la longue durée, des particularités des paysages ruraux français. De fait, il combine, dès lors, les apports de différentes sciences sociales en gestation, comme la géographie et la sociologie.

  • 6 Que l’on retrouve aussi dans la littérature, cf. Der Mann ohne Eigenschaften, de Robert Musil (L’H (...)

4La prégnance du contexte historiographique n’en est pas pour autant moins grande. En particulier, l’influence de la culture allemande – dont Marc Bloch est plus que familier par sa formation et sa fréquentation de personnalités comme August Meitzen (1822-1910) – se perçoit dès cette époque, et de façon symptomatique, dans le choix du titre de sa contribution, l’expression « caractères originaux » étant la traduction, imparfaite en français, du terme allemand Eigenschaft6 (particularité, identité). Cela n’oblitère pas la critique que Bloch formule à l’encontre de certains excès auxquels a pu conduire la notion de Kulturgeschichte et qui l’incitera à préciser ce qu’il entend par civilisation et à distinguer ce concept de la notion d’ethnie.

Seigneurie française et manoir anglais

  • 7 Cf. Georges Duby, préface à l’édition de Seigneurie française et manoir anglais, (Cahier des Annal (...)

5Seigneurie française et manoir anglais est, dans sa forme, plus imparfait, mais cela tient à la nature de l’ouvrage, qui constitue la publication a posteriori du cours prononcé en 1936 à Paris à l’occasion de la promotion de Bloch à la Sorbonne. Si certains passages, notamment au début, sont véritablement rédigés, la fin du texte est constituée de notes, « points d’appui, supports d’improvisations verbales7 ».

6Il s’agit pour lui d’expliquer « l’état actuel de la propriété », c’est-à-dire de faire de l’histoire rurale comparée entre France et Angleterre, en adoptant une démarche régressive de la période contemporaine au Moyen Âge. Bloch reprend, en les synthétisant de façon plus pédagogique, les idées et la démarche des Caractères originaux.

La Société féodale

7La publication de La Société féodale procède du mûrissement de la pensée de Marc Bloch. À l’origine se trouve la rédaction des deux volumes confiés par Henri Berr, projet que Marc Bloch va transformer pour imposer en 1933 sa propre volonté. Dans une lettre adressée à Lucien Febvre, datée du 5 février 1933, il propose, à la suite du renoncement de Ferdinand Lot, sa candidature à la rédaction d’un ouvrage sur la société médiévale. Il justifie sa démarche de la façon suivante :

  • 8 Cf. Lettre à Lucien Febvre, 5 février 1933, dans Écrire la Société…, p. 71.

« en établissant le plan des deux volumes susdits, et au cours de leur rédaction, je me suis senti perpétuellement gêné par la nécessité de ne pas verser à chaque pas de l’étude proprement économique à celle de la structure sociale […] en un certain sens, il me serait plus aisé de traiter d’ensemble la société médiévale sous ses aspects économiques et, comment faut-il dire ? allons-y pour “structural”8 ».

8Le projet aboutira finalement quelque 6 ans plus tard, en 1939. Il s’agit des volumes XXXIV et XXXIV bis de la collection « L’Évolution de l’humanité », synthèse collective, dirigée effectivement par Henri Berr.

Démarche et concepts : un engagement structuraliste

9Les circonstances de l’élaboration de ces livres expliquent la démarche de Bloch et son évolution. Le médiéviste place en effet immédiatement l’homme au cœur des processus historiques. Ce postulat, fermement revendiqué, induit ses réticences vis-à-vis d’une approche strictement économique de l’histoire. Dans sa démarche, le primat n’est pas accordé à l’économie, mais bien à la structure sociale et à ses dynamiques. D’emblée, l’empreinte du structuralisme est prégnante. Bloch privilégie dès le début deux processus, le comparatisme et l’analyse régressive.

  • 9 Cf. Caractères originaux,… p. X, (introduction), édition 1955.

10L’introduction aux Caractères originaux fournit l’illustration la plus pertinente de ces principes. S’attachant à préciser les traits de l’histoire rurale française, il préconise et applique une méthode originale qui consiste dans un premier temps à décrire un paysage dont il va dégager les différentes strates (structurelles et chronologiques), à la manière d’un archéologue. Il justifie ainsi son engagement : « Pour interpréter le passé, c’est vers le présent, ou du moins vers un passé tout voisin du présent, qu’il convient d’abord de regarder9. » Décrivant sa méthode, c’est à un vocabulaire emprunté au paysage pictural, voire à la photographie, qu’il recourt.

La société au cœur de la pensée de Marc Bloch

  • 10 Cf. Lettre à Lucien Febvre, 5 février 1933, dans Écrire La Société…, p. 68-73.

11L’analyse régressive permet au mieux de définir le rôle fondamental joué par les structures sociales. La société est bel et bien au cœur de la pensée de Marc Bloch, comme le montre son jugement sévère à l’égard de l’ouvrage de Joseph Calmette, paru en 1923 et intitulé La Société féodale : « Son petit manuel est utile ; il y a même çà et là quelques indications qui vont plus loin que le manuel, mais jamais au fond des problèmes sociaux10» Il va plus loin encore dans la correspondance adressée à Henri Berr quelques jours plus tard :

  • 11 Cf. Lettre à Henri Berr, 8 février 1933, dans Écrire La Société…, p. 74-77.

« Il va de soi… que je n’ai nullement l’intention d’étudier “les institutions” féodales… sans en rechercher les rapports avec la mentalité commune ; vous ne me ferez pas cette injure. Je pense que vous serez d’accord avec moi pour comprendre mon volume comme étant avant tout une étude de structure sociale11. »

12L’organisation des Caractères et de Seigneurie française et manoir anglais traduit au plus près l’évolution de la démarche de Bloch, et la maturation de sa pensée. Ainsi, le plan des Caractères originaux illustre la mise en œuvre successive des deux démarches que nous avons évoquées, régressive dans un premier temps, puis structuraliste lorsqu’il s’agit d’aborder le cœur même de l’exposé et de l’explication.

13Pour Marc Bloch, le recours à la longue durée permet de mettre en évidence les structures qui sont présentées dans un premier temps comme des éléments atemporels, produisant des formes pérennes, par exemple la forme des champs.

14C’est ainsi que l’on passe d’une étape descriptive (chapitre i : « Les grandes étapes de l’occupation du sol » ; chapitre ii : « La vie agraire »), qui débouche sur la définition de « civilisation agraire », à l’explication des phénomènes – ou formes décrites dans les deux premières parties –, qui s’appuie sur la définition de la seigneurie (chapitre iii : « La seigneurie jusqu’à la crise des xive et xive siècles »), et la caractérisation des groupes sociaux (chapitre v : « Les groupes sociaux »). Bloch intercale entre ces deux structures des développements sur leur évolution, considérée le plus souvent en terme de crise et de rupture (chapitre iv : « Les transformations de la seigneurie et de la propriété depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à la Révolution française » et chapitre vi : « Les débuts de la révolution agricole »). L’ensemble se clôt fort logiquement sur une vision, au miroir des premiers chapitres, des campagnes au xixe siècle (chapitre vii : « Les prolongements : passé et présent »).

La notion de civilisation

15La réflexion s’articule ici autour de la notion de « civilisation » qui prend un sens spécifique sous la plume de Marc Bloch. Le terme est systématiquement employé pour qualifier une époque à travers ses productions, ses artefacts de différentes natures (production artistique, intellectuelle, paysages agraires…).

16Ainsi écrit-il à Henri Berr :

  • 12 Cf. Lettre à Henri Berr, op. cit., p. 76.

« Personne n’est plus persuadé que moi que l’art doit être envisagé en fonction du développement social. Mais la liaison avec toutes ses nuances ressortira beaucoup mieux d’études parallèles que d’un de ces volumes factices où la “civilisation” fait figure d’une sorte d’appendice, plus ou moins postiche, à la suite d’un tableau d’institutions12. »

17Cette remarque clôture une série de considérations par lesquelles Marc Bloch se juge incapable de traiter de l’art roman, de l’art gothique et de la littérature médiévale dans le projet précurseur de la Société féodale.

18À la façon de la géographie humaine telle que la proposait Henri Vidal de Lablache, dans les Caractères originaux, la première approche de Bloch, dans les chapitres i et ii, converge vers la définition d’une civilisation agraire, décrite à travers son aspect, c’est-à-dire la forme des champs. La forme de l’espace est déterminée par les techniques qui président à sa modélisation (ce sont les techniques de labour, adaptées aux qualités intrinsèques des sols, qui sont à l’origine de la forme des champs). Ainsi introduit-il et décrit-il les pays d’openfield et les oppose-t-il aux pays de bocage, à partir de caractéristiques physiques déterminées (relief, qualité des sols). C’est donc le travail, et le système de production qui l’organise, qui est à l’origine des trois « civilisations agraires ». Par conséquent, c’est bien la forme des rapports sociaux qui détermine les formes de l’espace. Le raisonnement est le suivant : la forme des champs est conditionnée par les techniques de labour (étape artefact/civilisation), elles-mêmes révélatrices du système de production déterminé par deux facteurs conjoints : la propriété et les rapports de pouvoir entre les individus. Ce concept lui permet de dégager une typologie des différentes civilisations agraires françaises produisant trois paysages différents : l’openfield, le bocage et le paysage méditerranéen. La typologie est ici une description de types (appelés civilisations), définis par la combinaison variable de différents facteurs – la pédologie, les techniques de mise en valeur de la terre, les formes d’exploitation et donc le paysage agraire spécifique qu’ils engendrent.

19Cela se met en œuvre dans la définition de la seigneurie, présente aussi bien dans les Caractères originaux que dans Seigneurie française et Manoir anglais. Pour Marc Bloch, la seigneurie est conçue comme un espace de pouvoir dont les traits sont modelés par les formes juridiques de l’emprise seigneuriale sur le territoire. La seigneurie interdit en effet la libre propriété de la terre et, en ce sens, conditionne la construction du paysage rural. L’empreinte spatiale de la seigneurie est en outre indissociable de l’habitat groupé. La gestion d’un territoire de pouvoir ne se conçoit pas hors du cadre de l’autorité exercée sur un groupe humain. Dès lors, la pensée de Bloch est bien une pensée systémique. Ce ne sont pas seulement les structures qui déterminent les formes, mais bien leur interaction.

20Ainsi, l’organisation de l’ouvrage la Société féodale, (I. « Formation des liens de dépendance » ; II. « Classes et gouvernement des hommes ») montre l’interdépendance des différents facteurs qui sont au cœur de la définition des structures sociales. Il existe une interaction entre les mentalités, les liens entre les individus, toujours conçus comme des rapports juridiques, et les structures de propriété/rapports de production. La démarche, dès l’origine, est toujours la même.

21En même temps, les plans des ouvrages reflètent une approche dynamique qui permet de dégager les différents facteurs d’évolution, toujours pris en considération dans l’ordre suivant : droit, justice et économie. Derrière ces termes, il faut entendre respectivement les formes de la propriété, les liens juridiques noués entre les hommes dans le cadre de la seigneurie et enfin les rapports de production. La conjoncture devient déterminante à partir du xive siècle.

22La pensée prend alors une tournure marxiste par la dialectique liant les rapports sociaux et l’économie et surtout intégrant la dimension de l’aliénation de l‘individu. L’approche de Bloch établit un lien systématique entre la propriété de la terre, la dépendance des individus et les rapports de production. Cette dialectique détermine des césures chronologiques : les xe et xie siècles sont caractérisés notamment par le servage, alors que le xive siècle est dominé par la crise et ses répercussions sur le système seigneurial. Bloch tient ici grand compte de la réaction seigneuriale et mesure les répercussions de la crise sur les formes de l’habitat.

Le vocabulaire de l’espace

  • 13 Nous avons utilisé pour ce dépouillement l’édition de 1955, nouvelle édition comprenant une introd (...)

23Dans cette section, nous présenterons les résultats de l’analyse sémantique des deux premiers chapitres des Caractères originaux (65 pages), ainsi que de l’introduction (6 pages), soit au total 71 pages13. Les deux premiers chapitres sont ceux où Bloch définit les « civilisations agraires », et qui présentent de ce fait le plus d’occurrences de termes relatifs à l’espace. Les autres chapitres sont consacrés à la seigneurie en tant que système politique.

  • 14 Cf. tableau récapitulatif.
  • 15 À savoir : assolement, bande, bien, champ, clôture, culture, défrichement, espace, finage, friche, (...)

24Au total, nous avons relevé 696 occurrences de 119 termes différents14, mais pour certains termes (23, soit 1/6 des substantifs analysés), nous avons distingué singulier et pluriel, dans la mesure où leur sens apparaît différent selon leur nombre15. On obtient donc en moyenne 9,8 occurrences de termes par page, et 5,8 occurrences de chaque terme.

Paradoxes et ambiguïtés

25L’espace de Marc Bloch est éminemment politique, le produit des structures sociales et de leurs dynamiques internes. Du coup, le vocabulaire de type géographique n’est pas au cœur de la pensée. Il est d’une utilisation floue, souvent ambiguë, en tout cas peu rigoureuse pour ce qui concerne les termes spécifiques à l’analyse spatiale. Ceci pourrait paraître paradoxal, dans la mesure où, par ailleurs, Marc Bloch porte un très grand intérêt à la linguistique, à l’évolution des langues et cherche à voir derrière le vocabulaire employé et ses mutations, les structures sociales. Mais cela s’éclaire si l’on considère que l’approche de l’espace par Marc Bloch est strictement descriptive, fondée sur le sens de la vision, de l’impression. Le paysage est toujours compris comme une représentation humaine, une structure dépendant de la perception de l’homme. C’est avant tout une forme de l’entendement.

  • 16 Voir notamment p. VIII et XIV de l’introduction.
  • 17 Cf. Alain Roger, Court traité du paysage, Bibliothèque des Sciences humaines, NRF, Gallimard, 1997

26La puissance descriptive est ainsi très forte, structurée par l’emploi récurrent de termes tels que dessin, puzzle, carte, plan, ce qui renvoie à la métaphore de la photographie filée à plusieurs reprises dans l’introduction méthodologique pour appréhender le paysage et sa construction16. Le souci d’élaborer des descriptions plus évocatrices que conceptuelles pousse ainsi à l’emploi d’un vocabulaire diversifié, jouant sur la synonymie, mais sacrifiant du coup la rigueur sémantique et conceptuelle. Le tableau ainsi brossé, paysage au sens premier, pictural17, ne présente que très peu de verbes traduisant des dynamiques spatiales. À l’emploi d’une palette variée de substantifs répond donc ce second procédé littéraire, typique de la forme descriptive.

  • 18 Nous ne reproduisons ici que les chiffres relatifs aux termes utilisés plusieurs fois.

Nombre d’occurrences de chaque terme18

Nombre d’occurrences de chaque terme18

27Certains termes apparaissent de façon unique, que l’on peut regrouper par catégories : les premiers, relevant du procédé de la métaphore, tels « bande », « coin », « damier », « faisceau », « îlots », témoignent d’un grand souci stylistique ; d’autres relèvent du vocabulaire géographique et sont plus conceptuels, ils définissent des catégories et des caractéristiques spatiales : « dispersé », « groupement », « ligne », « maille », « quadrillage », « rayon » ; enfin, quelques occurrences ont plutôt trait à une description quantitative de l’espace : « masses », « série », « unités ».

28Dans le même ordre d’idée, nous avons remarqué que la moitié des occurrences (48,1 %, soit 335) peut être classée dans le groupe « Description spatiale », ce que peut-être la sélection opérée pouvait laisser présager. Par comparaison, on atteint la proportion de 23,7 % des termes pour la catégorie « Organisation spatiale ». Hormis le travail agricole (12,64 %), les autres catégories représentent moins de 10 % des termes employés par Marc Bloch.

  • 19 Quelques termes, par leur caractère trop général, n’ont pas pu être classés dans une catégorie pré (...)

Répartition des termes selon les catégories19

Répartition des termes selon les catégories19

29Après la description, c’est la structuration de l’espace qui apparaît comme un élément relativement prégnant, par le biais de termes relevant de l’organisation spatiale (près d’un quart des occurrences). L’analyse précise du vocabulaire corrobore ainsi l’adoption par Marc Bloch d’une approche de type structuraliste, que l’on avait déjà décelée par l’examen du plan d’ensemble des ouvrages considérés. Ceci n’exclut pas de la pensée les aspects dynamiques, que l’on trouvera plutôt dans l’analyse de l’emprise du groupe social sur le territoire.

30Le lien entre la forme de l’espace et les techniques agraires est, après ces deux modes, le plus significatif. Marc Bloch met en œuvre une dialectique très forte entre espace et technique. Cela conditionne la description de l’espace et son explication : par exemple, les champs sont laniérés car on utilise une technique particulière de labour. Il ne s’agit pas simplement d’un procédé, mais bien du fondement de la démarche de Bloch. Ce sont des civilisations agricoles, conditionnées par les relations sociales, les formes du travail et le type d’habitat – le tout engendrant des contraintes collectives – qu’il aborde. Certaines expressions a priori surprenantes, comme « assolement périmé », trouvent ainsi tout leur sens : la dynamique est sociale, et non spatiale.

  • 20 Ce tableau synthétise le résultat d’analyses croisées entre les principaux termes (nombre d’occurr (...)

Répartition des termes les plus employés par principale catégorie d’analyse20

Répartition des termes les plus employés par principale catégorie d’analyse20

31La mise en relation des termes employés de façon récurrente par Marc Bloch avec les catégories d’analyse de l’espace illustre de façon patente le propos exposé précédemment : la majorité des termes ressortit à la catégorie « description spatiale ». De ce fait, les quelques exceptions sont significatives : ainsi, l’assolement est clairement le produit du travail agricole (plus de 70 % des associations). Les villages représentent la traduction spatiale d’une entité collective, d’un groupe humain, en l’occurrence la collectivité organisée par la seigneurie.

L’emprise du groupe sur l’espace

32L’ensemble de ces constats nous permet de corroborer l’affirmation selon laquelle son approche est très influencée par la géographie humaine telle que la pratiquait Vidal de Lablache. Le sens des mots spatiaux est déterminé non par une définition artificiellement préétablie, mais par la prégnance du groupe sur l’espace. M. Bloch n’a pas recours à des définitions académiques mais il donne un sens spécifique en fonction de sa propre démarche et de la forme de sa pensée.

33Le cas le plus évident est celui de l’usage indistinct des termes de « finage » et « terroir » qui apparaissent presque comme interchangeables. Le terme qui a sa préférence est indiscutablement celui de « terroir » (31 fois au pluriel et 19 au singulier) alors que « finage » n’apparaît que 13 fois (6 au singulier et 7 au pluriel). En outre, Bloch emploie le terme de « terroir » très souvent avec le sens de « finage » (c’est-à-dire les terres mises en valeur par la communauté des habitants), très rarement avec une acception agronomique. Le critère de choix d’un terme plutôt que de l’autre semble être celui de la taille du groupe. L’échelle d’appréhension est donc dominante. Le terme de « finage » est plutôt réservé à un petit groupe, celui de « terroir » en revanche s’emploie pour un groupe plus grand.

34Très souvent, cela rejoint une approche arithmétique des subdivisions spatiales. L’idée de la répartition se traduit dans le vocabulaire par des termes tels que « fraction », « proportion »… Le découpage de l’espace se fait de façon arithmétique et est induit par la propriété et le mode de concession de la terre par le seigneur. Le manse, unité de base et de découpage, est typiquement représentatif de cette démarche : il s’agit pour Marc Bloch de l’exploitation échue à un groupe, dont la taille est définie par le prélèvement opéré sur ce dernier. De même, le hameau est un établissement regroupant deux ou trois familles, par opposition au village, regroupant un nombre plus important de familles, sous l’autorité d’un maître du sol. De ce fait, dans le discours produit, « village » est synonyme de seigneurie.

35On peut par conséquent expliquer l’indifférenciation entre « finage » (espace utile à une communauté) et « terroir » (espace exploité, défini par la complémentarité des sols à la disposition d’un groupe) par le concept de civilisation agraire, qui combine la pédologie, les techniques de mise en valeur (labour, mais aussi type de faire-valoir) et l’organisation du groupe social. Marc Bloch liant de façon organique ces trois éléments, on ne peut donc dissocier l’espace utilisé (finage) de l’espace mis en valeur et présentant des particularités pédologiques (terroir).

36Le terme de « région » est employé de façon très indistincte, mais il semble rejoindre les deux termes ci-dessus. En fait, Bloch reprend ici un usage courant en géographie humaine, où région est souvent synonyme de « pays » (pays de Gex, Bugey, pays de Caux…). Le terme plus technique de territoire n’apparaît pas dans les chapitres analysés ici des Caractères originaux. En revanche, dans Seigneurie française et manoir anglais, Bloch le définit comme étant l’espace politique et fiscal, délimité par une autorité, sur lequel s’exerce l’hégémonie seigneuriale.

37Le recours préférentiel à des termes comme « terroir » et « région », de même qu’à des expressions telles que « notre sol, nos frontières, notre patrie » trahit enfin une représentation mentale très particulière, celle d’un espace innervé par la dimension politique : l’espace de Bloch est fort influencé par son histoire contemporaine. Sa façon de présenter des cas concrets dans sa synthèse, d’illustrer son propos, s’enracine dans l’Histoire et dans son histoire personnelle. Partant des paysages qui l’entourent pour les comprendre et les expliquer, Bloch intègre le présent dans sa réflexion. La méthode régressive n’est pas un simple outil scientifique mais un réel engagement politique. Ainsi, son discours est empreint des traces de la 1e Guerre mondiale, et surtout du souci de forger les conditions d’une paix en Europe, notamment par le développement de recherches en collaboration entre Européens.

Notes

1 Marc Bloch, La Société féodale, Paris, A. Michel, Collection « L’Évolution de l’Humanité », t. XXXIV et XXXIV bis, 1939-1940.

2 Marc Bloch, Les Caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris-Oslo, Les Belles Lettres, 1931.

3 Marc Bloch, Seigneurie française et manoir anglais, Paris, Association Marc Bloch, 1967. Texte revu par Élisabeth Carpentier, du cours donné par l’auteur à la Sorbonne en 1936.

4 Marc Bloch, Les Rois thaumaturges, Paris, 1924.

5 J. Pluet-Despatin (éd.), Marc Bloch. Écrire La Société féodale. Lettres à Henri Berr, 1924-1943, Paris, I.M.E.C. éditions, 1992, préface de B. Geremek.

6 Que l’on retrouve aussi dans la littérature, cf. Der Mann ohne Eigenschaften, de Robert Musil (L’Homme sans qualités).

7 Cf. Georges Duby, préface à l’édition de Seigneurie française et manoir anglais, (Cahier des Annales, 16), 1960.

8 Cf. Lettre à Lucien Febvre, 5 février 1933, dans Écrire la Société…, p. 71.

9 Cf. Caractères originaux,… p. X, (introduction), édition 1955.

10 Cf. Lettre à Lucien Febvre, 5 février 1933, dans Écrire La Société…, p. 68-73.

11 Cf. Lettre à Henri Berr, 8 février 1933, dans Écrire La Société…, p. 74-77.

12 Cf. Lettre à Henri Berr, op. cit., p. 76.

13 Nous avons utilisé pour ce dépouillement l’édition de 1955, nouvelle édition comprenant une introduction de Lucien Febvre (4 pages signalées de III à VI) et un second volume, supplément réalisé par Robert Dauvergne d’après les travaux de Marc Bloch écrits de 1931 à 1944. Marc Bloch, Les Caractères originaux de l’Histoire rurale française, Paris, Armand Colin, 1955.

14 Cf. tableau récapitulatif.

15 À savoir : assolement, bande, bien, champ, clôture, culture, défrichement, espace, finage, friche, inculte, labour, parcelle, pièce, quartier, région, sol, sole, terrain, terre, terroir, village, zone.

16 Voir notamment p. VIII et XIV de l’introduction.

17 Cf. Alain Roger, Court traité du paysage, Bibliothèque des Sciences humaines, NRF, Gallimard, 1997.

18 Nous ne reproduisons ici que les chiffres relatifs aux termes utilisés plusieurs fois.

19 Quelques termes, par leur caractère trop général, n’ont pas pu être classés dans une catégorie précise (10).

20 Ce tableau synthétise le résultat d’analyses croisées entre les principaux termes (nombre d’occurrences supérieur ou égal à 20) et les catégories d’analyse (champ intitulé « groupe » dans la base de données).

Table des illustrations

Titre Nombre d’occurrences de chaque terme18
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8174/img-1.png
Fichier image/png, 9,8k
Titre Répartition des termes selon les catégories19
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8174/img-2.png
Fichier image/png, 2,8k
Titre Répartition des termes les plus employés par principale catégorie d’analyse20
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8174/img-3.png
Fichier image/png, 3,9k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540