Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

4 – Sardou partout

« Papa Sardou » en Pologne

Nina Taylor-Terlecka

Testo integrale

  • 1 Dzieje teatru polskiego, série dir. par T. Sivert, t. 3, Teatr polski od 1863 roku do schyłku XIX w (...)

1Lorsque Sardou débute en Pologne, le pays est la victime de sanglantes représailles tsaristes faisant suite à l’insurrection anti-russe de 1863-64. Conscients de ne plus pouvoir regagner la liberté par les armes, les Polonais tiennent à reconstruire la base sociale et économique sérieusement ébranlée. D’où un programme de réforme et de travail « organique » et une nouvelle littérature dite positiviste. Inspirée par les idées de Henry Thomas Buckle et d’Auguste Comte, elle est fondamentalement didactique. La nouvelle comédie bourgeoise, elle aussi positiviste, sera tour à tour satirique, didactique, sentimentale, sociale. Cependant rien n’échappe à la russification. Bannie de toutes les institutions publiques, la langue polonaise n’est tolérée qu’à l’église et au théâtre – où sévit sans relâche la censure, interdisant sur scène toute mention de la polonité ou du passé national, quitte à se retrouver en Sibérie. Le répertoire français domine dans les théâtres « gouvernementaux » (russes) où, au fil des années, Sardou devancera de loin Dumas fils, Ponsard, Feuillet, Augier, et même Scribe et Labiche1. Il est fort prisé aux divers Alhambra, Eldorado, Belle Vue et autres théâtres de jardin qui prolifèrent dans la capitale. Momentanément, on aurait pu croire que le rire avait supplanté la lutte obsessive pour l’indépendance ; et Varsovie portera longtemps l’étiquette « maison Sardou ».

  • 2 Got Jerzy et Szczublewski J. Helena Modrzejewska. (Almanach), Varsovie, PIW, 1958 ; Szczublewski J. (...)
  • 3 Voir Szczublewski J. et Szwankowski Eugeniusz, Alojzy Żółkowski – syn, Varsovie, PIW, 1959.

2Mais c’est à Cracovie, moins traumatisée par les évènements et au climat plus libéral, que Sardou se fera d’abord connaître quand Helena Modrzejewska, jusqu’alors artiste ambulante de province, révèle son talent prodigieux dans Les Pattes de mouche (4 janvier 1866), La Famille Benoîton (1er février 1866), Nos intimes ! (19 avril 1866), Nos bons villageois (29 janvier 1867), Les Vieux Garçons (14 mars 1867), La Perle noire (4 avril 1867) et Les Ganaches (9 mai 1867)2. Lorsqu’elle viendra présenter Suzanne (dans Nos intimes !) à Varsovie (Teatr Wielki 13 décembre 1868)3, l’enthousiasme du public est sans bornes. Dès lors, si en plus Alojzy Żółkowski joue le personnage de Marécat, les billets sont vendus une quinzaine à l’avance ; les acteurs dictent leurs exigences.

Des stars de Pologne jouent Sardou dans le monde

  • 4 Szczublewski J., Teatr warszawski…, op. cit., p. 67.
  • 5 Szczublewski J. et Szwankowski E., Alojzy Żółkowski, op. cit., p. 42.
  • 6 Grzymala-Siedlecki Adam, Świat aktorski moich czasów, Varsovie, PIW, 1973, p. 501-502.

3L’interprétation des rôles écrits par Sardou a une longue résonance et passe dans la légende théâtrale, tel le trio Żółkowski – Rychter – Królikowski dans Nos intimes ! (Teatr Wielki, 1869), ou Żółkowski – Rapacki – Ostrowski dans Les Ganaches (on a compté les spectateurs4 : 982, 864, 829, 1057, 839, 835, 746, 623, 600, 566, 420, 481, 544, 588). Quoique critique de l’écriture de Sardou, Żółkowski incarnera Morisson (Nos bons villageois) jusqu’à la fin de sa carrière, et c’est dans le rôle du Baron de Séraphine qu’il parut pour la dernière fois, tout criblé d’arthrite, sur la scène de Varsovie5. Dans la longue mémoire théâtrale, il y a des gestes, des regards, des tremblements de paupière, dont le spectateur se souvient un demi-siècle après6.

4En 1882, Modrzejewska joue Odette en anglais à la Royal Haymarket ; malgré son accent étranger, le succès du spectacle dépasse les espérances :

  • 7 Lettre de Modrzejewska à Maria Faleńska du 2 mai 1882, dans Korespondencja Heleny Modrzejewskiej i (...)

[…] et me voilà condamnée à répéter tous les soirs jusqu’au 20 juillet les mêmes piètres clichés. Plaignez donc mon sort ! Le désespoir de se nourrir trois mois durant des émanations cérébrales de Monsieur Sardou ! Mais le public raffole de cette pièce, le prince et la princesse de Galles et l’héritier du trône danois (le prince Frédéric), et d’autres personnes de qualité applaudissent et pleurent ; et à plus forte raison le public. Mes toilettes et mes nouveaux faux diamants plaisent aux dames – en faut-il plus7 ?

  • 8 Modrzejewska, Wspomnienia…, op. cit., p. 467.
  • 9 Lettre de Modrzejewska à Wyatt Eaton, décembre 1882, dans Korespondencja Heleny Modrzejewskiej i K (...)
  • 10 Lettre d’Edmund Rygier à Karol Chłapowski du 3 novembre 1902, dans Korespondencja…, op. cit. (1965 (...)
  • 11 Lettre de Victorien Sardou du 13 octobre 18 [85 ?], ibidem, p. 70 sq.
  • 12 Lettre de Modrzejewska à Tadeusz Pawlikowski du 29 novembre 1894, ibid., p. 179.
  • 13 Lettre de Ludwik Solski à H. Modrzejewska du 15 mai 1895, ibid.
  • 14 Lettre de Modrzejewska du 17 mai 1895 à un correspondant non identifié, dans Korespondencja…, op.  (...)

5Le tout-Londres venait applaudir ce spectacle, les appels de rideau ne cessaient pas8. La vedette portait des costumes luxueux, gagnait plus de cent livres par semaine. Bientôt elle montrera Odette dans ses grandes tournées américaines – à New York (1882, 1883, 1886), St Louis et Detroit (1883), à Philadelphie, Brooklyn Park, Boston, Buffalo, San Francisco et Denver (1886) ; son mari, le comte Karol Chłapowski, collabora avec F. Stinson sur une nouvelle adaptation. Elle se plaignait d’avoir à jouer « cette abominable Odette9 ». Et elle poursuit : « O Shakespeare, que je me sens malheureuse et triste ! Quelle malédiction que ce Sardou. » Cela ne l’empêchera pas de reprendre ce rôle à Varsovie (1885, 1891), Lwów et Cracovie (1890), Lublin et Prague (1891), de le proposer à la direction théâtrale de Poznań10 (somme toute elle l’aura joué 140 fois), ou de solliciter à Sardou pour qu’il lui écrive un rôle. Courtois, mais implacable, Sardou ne prévoyait que des difficultés, le principal écueil concernait les droits d’auteur et le partage des profits11. Point découragée, Modrzejewska joue Suzanne à Poznań et Cracovie (1890), refuse ce même rôle en 189412, mais parait volontiers dans Fédora à Lwów, Cracovie (1894, 1895) et Poznań (1895), et interprète Cyprienne dans Divorçons ! (Lwów, 1895)13 − rôle « qu’il ne me siérait pas de jouer en Amérique, dit-elle, mais ici je peux le faire pour mon propre amusement14 ». À Londres, en 1882, elle avait apprécié la Cyprienne « délicieuse » de Madame Chaumont à la Gaiety Theatre (Divorçons !). À Paris, elle admira Sarah Bernhardt (elles fréquentaient toutes deux la même couturière) dans Théodora. Malgré sa fatigue, la vedette

  • 15 Szczublewski J., Żywot Modrzejewskiej…, op. cit., p. 432.

joue merveilleusement. On ne peut vraiment rien lui reprocher, et le rôle lui convient comme un gant fait sur mesure. […] Lorsqu’elle commence à dire de cette voix merveilleuse des choses tendres et émouvantes, on pourrait l’écouter pendant des siècles, malgré une certaine monotonie qui lui est toute particulière15.

  • 16 Ibidem.

6Pourtant, dans cette pièce « médiocre et visant à l’effet », les acteurs se déplaçaient avec maladresse dans leurs costumes16.

De l’art dramatique à l’art théâtral

  • 17 Koźmian Stanisław, Teatr. Wybór pism, éd. par J. Got, Kraków, Wydawnictwo Literackie, 1959. t. 2, p (...)
  • 18 Ibidem, t. 1, p. 291, 370, t. 2, p. 131-132.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., t. 1, p. 312, t. 2, p. 138 et 225.

7Entre 1871 et 1885 Stanisław Koźmian, critique éminent et grand aristocrate, dirigea le théâtre de Cracovie, réformant le goût du public et modernisant le répertoire. À côté de Shakespeare et des auteurs contemporains, il montait les comédies parisiennes cinq semaines après leur première ; et il lança une trentaine de pièces de Sardou, dans lesquelles brillait son épouse morganatique, Antonina Hoffmann. Koźmian reprochait pourtant au théâtre français son éclat illusoire, sa xénophobie culturelle, son instinct moral atrophié, son esprit superficiel, son élégance frivole. À son avis, Sardou crée d’excellentes photographies dans ses comédies, mais il abuse de coups de théâtre dont il étourdit son public, et sacrifie les anciennes règles de l’art au profit de la scénographie, qui est venue supplanter poésie, esthétique, moralité et psychologie pour projeter des représentations, mais non des œuvres dramatiques. Koźmian voit là la transition de l’art dramatique à l’art théâtral, de la comédie à la féerie, de la littérature à la spéculation. Ce style a du succès, car « le public d’aujourd’hui n’aime ni trop penser ni trop se poser de questions. Une comédie n’exigeant aucun effort mental est par excellence démocratique, et convient parfaitement à notre époque démocratique17. » Il concède que Nos intimes !, « une des meilleures œuvres de Sardou, et une des mieux construites18 » lui survivrait. « Comédie d’un tissu hyper-délicat, comédie pure », Les Pattes de mouche dépassait son auteur et « préserverait son nom de l’oubli19 ». Séduit par Théodora (1886), « œuvre enivrante, bizarre et complexe, amphibie et kaléidoscope à la fois20 », Koźmian parlera du magicien scénique, du victorieux Sardou21.

Les naturalistes et symbolistes polonais face à Sardou

8Cette ambivalence est symptomatique. Après la faillite du positivisme, le naturalisme vient accentuer une dichotomie qu’illustrent les énoncés de Gabriela Zapolska. Actrice ambulante, femme émancipée, elle joue dans Divorçons ! en Galicie (1882), paraît à Cracovie dans Rabagas, Nos bons villageois et Odette, reprend Divorçons ! à Petersburg (1883), Lwów (1884), Łódź (1887) et Lublin (1888), et se fait voir dans Fédora (Lwów, 1884), Georgette (Poznań, 1887) et Les Pattes de mouche (Łódź, 1888). À Paris ensuite, entre 1889 et 1895, elle joue (en français) chez Antoine et au Théâtre de l’Œuvre. De retour en Pologne, elle s’irrite quand une rivale accapare tous les rôles, propose Les Pattes de mouche à la direction, et se réjouit de jouer Paméla :

  • 22 Lettre de G. Zapolska à Stanisław Janowski du 20 août 1899, dans Listy Gabrieli Zapolskiej, éd. pa (...)

Hier le théâtre était tout vendu. […]. C’est un grand rôle, vois-tu, mais facile. J’avais une apparence si superbe qu’on a applaudi mon entrée […]. J’avais un costume Directoire extrêmement élégant, j’étais vraiment belle22 !

  • 23 Lettre de Zapolska à Edmund Rygier du 12 octobre 1902, ibidem, t. 2, p. 28 sq.

9À Lwów elle incarnera Tosca (1900) et au théâtre de Poznań elle « se réserve » les rôles de Tosca, Paméla et Suzanne23.

  • 24 Zapolska G., Publicystyka, 1re partie, éd. par J. Czachowska et E. Korzeniewska, Wrocław-Varsovie, (...)
  • 25 Ibidem, t. 1, p. 320.
  • 26 Ibid., t. 2, p. 282.
  • 27 Ibid., t. 2, p. 236.
  • 28 Ibid., t. 1, p. 29.

10Zapolska, qui fonda sa propre troupe théâtrale, fut aussi romancière et dramaturge prolifique (on lui doit environ 70 œuvres), dont de nombreuses pièces sont encore jouées. De ses reportages parisiens se dégage une perspective hypercritique. Elle en veut jusqu’à la physionomie de Sardou24, dont les cheveux lisses et la mine sacerdotale ne correspondent guère aux idées excentriques de Tosca, Théodora, Cléopâtre, « des figures de papier, des squelettes construits pour la squelettique Sara25 ». « Artisan, sinistre jongleur, fin-maître qui combine ses effets avec sang froid26, il représente à ses yeux l’ancienne façon d’écrire, un peu défraîchie main27. Zapolska regrettait pourtant le déclin des petits théâtres de jardin à Varsovie, ergo implicitement leur répertoire Sardou28.

  • 29 Grzymała-Siedlecki A., Tadeusz Pawlikowski i jego krakowscy aktorzy, éd. par A. Woycicki, Kraków, W (...)

11Figure emblématique du naturalisme, critique impitoyable de l’hypocrisie bourgeoise, Zapolska est à cheval sur deux époques. Vers 1890 le symbolisme « Jeune Pologne » est en plein essor, Sardou et les auteurs positivistes sont la bête noire des jeunes théâtromanes29. Pour sa première saison au nouveau théâtre municipal à Cracovie le directeur Tadeusz Pawlikowski ne montrera que trois pièces de Sardou (sur 85) : Rabagas (1894, 5 fois), Les Pattes de mouche (1894, 2 fois) et Madame Sans-Gêne. Par la suite le public verra : Les Ganaches (1894, 2 fois), Les Bourgeois de Pont-Arcy (1894, 4 fois), Fédora (1894, 3 fois), Divorçons ! (1895, 1 fois), L’Oncle Sam (1895, 4 fois), Les Ganaches (1896, 1 fois), Marcelle (1897, 3 fois), Séraphine (1898, 2 fois, Zapolska y joue médiocrement), Nos intimes ! (1898, 8 fois), Andréa (1898, 4 fois), Spiritisme (1899, 1 fois).

  • 30 Solski Ludwik, Wspomnienia 1855-1893, éd. par A. Woycicki, Kraków, WL, 1955, t. 2, p. 18. Madame Sa (...)

12Des moments de brève éclaircie viennent redresser ce bilan. À la première cracovienne de Madame Sans-Gêne (16 juin 1894), la somptueuse mise en scène démontrait un art si érudit que les théâtres gouvernementaux de Varsovie voulurent d’emblée acquérir décorations, costumes et accessoires30 ; et Honorata Leszczyńska incarna si bien le rôle de Catherine qu’on l’engagea tout de suite au Vaudeville de Varsovie, où elle jouera tous les soirs pendant deux mois. Désormais, elle ne quittera plus la capitale.

  • 31 Ciechowicz Jan, Sam na scenie. Teatr jednoosobowy w Polsce. Z dziejów form dramatycznoteatralnych. (...)

13En 1900, Pawlikowski prend la direction du théâtre à Lwów, où Sardou était adoré du public31. Premier metteur en scène « moderne », passionné par tous les aspects du spectacle, « Thaddeo il Magnifico » avait fait un stage chez les Meininger et Antoine ; et il unissait une orientation européenne au panache fantaisiste d’un mécène aristocratique. Entre 1900 et 1906, il lança un théâtre symbolique, féerique, philosophique, abstrait, sans oublier Shakespeare, Gorki, Tchekhov, Hauptmann, Strindberg, Heijermans et G. B. Shaw, mais où il ne monta que trois pièces de Sardou : Nos intimes ! (7 représentations du 19 décembre 1900 à 1905), Les Ganaches (12 représentations du 11 décembre 1903 à 1906), et Les Femmes fortes (4 représentations à partir d’octobre 1904). Jadis si contente de triompher dans Paméla, Gabriela Zapolska déplore maintenant la reprise de Nos intimes ! (où elle avait aspiré à prendre le meilleur rôle). Rien de pire – écrivait-elle – que ces « types surannés » :

  • 32 Pajączkowski Franciszek, Teatr lwowski pod dyrekcją Tadeusza Pawlikowskiego 1900-1906, Kraków, WL, (...)

Sardou a croassé comme une corneille […] et a servi au public un petit mets agréable, composé de vieux restes de gastronomie française, ravigotés d’une sauce piquante32.

  • 33 Grzymala-Siedlecki A., Świat aktorski…, op. cit., p. 153.

14Selon Adam Grzymała-Siedlecki, lui-même auteur de comédies « bien faites » et excessivement frivoles, Pawlikowski avait délivré la scène polonaise de la prison Sardou et l’avait conduite à la terre promise d’Ibsen, puis à la dramaturgie des modernistes et de Wyspiański33. Homme de théâtre « intégral », peintre, poète, metteur en scène et scénographe, ce dernier dessinait costumes, meubles et accessoires. Visionnaire à l’imagination hallucinante, il anticipait la grande réforme théâtrale de Gordon Craig, dont la nouvelle esthétique allait envahir les esprits.

Le déclin

  • 34 Taborski Roman, Walka o nowy repertuar w teatrach młodopolskiej Warszawy, Varsovie, 1999, p. 132.
  • 35 Cité par Taborski R., Warszawskie teatry prywatne w okresie Młodej Polski, Varsovie, PWN, 1980, p. (...)
  • 36 Solska Irena, Pamiętnik, éd. par L. Kuchtówna, Varsovie, WAiF, 1978, p. 29.
  • 37 D’après Taborski R., op. cit.
  • 38 Solska I., ibid., p. 133.

15Un grand article dans Kurier Teatralny honora les 70 ans de Sardou34. Présenté par Koźmian dès 1873 à Cracovie, Rabagas ne fut ôté de l’index par la censure russe qu’après la révolution de 1905 (« pas moyen de scruter les décrets compliqués de cette institution », disait Jan Lorentowicz35). La pièce fut présentée au théâtre particulier de Gawalewicz à Varsovie avec une soixantaine d’acteurs et figurants dans une mise en scène très soignée qui recréait le style Second Empire et obtenait des effets spectaculaires dans la scène de bal. Même si La Tosca revient tous les ans entre 1911 et 1915 (on verra encore Les Pattes de mouche en 1911 et 1916 à Cracovie sous la direction de Teofil Trzciński36, Madame Sans-Gêne en 1912, Patrie ! en 1913, Divorçons ! en 1915-191637), le déclin est irréversible. Rien d’étonnant si Nos intimes ! fit un four pendant la guerre polono-bolchévique de 1919-2020. Le moment était peu opportun, la nation faisait face à un envahisseur qui voulait engloutir l’Europe. Pendant les répétitions, les acteurs observaient « l’action militaire » du toit du Teatr Polski38.

  • 39 Horzyca Wilam, Polski teatr monumentalny, éd. par L. Kuchtówna, Wrocław, Wiedza o kulturze, 1994.
  • 40 Szczublewski J., Żywot Osterwy, Varsovie, PIW, 1971, p. 60.
  • 41 Le spectacle ne fut réalisé que deux ans après. Cf. note à la lettre de Juliusz Osterwa du 10 nove (...)
  • 42 Małkowska Hanna, Wspomnienia z « Reduty », Varsovie, PIW, 1960, p. 93.
  • 43 Schiller Leon, « O teatr popularny » (1924), dans Droga przez teatr 1924-1939, éd. par J. Timoszewi (...)

16Dans l’entre-deux-guerres d’un pays enfin indépendant, Sardou est quasiment absent des écrits de Wilam Horzyca, Juliusz Osterwa et Leon Schiller, qui dominent la pensée et l’activité théâtrales de l’époque. Pour Horzyca, directeur, metteur en scène et promoteur fanatique de G. B. Shaw, Scribe et Sardou sont « de futiles jongleurs de personnages et d’intrigue39 ». L’acteur et metteur en scène Osterwa avait joué dans Les Vieux Garçons à Wilno en 190840 ; en 1924, il préparait la première de Divorçons !41. Inspiré par les idées de Stanislavski, qu’il avait connu à Moscou, Osterwa réforma le jeu et le répertoire, et fonda un théâtre phalanstère ; et, au dire d’une des actrices, si la critique conservatrice résistait à ses innovations 4242 c’est qu’elle était engouée de Sardou. Leon Schiller, pour sa part, faisait revivre les vieilles formes ludique et plébéiennes, et ressuscitait le grand répertoire romantique pour créer un théâtre mystique, liturgique, voire monumental. Quoiqu’il affectionnât le cabaret et le vaudeville (parmi lesquels il classait Madame Sans-Gêne), tout comme l’opéra comique, la féerie et le mélodrame43, il ne mit en scène aucune œuvre de Sardou.

  • 44 Brumer Wiktor, Tradycja i styl w teatrze. Pisma krytyczno-literackie, éd. par E. Udalska, Varsovie, (...)

17Dans son bilan de 1925-1926 Wiktor Brumer conclut que Les Ganaches étaient périmés44. Mais la légende napoléonienne persiste ; en tant que Duchesse de Danzig, Madame Sans-Gêne est une héroïne quasi-nationale. Une scénographie de Karol Frycz agrémenta la mise en scène de Karol Borowski (Varsovie, Teatr Polski, création le 23 octobre 1925, 59 représentations). Trois tableaux (la buanderie, le salon au palais de Compiègne et le cabinet de Napoléon) constituaient de véritables chefs-d’œuvre. Les intérieurs – meubles, miroirs, aigles, girandoles – et les costumes reproduisaient le faste impérial dans le menu détail. Frycz avait reproduit le style de l’époque avec des ornements de cercueil fournis par un petit commerçant juif. Les garçons de boutique venaient furtivement au spectacle.

  • 45 Kuchtówna L., Karol Frycz, Varsovie, Oficyna Wydawnicza « Errata »/Instytut Sztuki PAN, 2004, p. 23 (...)

Ils voyaient des chambranles d’acajou ornés de rosettes et dorures empire, la bibliothèque de Napoléon ruisselante de bronzes […]. Et, comme tout spectateur qui se respecte, ils se laissaient duper, sans soupçonner pour un instant qu’ils avaient eux-mêmes fourni tout ce bataclan45.

  • 46 Marczak-oborski Stanisław, Teatr czasu wojny. Polskie życie teatralne w latach II wojny światowej ( (...)

18Juste avant la Seconde guerre mondiale, Divorçons ! (revenu à l’affiche en 1926 dans la création exquise de Mieczysława Ćwiklińska) est joué 102 fois (1938). Mais c’est Catherine et non Cyprienne qui devait survivre aux épreuves. Alors que pendant l’occupation allemande, tout acteur qui se respectait travaillait clandestinement, Hans Frank, tout en intensifiant la terreur dans le Gouvernement Général, fait certaines concessions culturelles et « permet » de jouer le répertoire de Musset, Feydeau, Sardou, de Flers et Caillavet. Relancée par Stanisława Perzanowska, qui l’avait montée à Wilno en juin 1940, Madame Sans-Gêne (à la guerre comme à la guerre !) est jouée au théâtre collaborateur de Varsovie (25 avril 1944)46. La paix enfin venue, entre l’automne 1947 et le carnaval de 1948, elle fera rire le public de Wrocław (Breslau). Et elle revient sporadiquement à l’affiche, notamment en 1958 (après le dégel), 1982 (après « l’amnestie » de Jaruzelski), puis en 1983 et 1988.

Sardou, ancêtre du formisme ?

  • 47 Szczublewski J., Wielki i smutny teatr warszawski 1868-1880, Varsovie, PIW, 1963, p. 286.
  • 48 Trzciński Teofil, O teatrze i muzyce, éd. par A. Woycicki, Varsovie, WAiF, 1968, p. 109.

19Pour résumer, Sardou avait exercé son hégémonie sur le théâtre polonais pendant deux décennies. Son nom désignait un genre, un style, définissait une époque, un goût, un public. La question de son influence sur les dramaturges positivistes serait à étudier. Parmi eux, seul Kazimierz Zalewski avait mérité le sobriquet de « Sardou polonais » (il avait d’ailleurs traduit Thermidor). Quant à Józef Narzymski, à qui la critique reprochait d’imiter aveuglement Sardou, il soulignait son autonomie : « C’est bien curieux, on me reproche la manière de Sardou alors que moi je l’aime moins que tous les autres47. » Certains auteurs – tels Michał Bałucki, Józef Bliziński, Edward Lubowski, Sabowski et Sarnecki – étaient joués presque autant que Sardou. Mais en fin de compte, seul le répertoire français réparait les déficits budgétaires, et même pendant les années de déclin on pouvait faire confiance à Sardou pour ramener les spectateurs indifférents ou désabusés48.

  • 49 Krasiński Edward, Warszawskie sceny 1918-1939, Varsovie, PIW, 1976, p. 92, 105.
  • 50 Lettre de Karol Estreicher à Karol Chłapowski du 4 octobre 1869, dans Korespondencja…, op. cit. (1 (...)

20Ceci dit, dans la terminologie critique le tandem verbal Scribe – Sardou exprime une notion le plus souvent péjorative49. La désignation « bon sens » et « bien fait » n’a rien de flatteur et le goût polonais leur préfère le lyrisme, la profondeur métaphysique et le patriotisme. Mais des théâtrologues ont essayé de saisir la differentia specifica de Victorien Sardou. Déjà Karol Estreicher, bibliographe théâtral, identifiait en quelque sorte le plaisir du lecteur solitaire, car « les comédies-romans que sont les contes de Sardou, ses romans dialogués » procurent le même plaisir que la lecture d’un bon roman50. Au lecteur de créer son spectacle à partir des didascalies…

  • 51 Terlecki Tymon, « Papa Sardou. Z powodu Ćwiartki papieru w Teatrze Letnim », Teatr, année IV, no 1 (...)

21En 1936, un associé de Leon Schiller, polémiste du théâtre monumental et champion du grand répertoire métaphysique, défendait la tradition civilisatrice du métier, trop souvent méprisé en Pologne, mais sans lequel l’art dramatique n’évolue pas. La pièce bien faite avait cessé d’être un idéal absolu, soit ; mais le langage scénique auquel elle avait cédé la place, innovateur, inspiré, bien intentionné, rappelait parfois le galimatias du barbare51. Machine astrale au mécanisme magique, parade de virtuose, Les Pattes de mouche à son avis constituaient une fioriture dramatique enchanteresse, une vocalise presque musicale,

  • 52 Ibidem.

ce que nous appellerions aujourd’hui drame « pur », « pure forme ». Papa Sardou précurseur du formisme… En aurait-il rêvé ? Witkacy [Witkiewicz] accepterait-il de voir en lui son ancêtre52 ?

  • 53 Raszewski Zbigniew, Mój świat, Varsovie, PIW, 1997, p. 146.
  • 54 Cf. Sempoliński Ludwik, Druga połowa życia, Varsovie, Czytelnik, 1985.
  • 55 Łapicki Andrzej, Przed lustrem. Felietony, Varsovie, WAiF, 1983, p. 36 sq.

22Après la guerre, dans ses cours à Poznań, Zygmunt Szweykowski regrettait que le répertoire populaire fût si peu attrayant ; les Polonais n’avaient pas produit leur Sardou à eux53. Plus récemment l’acteur Andrzej Łapicki, dont la mise en scène d’une adaptation musicale de Madame Sans-Gêne en 195854 effectua une tournée en Tchécoslovaquie et en URSS, déplorait le déclin du dialogue dans le théâtre contemporain, évoquant avec nostalgie les maîtres d’antan et la répartie étincelante de l’ancien répertoire : « Sardou, Scribe, de Flers et Caillavet, Shaw – ça, c’était du dialogue55. » Et tout récemment Jerzy Timoszewicz, éminent théâtrologue, éditeur des écrits de Leon Schiller, de soupirer : « Sardou – mais c’est le plus grand dramaturge du XIXe siècle – avec Eugène Labiche, bien sûr. »

Bibliografia

Bibliographie critique

Dzieje teatru polskiego, série dir. par Tadeusz Sivert, t. 3, Teatr polski od 1863 roku do schyłku XIX wieku, Polska Akademia Nauk Instytut Sztuki, Varsovie, PWN, 1982.

Got Jerzy et Szczublewski J., Helena Modrzejewska. (Almanach), Varsovie, PIW, 1958.

Koźmian Stanisław, Teatr. Wybór pism, éd. par J. Got, Kraków, Wydawnictwo Literackie, 1959, 2 t.

Szczublewski J. et Szwankowski Eugeniusz, Alojzy Żółkowski – syn, Varsovie, PIW, 1959.

Szczublewski Józef, Wielki i smutny teatr warszawski 1868-1880, Varsovie, PIW, 1963.

Żelenski-Boy T., 1001 noc teatru. Wrażeń teatralnych seria osiemnasta. Pisma Tom XXVIII, Varsovie, PIW, 1975.

Żeleński-Boy Tadeusz, Reflektorem w serce. Romanse cieniów. Wrażenia teatralne. Pisma Tom XXV, Varsovie, PIW, 1968.

Note

1 Dzieje teatru polskiego, série dir. par T. Sivert, t. 3, Teatr polski od 1863 roku do schyłku XIX wieku, Polska Akademia Nauk Instytut Sztuki, Varsovie, PWN, 1982 ; Szczublewski Józef, Teatr warszawski drugiej połowy XIX wieku, Wrocław, Zakład im. Ossolińskich – Wydawnictwo, 1957.

2 Got Jerzy et Szczublewski J. Helena Modrzejewska. (Almanach), Varsovie, PIW, 1958 ; Szczublewski J., Żywot Modrzejewskiej, Varsovie, PIW, 1975 ; Modrzejewska Helena, Wspomnienia i wrażenia, trad. par Marian Promiński, Kraków, WL, 1957, p. 163.

3 Voir Szczublewski J. et Szwankowski Eugeniusz, Alojzy Żółkowski – syn, Varsovie, PIW, 1959.

4 Szczublewski J., Teatr warszawski…, op. cit., p. 67.

5 Szczublewski J. et Szwankowski E., Alojzy Żółkowski, op. cit., p. 42.

6 Grzymala-Siedlecki Adam, Świat aktorski moich czasów, Varsovie, PIW, 1973, p. 501-502.

7 Lettre de Modrzejewska à Maria Faleńska du 2 mai 1882, dans Korespondencja Heleny Modrzejewskiej i Karola Chłapowskiego, éd. par J. Got et Szczublewski J., Varsovie, PIW, 1965, t. 2, p. 21 sq.

8 Modrzejewska, Wspomnienia…, op. cit., p. 467.

9 Lettre de Modrzejewska à Wyatt Eaton, décembre 1882, dans Korespondencja Heleny Modrzejewskiej i Karola Chłapowskiego, éd. par Emil Orzechowski, Kraków, Wydawnictwo Uniwersytetu Jagiellońskiego, 2000, p. 79.

10 Lettre d’Edmund Rygier à Karol Chłapowski du 3 novembre 1902, dans Korespondencja…, op. cit. (1965), t. 2, p. 290-291.

11 Lettre de Victorien Sardou du 13 octobre 18 [85 ?], ibidem, p. 70 sq.

12 Lettre de Modrzejewska à Tadeusz Pawlikowski du 29 novembre 1894, ibid., p. 179.

13 Lettre de Ludwik Solski à H. Modrzejewska du 15 mai 1895, ibid.

14 Lettre de Modrzejewska du 17 mai 1895 à un correspondant non identifié, dans Korespondencja…, op. cit. (2000), p. 186.

15 Szczublewski J., Żywot Modrzejewskiej…, op. cit., p. 432.

16 Ibidem.

17 Koźmian Stanisław, Teatr. Wybór pism, éd. par J. Got, Kraków, Wydawnictwo Literackie, 1959. t. 2, p. 125-128.

18 Ibidem, t. 1, p. 291, 370, t. 2, p. 131-132.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid., t. 1, p. 312, t. 2, p. 138 et 225.

22 Lettre de G. Zapolska à Stanisław Janowski du 20 août 1899, dans Listy Gabrieli Zapolskiej, éd. par S. Linowska, Varsovie, PIW, 1970, t. 1, p. 678.

23 Lettre de Zapolska à Edmund Rygier du 12 octobre 1902, ibidem, t. 2, p. 28 sq.

24 Zapolska G., Publicystyka, 1re partie, éd. par J. Czachowska et E. Korzeniewska, Wrocław-Varsovie, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, Wydawnictwo Polskiej Akademii Nauk, 1958, t. 2, p. 69.

25 Ibidem, t. 1, p. 320.

26 Ibid., t. 2, p. 282.

27 Ibid., t. 2, p. 236.

28 Ibid., t. 1, p. 29.

29 Grzymała-Siedlecki A., Tadeusz Pawlikowski i jego krakowscy aktorzy, éd. par A. Woycicki, Kraków, WL, 1971, p. 17.

30 Solski Ludwik, Wspomnienia 1855-1893, éd. par A. Woycicki, Kraków, WL, 1955, t. 2, p. 18. Madame Sans-Gêne fut jouée 8 fois en 1894 et 17 fois à la saison suivante.

31 Ciechowicz Jan, Sam na scenie. Teatr jednoosobowy w Polsce. Z dziejów form dramatycznoteatralnych. Wrocław-Varsovie, Wydawnictwo Polskiej Akademii Nauk, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1984, p. 144.

32 Pajączkowski Franciszek, Teatr lwowski pod dyrekcją Tadeusza Pawlikowskiego 1900-1906, Kraków, WL, 1961, p. 87.

33 Grzymala-Siedlecki A., Świat aktorski…, op. cit., p. 153.

34 Taborski Roman, Walka o nowy repertuar w teatrach młodopolskiej Warszawy, Varsovie, 1999, p. 132.

35 Cité par Taborski R., Warszawskie teatry prywatne w okresie Młodej Polski, Varsovie, PWN, 1980, p. 26.

36 Solska Irena, Pamiętnik, éd. par L. Kuchtówna, Varsovie, WAiF, 1978, p. 29.

37 D’après Taborski R., op. cit.

38 Solska I., ibid., p. 133.

39 Horzyca Wilam, Polski teatr monumentalny, éd. par L. Kuchtówna, Wrocław, Wiedza o kulturze, 1994.

40 Szczublewski J., Żywot Osterwy, Varsovie, PIW, 1971, p. 60.

41 Le spectacle ne fut réalisé que deux ans après. Cf. note à la lettre de Juliusz Osterwa du 10 novembre 1924 à Adam Grzymała-Siedlecki, dans Listy Juliusza Osterwy, préface de Zawieyski Jerzy, Varsovie, PIW, 1968.

42 Małkowska Hanna, Wspomnienia z « Reduty », Varsovie, PIW, 1960, p. 93.

43 Schiller Leon, « O teatr popularny » (1924), dans Droga przez teatr 1924-1939, éd. par J. Timoszewicz, Varsovie, PIW, 1983.

44 Brumer Wiktor, Tradycja i styl w teatrze. Pisma krytyczno-literackie, éd. par E. Udalska, Varsovie, PWN, 1986.

45 Kuchtówna L., Karol Frycz, Varsovie, Oficyna Wydawnicza « Errata »/Instytut Sztuki PAN, 2004, p. 230.

46 Marczak-oborski Stanisław, Teatr czasu wojny. Polskie życie teatralne w latach II wojny światowej (1939-1945), Varsovie, PIW, 1967.

47 Szczublewski J., Wielki i smutny teatr warszawski 1868-1880, Varsovie, PIW, 1963, p. 286.

48 Trzciński Teofil, O teatrze i muzyce, éd. par A. Woycicki, Varsovie, WAiF, 1968, p. 109.

49 Krasiński Edward, Warszawskie sceny 1918-1939, Varsovie, PIW, 1976, p. 92, 105.

50 Lettre de Karol Estreicher à Karol Chłapowski du 4 octobre 1869, dans Korespondencja…, op. cit. (1965), t. 1.

51 Terlecki Tymon, « Papa Sardou. Z powodu Ćwiartki papieru w Teatrze Letnim », Teatr, année IV, no 1 (25), Varsovie, septembre/octobre 1936.

52 Ibidem.

53 Raszewski Zbigniew, Mój świat, Varsovie, PIW, 1997, p. 146.

54 Cf. Sempoliński Ludwik, Druga połowa życia, Varsovie, Czytelnik, 1985.

55 Łapicki Andrzej, Przed lustrem. Felietony, Varsovie, WAiF, 1983, p. 36 sq.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site