Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

4 – Sardou partout

Mes plagiats ! de Victorien Sardou

Hélène Maurel-Indart

Testo integrale

1Victime de viles accusations ou coupable de bas larcins, Victorien Sardou offre toutes les contradictions d’un auteur de pièces à succès, forcément jalousé et cible de violentes critiques. L’accusation de plagiat est une arme facile, à la portée de médiocres envieux. Reconnaissons que Sardou ne brille pas toujours par l’originalité de ses sujets puisés dans la légende, l’histoire, le patrimoine littéraire. Mais qui peut croire qu’un bon sujet fait la bonne pièce ? Le débat sur les prétendus plagiats de Sardou mérite, pour sortir de la rumeur et de la vaine polémique, davantage d’attention. Il est temps de faire la lumière sur des accusations contre lesquelles le dramaturge a dû lui-même se justifier en 1882 dans Mes plagiats !, las de ces attaques constantes qui portaient non seulement ombrage à sa réputation mais aussi au combat qu’il menait paradoxalement pour la défense de la propriété littéraire. Or ce combat-là, qui lui fait honneur, n’a guère jusqu’ici été porté à son actif.

2Il conviendra dans un premier temps de préciser la nature et l’ampleur des multiples accusations dont Victorien Sardou fut victime et qui, au-delà du procès Uchard de 1881, ont décidé le dramaturge à rédiger son mémoire de défense, au titre provocateur et ironique, Mes plagiats !. Puis, nous accorderons toute notre attention au document même pour en définir la manière argumentative. Sardou nous convainc-t-il de son innocence ? Est-il un bon avocat pour sa propre cause ? Mais au-delà du plaidoyer pro domo que constituent Mes plagiats !, Sardou a le mérite d’exprimer sa conception du genre théâtral et de la création littéraire. Et c’est sans doute à ce titre que le mémoire de Sardou, bien plus qu’une simple « réplique à Mario Uchard », comme l’indique le sous-titre, doit être considéré comme un manifeste sur le droit de l’auteur et sur l’originalité littéraire. Sardou revisité…

Sardou, une cible d’accusations idéale

3Comme il le rappelle lui-même, Victorien Sardou a été la cible d’une multitude d’accusations de plagiats. Un tel acharnement ne s’explique selon lui que par l’esprit mesquin et envieux de ses contemporains :

  • 1 Sardou Victorien, Mes plagiats ! Réplique à Mario Uchard, Paris, Imprimerie et Librairie Universell (...)

Le réclamant est quelquefois un homme d’esprit fourvoyé. – Souvent un de ces vaniteux qui se persuadent que l’on ne pense rien qu’ils n’aient pensé avant vous… – Plus fréquemment un impuissant heureux de dégorger son fiel, ou quelque rusé qui crie dans l’espoir de faire acheter son silence. – Celui-ci y voit l’occasion de faire reprendre une vieille pièce oubliée1.

  • 2 Ibidem, p. 4.

4Sardou accuse tout bonnement tel ou tel de ses confrères de vouloir profiter de sa notoriété pour « apprendre son nom au public qui l’ignore, ou […] en raviver l’éclat obscurci ». Le vil mercantilisme serait la cause de tant de mauvaise foi. Mario Uchard lui-même n’eut-il pas l’idée de ce procès pour contrefaçon, lorsqu’au moment de payer son déjeuner au café de l’Opéra, Sardou laissa malencontreusement échapper de sa poche d’enviables billets de banque ? « Il ne m’a pas échappé, en effet, qu’au moment même où les billets faisaient leur apparition au soleil, Uchard, assez loquace jusque là, tomba subitement dans une méditation profonde, dont la signification m’allait être bientôt révélée2. »

  • 3 Ibid., p. 97.
  • 4 Ibid., p. 2.

5La presse, friande de mauvais procès et de sordides accusations, colporte à plaisir la rumeur de plagiat à l’encontre du présumé plagiaire qui saisit l’occasion du procès intenté par Uchard pour, enfin, se justifier : « Car il m’aura fourni l’occasion de dire une bonne fois la vérité sur mes prétendus plagiats3. » De fait, si Sardou consacre la plus grande part de son ouvrage à l’analyse comparative entre sa propre Odette, représentée au Théâtre du Vaudeville le 17 novembre 1881, et La Fiammina de Mario Uchard datant de 1857, son chapitre XII passe en revue toutes les accusations de plagiat pour les démonter une à une. Sardou doit même ajouter un post-scriptum à son ouvrage, au moment même de sa publication en 1882, pour évoquer une nouvelle accusation concernant Fédora en raison d’un air de ressemblance, une fois de plus, avec la pièce d’un de ses contemporains aujourd’hui oublié, un certain Belot. Et une fois de plus, l’intérêt mercantile et l’espoir de notoriété semblent la cause d’un tel acharnement : « Belot, homme d’esprit, n’eut garde de m’attaquer en justice. Il ne vit là que l’occasion de faire reprendre son drame, sous prétexte de soumettre la cause au jugement du public et de la presse ; et public et presse eurent vite fait de constater qu’il n’y avait pas d’autre ressemblance, entre nos deux pièces, que le point de départ4. »

  • 5 Ibid., p. 101.

6Si l’on regarde de plus près les accusations et les justifications de Sardou dans Mes plagiats !, le plus souvent, les ressemblances prétendument suspectes s’expliquent ou bien par la référence à une source commune, ou bien par le traitement d’un même thème, ou enfin par l’emprunt d’un point de départ à partir duquel l’intrigue se distinguera du modèle initial. Ainsi, la ressemblance de Nos intimes !, représentés en novembre 1861, avec une pièce de Rougemont s’explique par la référence à une source commune, une nouvelle du Courrier des Dames d’un auteur inconnu ; Les Pattes de mouche, jouées en mai 1860, ne sont pas un plagiat mais « un hommage de reconnaissance5 », selon les termes de Sardou, à la Lettre volée d’Edgar Poe ; quant aux accusations contre Les Ganaches (octobre 1862), Maison neuve (décembre 1866), Patrie ! (mars 1869) ou Divorçons (décembre 1880), elles sont tout aussi vaines car elles supposent que les lieux communs du progrès ou du divorce, celui du cadavre de l’amant qu’on cache à l’arrivée du mari, suffisent à faire l’originalité d’une œuvre.

  • 6 Ibid., p. 104.
  • 7 Ibid., p. 108.

7Les Pommes du voisin, jouées au Palais-Royal en octobre 1864, relèvent d’un tout autre débat. De bonne foi, Sardou avait voulu tirer une pièce d’une nouvelle de Charles de Bernard, Une aventure de magistrat, de 1838. En toute honnêteté, il avait donc demandé à l’éditeur, Michel Lévy, qui en avait acquis la propriété des droits, de l’autoriser à l’adapter contre rémunération : « Quand je vois un élément dramatique dans une pièce du domaine public, j’en profite comme d’une chose qui est à tout le monde, donc à moi ; mais ici le cas est tout autre… L’auteur est mort, c’est vrai ; mais il a une veuve, héritière de ses droits. Ce n’est plus un bien commun ; c’est une propriété très respectable, et j’achète le droit de m’en servir6. » Fort de son honnêteté, Sardou accepta de reverser à l’éditeur un tiers des droits qu’il percevrait sur sa pièce. Pourtant, victime de sa sinistre réputation de plagiaire, Sardou fut accusé de s’être emparé de la nouvelle de Charles de Bernard par la Société des Gens de Lettres qui ne prit même pas la peine de s’informer au préalable des conditions de cette adaptation. Le conflit s’arrangea à l’amiable mais Sardou s’en sortit une fois de plus avec le sentiment d’une injustice récurrente : « Elle est trouble… la légende, elle est louche, elle laisse peser sur moi des soupçons d’autant plus fâcheux que ceux qui la colportent ne savent même pas de quoi ils parlent7. »

  • 8 Le Voltaire, Paris, 12 août 1883.

8Ce sont au total treize pièces qui ont fait l’objet d’accusations de plagiat, dont une, L’Oncle Sam (novembre 1873), vit son sort réglé, à l’avantage de Sardou, par la commission dramatique ; deux d’entre elles firent l’objet d’un procès à l’issue heureuse pour Sardou, Andréa en 1873 et, comme on le sait, Odette le 11 août 1883, date du jugement du tribunal. La première chambre du tribunal civil de Paris a bel et bien déclaré que « le reproche de contrefaçon relevé par Mario Uchard contre Sardou n’est pas justifié8 ». Et le juge d’argumenter :

  • 9 Ibidem.

Attendu que Mario Uchard, en écrivant la Fiammina, et Sardou en composant Odette, ont emprunté leur sujet au fonds commun des sentiments et des passions qui agitent le cœur humain. […]
Attendu qu’avec des rapprochements inhérents à la communauté de sujet, la pièce de Sardou se différencie de la pièce de Mario Uchard par des points essentiels, qui suffisent à constituer une œuvre nouvelle9.

  • 10 Ibid.

9Ces éléments essentiels et originaux de l’œuvre de Sardou consistent, d’après le juge, dans le personnage même d’Odette, son « caractère », et dans les « ressorts dramatiques que l’auteur a tirés de son propre fonds10 ».

  • 11 Dufief Anne-Simone, dans Victorien Sardou, un siècle plus tard, éd. par G. Ducrey, Strasbourg, Pres (...)

10Comme on peut le constater, à chaque fois que Sardou fut confronté à l’arbitrage des juges ou des membres de la commission dramatique, il eut gain de cause, ce qui n’est peut-être pas le simple fait du hasard ou de la complicité des uns et des autres. Anne-Simone Dufief, dans son article intitulé « Monsieur Sardou n’a pas notre estime littéraire », en juge de même : « […] les emprunts de Sardou se limitent à des motifs ou des sujets retravaillés et nous parlerions aujourd’hui plutôt de réécritures ou d’adaptations que de plagiats11. »

Un argumentaire de défense solide

11Mais Sardou lui-même parvient-il à nous en convaincre ? Quelle stratégie met-il en œuvre dans Mes plagiats ! pour élaborer sa démonstration, tout en ne cessant de séduire son lecteur, comme il en a l’art dans ses pièces ? La structure de l’ouvrage se veut rigoureuse et claire. Adoptant une démarche argumentative, le dramaturge prend soin de créer tout au long de son plaidoyer un effet de renforcement et de progression logique, en recourant à plusieurs procédés démonstratifs.

  • 12 Voir en annexe un plan explicatif de Mes plagiats !.
  • 13 Sardou V., Mes plagiats…, op. cit., p. 75.
  • 14 Ibidem, p. 75.
  • 15 Ibid., p. 79.

12Ainsi, Mes plagiats ! présentent en quatorze chapitres une justification minutieuse 1212 Les onze premiers chapitres ainsi que le dernier sont entièrement consacrés à la comparaison entre Odette et La Fiammina de Mario Uchard. Sardou donne tout d’abord les causes immédiates du procès et explique comment son adversaire, de très mauvaise foi, a tout fait pour éviter l’arbitrage de la commission dramatique, espérant retirer d’un procès des indemnités. S’ensuit une réflexion argumentée sur la propriété littéraire qui donne tout à coup plus de hauteur, de dignité même, à un débat qui risquerait de tourner à un piètre règlement de compte personnel. Sardou donne ainsi une dimension intellectuelle à son plaidoyer. Puis au chapitre IV, il entre dans le cœur du débat, mettant en garde contre les procédés argumentatifs de son adversaire et, en particulier, contre l’usage des tableaux synoptiques qui tendent à estomper les différences pour grossir les ressemblances. Les deux chapitres suivants, les VII et VIII, portent sur chacun des points de la controverse : analyses du personnage principal féminin de chaque pièce, du point de départ de chacune d’elles, des péripéties, des scènes les plus caractéristiques et, enfin, des reprises littérales. Les chapitres IX et X permettent à nouveau de reprendre un peu de hauteur et de distance par rapport à ces analyses minutieuses mais quelquefois fastidieuses : à Uchard qui revendique l’originalité du « clou » de sa pièce – « une mère vient réclamer son enfant à son mari après des années de séparation13 », Sardou oppose une source antérieure14, semblable par bien des aspects à la Fiammina. Or, cette référence intertextuelle n’est que le début d’une longue chaîne que Sardou évoque au chapitre suivant, le X, sur un rythme vertigineux. Belle occasion pour le dramaturge de théoriser sur la création littéraire, se plaçant lui-même sous l’autorité de Brunetière : « Nous ne sommes riches que de l’héritage intellectuel de nos devanciers, transformé, assimilé, mais enfin transmis15 !… »

  • 16 Ibid., p. 87.

13Le onzième chapitre vient verrouiller la solide argumentation de Sardou par un renversement théâtral de situation. Une nouvelle accusation à l’encontre d’Odette, émanant d’un journal italien Le Capitaine Fracasse, vient miraculeusement apporter la preuve qu’une autre pièce, antérieure à La Fiammina, offre elle aussi des coïncidences troublantes. Sardou s’empare de cette nouvelle accusation pour la retourner contre Uchard dont la pièce, si elle est antérieure à Odette, est en revanche postérieure à la Colpa vendica la colpa de Giacometti : « J’établissais de plus que la pièce de Giacometti, dont la première représentation est de 1854, était par conséquent antérieure de trois ans à celle de Mario Uchard ; et j’en tirais facilement cette conclusion : que si Odette et la Fiammina offraient quelques points de contact, c’est que Uchard avait puisé sa pièce à la même source que moi16. » Implacable Sardou, d’une logique imparable ! S’en suit à titre démonstratif une savoureuse série de tableaux comparatifs, Fiammina face à Odette, puis La colpa vendica la colpa face à La Fiammina, prise en flagrant délit de plagiat ! Sardou ironise, raille, il est au faîte de sa démonstration.

  • 17 Dans l’édition de 1935, chez Albin Michel, la numérotation des scènes est légèrement différente : (...)
  • 18 Sardou V., Mes plagiats !…, op. cit., chapitre XI, p. 90 à 93.
  • 19 Ibidem, p. 61.

14Les onze chapitres consacrés à Odette sont ainsi clos, le piège argumentatif se refermant sur Uchard. En fin d’ouvrage, c’est-à-dire juste avant le post-scriptum évoqué précédemment, Sardou frappe un dernier coup ; il insère d’une part les scènes 6 à 11 de l’acte IV de La Fiammina et, d’autre part, les deux scènes 5 des actes III et IV d’Odette17. Il s’agit de prendre à témoin le lecteur afin qu’il puisse juger sur pièce, à la lecture des scènes litigieuses, constater la véracité des propos de Sardou. En effet, ces scènes considérées comme « maîtresses » par le dramaturge lui-même ont été particulièrement mises en cause et ont même été publiées le lendemain de la première représentation par Le Figaro et par L’Événement. Elles correspondent à l’entrevue des deux époux séparés depuis longue date et à l’entrevue de la mère avec son enfant enfin retrouvé. Par cette confrontation directe du lecteur avec le texte même de la pièce, Sardou exprime sa bonne foi et son désir de faire apparaître clairement la vérité. Il s’en remet encore à l’esprit critique du lecteur grâce à des tableaux synoptiques d’extraits des deux pièces18. Non qu’il affectionne ce procédé car Uchard lui-même en a abusé pour le confondre et Sardou ne laisse de montrer à quel point ces tableaux sont un moyen facile de tromperie et d’illusion. Il raille, en même temps qu’il y a recours, « le petit tableau synoptique à l’usage des naïfs : “le trompe-l’œil”19. »

Un plaidoyer marqué par les talents de dramaturge de Sardou

15Le plaidoyer pro domo que constituent Mes plagiats ! offre, on le voit, une réelle puissance argumentative qui ne peut manquer de convaincre le lecteur d’hier et d’aujourd’hui. Cependant, à un attirail logique parfaitement maîtrisé, Sardou ajoute tout son talent de séducteur et il sait qu’il doit, pour s’adresser à la postérité, recourir aux procédés qu’il manie avec tant de virtuosité dans ses pièces : l’art du dialogue, l’humour et l’ironie, les effets de surprise ou d’attente, les cocasseries ou les grandeurs lyriques…

  • 20 Ibid., p. 66.
  • 21 Ibid., p. 27.

16Sardou s’impose tout au long de son plaidoyer par un « je » vibrant et omniprésent, s’adressant directement à son lecteur, tantôt pour le mettre en garde contre les préjugés (« Non, lecteur, ne crois pas cela20. »), tantôt pour l’amadouer (« que le lecteur me permette une parenthèse21… »). Sardou tient son lecteur d’un bout à l’autre de son propos. Dès l’incipit, il le plonge dans une narration où lieux et personnages sont mis en place avant que la scène ne s’anime dans un vif dialogue :

  • 22 Ibid., p. 1.

D’abord les faits.
Le lendemain de la première représentation d’Odette, j’achevais de déjeuner au café de l’Opéra, Mario Uchard vient vers moi, me félicite du succès de la veille et m’exprime le regret de n’y avoir pas assisté : je lui donne un coupon de deux places pour le soir même ; il me remercie, nous nous serrons la main et il sort.
Le surlendemain, même lieu, mêmes personnages22.

17L’incipit de Mes plagiats ! frappe par sa brièveté : avant tout commentaire, les faits, garantie d’une objectivité dont il faut convaincre d’emblée le lecteur. Une fois le lecteur installé dans cette véritable mise en scène, il est happé par le tourbillon d’un rythme narratif alerte qui l’emporte au cœur même de la discussion :

  • 23 Ibid., p. 55 sq.

« – Vous m’avez, dit-il, pris des scènes entières.
« – Des scènes ?...
« – Oui, des scènes ! Ainsi, au 1er acte d’Odette, il y a une scène d’exposition.
« – Oui.
« – Eh bien, dans la Fiammina, au 2e acte, il y a aussi une scène d’exposition.
Ce n’est pas tout. Au 3e acte d’Odette, vous avez une scène de confidence.
« – En effet !
« – Eh bien, dans le 2e acte de la Fiammina, il y a une scène de confidence. »
On croit que je plaisante ; je ne plaisante pas. Lisez Uchard, vous le verrez réclamer l’exposition et la confidence dramatiques, comme des propriétés qui sont à lui23.

18La stichomythie, la succession rapide des répliques, la prise à partie du lecteur sous la forme impérative concourent à la dramatisation de ce passage tout à fait représentatif du style de Sardou dans Mes plagiats !. Nul doute que le dramaturge invente ces dialogues qui n’ont pu avoir lieu que par lettres et articles interposés. Sardou, en recourant au dialogue fictif, en dramatisant son discours argumentatif, oblige le lecteur à prendre part au débat, tout en rendant le personnage de Mario Uchard le plus ridicule possible. Les personnages s’animent et prennent corps : Uchard en premier lieu, mais aussi des personnages secondaires dont le rôle consiste à révéler la perfidie du prétendu plagié. Ainsi, Auguste Maquet, Président de la commission dramatique, est mis en scène dès le premier chapitre, apparaissant dans toute sa spontanéité et sa bonhomie. La ruse d’Uchard pour échapper au jugement de la commission en paraît plus honteuse et sournoise :

  • 24 Ibid., p. 19 sq.

« – Voilà qui est bien, dit Maquet après avoir lu : – Sardou m’a dit que non seulement il acceptait, mais qu’il sollicitait l’arbitrage de la commission. Vendredi elle avisera et vous assignera sans doute pour le vendredi suivant.
« – Demain matin, dit négligemment Uchard, vous lirez dans le Figaro un article de moi sur cette affaire.
« – Ah ! ceci est différent, répliqua Maquet, la commission n’admettra pas une discussion dans les journaux au moment même où elle est saisie de l’affaire. Si vous voulez qu’elle tranche le différend à l’amiable, il ne faut pas qu’il soit envenimé par un débat public, et vous devez, suivant la règle, accepter la décisison du comité, sans recours ni polémique d’aucune sorte.
« – C’est, dit Uchard, que l’article est déjà composé24. »

19Le lecteur, pour se forger son opinion, est certes sollicité par une argumentation détaillée et solide comme nous l’avons vu précédemment, mais son sens critique est inévitablement émoussé par les effets de dramatisation subtilement ménagés par Sardou.

20L’insertion de lettres présentées comme authentiques sont encore un moyen de faire entendre au lecteur la voix des personnages. Or ces lettres comportent deux tonalités opposées : d’un côté celle de Sardou, incrédule et consterné, de l’autre celle de Mario Uchard, plein de hargne et d’outrecuidance. Au début de Mes plagiats !, Sardou reproduit deux lettres de lui en réponse à celles de Mario Uchard. Le ton de la conciliation appelle à l’apaisement et à la raison :

  • 25 Ibid., p. 5.

La question est fort simple. La Fiammina est de vous et Odette est de moi. Je ne reconnais pas, entre les deux pièces, d’autre ressemblance que celle qui résulte forcément de la même situation ; situation qui appartient à tout le monde et qui est du domaine commun : La séparation du mari et de la femme25.

  • 26 Ibid., p. 9.
  • 27 Ibid., p. 18 sq.
  • 28 Uchard Mario, cité par Sardou V. dans Mes plagiats !…, op. cit., p. 22.
  • 29 Ibidem, p. 22.

21Par contraste, Sardou reproduit dans ce même premier chapitre quatre lettres d’Uchard marquées au contraire par la sournoiserie et l’hypocrisie impudente. Ces lettres s’adressent à trois interlocuteurs différents, comme pour mieux dénoncer la duplicité et la malhonnêteté du personnage habile à manipuler les uns et les autres. À Sardou, il feint de proposer l’arbitrage de la commission dramatique26 ; à Auguste Maquet, il demande, tout en sachant que ce sera impossible, que la commission fixe « une jurisprudence qui fasse loi sur ces cas de rencontre dans une même situation et dans une même idée, de façon à délimiter la propriété de chacun27 ». Et tout aussi vite, dans une deuxième lettre à Maquet, il laisse croire qu’il est arrivé trop tard au Figaro pour retirer son article sur l’affaire. Sardou reproduit aussi la lettre d’Uchard au directeur du Figaro, lettre pleine d’hypocrisie qui rend responsable de la polémique les « amateurs de scandale28 ». Uchard s’y peint comme la victime « des dénonciations stupides sur de prétendus plagiats29 », alors qu’il est lui-même à l’origine de la polémique :

  • 30 Ibid., p. 21.

Une discussion, toute de camaraderie, entre Sardou et moi, soulevée à propos d’Odette, et déjà rapportée dans les journaux, prend des tournures si absurdes qu’il me faut la réduire bien vite aux véritables conditions d’estime et de confraternité, dont nous ne saurions nous séparer30.

22Uchard sait parfaitement qu’aux yeux du public il n’a aucun intérêt à apparaître comme un dénonciateur, tant la popularité de son rival est grande. Il se présente au contraire comme un ami qui lui veut du bien…

23Quelle crédibilité accorder à un individu dont la fourberie et la cupidité ressortent aussi bien dans ses lettres que dans les dialogues rapportés par le talentueux Sardou ? Les effets de répétition et de martèlement sous forme d’accumulations rhétoriques, d’anaphores et de parallélismes syntaxiques font de toute façon céder les dernières hésitations du lecteur, immanquablement gagné à la cause du « nouveau Beaumarchais » ! Un seul exemple parmi mille pour illustrer la virtuosité oratoire de Sardou :

  • 31 Ibid., p. 52-54.

Bref, résumons :
Dans Odette :
Une femme du monde que son mari surprend en flagrant délit d’adultère, sépare de sa fille, et jette la nuit à la porte de sa maison…
Dans la Fiammina, rien de tel !
Dans Odette : Procès, scandale, séparation judiciaire. L’enfant confié au père, et la mère cherchant à l’enlever par surprise.
Dans la Fiammina, rien de tel !
Dans Odette : Cette femme du monde courant les aventures, passant d’un amant à l’autre, et portant toujours le nom de son mari qu’elle déshonore.
Dans la Fiammina, rien de tel !
[…]
Dans Odette : L’entrevue de la mère et de la fille. La mère, prête à se révéler, arrêtée par un mot ingénu qui l’écrase, partant, désespérée et se tuant !... Dans la Fiammina, tout le contraire ! Et voilà comment Odette est la même pièce que la Fiammina31 !

  • 32 Ibid., p. 71.

24Sardou emporte son lecteur dans un flot gonflant d’arguments accumulés et martelés à l’exclamative. L’ironie tourne définitivement en ridicule les piètres accusations de Mario Uchard, vaincu par la rhétorique. À aucun moment, Sardou n’épargne son adversaire, jouant tantôt de la satire, tantôt de l’humour sarcastique : « Vous êtes si riche ! Faites l’aumône. Et surtout n’empruntez pas aux pauvres diables tels que moi : car, enfin, vous m’empruntez aussi à moi, cher confrère32 !… » Comment ne pas se mettre du côté de celui qui faire rire ?

25Pourtant, le plaidoyer de Sardou ne manque pas non plus d’une certaine gravité, et même quelquefois d’une grandeur lyrique propres à attendrir le lecteur. Sardou sait jouer de toutes les cordes sensibles… Lorsque le combat pour la reconnaissance de la propriété littéraire est évoqué, l’affaire Uchard passe au second plan et le ton se fait plus grave et pathétique :

  • 33 Ibid., p. 131 sq.

Or c’est à ce moment même, au moment précis où cette question de la propriété littéraire en pays étranger semble faire un grand pas vers une solution satisfaisante… C’est à ce moment-là, dis-je, que Uchard surgit et vient tout compromettre par le ridicule procès qu’il m’intente33 !…

  • 34 Voir Besnier Patrick, « La colère et la véhémence », dans Victorien Sardou, un siècle plus tard, o (...)
  • 35 Voir Ramos Gay Ignacio, « Victorien Sardou et la génération du théâtre anglais », dans Victorien S (...)
  • 36 Sardou V., Mes plagiats…, op. cit., p. 130.

26Car le combat de Sardou ne s’arrête pas à une simple affaire personnelle. Mes plagiats ! révèlent le versant inverse du débat, à savoir les emprunts, pour ne pas dire les vols, dont Sardou dramaturge est lui-même victime34, en particulier à l’étranger35 ! Et il s’agit là d’une question qui dépasse le cas Sardou pour s’élever au niveau d’une réflexion collective sur la protection des œuvres françaises à l’étranger et en particulier en Angleterre, « le pays qui nous vole le plus36 !… ». Le projet consiste à rédiger une convention littéraire internationale et Sardou craint que le procès Uchard ne porte atteinte à la crédibilité de sa parole dans ce grand débat : qu’on en vienne à confondre ce qui relève d’un côté de la propriété littéraire et, de l’autre, de la communauté des idées qu’aucun auteur ne peut revendiquer à titre particulier.

  • 37 Ibidem, p. 30.

27Sardou a donc le mérite de proposer, dans ce qui est bien plus qu’un plaidoyer pro domo, sa conception de la création littéraire. À partir de quel moment un auteur peut-il considérer comme sa propriété inaliénable un écrit échappant par là même au libre fonds commun ? Sardou résume : « Où commence la création elle37 ? » Et il répond avec clarté mais modestie, en s’abritant derrière l’autorité de prédécesseurs prestigieux comme Voltaire ou Nodier :

  • 38 Ibid., p. 31 sq.

La propriété réside dans la forme particulière que l’artiste ou l’écrivain ont su donner à une idée générale. […] Mais ce matériel des idées communes, chacun peut l’exploiter à sa guise. Si le fond est toujours le même, la forme peut varier à l’infini. Et par l’empreinte toute personnelle que l’auteur sait donner à l’idée commune, du sujet le plus vieux, le plus rebattu, il peut extraire une œuvre originale et toute neuve. Et c’est là, là seulement que sa propriété apparaît38.

28Sardou utilise en cette fin de XIXe siècle les termes mêmes que reprennent aujourd’hui nos juges spécialistes de la propriété intellectuelle : « forme particulière », « empreinte personnelle »… La clairvoyance de Sardou est incontestable. L’œuvre de Victorien Sardou, tant de fois sujette à suspicions et à accusations, rappelle que s’il n’est pas de création littéraire ex nihilo, l’écrivain n’en doit pas pour autant renoncer à l’ambition de l’originalité. Ardent défenseur du dramaturge, Hugues Rebell voit ainsi dans ses emprunts aux prédécesseurs une preuve de son talent :

  • 39 Rebell Hugues, Victorien Sardou, Le théâtre et l’époque, Paris, Félix Juven Éditeur, 1903, p. 108.

Victorien Sardou n’aurait pas écrit sa spirituelle réplique à Mario Uchard que sa Fernande serait une preuve éclatante de la manière dont un écrivain fait sien tous les sujets. Souvent, il arrive qu’en empruntant, l’auteur le mieux doué et le plus génial, fait œuvre plus méritoire qu’en tirant tout de sa pensée39.

29Autant Sardou sait discerner dans ses propres œuvres et dans celles de ses contemporains les chaînes intertextuelles qui les relient les unes aux autres, autant il est conscient du travail et du talent dont tout écrivain doit faire preuve pour réaliser une œuvre originale. Ainsi doit-il encore se défendre dans une lettre au critique Larroumet qui lui reproche ses « ficelles » :

  • 40 Sardou V., Les Papiers de Victorien Sardou, Notes et souvenirs rassemblés et annotés par Georges Mo (...)

Qu’est-ce qui est usé ?
Est-ce l’emploi du poison, et désormais sera-t-il interdit au drame historique, après avoir joué un si grand rôle dans l’histoire40 ?

30À la fois imitateur et novateur, Sardou est d’une grande lucidité sur cette limite à peine tangible qui sépare l’emprunt créatif de l’emprunt servile. À aucun moment, il ne tombe dans la vaine apologie du plagiat, comme certains se croient autorisés à le faire aujourd’hui en caricaturant la notion d’intertextualité ; et à aucun moment il ne se fait l’écho de revendications outrageusement protectionnistes.

31La lecture du mémoire intitulé Mes plagiats ! permet de découvrir un Sardou combatif qui ne se contente pas de présenter une autojustification de ses emprunts, même si cette tâche était devenue nécessaire. À partir d’un argumentaire solide, il fait de ce plaidoyer un exercice de virtuosité qui s’ouvre à une véritable réflexion sur ce qu’il convient d’appeler le droit d’auteur. Il rejoint ainsi toute une lignée courageuse d’écrivains qui depuis le XVIIIe siècle n’hésitent pas à descendre dans l’arène pour rappeler qu’en littérature la gloire ne va pas sans le souci de défendre un droit qui consiste en une juste reconnaissance de la contribution de chaque auteur à l’augmentation du patrimoine littéraire.

Annexe : plan explicatif de Mes Plagiats !

Chapitres

Pages

Sujets traités

I

1-26

Les causes immédiates du procès : le déjeuner au café de l’Opéra et la vision des billets de banque dans le portefeuille de Sardou. Comment Uchard parvient à éviter l’arbitrage « amical » de la commission dramatique pour intenter un procès dont il espère retirer des dommages et intérêts.

II

27-29

Il s’agit d’une parenthèse préliminaire à la démonstration. Sardou indique que le mémoire d’Uchard n’est qu’un vil réquisitoire contre toute son œuvre théâtrale.

III

30-34

Réflexion sur la propriété littéraire, les idées communes.

IV

35-40

Des effets trompeurs des tableaux synoptiques présentés dans le mémoire d’Uchard.

V

40-54

Les différences dans le traitement des deux pièces, Odette et La Fiammina : les personnages féminins ; le point de départ de l’intrigue ; les milieux ; les péripéties.

VI

55-59

Étude comparative des scènes d’exposition et des scènes de confidence dans chacune des deux pièces.

VII

60-67

Étude comparative des deux scènes caractéristiques mises en cause par Uchard : la scène où les deux époux se retrouvent et où la mère réclame son enfant ; la scène où la mère revoit son enfant.

VIII

68-72

Sur la présence d’expressions semblables dans les deux pièces, celles-ci n’étant selon Sardou la propriété de personne en raison de leur banalité.

IX

73-76

Face à Uchard qui revendique la propriété du « clou » de sa pièce, Sardou déploie toute la chaîne intertextuelle en amont de La Fiammina.

X

77-82

Sur la création littéraire. Sardou rappelle qu’il a le soutien de la presse.

XI

83-96

Une autre accusation de plagiat à l’encontre d’Odette prouve que La Fiammina peut être elle-même considérée comme un plagiat de La Colpa vendica la colpa de Giacometti, dramaturge italien. Grâce à cette nouvelle accusation, celle d’Uchard perd toute crédibilité : Sardou utilise, pour prouver les ressemblances entre les trois pièces, la méthode des tableaux synoptiques.

XII

97-126

L’accusation d’Uchard donne à Sardou l’occasion de se défendre de toutes les accusations de plagiat dont il a été victime. Il passe ainsi en revue les onze pièces concernées

XIII

127-134

Sardou s’indigne à l’idée que le procès d’Uchard vienne compromettre le projet de convention internationale sur la propriété littéraire qu’il tente d’élaborer avec la commission dramatique et la SGDL.

XIV

135-137

Sardou conclut sur la médiocrité des pièces de Mario Uchard. FIN

138-187

Reproduction des scènes 6 à 11 de l’acte IV de la Fiammina et des scènes 5 des actes III et IV afin que le lecteur puisse apprécier lui-même la nature des ressemblances entre les deux scènes caractéristiques étudiées au chapitre VII.

Post-scriptum

I-VII

Ajout de dernière minute avant l’impression de Mes plagiats !. Sardou y annonce une nouvelle accusation de plagiat concernant cette fois-ci Fédora. Sardou s’attelle une dernière fois à montrer les différences entre sa pièce et celle de Belot, Drame de la rue de la paix. Belot n’attaque pas Sardou en justice mais profite de la polémique pour faire rejouer sa propre pièce en manque de succès.

Bibliografia

Bibliographie critique

Ducrey Guy (dir), Victorien Sardou, un siècle plus tard, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2007.

Rebell Hugues, Victorien Sardou, Le théâtre et l’époque, Paris, Félix Juven Éditeur, 1903.

Sardou Victorien, Mes plagiats !, Paris, Imprimerie et Librairie Universelle, 1882.

Sardou Victorien, Les Papiers de Victorien Sardou, Notes et souvenirs rassemblés et annotés par Georges Mouly, Paris, éditions Albin Michel, 1934.

Note

1 Sardou Victorien, Mes plagiats ! Réplique à Mario Uchard, Paris, Imprimerie et Librairie Universelle, 1882, p. 121.

2 Ibidem, p. 4.

3 Ibid., p. 97.

4 Ibid., p. 2.

5 Ibid., p. 101.

6 Ibid., p. 104.

7 Ibid., p. 108.

8 Le Voltaire, Paris, 12 août 1883.

9 Ibidem.

10 Ibid.

11 Dufief Anne-Simone, dans Victorien Sardou, un siècle plus tard, éd. par G. Ducrey, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2007, p. 201.

12 Voir en annexe un plan explicatif de Mes plagiats !.

13 Sardou V., Mes plagiats…, op. cit., p. 75.

14 Ibidem, p. 75.

15 Ibid., p. 79.

16 Ibid., p. 87.

17 Dans l’édition de 1935, chez Albin Michel, la numérotation des scènes est légèrement différente : la scène 5 de l’acte III reproduite dans Mes plagiats ! correspond à la fin de la scène 7 de l’acte III et à la scène 8 de ce même acte.

18 Sardou V., Mes plagiats !…, op. cit., chapitre XI, p. 90 à 93.

19 Ibidem, p. 61.

20 Ibid., p. 66.

21 Ibid., p. 27.

22 Ibid., p. 1.

23 Ibid., p. 55 sq.

24 Ibid., p. 19 sq.

25 Ibid., p. 5.

26 Ibid., p. 9.

27 Ibid., p. 18 sq.

28 Uchard Mario, cité par Sardou V. dans Mes plagiats !…, op. cit., p. 22.

29 Ibidem, p. 22.

30 Ibid., p. 21.

31 Ibid., p. 52-54.

32 Ibid., p. 71.

33 Ibid., p. 131 sq.

34 Voir Besnier Patrick, « La colère et la véhémence », dans Victorien Sardou, un siècle plus tard, op. cit., p. 94 : Sardou pillé par Paul Féval.

35 Voir Ramos Gay Ignacio, « Victorien Sardou et la génération du théâtre anglais », dans Victorien Sardou, un siècle plus tard, op. cit., p. 233.

36 Sardou V., Mes plagiats…, op. cit., p. 130.

37 Ibidem, p. 30.

38 Ibid., p. 31 sq.

39 Rebell Hugues, Victorien Sardou, Le théâtre et l’époque, Paris, Félix Juven Éditeur, 1903, p. 108.

40 Sardou V., Les Papiers de Victorien Sardou, Notes et souvenirs rassemblés et annotés par Georges Mouly, Paris, Albin Michel, 1934, p. 460.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site