Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Victorien Sardou

 | 
Isabelle Moindrot

4 – Sardou partout

Sardou, le théâtre, l’argent et l’industrie

Jean-Claude Yon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le propos de cet article est d’envisager Victorien Sardou comme représentant de la « littérature industrielle », pour reprendre la célèbre formule de Sainte-Beuve. Il est bien connu que l’auteur de Tosca a gagné beaucoup d’argent grâce à ses pièces. Cette capacité à faire fortune avec sa plume est même l’un des principaux griefs faits à Sardou. En 1880, trois ans après son élection à l’Académie française, le Dictionnaire des contemporains mentionne sa « fortune énorme1 » et rares sont les articles ou notices qui ne font pas état de ses gains substantiels, comme si ceux-ci étaient un élément important de sa personnalité. En cela, Sardou est bien l’héritier de Scribe qu’on a souvent vu en lui et les deux hommes ont dû faire face aux mêmes attaques, souvent très outrancières2. Les sacs d’argent que Benjamin Roubaud place aux pieds de Scribe, dans une célèbre caricature, se retrouvent dans les portraits-charges de Sardou, qu’ils soient signés Hadol ou Gill3. Il serait bien sûr ridicule,...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540